Page 1

The ExpresSèvres APRIL 1 2012

« Je voudrais un enseiquelque chose à ramener dehors de ces devoirs. », l’UNESCO le promeut,

RED

WELCOME TO THE UNESCO by Victor Balland and Alice Feray

SUNDAY

gnement qui vous donne à la maison à penser en Edith ANN l’a dit, le PEJ l’a fait.

L’UNESCO, ou Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture tient à contribuer au maintien de la paix grâce à de nombreuses démarches. Malgré les attributs totalement différents d’une organisation telle l’UNESCO et le PEJ, ces deux organismes se retrouvent sur de nombreux points, entre autres tout les deux ont une présidente à leur tête. Mais ce n’est pas notre principal sujet, la majorité des points communs portent sur l’éducation. En effet, l’UNESCO vise à aider les jeunes à réaliser pleinement leur potentiel en tant qu’être humain et à trouver leur place dans la société en tant que citoyens productifs, The Headquarter of the UNESCO at Paris, responsables et démocrates. Ces points s’avèrent 125 Avenue de Suffren 75007 être des valeurs essentielles du PEJ, comme l’a rappelé notre Présidente d’association, Lia BONNEMAIN, lors de la cérémonie d’ouverture. Le PEJ a pour but de former des citoyens actifs, c'est-à-dire capable d’exercer des choix libres, capables de réfléchir sur un problème donné. Association agrée jeunesse et d’éducation populaire, la mission éducative relève de son essence même. En dépit du fait qu’il n’y aura jamais de modèle universel d’éducation secondaire, on peut tendre à faire exister une cohésion et une ouverture d’esprit de chaque étudiant. Au cœur des problématiques, les PEJistes vont être amenés à faire des choix en matière d’éducation et de culture. L’UNESCO est une instance de décision primordiale dans ces domaines. Bon nombre de résolutions vont dans le sens des valeurs prônées par l’UNESCO. C’est notamment grâce à ce partage de valeur commune que nous avons la chance de pouvoir réaliser l’Assemblée Générale dans une salle aussi prestigieuse. Mais c’est aussi et surtout grâce à toute l’équipe d’organisation et à l’aide qu’ils ont pu recevoir, que nous sommes ici. Alors MERCI à vous !

EDITORIAL by Jean-Joseph Philippon and Olga Pushkareva Passion, suspense, disclosure of secrets, love, action, reaction, anything you need to feed your appetite with red pimento infos is in this red issue. This is the day of the General Assembly (G.A.), don't forget the golden rules, respect your partners while pushing your own arguments, do not cross any red line. People wearing red suit will represent the true fashion style of a

G.A. (yes there is one!): a color that people can easily see is the perfect tool to grab the attention of the audience. When you will leave the Unesco, the eyes filled with tears, we want you to remember. Remember why you participated to this session. Remember who made it possible. Remember who steered you and lead you to the writing of these wonderful resolutions. Remember your fellow delegates who, with their open-minded mentality, accepted you and discussed with you. Remember that a session is a com-

bination of great people. Remember, remember because be sure that we will not forget this unforgettable event. When the red curtain of the G.A. Theatre will shut, another world will open to your life: EYP-land, full of activities all around Europe.Keep your passion for EYP and continue the pass that you started two days ago. Believe us there are many opportunities to develop yourself in this project – you can either choose your red line or try everything. However it is only your choice, we are not pushing.

Eventually, we, who were hiding behind the red (blue and white) curtains all days and all nights, want to wish you REaDiness for actions, REDuction of prices, luck in putting on the REDs and of course big-big love of any colour!


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

« La JURYdiction suprême… » by Victor Balland Vous avez pu au cours de ces quelques jours rencontrer les membres du jury. Afin de vous en révéler plus sur leur identité notre équipe est allée à leur rencontre. Les délégués ont souvent la vision des membres du jury comme des êtres inaccessibles, hautains et violents, et bien… c’est VRAI ! Et nous sommes désolés pour les quelques personnes qui pensaient encore qu’être membre du jury pouvait arriver à tout le monde. Il faut avoir certaines prédispositions violentes pour cela. Le jury de la 32ème Session Nationale est présidé par Mlle Laetitia JAMET, et également composé par ce qu’elle définie comme son « harem » avec Mrs Robin MARANDET, Nicolas PERETTI, Radu SIMONESCU et Pierre Marie HUET.

Lorsque l’on demande aux membres du jury s’il y a des désaccords, des tensions entre eux, la réponse de Mlle la Présidente est directe et consiste à nous demander pourquoi il y en aurait, vu qu’il y en a déjà envers les délégués et que « c’est déjà pas mal », et de rajouter « si t’es pas content, je m’en fout je suis

PAGE 2

Présidente ! ». Mais cette situation ne peut plus durer nous avoue Mr MARANDET, c’est pour cela qu’avec ses trois camarades ils ont fondés le CJT (Confédération des Jurys Tyrannisés). Leur première action doit consister à organiser un putsch dimanche matin, lors de l’Assemblée Générale, pour « lutter contre l’oppression Laetitienne et rétablir la vérité ». La création de ce syndicat n’a eu pour effet que de renforcer les tensions entre le jury, ainsi Mr MARANDET admet au micro qu’il voit Mlle JAMET comme 70% garce et 30% Maître du monde, en réponse, et beaucoup plus humblement Mlle la Présidente ce considère comme 60% garce et 40% Maître du monde. La vérité dont nous parle le CJT, c’est celle de la corruption. En effet, la Présidente ne se cache pas pour dire qu’après avoir bien mangée et profitée de l’Eurovillage elle ne dit jamais non à un petit verre, quitte à modifier son point de vue sur la délégation (c’est d’ailleurs peut être ce « petit verre » qui lors de notre interview a poussé Mlle JAMET à nous épeler son

nom avec un « J comme George »). Malgré tout cela, les membres du Jury vous souhaitent de profiter de la session, qu’elle soit l’introduction d’une longue et belle histoire PEJ, et de rajouter en nommant les délégués : « Ils vécurent heureux et firent beaucoup de sessions… »


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

PAGE 3

L'amour in session by Arthur Brasseur C'est juste un moyen pour souder les délégations et les commissions me répondent-ils. Mais jusqu'à « ne servir à rien », il y a des limites.

