Issuu on Google+

� 4 solidarité L’accueil familial pour adultes � 6 investissement 375 ME pour l'Aisne � 9 éducation Des travaux cet été dans les collèges � 16 culture Objectif UNESCO � 22-23 portraits La création au féminin 191 Juillet/Août 2012/ le magazine du Département de l’Aisne

www.aisne.com

L'effet Center Parcs


2

sommaire

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

4-9 actualité > > > > > >

L’accueil familial des aînés et personnes handicapées Economie : le troc de compétences à la mode CDAP : 375 millions d’euros pour l’Aisne A la découverte du Casteloscope Des mamies au pair sur la toile Un label handicap pour le club de pentathlon moderne de Saint-Quentin > Des travaux cet été dans les collèges

10 environnement

> Découvrez les chiroptères le 25 août à Géodomia > Zoom sur la mission érosion

11 tourisme

> Maison familiale : en vacances à Monampteuil > Le Familistère de Guise en 3D

17-21 dossier - Center Parcs de l'Aisne Cinq ans après l'inauguration de Center Parcs, une étude mesure l'impact des dépenses de ses clients à l'extérieur. A découvrir en chiffres et en illustrations.

12 expression 13-16 culture

> L’année 42 au Musée de la Résistance et de la Déportation de Tergnier > Vers Solidaires : un festival, des actions humanitaires > La Mordue : un album dans les bacs > Objectif UNESCO : trois paysages axonais dans la course

17-21 dossier Center Parcs de l’Aisne : quel impact ?

22-23 portraits

> Un mariage très pro > "Dorothée Ossart" : une marque est née ! > Martine Appert donne le la

24 un temps d'avance Transport, bourses scolaires… les services en ligne sur aisne.com

25 histoire

Alain Nice nous raconte "La guerre des Partisans"

26-29 territoire

Saint-Quentin, à la croisée des chemins et des arts

30-31 rendez-vous Théâtre, expos, concerts...

32 l'image

Le concert de l'été du Conseil général

Le magazine du Conseil général de l’Aisne n° 191 de Juillet/Août 2012 / 240 000 exemplaires / Conseil général de l'Aisne - rue Paul Doumer 02013 Laon Cedex - Secrétariat Journal l'Aisne 03 23 24 86 99 - Fax : 03 23 24 62 84 / contact@cg02.fr / www.aisne.com Directeurs de la publication : Yves DAUDIGNY / Philippe MIGNOT - Responsable communication : Pascale CARTEGNIE - Rédacteur en chef : Laure MICHAUX Rédaction : Pascale CARTEGNIE / Laure MICHAUX / Sabine ISRAEL / Jessyca VALADIER / François-Xavier DESSIRIER - Webmaster : Marie GOURLIN - Photos : François-Xavier DESSIRIER - Illustration dossier : Etienne NOEL / Yéti création graphique - Réalisation graphique : Christian JOMARD / Service communication Conseil général de l’Aisne - Secrétariat : Annie BEAUVILLAIN - Imprimerie : Groupe MORAULT - Distribution : ADREXO Imprimé sur papier 100% recyclé


édito 3

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Des investissements ambitieux “L’audace réussit à ceux qui savent profiter des occasions” affirmait Marcel Proust. En se saisissant de l’opportunité d’accueillir un Center Parcs sur son territoire le Département a fait un pari osé… mais gagnant. Il a fallu investir pour accueillir ce complexe touristique aux abords du lac de l’Ailette. 36% de visiteurs supplémentaires pour l’Aisne, 2,4 millions de nuitées vendues, 388 000 visiteurs et 20 000 séminaristes en une année, un impact économique des dépenses extérieures des visiteurs estimé à 7 millions d’euros annuels… les retombées économiques du Center Parcs sur l’activité touristique, le commerce, l’artisanat, sont aujourd’hui mesurées et incontestables.

Yves DAUDIGNY Sénateur de l’Aisne Président du Conseil général

Le Center Parcs génère de l’activité touristique : les visiteurs sortent du domaine de l’Ailette pour découvrir la Ville de Laon et sa cathédrale, mais aussi le Chemin des Dames et son Musée, la Caverne du Dragon. Il crée également de l’activité économique : entretien, maintenance, achat de mobiliers,… nos commerces et artisans sont sollicités régulièrement par Center Parcs. Conseiller général du canton de SainsRichaumont, Vice-Président du Conseil général chargé des sports, est décédé accidentellement le vendredi 1er juin. Il s’était totalement impliqué dans le mandat que lui avaient confié ses concitoyens, avec compétence, conviction, avec rigueur, mais surtout, avec un enthousiasme qui lui donnait une grande force de conviction et lui permit de mener à bien nombre de dossiers délicats. Michel Lefèvre, à travers le canton de Sains-Richaumont et la commune de Rougeries, dont il était Maire, travaillait à inscrire les territoires ruraux dans l’avenir de la France. Il en était un digne représentant. Il était notre collègue à toutes et à tous. Pour beaucoup, il était un ami. Parce que la vie ne s’arrête pas, nous poursuivrons les travaux qu’il avait initiés, comme la démocratie nous y appelle. Mais il reste présent dans nos esprits. Nous adressons à sa famille, à ses proches, nos vives et chaleureuses condoléances et la sincérité de notre respect.

Cet équipement est un atout pour notre territoire parmi d’autres : en cette période de crise, le Conseil général a pris un engagement fort, maintenir l’investissement pour dynamiser l’activité économique et soutenir l’emploi. Il mène un programme d’investissement ambitieux, tourné vers l’avenir, porteur Un pari d’une action publique au service de tous.

osé… mais gagnant.

Des investissements structurants pour le territoire sont programmés sur la période 2008-2013 : 143 millions d’euros mobilisés par le Département auxquels s’ajoutent 100 millions d’euros de la Région Picardie pour financer 36 opérations structurantes pour le territoire axonais.

Moderniser les axes routiers, soutenir le développement numérique du département, multiplier l’offre d’équipements de loisirs, … Conseil général et Conseil régional agiront de concert, avec le concours de l’Etat, de l’Europe et des collectivités locales pour générer 375 millions d’euros d’investissements dans des domaines variés (voirie, culture, formation, économie, aménagement du territoire, sports et loisirs). Ces projets concrets, indispensables au développement de notre territoire et à son inscription dans l’avenir, seront réalisés. C’est notre engagement. Nous le tiendrons.

Michel Lefèvre,


4

actualité

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

social

Alors que l’espérance de vie s’allonge, des solutions alternatives à l’entrée en résidence s’offrent à nos aînés et aux personnes handicapées. L’accueil familial est de plus en plus sollicité. Esquéhéries

L’accueil familial : pensez-y Les aînés de plus de 60 ans et les adultes handi- heures sur 24 et accepter de partager sa vie quocapés sont les deux publics concernés par l’accueil tidienne, ce qui nécessite l’adhésion des proches. familial. Le principe : l’accueilli vit au sein d’une Seules 10 à 15% des demandes aboutissent”. A famille, tout en conservant son autonomie. Il rému- l’heure actuelle, les 73 accueillants familiaux disnère l’accueillant et dispose de sa propre chambre. posent de 113 places. Il est accompagné dans les actes de la vie quotiDepuis 2002, accueillants et accueillis sont liés dienne mais conserve une vie sociale directement par un contrat de travail. “normale” : il reçoit des soins à domicile Les accueillis font appel au service 113 places ainsi que des visites de ses proches. Il “Accueil familial” pour remplir leur participe à tous les événements de la dans l’Aisne rôle d’employeur. “Nous les aidons à vie de la famille (sorties, anniversaires, réaliser des fiches de paie ou à sollicietc.). ter des aides financières”. Ce service assure égaleCette solution est une alternative à l’entrée en éta- ment le suivi médico-social de l’accueilli par le biais blissement. “Cette formule coûte six fois moins de visites, programmées ou impromptues. “Nous cher. La demande est en hausse constante. Dans vérifions par exemple que les médicaments sont une famille, l’aîné a la possibilité de jardiner ou de bien donnés chaque jour. Le bien-être physique et cuisiner si cela fait partie de ses passe-temps” sou- moral de l’accueilli est notre priorité” conclut Mme ligne Murielle Lécuyer, directrice du service “Accueil Lécuyer. familial” au Conseil général de l’Aisne.

“Une vocation” Sabrina Lamotte, 32 ans, accueille deux personnes handicapées adultes. Ayant été élevée avec un petit frère présentant un handicap, elle est particulièrement sensible à la question du bien-être des personnes handicapées. “J’ai suivi une formation avant d’embrasser la même carrière que ma mère : accueillante familiale”. Sabrina a sollicité il y a deux ans un agrément pour une personne adulte handicapée mentale. “Je souhaitais qu’elle puisse nous accompagner lors de nos sorties”. A l’heure actuelle, la famille Lamotte accueille Sophie, 19 ans, et Marie-Christine, 57 ans, toutes deux salariées d’un ESAT (établissement et service d’aide par le travail). “Nous prenons les repas tous ensemble. Sophie passe beaucoup de temps avec notre fils, à jouer aux jeux vidéos, et Marie-Christine préfère jardiner en ma compagnie”. Le week-end les deux pensionnaires participent aux sorties et réunions familiales. “Malgré la différence d’âge elles sont très complices”.

Pour exercer, les accueillants doivent obtenir un agrément du Département. “Ne devient pas assistant familial qui veut. Il faut être disponible 24

contact 03 23 24 60 14 Conseil général / Accueil familial Mmes Lécuyer et Brebion

Micheline, Raynald, Mireille et Michèle (de gauche à droite) sont heureuses d’avoir choisi l’accueil familial.

“Les stimuler un maximum”

Ressons le Long

Raynald Monchaux, 59 ans, a obtenu son premier agrément en 2005 après avoir travaillé trente années en hôpital comme aide-soignante. “J’avais l’impression de ne pas avoir assez de temps pour m’occuper correctement des patients. J’ai pris ma retraite anticipée pour me lancer dans cette aventure”. Dans sa coquette maison de Ressons le Long elle accueille trois personnes âgées : Mireille (61 ans) et Michèle (62 ans) depuis 2006, et Micheline (64 ans) depuis deux ans. Elles souffrent de diverses pathologies qui se traduisent par un handicap mental. “Je dois les accompagner au quotidien pour leur toilette, le linge, la nourriture”. L’après-midi est consacré aux loisirs. “J’essaie de les stimuler un maximum pour éviter la dégradation de leur état de santé, de les faire lire, de leur parler de politique, mais par exemple jardiner s’avère trop difficile”. Mme Monchaux et ses pensionnaires ne regrettent pas leur choix. “Je me sens bien ici. C’est un peu un petit chez moi” résume Mireille. Depuis son arrivée, cette dernière remarche sans déambulateur. Tout est dit.


économie Thiérache

actualité

Troc de compétences

Des séniors d’une entreprise A mis au service d’une entreprise B gratuitement pour quelques heures…

Recruté en janvier 2011 par la METS (Maison des entreprises de Thiérache et de la Serre), Dominique Delache est chargé de l’animation de la plateforme collaborative STEP. Ancien formateur au Greta, ce sénior a travaillé durant trente années dans la grande distribution. Son objectif : constituer un fichier de l’offre et de la demande pour ensuite mettre en corrélation les besoins exprimés et les compétences proposées par les séniors. Dernièrement, il a rencontré les entreprises intéressées pour analyser leurs besoins et, à l’inverse, les compétences qu’elles peuvent proposer aux autres entreprises. Il les accompagnera ensuite dans leurs échanges. “C’est un système donnant-donnant, une entreprise donnera quelques heures mais recevra en retour”. Les besoins et ressources répertoriés sont variés :

Saint-Gobain

Un goût de SEL

Dominique Delache : un sénior à l’écoute des besoins des entreprises de Thiérache.

utilisation d’un logiciel informatique professionnel, gestion des expéditions en zone Europe, utilisation d’une caisse informatisée, apprentissage de la pose du béton ciré, etc. Une quinzaine d’entreprises est entrée dans le dispositif. “Elles constatent toutes un manque d’offre de formations de courte durée et très ciblées sur le territoire”. Les avantages sont nombreux pour les entreprises participantes : valoriser ses séniors, identifier ses compétences, bénéficier d’un regard extérieur à l’entreprise, renforcer la coopération entre les entreprises de Thiérache, se former sur place, etc. Les premiers échanges pourraient intervenir avant l’été. Si l’expérience est concluante en Thiérache et sur le bassin de Troyes, les deux territoires expérimentaux, le STEP pourrait ensuite être déployé à l’échelle nationale.

rens. M. Delache (METS) 03 23 91 36 50

Le STEP est un cousin éloigné des SEL (systèmes d’échanges locaux) en pleine expansion chez les particuliers partout en France.

