Issuu on Google+

Revue de presse environnementale, semaine du vendredi 25 octobre au jeudi 31 octobre 2013. Thèmes : Biodiversité, Climat, Energie, Nucléaire, Transports, Pollution, Santé, Gouvernance. Abonnement : revuedepresse@hotmail.com BIODIVERSITE A Ajaccio, une vingtaine de pays appellent à préserver d'urgence la biodiversité marine (Le Monde, 27/10/13) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/27/a-ajaccio-une-vingtaine-de-pays-appellenta-preserver-d-urgence-la-biodiversite-marine_3503627_3244.html Une quinzaine de pays réunis à Ajaccio lors du 3e congrès mondial des aires marines protégées (AMP) ont réaffirmé leur volonté de « constituer d'ici 2020 un réseau complet et cohérent d'AMP couvrant 10% des océans ». L’appel insiste sur l’urgence d’agir et le besoin de mobilisation générale, en rappelant différents points : - moins de 3% des océans sont couverts aujourd'hui par des AMP - 64% de l'espace maritime est situé en haute mer, hors des juridictions nationales, ce sont donc des zones sans loi tant que le statut de haute mer fait l’objet de négociations internationales - l’Union européenne devrait prendre en compte la conservation de la nature dans sa “planification spatiale en mer” - la Convention pour la conservation de la faune et de la flore marines antarctiques qui fait du surplace depuis plusieurs années devrait réussir à trouver un accord entre ses différents membres. Cette journée d'échange a aussi été l'occasion de proposer plusieurs solutions innovantes comme celle des Seychelles qui propose d'échanger sa dette contre la création d'une vaste AMP autour de son archipel. Environnement : un nouveau parc naturel sur le bassin d'Arcachon (les Echos, 28/10/13) http://www.lesechos.fr/economie-politique/regions/aquitaine/0203092407140environnement-un-nouveau-parc-naturel-sur-le-bassin-d-arcachon-622859.php?xtor=RSS-2007 La création d'un sixième parc naturel marin sur le bassin d'Arcachon et la mise à l'étude d'un autre, autour du cap Corse, ont été annoncées par le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, lors du 3e Congrès mondial des aires marines protégées à Ajaccio. Le ministre a aussi annoncé que la France débloquera plus de 20 millions d'euros pour soutenir durant les deux ans à venir des projets de protection du milieu marin en Méditerranée, mais aussi dans le Pacifique ou dans les Caraïbes.


"La population de loups croît en France à un rythme de 20 % par an" (Le Monde, 25/10/13) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/24/la-population-de-loups-croit-en-france-aun-rythme-de-20-par-an_3502152_3244.html Le loup multiplie depuis mai les attaques dans les élevages ovins de l’Aube et de la HauteMarne. Réapparu en France en 1992, il est présent actuellement dans 24 départements, principalement dans les massifs montagneux, et compte environ 250 individus. La population croît à un rythme de 20% par an. Croissance des forêts, nourriture abondante (ongulés sauvages), statut de protection favorable, absence de concurrence avec d’autres espèces sont les facteurs qui expliquent cette croissance. Le loup est un animal qui peut vivre dans de nombreux écosystèmes différents et qui s’adapte á des milieux variés. Son régime alimentaire est composé à 75 à 90% d’animaux sauvages et à 10 à 25% d’animaux domestiques.