Sensible comme je suis, écrire un article à propos d'Amour (avec un grand A bien sûr, pas un grand S) n'est pas une mince affaire pour moi. La première chose qui me vient à l'esprit, c'est de demander à Thomas Bonnefoy, du Bureau National (BN), ce qu'il en pense (ce dragueur..). Sa réponse : en session, l'amour est partout. Pour les délégués, l'amour en session est impossible : la distance et la Post EYP Depression (PED) suivant la session n'aident pas. Serait-ce alors un amour amical ?

Concernant les officiels, les réponses sont plus controversées. Message des Head-Sorgas (HO) : « soyez sûrs de ne pas enfreindre la golden rule ! » (voir article de Berkok pour plus d'explication). Citations d'autres officiels, de manière tout à fait random : « Quand t'es casé, les sessions PEJ sont difficiles à vivre », « Le mieux c'est de se taper une étrangère », « Avec du lubrifiant, tout passe » (CENSURE, CENSURE). La limite entre amitié et amour semble floue. Il y aurait beaucoup d'occasions, voire un potentiel élevé. Les sessions encouragent à aller vers l'autre, à se décoincer.

Nous sommes tous dans le train d’amour – aaah Nous sommes tous dans le train de fantasy Nous sommes tous dans le train d’amour – aaah Et je dis: Chicka! Et je dis: Chacka! Et je dis: chicka, chicka, chicka, chacka! Et je dis: chacka! Et je dis chicka! Et je dis chacka, chack, chacka, chicka! Translated by Marianne Munz

C'est inévitable, il faut y aller, accélérer le rythme, juste essayer. Sur un malentendu… ça peut marcher Un membre du BN est beaucoup plus sceptique. Toutes les relations au PEJ seraient-elles artificielles comme il le clame ? Quand certains pensent qu'on y rencontre les amours de nos vies, les dragueurs de profession répondent en fait que c'est un jeu, un système de point en fonction de nos compétences, et de nos victoires. Finalement, ne faudrait-il pas « instaurer des ceintures de chasteté dans le Welcome Pack ? Parce que les femmes, faut les tenir ». Cheers !


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

PAGE 4

They’re sExyMPL, and they know it! By Marianne Munz

When you are entering the room of EMPL 2 you will meet a group of young, engaged and smiling delegates. Furthermore, if you look on the backside of the door, you will find an awesome poster with the words; “Think out of the box!” As appealing as this sounds, it gets even better when you realize that this poster actually is a play list! Here the committee on Employment 2 has collected their favorite songs that suit the committee best, and I must say I truly agree. There are actually only three songs present, but it turns out that these songs are perfect for describing the committee on EMPL 2 in the three parts of an EYP session. Somebody that I used to know. Teambuilding is all about getting to know each other, and to become a unified committee. Through rough rounds with Ninja, the Banana song, the Orange game and other challenges, EMPL 2 was like a family. I met them after an hour of teambuilding, and honestly, I have never seen a committee connecting so fast. They were laughing, joking with each other and just having a lot of fun. A little specification in the end: in this setting, it is not about somebody that I used to know, it is about somebody I want to know. However, the song is amazingly cool, as are the delegates in EMPL 2! I got a feeling. When doing committee work, it is important to have a good feeling about your work, and being confident in your own opinions. EMPL 2 has been working thoroughly with all the problems and solutions, and everyone has been contributing so much and good that their only problem was their fight against the clock. “They are soo good, we are really impressed. Communication is zee best!” I guess this

statement from EMPL 2’s amazing chairs, Dalva and Camille, says it all about EMPL 2. We are the champions. At the same time as this is written, EMPL 2 is being GA prepared by their chairs. I hope, and I know, that they will do an awesome job in GA, defending their resolution concerning how to cope with the housing problems of the poorest population in European countries. They are at least “better than 1, and the others!” I wish you all good luck, dear delegates, and remember to always stay on the train of love!


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

PAGE 5

“Do you want a French Kiss ? I can put of the “Rouge à Sèvres” if you prefer” by Alice Feray Even if we are used to say at EYP that “K.I.S.S.” means “Keep It Short and Simple”, I would like to explain the dark side of this word. If you have never lived this experience, I am sure that one day someone will ask you what a “French kiss” is. The fashion snail has spread the French kiss around the world (and he did not hesitate to leave it his slaver…) Nowadays, everywhere on the world, people use this word to characterize this kiss with tongue. Indeed, our Turkish journalist Berkok defines this kiss as unforgettably wet. Our Swedish Malin qualifies it as tasty and our Norwegian Marianne specifies that this kiss is sweet: welcome to the Care Bears Land! However, the French kiss is quite an art, one cannot become French-SerialKisser easily. French kiss may seem sexy, in reality approximately 250 types of bacteria are exchanged in each kiss. Feel reassured, most of the sexually transmitted diseases are not passed on by the kiss

Le Petit Chaperon Rouge By Marianne Munz

been made, such as the relatively recent horror movie “Little Red Riding Hood”, starring Amanda

The Little Red Riding Hood is an

our childhood, the story about the

Seyfried in the main role. The pur-

old

have

little girl with a red jacked and a

pose of destroying such beautiful

knowledge of. We remember from

hood, who went out in the forest

memories of the people who grew

on her way to her grandma. But, in

up with the innocent truth of poor

the last couple of years, old fair-

little Red Riding Hood is remained

ytales and children stories have

unknown, and will probably stay

been drawn back into the adult

that way until the producers stop

life. That is why it has been com-

making money of the films. There

mon to find Little Red Riding

you have it, everyone; this is how

Hood in several advertisements,

the world has become. Even Little

such as for women perfume.

Red Riding Hood has to suffer for

fairytale

we

all

New movie productions have also

the benefits of being rich.