Le principe : une personne A intervient chez une personne B, par exemple pour remplir sa déclaration d‘imposition. La personne B apportera à son tour son aide à une tierce personne, par exemple pour une initiation à l’informatique. L’objectif : créer du lien social entre les habitants tout en favorisant l’entraide et l’échange de savoir-faire. Le tout évidemment sans dépenser un centime ! Un SEL est en cours de constitution à Saint-Gobain. Un catalogue des demandes et propositions sera créé ainsi qu’une unité de valeur (remplaçant l’euro) pour comptabiliser les échanges au sein du “SEL gobanais”. Chaque séliste donnera de son temps mais recevra en retour.

rens. http://www.selidaire.org

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

La champignonnière s’étend Située sur la RN2 à Crouy, la Champignonnière La Perrière, créée en 1987, augmente sa capacité de production afin de faire face à la concurrence venant d’Europe de l’Est. Un bâtiment neuf de 580 mètres carrés sera opérationnel cet automne. Cet investissement permettra de créer 10 CDI et d’améliorer les conditions de travail des salariés. Champignons de Paris et pleurotes sont les deux produits phares cultivés dans ces carrières, en sous-sol.

Zoom sur un nouveau système d’échange de compétences expérimenté en Thiérache. STEP : séniors - territoire emploi - performance. Un nom bien complexe pour désigner un concept simple : l’échange de compétences entre entreprises. En résumé : des séniors salariés font gratuitement profiter d’autres entreprises de leur expérience. Les entreprises de toute taille sont concernées ainsi que les commerçants et artisans.

5

Les inscriptions sont ouvertes sans limite géographique. Contact : seldugobanais@hotmail.fr

Bourse aux locaux Aisne Développement publie sur internet la liste des bâtiments d’activités vacants de l’Aisne, proposés à la vente ou à la location, par des acteurs privés ou publics. Désormais, un emailing est envoyé aux contacts et prospects pour les informer des nouvelles opportunités de reprise de bâtiments d’activités. Ce nouvel outil de prospection devrait renforcer l’efficacité de la bourse aux locaux. L’an passé, 15 bâtiments ont été repris grâce à la bourse pour 60 000 m2.

Une plafeforme pour recycler Le bâtiment appartenant à Picardie Matériel (Laon) a été cédé à une filiale de Derichebourg Environnement, l’entreprise ECO PHU. Ce site deviendra une plateforme de transit pour les déchets d’équipements électriques électroniques (D3E) en provenance des collectivités, des déchetteries et des grandes surfaces. Ces déchets seront ensuite envoyés vers les centres de traitement du groupe pour y être démontés et recyclés. Six emplois sont créés dans un premier temps.


6

actualité

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

investissements Le dojo départemental de Tergnier, qui sort de terre, est financé par le Département à hauteur de 1 million d’euros.

CDAP : Contrat de Développement Aisne Picardie. Ce partenariat entre le Conseil régional et le Conseil général accompagne la réalisation de 36 opérations structurantes pour le territoire axonais. Financé à hauteur de 100 ME par la Région et de 143 ME par le Département, ce contrat couvre la période 2008-2013 et générera 375 ME d’investissements grâce au soutien d’autres collectivités, de l’Etat et de l’Europe.

375 millions d’euros pour l’Aisne Signé en 2008, le CDAP entre dans une nouvelle phase suite à la signature d’un second avenant le 26 mars 2012. L’objectif : prendre en compte des ajustements budgétaires ou des reports, ajouts ou annulations d’opérations. Six volets d’actions ont été identifiés pour un coût total de 375 ME. Routes : 166,6 ME Les opérations envisagées visent l’amélioration de la sécurité et de la fluidité du trafic sur les axes structurants du département. Des déviations d’agglomération sont réalisées à Fresnoy le Grand (23 ME) et Bruyères et Montbérault (4,6 ME) et en cours à Chauny (5 ME). La priorité est donnée à l’aménagement de la RN2 (77,9 ME au total), avec la déviation de Villers-Cotterêts et la mise aux normes sécurisation de la traversée de la forêt de Retz et du carrefour RN2/RD1044.

Economie : 8,6 ME Une étude est lancée concernant la rénovation de la voie ferroviaire Saint-Quentin/ Origny-Sainte-Benoîte (91 500 E). Elle est utilisée par l’usine Tereos pour le transport d’éthanol. Des aménagements complémentaires ont été apportés au pôle d’excellence européen du trot à La Capelle (599 230 E pour des équipements vidéo et sono). Deux projets d’ampleur sont dans les starting-blocks : la réouverture à la navigation du Canal de la Sambre à l’Oise (8 ME) et la construction du siège du pôle Industrie et Agro Ressources à Laon (zone du Griffon).

Aménagement du territoire et développement durable : 119,9 ME Une inscription importante a été votée cette année : le SDAN (Schéma directeur d’aménagement numérique). Menées par le Conseil général, les premières opérations de ce plan prioritaire d‘un montant de 55,8 ME ont été lancées. Dans le cadre du plan collèges, un volet HQE (haute qualité environnementale) a été ajouté générant un surinvestissement, notamment au titre de la maîtrise des dépenses énergétiques (4,5 ME). Le fonds de réhabilitation des collèges est quant à lui doté d’une enveloppe de 42,37 ME pour la réhabilitation de divers établissements. Enfin, les véloroutes et voies vertes sont en plein développement sur tout le territoire (10,6 ME).

Formation : 13,6 ME Dans le domaine des services à la personne, l’accent sera mis sur la professionnalisation de l’aide à domicile, en particulier en faveur des personnes âgées et handicapées. Un plan départemental sera mis en œuvre (6 ME). La Région et le Département soutiendront le regroupement de l’INSSET et de l’IUT de Saint-Quentin. Les locaux seront réaménagés (7,6 ME).

Sports et loisirs : 31,4 ME Le CDAP confortera l’offre en équipements

sportifs et de loisirs sur tout le territoire. La construction du dojo départemental à Tergnier (6,1 ME) est en cours ainsi que les premières études pour la création d’une Maison départementale des sports et de la vie associative (100 000 E). Le développement du parc résidentiel de loisirs de Monampteuil se poursuit avec l’aménagement des prairies en vue de préserver les espaces naturels (183 000 E). Une seule nouvelle inscription cette année : la construction d’un espace aquatique à Château-Thierry (15 ME).

Culture et patrimoine : 35,4 ME A l’approche du centenaire de la Grande Guerre, le Conseil général a défini un programme d’investissements structurants pour le Chemin des Dames (15,8 ME) : réaménagement et extension de la Caverne du Dragon, Musée du Chemin des Dames ; création à Craonne d’un centre de conférence et d’accueil de groupes ; installation d‘un observatoire sur le plateau de Californie ; modernisation du jalonnement du Chemin des Dames. Parmi les autres projets de grande ampleur : le financement de la cité de la musique et de la danse de Soissons au parc Gouraud (17 ME), la réhabilitation de la Porte de Laon à Coucy-le-Château (146 000 E), l’aménagement du site de l’Abbaye de Vauclair (141 900 E), la création à Laon d’un Centre de conservation du patrimoine (2,3 ME).

www .aisne.com


à découvrir

actualité

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Une maquette lumineuse, un film, des visites, spectacles et animations… Le vieux château est mis en valeur pour attirer les touristes.

sur la toile

Le Casteloscope dévoilé

Mamies au pair

Ouvert depuis peu

sur le site du Vieux Château, le Casteloscope est un espace de médiation historique racontant l’évolution du château médiéval, de ses origines à nos jours. Aménagé dans l’ancien relais, le bâtiment est revêtu de pin et de murs végétalisés.

© Service communication Ville de Château-Thierry

Les touristes pourront y découvrir une maquette de l’édifice, longue de 4 mètres et en 3D. Elle est synchronisée au film : des ampoules s’allument pour éclairer la partie de l’édifice évoquée. Le documentaire, d’une durée de 10 minutes, permet de comprendre l’évolution de cette forteresse surplombant la ville. “L’objectif est de raconter l’histoire du château de manière ludique et attractive” soulignent les créateurs, archéologues et historiens, François Blary et Sébastien Ziegler.

7

ChâteauThierry

Après les “filles au pair” découvrez les “mamies au pair” ! Le concept arrive d’Allemagne : un sénior vient à domicile pour garder des jeunes enfants. Ce service est proposé aux familles par le biais d’un site internet avant-gardiste.

Ce nouvel outil touristique a été conçu avec le concours d’entreprises et d’artistes locaux pour les menuiseries, les éclairages, le scénario, le film, le texte, les vitraux extérieurs, etc. Depuis le 1er juin, le Casteloscope est ouvert gratuitement aux visiteurs, chaque jour de 14h à 17h30.

www.mamieaupair.fr a été créé par Françoise Longa, une Laonnoise de 54 ans mère de trois enfants qui souhaite mettre en relation des retraités, hommes ou femmes, souffrant de solitude, et des familles à la recherche d’un mode de garde alternatif, permettant de créer des liens intergénérationnels.

contact 03 23 83 51 14 www.chateau-thierry-tourisme.com

en chiffres Le Casteloscope (53 000 E) a été financé à parité par la Ville et l’Europe. L’ensemble du projet de valorisation et de restauration du château (928 581 E) est quant à lui subventionné par le Conseil Général (185 000 E), la Communauté de Communes de la Région de ChâteauThierry (185 000 E), l’Europe via le FEADER (370 000 E) et la Ville (188 581 E).

La famille et le sénior seront suivis à chaque étape (mise en relation, réalisation de fiches de paie, médiation en cas de mésentente, etc.). Les offres d’emploi sont déposées et consultées sur le site. www.mamieaupair.fr

Collecte de déchets en ligne

Le château médiéval s’anime La fauconnerie équestre est de nouveau à l’honneur sur le site médiéval. Entre histoire et féérie, rapaces, chevaux et humains assurent le spectacle. La compagnie Hippogriffe accueille le public tous les jours, sauf le jeudi, jusqu’au 30 septembre, pour des moments de rêve, de fascination, tout autant que de pédagogie. L’animal mythique et emblématique de la troupe, l’hippogriffe, prend vie et entraîne chevaux et oiseaux dans un ballet magique, pour le plaisir des petits comme des grands. La Ville de Château-Thierry proposera quant à elle des concerts “Château piano”. Rendez-vous est donné dans le fossé sec à 18 heures le dimanche 12 août avec Paloma Kouider et le dimanche 19 août avec François Dumont, deux pianistes de renommée internationale. Renseignements en mairie au 03 23 84 86 86.

© Service communication Ville de Château-Thierry

Une maquette illuminée avec animation sonore pour raconter l’histoire du Château.

Spectacle magique et impressionnant de fauconnerie équestre.

Nouveauté : le Groupe picard DUCAMP, spécialiste de la gestion des déchets, propose aux particuliers, professionnels et collectivités de commander en ligne toutes les prestations pour la collecte et le traitement des déchets, la vidange et le nettoyage de cuves, la location de bennes. Tous les déchets sont concernés y compris l’amiante et les déchets issus des curages des fosses septiques ou de nettoyage de cuves à fuel. Après avoir rempli votre panier et effectué en ligne votre paiement sécurisé, l’intervention sera planifiée sous 7 jours. Les prestations sont proposées dans les départements couverts par les filiales du Groupe Ducamp, dont l’Aisne grâce à une implantation à Saint-Quentin. www.vos-dechets.com


8

actualité

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

rendez-vous 7 et 8 juillet

Soissons : Vents en fête Rencontre internationale de cerfs-volants. Compétition open, démonstration de cerfsvolants, terrains de vol libre, char à cerf-volant. Samedi de 14h à 18h et dimanche de 10h à 18h à l’hippodrome, parc Saint-Crépin. Rens. 03 23 59 69 12

14 juillet

Ambleny : course 10 km - RDV à 10h, salle polyvalente. Rens. 06 48 19 35 09 ou www.plaisirdecourir.fr

15 juillet

Grandrieux : course pédestre de 14km organisée lors de la Fête du Val de Serre. Départ 10h après retrait des dossards et transport en bus des coureurs. Distances restreintes pour les plus jeunes. Rens. 03 23 98 50 39 ou http://associationtact.canalblog.com 22 juillet Montigny-Lengrain : 11,5 km Départ de la salle des fêtes à 10h. Rens. 03 23 05 62 43

12 août

Acy : 9 km - RDV à l’église à partir de 10h. Rens. 06 48 19 35 09

25 août

Fontenoy : La Bretillot. Course et trail en nocturne. RDV au terrain de football à partir de 21h. Rens. 06 48 19 35 09

26 août

Hirson : raid des Trois rivières 4 circuits VTT de 20, 40, 60 et 80 kms et 2 circuits marche de 5 et 10 kms. RDV salle Michel Carpentier à 7h30. Rens. 03 23 58 52 02 ou cointe.ch@orange.fr

sport

Salué pour son action en direction des personnes handicapées, le club de pentathlon moderne saint-quentinois est l’un des six clubs axonais à avoir reçu le label Handicap “Ensemble, soyons sport en Picardie”.

