Page 1

Mag Le

des clubs

10

Eté 2013

Sorties à gogo dans ce numéro ! Et aussi : la Route 66, les autos US au cinéma, et bien plus encore.


Mag Le

#10 Eté 2013

des clubs

Bulletin d’information inter-clubs édité par : AmeriSud 53, rue Abbé Brémond 64000 Pau

Welcome !

En collaboration avec le V8 Forever, l’US Cars Club Normandy et l’American Feeling 31.

Bienvenue chez AmeriSud, le V8 Forever, l’USCCN et l’American Feeling 31, qui ensemble vous proposent ce bulletin d’information consacré aux voitures américaines et leurs activités. Ci-dessous, retrouvez la localisation des clubs participant à cette édition sur la carte de France.

Directeur de publication : Philippe Courant Rédacteur en chef : Frédéric Mardon Publicités dans le Mag : didier.hardy8@orange.fr Impression par : Pixartprinting (www.pixarprinting.fr)

Où sommes-nous ? US CARS CLUB NORMANDY

AMERICAN FEELING 31

Pacy-sur-Eure (27)

Léguevin (31) USCCN

AMERISUD

V8-FOREVER

Pau (64)

Belmont d’Azergues (69)

V8-Forever

AmeriSud

American Feeling

Retrouvez toutes les coordonnées des clubs dans les pages dédiées à chaque club dans cette revue (voir le sommaire ci-contre).

Pour plus d’information sur ce magazine (contacts), connectez-vous sur le site Internet d’AmeriSud : www.amerisud.fr QUI SOMMES-NOUS ?


Au Sommaire Et voici le 10ème numéro du Mag’ ! - 02 - Les Fiches : Dodge Challenger 1970-1971. - 04 - Les Fiches : Edsel wagons 1958-1960.

Activités AmeriSud - 06 - Coordonnées, édito, calendrier. - 07 - Oyster Road 2013. - 10 - Lannemezan 2103. - 12 - Grand Prix Historique de Pau 2013.

Activités US Cars Club Normandy - 14 - Coordonnées, édito, calendrier. - 15 - Spring Cruise & BBQ 2013. - 16 - Cruising entre Loire et Cher 2013.

Activités American Feeling 31 - 18 - Coordonnées, édito, calendrier. - 19 - Beauzelle 2013. - 22 - Lavaur 2013.

Activités V8 Forever - 28 - Coordonnées, édito, calendrier. - 29 - Chessy-les-Mines 2013. - 30 - Country Day à Neyron 2013. - 31 - St Victor de Cessieu 2013. - 32 - Villard de Lans 2013. - 34 - News de Detroit. - 36 - Route 66 : préface. - 40 - Cottonwood et sa Bing Burger Station. - 45 - Les voitures US au cinéma. - 51 - Books & Co. - 52 - Les Temps Anciens. Voilà donc le numéro 10, avec pas mal de sorties, malgré une météo de début d’année vraiment très... pas bonne du tout. Le prochain numéro sera également grandement consacré aux sorties estivales, avec s’il y a de la place, quelques photos fort intéressantes de prototypes “total délire” de la fin des années 50 (où quand Detroit fumait grave la moquette). Le rédac’ en chef, Frédéric Mardon (alias Mopar58) Archives numériques, consultables gratuitement sur le web : - Revue #01 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm001 - Revue #02 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm002 - Revue #03 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm003 - Revue #04 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm004 - Revue #05 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm005 - Revue #06 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm006 - Revue #07 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm007 - Revue #08 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm008 - Revue #09 : http://issuu.com/amerisud/docs/asm009

Le Mag

01


Les Fiches

Dodge Challenger 1970-1971

DOD-02

Marque commerciale : Dodge Modèles : Challenger, R/T. Années : 1970-71. Carrosseries : 2 portes hardtop, 2 portes cabriolet. Groupe d’appartenance : Chrysler Corporation. Fabricant : Dodge Division. ***

1970

Avec 12 choix de moteurs, le client avait un large choix. De 101 à 390 chevaux, on pouvait soit avoir ce qu’il y avait de plus poussif qui puisse exister, soit brûler de la gomme à chaque feu vert... Et encore, les puissances étaient probablement sous-estimées.

1970

1971

Bref historique : Mieux vaut tard que jamais... Enfin Dodge se lance dans les “Pony Cars” (Mustang, Camaro et... Barracuda) en proposant un modèle à la ligne superbe “Coke bottle” et aux performances exemplaires en version R/T. Car le modèle de base est livré en 6 cylindres ou V8 318ci... Par le jeu des options on peut très bien doubler les performances... et le prix ! Mais une R/T 426 Hemi, avec le “shaker” et une couleur “Impact”, quelle bête... Tellement d’ailleurs que leur valeur est actuellement difficilement quantifiable ! La version T/A avec son capot noir mat et son 340 fait aussi partie des icônes de cette fin des muscle cars. Car, après l’année 1971, il n’y aura plus de Hemi, de “big block”, de cabrio, ce qui explique un peu pourquoi cette fiche ne liste pas les Challenger 1972-74 (qui restent d’ailleurs bien plus abordables). Technique : Moteur : un très vaste choix ! En italique, les moteurs en option. 6 cylindres : 198 ci 101 ch (Deputy uniq.) - 225 ci 145 ch (std). V8 : 318 ci 230 ch (std) - 340 ci 275 ch ou “six pack” 290 ch (std sur T/A) - 383 ci, 290 ch ou 330 ch ou 335 ch “Magnum” (std sur R/T) - 426 ci Hemi 425 ch - 440 ci, 375 ch ou “six pack” 390 ch. Transmission : aux roues arrière, boîte manuelle 3 vitesses au volant, boîte manuelle 4 vitesses au plancher “pistol grip” sur 426/440, en option sur les autres. Boîte automatique 3 vitesses (au volant ou au plancher) en option. Freins : tambours ! Disques avant en option. Suspensions : barre de torsion avant, lames arrière. Pneus : E68x14, E60x15 (340, 426), F70x14 (R/T). Dimensions : - Empattement : 2,79 m - L x l : 4,86 x 1,94m. Poids : de 1500 à 1750 kg.

1970 Quelques perfs venant d’un essai “Car and Driver” de la R/T 426 hemi 1970 : 1/4 mile : 14,1s @ 166 km/h. 0-96 kmh en 5,8 s. 0-160 km/h en 13,4s. Vitesse max (estimée) : 235 km/h. Conso : de 20 à 33 litres aux 100 km ! Evolution : L’année 1971 voit quelques modifications de calandre et de feux arrière. Le nombre de modèles est réduit, le cabriolet R/T et les versions “SE” (Special Edition = modèle plus luxueux avec petite lunette arrière et toit vinyle) disparaissant. L’option Deputy (modèle basique à vitres arrière fixes) est lui maintenu. A noter aussi dans les options régionales le modèle “Western Sport Special”, code option A91, vendu uniquement dans l’ouest des USA. Cote : (en état concours US) De 35.000 à 60.000$ (T/A : 85.000$). +20% à +40% si 383/440, +80% avec 440-6, de 150.000 à 450.000$ en 426 Hemi...

1971 02

Le Mag


Les Fiches

Dodge Challenger 1970-1971

DOD-02

Sympathique Pace Car que cette Challenger cabriolet de 1971.

Club : Un parmi les nombreux clubs de “Mopar muscle” : Mopar Muscle Club of San Antonio, www.moparmuscleclub-sa.org/ et on n’oublie pas chez nous le M.O.C. (Mopar Owner’s Club), www.mopar-owners-club.com/ Voir http://challenger.mpoli.fi/board/topic-4565 pour des précisions sur les productions de Deputy, R/T, Hemi, etc...

1971

1970 1971

Ici, le V8 426 Hemi. Un monstre de puissance. Aujourd’hui, les cotes atteignent des sommets !

1970 1970 1970 T/A 340 6-pack. Bonjour le prix !

Le Mag

03


Les Fiches

Edsel Station Wagon 1958-1960

EDS-01

Marque commerciale : Edsel Modèles : Roundup, Villager, Bermuda. Années : 1958-60. Carrosseries : break 2 et 4 portes, 6 et 9 places. Groupe d’appartenance : Ford Motor Company. Fabricant : Mercury-Edsel-Lincoln Division. ***

Bref historique : L’histoire d’Edsel ou des Edsel a été raconté dans tous les bouquins d’américaines, donc on n’y reviendra pas ! De même on voit partout les coupés ou cabriolets. A croire que 50 ans après leur disparition, les Edsel tiennent une revanche (plus ou moins justifiée...) posthume. Dans la gamme pléthorique de 58 existaient pas moins de 5 wagons, du triste Roundup 2 portes à l’exubérant Bermuda façon “woodie”. Ils étaient tous construits sur les plate-formes des wagons Ford, mais les ailes avant étaient spécifiques. La motorisation était similaire à la série Ranger avec le “petit” V8.

Bermuda 1958

Ils n’eurent guère plus de succès que le reste des Edsel aussi dès 1959 disparurent le “bas” et le “haut” de gamme. Les 59 seront tous des Villagers !

Villager 1958

Technique : Moteurs : 1958 : 361ci “E-400”(5911 cm3), 303 ch, carburateur 4 corps. 1959 : 332ci (5440 cm3), 225 chevaux, carburateur 2 corps. 1960 : 292ci (4785 cm3), 185 chevaux, carburateur 2 corps. Option 1959-60 : 361ci “Super Express” de 1958 ou alors en “delete option” le 6 cylindres “Econo Six” 223ci (3654 cm3), 145 chevaux, carburateur 1 corps. Transmission : aux roues arrière. Boîte manuelle 3 vitesses au volant (overdrive en option). En option boîte automatique 2 vitesses Mile-O-Matic (1959-60) ou 3 vitesses Dual Power. Commande au volant “Teletouch” en 1958 uniquement. Freins : tambours. Assistance en option. Suspensions : ressorts hélicoïdaux à l’avant. Lames à l’arrière. Pneus : 8.00 x 14.

Roundup 1958

Dimensions : - Empattement : 2,95 m (1958), 3 m (1959), 3,05 m (1960). - L x l : 5,22 x 1,96 m (1958), 5,34 x 2,02 m (1959), 5,49 x 2,07 m (1960). Poids : de 1700 à 1840 kg.

Il y avait un monde entre le Roundup basique et l’ultra-kitsch Bermuda...