The ExpresSèvres ISSUE 3

CULTURE ? Y’a que ça qui dure by Rebecca Roberts Lorsque la commission CULT, formée de 13 délégués (Léonard, Eline, Madeleine, Bénédicte, Angéline, Dorian, Miriam, Franz, Kenny, Kilian, Romain, Chloé et bien sur Tiphaine) se rencontra pour la première fois, les regards et paroles partagés étaient hésitants. Mais à peine deux minutes de Team building et les délégués étaient déjà aussi proches que des amis d’enfance, avec Léonard et Franz qui se sautaient dans les bras et Dorian parti cueillir des fleurs pour chaque membre de sa commission. Même si certains de ces délégués étaient assez timides au début, beaucoup d’entre eux sont devenus plus ouverts au fur et à mesure des Ice Breakers, qui ont merveilleusement réussi à créer une bonne ambiance et entente. Dès le déjeuner, ils formaient déjà un groupe qui pouvait résoudre un problème commun (ex : The Human Knot) dans la bonne humeur, avec le meilleur humour. Grâce à cette première journée, le Travail en Commission, ou Committee Work comme

RED

nous aimons l’appeler à l’EYP, a pu se dérouler sans aucun problème. En effet, même si les CULT n’auront pas remporté les EuroOlympiades (même si, je tiens à préciser, ils ont gagné aux deux premières épreuves), ils sont quand même restés soudés en tant que Commission. En effet, les 13 délégués qui forment CULT ont beaucoup évolués au cours de cette journée. Même si au début, leur chère Chair (oui, nous adorons dire ça) Marilou avait peur qu’ils n’aient pas assez de temps, nous avons toutes les deux tout de suite remarqué des énormes changements en comportements et attitudes pour le bien de cette merveilleuse commission. Il était tout d’abord très clair à mes yeux que certains de mes délégués se sentaient très à l'aise pour parler devant les autres, comme par exemple Franz, Léonard, Madeleine ou même Tiphaine. Ils n’hésitaient pas du tout à prendre la parole lorsque ils en avaient besoin, et se sentaient tout à fait à l’aise pour parler en anglais. Mais, les changements remarquables qui sont apparus concernaient les délégués qui, à la base, sont peut être un peu plus réservés. Même si Romain était un peu timide lors du Team Building, il a très bien réussit à expliquer ses opinons lorsque le débat prenait le

PAGE 6

dessus. Mais bon, ceci est peut être dû au fait qu’il a enfin pu dévoiler son côté « Justin Bieber » lors de la soirée Eurosketch… Il ne faut pas oublier que ce n’est pas que le développement personnel des délégués qui est important, mais aussi la manière dont ils ont travaillés ensemble. Même s’il y avait peut être parfois des problèmes d’écoutes, ils sont toujours restés très confiants et productifs « Parce qu’on est une super équipe ! » s’exclama Kilian, lorsque Marilou montra sa surprise quant au fait qu’ils avaient déjà fini la tâche qu’elle leur avait donné. Cette confiance a été magnifiquement illustrée lors du passage du Jury dans notre salle, où les membres de CULT n’ont pas du tout été dérangés par leur présence. De plus, même si le Travail en Commission représente tout le sérieux d’une session PEJ, la bonne entente qui existe entre toutes ces personnes n’est pas disparu lors de ce travail. Au contraire, les délégués ont réussi à trouver un équilibre entre le sérieux et la rigolade. Un moment qui m’a beaucoup marqué pour illustrer ceci : quand l'équipe débattait du racisme entre les fans de sport, et que Dorian résuma les échanges par une phrase très philosophique : « De toute façon, les gens disent ça comme ils mangent des petits pains. » Pour en venir à une fin (mais pas à la fin de CULTURE, par ce que y’a que ça qui dure !), je suis très heureuse d’avoir eu la possibilité de suivre ces extraordinaires délégués qui sont la raison pour laquelle j’ai vécu une session aussi mémorable et importante à mes yeux. Sur ce, j’ai hâte de voir comment ils s’en tireront à l’Assemblée Générale et leur souhaite une bonne continuation au sein de EYP !


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

PAGE 7

Scouts en session By Alice Feray et Arthur Brasseur Nous avons constaté que beaucoup de scouts participent à cette 32e session nationale du PEJ-France, parmi les délégués mais aussi chez les journalistes et orgas. En quoi le scoutisme peut-il être bénéfique lors d’une session PEJ ? Pour répondre à cette question, étudions d’abord les conséquences de l’inflation sur le chômage à long terme. Nous verrons ensuite ce qu’en pensent les scouts effectivement présents. Il existe beaucoup de similitudes entre le scoutisme et le PEJ. Les valeurs de la vie en communauté telles que l’entraide, le respect des autres, la prise d’initiative, l’esprit d’équipe et la responsabilité sont les maîtres mots d’un camp scout ou d’une session PEJ. Les compétences acquises sont assez similaires : ces associations nous forment à la gestion d’un projet, la formation d’un groupe efficace au travail ou encore la fédération et l’enseignement par les jeux. En se composant de petits groupes hétérogènes et d’un bureau national, les réseaux permettent aussi à chacun mouvement d’acquérir une diversité et une ouverture à tous. Pour illustrer ce propos, nous sommes allés interroger des scouts. Marie, S-Orga, scout depuis 7 ans, au PEJ depuis un an et Edouard, S-Orga, scout depuis 5 ans et au PEJ depuis un an. A quoi sert l’expérience scout au PEJ ? « Cela nous rend sociable, spontané. On apprend à se « démerder » quand on a des problèmes de dernier moment. On sait comme faire avec les moyens du bord face aux imprévus : par exemple, nous n’avions