CLIMAT Quels sont les pays les plus vulnérables au changement climatique ? (Le Monde, 30/10/13) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/30/quels-sont-les-pays-les-plus-vulnerablesau-changement-climatique_3505094_3244.html + Près d'un tiers du PIB mondial proviendra en 2025 de pays climatiquement à risque (Les Echos, 30/10/13) http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/afp-00560299-presd-un-tiers-du-pib-mondial-proviendra-en-2025-de-pays-climatiquement-a-risque-etude623816.php?xtor=RSS-2007 Dans les dix prochaines années, un tiers de la production économique mondiale sera localisée dans les pays les plus durement frappés par le changement climatique. 67 pays ont ainsi été identifiés comme étant les plus exposés aux événements extrêmes liés au climat et ils représenteraient 31% du PIB mondial en 2025 contre environ 21% actuellement. Les 10 pays les plus exposés sont aussi parmi les plus pauvres (Asie du sud-est, Afrique subsaharienne, Amérique centrale). Une partie des économies mondiales les plus importantes et à la croissance la plus rapide devraient également être touchées (Asie du sud-est, Inde et Chine). En tout, plus de 4.5 milliards de personnes (64% de la population mondiale) vivent dans ces pays exposés. Les pays les moins à risque sont situés en Europe du Nord. Les pays du sud de l’Europe ainsi que les USA vont être plus fortement impactés mais ont une forte capacité d’adaptation (moyens financiers). Les villes les plus à risques sont des mégalopoles d’Asie du sud-est et les deux seules à être considérées comme à faible risque sont Paris et Londres. Proposition de la présidence de l'UE sur les émissions de CO2 (Les Echos, 29/10/13) http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/reuters-00560254proposition-de-la-presidence-de-l-ue-sur-les-emissions-de-co2-623608.php?xtor=RSS-2007 Selon des diplomates européens, la Lituanie, qui occupe la présidence de l'Union européenne (UE), a formulé une proposition en vue d'assouplir les règles prévues à partir de 2020 sur les


émissions de dioxyde de carbone (CO2) par les automobiles. Cette proposition, qui devrait satisfaire l'Allemagne et ses principaux constructeurs, a provoqué une certaine irritation à Bruxelles : Berlin avait déjà réussi en juin à faire suspendre le vote d'un compromis sur le sujet, pourtant soutenu par la plupart des Etats membres, par crainte que ses conséquences soient trop lourdes pour les modèles de luxe de constructeurs tels que Daimler et BMW La proposition de la Lituanie envisagerait l'introduction progressive jusqu'en 2022 de la limite de 95 grammes par kilomètres (g/km), et l'augmentation du nombre prévu de supercrédits, un mécanisme qui donne plus de souplesse aux entreprises. Ils permettent à un constructeur de continuer à construire ses véhicules les plus polluants pour autant qu'il en produit d'autres qui le soient beaucoup moins, comme les voitures électriques. Greenpeace sur la Tour Eiffel pour défendre ses militants (Les Echos, 26/10/13) http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/reuters-00559580greenpeace-sur-la-tour-eiffel-pour-defendre-ses-militants-622613.php?xtor=RSS-2007 Un militant de Greenpeace s'est brièvement suspendu dans une tente samedi à la Tour Eiffel, pour réclamer la libération d'une trentaine de membres de l'organisation détenus en Russie après une action sur une plate-forme pétrolière de Gazprom, dans l'Arctique. ENERGIE Pourquoi la France se chauffe au bois (Les Echos, 30/10/13) http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0203090450571pourquoi-la-france-se-chauffe-au-bois-623678.php?xtor=RSS-2007 Première source d'énergie renouvelable en France, le bois l'est encore pour longtemps. 4 millions de ménages l'utilisent comme combustible de chauffage, estime une étude de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). C'est 1,7 million de « convertis » de plus qu'en 2006. Si elle garde ce rythme, la France tiendra l'objectif fixé pour 2020 : celui de totaliser 9 millions de ménages chauffés au bois. Un foyer sur deux utilise le bois comme principale source de chaleur (contre 30 % en 2000) et près d'un sur quatre se passe de tout autre combustible. Une des raisons de cet engouement : la chaleur domestique produite par le gaz naturel coûte près de deux fois plus cher (11,7 centimes). L'écart de prix est encore bien plus élevé par rapport au chauffage électrique (16,5 centimes du kilowattheure). EDF et Veolia signent la paix des braves autour de leur filiale Dalkia (Le Monde, 28/10/2013) http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/10/28/edf-et-veolia-signent-la-paix-des-bravesautour-de-leur-filiale-dalkia_3503996_3234.html Après des années de bataille, EDF et Veolia vont signer le partage de leur filiale, Dalkia. L'accord, neutre financièrement pour les deux entreprises, prévoit qu'EDF reprenne les activités françaises de Dalkia tandis que Veolia récupèrera le volet international. EDF, qui réalise plus de la moitié de son activité en France, cherche à développer une offre de services énergétiques pour contrer son rival GDF-Suez et Veolia espère relancer sa croissance en se tournant vers l'international. La marque devient la propriété d'EDF mais Veolia a le droit de l'utiliser pendant encore 18 mois.


