Page 1

Page-01-bis_Couverture 17/03/2015 21:29 Page 1

Mag Le

des clubs

17

Printemps 2015

Flower Power : Imperial 69-73, Super Bee 68-71 ! Et aussi : Epoqu’Auto, la Fête du maïs, les rencards mensuels...


Page-02_Ours 17/03/2015 21:30 Page 1

#17 Printemps 2015

des clubs

Welcome !

Bulletin d’information inter-clubs édité par : AmeriSud 53, rue Abbé Brémond 64000 Pau

Disponible dans 3 mois environ.

Mag Le

En collaboration avec le V8 Forever, l’US Cars Club Normandy et l’American Feeling 31. Bienvenue chez AmeriSud, le V8 Forever, l’USCCN et l’American Feeling 31, qui ensemble vous proposent ce bulletin d’information consacré aux voitures américaines et leurs activités. Ci-dessous, retrouvez la localisation des clubs participant à cette édition sur la carte de France.

USCCN

Directeur de publication : Philippe Courant Rédacteur en chef : Frédéric Mardon Publicités dans le Mag : didier.hardy8@orange.fr V8-Forever

Impression par : impressiondemagazine.fr Dépôt légal : Avril 2015. ISSN : 2272-9542.

AmeriSud

US CARS CLUB NORMANDY

AMERICAN FEELING 31

Pacy-sur-Eure (27)

Léguevin (31)

V8-FOREVER

Pau (64)

Belmont d’Azergues (69)

N U M É R I Q U E S

ARCHIVES

AMERISUD

Le Le Le Le Le Le Le Le Le Le Le Le Le Le Le Le

Mag Mag Mag Mag Mag Mag Mag Mag Mag Mag Mag Mag Mag Mag Mag Mag

01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16

: : : : : : : : : : : : : : : :

American Feeling

Retrouvez toutes les coordonnées des clubs dans les pages dédiées à chacun d’entre eux dans ce numéro (voir le sommaire ci-contre).

http://issuu.com/amerisud/docs/asm001 http://issuu.com/amerisud/docs/asm002 http://issuu.com/amerisud/docs/asm003 http://issuu.com/amerisud/docs/asm004 http://issuu.com/amerisud/docs/asm005 http://issuu.com/amerisud/docs/asm006 http://issuu.com/amerisud/docs/asm007 http://issuu.com/amerisud/docs/asm008 http://issuu.com/amerisud/docs/asm009 http://issuu.com/amerisud/docs/asm010 http://issuu.com/amerisud/docs/asm011 http://issuu.com/amerisud/docs/asm012 http://issuu.com/amerisud/docs/asm013 http://issuu.com/amerisud/docs/asm014 http://issuu.com/amerisud/docs/asm015 http://issuu.com/amerisud/docs/asm016

Pour plus d’information sur ce magazine (contacts), connectez-vous sur le site Internet d’AmeriSud : www.amerisud.fr QUI SOMMES-NOUS ?


Page-03_Edito-Sommaire 18/03/2015 08:44 Page 1

Au Sommaire Pour ce 17ème numéro du Mag’ très coloré, voici le sommaire : - 02 - News de Detroit. - 06 - Les Fiches : Ford Fairlane Crown Victoria Skyliner 1955-56. - 08 - Les Fiches : DeLorean DMC-12 1981-83.

Activités American Feeling 31 - 10 - Coordonnées, édito, calendrier. - 11 - Activités hivernales et un peu plus...

Activités US Cars Club Normandy -

14 15 16 17 18 20

-

Coordonnées, édito, calendrier. Breuilpont. Le Maroc en Corvette. Repas annuel. Les rencards mensuels. Sortie à la Base Aérienne 105 d’Evreux.

Activités AmeriSud -

22 23 24 26

-

Coordonnées, édito, calendrier. Téléthon 2014. Le Père Noël est un biker. Fête du maïs à Laàs.

Activités V8 Forever

-

37 44 50 55 56

- 30 - Coordonnées, édito, calendrier. - 31 - Epoqu’Auto 2014. - 34 - Festival Country de La Tour de Salvagny 2014. - La saga Imperial : 1969-73. - Dodge Super Bee 1968-71. - La Route 66, suite du périple. - Books & Co. - Le bon vieux temps.

Vous y avez échappé au numéro précédent, on remet le couvert Imperial sur la table, avec la génération 1969-1973. Ça commence à sentir le roussi pour la marque, et la fin est toute proche : rencontre avec ces paquebots de la route. Pour continuer dans ces années aux puissances folles, on vous propose un petit aperçu des Dodge Coronet Super Bee de 1968 à 1971, aux couleurs bien d’époque. Et bien entendu, vous retrouverez la section club, un peu réduite, la saison voulant cela. Nous entamerons bientôt dans un prochain numéro une série de comptes-rendus sur Cuba.

Bonne lecture à toutes et à tous ! Le rédac’ en chef, Frédéric Mardon

Le Mag

01


Page-04-07_News 17/03/2015 21:35 Page 1

News de Detroit ...

Après la Shelby GT350 de 500 chevaux (ci-dessus), une version plus radicale, la GT350R, a été présentée à Detroit. Plus légère, plus affûtée, bref, de quoi brûler de la gomme à chaque accélération...

Cadillac vient d’annoncer la future ATS-V (à gauche), à savoir la déclinaison super sportive sur la base de son modèle entrée de gamme : en berline ou coupé, elle devrait recevoir un V8 de 455 chevaux. De quoi chatouiller les BMW M3 et M4 qui sont clairement en ligne de mire (sur le marché US, Cadillac étant presque totalement absent d’Europe). La marque prépare aussi la future CT6, qui viendra remplacer la XTS (ci-dessous) qui ne se sera pas renouvelée. Cette dernière, mal positionnée, ne vivra qu’une génération : prix de base trop peu élevé (un comble, elle est moins chère que le modèle inférieur, la CTS...), roues avant motrices, elle n’est donc pas assez prestigieuse... Classe S, Série 7 et A8 ont encore de beaux jours devant elles...

02

Le Mag


Page-04-07_News 17/03/2015 21:36 Page 2

Les rappels massifs continuent suite aux problèmes d’airbag de l’équipementier Takata. Dernier en date, FCA (Fiat Chrysler Automobiles) avec 3,3 millions de véhicules rappelés. Le problème n’est pas anodin, car ces airbags défectueux peuvent exploser intempestivement en projetant des morceaux... Déjà plus de 20 millions de rappels partout dans le monde.

Cadillac présente aussi la CTS-V, munie du V8 de la Corvette Z06, à peine dégonflé (640 chevaux contre 650). Le 0 à 100 est donné pour moins de 4 secondes, avec une vitesse max de 320 km/h... C’est bien, mais on attend toujours une vraie limousine full-size. La CT6 peut-être ?

Prévu à la fin de l’année, le nouveau MKX de chez Lincoln (modèle 2016, présenté cette année à Detroit).

Le Mag

03


Page-04-07_News 17/03/2015 21:36 Page 3

Présentée également à Detroit, la nouvelle Ford GT, dont la commercialisation est prévue en 2016. Equipée d’un V6 bi-turbo de plus de 600 chevaux. Rien pour l’instant sur le prix, mais quand on sait que la précédente génération coûtait plus de 150.000$... Pour la petite histoire, Ford ne peut appeler son auto GT40 car la marque avait vendu les droits à une société qui produit des répliques de la GT40 originelle...

Commercialisé en tant que modèle 2017 (à la fin 2016 donc), voici le nouveau Ford F-150 Raptor. Il troque le V8 actuel contre un V6 3.5 Ecoboost (turbo donc). La puissance sera au rendez-vous, puisque le nouveau bloc doit délivrer plus que l’actuel (soit plus de 411 chevaux). 04

Le Mag


Page-04-07_News 17/03/2015 21:36 Page 4

Après la Volt, voici la Bolt ! En Français, ça donne la Chevrolet ‘‘Boulon’’... Présenté à Detroit, ce concept-car se veut la voiture électrique abordable... Enfin tout est relatif, car la voiture électrique pas chère, cela reste à inventer... L’idée est néanmoins de faire moins cher que la BMW i3 avec plus d’autonomie. Affaire à suivre...

Palmarès 2014 1

Avec 10,23 millions de voitures écoulées, Toyota est numéro un mondial, avec 4 marques.

2

Avec 10,14 millions de véhicules, le groupe VW (et ses 12 marques) se hisse à la deuxième place.

3

General Motors finit troisième, et rate la barre des 10 millions de 80.000 unités...

Les Buick étant de plus en plus des Opel, voici la Buick Cascada... Ironie de l’histoire, avant le grand ménage effectué chez GM, les Opel étaient vendues aux USA sous la marque... Saturn. Volkwagen réussit là où GM s’était cassé les dents avec trop de marques...

Toujours à Detroit, voici la Buick Avenir. Le rapprochement avec Opel ne faisant plus de doute, peut-être a-t-on là une future Opel sous nos yeux ?

Le Mag

05


Page-08-09_Skyliner 17/03/2015 21:37 Page 1

Les Fiches FOR-04

Ford Crown Victoria Skyliner 1955-1956 Marque commerciale : Ford Modèle : Fairlane Crown Victoria Skyliner Années : 1955-56 Carrosserie : coupé 2 portes Groupe d’appartenance : Ford Motor Company Fabricant : Ford Division ***

Bref historique : En 1955, Ford propose de nouvelles carrosseries pour tous ses modèles : mot d’ordre ‘‘longer, lower, wider’’... Pare-brise panoramique, embryons d’ailerons, couleurs vives etc..., tout est bon pour appâter le chaland. Les Crown Victoria ont un design particulier, un ornement chromé surnommé ‘‘basket handle’’ (anse de panier) rappelle les landaulets des années 30. En rajoutant le demi-toit transparent des Skyliner 1954 on obtient la ‘‘Crown Victoria Skyliner’’, la plus rare des Ford 195556. Ce gadget n’attira guère de clients, il s’en vendit 15 fois moins que la version à toit ‘‘normal’’. Pourtant ça n’augmentait le prix que de 70$ ! Il faut remarquer que le cabriolet Sunliner était affiché moins cher et offrait le vrai soleil...

1955

Technique : Moteur : 6 cylindres ou V8 ‘‘Y-block’’. - 6 cylindres en ligne 223 ci (3650 cm3), 120 chevaux, carburateur simple corps Holley (137 chevaux en 1956). - V8 272 ci (4450 cm3), 162 chevaux, carburateur 2 corps Holley. En option : 182 chevaux avec ‘‘PowerPack’’ carburateur 4 corps et double ligne d’échappement. - V8 ‘‘T-Bird’’ 292 ci (4785 cm3) 193/198* chevaux (1955), 200/202* chevaux (1956), carburateur 4 corps Holley. - V8 ‘‘T-Bird Special’’ 312 ci (5112 cm3), uniquement 1956, 215/225* chevaux, carburateur 4 corps Holley. * boîte manuelle/boîte automatique Transmissions : aux roues arrière. Boîte manuelle 3 vitesses. Overdrive ou Fordomatic en option. Freins : tambours (assistance en option). Suspensions : ressorts hélicoïdaux à l’avant, lames à l’arrière. Pneus : 6.70 x 15 (7.10 x 15 avec Fordomatic). Dimensions : - Empattement : 2,93 m. Longueur : 5,04 m. Largeur : 1,93 m. Poids : 1500 kg.

La série est la Fairlane. Les hardtops sont des Victoria. La hardtop avec ‘‘anse de panier’’ est la Crown. Et celle avec le demi-toit en plexi porte le nom de Skyliner. Ce qui nous donne un nom à rallonge de Ford Fairlane Crown Victoria Skyliner...

L’équipement de base est celui d’une Ford, c’est-à-dire très limité : toutes les assistances sont en option, tout comme la peinture 2 tons ou le Continental Kit, très apprécié... Evolution : la Glasstop Vicky est reconduite en 56, quasiment identique à l’extérieur. L’intérieur a droit, comme tous les autres modèles 56, à un relookage complet sur le thème de la sécurité (rembourrages divers). Pour la 1ère fois chez Ford apparaît l’option ceintures de sécurité. Question technique, à part le passage aux 12 volts et l’option moteur 312 ci, peu d’évolution. 1957 verra naître une toute nouvelle ‘‘Skyliner’’, bien plus connue, la fameuse ‘‘rétractable’’. Les Skyliner 55-56 sont des Milestones Cars. A noter que sa jumelle canadienne, la Meteor Rideau Crown Victoria, n’aura pas droit au toit en plexi.

1956 06

Le Mag

Cote : (en état concours US) De 45 à 65.000$, les 56 sont plus chères. Un 6 cylindres diminue la valeur de 15% et la climatisation l’augmente d’autant.


Page-08-09_Skyliner 17/03/2015 21:37 Page 2

Les Fiches

Ford Crown Victoria Skyliner 1955-1956

FOR-04

Club : Crown Victoria Association, P.O. Box 6, Bryan, OH 43506-0006. Email : cvaoffice@thecvaonline.com Tél. : (419) 636 2475. Web : https://thecvaonline.com/ Crown Victoria Skyliner Production

Prix 6 cyl.

Prix V8

1955

1999

2272$

2372$

1956

603

2407$

2507$

Ancètre des stores automatiques sur les voitures modernes, la Crown Victoria Skyliner recevait deux demi-toiles ‘‘zippables’’ pour protéger les occupants en cas de soleil trop fort... (ci-dessous).

