__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

2013

Plan d’action pour la Valorisation de la Diète Méditerranéenne Chefchaouen, communauté emblématique de la Diète Méditerranéenne Inscrit au Patrimoine Immatériel de l’Humanité de l’UNESCO en 2010

Municipalité de Chefchaouen Agence de Développement de Chefchaouen 15/06/2013


Résumé Exécutif : En 2010, Chefchaouen est reconnue Communauté Emblématique de la Diète Méditerranéenne, patrimoine culturel immatériel de l’UNECO, avec trois autre villes du pourtour méditerranéen, Soria en Espagne, Koroni en Grèce, Cilento en Italie. Cette reconnaissance est le point de départ d’une prise de conscience de l’immense richesse encore vivante sur le territoire de Chefchaouen, mais pourtant menacée. « La Diète Méditerranéenne est un complexe culturel transversal, un style de vie complet » fondé sur l’ensemble des savoir-faire, connaissances et traditions qui vont de la « table au paysage ». Ce patrimoine commun des peuples méditerranéens est déterminé par le climat et l’espace méditerranéen et tient un rôle essentiel dans la construction et la consolidation identitaires de ces peuples. Ce patrimoine culturel immatériel que porte Chefchaouen doit aujourd’hui faire l’objet de réflexion afin de s’engager dans la voie de la préservation et de la perpétuation de ses savoir-faire, valeurs, traditions et ressources naturelles. Le présent document présente l’engagement de la Municipalité de Chefchaouen pour faire de la Diète Méditerranéenne être un instrument de progrès économique et social et porteur de développement durable en méditerranée. Suite à une présentation de la Diète Méditerranéenne et des différents patrimoines et valeurs que porte le territoire de Chefchaouen, un plan d’action en quatre axes est présenté dans ce document.


Qu’est-ce que la Diète Méditerranéenne ?


La Diète Méditerranéenne est caractérisée par un modèle nutritionnel ancestral, internationalement reconnu comme sain, et dont les principaux ingrédients sont l’huile d’olive, les céréales, les fruits et légumes frais ou séchés, une proportion limitée de poisson, de produits laitiers et de viande, et de nombreux condiments et épices, le tout accompagné de vin ou d’infusions, toujours dans le respect des croyances de chaque communauté (UNESCO, 2010). Au-delà d’un régime alimentaire, la diète (du grec Díaita) méditerranéenne est un genre de vie et incarne les différentes valeurs et activités construites autour du fait alimentaire en méditerranée. Ce patrimoine commun des peuples méditerranéens est déterminé par le climat et l’espace méditerranéen et tient un rôle essentiel dans la construction et la consolidation identitaires de ces peuples (Reguant-Aleix J., 2012.).

La Diète Méditerranéenne est donc le fait de la méditerranée dans toute sa diversité et non la somme des spécificités de chacun des peuples méditerranéens. Ce

complexe

culturel

méditerranéen s’est construit dans un temps long, c’est un processus dynamique fait de traditions et d’innovations et qui présente un grand nombre d’échelles de lecture possible (Reguant-Aleix J., 2012.). La Diète Méditerranéenne est « l’héritage sans égal de paysages, de lieux, de connaissances, de savoirs, de technologies, de produits, de mythes et croyances, de créativités, d’hospitalités et de collisions ». C’est une réalité dans laquelle s’inscrivent les modes de production, de consommation, de commercialisation, ainsi que la convivialité de la table, les rituels et la symbolique alimentaire de la région méditerranéenne, sans omettre la diversité des cuisines et des denrées ellesmêmes (Gonzalez Turmo I., 2012.). À travers ses fonctions sociales et culturelles, la diète méditerranéenne inclut les paysages, les ressources naturelles, la biodiversité et leur gestion durable et responsable ; mais aussi les domaines de la santé, du bien-être, de l’hospitalité et de la créativité. « Tout ceci forme ce complexe culturel transversal, ce style de vie complet»


(Reguant-Aleix J. et Sensat F., 2012) fondé sur l’ensemble des savoir-faire, connaissances et traditions qui vont de la « table au paysage » (UNESCO, 2010).

Du paysage à la table, le concept de Diète Méditerranéenne représente l’ensemble des savoir-faire, connaissances, traditions et pratiques agronomiques, socioculturelles et culinaires des pays méditerranéens.

La Diète Méditerranéenne repose donc sur diverses valeurs (Lacirignola C. et Capone R. 2010.) : -

-

-

-

Alimentaire et gastronomique : elle est réputée pour la diversité de ses mets et denrées, ainsi que pour les parfums et saveurs de ses cuisines Nutritionnelles et sanitaires : des études montrent que le régime méditerranéen (qui inclus des activités sportives) permet de limiter les facteurs prédisposant aux maladies chroniques dégénératives (on parle aussi du régime crétois). Culturelle : la Diète Méditerranéenne est le fait de traditions séculaires transmises de génération en génération, établies en des lieux caractéristiques et symboliques et basées sur une créativité quotidienne assurant sa sauvegarde et diffusion. Historique : elle repose sur des dynamiques inscrites dans la durée et l’actualité, qui s’articulent dans des contextes différents (géographiques, économiques, environnementaux, sociaux, religieux…) Environnementale : les pratiques agricoles liées à la diète méditerranéenne ont un faible impact sur les ressources naturelles, impliquent de bonnes connaissances de l’environnement et l’utilisation de variétés et écotypes endémiques, hautement adaptés.

