Page 1

Alexis Gambey Portfolio


Table des matières Curriculum vitae

Projets de design urbain Silo n°5 - Multiplicité scènique, paysages pour un silo

4

7 8

Évry, ville partagée

10

Paysage de reconquêtes

14

Symbiose2

20

L’urbanité au naturel

28

Projet de développement résidentiel Le jardin du bénnu

Projet d’espace régional

33 34

37

Interstices38


Curriculum vitae

Alexis Gambey s’est orienté vers l’architecture de paysage suite à de nombreuses formations en aménagement paysager complétées en France. Il a la volonté de faire ses propres aménagements, de contribuer à l’amélioration des espaces, à la transformation, à la mise en valeur du paysage, à la création et à la transformation des paysages de demain. Il met sa créativité ainsi que sa riche expérience professionnelle en horticulture au profit de l’architecture de paysage. Sa curiosité et son ambition l’ont dirigé vers le design urbain, dans un contexte où l’amélioration de la ville d’aujourd’hui et la planification durable des villes de demain sont des défis majeurs pour les municipalités. Ambitieux d’offrir sa vision renouvelée de l’architecture de paysage, Alexis Gambey propose des projets qui révèlent les qualités du territoire de demain.


Expériences professionnelles Mai 2017

Participation au WAT_UNESCO Évry sous le thème de «Penser l’université dans et avec la ville»

Janvier 2017 - Mai 2017 Auxilliaire d’enseignement Atelier intégrateur II - APA 3430 Université de Montréal Novembre 2016 Auxilliaire de recherche Chaire en paysage Université de Montréal

132, rue Dupaty 33300 Bordeaux - France E-mail: alexis.gambey@hotmail.fr Téléphone : 06 43 15 08 35

Distinctions professionnelles Mai 2017

Lauréat du 1er prix du WAT_UNESCO à Évry

Mai 2017

Prix Coup de Coeur du REAP pour le projet SILO N°5

Septembre 2015 - Mai 2016 Auxilliaire d’enseignement Laboratoire d’informatique appliquée - APA 1330 Université de Montréal

Mai 2017

Prix de mérite de l’AAPC

Octobre 2015

Prix du mérite de l’AAPC

Mai 2015 - novembre 2015 Complexe d’habitation Habitat 67, Montréal, Canada Responsable entretien exterieur Juin 2015 - septembre 2015 Conception d’un aménagement résidentiel pour l’entreprise Skibromont

Mai 2015

Prix de la Coop pour le projet Symbiose2

Mai 2013 - novembre 2014 Complexe d’habitation Habitat 67, Montréal, Canada Entretien des espaces verts

Avril 2014 Projet «Le noeud manquant» sélectionné pour l’événement la promenade de Jane sur l’avenue Beaumont

Mai 2016 - Novembre 2016 Groupe Rousseau-Lefebvre Architecte de paysage stagiaire

Septembre 2010 - août 2012 Azur paysage, Antibes, France Création de jardins luxueux

Janvier 2015 Projet «L’urbanité au naturel» présenté lors d’une soirée de présentation de projets sur la promenade Smith à Montréal

Formations

Mai 2011

Réalisation d’un projet routier (terre-plein central et rond-point) dans le cadre d’un concours organisé par la ville d’Antibes

2015 - 2017 Maitrise Architecture de paysage Université de Montréal

Compétences informatiques

2012 - 2015 Baccalauréat Architecture de paysage Université de Montréal 2010 – 2012

BTS Aménagement de l’espace Lycée Vert d’azur, Antibes, France

2008 – 2010

BAC pro. Aménagements paysagers Lycée de l’horticulture et du paysage, Tournus, France

2006 - 2008

BEP Aménagements paysagers Lycée de l’horticulture et du paysage, Tournus, France

Indesign, Illustrator, Photoshop

Autocad

Sketchup, Layout, Artlantis, Maxwell render

ArcGis

Suite Microsoft Office


Projets de design urbain


Silo n°5 - Multiplicité scènique, paysages pour un silo Site Cadre Année Conception

Montréal Projet de fin d’étude 2017 Alexis Gambey

Dans le cadre de ma maîtrise en architecture de paysage, j’ai réalisé un mémoire de fin d’étude portant sur l’aménagement d’un espace public mettant en valeur un édifice patrimonial industriel. Ce mémoire a donné lieu à l’impression d’un livre de 180 pages démontrant les assises théoriques et conceptuelles ainsi que la proposition de design. Vous trouverez ci-dessous une explication du design de l’ouvrage. Lien de la version électronique : https://issuu.com/alexis.gambey/docs/m__moire_alexis_gambey__

Résumé du mémoire Le silo n°5, patrimoine historique et emblématique du VieuxPort de Montréal, est aujourd’hui laissé à l’abandon. Il est la figure de proue d’un quartier industriel en déclin, qui, à l’horizon 2070, subira une reconfiguration majeure et un changement de vocation considérable. L’édifice constitue alors le moteur de développement d’un projet d’aménagement d’un parc urbain modulable. La malléabilité de l’espace produit ainsi différentes scénographies paysagères révélant les qualités intrinsèques du silo.

Couverture du livre sur papier kraft avec reliure allemande

résumé du mémoire en quatrième de couverture


Développement de la méthodologie à deux échelles

Mise en place d’une stratégie typographique adaptable aux chapitres

Une signature graphique est développée tout au long de l’ouvrage permettant une meilleure compréhension de son contenu et une clarté visuelle. Tout d’abord, l’ouvrage est divisé en deux parties présentant tout d’abord le macro design, à une échelle urbanistique et ensuite le micro design, à l’échelle de projet de design urbain. Pour différentier ces deux échelles, une stratégie de couleurs a été mise en place aussi bien dans les titres, dans la numérotation que dans la représentation graphique des illustrations. La couleur grise au début de l’ouvrage représente la neutralité tel que l’introduction, les remerciements ou encore la méthodologie.

Signature graphique permettant une distinction des chapitres

Déploiement de la signature graphique dans les illustrations

Le design épuré du livre permet une simplicité de lecture tandis que les illustrations appuient la compréhension du contenu. Ainsi chaque illustration correspond graphiquement à la couleur de chaque chapitre et sert de repère visuel dans la lecture de l’ouvrage. En ce sens, la stratégie typographique reste la même tout au long de l’ouvrage mais s’adapte a la couleur du chapitre. Pour finir, le format a été choisi pour la simplicité de lecture par sa petite taille mais aussi pour la lisibilité graphique qu’elle permet. L’ensemble de la production graphique a alors été adaptée à la dimension de l’ouvrage permettant une cohérence entre contenu et format.