Evolution : Après les résultats catastrophiques de 1958, Edsel se résolut à tailler dans le vif : finis les gadgets (Teletouch), les moteurs “maison”, les gammes nombreuses (4 en berlines, 3 en wagons). La calandre “horse collar” devient moins ostentatoire, tout comme disparaissent les peintures 3 tons ou les inserts faux-bois. Les wagons sont plus longs mais les moteurs moins puissants (un 6 cylindres est proposé...). L’année-modèle 1960 ne verra qu’un mois de production (fin 1959), autant vous dire que les wagons 1960 (encore plus longs et sous-motorisés) sont hyper rares. Vaut mieux avoir les lentilles de feu arrière présentes...

Bermuda 1958 04

Les moteurs 332, 292 et 223 ci viennent directement de chez Ford, Edsel devant absolument économiser partout dès la 1ère année.

Le Mag


Les Fiches

Edsel Station Wagon 1958-1960

EDS-01

1960

Cote : (en état concours US) De 20.000 à 25.000$, les plus cotés étant le Bermuda 1958 et le 1960. Club : - International Edsel Club PO Box 233, Sully, IA 50251-0233 USA USA. http://www.internationaledsel.com/index.php - Edsel Owners club, 1740 NW 3rd Street Gresham, OR 97030 Tel: 503-492-0878. http://www.edselclub.org/ - Voir aussi http://www.edsel.com/index.html où se trouve un "registry". 1958

1958

Ici, le V8 de 1959. Un 6 cylindres est désormais disponible. C’est déjà le début de la fin ! 1959

1958

Chiffres de production et prix d’époque : Roundup

1958 1959 1960

1959 1960

Villager

Bermuda

Prix

Prod.

Prix

Prod.

Prix

Prod.

6 places

2841$

963

2898$

2294

3155$

1456

9 places

-

-

2955$

978

3212$

779

6 places

-

-

2971$

5687

-

-

9 places

-

-

3055$

2133

-

-

6 places

-

-

2989$

216

-

-

9 places

-

-

3072$

59

-

-

Le Mag

05


The AmeriSud Section Le mot du chef... = Coordonnées = AmeriSud 53, rue Abbé Brémond 64000 Pau amerisud@sfr.fr = Contacts = Président : Philippe Courant 06 83 86 93 12 phil.courant@amerisud.fr

Enfin l’été !!!! Avec son cortège de sorties, de barbec’, de touristes émerveillés lors des expos, de soleil (on l’attend lui...) et son flot ininterrompu d’adhérents, de bénévoles, de sympathisants… Stop j’arrête là, je fais dans la démagogie même si AmeriSud se porte très bien à ce sujet ! Tiens justement, et ceci s’adresse aussi à tous les lecteurs, si on pouvait avoir des articles sur certaines voitures / modèles pas forcément “fifties” ou “Mopar” (ha ha ha) la rédaction serait très satisfaite. Quelques pages sur les Corvette 5th generation ou les Trans’Am 3rd generation ou les Mustang Fastback ou... ce serait vraiment sympa. Ne vous posez pas de question mise en page ou photos, Frédéric sait faire ! Allez, profitez bien des dates de sorties, y’en a pas mal dans le sud-ouest ou ailleurs et à bientôt ! Le calendrier AmeriSud est ci-dessous mais consultez le sur le site web pour plus de précisions. Pas de Beaucaire cette année !

Trésorier : Didier Hardy 06 72 30 65 24 didier.hardy8@orange.fr

Philippe Courant

Secrétaire : Gilbert Molto 06 80 96 43 77 gilbert.aragon@orange.fr Animateurs : tout le monde ! Webmaster : Philippe Courant 06 83 86 93 12 phil.courant@amerisud.fr = Internet = Web : http://www.amerisud.fr Forum web : http://www.amerisud.fr/forum Cotisation : 35€/an ou 60€ pour 2 ans

Le Calendrier

Affiches, détails, inscriptions sur : http://www.amerisud.fr/forum/viewtopic.php?f=17&t=571

***

3/4 août : “Arbonako American Cars” à Arbonne et environs (64). 7/8 septembre : Festival Rock’n roll / Rockabilly* organisé par Boulevard Fifties à Villeneuve / Lot (47). * A noter que le festival de Nicole n’existe plus cette année, du moins avec “Boulevard Fifties” et Gégène, et est remplacé par celui de Villeneuves-sur-Lot. AmeriSud ne s’associera pas à celui organisé par les festivités nicolaises. 5/6 octobre : sortie Espagne en Navarre, voir site ou forum d’ici quelques semaines. 20 octobre : AG et repas du club à Pau. 30 novembre : Le Père Noël est un Biker , le grand retour à La Moutète à Orthez (64) après 10 ans d’absence Retrouvez le club sur le réseau social Facebook. www.facebook.com/AmeriSud

06

www.AMERISUD.fr

7 décembre : participation au téléthon (on ne sait pas encore où ….)

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


AmeriSud

C’est sous un temps magnifique que cette manifestation commune AmeriSud - GWCA a sillonné les routes du Gers et plus particulièrement la région de Marciac, bien connu pour son festival jazz d’août. La place centrale, plutôt envahie par la foule et la scène du festival en été, était là réservée pour les voitures et motos US !

il y a vente de vins de Bordeaux par Francis à prix très attractif, cette vente permettant non seulement de financer une partie de la manifestation mais aussi de soutenir les petits producteurs locaux...

Dès le samedi matin, de nombreux participants convergeaient vers ce lieu de rendez-vous. Après une rapide visite à son lieu d’hébergement (hôtel, Pierre et Vacances ou camping), on passait aux choses sérieuses avec la traditionnelle dégustation d’huitres et de vin blanc du bassin d’Arcachon. Eh oui, voilà la raison du nom Oyster Road (oyster = huître en anglais, au cas où... :-). Après un excellent repas (ils le seront tous donc je ne le répèterai pas !!!), direction Termes d’Armagnac et sa tour. Un petit cruising de 25 km sur les routes ensoleillées avant le retour en fin d’aprèsmidi sur la place. La soirée du samedi s’articule autour du repas de gala et de la musique avec le groupe “Country Roosters” que l’on retrouvera à Arbonne en août. Le soir c’est aussi la remise des prix (+ longue distance, + belle auto, + belle moto, etc...). Chaque primé repartait avec un magnum de Bordeaux, histoire de compléter les achats de l’après-midi. En effet, entre 18h00 et 19h00, Oyster Road 2013

Réveil matinal (7h30 !) le dimanche. Le lac de Marciac est encore embrumé... Ce n’est pas le cas des participants !!! De nouvelles voitures arrivent, on a droit à une paire d’Im-

C’est dans le Gers que s’est déroulée l’édition 2013 de l’Oyster Road, mêlant voitures et motos US autour de l’amitié, de la culture et de la bonne humeur. Organisation sans faille du GWCA (Goldwing Club Aquitaine) et en 2014 ce sera AmeriSud qui s’occupera de la majeure partie de l’Oyster Road.

Oyster Road 2013

Les Goldwing du GWCA.

A l ’année prochaine ! www.AMERISUD.fr

07


pala 59, celle de Gégé en 4dr H/T et celle de Joël, un “ancien” de chez moi, en 4p sedan. Direction le Domaine de Bilé où l’on dégustera le Floc et l’Armagnac. A 10h30 du matin... Sont fous ces Gascons ! On passe ensuite par Bassoues, sa tour et sa célèbre halle que la route traverse puis on revient à Marciac. Après le repas, contes et musique gasconne par Marc Castanet. J’aurai dû amener ma vielle... L’après-midi s’achève avec le départ de chacun vers ses pénates en se promettant de se revoir l’année prochaine ! Merci à notre organisateur “en chef”, Francis ! Phil Runnin’

08

www.AMERISUD.fr

Oyster Road 2013


Oyster Road 2013

www.AMERISUD.fr

09


Lannemezan 2013

AmeriSud

Le samedi, un temps... pourri !

Compte-rendu du Country Festival de Lannemezan, avec une météo plus que fraîche (et humide), celle-ci ayant fait fuir les deux-roues et le public. Le soleil a fini par s’inviter le dimanche. Ouf !

Pour la 3ème année consécutive AmeriSud expose des voitures lors du festival des “Cowboys du Plateau”. A noter, un invité inattendu... le soleil !! Le temps a été plus que capricieux mais surtout réfrigérant !!! Le samedi pluie et éclaircies se sont succédées mais le dimanche fut très beau. On a même décapoté mais simplement parce qu’on n’a fait qu’un petit cruising de quelques kilomètres... Il faisait 5°C le soir et un peu moins tôt le dimanche matin, vive le plateau ! Question voitures on remplissait bien les places assignées, heureusement d’ailleurs car question motos c’était plutôt... vide !

Avec le soleil, c’est quand même plus pratique et plus agréable pour montrer un V8 !

Le public a été maigrelet, surtout le samedi mais les danseurs ont dansé jusqu’à tard dans la nuit, d’abord avec le groupe Rusty Legs puis avec un bal CD. Il est vrai aussi que ce week-end était celui de la fête des Mères donc le dimanche a éclairci un peu les rangs malgré le temps ! Merci aux (nouveaux) organisateurs, continuez ainsi et à 2014. Mais aussi merci à “Titi” d’AmeriSud qui s’est démené pour le logement, les tickets, les manœuvres, etc... Correspondance locale

Invité inattendu : le soleil ! Lien : http://www.lescowboysduplateau.fr/ 10

www.AMERISUD.fr

Lannemezan 2013


Soleil, chaussée sèche, cabrios décapotés : photo prise le dimanche !

Lannemezan 2013

www.AMERISUD.fr

11


Expo au GPH 2013

AmeriSud

Alors, elles roulent au gazole ou au kérosène ?

GPH = Grand Prix Historique (de Pau), qui précède le Grand Prix "normal" d’une semaine. Compterendu par Philippe Courant.

