Issuu on Google+

2013 – 2015

Centre Social et Culturel les Acacias

Projet Social

Document de synthèse à l’attention de nos adhérents, des usagers, des habitants du quartier du Chemin de l’Ile et de nos partenaires de présentation de notre Projet Social.

« Le Centre Social et Socioculturel entend être un foyer d’initiatives porté par des habitants associés appuyés par des professionnels, capables de définir et de mettre en œuvre un projet de développement social pour l’ensemble de la population d’un territoire. » Centre Social et Culturel les Acacias Nous écrire : 12, rue des Acacias Nous rendre visite : 1 rue des Sorbiers 01 47 29 13 12 centre.acacias@yahoo.fr

Charte fédérale des Centres Sociaux et Socioculturels de France adoptée à Angers en 2000


SOMMAIRE Introduction Le Centre Social et Culturel les Acacias 3 A-1 Historique A-2 Identification du Centre A-3 Ressources humaines A-4 Les activités

Diagnostic partagé Perspectives 2013/2015 – L’accueil Comme pivot – Inciter la participation – Faire venir les jeunes générations – L’insertion pour la cohésion sociale – Le Centre Hoche – Nos indicateurs

Introduction Il s’agit du quatrième projet social relatif à « l’Animation Globale » que réalise le Centre Social et Culturel les Acacias, et le premier que je présente en qualité de directeur. Il se projette jusqu’en décembre 2015. Ce projet social est le projet des salariés et des habitants du quartier. Le Centre Social et Culturel a en effet voulu associer de manière plus étroite les salariés et le Conseil d’Administration dans son élaboration. Plusieurs salariés et administrateurs, que je tiens à remercier, ont collaboré activement à la rédaction de ce document. De même, les habitants y ont également été associés dans le cadre d’un repérage des besoins. Ce projet marque ainsi un tournant pour le centre social du fait de l’évolution de son mode de fonctionnement et d’une plus grande reconnaissance des habitants qui prennent part à ses activités. Nous avons rédigé ce projet social en espérant qu’il illustre bien les problématiques que nous rencontrons et qu’il amène des éléments de réponses ou de perspectives pour les années à venir. L’organisation mise en place a globalement bien fonctionné, même si nous sommes encore loin d’une « démocratie participative » mais, néanmoins, nous nous en approchons humblement. Des rencontres ont eu lieu, ce qui rend l’écriture du projet plus ou moins collective, même si un lissage pour une meilleure lisibilité a été nécessaire. Il n’en demeure pas moins que ce projet social est bien le reflet des réalités que vivent habitants, partenaires et associations du quartier du Chemin de l’Ile. Les résultats positifs obtenus nous poussent à poursuivre ce travail pour et avec les habitants d’un quartier qui avance à son rythme, tout en restant vigilant face aux enjeux futurs de notre société. Les diagnostics que nous avançons ne sont en effet qu’une photo à l’instant où nous les formalisons par écrit, nous nous inscrivons davantage vers un diagnostic permanent. Car tous les jours, nous échangeons avec les habitants et nous essayons de répondre aux difficultés qu’ils nous soumettent. Ce projet social n’est qu’un outil supplémentaire pour nous aider à remplir notre mission. Rachid TALAL Directeur


A A -- U Unn ééqquuiippeem meenntt ddee pprrooxxiim miittéé Historique Tout commence par l’initiative de jeunes du quartier qui créent une association de boxe en 1977, « Nanterre 2 Acacias ». En 1981 l’association change de nom pour le « Club des Acacias ». La Logirep, le bailleur social du quartier met à disposition des locaux. Cela a pour conséquence de développer un espace d’accueil, d’échange et de partage. Petit à petit et jusqu’à la fin des années 90 sont programmées des sorties et des activités de loisirs, de l’aide aux devoirs portées par des bénévoles militants et quelques salariés. Au début des années 2000, le Club élargit son champs de compétence pour proposer des ateliers d’alphabétisation, de couture, d’informatique, des sorties ludiques et culturelles. En 2005, le Club des Acacias se transforme en « Centre Social et Culturel les Acacias » sous l’impulsion des administrateurs et du soutien de la CAF et de la Ville. Identification du Centre Adresse :  Bâtiment principal : 1 bis, rue des Sorbiers – 92 000 Nanterre  Bâtiment annexe : 19, rue de l’Union – 92 000 Nanterre Identité du Gestionnaire : L’Association Centre Social et Culturel les Acacias Statut juridique : Association Loi 1901 Période de validité du précédent agrément centre social : Du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2012 Période de validité du précédent agrément animation collective familles : Du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2012 Propriétaires des locaux : La Logirep Superficie de l’équipement : 235 m² et 115 m² supplémentaires au 19, rue de l’Union Président de l’Association M. Nordine HOUARI Vice Président M. Touati FERHAT Directeur du Centre Social et Culturel les Acacias M. Rachid TALAL Bureau de l’Association Sa composition depuis le 8 juin 2012 :  Président : M. Nordine HOUARI  Vice Président : M. Touati FERHAT  Trésorière : Mme Lydia MJWEIPI  Secrétaire : Mme Dominik LEVACHER