L'Algérie découvre un important gisement de pétrole (Le Monde, 28/10/2013) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/27/l-algerie-decouvre-un-importantgisement-de-petrole_3503633_3244.html La compagnie nationale algérienne d'hydrocarbures Sonatrach a découvert un nouveau champ de pétrole d'environ 1,3 milliard de barils qui sera développé dans 3 ou 4 ans dans le bassin d'Amguid Messaoud, dans le centre-nord de l'Algérie. Le ministre de l'énergie a expliqué que 50% des réserves de ce site devront être exploitées avec l'aide de la technique de la fracturation hydraulique. Cette découverte arrive après que le gouvernement algérien a décidé d'alléger la fiscalité dans ce secteur afin d'encourager les investissements des compagnies étrangères. Le projet énergétique de Jeremy Rifkin bienvenu chez les ch’tis (Libération 25/10/2013) http://www.liberation.fr/economie/2013/10/25/le-projet-energetique-de-jeremy-rifkinbienvenu-chez-les-ch-tis_942521 Vendredi, à Lille, Jérémy Rifkin, économiste américain et gourou de la troisième révolution industrielle, présentait les grandes lignes de son master plan pour la région Nord Pas de calais. Sa vision : Une société «décarbonée», avec des millions d’immeubles producteurs d’énergie, grâce au solaire ou à la géothermie, connectés entre eux, et capables de s’échanger les flux d’énergie selon leurs besoins. Cela permettrait de voir : - La fin du système centralisé, avec une centrale nucléaire en haut de la chaîne et les consommateurs en bas. - Une baisse de 60% de la consommation d’énergie régionale et une bascule vers une production 100% énergies renouvelables à l’horizon 2050. Entre autres, la région pourrait utiliser le potentiel des vides miniers, ce gruyère de galeries creusées dans le sous-sol du bassin minier : l’énergie solaire chaufferait l’eau stockée dans ces galeries pendant la journée, et il suffirait de la pomper pour la réutiliser dans les radiateurs le soir. Le conseil régional prévoit la construction de 600 bâtiments test. Ils seront les laboratoires pour créer l’immeuble intelligent de demain, capable de connaître sa consommation en eau, électricité ou gaz à chaque instant, de savoir combien de kilowatts/heure produit l’éolienne sur son toit, et de gérer son besoin éventuel en énergie supplémentaire en faisant appel au réseau intelligent auquel il est connecté. L’énergie solaire livrée en toiture (Libération 27/10/2013) http://www.liberation.fr/economie/2013/10/27/l-energie-solaire-livree-en-toiture_942711 L'électricité produite par les panneaux photovoltaïques équipant les immeubles n’est pas consommée sur place. Elle est intégralement vendue à EDF, qui est obligée de l’acheter à un tarif fixé sur vingt ans. Le projet de loi de programmation sur la transition énergétique (PLPTE), qui sera discuté en 2014, envisage d’aménager un cadre économique à l’autoconsommation. En moyenne, une maison peut ainsi couvrir de 20 à 40% de ses besoins. Mais la question de l’autoconsommation rejoint vite celle du stockage... Pour éviter de produire de jour (ou pendant les vacances), quand il n'y a personne dans les pièces, l’alternative consiste à promouvoir cette solution là où la consommation coïncide avec la production : bureaux, entrepôts… La région Aquitaine a lancé un appel à projets en ce sens.