1956 1956

1956

Photo par Pat Durkin

www.conceptcarz.com

Teinte bicolore, accessoires chromés et continental kit sont quasi-obligatoires sur ces mid-fifties !

Différencier les modèles 1955 des 1956 est assez facile... quand on sait où regarder : les 55 ont des clignotants ronds, quand les 56 sont elliptiques avec retour sur les ailes. Les V8 ont un petit logo sur les ailes en 55, qui ont par ailleurs aussi un autre logo au creux du ‘‘V’’ sur la portière avant (absent en 1956). La grande moulure latérale est d’ailleurs différente entre les deux années (striée en 1956 et ‘‘V’’ différent).

1955

Photo par Rex Gray - www.flickr.com

Le Mag

07


Page-10-11_DMC12 17/03/2015 21:38 Page 1

Les Fiches

DeLorean DMC-12 1981-1983

DEL-01

Marque commerciale : DeLorean Modèle : DMC-12 Années : 1981-83 Carrosserie : coupé 2 portes ‘‘gullwing’’ Groupe d’appartenance : DeLorean Motor Company Fabricant : DeLorean Motor Cars Ltd ***

Ci-contre et ci-dessus, extrait de brochures d’époque. La DMC-12 avait des ailes papillon comme la Mercedes 300 SL. Toute en inox, c’était l’enfer à maintenir propre... Ci-dessous, le prototype de 1976, avec John DeLorean. Le dessin original est dû à Giugiaro. Et il ne se sera pratiquement pas modifié pour les version de série.

Bref historique : Difficile d'évoquer ce modèle rendu célèbre par les films ‘‘Retour vers le futur’’ (Hé Doc...) sans parler de son concepteur, John Zachary DeLorean (JDL). Ayant travaillé chez Chrysler et Packard pour devenir un des responsables de GM (Pontiac lui doit les GTO et les Trans’Am) et finir vice-président de la GM, son esprit rebelle lui fit quitter un salaire de 600.000$ par an pour créer sa propre compagnie en 1974. Une usine fut construite pas loin de Belfast (en Irlande du Nord) afin de construire la DMC-12, ceci pour des raisons essentiellement mercantiles (salaires bas, chômage, et subventions gouvernementales...). Le 1er prototype (motorisé par un 4 cylindres Citroën) subit de nombreuses modifications (dont le moteur !) avant d’être mis en production à la mi-1981. La carrosserie est en matière synthétique recouverte d’inox. Hélas pour JDL, les ventes se révélèrent tout aussi désastreuses que sa fin de carrière... Technique : Moteur : V6 aluminium ‘‘Peugeot-Renault-Volvo’’ (le fameux PRV) en position centrale arrière, 174 ci (2851 cm3), 130 chevaux (170 en version Europe cause absence de catalyseur et de normes anti-pollution !) et injection Bosh K-Jetronic. Transmission : aux roues arrière. Boîte manuelle 5 vitesses (de série) ou automatique (option). Freins : disques avant et arrière (assistés). Suspension : indépendante sur les 4 roues, ressorts hélicoïdaux. Pneus : 195/60HR14 à l’avant, 235/60HR15 à l’arrière. Dimensions : - Empattement : 2,41 m. Longueur 4,27. Largeur : 1,85 m. Poids : 1035 kg. Vitesse max : 190 km/h. Le 12 de DMC-12 correspond au prix de vente théoriquement prévu (12.000$) afin de concurrencer la Corvette vendue à ce tarif-là, mais l'inflation de la livre sterling et les retards firent que la somme doubla pour atteindre un prix catalogue de 25.000$ ! Evolution : Malgré d’évidentes qualités, la clientèle se plaint vite de la DMC-12 : performances décevantes, problèmes électriques, impossibilité de conserver la voiture propre (n’oubliez pas que l’inox est brut, donc si vous faites de la mécanique sur une DMC, n’y posez pas vos doigts dessus...). Une série de 100 exemplaires plaqués or 24 carats fut prévue en association avec American Express afin de les vendre aux possesseurs de la Gold Card à Noël 1980 mais seules 2 furent construites (et existent encore). Quelques améliorations en 1982 (et un prix revu à la hausse) n’améliorèrent pas les ventes et les actionnaires (dont British House of Commons qui avait injecté 138 millions de dollars) commençaient à s’inquiéter ! En fait le 18 octobre 1982 la DeLorean Motor Company fut déclarée en faillite et le lendemain JDL fut arrêté à Los Angeles pour trafic de drogue : il avait prévu ‘‘d'importer’’ 100 kg de cocaïne pour éponger les dettes ! Il fut acquitté par la suite. Curieusement la cote de la voiture s’envola après cet incident !

08

Le Mag


Page-10-11_DMC12 17/03/2015 21:38 Page 2

Les Fiches

DeLorean DMC-12 1981-1983

DEL-01

Cote : (en état concours US) 27.000$, et de 80 à 170.000$ pour la Gold edition. Clubs : - DeLorean Owners Association. Web : http://www.delorean-owners.org/ - D.M.C : oui, elle existe toujours ! Au Texas une compagnie a racheté le stock de pièces US (celles qui étaient dans l’usine ont été jetées dans l’Atlantique !) et dispose donc de pièces d’origine mais vend aussi des voitures ‘‘reconstruites’’ : 15023 Eddie Drive, Humble, Texas 77396. Tél. : (281) 441-2537. Web : http://www.delorean.com. Il existe plusieurs ‘‘chapters’’ (Californie, Floride, Midwest et même Europe, en Hollande : http://delorean.eu/index_en.php). Environ 9000 voitures ont été produites (bien moins que le nombre nécessaire pour rentabiliser l’affaire...). Parmi elles, 2 Gold Edition (au prix usine de 85.000$) et 16 avec le volant à droite. Il existe une autre Gold finie de fabriquer en 1983 avec les pièces de secours des deux premières. Et un client plaqua la sienne, déçu de ne pas avoir pu en acheter une à Noël 1980...

Photo par Steve Glover - www.flickr.com

Photo par Brian Hicks - www.flickr.com

Ci-dessus, la version avec intérieur gris clair. Il existait aussi en noir. Et en bas, impossible de ne pas mentionner la trilogie ‘‘Retour vers le futur’’ où la voiture permet de voyager dans le temps (ci-dessous). Le premier des films est sorti après la fin des opérations de la DeLorean Motor Company. Un coup de publicité trop tardif... mais qui aura marqué les esprits, et tout le monde (ou presque) sait reconnaître une DeLorean.

Photo par Ian Weddell - www.flickr.com

Photo par Sascha Grant - www.flickr.com

Le Mag

09


Page-12_American Feeling 31 17/03/2015 21:39 Page 1

The American Feeling 31 Section Le mot du chef...

= Coordonnées = American Feeling 31 11 route de la Salvetat 31490 Léguevin 31americanfeeling@gmail.com = Contacts = Président : Jean-François Thépenier 05 61 86 54 78 jean.francois.thepenier@gmail.com

La nouvelle année commence et nous avons été sollicités pour deux gros événements en préparation qui vont nous permettre de montrer au moins huit voitures de qualité dans des halls d’exposition : le premier la foire exposition de Toulouse du 4 au 11 mars 2014, le second à Beauzelle comme les deux années précédentes. Ces 2 expositions se passeront dans le cadre des années Rock, donc des voitures des années 54 à 60. Au cours de ce trimestre nous avons peu des sorties mais nous en profitons pour faire la galette et programmer notre Assemblée Générale. Au cours de ces événement qui ont été très conviviaux, nous avons essayé de motiver nos adhérents pour nos sorties annuelles. Bonne lecture à tous ! Jean-François Thépenier

Vice-Président : Hervé Teychene corvette50th.herve@wanadoo.fr Vice-Président : André Palis 05 61 92 97 71 ou 06 15 63 09 44 Secrétaire : Rose-May Thépenier 05 61 86 54 78 rosemay.thepenier@gmail.com Trésorière : Cécile Marty 05 61 92 98 05 Quand vous appelez, présentez-vous, ce sera plus facile et plus simple, votre interlocuteur vous en remercie par avance !

= Internet = Web : http://www.ameling31.com

Le Calendrier

Affiches, détails, inscriptions sur : http://www.ameling31.com/calendrier.html

22 mars : Villemur, comme tous les ans. S’inscrire à l’avance. 4/11 avril : foire exposition de Toulouse avec trois américaines. 25/26 avril : bourse au Parc des Expositions Kennedy à Tarbes. 25/26 avril : organisé par Auto Légende RN 113 Nostalgie (lieu non précisé). 1/3 mai 2015 : 3ème salon Midi Rétro Auto à Beauzelle. Salon inter-clubs de Midi-Pyrénées. Les thèmes retenus sont : Ancêtres 1895/1918 – Années ‘‘Rock’’. Ce salon annuel sera pour 2015 piloté par l’Amicale Denis Papin. Une bourse d’échanges sera également associée à ce salon. Nous vous informons également que nous mettons en vente des billets à prix réduit à votre intention : carnets de 5 billets à 6 euros, soit 30 euros le carnet. Une invitation sera offerte par groupe de 2 carnets achetés.

Cotisation : 45€/an

***

13/14 juin : Lavaur (81). Festival Rock’&’Cars. Organisé par Rock’&’Cars, Amerisud, American Feeling 31 et la Mairie de Lavaur (8ème édition). Avec le groupe anglais des années 70 : Nine Below Zero. Entrée gratuite. 21 juin : Galembrun (31). Manifestation où les voitures américaines sont conviées. Deux repas par voiture offerts. Prévenir le club et uniquement lui. 11/14 juillet : Mirande (32). Nouveau festival de Mirande. Information sur le site : http://lda32.com/CIM/CIMPages/CIM_010000.htm. 18/19 juillet : Réalmont. Comme tous les ans, venez nombreux ! 25/26 juillet 2015 : Boussens. Avec The Shooters Tribe le samedi, et les Rusty Legs le dimanche.

D’autres dates à venir, consultez sur le site web du club.

10

www.AMELING31.com

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


Page-13-15_Mise en page 1 17/03/2015 21:39 Page 1

American Feeling 31 Carrefour

Lincoln Continental Mark V.

Lincoln Continental Mark V.

Les quelques photos sur ces pages concernent les trois sorties de 2014 qui ont lieu à Samatan, Nègrepelisse et St Sulpice sur Leze. Vous trouverez aussi des photos de la traditionnelle galette et de l’assemblée générale, ainsi que quelques photos souvenirs des USA. Notre ami André Palis nous a donné quelques photos de nouvelles voitures dans le sudouest dont une Lincoln Continental Mark V appartenant à un jeune adhérent au club. Photos par André Palis, Rose-May & Jean-François Thépenier. J.-F. Thépenier

Activités hivernales & Co.

Souvenir des States...

Album photo. Lincoln Continental Mark V fraîchement débarquée. Activités hivernales

www.AMELING31.com

11


Page-13-15_Mise en page 1 17/03/2015 21:39 Page 2

Pause ‘‘cool’’ à St Sulpice !

L’assemblée pendant l’assemblée.

Alors, qui a eu la fève ? (facile) 12

www.AMELING31.com

Activités hivernales


Page-13-15_Mise en page 1 17/03/2015 21:39 Page 3

Samatan

Samatan

Samatan

Samatan

Stand du club à Nègrepelisse.

Bonne ambiance obligatoire aux repas !

Repas lors de l’assemblée générale.

Activités hivernales

www.AMELING31.com

13


Page-16_USCCN 17/03/2015 21:40 Page 1

The US Cars Club Normandy Section Le mot du chef... = Coordonnées = US Cars Club Normandy 9, rue des fauvettes 27120 Pacy-sur-Eure contact@uscarsclubnormandy.fr

Au moment où vous recevrez ce nouveau numéro, nous serons prêts à chevaucher nos montures pour les premières sorties. Certains encore indécis pourront prendre le wagon du rattrapage pour le Spring Cruising ‘‘Rêve de Bisons’’ du 19 avril. Ne tardez pas, clôture des inscriptions sans préavis. Et cette belle journée, mobile, sera suivie le dimanche 26 avril par notre participation au rassemblement organisé au Neubourg. Notre adhérent Denis Moriquand ayant fait la relation avec l’organisateur, nous y serons accueillis avec une zone réservée aux américaines, club ou non, avec orchestre 8 musiciens, rock, blues, country, un stand repas buvette et deux grands hangars agricoles pour nous abriter au cas où le beau temps ne serait pas de la partie. Si vous n’êtes pas encore inscrits faites-le via le site ou par email.

= Contacts = Président : Alain Lubat 06 07 78 13 12 Vice-Président : Pascal Nadji 01 30 55 63 83 Secrétaire : Michèle Bertocchi 02 32 36 29 97

La Pentecôte que nous avons désertée cette année de notre rallye nous laisse l’opportunité d’aller découvrir un haras de chevaux de courses fermé au public. C’est le mois des naissances et nous devrions y voir de beaux poulains. Notre adhérent M. De Larochefoucault nous obtenant ce privilège faisons-lui honneur. Ce sera le 24 mai. On a baptisé cela ‘‘One Day Trip’’ au haras de Victot. Inscrivez-vous, détails sur le site. Le samedi 30 mai nous sommes attendus à Caudebec Les Elbeufs pour la journée festive de la ville, concerts, attractions, stands. La place de la mairie nous est réservée ainsi que le parvis pour exposer les plus beaux modèles. 2 repas offerts par voiture. Inscrivezvous vite, infos sur le site.

