Page 1

Page-01_Couverture 04/03/2017 11:54 Page 1

Mag Le

des clubs

Balade autour de Washington et à Hershey Au menu également, les dernières sorties de 2016.

25

Printemps 2017


Page-02_Ours 04/03/2017 19:05 Page 1

Disponible dans 3 mois environ.

Mag Le

#25 Printemps 2017

des clubs

Bulletin d’information inter-clubs édité par : AmeriSud 53, rue Abbé Brémond 64000 Pau

Welcome !

En collaboration avec le V8 Forever, l’US Cars Club Normandy et l’American Feeling 31. Bienvenue chez AmeriSud, le V8 Forever, l’USCCN et l’American Feeling 31, qui ensemble vous proposent ce bulletin d’information consacré aux voitures américaines et leurs activités. Ci-dessous, retrouvez la localisation des clubs participant à cette édition sur la carte de France.

USCCN

Directeur de publication : Philippe Courant Rédacteur en chef : Frédéric Mardon - fmardon@hotmail.com Publicités dans le Mag : didier.hardy8@orange.fr V8-Forever

Photo de couverture : Chevrolet Camaro Z/28. Quatrième de couverture : Dodge Custom Royal Lancer 1956. Impression par : impressiondemagazine.fr Dépôt légal : Avril 2017. ISSN : 2272-9542.

AMERICAN FEELING 31

Pacy-sur-Eure (27)

Léguevin (31)

AMERISUD

V8-FOREVER

Pau (64)

Belmont d’Azergues (69)

N U M É R I Q U E S

ARCHIVES

US CARS CLUB NORMANDY

AmeriSud

American Feeling

Retrouvez toutes les coordonnées des clubs dans les pages dédiées à chacun d’entre eux dans ce numéro (voir le sommaire ci-contre).

Pour consulter un ancien Mag en ligne, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous en remplaçant XXX par le numéro du Mag. A ce jour, les archives vont du 001 au 023. Le Mag XXX : http://issuu.com/amerisud/docs/asmXXX Exemples : Le Mag 001 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm001 Le Mag 016 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm016 Sinon, vous pouvez aller directement sur la ‘‘homepage’’ d’AmeriSud sur Issuu pour voir toutes les anciennes revues d’un coup (code QR à droite aussi pour y aller direct en le scannant) : http://issuu.com/amerisud/ Bonne (re)lecture ! Tous les codes QR que vous trouverez sont gérés par Unitag (www.unitag.io/fr)

Pour plus d’information sur ce magazine (contacts), connectez-vous sur le site Internet d’AmeriSud : www.amerisud.fr QUI SOMMES-NOUS ?


Page-03_Edito-Sommaire 04/03/2017 11:57 Page 1

Sommaire Pour ce 25ème numéro du Mag, voici le sommaire : - 04 - News de Detroit. - 06 - Les Fiches : Packard Caribbean 1955-56. - 08 - Les Fiches : Buick Riviera 1971-73.

Activités de l’American Feeling 31 - 10 - Coordonnées, édito, calendrier. - 11 - Album photo.

Activités de l’US Cars Club Normandy - 16 - Coordonnées, édito, calendrier. - 17 - Repas annuel.

Activités d’AmeriSud -

18 19 20 22 24

-

Coordonnées, édito, calendrier. Assemblée générale. Idron Bike #4. Téléthon 2016. Fête de quartier à Pau.

Activités du V8 Forever

-

32 35 38 57 58

- 26 - Coordonnées, édito, calendrier. - 27 - Nose Art. - 28 - Un adhérent, une histoire, des autos. - Premier aperçu de Las Vegas. - The Auto Collection, à Las Vegas. - Voyage aux USA 2016, avec Hershey. - Books & Co. - Le bon vieux temps.

Bon, pas facile de faire un numéro équilibré entre les clubs lors de la basse saison. Très peu de sorties, donc forcément, c’est le grand écart dans le nombre de pages pour chaque club. Néanmoins, Alain Lubat nous donne un premier aperçu de ce qu’est Las Vegas, ainsi que The Auto Collection, un dépôt-ventemusée aux fabuleuses autos (et aux prix stratosphériques) situé dans cette même ville. La pièce de résistance de ce numéro est le récit du voyage aux USA à l’automne dernier, avec 5 membres de deux des clubs participant à la revue. Initialement il était prévu d’être 7 (de 3 clubs), mais les circonstances ont fait que 2 n’ont malheureusement pas pu nous rejoindre. On espère en tout cas que ces pages fortement illustrées mais également commentées vous plaisent. il est sûr que les participants du voyage à Hershey et aux alentours sont revenus ravis, avec plein d’excellents souvenirs. L’ambiance était juste excellente, on s’est bien amusé, et on a vu plein de belles automobiles. Bonne lecture à toutes et à tous ! Frédéric Mardon (Packard, Panhard et Mopar)

Le Mag

03


Page-04-05-Detroit_News 04/03/2017 11:59 Page 1

News de Detroit Image © Chevrolet

Image © Chevrolet

Image © Chevrolet

Dévoilé en septembre dernier, voici le nouveau Chevrolet Equinox, le concurrent du Ford Edge, un SUV plutôt imposant. Il sera motorisé par 3 groupes mécaniques : un 4 cylindres turbo de 1.5 litre et 170 chevaux, un 4 cylindres de 2 litres et 252 chevaux, et un diesel 4 cylindres de 1.6 litre de 136 chevaux (également disponibles sur les futures Cruze). A noter que les versions essence ont des cylindrées et des puissances réduites par rapport aux versions qu’elles remplacent (4 cylindres 2.4 litres et V6 3.6 litres). Toutefois, les nouveaux moteurs sont plus coupleux. Image © Chevrolet

Image © Chevrolet

Cousin du Buick Enclave et de la Cadillac XT5 (et du GMC Acadia aussi, voir page suivante), Chevrolet a présenté le nouveau Traverse au salon de Detroit en janvier dernier. Dimensions en conséquence (5,19 mètres de long pour 2 mètres de large), c’est au cas où le déjà pas petit Equinox serait trop étroit pour vos besoins au quotidien... Mécaniquement parlant, il sera doté du 2 litres turbo mais aussi du 3.6 litres V6 (celui-là même qui est moins coupleux que le 2 litres...), tous deux accouplés à la boîte automatique à 9 rapports développées conjointement avec Ford. Les temps changent décidément... 04

Le Mag


Page-04-05-Detroit_News 04/03/2017 12:00 Page 2

Image © GMC

Image © GMC

Cousin du Traverse, on a ici le GMC Acadia (en finition Denali, la plus chic). Si la version de base débute à 30.000$, la version Denali demande 50% de plus, sans les options... Un seul V6 disponible, et boîte de vitesse automatique à 6 rapports.

Image © GMC

Présenté à Detroit cette année également, voici le modèle 2018 de l’entrée de gamme chez GMC, à savoir le Terrain. Disponible en 3 finitions avec la toujours chic et chère Denali, c’est le cousin du nouvel Equinox. Il partage la même plateforme D2XX, ainsi que les deux groupes moto-propulseurs à essence. La boîte automatique à 9 rapports est donc de la partie aussi.

Image © GMC

Image © GMC

Le Mag

05


Page-06-07-Caribbean_Caribbean 04/03/2017 12:02 Page 1

Les Fiches

Packard Caribbean 1955-1956

PAC-02

1955

Marque commerciale : Packard Modèle : Caribbean Années : 1955-56 Carrosseries : coupé 2 portes hardtop (1956) et cabriolet 2 portes (1955 et 1956). Groupe d’appartenance : Studebaker-Packard Corporation Fabricant : Packard Motor Car Company *** Bref historique : En 1955, Packard restyle ses automobiles. Avec des ressources limitées, les designers remettent le style au goût du jour, mais les lignes trahissent la silhouette introduite en 1951, avec une ceinture de caisse assez haute. La première Caribbean, très exclusive avec continental kit, fut dévoilée en 1953, afin de concurrencer les Cadillac Eldorado. Les prix de vente sont en conséquence. Pour 1955, on notera la présence d’obus de pare-chocs, les phares sous visière, les feux arrières ‘‘cathédrale’’, et les sorties d’échappement dans le pare-chocs, comme la Cadillac concurrente des mêmes années. Malheureusement, après le rachat malencontreux de Studebaker, Packard vit ses dernières années et les modèles 55-56 sont le chant du cygne (ou du cormoran ?) d’une marque agonisante face à Cadillac. Malgré tout, les ingénieurs dotent l’auto d'un V8 moderne (l’antédiluvien 8 en ligne est enfin mis à la retraite après 30 ans de service) et d'une suspension inédite qui à elle seule aurait pu faire décoller les ventes.

1956

Antennes sur la cime des ailes (ici en position rétractée), peinture 3 tons, sellerie réversible (1956) et quasiment 2,3 tonnes sur la balance. C’est du lourd ! 1956

Technique : Moteurs : 1955 - V8 fonte 352ci (5768 cm3) 275 chevaux 2 carburateurs 4 corps. 1956 : V8 fonte 374ci (6132 cm3) 310 chevaux 2 carburateurs 4 corps. Transmission : automatique à 3 rapports Twin-Ultramatic, commande par boutons poussoirs de série en 1956. Freins : assistés, à tambours avant et arrière. Suspension : Torsion Level Ride - barres de torsion et correcteur d’assiette par asservissement électrique. Pneus : 8.00 x 15. Dimensions : - Empattement : 3,22 m. Longueur x largeur : 5,55 m x 1,98 m. Poids : 2249 kg (cabriolet), 2082 kg (coupé). Equipements : freins et direction assistés, peinture 3 tons, vitres électriques, banquette avant électrique, antennes électriques, radio... Le coupé 1956 dispose d’un toit recouvert en Hypalon (une espèce de vinyle). Il n’y avait guère que l’air conditionné comme option principale. A noter que sur commande spéciale, un client fortuné pouvait avoir par exemple la boîte manuelle.

Toutes ne furent pas en 3 tons, comme ce coupé blanc avec juste l’insert coloré. Il y eut aussi des exemplaires d’une seule teinte (blanc, noir, bleu...). De profil, on distingue bien les pointes que font les visières de phares. De très rares exemplaires eurent aussi la boîte manuelle. Vu le prix, on pouvait bien commander ‘‘sa’’ Caribbean comme on le souhaitait. 06

Le Mag

Evolution : Les modèles 1956 seront très semblables aux 55. Les obus de pare-chocs s’éloignent l’un de l’autre et les visières de phares deviennent pointues. La sellerie devient réversible (cuir d’un côté, tissu de l’autre). Le V8 augmente en puissance et en alésage, et reste le plus gros moteur de la production US. Les intérieurs changent et la qualité de fabrication s’améliore, l’usine de montage déménage à Conner Avenue, mais c’est un peu tard car la clientèle s’en va déjà voir ailleurs. La Caribbean sera déclinée en hardtop pour 1956. Le 25 juin de cette année, la production s’arrête, l’usine ferme et les employés sont licenciés... A noter, un modèle ‘‘parallèle’’ : pour satisfaire une clientèle haut de gamme, et étant donnée la disponibilité au compte-goutte de la Caribbean, un concessionnaire prit des Four Hundred et les transforma en copie (extérieure) de Caribbean et leur donna le nom d’Esquire en 1956.