Panneaux solaires : le cri d'alarme d'élus et de professionnels (Le Monde, 25,10.2013) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/25/panneaux-solaires-le-cri-d-alarme-d-eluset-de-professionnels_3503085_3244.html Des élus écologistes et des chefs d'entreprise de la filière photovoltaïque ont envoyé une lettre ouverte au gouvernement pour réclamer un « plan de sauvetage » du secteur. Depuis 2010, ce dernier a perdu plus de 10 000 des 30 000 emplois qu'il comptait en France, principalement à cause de la baisse drastique des tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque et de la concurrence des panneaux chinois à bas prix. Les mesures de soutien aux énergies renouvelables prises début 2013 tardent à porter leurs fruits, et les professionnels s'inquiètent de la révision du système des tarifs d'achat annoncée par le président Hollande. «On a adopté des gestes simples» (Libération 27/10/2013) http://www.liberation.fr/vous/2013/10/27/on-a-adopte-des-gestes-simples_942755 La ville de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) a lancé un défi «Familles à énergie positive». Concept : monter une équipe de quelques familles et tenter d’atteindre, globalement, au moins 8% d’économies d’énergie par rapport à l’hiver précédent, en changeant simplement des habitudes et en adoptant des gestes simples. Résultat : 12% d’économies en moyenne, ce qui représente en moyenne 200 euros en moins sur la facture. Au final, l’économie d’énergie de l’équipe gagnante a atteint 20%. Parmi les recettes : limitation des bains, isolation, équipement de bons robinets avec des mousseurs qui réduisent le débit d’eau, multiprises avec interrupteur branchées sur tous les ordinateurs, écran plat et les spots à led, diminution du chauffage d’un degré, etc. Le Groenland ouvre l'exploitation de ses mines de fer et d'uranium (Le Monde, 25.10.2013) http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/10/25/le-groenland-ouvre-l-exploitation-de-sesmines-de-fer-et-d-uranium_3502686_3214.html Pour la première fois de son histoire, le Groenland vient d'accorder à une compagnie britannique un permis d'exploitation d'un gisement de minerai de fer situé à 150 km au nord de la capitale, pour une durée de 30 ans. Le ministre de l'industrie et des minerais s'est félicité des redevances négociées par son gouvernement, qui devraient permettre à l'économie groenlandaise de se développer, au-delà des revenus de la pêche et des subventions versés par le Danemark (dont il est un territoire autonome). 1000 à 3000 personnes, majoritairement chinoises, sont attendues sur le chantier. Environ 400 emplois devraient revenir à des Groenlandais au plus fort de l'exploitation de la mine qui devrait produire 15 millions de tonnes par an. De plus, le Parlement groenlandais a abrogé l'interdiction qui pesait depuis 1988 sur l'extraction de l'uranium, ce qui pourrait faire du pays l'un des 5 premiers exportateurs au monde.


NUCLEAIRE Suisse-La centrale nucléaire de Mühleberg fermera en 2019 (Les Echos, 30/10/13) http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/industrie-lourde/actu/reuters-00560421-suissela-centrale-nucleaire-de-muhleberg-fermera-en-2019-623940.php?xtor=RSS-2007 L'exploitant de la centrale nucléaire de Mühleberg en Suisse a annoncé la fermeture de la centrale pour 2019 : "Investir dans l'exploitation des centrales à long terme occasionne des coûts importants. L'amortissement de cette exploitation est trop incertain étant donné les conditions économique, de réglementation et politique," La centrale a été mise en service il y a 41 ans. En Suisse, où environ 40% de l'énergie est issue du nucléaire, le gouvernement a abandonné la construction de nouveaux réacteurs nucléaires mais n'a pas entamé la fermeture des centrales du parc existant. Japon : les propositions du parti au pouvoir pour Tepco et Fukushima (Le Monde, 30/10/13) http://www.lemonde.fr/japon/article/2013/10/30/japon-les-propositions-du-parti-au-pouvoirpour-tepco-et-fukushima_3505156_1492975.html Une commission du parti libéral démocrate (PLD) au pouvoir au Japon recommande une scission de l’entreprise Tepco sur le plan financier (séparation des opérations à Fukushima et de l’opérateur de la centrale) en raison des défaillances affichées dans sa gestion des opérations de nettoyage de la centrale accidentée de Fukushima. Les membres du PLD souhaitent également la constitution d’une agence administrative indépendante. Tepco a déjà dépensé 27 milliards de dollars depuis l’accident et doit faire face à d’autres dépenses. Le processus de nettoyage du site pourrait prendre au moins trente ans et coûter plus de 100 milliards de dollars. Tepco a été nationalisée l’an passé, ce qui a provoqué des débats animés sur le devenir de la compagnie : elle a indiqué ne pas être mesure de s'exprimer sur son avenir et travaille pour le moment à une révision nécessaire de ses projets d'activités, n'ayant pas atteint ses objectifs financiers. En attendant, le gouvernement a promis de prendre en charge la responsabilité de la gestion des eaux contaminées. Washington réaffirme sa coopération avec Pékin dans le nucléaire (les Echos, 30/10/13) http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/industrie-lourde/actu/reuters-00560401washington-reaffirme-sa-cooperation-avec-pekin-dans-le-nucleaire-623923.php?xtor=RSS-2007 Bien qu'ayant réduit ses ambitions à la suite de la catastrophe japonaise de Fukushima en 2011, la Chine entend toujours porter sa capacité de production nucléaire à 58 gigawatts (GW) d'ici 2020, contre 12,6 GW actuellement. Les constructeurs de réacteurs comme le français Areva et l'américain Westinghouse sont clairement concurrents pour ces nouveaux contrats. Selon le secrétaire américain à l'énergie, Westinghouse est disposé à s'allier aux groupes chinois CNNC (China Nuclear Nuclear Corporation) et SNPTC (State Nuclear Power Technology Company) pour des appels d'offre en Grande-Bretagne. China General Nuclear Power (CGN), principal concurrent de CNNC, s'est déjà allié avec le français EDF pour la construction de deux réacteurs de troisième génération (EPR) dans le sud-ouest de la Grande-Bretagne, pour 16 milliards de livres sterling (18,9 milliards d'euros) ainsi que dans le sud-est de la Chine.


