Issuu on Google+

Le troisième millénaire verra-t-il la fin de la pauvreté et de l’exclusion sociale ? Nous voulons tous y croire... Cependant, le problème est vaste. Effectivement, les pays en développement sont souvent victimes de la pauvreté. La malnutrition, la faim et le manque d’eau potable y sont des défis quotidiens. Pourtant, l’Europe est également touchée par ce fléau. Soixante dix-huit millions. C’est le nombre de personnes en situation de pauvreté au sein de l’Union Européenne, soit 16 % de la population européenne. En 2000, dans la stratégie de Lisbonne, l’Union Européenne promettait « de donner un élan décisif à l’élimination de la pauvreté et de l’exclusion sociale d’ici à 2010 ». L’année 2010 est l’Année Européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Ce choix de la Commission Européenne n’est pas anodin : elle coïncide avec la fin de cette stratégie décennale et permet de réaffirmer ses engagements. L’objectif de cette Année Européenne est de sensibiliser les citoyens à la pauvreté et l’exclusion sociale. Elle vise à informer et à nouer le dialogue avec les citoyens européens afin de faire évoluer les mentalités et les comportements. Elle va notamment s’attacher à donner la parole à ceux qui vivent au quotidien la pauvreté et l’exclusion sociale. Différentes actions sont menées tout au long de l’année 2010 telles que des manifestations, des campagnes d’information, des enquêtes, des études ou des actions de formation. Cette année est l’occasion d’attirer l’attention des gouvernements nationaux sur des thématiques de nature sociétales. En effet, l’efficacité de l’Année dépend de la qualité de sa préparation et de l’engagement actif des États qui ne peut se limiter à la seule Année 2010, mais devra se pérenniser. La France, pourtant sixième puissance économique, fait figure de mauvais élève. Selon l’enquête de l’INSEE, publiée en juillet 2009, plus de huit millions de personnes vivaient en 2007 sous le seuil de pauvreté monétaire, fixé à 910 euros mensuel, soit 13,4 % de la population française.Les chiffres ne rendent cependant pas compte des réalités du quotidien. La pauvreté et l’exclusion ne sont pas simplement des phénomènes quantitatifs. Ils sont caractérisés par un processus, par une histoire de vie, par des conditions d’existence, par la rupture de liens sociaux... Cette bande-dessinée ne dresse pas seulement un constat national. Au travers de trois histoires de vie, recueillies sur le terrain, elle tente de mettre en lumière la réalité sociale de la pauvreté et de l’exclusion et leur incidence sur la vie quotidienne des personnes. Elle montre également la réponse des institutions, des travailleurs sociaux et des associations face aux difficultés rencontrées. À cet effet, la bande dessinée représente un support pédagogique facilement accessible et nous plonge au cœur même de ces difficultés. Faire preuve d’empathie fera évoluer notre regard sur la pauvreté et l’exclusion et permettra de redonner une dignité à ces personnes souvent stigmatisées et marginalisées. Assurément, après la lecture de cette bande dessinée, notre regard sur la pauvreté et l’exclusion sociale sera différent.


SOMMAIRE Le premier récit nous fait découvrir la rupture de trajectoire d’un individu suite à la perte de son emploi. Débute alors un long processus de marginalisation qui conduit cet homme d’une vie stable à la grande précarité puis à la rue.

Régis - P.5 -

Sylvie

- P.11 -

La seconde histoire de vie aborde les nombreux soucis des familles monoparentales à travers l’histoire d’une femme seule, chef de famille. Comme vous le découvrirez, pour sortir de la précarité, ces mamans doivent redoubler d’efforts.

Annabelle

- P.17 -

Le dernier parcours de vie met en relief les difficultés financières rencontrées par les personnes âgées auxquelles s’ajoutent la perte de lien social et la détresse affective.


5


6

7


8

9


10

11


12

13


14

15


17


18

19


20

21


Lexique des acteurs et des mécanismes d’intervention du champ de la pauvreté et de l’exclusion ADMR : l’Aide à Domicile en Milieu Rural est une association nationale, disposant d’agences de proximité, qui propose une large gamme de services : ménage, repassage, garde d’enfants, petit bricolage, petit jardinage, repas à domicile, accompagnement transport, téléassistance. 11, Boulevard Franchet d’Espérey – 56 100 LORIENT. Assistante sociale : l’assistante sociale vient en aide aux individus et aux familles rencontrant des problèmes divers d’ordre social, administratif ou socio-économique, afin de favoriser leur bien-être, leur insertion sociale et leur autonomie. ASE : l’Aide Sociale à l’Enfance est un service du Conseil Général. Il assure la prise en charge des mineurs et jeunes majeurs de 0 à 21 ans qui sont victimes de maltraitances ou qui connaissent des situations de risques ou de danger. CAF : la Caisse d’Allocations Familiales est le représentant local de la Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF) qui forme la branche « famille » de la Sécurité Sociale française. La CAF prend en charge les prestations légales et développe une action sociale familiale sur son territoire.

