Page 13

mes yeux s’étale une vision de l’intérieur, où le soi et les mystères de l’inconscient s’incarnent en panoramas. Plutôt que chose vue, l’image indique comment voir et comment je vois. L’imagination propulse le cheminement initiatique sous de nouveaux horizons. Les expériences de telles présences se constellent lors de crises intenses, de rencontres avec l’extrême noirceur, en temps de grande détresse. Le peuple du Dæmondala, de lumière et de noirceur, d’être et de non-être, de naturel et surnaturel, resplendit aux quatre coins du royaume d’une âme humaine, originaire du mundus imaginalis. Le mundi imaginalis, monde imaginaire, existe. Toute création le nourrit. Toute oeuvre en provient.

DÆMONDALA – Les Effigies de la folie 15

Daemondala - Les effigies de la folie (demo)  
Daemondala - Les effigies de la folie (demo)  
Advertisement