Soyons sport

SaintQuentin

Conjuguer pratique sportive

et handicap : un challenge en apparence audacieux que le club de pentathlon moderne de Saint-Quentin n’a pourtant pas hésité à relever alors même que le club créé en 2006 compte parmi les structures sportives les plus jeunes du département. “Quelles que soient ses aptitudes, chaRedécouvrir les plaisirs de la natation. cun doit pouvoir retrouver des réflexes naturels qui vont lui permettre d’aller vers athlètes en situation de handicap suivent ses entraîle meilleur de lui-même” explique Ludovic Pon- nements : Nina a 9 ans et souffre d’un “spina bifithieu, créateur du club, entraîneur diplômé et cer- da”, Inès a 13 ans, elle est trisomique, Aurélien, 28 tifié qualification handisport. “L’idée directrice dans ans est infirme moteur cérébral suite à un accident notre club est d’offrir une pratique sportive à tous de voiture. Ancien maître nageur, c’est avec le club et de faire évoluer valides et non valides de pentathlon qu’il a pu retrouver les ensemble.” Rappelons que le pentathlon du grand bassin. Dernier inscrit Moteur, joies moderne permet d’expérimenter un panel en date, Lucas, 13 ans, souffre d’une de techniques et de sensations très large visuel maladie orpheline. du fait qu’il regroupe cinq disciplines : et auditif, Si la stratégie pédagogique veut que vanatation, tir au pistolet, escrime, équitalides et non-valides évoluent ensemble, tion et course à pied. De quoi combler les trois aspects elle implique aussi une approche spéplus curieux en matière de défis sportifs. en donnant par exemple peu de du handicap cifique Dans une ambiance très familiale, le club consignes verbales mais des directions saint-quentinois accueille aujourd’hui 35 spatiales, en insistant sur la répétition licenciés, des jeunes de 6 à 18 ans dont les excel- et la démonstration, en utilisant des méthodes vilents résultats ont permis à la structure d’être pré- suelles et les sensations kinesthésiques. sente aux derniers championnats de France. Quatre En remettant le Label Handicap, la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale et le Comité régional olympique sportif de Picardie récompensent un travail de fond effectué par le club qui prouve que le pentathlon moderne dans ses cinq disciplines est adapté à tous types de handicap : moteur, visuel et auditif.

contact 06 87 39 71 79

1 septembre er

Moÿ de l’Aisne : course 10 km. Plusieurs épreuves proposées. RDV au centre socioculturel à 13h30 - Rens. 03 23 07 86 77 ou andrelize@orange.fr

Le label Handicap vient récompenser les efforts du club.


éducation

Plan Collèges : pas de vacances !

actualité

9

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Retour en images

L’été est la période propice aux chantiers de rénovation et de reconstruction dans nos collèges. Tour d’horizon des grosses opérations prévues pendant les prochaines vacances. La cloche a sonné,

les élèves vont laisser place aux ouvriers ! Le plan Collèges est toujours à l’œuvre, depuis sa mise en place en 2006 par le Conseil général. L’objectif : remettre à niveau l’ensemble du parc des collèges (soit 47 établissements sur 57), dans un temps assez réduit, en prenant en compte les nouvelles exigences en matière de respect de l’environnement (performance énergétique) et les nouvelles réglementations (accessibilité des personnes handicapées).

Plus de 500 marcheurs se sont retrouvés le 16 avril à 5h du matin à Craonne pour la marche du souvenir en mémoire des Poilus tombés lors de l’offensive Nivelle de 1917. Veillée musicale et illumination de la nécropole de Craonnelle ont clôturé la journée.

Jean Mermoz - Laon La reconstruction de cet établissement est la plus grosse opération menée dans le cadre du plan Collèges (23,5 ME en trois phases). En septembre 2011, élèves et professeurs ont pris possession des locaux pédagogiques et administratifs (1re phase). A la rentrée de Pâques, les salles de technologie et la Segpa (section d’enseignement général et professionnel adapté) ont été livrées. En septembre 2012, les élèves pourront profiter de la demi-pension qui sortira de terre cet été (3e phase).

Marie de Luxembourg La Fère Une lourde rénovation est en cours : la demi-pension et l’externat (bâtiments pédagogiques) dans l’ancien bâtiment Napoléon. Montant de l’opération : 3,3 ME.

Georges Cobast - Hirson 2,9 millions d’euros sont alloués à ce chantier de rénovation comprenant la mise aux normes de la cuisine, le remplacement de 400 fenêtres et des façades sur une grande partie du bâtiment en vue d’en améliorer l’isolation.

A Hirson, 400 fenêtres ont été remplacées.

Les travaux débutés en janvier s’étalent sur une année, en présence des élèves.

Le Contrat de développement Aisne Picardie (CDAP) est entré dans une nouvelle phase avec la signature d’un second avenant le 26 mars dernier. Retrouvez tous les détails page 6.

le chiffre

183 ME

C’est le budget global consacré au Plan collèges initié en 2006 par le Conseil général. Au 31 décembre 2011, 84 ME avaient été dépensés sur cette enveloppe. La dernière grosse opération financée concernait le collège Anne Franck d’Harly : 2,7 ME pour le ravalement, la construction d‘une cuisine, le réaménagement du préau. Les travaux se sont achevés fin 2011. En 2012, le Conseil général consacrera 19 ME au Plan Collèges. 5,7 ME étaient consommés fin avril.

La bourse aux plantes et semences organisée le 15 avril à Géodomia a réuni les passionnés de botanique pour une journée sous le signe de l’échange. Expériences, bons conseils, plants et graines, rien à vendre, rien à acheter, que du troc !


10

environnement

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Animal énigmatique, mal connu et mythifié, la chauve-souris est menacée. Géodomia propose le 25 août une nuit spéciale pour découvrir ce petit mammifère.

Dans l’Aisne, on dénombre 21 espèces de chauves-souris sur les 31 connues en France.

Opération chauves-souris Non, les chauves-souris ne s’accrochent pas dans les cheveux, ne sucent pas le sang et ne détruisent ni la toiture ni l’isolation ! Elles jouent en fait un rôle important dans l’équilibre des écosystèmes, en contribuant par exemple à la régulation des populations d’insectes, et sont d’excellents indicateurs de la qualité de notre environnement. Pourtant, même si elles sont classées espèce protégée, il existe un risque qu’elles disparaissent. En effet, leurs populations diminuent fortement depuis quelques années et l’activité humaine (utilisation de pesticides, exposition à de nombreux polluants, modifications paysagères) est la cause principale de ce déclin. Depuis 2008, les chiroptères (autre nom donné aux chauves-souris) font donc l’objet d’un plan de restauration national. Dans l’Aisne, et dans toute la région picarde, c’est l’association Picardie Nature qui est en charge de la coordination de ce projet avec

l’aide du Conservatoire d’espaces naturels de Picardie et de l’Office National des Forêts. Etudes des sites d’hibernation et de chasse, inventaires et recherches de colonies sont effectués tout au long de l’année par l’association afin d’en apprendre davantage et ainsi mieux protéger et préserver la vingtaine d’espèces présente dans le département. C’est pour initier le public aux mystères de cette petite bête et balayer les préjugés que Géodomia participe à la 16e nuit européenne de la chauve-souris le 25 août. Exposition, diaporama et balade nocturne avec détecteurs à ultrasons vous permettront d’observer les chiroptères mais aussi les papillons de nuit grâce à des pièges lumineux.

rens. 03 23 80 32 20

A Géodomia le 25 août dès 21h. Inscription obligatoire. www.geodomia.fr

L’Aisne est un département touché chaque année par l’érosion des sols suite à de fortes précipitations. Depuis 1999, avec le dispositif “mission érosion” le Conseil général de l’Aisne est engagé aux côtés de la Chambre d’agriculture pour lutter contre ce phénomène. Conduite par la Chambre d’agriculture, et soutenue financièrement par le Conseil général via les CDDL (Contrats départementaux de développement local), la mission érosion intervient auprès des collectivités dans le cadre de l’élaboration des documents d’urbanisme pour prévenir l’érosion. Après chaque sinistre, elle recherche des solutions pour réduire les coulées de boue. “La mission érosion travaille sur trois axes : le conseil, la sensibilisation et l’information des collectivités et des agriculteurs” explique Stéphanie Ambrosino chargée de mission à la Chambre d’agriculture. La première démarche de la mission érosion consiste dans bien des cas à instaurer une dynamique de concertation entre les différents acteurs locaux : les agriculteurs, la collectivité et parfois le syndicat de rivière. Les exploitants agricoles n’ont aucune obligation quant à la mise en place d’aména-

Lutter contre l’érosion gements pour limiter les coulées de boue. “Nous sensibilisons les agriculteurs à la rotation et au sens des cultures. Chacun a son rôle dans la lutte contre l’érosion. Les discussions fonctionnent bien même si ce n’est pas un sujet simple à traiter” constate Cécile Pochet, en charge du dossier au sein de la direction de l’environnement du Conseil général. La Chambre d’agriculture favorise en priorité la mise en œuvre de petits travaux d’aménagement comme l’installation de haies, de diguettes, de bandes enherbées, de fascines (petits barrages faits de fagots de saules). Objectifs : limiter la vitesse de l’eau, retenir les particules de terre et réduire ainsi les

coulées boueuses. Quand ces mesures ne suffisent pas, un bureau d’études spécialisé intervient pour la mise en place d’équipements plus lourds tels que des bassins de rétention ou des zones d’écrêtement de crue. Ils sont dimensionnés à partir de simulations informatiques qui croisent les caractéristiques physiques des bassins versants et la pluviométrie locale. “Les résultats de la sensibilisation sont là, mais le risque zéro n’existe pas et l’exception ne peut pas toujours être maîtrisée” conclut Cécile Pochet.

rens. Chambre d’agriculture Maison de l’agriculture 1 rue René Blondelle 02000 Laon 03 23 22 50 75


tourisme

11

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Monampteuil

Maison familiale, vacances réussies !

Passer de vraies vacances près de chez soi : c’est possible à la “Ferme du Château” à Monampteuil. la Ferme du Château a été aménagée dans un ancien corps de ferme en pierre. L’établissement dispose de 24 chambres (51 couchages), et offre les mêmes prestations qu’un hôtel (salle de bain privative, linge fourni sur demande, accueil de nuit, etc.). Les clients, en pension complète ou demipension, prennent leur repas dans la salle à manger commune. Côté loisirs, la maison familiale est bien équipée : piscine couverte et pataugeoire surveillées en haute saison, spa, restaurant avec terrasse, terrain de pétanque, trampoline, etc. En saison, des navettes gratuites sont à disposition pour profiter de la base de loisirs Axo’plage, tout à côté. “C’est comme un centre de vacances mais version famille” résume Dominique Létoffé directeur de l’association “La Ferme du Château”. L’accent est mis sur l’accueil et le bien-être des parents avec leur(s) enfant(s). “Ici les parents peuvent retrouver leurs enfants et avoir du temps pour jouer avec eux. Les chambres ne sont volontairement pas équipées de télévision. Après le repas du soir des animations sont proposées afin de passer un moment tous ensemble autour de

Les clients viennent passer des moments privilégiés en famille.

Infos pratiques jeux de société ou lors de soirées à thème” explique Virginie Mercier, responsable de l’accueil. L’établissement, qui appartient à l’association “Familles rurales”, offre la possibilité aux parents de souffler un peu grâce au “club enfant”, encadré par des animateurs diplômés du BAFA. L’occasion pour les parents de s’offrir une journée à la découverte du patrimoine local, de s’essayer aux activités nautiques de Cap’Aisne à Chamouille ou encore de profiter d’une pause bien-être et détente (massages, soins beauté…) au sein de la maison familiale. Même si la priorité est donnée aux familles,

L’établissement est labellisé “VACAF” (label vacances CAF), “tourisme et handicap” (pour les 4 formes de handicaps) et “Clé verte” (respect de l’environnement).

l’établissement accueille également des groupes, des séminaires d’entreprise, des randonneurs ou des personnes en déplacement professionnel. Les voisins ne sont pas oubliés : des fêtes d’anniversaire sont organisées pour les enfants jusqu’à 10 ans.

contact Ferme du Château 03 23 23 48 49 www.la-ferme-du-chateau.fr

Jusqu’alors axé sur Utopia (le projet de rénovation du Familistère de Guise), le site internet du Familistère fait peau neuve et met en lumière l’utopie réalisée. Graphisme, ergonomie, contenus multiples : tout a été refondu afin de rendre ce site plus attractif et accessible. Guise

familistere.com

Pour les futurs visiteurs,

toutes les données pratiques figurent sous les onglets “votre visite” et “pratique”. Pour les étudiants, les passionnés d’histoire ou le grand public, le nouveau site a mis l’accent sur l’interactivité avec la nouvelle rubrique “Découvrir le Familistère” qui permet de parcourir virtuellement l’ensemble des bâtiments et d’accéder aux plans en 3D. Par exemple : l’internaute sélectionne le pavillon central et découvre les données sur son origine et ses changements jusqu’à aujourd’hui, photos à l’appui. Cette rubrique complète de façon vivante la rubrique historique à retrouver dans l’onglet “Le Familistère”.

Autre nouveauté, “l’espace partagé” : les internautes y déposent photos et documents, en rapport avec le Familistère et partagent leurs impressions. L’onglet “ressources” recense quant à lui les catalogues et objets des expositions du musée. Enfin la rubrique “agenda” donne accès au calendrier des événements culturels au Familistère (spectacles, ateliers, représentations théâtrales) et l’onglet “magasin” ouvre la porte de la boutique virtuelle où sont vendus les produits dérivés (la vaisselle, le linge et les livres des éditions du Familistère). Plus pratique et plus clair, le nouveau site du Familistère s’inscrit bien dans son époque. Couplé aux réseaux sociaux Facebook et Twitter, il pourra fédérer et informer une large communauté.

contact 03 23 61 35 36 / www.familistere.com

© Anne-Sophie Flament

Ouverte en 2007,


12

expression

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Obligation prévue par la loi de 2002 relative à la démocratie de proximité. Les propos publiés ci-dessous le sont sous l’entière responsabilité de leurs auteurs.