Areva signe un partenariat stratégique pour exploiter de l'uranium en Mongolie (Le Monde, 27/1013) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/27/areva-signe-un-partenariat-strategiquepour-exploiter-de-l-uranium-en-mongolie_3503630_3244.html L'entreprise française Areva a signé à Oulan Bator un accord de partenariat stratégique avec le groupe mongol Mon-Atom et l'entreprise japonais Mitsubishi Corporation pour l'exploitation de deux gisements d'uranium dans le sud-est de la Mongolie. Des groupes antinucléaires locaux ont critiqué cet accord, estimant que cette exploitation minière pourrait représenter un danger de contamination du sous-sol et des ressources en eau. Des accords de coopération entre la France et la Mongolie ont aussi été signés par les ministres des affaires étrangères, ils concernent des domaines aussi variés que l'agriculture, la culture, le sport, le tourisme et les visas. La centrale de Fukushima évacuée après un séisme (Le Monde, 25.10.2013) http://www.lemonde.fr/japon/article/2013/10/25/japon-seisme-de-6-8-au-large-defukushima_3503383_1492975.html Après un séisme de magnitude 7,1 dans l'océan Pacifique, un tsunami de faible ampleur a atteint la côte nord-est du Japon samedi 26 octobre. Il n'y a eu aucun dommage matériel ni humain, et aucune réplique d'ampleur du séisme. La centrale accidentée de Fukushima a été évacuée. Selon la télévision publique NHK, aucune montée des niveaux de radioactivité n'a été constatée dans la zone. Qui sont les quatre ex-otages d'Aqmi ? (Libération 29/10/2013) http://www.liberation.fr/monde/2013/10/29/qui-sont-les-quatre-ex-otages-d-aqmi_943253 Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret, les quatre otages français libérés mardi, avaient été enlevés à Arlit (nord du Niger), site d’extraction d’uranium le 16 septembre 2010. Daniel Larribe est employé par Areva. Marc Féret est employé chez Sogea-Satom (filiale de Vinci, sous-traitant du groupe nucléaire français Areva) sur le site d’extraction d’uranium d’Arlit. Thierry Dol est ingénieur travaux chez Vinci constructions. Pierre Legrand pour une filiale de Vinci sous-traitante d’Areva. C’est dans ce cadre qu’il est parti pour Imouraren (Niger), où se trouve une mine d’uranium d’Areva. Lettre ouverte aux députés pour un vrai débat sur la dissuasion nucléaire (Les Echos, 28/10/13) http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/air-defense/actu/afp-00559904-defense-lettreouverte-aux-deputes-pour-un-vrai-debat-sur-la-dissuasion-nucleaire-623100.php?xtor=RSS2007 Dans une lettre ouverte adressée lundi aux députés, Paul Quilès, ancien ministre socialiste de la défense, et deux spécialistes du dossier réclament un "débat de fond" sur les projets de modernisation de la force de dissuasion nucléaire française. Selon eux, malgré les bouleversements stratégiques survenus ces dernières années, "il n'en


demeure pas moins que notre arsenal de 300 ogives nucléaires (...) équivaut à celui du début des années 1980, période de la guerre froide".