Appuie fort du contenu textuel par des illustrations épurées et efficaces

Adaptation de la production graphique au format du livre

Ce mémoire constitue un témoignage de tous les enseignements que j’ai acquis lors de mes différentes formations. Il constitue donc l’état actuel de l’ensemble de mes connaissances. La conception graphique, les illustrations, la mise en page ou encore les ambiances développées, qui démontre ma faculté de représentation d’un projet. Je considère donc ce document comme un témoin de mes capacités, c’est-à-dire le projet principale de mon portfolio.


Évry, ville partagée Site Cadre Année Conception

Evry WAT_UNESCO 2017 Alexis Gambey, Elissa Al Saad Alice Buzzone Estefania Galaviz

Habiter la ville par le partage L’Université d’Evry Val d’Essonne, définie par ses 11 000 étudiants, ses 160 formations et son appartenance au ComUE Paris Saclay, qualifie une caractéristique majeure de son site. Bien que de renommée mondiale, l’Université reste une entité isolée de son territoire. Perçu comme enclave, le pôle universitaire épouse la composition urbaine existante structurée de juxtapositions de quartiers. Le fractionnement restreint l’expression identitaire d’Evry.

Vitrine de l’université d’Évry

ESPA C

PS

Cette ambition se spatialise au sein de dynamiques ponctuées exprimant le caractère urbain de l’université.Moteur de la dynamisation du centre urbain, l’ouverture de l’Université amorce le processus de désenclavement d’Evry.

TE

E

M

Sans interactions, la ville ne peut être habitée et développée par ses étudiants. L’édification d’une stratégie de partage entre l’Université et la Ville libère les potentiels de ces deux entités.

Qualité Entité isolée

Partage

Ouverture des entités

Stratégie de partage

Entité

Existants

La rencontre citoyenne se formalise par une politique de valorisation urbaine. La méthodologie énonce une première étape analytique de reconnaissance des potentialités isolées.

Atout

Liaison

La spatialisation prend appui sur les atouts propres au territoire. Le caractère de ces forces urbaines existantes est symbolisé par leurs qualités sensibles.

Développement

Finalité

Cette logique permet l’émergence de nouveaux usages urbains en adéquation avec la particularité territoriale dans laquelle ils sont reconnus et dont l’identité dépend de leur utilisation partagée.

Design urbain


Plan de requalification du centre-ville Existant

Qualités

Programmation

Usagers

1

Bibliothèque universitaire

Bibliothèque partagée

Étudiants Associations

2

Cantine universitaire

Restaurant

Étudiants Évryens

3

Résidence universitaire

Logements mixtes

Étudiants Visiteurs

4

Salles de l’Université

Salles de formation

MEEF Premier Degré Professorat des Ecoles Évryens

5

Résidence universitaire

Logements mixtes Étudiants Évryens Visiteurs

Cafés, Restaurants Commerces

10

6

Conservatoire Albéric Magnard

Salles de formation musicale Salles d’enregistrement

Licence Mention Musicologie Évryens

7

St Abanoup Chantecler

Restaurant gastronomique

Étudiants Évryens sans emploi Évryens

CMAD

FabLab

8

ENSIIE

Galeries d’art

Institut universitaire de technologie

9 10

11

Cafés, Restaurants

Jardin didactique

Cinéna en plein air

Espace public

Ancien Facteur Cheval

Scène extérieure

Licence Mention Arts du Spectacle Évryens

Centre de recherche sur la ville et le patrimoime

Licence Mention Histoire LP Métier de l’amnénagement, du territoire et de l’urbanisme

13

Espace public

Balade découverte

Licence Mention Sociologie

Espace intérieur inexploité

Locaux associatifs

DEUST Travail Social, MAAS, ESS

Centre commercial

Salles de travail pour étudiants Garderie Restaurants

11

1

Culture

Savoir

Expérience

Loisirs

6 5

Étudiants Évryens

Économie

4

3

Qualités sensibles et urbaines Sociale

7

9 2

LP Etablissements hôteliers et de restauration Evryens Visiteurs

Musée interactif Restaurants

12

8

STAPS DEUST Animation et Gestion des Activités Physiques et Sportives MEEF Second Dregé Parcours EPS Licence Mention SVT Parcours L3 Biologie Physique et Chimie Évryens

Parc sportif

Bâtiments démolis

13

DUT Science et Génie des Matériaux LP Matériaux et Structure : gestion, conception et industrialisation Mater Mention Chimie et Science des Matériaux Artistes Évryens

Ateliers d’artistes

11

12

0 100 250

– Évry, ville partagée –

Co-working

500

41


Place d’entrée du parc des Coquibus

Malgré une grande diversité de formations, l’Université se présente de manière générique à la ville. Accentuer les spécificités des domaines d’études par de nouvelles fonctions introduit une typologie mixte d’usagers. L’emplacement central des bâtiments universitaires s’énonce comme atout exploitable. Un investissement perméable sur les façades, voire même une ouverture physique est cependant nécessaire pour les rendre intelligibles et appropriables par la ville. Définis comme propriété partagée, les espaces publics annexés à l’université sont requalifiés comme lieux de sociabilité. Cette vision inclusive des usages et fonctions partagés permet de renouveler les dynamiques sociales des milieux de vie et s’inscrit dans le rapport mondial de 2016 sur la culture et le développement urbain durable de l’UNESCO.

Jardin littéraire

Type de réappropriation

Fonctions partagées

Ouverture

Perméabilité

Espace public

Pour répondre à la problématique territoriale, ce projet s’appuie sur les particularités de la ville d’Evry.Les ambitions partagées entre l’Université et son territoire permettent l’expression du partage des espaces de vie. En misant sur la solidarité universitaire et la richesse sociale d’Évry, ce projet établit de nouvelles interactions citadines. S’inscrivant dans une logique de préservation, de mise en valeur et de développement du site mais aussi de participation citoyenne, cette approche renforce l’urbanisation durable à travers une réduction des îlots de chaleur, une gestion des eaux de pluie, et la création de bâtiments à énergie positive.