Trésorier : France Lenglet Trésorier adjoint : Jacques Fayolle 06 86 53 28 17 Membres du bureau : Eric Catillon Fabrice Darmon Jacques Gancarz Daniel Vandenbossche = Internet = Web : www.uscarsclubnormandy.fr Forum web : www.amerisud.fr/forum Cotisation : 45€/an ***

Enfin le clou de la saison, notre rallye avec exposition à Trouville. Détails sur le site ou par email sur demande. Reste quelques places, très urgent. Là c’est comme l’assurance, on regrette après de ne pas avoir participé. Bonne saison à tous. Alain Lubat

Le Calendrier

Détails & inscriptions sur : http://www.uscarsclubnormandy.fr/

19 avril: Tourneville. 19 avril : Spring Cruising Rêve de bisons. 26 avril : Le Neubourg. 09 mai : Breval American day. 23/24 mai : One Day Trip Haras de Victot. 30 mai : Caudebec-Les-Elbeufs. 31 mai : Vire. 3/6 juillet : Rallye et Expo à Trouville. 23/26 juillet : Festival de Maltot. 6 septembre : Breuilpont. 20 septembre : Mot’Art. 26/27 septembre : Auto Moto Rétro Rouen. 3/4 octobre : Salon d’Evreux. 24/25 octobre : Champagne Party. 6 décembre : Repas annuel. Et toujours le rencard le 1er dimanche de chaque mois à Pacy-sur-Eure (10H-13H).

14

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


Page-17_Breuilpont 17/03/2015 21:40 Page 1

US Cars Club Normandy Tenue sur une journée, cette concentration à côté de chez nous est une réussite. Seul bémol, le site. On se retrouve dans des champs fraîchement tondus, le foin encore suffisament haut pour être désagréable aux escarpins de nos dames. Les américaines étaient dans le champ en contrebas, et grace au soleil de la journée pas eu d’inquiétude pour ressortir. Pas mal d’adhérents avaient fait le déplacement. XXX est venu avec un superbe cabriolet Mustang et son attelage aquatique. Très réussi, il fut honoré d’une photo dans ParisNormandie.

Breuilpont

Les gourmand(e)s ont apprécié la plaque king size de Devil cakes apportée par Christophe, les gastronomes (tiens y a pas de féminin pour ce mot, si, si), les épicuriennes se sont jetés sur les huîtres apportées du jour de Port en Bessin et Eric nous régala avec un champagne de bonne facture. J’oubliais les talents de plusieurs adhérents qui nous ont apporté de bonnes préparations. Vous voudriez bien savoir ce que c’était, hein, et bien fallait venir, ahahahaha...

Cherche huile de coude pour séance de lustrage intensive.... Breuilpont - 07/09/2014

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

15


Page-18_Mise en page 1 18/03/2015 08:37 Page 1

US Cars Club Normandy Nous avons passé la frontière marocaine dans la soirée après environ deux heures d’attente et arrivés nous sommes vers 22h00 à Martil le jour même, lieu de notre hébergement. Au total, 14 heures de route avec peu d’arrêts et une voiture toujours en forme.

Le Maroc en Corvette

Sur place, trois semaines de visites sur les sites caractéristiques de la région et de l’intérieur de ce magnifique territoire. L’accueil des Marocains a été très sympathique. Pas d’animosité compte tenu des signes ostentatoires du grand Satan symbolisé par notre Corvette. Au contraire, la voiture a été très appréciée des habitants qui l’ont photographiée sous toutes ses faces avec les enfants et les adultes posant à côté. Nous avons passé pas mal de temps dans l’agréable cité de Chefchouen. Fondé en 1471, cette cité entourée de sommets aigus leur doit son nom (cornes en Berbère). Elle compte près de 36.000 habitants. Elle dispose d’atouts touristiques intéressants comme la Kasbah, la source de Raas El Maa, le Pont de Dieu, 20 mosquées, 11 zaouïas et 17 mausolées. En plus elle est proche des places de sable fin.

Le départ est à Bernières sur mer (Normandie), le 12 septembre 2014, destination : le Maroc. Tout d’abord, direction Anglet pour une première escale le jour même. Puis en route pour le Maroc le 15, via l’Espagne. Nous avons pris le chemin du retour le 5 octobre à 4h00 du matin, jour de la fête du Nous avons choisi de pas- mouton que nous voulions éviter. Après la ser par Caen, Rennes, traversée de l’Espagne nous sommes arriNantes, Niort, Bordeaux vés à Anglet à 19h00 le jour même où nous Biarritz, San Sebastian, avons fait une nouvelle escale. Le lendeBurgos, Salamanca, Se- main, nous reprenions la route direction Bervilla, Algeciras... Ensuite nières sur mer arrivée vers 18h . bateau jusqu’à Ceuta puis arrivée à Martil, fin du L’ensemble de ce périple représente 5000 voyage... enfin, façon de km. La consommation moyenne de la corparler. vette a été de 11 litres, pas mal pour un V8. La traversée de l’Espagne par son intérieur, en suivant la frontière portugaise à environ 150 km, offre des paysages très désertiques mais magnifiques. Aucun problème de ravitaillement d’essence, un plein tous les 500Km, parfait. Accueil chaleureux partout.

Un peu moins jaune avec la poussière... 16

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

Aucune courbatures, voyage agréable, voiture confortable et aucun incident mécanique. Faites- vous plaisir en Corvette, c’est l’affaire du moment. Super Corvette jaune, et voyage sans doute à refaire ! Claude Tessier

Nous sommes arrivés à Algeciras pour la traversée du détroit de Gibraltar en bateau d’une durée d’une heure pour arriver à Ceuta (enclave espagnole sur le continent africain). Le Maroc en Corvette


Page-19_RFA 17/03/2015 21:43 Page 1

US Cars Club Normandy Certains disent qu’un baiser sans moustache est une soupe sans sel, mais moi je peux vous dire qu’il n’y a pas d’US Cars Club sans une bonne table.

repas de fin d’année

Déjà quelques mois avant, on commence à en parler, mais alors, arrivé à l’avant-dernier rencard de l’année on ne fait pas qu’en parler, on l’imagine, on le rêve, ce qui nous fait mettre certain ‘‘sens sans dessus sens dessous’’ (jeu de mets) tels certains prédateurs à l’affût ou un vieil ours sentant le miel, bavant et salivant tel une vieille gargouille de Notre Dame après un orage, bref vous avez capté, il s’agit du RFA comprenez ‘‘Rire Fou d’Alain’’ mais non… Repas de Fin d’Année. Encore une fois le club a fait le plein, la salle était comble. L’avantage cette année, c’était la proximité du rencard (un jet de pierre) ce qui nous a permis de faire un itinéraire de Grande Randonnée d’au moins 200 mètres, quelques-uns fatiguant déjà, surtout pour revenir aux voitures... Le repas de fin d’année permet aussi de revoir quelques adhérents qui n’ont pu participer à certaines sorties du club et c’est aussi l’occasion de revenir sur le vécu des sorties en rappelant au public quelques péripéties cocasses arrivées à quelques-uns, rigolade assurée. Accueil au Saint Lazare à Pacy, nickel. Après le tchin tchin de l’amitié clôturant la fin de l’année pour nous, un repas gourmet et raffiné MMA (‘‘merci Michelle et Alain’’) nous a été servi avec attention, efficacité et surtout bonne humeur, le tout arrosé de breuvage aux choix et adéquat, bien entendu avec modération... mais quand on a soif, on sait ce qui arrive... Mais toute bonne chose à une faim ! (haha pas mal celle-là), à l’issue du dessert et du café, c’est au jour tombant que nous nous séparons pour rentrer dans nos ranchs respectifs.Y a pas à dire, on devrait en faire deux des repas de fin d’année !!! JCS

Repas de fin d’année - 2014

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

17


Page-20-21-Rencards_Mise en page 1 17/03/2015 21:45 Page 1

Rencards mensuels

US Cars Club Normandy

18

De la Sixties à la récente Mustang...

Nos rencards se succèdent tous les premiers dimanches du mois à Pacy-sur-Eure (27). Cela permet de se retrouver régulièrement, recevoir de nouveaux amateurs et partager une passion commune. Petit reportage photographique sur ces derniers.

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

Cadillac Calais

Rencards mensuels


Page-20-21-Rencards_Mise en page 1 17/03/2015 21:45 Page 2

Lincoln Versailles

Rencards mensuels

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

19


Page-22-23-BA105_Mise en page 1 18/03/2015 08:38 Page 1

BD à la BA

US Cars Club Normandy

20

Le petit avion pourrait rentrer dans le gros d’à-côté...

Le week-end des 8 et 9 novembre derniers, l’US Cars Club Normandy était présent sur la B.A. 105 dans le cadre du salon ‘‘Bulles d’air’’ consacré à la bande dessinée aéronautique se déroulant sur la base aérienne d’Evreux-Fauville.

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

Sur une super idée de Fred - aussi précurseur, réalisateur, commentateurs, chargé de l’intendance, du service, des transports (avec la complicité d’Eric), guide pour visite, et Stéphanie pour le vin de noix... Tout cela et même plus avec une attention particulière de patience, de passion, de savoir et beaucoup de talent. Afin d’en faire profiter US Cars Club, c’est sans retenue et avec un total dévouement que furent menés ces deux jours à la Base Aérienne 105. Après le rendez-vous, notre guide Fred, nous emmène à l'entrée de la base, un peu d’appréhension, présentation des saufconduits qu’il nous avait fournis, accueillis par les gendarmes, qui je crois ont pris plus de plaisir à regarder nos belles américaines passer que de contrôler nos papiers.

n’y en a plus ici... [Tanguy] Bon, je vois que tu n’as rien compris comme d’habitude, laisse-moi expliquer la suite. Arrivé sur la 1ère place d'expo, Fred, interrogatif et fin connaisseur de l’armée part aux renseignements afin d’obtenir confirmation ou contre-ordre de notre cantonnement définitif. Prudents, les membres de l’US CARS sont restés au volant et bien leur en a pris, puisque nous sommes redirigés vers un autre site définitif.

Sous l’égide du Shérif du Conté de St Just, les voitures sont mises en place sur ce dernier site. Tous les membres inscrits n’étant malheureusement pas présents (ils ne savent pas ce qu’ils ont raté), hélas, le plateau présenté au public manquait un peu de modèles anciens. Mais au diable ces considéNous vous promettons qu’à partir de ce mo- rations, le public n’a pas boudé son plaisir ment-là, nous nous sommes mis à rêver, autour de nos véhicules dont le superbe Eric et moi. Et, se prenant, sans faire trop pickup de Fred et de Stéphanie. d’efforts, pour Tanguy et Laverdure, chacun dans son rôle... à vous [Laverdure] Dis donc Tanguy, où sont les Américains ? de deviner nos person- [Tanguy] Tu n’es toujours pas réveillé... Viens avec moi, je vais te faire voir leur cantonnement nages. [Laverdure] Waaaaah… C’est quoi ce matériel ? [Tanguy] Pas de bourde La- [Tanguy] Les américains ne se déplacent jamais sans verdure, nous sommes en matériel et là, ils ont tout ce qu’il leur faut : Dodge WC mission pour deux jours pour 62, GMC, camion citerne et bien sur des Jeep. US CARS, avec eux c’est du [Laverdure] Dis Tanguy, c’est qui les gars en jupe ? sérieux... [Tanguy] C’est un kilt, d’un régiment d’élite Ecossais. [Laverdure] Comment tu dis ? US Cars? Mais les Améri- Sur ce, à l’heure du ‘‘picotin’’, l’apéritif étant cains, il y a longtemps qu’il un moment incontournable, nous retournons BA105 - 08-09/11/2014


Page-22-23-BA105_Mise en page 1 18/03/2015 08:38 Page 2

à notre campement. A la demande de Fred, la base 105 lui avait mis à disposition un moyen de transport pour nous acheminer vers le parc des Transall. Le minibus de 9 places étant trop juste pour transporter tout le monde, décision est prise de lui adjoindre la Chevrolet Caprice d’Eric pour cette rotation, celle-ci emmènera 7 personnes de plus, Bravo le break. Cette visite privée à l’initiative de Fred était au bénéfice exclusif des membres du club. La circulation sur une piste étant régie par des règles strictes, Fred me donne les consignes à respecter. Petit privilège, je serai le seul à pouvoir faire des photos de ma voiture juste au pied des avions. Après une présentation extérieure, rapide et concise de l’appareil par Fred nous arrivons au vif du sujet. L’intérêt se lisait sur les visages. Nous pénétrons par l’arrière dans l’avion. Notre guide nous ‘‘briefe’’ sur les différents aspects techniques de la soute, avec ses différentes parties, hydrauliques, mécaniques et électriques. Puis à son invitation, nous nous dirigeons vers le cockpit. L’ensemble des membres ayant pu trouver place, Fred poursuivant ces explications sous l’oeil attentif du ‘‘comandant’’ Jacques et des autres membres du club. C’est avec délectation que nous sommes tous restés pendus aux paroles de notre instructeur. A la fin de cette visite nous étions tous prêts à passer notre brevet sur Transall, tant ces explications étaient claires et professionnelles. Pour cause, Fred est mécanicien en vol. C’est à la fin de cette trop courte visite, que le groupe retourne à son campement. D’après Jean-Claude, resté pour la seconde tournée du lendemain, les membres de retour ne semblaient pas être ceux qui étaient partis, tant leurs yeux reflétaient l’admiration et l’intérêt de la prestation de Fred. Waaaaaah, trop bien... Certains membres ayant raté l’horaire de la visite, Fred, avec dévouement, repart courageusement pour une seconde visite. Celle-ci se terminera juste avant la clôture de la journée. Le dimanche matin, toujours sous l’égide de Bulles d’air, les dessinateurs et créateurs nous accueillaient pour une journée aussi passionnante et copieuse au niveau découverte. Le succès de cette seconde édition fut confirmé par l’affluence de collectionneurs et amateurs ainsi que de public néophyte espérant une dédicace de M. Uderzo ou d’au-

BA105 - 08-09/11/2014

tres dessinateurs. La vente de leurs albums fit fureur au sein de la base, la demande d’autographes dessinés était forte. Le petit déjeuner offert par la Base 105 nous attendait sur l’invitation de Fred et marquait le début de cette nouvelle journée.

