Page 1

Bulletin d’information de l’Ambassade du Mexique

Éditorial Monterrey est le siège du Forum universel des cultures. Cette rencontre internationale se déroule tous les quatre ans. Elle réunit des citoyens du monde entier. Plus de mille événements ont été organisés pour réfléchir et proposer des solutions à des enjeux globaux tels que la paix, l’éducation, la connaissance et la protection de la planète. Le Mexique Aujourd’hui consacre un numéro spécial à cet événement d’envergure mondiale. Parque Fundidora, Monterrey.

A la suite des inondations sans précédent qui ont frappé l’Etat du Tabasco durant une dizaine de jours, le gouvernement du président Felipe Calderón Hinojosa a coordonné l’ensemble des actions visant à pourvoir aux besoins les plus pressants des communautés touchées ainsi qu’à la reconstruction des zones sinistrées. Le gouvernement mexicain a en outre décidé d’accepter les offres d’aide internationale. En ce sens, une série de comptes bancaires ont déjà été mis à la disposition des personnes et des gouvernements qui souhaiteraient faire des dons. (Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site internet de l’ambassade : www.sre.gob.mx/ francia) Face à ce désastre national, la priorité est de venir en aide aux populations affectées et de garantir l’approvisionnement en eau potable afin de prévenir les risques d’épidémie. Le président Felipe Calderón, qui s’est déplacé dans la zone inondée, a qualifié ces intempéries comme étant l’une des « pires catastrophes naturelles dans l’histoire du Mexique », et a appelé ses concitoyens à la solidarité nationale. Contribuent à ces actions de mobilisation l’ensemble des ministères mexicains, la marine

Un Forum tourné vers l’avenir Réflexions sur la complexité humaine Révolution et révélation dans l’art mexicain Monterrey, capitale mondiale des idées Plus d’un million de visiteurs Carlos de Icaza Ambassadeur du Mexique en France Rédacteur en chef : Eduardo del Río Traducteurs : Aurélien Talbot, Dina Carvalho Collaborateurs : Rafael Cervantes, Jaime Moreno Villarreal, José Poblano

www.sre.gob.mx/francia

ISN 1952-8566

> 1 novembre 2007

aux inondations dans l’Etat du Tabasco

et l’armée de l’air acheminant des médecins, des vivres, des médicaments et des équipements de secours. Des convois de camions et des hélicoptères participent également aux opérations tout comme 7.500 membres des forces de sécurité qui ont été dépêchés sur place.

> no. 84

>Forte mobilisation face




>Un Forum au regard

tourné vers l’avenir

> Le Forum universel des cultures Monterrey 2007 constitue une opportunité extraordinaire de vivre la diversité culturelle dans un climat de paix, propice à la connaissance et au plaisir esthétique.

Grâce à ses infrastructures remarquables, Monterrey – la grande ville industrielle du nord du Mexique – s’est transformée en une capitale culturelle américaine. On y trouve, en effet, de nombreux musées, théâtres, une cinémathèque et

>Réflexions sur la

complexité humaine C’est précisément au Parque Fundidora que s’est ouvert le Forum avec une Rencontre mondiale interreligieuse, qui a réuni des leaders et des fidèles de différentes croyances, dans le cadre d’un dialogue dont le but était de favoriser, à partir de la foi, l’avènement d’un monde plus juste, plus pacifique et plus durable. La présence de 480 personnalités éminentes du monde de la science, de la pensée politique, de la littérature et des arts constitue un des grands atouts de cette fête mondiale. Parmi les figures les plus remarquables qui donnent des conférences et participent aux débats, mentionnons Adolfo Pérez Esquivel, prix Nobel de la paix 1980, le leader bouddhiste tibétain Geshe Sopa, l’écrivain Mario Vargas Llosa, l’urbaniste espagnol Oriol Bohigas, le théologien catholique brésilien Leonardo Boff et le scientifique mexicain Mario Molina, prix Nobel de chimie 1995.

certaines des institutions d’enseignement supérieur les plus prestigieuses du pays. Mais c’est sans nul doute le Parque Fundidora – un immense ensemble de bâtiments consacrés à l’art et au divertissement s’élevant au milieu de grands espaces verts – qui représente le lieu emblématique de ce Forum. Il abrite trois centres d’art, deux grands auditoriums, quatre théâtres, un stade de sport, un jardin botanique et un grand centre d’expositions.