Interaction ville / université

2

3 5

4

6

7 1 Espace festif

8

2 Rue piétonne

– Évry, ville partagée –

1

3 Édifice vitrine de l’université

13

4 Ouverture de la cour du CROUS

41

5 Partage de la bibliothèque 6 Salle de formation 7 Mixité de Logements 8

9

Promenade

9 Redéfinition de l’entrée du parc

0

50

100

250


Paysage de reconquêtes Site Cadre Année Conception

Considerant l’urbanisation massive de la ville de Laval vers 1970, puis sa volonté de créér une ville Urbaine de nature, le projet vise une reconquête par l’humain du paysage asphalté. Les territoires agricoles, boisés et berges sont autant de paysages oubliés qui, une fois reconquis, offriront un milieu de vie à l’échelle humaine, au rythme de

Laval Universitaire 2016 Alexis Gambey, Nora Topalian

Laval 1775 - 1945 Vie au rythme de la nature Villégiature - Campagne

la nature et à l’image de Laval. Ainsi, notre proposition intitulée Paysage de reconquêtes démontre une nouvelle accessibilité à la nature à travers une réappropriation des résidus de la ville-voiture: les espaces interstitiels.

Laval 1945 - 1990 Urbanisation massive Banlieu - Automobile - Construction

Laval 1990 - 2016 Vision de la ville nature Ville verte - Banlieu - Dicotomie

Concept et vision d’intervention Constats principaux

Potentiels d’intervention

Inspirations conceptuelles

Concrétisation de la vision

Trame historiquement rectangulaire inspirée de la trame agricole et seigneuriale.

Quartiers déconnectés

Lien des milieux de vie

Trame agricole et seigneuriale

Trame

Utilisation de la trame initiale pour la subdiviser à l’image des cageux au 18ème siècle.

Espace surplombé par les stationnements

Potentiel interstitiel

Division des cages

Programmation

Réseaux de promenades experiencielle inspirée du tracé organiques des la rivière des Prairies.

Manque de lien nord/sud et est/ouest

Trame orthogonale et organique

Tracé organique des berges

Réseaux

Design urbain


Proposition d’intervention - Macrodesign Densification de la trame bâtie par l’intégration de bâtiments durables mixtes (en orange) et résidentiels (en jaune). Ajout de 8500 m2 d’espaces commerciaux et de 32 000 m2 d’espaces résidentiels

N

Reconfiguration de la rue Curé-Labelle par la diminution à 2x2 voies, l’intégration d’une bande cyclable par côté, d’une bande de stationnements du coté est, d’une banquette incluant une plantation d’arbres et l’élargissement du trottoir à 2m du coté est.

eL

esv

esq

ue

Reconfiguration du boulevard Lésvesque par l’aménagement d’une banquette de 2m comprenant une plantation d’arbres et par l’élargissement des trottoirs à 2m

Terrains de sport Plaine gazonnée à programmation libre Friche urbaine non programmée répondant aux besoins futurs Plage Terrain de volleyball Gestion des eaux de surface Conservation des natures existantes Skatepark Foret à canopée dense Agriculture durable Reconfiguration de la rue Cartier

Reconfiguration de la rue Lésvesques

– Paysage de reconquêtes –

Ru

Rue Cartier

Intégration d’espaces agricoles pouvant nourrir 600 familles et favorisant la création d’emplois

Rue Cartier

La proposition est d’utiliser la trame historique du lieu, les espaces interstitiels (résiduels de la ville-voiture: stationnements non utilisés, chaussée trop vaste, marges avant asphaltées) et la forme organique donnée par les berges afin de répondre aux enjeux de la ville et d’offrir une solution intégrée au lieu et à son histoire. Cette superposition de couches amène par conséquent un nouvel espace public, mêlant à la fois, dans sa programmation, des activités récréationnelles, une production agricole, des espaces naturels, une densification du bâti et une gestion des eaux pluviales. Cela affirme la multivocation des natures pouvant être architecturale, organique ou encore très fonctionnelle. Dans l’optique où il est impossible de prévoir les besoins futurs de la société, ces parcelles de nature peuvent fusionner entre elles, se diviser ou encore changer complètement de vocation selon les besoins du site. Des espaces sont aussi laissés en un état de friche; leur usage pourra être dicté au fur et à mesure que les besoins apparaissent. L’accessibilité entre les natures est assurée par une trame orthogonale de sentiers de service permettant une accessibilité universelle. La trame expérientielle sinueuse vient s’inscrire comme une dernière couche en contraste avec l’orthogonalité. Ces sentiers se préoccupent de l’expérience dans la traversée des natures. Chaque sentier sinueux a alors un caractère et une forme qui lui sont propres, permettant de diversifier les expériences de promenade.

15 41


LES DIFFÉRENTES NATURES Prairie

Prairies fleuries apportant la biodiversité tout en étant esthétiquement intéressante. Cette nature est aussi flexible par la possibilité d’une programmation hivernale.

Foret

Cette nature, expressive à toutes les saisons, constitue un refuge pour la biodiversité. Elle est composé d’espèces indigènes correspondant à la forêt Laurentienne.

Friche

Les friches sont des espaces évoluant selon les besoins. Ce sont les natures où l’on restrouve le plus haut taux de biodiversité.

Bâtiment

Le batiment est composé de 3 étages, acceuillant un vestaire et un local de location d’équipements au rez-de-chaussé, un café et salle d’exposition au deuxième et une serre agricole au troisième, muni d’un toît photovoltaïque. Une tour d’observation permet un contact différent avec la nature et une mise en scène de celle-ci en hiver.

Bassin

Les bassins, connectés par un réseaux de noues, permettent une récupération, un traitement et une réutilisation in situ des eaux pluviales. Agriculture

Pelouse

De programmation libre, les pelouses sont considerées comme des espaces récréatifs et événementiels pouvant s’adapter aux différentes saisons: freesby, patinoire, glissade...

Production agricole basée sur les principes agro-écologiques (culture maraîchère biointensive) soit produire plus sur une même superficie par des associations de plantes. La production serait vendu sur places aux institutions et par l’intermedaire d’un marché.


17 41

– Paysage de reconquêtes –


Promenade experientielle la troisième couche de la proposition s’exprime sous forme de promenade experientielle. Une promenade nocturne est aménagée, permettant une proximité avec la nature en soirée. À travers un éclairage différent mettant en scène chaque nature qui apparait alors plus ou moins nettement pour les utilisateurs, créant ainsi un parcours d’ambiances. Ainsi, ceux-ci se

trouvent parfois baignés dans la lumière, parfois dans un noir plus sombre, suscitant une expérience particulière par parcelle. L’experience du corps est travaillé à travers un tracé sinueux qui varie dans sa largeur, créant des espaces ouverts ou encore des minces passages à travers les troncs des arbres éclairés.