[Laverdure] Tu as vu comme c’est grand? [Tanguy] Normal, ils ont l’une des plus grandes pistes. [Laverdure] Oh, m…., on pourrait s’perdre. [Tanguy] Toi tu t’perdrais avec une carte et une boussole sur un parking ! Fred organise une nouvelle visite pour le reste des membres, et une nouvelle fois la Chevrolet est de service. Comme la veille la réussite de l’intervention a pu se lire sur les visages ravis de cette prestation durant entre 60 et 90 minutes. Lors du retour du Transall, des personnes nous encouragent vivement à aller voir le musée relatant l’historique de la base. Celui-ci comporte principalement des documents et photographies d’époque ainsi que des effets militaires et un cockpit de Jaguar. La base remonte au début de l’aviation et a vu bien des modifications depuis la piste en herbe de l’origine à la plus grande piste au nord de la Loire aujourdhui, en passant par son utilisation par la Luftwaffe durant la Seconde Guerre et l’installation de l’US Air Force dans les années 5060. Nous tenons à remercier pour le déroulement de ces deux jours : - Les autorités de la B.A. 105 d’Evreux pour nous avoir ouvert leurs portes. - Frédéric Azam et Stéphanie pour leur organisation et leur disponibilité. - Le Team présent sur la base.

[Tanguy] Tu vois, Laverdure, ça c’est bien passé [Laverdure] Ouais, mais à part les deux mecs en jupe, il manquait quand même quelques modèles d’appareils à essayer. [Tanguy] On verra l’année prochaine, on reviendra. 1ère collaboration d’un duo improbable... J.C.Souillard et E. Catillon

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

21


Page-24_AmeriSud Ours 17/03/2015 21:47 Page 1

The AmeriSud Section Le mot du chef... = Coordonnées = AmeriSud 53, rue Abbé Brémond 64000 Pau amerisud@sfr.fr = Contacts = Président : Philippe Courant 06 83 86 93 12 phil.courant@amerisud.fr

Quand vous lirez ces lignes l’année 2015 aura déjà commencé avec notamment le rencard ‘‘Spécial US’’ du 1er mars, hélas gâché par un temps pluvieux. Ne cherchez pas des photos elles seront dans le prochain Mag’. Ce numéro 17 revient donc sur la fin d’année 2014, du château de Laas au Téléthon de Garlin. En 2015 vous noterez ci-dessous un calendrier des plus fournis et encore il manque des dates en fin d’année ! Quelque chose doit vous attirer l’oeil c’est le retour du festival de Mirande, sans mégalomanie, sans parrains venus des USA à grand frais, sans vedettes de variété... La direction du festival a changé, espérons qu’Amerisud saura faire revenir les voitures plutôt que les concessionnaires ! Pour cette manifestation comme pour d’autres l’inscription sera requise donc surveillez vos boîtes email. A bientôt sur nos routes !

Trésorier : Didier Hardy 06 72 30 65 24 didier.hardy8@orange.fr

Phil Courant

Animateurs : tout le monde ! Webmaster : Philippe Courant 06 83 86 93 12 phil.courant@amerisud.fr

Le Calendrier

Affiches, détails, inscriptions sur : http://www.amerisud.fr/forum/viewtopic.php?f=17&t=571

= Internet = Web : http://www.amerisud.fr Forum web : http://www.amerisud.fr/forum Cotisation : 38€/an ou 65€ pour 2 ans

4/5 avril : Oyster Road dans la région de Bergerac (24). 19 avril : journée country à la Foire de Tarbes (65). 9/10 mai : ‘‘Dumpy Run’’ dans la région de Lourdes. 23/24 mai : exposition lors du Grand Prix Historique de Pau (64) + 16 Mai, parade des pilotes en cabriolet sur le circuit.

***

13/14 juin : Festival Rock’&’Cars à Lavaur (81). 28 juin : sortie multiclubs à Tarnos (responsable : Jimmy). 11/14 juillet : exposition d’américaines au festival country de Mirande (32). 17/19 juillet : Re’Al Croche, festival de Réalmont. 25/26 juillet : participation au 17ème Custom Week à Ger (65), à côté de Lourdes. 29/30 août : sortie Pays basque à St Jean Pied de Port (responsable : Léo). 6 septembre : pique-nique chez Didier à Lucq de Béarn (64). 20 septembre : country Tarbes (sous réserve). 26/27 septembre : 3ème Idron Bike à Idron (64). 10/11 octobre : participation aux Classic Days à Nogaro (32) (sous réserve). Retrouvez le club sur le réseau social Facebook. www.facebook.com/AmeriSud

22

www.AMERISUD.fr

14 novembre : participation au salon de l'auto à Biarritz. Une sortie au camping des Airstream, pas loin de Mirepoix (09), est prévue soit fin Mai soit à une autre date (resp: christophe).

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


Page-25-Téléthon_Téléthon 17/03/2015 21:47 Page 1

AmeriSud

Téléthon 2014

Camaro, Mustang, Corvette (entre autres) pour les balades au profit du Téléthon.

Après une année sabbatique, AmeriSud s’est de nouveau impliqué dans le téléthon, à Garlin (64) cette foisci.

Un temps à ne pas mettre un cabriolet dehors...

Donc rendez-vous le 6 décembre dernier à l’Intermarché de Garlin, partenaire du Téléthon et qui réserve une partie de son parking aux américaines et aux pompiers qui lavent les voitures des clients. Le temps est froid, très froid, au point que certains vont faire quelques achats de protection ‘‘tête / mains’’. Après une matinée en demi-teinte question baptêmes nous sommes invités au resto par le directeur de l’Intermarché, ah qu’il faisait bon au coin de la cheminée en attendant les grillades... Oui mais il faut quand même assurer et on ‘‘tourne’’ bien l’après-midi, en tout 50 baptêmes, c’est 250€ de plus pour le Téléthon ! Toutes les voitures sont sorties au moins une fois, grand succès pour les Corvette et Camaro, moins pour ma ‘‘Caravelle’’ (eh oui avec mes ailerons je vole aussi...) ou la Seville de Didier... Les chauffeurs des carrosses américains. Merci à tous les participants pour leur présence et au directeur de l’Intermarché pour son implication. Philippe Courant Téléthon - 06/12/2014

www.AMERISUD.fr

23


Page-26-27-PNB_PNB 17/03/2015 21:48 Page 1

Père Noël Biker, the last...

AmeriSud

Le traditionnel rassemblement de bikers et d’US cars à Orthez en cette fin novembre et toujours pour la bonne cause.

Mais cela ne semble pas plaire à la (nouvelle) municipalité qui en effet préfèrerait que les organisateurs collectent des euros à reverser plutôt que des jouets à distribuer ! Après moult tergiversations le PNB (Père Noël est un Biker) peut se dérouler mais ce sera la dernière (décision confirmée en février). Les politiques ne sortent pas grandis de ce diktat, en tout cas qu’on ne nous demande pas d’aller exposer à Orthez ! A part ça, la journée s’est déroulée à l’habitude, concerts, expo, cruising (motos), démonstration de danses country, etc... A l’année prochaine, ailleurs, avec une municipalité plus bienveillante et moins bornée...

Clap de fin à Orthez.

Pour info (c’est sur Facebook) le journal des organisateurs http://tinyurl.com/kl6hzfl où vous pouvez suivre les épisodes... Philippe Courant

24

www.AMERISUD.fr

Le Père Noël est un biker - 29/11/2014


Page-26-27-PNB_PNB 17/03/2015 21:48 Page 2

Musique !

Le Père Noël en personne !

Sympathique décoration de Noël au niveau des phares ! Le Père Noël est un biker - 29/11/2014

www.AMERISUD.fr

25


Page-28-29-Laas_Laas 17/03/2015 21:49 Page 1

AmeriSud French corn & countryside ! Une journée dans un petit village béarnais pour une fête bien ‘‘country’’, au sens premier du terme, à savoir la campagne.

Laàs, fête du maïs

Un véhicule hippomobile (XIXème ?)

Il y a longtemps, bien longtemps que je connais Jacques Pédehontaa, maire de Laàs, conseiller général, qui a d’ailleurs fait parler de son village récemment au ‘‘Petit Journal de C+’’ puisqu’il a décidé d’en faire une principauté ! Il y a plus de 10 ans il avait (en vain) tenté de faire déménager notre BB nationale en démélés avec St Trop’ à propos de son âne qu’on voulait euthanasier si mes souvenirs sont exacts... C’est quelqu’un qui bouge et fait bouger*, depuis plus de 20 ans, du temps des 2CV cross on ne s’est pas perdu de vue, donc il nous a invité à la fête du maïs (repas et entrée gratuite pour 2 personnes/voiture) en ce début octobre et sous un superbe soleil d’automne, fête où se côtoient vieux tracteurs, boeufs, chevaux, machines agricoles d’un autre âge, forgeron, danseurs country, etc... La cadre où nous exposons, le château et son parc, est majestueux et avait fait la couv’ d’un des premiers Mag’ (le 4).

Une tractomobile...

Nous commençons par la mise en place des voitures pour le défilé. En effet tout ce qui participe à la fête et est capable de se déplacer doit le faire devant le public tout juste sorti de la messe ! Un car podium est prévu pour la présentation et AmeriSud clôture le défilé. D’ailleurs je seconderai le présentateur pour qu’il ne se trompe pas et pour préciser certaines anecdotes sur les voitures présentées ! Pendant ce défilé de joyeux drilles passent la bouteille et les verres à la main afin de rafraîchir gratuitement le public. Sympa ! Quant à la pollution je pense que Madame l’ex-ministre ‘‘vert’’ ferait immédiatement demi-tour, scandalisée par les nuages ‘‘noirs’’ s’échappant des tracteurs diésel des années 50 et 60 !!!

Une RAM-o-mobile...

Ensuite on se dirige vers le château afin d’exposer les voitures dans la cour d’honneur ! 12 voitures, pas mal parce qu’au début c’était pas gagné... A noter la Chevrolet Impala SS 1962 d’André, 88 ans, toujours bon pied, bon oeil (et bonne fourchette). Y avait longtemps que j’avais pas vu la Chevy car d’habitude il vient en... moto !! L’après-midi s’est déroulée entre informations pour les visiteurs, promenades dans le magnifique parc ou le long du parcours sur le bord du gave, visites des différents ‘‘stands’’ où s’enchaînaient les démonstrations ‘‘d’esperouquère’’ (dépouillage du maïs), de labours ou de (un peu anachronique) danses country, encore que la country c’est la campagne ! Philippe Courant

26

www.AMERISUD.fr

Fête du maïs - 10/2014


Page-28-29-Laas_Laas 17/03/2015 21:49 Page 2

On préfère la cour à la basse-cour...

Engin qui n’est pas encore passé aux tests de l’EuroNCAP...

* Chaque année, festival musique Trans’Humances musicales avec des pointures, tiens en 2015 c’est... breton avec Soldat Louis, Tri Yann et le bagad de Lann Bihoué pour le week-end de l’Ascension. Adresse : http://transhumances-musicales.com Chrysler Flying Saucer and Country.

Dance floor campagnard... Impala de 62 (XXème siècle). << Pour les petits enfants (les grands eux ont droit aux pétrolettes carburant au sans plomb), les voitures à pédales étaient également de sortie. Nettement plus écolo. C’est par où le château pour mon carrosse chic ?

Countryside Party at ze Château. Fête du maïs - 10/2014

www.AMERISUD.fr

27


Page-30_Centrales 17/03/2015 22:10 Page 1


Page-31_Centrales 17/03/2015 22:11 Page 1

Si la marque Dodge (originellement Dodge Brothers Company, qui fabriquait des pièces détachées) est plus que centenaire, les premiers véhicules tombèrent de chaîne fin 1914, produits par la Dodge Brothers Motor Car Company fondée quelques mois plus tôt à peine. Les Model 30-35 millésime 1915 devinrent les premières voitures construites par la marque, bien plus modernes que la Ford T concurrente. La réputation des frères Dodge était telle que 13.000 concessionnaires demandèrent à faire partie du réseau de revendeurs, avant même d’avoir vu la première voiture rouler... Depuis, Coronet, Polara, Challenger, ou Charger ont écrit parmi les plus belles lignes de l’histoire de Dodge.

