Page 19

d’un important  critic  d’art  American :  « Robert  Hughes,  the  art  critic  for  Time  magazine,  concluded : « It would take a nude, not a cloud, to fix this pretentious monster. Luckily the rest  of La Defense is so sub‐Dallas that the arch has no context to wreck.” Mais étant le seul article  de ce genre, il ne provoque que l’augmentation de l’intérêt public pour Paris.  Finalement, en 1995, l’article écrit par Herbert Muschamp26 fait une réconciliation entre  la controverse sur le président et la réalité de ses grands projets. Les projets, qui constituent un  tout,  une  unité,  représentent  un  rituel  de  passage  pour  la  ville  de  l’époque  classique  a  la  modernité.  Dans une vision générale, la presse américaine qui d’une cote fait des grandes critiques  sur la ville et la manière dont le président a impose les projets, de l’autre fait un hommage pour  cette ville qui en comparaison avec les villes américaines représentent un modèle. A la fin, dans  la logique capitaliste des chiffres, les américains restent impressionnés par la taille des grands  projets, de leur expression de pouvoir. Dans leur vision Paris classique, qui était déjà un centre  de  la  culture  et  un  modèle  de  vie,  est  modernisée  et  embellie  et  devient  la  mecca  pour  la  culture mondiale.   La presse en Grande Bretagne  De  l’autre  cote  de  l’océan,  la  presse  anglaise  se  concentre  surtout  sur  le  problème  politique.  Ils  critiquent  beaucoup  François  Mitterrand  et  attribuent  des  termes  comme  impérialisme autoritarisme à ses actions. Un article sur La Grande Arche de la Defense met en  evidence  son  passage  vite  dans  l’opinion  publique  comme une  reaction  impressionante :  « Of  the  three  [la  pyramide  de  Pei  et  L’opera  Bastille],  La  Grande  Arche  has  had  the  easiest  passage[…] this white frame is a sober, Nordic child for the bold and frivolous Eiffel Tower[…]it  weighs  as  much  as  three  Eiffel  Towers;  the  Cathedral  of  Notre‐Dame  could  pass  under  it  without losing a single spire or gargoyle.”27 Un autre article en 1992 montre une forte critique  de l’architecture française comme une prolongation dans les années 90 du courant moderniste,  comme une architecture enfermée dans son passée, dans des symboles qui ne veulent plus rien  dire28. Apres la mort du président, un autre vague des articles qui critiquent l’architecture font  leur apparition29. On peut voir alors que la presse anglaise n’apprécie pas les grands projets de  Mitterrand.   Même s’ils ne sont pas apprécies comme architecture, les grands projets de Mitterrand  n’arrêtent pas d’impressionner par leurs dimensions hors échelle. Les images évoquées dans les                                                               26

MUSCHAMP Herbert, “ARCHITECTURE VIEW; The New Paris: Growing accustomed to its face”, The New York  Times, 18 juin 1995  27  SMYTH Robin, “An arch that need no defence”, The Observer, 2 juillet 1989, p. 39  28  DARLEY Gilliam, “Hard lines on a tricky sofa”, The Guardian, 23 mai 1992, p. 52  29  DUVAL SMITH Alex, “Mitterrand’s Paris vision crumbles”, The Guardian, 11 septembre 1996, p. 2 

Profile for Alexandru Senciuc

La Grande Arche: Une fenêtre sur Paris  

cours: La Societe des Metropoles. Prof: Patrick LEITNER. Auteurs: Marta MILANO, Alexandru SENCIUC

La Grande Arche: Une fenêtre sur Paris  

cours: La Societe des Metropoles. Prof: Patrick LEITNER. Auteurs: Marta MILANO, Alexandru SENCIUC

Advertisement