Cette année AmeriSud fait bande à part en “rende” la Place Royale, endroit incontourexposant en dehors du circuit automobile, nable pour une exposition ! dans les rues de la ville. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous estimons que : - 1/ le propriétaire de la voiture n’a pas à payer 20€ pour exposer sa voiture (même si ça comprend l’entrée du circuit !) - 2/ le public n’a pas à payer pour voir une expo automobile. Autrefois nous exposions avec l’Age d’Or, c’était gratuit, etc... Maintenant Mr Peter Automobile (à qui on a confié la gestion de l’événement) a décidé que toutes les expos seraient dans l’enceinte payante. Mais bon, la municipalité nous a suivi et conforté dans le projet d’exposer gratuitement. Il est vrai que les badauds du centre ville ne sont pas forcément des fanas de voitures anciennes et les questions frisent parfois le ridicule “Monsieur, votre Corvette, elle a un moteur essence ou diesel ?”... Le samedi y’avait pas mal de monde, on a cruisé dans tout le centre piétonnier (pas vu d’écolos menaçants...) et le dimanche, expo Place d’Espagne, très bel ensemble en 1/2 cercle mais peu de public. Les 2 jours on a mangé au "Fifties Dream". Ensuite faut quand même pas se voiler la face, le public “passionné” (de voitures) est dans l’enceinte du GPH, dans les tribunes ou sur les pelouses du Parc Beaumont. Il est donc possible qu’AmeriSud expose aussi en 2014, à moins que la municipalité nous

Bande à part... 12

www.AMERISUD.fr

Expo GPH - 11-12/05/2013


Expo GPH - 11-12/05/2013

www.AMERISUD.fr

13


The US Cars Club Normandy Section Le mot du chef... Après la pluie vient le beau temps = Coordonnées = US Cars Club Normandy 9, rue des fauvettes 27120 Pacy-sur-Eure contact@uscarsclubnormandy.fr = Contacts = Président : Alain Lubat 06 07 78 13 12 Vice-Président : Pascal Nadji 01 30 55 63 83 Secrétaire : Michèle Bertocchi 02 32 36 29 97 Trésorier : Fabrice Darmon 06 30 71 05 08 Trésorier adjoint : Jacques Fayolle 06 86 53 28 17 = Internet = Web : www.uscarsclubnormandy.fr Forum web : www.amerisud.fr/forum Cotisation : 45€/an

Nous voilà en pleine saison des loisirs et la météo nous rappelle qu’il ne suffit pas de vouloir pour réussir. Ainsi lorsqu’on organise des sorties en voiture de collection on espère of course, que le soleil sera du rendez-vous. Mais voilà, ça ne fonctionne pas comme cela. Pas aussi idyllique, hélas. Et cette année, cela semble parti comme l’an passé, de la pluie, de la pluie, de la pluie, de la pluie encore de la pluie. Je pourrais continuer longtemps. Est-ce à dire que c’est une raison suffisante pour bouder les sorties que des adhérents s’efforcent de préparer au mieux en prenant sur leur temps et leur argent pour le plaisir de tous ? Assurément non et partager c’est comme le mariage, pour le meilleur et pour le pire. Un club, c’est la rencontre d’individus qui se regroupent pour profiter ensemble d’une même passion, d’un même hobby. Et ils le partageront d’autant plus qu’ils participeront aux événements organisés par leurs homologues même dans l’adversité climatique. Audelà de l’objet il y a les individus, et quoi de plus gratifiant pour ceux qui organisent que de voir, que la réussite de l’événement est le fruit de leur investissement personnel et familial souvent. Et quels meilleurs moments pour tisser des liens, découvrir des affinités, échanger sur l’objet, se rendre service et décider de se revoir au plus vite. Le bureau tient ici à mettre à l’honneur ces adhérents et leurs familles. Ils subissent plus que tous autres ces situations contrariantes dues aux caprices de la météo, mais pas seulement. Alors, réfléchissez, votre auto va se mouiller, il faudra la sécher, la nettoyer, mais quel bonheur, on a profité pleinement d’une éphémère journée, on a existé, on ne sait de quoi sera fait demain. Mais quel bonheur, nettoyer une auto qu’on aime, c’est le prolongement de son engagement. Et finalement ça valait bien le coup de risquer quelques gouttes, n’est-ce pas. La prochaine fois, n’hésitez pas, ne conditionnez pas votre participation au hasard de la météo, vivez ! Alain Lubat

Le Calendrier

Détails & inscriptions sur : http://www.uscarsclubnormandy.fr/calendrier_2013.html

Décès accidentel de notre membre et ami Maurice Laureau. Toutes nos pensées à Andrée, de tout cœur dans ta peine.

14 juillet : festivités à Pacy-sur-Eure (27). 23/25 août : exceptionnel Country Normandy festival de Maltot (14). 28/29 septembre : Auto Moto Rétro de Rouen (76). 12/13 octobre : salon d’Evreux (27). MALTOT les 23-24-25 août 15/16 novembre : Champagne Party. 1er décembre : repas annuel. C'est le deuxième grand événement de la saison *Et toujours le rencard le 1er dimanche de que vous propose le club. Le 3ème festival Country chaque mois à Pacy-sur-Eure (Mairie). de Maltot (Caen) nous accueille dans de très Sans oublier les permanences mensuelles bonnes conditions. Venez profiter nombreux de ce moment exceptionnel de fête et de grande au siège du club le samedi après-midi. convivialité. Inscrivez vous sur le site ou par courrier.

INTERNET N'oubliez pas de consulter notre site internet, il est régulièrement mis à jour. La plupart des inscriptions peuvent maintenant se faire en ligne.

14

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


US Cars Club Normandy [BBQ] Un temps venteux mais sommes toutes bienveillant dans la saison décalée actuelle, le BBQ a été un succès avec plus d’inscrits que l’an passé. Nous pensions le faire à Pacy au siège du club. Pierre Heuzé organisateur au salon de Rouen et membre des Amis des Douves d’Evreux, nous fit la propositions de regrouper leur pique-nique annuel qui tombait le même jour que notre BBQ. Partisans du rapprochement des clubs nous avons répondu favorablement. Rendez-vous était donc pris pour un regroupement aux Douves le dimanche matin. Beaucoup d’autos ce jour-là et une concentration inhabituelle d’américaines. Départ vers midi pour le lieu du BBQ-piquenique sur la base de loisirs de Damville. Nous sommes allés à Damville plutôt en désordre, le convoi difficilement constitué le long de la cathédrale d’Evreux ne resistera pas longtemps au manichéisme des rues anciennes du centre-ville. Qu’à cela ne tienne, tout le monde se retrouvait donc à Damville et pour une fois nous constations avec étonnement que les derniers étaient les premiers... La vitalité de nos adhérents et notre organisation du jour dissuaderont les meilleures volontés du club des Amis des Douves de se mélanger avec nous. Seule une petite poignée partagera la salle mise à notre disposition par la Mairie de Dompierre. Dommage. Néanmoins notre cuistot issu de l’école Hôtelière de St Quentin, ça sert, eut tôt fait de mettre le feu et nos dévouées épouses de dresser table et buffet. Comme d’habitude, BBQ pléthorique (on en mettra moins la prochaine fois, c’est ce qu’on dit chaque fois), distribution à la demande, repus et somnolents, le clairon sonne, il est déjà temps de rendre les clefs. Trop court, pas le temps de se poser pour refaire le monde, encore dommage.

à Pacy, promis, juré ! Cela permettra de prolonger la journée ou même la soirée tant qu’il y aura des combattants pour refaire le monde, les restes seront ainsi consommés pour le plaisir de tous et des cuistots, A l’an prochain.

BBQ & Spring Cruise 2013 [Spring Cruise] Après s’être retrouvés au rencard du 1er dimanche du mois à Pacy-surEure qui fut d’ailleurs comme les précédents un succès, nous sommes partis à 17 voitures sur nos jolies routes de l’Eure. Le temps un peu frisquet mais ensoleillé, chose rare à cette époque a permis à tous de garder le sourire. Une petite balade d’une heure en roulant tranquillement nous amena, sans panne en cours de route (miracle), à Puchay au Restaurant “Relais de la Pommeraie”. Celui-ci est typiquement sur le modèle d’un ranch américain (il n’y manquait que les cowboys et les indiens). Le propriétaire ayant travaillé longtemps aux US nous a bien accueillis et un repas digne du FarWest, c’est-à-dire bien calorique nous y fut servi.

Après cette excellente journée c’est la photo finale qui fut faite et chacun se donna rendez-vous pour la prochaine sortie. Merci à tous les participants car sans vous le club n’aurait pas le même visage. Christiane

Nous tenons à remercier particulièrement nos dévouées adhérentes et Marie-Pierre nous fit une démonstration de tornade blanche époustouflante, l’humidité du jour et la poussière de charbon ayant mis à mal le Puis pour faciliter la digestion, nous sommes repartis en direction de la Ferme de Rome à sol de la pièce. On nous suivait à la trace. une trentaine de kilomètres. Celle-ci est A l’occasion de ce regroupement de clubs on gérée par un couple d’anciens agriculteurs touche la difficulté à réunir des collection- passionnés par leur Normandie. Ils ont créé neurs plus ou moins passionnés, d’horizons un petit musée rempli de tous les ustensiles et d’attirances automobile différentes et cela concernant la fabrication des produits laitiers malgré l’implication des responsables. La normands (beurre, crème, yaourt, fromage mayonnaise n’a pas vraiment pris. Encore etc... ainsi qu’une belle collection d’étidommage. Cependant, ne regrettons rien, il quettes de camembert. Chacun a découvert fallait le faire, peut-être faudra-t-il réfléchir à les anciens métiers et après cette visite a pu la forme si nous décidions de reproduire l’ex- se restaurer de crêpes arrosées d’un bolet périence. En attendant, l’an prochain ce sera de cidre, le tout fait maison. Que du bonheur. BBQ & Spring Cruise

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

15


Cruising entre Loire et Cher

US Cars Club Normandy

Menaçante la météo ? Juste un peu beaucoup... !

C’était encore un grand cruising. Et cette fois, bien arrosé !

Vous étiez 19 équipages au départ de Blois, avec un fort renouvellement des participants, ce qui n’est pas pour déplaire aux fidèles qui voient ainsi de nouvelles têtes et de nouveaux couples de voyage. Très intéressant pour partager sa passion et son plaisir. Faut dire que Pentecôte 2013 était très tôt dans la saison cette année. Le parcours fera une boucle autour d’Amboise. Un périple d’environ 140 km sur trois jours, voulu par les organisateurs afin de limiter le kilométrage total, peu de participants étant des autochtones, les participants les plus éloignes venant de l’Oise. Le parcours de ralliement était donc déjà une belle épreuve.

Vivement le soleil... 16

Le regroupement du vendredi soir, optionnel, au Brit-Hôtel de Blois, d’où partait le Cruising le samedi matin concentrera la quasi totalité des participants. Une première.

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

dimensions et la variété de ses cultures. Celle-ci abrite une curieuse ville souterraine, taillée à même le tuffeau par le propriétaire des lieux, compagnon, et artiste à ses heures. Un espace de qualité, où son reproduites sur les parois sculptées, des façades de villages avec beaucoup de détails étonnants, parfois surprenants, comme l’ordre de mobilisation générale ou attendrissant avec les chats qui entrent et sortent, et encore bien vus, les parapluies, le serpent et j’en passe tant ils sont nombreux. Chapeau l’artiste.

A consommer

avec modératio

n...