Conseil d’administration En plus des membres du bureau  Mme Najette FARES  Mme Louise GOYENVALLE  Mme Dieneba FADIGA  Mme Madeleine MAUFRAIS


A-3 Une équipe et des bénévoles Organigramme du Centre au 1er janvier 2012 Directeur Rachid TALAL (TC – CDI)

Animateur CLAS

Bilal MAAMER (TP – CD2I) Bénévole CLAS

Secteur CLAS

Dominique CREAC’H

Responsable secteur

Abdel LOGBI

Bénévole CLAS

(TP– CDI)

Dieneba FADIGA Animateur CLAS/ECE

Mounir BOUSSENNA Secteur Enfance-Jeunesse

Secteur Culture-Famille

(TP – S.C) Animatrice

Lucie VERRIERE (TC – CDI)

Référente Famille Voluzia OLIVEIRA REIS

Atelier couture

(TC – CDI)

Danielle PIERON Bénévole

Point d’accès aux droits Sarah WOHLGEMUTH

Formatrice FLE Edith MARGUERYE

(TP – MàD)

(TP – CDD)

Cyber base – emploi Moussa TERRAHA

Formatrice ASL Gilberte GOMIS

(TP – CDI)

(TP – CD2I)

Secteur Logistique

Chargée d’accueil Mokhtaria SIDI SALAH

Comptabilité* Louise GOYENDALLE Bénévole

Secteur Factotum

Agent d’entretien Hadhoum ASKAR

Secteur Insertion

Secteur Sport

(TC – CDI)

(TP – CDI)

Remise en forme* Ali DERDEGA Bénévole

Taï Jitsu* EL Majoub TAFIT Bénévole

Taï Jitsu* Didier Lambert Bénévole

TC : temps Complet TP : Temps Partiel CDI : Contrat à Durée Indéterminée CDD : Contrat à Durée Déterminée C2I : Contrat Intermittent à durée Indéterminée MàD : Mise à disposition S.C : Service Civique


A-4 Les Activités

Familles - Ateliers (couture, cuisine,manuelles) - Café des parents - Sorties ludiques et culturelles -Soirée Maman - Séjours familles - Rencontres débats

Sports

Enfance - Jeunesse - Accompagnement Scolaire

- Remise en forme - Tai ji tsu

- Espace Culture et Enfance

- Musculation

- Sorties sportives

Animations globales

Permanences Sociales

ACTIVITÉS

- Repas de quartier

- Ecrivain Public

Animations en pied d'immeubles

-Surendettement

- soirée cinéma

-Avocat

- fête du jeu, de quartier

-Droit des étrangers

- brocante, loto, apéro de quartier

- Droit de la famille - Aide aux victimes

- ...

Multimédia

Insertion

-Média Citoyen

- Cyber base emploi

-Cyber@cacias

- ASL

-formation info

- FLI et Alpha

La participation aux activités répond à une volonté de :  ne pas développer une forme d’assistanat ;  prendre en compte l’historique, les partenariats, les publics, le Projet Social dans sa globalité ;  de maintenir un ratio juste entre les activités payantes et gratuites (actuellement 58% de nos activités sont gratuites) ;  rapprocher les usagers, afin de promouvoir la mobilité et l’équité à l’égard des publics ;  favoriser une démarche pédagogique dans le calcul des montants des participations compréhensible pour tous (usagers et salariés).