L’hiver, une couche de neige recouvre le site et la distinction entre les parcelles de nature (spécialement les plus basses) est absente. Ceci offre un canevas vierge afin d’offrir une expérience unique. C’est l’occasion de créer un concours annuel d’aménagement, attrirant les meilleurs talents des disciplines d’aménagement et du numérique. Les critères sont, entre autres, de proposer un aménagement spécifique au site, d’utiliser les ressources sur le site comme son relief et la neige qui s’y trouve et de proposer une

expérience valable autant le jour que la nuit et pour les populations de tous les âges. Un exemple d’aménagement, proposé pour la première année, est de représenter la force du vent, donc de la nature, et de la mettre en valeur par un éclairage kaleidoscopique situé au sol. Un jeu d’ombres et de lumières colorées prend alors place et l’utilisateur, observant l’aménagement de la tour, est en mesure de contrôler les couleurs qui forment ce paysage d’hiver.

Experience du corps Éclairage a nos pieds, immersif... Experience du toucher Feuillage des arbres, des graminées, de l’eau Experience olfactive Odeur de la prairie fleurie, de la forêt Experience sonore Bruit de l’eau, des autres personnes sans les voir....


– Paysage de reconquêtes –

Cette dernière promenade offre une expérience aérienne permettant d’avoir une relation complétement différente avec la nature. En plus des expériences sensibles, cette promenade offre des vues imprenable sur l’aménagement. En passant à travers les boisés, c’est un jeu d’ouvertures et de fermeture des vues qui prend place sous nos pieds. À la hauteur de la canopée, l’utilisateur peut tendre son bras et être en contact avec la cime des arbres.

19 41 Experience du corps Encadrement par la forêt, domination visuelle des natures Experience du toucher Feuillage des arbres, des graminées, de l’eau Experience olfactive Odeur de la prairie fleurie, de la forêt Experience sonore Bruit de l’eau, mouvement du feuillage


Symbiose2 Site Cadre Année Conception

Montréal Universitaire 2015 Alexis Gambey, Anouk Bergeron

Situé entre montagne et fleuve, un lieu d’intérêt patrimonial se pose ici comme sujet d’étude en vue des paysages de demain. Le parc Rutherford s’inscrit donc sur la trajectoire de la prochaine promenade fleuve/montagne suggérée pas la ville, et se présente comme un espace inusité possedant un fort potentiel d’enrichissement de son parcours. Idéale pour la réalisation d’un projet d’exception pour la ville de Montréal, sa composition et son environnement singulier, seront ainsi révélés pour laisser paraitre une proposition novatrice inspirée de son contexte et capable de révéler son caractère sous-estimé.

Constats / réponses Frontières physiques.

Frontières visuelles.

Espaces piétons insuffisants.

Barrières d’îlots.

Terrain accidenté.

Ajustement des effets visuels.

Aménagement Porosité urbaine. à l’échelle humaine.

Usage de l’expérience bilatérale.

Espace Privatisation. monofonctionnel.

Discontinuité Discontinuité de Absence de desserte des chemins la promenade cyclable. du Mont-Royal. piétonne.

Multifonctionnalité

Intégrité

Accessibilité Établissement d’accès physiques.

Usine dissimulée.

Dévoilement du caractère industriel.

Diversification Appropriation des fonctions. collective.

Connectivité Prolongement des sentiers d’Olmsted.

Prolongement rue piétonne de Mc Tavish.

Raccordement aux pistes existantes.

Évolution historique / un espace industriel dissimulé 1846

1859

1912

1951

1975

Design urbain

2005


Caractérisation visuelle Exposition visuelle Vues rapprochées.

Potentiel de lien physique.

Vue éloignée.

Potentiel d’utilisation du langage graphique.

Champs visuels d’intérêt. Optimisation Patrimoine des vues. urbain.

Patrimoine naturel.

Valorisation paroirocheuse.

Ambiances contrastées Ambiance naturelle dominante Ambiance urbaine dominante Ambiance naturelle dominante

CONCEPT

MISE EN FORME Division ambiante.

Confié à un espace compris entre deux entités contrastées, le concept directeur se traduit directement par la force du décor visuelle prédominant sur l’espace en question. Ainsi, posée devant ce vaste lot gazonné, une première intention s’engage par le désir de s’approprier les vues d’exception qui l’entourent. Pour ce faire, on mise ainsi sur l’élaboration d’une image conceptuelle référant à l’idée que l’on aurait tiré sur les deux entités de son arrière-plan (la ville et la montagne) pour enfin saisir leur caractère ambiant à l’échelle du site lui-même. Du même coup, cette figure de confrontation engendrée par la différence de leur nature permettrait une dynamisation de son axe central et donc une mise en lumière de son espace. C’est ainsi, par cette intention d’appropriation ludique , que le concept s’appuie sur l’accentuation des paramètres expérientiels du site,

– Symbiose2 –

Ambiance urbaine dominante

Trame directrice.

Matrice occasionnée.

Configuration proposée.

pour répondre aux nombreux enjeux auxquels il fait face. On s’appuie donc, ici, sur le potentiel expérientiel de l’opposition entre l’artificiel et le naturel, pour enfin permettre la création d’un aménagement révélateur capable de soutenir son rôle en tant qu’espace public de qualité. Somme toute, l’idée conceptuelle se traduit ainsi par un désir de souligner, et d’amplifier la division ambiante de son espace sur la base d’une appropriation théâtrale de son cadre environnant. Et ce, à partir de trois piliers conceptuels référant d’une part, au Mont-Royal et au centre-ville, et d’autre part, au réservoir Mc Tavish, pour enfin signifier cette symbiose paysagère.

21 41


Stratification paysagère

ne ur ba i

St ra te

St ra te

en

du al

it

é

St ra te

na tu re l

le

Le projet se matérialise de façon relative à son désir d'utilisation, à l’aide de trois grandes zones supportant sa gradation expérientielle:

Stratégie minérale.

Stratégie végétale.

Strate naturelle

Cet espace, inspiré du cadre sensoriel apporter par la présence de la falaise se traduit par l'aspect le plus simplifié de son caractère. Il prend ainsi la forme d'une plage gazonnée, référant à l'unité vivante (naturelle) du concept, pour ainsi produire un espace orienté vers le caractère d'exception de la montagne. Ceci donne lieu à une première strate fonctionnelle des plus épurée mettant en scène l'élément visuel offert par le Mont-Royal.

