Page 31

3. CONCLUSION GENERALE        Une  première  observation  qui  peut  être  faite  est  sur  l’ensemble  des  articles  dans  la  presse  française  et  celle  étrangère  qui  généralement  se  trouvent  dans  un  décalage.  La  plupart  des  articles  français commencent à être écrits à partir de l’étape de concours pour la grande arche et finissent avec  la réalisation du projet en 1989. Au même temps, les articles de la presse étrangère sont écrits à partir  des  festivités  pour  le  bicentenaire  de  la  révolution  française  en  1989  et  s’arrêtent  en  1996  avec  la  réalisation de la bibliothèque nationale de France et la mort du président.   Une deuxième observation se fait sur la différence d’échelle et sujet entre les articles français et  les articles étrangers. D’une coté, les articles français se concentrent sur le projet de la grande arche, sur  l’objet  lui‐même,  et  sur  la  zone  de  la  défense,  en  temps  que  de  l’autre  coté  les  articles  étrangers  se  concentrent sur l’ensemble des projets, sur la ville et sur la politique et ces politiciens. Cette différence  peut être expliquée d’une manière très simple en regardant les orientations des médias: pour les médias  nationales il s’agit toujours d’un public français, plus en thème avec les différents sujet, fait qui génère  des articles plus précis, pour les médias internationales il s’agit d’un public moins informé, ou informé  d’une manière plus générale, fait qui génère un besoin pour une vue d’ensemble.  Jusqu’à  maintenant  il  parait  que  les  deux  approches  parlent  des  points  de  vue  divergents.  En  fait, le terrain commun reste l’opinion publique sur l’ensemble. Ici on voit déjà une différence : ça que  les  français  considèrent  un  projet  très  beau,  qui  a  transformé  le  quartier  de  la  Défense  dans  un  Manhattan  parisien,  les  étrangers  désapprouvent  généralement,  en  évoquant  son  caractère  froid.  Ensuite,  l’absence  de  François  Mitterrand  dans  les  articles  français  montre  une  manque  d’association  entre  le  président,  vue  simplement  comme  initiateur  du  projet  et  pas  une  figure  dans  l’équipe  qui  l’a  réalisé, et le projet qui montre une acceptation au niveau de la société: le projet n’appartient plus au  président de la République mais aux français comme nation.  Finalement,  un  consensus  est  arrive  dans  à  la  fin  de  la  période,  environ  l’an  de  1996,  quand  l’ensemble des grands projets de François Mitterrand a été fini. Dans ce moment la fierté des français se  chevauche avec l’admiration générale du monde quand le prestige et le renom de la France font le tour  du monde. Paris devient la ville où tout le monde veut vivre, un habitat idéal qui est au même temps  une expression du succès personnel. D’une autre coté, les critiques faites par la presse étrangère, sur la  politique et les grandes problèmes sociales de France, en combinaison avec le prestige surchargé de la  ville  ont  donné  aussi  une  nuance  moins  agréable  à  la  ville,  qui  se  trouve  entre  la  corruption  et  l’arrogance.       

Profile for Alexandru Senciuc

La Grande Arche: Une fenêtre sur Paris  

cours: La Societe des Metropoles. Prof: Patrick LEITNER. Auteurs: Marta MILANO, Alexandru SENCIUC

La Grande Arche: Une fenêtre sur Paris  

cours: La Societe des Metropoles. Prof: Patrick LEITNER. Auteurs: Marta MILANO, Alexandru SENCIUC

Advertisement