Diagnostic partagé Voici les propositions et pistes, en terme de perspectives, qui ont été posées dans le cadre du renouvellement du projet social. Elles ont été formulées en terme d’axe de travail décliné en thématique et objectifs. Ces axes serviront aussi bien à déterminer des orientations qu’à définir des fiches actions qui serviront plus tard aux futurs choix et décisions que le Centre Social et Culturel souhaite développer dans les trois années à venir. Première enfance  Il n’existe pas de modalité de garde d’enfants de moins de 3 ans durant les ateliers. Ce qui est un frein pour certaines femmes à leur participation lors de ces ateliers.  Le jeu est un élément central dans la relation enfant et parents alors pourquoi ne pas proposer un espace de jeux du monde entier où d’autres enfants et d’autres parents pourront apprendre à être ensemble et se connaître. Enfance  Dans le cadre de l’accompagnement scolaire, nous sommes interpellés sur le manque de créneau horaire supplémentaire (2 séances par semaine par tranche d’âge est insuffisant).  On se plaint que les Français ne parlent pas de langues étrangères, alors pourquoi ne pas commencer très tôt et proposer en direction des enfants d’âge primaire des ateliers de langues étrangères vivantes, notamment l’anglais. Jeunesse  Beaucoup de choses sont proposées en terme de loisirs pour les mineurs dans le quartier, mais que fait-on pour les jeunes majeurs. Ils ne peuvent plus s’inscrire dans le cadre de l’Accueil de Loisirs vu leur âge, et donc ils ne peuvent plus accéder à des loisirs comme les autres. Il faut proposer des actions spontanées et accessibles à ce public en particulier (18 - 25 ans). Famille  Les cours de français pour adultes ne sont pas accessibles pour les personnes qui travaillent. Pourquoi ne pas en faire en soirée après 20h, notamment pour la gente masculine ?  Mettre en place une sorte d’échanges de compétences entre usagers, coordonnée par le Centre. Une bourse aux talents afin de favoriser la pratique et le savoir d’autres compétences.

Senior  Les anciens sont trop absents dans la structure et plus globalement dans le quartier. C’est comme s’ils n’existaient pas. Il faut que les seniors puissent se rencontrer autour de la transmission de compétences, de savoir et de partage de moments ludiques (thé dansant, partie de cartes…)  Il faut prendre en compte l’isolement et de la solitude des personnes âgées notamment celles qui habitent le foyer Adoma. Le Centre social et culturel peut être un vecteur de lien social pour ce public souvent laissé à l’abandon. Les ateliers  Remettre en place des ateliers d’expressions corporelles qui sont des moments conviviaux et riches en échanges.  Proposer en direction des femmes un atelier gym mais accessible sur des horaires où elles peuvent être disponibles, sachant que la plupart ont des enfants.  Cours de musique en direction des enfants et adultes, avec la pratique d’instruments différents et financièrement accessibles (guitare, violon…). La communication  Malgré les outils de communication existants dans le Centre, ce n’est pas encore suffisant. Il faudrait développer les ressources humaines du Centre et des usagers afin d’informer les habitants d’événements majeurs.  Mettre en place un système de parrainage d’adhérents et offrir dans ce cadre un cadeau au parrain (une sortie, un crédit activité …).  Développer les outils Internet, créer un site plus interactif et moins utiliser les envois papier… La mise en place d’un axe de réflexion transversal à l’ensemble des secteurs, nous permet également de limiter la sectorisation des activités et d’avoir une réflexion et des actions entre les secteurs du Centre Social et Culturel.


Autour de l’axe social : Il définit tant la forme des interventions des travailleurs sociaux, que les politiques sociales mises en œuvre, que les objets visés par cette action ou que les prestations auxquelles ont droit les citoyens.  La lutte contre les discriminations, la promotion de la diversité, de la mixité et de l’égalité entre les sexes ;  Le renforcement de la protection des personnes handicapées et surtout des personnes isolées (toutes les personnes vulnérables qui sont souvent oubliées au profit des personnes investies et acteurs de leur quartier) ;  La formation des personnes à travers l’apprentissage du français et des codes de la vie quotidienne. Autour de l’axe solidarité : nous devons nous consacrer au dialogue interculturel, avec les différentes communautés du quartier, et prendre en compte, la diversité culturelle et fonder un travail sur l’histoire et une mémoire collective de chaque composante du quartier. Créer du lien social et d’entraide entre les habitants afin de « décloisonner » le quartier et éviter le constat simple d’une cité dortoir sans vie, sans lien, sans citoyenneté.  les actions en direction des personnes âgées, les actions d’intégration, les actions culturelles qui visent à promouvoir la diversité notamment celles qui valorisent l’histoire, la mémoire et le patrimoine issus des migrations ;  Les questions de mixité, d’égalité entre les sexes et d’accès aux responsabilités des femmes et des jeunes filles ;  Promouvoir la démocratie locale afin de libérer la parole dans un cadre précis et constructif ;  Le partenariat entre les associations et les institutions au sein du Chemin de l’Ile doit être plus riches, plus solidaires et ceci au profit de chaque habitant. Autour de l’axe insertion : faire des habitants des citoyens actifs, indépendants et insérés professionnellement.  Aider à l’accès à l’emploi ;  Agir sur la citoyenneté et la prévention de la délinquance ;  L’égal accès aux droits, les actions d’éducation à la citoyenneté et à l’appropriation des devoirs civiques, les actions d’accompagnement des usagers. Autour de l’axe mieux vivre ensemble : Dans cet axe, nous avons tous les éléments rentrant dans le cadre de l’action en faveur des habitants du quartier :  Renforcer l’action éducative, le sport pour tous, notamment pour les femmes, les loisirs ;  Démocratiser la Culture et élargir les publics en multipliant les offres culturelles pour tous ;  Permettre d’améliorer l’habitat et le cadre de vie ;  Favoriser les relations jeunes adultes sans heurts et sans conflits perpétuels. Autour de l’axe Développement du quartier (avec surtout le futur Centre Hoche) : Nouveau quartier – nouveau public – nouvelle structure. Tout est nouveau et donc tout est à construire. Ce qui peut paraître comme une difficulté au départ est au contraire une opportunité à saisir. On part de rien et c’est à partir de notre expérience et de notre volonté que nous pouvons faire de cet équipement une véritable annexe complémentaire au Centre Social existant.  La question de la mixité sociale et le croisement des populations entre ancien et nouvel habitant, propriétaire et locataire, jeunes et adultes est un élément à prendre en compte ;  Réussir à définir les besoins à partir d’une population « fantôme » à ce jour ;  Eviter les doublons d’activité et plutôt partir d’activités complémentaires tout en laissant des espaces de rencontre entre tous les habitants  Le Centre Hoche ne doit pas éloigner les Acacias du travail partenarial sur le Chemin de l’Ile.