Strate en dualité

Cet espace prend ici toute sa force pour laisser paraitre une strate des plus animée capable de rendre compte de son expérience paysagère. Mettant en scène la division ambiante existante, cette strate exploite la force conceptuelle à son plus grand potentiel, en la dotant d’une amplification de ses paramètres. En continuité de ses zones limitrophes, cette zone de symbiose paysagère se matérialise ainsi sous une forme reprenant le caractère des entités auquel elle réfère, mais cette fois-ci dans une situation de dualité. C’est donc sur cette portion du site que l’on voit paraitre l’éclosion conceptuelle de notre mise en scène, produisant par le fait même, une zone attractive connectée au reste du tissu urbain. STRATE URBAINE Cet espace se matérialise, encore une fois, sous la forme la plus simplifiée de son expression. Il prend ainsi l’aspect d’un grand pavé évoquant l’entité urbaine de sa composition le connectant à ses vues exclusives portée vers le centre-ville. Ainsi, cette vaste portion agrémentée d’une terrasse, d’un bassin et d’un système d’ancrage universel propose une zone d’appropriation évènementielle liée au cadre urbain qu’elle évoque. N

Échelle 1:600

5

25 10


66,8

Plan clé

72,2 64,7

LÉGENDE

universite McGill

71,9

71,4

74

,4

.5

71

EXISTANT

DESCRIPTION

PROJETÉ

GAZON À ENLEVER ET ÉVACUER HORS SITE

.9

76

,6 63

GAZON À CONSERVER ET PROTÉGER DURANT TOUTE LA DURÉE DES TRAVAUX

79,3

ÉLÉMENT DE BÉTON À CONSERVER ET À PROTÉGER DURANT TOUTE LA DURÉE DES TRAVAUX

,1

72

,1

.0

72

78

CHAUSSÉE DE BÉTON DE CIMENT À ENLEVER ET ÉVACUER HORS SITE

CHAUSSÉE DE BÉTON BITUMINEUX À ENLEVER ET ÉVACUER HORS SITE

,1 72

BOISÉ À CONSERVER ET PROTÉGER DURANT TOUTE LA DURÉE DES TRAVAUX

ARBRES À CONSERVER ET À PROTÉGER DURANT TOUTE LA DURÉE DES TRAVAUX

,8

61

72,5

.1

78 ,1

72

LAMPADAIRE À CONSERVER.

,1

72

CONSTRUCTION URBAINE À CONSERVER.

83,0

2,2

7

,1

72

POINT COTÉ. COLONNES EN BÉTON ARMÉ.

72,5

LIMITE DU RÉSERVOIR SOUTERRAIN

,1

60

Échelle: 1 500

2,2

Date: HIVER 2015

Équipe: Alexis Gambey Anthime Bion Anouk Bergeron

7

,1

N

Professeur: Robert Desjardins

72

Nom du projet:

.0

72

PARC RUTHERFORD

,4

71 71,5

Titre du dessin:

PLAN DES CONDITIONS EXISTANTES ET DÉMOLITIONS

83,3

75,2

68,7

60,6

85,8

81,2

Échelle 1 4000

APA 3430

ATELIER INTÉGRATEUR 2

Université de Montréal No du plan: No de l'index:

AP-101

No

2

14


universite McGill

cour

universite McGill

Plan clé

Échelle 1 4000

LÉGENDE EXISTANT

DESCRIPTION

PROJETÉ

SENTIER DE POUSSIÈRE DE PIERRE. CHAUSSÉE DE BÉTON BITUMINEUX. DALLE DE BÉTON DE CIMENT. VOIR DÉTAIL DE CONSTRUCTION N. 4. CHAUSSÉE DE BÉTON DE CIMENT. VOIR DÉTAILS DE CONSTRUCTION N. 2 ET 6. JOINT DE CONTRÔLE DE LA FISSURATION.

JOINT D'EXPANSION. MOTIF DE PAVÉ DE GRANIT. VOIR DÉTAIL DE CONSTRUCTION N. 3. DALLE DE BOIS. VOIR DÉTAILS DE CONSTRUCTION N. 2 ET 4. LIT DE PLANTATION. VOIR DÉTAILS DE CONSTRUCTION N. 4 ET 5.

GAZON.

BAC DE PLANTATION.

BORDURE DE TROTTOIR. ESCALIER DE BOIS. VOIR DÉTAIL DE CONSTRUCTION N. 2. BASSIN. VOIR DÉTAIL DE CONSTRUCTION N. 1.

ARBRES.

GRILLES D'ARBRES. VOIR DÉTAIL DE CONSTRUCTION N. 3. BOISÉ.

Échelle: 1 500

Date: HIVER 2015

Équipe: Alexis Gambey Anthime Bion Anouk Bergeron

N

Professeur: Robert Desjardins Nom du projet:

PARC RUTHERFORD Titre du dessin:

PLAN DE DESCRIPTION DES TRAVAUX

APA 3430

ATELIER INTÉGRATEUR 2

Université de Montréal No du plan: No de l'index:

AP-201

No

3

14


QUANTITÉ

CLÉ

NOM SCIENTIFIQUE

NOM COMMUN

CALIBRE

DISTANCE DE PLANTATION C/C

MODE

ARBRES FEUILLUS

Gaz 517 M2

CO 4

UP 8

RP 14

FG

9

FAGUS GRANDIFOLIA

100 mm dia.

6000 mm

TA

6

TILIA AMERICANA

Tilleul d'Amérique

100 mm dia.

6000 mm

EN MOTTE

AR

9

ACER RUBRUM

Erable rouge

100 mm dia.

6000 mm

EN MOTTE

AS

6

AL

10

AMELANCHIER LAEVIS

UP GT

16

ULMUS PUMILA

Hêtre à grandes feuilles

ACER SACHARRUM

Erable à sucre Amélanchier

26

GLEDITSIA TRIACANTHOS

RP

14

ROBINIER PSEUDOACACIA

CO Gaz

20

CELTIS OCCIDENTALIS

9475 m2

EN MOTTE

100 mm dia.

6000 mm

EN MOTTE

50 mm dia.

6000 mm

EN MOTTE

100 mm dia.

6000 mm

EN MOTTE

6000 mm

EN MOTTE

Orme de Sibérie Févier d'amérique

100 mm dia.

Robinier faux-acacia

100 mm dia.

6000 mm

EN MOTTE

Micocoulier occidentalis

100 mm dia.

