Page 1

PROJET DE LABELLISATION DES FORETS MODELES DU BASSIN DU CONGO

Note conceptuelle par Caroline Bilogui Secrétariat du RAFM 1


Préambule

L’initiative de création du label Forêt Modèle n’est pas une superposition au concept directeur de Forêt Modèle. Elle vient en appui pour illustrer davantage la valeur ajoutée du concept dans le développement des territoires forestiers au sein du Bassin du Congo. A travers ce document, nous souhaitons éclairer les uns et les autres pour une plus grande contribution participative à la mise en œuvre de ce processus de développement de la qualité, de valorisation des pratiques et savoirs-faires locaux, de diffusion des produits, de préservation du patrimoine culturels et de la biodiversité.

Vers blanc

2


SOMMAIRE Préambule …………………………………………………………………………2 Contexte et justification ………………………………………………………..4 1) La faible compétitivité des produits locaux………………………..5 2) La complexité des échanges commerciaux internationaux……6 3) L’insuffisance du dispositif et des outils de certification dans

les pays en développement……………………………………………6 4) L’insuffisance / absence ………………………………………………7 5) Le critère d’adhésion à une Forêt Modèle ………………………..7

I-Objectifs …………………………………………………………………………8 1. Objectif global ………………………………………………………………..8 2. Objectif spécifique……………………………………………………………8 II-Démarche stratégique de construction du label ……………………..8 Objectif 1 : Le label Forêt modèle : Un outil de durabilité et de gouvernance …………………………………………………………………….8 1.1.

Description des activités …………………………………………….8

Objectif 2 : Le Label Forêt Modèle : un outil de marché et de communication………………………………………………………………..12 1-2. Un outil de marché……………………………………………………..12 1-3.Un outil de communication……………………………………………13 Objectif 3 : le Label Forêt Modèle : un outil de valorisation des productions et savoirs traditionnels locaux……………………………..14

3


CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Fort de ses six piliers directeurs que sont paysage et territoire, partenariat, durabilité, gouvernance, programme d’activités, réseautage et mutualisation des savoirs, l’implémentation au Cameroun du concept de Forêt Modèle en particulier et progressivement dans le Bassin du Congo en général, a permis l’assise des Forêts Modèles de Dja et Mpomo, de Campo- Ma’an, de Mayombe, et de celles en construction en RDC, en RCA, etc. Celles –ci se présentent aujourd’hui comme de véritables structures sociales fonctionnelles participatives pour le développement local. Cette nouvelle approche structurelle sociale qui s’enracine dans les réalités endogènes est à l’origine d’une importante production de richesses fruit de l’engagement des communautés, de la valorisation du savoir faire local et de la diversité de ressources naturelles. Toute Cette richesse, conséquence immédiate visible d’une réelle assimilation locale des valeurs fondamentales des Forêts Modèles, nécessite une reconnaissance et une attention plus élaborée de par sa qualité supérieure( environnementale, de gouvernance des ressources naturelles, d’innovation, de mutualisation des savoirs locaux, de bien être et de bénéfices pour les acteurs…) pour être certes un levier de développement local, mais surtout une réponse appropriée au souci grandissant des acteurs à personnaliser leur identité, à mettre en valeurs leurs différences et leurs actions. Ce qui devient un défi collectif majeur à relever, pour les Forêts Modèles du Bassin du Congo, et ce pour diverses raisons :

4


1) La faible compétitivité des produits locaux. Dans le Bassin du Congo, la plus part des produits des zones rurales restent confrontés au problème de qualité. Ceci est la résultante des techniques désuètes à coté des outils de productions et de transformations archaïques (veille technologie).De même, le conditionnement est inadapté et l’emballage moins attractif. L’enclavement de ces zones ne favorise pas un écoulement facile des diverses productions. La recherche n’accompagne pas efficacement cette quête de positionnement et de valorisation des ressources locales. L’ignorance des niches de marché appropriées aux produits.