Partis de Blois, la première étape était Bourré, via les berges de la Loire et Chaumont. Un début de parcours aquatique, sous quelques rayons de soleil fort agréable. Des paysages de carte postale. On ne se lasse pas de voir Blois depuis La route nous mènera ensuite, au travers sa rive gauche. des champs et des bois, bucolique et surprenante, ralliant par deux fois les bords du La carrière souterraine de Bourré, transfor- Cher jusqu’à Chenonceau. Nous y étions atmée aujourd’hui en lieu de culture de cham- tendus, avec parking réservé et gardé, pour pignons en étonnera plus d’un par ses la visite complète des lieux et un excellent Cruising 2013 entre Loire et Cher


repas de déjeuner dans l’orangerie. Vraiment dommage que nous soyons arrivés au début de la pluie et que celle-ci ne nous quitta pas jusqu’au départ pour l’Hôtel Ibis d’Amboise. J’ai toujours autant de plaisir à revoir ce château, ce doit être la troisième fois. Aujourd’hui s’y ajoute un joli musée de cire aux scénettes bien présentées en rapport avec les personnages qui sont passés au château. Satisfaction unanime pour cette première journée.

Retour à l’Hôtel Ibis en suivant le bord de Loire, traversée d’Amboise, encore de belles images à garder en tête pour les moments difficiles. Repas du soir correct sans plus, tombola avec un super APN Nikon en premier prix gagné par Michel la soirée sera bien sympathique. Pendant les repas du soir, projection muette de quelques photos de notre voyage route 66.

Lundi matin, départ pour la réserve de Beaumarchais. Encore une route ori- Le hasard fait parfois bien les choses... ginale. C’est le résultat de près de 1500 km passés à sillonner la région par vos serviteurs. Arrivés un peu en avance nous trouvons porte fermée et La matinée de dimanche fut sèche. L’accès devons attendre l’heure d’ouverture au parking du château d’Amboise posa réglementaire. quelques problèmes et nous obligea à changer de parcours. Sans conséquence, tout le Nous avons eu la chance de profiter monde sera présent pour la démonstration d’une accalmie pendant la visite en du souffleur de verre. La verrerie d’art d’Am- petit train des parcs à gibiers. Sur la boise était notre deuxième choix culturel du fin du parcours la pluie nous rattrapera cruising. Nous avons assisté pendant une ainsi qu’un vent glacial qui précipitera bonne heure à la naissance d’un magnifique tout le monde dans la boutique. En Le Clos Lucé. vase coloré des mains de l’artiste en devenir conséquence, les produits du terroir et de son mentor, M. Patrick Lepage maître remplieront les paniers, comme pour verrier qui finalisera la pièce. Le billet d’en- prolonger chez sois le souvenir de ce trée inclus dans le cruising étant également bon moment passé ici. un rabais dans la boutique, celle-ci ne fut pas dévalisée, certes, l’abondance et le Le repas de midi, à base de produits choix des pièces étant exceptionnel, beau- locaux sera de bonne tenue. Bien sûr coup ne résistèrent pas et repartirent avec de ci de là quelques remarques poinun fragile mais brillant souvenir. drons sur l’omniprésence du fromage de chèvres dans les menus ? Of Midi approchant et la démonstration du ver- course, mais nous n’étions pas en rier ayant duré beaucoup plus que prévu, le Normandie. Nous viendrait-il à l’idée temps libre en centre-ville sera écourté, la de réclamer du camembert dans les pluie s’invitant plus ou moins. Nous avons gorges du Tarn, à Roquefort par rejoint le Clos Lucé où un parking privé nous exemple ? Mon grand plaisir lorsque attendait. Le déjeuner pris à l’auberge du je voyage est justement de m’efforcer Prieuré dans l’enceinte du Clos Lucé ravira à gouter les produits régionnaux les convives. Un repas typé cuisine an- même si certains ne me tentent pas cienne sera bien apprécié malgré l’espace au premier coup d’oeil. Le souci de saréduit pour nous accueillir. Le service en tisfaire le plus grand nombre nous hacostumes d’époque moyen âge, servi avec bite cependant, par exemple nous quelques anecdotes culinaires fut des plus n’avons pas retenu de vous faire goutsympathiques. L’après-midi permit à tous de ter la spécialité Tourangelle toute visiter le Clos Lucé, et se finira sous la pluie. proche “Les galipettes” par crainte de Juste avant notre départ du Clos Lucé, le ral- vous proposer un plat local vraiment lye du Club de l’Auto arrivera sur le parking trop typé. et permettra d’admirer sous la pluie de très belles autos dont quelques américaines Le retour se fera en ordre dispersé Chenonceau (et le Cher qui passe en-dessous). d’avant-guerre très rares. sous la pluie battante mais sans souci notoire. Cette année, deux incidents Départ vers 15h30 pour la cave vinicole de mécaniques importants à relater. MiCray. On rejoindra la cave en descendant chel, qui devra se faire dépanner sur l’originale rue Bretonneau puis remontée par l’autoroute et finir le rallye en voiture la rue Saint-Denis jusqu’à Husseau, Per- de location et Didier qui devra nous sonnellement pas le meilleur souvenir pour abandonner le dimanche matin par moi. Arrivés sous la pluie, la présentation crainte de panne mécanique son auto sera anecdotique, les rillettes bonnes mais faisant un bruit d’enfer. Il préférera parcimonieuses ne satisferont pas mes es- rentrer tranquillement au plus vite. Il pérances. Le choix de cette cave avait été est finalement bien rentré et le profait sur la particularité de pouvoir faire une blème s’avère relativement bénin. Ouf. visite commentée des vignes en petit train. La tempête de pluie à notre arrivée n’a pas Si cela vous a plu, n’hésitez surtout permis cette particularité et c’est tout le com- pas a en faire la publicité et à l’an prochain ! mentaire qui a fondu sous les gouttes. Pas très pro. Alain & Michèle Apéro partagé dans le salon de l’Ibis, repas du soir plutôt léger, quiz de qualité élaboré et présenté par Pascal, tout était réuni pour une bonne soirée.

Cruising 2013 entre Loire et Cher

www.USCARSCLUBNORMANDY.fr

17


The American Feeling 31 Section = Coordonnées = American Feeling 31 11 route de la Salvetat 31490 Léguevin 31americanfeeling@gmail.com = Contacts = Président : Jean-François Thépenier 05 61 86 54 78 jean.francois.thepenier@gmail.com

Le mot du chef... Nous voici donc en été, nous allons pouvoir sortir nos belles américaines que nous avons montrées au public en exposant à Beauzelle. De ce fait, nous avons eu un nouvel adhérent qui a été conquis par les activités de notre Club afin de faire connaître nos voitures. Nous avons eu aussi des personnes conquises à Toulouse et à Lavaur au cours de ce dernier mois. Dommage que plusieurs manifestations, sauf Saint Loup Camas, ont du être annulées à cause de la pluie. Espérons que le soleil sera avec nous pour les nouvelles manifestations ! Bonnes lectures et vues de photos.

Vice-Président : Hervé Teychene corvette50th.herve@wanadoo.fr

Jean-François Thépenier

Vice-Président : André Palis 05 61 92 97 71 ou 06 15 63 09 44 Secrétaire : Rose-May Thépenier 05 61 86 54 78 rosemay.thepenier@gmail.com Trésorière : Cécile Marty 05 61 92 98 05 Quand vous appelez, présentez-vous, ce sera plus facile et plus simple, votre interlocuteur vous en remercie par avance !

= Internet = Web : http://www.ameling31.org

Le Calendrier

Affiches, détails, inscriptions sur : http://www.ameling31.org/calendrier%20annuel.htm Cotisation : 40€/an

***

18

www.AMELING31.org

7 juillet : rassemblement mensuel au Grand Rond à Toulouse. 11/14 juillet : à Mirande, comme d’habitude manifestation payante sauf ce qui se trouve en dehors du stade. 14 juillet : Gratens. 19/21 juillet : Festival Re’Al Croche à Réalmont (81). Repas offerts aux 100 premiers inscrits à retirer lors de l'apéritif offert. Boussens : date non connue. 9/11 août : Festival de Gramat (46) : rassemblement ouvert aux voitures américaines, Rods et Kustom, Motos. 23/24 août : American Days à Tournefeuille (31), US CARS et Rockabilly. Nègrepelisse : date non connue. 7 septembre : salon du jouet à Seysses. 7/8 septembre : bourse à Colomiers. 21/22 septembre : Tonnerre Mécanique MECANIQUE à St Sulpice (81), rassemblement ouvert aux voitures américaines, Rods et Kustom, motos. 28/29 septembre : bourse à Auterive. Aurignac : date non connue. 20 octobre : à Tournefeuille, bourse du jouet. 26/27 octobre : bourse à l’Isle-sur-Tarn.

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


American Feeling 31

Pour la première fois sur Toulouse il y a eu un rassemblement de voitures anciennes, multi-clubs. Nous avons eu le plaisir d’exposer quatre voitures dont une appartient à un adhérent commun de l’American Feeling et d’Amerisud.

Delage

Nous avons côtoyé des voitures plus anciennes que les nôtres comme les marques et modèles suivants : Comète, Oldsmobile, Renault, Dodge Brother, Simca Sport, Bugatti, Mercedes, Ford Mustang etc... Toutes ont tenu compagnie aux trois Cadillac et à la Pontiac Trans Am durant deux jours et demi. Les visiteurs ont été nombreux et la surface au sol suffisante pour bien mettre en scène ces 4 voitures.

Simca, Dodge, Cadillac, Mercedes ou Aston Martin : une exposition multi-marques et multi-clubs à Toulouse, fort bien réussie.

Beauzelle 2013

Le stand du club

Ce furent 6 journées très intenses depuis la mise en route de l’exposition et jusqu'à son démontage. Quelques voitures furent mises en vente aux enchères, comme une Ford Mustang, une Fairlane, et autres Lincoln. Régalez-vous à voir les photos prises par Philippe Courant et Thierry Geneix. Jean-François Thépenier

Une exposition réussie Cadillac & pin-up. Beauzelle 2013

www.AMELING31.org

19


Bugatti

Delahaye

20

www.AMELING31.org

Beauzelle 2013


Salmson

Lamborghini Mercedes

Lincol Continental aux enchères

Avions Voisin

Ford 1959

Dodge Beauzelle 2013

www.AMELING31.org

21


American Feeling 31

Lavaur 2013

Excellent week-end au Festival Rock and Cars de Lavaur les 1er et 2 juin 2013. Bien que menaçant et plutôt frais, la pluie n’est pas venue au rendez-vous des amateurs de voitures américaines et de motos. Chacun a pu profiter à fond des événements proposés : exposition de voitures, de motos, cruising, stands, orchestres, restauration, buvette. Pas moins de 50 à 60 voitures américaines, de collection ou non, et environ une centaine de motos ont été exposées chacune des deux journées. De nombreux stands proposaient des vêtements et des objets de décoration américains. Une vingtaine de voitures et une trentaine de motos ont participé à la balade en voiture du samedi et au cruising du dimanche à destination du Domaine d’En Ségur où une visite des caves suivie d’une dégustation attendait les exposants. Samedi, à partir de 18h, les visiteurs et les exposants qui ont eu le courage de braver le froid et de shunter la finale de rugby ont pu écouter 4 groupes : Billy Hornet (Rockabilly), Bootleggers (Country Boogie), Alexx & Moonshiners (Blues Rock), Hot Gang (Rock n’Roll) et regarder le show des Crazy Pin’Up.