Annabelle, Par Jean

CCAS : le Centre Communal d’Action Sociale anime une action générale de prévention et de développement social dans la commune en liaison avec les institutions publiques et privées. Il développe différentes activités et missions légales ou facultatives, directement orientées vers les populations concernées : aide et accompagnement des personnes âgées, aides aux personnes handicapées, aux enfants, aux familles en difficulté, lutte contre les exclusions... CESF : la Conseillère en Economie Sociale et Familiale aide et soutient les personnes dans leur vie de tous les jours (alimentation, logement, habillement, santé, habitat, environnement, vie sociale…). Son objectif est de les rendre plus autonomes en leur donnant les moyens de mieux maîtriser leur vie quotidienne et leur environnement et d’éviter l’exclusion sociale. Chantier d’insertion : les chantiers d’insertion sont des dispositifs relevant de l’insertion par l’activité économique, conventionnés par l’Etat. Ils ont pour objet l’embauche de personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières. CHRS Robelin : le Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale accueille une population masculine âgée de plus de 25 ans, en situation de précarité ou d’exclusion sociale, sollicitant un hébergement et un accompagnement social. Il dispose également d’appartements pour l’insertion. Le CHRS fait aussi partie du «dispositif hivernal d’accueil d’urgence», sa capacité d’accueil d’urgence est augmentée en période hivernale. 1, rue Robelin – 56 100 LORIENT. CLIC : le Centre Local d’Information et de Coordination est un guichet d’accueil de proximité pour les retraités, les personnes âgées et leur entourage, qui élabore un plan d’accompagnement et d’aide. 7, Boulevard Cosmao Dumanoir – 56 100 LORIENT. DGAS : la Direction Générale de l’Action Sociale assure d’importantes missions en matière de politiques d’interventions sociales, médico-sociales et de solidarité.

22

23


Remerciements

Epicerie sociale : une épicerie sociale est une petite surface alimentaire où il est possible de faire ses courses à prix très réduits. Elle s’adresse à des personnes ou des familles en grande précarité. HLM : Habitation à Loyer Modéré.

Joël AUVIN « NONO », illustrateur au Télégramme

Rétrilog : Rétrilog, créée par Emmaüs Action Ouest, est une entreprise de réinsertion professionnelle spécialisée dans le traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques située à St-Avé. 28, rue Marcel Dassault- 56 890 SAINT-AVE.

Étudiants de l’Ecole Supérieure des Arts de Lorient John BRUNELIERE Jean CUIVRE Nolwenn GUERIN

Restos du cœur : l’association fondée par Coluche en 1985 a pour but d’aider les personnes démunies en leur donnant accès à des repas gratuits, en participant à leur insertion sociale et économique.

Étudiants du Master édition contemporaine et numérique Rosalie FABRE Aurélie MAHE Nathalie ROST

RSA : le Revenu de Solidarité Active est à la fois un revenu minimum pour ceux qui ne travaillent pas et un complément de ressources pour les travailleurs aux revenus modestes. Il remplace le Revenu Minimum d’Insertion et l’Allocation de Parent Isolé. SAMU social : la moitié des Services d’Aide Mobile d’Urgence social sont gérés par la Croix Rouge. Le SAMU social effectue en période hivernale des maraudes nocturnes pour distribuer de la nourriture et des couvertures aux Sans Domicile Fixe. SAUC : le Service d’Accueil d’Urgence et de Coordination accueille et oriente toute personne isolée, socialement en situation de crise, confrontée à des difficultés liées notamment à l’hébergement ou au logement. Secours Populaire : le Secours Populaire s’est donné pour mission d’agir contre la pauvreté et l’exclusion en France et dans le monde. Sur le court terme l’association met en place une solidarité d’urgence basée sur l’alimentaire et le vestimentaire. Le Secours Populaire accompagne également sur la durée les personnes et les familles dans leurs démarches et leurs droits : accès au logement, à la santé, aux vacances, à la culture et aux loisirs, au sport, à l’insertion professionnelle. 10, rue Charles Clairambault 56 100 LORIENT. Secours Catholique : le Secours Catholique lutte contre toutes les formes de pauvreté et d’exclusion et cherche à promouvoir la justice sociale. Il développe de nombreuses actions en faveur de publics vulnérables et participe auprès des pouvoirs publics à l’évolution des réglementations et des politiques mises en place pour enrayer les phénomènes de pauvreté. 7, rue de Merville – 56 100 LORIENT.

24

Enseignants Armelle Mabon et Arnaud Aldeguer, Maîtres de conférence à l’Université de Bretagne Sud Partenaires associatifs et institutionnels Le CHRS Robelin  L’Accueil de jour du CCAS de Lorient Le Secours Populaire de Lorient Le Secours Catholique de Lorient  Mme CORNIC, assistante sociale du CHBS RETRILOG Mélanie TRAVERT, animatrice locale d’insertion au CCAS de Fougères Madame LE BERRE, chef de service de l’ASE Madame LE GALL, CLIC Jean Marc PAOUS, conseiller pédagogique du Ministère de la jeunesse et des sports Serge MAIGNE, scénariste et gérant du café librairie « Aux amis de la BD » à Vannes Partenaires financiers CAF Morbihan Mairie de Lorient L’UBS Partenaires en communication RCF France Bleu Armorique Ouest France Télégramme L’Arttychaut


RSA_BD