LLeess P Peerrssppeeccttiivveess 22001133 –– 22001155 LL’’A AC CC CU UE EIILL C CO OM MM ME EP PIIV VO OTT Nous devons « reformater » l’accueil comme l’élément central et essentiel de la structure. Il faut faire de ce lieu la réunification et la transversalité des secteurs en mettant en place des équipes mixtes sur des problématiques globales recoupant les différents secteurs. L’accueil c’est l’information, l’hospitalité, l’orientation et la réponse adaptée à toutes les demandes. L’accueil sera le pivot de l’articulation entre les espaces multiples du Centre Social et Culturel et l’extérieur (partenaires et institutions.) LLEEESSS M M O Y E N S M S E N Œ U V R E MO OY YE EN NS SM MIIIS SE EN NŒ ŒU UV VR RE E 

Une recherche d’utilité sociale : Il nous faudra progressivement pouvoir proposer au moins 42 heures d’ouverture hebdomadaires (contre 33 heures actuellement). Pour cela, il est envisagé dans le cadre de l’ouverture du Centre Hoche en septembre 2014, de recruter une chargée d’accueil à mi-temps pour assurer un service complémentaire au centre principal et un service de 12 heures au Centre Hoche.

Accueillir tous les publics : A partir de septembre 2013, en plus de l’adhésion individuelle existante, nous proposerons une adhésion familiale (au sens nucléaire du terme : les parents et les enfants vivant dans le foyer) au tarif de 15 €. De plus, pour la nouvelle saison 20142015, nous proposerons également une adhésion pour les Nanterriens et les non Nanterriens (qui représentaient en 2012, 6 % de nos adhérents, en hausse constante sur les dernières saisons).

Une communication élargie : Dès 2013, le site Internet du Centre social et culturel verra le jour avec une volonté de créer une interactivité avec le public (cahier de doléances, inscriptions aux actions, contribution à la participation des habitants…). Ce site Internet est en lien avec la lettre du centre « De vouzanou » et le média citoyen « vialile.com ».

Un accueil unique de proximité : Chaque personne qui téléphone ou passe à l’accueil doit avoir une réponse à sa demande. C’est pourquoi à partir de 2014, nous mettrons à la disposition de la chargée d’accueil un « bottin social » reprenant sous forme d’annuaire tous les services, institutions, associations ainsi que les contacts et coordonnées des acteurs sur la ville, le département et la région. Ainsi quiconque cherchera une information dans le domaine social, culturel, santé ou juridique pourra avoir une réponse adaptée.

Une centralisation de l’information : Une visibilité accrue sera portée aux informations issues du Centre social et culturel (meilleurs emplacements, meilleures accessibilités), de la municipalité (mur dédié pour les affiches et présentoir pour les tracs), aux institutions (présentoir dédié) et enfin aux associations (mur dédié pour les affiches et présentoir pour les tracs). De plus, nous mettrons en place sur un écran de télévision et diffusion en boucle, les informations du Centre, actuelles et à venir. La personne qui est dans notre espace doit devenir active en s’informant, en écoutant et non passive en attendant sagement.