Il y a bien trop longtemps que la gauche n’avait pas été aux

Souvent, nous avons rappelé l’impérieuse nécessité de pouvoir soutenir le

commandes de l’Etat : quelle belle victoire que celle de François Hollande !

monde économique et l’ensemble des forces vives de notre département.

Notre pays va enfin revivre dans un esprit apaisé, de justice, de fraternité et

Maintenant, nous allons pouvoir continuer à travailler plus sereinement et

d’égalité, de développement plutôt que d’austérité et de fracture sociale. Un

croire plus que jamais au développement économique de notre territoire.

climat beaucoup plus digne nous aidera à mener

Nous savons que les collectivités locales seront enfin entendues et écoutées

à bien nos missions de service public, entravées

dans un souci d’une gestion juste et humaine.

Une belle et grande victoire qui redonne espoir

par tant de mépris de la part de la droite au pouvoir. La solidarité retrouve tout son sens et les personnes en situation difficile, stigmatisées auparavant, regagnent toute leur dignité. A maintes reprises, nous avons mis en évidence

la nécessité du maintien de ce service au public dans notre département si rural où les territoires ont besoin, plus qu’ailleurs, d’être épaulés, accom-

Nous ne pouvions clore cette tribune sans rendre un hommage à notre collègue et ami, Michel Lefèvre, Conseiller général de Sains Richaumont, décédé tragiquement le 1er juin dernier. C’était un homme généreux, un homme d’action, un grand défenseur du monde rural et du service public. Nous nous associons à la douleur de sa famille et saluons la mémoire d’un homme que l’engagement au service des autres a toujours guidé.

pagnés dans leurs projets, où les personnes fragilisées par la crise doivent pouvoir compter sur des élus de proximité en phase avec la réalité du terrain, avec les acteurs sociaux et les personnels éducatifs dans un esprit commun de réussite.

La Majorité de Gauche : groupes socialiste, progressiste et communiste

Si les résultats du compte administratif 2011, présenté à l’assemblée départementale le 4 juin, paraissent, de prime abord, meilleurs qu’en 2010, ils nécessitent tout de même d’être sérieusement nuancés.

En second lieu, l’encours des emprunts augmente de 7,23 % alors que la présentation qui en a été faite laisse entendre une augmentation limitée à 1,20 %.

Ainsi, en premier lieu, au résultat de l’exercice, s’élevant à 32.285.430 E, il faut aussi soustraire les restes à réaliser pour un montant record de 24.540.345 E.

De plus, l’annuité de la dette passe de 28,4 à 33,4 millions, soit 5 millions d’euros de plus qu’en 2010 et elle va encore augmenter cette année.

Un compte administratif en trompe l’œil !

Dès lors, contrairement aux apparences, l’excédent net, disponible pour abonder le budget 2012, reste très limité : 7.745.084 E, soit 1,6 % des dépenses de fonctionnement.

Le 6 mai dernier, François Hollande était élu, d’une courte majorité, Président de la République. Nombreuses furent les promesses faites aux Français pendant la campagne. Aujourd’hui pourtant, le retour à la réalité risque de s’avérer difficile.

L’Heure de Vérité

M. Hollande veut distribuer du pouvoir d’achat supplémentaire mais entend supprimer la défiscalisation des heures supplémentaires dont bénéficient pourtant plus de 9 millions de Français. Comment compte-t-il s’y prendre alors ? Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Déjà, l’heure du reniement semble sonner. Alors qu’il annonçait, toni-

L’analyse sérieuse et détaillée de ce compte administratif montre que la situation reste tendue et précaire et qu’il y a lieu, comme nous le suggérons inlassablement, de faire preuve de modestie et de prudence dans les décisions à venir ! Le groupe des Indépendants

truant, le départ de tous nos soldats d’Afghanistan avant la fin de l’année, ce retrait est désormais différé. Nos troupes ne quitteront ce pays qu’au compte-goutte et certaines d’entre elles resteront au moins jusqu’en 2013. Première promesse de campagne non tenue et quel manque de crédibilité face à nos partenaires internationaux. Ne dit-on pas : “les promesses n’engagent que ceux qui y croient”. Plus que jamais, cette maxime, lourde de sens, semble à l’ordre du jour. Le groupe UMP : C. Blériot, J. Lavrilleux, E. Mangin, F. Meura, H. Muzart, B. Noé, A. Rigaud, I. Vasseur


patrimoine

culture 13

l'Aisne 191 - Juillet/Ao没t 2012

culture 13

漏 Adeline Poulain

Sur le Chemin de l'UNESCO


14

culture

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

musée

Le Musée de la Résistance et de la Déportation de Picardie porte la mémoire d’un conflit dont beaucoup se souviennent encore…

Petites histoires et Grande Histoire

Expo : l’année 1942 Depuis 2010, le Musée commémore les 70 ans de la Seconde Guerre mondiale. Tous les ans, une exposition thématique est proposée sur une année. Jusque fin septembre, 1942 est à l’honneur. “Cette année-là, la Résistance commençait à s’organiser et la répression s’est accentuée” explique la Directrice. D’autres thématiques seront abordées : les rafles de Juifs, les premiers départs vers les camps d’extermination, la disparition de la ligne de démarcation, etc. Objets, documents, photographies, témoignages seront exposés. A voir aux heures d’ouverture du musée, du mardi au samedi de 10h à midi et de 14h à 18h, le dimanche de 14h30 à 18h30.

L’appel du 18 juin, la vie quotidienne sous l’occupation, la Libération … autant d’espaces muséographiques à découvrir.

Fargniers

S’instruire

sur la Seconde Guerre mondiale, découvrir des pièces d’artillerie et autres uniformes d’époque, se souvenir … Le Musée de la Résistance et de la Déportation de Picardie à Tergnier est un lieu chargé d’émotion et de souffrance. A l’origine du projet : Eugène Dromas, Président des Combattants Volontaires de la Résistance. En mémoire de ses compagnons disparus, il fonde une association et ouvre un musée en 1986, grâce au soutien du Comité départemental du tourisme, du Conseil général et de la municipalité.

La transmission de la mémoire est l’une des missions du musée.

Des pièces tirées de sa collection personnelle y sont témoignages et portraits. Celui d’Annette Grunblatt présentées ainsi que de nombreuses donations frappe souvent les esprits. Cette jeune fille, pleine arrivées suite à une large souscription. Encore au- de vie, comme tous les jeunes gens de son âge, jourd’hui des objets sont régulièrement confiés au qui pose avec sa famille et ses amis, n’est pas revemusée, comme des tasses portant les nue d’Auschwitz”. La réalité des camps insignes nazies, des malles en bois, des pas pour autant dissimulée : la Informer, n’est uniformes, des armes, etc. faim, le travail dans les usines, la solusensibiliser tion finale, etc. Sur un vieux poste “Nuit Hélène Lusin, Directrice, essaie de proet brouillard” de Jean Ferrat résonne voquer une prise de conscience chez comme un appel au souvenir. ses visiteurs, notamment les écoliers, collégiens et lycéens. Le musée se pose avant tout comme un Une salle d’exposition temporaire est ouverte à la outil de sensibilisation des jeunes générations. “Il visite depuis 2005. Grâce à sa salle de projection nous faut aujourd’hui contrer la montée des idéolo- et son espace documentaire, les écoles peuvent y gies néo-nazies”. travailler, par exemple pour préparer le Concours national de la Résistance. “797 élèves ont participé La visite se conclut par la salle de la Déportation. cette année. Il y a un réel intérêt de la jeunesse pour “Nous avons pris le parti d’ouvrir cet espace sans l’histoire de la Résistance et de la Déportation” se limite d’âge”. Pour ce faire, un gros travail de réréjouit le Président du Musée, Fernand Le Blanc. flexion a été lancé avec des Déportés. “Nous voulions d’abord montrer qui ils étaient, grâce à des contact 03 23 57 27 22 www.resistance-deportation-picardie.com

Mémoire collective Le musée fait la part belle à l’histoire locale. Des noms, des dates, des lieux,… Une carte rappelle qu’entre décembre 1942 et août 1944, 87 aviateurs ont été récupérés sur le territoire, puis évacués ou cachés. “A l’aube de la Libération une quarantaine d’hommes se cachait dans une dizaine de villages. Après la guerre, je me souviens de cet aviateur américain qui est revenu voir les familles qu’il avait rencontrées. Une femme lui avait rendu son blouson d’aviateur. A sa mort, son fils nous l’a confié pour qu’il soit exposé au Musée”. Depuis les deux familles se rendent visite régulièrement. Des anecdotes comme celle-ci Fernand Le Blanc peut en raconter des centaines… “C’est un pilote formé à Couvron qui a lâché la première bombe atomique sur Hiroshima”… “Ce gendarme de Saint-Algis a eu une mort affreuse, les Allemands l’ont assassiné à la hache”… Des drames, des exploits, la Résistance,… Chaque objet ou document exposé a son histoire et a contribué à écrire l’Histoire …


culture 15

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

En arrière-plan du festival des Vers Solidaires de Saint-Gobain, l’association Gaïa qui l’organise agit sur tous les fronts pour l’environnement et la solidarité.

En terre solidaire “Le festival 2012 sera placé sous le signe de la forêt. Ici à Saint-Gobain, nous sommes au cœur du problème : quelle est la place de la forêt dans nos vies ? Comment s’orienter vers une sylviculture plus proche de la nature ?” Pour Yvain Brochot, président de l’association Gaïa, la question environnementale a toujours été centrale et même à l’origine de la création du festival des Vers Solidaires qui prépare cette année sa 8e édition. Dès 2004, l’association gobanaise s’est investie dans plusieurs actions au Sénégal en partenariat avec les acteurs locaux. Elle s’est notamment impliquée dans un programme de lutte contre la déforestation en Casamance où il s’agit d’aider à la reconstitution de la “mangrove” en bord de fleuve, écosystème vital tant pour l’économie locale que pour la biodiversité. Plus récemment, Gaïa a pris des parts pour un montant de 1 000 E au sein de la foncière “Terre de liens” qui travaille pour faciliter l’accès à la terre des paysans porteurs de projets respectueux de la terre et des hommes. Des liens se sont également tissés avec l’association “Tchendukua” qui aide les indiens Kogis de la Sierra Santa Marta en Colombie à racheter leurs terres ancestrales. Un don de 1 000 E lui a été fait par Gaïa. “Les membres de cette association sont venus présenter leur film au cinéma de Saint-Gobain et l’échange a été très fructueux” raconte Fabien Bruel, membre actif de Gaïa. “Nous avons beaucoup à apprendre de la sagesse des indiens Kogis qui tentent de récupérer les vallées dont ils ont été dépossédés. Ils nous disent : aidez-nous à racheter nos terres pour préserver notre mode de vie mais surtout, faites pareil chez vous !” Ceci ne doit pas faire oublier que c’est avant tout localement que Gaïa agit. “C’est une philosophie globale, on ne peut pas militer pour des idées si on ne les applique pas” rappelle Yvain. Pour l’organisation du festival, la vente directe et les producteurs locaux sont la règle dans l’élaboration des 6 000 repas bios qui sont servis chaque an-

à écouter

Saint-Gobain

née. L’impact sur l’environnement est regardé à la loupe : très faible taux de déchets ultimes, toilettes sèches durant les festivités, et jusque dans les loges des artistes à qui il est demandé d’adhérer : repas bio pour tous, absence notable d’une certaine marque de soda. “Jusqu’à présent, ça s’est toujours bien passé. Les groupes jouent le jeu” précise Yvain. L’édition 2012 maintiendra le cap d’une manifestation porteuse de sens et dans la convivialité, conjuguant musiques actuelles, conférences, marché bio et village associatif. Rendez-vous du 17 au 19 août.

contact www.vers-solidaires.org Les indiens Kogis ont reçu un soutien financier de l’association Gaïa pour racheter leurs terres.

Une manifestation respectueuse de l’environnement dans les moindres détails.