Page-06-07-Caribbean_Caribbean 04/03/2017 12:02 Page 2

Les Fiches

Packard Caribbean 1955-1956

PAC-02

Cote : (en état concours US) Cabriolet : 100000$. Coupé hardtop : 40000$. Club : The Packard Club, c/o Cornerstone Registration, PO Box 1715, Maple Grove, MN 55311-6715. Tél. : +1 866 427 7583 et +1 763 420 7829. Web : www.packardclub.org. A noter aussi un site qui regorge d’informations et de documents, avec un forum également : www.packardinfo.com Production : - 1955 : 500 cabriolets à 5932$. - 1956 : 263 coupés à 5495$ et 276 cabriolets à 5995$. Environ une vingtaine de Four Hundred et une Patrician furent ‘‘converties’’ en Esquire. Quelques-unes existent encore.

Photo par GmanViz - www.flickr.com

La double sellerie réversible des modèles 1956 : cuir sur une face et tissu sur l’autre. L’automobiliste peut alors composer les 4 assises comme il le souhaite.

Le logo de calandre. En 1956, la calandre change, le logo de la marque montera sur le capot et remplacera le lettrage PACKARD. Ci-dessus, le filtre à air ‘‘batwing’’et les commandes de la boîte de vitesse en 1956.

Photo par Rex Gray - www.flickr.com

Le Mag

07


Page-08-09-Riviera_Riviera 04/03/2017 12:03 Page 1

Les Fiches

Buick Riviera 1971-1973

BUI-04

1971

Marque commerciale : Buick Modèle : Riviera Années : 1971-73 Carrosseries : coupé 2 portes hardtop Groupe d’appartenance : General Motors Fabricant : Buick Division *** Bref historique : S’il y a un design controversé c’est bien celui des Riviera ‘‘boattail’’ de 71-73. Certains détestent d’autres adorent ! ‘‘A classic new design that is a triumph of automotive styling’’ voilà ce qu’en disait Lee Mays, grand patron de Buick, même si en privé il pensait le contraire... C’est Jerry Hirschberg, chief designer qui la dessina sur une idée de Bill Mitchell qui voulait une ‘‘classique’’. L’idée originelle de la construire comme ‘‘A-body’’ (compact) dériva sur une base ‘‘B-body’’ (full size). Et d’après tout le staff du design ce fut un désastre (sic). Ce n’est pas ce que pensent tous les fans actuels des Boattails !! L’option GS (GranSport) avec moteur et boîte renforcés + quelques autres ‘‘goodies’’ était proposée pendant ces 3 années.

1971

Une Boattail, c’est fait pour être admirée de l’arrière.

Ce n’est plus un tableau de bord, mais un ‘‘control center’’...

Technique : Moteur V8 fonte, 455 ci (7456 cm3) 315 chevaux (255 nets) en 1971 - 250 chevaux nets en 1972/73. Sur Stage 1 : 330 chevaux (265 nets) en 1971 - 260 chevaux nets en 1972/73. Le ‘‘Stage 1’’ est de série sur les GS 71-72. Carburateur 4 corps Rochester. Transmission : aux roues arrière. Boîte automatique TurboHydramatic. Différentiel PosiDrive sur GS. Max-Trac (ancêtre de l’anti-patinage) en option. Freins : disques avant et tambours arrière, assistés. Suspensions : ressorts hélicoïdaux. Pneus : H78 x 15. Dimensions : - Empattement : 3,10 m. Longueur x largeur : 5,52 x 2,03 m. Poids : de 1930 à 2030 kg. Question performance et tant que les roues adhéraient (d’où l’intérêt du Max-Trac), ça dépotait sec, du moins en 1971 : le 0 à 60 mph en 8,8 secondes et le 1/4 mile en 15,9 s pour une ‘‘non GS’’. Les 72-73 perdent un peu de puissance avec la dépollution (EGR) qui s’invite.

1972 Evolution : La Riviera évolue peu en 1972 : grille de calandre modifiée (avec un emblème ‘‘R’’), disparition des louvers de coffre. Pour 1973, apparaissent les pare-chocs ‘‘absorbants’’ à l’avant, modifiant la face en profondeur. A l’arrière, la ligne originelle ‘‘boattail’’ perd de son originalité. La 1972 a encore le ‘‘look’’, la 73 l’a presque perdu. Le ‘‘GS package’’ ne devient plus qu’un ‘‘Ride and Handling package’’, bref suspensions renforcées. Néanmoins le moteur ‘‘Stage 1’’ de 260 chevaux est toujours présent mais non inclus dans le package GS, donc y a des ‘‘normales’’ de 260 chevaux ou des GS de 250 chevaux ! Cote : (en état concours US) 20000$. +10% pour GS. Clubs : Riviera Owners Association, Post Office Box 261218 Lakewood, Colorado 80226. Téléphone : +1 303 233 2987. Fax : +1 303 984 0909. Web : http://www.rivowners.org/ Vu de l’arrière, il est quasiment impossible de distinguer un modèle 1972 du modèle 1971. A l’avant, c’est plus facile, il faut regarder la calandre. 08

Le Mag

Voir aussi : http://www.buick-riviera.com/


Page-08-09-Riviera_Riviera 04/03/2017 12:03 Page 2

Les Fiches

Buick Riviera 1971-1973

BUI-04

1972

Prix et production : - 1971 : 33810 exemplaires à 5903$ - 1972 : 33728 exemplaires à 5666$ - 1973 : 34080 exemplaires à 5221$ 1972

Photo par Jack Snell - www.flickr.com Photo par Spanish Coches - www.flickr.com

Calandre grillagée pour 1972.

1973 Photo par Mic - www.flickr.com

La brochure tente d’expliquer les nouveaux pare-chocs ‘‘8 km/h’’ qui enlaidissent et alourdissent la silhouette des voitures. 1973

1973

A l’arrière, on dirait qu’un fer à repasser est venu effacer la pointe si caractéristique des 71-72. V8 455ci pour les 3 années-modèles. C’est les Seventies, et il y a des durites de partout...

Là aussi, Seventies oblige, on est loin des magnifiques tableaux de bord des premières Riviera...

1973

Le Mag

09


Page-10-AF31-Ours_American Feeling 31 04/03/2017 12:04 Page 1

The American Feeling 31 Section = Coordonnées = American Feeling 31 11 route de la Salvetat 31490 Léguevin 31americanfeeling@gmail.com = Contacts = Président : Jean-François Thépenier 05 61 86 54 78 jean.francois.thepenier@gmail.com Vice-Président : Hervé Teychene corvette50th.herve@wanadoo.fr

Le dernier mot du chef... Au moment où vous lirez ces lignes, je ne serai plus président de l’American Feeling 31. Nous changerons au cours de l’AG extraordinaire qui suivra le nom du club. Le sigle du club changera donc par la même occasion. Le bureau sera changé au cours de l’assemblée générale ordinaire. Je vais donc avoir participé du numéro 5 au numéro 25 du Mag avec l’aide de nos photographes André, Rose-May, Fred, Jean-Pierre plus Philippe pour l’expo de Lavaur merci à eux tous. Président depuis le 10 décembre 2005, il est temps d’apporter un sang neuf. Je n’ai pas fini de servir la cause de notre club mais ce sera de façon moins exposée. Bonne continuation. Jean-François Thépenier

Vice-Président : André Palis 05 61 92 97 71 ou 06 15 65 09 44 Secrétaire : Rose-May Thépenier 05 61 86 54 78 rosemay.thepenier@gmail.com

Le Calendrier

Affiches, détails, inscriptions sur : www.ameling31.com/calendrier.html

Trésorière : Cécile Marty 05 61 92 98 05

26 mars : Villemur sur Tar, comme tous les ans. Web : passions.free.mecaniques.free.fr

Quand vous appelez, présentez-vous, ce sera plus facile et plus simple, votre interlocuteur vous en remercie par avance !

15/24 avril : la Foire Internationale de Toulouse, le premier événement commercial et festif de la région Midi-Pyrénées. Au Parc des Expositions de Toulouse. Elle s’impose comme le rendez-vous de printemps incontournable. Pendant 10 jours cette Foire Internationale accueille près de 100000 visiteurs et 600 exposants. Cette année la Foire prend des couleurs de fête et vibre au rythme de Cuba, avec l’American Feeling 31.

= Internet =

6 mai : American Dream. Rassemblement au Parc des Expositions Hall 8 de 10h à 21h et danse Country de 12h à 2h du matin ! Renseignements au 06 62 25 35 86. Courriel : crazycats31@orange.fr

Web : http://www.ameling31.com Cotisation : 50€/an

***

Retrouvez le club sur le réseau social Facebook.

27 mai : Castelnau d’Estretefonds. Voitures & Country. 10/11 juin : Rassemblement/rencontre Festival Rock & Cars à Lavaur (81) aux Jardins de la cathédrale. Description : festival Rock’&Cars les 10 et 11 juin 2017 - Ouvert à tout public, voitures de collection, US cars, Rods, Kustoms et Motos. Festival de Blues, Rockabilly et Rock’n’Roll. Avec les deux groupes cultes anglais : Dr. Feelgood et Eddie And the Hot Rods. Entrée gratuite. Au programme samedi 10 juin : - 14h : ouverture du site / Expo voitures / stands / restauration sur place. - 18h : The Grave Robbers (Psychobilly) - www.facebook.com/graverobbersrocknroll - 20h : Dr. Feelgood (Pub Rock) - www.drfeelgood.org - 22h : Eddie and the Hot Rods (Pub Rock) - www.eddieandthehotrods.com - 00h : Good Evening Mr. Jack (Rock’n’roll) - mrjack.rnb.free.fr Au programme dimanche 11 juin : - 09h : ouverture du site / Expo voitures / stands / restauration sur place - 13h : Fred Cruveiller Blues Band (Blues) - fredcruveillerbluesband.com - 15h : Gunshot (Rockabilly) - www.gunshot-music.com - 17h : Remise des prix voitures et motos. - 17h30 : Fred Cruveiller Blues Band (Blues) . Organisation du Rock’&’Cars : Bobby au 05 62 18 96 11 ou 06 76 08 63 96.  Courriel : bobby.cadillac@wanadoo.fr

www.facebook.com/americanfeeling31

***

10

www.AMELING31.com

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


Page-11-15-AF31-sorties_Album 04/03/2017 12:05 Page 1

A Lavaur.

American Feeling 31

La fin d’année étant toujours très pauvre en sortie, voici un petit album photo avec quelques belles américaines flashées lors de nos sorties. Ah, si, il y a eu la galette 2017, où l’on a eu plaisir à se retrouver durant l’hiver. J.-F. Thépenier

Album photo

Lors de la galette... avec le Mag’ au menu également !

A Villemur. Album photo

www.AMELING31.com

11


Page-11-15-AF31-sorties_Album 04/03/2017 12:05 Page 2

Debout à droite, un des photographes attitrés du club, à savoir André Palis, ici lors de la galette (enfin, des galettes !).

12

www.AMELING31.com

Album photo


Page-11-15-AF31-sorties_Album 04/03/2017 12:05 Page 3

A Villemur.

A Lavaur

A Lavaur.

Album photo

www.AMELING31.com

13


Page-11-15-AF31-sorties_Album 04/03/2017 12:05 Page 4

A Mirande.

A Cugnaux.

14

www.AMELING31.com

Album photo


Page-11-15-AF31-sorties_Album 04/03/2017 12:05 Page 5

A Castelmaurou.

A Cugnaux.

Le prez’, ici à Léguevin (à gauche de la photo).

A Mirande.