100 ans de Dodge


Page-32_Ours V8 17/03/2015 21:50 Page 1

The V8 Forever Section Le mot du chef... = Coordonnées = V8 Forever 49 impasse du Lavoir 69380 Belmont d’Azergues club.v8forever@orange.fr

2005-2015 : votre club V8 Forever fêtera ses 10 années et ceci tout au long des mois à venir. Et tout particulièrement à Verna (38) les 5 et 6 septembre avec nos amis du club AKMD partenaires pour une grande fête. Septembre verra donc les 10 ans du V8, et aussi les 25 ans de cette ‘‘concentre’’ comme on dit. Donc Verna : c’est très pro, garantie de succès !

Président : Philippe Letuvée 06 26 43 10 99 president@v8forever.com

Nous sommes depuis trois quatre ans une petite centaine d’adhérents, chiffre stable : actuellement 115 V8, et si on faisait comme d’autres clubs, le chiffre serait en fait de 160 avec ces dames. Il faut en effet savoir qu’ailleurs (pas les américaines), le conjoint ou la conjointe, il (elle) paye aussi une adhésion, généralement moitié prix. Et bien pas au V8 dont l’adhésion inclut l’autre moitié. Chez nous, l’adhésion est fixe pour célibataire monsieur, madame, madoiselle, ou marié, mariée, pacsé, pacsée, changeant, changeante, fiancé ou fiancée... et j’en oublie.

Vice-président : Jean-Pierre Pittore 06 07 34 46 53 vice-president@v8forever.com

Seul objectif à prix unique : vous voir venir à deux dans nos vingt manifs annuelles. Et ces manifs à venir, elles sont publiées sur www.V8FOREVER.com rubrique ‘‘Agenda’’. Et les manifs passées, rubrique ‘‘Reportages’’. Connectez-vous régulièrement !

Finances : Dominique Letuvée 06 34 01 02 36

Inscrivez-vous avec l’onglet ‘‘Forum’’ pour communiquer, vous exprimer, proposer, débattre, bref, animer la vie ‘‘électronique’’ du club !

= Contacts =

Philippe Letuvée

Contrôle-Gestion : Babette Lagadeuc Secrétaire : Yann Lagadeuc 06 32 24 90 77 secretaire@V8forever.com Logistique : Alain Patrat 06 20 12 60 93 logistique@v8forever.com Animateur : Loïc Chaboud 06 80 13 57 67 animateur@v8forever.com Casting : Mily Amann 06 44 81 26 24 casting@V8forever.com Webmaster : Hervé Verney 06 51 10 88 00 webmaster@v8forever.com Salons : Christian & Christiane Thomas 06 77 14 69 19 salons@V8forever.com Relationnel : Jean-André Frontera 06 77 10 15 12 relationnel@V8forever.com = Internet = Web : www.v8forever.com Forum web : www.amerisud.fr/forum/ Cotisation : 49€/an pour un couple revue incluse

30

www.V8FOREVER.com

Le Calendrier

Affiches, détails, inscriptions sur : http://www.v8forever.com/agenda.html

11/12 avril : Country Rock Festival, à Donzère. 11/12 avril : 34ème rassemblement de véhicules anciens au Bourget du Lac. 18/19 avril : 29ème bourse d'échanges au Château de l'Arthaudière (38). 26 avril : journée américaine à Vedène. 2/3 mai : 12èmes journées américaines à Doussard (74). 17 mai : 19ème concentration moto à Taluyers (69). 24 mai : Road Legend 9 à Vienne (38). 22/24 mai : 2ème festival American Country Road à Albertville (73). 31 mai : 3ème rencard US cars and Bikes à Communay (69). 13/14 juin : Festival International de Musiques Militaires à Porcieu (38). 14 juin : 4ème rassemblement de véhicules de collection à Givors (69). 14 juillet : 5ème édition de la Seynodienne à Seynod. 18/19 juillet : West'n'bike American Festival à Amblagnieu (38). 18/19 juillet : American's Bauges au Châtelard en Bauges (73). 26 juillet : L'ouest américain en Chartreuse à St Laurent du Pont (38). 22/23 août : West'n'bike American Festival à St Pierre d'Albigny (73). 29/30 août : 15ème Aix Auto Légende à Aix-les-Bains (73). 5/6 septembre : 25ème rassemblement de véhicules anciens à Verna (38). 10ème anniversaire du V8 Forever. 11/13 septembre : 12ème festival Country à La Tour de Salvagny (69) Comme d’habitude, consultez le site web pour les dernières mises à jour.

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


Page-33-35-V8-Salon_Epoqu'Auto 17/03/2015 21:51 Page 1

V8 Forever

Le V8 Forever créé à la fin de l’été 2005 n’était pas prêt pour Epoqu’auto 2 mois plus tard. Nous avons donc fait les premiers pas dans ce salon en 2006 et depuis maintenant 9 ans, nous avons été primés 4 fois pour notre déco-animation dans la catégorie stands de plus de 100 m2. Epoqu’auto est une manifestation ‘‘provinciale’’ exceptionnelle et nombre de ‘‘parisiens’’ n’ hésitent pas à vanter la qualité, la réussite et la puissance de cet événement de plus en plus visité (40.000 entrées) face à Automedon et Rétromobile.

Le seul fait qu’en novembre 2014, c’était la 36ième Edition (un record) prouve le professionnalisme des Organisateurs : Les Amateurs d’Automobiles Anciennes (les 3A) qui ont la carte nº 2 à la FFVE qui fédère plus de 1000 clubs. On pouvait compter 600 voitures (en intérieur), 300 motos et 120 Clubs de voitures anciennes cette année, où nous avions un stand de 144 m2 et n’avons pas ménagé nos efforts pour l’installer grâce tout particulièrement à Robert Haroutunian, un pro des salons de toutes sortes dans toute l’Europe, membre du V8 Forever avec ses 3 américaines.

Et voilà, un 36ème salon Epoqu’Auto s’est tenu à Lyon Eurexpo avec un V8 Forever toujours fidèle au poste. Bientôt 10 ans de présence tout de même.

Epoqu’Auto

Chrysler Windsor DeLuxe 1951 d’Alain Ruz sur le stand du V8 Forever.

De plus en plus de monde ! Une visiteuse prend la pose devant le pick-up du webmaster. Epoqu’Auto - 11/2014

www.V8FOREVER.com

31


Page-33-35-V8-Salon_Epoqu'Auto 17/03/2015 21:51 Page 2

Photo à la colorimétrie retouchée du plus bel effet.

Cadillac 1939 sur un stand. Pause-café avec de gauche à droite, Gérald, Christiane, Hervé, Alain, Jean-Jacques, Christian, Noëlle et Dominique.

Jean-Jacques et Noëlle vont animer le stand voisin de Jeep. 32

www.V8FOREVER.com

Epoqu’Auto - 11/2014


Page-33-35-V8-Salon_Epoqu'Auto 17/03/2015 21:51 Page 3

Le public lit Le Mag’ au stand.

Elvis était présent sur le stand du club avec Marilyn un peu plus loin. Ci-dessous, des visiteurs de passage sur le stand.

Epoqu’Auto - 11/2014

Forte présence de Facel Vega pour les 60 ans de la marque. Ici, une Excellence EX1 à l’arrière qui n’est pas sans rappeler les Cadillac. Moteur et transmission Chrysler. Un cliché unique du stand de 24 m de long étant impossible, il était composé de : la Chrysler d’Alain Ruz, de l’accueil au centre, et du pick-up Ford du webmaster dans son jus.

www.V8FOREVER.com

33


Page-36-37-V8-LaTour_LaTour 17/03/2015 21:52 Page 1

La Tour de Salvagny

V8 Forever

Vue aérienne du parc, avec tous types d’US : Fifties, Sixties, Seventies, Eighties... Cabriolets, berlines, coupés...

Voici déjà la 11ème édition du Festival Country de la Tour de Salvagny dans le département du Rhône (nord de Lyon). Musique et V8 sont au rendezvous.

Lors de la 2ème édition en septembre 2005, le club a vanté cette belle manifestation et est passé en 3 jours de 2 à 19 adhérents car de même qu’un grand festival US manquait à côté de Lyon, un club 100% américaines se devait d’être créé et 3 mois plus tard nous étions 36 alors même qu’aucune manifestation n’avait lieu après ce festival. Ce Festival dans ce gros bourg de 4000 habitants est animé par Bertrand & Dominique Fenouil assistés de nombreux bénévoles depuis maintenant 11 ans. Trois jours de musique, une balade organisée par le club le samedi à 14h00, une parade le dimanche à 11h00 pour le plus grand plaisir des 20.000 visiteurs. Les concerts avec de très bons groupes musicaux sont payants mais bon marché, et l’accès à l’ensemble du festival est libre. Importante innovation pour septembre 2015 : les concerts seront gratuits le dimanche 13. Le programme est consultable sur le web, à l’addresse www.salvagnycountrytour.org.

Toujours une réussite. 34

Après un démarrage en 2004 donc avec peu de voitures car nous n’étions pas structurés en club, le Salvagny Country Tour à quelques kilomètres du Val d’Azergues a été le déclic pour donner naissance officiellement au V8 Forever en août 2005.

www.V8FOREVER.com

Une petite centaine de V8 présents en même temps soit sans doute environ 140 V8 différents y viennent sur 1, 2 ou 3 jours. La Tour de Salvagny - 12-14/09/2014


Page-36-37-V8-LaTour_LaTour 17/03/2015 21:52 Page 2

Les stands pour faire emplette. Imperial 1964 de Tony & Sandrine venus du Loiret (45).

Rare Lincoln 1961 convertible de Serge & Maryse.

Plein soleil (nous sommes en septembre).

La Tour de Salvagny - 12-14/09/2014

www.V8FOREVER.com

35


Page-38-Imperial_38 17/03/2015 21:53 Page 1


Page-39-45-Imperial_Mise en page 1 18/03/2015 08:50 Page 1

1970s

Photo : www.imperialclub.org

1969-1973 - THE ‘‘FUSELAGE’’ ERA Dans l’histoire automobile, il y a des époques et des styles qui marquent les esprits. Autant les années 1940 seront les années GM avec les carrosseries ‘‘fastback’’ du plus bel effet, autant la fin des années 50 est marquée par le Forward Look de la Chrysler Corporation (et les ailerons des Cadillac...). Dans les années 60, on retiendra la Lincoln Continental et sa ligne nette, propre et sans bavure qui allait laisser son empreinte sur toute la décennie. Plus récemment (il y a déjà vingt ans tout de même), Chrysler avait osé un autre style, le ‘‘cab forward’’ : des autos avec le pare-brise très avancé sur le capot, comme la Chrysler Concorde ou la Dodge Neon. A la fin des années 60, entre le style ‘‘ligne droite’’ des Lincoln (qui déteindra sur les Imperial, et pour cause, Elwood Engel quitta Ford pour Chrysler), et le style ‘‘temple grec’’ de la fin des Seventies (dont le plus bel exemple reste les Lincoln Continental), Chrysler introduisit un tout nouveau design, le style ‘‘Fuselage’’ : un profil bas, des flancs incurvés sans cassure au niveau des vitres, un peu comme la cellule d’un avion qu’on

aurait aplatie. Tous les modèles du groupe passeront par le bistouris, au détriment de l’identité des marques toutefois. En cette fin 1968, on se retrouve donc avec une Imperial au style totalement nouveau, sobre, sans fioriture : tout semble avoir été gommé, rien de dépasse, tout est lisse. Les courbes sont douces, rien ne tranche, tout est sobre. Le moins qu’on puisse dire, c’est que depuis le style torturé de 1961 d’un Virgil Exner qui fatiguait, l’aspect général s’est nettement assagi. Depuis la génération précédente, les Imperial reposent sur un empattement de 127 pouces (raccourci de 2 pour 1967), et sont de construction monocoque. Rien n’est repris ou presque des modèles d’avant. A l’arrière, la marque abandonne le grand bandeau lumineux de feux rouges et l’aigle central. Elle conserve juste le chrome qui décore verticalement les ailes arrière. Devant, pare-chocs, phares et calandre ne font plus qu’un. En adoptant un éclairage caché quand on ne l’utilise pas, le style est net. A l’intérieur, si tout est différent par rapport au modèle précédent, le tableau de bord conserve une casquette, et les boiseries sont réduites. Cela fait plus ‘‘toc’’ mais c’est dans l’air du temps : ‘‘moderne’’ disaient-ils à

Imperial 1969-73

‘‘Un style contemporain et de très bon goût’’. C’est ainsi que Motor Trend qualifiait les nouvelles Imperial en avril 1969. La Chrysler Corporation vient en effet de remettre son vaisseau amiral au goût du jour dans un style qui fera date dans la compagnie : le ‘‘Fuselage’’.

Imperial 1955-1975 : partie VII

Imperial LeBaron berline hardtop de 1969 : un très beau coup de crayon qui fait oublier que ce paquebot mesure presque 6 mètres de long...