La Diète Méditerranéenne est aujourd’hui menacée et doit faire face à de multiples défis économiques, culturels et environnementaux. En novembre 2010, l’UNESCO la reconnaissait alors patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

L’érosion

de la diète méditerranéenne incombe principalement à un

« mal-développement » de la région et une très forte pression sur les conditions de sécurité alimentaire, puisque les quantités ont primé sur la qualité de l’alimentation. S. Abis, administrateur au secrétariat général du CIHEAM (Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes) étaye cette réalité de plusieurs constats et enjeux (Abis S., 2009):


-

-

-

-

La mondialisation et l’exportation du régime nord-américain basé sur la consommation de sucre et de viande ont participé à la disparité des modes de consommations entre le milieu urbain et rural et le développement de la malnutrition. Le développement de plus en plus de maladies chroniques dégénératives liées à la malnutrition, qui entrainent une augmentation des coûts liés à la santé pour la société, représente des enjeux sociaux et sanitaires importants. Une chaine agroalimentaire des pays méditerranéens défaillante : le peu de logistique, l’approvisionnement sur le marché global (et notamment pour la filière tourisme) ne permettent pas une valorisation des produits typiques et régionaux. Les enjeux agricoles et environnementaux sont liés à la perte importante de diversité génétique agricole et des savoir-faire traditionnels reposant sur une gestion durable des ressources naturelles.

L’inscription

de

la

Diète

Méditerranéenne comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2010 et la reconnaissance de Soria en Espagne, Koroni en Grèce, Cilento en Italie et Chefchaouen au Maroc comme communautés emblématiques de la Diète Méditerranéenne est un premier élan, et non des moindres, pour la sauvegarde de ce patrimoine.

La convention signée par les états implique une série d’engagements qu’ils doivent respecter et dont ils doivent s’acquitter. Les mesures de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel doivent être maintenant entreprises, ainsi que l’identification de ces patrimoines présents sur le territoire (Reguant-Aleix J. et Sensat F., 2012). Le chemin est donc encore long.


La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qu’est la diète méditerranéenne ne doit cependant pas être synonyme de conservation immuable, mais bien de sauvegarde dynamique. La reconnaissance de l’UNESCO et la convention signée par les états doivent donc faire de la Diète Méditerranéenne un instrument de progrès économique et social et porteur de développement durable en méditerranée. Le paragraphe 3 de l’Article 2 de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel le stipule parfaitement.


Le Patrimoine Culturel Immatériel

En 2003 a été constituée la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qui n’existait pas jusqu’alors. Celle-ci définit clairement le patrimoine culturel immatériel et ses champs d’application :

« Aux fins de la présente Convention, 1. On entend par “patrimoine culturel immatériel” les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire - ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés - que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. Aux fins de la présente Convention, seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l’homme, ainsi qu’à l’exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus, et d’un développement durable. 2. Le “patrimoine culturel immatériel”, tel qu’il est défini au paragraphe 1 cidessus, se manifeste notamment dans les domaines suivant : (a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ; (b) les arts du spectacle ; (c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ; (d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ; (e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel. » 3. On entend par “sauvegarde” les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, y compris l’identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l’éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine.


La Diète Méditerranéenne et Chefchaouen


Ces dernières années, le territoire s’est vu décerner un ensemble de reconnaissances nationales et internationales. En 2006, la région de Chefchaouen était reconnue par l’UNESCO au sein de la Réserve de Biosphère Intercontinentale de la Méditerranée couvrant le nord du Maroc et le sud de l’Espagne. En 2010, Chefchaouen fût reconnue communauté emblématique de la diète méditerranéenne par l’UNESCO, signe de la richesse de ces traditions culinaires et la diversité de ces produits de terroir. Cette culture alimentaire se déclinant du « paysage à la table » constitue aujourd’hui un attractif touristique majeur encore peu exploité par les professionnels du secteur. La province de Chefchaouen est située au nord-ouest du Maroc, au cœur du pays Jbala. Elle couvre une surface de 3310 km² pour 422 891 habitants, s’étalant de la mer Méditerranée aux montagnes du Rif occidental marocain. La province regroupe 26 communes rurales. La ville de Chefchaouen est le chef-lieu et la seule commune urbaine de la province. Elle compte aujourd’hui près de 36000 habitants. La province de Chefchaouen est un territoire marqué par une forte ruralité, 90 % de la population vit en zone rurale (RGHP, 2004). La population rurale vit principalement d’une agriculture de subsistance et d’élevage extensif et souffre d’un exode rural manifeste depuis quelques années. Ce territoire a longtemps été exclu de la vie politique du Maroc. Cette marginalisation a participé au maintien de nombreux savoirfaire et traditions, liés à l’agriculture, à la conservation et à la gestion des ressources naturelles, à la gastronomie ainsi qu’à l’art de la table et de la convivialité.