pas de couteau donc j’ai coupé le quatre-quart avec un stylo. L’esprit de groupe est une habitude chez les scouts. Dans les deux cas, on ne mange pas bien, on dépend du café, on ne dort pas et il faut toujours être à fond. » Quelles sont les principales différences entre ces deux associations ? « Le contexte n’est pas le même. Les scouts se connaissent généralement de longue date et les camps durent plus longtemps que les sessions PEJ. » Arthur, Journaliste, scout depuis 12 ans, au PEJ depuis un an A quoi sert l’expérience scout au PEJ ? « La confiance en soi permet une meilleure gestion des moments de stress. A plus grande échelle, le scoutisme et le PEJ sont des écoles de la vie à travers lesquelles les participants reçoivent et rendent ensuite ce qu’ils ont acquis au plus jeunes. » Différences entre les deux associations : Le scoutisme n’est pas à la carte, et la vie de groupe local est plus importante que la vie au niveau national, alors que les temps forts du PEJ son plutôt les sessions régionales et national, voire internationales. Les scouts participent cependant aussi à des rassemblements : qui soupçonnerait que 20 000 scouts vont se rassembler fin juillet 2012 en région parisienne ? Finalement, on peut dire que les deux mouvements, que sont le scoutisme et le PEJisme, sont complémentaires. Ils sont compatibles mais il est loin d’être indispensable de connaitre l’un pour comprendre l’autre, ils développent certaines compétences en communs et chacun a ses spécificités.


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

PAGE 8

C’est du joLI(BE) ! by Alice Feray ble Justine, les LIBEriens se

adopté d'office. C’est ainsi que la

sentent tout de suite à l’aise.

LIBEllule fut créée. N'est-ce pas

Après un bon nombre de jeu

une belle histoire,?

de prénoms, les LIBEriens avaient tout juste l’eau à la bouche. Et justement vint l'heure du repas. Nos LIBEriens Au pays des libellules, Sarah,

s’en léchèrent les babines. Afin de

Cyriel, Ellie, Laura, Pauline, Es-

détendre l’atmosphère, quoi de

telle, Sullivan, Maxime, Vincent,

mieux que d’embarquer dans le

Benjamin et Roch ont un point

train de l’amour ? Les délégués

commun : leur mode de vie est

nous indiquèrent leur surprise en

assez spécial. Dans le milieu natu-

constatant que tout cela commen-

rel sévrien, il est rare de trouver

çait à « devenir hot ! ». S’ensuivit

des prédateurs aussi inhabituels.

le nœud humain, qui nous prouva

Heureusement, les S-Orgas ont

que même face à l'adversité, les

pensé à tout et savent mettre ces

LIBEriens se serrent les poings et

carnivores dans des conditions

avancent (littéralement) ensem-

favorables à leur apprivoisement.

ble . Certains proposèrent même

Venus des quatre coins de la France, nos LIBEbés larves apprirent petit à petit à se connaître. Sous la protection de notre incroyable président Ollie et de l’adora-

l’idée de se faire manger par les requins afin de sauver leur équipe. A la recherche d’un cri de guerre, Roch nous sortit naturellement son « Libe, Libe, Libellule », qui fut

L'histoire continue bien au delà. Une fois acclimatés, nos LIBEllules commencèrent à entrer dans le vif du sujet, celui-ci traitant de la Hongrie. « L’UE doit-elle prendre davantage de mesures pour assurer le respect des libertés fondamentales en son sein ? ». Tel était le problème que nos vaillants délégués avaient pour tâche de résoudre. Un brain-storming s’imposa afin de mettre en avant les points à aborder. Après plusieurs heures de dur labeur, la soirée des sketchs fut l’occasion de mieux se connaitre. Vincent, à genoux, nous a montré son admiration pour la belle déesse grecque Ellie. Roch a aussi compris l'importance de ne pas embêter Laura. A l'horizon du programme se profila alors l'inquiétante ombre du travail en commission. Revenons donc à la description de nos LIBEllules : ces dernières n’attendent pas la saison des amours pour déclarer leur flamme. Alors que Sullivan, Cyriel et Pauline restent insensibles au charme de ces demoiselles et de ces messieurs, d'autres comme Maxime et Sarah ont du mal à trouver les mots pour l’exprimer.


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

PAGE 9

LIBE, c’est aussi et avant tout d'étonnantes prouesses techniques: que ce soit avec le cou ou avec les dents, ces étranges LIBEllules réussissent à se passer une orange sans la faire tomber par terre… ou presque. On notera d'ailleurs que les LIBEllules ne s'établissent jamais loin d'une source de nourriture. LIBE rime également avec déjanté et nos LIBEllules aiment développer leur coté star. Entre grimaces et séances photo, nos

GOLDEN RULE: THE BISCUIT

prédateurs sont de toute beauté.

by Berkok Yüksel

Après quelques heures de réflex-

In the dark ages, where rules did not exist and where was chaos. Finally a hero came and created the Golden Rule. So the world gained order and everyone was happy. But the day came when someone couldn’t overcome the passion. And chaos ruled again in EYP.

ion sur les problèmes posés par les réformes hongroises et leurs solutions, il est déjà temps de se préparer à l’assemblée générale. Les LIBEllules imaginent déjà un « David Guetta » présidant les débats, et une assemblée de délégués vêtus d’une chemise hawaïenne… Au grand désarroi de Benjamin, les délégués de LIBE ont appris que l’assemblée générale n'était pas vraiment une plage. Les LIBEllules auront malgré tout appréciés cette journée. D’après les dires de plusieurs délégués, ce samedi fut « moins dense que vendredi », mais ce n’est pas pour autant que le relâchement est à l'ordre du jour car les résolutions ne vont pas se défendre d'ellesmême. Au boulot les LIBEllules !

In my school, there is a certain hierarchy which practically is based on old boarding school morals, which is why there is a certain Golden Rule: you can’t have a relationship with an older or younger student. Being quite similar to that of EYP, this rule is required in order to protect the mutual respect among classes. Actually, that is also the reason why it exists in EYP as well. Nowadays in many countries the Golden Rule is becoming less and less significant. Still, for some (England for example) it is serious business. Breaking the main rule could be penalized by a real court. Therefore, I suggest you don’t get caught while trying to have some illegal fun. Bearing in mind that it protects the professionalism, I suppose breaking the rules now and then is always the EYP way to do it. You’ve got to risk it to get the biscuit.