Album photo

www.AMELING31.com

15


Page-16-USCCN-Ours_USCCN 04/03/2017 12:06 Page 1

The US Cars Club Normandy Section Le mot du chef... = Coordonnées = US Cars Club Normandy 9, rue des fauvettes 27120 Pacy-sur-Eure contact@uscarsclubnormandy.fr = Contacts = Président : Alain Lubat 06 18 75 07 88 Vice-Président : Pascal Nadji 01 30 55 63 83 Secrétaire : Michèle Bertocchi 02 32 36 29 97 Trésorier : France Lenglet Trésorier adjoint : Jacques Fayolle 06 86 53 28 17 Membres du bureau : Eric Catillon Christian Français Gérard Gougé Jacques Gancarz Correspondants région de Caen : Samir Briki & Marc Leloire

Voilà déjà votre deuxième numéro de 2017. Peu de reportages sur nos sorties et pour cause, c’est la saison calme. Au mois de décembre dernier, un rencard suivi du repas annuel qui n’avait jamais connu autant d’affluence. Notre adhérent Denis nous a trouvé un restaurant super au Neubourg, la table de Tom et en a fait un nouvel adhérent. Merci à lui, exemple à suivre, ;-). L’année 2017 sera riche en sorties de toutes sortes. Chacun devrait y trouver son intérêt. Des innovations cette année avec la section American Ladies qui organise sa première sortie ce mois d’août. Ce sera une surprise, rien ne filtre, des carpes. J’aurais bien ajouté un commentaire sur les carpes mais je risque d’être taxé de sexisme ou de misogynie. mais revenons sérieux un moment. A ce jour, neuf équipages au rallye ce qui est notoirement insuffisant ! Je vous ai déjà expliqué combien il était important pour la notoriété du club de faire vivre cette manifestation peu commune, tant est grand le soin que nous apportons à sa mise en œuvre, hors des sentiers battus. Et chaque année, des louanges des participants. Alors c’est quoi le problème ? Allez, vite inscrivez-vous sur le site, par courrier ou à un prochain rencard. Il y a un quota minimum de participants pour qu’il puisse se faire alors ceux qui hésitent encore, j’en connais plusieurs, n’attendez pas, je dormirai mieux !!! Ceci dit, allez consulter la liste des sorties sur le site, elle change régulièrement. En plus il est simple de s’inscrire sur le site et de payer tout de suite en ligne ou plus tard, tous les moyens de paiement sont acceptés sauf les chèques en bois… ça arrive hélas ! Votre Président. Alain Lubat

Calendrier/inscriptions = uscarsclubnormandy.fr !

= Internet = Web : www.uscarsclubnormandy.fr Forum web : www.amerisud.fr/forum Cotisation : 50€ (renouvellement) 55€ (première adhésion) ***

16

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


Page-17-USCCN-Repas_Annuel 04/03/2017 12:07 Page 1

Sous une journée fraîche mais vite tempérée par un beau soleil d’hiver, ce sont 83 convives qui se sont retrouvés au Neubourg, à la table de Tom, lieu choisi pour notre traditionnel repas annuel.

US Cars Club Normandy

Certains, les plus valeureux étaient présents au rencard du matin par une température proche de zéro, et on y a vu de bien belles autos dont la Chrysler 300C convertible de 1957 de Raphaël Brunet.

Merci à Denis et Liliane qui nous ont fait connaître cette table exceptionnelle. Merci encore à Denis à qui nous avons créé beaucoup de stress pour gérer le parking et à Liliane pour l’avoir supporté. Alain Lubat

Repas Annuel

Pour revenir au repas, rien à dire ? Si au contraire ! Rarement nous n’aurons trouvé un menu de groupe de cette Ça, c’est de l’aileron !!! Ci-dessous, les grandes tables pour recevoir la foule. qualité. Apéro au choix, oui, oui, trois entrées au choix et deux plats, et en plus choisis le jour même, un filet de bœuf d’une tendreté rare, faut le faire pour la cinquantaine de personnes qui l’avait choisi, et faire en sorte que la cuisson convienne à chacun. Chapeau le chef. Des vins d’excellente tenue, et une charmante et gracieuse équipe pour le service. Tout y était. Cerise sur le gâteau, le patron a adhéré au club le soir même. Sa Viper ne se sentira plus isolée.

A droite, la Chrysler 300C de 1957 (un des rarissimes modèles export). Ci-dessus, une Pontiac GTO au premier plan.

Repas annuel - 12/2016

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

17


Page-18-AMS-Ours_AmeriSud Ours 04/03/2017 12:08 Page 1

The AmeriSud Section Le mot du chef... = Coordonnées = AmeriSud 53, rue Abbé Brémond 64000 Pau amerisud@sfr.fr

Comme d’habitude je suis bon dernier quand il s’agit de finir les pages de la revue, c’est toujours l’édito d’AmeriSud qui est ‘‘lanterne rouge’’. Ceci s’explique aussi facilemment, qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter de plus que le trimestre dernier ? Ah oui, bonne année, raté déjà fait. Les dates à venir, ben il suffit de regarder ci-dessous. Dommage que le Mag’ ne soit pas une revue politique parce que là il y a du neuf tous les jours... Ça me fait penser que peut-être quand vous recevrez cette revue nous aurons éventuellement de nouveaux candidats, de nouveaux scandales, bref encore de quoi à remplir les mags (politiques).

= Contacts = Président : Philippe Courant 06 83 86 93 12 phil.courant@amerisud.fr Vice-président : Jean-Claude Subira 06 66 34 09 31 jeanclaude.subira@sfr.fr Trésorier : Didier Hardy 06 72 30 65 24 didier.hardy8@orange.fr Secrétaire : Jean Michel Douillard 06 86 34 32 36 jm.dl@orange.fr Secrétaire adjoint : Jean Robert 06 09 71 18 32 jeanrobert.pau@orange.fr

Ah oui y a quelque chose de nouveau c’est le décret n°2017-208 du 20 février 2017 qui exempte les véhicules d’avant 1960 en CGC de contrôle technique. Aux dernières nouvelles il y aurait quand même un CT ‘‘volontaire’’ exigé par les assurances mais à l’heure du bouclage on n’a pas d'infos supplémentaires. Et voilà comment on fait un édito quand on n’a rien à dire ! Phil Courant

Calendrier actualisé = www.amerisud.fr 8/9 avril : à Nogaro (32), expo US pour le 50ème anniversaire des courses de printemps 13/14 mai : rallye promenade AmeriGers (32). 27/28 mai : Grand prix historique de Pau (64). 4 juin : pique-nique chez Didier à Lucq de Béarn (64).

Membres du CA : Léo Estachy & Phil ‘‘De Ville’’

10/11 juin : Rock & Cars à Lavaur (81).

Webmaster : Philippe Courant 06 83 86 93 12 phil.courant@amerisud.fr

29/30 juillet : participation à la concentre Custom du Free Styl’ à Adé (65).

13/16 juillet : Country in Mirande #3 à Mirande (32). 25/27 août : Festival country rock #4 de Salardú (Val d’Aran - Espagne). 30 août au 3 septembre : Festival rock’abilly de Tarbes (65). 9/10 septembre : rockabilly à Dunes (82).

= Internet = Web : www.amerisud.fr Forum web : www.amerisud.fr/forum

23/24 septembre : Idron Bike (64). 7/8 octobre : Classic Festival à Nogaro (32) et Fête du Maïs à Laas (64). 18/19 novembre : Thankgsgiving Day(s) à Pau (64) avec les Bootleggers le soir.

Cotisation : 43€/an Sans oublier le rencard mensuel Spécial US le dernier vendredi du mois à 19h30 au Café Racer Diner de Lescar (64). Redémarrage le 31 mars !

Retrouvez le club sur le réseau social Facebook. www.facebook.com/AmeriSud

18

www.AMERISUD.fr

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


Page-19-AMS-AG_AG 04/03/2017 12:09 Page 1

AmeriSud

Assemblée Générale

1995-2007 : l’enseigne du centre commercial a changé, et le rond-point a été fini (voir images ci-dessous). Cette page sur l’assemblée générale n’est pas destinée à son compte-rendu, pour le voir il est sur le forum (en rubrique ‘‘membre du club’’, scannez le QR code sur cette page) mais simplement pour mettre quelques photos du repas au Buffalo et faire une comparaison avec l’inauguration de ce même Buffalo par l’ACCF Aquitaine il y a maintenant 22 ans... Sur les six voitures exposées en avril 1995, seule la Dodge 1959 est encore aux mains du même propriétaire et donc toujours dans la région... Phil Running

Ci-dessus, les américaines lors de l’inauguration du Buffalo Grill en 1995...

Assemblée Générale - 29/01/2017

www.AMERISUD.fr

19


Page-20-21-AMS-Idron_Bike 04/03/2017 19:09 Page 1

Idron Bike #4

AmeriSud

Très beau soleil le samedi... Il n’en sera pas de même le dimanche.

Comme habituellement en cette fin septembre le temps se prête aux expos et cruisings dans le Béarn, sauf que... Magnifique soleil le samedi pour cette 4ème édition d’Idron Bike, organisé par les ‘‘Just Ridés’’, le club de Harley-Davidson local. Devant le château il y avait foule, même l’Escadron Béarn Bigorre avait sorti ses Jeep et GMC pour l’occasion. AmeriSud avait squatté toute la pelouse et il valait mieux arriver tôt pour être au premier plan... Et profiter de la météo car les prévisions n’étaient pas optimistes pour le lendemain ! En effet le dimanche matin c’était orages et flotte, ce qui a découragé la plupart des voitures, moi-même étant absent cause obligations familiales. Personne ne m’ayant fourni de photos dominicales, regardez donc celles du samedi ! En 2017 Idron Bike c’est les 23 et 24 septembre, gageons que le ciel sera clément. Phil Running

***

20

www.AMERISUD.fr

Idron Bike #4 - 24-25/09/2016


Page-20-21-AMS-Idron_Bike 04/03/2017 12:11 Page 2

On vous laisse décortiquer la fiche qui va bien dans ce Mag pour trouver l’année de cette Buick Riviera. Idron Bike #4 - 24-25/09/2016

www.AMERISUD.fr

21


Page-22-23-AMS-Telethon_2016 04/03/2017 12:12 Page 1

Téléthon 2016

AmeriSud

La Cadillac DeVille de Phil (et derrière, c’est la Ford LTD ‘‘Ecuyer des Champs’’ de l’autre Phil). Comme chaque année, AmériSud a répondu présent aux organisateurs du téléthon et c’est dans le village de Gardères entre Pau et Tarbes que nos membres se sont donné rendez-vous le samedi 2 décembre 2016. Nouveauté pour cette édition nous avons partagé l’espace avec nos amis motards. Cette année encore, les Corvette et Mustang ont assuré l’essentiel des missions, puisque certains ont eu tout juste le temps de manger le midi : toute la journée petits et grands se sont pressés, ticket en main pour un tour dans un bolide. Les breaks et berlines à papa n’ont pas eu l’occasion d’user la gomme. L’essentiel était de ramasser le plus d’argent possible, et malgré une petite baisse de fréquentation, le but a été atteint. Un grand merci à tous les participants pour leur générosité et à l’année prochaine. Phil

Wxi|ÄÄx La voiture du prez’, en vraie ronce de PVC des Seventies. So kitsch !

La doyenne (LaSalle 1939). 22

www.AMERISUD.fr

Téléthon - 2016


Page-22-23-AMS-Telethon_2016 04/03/2017 12:12 Page 2

Et c’est parti pour un tour...