Un espace dédié au bien-être : L’espace actuel de l’accueil, même s’il a beaucoup évolué, ne convient pas à un accueil physique chaleureux, avenant et propice à valoriser aussi bien l’accueillant que la structure. C’est pourquoi nous allons dès 2013 modifier l’espace en prenant en compte : un espace jeu pour les enfants qui attendent avec leur parents un rendez-vous, la possibilité de bénéficier d’une boisson chaude ou froide, la mise en place d’une borne Internet accessible pour tous, d’assurer le tri sélectif... Dans tous les cas, notre devise est et restera « Soyez les bienvenus ».


IIN NC CIITTE ER R LLA AP PA AR RTTIIC CIIP PA ATTIIO ON N Un Centre Social ne peut fonctionner dans le respect de son cahier des charges sans avoir en ligne de mire, la participation des habitants. C’est peut-être l’un des chantiers qui doit être encore développé pour les années à venir. Nous devons consolider nos acquis tout en anticipant sur les retombées positives qu’engendrera le développement des autres secteurs. Nous poursuivrons nos efforts afin que chacun, chacune puisse continuer à prendre part à la vie du quartier en testant et en contestant ce qui est mis en place, à condition de s’essayer lui aussi à l‘animation de la vie locale. LLEEESSS M M O Y E N S M S E N Œ U V R E MO OY YE EN NS SM MIIIS SE EN NŒ ŒU UV VR RE E  Favoriser la participation dans les comités d’animation : Ces réunions trimestrielles doivent être le lieu où chaque adhérent peut exprimer, contester, proposer ou simplement écouter les avis des uns et des autres. C’est pourquoi nous souhaitons qu’au moins 15% de nos adhérents adultes puissent s’investir régulièrement dans ces comités d’animation. En 2013 et 2014, nous les organiserons sur des réunions trimestrielles, puis à partir de 2015 sur des réunions bimestrielles. 

Affirmer sa différence comme son identité : Nous accentuerons nos débats sous forme de « speed débat ». Une fois par mois 3 à 4 sujets pourront être abordés, notamment sur des sujets de vie quotidienne. Il s’agit, sur le principe des « speed dating », de créer des minidébats en tête à tête et limités dans le temps au public. Après plusieurs échanges entre les participants, il y aurait une restitution en grand groupe en présence d’une personne ressource pouvant éclairer le groupe des sujets abordés.

Renforcer la place des bénévoles: Nous souhaitons faire de nos bénévoles de véritables partenaires du Centre social et culturel. Pour cela, il nous faudra leur donner une place plus cohérente et significative. Dès la saison 2013-2014, une charte des bénévoles sera mise en place avec les engagements de chacune des parties concernées. Notamment notre volonté de leur proposer des formations (thématique générale, exemple : être bénévole dans un Centre Social – thématique, exemple : prise de paroles en groupe, gérer les conflits… ou technique, exemple passage du PSC1). Le but étant de doubler nos bénévoles d’ici la fin de ce contrat de projet.

Porter une manifestation d’habitants : Dans le cadre des 10 ans du Centre social et culturel en 2015 (1er agrément en 2005), nous souhaiterions que les habitants portent 5 événements importants sur les 10 actions différentes que nous prévoyons de mettre en place sur toute l’année 2015.

S’inscrire dans les partenariats : Travailler en lien étroit avec les partenaires locaux notamment la mission de quartier et les deux associations actives du quartier (Cerise et le Baobab). Cependant nous souhaitons pour ces 3 prochaines années axer prioritairement notre action partenariale en direction des plus petites associations de quartier et de les associer à des événements communs (repas, fête, manifestation…).

Développer les réseaux : Il est indispensable que les Centres Sociaux de Nanterre se rapprochent et proposent des actions et sorties communes en direction de nos adhérents. Ainsi dès 2013 et les années suivantes, nous solliciterons les 2 Centres sociaux les plus proches géographiquement (le CSC la Traverse et le CSC Hissez haut) d’organiser des sorties culturelles communes, des rencontres débats tournants et enfin des échanges de pratiques entre les salariés, bénévoles et administrateurs (formation commune, réunion thématique…).

Soutenir les démarches collectives de groupe constitué : Nous voulons appuyer des micro-projets par des petits groupes (de 3 à 7 personnes). Il s’agit d’appuyer des actions issues de ces micro-groupes qui peuvent être réalisées sous forme de projet d’animation ou projet d’activité d’une durée limitée (à la demi-journée ou à la journée) et qui n’ont aucune incidence sur les actions déjà existantes.