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

PAGE 10

Eurovillage by Rebecca Roberts and Berkok Yüksel As you step into the Eurovillage hall, the Bulgarian table catches your eye, and the smell hits your nose. However you don’t know what you should do first - to grab some food immediately or to enjoy the view of their amazing Bulgarian costumes. After finding out that it took delegates only one day to prepare, we try to taste the delicious delicacies when all of a sudden an orga prevents us from eating them. Apparently the jury has not gone around the entire room yet and we must wait. No matter, we continue our trip around the room, discovering many new cultures in the space of 5 minutes walk. Among these new cultures were Spain, Bulgaria, Greece, Czech Republic, Poland, Estonia, Sweden, Germany and Great Britain. Although it is nearly impossible to judge the food, the award for the most remarkable comment came from the Polish table: “If you take a picture of us, will the word POLAND be backwards?” We also noticed that the delegation taking care of Spain loved our Eurosketch night so much that they actually prepared for the jury another one this time in Spanish. We determined that the words they had to integrate into their sketch were: Nadal, a torero, Don Quixote and Pancho Villa, along with “new generation”. We saw how our favourite Turkish journo was taught how to eat Greek food, although he considered it unpractical, he very much enjoyed the Greek ouzo. However, it appears that this event was also overshadowed by injustice, a Eurovillage injustice. It appears that an unidentified person (official OR delegate) somehow misplaced one of the three coolers belonging to the Czech Repub-


The ExpresSèvres ISSUE 3

lic. This was quite problematic because it contained all their salty food, “cuit à l’eau” as they adamantly told us. Fortunately for us, their table was still covered in delicious pastries and other such foods. They were not the only ones with sweet food though! After asking the Swedish table which one of their own food was their favourite, they almost all instantaneously answered: “Le gateau au chocolat!” It seems that the last delegation I talked to was representing Germany. They had nice things to say about the others, especially about the Spanish team, because they enjoyed very much the sketch in Spanish. Though it’s clear that all stands at Eurovillage are unique and original in the same way, it is also true that there are some resemblances. The diversity of cultures consequently creates a variety in food, but the European common culture affects the cuisine as well and produces common points in the kitchen. I think it would be right to say that this Eurovillage in Sevres was a colourful and joyful one, moreover it filled our stomachs with marvellous food.

RED

PAGE 11


The ExpresSèvres ISSUE 3

On ne s’ECONomise pas à la tache by Victor Balland La Commission des Affaires Economiques et Monétaires (ECON) de cette 32éme Session Nationale a travaillé sur les opportunités d’une régulation du système financier, notamment grâce à une taxation des transactions liée au marché des changes. Mais dans une commission il n’y a pas seulement le sujet qui importe : pour prendre une métaphore automobilistique, les délégués sont le moteur du groupe, et les chairs le volant et les pédales (loin de moi toute discrimination). C’est grâce à l’ensemble de ses membres qu’ECON a réussi le challenge qui lui a été confié ! Un bon travail en commission passe d’abord par un bon team building et la journée de vendredi en a été riche ! Ainsi nous avons appris que Maelle est une boxeuse invétérée et que Ingrid adore manger : bons points pour

RED

créer des liens, mais pas suffisant! C’est pourquoi leurs Chairs, Pauline et Nathan, ont fait découvrir aux ECON-istes les joies du Human knot, du Lapin rose et bien d’autres jeux plus ou moins surprenants. Les délégués ont ainsi sauté, crié, joué, couru ; ce dernier point a du plaire particulièrement à David qui nous a avoué le premier jour que c’était là son plus grand hobbie. Cependant, tous ces jeux ne sont pas justes là pour amuser, ils servent à former un groupe, une équipe, une commission. Et c’est ainsi qu’est réellement née la commission ECON, de par l’union de 14 lycéens qui ont décidés de travailler ensemble, dans un même but : rendre la meilleure résolution possible afin de faire changer les choses ! Pour cela ils ont affirmé que le maintien du marché est indispensable à la bonne conduite de notre société. Ils se sont particulièrement intéressés aux méthodes visant à limiter les effets néfastes du

PAGE 12

marché, tout en assurant sa continuité et sa stabilité. Ils ont convenus à l’unanimité de la nécessité de réguler la fluctuation des actions à court terme, ou comme le dit Charles la « High frequency trading ». Cette idée de surveillance a initié un vif débat au sein de la commission, Florian étant plutôt favorable à une restriction des règles visant à restreindre la spéculation, alors que Maxime a défendu la promotion d’une taxe visant à réduire ce type de transaction. Grâce à la gestion des 2 chairs et à la bonne connaissance du sujet par l’ensemble des délégués, les débats ont pu être vifs et intenses. En effet, malgré le fait que le sujet s’avérait complexe, chacun a essayé de participer et a ainsi permis de faire avancer le sujet et également de se faire une opinion sur le sujet. Pour conclure, Merci à vous les ECON-istes, et à bientôt pour une nouvelle expérience PEJ.


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

PAGE 13

Poulet au curry façon ICOM By Arthut Brasseur

Tout d'abord que serait une commission sans ses chairs? Les belles Eulalie et Pauline (VicePrésidente) ont dirigé les délégués pendant les team building (TB) et les ont encadrés dans leurs réflexions durant le comittee work (CW).

comme des amis de longue date, des papys Alzeihemer, des jeunes en boite ou des rappeurs américains. Point intéressant à retenir: le passage de la balle entre Julie et Eva lors des names games a conduit à un formidable «Eva-Julie» très vert.