Prêtes pour le décollage... Le Mag

37


Page-39-45-Imperial_Mise en page 1 18/03/2015 08:50 Page 2

*** Chiffres de production *** - 1969 Crown htp cpe htp sdn sdn 4d

Prix $5592 $5770 $5770

LeBaron htp cpe htp sdn limo*

$5898 $6131 $16000

Production 244 823 1617

4572 14821 6

* produite par Stageway Moteur : - V8 440ci 350ch - série - 1970 YL Crown htp cpe htp sdn

Prix $5779 $5956

YM LeBaron htp cpe htp sdn limo*

$6095 $6328 $16500

Production 254 1333

1803 8426 6

* produite par Stageway. Moteur : - V8 440ci 350ch - série - 1971 YM LeBaron htp cpe htp sdn

Prix $6044 $6276

Production 1442 10116

Moteur : - V8 440ci 335ch - série - 1972 YM LeBaron htp cpe htp sdn

Prix $6534 $6762

Production 2322 13472

Moteur : - V8 440ci 225ch - série - 1973 YM LeBaron htp cpe htp sdn

Prix $7313 $7541

Production 2563 14166

l’époque. La qualité de fabrication est assez moyenne, et Motor Trend l’avait remarqué sur son modèle d’essai qui n’avait que quelques milliers de miles au compteur : les rossignols s’étaient déjà invités à bord. Le confort à bord est agréable, à la hauteur de l’épaisseur de la moquette ou du moelleux des sièges... qui sont plutôt des fauteuils. L’acheteur pouvait choisir entre la banquette classique à l’avant, ou les sièges dits ‘‘bucket’’, car pour le maintien latéral, on repassera... L’avantage principal des sièges individuels était que conducteur et passager pouvaient choisir leurs propres réglages indépendamment... L’utilisation de plastique et de matériaux un peu trop ‘‘cheap’’ ne passe pas inaperçu, et la presse le remarque. En cela, l’Imperial n’est plus la ‘‘most carefully built car of America’’ du début des Sixties. Sur une voiture haut de gamme, cela fait tache... Sous le capot (aussi grand qu’un terrain de basket), on retrouve le V8 440ci de l’année précédente, réglé à 350 chevaux (et qui probablement en avait quelques-uns de plus). Le couple maximum camionesque de 650 N.m est atteint à 2800 tours/min. La conduite

est aisée et la marque s’illustre une nouvelle fois en proposant une tenue de route qui laisse Cadillac et Lincoln loin derrière. La presse s’en était fait écho également, et Motor Trend écrivait : ‘‘peu de propriétaires de voitures de luxe seront intéressés dans un comportement routier hors-pair. Même sur l’Orange County Raceway, l’Imperial fut impressionnante. En fait, elle se comporte aussi bien que des voitures deux fois moins grandes. Vous pouvez la pousser aussi fort que vous le voulez bien dans les virages, elle glissera tranquillement, avec un sous-virage maîtrisé. Et c’est parce qu’elle est plus longue de près de 5 pouces par rapport à l’année dernière.’’ Et de rajouter : ‘‘Comme écrit auparavant, le comportement routier est excellent pour une voiture lourde. Mais la Cadillac et la Lincoln vous feront ressentir ce qu’elles sont : des voitures lourdes. Prendre un virage serré avec la Lincoln est une sacrée expérience : tout d’abord, vous avez l’impression que le pneu extérieur passe sous la voiture à mesure qu’elle laboure la chaussée. Ensuite, la sensation ressentie est que la roue elle aussi est en train de passer sous la voiture’’. Enfin, histoire d’enfoncer le clou : ‘‘La Cadillac présente aussi un

Ci-contre, une LeBaron coupé de 1969. Le pare-chocs arrière est intégré aux feux, un peu comme la face avant qui regroupe pare-chocs, calandre et phares en un seul ensemble stylistique. Pour différencier Crown et LeBaron, il faut regarder la taille de la lunette arrière (plus grande sur Crown).

Moteur : - V8 440ci 215ch - série

38

Le Mag

Imperial 1969-73


Page-39-45-Imperial_Mise en page 1 18/03/2015 08:50 Page 3

sous-virage prononcé, mais pas autant de roulis et de tangage que sur la Lincoln lors de changements de cap sévères’’. Pour le freinage, si aujourd’hui nos voitures sont stables et toutes équipées d’ABS, à l’époque, arrêter une barge de 2,24 tonnes et presque 6 mètres de long en ligne droite malgré les disques à l’avant, ça relevait de l’exploit. Non seulement les roues arrière avaient tendance à rebondir (surtout sur la Lincoln Continental), mais aussi la distance de freinage était très variable d’un modèle à l’autre. Il fallait presque 150 pieds (46 mètres) pour arrêter la Cadillac lancée à 60 mph (la plus mauvaise des trois), contre 116 pour l’Imperial (36 mètres), qui ne nécessitait pas autant de corrections de trajectoire... La Lincoln freinait encore plus court. Il est vrai toutefois que les propriétaires de ces paquebots de luxe n’étaient pas des pilotes de course, et qu’ils recherchaient avant tout le confort à bord, avec tout l’équipement que la technologie de l’époque autorisait : climatisation, assistances électriques et hydrauliques en tout genre, régulateur de vitesse... Malgré donc ses qualités routières de premier plan, l’Imperial restait en retrait face à cette concurrence plus établie. Au catalogue, on retrouve deux modèles : la Crown (disponible en 4 portes avec et sans montants, et en coupé hardtop), et la LeBaron qui désormais est disponible en coupé. Cette dernière finition sera celle qui se vendra le plus, au point que la Crown sera supprimée du catalogue pour 1971. L’acheteur a le choix parmi 17 teintes extérieures et 6 teintes de toit vinyle (de série sur LeBaron). L’année 1969 voit les ventes remonter à plus de 22.000 exemplaires. Si pour Imperial c’est beaucoup, cela reste une goutte d’eau face à la production de Cadillac... et presque deux fois moins que l’année du record (1957, avec 37.000 exemplaires).

Imperial 1969-73

Mod Tops En pleine époque du flower power, quelques Mopar eurent droit à des toits en vinyle aux motifs ‘‘très en phase’’ avec leur temps : les Mod Tops. Disponibles sur les Plymouth et Dodge pour 1969 et 1970 (excepté les full-sizes), il se trouve que des Imperial 1971 reçurent quelques-uns de ces toits-là. Mais pourquoi ? A la fin de la saison 70, le groupe se retrouva avec des tonnes de vinyle inutilisé avec le motif ‘‘paisley’’ (cachemire). Vers la mi-1970, les décideurs choisirent de proposer un vinyle bordeaux spécial Imperial. Plutôt que de partir d’un vinyle vierge, ils eurent ‘‘l’idée’’ de peindre la couleur sur les restes de 1970. Et devinez ce qui arriva : sous les éléments extérieurs, la teinte finit par disparaître pour révéler les dessous... C’est ainsi que des Imperial se retrouvèrent avec un vinyle au motif cachemire... Décidément, ça devait bien fumer un peu partout, même dans les bureaux d’ingénierie chez Chrysler !

Ci-dessus, une LeBaron 1971 avec le bordeaux... délavé, révélant le motif originel du vinyle. On vous laisse imaginer la tête du proprio BCBG à l’époque avec la surprise... Ci-dessous, les motifs disponibles sur les Dodge et Plymouth. Il est sûr qu’on n’en fera plus des comme ça !!!

Un oeil averti sur le catalogue concessionnaire avec les échantillons des vinyles remarquera la supercherie du motif cachemire repeint avec la teinte bordeaux... Sur les Plymouth et Dodge, l’intérieur était en rapport avec le toit.

Ci-dessous, une rarissime Crown Coupé de 1970. Pas de toit vinyle, pas de baguette latérale, une grande lunette arrière. 254 exemplaires en tout et pour tout, et surtout, la dernière année pour la Crown. Les Imperial perdent leurs ‘‘ouïes de requin’’ situées devant les roues avant, qui sont remplacées par un rectangle des plus classiques...

Le Mag

39


Page-39-45-Imperial_Mise en page 1 18/03/2015 08:50 Page 4

L’année suivante, les changements restent mineurs. Un emblème qui change de place, une petite retouche de la calandre par ici, deux teintes de carrosserie en plus par là... 1970 sera la seule année sans jupe d’aile (fender skirts). Sous le capot, le taux de compression passe de 10.1:1 à 9.7:1 pour satisfaire de nouvelles normes anti-pollution. La production s’écroule pour atteindre 11.822 exemplaires, malgré ce que Popular Mechanics prédisait en octobre 1969, après le succès du nouveau modèle l’année d’avant...

néanmoins la question de savoir à qui Chrysler vendrait le système : les conducteurs d’Imperial n’étaient pas ceux qui allaient le plus probablement utiliser cet ABS entre conduite cool et ignorance de l’existence du système, le magazine estimait peut-être à 100 le nombre d’acheteurs potentiels... Au chapitre confort, quatre systèmes de climatisation sont offerts : avec ou sans régulation automatique de température, simple ou double (devant/derrière). Et toujours autant de couleurs au catalogue.

Les changements pour 1971 sont un peu plus nombreux, mais restent très discrets : lettrage IMPERIAL sur les ailes arrière (sans écusson), retour des jupes d’aile, double logo Imperial sur le revers des phares, et la baguette latérale qui reste en bas, comme en 1970 (contrairement à 1969 où elle se trouve en haut au niveau de la ceinture de caisse).

Pour 1971, la marque applique la même recette, et il faut un oeil d’expert pour trouver les différences. La calandre est légèrement retouchée, l’intérieur évolue légèrement par petites touches. La LeBaron est désormais seule au catalogue, et sous le capot, on retrouve toujours le V8, avec un taux de compression encore à la baisse : 8.8:1. La puissance baisse également, à 335 chevaux. Au catalogue des options, un système antiblocage de frein fait son apparition. En association avec Bendix, Chrysler propose ce nouvel équipement dénommé ‘‘Sure Brake’’ sur les Imperial : il fonctionnait sur les quatre roues et était géré électroniquement. Car Life, qui reconnaissait l’utilité du système et le bénéfice en terme de sécurité, se posait

Imperial LeBaron de 1970 : toit vinyle, hardtop, intérieur tout cuir... La banquette avant en deux parties est de série. Photo : www.imperialclub.org.

40

Le Mag

Imperial 1969-73


Page-39-45-Imperial_Mise en page 1 18/03/2015 08:50 Page 5

Etonnant catalogue : c’est une Imperial, mais Chrysler elle-même l’annonce comme Chrysler Imperial ! Après, on s’étonne de la confusion dans les esprits de la clientèle...

Et dire que c’est celle qui tient le mieux la route, devant Lincoln et Cadillac... ABS par Bendix sur les Imperial Un capteur par roue, une centrale électronique recevant les signaux des capteurs et agissant sur trois contrôleurs (un pour les deux roues arrière, un pour chaque roue avant) qui utilisent la dépression pour relâcher la pression des freins et éviter le blocage. Une première à Detroit.

Imperial 1969-73

Le Mag

41


Page-39-45-Imperial_Mise en page 1 18/03/2015 08:50 Page 6

Malgré les rumeurs qui circulaient, la marque ne disparaît pas encore, et les principaux changements esthétiques allaient venir pour 1972, ainsi que quelques chamboulements sous les capots-moteurs. Les ventes remonteront d’ailleurs pour atteindre 15.794 exemplaires. Extérieurement, le style Fuselage perd de sa superbe. Le dessin est un peu plus massif, et la ligne de toit est modifiée en profondeur sur le coupé, qui rend la silhouette moins élancée. A l’arrière, les feux horizontaux deviennent verticaux un peu comme sur les Cadillac, et les flancs reçoivent un lettrage ‘‘Imperial’’ avec l’écusson de la marque. L’intérieur est toujours aussi moelleux, et la salle de machine encore plus souple, avec un taux de compression qui chute à 8.2:1. Le système de mesure de puissance change, et passe du SAE bruts au SAE nets. 225 chevaux ‘‘nets’’ donc propulsent les 2,2 tonnes de la voiture.

Intérieur tout cuir optionnel, avec séparation conducteur/passager.

Sièges ‘‘bucket’’ en option, avec séparation conducteur/passager.

Sièges ‘‘bucket’’ de série sur le coupé, pas de séparation conducteur/passager.

L’année suivante, la voiture prend quelques centimètres en longueur à cause des fameux pare-chocs ‘‘8 km/h’’. Elle mesure désormais 5,97 mètres de long, et le même V8 dégonflé à 215 chevaux et moins coupleux se charge d’emmener les passagers dans un confort accru par l’adjonction d’isolants plus épais et plus nombreux, ainsi que des joints plus performants autour des portes et des vitres, ou encore un système d’échappement revu pour émettre encore moins de bruit.

Tableau de bord simple, un peu de boiserie, compteur linéaire, et chaque bouton a une fonction. A part le motif de la calandre et les butoirs de pare-chocs, il est quasiment impossible de distinguer une 72 d’une 73 (à gauche une 73, en bas une 72).

42

Le Mag

Toutes ont désormais la climatisation (manuelle) de série, et 99,5% furent équipées de la radio. Le régulateur de vitesse était également populaire (83,8%) ainsi que la colonne de direction réglable (78,2%). Et alors que le toit ouvrant coûtait 584,75$, l’ABS n’était facturé que 334$, pour un prix de base de 6550$ (coupé hardtop).