5


2) La complexité des échanges commerciaux internationaux. Ceci se caractérise par : • Une concurrence accrue sur les marchés tant internationaux que nationaux (libéralisation des échanges, instabilité des cours de produits, montée fulgurante des produits des pays émergents). • Un Positionnement difficile des produits des pays africains dans des niches de marchés internationaux rémunérateurs (faible visibilité). • L’incapacité pour les petits producteurs des communautés forestières à répondre aux exigences internationales (couts élevés, expertise très développée, technologie très avancée). 3) L’insuffisance du dispositif et des outils de certification dans les pays en développement. Les différentes certifications (FSC, PAFC, ISO, Commerce équitable, ...) mises sur pied dans le bassin du Congo se sont avérées comme des veritables outils de gestion durable des ressources et de promotion des produits. Elles ont contribuées par exemple à l’amélioration des aspects techniques de gestion forestière en renforçant et en diversifiant la production, et dans le contrôle de la biodiversité. Elles ont ajoutée de la crédibilité dans la gouvernance forestière locale. Elles ont aussi permis aux produits locaux d’aller avec assurance à la conquête du marché international (bois tropicaux, fruits, agrume etc.). De même, pour beaucoup, elles sont considérées comme des outils de discrimination, une condition de plus lancée par les pays riches pour accéder au marché. Les coûts liés à la certification restent très élevés de même que les procédures demeurent complexes. Par conséquent elle devient inaccessible aux petits producteurs des communautés forestières, maillon essentiel dans la valorisation des ressources naturelles. Elles ne s’adressent qu’à certains types de produits et ne garantissent pas la promotion des produits certifiés. Ainsi l’investissement réalisé pour acquérir la certification ne garantie pas le positionnement du produit sur le marché (marketing). 4)L’insuffisance/absence des règles qui définissent les conditions de productions, de commercialisation et de diffusion des produits, de valorisation savoir-faire locaux par le Réseau international des Forêts modèles. L’aspect de mise en valeur des productions dans les forêts Modèles est encore implicite au niveau du Réseau Internationale des Forêts Modèles(RIFM).Ceci peut se justifier par la variabilité du processus Forêt Modèle d’un territoire, d’un pays à un autre et par la difficulté d’harmoniser les règles internationales qui touchent les productions de tout ordre.

6


4) Le critère d’adhésion à une forêt modèle L’adhésion à une Forêt Modèle se fait sur la base du principe de partenariat volontaire entre les acteurs. Ce principe fondamentale est flexible et n’établit pas de barrière à l’entrée. Cette flexibilité a été à l’origine de la méfiance de certains groupes d’acteurs (industriels) à intégrer la dynamique forêt modèle lors de son implémentation au Cameroun. Car jugeaient inapproprié d’associer les acteurs qui se conforment aux principes internationaux (principes FSC, ISO etc.) de préservation de l’environnement et de conservation de la biodiversité à ceux qui ne fournissent le moindre effort. Intégrer ces paramètres au niveau du Réseau Africain des Forêts Modèles(RAFM) justifie la mise en place, d’un processus de création du label Forêt Modèle par le Secrétariat du RAFM depuis le mois d’Avril 2011.

I.

OBJECTIFS 1. OBJECTIF GLOBAL

Indiquer l'origine des produits et promouvoir les valeurs des Forêts Modèles en général et celles du Bassin du Congo en particulier à travers un signe privé de qualité collectif (nom, logo,..) dans le monde. 2. OBJECTIFS SPECIFIQUES

Spécifiquement, il s’agit de développer au niveau du RAFM  Un outil de durabilité et de gouvernance,

Un outil de marché et de communication,

 Un outil de valorisation des productions et savoirs traditionnels locaux,

7


LABEL FORET MODELE : Signe de qualité de gestion durable des territoires II. DEMARCHE STRATEGIQUE DE CONSTRUCTION DU LABEL

-Objectif1 : Le label Forêt Modèle : Un outil de durabilité et de gouvernance, 1- 1 -Description des activités