Les débats autour de l’éducation, de la connaissance, de l’innovation technologique, de l’urbanisme et de l’écologie sociale ont particulièrement capté l’attention du public. D’autres questions ont suscité de grandes polémiques, notamment autour des politiques culturelles, des droits de l’homme et de la justice. Les rencontres sur le travail, la compétitivité et le développement régional commenceront au mois de novembre. Dans le domaine des sciences humaines, Mario Vargas Llosa a participé, vendredi 19 octobre, à un éloge de la littérature, au cours duquel il a déclaré : « Nous sommes les seuls êtres de cette planète, et de l’univers connu, capables de déjouer les limites naturelles de notre condition, lesquelles nous condamnent à n’avoir qu’une vie, qu’un seul destin, qu’un seul état. » Il a ainsi réaffirmé l’importance de la fiction dans la vie des hommes : « La fiction – a-t-il expliqué – est l’autre réalité de l’être humain. La liberté existe grâce à la fiction, car sans elle, l’aventure humaine aurait connu les limites de la vie animale. »

> numéro spécial

L’esprit qui anime le Forum est celui de la participation, du dialogue ouvert entre différents acteurs de la société, en vue de construire un héritage favorisant un changement de mentalité et la compréhension des problématiques auxquelles nous sommes confrontés en tant que citoyens du XXIe siècle.




>Révolution et

révélation dans l’art mexicain Par Jaime Moreno Villarreal Dans le cadre du Forum universel des cultures, le Musée d’art contemporain de Monterrey (MARCO) a inauguré le projet « Sala México ». Il s’agit-là d’un espace consacré aux expositions permanentes d’art mexicain provenant des musées et des collections particulières les plus importants du pays. Située au rez-de-chaussée de ce beau musée créé par l’architecte Ricardo Legorreta, la Sala México accueillera deux grandes expositions par an, pour une durée de six mois chacune. « Révolution et révélation », première exposition proposée par la Sala México, parvient avec succès à rendre compte de la richesse et de la variété de l’art pictural mexicain au cours de la première moitié du XXème siècle. Elle comprend des œuvres de grands maîtres mexicains, dont José María Velasco, Germán Gedovius, Saturnino Herrán, Roberto Montenegro, Dr. Atl, Diego Rivera, Alfredo Ramos Martínez, María Izquierdo et Rufino Tamayo. Cette manifestation sera ouverte pendant toute la durée du Forum et jusqu’au mois de mars 2008. L’exposition cherche à témoigner du profond contenu historique de l’art mexicain, en révélant les changements politiques, sociaux et idéologiques qui ont donné naissance au Mexique moderne. Les différents mouvements artistiques – du naturalisme à l’art abstrait, du symbolisme au nationalisme – contribuent à mieux comprendre la complexité de cette période qui a été reconnue par certains critiques comme étant « la Renaissance mexicaine ». Dans le but de diffuser les idées esthétiques et pour contribuer à l’analyse et à la compréhension des œuvres exposées, neuf critiques et écrivains ont été invités à partager, à travers des textes brefs accessibles au public, leurs lectures et des commentaires très détaillés et instructifs. Parmi ces auteurs figurent l’universitaire Fausto Ramírez, le romancier et dramaturge Hugo Hiriart, le commissaire d’exposition Juan Carlos Pereda, l’historien Gutierre Aceves, les critiques Sylvia Navarrete et Gonzalo Vélez, ainsi que les poètes David Huerta, Myriam Moscona et Luigi Amara. Abordant le thème de Rufino Tamayo, Luigi Amara dit : « Son œuvre, limpide et vitale (ce n’est pas pour

rien si Villaurrutia l’a qualifiée de solaire), constitue un exercice perpétuel pour la renaissance de l’œil, une sorte d’inquisition plastique des choses qui finit par les transfigurer et qui, comme peu d’autres certainement, parvient à ce déphasage – cette révélation – qui consiste à les contempler comme s’il s’agissait de la première fois ». Pour sa part, Sylvia Navarrete, lors de son analyse de l’huile La puerta estrecha (1936) de Carlos Mérida, affirme : « On oublie souvent que Carlos Mérida a été le pionnier de l’art abstrait au Mexique », et met l’accent sur ce joyau qui fait partie d’une exposition hébergeant des œuvres de grande envergure rarement ou jamais exposées auparavant. Parmi les quelques cinquante œuvres qui peuvent être admirées, un groupe se détache, celui représentant le passage du XIXème au XXème siècle. L’une des œuvres les plus remarquables représente un paravent composé d’ex-voto, laquelle a été réalisée par le « peintre du peuple », Hermenegildo Bustos. Mais, on y trouve également des pièces de peintres de la fin du siècle. Une des œuvres qui revêt un intérêt particulier est celle du paysage à l’huile sans date de Joaquín Clausell, intitulée Río con piedras, laquelle fait preuve d’une maturité. Le critique Gonzalo Vélez voit en elle une allégorie : « Y contrastent la turbulence du courant qui est resté derrière et la sérénité du fleuve lorsque arrivent les eaux au premier plan. Si le fleuve représente une métaphore du temps qui passe, l‘image peut être interprétée comme l’abandon d’une jeunesse emballée, dans ce cas il s’agirait de passion politique, en faveur d’un havre de tranquillité spirituelle ». L’auteur nous rappelle ainsi que Clausell, poursuivi par le régime de Porfirio Díaz, s’exila à Paris. Vers 1896, il se lia d’amitié avec Claude Monet et fut l’introducteur de l’impressionnisme dans l’art mexicain. L’exposition « Révolution et révélation » permet au visiteur du Forum universel de découvrir un trésor de l’art mexicain et justifie la place que la ville de Monterrey a gagnée de plein droit en s’affichant comme l’une des capitales culturelles du pays.

