Page 1

Ah, mais quelle horreur ! Il y a-t-il des personnes qui aient un brin de bon sens dans ce village ? Il y a-t-il des autorités qui pensent au peuple? Cela ne peut pas durer comme ça! Je ne me laisserai pas faire. Il faut trouver une solution.

Tiens, tiens, tiens. Je vais de ce pas voir La Maire pour lui faire part de cette situation. Ensuite, on ira voir aussi les responsables de l’association du village qui milite pour la protection de l’environnement. J’en ai marre de cette crasse et j’irai jusqu’au bout.

Mais qu’est ce que c’est que cet épouvantail? Et qui êtes-vous ?

Je suis Mhaza, le Démon en Plastique! Bouhouhou!

Wuhanza. Quel nom bizarre! Et pourquoi tu es habillée comme ça ?

TOC TOC

Entrez. Ah ! Maman Mchangama, je vous reconnaît maintenant!. Mais pourquoi êtes-vous indignée  et êtes-vous déguisée comme ça? Qu’est-ce qu’il vous arrive?

Mais c’est moi! Maman Mchangama, Et si je suis habillée comme ça, c’est parce que je suis indignée et très fâchée!

Si je me suis déguisée en «Démon en Plastique c’est parce que nous sommes tous colonisés par les sachets en plastique! Ces sachets ont envahis nos foyers ainsi que notre environnement. Venez faire un tour aux environs de la corniche, vous y trouverez des amas de sacs en plastique que les gens jettent sans réfléchir. Il faut que vous fassiez quelque chose pour éviter cela, je vous rappelle que nous vous avons élue pour vous occuper de nous et de tous les problèmes du village.

Du calme Maman Mchangama. Je sais tout ça. Vous êtes mes électeurs et je vais m’occuper de ce sérieux problème!

Alors agissez vite Madame la Maire! Le sujet est extrêmement grave. Les ordures jetées au bord de la mer polluent la côte et représentent des centaines de sacs en plastiques qui détruisent notre environnement et nous tuent à petit feu. Rien que la semaine dernière, j’ai trouvé des morceaux de plastique à l’intérieur du poisson que j’ai acheté au marché. A l’avenir si on ne fait rien, nous finirons par pisser du plastique!

Oui, vous avez raison, il faut vite agir. Les conséquences sont nombreuses et désastreuses. Je viens justement de recevoir un rapport de l’Alliance Mondiale contre le Changement Climatique qui est formel et confirme que les sacs en plastique jetés en mer étouffent les coraux. Ils causent la mort des tortues et des poissons et diminuent de façon globale la productivité des zones côtières. Ces sacs en plastique participent à la disparition des poissons habituellement pêchés par les mamans, voilà une des causes principales de la diminution de la pêche côtière! Et je ne parle même pas de l’image de pollution que cela donne au yeux de tous avec des sacs partout le long du littoral, sur les plages, les mangroves et les récifs. Les Comores ressemblent à une poubelle éventrée!


Et bien, vous voyez, je ne suis pas la seule à dire que c’est un désastre!

Et vous n’avez pas tout entendu! Le plus dangereux, c’est que la destruction des récifs coralliens met en péril notre village et nos champs!

A cause des sacs plastiques?

Oui, mais de façon indirecte car les sacs plastiques détruisent les récifs coralliens qui nous protègent contre les tempêtes qui vont être de plus en plus fréquentes avec le changement climatique! Et comme vous le savez, quand il y a de fortes tempêtes, les maisons comme la vôtre au bord de la mer, souffrent énormément. Sans la barrière de corail et avec des vagues ncore plus fortes, ce seront les maisons, les routes, les bâtiments qui vont souffrir.

Mais c’est une vraie catastrophe! Il faut que nous empêchions cela tout de suite!

et l’eau salée de la mer risque d’inonder les champs, empêchant les cultures de pousser à cause du sol salé...

Allons le rencontrer là-bas.

Allo, allo, Baba Djalou, oui c’est moi La Maire. Est-ce que je peux vous voir maintenant? Ok ! Faites vite alors. On se trouve à la corniche derrière le marché du village.