Le territoire regorge de variétés et de races endémiques qui, associées aux nombreux savoir-faire traditionnels et expressions culturelles, confèrent au territoire une diversité de produits de


terroirs et artisanaux, tels que le fromage chèvre frais et autres dérivés de l’élevage, les plantes médicinales et aromatiques, les produits à base d’olivier et d’oléastre, les figues, la laine, etc. Les paysages de Chefchaouen et de ses alentours sont empreints de ces richesses et savoir-faire agricoles. L’arboriculture de l’olivier et du figuier y est prédominante, et souvent associée à une culture céréalière et à un petit élevage en pâturage. Ce système agro-sylvopastoral ancestral est toujours vivant et constitue un élément clé des paysages méditerranéens de Chefchaouen. Au-delà de technicité agricole, ce système témoigne de savoir-faire exceptionnels pour la gestion des ressources naturelles, mais aussi d’un art de vivre en respect avec son milieu naturel et son propre corps. La culture alimentaire méditerranéenne de Chefchaouen est associée à une culture Soufie, riche d’une culture musicale et religieuse propre à cette région et lui conférant sa spécificité. Pourtant, depuis les années 1970, la culture du cannabis s’est largement répandue. L’expansion de cette monoculture de rente exerce de fortes pressions sur les ressources naturelles et ébranle la pérennité des expressions culturelles liées au patrimoine agroalimentaire. Les connaissances et savoir-faire ainsi que les rites et coutumes liés à la culture alimentaire se perdent à cause d’un exode rural important des jeunes générations et de leur investissement dans la culture de cannabis. Celle-ci a de plus déstructuré les systèmes traditionnels de solidarité et d’aménagement du territoire des douars (villages) (PNUD, 2008). La diète méditerranéenne c’est aussi un modèle nutritionnel. Chefchaouen est toujours détentrice de ce patrimoine gastronomique et culinaire, bien que concurrencé par les phénomènes de ‘fastfood’ et de ‘malbouffe’. L’enjeu de la préservation de la Diète Méditerranéenne réside donc


aussi dans la sensibilisation des jeunes générations à l’importance de la nutrition et de la richesse de leur patrimoine alimentaire, le renforcement des capacités des coopératives de produits de terroir et des points d’alimentation. Ainsi, malgré la présence de nombreuses manifestations culturelles matérielles et immatérielles, celles-ci sont menacées de disparition et ne sont plus motrices de développement économique et de construction sociale. Ces ressources culturelles sont malgré tout le principal élément de développement culturel, économique et social de ce territoire. En effet, c’est à travers la valorisation de ses spécificités et la préservation des manifestations culturelles et sociales que ce territoire peut se différencier. Le Forum Planète Terroirs de 2010, organisé par un ensemble d’acteurs locaux et la municipalité, accompagné de la reconnaissance de l’UNESCO, a amorcé une dynamique de valorisation de la culture alimentaire méditerranéenne du territoire de Chefchaouen. Néanmoins, le secteur culturel pâtit d’un manque d’intérêt des jeunes générations, du peu de reconnaissance des savoirs détenus par les femmes, du peu d’accompagnement de l’enseignement pour la professionnalisation de ces métiers et des problèmes liés à la diffusion et la commercialisation des biens et services culturels. Pourtant, les potentialités naturelles et culturelles doivent être un levier pour préserver et valoriser les patrimoines de la région et jouer un rôle moteur dans le développement du territoire.


La Municipalité de Chefchaouen s’engage aujourd’hui à garder l’ensemble de ces patrimoines vivants au sein de la communauté et à préserver l’immense biodiversité de son territoire. Ces richesses naturelles et culturelles sont l’essence de la population et du tissu social de Chefchaouen.

C’est par la préservation et la valorisation des patrimoines et valeurs portés par la Diète Méditerranéenne que la Municipalité souhaite participer au développement économique, social et environnemental de ses citoyens.

La Municipalité présente dans ce document un plan d’action, pour la préservation et la valorisation de la Diète Méditerranéenne. Afin de favoriser les dynamiques de développement territorial intégré, ce plan d’action est construit autour de quatre axes : Axe I : PRÉSERVATION ET VALORISATION DES PATRIMOINES Axe II : RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Axe III : SENSIBILISATION ET COMMUNICATION Axe IV : GOUVERNANCE Chacun de ces axes est composé d’actions qui sont décrites, dont les résultats attendus sont présentés, ainsi que les indicateurs de suivis et d’évaluation.