FFA AIIR RE EV VE EN NIIR R LLE ES S JJE EU UN NE ES SG GE EN NE ER RA ATTIIO ON NS S Les jeunes générations, que nous définissons ici comme les enfants et les adolescents, fréquentent davantage le Centre social et culturel dans le cadre de l’Accompagnement Scolaire et l’Espace Culture et Enfance. C’est peut-être le signe d’une acquisition d’autonomie et de gestion de leur temps libre. Il nous faudra sans aucun doute valoriser notre offre et cela induit davantage d’adhésion à notre projet. Notre attention devra se porter sur la diversification de nos actions afin de toucher les jeunes. Mais pour cela il nous faudra améliorer les liens avec l’Antenne Jeunesse et l’association Cerise. Nos actions doivent favoriser la construction de leurs personnalités, un espace incitatif à leur prise de parole et un outil d’acquisition de leur autonomie. LLEEESSS M M O Y E N S M S E N Œ U V R E MO OY YE EN NS SM MIIIS SE EN NŒ ŒU UV VR RE E 

Le parrainage individuel : Avec la présence d’une école d’ingénieurs dans le quartier, nous souhaitons solliciter le bureau des élèves pour qu’un étudiant soit parrain du parcours scolaire d’un élève entrant en 6ème et ceci jusqu’à la fin de son secondaire. Ces 4 années correspondent en général au cursus d’un élève ingénieur. Il sera force de proposition et de suivi d’un jeune aussi bien dans sa scolarité que dans ses loisirs.

L’aide à l’orientation comme priorité : Depuis la fermeture du Centre d’Information et d’Orientation de Nanterre en 2011, les jeunes ne trouvent plus aussi simplement des informations quant à leur orientation. C’est pourquoi nous mettrons en place des actions autour de la connaissance des qualités, des diplômes et compétences nécessaires à certain métier et ceci dès la saison 2012/2013 (un rendez-vous par trimestre). De plus, face à la difficulté des jeunes à trouver des stages liés à leur scolarité, nous créerons un annuaire consultable sur place des modalités de site d’accueil de différentes structures sur la ville de Nanterre, voire sur le département.

Les dîners littéraires entre plaisir et connaissance : Le but est de placer le livre comme élément culturel de base. Ainsi un groupe de jeunes lycéens aura le même livre à lire, et lors d’un repas (un rendez-vous bimensuel) ils pourront disserter ensemble de leurs impressions, ressentis, analyse et émotion de cette lecture toute individuelle.

Le jeu comme base : Au premier semestre 2013, nous mettrons en place une ludothèque avec plus de 1 000 jeux à découvrir, à emprunter en direction des jeunes générations et de leurs parents. Même si cet axe s’adresse plus aux petits enfants et aux enfants, nous proposerons des espaces de jeux pour les plus grands (jeux de rôles, jeux vidéo…). Cette ludothèque où le principe de « donner à jouer » est primordial sera également un lieu de découverte de jeux du monde entier. D’ailleurs, nous créerons en 2014 un événement en marge de notre fête du jeu autour des « Jeux d’ici et d’ailleurs ».

Participer, monter sur scène et s’exposer : Cet axe se fera en partenariat avec l’Antenne Jeunesse et les associations travaillant sur les questions de l’expression corporelle. Il s’agit de créer un grand événement annuel dans le quartier où les jeunes pourront montrer aux habitants leurs talents amateurs. Ces talents seront exploités lors de cours et de stages en cours de saison et restituer lors de ce Festival.

Soutenir les séjours autonomes : Nous voulons toujours à partir de groupes constitués appuyer des séjours autonomes thématiques : préservation du patrimoine, solidarité internationale, rencontre de jeunes européens…Encore une fois, cette action se fera avec un maximum de partenaires qui œuvrent au quotidien auprès des adolescents et des jeunes majeurs. Le but étant de proposer un séjour de ce type par an jusqu’en 2015.


LL’’IIN NS SE ER RTTIIO ON NP PO OU UR R LLA AC CO OH HE ES SIIO ON NS SO OC CIIA ALLE E En tant que Centre Social, notre objectif majeur est de créer du lien social. L’insertion sociale des personnes en difficulté, isolés est la condition sine qua non de la réussite de cette mission première. Nous devons faire une effort soutenu en direction des populations les plus fragilisées en facilitant l’acquisition d’outils, en réduisant autant que faire se peut les fractures liés à l’espace, à la pratique de la langue, à la technologie ou à la mobilité, en développant notre action recherche d’emploi et en accompagnant cette insertion par des temps forts de rencontre et de communication. LLEEESSS M M O Y E N S M S E N Œ U V R E MO OY YE EN NS SM MIIIS SE EN NŒ ŒU UV VR RE E 

Elargir notre offre de cours de français : Proposer pour la saison 2013/2014 un second cours de français confirmé en plus des deux débutants déjà existants. De plus, proposer ces cours plutôt en soirée à partir de 20h pour les personnes ayant déjà une occupation professionnelle. Enfin nous souhaitons travailler en lien plus étroit avec les autres Centres sociaux de Nanterre autour d’ateliers sociolinguistiques et de cours de français pour adultes.