La Mordue

Produit par Bonsaï Music On l’attendait, on l’attendait ! Voilà, le 1er album de La Mordue est sorti et on peut dire que du beau monde s’est penché sur son berceau à commencer par un réalisateur/arrangeur inspiré en la personne de Nicolas Chapel, échappé du groupe Demians et collaborateur d’Arthur H. La Mordue : derrière ce patronyme aux accents carnassiers se cache une fille, Caroline Varlet (chant et accordéon) et un gars, François Guernier (guitare et banjo) complices de longues date cumulant sous d’autres noms et d’autres formations quelque 250 concerts en Europe et des premières parties pour des artistes comme Sanseverino ou Olivia Ruiz. Entourés de Camille Geoffroy (saxhorn et claviers) Rémy Gadret (basse) et Philippe Rak (batterie), nos deux auteurs signent un recueil de chansons éveillées et lucides. Sensible, fragile, railleuse et parfois bien plus mordante que mordue, la voix de Caro se met au service d’un regard réaliste, introspectif et souvent ironique sur les aléas de la vie quotidienne (“Les colocs“, “Plus je prends des kilos“) pour parfois passer en mode cinglant à l’égard de ses contemporains et contemporaines (“Je suis une femme“, “Du poil au menton“). La saveur spécifique de cet album tient au mariage heureux d’un style “chanson française“ avec des orchestrations savantes aux tonalités parfois très rock quand les guitares montent dans le rouge, mais aussi groovy et un poil électro. Il y a des tubes en puissance sur ce disque et un clip à ne pas louper sur “Mes nénés“, elle ne les montre pas, mais elle en parle si bien… www.lamordue.com


16

culture

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Trois paysages axonais Les paysages (cols, tranchées...) et sites de mémoire (blockhaus, monuments…) proposés à l’inscription seront sélectionnés par les membres de l’association. Le Conseil général de l’Aisne a formulé trois propositions : le Chemin des Dames (site de renommée internationale symbolisant l’horreur des combats de 14-18), le Plateau du Soissonnais (à cheval sur l’Aisne et l’Oise) et la Butte Chalmont (à Oulchy le Château autour du monument “Les Fantômes” de Paul Landowski). “Ces trois paysages sont complémentaires car ils représentent trois grandes phases de la Guerre : l’offensive Nivelle, la stabilisation du conflit et la deuxième bataille de la Marne” explique Franck Viltart, chargé de mission projet UNESCO au Conseil général de l’Aisne. L’implication du grand public pour la sauvegarde de ce patrimoine constituera un atout. Des associations telles que “Soissonnais 14-18” ou “Chemin des Dames” se battent pour sa préservation et sa mise en valeur. Si le dossier porté par les 13 Départements obtient le soutien de l’Etat il sera soumis au comité du patrimoine mondial de l’UNESCO à l’horizon 20142018. “Un moment où toute l’opinion publique sera concentrée sur le centenaire de la Grande Guerre”. L’obtention de ce label serait un plus pour le territoire axonais. La fréquentation touristique pourrait augmenter de 30%. “Mais que les habitants se rassurent, nous n’allons pas transformer ces paysages en un vaste musée”. Si le projet n’aboutit pas, l’Aisne pourra néanmoins profiter de l’important travail ayant été réalisé sur son patrimoine. Une solide base pour préparer les commémorations de 2017 sur le Chemin des Dames.

patrimoine

Inscrire des paysages de l’Aisne au patrimoine mondial de l’UNESCO… Un pari fou mais audacieux qui pourrait constituer une plus-value de taille pour le territoire. Chemin des Dames Soissons Oulchy le Château

Objectif UNESCO De par sa portée historique et universelle, le Chemin des Dames est un bon candidat à l’inscription.

Chaque année, chaque état membre de Cette association, baptisée “Paysages et sites de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour mémoire de la Grande Guerre” est co-présidée par l’éducation, la science et la culture) a la possibilité deux élus de sensibilité différente : Yves Daudigny, de présenter deux projets pour l‘inscription au patri- Président du Conseil général de l’Aisne, et Chrismoine mondial de l’UNESCO. Les sites naturels ou tian Namy, son homologue de la Meuse. “Ce projet dépasse les clivages politiques” résume historiques et les biens culturels sont Becquart, chargé de mission concernés. Parcelles Damien Chemin des Dames et Familistère de Le 12 juillet 2011, le Conseil général de mémoire Guise au Conseil général de l’Aisne. de l’Aisne a intégré une association transnationale qui concerne 13 Déparuniverselle Seuls deux sites de mémoire de guerre sont pour le moment inscrits au patritements de France (Aisne, Ardennes, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Marne, Meurthe-et-Moselle, moine mondial de l’UNESCO : le camp d’Auschwitz Meuse, Moselle, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Somme et le mémorial de la paix d’Hiroshima. Il y a donc et Vosges) ainsi que la Belgique. L’objectif : faire ins- une carte à jouer en ce qui concerne la mémoire du crire à ce patrimoine les paysages et sites de mé- premier conflit mondial qu’a connu l’humanité. “De moire de la Grande Guerre de la ligne de front allant dimension universelle, notre projet est porteur d’un message de paix et de réconciliation des peuples. de la Mer du Nord à la frontière suisse. Ce front a accueilli nombre de combattants du monde entier. Nous devons conserver les traces de La Butte cette tuerie de masse pour ne pas oublier”. Chalmont :

autrefois terre d’affrontement elle est aujourd’hui veillée par “Les Fantômes”.

Une trentaine de projets français sera proposée dans les années à venir. Entre les caves de Champagne, le bassin minier du Nord, les plages de Normandie et les volcans d’Auvergne,... la concurrence s’annonce rude.

Le plateau du Soissonnais : un paysage refuge riche en carrières souterraines et en témoignages rupestres.


dossier 17

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Les clients de Center Parcs, devenus clients de l'Aisne

Une étude portant sur les dépenses des clients de Center Parcs avant - pendant - et après leur séjour au Domaine d’Ailette confirme l’impact économique de cet équipement touristique.


18

dossier

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Le Domaine d’Ailette est la plus grande résidence de tourisme de Picardie. Il peut accueillir 4 400 personnes en simultané, son centre de séminaires est conçu pour 1 000 personnes. D’octobre 2010 à septembre 2011, 338 000 visiteurs et 20 000 “séminaristes” ont franchi la porte du Domaine, 110 000 personnes uniquement pour l’Aquamundo (entrées à la journée). Ces chiffres permettent à l’Aisne de se placer en tête de la fréquentation touristique en Picardie avec un total de 2,4 millions de nuitées enregistrées. Le Conseil général de l’Aisne et l’ADRT ont souhaité étudier le comportement des visiteurs du Center Parcs pour en mesurer l’impact sur l’économie locale. Qui sont les visiteurs, pourquoi sont-ils venus au Center Parcs de l’Aisne, quels achats effectuent-ils en dehors du Domaine… ? Autant de questions auxquelles a répondu cette étude.

5 ans après son inauguration… une étude pour mesurer l’impact des clients du Center Parcs sur l’économie locale


l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Les clients sont à 53% des femmes, 47% des hommes.

74 700 clients pour les restaurants axonais.

Les clients viennent principalement de la région parisienne.

82% des clients viennent en famille. Près de 34 000 visiteurs pour la ville de Laon.

© Illustration : Etienne NOEL / Yéti création graphique

dossier 19


20

dossier

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

La méthode d’enquête Durant toute l’année 2011, des étudiants ont interrogé les visiteurs de Center Parcs, résidents (week-end/semaine) et visiteurs à la journée. 1 420 visiteurs ont ainsi été interrogés en face à face. A l’issue de ces interviews, il était proposé aux visiteurs un “carnet de dépenses” à compléter lors de leurs achats à l’extérieur du Domaine et à remettre en fin de séjour à l’espace Aisne du Center Parcs. 325 carnets de dépenses ont été recueillis. Les données ont ensuite été traitées statistiquement, comparées avec d’autres sources d’information pour être analysées. Il est à noter que le contexte de l’année 2011 est spécifique et plutôt défavorable à la fréquentation du site : crise économique, ouverture d’un Center Parcs en Moselle, diminution globale de la clientèle touristique étrangère en France…

Qui sont les visiteurs de Center Parcs ? Age - Ils ont moins de 50 ans (86%) Profession - Center Parcs accueille quasiment à égalité des artisans, commerçants et chefs d’entreprise (16%), des cadres supérieurs (22%), des cadres moyens (21%) et des employés (25%). Origine - 85% des visiteurs résident en France, plutôt en région Parisienne (64%), 15% sont étrangers, en provenance notamment de la Belgique.

à la journée placent la proximité et l’accessibilité en premier motif de leur visite (85%). Plus d’un visiteur sur deux confirme qu’il ne serait pas venu dans l’Aisne sans la présence du Center Parcs. Quand on leur demande pourquoi ils ont choisi ce Center Parcs plutôt qu’un autre, au-delà du critère de la proximité, le plus cité, c’est l’environnement naturel, le site et son lac qui, à près de 40%, est le plus souvent évoqué. Parmi les autres réponses, figurent en bonne place également l’envie de découvrir un nouveau Center Parcs (18%), et un a-priori favorable sur la région, via des forums ou blogs internet, des sites d’avis et de notation ou le bouche à oreille (17% chez les résidents). Ces avis sur internet ou de bouche à oreille sont d’ailleurs d’importants vecteurs de communication. Si 48% des personnes interrogées indiquent avoir pris la décision de séjourner au Domaine après avoir vu de la publicité à la TV, en radio ou sur des magazines, elles sont près de 41% à avoir été influencées par des recommandations ou avis favorables d’autres clients.

Quel est le comportement touristique des visiteurs de Center Parcs, à l’extérieur du Domaine ? Ce sont les données recueillies dans cette partie de l’enquête qui, ajoutées à d’autres données chiffrées, vont permettre de mesurer l’impact touristique et économique du Center Parcs. 6 visiteurs sur 10 effectuent une activité, une dépense à l’extérieur du Center Parcs, avant, durant ou après leur séjour.

C’est en famille que l’on vient à Center Parcs (82%), avec une moyenne de 5 personnes par famille. Toutefois, 15% des visiteurs sont venus entre amis. Les enfants sont très présents, notamment les 3/8 ans, ils sont 83% à être venus avec au moins un enfant. Des clients très fidèles…

8%

Achats souvenirs

17%

Activités extérieures

20%

Courses alimentaires

28%

Restaurants - bars

42%

Carburant

Près d’un visiteur sur deux est déjà venu à Center Parcs Domaine du Lac d’Ailette et indique, en moyenne, avoir déjà effectué 2 visites. 43% sont des habitués des Center Parcs, et ont déjà fréquenté un autre domaine.

6%

Autres achats

0%

10%

La réponse varie selon qu’il s’agisse d’un résident ou d’un visiteur à la journée. Côté résidents, 58% indiquent qu’ils sont venus dans l’Aisne pour le Center Parcs ou pour l’accessibilité et la proximité (68%). Les visiteurs

40%

50%

Visiteurs Center Parcs

Résidents

34 800

18 100

16 700

15 600

Carburant

184 000

145 100

38 900

88 000

Restaurants-bars

130 000

109 000

21 100

74 700

Courses alimentaires

74 800

72 600

2 200

40 100

Visite touristique, activité

67 900

61 200

6 700

53 200

Achat de souvenirs, cadeaux

27 100

22 700

4 400

23 100

Autres achats

24 900

22 700

2 200

15 600

Type de dépenses ou d’activité Avant/après le séjour à Center Parcs

Pourquoi ont-ils choisi le Center Parcs de l’Aisne ?

30%

Ces données, conjuguées au nombre de visiteurs enregistré sur la période concernée, permettent d’obtenir les quantités suivantes :

...qui ont découvert l’Aisne grâce à Center Parcs 43% d’entre eux découvrent le département de l’Aisne pour la première fois.

20%

Visiteurs à la journée

Total pour l’Aisne


dossier 21

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Les sites touristiques les plus visités sont la ville de Laon 33 900 visiteurs, et le Chemin des Dames, 12 400 visiteurs.

Le poids économique du Center Parcs de l’Aisne

Parmi les sites payants, apparaissent fréquemment la visite vertige de la cathédrale de Laon, la Caverne du Dragon et les caves de champagne autour de ChâteauThierry.

Quelles dépenses à l’extérieur du Domaine ? Les chiffres annoncés dans l’étude sont basés sur les carnets de dépenses complétés par les visiteurs (311 visiteurs), rapportés au nombre de visiteurs annuels et à des ratios fournis par la DGICS (Direction générale de la compétitivié, de l’industrie et des services). Base de calcul : les deux tiers des dépenses à l’extérieur sont effectuées dans le département axonais. En moyenne, la dépense s’élève à 3,88 E par personne et par jour. Estimation dépenses totales : impact primaire 2011

2010

2009

2008

Nombre de visiteurs/an

337863

341671

327584

268538

Dépense /jour/personne

3,88 E 3,88 E 3,88 E 3,88 E

Total dépenses extérieures Total dépenses dans l’Aisne

4 ME 69

5 ME 04

5 ME 18

4 ME 67

3 ME

3 ME 223

3 ME 318

2 ME 899

Une interview de M. Fresson, Directeur du Center Parcs Domaine d’Ailette En tant que Directeur de ce domaine, quels commentaires apporteriez-vous à cette étude sur l’impact économique lié aux dépenses de vos clients ?

Estimation Dépenses Totales : impact secondaire ou effet induit Principes du calcul : suite à l’entrée sur un territoire de nouveaux flux financiers, ici les dépenses réalisées par les visiteurs et séjournants Center Parcs, ces flux financiers vont circuler dans l’économie locale, du fait des relations économiques entre les acteurs du territoire et vont engendrer de nouvelles affaires, nouvelles productions de richesse ou de revenus. (sources : étude “Mesure de l’impact d’un touristique d’un événement touristique”). Pour calculer ces impacts secondaires, est appliqué un coefficient multiplicateur de 1,5 aux dépenses enregistrées.