dd

Plan d’action


PLAN D’ACTION « DIETE MEDITERRANEENNE » Actions

Description

Résultats attendus

Indicateurs

AXE 1. PRÉSERVATION ET VALORISATION DES PATRIMOINES - Au sein de la Maison Municipale du Patrimoine, la salle du RDC serait consacrée à l’exposition des différents patrimoines liés à la DM et à la Culture Jbala

- Un centre de découverte et d’interprétation des patrimoines locaux et liés à la DM

Nombre de visiteurs étrangers / an

- Des guides compétents Volet agricole : outils traditionnels, et fins connaisseurs des biodiversité locale (en lien avec la banque patrimoines locaux de la biodiversité) Volet gastronomique : Présentation de - Autant de visiteurs plats traditionnels et intérêt nutritionnel de étrangers, que nationaux la DM et locaux Exposition d’objets liés à l’art de la table, à la cuisine + présentation de l’art de vivre - Un centre a visé pédagogique et ludique que représente la DM Un volet musical avec possibilité d’écoute pour les groupes scolaires

Nombre de groupe scolaire / an

- Plusieurs pôles : 1.1 Musée de la Diète Méditerranéenne

a) b) c) d)

Nombre de visiteurs nationaux / an

Recette annuelle du musée Recette de la vente des Livres et autres souvenirs du musée / an Analyse d’un petit


de chants traditionnels - Chaque pôle du musée sera accompagné de panneaux descriptifs et explicatifs pour une correcte interprétation - Deux guides seront formés pour accompagner les visiteurs et groupes de visiteurs.

- À terme, un musée qui est suffisamment visité pour s’autofinancer pour la plus grande partie de ses dépenses

questionnaire de satisfaction distribué à la sortie du musée

- Des cartes, images, posters et livres du musée seront vendus - L’entrée sera payante (règles de prix différentes pour les groupes scolaires locaux)  pour l’entretien du Musée et rémunération des guides

1.2 Banque de la Biodiversité

- Au sein de la Maison Municipale du Patrimoine, une salle sera dédiée à la conservation de l’agrobiodiversité locale

- La conservation et la préservation de l’agrobiodiversité locale

- Conservation physique des semences des espèces et variétés locales

- Favoriser la recherche sur l’agrobiodiversité locale et son utilisation traditionnelle tout en se tournant vers l’innovation

- Documentation qui accompagne la conservation des semences (descriptions morphologiques, linguistiques, savoir-faire agricole et forme d’utilisation) - La banque sera liée à un laboratoire de recherche et d’étude de l’agrobiodiversité - Un terrain sera consacré au renouvellement des

- Faire perdurer les savoirs et savoir-faire locaux - Rediffuser les variétés locales en cours de

Nombre de variétés conservées / an Nombre de variétés renouvelées / an Nombre d’agriculteurs bénéficiant des formations et des semences / an Nombre de groupes scolaires accueillis / an Budget alloué par la recherche, le


semences et à la distribution à des agriculteurs engagés (sous certaines conditions) - La banque de la biodiversité et le terrain associé seront visités par les groupes scolaires de la ville et des communes rurales alentour - Le terrain pourra servir de point de formation pour les agriculteurs intéressés par la culture de variétés locales et l’agro-écologie (collaboration avec Terre & Humanisme et le RIAM)

- Les fours à pain et les Moulins à grains sont des expressions physiques des traditions de la DM

1.3 Réhabilitation et Valorisation des Fours à Pain traditionnels et des Moulins à Grain

- Les fours à pains traditionnels délaissés, dans la ville et aux alentours bénéficieront d’un appui pour leur réhabilitation - Les ‘boulangers’ et propriétaires de fours à pain pourront former une association et engager des échanges de bonnes pratiques sur la réduction de consommation d’énergie avec l’association des propriétaires de Hammam (projets du GERES de plateforme pour séchage du bois, rénovation des portes des fours, etc.)

disparition - Favoriser l’utilisation de variétés locales, pour des utilisations locales (gastronomie et circuits courts)

laboratoire lié à la banque de semences / an

- Se servir de la Banque de l’agrobiodiversité pour la sensibilisation des professeurs, des enfants et de jeunes (visites de terrains, ateliers pratiques, etc.) - Des fours à pain traditionnels réhabilités et disponibles dans tous les quartiers - Une réduction de consommation d’énergies pour les fours à pain - les moulins à grains en fonctionnement, pour moudre du grain et pour produire de l’électricité

Nombre fours à pain réhabilité Nombre de membres à l’association des fours à pain Partages de bonnes pratiques avec les hammams Nombre de fours à pain engagés pour la réduction de la consommation


d’énergie

- Les moulins à grains de Ras el Ma, aujourd’hui abandonnés seront réhabilités, certains pour moudre du grain (s’il y a demande et à titre de ‘Musée’) sinon, ils pourraient contenir une turbine pour alimenter le quartier en électricité tout en gardant l’architecture traditionnelle