TRANSPORTS La Turquie ouvre le premier tunnel sous le Bosphore pour relier l’Asie et l’Europe (Le Monde, 28/10/2013) http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/10/28/la-turquie-ouvre-le-premier-tunnel-sousle-bosphore-pour-relier-l-asie-et-l-eu_3503994_3214.html Avec beaucoup du retard par rapport au planning initial, le tunnel ferroviaire Marmaray, long de 14 km, qui relie les deux rives du détroit de Bosphore, a été inauguré mardi 29 octobre par les dirigeants turcs. D'un coût total dépassant l'équivalent de 2,17 milliards d'euros, son objectif est de fluidifier le trafic intercontinental entre l'Asie et l'Europe. Le passage entre les deux continents dure désormais quatre minutes, la capacité du tunnel est d'environ 75 000 personnes par heure dans chaque sens et cet axe ferroviaire sera connecté au métro. Le chantier avait été retardé car d'importants sites archéologiques ont été découverts et les excavations ont duré 8 ans. Un tunnel équivalent pour les voitures devrait être achevé en 2015. Ces ouvrages font partie de la politique urbaine du gouvernement turc critiquée au printemps lors des manifestations de la place Taksim.

POLLUTION La Chine se prépare á de nouveaux pics de pollution cet hiver (Les Echos, 30/10/13) http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/reuters-00560302-la-chinese-prepare-a-de-nouveaux-pics-de-pollution-cet-hiver-623819.php?xtor=RSS-2007 La Chine devrait connaître de nouveaux pics de pollution atmosphérique cet hiver en raison d'une pénurie chronique des approvisionnements en gaz naturel qui obligent les particuliers et les entreprises à se chauffer au charbon. Selon les estimations, la pénurie de gaz cet hiver pourrait être en augmentation de 10% par rapport à l'an passé, des usagers ayant changé de moyens de chauffage. Le gouvernement a annoncé qu'il allait relever le plafond d'utilisation du gaz naturel à 230 milliards de mètres cubes en 2015 soit plus du double de la consommation de 2010. Ce problème de santé publique est particulièrement criant dans le nord du pays, qui a utilisé le charbon comme première ressource énergétique pendant des décennies : l'espérance de vie y est de 5 ans inférieure à celle des habitants du Sud.


Australie : la Grande Barrière de corail menacée par les intérêts de l'industrie minière (Le Monde, 30/10/13) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/30/australie-la-grande-barriere-de-corailmenacee-par-les-interets-de-l-industrie-miniere_3505154_3244.html Les organisations de défense de l’environnement ont demandé la démission de deux des administrateurs du directoire du parc marin de la Grande Barrière de corail (l’organisme chargé de la protection de la Grande Barrière), suite à des conflits d’intérêts. Les deux hommes ont en effet des intérêts directs dans l’industrie minière du pays. Le ministre de l’environnement australien a ordonné l’ouverture d’une enquête. Lors d'une réunion du directoire consacrée à la construction de ports miniers sur le littoral de l’Etat du Queensland, les conseillers scientifiques du directoire avaient proposé d’interdire cette construction susceptible de dégrader la diversité côtière. Mais le directoire a finalement diffusé un communiqué taisant cet avis. La Grande Barrière de Corail (345 000 km² le long de la côte Est australienne) a déjà perdu plus de la moitié de ses coraux au cours des 27 dernières années sous l'effet de facteurs météorologiques, climatiques, et industriels. L'Unesco a, par ailleurs, récemment menacé de retirer la Grande Barrière de la liste du patrimoine mondial de l'humanité à la lumière des projets miniers dans la région. Chimirec : 8 mois avec sursis requis contre le PDG du groupe de traitement de déchets (Le Monde, 30.10.2013) http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/10/29/chimirec-8-mois-avec-sursis-requis-contrele-pdg-du-groupe-de-traitement-de-dechets_3504954_3224.html Huit mois avec sursis et 20 000 euros d'amende ont été requis par le tribunal correctionnel de Paris contre le PDG du groupe international Chimirec, spécialisé dans le traitement des déchets industriels, pour des fraudes sur l'élimination d'huiles polluées au pyralène. Jean Fixot et six de ses collaborateurs sont soupçonnés d'avoir éliminé de façon irrégulière des déchets par la dilution d'huiles polluées aux PCB (polychlorobiphényles) dans trois usines entre 2000 et 2006. L'entreprise aurait ainsi, selon l'accusation, cumulé des gains avec la revente des huiles, les économies réalisées sur le coût du traitement et les subventions de dépollution. Les PCB, interdits en France depuis 1987, sont des produits chimiques toxiques au contact et à l'inhalation, persistants, bioaccumulables dans l'organisme et l'environnement, considérés comme potentiellement cancérogènes. Six des sept prévenus sont aussi poursuivis pour faux et usage de faux, pour avoir modifié ou falsifié des rapports d'activité, des registres et des bordereaux de suivi industriel, afin de cacher la réalité à l'administration et à leurs clients. Chimirec a toujours contesté les faits.