6000 mm

EN MOTTE

Plan clé

Échelle 1 4000

LÉGENDE

Mélange de gazon

EXISTANT

DESCRIPTION

GT 6

universite McGill AL 1

FG 1 TA 1

PROJETÉ

SURFACE DE GAZON 20% Fétuque Gazonnante (Culumbra II /Chancellor) 20% Fétuque Rouge Traçante (Aberdeen) 15% Fétuque Durette (Rhino / Aurora) 8 % Fétuque Durette (Aurora) 14% Pâturin Kentucky (des prés) (Appalachian / Guinness) 20% Raygrass (Ivraie) Vivace (Patriot 4 / IQ) 3% Trèfle Blanc

AL 1

AR 1

CO 4 FG 1

AR 1 AR 1

GT 5

AL 1 GT 4

AS 1

AL 1 AR 1

TA 1

TA 1

AL 1 FG 1

AS 1

TA 1

TA 1 AR 1

AL 1

FG 1

AR 1 AS 1

AL 1

AS 1

FG 1

Échelle: 1 500

AR 1

Gaz 6048 M2 AR 1

CO 4 FG 1

N

Professeur: Robert Desjardins

AL 1

TA 1

CO 4

Date: HIVER 2015

Équipe: Alexis Gambey Anthime Bion Anouk Bergeron

Nom du projet:

PARC RUTHERFORD AS 1

AL 1 AR 1

AR 1

AS FG 1 1

FG 1

AS 1

FG 1

Gaz 2920 M2

Titre du dessin:

PLAN DE PLANTATION DES ARBRES

AL 1

AR 1

APA 3430

ATELIER INTÉGRATEUR 2

GT 5

CO 4

UP 8

Université de Montréal

GT 6

No du plan: No de l'index:

AP-601

No

9

14


Isolant rigide en polystyrène expansé 60 mm Système de drainage et de protection Delta drain 8 mm

4

Fondation de pierre concassée MG-20 compactée à 95 % P.M.

5

Membrane géotextile non tissée

6

Membrane d'imperméabilisation de goudron

8

Surface de béton coulé en place à agrégats exposés 150 mm

9

Système de fondation en Cu-sol structural

10

Fosse de drainage en pierre net 20 mm entourée d'un géotextile non-tissé

11

Drain perforé 150 mm entouré d'un géotextile non-tissé

1027

13

9

2

3

6

1

Pontage en bois 25 mm x 150 mm boulonné

19

Poutre en bois 100 mm x 50 mm

21

Bordure en acier galvanisé 20 mm x 200 mm

27

Tirant

Échelle : 1 20

Plan clé

Échelle 1 4000

LÉGENDE PROJETÉ

180

27

20

150

4 450

1

EXISTANT

DESCRIPTION

8

5

Plots de terrasse reglables Buzon en popropylene

18

no. 6

21

10

200

2 3

Détail - Sentier de béton à agrégats exposés surélevés

150

Sol non-remanié ou remblai compacté à 95% P.M.

IMPLANTATION DES SOLIVES ET POUTRES SOUS LE PLANCHER DE BOIS LIT DE PLANTATION.

650

155

13

1

75

GAZON.

11 300

100

19

150

Échelle : 1 20

450

18

no. 5

300

Détail - Plancher de bois sur lit de plantation

BÉTON À AGRÉGATS EXPOSÉS COULÉ EN PLACE

Échelle: 1 200

Date: HIVER 2015

Équipe: Alexis Gambey Anthime Bion Anouk Bergeron

N

Professeur: Robert Desjardins Nom du projet:

PARC RUTHERFORD Titre du dessin:

DÉTAILS TECHNIQUES 5 ET 6

APA 3430

ATELIER INTÉGRATEUR 2

Université de Montréal No du plan: No de l'index:

AP-703

No

14

14


L’urbanité au naturel Site Cadre Année Conception

ique

eins et Les vides

Processus

Le

Montréal Universitaire 2014 Alexis Gambey, Mylène Gazaille, Philippe Asselin, Hortence Poussot

SynthèSe analytique

bâti

-Contraste marquant du réseau viaire entre les différents quariers

Le bâti -Contraste marquant du réseau viaire entre les différents quariers

- Réciprocité entre le bâti et les voies dans le faubourg des Récollets

- Peu de liaison EstOuest de part et d’autre du Viaduc

- Contraste dans la densité du bâti d’un quartier à un autre - Réciprocité entre le bâti et les voies dans le faubourg des Récollets

- Peu de liaison EstOuest de part et d’autre du Viaduc

- Grand nombre de vides autour du viaduc, principalement des stationnements, amène une destructuration de l’espace

- Grand nombre de vides autour du viaduc, principalement des stationnements, amène une destructuration de l’espace

- Les vides évoquent le délaissé, le désordre, l’ouverture, la transparence, etc.

- Les vides évoquent le délaissé, le désordre, l’ouverture, la transparence, etc.

-Les pleins, le bâti, évoquent l’ordre, le planifié, la densité de matière, l’imperméabilité, ect.

Le bati

Tissu urbain déstructuré désordre amène Liberté

des rues destructurées

réciprocité par Les pLeins

-Les pleins, le bâti, évoquent l’ordre, le planifié, la densité de matière, l’imperméabilité, ect.

Le désordre amène Liberté

interprétation

Le

Piste d’intervention

Les pLeins et Les vides Les iLôts - Contraste dans la densité du bâti d’un quartier à un autre

réciprocité par Les pLeins

Le projet propose une nouvelle approche de l’urbain suite au rabaissement de l’autoroute Bonaventure. L’ensemble de la stratégie d’aménagement résulte dans la volonté de générer un équilibre harmonieux entre un ensemble végétal et une urbanité. Il s’agit de concilier les pratiques urbaines soutenues par le viaduc du CN, à un environnement fortement végétalisé. La réciprocité travaillée entre le viaduc, la végétation au sol et aérienne amène une expérience rythmée, sensorielle et singulière. La promenade linéaire offre, par conséquent, des séquences dynamiques et graduelles.

Les déplacements STATIONNAMENTS VOIES PIÉTONNES

PRIMAIRES

VOIES PIÉTONNES

SECONDAIRES

Absence de vie publique Strate végétale supérieure

Fragmentation des quartiers

Strate végétale inférieure

Ouverture et porosité du viaduc

Stratégie végétale au sol

Stratégie végétale aérienne

Design urbain


Plan du site

Bacs

A’

A’

Bacs accessibles Mur antibruit

Coupe A A’ Tramway

– L’urbanité au naturel –

Viaduc du CN

29 Talus engazonné

B’

B

Salon urbain Ambiance boisée Canal Lachine

41


Stratégie végétale

Verticalité

Clairsemé

Couloir

Percée

Acer Rubrum Acer Rubrum ‘Colomnaire’ Aesculus Hippocastanum Amelanchier Ginkgo biloba Gleditsia triacanthos ‘Inermis’ Gymnocladius Juglans Regia

Hétérogénéité

Magnolia Ostrya Virginiana Pinus Flexilis Malus Prunus Robinia Pseudoaccacia

Acer Rubrum Acer Rubrum ‘Colomnaire’ Aesculus Hippocastanum

Celtis occidentalis

Amelanchier

Acer Saccharinum

Ginkgo biloba

Fagus Grandifolia

Gleditsia triacanthos ‘Inermis’ Gymnocladius

Acer Rubrum Acer Rubrum ‘Colomnaire’