1.4 Appui à la structuration de filières de produits de terroir et d’artisanat encore peu valorisé

1.5 Circuits touristiques au sein de la Médina

- Identifier les produits de terroir encore peu visible et n’ayant pas reçu de soutien de la part des projets de coopération et des projets d’aide publique - S’associer avec des associations telles que Slow Food pour présenter ces produits et les intégrer à leurs projets de Sentinelles - Rechercher d’autres associations du même type pour soutenir les produits et les filières non retenues par slow food

- Développer des circuits touristiques au sein de la Médina en lien avec la Diète Méditerranéenne a) Le patrimoine alimentaire gastronomie locale

et

Nombre de moulins à grain réhabilités Nombre de turbines installées

- Quelques produits locaux et traditionnels, tels que le Samet, bénéficient de projets d’appui à la filière - Ces produits sont intégrés au ‘Panier de Biens et Services’ de Chefchaouen et sont visibles et disponibles dans les points de vente et les restaurants/hôtels

3 ou 4 circuits touristiques sont développés dans la Médina afin de favoriser l’interprétation des la patrimoines par les visiteurs

Nombre de filières bénéficiaires Quantité produite / an Forme de structuration de la filière, organisation des producteurs, et gouvernance Recette de la filière Recette par producteurs et par mois Nombre de circuits mis en place Nombre de panneaux pour l’itinéraire des circuits mis en place


b) L’architecture et l’art de la table c) L’artisanat - Les circuits développés par l’ATED en 2012 dans le cadre du projet soutenu par la Fondacion ETEA seront repris - Un livret pour suivre ces circuits sera développé et vendu au point d’information touristique. Ce livret contiendra un plan des circuits, agrémentés de photos des sites d’intérêt et une description écrite afin de faciliter l’interprétation de ces patrimoines.

Proposer une nouvelle offre d’activité touristique dans la ville

Nombre de livrets guides vendus

Améliorer la répartition des flux touristiques dans la médina

- Des panneaux discrets et en cohérence avec l’architecture de la médina indiqueront l’itinéraire des circuits.

1.6 Réseau de Tourisme Créatif

- Il s’agit d’identifier les artisans, les restaurants et les gîtes ruraux dans la ville et alentours qui proposent ou qui sont intéressés pour proposer des activités d’apprentissages dans les domaines suivants :

Développer un réseau d’apprentissage créatif autour des activités manuelles liées à l’art de vivre de la Diète Méditerranéenne

a) Cuisine et gastronomie : tagine traditionnel, pain, couscous, etc. + Proposer une offre dégustation innovante pour les b) Art de la Table : dresser une table typique visiteurs pour le thé ou le petit déjeuner

Nombre de professionnels engagés Nombre d’ateliers proposés Nombre de participants à ces ateliers (calculés par domaine d’activités et par professionnel) / an


c) Artisanat : apprendre à façonner la terre Augmenter le nombre de Nombre de pour fabriquer tagine et autre touristes et leur temps sur participants grâce au d) Tissage : Comment tisser un Mendil place réseau e) Doum : apprendre à fabriquer un chapeau, un panier Favoriser la découverte et l’interprétation des - Des ateliers seront organisés entre les patrimoines locaux par professionnels qui proposent déjà ce type l’apprentissage d’activité et les nouveaux (collaboration avec Chaouen Rural) Améliorer et diversifier les revenus des artisans - Un réseau serait créé afin de favoriser leur visibilité et leur communication (peut être en lien locaux avec Chaouen Rural, ou avec l’association Favoriser l’innovation tout Chaouen Tourisme) en préservant le traditionnel dans le domaine de l’artisanat

AXE 2. RENFORCEMENT DES CAPACITÉS 2.1 Marque de Qualité Territoriale : Formation des professionnels sur le thème : ‘Gastronomie locale, Art de la Table et Tourisme’

- Dans le cadre de la mise en place d’une Marque de Qualité Territorial / Label pour les restaurants et hôtels qui s’engagent à valoriser les valeurs et les produits de la DM, des formations doivent être organisées afin de renforcer leurs capacités et leurs intérêts

-Favoriser les professionnels de la restauration et de l’hôtellerie à valoriser les patrimoines gastronomiques et alimentaires locaux

Nombre de professionnels intéressés

- L’objectif est bien de susciter l’intérêt des professionnels à proposer une offre de qualité et représentative de la culture locale de la DM

Renforcer leur capacité dans ce sens et susciter leur intérêt vis-à-vis du

Nombre de professionnels ayant participé aux

Nombre de professionnels présents lors de ces formations


- Les formations doivent permettre de les aider à redécouvrir la richesse du patrimoine alimentaire et gastronomique locale - Les formations doivent aussi permettre de les aider à intégrer ces patrimoines à leur activité et à comprendre quel en est l’intérêt - Enfin ces formations doivent permettre aux professionnels de comprendre comment valoriser ces patrimoines, comment ils vont en bénéficier et donc comment le lier avec le Tourisme - Aussi, afin de faire bénéficier les jeunes populations de la redécouverte des patrimoines gastronomiques locaux, les professionnels qui le souhaitent pourront bénéficier d’une formation pour gérer un groupe d’enfants apprendre à transmettre leur savoir de manière pédagogique - Une collaboration avec les Chefs de l’Alliance Slow Food pourra être faire pour organiser ces formations - L’obtention du label pourrait être conditionnée par la participation aux formations

tourisme Donner plus de visibilité à la gastronomie locale Faire découvrir aux visiteurs la gastronomie locale

formations qui ont obtenu le label


- Pour les professionnels les plus assidus et les plus impliqués, un voyage d’échange de bonne pratique au sein d’une communauté emblématique de la DM pourra être organisé 2.2 Marque de Qualité Territoriale : Échange de bonnes pratiques et Voyage d’échange