Total impact primaire et secondaire dans l’Aisne Total impact primaire et secondaire

2011

2010

4 ME 5

4 ME 8

7 ME

7 ME 6

2009

2008

5 ME

4 ME 5

7 ME 8

7 ME

En résumé : La présence du Center Parcs dans l’Aisne est un motif important de fréquentation touristique du département : 36% de visiteurs supplémentaires pour l’Aisne (43% si l’on ne prend en compte que les résidents). Des clients fidèles, qui viennent essentiellement en famille. Ce sont les publicités vues, lues et entendues et les recommandations (sur internet ou par le bouche à oreille) qui les ont incités à séjourner au Domaine d’Ailette. La majorité des séjournants reste à l’intérieur de Center Parcs. Ceux qui sortent réalisent leurs dépenses avant, pendant et après le séjour essentiellement dans l’Aisne. 4,7 ME de retombées sont liées aux dépenses de ces visiteurs, dont 3 ME dans le département. En considérant l’impact secondaire de ce flux financier, on peut estimer ces retombées à 7 ME, dont 4,5 ME pour 2011. étude en ligne sur www .aisne.com

Les conclusions de cette étude, qui porte sur un aspect très spécifique de l’impact économique de notre domaine, sont conformes à ce que nous ressentions. Mais l’impact du Domaine est me semble-t-il beaucoup plus important. Nous faisons en effet appel à de nombreuses entreprises du secteur, avec lesquelles nous travaillons régulièrement. Pourriez-vous nous donner quelques exemples précis ? Ils sont nombreux ! La surveillance du parc est confiée à Capital et Sécurité, pour les promenades en poney, nous travaillons avec le CAT de Saint-Erme, l’entretien de l’aménagement paysager est confié à Couleurs et Paysages. Un domaine comme le nôtre exige de nombreuses opérations d’entretien et de maintenance. Pour les réaliser, nous faisons toujours appel à des entreprises locales, qu’il s’agisse de Rexel, électricien laonnois, à Sito, Baudoux quincaillerie à Soissons, Aisne Bâtiment, Pro & Cie à Laon pour nos appareils de chauffage ou de Climagel, Aisne Peinture Bâtiment ou La Seigneurie de chez Tollens à côté de Laon. L’une des pompes de l’Aquamundo était en panne cette semaine, nous avons fait appel à un artisan laonnois pour la réparer… Il nous a fallu trouver soixante dix salons de jardin en urgence à l’arrivée des beaux jours : nous les avons achetés à Laon. Nous avons également recours à des entreprises du secteur pour certaines prestations “intellectuelles” : pour les séminaires, la partie vidéo et son est confiée à Champagne audiovisuel et à Sibémol à Soissons. Nous menons des campagnes marketing avec N’Radio… Ce sont autant de retombées économiques pour le territoire qui ne sont pas pris en compte dans cette étude mais qui existent bel et bien, tout comme les 450 emplois Equivalent temps plein sur le Domaine.


22

portraits

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Native de Quierzy-sur-Oise, Lydie Chaperon-Touiyar est attirée depuis l’enfance par le milieu artistique. Après une seconde arts plastiques, elle embrasse une toute autre carrière sur les conseils de ses parents. “J’ai passé un CAP puis un BEP cuisine à Chauny et j’ai été sacrée meilleure apprentie de Picardie” se rappelle-t-elle. Bien que passionnée, elle a fait le choix il y a dix ans de changer de vie pour se consacrer à sa famille. En 2007, elle prépare son mariage. Son budget étant serré, elle confectionne elle-même le collier qui se mariera parfaitement à sa robe. C’est le déclic : elle se prend au jeu et vend quelques modèles sur des sites de vente entre particuliers. Cette nouvelle activité lui plaît : elle décide d’en faire sa profession. “J’ai créé ma société “Tendancebijoux” en 2009. Je me suis spécialisée dans la création artisanale et originale de bijoux pour la mariée. Il y a une forte demande pour des articles à prix raisonnables”. Lydie Chaperon-Touiyar confectionne des colliers, bracelets, boucles d’oreilles, bijoux de cheveux (pinces, épingles), broches ... et depuis peu des jarretières. “Je ne suis pas fan de cette tradition mais je fais de belles choses qui plaisent beaucoup aux clientes”.

Véronique Delval réalise les rêves des futurs mariés.

Urcel

Vauxaillon

La jeune créatrice doit faire face à un pic d’activité de février à août.

La jeune créatrice travaille à domicile et expédie toutes ses commandes par voie postale. Depuis un an, elle gère elle-même son site internet. Toutes ses collections y

Elles marient business et plaisir Voilà le retour des beaux jours, la saison propice aux mariages. Portrait de deux Axonaises au service des futurs mariés. Depuis toujours, Véronique Delval, an-

cienne responsable d’agence de location de voitures, est attirée par le milieu de la décoration et de l’événementiel. En 2009, après une formation de décoratrice d’intérieur en alternance, elle décide de prendre un véritable tournant dans sa vie professionnelle et crée sa propre entreprise de décoration et d’organisation d’événements, “Instant d’Rêve”. “Anniversaires pour enfants, pour adultes, baptêmes, communions, départs en retraite… J’organise toutes sortes d’événements mais le plus gros de mon activité reste le mariage” explique-t-elle. “C’est l’événement qui demande le plus de travail.” Loin de l’image de la “wedding planner” (organisatrice de mariage en anglais) véhiculée par les comédies romantiques américaines, le rôle de Véronique s’adapte aux demandes

sont visibles, soit plus de 400 articles, vendus à l’unité ou en parure, avec la possibilité d’acheter en ligne. Les internautes peuvent également découvrir ses collections dédiées aux petites filles (bracelets, serre-têtes, barrettes). “J’ai des clientes partout en France, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, au Canada, etc. Je ne travaille pas dans l’urgence, les mariées doivent savoir qu’il faudra attendre 4 semaines pour recevoir leur commande”.

contact www.tendance-bijoux.fr

et au budget de ses clients. “Je peux m’occuper de tout, de la création des faire-part à la recherche du lieu de réception ou du photographe, comme je peux travailler uniquement sur la décoration.” Adaptabilité, personnalisation et originalité, voilà les maîtres-mots de cette organisatrice événementielle ! Tout est fait pour répondre aux désirs des clients. “Bien sûr, je me base sur ce que veulent les futurs mariés mais je cherche toujours à apporter quelque chose en plus, à personnaliser au maximum afin que chaque élément soit unique.” Coussins d’alliances, urnes, menus, cartes de remerciement… tout est imaginé et réalisé par Véronique qui met un point d’honneur à se fournir et à travailler avec des prestataires de la région. “Mon but est d’apporter aux gens ce qu’ils veulent, de participer à la réalisation de leurs rêves. Je considère mon travail terminé quand je vois les yeux des mariés pétiller de bonheur !”

contact www.instantdreve.fr


portraits 23

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Une marque déposée, un catalogue professionnel, des tissus originaux… La créatrice de mode Dorothée Ossart passe à la vitesse supérieure. Vervins

Dans la cour des grandes Dorothée Ossart a contracté le virus de

la mode dès l’enfance. Diplômée de l’école de stylisme ESMOD en 2006, elle revient s’installer en Thiérache et crée son entreprise “Les Drôles Idées de Dorothée”. Elle travaille à domicile puis emménage fin 2011 dans la pépinière d’entreprises Créapole de Vervins. L’an passé, la jeune femme a vendu une robe par jour grâce à son site internet, sa page Facebook, le bouche à oreille et sa participation à divers salons partout en France. Aujourd’hui elle se lance un nouveau défi : vendre ses créations en boutiques… Un ami la suit dans cette aventure. Valentin Mahieux, ingénieur, a investi dans son entreprise. “Nous avons choisi un nouveau nom, “Dorothée Ossart”, créé un nouveau logo, et refondu le site. La couture sera désormais réalisée en sous-traitance ce qui me permettra de me concentrer sur la création, notamment en réalisant mes propres motifs sur tissu grâce à l’impression numérique”.

L’accordéon en fête Dizy le Gros

Martine Appert, un troisième album disponible.

Une première collection est déjà bouclée : “Floroscopie” printempsété 2013. “C’est du 100% Dorothée : j’ai décliné la fleur pop avec un coté enfantin comme dans les albums de coloriage, le tout avec des couleurs flashy”. Pour le moment Dorothée ne travaille qu’un article : sa robe phare, bien identifiée (voir photo). Elle espère pouvoir par la suite créer d’autres modèles pour les petites filles, mais aussi des tops, des manteaux, des accessoires, etc. Dès juin, son premier catalogue sur papier glacé sera adressé à de nombreuses boutiques en France. Les premières commandes devraient arriver en août et la fabrication serait lancée à l’automne. En parallèle, elle proposera toujours à la vente sur internet des pièces uniques, colorées et originales… comme leur créatrice !

contact www.idees-dorothee.com

C’est enfant

que Martine Appert est tombée amoureuse de l’accordéon : sur le jouet de son frère elle fait preuve d’un certain doigté et ses parents décident de lui faire suivre des cours. En 1984, ils l’encouragent à ouvrir une école de musique en lui cédant un local à Dizy le Gros. “C’est formidable de travailler avec des élèves qui viennent par envie”. Pendant 20 ans, ils sont toute une bande de musiciens, jeunes et adultes, formant une société et animant les fêtes patronales. Martine Appert donne toujours des cours de synthétiseur, piano et accordéon à Dizy et Vervins. “Il y a une forte demande en zone rurale.” Parallèlement, elle travaille sur ses compositions et se produit avec son orchestre “L’accordéon en fête” pour animer en semaine des dancings, des thés ou repas dansants. “Nous allons jusque Dunkerque, Paris, Dijon. Nous nous produisons à deux, trois ou

La jeune styliste dispose désormais d’un grand atelier lumineux pour créer, coudre et entreposer ses modèles.

quatre selon la demande” explique le couple de musiciens. Au programme : clavier, accordéon, chant, animation… et bonne humeur. “Mon instrument pèse dix kilos mais je ne peux pas m’empêcher de danser et de descendre de scène pour aller à la rencontre du public”.

contact 03 23 21 15 16

“La musique de notre amour” Ce troisième album, dans les bacs depuis septembre 2011, comprend essentiellement des compositions de Sylvain Bouc, compagnon de Martine dans la vie comme sur scène, en collaboration avec d’autres musiciens d’horizons variés. Ces vingt chansons, correspondant à vingt styles de danses (samba, tango, charleston), séduiront les amoureux du dancing. Commercialisé par deux distributeurs nationaux, ce CD se retrouve en boutiques, sur les marchés et foires… jusqu’en Belgique. Une fierté pour celle qui avait autoproduit son premier CD il y a plusieurs années. Toutefois Martine et Sylvain ne se reposent pas sur leurs lauriers et préparent déjà leur prochain album …


24

un temps d'avance

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Depuis 2003, le site www.aisne.com ne cesse d’innover pour répondre au mieux aux questions et demandes des Axonais. Dans cette optique, des services sont mis en ligne pour faciliter vos démarches. Petit tour d’horizon…

Simplifiez-vous la vie grâce à aisne.com ! Les demandes de subventions Les associations et les collectivités occupent une place essentielle dans l’animation des territoires. Dans un souci de simplification des démarches administratives, celles qui souhaitent solliciter une subvention du Conseil général, en soutien à leurs actions, peuvent désormais télécharger tous les dossiers de demande sur le site www.aisne.com. Tous ces formulaires sont en ligne de fin juin à mi-septembre. Toutefois, ceux concernant les collectivités ou les associations du domaine économique sont disponibles tout au long de l’année. Après avoir dûment rempli les documents et réuni les pièces justificatives, le tout est à retourner par voie postale aux services concernés.

Les bourses scolaires Le Conseil général accompagne et aide les jeunes Axonais à accéder aux formations dont ils ont besoin. Dans cette perspective, un système de bourses a été mis en place pour les collégiens et les étudiants. Pour savoir comment en bénéficier et faciliter la pro-

cédure de demande, rendez-vous sur aisne. com (rubrique services en ligne). Les étudiants nés à partir du 1er janvier 1986 doivent s’inscrire sur ce site entre septembre et janvier pour faire leur demande de bourse d’enseignement supérieur, de bourse d’études à l’étranger ou encore d’allocation d’études. Ils peuvent également, grâce aux identifiants fournis lors de leur première inscription, suivre l’évolution de leur dossier tout au long de l’année. Les collégiens, qui doivent quant à eux retirer le formulaire de demande dans leur établissement scolaire, peuvent prendre connaissance du règlement complet des bourses d’enseignement secondaire dans la rubrique qui leur est consacrée. Ils ont ensuite de septembre à mi-octobre pour faire parvenir leur dossier au service de l’éducation.

L’information routière en temps réel En juin 2011, la plateforme inforoute02.fr, véritable mine d’informations pour les usagers de la route, est créée pour remplacer le serveur vocal de la Voirie départementale.

Sur une carte qui reprend les principaux axes de circulation du département s’affichent les événements qui ont une influence réelle sur le trafic : accidents, déviations, travaux, etc. Comme il est impossible de reprendre la totalité des 5 500 kilomètres de routes départementales, la carte est divisée en 2 niveaux : le “réseau principal”, fonctionnant par itinéraires, et le deuxième, le “réseau secondaire”, fonctionnant par territoires. Une seconde carte présentant l’état d’avancement de la pose et de la levée des barrières de dégel, c’est-à-dire les voies interdites aux camions lors du dégel, est également consultable et téléchargeable durant la période hivernale.