Populus Deltoïdes

Juglans Regia

Aesculus Hippocastanum

Quercus Colonne

Magnolia

Amelanchier

Picea Abies

Ostrya Virginiana Pinus Flexilis Malus Prunus Robinia Pseudoaccacia

Ginkgo biloba

Juniperus Virginiana

Acer Rubrum Acer Rubrum ‘Colomnaire’ Aesculus Hippocastanum Amelanchier Ginkgo biloba Gleditsia triacanthos ‘Inermis’ Gymnocladius Juglans Regia Magnolia Ostrya Virginiana Pinus Flexilis Malus Prunus Robinia Pseudoaccacia Celtis occidentalis Acer Saccharinum Fagus Grandifolia

Gleditsia triacanthos ‘Inermis’ Gymnocladius

Populus Deltoïdes

Juglans Regia

Quercus Colonne

Magnolia

Picea Abies

Ostrya Virginiana

Juniperus Virginiana

Celtis occidentalis Acer Saccharinum Fagus Grandifolia


31

COUPE B B’ 41

– L’urbanité au naturel –


Projet de dĂŠveloppement rĂŠsidentiel


Le jardin du bénnu Site Cadre Année Conception

Pointe-aux-Trembles Universitaire 2013 Alexis Gambey, Marianne Lafontaine

Le projet consiste à l’aménagement d’un quartier résidentiel à caractère durable comme la récupération d’eau, l’agriculture urbaine, etc. dans le centre de Pointeaux-Trembles. Le projet est inspiré du passé de la ville et plus particulièrement aux incendies qui l’on ravagé. Ceux-ci ont forgé le paysage et restent marquants dans l’imaginaire populaire. On retrouve donc trois mouvements principaux dans le projet. Le premier, pendant l’incendie, lorsque le chaos et la confusion règne, le second, le postincendie où la nature reprend ces droits et le dernier lorsque l’homme reprend son emprise et sa volonté. Ces espaces sont répartis à travers les sites et sont empreints de l’atmosphère et de l’esthétique d’une des phases, phase que l’on ressent à travers les matériaux, les végétaux et la nature de l’espace.

Plan d’aménagement du site

Bande riveraine Jardin privé

Acier corten

Aire de jeux Verger

Serre avec bacs potager Jeux d’enfant en copeaux de caoutchouc Stationnement Voie piétonne

Développement résidentiel


– Le jardin du bénnu –

Aménagement d’une unité résidentielle

35 41


Projet d’espace régional


Interstices Site Cadre Année Conception

Verchères, Calixa-Lavallée Universitaire 2014 Alexis Gambey, Anouk Bergeron, Philippe Asselin

Verchères et Calixa- Concept Lavallée sont étroitement liés au paysage fluvial des Basses-terres du Saint-Laurent. De fait, le réseau hydrographique se présente comme un élément incontournable de l’évolution de ce dernier en contribuant au façonnement du territoire. En réponse aux mutations profondes du paysage rural, INTERSTICES propose ici une réflexion inédite sur l’aménagement des espaces naturels visant la valorisation et la Révélation des interstices préservation des cours d’eau.

Diagnostic

Espaces naturels

Les interstices se définissent comme de petits espaces vides entre les parties d’un tout. Les cours d’eau renvoient à une telle acceptation. L’intention est donc d’exploiter ces espaces.

Espaces agricoles Espaces urbains

Espaces publics

Espaces de transit

Les cours d’eau: liant du territoire

Bien que peu apparent au premier abord, le réseau hydrographique recèle néanmoins un fort potentiel d’intervention à l’échelle du territoire. Se manifestant sous diverses formes en fonction du contexte, il s’annonce, dès lors, comme l’élément de liaison d’un paysage morcelé.

Paysage morcelé

Mise en relief

Considérer le réseau hydrographique : Le premier objectif consiste à mettre en valeur les interstices hydrologiques au moyen d’une stratégie de végétalisation. Plus précisément, il s’agit d’accentuer le rapport entre la végétation existante et les cours d’eau. Ce procédé vise à unifier ces derniers qui sont habituellement perçus comme hétérogènes. Harmoniser les interventions avec le contexte existant : La pluralité des interventions s’harmonise aux besoins du contexte environnant chaque zone. La morphologie des interstices se transforme sous l’impulsion d’une entreprise unificatrice de végétalisation. Dès lors, le projet se fait organique en promouvant ces fragments de Tiers Paysage comme écologiquement profitables auprès de tous les acteurs. Enrayer la « monofonctionnalité » et la banalité de l’espace rural: La proposition diversifie les méthodes afin d’exacerber le caractère unique et quasi hétérotopique des différents types d’interstices. La région, en mettant en scène ses particularités locales qui enrichissent son expérience paysagère, affirme son identité singulière. Utiliser la ressource en eau de manière conscientisée : Compte tenu du fait que la notion de conservation se définit comme la seule protection d’écosystèmes de hautes valeurs, INTERSTICES propose une approche innovatrice centrée sur la réconciliation entre l’humain et la nature et non sur une dialectique les opposant.

Espace régional


Constats

Érosion des rives

Privatisation

Espaces naturels limités

Cours d’eau disséminés

Monotonie du paysage

Pollution agricole

Requalification des cours d’eau Aménager les espaces publics naturels

Diversifier les séquences paysagères

Un premier lien est tissé entre les deux cours d’eau principaux de la zone la plus visible du secteur. L’introduction de l’interstice s’amorce ainsi stratégiquement dans le noyau villageois par l’exploitation du canal et par la mise en valeur du patrimoine bâti existant.

Prolongé dans le ruisseau Se poursuivant dans Jarret, l’interstice se mute un paysage dominé par en espace public, naturel l’exploitation agricole intensive, et enveloppant. L’ambiance l’interstice se métamorphose singulière de cette section qui en dispositif rompant convoque l’imaginaire induit indubitablement avec la une impression d’intimité en rompant avec le reste du monotonie du paysage existant et joue un rôle majeur territoire environnant. dans l’amélioration de la qualité paysagère tant sur le plan visuel qu’environnemental.