SANTE Ondes : une commune des Hautes-Alpes veut créer la première zone blanche de France (Le Monde, 30/10/13) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/30/ondes-une-commune-des-hautes-alpesveut-creer-la-premiere-zone-blanche-de-france_3505660_3244.html Une petite commune des Hautes-Alpes (Saint-Julien-en-Beauchêne) a annoncé son souhait de créer la première zone blanche de France afin d’accueillir des personnes se disant hypersensibles aux ondes électromagnétiques. Elle pourrait accueillir une trentaine de personnes qui feraient l'objet d'un suivi médical, pour une durée limitée, dans un centre. Le site nécessite encore d’importants aménagements et pourrait voir le jour dans 2 ou 3 ans. Un test en présence de personnes dites électro-hypersensibles devrait avoir lieu en fin d'année afin de valider le projet. La possible hypersensibilité de personnes aux champs électromagnétiques fait encore débat.

GOUVERNANCE Notre Dame des Landes : le contrat de l’enquête publique qui viole le code des marchés publics (Invité : Reporterre, 29/10/13) http://www.reporterre.net/spip.php?article4918 La société retenue pour réaliser le dossier nécessaire á la déclaration d'utilité publique (DUP) du projet d'aéroport de Notre Dame des Landes en 2005 n'avait pas attendu l'avis officiel de l'administration pour commencer ses travaux. Or le code des marchés publics prévoit l’égalité de traitement des candidats á un marché public et la transparence des procédures. Devant des tribunaux, la question pourrait se poser d’une illégalité du contrat et donc de son annulation. La DUP se trouverait alors orpheline de son indispensable diagnostic de la faune et la flore. Ayrault sur l'écotaxe : "suspension n'est pas suppression” (Le Monde, 30.10.2013) http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/29/ayrault-suspend-la-mise-en-uvre-de-lecotaxe-sur-tout-le-territoir_3504798_823448.html François Hollande a finalement évoqué le dossier écotaxe, après l’annonce de sa suspension par Jean-Marc Ayrault à l’issue de la réunion entre le gouvernement et les élus bretons. Cette réunion avait lieu suite à un week-end marqué par des affrontements violents entre manifestants bretons et forces de l’ordre. Jean-Marc Ayrault a tenu également à préciser que cette suspension ne signifiait pas une suppression. Il a rejeté la responsabilité sur le gouvernement précédent et notamment Jean-Louis Borloo pour avoir mal préparé cette réforme débattue au moment du Grenelle de l’Environnement en 2007. Des mesures d'aménagement de l’écotaxe avaient été prévues, qui comportaient à la fois des mesures spécifiques d'exonération des poids-lourds utilisés par l'agriculture et la pêche partout en France ainsi que des mesures particulières pour les régions périphériques comme la Bretagne. Elles sont pour l'instant remisées dans la perspective de solutions plus globales.