Les horaires de transport 7j/7, 24h/24 Un module d’horaires de transports va prochainement être mis en ligne. Grâce à ce nouveau service, il sera désormais possible de connaître les heures de passage des cars des lignes régulières et scolaires qui sillonnent chaque jour les routes de l’Aisne. Pour cela, rien de plus simple ! En un clic, choisissez la commune de départ et celle d’arrivée ainsi que la date et vérifiez les horaires de passage de votre transport. Pour encore plus de précision, une deuxième rubrique proposera de sélectionner le point de montée et le point de descente pour chaque commune choisie. Il sera enfin possible de connaître les horaires des lignes dont le trajet dépasse les frontières de l’Aisne si vous voulez voyager en dehors du département. Dans la troisième rubrique concernant les lignes scolaires, le même principe de recherche sera appliqué. Néanmoins, le nom de l’établissement fréquenté sera demandé en plus de celui des communes. Avant de prendre la route, consulter inforoute02.fr pour circuler en toute tranquilité.

www .aisne.com


histoire 25

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Bosmont/Serre

Combattants de l’ombre Historien de formation, Alain Nice se passionne pour la Seconde Guerre mondiale. Son nouvel ouvrage fait sortir du maquis des Résistants trop souvent oubliés : les FrancsTireurs et Partisans français (FTP). 500 pages

L’histoire des FTP est quasiment totalement inconnue. “L’histoire de la Résistance dans l’Aisne ne se résume pas au seul maquis de la Coupille (Saint-Algis) ni aux trois mois qui suivirent le débarquement allié. Elle est faite de nombreux réseaux d’obédience différente comme les Alain Nice a approfondi le sujet durant près organisations civiles et militaires de cinq ans auprès des Archives départegaullistes, les FTP, le groupe Libémentales de l’Aisne, des Archives natioration Nord socialiste, les réseaux nales à Paris et des Archives de la Justice de renseignement militaire, etc. J’ai militaire à Le Blanc (Indre). Il envie de faire connaître a également recueilli le témoices hommes gnage des derniers Résistants Une réalité tous et femmes qui se battaient axonais. Alain Nice évoque historique contre l’occupant”. notamment sa rencontre avec L’ouvrage se découpe en trois “Dédé le Grand”, le chef du Détachement Stalingrad de Beautor. “Ses grandes périodes historiques, ce qui perpropres enfants n’étaient pas au courant de met au lecteur de “picorer”, en s’attardant son action au sein de la Résistance. Dédé sur le récit d’un attentat, le portrait d’un fait partie de ces gens simples qui n’ont re- Résistant, l’histoire d’un détachement… cherché ni la gloire ni les honneurs, et qui Tout d’abord : les débuts de la Résistance ont simplement fait leur devoir de Français communiste dans l’Aisne (1941) et la créaet de patriotes”. tion des FTP en avril 1942. L’auteur relate ensuite l’anéantissement des détachements suite à la chasse aux Communistes et aux Résistants “sous l’effet de la Gestapo et de ses auxiliaires français”. Enfin, il balaie l’année 44 : la restructuration de la Résistance FTP et la naissance des maquis. “Je me suis plus particulièrement intéressé au plus gros maquis axonais, celui de Mennevret. Hommes et femmes ont subi deux attaques allemandes et ont résisté pendant trois mois”. sur un seul aspect de la Résistance : l’histoire des FTP (francs-tireurs et partisans français), un groupe de résistance d’obédience communiste. “Bien loin d’être tous communistes, ils n’avaient qu’un seul idéal : libérer la France du joug de l’occupant nazi” résume l’auteur.

“La Guerre des Partisans - Histoire des Francs- Tireurs Partisans français - Histoire de la Résistance ouvrière et populaire du département de l’Aisne” par Alain Nice 9 rue de la Tour du Pin 02250 Bosmont sur Serre Edité à compte d’auteur - 40 E

Au fil des pages Alain Nice passe en revue la composition de chaque détachement, les sabotages, les attaques de ferme, les exécutions, le tout enrichi par des documents d’époque (photographies, documents officiels, cartes postales, etc.). Sans oublier la liste des exécutions sommaires de personnes coupables de collaboration avec l’ennemi. “C’est une réalité historique. Soixante-dix ans après les faits il est temps d’écrire l’histoire sans l’occulter” conclut-il.

Alain Nice travaille sur un nouvel ouvrage relatant l’histoire des réseaux anglais du SOE (special operation executive).

Le mémorial de Tavaux Autre casquette pour Alain Nice : la présidence de l’AMDVMA (association pour un mémorial départemental des villages martyrs de l’Aisne). Il sera aménagé dans l’église désaffectée de Pontséricourt en souvenir des victimes des trois villages martyrs de l’Aisne : Tavaux (21 personnes massacrées le 30 août 1944), Plomion (14 fusillés le 31 août 44), et le hameau du Gard d’Etreux (36 fusillés le 2 septembre 44). “Nous espérons inaugurer ce mémorial en 2014 pour le 70e anniversaire de ces événements. Nous aimerions ainsi que les derniers Résistants puissent y assister”. Une souscription a été lancée pour soutenir le projet. “L’essentiel des dons est venu des particuliers plutôt que des communes. Nous avons récolté 6 000 euros ce qui est nettement insuffisant”. A noter que le livre d’Alain Nice, “Tavaux - 30-31 août 1944 - Histoire d’une tragédie” a été réédité et est disponible auprès de l’auteur.


26

territoire

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Ville Art Déco, Ville d’Art et d’Histoire, Saint-Quentin valorise auprès des touristes une architecture qui témoigne de sa reconstruction après 1918. L’office de Tourisme joue la carte de la nouveauté pour séduire les touristes. Même chose au Marais d’Isle, espace de nature en plein centre de la ville, où les visiteurs se font embarquer pour des balades découvertes. Quant au développement économique, la situation de l’emploi rend nécessaire une mobilisation de toutes les collectivités territoriales, autour notamment des zones d’activités stratégiques, à proximité des autoroutes.

A la croisée des chemins et des arts


patrimoine

territoire 27

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Décoder l’Art déco “L’Art déco

est né avant 14-18, mais sa mise en œuvre est fortement liée à la reconstruction.” Chargé d’études documentaires au service de l’architecture et du patrimoine, Frédéric Pillet ne cache pas que c’est sur un champ de ruines que ce style s’est épanoui. “Suivez la ligne Hindenburg : Reims, SaintQuentin, Chauny, ces villes du front fortement touchées présentent toutes un important patrimoine Art déco.”

Tirant ses influences du cubisme, du fauvisme, des formes antiques mais aussi des arts d’Afrique, d’Océanie et d’Orient, l’Art déco s’inscrit avant tout en réaction à l’Art Nouveau de la fin du XIXe, tout en courbes lascives très “nature“ et non stylisées. Ce n’est que dans les années 60 que l’expression “art déco” sera popularisée en référence à l’exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, présentée à Paris en 1925. A Saint-Quentin, il est appliqué dès 1923 aux habitations d’une clientèle aisée, à de nombreux commerces et certains édifices publics. “Il s’agit d’afficher une devanture attrayante et au goût du jour, d’où l’intérêt pour les grandes enseignes commerciales comme l’actuel Monoprix dont les plans datent de 1922 ou pour des lieux comme les cinémas” commente Frédéric Pillet. Avec 3 000 façades, souvent agrémentées de ferronneries et “bow windows”, de nombreuses verrières, marquises et vitraux, des mosaïques et du mobilier dont le plus bel exemple se trouve être la salle du conseil municipal réalisée par l’architecte Louis Guindez, l’Art déco est en-

core aujourd’hui omniprésent, particulièrement en centre-ville. Plusieurs parcours mis en place par l’Office de tourisme permettent d’en découvrir ses multiples aspects à travers des réalisations comme la criée municipale, les fers forgés de la rue de la Sous-préfecture, l’école Nationale de Musique, les mosaïques de Notre Dame de Remicourt, jusqu’au quartier de la gare, particulièrement riche.

contact 03 23 06 93 69 Espace Saint-Jacques

A l’Ouest de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin, les zones d’activités du Bois de la Chocque et La Vallée évoluent à grande vitesse. Le point sur les installations et sur les projets.

Nouveaux emplois en prévision Près de la zone d’activités de la Vallée, qui se partage entre entreprises commerciales et industrielles, plusieurs enseignes sont apparues récemment. Vers le centre commercial de Fayet, de nouvelles chaines de restauration et le drive de l’hypermarché voisin. Plus en hauteur, un centre commercial dont l’ouverture est prévue fin septembre, avec boutiques d’habillement, un cuisiniste, un restaurant et une discothèque. “A terme, près de 200 emplois créés avec ces nouvelles implantations” avance Benoit

Membré, directeur de l’Agence de développement du Saint-Quentinois. De l’autre côté, au Bois de la Choque, une cité de l’image et du son est en projet. “Elle offrira une alternative aux studios d’enregistrement saturés de la région parisienne. Une plate-forme de 3800 m2 serait dédiée aux sociétés de cinéma, du son, de la télévision et à la formation audiovisuelle” précise Benoit Membré. Au sein de la pépinière d’entreprises Cré@tis, un nouveau lieu d’accompagnement pour les créateurs, le Garage. Autre

économie

projet : un centre d’accueil pour télétravailleurs qui serait équipé de tous les outils de communication nécessaires (haut débit, visioconférence…).

Depuis 2006, ce sont près de 3 ME investis sur le Saint-Quentinois pour l’aide à l’implantation d’entreprises.


28

territoire

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

culture

Hors les murs Janvier 2011, la tuile ! La toiture de la salle de spectacle “la Manufacture“ rend l’âme sous le poids de la neige accumulée. Les dégâts sont lourds, les réparations trop coûteuses, le lieu doit fermer et c’est une programmation complète qu’il faut relocaliser. “Les deux autres salles de spectacle, le théâtre Jean Vilar et le Splendid, furent des solutions de repli” explique Lydia Josse, du service Culture de la Ville. “Mais la programmation de la Manufacture avait, et a toujours, son identité avec un axe jeune public fort, privilégiant les petites formes alternatives et la proximité, il a donc fallu chercher d’autres lieux”. On voit alors des spectacles s’adapter et investir de nouveaux espaces : jardin d’horticulture, bibliothèque Guy de Maupassant, musée Antoine Lécuyer ou espace Saint-Jacques, centres sociaux des quartiers Artois et Vermandois, collège Jean Moulin et hôpital de jour pour enfants où se mettent en place des conventions.

De nouveaux publics sont touchés, d’autres acteurs s’investissent et c’est là le principal point fort de cette programmation devenue nomade, au départ par contrainte. “Fermer un lieu est un acte fort même en sachant qu’une nouvelle salle va voir le jour” admet Lydia Josse. “Avec le recul, il s’avère que cette relocalisation nous a permis de donner un vrai sens au mot “action culturelle” et d’amener de nouveaux projets en cohérence avec notre programmation.” Un nouvel espace verra le jour et les “petites formes” de la Manufacture retrouveront un écrin mais le principe du “hors les murs” s’est malgré tout installé dans le paysage culturel saint-quentinois et laissera probablement plus qu’une empreinte. Des ponts ont été jetés, des actions lancées, à suivre…

contact

www.ville-saint-quentin.fr

Relocalisation en plein air pour la Cie du Nouveau Jour.

Living room

Room Box : un lieu ouvert et alternatif.

L’endroit s’appelle la “Room Box”. La porte est grande ouverte, le plafond de la salle du haut tapissé d’aluminium, au pied des murs nus, encore quelques toiles de la dernière expo par l’artiste grapheur Wesh. “Ici c’est à la fois un appartement, le siège associatif du collectif Zombres, un lieu d’exposition et un lieu où s’organisent des évènements festifs” explique Serge, alias Byif, l’un des fondateurs du collectif. Créé officiellement il y a deux ans, “Zombres” réunit un staff actif d’une dizaine de personnes qui œuvre dans les domaines de la vidéo, de la musique et des arts graphiques. La Room Box est leur QG et leur espace d’expression, le tout fonctionnant dans une philosophie d’ouverture qui en fait le lieu de culture alternative par excellence sur Saint-Quentin. L’espace d’une soirée où vont opérer Djs et autres performers, l’appartement se métamorphose selon le thème choisi et peut vite prendre des allures de nightclub bondé. “Notre communication se fait essentiellement par le net et le bouche à

oreille. Mais sur un événement on peut vite mobiliser jusqu’à 200 personnes” fait remarquer Serge. L’entrée est libre, c’est un principe. Il est bienvenu d’apporter sa contribution, quelque chose à boire par exemple, mais oubliez tout de suite l’aspect commercial, pas de business à la Room Box. La Maison du CIL est le principal partenaire institutionnel de l’association et la soutient financièrement depuis le début. Tous les mois, un nouvel artiste prend possession du lieu. Graph, peintures, photos, tout est envisageable à l’image du travail personnel que montrait récemment la jeune styliste Marina dans “Destruction mise à nue”, une installation graphique et interactive posant un regard introspectif sur le thème délicat de l’anorexie. “L’idée c’est de renouveler régulièrement les événements pour montrer des choses très variées qui peuvent intéresser toutes les générations, pas seulement les jeunes. Les gens sont en demande pour d’autres démarches culturelles et pour d’autres comportements, moins rigides, plus spontanés��� conclut Serge.

contact 03 23 04 34 25 Room Box - 6 rue de l’Arquebuse


tourisme

territoire 29

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Nichés au cœur de l’agglomération saint-quentinoise, les marais d’Isle sont la destination verte des passionnés de la faune et de la flore sauvages et des amateurs de balade.