– Interstices –

Dynamiser le centre villageois

39 Dispositif de projection interactif permettant d’introduire Dispositif expérientiel alternant entre accès et fascines Dispositif de reconnaissance visant à souligner la une relation entre les différentes interventions ponctuelles (guides visuels) permettant une progression visuelle participation des producteurs agricoles au projet du parcours. Noue végétale évoquant l’interstice urbain. à travers l’espace public à partir des points d’appel. d’aménagement agroforestier des interstices et signalant Ambiance végétale dense et enveloppante. la présence d’un cours d’eau. Fascine

Stratégie d’appels (Interventions ponctuelles)

Stratégie végétale (Intervention continue)

Point d’accès

41


Contexte urbain Contexte urbain

Stratégie végétale

L’accentuationL’accentuation de la végétation existanteexistante permettant d’accroître la qualité expérientielle d’eauseseprésente présente sous la forme de la végétation permettant d’accroître la qualité expérientielledes des plans plans d’eau sous la forme d’uned’une succession d’am découlant du contexte environnant. Parallèlement, le procédé de l’enrochement est utilisé de afinl’enrochement de faciliter les plantations et d’éviter l’érosion desles berges. succession d’ambiances découlant du contexte environnant. Parallèlement, le procédé est utilisé afin de faciliter plantations et d’éviter l’érosion des berges. Amorce du projet, le noyau villageoiscomme apparaîtune comme une zone stratégique en raison de la p Amorce du projet, le noyau villageois apparaît zone stratégique en raison Échinacée pourpre de l’autoroute 132. L’aménagement propose deux placettes reliées par une noue végétale qui r Échinacée pourpre de la proximité de l’autoroute 132. L’aménagement propose deux placettes reliées l’interstice entre le fleuve et le ruisseau. Chaque espace accueille des interfaces interactives. La Iris des marais Iris des marais par qui l’interstice le fleuve et le ruisseau.inscrit Chaque Laiche des rives une noue végétale en bordure durenvoie ruisseau à Jarret transmetentre par vidéoprojection le message par les utilisate Laiche des rives Jonc épars espace accueille des interfaces interactives. La placette en bordure du ruisseau Jonc épars la première place. Cet échange virtuel permet au villageois d’investir son espace public. Phalaris roseau Phalaris roseau Jarret transmet par vidéoprojection le message inscrit par les utilisateurs dans la A A’ A A’ première place. Cet échange virtuel permet au villageois d’investir son espace public. 1 5 1 5 La noue La noue 0 2 0 2 Plantes halophytes Plantes halophytes

A’ A

2

Le projetcomme se poursuit comme une initiati Le projet se poursuit une initiation d’un écosystème à la découvertedécouverte d’un écosystème naturelnaturel en en ple Verchèresà àtravers traversune une série série de lieux plein cœur de de Verchères et dissimulés. Profitant de la canopée exis de lieux intimesproposition et dissimulés. Profitant de lale couvert vé conserve et intensifie canopée existante, la proposition conserve sol afin d’évoquer une nature luxuriante. On d et intensifie lelacouvert sol afin totalité duvégétal ruisseau au au moyen d’un système alternant entre fascines accès formels. Les di d’évoquer une nature luxuriante. Onetdécouvre bâtis sont conçus d’un de façon à réduire l’em la totalité du ruisseau au moyen système humaine sur l’environnement naturel et leur d’appels, alternant entre fascines et accès B’ permet une intégration complète au paysage. B’ formels. Les dispositifs bâtis sont conçus Pruche du Canada deCanada façon à réduire l’empreinte humaine sur Pruche du Ronce odoranteRonce odorante l’environnement naturel et leur légèreté Symphorine blanche permet une intégration complète au paysage. Symphorine blanche Onoclée sensible Onoclée sensible Osmonde cannelle Osmonde cannelle 1 5 Mertensie maritime Osmonde royale 1 5 Mertensie maritime Osmonde royale

4

6 3

4

6

B

4

B’ 6

B

B

Jonc épars

Jonc épars

Le sous-bois Le sous-bois Plantes herbacées stabilisatrices Plantes herbacées stabilisatrices

0

2

2

0

Myrique baumier Myrique baumier Amélanchier duAmélanchier Canada du Canada Cornouiller stolonifère Cornouiller stolonifère Saule discolore Saule discolore Aulne rugueux Aulne rugueux

C’

5 5

C

C’

1

5

C

0

C

0

20

10

100

50

Le fond de vallée Le fond de vallée Plantes arbustives stabilisatrices

Plantes arbustives stabilisatrices

5 2

Cette successionCette de cachettes succession de c aboutit à un nouvel aboutit espace à un nouvel d’exploration oùd’exploration l’on passe où l’on la contiguïté à l’o de la contiguïté de à l’ouverture. Le Le ruisseau s’ouvreruisseau sur un s’ouvre environnement dégagé environnement dégagé qui C’ annonce le secteur agricol annonce le secteur agricole prolonge. L’ambiance obte où il se prolonge. L’ambianced’une vast l’implantation forme et d’une allée pre obtenue par l’implantation 1 5 forme d’un quai d’une vaste plate-forme et au sol r aux utilisateurs la situation 2 allée prenant 0d’une la forme inondable évoque l’idée d’un quai au sol rappelant naturel informel. aux utilisateurs la situation de zone inondable évoque l’idée du parc naturel informel.


Stratégie d’appel

1

Placette

4

Plate-forme

2

Passerelle

5

Terrasse

– Interstices –

Le dispositif construit dans l’interstice du paysage se présente sous la forme d’un ensemble organique d’éléments architecturés de matérialité similaire permettant d’unifier les différentes portions du réseau hydrographique en plus de répondre aux objectifs globaux mis de l’avant.

41 3

6

Sentier d’accès

Fascine

Contexte agricole

La proposition vise donc l’appropriation collective de l’interstice, cette marge délaissée de l’espace, ce fragment de Tiers paysage, comme signature identitaire de la région.

L’intervention en zone agricole vise à encourager les agriculteurs à végétaliser les fossés agricoles. L’idée est de répondre adéquatement au contexte en joignant à une stratégie végétale productive une intention d’assainissement de ces interstices. Dispositif de reconnaissance

Chêne rouge Peuplier hybride

2015

Espèces arboricoles permettant un roulement de coupes Diversification paysagère à travers les années

Plantation d’un seul côté du fossé pour permettre l’entretien Espèces arbustives Épinette blanche productives Noisetier à long bec Framboisier noir

Plantation des 3 espèces

Myrtiller à corymbes

2035

Coupe des peupliers

2060

41

« Qu’est - ce que le tiers-état ? - Tout. Qu’a – t - il fait jusqu’à présent ? - Rien. Qu’aspire – t – il a devenir ? - Quelque chose. » Gilles Clément

Coupe des épinettes

Porfolio Alexis Gambey  

Portfolio, Alexis Gambey, étudiant en architecture du paysage. Landscape architecture, Montréal

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you