Proposer d’autres permanences sociales : Envisager la permanence bimensuelle d’une assistante sociale dépendant soit de la CAF, soit du CCAS soit de la circonscription de la vie sociale. De plus, nous souhaitons proposer une nouvelle permanence autour de la santé en partenariat avec l’Atelier Santé Ville.

L’animateur relais aux services de l’emploi : Nous voulons créer un réseau avec la Mission Locale Intercommunale et Pôle Emploi afin de répondre, de façon individuelle et collective, aux questions d’insertion, sociale et professionnelle, rencontrées par les jeunes âgés de 16 à 25 ans. Notre animateur relais devra être « la tête de pont » de ces deux institutions.

La mobilité comme facteur d’insertion : Se rapprocher d’une association comme « Voiture & Co » pour apporter une solution au problème de mobilité que rencontre un certain nombre de demandeurs d’emploi en grandes difficultés sociales et professionnelles. Ainsi il sera proposé des prêts de moyens de transport (vélo, scooter voire voiture) au public dans le cadre de déplacements nécessaires à leur maintien dans l’emploi ou dans leur recherche professionnelle (rendez-vous, entretien, salon de l’emploi…). Il s’agit d’une solution d’accompagnement temporaire, le temps que la personne trouve une solution durable à son problème de transport.

Les seniors comme public intermédiaire : Proposer des actions pour les seniors intitulés les « vendredis seniors » autour des activités manuelles, des sorties culturelles et ludiques, des goûters partagés, de la lecture, des après-midis dansants… Puis, petit à petit, faire des seniors, des participants, mais aussi des acteurs sociaux de la vie du Centre. A l’avenir ils pourront intervenir transversalement dans tous nos secteurs.

Le handicap : Nous voulons sensibiliser nos adhérents à ces différentes questions concernant les personnes atteintes de troubles de la santé ou de handicaps. Ainsi nous proposerons en partenariat avec les associations traitant la question une semaine dédiée en mai : parcours fauteuil dans le quartier, rencontre débat, action de soutien, exposition, atelier… Cette semaine de sensibilisation sur le handicap sera également pour nous l’occasion d’aborder les maladies invalidantes (épilepsie, diabète, hémophilie…) et pourquoi ne pas par la suite proposer un de ses sujets à traiter dans le cadre de notre future permanence santé.


LLE EC CE EN NTTR RE EH HO OC CH HE E En septembre 2014, la Ville de Nanterre mettra à disposition du Centre Social et Culturel un nouvel espace de 240 m² dans le quartier Hoche. Il s’agit d’une structure complémentaire à celle existante. Nouveau quartier, nouveau public, nouvelle structure, nouvelles activités. Tout est nouveau et donc tout est à construire. Nous sommes partie de ce postulat pour construire notre projet. Le projet que nous présentons a été réalisé par les salariés, les administrateurs et certains habitants. Il est issu de plusieurs propositions travaillées lors des rencontres en amont des acteurs concernés par cette structure. De ces 4 ébauches, nous en avons construit une avec des éléments de chaque dossier (voir annexe III) que nous avons soumise à la Ville lors d’une réunion en juin 2012. D’autres rencontres sont prévues en 2013 avec la Ville de Nanterre et la Caf afin de finaliser les contours du futur centre Hoche. Notre volonté est de construire :  une structure vivante ;  avec de l’activité, des rencontres, des manifestations, des actions ;  complémentaire à celle déjà existante,  avec la création d’un maillage partenarial sur ce nouveau secteur et celui d’en face, le secteur « Rouget de Lisle » ;  avec des passerelles entre les deux quartiers, les deux publics. C’est pourquoi le projet exposé dans cette partie « les perspectives 2013/2015 » est un projet réaliste, certainement ambitieux, volontaire et qui s’inscrit dans le développement du rayonnement de l’association. Nous savons que les orientations Hoche présenté dans ce Projet Social 2013/2015 seront mis en œuvre sur la durée et devront certainement apparaitre à nouveau dans le prochain Projet Social. Les perspectives que nous vous présentons dans cette partie sont conditionnées entre autre à l’attribution d’une dotation annuelle de la Ville de Nanterre dans le cadre du développement de cet espace (voir budget du projet dans l’annexe III). Bien évidemment si cette contribution venez à ne pas voir le jour où était tout simplement fortement réduite, le projet Hoche que nous défendons dans ce Projet Social en serait complètement modifié. Dans cette hypothèse, il sera du ressort des instances de l’association de décider des suites à donner à ce projet en lien avec la Ville de Nanterre et la Caisse d’Allocations Familiales. LLEEESSS M M O Y E N S M S E N Œ U V R E MO OY YE EN NS SM MIIIS SE EN NŒ ŒU UV VR RE E A l’heure actuelle, le Centre social et culturel ne propose rien en direction du premier âge (les enfants de moins de 4 ans). C’est pourquoi il nous semble important à travers la présence de ce nouveau lieu de proposer enfin un chantier sur 3 axes pour ce nouveau secteur première enfance. Pour se faire, nous envisageons de recruter une personne pour mener à bien et développer ce nouveau chantier. 