Ecotaxe : ce que la France est en passe de manquer (Libération 30/10/2013) http://www.liberation.fr/economie/2013/10/30/ecotaxe-ce-que-la-france-est-en-passe-demanquer_943235 Dans les pays où la taxe kilométrique poids lourds est appliquée, comme en Allemagne, son impact est plutôt positif d'un point de vue environnemental sans pour autant mettre en difficulté les transporteurs. De son côté, la France enterre l’écotaxe poids lourds jusqu’à nouvel ordre. Pourtant, la taxe kilométrique poids lourds, facultative, découle de la directive européenne Eurovignette. Le principe : appliquer au fret routier les principes utilisateur-payeur et pollueur-payeur, et inciter les entreprises à utiliser, pour le transport de marchandises, des modes moins polluants que la route. Curieusement, deux tiers des Français approuvent la suspension. En plus de la Suisse, six pays de l’UE ont opté pour un système de tarification au kilomètre proche de celui que la France envisageait. Résultat : quelques 3 milliards investis dans les infrastructures routières lesquelles s’abîment 20 à 100 fois moins avec des voitures qu'avec des poids lourds, et un impact sur le prix au détail des marchandises limité (entre 0,1 et 0,2%). Autre effet indirect : le choix de modes de transport moins polluants, comme le fret ferroviaire et fluvial. Le coût pour la santé, à cause de la pollution provoquée par les poids lourds est, quant á lui, estimé à 45 milliards d’euros en Europe. Ecotaxe : le président de la région Bretagne veut faire payer la distribution (Le Monde, 25.10.13) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/25/ecotaxe-le-president-de-la-regionbretagne-veut-faire-payer-la-distribution_3502859_3244.html Le président du conseil régional de Bretagne, Pierrick Massiot (PS), a demandé à Matignon de faire peser l'écotaxe non pas sur les industriels (la filière agroalimentaire bretonne étant déjà en grande difficulté) mais sur la grande distribution. Selon lui, cette dernière contribuerait largement aux difficultés des industries bretonnes en réduisant les marges des fournisseurs et en profitant du crédit d'impôt compétitivité, qu'il faudrait d'ailleurs réorienter. Issue du Grenelle de l'Environnement en 2007, l'écotaxe est un impôt voté en mai 2013 qui devrait s'appliquer à partir du 1er janvier 2014 et rapporter 750 millions d'euros par an à l'Etat. Les ONG furieuses (Les Echos, 30/10/13) http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0203096957916-les-ongfurieuses-623756.php?xtor=RSS-2007 "Après l'absence de mesures sur le diesel dans le budget 2014 et le flou sur la future loi sur la transition énergétique, les ONG se lâchent sur la nouvelle reculade du gouvernement. Elles ne se privent pas de dire tout haut ce que la plupart des élus EELV pensent tout bas de la suspension de l'écotaxe, c'est-à-dire le plus grand mal. Une décision qu'elles considèrent comme un nouvel aveu de faiblesse du gouvernement, incapable de résister à la pression des lobbies." Innovation scientifique : la parole aux citoyens (Libération 29/10/2013) http://www.liberation.fr/sciences/2013/10/29/innovation-scientifique-la-parole-auxcitoyens_942949


Réponse d'un collectif de chercheurs à une tribune récente, intitulée «La France a besoin de scientifiques techniciens», où quatre personnalités politiques (Robert Badinter, Jean-Pierre Chevènement, Alain Juppé et Michel Rocard) s’inquiétaient de l’évolution des relations de la société française avec les «sciences et techniques» (notamment avec les OGM, les ondes électromagnétiques, les nanotechnologies, le nucléaire, les gaz de schistes). Deux thèmes dans cette réponse : - La nécessité du contrôle de la société sur les développements scientifiques - L'absence de véritable débat citoyen sur des projets de grande ampleur. A Vesoul, l'agglomération enraye l'urbanisation massive (Le Monde, 24/10/13) http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/24/etalement-urbain-l-agglomeration-devesoul-a-reduit-de-60-ses-zones-constructibl_3502491_3244.html Les terres agricoles et naturelles perdent tous les sept ans une surface équivalente à celle d'un département moyen à cause de l’étalement urbain. Pour cette raison, la ministre du logement Cécile Duflot a créé un projet de loi, actuellement en commission au sénat, qui transfère les plans locaux d’urbanisme (PLU) des mairies aux intercommunalités. Ce projet de loi provoque l’émoi de nombreux maires (même si la signature des permis de construire reste leur compétence exclusive). Les communes d’une centaine d’intercommunalités s'étaient déjà lancées dans la « coélaboration » de l’urbanisme depuis plusieurs décennies, à l’origine pour attirer les entreprises. À Vesoul, malgré cette antériorité, lors de la révision du PLU en 2011, les plans proposés par les 19 maires étaient surdimensionnés. La mise en commun a permis de réduire de 60% les ambitions d’urbanisation et de redonner de la cohérence au document. Cela a valu un avis favorable des agriculteurs. Les maires des communes rurales ont plus difficilement accepté la démarche.


Revue de presse environnementale 31-10-2013