Au catalogue, on retrouve 17 teintes (dont le Sun Fire Yellow), un nombre incalculable d’options, et aussi quelques nouveautés, comme une alarme (option), l’allumage électronique sans entretien (de série), ou encore des barres latérales de renfort dans les portières sur les voitures fabriquées à partir du 1er janvier 1973. Les carrosseries 4 portes hardtop, assez vulnérables en cas de choc latéral, vont bientôt disparaître. Une nouvelle fois, la presse classe Imperial en tête du comportement routier face aux rivales Cadillac et Lincoln, même si le confort est un peu moindre - ceci dit, cela reste de confortables salons roulants... Cependant, l’Imperial n’est pas la plus vive en accélération, et doit se contenter d’environ 11 secondes dans l’exercice du 0 à 60 mph. Les distances de freinage sont tout aussi longues (environ 40 mètres), et les reprises un peu plus poussives que sur les deux concurrentes. Elle braque plus néanmoins, avec un peu moins de 14 mètres de diamèImperial 1969-73


Page-39-45-Imperial_Mise en page 1 18/03/2015 08:50 Page 7

tre entre trottoirs (avec les porte-à-faux, on vous laisse deviner le boulevard qu’il faut pour faire un demi-tour...). Malgré tout, cela sent le roussi pour Imperial. La presse de l’époque se posait la question, et constatait l’échec de la marque, dont les modèles n’étaient perçus que comme des Chrysler ‘‘haut de gamme’’, malgré d’évidentes qualités qui la mettait au niveau des concurrentes Cadillac et Lincoln. Alors, que retenir de cette génération d’Imperial ? Tout d’abord un style, propre à luimême, sobre, lisse, bref, suffisamment bien né pour pouvoir durer 5 ans. Ce sont de vrais paquebots dont l’autonomie dépasse rarement les 230 miles (environ 10 miles par gallon), et sont l’évolution naturelle du haut de gamme américain : le confort de conduite avant tout, même si parmi les 3 marques de luxe, Imperial est celle qui techniquement sort du lot, avec sa tenue de route plus sécurisante ou encore le premier système ABS sur quatre roues de l’industrie US. Le collectionneur pourra choisir une valeur sûre, la Cadillac, ou préférer ‘‘voler au ras du sol’’ avec une Imperial ‘‘Fuselage’’. Et tant pis si le passant néophyte lui demandera quelle est cette magnifique Cadillac qu’il conduit...

En haut, une ‘‘triple Black’’. Ci-dessous, une Sun Fire Yellow.

F. Mardon Sources : www.imperialclub.org

Malgré leur taille, le coffre n’est pas si géant que ça : environ 600 litres. Le réservoir est plutôt petit vu la consommation gargantuesque (la Cadillac DeVille embarquait 27 gallons, contre 23 pour l’Imperial). En 1973, la puissance tombe à 215 chevaux, et le couple à 470 N.m.

Imperial 1969-73

Le Mag

43


Page-46-51-Superbee_Superbee 1968-71 18/03/2015 08:42 Page 1

Dodge Super Bee 1968-1971

1970s

Dodge Coronet Super Bee 1970 en vert ‘‘Sublime’’ pétant... Photo Gateway Classic Cars (www.gatewayclassiccars.com).

Prenez une simple Dodge Coronet. Installez-y un gros V8 avec de grosses prises d’air, appliquez-lui une peinture voyante avec les stickers qui vont bien, et voilà un muscle car d’entrée de gamme. Avec le V8 426 Hemi, elle décoiffait !

La gamme Coronet de Dodge comptait plusieurs modèles pour tous les besoins et toutes les bourses. Au départ, la Coronet était un modèle familial, disponible en deux et 4 portes et en break. La plupart sont sorties avec des 6 cylindres ou des V8 318 ci. Pour un peu plus de luxe, il y avait la Coronet 500, sur laquelle le 383 avec carburateur 2 corps était disponible, mais le vrai modèle sportif était la R/T, qui avait le 440 Magnum en équipement standard, le Hemi en option. Un peu comme une GTX (Plymouth), l’intérieur comptait les sièges baquets et la meilleure finition (tout est relatif toutefois...). Mais juste en dessous se situait le Super Bee, la réponse de Dodge à la Plymouth Road Runner. Comme cette dernière, la Super Bee avait un 383 et carburateur 4 corps en équi-

pement de base, avec la suspension, la direction, etc... plus fermes. Comme la Road Runner, sa finition était plus spartiate pour garder le coût plus bas, mais le Hemi était disponible en option. Pour chaque modèle, il y avait des variations de calandres et d’enjoliveurs latéraux et autres. Au début de l’année 1969, Dodge a fait des Super Bee Six Pack, comme les Road Runner 440-6BBL, avec tout un complément d’équipements pour en faire des machines de course légales sur la route. Comme ces modèles sont arrivés en milieu d’année, on les appelle 69 1/2, dénomination qui ne s’applique qu’à ces modèles-là (certains appellent aussi les Charger Daytona des 69 1/2).1969, c'était aussi l’année des toits en vinyle à fleurs Mod Top (voir article Imperial dans ce numéro). Photo par Rex Gray - www.flickr.com

Coronet Super Bee 1968 dans une teinte ‘‘sobre’’.

44

Le Mag

Dodge Super Bee 1968-71


Page-46-51-Superbee_Superbee 1968-71 18/03/2015 08:42 Page 2

1968-1970 La première Super Bee a été élaborée à partir de la sage Dodge Coronet. Elle n’était disponible qu’en coupé (avec ou sans montant) et a été construite entre 1968 et 1970. C’était la muscle car d’entrée de gamme, l’équivalent du modèle Plymouth Road Runner, et coûtait 3027$. On pouvait cocher l’option Hemi, qui à elle seule augmentait la facture de 33% (seulement 125 trouveront acheteur... ‘‘Value inestimable’’ comme on dirait aujourd’hui). Le modèle 1968 était une 2 portes avec deux moteurs au choix : le V8 383 Magnum de 335 chevaux, et l’optionnel 426 Hemi gonflé à 425 chevaux (valeur probablement sous-estimée...). Les Super Bee disposent d’une suspension plus robuste, la boîte manuelle optionnelle à quatre rapports Mopar A-833 et quatre pneus performance. Sur la custode, un décalque représentant une abeille casquée qui charge tête baissée est harmonisée aux bandes verticales R/T.

*** Motorisations *** 1968-1970 : 383 ci, 335 ch. 1968-1970 : 426 ci, 425 ch (Hemi). 1969-1970 : 440 ci, 390 ch (6-pack). 1971 : 340 ci, 275 ch. 383 ci, 300 ch. 440 ci, 370 ch. 440 ci, 385 ch. 426 ci, 425 ch (Hemi). ** 1968 ** 7.842 exemplaires en tout, dont : - Hemi 426 : 125 (94/31) ** 1969 ** 27.846 exemplaires en tout, dont : - Hemi 426 : 165 htp cpe (73/92) 91 cpe 2d (53/38) - 440 6-pack : 420 htp cpe (153/267) 1487 cpe 2d (661/826) ** 1970 ** 10614 htp cpe et 3640 2d cpe, dont: - Hemi 426 : 32 htp cpe (21/11) 4 cpe 2d (0/4) - 440 6-pack : 1072 htp cpe 196 cpe 2d (87/109) ** 1971 **

Une version hardtop vient rejoindre le coupé au catalogue de l’année 1969, avec l’induction d’air frais par prises d’air sur le capot nommée ‘‘Ramcharger’’. Le ‘‘six-pack’’ (trois carburateurs double corps, une version vitaminée du V8 440ci) est venue s’ajouter à la liste d’options en milieu d’année. Cette op-

Sur cette page, le modèle 1970 avec ses ‘‘lunettes’’. Ici, une ‘‘Go Mango’’...

5.054 exemplaires en tout, dont : - Hemi 426 : 22 htp cpe (13/9) - 440 6-pack : 99 htp cpe (69/30) Entre parenthèses, le premier nombre indique celles équipées de la TorqueFlite, le second celles équipées d’une boîte manuelle à 4 rapports. htp cpe = hardtop coupé (sans montant) cpe 2d = coupé 2 portes (avec montants) Ne sont pas comptés les modèles Export. Par exemple en 68, 3 export 426 vers le Canada, 24 en 69, etc... Les chiffres "totaux" diffèrent un peu aussi selon la "source". En 1968, la bosse sur le capot est purement décorative... En 1969, l’admission d’air "Ramcharger" (de série sur Hemi) peut s’ouvrir ou se fermer depuis l’habitacle par un levier. ***

tion coûtait 463$. Les modèles de l’année 1969 ont donné des maux de tête aux acheteurs de Chrysler avec les choix de moteurs. Le moteur de base est le 383 ci hautes performances, le 440 Six Pack, et le 426 Hemi. Le V8 440 Magnum n’était pas disponible au catalogue des options et était réservé aux Coronet R/T. En 1970, les Super Bee ont reçu une calandre retouchée qui représentait deux ovales calquées sur la forme des ailes d’abeille (et qui donne à la voiture l’air de porter des lunettes...). Ce nouveau look Dodge Super Bee 1968-71

Le Mag

45


Page-46-51-Superbee_Superbee 1968-71 18/03/2015 08:43 Page 3

Coronet Super Bee 1969 ‘‘Six Pack’’.

Photo par Chad Horwedel - www.flickr.com

Une teinte vive, un toit vinyle du type ‘‘Mod Top’’ et vous voilà en pleine époque du Flower Power ! Mais gare aux restaurations, il n’y a plus de vinyle NOS...

Ci-dessus, le nuancier de 1970 chez Dodge. Parmi les couleurs, on a plusieurs rouges, oranges, verts et bleus, sans oublier les jaunes. Les noms sont évocateurs : ‘‘Go Mango’’, ‘‘Hemi Orange’’, ‘‘Green Go’’, ‘‘Banana’’ (qui deviendra ‘‘Top Banana’’ en 1971), ‘‘Bahama Yellow’’, ‘‘Cream’’ et ‘‘Beige’’ (qui sont plutôt des teintes de rose), ‘‘Plum Crazy’’ ou encore ‘‘Sublime’’ (un vert qui arrache). Sur le capot, on retrouve la cylindrée (ici 383) ou ‘‘Six Pack’’ par exemple. Bien voyant ! 46

Le Mag

Dodge Super Bee 1968-71


Page-46-51-Superbee_Superbee 1968-71 18/03/2015 08:43 Page 4

Photo par Donald Lee Pardue - www.flickr.com

Coronet Super Bee 1970 avec le V8 440 ci ‘‘Magnum’’. a rebuté beaucoup d’acheteurs et les ventes Beatles, la guerre du Vietnam, les droits ci- compagnés d’un remarquable élan de créaont drastiquement chuté. Malgré ce nouveau vils et le programme spatial ont aussi été ac- tivité, d’enthousiasme et de rébellion qui look, les moteurs aussi bien que le capot ‘‘ramcharger’’ ont été reconduits au catalogue. 1971 Alors que la Dodge Coronet de l’année modèle 1971 n’a été disponible qu’en version berline quatre portes et familiale (break), les modèles avec le logo Super Bee ont été la Dodge Charger. La Charger ayant déjà sa version musclée R/T, les Super Bee ont été rétrogradées au rang d’entrée de gamme et coûtaient 3271$. 4144 furent construites, alors que seulement 22 l’ont été avec un moteur Hemi (encore plus rare). 1971 est la première, seule et dernière année où le moteur de base des Super Bee était un 340 ci. Nous sommes à l’aube de la première grande crise du pétrole, les assurances voyaient rouge avec cette course à la puissance, en plus des nouvelles contraintes anti-pollution qui se mettaient en place... Le moteur V8 440 Magnum n’était pas disponible en option sur les Super Bee en 1971 (certains outils de référence font mention que 26 ont néanmoins été produites avec ce moteur). Lorsqu’elle disparaît début 1971, la Charger Super Bee a été produite à 5054 exemplaires seulement. Road Runner & Super Bee : 2 x 3 = 6 (pack) Pour les historiens de l’automobile, les années 1962 à 1971 constituent l’âge d’or des muscle cars américaines. Les bouleversements sociaux marqués par la musique des Dodge Super Bee 1968-71

Le Mag

47


Page-46-51-Superbee_Superbee 1968-71 18/03/2015 08:43 Page 5

s’exprime dans les bolides hautes performances de l’époque, un élan qui sera difficile, sinon impossible, de reproduire. Et c’est en 1969 que Chrysler Corporation dévoile deux modèles qui symbolisent mieux que tout autre la furie envoûtante de cette période : les Super Bee Six Pack et Road Runner 440 6-pack. Les études de marché démontrent qu’il manque sur le marché un modèle abordable s’adressant aux jeunes mais capable d’offrir d’excellentes performances sur route. Chrysler répond en 1968 en dévoilant la Plymouth Road Runner et la Dodge Coronet Super Bee, des versions abordables des luxueuses GTX et Coronet R/T. Ces nouveaux modèles sont animés par une version spéciale du moteur 383 ci de 335 chevaux qui inaugure l’ère des muscle cars abordables. Démunis des accessoires jugés superflus pour en diminuer le poids, ces modèles qui affichent un aspect assez dénudé sont néanmoins animés par le puissant 383 à culasse en coin (le 426 Hemi étant le seul autre moteur en option) et dotés d’une suspension renforcée. Affiché au prix bas de 2896$ pour la Road Runner et à 3037$ pour la Super Bee, ces produits offrent aux jeunes un remarquable rapport prix/performances. Pour 700$ de plus, l’acheteur peut opter pour le moteur Hemi et équiper sa voiture avec les autres équipements proposés en option. Sur piste d’accélération, le 383 ne parvient cependant pas à se démarquer, tandis que

le Hemi, malgré ses performances remarquables est capricieux en usage routier et nécessite des réglages constants, sans oublier son prix plutôt corsé. Le succès des deux modèles abordables incite néanmoins les ingénieurs à proposer pour 1969 une série de modifications et d’options dont la plus importante est l’adoption d’un système d’admission d’air frais. Malgré tout, ces changements n’apportent que des améliorations limitées.