Téléthon - 2016

www.AMERISUD.fr

23


Page-24-25-AMS-Morlaas_Morlaas 04/03/2017 12:12 Page 1

Fête de quartier à Pau

AmeriSud

V8 à consommer sans modération... A l’heure où le communautarisme semble devenir la norme, et que des murs se construisent pour nous séparer les uns des autres, Monsieur François Bayrou, Maire de Pau (64), a lancé sur sa ville une grande opération de rapprochement et d’ouverture des habitants dans les quartiers. Redonner un sens au vivre ensemble. C’est dans ce cadre que le dimanche 16 octobre 2016, le club AmériSud a été invité à exposer ses voitures dans le magnifique parc de la villa Ridgway, aux allées de Morlaas. Nos amis du club de l’Age d’or étaient aussi conviés. Les habitants du quartier se sont pressés autour des Cadillac, Chrysler, Buick et autre LaSalle. L’après-midi, après un déjeuner ensoleillé au son d’un groupe de musique fort inspiré, les enfants et parents prenaient place dans les voitures pour des mini-balades dans le quartier. Concert des klaxons, cris de joie, un vrai bonheur .

Sympathique cadre pour exposer des autos, se reposer et discuter, se balader...

Pour une première ce fut une belle Youhou, c’est bientôt parti pour une virée en cabriolet !!! réussite. Rapprocher les gens avec nos belles américaines comme support… La voiture comme lien social. Phil

24

Wxi|ÄÄx

www.AMERISUD.fr

Fête de quartier à Pau - 16/10/2016


Page-24-25-AMS-Morlaas_Morlaas 04/03/2017 12:12 Page 2

Le convoi, prêt pour le départ, avec des convives ravis à bord des autos.

Koudalaportière, en mode extérieur.

Fête de quartier à Pau - 16/10/2016

www.AMERISUD.fr

25


Page-26-V8-Ours_Ours V8 04/03/2017 12:14 Page 1

The V8 Forever Section Le mot du chef... Amies-Amis bonjour, = Coordonnées = V8 Forever 49 impasse du Lavoir 69380 Belmont d’Azergues club.v8forever@orange.fr = Contacts = Président : Philippe Letuvée 06 26 43 10 99 president@v8forever.com Vice-président : Jean-Pierre Pittore 06 07 34 46 53 vice-president@v8forever.com Finances : Dominique Letuvée 06 34 01 02 36

Voici en ce début de printemps le 25ème Mag remis lors de notre 12ème assemblée générale à Belmont d’Azergues (69) le dimanche 2 avril dès 10h00 pour se revoir et discuter puis après un déjeuner ensemble se poursuivra l’après-midi en recevant le public admirateur de nos belles machines. Ce numéro spécial vous fait découvrir notre superbe voyage d’automne sur la côte Est en compagnie de Frédéric votre rédacteur en chef, voyage poursuivi par le V8 Forever jusqu’en Floride. Puisse ce reportage vous donner envie de partager un autre périple dans le futur car les Etats-Unis, c’est plus riche de découvertes détente que notre belle Europe. Pour prendre connaissance des manifestations 2017, le temps de rédiger, imprimer, recevoir le Mag a pour conséquence que le calendrier est dépassé dès le lendemain de sa mise en page ou presque... Donc allez visiter chaque semaine le nouveau site www.V8FOREVER.com pour les prochaines dates de sorties (onglet Agenda), les reportages des sorties précédentes, et aussi l’onglet Forum pour communiquer avec les autres clubs amis et même des amis extérieurs qui s’y expriment régulièrement.

Contrôle-Gestion : Babette Lagadeuc Au plaisir de se retrouver, Secrétaire : Christian Chalamel 06 36 68 50 63 secretaire@v8forever.com Logistique : Alain Patrat 06 20 12 60 93 logistique@v8forever.com Animateur : Loïc Chaboud 06 08 80 44 65 animateur@v8forever.com

Philippe Letuvée

Calendrier = www.v8forever.com/calendar Voici un aperçu du périple américain de Claude, Dominique, Frédéric, Patrick et Philippe, en guise d’introduction avant le plat de résistance illustré qui commence dans quelques pages... Hershey était l’excuse pour découvrir un bout d’Amérique.

Casting : Mily Amann 06 44 81 26 24 casting@v8forever.com Webmaster : Alain Soudan 06 20 51 11 40 webmaster@v8forever.com Salons : Christian & Christiane Thomas 06 10 61 77 16 salons@v8forever.com

ic

ér

éd Fr de on ée y riv s L Ar pui de

Hershey

Ely

Ar

Grand Canyon Las Vegas

riv

Petrified Forest

Cotisation : 55€/an pour un couple 4 revues incluses

26

www.V8FOREVER.com

ée

de

sL yo

= Internet = Web : www.v8forever.com Forum web : www.amerisud.fr/forum/

Philadelphie

Washington

yonnais int les L

éric rejo

Fréd

nn

Les Lyonnais vont sous le soleil

ais

Miami Key West

Frédéric, représentant AmeriSud, commence ses vacances par l’ouest autour de Las Vegas, puis rejoint les 4 membres du V8 Forever à Washington. Ensuite, les congés se finissent pour le membre AmeriSud, alors que les membres du V8 continuent vers Miami et l’extrême sud des Etats-Unis. Un beau voyage, nettement moins fatiguant qu’un précédent trip à Hershey en coup de vent en 2008.

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


Page-27-V8-Nose-Art_Avions 04/03/2017 12:15 Page 1

Dimanche 22 janvier, Guy Droz, adhérent du V8 Forever et également pilote d’avion, nous faisait une conférence sur le Nose Art. Nous étions bien à l’abri dans le Fort de Bron où l’association SLHADA* archive et sauvegarde le patrimoine aéronautique de la région lyonnaise et dont Guy est vice-président. Il y a de nombreux liens entre l’aviation et l’automobile, nous avons donc visité le musée avant d’écouter la conférence de Guy. Le Nose Art correspond aux ‘‘peintures de guerre’’ sur les avions militaires. Bien qu’elles aient connu leur apogée pendant la seconde guerre mondiale, Guy a su remonter à leurs origines sur les chars romains ou étrusques. Mais pendant la guerre, bien que non autorisées par l’état-major, elles étaient tolérées car permettaient l’identification de l’équipage, mais aussi d’exorciser leur peur et de les protéger. 80% des avions militaires étaient ainsi décorés.

Merci à notre orateur, Guy Droz, mais aussi à Jacques Baillet, Président de la SLHADA et Pierre Biard, responsable du Musée et des Des dents de requin prêtes à dévorer l’ennemi ! Air & Space Museum, Chantilly, VA. Conférences. A ce propos, pour les amateurs d’aviation, nous ne manquerons pas de relayer les dates et thèmes de leurs prochaines conférences. * SLHADA : Société Lyonnaise d’Histoire de l’Aviation et de Documentation Aéronautique créée le 1er mars 1986. Web : www.slhada.fr

Nose Art

Il n’est pas question ici de retranscrire la conférence de Guy, qui a passionné les 26 participants, car nous avons tous été bluffés par la connaissance de nos hôtes (Guy, Pierre et Jacques) et nous avons tant appris sur les thèmes et les supports qui ont nourri les artistes du Nose Art.

***

Nose Art - 22/01/2017

www.V8FOREVER.com

27


Page-28-29-V8-Adhérent_Adhérent 04/03/2017 12:16 Page 1

Déjà très jeune, j’étais très attiré par les automobiles contemporaines de l’époque et les reconnaissais juste aux bruits caractéristiques de chaque modèle de par leurs mécaniques et surtout la sonorité de leurs échappements.

Cadillac, Buick, Lincoln et quelques autres au fil des ans...

Un adhérent, une histoire, des autos

V8 Forever

De là est venue la passion des petites voitures miniatures et jouets, comme les Dinky Toys, Norev ou encore CIJ etc… je pouvais reconstruire un parking ou la route des vacances sur le parquet de ma chambre. J’en compte aujourd’hui environ 6000, mais ceci est autre histoire que je vous raconterais une autre fois. Les années passant, la passion de La première américaine de Serge : un Plymouth Valiant 1963 bien fatiguée... l’auto toujours présente, je me porte acquéreur à 17 ans et demi d’une 5cv Plymouth Valiant Signet de 1971, toujours aux mains de Serge. Citroën de 1923. Repeinte en jaune citron (évidemment) et pas fiable pour deux sous, je la change pour une C4 du même constructeur. Déjà la voiture ancienne faisait partie de mes jeunes années. Après avoir eu plusieurs autos européennes, j’ai enfin sauté le pas vers la production outre-atlantique avec ces belles et longues voitures qui éblouissaient ma jeunesse par leur démesure et leurs chromes surabondants. Enfin cela devint une réalité. Il faut dire que lorsque nous allions en vacances chez mes grands-parents dans le Cher, la nationale passait dans des villes comme Orléans et Châteauroux, où étaient basés les Américains. La traversée de ces villes était un jeu de comptage des voitures US, avec ma famille. Ma première voiture américaine fut une Plymouth Valiant coupé de 1963, achetée dans un état pitoyable mais roulante. Ensuite, un ami venait d’acheter aux enchères un coupé Chevrolet Impala Custom de 73, mais elle n’était pas à son goût. J’essaye la voiture et lui en propose 20000 francs, somme qu’il refuse. Deux mois après, je retrouve ce véhicule à une vente aux enchères sur Grenoble. Les enchères montent jusqu’à 19000 francs et j’en ajoute 1000. Je l’obtiens alors pour la somme de 20000 francs augmentée de 3000 d’adjudication, mais lui ne touchera que 18000. Moralité : nous y avons tous les deux perdu.

bons souvenirs car elle a traversé notre pays de long en large sans jamais de problème. Je me suis séparé de cette ‘‘belle’’ à contre cœur il y a 4 ans, après 23 ans de cohabitation, car mon épouse (toujours la même, LOL !) me pressait de faire de la place en prévision de ma retraite... En 1988, je m’en servais au quotidien, mais mon portefeuille n’était pas en accord avec cet usage, d’autant que

Ci-dessus : Cadillac 1964. Ci-dessous : Cadillac 1959.

Me voici propriétaire, et mon épouse ne le saura qu’un mois plus tard, d’une belle et spacieuse américaine au V8 onctueux. La voiture mérite un rafraîchissement que je m’empresse de faire, soit une carrosserie/peinture, changement du pare-brise, réfection du vinyle du pavillon, remplacement des pneus et révision générale avec remplacement du moteur. Je n’ai que de 28

www.V8FOREVER.com

Un adhérent, une histoire, des autos.