Cadillac 1960 en compagnie des Crazy Pin’Up.

Dimanche, après le cruising, dès 13h, apéritif et repas, suivis de deux groupes musicaux : Space Rockets et The French Blues Explosion. Le festival a été clôturé par la remise des prix en présence des Crazy Pin’Up de retour pour les photos des gagnants. Enfin les Space Rockets sont revenus pour le plaisir des visiteurs et des exposants qui souhaitaient s’attarder sur le site. Rose-May Thépenier

Cars & Music 22

www.AMELING31.org

Lavaur - 01-02/06/2013


Ça, c’est de la déco ! Le camion qui se cache derrière est un Peterbilt. Bien sûr, il ne roule pas ainsi.

Un camion Peterbilt, qui ne passe pas inarperçu. Lavaur - 01-02/06/2013

www.AMELING31.org

23


24

www.AMELING31.org

Lavaur - 01-02/06/2013


Lavaur - 01-02/06/2013

www.AMELING31.org

25


Spring Cruise 2013


The V8 Forever Section Le mot du chef... = Coordonnées = V8 Forever 49 impasse du Lavoir 69380 Belmont d’Azergues club.v8forever@orange.fr

= Contacts = Président : Philippe Letuvée 06 26 43 10 99 president@v8forever.com Vice-président : Jean-André Frontera 06 77 10 15 12 vice-president@v8forever.com Logistique : Alain Patrat 06 20 12 60 93 logistique@v8forever.com

Après un démarrage en force en mars avec la présence de 58 + 15 ( A.G .) + 8 + 7 (Festival Film d’ Aventures) + 28 (Foire de Lyon) = 116 américaines du V8 Forever sur trois manifs quasi simultanées sur 15 journées cumulées d’exposition, qui ont été publiées dans le Mag’ 9, après mars surbooké donc, on a eu les mois d’avril et de mai assez vides et pas seulement pour cause de météo. En fait, il n’y a pas que le ciel qui fut frileux, les nombreuses organisations que nous rejoignons se “concentrent” de plus en plus sur juin, du moins en Rhône-Alpes. Puis en juillet-août, nous aurons des sorties plus modestes, comme toute la France, les lyonnais migrent vers les Sudistes. Et ça repartira fort dès fin août et septembre qui est à nouveau surbooké. Les Adhésions 2013 suite à l’A.G. de mi-mars se sont recentrées sur les meilleurs, les fidèles depuis 2005. Les manifs les plus puissantes à la rentrée et de l’automne seront bien sûr la Tour de Salvagny (10ème anniversaire les 13-14-15 septembre), trois jours de music et 140 V8. Et le 35ème salon Epoqu’auto à Lyon les 8-9-10 novembre avec 130 clubs dont nous sur 110 m2, à ne pas manquer (tickets disponibles auprès du club un peu plus tard dans l’année, le club finançant sa présence par la revente sans profit de ces billets à tarif réduit - 8€ au lieu de 12).

Animateur : Loïc Chaboud 06 80 13 57 67 animateur@v8forever.com Webmaster : Hervé Verney 06 51 21 17 55 webmaster@v8forever.com

Philippe Letuvée

Le Calendrier

Affiches, détails, inscriptions sur : http://www.v8forever.com/agenda.html

= Internet = Web : http://www.v8forever.com Forum web : http://v8forever.leforum.eu

Cotisation : 39€/an pour un couple

20/21 juillet : 2ème bike’n’roll Road festival à Pont-Saint-Esprit (30). 24/25 août : 13ème Aix Auto Légende. 31 août/1er septembre : 23ème concentre à Vernas (38). 31 août/1er septembre : BACC to the Top 6 à Prémeaux-Prissey (21). 13/15 septembre : 10ème Festival Country La Tour de Salvagny (69). 8/10 novembre : 35ème salon Epoqu’Auto à Lyon Eurexpo (69).

Comme d’habitude, consultez le site web pour les dernières mises à jour.

28

www.V8FOREVER.com

Coordonnées - Le mot du chef - Calendrier


V8 Forever De gauche à droite : Pierrick, Alain, Jean-Pierre, Jean-André.

Country à Chessy-les-Mines

Christiane et Christian. Enfin une journée ensoleillée après 6 mois d’hiver ! Cette jolie commune nous avait invités pour colorier une journée Country. Comme toujours, repas offerts, musique et danse, balades gratuites au public à six reprises dans les villages alentour. 37 V8 ont répondu présents, sachant que sur une seule journée, de 10H00 à 18H00, ceux basés à plus de 80 km ne peuvent guère faire le déplacement. La municipalité épatée nous refait cela en 2014 et nous prête leur salle des fêtes pour notre prochaine assemblée générale.

Départ d’un des nombreux cruisings.

Enfin, le soleil est là ! Chessy-les-Mines - 02/06/2013

www.V8FOREVER.com

29


Country Day 3 à Neyron

V8 Forever

Ambiance country au top, beaucoup de danseurs très motivés, mais une météo incertaine a fait que la foule et les automobiles se sont retrouvées en nombre restreint...

Ambiance au top ! 30

www.V8FOREVER.com

Country Day 3 à Neyron


V8 Forever

St Victor de Cessieu

Valérie et Philippe Coste (Corvette & Harley) organisent cette journée chaque année avec le Lions Club de Pont la Tour dont ils sont membres, tout comme ils le sont du V8 Forever depuis plusieurs années. Lors de cette journée, des voitures d’exception sont venues, dont nos V8, avec bien entendu parade, concerts, tombola... C’est un show caritatif au profit de Handisport Régional pour financer des “handbikes” autrement dit des bikes 3 roues actionnés à la force des bras des conducteurs. Le V8 Forever apporte sa présence et sa solidarité à plusieurs associations de cette sorte car plusieurs adhérents sont animateurs investis dans le caritatif. La journée à St Victor de Cessieu (Isère) qui s’est tenue le 19 mai dernier en est un exemple. Philippe Letuvée

St Victor de Cessieu - 19/05/2013

www.V8FOREVER.com

31


Rockabilly à Villard de Lans

V8 Forever

Musique, soleil (enfin !), V8, une bonne ambiance, tous les ingrédients pour en faire une réussite étaient réunis, pour cette première à Villard de Lans en Isère.

Soleil, Rock et V8 !

Le Festival de Rockabilly son responsable ,”Ted”, avait invité pour sa première édition à Villard de Lans, le club V8 Forever. Une douzaine d’équipages du club ont répondu “présent” et n’ont pas été déçus, une belle “brochette” de nos ricaines à laquelle se sont jointes d’autres belles voitures U.S. Autour de la place où étaient stationnées nos voitures, près de la salle des fêtes où les groupes de rockabilly se succédaient, les restaurateurs avaient accepté à notre demande de “jouer le jeu” et de soigner à leur façon nos amis. Chaque voiture a reçu un petit sac de la part de l’office du Tourisme avec les atouts de la station été hiver, Madame Chantal Carlioz Maire de Villard de Lans, invitée par nous, avait très aimablement répondu pour s’excuser de ne pas pouvoir être présente car en famille, et Monsieur Eric Guillot, nous a fait l’honneur de la représenter pour la circonstance. Les participants se sont donc répartis dans les quatre restaurants de la place. Après un délicieux repas et quelques collations, et un concert en plein air sur la place centrale de Villard, nous avons fait une petite balade jusqu’au pied des pistes de ski alpin de la Cote 2000. Toujours sous le soleil nous avons pu admirer l’environnement, voir deux pistes et fonctionner un des deux télébennes.

Après deux petits discours explicatifs, la caravane avec une dizaine de voitures et l’escorte de quelques belles Harley, nous sommes revenus sur le parking, en traversant le centre du village pour le plus grand bonheur des chauffeurs et l’admiration de nombreux touristes massés sur notre passage. Ce fut une belle journée ensoleillée, orchestrée par Jean Jacques et Michel. Le Dauphiné Libéré, avait annoncé la manifestation et a fait avec photo un compte-rendu dès le lundi 16. Merci au club Rockabilly de Grenoble promoteur du festival, aux excellents musiciens,qui se sont produits. Merci aux membres du club V8 Forever qui ont participé à la manifestation dans la joie et la bonne humeur,et comme toujours dans ce club, très heureux de se retrouver ensemble au milieu de ces belles américaines, et toujours aimables avec les touristes en quête d’informations sur ces voitures . Merci également aux anonymes, propriétaires de jolies voitures américaines qui sont venus nous rejoindre. En espérant qu’une aussi belle manifestation sera renouvelée en 2014, et avec plus de membres du V8 Forever et belles voitures, et Harley. Jean-Jacques & Michel

32

www.V8FOREVER.com

Villard de Lans - 15/06/2013


En route pour une balade...

Bonne humeur de rigueur !

Villard de Lans - 15/06/2013

www.V8FOREVER.com

33


News de Detroit... Enfin, presque... Parce que la marque Tesla n’est pas basée dans l’Illinois... et que la Model S est bien loin des productions de Detroit auxquelles on est habitués...

Aussi loin que l’on puisse se souvenir, c’est la première fois que le vainqueur a obtenu l’unanimité. Aucun juge n’a eu de doute sur la voiture de l’année 2013.

34

Le Mag

Bref, la Model S de Tesla a été élue Voiture de l’Année 2013 par le magazine Motor Trend. Ce n’est pas pour autant que la marque est rentable. En attendant le débarquement en Europe d’ici la fin 2013, vous pouvez toujours en configurer une en €uros s’il vous plaît sur le web de Tesla. Vous trouverez la Renault Zoé soudainement très bon marché ! F.M.


La Corvette fĂŞte ses 60 ans cette annĂŠe !

Le Mag

35


La Route 66 - Préface

La Route 66 vers Devil Elbow

Nous voilà rentrés, Gérard et moi, éphémères pionniers, en pèlerinage sur la Mother Road (la mère des routes) la Route 66, qui nous a menés de Chicago (Illinois) à Los Angeles (Californie) via bien des villes aux noms évocateurs : Saint Louis, Oklahoma City, Santa Fe, Albuquerque, Gallup, San Bernardino et bien d’autres...