- Faire découvrir aux professionnels une autre communauté emblématique de la DM, ses enjeux, ses points forts et ses points faibles

- L’objectif est de comprendre comment la DM est valorisée ailleurs, comment les professionnels de cette ville font et ce qu’ils font afin de s’en - Échanger les bonnes inspirer pratiques et les difficultés avec des professionnels - Un voyage ‘retour’ pourra aussi être organisé, qui rencontrent les mêmes afin de partager l’expérience Chefchaouen problèmes - Permettre un échange mutuel de professionnels à professionnels

2.3 Formation des coopératives de produits de terroir et d’artisanat local

- Organiser des formations sur la Commercialisation et le marketing pour les coopératives de produits de terroir et d’artisanat local a) A qui s’adresse mon produit, quelles sont les attentes de ce type de clients, comment répondre à ces attentes b) Pourquoi développer plusieurs gammes de produits et plusieurs stratégies de marketing selon le type de consommateurs c) Quels sont les outils que je dois / je peux

Renforcer les capacités des coopératives à communiquer et à vendre leurs produits Augmenter la vente de produits de terroir Améliorer la visibilité des coopératives sur le territoire Améliorer la connaissance

Nombre de formation Nombre de participants aux formations Nombre de coopératives qui s’engagent dans de nouvelles stratégies marketing pour leurs produits


utiliser pour améliorer mes stratégies des visiteurs des produits marketing et de communication de terroirs

- Créer un réseau des coopératives de produits de terroir et de maraîchage local pour faciliter la commercialisation de leur produit.

2.4 Création d’un réseau de coopératives pour la commercialisati on

- Ce réseau doit être équipé d’un ou deux véhicules de transport, qui permettra d’effectuer un ramassage de produits régulier pour les distribuer dans les points de vente urbains - Le véhicule peut aussi transporter les vendeurs souhaitant venir au souk beldi - un système de gestion et de gouvernance, dans lequel chacun aura confiance devra être instauré  un appui pour la création de ce réseau et de ce système de gestion devra être apporté pour accompagner la création du réseau

2.5 Évaluation du projet Souk Beldi pour son relancement

Le Souk Beldi est aujourd’hui suspendu pour diverses raisons. Ce projet n’est pas pourtant à abandonner, tel que le démontre l’intérêt pour les producteurs en agro écologie et les

- Augmenter les possibilités des coopératives en zones rurales pour vendre leur production - Mutualiser les efforts pour réduire les couts de transport et faciliter la commercialisation

% de recette en plus suite à la mise en place de ces stratégies (évaluation à 3, 6, 9 et 12 mois) Nombre de coopératives intégrant le réseau Nombre de ramassage hebdomadaire Nombre de véhicules disponibles

- Augmenter la distribution et la vente de produits de terroir - Valoriser les productions locales et la DM

Relancer le Souk Beldi de manière pérenne Encourager les

Nombre de coopératives présentes à chaque souk


coopératives de Brikcha et Bellota. L’objectif ici serait d’organiser une concertation publique, afin de définir les éléments fondamentaux à mettre en place pour assurer le succès du Souk Beldi. Cette concertation se référerait à l’expérience du Souk Beldi à Bab Souk, afin d’évaluer les causes de la suspension et de déterminer les solutions possibles pour la réouverture du souk beldi à Bab Souk (réaménagement de l’espace, convention entre les vendeurs, présence d’un représentant de l’autorité locale pour la mise en place de chaque souk beldi, etc.). Si aucune solution convenable ou réalisable n’est proposée, alors la concertation publique pourrait aboutir à un déplacement du Souk Beldi et / ou une modification des jours d’ouverture. La concertation publique doit impérativement impliquer : - les décideurs de la CU de Chefchaouen, - la délégation technique de l’aménagement de la voie publique de la Municipalité,

coopératives et les Jbala à venir au Souk Beldi Améliorer la visibilité des produits de terroir locaux Améliorer les possibilités des coopératives pour vendre leurs produits

Nombre de Jbala présentes chaque souk % recette des coopératives les jours de souks Estimation des visiteurs et consommateurs au souk beldi


- les autorités locales et de gestion de la voie publique (police, etc.), - des représentants de coopératives, - des représentantes des femmes Jbala, - des grossistes, - des consommateurs. Cette concertation publique pourrait se faire en deux phases : -

-

une première de collecte de doléances des différentes parties concernées par le projet souk beldi (énoncées ci-dessus) de manière individuelle et libre ; une seconde phase de restitution de l’enquête et de prise de décision.