L’objectif stratégique visé est de construire un référentiel d’exigences qui régissent le label Foret Modèle. Lorsque dans un vaste paysage, les acteurs de développement local se mettent ensemble sous la base du principe de partenariat volontaire, et qu’ils définissent des activités dans une volonté d’échange de savoirs, il en découle naturellement une production de richesses qui doit être en adéquation aux principes de durabilité et de gouvernance. Le respect ou l’application de ces derniers s’avère difficile. Le label Forêt Modèle se présente alors comme une alternative à la certification dans les Forêts Modèles dont l’objectif est d’inciter les acteurs locaux à différentes échelles à assimiler et intégrer dans leurs pratiques les principes de durabilité et de gouvernance. C’est ce qui justifie la construction d’un ensemble d’exigences appelées normes Forêts Modèles de qualité donc la structure est établie sur les piliers de la durabilité et la gouvernance. La construction des normes Forêts Modèles de qualité est une démarche participative et consultative. Elle intègre l’ensemble des acteurs des Forêts Modèles et partenaires intéressés. L’objectif est de produire des normes sur la base d’un consensus social qui reflètent les réalités endogènes des acteurs locaux. Concrètement ces normes visent à: a) Développer un modèle économique et social capable d’intégrer les notions de qualité, de durabilité et de gouvernance dans les pratiques a des acteurs locaux du RAFM, b) Rendre compétitifs les produits du RAFM sur les marchés régionaux, nationaux et internationaux, (respect de la qualité), 8


c) Stimuler l’innovation dans les FM. d) Faciliter

l’accès des produits des forêts modèles sur le marché international, (e-commerce)

e) f)

Garantir la sécurité et la santé des travailleurs Préserver l’environnement et Conserver la biodiversité.

Structuration des normes La ou les norme(s) Forêts Modèles de qualité peuvent être structurées en deux principaux standards, n principes, m critères, k indicateurs, l vérificateurs. Standard 1 : Durabilité Trois principes fondamentaux : Ecologique

Economique

Social

Critères,

Critères,

Critères

Indicateurs,

Indicateurs,

Indicateurs

Vérificateurs,

Vérificateurs,

Vérificateurs

Standard2 : Gouvernance Les composantes sont à définir Ainsi, pour atteindre cet objectif un ensemble d’activités doit être conduites à savoir : -

Présenter l’idée de projet aux acteurs des Forêts Modèles.

La construction d’un signe de qualité propre aux Forêts Modèles doit être une décision qui découle des besoins réels des acteurs à la base. C’est pour cette raison que la présentation de l’idée de projet aux acteurs locaux des Forêts Modèles constitue une phase importante dans ce processus. L’objectif est d’informer, recueillir les points de vue, et les attentes des acteurs locaux. C’est une démarche à la fois pédagogique dans le cadre de l’école pratique itinérante des Forêts Modèles et pratique à travers la réalisation des projets pilotes :

9


- Projet de traçabilité des stylos de bois (du projet STEP FMLSJPARTENAIRE, RAFM) - Projet de transformation du Moringa en produits finis à haute valeur ajoutée (thé, bonbons, huile, graines etc.) - Programme de promotion et valorisation des ressources naturelles et du savoir traditionnel endogène.

-

Mise sur pied d’un comité de suivi du label.

Un label n’a de crédibilité que s’il est contrôlé par une tierce partie. Le rôle du comité est de réfléchir sur les stratégies, les mécanismes pouvant permettre une construction, une vulgarisation et une promotion efficace du label Forêt Modèle. Ce comité stratégique multidisciplinaire et multipartenaire devra siéger permanemment pour : - La construction de la ou les normes Forêts Modèles de qualité. - Les mécanismes de vulgarisation - La structure de contrôle -

Rédaction d’un document de projet pour présenter l’idée aux partenaires du RIFM.

- Recrutement des experts dans les différents aspects - Développement des partenariats - Documenter le processus. -…

Structuration des travaux

10


STRUCTURE

DES TRAVAUX

Activités

– CONSTRUCTION DES NORMES FM DE QUALITE

Méthodologie

Résultats

Période O4/ 2011-04/2012

Ob1:

label Forêt Modèle : Un outil de durabilité et de gouvernance,

A1.Recherche documentaire Cette activité consistera à faire des recherches sur la notion de label, le processus de création des normes, la propriété intellectuelle

A2.Présentation de l’idée de projet de création du Label Forêt Modèle aux acteurs locaux.

recherche sur internet,

rencontre avec des organismes de création de normes et de certification (ANOR, FSC, FLO cert, OAPI, etc.)

résultats de la recherche documentaire est disponible

-Exposé sur l’idée du label Forêt Modèle.

Presentation -Compte rendu de de l’idée de l’échange label Recensemen -Compte rendu est t des disponible besoins en label Atelier d’échanges et de - Rapport de l’atelier sensibilisati est disponible on sur le label FM

A3. Mise sur pied d’un comité de suivi du label.

A4. Elaboration de ou des norme (s) forets modèles de qualité.