Comme d’autres vont à Saint Jacques de Compostelle, nous, nous avons privilégié notre passion terrestre et gagné notre bâton de maréchal en parcourant la mythique Route 66, en voiture, of course ! Un périple de quelques 5200 km au total avec les tours et détours obligés tels Painted Desert, Petrified Forest, le Grand Canyon, Sedona ou encore les incontournables Las Vegas, car il y en a deux !

Cette préface est le Chicago dans la brume... prélude à une série d’articles et de photos que vos deux dévoués explorateurs vous serviront dans les mois à venir dans votre revue, le forum et sur le site internet du club. Ils feront l’objet de deux thèmes principaux, la route et ses attractions ciblées et les visites et musées. Nous nous efforçons d’ores et déjà à classer la multitude de photos prises fixes ou en circulation (à l’extérieur ou en voiture), chacune ayant sa vocation à faire de belles images dans la revue ou simplement des diaporamas d’ambiance auxquelles s’ajoutent les vidéos prises par Gérard et les shootings dans les musées.

Get your kicks, on Route 66... 36

Le Mag

A l’arrivée, le décalage horaire ne nous a posé aucun souci. Les décalages successifs, trois, entre Chicago et Los Angeles, non plus. Pour ma part, le décalage horaire du retour m’a perturbé une bonne quinzaine de jours. Avant le voyage et durant celui-ci, je n’ai pas trop ressenti la fatigue, l’adrénaline veillant sur moi, malgré de vraies raisons de prendre froid. Gérard en sait quelque chose...

Périple débuté sous la pluie et la froideur dès Paris, le mauvais temps se prolongera franchement de Chicago à Oklahoma City, où nous échapperons au pire... Puis le temps deviendra plus clément et même chaud certains jours, jusqu’à 27ºC. Nous finirons à Los Angeles sous un soleil timide et une température juste chaude, mais bien agréable. The Mother Road


Nous avons préparé ce voyage pendant plusieurs mois et dans un premier temps, défini le parcours que nous souhaitions faire. Pour cela, nous n’avons pas ménagé notre temps, nos efforts, nos yeux à scruter l’internet à la recherche du détail et nos dépenses. Nous avons acquis quantité d’ouvrages sur le sujet dont un, certes pas parfait, mais qui nous dépannera bien une fois arrivés sur place, le guide EZ66 (prononcez “izi 66”, pour “Easy 66”, la “66 facile”). En fin d’article, nous vous indiquons la bibliographie qui est à votre disposition au club.

Elk City Route 66 Museum.

A partir de la définition du parcours, nous avons essayé de préciser un timing tenant en compte de ce que nous voulions voir. Il a été établi en tenant compte des sites et des visites à ne pas rater, des petits restaurants à fréquenter en priorité et du choix des hôtels et motels, faciles d’accès en rapport avec le thème du voyage. Cela nous permit de boucler un budget prévisionnel. S’ajoutaient à cela le coût du vol aller-retour, les assurances et la location de voiture avec abandon à Los Angeles. En échangeant sur le sujet avec d’autres personnes ayant parcouru peu ou prou les Etats-Unis, l’idée a germé de consulter des voyagistes sur la base de ce que nous voulions. Les deux tiers des voyagistes consultés nous ont répondu, certains avec des formules strictement spécifiques à leurs programmes, d’autres en collant le plus possible à notre demande. L’un d’entre eux s’est démarqué, Aventuria, avec une proposition très proche de nos souhaits. La différence principale résidait dans le choix des hôtels, pour la plupart des Best Western. Malgré cela, ne vous attendez pas à faire la route et les visites avec leur roadbook, il tient en quelques pages, autant dire qu’il passe sur beaucoup de choses. Le prix étant attrayant, nous avons pris la décision de partir avec ce voyagiste et régler ensemble les détails de notre périple. La mise au point a connu quelques lacunes, mais n’a pas remis en cause l’essentiel. On gagnait en sécurité et avions sur place un moyen d’assistance spécifique en cas de problème. Manifestement les accords commerciaux peuvent bénéficier aux voyageurs avec de telles sociétés. Aventuriers plus jeunes, peut-être aurions-nous tenté l’aventure et choisis sur place les motels au jour le jour.

Vers Lincoln.

Des portions de la route sont fermées...

A Pontiac, dans l’Illinois.

En fait, compte tenu que nous avions décidé de partir en avril, cela n’aurait présenté aucune difficulté à réserver ou trouver sur place les hôtels au jour le jour. Les professionnels qui nous ont reçu ont été très serviables dès que nous les avons mis a contribution pour un coup de fil délicat par exemple. Le choix d’arrêter les lieux de nuit à l’avance présentait l’avantage de ne pas avoir à chercher chaque jour un motel. Avec les Best Western, la qualité et le service étaient au The Mother Road

Santa Rosa Route 66 Museum.

Le Mag

37


rendez-vous, ce qui après une bonne journée fut très appréciable pour nos vieux os. Cette solution vous force également à respecter un timing qui pourrait être vite mis à mal par la recherche de la perfection, la flânerie et le respect scrupuleux du programme. L’inconvénient majeur est l’antithèse de ce que je viens de dire, impossible de profiter d’une opportunité. C’est ainsi que nous avons raté, à un jour près, un rassemblement de voitures anciennes à Albuquerque. Too bad ! Je reviens sur les parcours méticuleusement crées sous ITN Converter et chargés ensuite sur notre Tomtom Go. Un fiasco. Les réglages de Tomtom, “plus rapide, éviter les autoroutes ou plus court” n’ont pas permis d’exploiter les tracés prédéfinis. Le chemin le plus court étant souvent les autoroutes, et avec entêtement cet appareil nous ramenait invariablement sur cellesci. De plus, il ne reconnaissait pas de nombreux points de passage ce qui compliquait de façon réd h i b i t o i r e l’exploitation du système, probablement dû aux différences des cartes utilisées par le Tomtom et celles du tracé qu’utilise Map. Je pensais pourtant que traduit en coordonnées GPS, il n’y avait pas de soucis. C’est donc faux, on m’aurait menti ??? Tout le parcours s’est donc quasiment fait “à la paluche” avec le guide EZ66, plutôt bien fait, mais manquant cruellement d’indices graphiques pour se repérer sur ses cartes. Remarque valable pour un Européen, peut-être pas pour un Américain habitué à exploiter ce type de document. La déception du voyage restera le véhicule mis à notre disposition. Nous avions émis le voeu d’avoir un Cherokee et à la place nous avons eu un Ford Escape. Certes un SUV également, mais à la sauce et au look typiquement européen. La faute probablement à la prise du véhicule dans le centre de Chicago, proche de l’hôtel. Manifestement le stock de véhicules disponibles était très limité. A retenir donc, prendre son auto à l’aéroport, nombre de voyageurs rapportent de bonnes surprises lors de leur prise de véhicule à ces endroits. Question accueil, on aimerait être accueillis de la même façon dans nos provinces. Manifestement les Américains ont la culture du commerce et un respect maladif du client. Tant mieux, car en Europe on se demande souvent ce que veut bien dire l’adage “le client est roi”. Evidemment je ne généralise pas... 38

Le Mag

Seligman.

Sedona.

Enfin des cactus !

En route vers Las Vegas.

Donc, nous avons été bien reçus. Les Américains sont plutôt conviviaux, toujours prêts à rendre service, saluant dans la rue. On est surpris du décalage des images et de la presse européenne avec la réalité locale. Je ne dis pas cependant que tout est parfait et qu’on ne risque pas de se faire détrousser au coin du bois et la différence est nette entre la grande ville et la campagne. Nous n’avons pas cherché ni fréquenté des lieux à risques, bien que parfois nous soyons passés dans des banlieues déshéritées. Nous ne sommes pas allés dans les ghettos, ou similaires, certes. Mais l’impression qui reste est conviviale. L’impression est donc bonne et la difficulté à maîtriser la langue de Shakespeare n’a pas vraiment été un handicap. Parfois, bien sûr j’avais du mal à suivre, mais dans l’ensemble nous sommes plutôt contents de nous. Nous avons suscité des sympathies qui se sont traduites par des visites d’ateliers de restauration de professionnels locaux. De bons souvenirs à découvrir dans de prochains articles. Malgré un voyage préparé de longue date, les difficultés sur le parcours n’ont pas été rares. Ainsi, nous avons raté la photo au point de départ, un terrible orage interminable nous incitant à partir sans plus attendre de Chicago. Et dès le début, Tomtom nous The Mother Road


faisant des siennes, certains points de passage ne seront pas trouvés. Cela se reproduira quelques fois sur le parcours, notamment à Saint Louis et Albuquerque. Cependant, les loupés de curiosités seront largement compensés par les opportunités qui ne sont pas mentionnées dans les guides et peut-être pas toujours d’origine Route 66. Enfin, des attractions citées dans les guides pourtant récents ne sont plus là, ou ont été déplacées et on les retrouvera par hasard ailleurs qu’à l’endroit indiqué.

Hackberry General Store.

La plupart des Etats signalent correctement la Route 66 sauf vers la fin du parcours en Arizona où les repérages sont très aléatoires. Voilà, pour la présentation afin de vous mettre l’eau à la bouche et vous donner quelques tuyaux au cas où vous franchiriez le pas. Nous vous disons à bientôt. Alain Lubat Bibliographie : - EZ66 Guide for Travellers 2nd Edition Bien mais pas à jour et manque de repères cartographiques. - Petit Futé Route 66 edition 2011 Bien documenté, à l’essentiel et complémentaire au EZ66. - Adventure Handbook 4ème édition. - Dining and lodging guide 15ème édition. Nous avons également ramené des brochures, cartes et dépliants de ce voyage qui peuvent vous aider à construire votre future visite. Venez nous voir. ***

L’aéroport de Los Angeles, la fin du voyage... A proximité du Hoover Dam.

La plage à Santa Monica.

The Mother Road

Los Angeles.

Le Mag

39


Cottonwood (ArizonA) et sa Bing Burger Station

Quand on organise un grand voyage lointain, on se fait par avance une joie de visiter tous les sites mis sur le carnet de route. Notre expérience nous a appris que les souvenirs les plus marquants sont parfois ceux qui n’avaient pas été programmés. Nous avons pu plusieurs fois le confirmer lors de notre périple de 2011 autour du Grand Canyon.