Nouveautés aux Marais d’Isle Les Marais d’Isle

s’étendent sur une centaine d’hectares. La moitié est classée réserve naturelle en raison des nombreuses espèces animales et végétales rares qui y vivent. L’autre moitié accueille le parc d’Isle où les chemins de balade, le parcours santé, la fermette, les aires de jeux et la plage d’Isle offrent un large éventail d’activités en solo ou en famille. Depuis 2011, deux nouvelles activités de découverte sont proposées.

Les Marais d’Isle en barque “Les Marais d’Isle au fil d’étangs”, c’est une visite insolite et authentique qui est l’occasion de s’approcher au plus près de la vie des marais. Deux bacôves (barques traditionnelles en chêne fabriquées à SaintOmer) sillonnent les abords de la réserve et emmènent les visiteurs sur l’étang d’Isle durant une heure. Avec des jumelles, la barque devient le lieu idéal pour observer les 160 espèces d’oiseaux, leur nidification, leur

Tourisme branché “Où se loger, que faire demain... ?” Les bornes interactives sont une mine d’informations pour les visiteurs.

La visite dure environ une heure.

rythme de vie ; mais également pour sensibiliser le grand public à l’importance de la protection des milieux naturels. Les barques peuvent accueillir onze passagers et un guide. Afin de conter l’origine historique des Marais et leur évolution, six guides ont été formés. Les bacôves se font le plus discrètes possible notamment grâce à leur moteur électrique à faible vitesse qui préserve la tranquillité des lieux et ne pollue pas.

Visite avec un audioguide Un audioguide permet de parcourir seul les 2,6 km du tracé. Avant de se rendre au parc d’Isle il suffit de télécharger la visite sur le site www.ville-saintquentin.fr et de l’enregistrer ensuite sur son lecteur MP3 ou sur son smartphone (le prêt d’un audioguide est possible à la Maison de l’environnement, à l’entrée du parc). Une fois sur place dix pistes d’écoute sont proposées, elles permettent de découvrir les richesses du site en toute autonomie.

En plus des traditionnelles visites commentées par un guide, l’office de tourisme du Saint-Quentinois propose aux visiteurs de découvrir le patrimoine architectural et culturel à leur rythme. Si vous croisez un touriste le nez en l’air et le casque sur les oreilles devant l’Hôtel de Ville de Saint-Quentin, c’est certainement qu’il est en train d’écouter son audioguide et de scruter les détails de la façade du monument. L’office de tourisme du SaintQuentinois propose quatre balades audio, téléchargeables en amont sur le site internet de l’OT et transférables sur son lecteur MP3 ou son smartphone. Pour les visiteurs de passage ou pour ceux qui ne possèdent pas ces outils, le prêt d’un audioguide est possible. Les visites sont courtes (environ 1 heure) et laissent les touristes libres de parcourir leur circuit comme ils le souhaitent, des pauses étant possibles pendant la lecture des pistes. Une applica-

tion pour smartphone est également proposée, elle permet de découvrir le patrimoine culturel et naturel de Saint-Quentin par des visites virtuelles sur son téléphone. Autre accès numérique : la quinzaine de bornes interactives installée dans les principaux lieux de passage (hôtels, BUL, musées…). Elles sont le prolongement du site internet de l’OT et grâce aux onglets thématiques comme “se restaurer, visiter, sortir…”, les visiteurs planifient leur séjour. Et pour être à la pointe de l’actualité touristique saint-quentinoise, les internautes peuvent s’abonner à la lettre d’information du site et rejoindre la communauté des fans sur Facebook.

rens. 03 23 67 05 00

Office de Tourisme www.saint-quentin-tourisme.fr


30

rendez-vous

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

musique 7 et 21 juillet Laon : Concerts de l’été Sa 7 à 20h30 : Michaël Jones Sa 21 à 21h30 : Plus beau l’été en musique avec Jessica Flores / 22h15 : Nâdiya Place de l’Hôtel de Ville, concerts gratuits. Rens. www.ville-laon.fr 26 juillet Laon : Les petits chanteurs de Monaco. 20h30 - Cathédrale Rens. 03 23 20 28 62 1er septembre Béthancourt en Vaux : festival plein air au centre du village Pierre hait les loups / Tys / Dead N Carzy / Gin & Peanuts / Natchez A partir de 18h Rens. www.myspace.com/mrichardrock

fête 7 juillet Rozoy sur Serre : fête dans le quartier du Chapitre dans le cadre de la semaine culturelle organisée par Les Amis de Rozoy et de sa Collégiale. 17h - 19h : le Millery’s Jazz Band jazz et spectacle burlesque 20h : dîner sur réservation 22h : conte “Clarus” par F. Thuillier, Bertille et Jules Parc de l’école maternelle Jeanne d’Arc Rens. 03 23 98 82 08 8 juillet Ohis : fête des fruits rouges Rens. 03 23 97 91 72 ou www.confreriedupissenlit.fr 21 juillet Etréaupont : festival de l’embarcadère. Programmation en cours Rens. www.lepieddelalettre.fr/

Du 8 juillet au 2 septembre

Les Orgues de l’Aisne en concert 8 juillet Saint-Quentin : Vierne / Tournemire / Langlais / Eben. 16h - Basilique Rens. 03 23 06 93 93

1er septembre La Ferté-Milon : Musique sacrée au temps de Racine. 20h30 - Eglise Notre-Dame Rens. 03 23 96 70 45

22 juillet Soissons : Mendelssohn / Schumann / Tournemire / Aubertin / Messiaen / Duruflé. 16h - Cathédrale. Rens. 03 23 53 17 37

2 septembre Laon : Bach / Brahms / Franck / Alain. 17h - Cathédrale Rens. 03 23 20 28 62

29 juillet Laon : Franck / Vierne / Dupré. 17h - Cathédrale. Rens. 03 23 20 28 62 5 août Soissons : Bach / Mendelssohn / Alain / Dupré. 16h - Cathédrale. Rens. 03 23 53 17 37 15 août Laon : Bach / Franck / Vierne / Alain 17h - Cathédrale Rens. 03 23 20 28 62 26 août Soissons : Elgar- Lemare / Widor / Vierne. 16h - Cathédrale. Rens. 03 23 53 17 37

expo Jusqu’au 28 juillet Château-Thierry : Les Street’Artistes envahissent le Silo. Exposition de Madame, Iemza, Seize HappyWallMaker, Thierry Gaudé, YZ, XXX Prod.©, Faby, Fifofif et Street Art Deco dans l’anicenne usine de Belin. Rens. http://www.le-silo.net Jusqu’au 2 septembre Fresnoy le Grand : exposition temporaire de patchwork sur le thème du jardin à la Maison du textile. Rens. 03 23 09 02 74

sortie 4 juillet Géodomia à Merlieux : on joue au centre de ressources environnementales de l’Aisne. Passez un après-midi convivial autour de jeux de société sur le thème de la nature, des animaux, des plantes, du développement durable… Entrée libre de 14h à 17h. Rens. 03 23 80 32 20 6 juillet, 18 août, 8 septembre Villers-Cotterêts : à la découverte de la forêt domaniale de Retz La visite, d’une durée d’environ trois heures, est guidée par un animateur forestier de l’Office National des Forêts qui vous fera partager les richesses et les mystères de la forêt de Retz. 6 juillet : Balade nocturne. RDV à 21h, parking du Grand Bosquet. 18 août : Circuit en forêt d’environ 20km. Possibilité de location de vélos. RDV à 14h, parking du Grand Bosquet 8 septembre : le brame du cerf RDV à 5h, parking du Grand Bosquet Rens. 03 23 96 55 10 ou http://tourisme.cc-villers-cotterets.fr 7 et 8 juillet Soissons : Vents en fête - 14e rencontre internationale de cerfsvolants. Samedi : compétition Open Dimanche : démonstration de cerfs-volants par des Anglais, Néerlandais, Belges, Allemands, Suisses et Français. Durant les 2 jours : terrains de

sortie vol libre, char à cerf-volant. Restauration sur place, village avec stand artisanat. Samedi de 14h à 18h et dimanche de 10h à 18h à l’hippodrome, parc Saint-Crépin Rens. 03 23 59 69 12 21 juillet et 18 août Villeneuve sur Fère : circuit pédestre (7km) sur les pas de Camille et Paul Claudel Rdv 14h30, Place Paul Claudel Réservation obligatoire au 03 23 82 31 57 10, 11, 17, 18, 24 et 25 août Laon : Couleurs d’été. Spectacle son et lumière à 22h30 - Parvis de la cathédrale. Rens. www.ville-laon.fr

Votre été dans l’Aisne

Distribué dans les boîtes aux lettres des Axonais fin mai, le guide culturel “Un été dans l’Aisne” est également disponible dans les offices de tourisme. Ce guide rassemble, de la manière la plus exhaustive possible, les manifestations culturelles pour la période estivale. Au menu : concerts, expos, spectacles, fêtes, festivals et autres curiosités … Au verso de ce guide vous trouverez, en détail, la programmation de l’été du Conseil général : spectacles arts de la rue en soirée, spectacles pour les accueils de loisirs, entrées gratuites dans les musées, grand concert au Parc Foch à Laon : autant d’événements gratuits pour animer votre été ! Alors, suivez le guide pour bouger, vibrer, vous émerveiller !


l'été du Conseil général

31

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Tremplin 13 juil. à Axo’plage Monampteuil

De 19h. à 0h30 - Huit groupes se partageront l’affiche de ce premier Tremplin 100% musiques actuelles

avec à la clé pour les trois finalistes la grande scène du Parc Foch où ils assureront la première partie du concert de l’été du Conseil général. Chaque groupe dispose de 20 minutes sur scène pour convaincre.

Ouverture du Parc Foch à 14 h. Spectacle arts de la rue avec Les Romain-Michel Les trois groupes gagnants du Tremplin 100 % musiques actuelles AZB / Fergessen / Deportivo / L’Orchestre National de Barbès / DJEMDI

www.facebook.com/leconcertete

12 soirées arts de la rue

organisées par les communes et associations autour d’un spectacle proposé par le Conseil général.

CIRC PANIC L’homme qui perdait des boutons Ve. 6 Crézancy / à partir de 19h Sa. 7 Pavant / à partir de 16h Di. 8 Ressons le Long / à partir de 12h

LES ROMAIN-MICHEL The street chaud juillet

Ve. 13 Monampteuil / à partir de 17h Sa. 14 Pontavert / à partir de 14h30 Di. 15 Laon / à partir de 14h Ve. 27 Fresnoy le Grand / à partir de 18h30 Sa. 28 Sissonne / à partir de 17h Di. 29 Ugny le Gay / à partir de 12h

MATHIEU MOUSTACHE Dans tous ses états

Ve. 20 Moÿ de l’Aisne / à partir de 18h Sa. 21 Hirson / à partir de 17h Di. 22 Montchalons / à partir de 12h

Ve. 6 Caverne du Dragon Sa. 7 Caverne du Dragon Maison familiale d’Henri Matisse Musée de la résistance et de la déportation de Picardie Di. 8 Maison familiale d’Henri Matisse Musée de la résistance et de la déportation de Picardie Lu. 9 Familistère Je. 12 Saint-Léger Sa. 21 Musée Jean de La Fontaine Di. 22 Arsenal Musée Jean de La Fontaine Ve. 27 Arsenal Sa. 28 Musée du touage Maison du textile Di. 29 Musée du touage Maison du textile

juillet

Le concert 15 juil. Laon

Au musée cet été

Sa. 4 Maison familiale d’Henri Matisse Di. 5 Saint-Léger Maison familiale d’Henri Matisse Lu. 6 Familistère Di. 12 Arsenal Sa. 18 Musée de la résistance et de la déportation de Picardie Di. 19 Musée de la résistance et de la déportation de Picardie Ve. 24 Caverne du Dragon Sa. 25 Caverne du Dragon Musée du touage Maison du textile Musée Jean de La Fontaine Di. 26 Musée du touage Maison du textile Musée Jean de La Fontaine

août

Jouant la diversité qui s’est offerte à travers la trentaine de groupes postulants au tremplin, la sélection propose de faire découvrir le rock indé tendance brutale de USS, la funkitude de EKO, les prouesses pop de Crackity Flynn, les cuivres chaloupés de la Funky Beat Family, la frappe métallique de Machinal Wawes, la fusion de Invitro, le rock sombre et torturé de So was the sun et le flow groovy de Music Machine.


l'image

l'Aisne 191 - Juillet/Août 2012

Deportivo, l'un des concerts de l'été du Conseil général de l'Aisne 15 juillet 2012 Parc Foch Laon

© Joël Dera

32


/Aisne_191