Marie-Cécile, déléguée, a impressionné ses collaborateurs en retenant leurs prénoms dès le premier tour de présentation, et en récitant: «Samuel, Ines, Quentin, Laurine, Collynn, Julie, Florian et Florian, Julie et Julie, Coralie, James, Corentin, Eva». Eva, qui fait d'ailleurs partie de la « Awesome Greek Delegation ». Les délégués se sont ensuite dit bonjour de toutes les manières possibles et imaginables qui soient, d'abord formellement, puis

Après une journée studieuse de team building, ICOM est ensuite passé au committee work. Leur topic? «Quelles mesures l'UE peut-elle prendre quant à la diffusion des œuvres sur internet pour assurer l'équilibre et la propriété intellectuelle et accessibilité à la culture?». Il s'agit en fait d'une étude sur l'accord commercial anti -contrefaçon, plus connu sous l'acronyme ACTA.Y a-t-il une légitimité à fermer Megaupload? Comment permettre aux artistes de vivre de leur musique sans que les maisons de disques s'en mettent plein les poches au passage? Les lobbys jouent un rôle puissant dans ce secteur, ils seraient à l'origine d'ACTA.

Pour organiser le travail, ils ont eu la bonne idée de continuer le « pass the orange » pour donner la parole à ceux qui voulaient parler. Et en anglais pour qu’Eva puisse comprendre. Le travail les a mené à une conclusion intermédiaire: il faut un juste milieu entre les gouvernements totalitaires qui font de la propagande à travers la création artistique, et la proposition de ACTA, solution forte des lobbys capitalistes obnubilés par le profit. Il faut utiliser les bons outils à bon escient. Il faut aussi noter que c'est sûrement la seule commission qui cite Balzac comme argument durant le CW.


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

Mais le dernier jeu etait formidable, EMPL 1 a gagné après avoir risqué sa vie quelques fois pour attraper un certain sac. Il y avait une atmosphère très amicale entre les EMPL1istes et la joie était totale, même pour leur journaliste.

EMPL 1 – Trop stylé! by Malin Hellström Un groupe de 14 délégués d’un peu partout en France, avec un but commun, celui de repondre à la question la plus importante de leurs vies: « Quelles mesures concrètes pourrait prendre les Etats membres de l’UE pour que le principe de solidarité intergénérationelle aboutisse à des actions concrètes et contribue à l’inclusion de toutes les générations exclues de la société ? » Le premier jour nous avons fait du teambuilding. Au fur et à mesure que la journée se déroulait les EMPLists commencait à mieux se connaître. Nous avons appris quelques infos sur les différentes personalités, il y a un peu de tout – quelqu’un aime pêcher, un autre aime embrasser sa maman et un troisième aime faire du bo- wling. Les chairs

PAGE 16

fantastiques ont aussi partagé quelques infos sur eux-mêmes. Lea détéste les raisins secs et David a fait un discours de l’importance des cercles au PEJ avec son mervieux franglais : « do you comprend? C’est trop stilé !». Samedi, le travail serieux a commencé ce qui ne nous a pas empeché de jouer avec les orgas. Les activités organisés par les orgas étaient vraiment extraordinaire. Par contre, il n’a pas eu de victoire dans le premier jeux, juste la confusion totale. La question que tout le monde se posait au moins quatorze fois était “mais quelle est la couleur d’un billet de cinq?” et “pourquoi est ce que le briquet n’est jamais là quand nous en avons besoin?”

Après cette victoire la comission EMPL 1 est retourné au travail. Honêtement la première fois que j’ai leur sujet, je n’ai pas compris grande chose. Donc je suis totalement impressionée par

les magnifiques délégués qui me semble avoir beaucoup de choses à dire sur le sujet. Leurs discussions sont bruillantes, mais cela est due au fait qu’ils souhaite tous s’exprimer. Il y a tellement d’idées et ils sont loin d’être tous d’accord au debut. Mais avec la discussion ils arrivent à se mettre d’accord, enfin ceci après un energizer, quelques morceaux de gateaux et un peu de danse. Ca me fait mal que notre séjour ici soit presque fini. En tout cas, il n’y a aucune doute que les magnifiques délégués d’EMPL 1 ’soient tous de futurs politicens et surtout de futurs PEJistes.


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

PAGE 17

Communism and surrealism by Arthut Brasseur Churchill a dit «Le meilleur argu-

ment contre la démocratie est une conversation de cinq minutes avec l'électeur moyen». La démocratie, selon la définition canonique d'Abraham Lincoln est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. C'est un régime politique dans lequel le peuple est souverain. Pourquoi Philippe de Bouvard parle-il alors de la démocratie comme «la moitié des cons plus un»? Car tout simplement, ce serait finalement l'oppression du peuple, par le peuple, pour le peuple; le pouvoir absolue de quelques-uns. Il était une fois un système politique dans lequel tous les hommes croyaient être égaux.

Gouvernés par des leaders charismatiques (élus avec plus de 80% des voix), ils vivaient dans des Kolkhozes, sortes de grandes fermes rurales dans lesquelles toutes les familles habitaient ensemble. Ils travaillaient plus de 18 heures par jour, ce qui fait 36 heures en deux jours. Ils exigeaient, et c'est bien normal, de passer à 35 heures. Ils voulaient une réforme des retraites: travailler jusqu'à 80 ans, puis percevoir leur retraite par le fond de pension Mes-Petits-Enfants Inc. n'était pas de leur goût, sachant que les impôts pour financer les séminaires gouvernementaux aux Maldives étaient assez élevés.

Valentin Rusin, contemporary art painter from Ukraine, living in Germany. Comme dirait Magritte, ceci n'est pas le communisme. Il apparaît en définitive qu'il reste du boulot pour trouver un système politique moins mauvais que les autres.