The Good Ol ’ Days 40

Le Mag

Quand nous sommes partis de Flagstaff, Arizona, pour aller visiter les sites indiens anciens de Montezuma et Tuzigoot, Cottonwood n’était pour nous qu’une petite ville par laquelle nous allions passer, sans plus. Elle est située au plein centre de l’Arizona, à 160 km au nord de Phoenix et au sud-ouest de Flagstaff que nous avons quitté par la route 89A. C’est une petite route de montagne sinueuse qui longe, dans un canyon, la rivière Oak Creek jusqu’à Sedona. L’itinéraire encaissé et verdoyant est réputé pour ses randonnées et autres sports de plein air. Le canyon fait en effet 19 km de long sur 1,3 à 4 km de large avec une hauteur max de 610 m. Petit par

surtout fréquenté par les résidents de Flagstaff et des environs. Passé Sedona, la route quitte la Oak River et se fait plus tranquille pour rejoindre Cottonwood qui se trouve dans une large vallée entourée de montagnes. Cette vallée est celle creusée par la Verde River, bordée à l’ouest par la chaîne de montagne dominée par la Woodchute Montain (2390 m). La première impression de Cottonwood est celle d’une ville américaine ordinaire avec ses maisons plus ou moins cossues et ses rues aérées.

Mais nous tombons vite sur les premiers bâtiments atypiques, ou plutôt tyrapport au Grand Canyon mais très agréa- piques d’une certaine époque. ble à parcourir. Le charme de ces maisons qui abritent des La 89A passe à proximité de parcs naturels petits commerces nous a tout de suite mis à comme Slide Rock State Park et Red Rock l’affut d’autres endroits d’intérêt, nous qui aiState Park. C’est donc un lieu touristique, mons les choses anciennes. Cottonwood


Notre attente ne fut pas de longue durée car nous sommes rapidement tombés sur la Bing Burger Station, en face d’un bar au nom partiellement français qui vante la bière Guinness !

d’antiquités succèdent aux restaurants, petits hôtels, épiceries, bref tout ce que l’on trouve dans un centre-ville ancien. Le tout toujours agrémenté de statuettes, figurines et autre objets artisanaux illustrant l’activité du commerce et donnant une touche de couA l’extrémité du parking un panneau d’affi- leur et d’humour, parfois, à la rue. L’amchage montrant une corvette rouge des 50s biance qui s’en dégage est celle d’un ! La couleur était annoncée... quartier commerçant assez huppé et branché, bref, plutôt bobo. Le restaurant a, vu de l’extérieur, l’aspect d’un station service, avec son auvent, ses On remarquera particulièrement “Larry’s Anpompes à essence et une Plymouth rouge tiques & Things”, brocante d’objets anciens des année 50 garée devant. Nous passons exposant toutes sortes d’articles volumineux et continuons ce qui est maintenant une ex- en extérieur tels que wagonnets, pompes à ploration de la ville. essence, roues de chariots, cheval à bascule

ment se trouve une petite salle avec des tables de part et d’autre. Sur chaque table on trouve avec les bouteilles de ketchup et moutarde, un petit panier en osier contenant les épices, serviettes et le petit carnet de feuillets servant à commander son menu en cochant les cases appropriées. Petit panier bien sûr peint du Star & Stripes pour honorer le pays. Evidemment, si vous souhaitez commander quelque chose qui n’est pas sur le feuillet, le personnel se fera un plaisir de vous satisfaire. On y trouve tous les archétypes du genre, tabourets hauts colorés, petites tables avec chaises et banquettes et, sur un des murs, une fresque à la gloire du pompiste méritant. Cette fresque, par son style un peu pompeux (normal dans une station-service) nous a furieusement fait pensé à une œuvre de propagande de la grande époque de l’URSS ! La Bing Burger Station étant une stationservice, on y trouve aussi une pompe à es-

etc... Cette boutique marque la fin de la section du centre-ville, juste à côté de la Bing Burger Station.

La suite de notre progression sur la grande rue nous permet de découvrir d’autres magasins remarquables. La rue principale est ensuite bordée de petits commerces de toutes sortes. Une grande partie des maisons sont d’un cachet ancien, du début du XXème siècle, voire fin XIXème. Les galeries couvertes protégeant le trottoir sont un héritage des villes de cette époque. Au bout de la rue, se trouve l’ancienne prison reconvertie en syndicat d’initiative près de laquelle débute le sentier pédestre qui conduit à la Verde River. Cette prison, construite en 1929 pendant la prohibition, répondait à l’accroissement du nombre de prisonniers en découlant. Son tout premier occupant s’appelait Joe Hall, un des rois des bootleggers de la région, membre du réseau d’Al Capone. Le bâtiment, fait de galets de la Verde River constituait une grande nouveauté architecturale pour l’époque.

Arrivés de nouveau à la Bing Burger Station, l’envie d’y entrer pour apprécier l’intérieur a été assez forte pour ne pouvoir y résister. L’heure n’étant pas à un repas, nous nous sommes contentés de glaces et sence et un mur de sodas (Dr Pepper de préférence). recouvert de plaques d’immatriculation, certaines portant un message. Comme d’habiSi l’extérieur est celui d’une station-service tude aux US, l’accueil est chaleureux et le comme l’indique son nom, l’intérieur de la service à l’écoute du client. Bing Burger Station est tout à fait dans le style des diners des années 50. Depuis les tables, on peut admirer la Plymouth garée sous l’auvent dont la serveuse Sa salle est tout en longueur avec le comp- nous a dit qu’elle venait d’être restaurée en toir sur la gauche en entrant et des tables carrosserie et allait faire l’objet d’une bonne sur la droite le long des fenêtres donnant sur révision mécanique avant de reprendre du la rue. Après le comptoir, dans le prolonge- service.

On trouve plus loin, un magasin à l’attention des nostalgiques de la période Hippie, Ye Ole Hippie Emporium, de quoi faire renaître en vous votre éventuelle vocation postsoixantehuitarde ! Là se termine le centreville historique de Cottonwood. Nous avons alors décidé de nous attarder un peu dans la ville. Notre voiture garée, nous avons donc déambulé dans la rue principale en faisant du lèche-vitrines. Les boutiques Cottonwood

Le Mag

41


Le restaurant a ouvert ses portes en 2009 avec, pour son propriétaire, la volonté de recréer une ambiance vintage en accord avec le bâtiment.

originel à structure métallique restent l’auvent, deux des trois pompes à essence, une partie des verrières et la porte de garage, maintenant vitrée, qui donne accès à la terrasse sur le côté (celle de l’affiche à la CorCe bâtiment est une ancienne station-ser- vette). vice ouverte au début des années 40, sous la bannière Atlantic Richfield. Elle a aussi Les coloris rouge et blanc sont là pour évoservi les marques Mobil et Chevron, au fil quer les stations-service American Standard, des ans. Du bâtiment cher au cœur de l’actuel propriétaire. En effet, ses grands-parents exploitaient une modeste station-service à l’architecture typique dans la petite ville de Scipio en Utah dans les années 60.

effet ? Cette voiture était garée devant une bijouterie ! En tout état de cause, son propriétaire ne tient pas à passer inaperçu.

La ville de Cottonwood doit son nom aux peupliers qui bordent la Verde River, à laquelle on peut accéder par un sentier piéton à proximité de l’ancienne prison qui fait maintenant office de “Visitor Information”. Son peuplement par des fermiers date des années 1870. Ces fermiers fournissaient la nourriture aux soldats du camp Verde et aux mineurs de la localité de Jerome, située dans les montagnes, à l’Ouest de la ville. Au fil des décennies et au gré du développeLa voiture exposée est une Plymouth Spe- ment des mines et des fonderies, la localité cial Deluxe Sedan de 1950, elle aussi peinte a connu des périodes de croissance puis de en accord avec le bâtiment. Tout ce soin déclin. donne à l’ensemble un aspect cohérent qui permet de se croire arrivé dans une station La création officielle de la communauté de des années 50 tout juste ouverte. A la diffé- Cottonwood date de 1960, avec le déveloprence près qu’elle ne distribue plus d’es- pement dû à l’amélioration du réseau routier, sence, mais des liquides buvables en particulier la route 89A qui desservait comme les sodas et la root beer. l’usine Phoenix Cement Plant à Clarkdale. Cette usine fournissait le ciment pour le proAu niveau automobile, hormis la Ply- jet de barrage de Glen Canyon près de Page mouth de la Bing Burger Station, nous (1956-1966). A cette occasion et au début avons juste été frappés par une Lincoln des années 70, la ville s’est étendue vers le moderne flamboyante. Son semi-lan- sud et Verde Village par la création de noudau noir, ses emblèmes de capot et veaux quartiers résidentiels et son centregrilles de calandres dorées (une barre ville actif s’est déplacé en conséquence vers sur deux), ainsi que les mono- l’intersection de Main Street et de la 89A. Le grammes, nous ont marqués centre-ville historique n’est donc plus que le par leur coté très bling-bling. quartier ancien des petites boutiques et resRapport de cause à taurants. L’activité commerciale (supermarchés, family restaurants...) se trouve plus au sud. Cela permet à ce centre-ville de rester un endroit calme et à l’abri de bouleversements pouvant nuire à son authenticité.

42

Le Mag

Cottonwood


La ville de Cottonwood est maintenant une ville moderne dotée de tous les équipements nécessaires et se targuant d’être un exemple de commune écologique et au service des citoyens - A Full Service Municipality comme le vante son site internet. La population de Cottonwood qui était de 5918 personnes en 1990 est passée à 11265 en 2010, signe de son attractivité. Cottonwood a aussi servi de décor à un certain nombre de films dans lesquels ont figuré notamment John Wayne, Burt Lancaster et Elvis Presley. Notre glace ou soda consommé, nous avons quitté la Bing’s Burger Station pour traverser une nouvelle fois le vieux centre de Cottonwood en profitant de son climat semi-aride. La température moyenne du mois de juillet est de 28ºC avec des pics à 37ºC et un mini à 19ºC. L’hiver y reste clément, le minimum étant de -2ºC et le maximum 15ºC. Après avoir rejoint notre voiture, nous avons quitté Cottonwood à regret pour continuer notre chemin vers les sites préhistoriques indiens de Montezuma et Tuzigoot, mais ça, c’est une autre histoire... Pascal Nadji

Liens : http://cottonwoodaz.gov/index2.php http://www.city-data.com/city/Cottonwood-Arizona.html http://bingsburgers.com/ http://www.nps.gov/tuzi/index.htm http://www.nps.gov/moca/index.htm Cottonwood

Le Mag

43


Screen Stars

Quand il s’agit de dresser une liste exhaustive de tous les véhicules qui ont marqué l’histoire du cinéma américain et français, la tâche s’avère herculéenne, j’ai donc choisi de vous présenter les plus connus et les plus appréciés, je pense. Que ceux qui ne trouveront pas dans cet article leur film et leur voiture préférée me pardonnent, la suite dans un prochain numéro, avec encore plus d’automobiles.

Dans la premiere version de Batman en 1966, c’est au tour de la Lincoln Futura de 1954 de subir quelques modifications.

