Page 1

APOLLON


ESAG Penninghen La voix est libre, Les plâtres sortent de leur sommeil. La journée fut longue pour certains, 8h de pause en cours de dessin. Tandis que d’autres scrutent depuis dix ans La poussière s’accumuler au dessus des placards blancs.


Il souffrait de cet affreux sortilège

Lancé pas les licornes, jalouses de sa beauté. En un coup de foudre il était pris au piège,

Voilà qu’il s’effeuillait tel un arbre dépouillé. l’Apollon semblait tourmenté.

Il n’était pas le seul dans ce cas,

D’ordinaire très loquace,

Celle-ci illuminait l’atelier de mille néons

Ce-dernier restait en retrait.

Il était tourné vers le fond de la classe.

La Marie-Madeleine, aussi connaissait ce tracas. Au moindre geste du bel Apollon.

L’Apollon subissait depuis toujours Un handicap et non des moindres,

Lorsque son coeur battait d’amour

Son buste se décomposait en feuilles d’Ingres.


Il portait en son coeur un secret malheureux, Celui-d’avoir succombé Au désir amoureux.

Cette passion incontrôlée. « Mais Oh! comble du vice ajouta-t-il, Il s’agit contre ma volonté D’un amour impossible

Pour la femme nue du cours de la salle B »


Informés de la situation, son père Zeus Fut contraint de l’avertir

Que s’il vivait cet amour pour une vraie femme, Les licornes en joie le verrait périr.

L’esclave ajouta que le mal serait amplifié,

Plâtre et mortels ne pouvant communiquer, L’Apollon se verrait pétrifié

Devant ce corps nu à la sublime beauté.


Les licornes entendirent la discussion. Ravies de voir les effets de ce sort, Elles se rendirent sans attendre Voir Oscar la mort.


Oscar les accueillit dans son bureau enfumé, Et leur compta la suite de cette tragédie. Une fois le buste d’Apollon effeuillé,

Il ne restera de lui que de mauvais croquis.


Ce fut exactement ce qui se produisit, Le regard vide et le coeur brisé,

L’Apollon se vit faner dans la nuit,

Son âme s’envola de l’ESAG à tout jamais.


Le lendemain la femme nue fut de retour Elle entra en salle B et fit demi-tour.

Surprise de voir à terre ce tas de feuilles séchées,

Elle appela le massier pour qu’il vienne passer le balais.


3,5 - - - - -

Trop maigre, manque d’étude préliminaire

6

Travail insuffisant en valeur comme au trait. On dirait le travail d’une seule scéance.

3

Trop sombre,

C’est un Bronze !

6


5

6

Aff

5

7


Apollon  

Short story I wrote to present some drawings.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you