Paris in red - L’amour à Paris By Marianne Munz I am sure you all know, as usual, Paris is the city of love. This is the city where couples, lovers, husbands and wives, and soon-to-be-divorcedcouples go to if they are looking for the ultimate-romantic vacation. Walking around in the city, kissing under the Eiffel tower, kissing on Champs Elysée, kissing by the Louvre and chaining a named padlock on the bridges, for lifelong happiness. Personally, I can not imagine a more romantic place to spend a holiday then in Paris. However, in a long term, this must surely be boring? Well, as a single 18 year old girl, I must say that this way of seeing Paris doesn’t sound very appealing. However, if one is to change the view a little bit, just a little, and put in a handsome French guy, it suddenly became much more tempting (oh no this is not an official call). So, to finish this before it gets way too awkward, I urge you all, dear delegates, to go to Paris and experience the most romantic city in the world – with or without a partner. Bonne chance! PS: my phone number, in any case: 0047327255


The ExpresSèvres ISSUE 3

Imaginez un lieu où les idees sont comme gladiateurs dans une arêne, où la definition de perfection est allègrement sousestimée, où les miracles sont monnaie courante… D206, la salle de commission d'AFET, incarne cet antichambre du mystère. Ce qui transforme cette pièce exiguë en un endroit idyllique, ce sont les personnes qui y travaillent. Au vu des délégués et officiels très spéciaux qui y travaillent, j’ai choisi de rédiger mon article en français, afin qu’ils comprennent au mieux l'appréciation que je leur porte. 14 délégués, 2 chairs et bien sur un journaliste exceptionnel (wut?); avec un but commun,

Teambuilding, du Committee Work et de l’Assemblée Générale, je n'ai pu que constater le chemin parcouru en terme de relations personnelles, de confiance en soi, de capacité à surmonter les obstacles et surtout de leur intérêt pour la session. Avec le temps, les 14 jeunes européens ont changé. De timides étrangers, ils sont devenus en 3 jours une equipe confiante, soudée et forte. Léa nous fait part de son contentement: “J’ai été

RED

AFET: TROP COOL by Berkok Yüksel essayer de trouver une solution a la question chypriote. L’ironie du sort ayant décidé de faire se rencontrer une déléguée grecque et un journaliste turc dans la commission, il est facile d'imaginer la qualité du débat de la journée. Quand on demande a Léa Le Coq, chairperson de la commission, ce qu’elle pense d’AFET, elle nous répond: “Ils sont simplement parfaits!”. Compte-tenu de l'enthousiasme de notre “chère chair”, nous

très fière de voir qu’ils ont commencé à s’exprimer et à débattre librement”, tandis que que Konrad, vice-président, nosu a seulement fait part de ses sentiments au travers de trois mots simple, mais lourds de sens: “I love it.” Concernant les langues parlées dans la commission, it really surprised me that one of the golden rules was “share the two languages”, which is why I wrote this part in English. Les règles

PAGE 18

continuons notre reportage en interrogeant Gabin, délégué d'AFET: ”D’abord c’était un peu difficile a comprendre, mais c’est devenu de plus en plus interessant au fur et à mesure que le débat avançait.” Soyons honnêtes, un sujet concernant une petite île fort lointaine ne correspond pas exactement à la définition d'un sujet ”interessant” pour un jeune français, turc ou grecque. La commission des affaires étrangères a néanmoins su créer une résolution sans failles, dont nous espérons tous assister à l'adoption lors de l'Assemblée Générale.Ayant eu l’opportunité de les observer travailler lors du

théoriques de langue ne sont généralement pas appliquées très strictement, mais on a pu observer un réel effort pour parler anglais afin que la déléguée grecque, Konrad et moi nous sentions à l’aise. Et quand vient le moment d'interviewer les délégués au sujet du “sharing” des langues, Wassim a exprimé sa gratitude envers Konrad pour l'usage de son excellent français: “C’était vraiment agréable de voir qu’il a fait un effort, il est


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

sympa notre chair.” Après de nombreux Ninja Games, Human Knots et autres Coin Games, ainsi que de longues, très longues heures de travail en commission, j’ai compris que cette commission était spéciale. L’intimité de leurs relations, la manière dont ils ont conquis la porte de CULT et prouvé leur indiscutable

PAGE 19

supériorité, et la facilité avec laquelle ils ont tracé leur route au cours de la session en est ausi la preuve. Après le breakdance, le Justin Bieiber Show et le conflit entre le bon et le mauvais d’un macaron, je suis intimement convaincu qu’AFET a prouvé qu’elle est une bonne équipe. En bref, je résumerais simplement en disant deux mots: “C’était ouf”.

Let’s paint the jungle red by Malin Hellström Après une journée de sacré travail en commission et un Eurovillage extraordinaire les délégués pouvaient enfin se lâcher en dansant... mais déguisés sous le thème “Jungle”. Au début il n’y avait que cinq officiels sur le dancefloor et donc ce n’était pas très sauvage. Mais là, d’un coup il y a tous les délégués, en troupeau de tortues du Burundi qui sont venus mettre l’ambiance! Tout le monde est super-content et danse comme des éléphants – oui, les tortues du Burundi imitent le pas des éléphants. Les délégués en train de retrouver l'air pur de la jungle ont l’air d’être bien heureux. Profitant du temps libre des participants, votre journaliste animalière préférée en a profité pour leur demander les impressions qui ressortent de cette session.

Tous sont d’accord sur un point : ce séjour à la 32ème Session Nationale à Sèvres a été “mégabien”. Il y a eu une très bonne ambiance, tout le monde a été accueillant et ils ont surtout trouvé des nouveaux amis. A la question s’ils veulent continuer leur voyage au PEJ ils répondent avec un grand sourire: “Pourquoi pas ?”. La seule remarque négative concerne le fait que les délégués n’habitent pas avec leurs accompagnateurs. Cela est facile de comprendre quand on voit comment les profs peuvent bien s’amuser sur le dancefloor. Qui ne voudrait pas passer du temps avec des profs aussi cool que ça? Même les membres du jury qui normalement se cachent derrière des costumes noirs et des cravates brillantes sont devenus totalement fous. C’est sûr les PEJistes savent s’amuser.


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

PAGE 20

Interview de la proviseure du lycée de Sèvres : Madame Bonne by Alice Feray Pouvez-vous nous décrire votre parcours en tant que proviseure ? « J’ai pris mes fonctions dans ce lycée au mois de septembre. Les deux proviseurs adjoints sont arrivés aussi au mois de septembre. J’étais auparavant dans d’autres lycées, toujours dans l’académie de Versailles, mais c’est la première fois que j’organise une session du PEJ. » Pour quelles raisons soutenez-vous le club PEJ du lycée de Sèvres ? « Parce que cela développe deux choses à mes yeux qui sont très importantes. D’une part, tout ce qui relève du développement de la responsabilité, de l’autonomie et de ce que l’on appelle la citoyenneté : l’intérêt pour les affaires du monde. Et l’autre axe qui me semble très important, c’est la dimension de socialisation et d’ouverture au sein d’échanges de personnes du même pays et la dimension européenne. Le Parlement Européen des Jeunes s’intègre à un établissement comme le nôtre, qui est un établissement qui possède des sections internationales. C’est une chance d’offrir des enseignements concernant ce qui se passe en Europe. Il est évident que cette activité y contribue. L’idée de mobilité est une chose importante qui revient dans tous les textes européens. Elle s’inscrit dans les esprits avant de se traduire par des mobilités géographiques au niveau des études et de l’emploi. » Que peut apporter le PEJ à de jeunes lycéens ? « Le gain est le plus grand pour le groupe d’organisateurs parce que c’est eux qui ont le plus de prise de responsabilités. La découverte de ce travail d’anticipation est très intéressante : comment organiser une opération, rechercher des budgets, se poser des ques-

tions, faire un diagnostic des besoins et des contraintes, contacter les partenaires, le besoin de salles, les déplacements. Pour les autres qui participent sans avoir à organiser, c’est un peu moins intéressant, mais ils ont l’intérêt de la découverte de personnes qu’ils ne connaissent pas, puis la participation à tous vos ateliers, ce que vous faites dans vos commissions. Chacun, selon le rôle qu’il a dans le dispositif, n’apprend pas la même chose mais chacun apprend quelque chose. » De quelle manière avez-vous pu vous impliquer au sein de l’organisation de cette session ? « Avec les proviseurs adjoints, nous avons anticipé le déroulement des opérations en ayant l’initiative de nous rapprocher assez tôt du groupe d’organisateurs, que nous avons rencontrés à plusieurs reprises à partir du mois de novembre pour contribuer à leur faire découvrir l’ampleur des choses. C’est un peu une aide au cadrage en termes de calendrier. Le deuxième type d’aide serait quelques contacts : le courrier pour l’UNESCO, la rencontre avec Monsieur le maire de Sèvres, le contact avec le personnel de la mairie, les échanges téléphoniques avec des maires adjoints pour des questions de salles, le contact avec le Conseil régional, etc… Dans les coulisses, nous avons eu nous-même quelques démarches de notre côté pour vérifier que les différents partenaires étaient bien au courant. Lors d’une réunion importante à la mairie, nous avons ainsi abordé toutes les questions de salles, de déplacement puisqu’à un moment il avait même été question d’un car. C’est quand même une grosse responsabilité pour nous, il faut que cela se passe bien, je suis responsable de l’ordre dans l’établissement. Il me semble que cela s’est passé d’une manière calme, sereine. On ne peut pas faire rentrer 150 personnes dans un établissement si ce n’est pas bien organisé. Ce n’est pas fini mais je pense que lundi nous tirerons un bilan plutôt positif. »


The ExpresSèvres ISSUE 3

Weather forecast Today's weather will be sunny, so take your sun cream ! Do not forget to make the sun-dance, you'll need him tomorrow morning when you'll get back to school ! Moscow (North east suburbs of Sèvres) : -10°, snow in the morning, sunny in the evening, Supermarket near the Highschool : no sky, 5° in the vegetables range, 12° in the candies section, Delegates' bed : around 37°, wet...

RED

PAGE 21

Prochaines sessions La session va bientôt s’arrêter et pour autant il ne faut pas croire que le PEJ s'arrête aux portes de l'UNESCO, bien au contraire, cet évènement est l’occasion pour toi, cher délégué, d’embrasser un parcours de PEJiste en participant à d’autres moments du PEJ, en testant de nouvelles fonctions (orga, journo,chair). En allant visiter le site du PEJ-France (http://www.pejfrance.org/) tu trouveras les annonces des prochains évènements. On peut volontiers citer les dates à venir : la 1ère session régionale de Bourgogne à Dijon, du 13 au 15 avril, le 1er forum international au Kosovo du 03 au 06 mai, le forum d'été à Lyon du 07 au 15 juillet prochain, la 70ème Session internationale à Tallinn du 27 juillet au 05 août 2012.

HELP TO DEVELOP E EYP-VOTE! In Faringates ... Who ever knows how many it is ? It is more important that it is warm at the G.A. Than in the journo room, so enjoy the sun. However, pay attention to the announcement concerning big waves of emotions, showers of critics !

EYP is about friendship and mutual help. EYP Latvia is working on fundraising for their National Session and you have opportunity to help them! PORTEZ TOUTE VOTRE ATTENTION SUR LA SUITE DU MESSAGE: “TeNS (EYP Latvia) is currently participating in a Latvian charity event called 'Labiedarbi'. In this type of charity you need to collect the most votes to get money for your project. TeNS currently is in the 5th place and in order to get to the 1st place we need your help. And it is for free :) 1.Go to http://www.labiedarbi.lv/lv/balso_par_projektu/eiropasjauniesu-parlamenta-10-latvijas-nacionala-sesija-tens.html 2. Choose your country where it says 'Valsts' . If any doubts on whch country to choose, there is a translation in the end of this note. 3. Enter your phone number (remember, it's completely free of charge) and press 'Saņemt kodu bezmaksas' 4. You will recieve a messege with a code which you then will need to enter and submit. 5. On behalf of TeNS organizers team - THANK YOU and see you in July :)”


The ExpresSèvres ISSUE 3

RED

Nous remercions vivement nos partenaires pour leur soutien à la 32ème Session Nationale du PEJ-France

PAGE 24

ExpresSèvres - 3rd Issue - Red  

Sunday (01/04/2012)

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you