L’objectif de ce projet est de créer un centre d’excellence Diète Méditerranéenne à Chefchaouen, de rayonnement local et régional en Méditerranée.

Proposer des formations de qualité afin d’intégrer les 2.6 Création d’un patrimoines et valeurs centre de la portées par la DM dans les Diète métiers de la restauration Méditerranéenne Il s’agirait d’un centre d’accueil et de et de l’hôtellerie. formation pour les métiers de la restauration et de l’hôtellerie. Accueillir des groupes, de

Formation reconnue et agréée Nombre d’élèves / an Nombre de diplômés Nombre de groupes ou


chercheurs, des institutions personnes accueillies publiques et privées au centre d’accueil concernées par la DM et Ce pôle proposera une formation de 6 mois les actions portées par le pour chacun des métiers. La formation pourra centre et le territoire être considérée comme une spécialisation sur les valeurs de la Diète Méditerranéenne dans Positionner Chefchaouen les métiers de la restauration et de l’hôtellerie. comme pôle d’excellence Les promotions seraient mixtes, avec des élèves sur la DM marocains et étrangers de pays du pourtour méditerranéen, afin de favoriser le partage d’expérience entre les élèves. Formation :

Des intervenants Marocains et Etrangers proposeront des sessions de cours et des ateliers, sur la nutrition, la gastronomie, l’art de la table et du service, la valorisation des produits de terroir, etc. en lien avec la Diète Méditerranéenne. Une évaluation préliminaire devra être menée afin d’évaluer l’offre de formation existante (OFPTT, ONG Al Qantara, etc..) et de proposer un cursus complémentaire. Une collaboration avec ces centres de formation pourra être mise en place. Accueil : Le centre sera doté d’une quinzaine de chambre permettant d’accueillir des groupes


lors de séminaires sur la Diète méditerranéenne, des chercheurs, des institutions privées et publiques souhaitant visiter le centre. Ainsi, le centre aura aussi vocation à proposer des séminaires de partage d’expérience au niveau régional sur les questions de développement territorial par la valorisation des diversités naturelles et culturelles en liens avec la Diète Méditerranéenne et la gastronomie. Afin de créer des synergies entre les différentes initiatives similaires du pourtour méditerranéen, et notamment l’institut de l’alimentation méditerranéenne de Malaga, des voyages d’échange seront organisés entre les différents centres et instituts.

AXE 3. SENSIBILISATION ET COMMUNICATION Diffuser et promouvoir les valeurs de la DM comme style de vie, à travers des ateliers dans les Collèges de Chefchaouen. Les valeurs promues et défendues seraient les suivantes :

3.1 Ateliers de sensibilisation à la Diète Méditerranéenne - Nutritionnelles : Qualité organoleptique, et à la Nutrition saveurs, « cocina de autor » et implication dans dans les écoles la diète habituelle - Culturelles : conservation d’un patrimoine

Amélioration des habitudes alimentaires des enfants et des familles Acquérir des connaissances nutritionnelles et culturelles liées à la DM

Nombre de groupes scolaires sensibilisés / an Nombre d’ateliers proposés


historico culturel vivant et dynamique ; conservation du patrimoine paysager - Biodiversité et environnement : préservation de la nature, de la biodiversité, de l’agro biodiversité - Socioéconomique : dynamisation de l’activité économique et commerciale et maintien/bénéfices pour la population en zones rurales - Habitudes de vie saine : prévention des accidents cardiovasculaires et maladies dégénératives, exercice physique et qualité de vie

Créer une perception sociale qui associe la DM à la qualité de vie à travers des ateliers de sensibilisation, faire des activités avec les enfants et leurs parents, lors desquels ils apprennent / réapprennent des habitudes alimentaires saines, liées à l’exercice physique.  journées de sensibilisation à l’école  visite de coopératives de produits de locaux  cours de cuisine

Diffuser l’identité locale aux plus jeunes pour la perpétuer Que les jeunes se rendent compte de l’importance de leur patrimoine et ce que ça implique


Il est important et nécessaire diffuser au maximum les valeurs nutritionnelles, de santés, culturelles, économiques et sociales de ce modèle, ce style de vie afin d’assurer une pérennité de la perception sociale qui associe la DM à une qualité de vie. Une journée annuelle / Un festival annuel peut être mis en place à cet effet : ‘La journée de la DM’ lors de laquelle seront organisé : 3.2 Festival annuel ‘La journée de la Diète Méditerranéenne ’

- des ateliers de cuisines, des ateliers sur la santé et l’alimentation - des stands de dégustation - des expositions de produits caractéristiques de la DM - des concours de cuisines typiques - des activités sportives pour les enfants