Page-28-29-V8-Adhérent_Adhérent 04/03/2017 12:16 Page 2

cette même année je vendais ma coupé Plymouth pour racheter une autre Valiant, mais berline Signet plus récente (1971), et le garage se remplissait. J’ai refait complètement cette Plymouth à la perfection, dans un beau vert avec une imitation vinyle pour le toit. Je la possède toujours et elle me plait ainsi. Malheureusement, elle stationne dans un endroit où il n’est pas aisé de la sortir, ce qui fait que depuis 15 ans elle ne voit plus le soleil. Je me suis juré de remettre en route cette année son 6 cylindres de 3 litres. Ensuite, j’ai acheté une Caprice de 1974 berline avec son gros moteur, que je n’ai gardé que 6 mois, en raison d’une offre confortable que je ne pouvais refuser. Ensuite, une Malibu classic de 1974 a remplacé la Caprice. J’y ai mis une petite touche sport avec jantes, pont de Corvette et mécanique revue à la hausse, ainsi que les échappements. Je l’ai gardé une année et puis je me suis lassé du bruit et de la consommation particulière qui me valait de nombreux contrôles de la maréchaussée. Alors, je me suis tourné vers un beau cabriolet Cadillac, une Eldorado de 1974, venant du Zaïre où elle avait été offerte au président Mobutu. A sa destitution, tous ses biens furent vendus ainsi que la belle Cadillac qui faisait partie de l’important parc automobile présidentiel. Je l’ai acheté en 1990 à un ami dentiste qui l’avait fait rapatrier sur Marseille. La pauvre est restée quelques temps sur le parking des douanes et comme souvent elle fut vandalisée. C’est une bien triste auto que j’ai récupéré : poste volé avec tableau de bord cassé, capote trouée, sigles arrachés sans précaution ou cassés… J’ai donc remis patiemment en état de conformité cette Eldo (refaire les cardans c’est… top !!), par contre je n’ai jamais pu faire immatriculer l’auto, la DRIRE de Grenoble étant connue pour sa grande souplesse…

collés et elle a besoin d’un passage chez le freins, restant le point faible avec ses 4 tamcarrossier. C’est une voiture magnifique, bours qui chauffent trop et trop vite, calment l’apothéose d’une ligne avionique, qui reste forcement toute conduite virile. Dans ma répour moi le mythe de la Belle Américaine. gion vallonnée, descendre un col avec une 1959 reste pour moi, l’année de tous les dé- boîte 2 vitesses qui ne retient rien, ne tranlires stylistiques, où les designers se fai- quillise pas vraiment. La puissance des ces saient plaisir. J’ai beaucoup roulé avec cette 300 percherons très calmes, n’a rien à voir voiture, de Paris à Cadillac, de Marseille à avec le moteur alu de 340 chevaux alu de la Langeais, au château des sœurs Kayaerts Buick 64, un vrai pur sang. Mais il faut relalorsqu’elles organisaient les rencontres ‘‘Ca- tiviser et savoir savourer le plaisir immense dillac’’ en alternance avec celles du pays de cruiser dans ces superbes paquebots de Aquitain. C’est lors d’une visite au musée l’ancien temps. dépôt-vente de Chauffailles que j’ai acheté un beau cabriolet Lincoln Continental 4 Je reste fidèle à l’année 59, qui pour moi reportes de 1961. J’avais enfin trouvé mon présente le summum atteint en matière de bonheur avec la nouvelle carrosserie de ce design des carrosseries exubérantes, que je modèle, mais ma joie fut de courte durée car retrouve autant dans la Buick, les Cadillac l’inspection en profondeur prouva un ou l’Impala. manque d’entretien général. J’ai donc remis en état capote et mécanique, carrosserie et Serge Cutard peinture, radiateurs, pompe à eau, soupapes et pneus. Une Lincoln Continental 1961. année après, j’ai pu enfin rouler ; un vrai bonheur, bien que ses chaussons de 14’ ne lui vont pas forcement bien et enlèvent un certain confort de conduite, surtout sur nos trop nombreux ralentisseurs. Par contre capotage et décapotage reste toujours un attrait spectaculaire, avec deux minutes de patience.

Je me suis ensuite rendu acquéreur d’une belle GM, une Buick Electra 225 de 1959. Avec ses grands flans blancs conventionnels, la conduite est aléatoire, les prochains seront radiaux. Sinon, la boîte auto réputée fraJ’ai roulé quelques temps avec des plaques gile et refaite, foncW de garage et puis las des tracasseries ad- tionne à merveille. Les ministratives, je l’ai revendue à un type qui s’était juré de lui offrir des papiers en règle. Deux ans plus tard, elle était en vente dans le magazine ‘‘Tops Cars’’ et toujours sans carte grise... J’ai ensuite trouvé une magnifique Cadillac coupe DeVille de 1964, avec lequel j’ai beaucoup roulé : 50000 km furent faits en 6 ans. Rouler à 180 km/h était possible dans certaines conditions, surtout en serrant les fesses… LOL ! Je l’ai revendu pour une belle Cadillac de 1959 avec ses fameux ailerons. C’était une DeVille 6 glaces de très bel aspect au premier abord, mais malheureusement avec beaucoup de frais pour sa remise en état. Je l’ai toujours mais elle reste stationnée depuis 7 ans après avoir bien servie. Je l’ai remise en route l’an passé, mais les segments sont Un adhérent, une histoire, des autos.

Serge, au volant de sa Buick Electra 225 de 1959 (ci-dessus). www.V8FOREVER.com

29


Page-30-Centrale_Centrales 04/03/2017 12:17 Page 1

Dodge Monaco 1969


Page-31-Centrale_Centrales 04/03/2017 12:17 Page 1

Photo par royckmeyer - www.flickr.com


Page-32-34-Las_Vegas 04/03/2017 12:18 Page 1

Las vegas One

Le New York New York. Vous aurez reconnu l’Empire State Building et le Chrysler Building bien évidemment... :-)

Nous vous proposons une nouvelle série de reportages avec peu de texte et beaucoup de photos sur notre périple Ouest Américain en 2015. Aujourd’hui, Las Vegas et ses environs. Pourquoi ce choix ? J’avais déjà reçu le vaccin lors de notre périple Route 66 où nous avions fait un petit détour par Las Vegas en 2013. Fallait que j’y retourne. Le Louxor, avec le Sphinx devant... Nous y sommes donc allés trois jours avec Michèle cette fois en 2015. Elle n’était pas emballée, pas trop attirée par cette ville si décriée en Europe, ma mimi. Eh bien, elle a été étonnée par ce qu’elle a découvert. Et trois jours n’ayant pas suffi nous y passerons à nouveau trois jours au mois de juin avec les inscrits au périple Ouest Américain 2017. Faut reconnaître que c’est délirant [NDLR : comme le dirait votre rédacteur en chef, Las Vegas montre à quel point l’Humanité n’est pas à une aberration près...]. Celui qui aime l’architecture et la déco reste béat. Tant la diversité s’exprime architecturalement. Souvent kitsch pour les Européens, ça n’en reste pas moins des ouvrages d’art exceptionnels. Des reconstitutions de lieux et monuments du monde, des façades d’immeubles publicitaires, des œuvres d’art partout [NDLR : mais parfois très ‘‘toc’’ comme le Venitian où tout est décor en faux-tout-ce-quevous-voulez : faux bois, faux marbre...].

32

Le Mag

Las Vegas


Page-32-34-Las_Vegas 04/03/2017 12:19 Page 2

Nous commencerons par le sud du Strip, cette grande avenue, qui mène de l’aéroport au vieux Las Vegas, appelé Fremont. C’est l’avenue la plus exubérante du monde. Du spectacle partout, les fontaines du Bellagio à déguster depuis la terrasse du restaurant français Chez Gabi au pied de la tour Eiffel (qui enjambe la gare d’Austerlitz !), le volcan en feu du Mirage, les sirènes du Treasure Island, ou encore les attractions impressionnantes du Stratospher Las Vegas et les montagnes russes juchées sur les terrasses du New-York New-York. Un peu plus loin les statues impressionnantes de Louxor avec sa pyramide de verre ou encore les crocodiles du Mandalay Bay. Dégustez les photos, il y en aura de la partie nord dans un prochain numéro, puis de Fremont Street expérience et encore des intérieurs plus luxueux les uns que les autres. Inimaginable.

Le magasin M&M’s, à côté... d’une bouteille géante de Coca-Cola !

Alain Lubat

L’Excalibur. On vous laisse deviner l’enseigne ? :-)

Un lion ? Le MGM !!!

Las Vegas Boulevard, par une circulation fluide en journée. Ce n’est pas toujours aussi calme !

Las Vegas

Le Mag

33


Page-32-34-Las_Vegas 04/03/2017 12:19 Page 3

Le même Las Vegas Boulevard en 1966. Les bâtiments en construction derrière le panneau ‘‘Dunes’’ sont ceux du Caesars Palace.

Evidemment, si on a le Sphinx et la pyramide, on a bien entendu l’obélisque au Luxor.

34

Le Mag

Las Vegas


Page-35-37-Auto_Collection 04/03/2017 12:20 Page 1

The Auto Collection - Las Vegas

Buick Special 1957. Situé dans l’ensemble Harrah’s and The LINQ hôtel et casino (à Las Vegas), se trouve désormais The Auto Collection. Sa particularité, un renouvellement fréquent des véhicules exposés, dont la plupart sont en vente après restauration à l’américaine. Il peut y avoir des coups de cœur mais attention ils sont à faire fondre la carte A bleue... Mercury Colony Park 1968. Les photos ont été prises par Jocelyn Richez lors de son séjour à Las Vegas en mai 2015.

B

Alain Lubat

C

D The Auto Collection - Las Vegas

E

F

Le Mag

35


Page-35-37-Auto_Collection 04/03/2017 12:20 Page 2

Dodge Challenger R/T cabriolet 1970.

G

H

I

J

K

A : Corvette C2. B : Packard Deluxe 1948. C : Ford 1956. D : Dodge Viper 2009. E : DeSoto Fireflite 1956. F : Lincoln Continental 1962. G : Pontiac Catalina 1966. H : Buick 1958. I : Chevrolet Impala SS 1965. J : Chrysler 300 1964. K : Mercury 1954. L : Nash-Healey Le Mans 1954. M : Lincoln Continental Mark V Town Car 1960. N : Pontiac Grand Prix 1969. O : on vous laisse deviner !!! P : Cadillac cabriolet de 1957 ayant appartenu Ă Jayne Mansfield. Packard Custom Eight 1949.

36

Le Mag

The Auto Collection - Las Vegas


Page-35-37-Auto_Collection 04/03/2017 12:20 Page 3

Pontiac Grand Prix 1962.

L

M

N

The Auto Collection - Las Vegas

O

P

Le Mag

37


Voyage aux USA 2016

Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 1

Un des ponts couverts que nous avons pu voir et parfois emprunter. La région est remplie de petites routes tortueuses, vallées, ruisseaux, ponts... Il faut juste prendre son temps quand on veut les voir un par un... et tant pis pour le kilométrage, de toute façon, l’essence ne coûte pas cher et c’était une location ‘‘unlimited miles’’. Tout a commencé par une idée de Gérard Gougé fin 2015 d’aller faire un tour aux USA pour revoir Hershey et le ‘‘fall meet’’ de l’AACA - entendez par là le rendez-vous d’automne de l’Antique Automobile Club of America (fondé en 1935). Une énorme foire de pièces détachées pour anciennes, ainsi qu’un nombre impressionnant de voitures à la vente, le nombre de visiteurs et la surface couverte étant encore plus impressionnants. Mais histoire de ne pas faire un simple aller-retour pour deux ou trois jours aux USA, l’idée était aussi d’agrémenter le séjour avec une visite des alentours. Il n’en fallait pas plus pour que sept d’entre nous (Gérard, Alain, Frédéric, Dominique, Philippe, Claude et Patrick, soit des membres de trois des quatre clubs ici représentés) décident de partir à l’aventure en organisant tout ça, le tout en tenant compte des agendas de chacun. Le ‘‘fall meet’’ d’Hershey étant mondialement connu, ce furent les réservations d’hôtels pour cet événement qui furent prises en premier, et ce dès février 2016. Malgré cette date très en avance, ce ne fut pas de tout repos que de trouver le bon nombre de chambres à prix abordable... Très vite, les discussions allant bon train, nous nous sommes organisés de manière à avoir un tronc commun de visite autour de la rencontre de l’AACA, afin aussi que chacun puisse aussi faire autre chose que de la ‘‘vieille bagnole’’, et ‘‘rentabiliser’’ le billet d’avion en restant quelques jours de plus. Ainsi, Frédéric (celui qui met en page votre revue) transforma le séjour en grande vacances en y annexant une dizaine de jours de plus à l’autre bout des USA, le groupe des Lyonnais décidant de son côté d’entamer le séjour avec l’étape commune à Washington, arrivant en même temps que le groupe des Normands. Ensuite, pendant que le membre d’AmeriSud repartait des USA, les deux groupes restants se scindaient, les Lyonnais désirant aller se dorer la pillule sous le soleil de Floride. Avec les outils disponibles sur Internet, il est désormais très facile de préparer un tel voyage : réservations (hôtels, voitures, billets...), préparation des visites, recherche de points d’intérêts... Tout allait bien jusqu’au

38

Le Mag

Une Tucker, une... Et il y en aura deux autres...

Le port de Baltimore où sont amarrés les Historic Ships.

Quiz : combien de litres de Miror pour tout faire briller ? USA 2016


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 2

moment où malheureusement le groupe composé des deux Normands dut se désister, Gérard ne pouvant voyager à ce moment-là pour raison de santé - parfois, le harsard ne fait pas bien les choses, et on ne peut rien y faire, juste se dire que ce n’est que partie remise. Le contretemps n’entama pas le moral des cinq autres, qui finalisèrent alors le parcours en adaptant le nécessaire (par exemple, les voitures de location). C’est ainsi que mi-septembre Frédéric partit de Lyon (oui, c’est un membre AmeriSud délocalisé en Rhône-Alpes, personne n’est parfait) vers Las Vegas, avec un collègue collectionneur (de V12 anglais, là aussi, nul n’est parfait) pour voir les grands parcs et lieux inoubliables de la région : l’incontournable Grand Canyon, la Petrified Forest, le Meteor Crater, la Death Valley, le Hoover Dam, ainsi que pas mal d’autres choses, de quoi occuper pleinement plus de dix jours. Evidemment, proximité oblige, roulage sur la Route 66 (en Dodge Challenger of course), avec lecture préalable des comptes-rendus d’Alain Lubat (USCCN) sur les sections que nous allions emprunter - comme quoi, il faut lire la revue, c’est plein d’infos utiles. Quand on arrive à Las Vegas, on est tout de suite dans le bain : à peine débarqué de l’avion on a droit aux machines à sous. Il y en a de partout dans l’aéroport. Ensuite, pour ceux qui s’attendent à ce que l’Américain roule à 80, c’est la déception : ils roulent à 80, mais des miles, et pas des kilomètres. Sur l’I-40, qui longe et parfois remplace la Route 66 dans l’Arizona, la limitation de vitesse à 75 mph n’est guère respectée que par de rares automobilistes. Si vous roulez moins vite, les camions vous doubleront. Concernant les parcs, évidemment, le Grand Canyon, c’est le point touristique, tout le monde y va, c’est blindé. Et attention à la météo, on a beau être dans un coin plutôt désertique, un temps pourri peut vous accueilir. Votre rédacteur en chef a dû s’y prendre à deux fois, car au premier essai, il tombait des cordes, et on ne voyait tout simplement rien. Une brume très dense. Heureusement que le ticket d’entrée est valable une semaine. De retour à Las Vegas, à 500 km, on retrouve le temps sec et aride de la région. La Dodge Challenger a beaucoup roulé (3300 miles), et fait les montagnes russes : entre la Death Valley à -86 mètres et les zones de l’Arizona qui varient entre 2000 et 3000 mètres, moteurs mécaniques et humains ont été mis à l’épreuve. D’autres parcs sont nettement plus calmes et tout aussi intéressants, comme la Petrified Forest ou encore les Spring Moutains. Les USA sont aussi un pays qui se visite au volant, juste pour admirer les paysages. C’est une région qui mérite qu’on y retourne, pour les autres parcs, comme Yellowstone, ou encore visiter l’Utah (au nord du Nevada) qui semble mériter un détour à lui tout seul. USA 2016

Un énorme tronc de la Petrified Forest, un parc aux multiples couleurs, jonchés d’arbres fossilisés. Il y a plus de 200 millions d’années, c’était une zone humide aux forêts luxuriantes.

Les USA se visitent aussi en camping-car, et l’infrastructure permet de le faire aisément (ici, deux d’entre eux photographiés dans la Valley of Fire, près de Las Vegas). Pour ceux qui seraient proches du nord du Nevada, on vous recommande le petit musée ferroviaire d’Ely, une ville perdue au milieu de nulle part, où il fait très froid comparé à Las Vegas, et dont la gare, fermée en 1983, est restée intacte, et transformée en musée depuis. Ecosse ? Bretagne ? Irlande ? Non, le Grand Canyon, quand la météo n’est pas de la partie... Si si, y a un énorme trou créé par l’érosion là-dessous !

On vous évitera les photos de Las Vegas, de toute façon, pas évident de rendre compte de cette ville ‘‘total délire’’ dont les néons et les machines à sous doivent nécessiter une centrale nucléaire à eux seuls la nuit. Les casinos sont des parcs d’attraction, avec un mélange des genres que seuls les Américains osent faire.

Le High Roller à Las Vegas.

Pratique et pragmatique.

Le Mag

39


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 3

Une fois le séjour autour de Las Vegas passé, le temps était venu de rejoindre le groupe des Lyonnais à Washington, District of Columbia, après avoir fait quelques emplettes de V8 en Pennsylvanie - on vous passe les détails du casse-tête pour faire tout s’emboîter comme il faut, entre voiture de location et billets d’avion, pour éviter les frais d’abandon, les tarifs délirants de certains billets quand on essaie de tout regrouper ensemble, ou encore les sites web des compagnies aériennes qui tentent de vous forcer à prendre un trajet alors que vous en voulez un autre...

Philippe, Patrick, Dominique et Claude pas très loin de l’hôtel à Washington. Jets d’eau du Mémorial de la 2nde guerre mondiale.

Accueil avec parapluie, et après s’être délesté de 30 dollars pour le stationnement à Washington Dulles, direction l’hôtel que nous avait dégoté Gérard. Un hôtel qui fait de la résistance, tenu par la même famille depuis des lustres, et pas encore rasé par les magnats de l’immobilier. Très bien placé, à deux pas d’un supermarché-restaurantself service, et d’un circuit de bus touristique ‘‘Big Bus Tours’’, sans oublier le parking gratuit, c’était la bonne trouvaille. Bon, pour être honnête, fallait pas s’attendre non plus à un palace, vu le prix. Mais il a fait son affaire. Washington DC A Washington, certains guides vous indiquent qu’en trois jours, vous avez bouclé le truc. Bon, on ne sait pas comment ils font, sauf à tout visiter au pas de charge en coup de vent... Nous sommes restés trois jours en effet, et avons tout juste vu les principaux lieux et musées. Au programme, le Mall (composé par l’aligment du Capitole d’un côté, du Mémorial Abraham Lincoln de l’autre, et la gigantesque obélisque au milieu), le musée de l’Histoire américaine, le musée de l’Air et de l’Espace, les autres mémoriaux (guerres de Corée et du Vietnam), le cimetière d’Arlington, et une balade en bus à impériale pour se faire une idée de la ville. Contrairement à beaucoup d’autres villes américaines, on ne voit pas de gratte-ciel à Washington.

La météo pendant le séjour dans la capitale.

Ci-dessus, le cimetière d’Arlington (en Virginie, 290000 tombes) créé lors de la guerre de Secession (1861-1865) où sont enterrés bon nombres de soldats morts au combat. Des centaines de milliers de tombes, dont certaines de personnages illustres, comme J.F. Kennedy.

Mémorial de la guerre de Corée. 40

Le Mag

Lincoln Memorial.

La météo ne fut pas notre alliée pendant le séjour dans la capitale fédérale, on a donc passé du temps dans les deux musées qu’on a faits. Et franchement, ça mérite le détour. En plus d’être gratuits (comme tous les musées du Smithsonian), le contenu est juste fabuleux. Pour ceux ayant la tête dans les étoiles, le musée de l’Air et de l’Espace vous ‘‘téléporte’’ dans un autre univers : module lunaire, télescope Hubble, avions de toutes sortes, fusées spatiales, le vaisseau Enterprise de Star Trek (si si, puisqu’on vous dit que ce musée nous ‘‘téléporte’’)... et ce n’était qu’une mise en bouche vu ce qu’on allait découvrir plus tard. Quant au musée de l’Histoire américaine, il résume de manière très didactique les 200 ans d’histoire du pays : les guerres, la conquête de l’ouest, etc... On y trouve même une exposition consacrée aux moyens de USA 2016


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 4

SR-71 Blackbird. 3600 km/h. 1964. Impressionnant.

Air and Space Museum Module lunaire.

Ci-dessus, P-38 Lightning, dont les ailerons inspireront Harley Earl pour la Cadillac 1948. Ci-dessous, un Packard Merlin V12 de 27 litres et 1490 chevaux.

Un Blériot.

La maquette restaurée du vaisseau Enterprise ayant servi à la série originelle de 1966 à 1969. Ça fait déjà plus de 50 ans que le capitaine Kirk voyageait parmi les étoiles... USA 2016

Le Mag

41


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 5

transports (trains, voitures, camions...), une autre sur les batailles navales, ou encore le bric et le broc du quotidien au fil du XXème siècle. Le programme consistait ensuite à rejoindre Baltimore dans le Maryland, mais avant de quitter totalement Washington, nous avons fait une halte à ‘‘l’annexe’’ du musée de l’Air et de l’Espace (à Chantilly, en Virginie) et une visite de la demeure de George Washington sur le bord du fleuve Potomac. Le fil conducteur en fait du séjour était de lier les visites ‘‘techniques’’, historiques et culturelles.

Explications de la construction typique américaine depuis des siècles. 100% bois !

Museum of American History

La Route 66 expliquée.

Un Apple II (1298$ en 1977). Le musée expose des machines à vapeur.

Collection de grille-pains.

La visite de Mount Vernon fut extrêment intéressante, afin de recadrer ce qu’était la vie du premier président des USA, fermier de son état en fait. Une maison en bois, mais avec une décoration extérieure rappelant la pierre pour donner plus de cachet et de stature, un port, des écuries, et bien entendu, des champs que le maître du domaine cultivait. Dans un coin reculé, une tombe somme toute extrêmement modeste, entouré des membres de sa famille. Quand on parle d’annexe pour le musée de l’Air et de l’Espace, en fait, c’est juste ‘‘top délire’’ : on y voit Concorde, la navette Discovery (qui totalise 39 missions et 168 millions de kilomètres, entre 1984 et 2011), une quantité de chasseurs impressionnante de la seconde guerre mondiale et de l’ère du jet, des avions de transport comme le Dash 80 (prototype du Boeing 707) et le Super Constellation, sans oublier tout ce qu’on oublie de citer ici (ça ne tiendrait pas sur une page...). Il y a aussi les satellites, les maquettes de fusées ou de missiles balistiques, un atelier de restauration que l’on peut admirer au travers de baie vitrées, un cinéma, et même une tour de contrôle d’où l’on peut observer les avions atterrir à Washington Dulles qui se trouve à quelques encablures. Baltimore Après être partis de Washington sous les trombes d’eau, nous avons donc rejoint Baltimore où nous avons pu enfin retrouver le soleil. C’est une très ancienne ville avec un vieux quartier préservé où nous avons déambulé sur les bords de l’Atlantique. Quelques-uns d’entre nous ont visité les bateaux et sous-marins ouverts au public pendant que d’autres allaient ailleurs, le maître-mot étant la flexibilité, afin de satisfaire les goûts de chacun. Cette ville abrite aussi un musée ferroviaire installé dans une ancienne rotonde, avec un certain nombre de locomotives et wagons tout simplement superbes, que nous avons pu visiter. Haut lieu d’une bataille décisive entre la jeune nation américaine et la couronne anglaise, le Fort McHenry nous permet de voir à quoi ressemblait une forteresse de

42

Le Mag

USA 2016


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 6

La cale du bateau, avec ses lests en bois.

Baltimore Historic Ships

Les hamacs du dortoir des matelos.

Le pont avec les pièces d’artillerie.

Baltimore

Salle des torpilles du sous-marin.

Vue forcément réductrice de ce qu’est Baltimore, qui allie une vieille ville plusieurs fois centenaire, avec aussi des buildings ultra-modernes.

Les vieux docks réaménagés. USA 2016

Le Mag

43


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 7

l’époque, avec ses canons, casernements et autres systèmes défensifs. Un petit auditorium permet de comprendre les événements qui s’y sont déroulés, et on comprend mieux ensuite le pourquoi du comment de la bannière étoilée, le nombre d’étoiles et de bandes, ainsi que le rôle joué par la France directement ou indirectement dans l’émancipation du peuple américain. Autre escale dans la région, Gettysburg. Lieu très connu de la guerre de Sécession, cette petite ville fut le théâtre d’une bataille mémorable en juillet 1863 qui vit les Nordistes l’emporter sur les Sudistes. Les champs de bataille se visitent en suivant un parcours parfaitement fléchés (encore faut-il faire attention aux changements de direction...), avec canons et autres statues marquant chacune des batailles de cette grande bataille. Un musée retrace aussi l’histoire de cet événement. Evidemment, la maîtrise de la langue anglaise est essentielle pour en profiter un maximum, car il y a beaucoup à lire dans les musées.

Les canons ne tirent plus depuis longtemps.

Fort McHenry

En attendant Hershey... Ça, c’est du canon !!!

les visiteurs prennent part avec simplicité au lever du drapeau.

Gettysburg A l’extérieur du musée, après avoir passé l’incontournable boutique de souvenirs (avec de la fine porcelaine à prix en rapport), il y a une statue d’Abraham Lincoln à taille réelle.

Un des nombreux monuments sur le site du champ de bataille. 44

Le Mag

Si on avait mis Hershey à la fin de la tournée, c’était pour laisser le meilleur pour la conclusion de cette virée dans la région. Donc avant de rejoindre le clou du spectacle, nous sommes passés par les alentours de York et Lancaster, car là aussi, il y a des choses à voir, pas forcément très touristiques. Et avant même York, lorsque nous sommes allés à Gettysburg, nous avons fait un crochet par un étonnant musée de voitures de course dont Alain-Claude Mainguet en avait fait état sur le forum des clubs : le Eastern Museum of Motor Racing (EMMR). Le monde étant ce qu’il est, à savoir tout petit, nous y avons rencontré des membres de l’USCCN qui passaeint par là... Mais revenons à la région de York. Tout d’abord, on avait programmé l’usine HarleyDavidson qui s’y trouve (marque emblématique des USA fondée en 1903). C’est gratuit, mais le nombre de visiteurs est limité, il faut donc arriver suffisamment tôt. Sueurs froides pour Dominique dont les chaussures avec les orteils à l’air ne convenaient pas : il faut qu’elles soient fermées ! Achat express dans la boutique Harley attenante, et Dominique était prête pour la visite, qui fut d’ailleurs très intéressante. Des énormes presses pour la mise en forme des pièces de tôlerie à l’assemblage final, en passant l’étape peinture ou essai avant expédition, nous avons vu là naître quelques Harley en ‘‘direct live’’. La région de Lancaster est aussi connue pour ses ponts couverts, qui sont très mal répertoriés. Il faut les repérer à l’avance, car en plus, ils ne sont pas indiqués comme lieux à visiter par les panneaux routiers. Il faut les dénicher, et se méritent. Là, inutile de se lancer dans l’aventure sans une carte et un GPS. Ainsi, soudainement au détour USA 2016


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 8

La Rotonde.

B. & O. Railroad Museum Impressionnante locomotive de 1926. Le défaut du musée ? Comme tous ceux visités, les horaires : ça ouvre assez tard (vers 10h00), et ça ferme tôt (17h00 en général).

Pour être honnête, je dois avouer que je m’attendais à nettement plus grand comme musée. Toutefois, les pièces exposées était de qualité, et on en avait pour notre argent... Enfin, du moins quand le terminal carte bleue voulait bien accepter la CB de Philippe... F.M.

USA 2016

Le Mag

45


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 9

d’un virage ou après un croisement, on tombe en face d’un pont couvert. Parfois on le rate aussi et il faut faire marche arrière...

Autour de Lancaster

Les ponts couverts sont ouverts à la circulation, avec quelques restrictions.

Lancaster, c’est aussi le pays Amish, dont le style de vie, refusant plus ou moins toute technologie, est en total décalage avec le mode de vie américain. Pourtant, tout cela cohabite sur la route, entre pick-up V8 glouton et carriole tirée par des chevaux comme au XIXème siècle... Les produits issus des fermes sont proposés à la vente dans des boutiques électrifiées (législation sur les produits frais oblige...), ainsi que tout simplement mis en vente devant les fermes, où chacun peut passer, acheter et payer en déposant l’argent dans la caisse. Aussi incroyable que cela puisse paraître, personne ne vole ni la marchandise, ni l’argent ! Essayez ça chez nous pour voir... Pour votre culture générale, les Amish sont une communauté religieuse anabaptiste fondée en 1693 dans l’Alsace et la Suisse alémanique de l’époque. Persécutés en Europe ils sont essentiellement présents aux USA et parlent d’ailleurs tous allemand et sont restés à leurs origines sur le plan matériel et sur une culture familiale et de voisinage très puissante et soudée d’il y a plus de trois siècles. Chaque week-end, une famille reçoit la communauté pour l’office, qui dure pratiquement toute la matinée du dimanche. Hershey

Les maisons Amish, mais pas que, sont tirées au cordon, il n’y a pas un brin d’herbe qui dépasse. Magnifique. Les ponts couverts passent parfois par des réfections complètes comme celui-ci à gauche. Ci-dessous, le prez’ du V8 prend la pose alors qu’une carriole passe. Tout cohabite sur les routes...

Arrivés à Hershey le mardi soir, nous nous sommes répartis entre deux hôtels (les résas un peu tardives en février n’avaient pas permis d’être tous ensemble), et nous nous sommes baladés en ville. Hershey, il faut se rappeler, est une ville construite autour de la chocolaterie du même nom, et les rues ont des appellations en rapport : Cocoa Avenue ou Chocolate Avenue. Le lendemain, et pour deux jours, ce fut de la marche à pied intense, tellement le ‘‘swap meet’’ est immense - imaginez environ un rectangle d’un kilomètre de long par 500 m de large (soit 50 hectares), sans compter les parkings. Des vendeurs de pièces détachées à perte de vue (il y en a 9000), et des voitures les unes plus neuves que les autres (environ 1000). De quoi revenir dégoûté et jetter sa Cadillac à la benne. On y voit de tout, de l’ancêtre des années 1910 à la Citroën 2CV, en passant par les youngtimers Toyota Corolla ou encore les Fifties. Les prix vont de quelques milliers de dollars au demimillion, voire plus. Et le tout, sans cordon de sécurité, ni d’énergumène mal élevé : ici, on respecte les objets, et on regarde avec les yeux, pas avec les doigts. La difficulté sur place, c’est de se réfréner, car sinon on explose le plafond de sa carte bleue (ou de vider ses poches, le cash est roi en Amérique, même pour les grosses sommes : payer avec 1000 billets de 100$, c’est pas un souci !!!) et on se retrouve avec des excédents de bagages. Il y a des ven-

46

Le Mag

USA 2016


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 10

L’Eastern Museum of Motor Racing rassemble une quantité impressionnante d’engins de courses que l’on n’est pas habitués à voir, car il s’agit de courses typiquement américaines qu’on ne retrouve pas chez nous.

E.M.M.R.

Rencontre fortuite entre AmeriSud, V8 Forever et USCCN !

Usine Harley-Davidson

Peu de photos de l’usine Harley-Davidson pour une simple raison : il y est interdit de photographier la chaîne de montage. On peut juste immortaliser sur la pellicule numérique le hall d’entrée avec une exposition de pièces détachées décrivant les étapes de fabrication, ainsi que les motos que l’on peut chevaucher et admirer. USA 2016

Le Mag

47


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:40 Page 11

deurs de tout, des clubs, une vente aux enchères, bref, c’est à voir au moins une fois pour se rendre compte de ce que c’est qu’un tel événement. Tout est king size aux USA ! Avant de repartir d’Hershey, visite du musée de l’AACA qui s’y trouve, avec une agréable surprise : pas moins de 3 Tucker (1948), dont la numéro 01, étaient exposées. Et petit privilège, lors de la visite du sous-sol, nous avons pu monter à bord du Sceni-Cruiser, le bus dessiné par Raymond Loewy, malheureusement pas aux couleurs de Greyhound (mais ça fera l’affaire), dont on avait parlé dans la revue il y a quelque temps. Magique. Et tels de grands gamins, certains de la troupe furent simplement ‘‘scotchés’’ devant l’énorme train miniature où tout le décor est fonctionnel, que ce soit le car wash ou le drive in. Top délire ! Et quand à cela vous rajoutez une météo parfaite, presque trop ensoleillée d’ailleurs (coups de soleil ramenés dans les bagages), on ne pouvait rêver mieux. Et finir sur 3 Tucker, qui dit mieux ? Philadelphie puis la Floride

Hershey A Hershey, on voit de tout, mais la majorité des voitures sont des années 40 à 70. On y a même vu une Peugeot 601, une magnifique Duesenberg... Il y en a tellement qu’on a du mal à choisir quelle était la plus belle d’entre toutes.

Frédéric désormais reparti vers la France ses vacances terminées, le groupe des Lyonnais continue donc son périple. Après une petite visite chez Gilles B. pour découvrir ses garages et la cinquantaine de V8 des Fifties et Sixties, le groupe file sur Philadelphie, qui littéralement veut dire : amour fraternel. Ça change de la verte campagne de Pennsylvanie... ‘‘Philly’’ pour les intimes est la ville d’Amérique la plus chargée d’histoire avec la Déclaration d’Indépendance et la Constitution des Etats-Unis d’Amérique. Elle fut en fait la première capitale des Etats-Unis avant la création artificielle en 1790 de Washington D.C., volontairement fondée sur deux Etats (le Maryland et la Virginie) pour qu’aucun d’entre eux ne prétende que la capitale soit chez l’un ou l’autre. Pour y voir la célèbre cloche de la Liberté, il faut s’armer de patience pour faire la queue. Ville de la Liberté, ville culturelle et artistique, c’est aussi la ville de la tolérance ‘‘arc-enciel’’ (rappelez-vous le film Philadelphia avec Tom Hanks). On y a logé à l’Alexander Inn en plein centre de ‘‘l’Out Fest 2016’’, une joyeuse fête ‘‘Mariage pour tous’’ où le secteur piétonnier, exceptionnellement avec tolérance de bières à la main dans la rue, était pour l’occasion illustré sur un tee-shirt. Après une nuit dans un motel près de l’aéroport BWI (pour Baltimore Washington International), les Lyonnais du V8 Forever n’ont pas regretté de s’envoler pour Miami, ou plutôt Fort Lauderdale, au nord de Miami. Notre Boeing a de justesse évité l’ouragan qui remontait du sud. A l’arrivée, un hôtel en bord de mer les attendait ; très bonne adresse donnée par notre ami et habitué, Robert H. du V8, le Days Hotel Thunderbird, au nom bien mérité.