- Rapport détaillé des

-Comité du suivi est crée - Rapport disponible

-Un atelier d’élaboration des normes. - Presentation des

-

Draft de normes Compte rendu

11


STRUCTURE

DES TRAVAUX

Activités

– CONSTRUCTION DES NORMES FM DE QUALITE

Méthodologie

Résultats

Période O4/ 2011-04/2012

normes aux acteurs des sites

A5. Test des normes sur des projets pilotes

-

-

-Objectif2 - Le label Forêt Modèle : un outil de marché et de communication 1. Un outil de marché L’objectif est de rendre compétitif et de faciliter l’accès des produits des FM sur le marché. L’atteinte de cet objectif nécessite la mise en œuvre d’un certains nombre d’interventions opérationnelles importantes à conduire sous forme de micro- projet telles que : 1) Une formation en gestion de la qualité dans les Forêts Modèles. 2) Le développement des filières 3) Un programme d’organisation des producteurs 4) La mise sur pied d’un site Web 5) Le développement des partenariats

Pour la formation en gestion de la qualité dans les Forêts Modèles.

Elle sera menée dans le cadre de l’école pratique itinérante des Forêts Modèles du RAFM. Un cours en gestion de la qualité sera dispensé aux acteurs locaux. Ceci a pour but de doter les acteurs locaux des outils de gestion de qualité. •

Pour Le développement des filières

12


Il sera conjointement mené par de nombreuses études de marché des produits phares des FM. •

Pour l’organisation des producteurs,

Dans le cadre de l’école pratique itinérante des Forêts, un programme sera mis sur pied dans les Forêts Modèles .C’est ce dernier qui favorisera la capacitation des producteurs aux exigences de labellisation. •

pour le site un site Web (e-commerce)

Sa mise sur pied sera faite par un spécialiste. Des vitrines spéciales seront montées pour la promotion et la commercialisation des produits au label FM. •

Pour le partenariat Il s’agira de développer des relations de collaboration techniques et commerciales avec les organismes (Femme Terre, et autres) pouvant promouvoir les produits issus des Forêts Modèles. Un partenariat capable d’accroitre la visibilité de notre action et de nos produits au niveau des différents marchés (local, régional, et international).

2. Un outil de communication Il s’agira à travers le label de : - Véhiculer les valeurs des Forêts Modèles à travers le monde, - Renforcer le dialogue entre acteurs autour de la gestion durable, des ressources naturelles et de la conservation de la biodiversité, - Promouvoir l’innovation dans les Forêts Modèles -

STRUCTURE

DES TRAVAUX

13


STRUCTURE DES TRAVAUX – CONSTRUCTION D’UN OUTIL DE MARCHÉ ET DE COMMUNICATION Activités

Méthodologie

Résultats

Partenaires

label Forêt Modèle : un outil de marché et de communication

Ob2 :

A1.Une formation en gestion de la qualité dans les Forêts Modèles.

Cadre de l’école pratique itinérante Forêt Modèle

A2 . Le développement des filières

Cadre de l’école pratique itinérante Forêt Modèle

A3. Un programme

Cadre de l’école pratique itinérante Forêt Modèle

d’organisation des producteurs

A4.La mise sur pied d’un site Web

A5.Le développement des partenariats

A6. A7. A8.

A9.

14


-Objectif 3 - Le label Forêt Modèle : un outil de valorisation des productions et savoirs traditionnels locaux, A travers un produit s’exprime la richesse culturelle d’une région et d’un peuple.

15


Il sera question ici de : - Mettre en valeur les multiples Produits de terroirs, d’asseoir les indications géographiques dans les différentes Forêts Modèles, - Etablir une vitrine mettant en exergue les différentes facettes du patrimoine culturel, - Sécuriser les savoirs traditionnels locaux et pratiques de gestion durables de la biodiversité (marque déposée), Ces différents axes seront déployés à l’intérieur du programme de Valorisation des Ressources Naturelles et développement des Savoirs Traditionnels dans les Forêts Modèles du Cameroun(VaRNaST).

16


17


18


19


20

CADRAGE DU PROJET DE LABELLISATION DES FORETS MOD  

L’initiative de création du label Forêt Modèle n’est pas une superposition au concept directeur de Forêt Modèle. Elle vient en appui pour il...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you