390 chevaux, tandis que la NHRA (association de courses hot rod) le classe avec plus de réalisme à 410 chevaux.

Pour ce nouveau moteur, Chrysler décide de construire un modèle spécial baptisé A12 dans le catalogue d’options de Plymouth et Dodge. L’option Super Trak Pack (essieu arrière Dana 60, rapport 4,10 à 1, boîte manuelle à 4 rapports avec levier Hurst, ventilateur à visco-coupleur et gros radiateur) est proposée en équipement de série, Toujours en 1969, la Corporation prépare un la seule option mécanique étant la boîte aunouveau moteur de 440 ci muni de 3 carbu- tomatique Torqueflite. rateurs double corps (d’où l’appellation Six Pack). Mais contrairement aux autres mo- Quelques options sont offertes pour l’intéteurs de la gamme, ce moteur reçoit des élé- rieur, notamment les sièges baquets, mais ments spéciaux provenant de fournisseurs l’usine livre la voiture avec des roues ordiextérieurs, notamment la tubulure d’admis- naires en acier et écrous chromés, chaussion en aluminium conçue par Chrysler pour sées des nouveaux pneus Goodyear recevoir les 3 carburateurs Holley double G70x15 qui apportent des gains considéracorps mais fabriquée par Edelbrock. bles au chapitre de la tenue de route. A l’extérieur, le changement le plus notable est Ces éléments sont accompagnés d’impor- l’adoption d’un capot en fibre de verre peint tantes modifications internes visant une plus en noir mat et fixé avec 4 pinces de type grande robustesse, notamment le vilebre- NASCAR. Le capot se distingue par sa quin en acier forgé, les bielles renforcées et grosse prise d’air mise au point dans le les pistons à tête bombée portant le taux de cadre des courses d’accélération Super compression à 10,5 pour 1. Testé sur banc Stock. d’essai, le 440 affiche, selon la compagnie, Les ingénieurs Chrysler sont les premiers à effectuer des recherches sur l’écoulement de l’air d’admission, ce qui explique la présence de la lèvre sur le bord inférieur de la prise d’air qui atténue considérablement les turbulences provoquées par le capot. C’est ainsi que pour les muscle cars de route, ce sont les produits Chrysler qui présentent le plus grand volume d’air d’admission Super Bee 1971 ‘‘Top Banana’’ ! grâce à ces prises d’air dont le Super Bee 1971

seul défaut porte sur la difficulté d’empêcher les débris de la route à se coller au filtre à air.

Ci-dessus, le V8 440 ‘‘Six Pack’’ de 1971. Les couleurs sont criardes sur la carrosserie, et aussi côté salle des machines ! 48

Le Mag

Même à l’arrêt, la voiture invite à la course, ses roues sans enjoliveur accentuant sa vocation sportive. La Super Bee reçoit une paire de fausses prises d’air sur les ailes arrières et des bandes décoratives Scat Pack. La mention ‘‘Six Pack’’, inventée par les responsables du marketing figure sur les côtés de la prise d’air du capot, tandis que sur le modèle Road Runner, le décalque ‘‘4406BBL’’ trône sur la prise d’air. Dodge Super Bee 1968-71


Page-46-51-Superbee_Superbee 1968-71 18/03/2015 08:43 Page 6

Souhaitant offrir une voiture ayant un agrément de conduite irréprochable, les responsables du programme A12 veulent néanmoins proposer un prix abordable et c’est ainsi que l’option A12 à moteur 440 n’ajoute que 462,80$ au prix de base de la Plymouth et 468,80$ à celui de la Dodge. Nul doute qu’à ces prix, la tentation de pulvériser la vitesse limite autorisée devient presque irrésistible. Dès le lancement de la voiture au printemps 1969, les premiers exemplaires sont livrés à la presse spécialisée pour fins d’essais. La revue ‘‘Car and Driver’’ dépêche sa nouvelle Super Bee dans les contrées éloignées de la Caroline du Nord souhaitant tester la voiture sur les chemins de campagne et les sentiers peu fréquentés. Le pilote novice du magazine ‘‘Cars’’ enregistre un chrono de 13,98 secondes et une vitesse de 104,52 mph (168,21 km/h) sur quart de mille (402 mètres) avec des pneus de route. Les concepteurs des nouvelles Plymouth ou Dodge peuvent donc dire : mission accomplie ! Certes, un essai routier ne se limite pas aux accélérations en ligne droite. Bénéficiant d’une suspension compétente à barres de torsion plus rigides, ressorts arrières décalés et amortisseurs plus fermes alliés à des pneus Goodyear plus larges, les nouvelles Plymouth et Dodge réussissent à séduire presque tous les essayeurs. C’est ainsi que dans son numéro de juillet 1969, ‘‘Car Life’’ écrit : ‘‘Terreur des pistes d’accélération, égalisant les performances du Hemi, cette Dodge Six Pack, malgré son empattement de 117 pouces (2,97 mètres) et ses 3800 livres (1720 kg), rivalise avec d’authentiques voitures de slalom’’. C’est tout dire ! Malgré cet enthousiasme, la production est limitée et seulement que 1907 Super Bee et 1432 Road Runner sortent des usines de Detroit pour le millésime 1969, non pas à cause du manque d’intérêt du public qui inonde les concessionnaires de commandes, mais plutôt à cause des capacités de production limitées d’Edelbrock. En effet,

atténuer la pénurie, Chrysler décide de produire un certain nombre de tubulures en fonte pour les 440-6 de 1970 et 1971, années où le 6-Pack est proposé en option sur tous les modèles de la gamme hautes performances Plymouth Rapid Transit et Dodge Scat Pack, présentant un intérêt tout particulier pour les nouvelles Plymouth Barracuda et Dodge Challenger. Jusqu’alors, Chrysler avait proposé aux équipes de courses automobiles des ensembles complets dotés principalement du moteur haute compression Max Wedge et du moteur Hemi de course. Conçue pour la piste, une telle voiture pouvait difficilement convenir à l’usage routier. Par contre, l’ensemble A12 1969 permettait d’avoir une voiture capable d’affronter les pistes d’accélération sans toutefois s’y limiter, offrant ainsi aux fervents de hautes performances la possibilité de rouler sans souci sur route. Et si l’heureux propriétaire ne se lassait pas de soulever le capot pour permettre aux curieux d’admirer le nouveau moteur, les Road Runner et Super Bee A12 devenaient les reines des ‘‘drive-in’’, s’assurant ainsi une place de choix dans l’histoire des super voitures signées Chrysler.

Photo par Peter Miller - www.flickr.com

Alain Guilbeault V.A.Q. (Québec) Adaptations et corrections pour Le Mag : F. Mardon & P. Courant

Photo par John Lloyd - www.flickr.com

Photo par Miikka Skaffari - www.flickr.com

n’ayant prévu qu’entre 500 et 1000 voitures, Chrysler place une commande limitée chez ses fournisseurs qui ne parviennent pas par la suite à subvenir à la forte demande. Pour Dodge Super Bee 1968-71

Ci-dessus, une Super Bee 1970 ‘‘Plum Crazy’’. Littéralement parlant, cela veut dire ‘‘Prune Folle’’...

De haut en bas : Plymouth Road Runner 1968, 1969 et 1971. Cidessus, la sympathique déco sur le capot des ‘‘440+6’’. Et si vous trouvez que la Road Runner ressemble beaucoup à la Coronet Super Bee, c’est normal, ce sont les mêmes voitures. Road Runner est ‘’Beep Beep’’ dans ‘‘Beep Beep et le Coyotte’’...

Le Mag

49


Page-52-55-Route66_Route 66 17/03/2015 21:57 Page 1

Textes par Alain Lubat (USCCN)

La Route 66 - Le périple

*** Nouvelle étape vers le sud au départ de Gallup en direction de Holbrook. Dans des paysages plutôt secs et désertiques nous traversons successivement Lupton, Allantown, Houck, Sanders, Chambers, Navajo. Ensuite la Petrified Forest, puis le Painted Desert, pour arriver à notre ville étape Holbrook. Au total 186 km, plus la visite des parcs. Cette zone appelée Strip of Arizona correspond à la partie nord ouest de l’Etat coupée du reste par le grand Canyon. C’est la région des cours d’eau à sec et des routes inondables. De nombreux tronçons de la 66 ont disparu et beaucoup de ceux qui restent mènent à un ‘‘dead end’’, une voie sans issue en français... On est ici dans une région très aride, un terre manifestement hostile mais attachante par son aspect sauvage. On cherche les espaces verts accueillants par ici. Lupton est une bande de terre qui abrite essentiellement des Trading Post, d’aspects criards et colorés. Ils vendent surtout de la bijouterie et de l’art traditionnel indien. Le Windows Rock abrite là aussi un Indian store. A Sanders, Ortega’s Indian Galeria est abrité dans un hangar géodésique similaire à celle du Trading Post de Meteor Crater. Des tronçons de la 66 sont sans issue, la route ayant été engloutie par la nature. Un moment de recueillement pour notre âme de Sixties.

Grands espaces déserts et très arides (Painted Forest).

Petrified Forest design un site où un processus vieux de 225 millions d’années a transformé les arbres en pierres. L’enfouissement naturel des arbres arrachés des rives des cours d’eau lors des épisodes extrêmes, charriés puis recouverts de sédiments se transforment peu à peu en pierre sous l’action de la minéralisation. Ce phénomène consiste au remplacement à cœur de la cellulose des arbres par des minéraux naturels. Le site comprend aussi Painted Desert dont le nom vient de la variété des couleurs du sol environnant. Un bel exemple de construction en adobe abrite les rangers et le visitor center. Holbrook accueille le wigwam motel, injustement localisé à Tucumcari lors d’un dernier article. C’est la ville des bois pétrifiés et des dinosaures dont les restes nombreux ont été découverts dans la région. Notre étape nous verra pré- A Lupton. férer la Best Western local, toujours pour les mêmes raisons, la constance des équipements et services Holbrook, une personne assise à l’ombre du mur... indispensables aux vétérans voyageurs souffreteux que nous sommes... A suivre... Hiéroglyphes (Petrified Forest).

50

Le Mag

The Mother Road


Page-52-55-Route66_Route 66 17/03/2015 21:57 Page 2

Morceaux de troncs d’arbres pétrifiés.

Celle-ci ne roule plus depuis longtemps...

The Mother Road

Le Mag

51


Page-52-55-Route66_Route 66 17/03/2015 21:57 Page 3

Sur ces portions de 66, on croise quand même de temps en temps quelques rares véhicules...

Chevrolet Corvair à vendre, 900 dollars (Lupton). 52

Le Mag

The Mother Road


Page-52-55-Route66_Route 66 17/03/2015 21:57 Page 4

Un Motorhome, avec vélos et voiture attachés derrière... Un équipage qui ne passerait pas inarperçu sur nos routes !

Les collines du Painted Desert.

Dans le Painted Desert (avec une couleur en rapport). The Mother Road

Le Mag

53


Page-56_Page 56 17/03/2015 21:59 Page 1


Page-57_Mise en page 1 17/03/2015 22:00 Page 1

Books & Co.

Ainsi que vous le savez, nous sommes dans la période de préparation des voyages et, pour certains d’entre nous, à destination de la patrie de nos chères automobiles. J’ai trouvé, sur les rayons de ma médiathèque préférée, un guide qui pourrait aider à organiser les déplacements sur place.

Par Didier Hardy

géographiques. Cette option permet de limiter le nombre de pages à feuilleter sur place, les informations étant regroupées par lieu.

On y trouve, pour chaque zone décrite, une carte accompagnée d’indications générales et suivi d’informations plus détaillées des principales localités et/ou curiosités locales. Comme tous les ouvrages du National Geographic, les illustrations sont nombreuses et Il s’agit d’un ouvrage du National Geo- représentent plus de la moitié de l’espace graphic dédié à la Foride. Il est édité dans imprimé. un format ‘‘de poche’’ soit en 135x215 mm, ce qui permet de le conserver avec L’exemplaire que j’ai consulté date de 1993 et n’est apparemment plus diffusé, on peut soi lors des déplacements et visites. le trouver d’occasion ou acquérir les guides Ce guide est organisé de manière tradi- édités aujourd’hui qui se rapportent à des tionnelle avec au début une partie histo- zones plus réduites. rique d’une quarantaine de pages suivie de la partie touristique découpée en zones

Le Mag

55


Back to the past

Page-58_Temps Anciens 17/03/2015 22:01 Page 1

Un concessionnaire Mopar en 1969... Plymouth (principalement), Chrysler (beaucoup moins), et cachée au fond à droite, une Imperial.

Ci-dessus, une highway à Los Angeles en 1955. La majorité des voitures sont des années 50, mais quelques ‘‘Forties’’ circulent encore. Les ‘‘Thirties’’ ont totalement disparu (ou presque). Ci-contre, une photo prise en 1973, probablement à New York dans l’Upper East Side. A part une paire de Coccinelle et une Mercedes que l’on peut identifier aisément, tout le reste est Made in Detroit (et pris dans un embouteillage monstre).

56

Le Mag

Rendez-vous au prochain numéro ...


Page-59_3ème de couverture 17/03/2015 22:01 Page 1

Plublicité Dodge 1968 : ‘‘les gros flingues qui allument les flottes de police’’


Page-60_4ème de couverture 17/03/2015 22:07 Page 1

Le Mag des Clubs #17  

Le Mag des Clubs #17

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you