- Sensibiliser l’ensemble Nombre de des citoyens aux valeurs professionnels intéressés portées par la DM, partie intégrante de leur Identité Nombre de visiteurs étrangers / an - Inciter les familles à Nombre de visiteurs reproduire les recettes nationaux / an locales à la maison, à conserver une Nombre de groupes alimentation saine et encourager à la pratique scolaires / an du sport Nombre de coopératives présentes - Inciter les familles à consommer locales - Valoriser le savoir-faire des femmes, notamment en matière de cuisine, et de gestion des ressources naturelles et perpétuation de la culture - Sensibilisation des jeunes

Cette journée pourrait être organisée en partenariat avec les associations de quartiers, qui prendraient le relai au sein de chaque quartier pour impliquer le plus de citoyens

- Renforcer les liens de solidarité et de voisinage


possible et renforcer les liens de voisinage et de solidarité. Créer une page internet directement présente sur le site de la municipalité et visible depuis le site de la municipalité, sur laquelle seront présentés : - Les aliments et les produits typiques de la région, caractéristiques de la DM 3.3 Page Internet sur le site de la municipalité

- des recettes saines réalisées avec des produits locaux, et caractéristiques de la DM - Description des habitudes alimentaires et physiques afin d’améliorer sa qualité de vie - les patrimoines culturels associés à la DM, tels que l’art de la table, la musique locale, les traditions et festivités locales

- Diffuser l’information

Nombre de visiteurs

- Rendre accessible l’information sur la DM à tous

Nombre d’articles mis en lignes / Trimestre

- Informer les visiteurs étrangers sur ce qu’est la DM, et les patrimoines de la région - Informer les citoyens des activités prévues et réalisées autour de la DM

- Les activités de sensibilisation, de communication et de préservation de la DM réalisées Éditer un livre sur les valeurs et les patrimoines de 3.4 Un livre des la Diète Méditerranéenne à Chefchaouen. Ce patrimoines de livre présenterait ainsi les patrimoines la Diète agronomiques, agroalimentaires, nutritionnels, Méditerranéenne gastronomiques, mais aussi des patrimoines architecturaux, l’art de vivre méditerranéen, etc.

Faciliter l’interprétation des patrimoines de la DM à Chefchaouen ; Développer un support d’information de qualité

Nombre de livres vendus / point de vente et / trimestre


Pour éditer de livre, un travail de recoupement des différentes recherches menées dans la région devra être fait, il faudra de plus être en lien permanent avec la recherche locale ou internationale, comme le CIHEAM de Bari en Italie, l’IREMMAM et le CIHEAM français.

que l’on pourra vendre localement (musée de la DM, à la Kasaba, etc.)

Ce livre pourrait de plus présenter quelques projets locaux pour la sensibilisation aux valeurs de la DM. AXE 4. GOUVERNANCE

4.1 Assurer un lien fort avec la recherche

Grâce à la maison municipale du patrimoine Jbala, la CU de Chefchaouen pourra accueillir des chercheurs qui ont besoin d’accès à l’information, qui souhaitent mener leur recherche ou qui souhaitent de réunir à Chaouen.

Maintenir un haut niveau de recherche pour agrémenter les actions de valorisation des patrimoines et des valeurs portées par la DM

Le maintien d’un lien fort avec la recherche doit permettre de positionner Chefchaouen comme un pôle de recherche autour des patrimoines Jbala et de la DM du pourtour méditerranéen.

Positionner Chefchaouen comme destination de recherche, de réunion et de colloque pour la recherche

De plus, la recherche peut entrainer la formulation de nouvelle recherche ou de projet et peut appuyer la demande de financement.

Appuyer les demandes de subvention de projet par des résultats de ces recherches


Plutôt que de créer un nouveau groupe de suivi pour les actions de valorisation de la DM, il semble plus judicieux de donner la responsabilité de cette tache au groupe de travail de la Municipalité et à l’ADC. 4.2 Comité de Suivi

Lors de ses réunions, le plan d’action sera repris par l’ensemble des participants, afin de discuter de son état d’avancement et d’évaluer les actions entreprises.

Un espace de travail, ou les acteurs du territoire qui le souhaitent sont engagés pour suivre l’évolution des activités prévues dans le plan d’action, de les discuter et de les évaluer Des rencontres régulières

Cela sera aussi l’occasion de discuter de la recherche de financement pour la poursuite des activités.

4.3 EGTC

Intégration de la Commune de Chefchaouen au Groupe Européen de coopération Territoriale, dont le siège est à Pollica en Italie. Ce groupe qui est composé des quatre communautés emblématiques de la DM doit permettre de renforcer la valorisation de la DM, à travers des actions de coopération, la recherche au niveau du pourtour méditerranéen, et le partage d’expérience.

Faciliter les échanges entre les communautés emblématiques de la DM Faciliter la définition de projets pour la valorisation, la sensibilisation et la recherche sur la DM au niveau du pourtour méditerranéen Bénéficier de cette structure juridique pour bénéficier de subvention


de l’UE plus facilement

Profile for AMDC

Plan daction de valorisation de la dm  

Plan daction de valorisation de la dm  

Profile for amdc7
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded