Issuu on Google+

t i o s i c e c e u q s u Pensez-vo une œuvre de

? y a n u a Del

E AU CNRS C N IE C S A L S R E V A R T L’ART S’EXPRIME À

S R N C S U P M A C U D 50 ANS 13 samedi 13 avril 20es.cnrs.fr 50anscampus.alp


t i o s i c e c e u q s u Pensez-vo ? t i a r t s b a t r a ’ une œuvre d œ

E AU CNRS C N IE C S A L S R E V A R T L’ART S’EXPRIME À

/LGGE - LIPENKOV © CNRS Photothèque

Vladimir

S R N C S U P M A C U D 50 ANS 13 samedi 13 avril 20es.cnrs.fr 50anscampus.alp


t i o s i c e c e u q s Pensez-vou P O P e d e r v ART u œ une

?

NR S C U A E C N IE C S A L S TRAVER L’ART S’EXPRIME À

RS N C S U P M A C U D S 50 AN 13 samedi 13 avril 20es.cnrs.fr 50anscampus.alp


VASE MODERNE

ou bobine d’aimant ? RE P È RE S ‡ 35 Tesla correspondent

à peu près à 75 000 fois le champ magnétique terrestre.

Ce qui pourrait passer pour un

© CNRS Photothèque - MOREL Denis

vase sur cette photo est en fait la partie interne de la bobine résistive d’un aimant hybride. Cette bobine est constituée d’un enroulement de câbles d’alliages de cuivre et son rôle est de produire un champ magnétique qui atteint, pour cet aimant, 35 Tesla. On parle d’aimant hybride car il combine les propriétés des aimants résistifs et supraconducteurs.

Ce type d’aimant est notamment utilisé par les laboratoires pour concevoir de nouveaux aimants plus compacts et plus performants.

LA RECHERCHE

AU CNRS

© CNRS Photothèque - FRESILLON Cyril


© CNRS Photothèque - BILLETTE Julien

ou matériau supraconducteur ?

Cette voiture utilise des forces magnétiques pour

léviter et se déplacer. Elle contient deux disques d’un matériau supraconducteur. La route constituée d’aimants crée un champ magnétique tel que la voiture se comporte comme si un très fort courant d’air la soulevait. En l’absence de frottement, il VXIͤWGHOXLGRQQHUXQHLPSXOVLRQGHG«SDUWSRXUTX̵HOOHDYDQFH LQG«ͤQLPHQWVXUODURXWH

Les matériaux supraconducteurs présentent une résistance nulle à très basse température.

Ils peuvent être utilisés pour désengorger un réseau électrique.

Les chercheurs travaillent sur l’élaboration et les propriétés des matériaux supraconducteurs en vue de les insérer dans des dispositifs industriels.

LA RECHERCHE

AU CNRS

RE P È RE S

© CNRS Photothèque - PERRIN Emmanuel


, ,

KALEIDOSCOPE KALEIDOSCOPE © CNRS Photothèque/CNET/Lactamme - COLONNA Jean-François

ou système solaire ?

Ceci est en réalité une vue artistique d’une simulation du système solaire. En astrophysique, les ultrabasses températures permettent de découvrir et d’étudier de nouveaux états de la matière comme la superfluidité ou encore la supraconductivité. Elles permettent également de disposer de capteurs de très haute sensibilité qui équipent par exemple des fusées et des satellites.

‡

Les UBT correspondent au domaine de températures le proche du Zéro Absolu (- 273,15°C).

‡

Au Zéro absolu, impossible à atteindre, les corps n’ont plus d’agitation interne et sont au repos.

Les recherches actuelles sur les ultra-basses températures visent encore essentiellement à enrichir les connaissances sur les propriétés de la matière dans de telles conditions.

LA RECHERCHE

AU CNRS

RE P È RE S

© CNRS Photothèque - RAGUET Hubert


Rose Š CNRS Photothèque - COT Didier

ou cristaux de rouille ?

RE P Ăˆ RE S ‡

L’atome est le constituant ÊlÊmentaire de la matière, c’est le fragment le plus petit qui permet de diffÊrencier un ÊlÊment chimique d’un autre.

Cette nature morte est en rÊalitÊ un ensemble de cristaux de corrosion. Les cristaux sont un Êtat de la matière particulièrement bien organisÊ. Naturels ou DUWLͤFLHOV LOV VRQW FRQVWLWXV G̾DWRPHV HPSLOV GH PDQLªUH SULRGLTXH GDQV OHV WURLV GLUHFWLRQVGHO̾HVSDFH/HVFULVWDX[WURXYHQWGHVDSSOLFDWLRQVGDQVGHWUªVQRPEUHX[ secteurs de recherche.

LA RECHERCHE

AU CNRS

/H &156 HPSORLH GHV FULVWDX[ GDQV GHV H[SÂŤULHQFHV GĚľRSWLTXH HW SRXU OD SURGXFWLRQ GH ODVHUVGHJUDQGHSXLVVDQFH

Š CNRS Photothèque - PERRIN Emmanuel


  ZZ  Š CNRS Photothèque - BECHU StÊphane

ou phÊnomène physique ?

Cette structure est en fait le produit d’une alternance entre des antennes Êmettant des micro-ondes et des lignes d’aimants permanents. Les aimants Êmettent des champs magnÊtiques et lorsque ce champ magnÊtique est superposÊ à une onde, on assiste à un phÊnomène appelÊ RÊsonance Cyclotronique Electronique qui aboutit à la formation d’un plasma.

‡

Le plasma est un des quatre Êtats de la matière, les autres Êtant le solide, le liquide et le gaz.

‡

La foudre ou les aurores borĂŠales sont des formes de plasma terrestre.

Les recherches sur le magnĂŠtisme permettent des innovations en terme de stockage informatique et de miniaturisation appliquĂŠe Ă  la biologie.

LA RECHERCHE

AU CNRS

RE P Ăˆ RE S

Š CNRS Photothèque - MEDARD Laurence


ARCHITECTURE DE DEMAIN Š CNRS Photothèque/LPN -

ou nanosources de lumière ?

&HVGLͤFHVVRQWGHVVWUXFWXUHVPLFURVFRSLTXHV IDEULTXHVHQODERUDWRLUHHWVRXUFHVGHOXPLªUH&KDTXH PLFURSLOLHUFRQWLHQWHQVRQFHQWUHXQDWRPHDUWLͤFLHOTXL FRQVWLWXH FH TX̾RQ DSSHOOH XQH ER°WH TXDQWLTXH '̾XQH FKHOOHQDQRPWULTXHcette boÎte quantique est sensible à la lumière&HVPLFURSLOLHUVVRQWXWLOLVVSRXUSLJHU SXLVUPHWWUHGHVSDUWLFXOHVGHOXPLªUHV RXSKRWRQV 

‡

1 nanomètre = 0,000 000 001 mètre

‡

1 micromètre = 0,000 001 mètre

‡

La physique quantique dÊcrit les phÊnomènes physiques à l’Êchelle des atomes et des particules ÊlÊmentaires.

/H&156V̾LQWUHVVHWRXWSDUWLFXOLªUHPHQW¢FHVGLVSRVLWLIVTXDQWLTXHVGDQVOHGRPDLQHGH O̾OHFWURQLTXH

LA RECHERCHE

AU CNRS

RE P Ăˆ RE S

Š CNRS Photothèque - RAJAU BenoÎt


OEUVRE POINTILLISTE © CNRS Photothèque/THALES - MAURICE Jean-Luc

ou tunnel d’atomes ?

Ce réseau lumineux est issu des recherches

actuelles sur le magnétisme à l’échelle nanométrique. Ce réseau est composé d’une couche d’atomes isolants (en vert) et de deux couches d’atomes conducteurs (en orange). Ce tunnel dit magnétorésistant aura des applications en médecine et dans la réalisation des mémoires électroniques d’ordinateurs.

‡

1 nanomètre = 0,000 000 001 mètre

‡

Le magnétisme est l’ensemble des phénomènes propres aux aimants et aux champs magnétiques.

Le CNRS développe des recherches sur le micromagnétisme et le nanomagnétisme en vue de mieux comprendre les effets physiques mis en jeu.

LA RECHERCHE

AU CNRS

RE P È RE S

© CNRS Photothèque - RAGUET Hubert


ou turbine d’hydrolienne ? © CNRS Photothèque - RAGUET Hubert

Cette structure est en réalité une maquette de turbine d’hydrolienne avec un axe de rotation vertical. La forme triangulaire des pales permet l’équilibrage des efforts hydrodynamiques axiaux. En milieu sousmarin, les courants sont plus prédictibles que les vents et à puissance équivalente les hydroliennes sont des systèmes plus compacts que les éoliennes.

AU CNRS

RE P È RE S • •

L’eau est 1 000 fois plus dense que l’air. Une tour d’hydroliennes de 25 m de hauteur fournit une puissance de 500 kW pour un courant de 2,5 m/s.

Les recherches visent à produire de l’électricité à partir d’une source d’énergie renouvelable : la cinétique des courants marins et fluviaux.

LA RECHERCHE

S

CULPTURE MODERNE

© CNRS Photothèque - RAGUET Hubert


..

© CNRS Photothèque/Institut Neel - BOURGEOIS Olivier

MOSAIQUE ou capteur thermodynamique ?

Cet assemblage

est en fait un capteur nanométrique qui permet des investigations à des échelles impossibles auparavant. A l’échelle du nanomètre, la matière est gouvernée par la mécanique quantique et présente des propriétés fascinantes. Les nano-objets n’ont par exemple pas le même comportement thermique que les objets macroscopiques.

‡

1 nanomètre = 0,000 000 001 mètre

‡

Il y a le même rapport de taille entre la planète Terre et une orange qu’entre... une orange et une nanoparticule.

Le CNRS explore le comportement de la matière à cette échelle pour ensuite utiliser ses multiples propriétés dans des nanosystèmes innovants.

LA RECHERCHE

AU CNRS

RE P È RE S

© CNRS Photothèque - FRESILLON Cyril


Exposition art-scence