Vous avez raison! J’appelle tout de suite le Président du groupement des importateurs des dérivés pétroliers. Les sacs plastiques et les tissus que nous jetons dans la mer causent l’étouffement et la destruction de notre environnement marin, en particulier la mort de la barrière corallienne qui nous protège des tempêtes qui seront plus fréquentes et plus fortes à cause du changement climatique. Et, en plus, sans l’habitat de reproduction et de cachette des petits poissons que sont les récifs coralliens, les poissons vont disparaître et nous ne pourrons plus pêcher dans notre village!

Voilà les raisons pour lesquelles je vous ai convoqué ici Monsieur Mbaba Djalou. C’est pour parler ensemble des problèmes causés par l’utilisation des sacs en plastique. Maman Mchangama, ici présente, se bat avec force et raison contre l’utilisation des sacs en plastique. Il est plus qu’urgent de l’accompagner dans son combat car c’est un danger qui nous concerne tous. Elle est venue me voir pour trouver une solution et comme vous êtes le responsable du groupement des importateurs de dérivés pétroliers, donc les sacs en plastique, vous êtes directement concerné.


Je réalise pleinement le danger que représentent les sacs en plastique pour notre environnement. Je dois vous dire que nous avons plusieurs fois réfléchi à importer des sacs biodégradables, mais ils sont plus chers et les magasins veulent économiser chaque centime! Alors que proposez-vous de faire?

J’ai récemment lu un rapport rédigé par des experts en environnement et ils préconisent de mener une campagne qui consiste à interdire l’importation de sacs plastiques qui ne soient pas biodégradables et soutenir d’autres alternatives aux sacs plastiques tels que les paniers traditionnels en feuilles de cocotier et les sacs en tissus recyclés ou tout autre matière biodégradable.

Mais qu’allons-nous faire de tous les sacs que nous avons en stock? Si vous les interdisez, nous allons perdre beaucoup d’argent!

Hum, c’est vrai...

Je sais que ce n’est pas facile... Peut-être que vous pourriez bénéficier d’une période de transition de 3 mois au cours de laquelle les commerces seront obligés de vendre les sacs plastique à 2 francs pièce au lieu de les donner gratuitement. Et ils devront aussi informer les clients que bientôt les sacs plastiques non biodégradables seront interdits. Comme ça la transition sera plus douce parce que la population est informée en avance de solutions alternatives prévues pour faciliter la mise en œuvre de cette nouvelle politique..

Ca me semble jouable et je crois que si nous parlons aux radios et la télévision et que nous distribuons des affiches expliquant que les sacs sont interdits pour protéger la nature et pour nous protéger, nous les comoriens, alors le fait d’abandonner ces sacs sera bien accepté et probablement, le gouvernement à son tour appuiera l’initiative en subventionnant les sacs biodégradables en supprimant les taxes d’importation comme on le fait dans plusieurs pays. Très bien! Madame la Maire, pensez-vous qu’il serait possible de faire passer une proposition de loi portant «l’interdiction de la production, importation, commercialisation et distribution des emballages et sachets plastiques non biodégradables» lors de la prochaine session parlementaire?

Tout à fait! Ce texte doit aussi bannir tout déversement d’emballages et sacs plastiques dans les rues et les lieux publics, en ville et à la campagne, dans les égouts ainsi que dans les cours d’eaux et en mer. Et comme ça, nous serons protégés! De plus, comme je suis très amie du Ministre de l’environnement, je vais plaidoyer pour mettre en œuvre la loi au niveau national et ainsi interdire les sacs en plastique sur toutes les Comores!

C’est fantastique! Je vais profiter de l’occasion pour ouvrir un négoce artisanal de fabrication de corbeilles avec des matériaux locaux et de sacs en matières recyclées!

Et moi, je vais lancer le Groupement des Fabricants de Corbeilles Ecologiques des Comores!, le GFCEC, et vendre des corbeilles dans tout le pays!

Et bien Mbaba, on peut dire que tu ne perds pas le nord, la loi n’est pas encore publiée et tu es déjà en train de monter un commerce avec les corbeilles!

ha ha ha ha !!!

La famille Mchangama - La pollution plastique  
La famille Mchangama - La pollution plastique