Un lieu accueil enfant parents (LAEP) : Nous souhaitons nous inscrire dans le contrat enfance de la Caf et proposer un LAEP. Il s’agit au moins une fois par semaine de créer un temps permettant d’accueillir l’enfant de sa naissance jusqu’à 4 ans accompagné de ses parents ou d’adulte qui le garde dans un espace de jeux, de parole et d’écoute.

Rencontre des assistantes maternelles : En liaison étroit avec le Relais d’Assistantes Maternelles (RAM) de la Ville de Nanterre, nous souhaitons proposer deux rendez-vous hebdomadaires. Ces rendez-vous permettront des rencontres entre assistantes maternelles, parents, professionnels de la petite enfance mais sera aussi le lieu de construction de projets réalistes correspondant le plus aux attentes de ces personnes tels que des sorties ou des formations.


Un temps de garde des petits : Nous voulons enfin pouvoir proposer la possibilité de garder les enfants de moins de 4 ans par une professionnelle pendant tous les ateliers où les femmes participent (ASL, atelier cuisine…). 

Notre volonté est de proposer une cohérence entre les deux structures. Une complémentarité, une transversalité entre ce qui se fait aux Acacias et ce qui se fera à Hoche. C’est pourquoi nous proposons de mettre en place des nouvelles activités et développer des secteurs qui seront l’âme de cette structure. 

Produire des ateliers divers : Nous manquons d’ateliers fédérateurs variés. Nous proposerons d’ici 2015 trois nouveaux ateliers (dont un autour des arts plastiques, les autres seront à construire avec les habitants du secteur). Ces ateliers pourront fidéliser un public et ensuite, ensemble, construire la démarche Centre Social.

Créer un pôle famille : Nous allons recentrer toutes les activités familles dans ce nouvel espace et pouvoir en proposer de nouvelles. (Cette partie sera plus détaillée dans le projet Animation Collective Famille)

Le café de la solidarité comme lieu de rencontre : Tous les jours, entre 10h30 et 13h, nous voulons proposer un espace de rencontre intergénérationnelle sous forme d’un café…Cela sera l’occasion pour les habitants et les visiteurs d’un jour de se rencontrer autour d’une ambiance chaleureuse et d’envisager par la suite d’entamer la construction de projets communs. 

Le futur Centre Hoche ne pourra se faire sans ses habitants anciens (Komarov et Rouget de Lisle) ou nouveaux (quartier éco citoyen Hoche). Ils devront être le moteur du développement de la structure. Leur participation est nécessaire pour faire de la structure un complément idéal au Centre Social et Culturel existant. Pour cela, nous devrons rapidement mettre en place, après quelques mois de présence, des chantiers pour prendre en compte cette demande encore non exprimée. 

Un espace aux habitants : Nous voulons mettre en place des créneaux horaires hebdomadaires où les habitants pourront après concertation proposer des animations ou des actions pour le plus grand nombre. Ils auront l’appui technique, logistique et matériel, voire financier de l’association.

Une vie associative à structurer : Nous souhaitons profiter de ces nouveaux locaux adaptés à l’accueil d’activités associatives. Et ainsi, faire augmenter le nombre d’associations implantées dans le quartier et continuer à les fédérer. De plus, nous voulons renforcer les liens d’analyse et de compréhension de notre environnement autour de plusieurs rencontres festives dans l’année. Faire qu’ils deviennent une source active de participation aux choix de la vie du Centre.

Tisser des liens entre les habitants des deux structures : Voilà un chantier primordial et à première vue pas si simple à réaliser. En effet il nous faudra faire du futur Centre Hoche le complément du Centre Social et Culturel existant aussi bien pour l’équipe mais surtout pour les adhérents actuels. Il devra exister des passerelles entre les deux structures et la possibilité pour chaque adhérent du Centre de participer aux ateliers, activités ou animations et cela quel que soit leur lieu d’habitation. C’est cette mixité des publics anciens et nouveaux, proches et lointains, qui devient un enjeu majeur de la pérennisation de ce projet centre Hoche.


Association Cerise


projet social 2013-15