48

Le Mag

USA 2016


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:41 Page 12

A droite, une très belle Chrysler New Yorker de 1991 en état quasi neuf pour 5500$. De quoi rouler dans une auto typique pour pas cher. Reste bien sûr la DRIRE en cas d’import, mais elles vont bientôt avoir 30 ans, et là, la carte grise collection suffit, et pas besoin de passage aux Mines. Ci-dessous, une rare Chrysler 300D de 1958, somme toute assez banale vu tout le reste exposé à Hershey. Ce qui l’est moins, c’est qu’elle était garée sur le parking de l’hôtel, y a passé la nuit, et personne n’y a touché.

Les états des voitures vont de la quasi-épave (Cadillac 1959 ci-dessus) à la voiture quasiparfaite (DeSoto Fireflite 1957 ci-dessous). Et encore, il faut avoir l’oeil pour déceler le tout petit défaut qui la rend seulement ‘‘quasi’’ parfaite. A droite, une splendide Cadillac cabriolet. C’est simple, on a juste envie de toutes les acheter...

USA 2016

Le Mag

49


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:41 Page 13

Miami, la festive, la multiculturelle, où on y parle plus espagnol qu’anglais, notamment au quartier Little Havana, une ville d’artistes et d’Art Déco très raffinée.. Pas assez de temps pour tout voir, on y retournera, mais on y a toutefois découvert un musée incroyable. Qualifié de plus grand musée privé du monde de véhicules de collection, le Miami Auto Museum en expose 1200 sur 28000 mètres carrés. Par comparaison, la Cité de l’Automobile à Mulhouse (collection Schlumpf) compte 500 voitures... Il a été créé par Michael Dezer et a ouvert en 2012. On en a eu plein les yeux, un vrai rêve.

A.A.C.A. Museum

Voici les deux autres Tucker exposées. A plus d’un million de dollars pièce, elles étaient là. Simplement exposées. La numéro 01 n’avait même pas de cordon.

Des centaines d’américaines classiques, des halls consacrés aux voitures de films, une mise en scène et un décor de professionnel avec des extraits vidéos qui passent en boucle, comme la Cadillac 1959 de SOS Fantômes (Ghostbusters pour le titre en anglais), la Ford 48 de Grease, le char russe T55 de Golden Eye et toutes les voitures de tous les James Bond, toutes celles de Batman, la Cadillac mitraillée de Schwarzenegger dans Terminator 3, et la liste est longue. Des centaines de motos et scooters Vespa, des voitures présentées par pays comme les 2CV, DS, Dauphine, Floride pour la France, mais aussi des véhicules militaires. Le groupe quitte Miami à qui on dit ‘‘à bientôt’’, mais il ne pouvait pas se priver d’un petit tour en ‘‘air boat’’ dans les marécages des Everglades avec crocodile au repas, ni de rouler jusqu’aux Keys par la Route n°1 qui nous emmène d’île en île à près de 300 kilomètres de Miami au point le plus au sud des USA. Et en face à 90 miles, c’est Cuba. Key West, une parenthèse de bohème, une ville décontractée où des hommes illustres s’y sont perdus comme Ernest Hemingway, mais on les comprend bien tellement ce bout du monde est enivrant, hors du temps et de l’espace. Les convertibles Mustang et Camaro y pullulent. Nous n’avions pas réservé d’hôtel et avons trouvé en bord de mer une auberge de jeunesse, le ‘‘Sea Shell Motel’’ aussi sympa que bon marché (le groupe cherchait-il à se rajeunir ?). Puis ce fut déjà le retour sur Washington et Paris après trois semaines mémorables entre amis, les têtes pleines de souvenirs. See you soon, Florida ! Conclusion Ce furent d’excellentes vacances pour tous, et on en a pris plein la vue. Sens de l’accueil, personnels charmants. Essence vraiment pas chère, des stations-services de partout (bien plus que chez nous), des gags ici ou là comme la carte bleue qui refuse obstinément de passer (prévoir d’être toujours à plusieurs, de banques différentes, car sinon, vous avez l’air très bête avec le réservoir vide et la carte bleue qui ne passe pas...) ou

50

Le Mag

USA 2016


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:41 Page 14

Philippe sur le point de prendre le Sceni-Cruiser pour rallier San Diego... Courage ! Les décors feraient rêver n’importe quel organisateur de stand lors des salons de voitures anciennes...

Ci-dessous, un décor à l’échelle 1 avec une vraie voiture. Ci-dessus, miniatures plus vraies que nature. Et décor entièrement fonctionnel !

Le sous-sol abrite quelques voitures mais aussi une fort belle collection de bus tout simplement magnifiques. Le musée est payant. USA 2016

Le Mag

51


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:41 Page 15

Hellertown

La cloche de la Liberté.

Philadelphie

T-Shirt ‘‘Out Fest 2016’’.

Un BigBus comme à Washington : conduite à droite, et à impériale.

encore l’absence de boissons alcoolisées au restaurant en Pennsylvanie, et le tout king size : le plat modéré selon le menu qui s’avère être carrément une demi-baguette avec une tonne de garniture, faut pouvoir avaler ! On vous laisse imaginer alors le plat ‘‘normal’’, ou encore celui qui propose un steak d’un demi-kilo. Englouti le soir, y a de quoi occuper l’estomac pendant toute la nuit. Le plus compliqué reste toutefois le calcul du pourboire (jamais inclus) ou alors trouver comment actionner la pompe à essence (y a parfois des leviers qu’il faut actionner, et quand on sait pas, et bien on ne sait pas, et on a l’air un peu idiot avec le pistolet qui ne crache pas une goutte de sans-plomb). Ne pas paniquer à la vue des croisements autoroutiers dantesques à plusieurs étages, avoir un bon GPS à jour, et surtout rester zen au volant. Evidemment, concernant le GPS, il faut absolument s’assurer que les cartes sont téléchargées et que le téléphone est toujours en mode avion, sinon la facture explose encore plus violemment. Déjà que les quelques méga-octets coûtent une fortune (environ 1 dollar le méga-octet), imaginez si le téléphone se met à faire des mises à jour ou vous transmet les conditions de circulation en direct. C’est votre opérateur qui va être content avec la facture. Et quand arrive un croisement à 4 stops, et bien c’est chacun son tour. Et si on tombe sur un des rares ronds-points, et bien on se sent subitement un peu plus comme chez soi. Enfin, de même qu’en France on ne parle pas anglais, et bien aux USA on ne parle pas français. Mais on se débrouille : il nous reste les mains et les gestes pour tenter de se faire comprendre. A refaire un jour bien entendu, en espérant que la météo soit aussi bonne qu’à Hershey, mais sur toute la durée du séjour !!!  Frédéric, Dominique, Patrick, Claude et Philippe, en espérant que Gérard et Alain n’aient pas trop de regrets de ne pas avoir pu nous accompagner ! Les photos sont de tout le monde, piochées dans le stock des appareils de chacun, parmi des milliers de clichés. La sélection sur ces pages est forcément réductrice.

A gauche et à droite, Philadelphie. On y voit un mélange de buildings modernes et de bâtiments en pierre de taille nettement plus ancien. Au premier plan sur la photo de gauche, une Lincoln Town Car limousine comme il en circule encore pas mal aux USA. A droite, vous remarquerez la météo... Décidément, on aura eu une chance folle à Hershey ! 52

Le Mag

USA 2016


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:41 Page 16

A l’Auto Museum de Miami, de gauche à droite : Patrick, Philippe et Claude.

Miami En cas de montée du niveau de la mer, Miami fera partie des villes immédiatement impactées.

Très belles mises en scène au Miami Auto Museum at the Dezer Collection (nom complet du musée).

USA 2016

Contraste entre ‘‘Little Italy’’ et les buildings modernes (ci-dessus), à Miami.

Le Mag

53


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:41 Page 17

Sur le départ pour une balade dans les Everglades.

Les Everglades, des marécages à perte de vue (20000 km2).

Everglades - Key West Le prochain qui tombe à l’eau, il en fait son repas... !

Key West.

Au bout du bout des USA, à Key West. Piscine et palmiers de l’hôtel.

Bord de mer à Fort Lauderdale.

Hôtel tout confort avec vue sur l’Atlantique à Fort Lauderdale, avec une T-Bird et une pompe à essence dans le hall ! Key West.

La loi littoral aux USA n’est pas la même que chez nous. L’hôtel est le tout petit bâtiment à gauche... 54

Le Mag

USA 2016


Page-38-55-USA2016 - Sauvegarde 2_USA2016 04/03/2017 12:41 Page 18

Trop dur... va falloir rentrer...

Où se cache-t-il ? Sourires coupables...

Et c’est déjà fini... Nous espérons que ces quelques pages vous ont permis de voyager, de vous donner des idées de prochaines vacances, ou d’y retourner tout simplement un jour...

A l’Air & Space Museum. USA 2016

Le Mag

55


Page-56-Pub_Page 56 04/03/2017 12:44 Page 1


Page-57-Books_Books 04/03/2017 12:52 Page 1

Par Didier Hardy

Books

Pour ce numéro 25 de notre revue, j’ai choisi de vous présenter un ouvrage intitulé Cars of the sizzling 60. Comme son titre l’indique, ce livre fait la revue des voitures américaines des années 60 qualifiées de ‘‘grésillantes’’ ou plutôt de ‘‘crépitantes’’ (traduction littérale de sizzling). Selon le principe habituel, les présentations sont classées par année puis par constructeurs. Tout aussi habituellement, cet ouvrage volumineux de 416 pages contient d’innombrables illustrations (c’est pour cette raison que je n’en donnerai pas le chiffre) toutes en couleurs et d’époque. Les textes sont constitués de descriptions attachés à chaque illustration et donnant un aperçu de l’histoire de la conception de chaque véhicule. En résumé, il s’agit d’un inventaire relativement complet de la production automobile des Etats-Unis de la décennie des sixties. Editions : Publications International, Ltd Auteur : Louis Weber, CEO 416 pages et un nombre incalculable d’illustrations. Disponible à la vente.

Le Mag

57


Back to the past

Page-58-OldDays_Temps Anciens 04/03/2017 12:53 Page 1

58

Un parking, vers 1960 ou 1961.

Qui aujourd’hui fait encore une photo devant sa voiture ?

De quoi être fier de sa dernière acquisition, ici une Plymouth Fury hardtop coupé de 1960 (devant, il s’agit d’une Plymouth Belvedere berline de 1957).

Atlantic City dans les années 50 (vers 1955 ou 1956).

Le Mag

Rendez-vous au prochain numéro ...


Page-59_3ème de couverture 04/03/2017 12:53 Page 1


Page-60_4ème 04/03/2017 12:53 Page 1

Profile for AmeriSud

Le Mag des Clubs #25  

Le Mag des Clubs #25

Le Mag des Clubs #25  

Le Mag des Clubs #25

Profile for amerisud
Advertisement