Phil Wxi|ÄÄxt

Les voitures de légende au cinéma

Que serait le film Bullitt avec Steeve McQueen sans la fabuleuse scène de poursuite avec la Ford Mustang GT 390 Fastback de 1968. Des décennies plus tard, à toutes les expos de voitures américaines, des jeunes nous disent que leur rêve et de posséder un jour la voiture de Bullitt...

S’il y a un pays qui a associé son industrie cinématographique à son industrie automobile, c’est bien les Etats-Unis. En effet, que ce soit dans les séries cultes des années 70 et 80, comme “Starsky et Hutch” avec la Ford Gran Torino de 1976, “Sheriff fais-moi peur” et la Dodge Charger de 1969 et bien d’autres, le personnage principal est une voiture. Cette marque de fabrique est aussi déclinée sur grand écran, l’automobile prenant la place centrale des scénarios.

Les autos sur grand écran Cinéma & automobiles

Le Mag

45


En 1965, sort en France un film de Gérard Oury, qui deviendra très vite un incontournable, reprogrammé chaque année sur nos écrans : Le Corniaud avec Bourvil et Louis De Funès. Road movie de la belle époque, tout le film est construit autour d’une voiture, une magnifique Cadillac Deville Convertible de 1964.

Les courses poursuites sont dans le cinéma américain une véritable institution, où l’on broie, explose, désintègre tout ce qui roule. Et si il y a un film qui restera dans l’histoire de la casse auto sur grand écran c’est bien Les Blues Brothers avec 73 Dodge Monaco de 1974 et autres Ford Pinto pulvérisées, le réalisateur John Landis détient encore à ce jour le record mondial de carambolages de voitures. L’une des scènes les plus impressionnantes du film est la chute magistrale d’une Ford Pinto d’un hélicoptère sur une place de Chicago entourée de gratte-ciel et de lignes à haute tension. A l’époque, l’infographie n’était pas encore très usitée, cette cascade a donc été réalisée sans trucage et en temps réel. Une fois l’autorisation de la Federal Aviation Administration obtenue, l’équipe spéciale a effectué des tests de chute afin de s’assurer que la voiture ne dériverait pas de sa ligne d’impact. A cet effet, le moteur de la Pinto fut même déplacé pour que la voiture tombe de façon bien horizontale. Ce film rassemble aussi un casting des plus remarquable : John Belushi, Dan Aykroyd, Ray Charles, Cab Calloway, Aretha Franklin et bien d’autres.

46

Le Mag

Avec Point limite zéro sorti en 2006, l’héroïne est une Dodge Challenger R/T de 1970, qui poursuivie par toutes les polices du Névada et et de la Californie, doit rallier Denver à San Francisco en moins de 15 heures.

En 1989, Dustin Hoffman et Tom Cruise se distinguent dans le formidable Rain Man, Dustin Hoffman jouant un autiste attendrissant dans ce road movie. La troisième vedette de ce film est une sublimissime Buick Roadmaster Convertible de 1949. Le film raflera cinq prix et 6,5 millions d’entrées en France.

Cinéma & automobiles


Dans la série des voitures de légende dans un état lamentable, comment ne pas citer, le Ford Gran Torino de 1973 du film The big Lebowsky des Frères Cohen sorti en 1998,. Dans ce film ce n’est pas la voiture qui a dû entamer le budget... Dans la série des road movies de légende, Ridley Scott réalisateur en autre de la série des Alien associe Susan Sarandon et Genna Davis en 1991 dans Thelma et Louise. Ces deux amies fatiguées d’une vie monotone partent faire la bombe pour un voyage sans retour dans une Ford Thunderbird convertible 1966.

Les réalisateurs prennent aussi parfois quelques libertés, et pour coller à une époque ou un scénario, transforment les voitures, jusqu’à les rendre méconnaissable. Dans Retour vers le futur le réalisateur Robert Zemeckis a relooké une DeLorean DMC 12 de 1981 en vaisseau spacio-temporel.

Le 1er septembre 1978 sort en France un film qui va bouleverser toute une génération d’ados boutonneux, dont moi : Grease. Par ce film, Olivia Newton John et John Travolta devinrent des vedettes reconnues dans le monde entier. Le film comédie musicale des années 50 est aussi un repaire des voitures exceptionnelles, dont une Ford Deluxe de 1948 customisée. Pour la petite histoire, Henry Winkler alias Fonzie dans la série télévisée Happy Days, était au départ pressenti pour incarner le personnage de Danny. Ce dernier préféra refuser ce rôle qui fut finalement attribué à John Travolta.

Cinéma & automobiles

Le Mag

47


Des années plus tard, John Carpenter, maître des films d’angoisse et d’horreur, donne une âme (noire) à une Plymouth Fury de 1958 et lui fait prendre vie dans Christine. Succès mondial et frissons garantis, une grosse partie du budget du film passa dans l’achat de plus de 20 Plymouth flambant neuves et détruites pour les besoins du scénario.

Pour les amateurs purs et durs de cascades et courses poursuites, le film Fast and Furious se pose là !!! Cette production met en scène quelques-uns des véhicules américains, italiens, japonais et allemands les plus célèbres : Dodge Charger R/T de 1970, Chevrolet Chevelle SS de 1970, Ferrari F355 Spider de 1999, Porche GT3 RS de 2002, Lexus LFA 2010, Chevrolet Corvette Grand Sport 1966, Ford GT40 de 1966... Sur les 300 véhicules utilisés sur le tournage, la moitié a été endommagée. Passionnés de voitures jetez vous sur le DVD de ce film avec une bande son extra !!! Mais par contre oubliez le scénario...

48

Le Mag

En 1983, Eddy Murphy et Nick Nolte se partagent la vedette dans un policier hilarant 48 heures, et durant tout le film Nick Nolte conduit une Cadillac DeVille Convertible de 1964 qui nécessiterait une petite restauration.

L’imagination des scénaristes d’Hollywood n’a pas de limites, puisqu’en 1984 pour le film SOS Fantômes, c’est une Cadillac Miller-Meteor de 1959 qui est transformée en base logistique mobile anti-fantômes.

Cinéma & automobiles


Mais comment parler de véhicules mythiques dans le cinéma américain sans évoquer le tout premier film de Steven Spielberg Duel, mettant en scène sur une route de Californie une poursuite entre un modeste employé conduisant une Plymouth Valiant de 1971 et un camion Peterbilt 281 de 1956. Ce film au budget de 375.000 dollars devait être tourné en 10 jours dans le désert de Mojave, mais vu la qualité de réalisation il le fut en 13...

Il y a bien sûr des centaines et des centaines de films où apparaissent des voitures de légende, chacun a son préféré, son coup de cœur et faire des choix sans décevoir les uns ou les autres relève de la mission impossible, cependant, je ne peux pas conclure cet article sans vous parler du film 60 secondes chrono avec Nicolas Cage dans lequel il doit voler en un nuit 50 bolides d’exception dont Eleanor, la voiture héroïne du film, une Shelby Mustang GT 500 1967.

: certaines devaient aller très vite sur une ligne droite, d’autres avaient des systèmes de freinage spéciaux et une direction à crémaillère et pignons et des suspensions renforcées pour pouvoir effectuer des tête-àqueue, des freinages en catastrophe et des dérapages plus spectaculaires.

3 camions Peterbilt furent utilisés : le principal un 281 de 1956, un 281 de 1960, utilisé comme “doublure” du Peterbilt d’origine lorsque celui-ci montrait des signes de fatigue et un 351 de 1964, modèle conservé dans son état d’origine avec ses trois essieux. Pour le film, le camion fut peint couleur rouille et badigeonné de saleté et d’huile. Un essieu fut rajouté afin qu’il ressemblât à un modèle 351. La remorque citerne de 32 pieds fut achetée à la Oil Transport Company du coin.

Jeff Mann, le chef décorateur proposa plusieurs modèles au réalisateur Jerry Bruckheimer : le dernier modèle de chez Carroll Shelby, un roadster à deux places Series 1 et une GT 40, type le Mans. Jerry Bruckheimer décida de prendre la Mustang Shelby GT 500 et de la “remodeler”. “Sa décision était à double tranchant”, souligne J. Mann. “Nous voulions une voiture aussi agressive et sexy que possible à l’image, sans qu’elle s’éloigne du modèle et offense ainsi les puristes de la Shelby.”

Une des Shelby a été fabriquée avec une direction dérivée dissimulée à droite à l’arrière. Un cascadeur pouvait ainsi s’asseoir avec Nicolas Cage et contrôler le véhicule pendant les séquences complexes et dangereuses afin que l’acteur puisse les inOnze répliques de Shelby furent néces- terpréter lui-même. saires pour le tournage du film. Si toutes présentaient le même aspect extérieur, chacune fut conçue avec un but spécifique Cinéma & automobiles

Le Mag

49


Books & Co.

Cette saison, je voudrais vous faire partager un ouvrage qui rend compte de l’influence de la France en Amérique, que ce soit au Canada, aux EtatsUnis ou au Mexique.

Par Didier Hardy

mènent à la suite des découvreurs issus de notre Nation.

Il faut noter une place toute particulière faite à la Louisiane avec de fort belles photos des demeures des planteurs de coton, ainsi que quelques vues du quartier français de la Ce livre, abondamment illustré, Nouvelle Orléans. nous raconte l’arrivée des Français sur le continent américain et En conclusion et pour rester dans les sujets nous fait découvrir l’influence de de nos clubs, on peut dire qu’il n’est que jusla culture française sur la culture tice que nous accueillions à notre tour d’outre-atlantique. quelques représentations roulantes (ou non) de la culture moderne du continent nordDepuis le nord où la langue américain. française perdure de façon évidente au Quebec, en passant Empreintes de France en Amérique par la Louisiane où, là aussi, Éditions : Les Créations du Pélican VILO notre langue est encore prati- Par : Alain Sillard pour le texte et Dominique quée, jusqu’au Mexique qui a Leroy pour les photographies. aussi subi l’influence culturelle 168 pages et plus de 280 illustrations. du vieux contient, les auteurs nous em- Disponible à la vente.

Le Mag

51


A gauche, une épaisse couche de neige à New York en décembre 1948 afin de nous rafraîchir en cet été 2013.

Les temps anciens

Ci-dessous, un croisement à Los Angeles en 1961. On vous laisse compter les GM, Ford, Mopar et autres indépendants... sans oublier la Volkswagen, bien sûr !

52

Photo Cornell Capa - Life Magazine

Le Mag

Rendez-vous au prochain numéro ...


Profile for AmeriSud

Le Mag des Clubs #10  

Le Mag des Clubs #10

Le Mag des Clubs #10  

Le Mag des Clubs #10

Profile for amerisud
Advertisement