> numéro spécial

Au Musée d’art contemporain de Monterrey




mondiale des idées

Du 20 septembre au 8 décembre 2007, Monterrey ouvre ses portes au débat. Le Forum universel des cultures a pour ambition d’être un lieu d’échanges d’émotions et de contenus en vue de promouvoir la reconnaissance mutuelle dans le respect et la dignité. Cet événement cherche à faire de la parole un instrument d’écoute et de conversation avec nos semblables ainsi qu’un moyen d’apprentissage important. Parmi les principaux thèmes abordés dans le cadre de ce forum des idées, citons la diversité culturelle, considérée comme un trésor vivant et renouvelable qui garantit la survie de l’humanité. Mentionnons aussi la connaissance, envisagée comme un outil indispensable à l’origine du bien être et de son développement. La paix et la durabilité sont deux axes significatifs des activités de ce forum qui attire un public venu du monde entier. À travers des dialogues centrés autour de douze lignes directrices, d’expositions artistiques et de plusieurs types d’expressions culturelles, le Forum universel des cultures souhaite attirer l’attention des gens sur les possibilités qui nous sont données de mettre en avant ce qui nous rend à la fois égaux et différents.

>Plus d’un million

de visiteurs

La barre d’un million vingt-cinq mille visiteurs a été franchie un peu plus d’un mois après l’ouverture de la manifestation. La grande variété des événements proposés a constitué un des grands attraits de ce Forum, autour de trois axes thématiques : dialogues, expositions et expressions culturelles. Quarante trois pays ont participé aux dialogues et rencontres mondiales. Des conférences ont été diffusées dans 997 universités, dont 9 locales, 188 mexicaines et 800 latino-américaines. Des thèmes comme la diversité culturelle, la durabilité, la paix et la connaissance ont réussi à retenir l’attention des visiteurs. Parmi les grands événements culturels que le Forum a accueilli, citons l’exposition « Frida », pour fêter le centenaire de la naissance de Frida Kahlo au Musée d’art contemporain de Monterrey, l’exposition « Bouddha, Trésors de la compassion », venant du Musée de Pékin, et l’extraordinaire installation de figures d’argile à taille humaine, représentant 2 501 migrants, de l’artiste Alejandro Santiago, originaire de Oaxaca.

www.monterreyforum2007.org

AMBASSADE 9 rue de Longchamp 75116 Paris t. 01 53 70 27 70 f. 01 47 55 65 29 www.sre.gob.mx/francia SERVICE COMMERCIAL Bancomext 4 rue Notre-Damedes Victoires, 75002 Paris t. 01 42 86 60 00 CONSEIL DE PROMOTION TOURISTIQUE même adresse t. 01 42 86 96 13 N. Vert: 00 800 11 11 22 66 france@visitmexico.com INSTITUTO DE MÉXICO 119 rue Vieille-du-Temple 75003 Paris t. 01 44 61 84 44 www.mexiqueculture.org MAISON DU MEXIQUE Cité universitaire 9C boulevard Jourdan 75690 Paris cedex 14 t. 01 44 16 18 00 www.casademexico.org

Parque Fundidora, Monterrey.

SECTION CONSULAIRE 4 rue Notre-Damedes Victoires, 75002 Paris t. 01 42 86 56 20 CONSULATS HONORAIRES Barcelonnette t. 04 92 81 00 27 Bordeaux t. 05 56 79 76 55 Dijon t. 03 80 68 20 19 Fort-de-France t. 05 96 72 58 12 Lyon t. 04 72 38 32 22 Marseille t. 04 91 54 70 50 Monaco t. 00 377 93 25 08 48 Strasbourg t. 03 88 45 77 11 Toulouse t. 05 34 41 74 40 Le Havre t. 02 35 42 37 72

www.sre.gob.mx/francia

> numéro spécial

>Monterrey, capitale



Bulletin d’information de l’Ambassade du Mexique  

Le gouvernement mexicain a en outre décidé d’accepter les offres d’aide internationale. En ce sens, une série de comptes bancaires ont déjà...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you