Le groupe face à son passé

Page 1

Le Groupe face à son Passé : Mémoire Collective et Culpabilité


Cette recherche se propose d’étudier l’incidence de l’histoire d’un groupe sur l’individu qui en est membre. En particulier, nous étudions la culpabilité que la personne peut porter lorsqu’elle s’y identifie. La relation intergroupe passée investiguée est celle des anciens coloniaux belges avec les Congolais dans le cadre de l’histoire coloniale belge au Congo. Nous débutons par une présentation succincte de l’évolution des recherches sur la mémoire en psychologie et de leurs études sociales qui en ont fait le concept particulier de mémoire collective. Percevant les travaux actuels de celui-ci, nous réalisons le lien étroit qui se fait avec la théorie de l’identité sociale, et par extension avec les recherches sur la culpabilité collective. De nombreux auteurs ont ainsi montré que les individus qui s’identifient fortement à leur groupe mettent en place des stratégies de défense leur permettant de ne pas culpabiliser. Nous critiquons ces recherches en s’appuyant sur des travaux réalisés en psychologie des émotions, qui nous indiquent que la culpabilité est une émotion qui se caractérise par des velléités à éviter les représentations qui s’y rapportent. Dans ce mouvement, nous apportons, en plus des résultats fournis par des questions fermées, une analyse de discours nous permettant d’étudier les défenses mises en place. Cette orientation méthodologique a pour fonction de démasquer ces dissimulations qui caractérisent la culpabilité. Outre l’intérêt particulier pour le sujet d’étude, cette recherche se marque par un désir de dépasser les mesures chiffrées traditionnelles de la psychologie sociale en réinvestissant le versant émotionnel de l’identité sociale. Conformément aux études en psychologie des émotions, nous constatons de nombreuses tentatives d’évitement dans le discours, catégorisées selon la voie qu’elles empruntent. Toutefois, ces résultats ne nous permettent pas d’inférer un vécu de culpabilité pour les membres de l’endogroupe incriminé. Néanmoins, ils ouvrent la voie à des interprétations divergentes à celles qui prédominent actuellement dans l’étude du concept de culpabilité collective.


TABLE

I. INTRODUCTION............................................................................................................................6 A. PLURALITE DE LA MEMOIRE ........................................................................................................ 7 B. EVOLUTION DU CONCEPT DE MEMOIRE.................................................................................... 8

1. Dimensions cognitives de la mémoire........................................................................8 2. Intégration des aspects sociaux de la mémoire.......................................................10 C. MEMOIRE COLLECTIVE ET IDENTITE SOCIALE ..................................................................... 13

1. Halbwachs et la mémoire collective.........................................................................13 2. La mémoire collective comme dimension de comparaison intergroupe ..............15 a) la théorie de l’identité sociale...........................................................................15 b) mémoire collective et stratégies de défense .....................................................19 D. MEMOIRE ET CULPABILITE COLLECTIVE ............................................................................... 20

1. Les expériences de DOOSJE, SPEARS, BRANSCOMBE, et MANSTEAD.......22 a) première étude ..................................................................................................22 b) menace identitaire et niveau d’identification ...................................................24 c) seconde étude....................................................................................................26 E. LA CULPABILITE COLLECTIVE COMME EMOTION................................................................ 27

1. Le contexte social et la culpabilité collective...........................................................27 a) la « société ambiguë » ......................................................................................27 b) les affects en psychologie sociale.....................................................................31 c) le groupe dans un ensemble..............................................................................34 d) culpabilité et réparation ....................................................................................35 2. Niveau explicite et implicite de mesure ...................................................................36 a) émotions négatives et partage social ................................................................37 b) apports de la psychologie des émotions ...........................................................40 3. Intégration des résultats ...........................................................................................42 4. Difficulté méthodologique ........................................................................................42 F. APERÇU DE LA RECHERCHE ........................................................................................................ 44 G. HYPOTHESES................................................................................................................................... 46

II. METHODOLOGIE......................................................................................................................49 A. SUJETS............................................................................................................................................... 49


B. DISPOSITIF........................................................................................................................................ 49 C. PROCEDURE ..................................................................................................................................... 50 D. ANALYSE DE LA RECONNAISSANCE SUBJECTIVE D’EXACTIONS .................................... 54 E. LES DIFFERENTES ANALYSES..................................................................................................... 55

1. Evaluation de la culpabilité collective et de la dette...............................................55 2. Analyse de contenu....................................................................................................56 a) logiciel ALCESTE............................................................................................56 b) analyse de discours ...........................................................................................57 III. RESULTATS...............................................................................................................................60 A. ANALYSE DES MESURES « EXPLICITES »................................................................................. 60

1. Identification au groupe et culpabilité collective....................................................60 2. Evaluation de la volonté de réparation ...................................................................62 a) Coloniaux..........................................................................................................62 b) Congolais..........................................................................................................64 3. Evaluation de la reconnaissance des exactions.......................................................65 B. ANALYSE ALCESTE......................................................................................................................... 67

1. Les bénéfices de l’action coloniale ...........................................................................68 2. L’indépendance congolaise.......................................................................................69 C. ANALYSE DE DISCOURS ............................................................................................................... 71

1. Les coloniaux .............................................................................................................71 a) la relativisation du négatif par la mise en contexte positif ...............................72 b) la comparaison sociale stratégique ...................................................................76 c) les stéréotypes comme justification..................................................................80 d) dénis, affirmations, et justifications : les antinomies du discours colonial ......84 e) dénis, corrections et leurs justifications............................................................87 f) les mots tabous ..................................................................................................93 2. Les Congolais.............................................................................................................96 IV. DISCUSSION ..............................................................................................................................99 A. L’EVITEMENT DANS LE DISCOURS ......................................................................................... 100 B. LES ECHELLES DE MESURE DE LA CULPABILITE ET DE LA REPARATION ................... 104 C. CULPABILITE OU INDICES DE CULPABILITE ?...................................................................... 108 D. LA DIFFICULTE A DELIMITER LE CONCEPT DE CULPABILITE COLLECTIVE ............... 112 E. CONSIDERATION SUR LA POSITION DU CHERCHEUR ........................................................ 114


V. CONCLUSION ...........................................................................................................................117 VI. BIBLIOGRAPHIE ....................................................................................................................120


I. INTRODUCTION

Le 17 janvier 1961, Patrice Lumumba, dénonciateur sans relâche des méfaits de la colonisation, fut assassiné après la prise de pouvoir par Mobutu. Pendant longtemps, les Belges ont éludé la question des incidences de leur pays dans cette disparition, préférant se focaliser sur les dérives du Zaïre Mobutiste (BRAECKMAN, 2002a). Ce voile sur une partie de l’histoire n’empêcha pas le parlement belge de débuter, en 2001, une Commission visant à élucider les responsabilités de la Belgique dans l’assassinat de l’ancien Premier Ministre congolais. Cette fouille dans l’histoire initiée par la commission n’a pas été sans conséquences ; on peut émettre sans réserve que cet événement ressassa de vieux souvenirs collectifs à la fois chez les Belges et les Congolais. Mais au-delà de l’assassinat de Patrice Lumumba se rejouait en toile de fond une interrogation bien plus large : celle de la colonisation dans son ensemble. Le contexte social faisait en effet lieu de polémiques nourries entre autres par l’ouvrage d’ADAM HOCHSCHILD (1998) soulignant les atrocités de la période léopoldienne au Congo, ainsi que par celui de COLETTE BRAECKMAN (2002b) offrant une lecture critique de la commission parlementaire belge, faisant dans un même temps part de ses récriminations à l’égard de la Belgique coloniale. Ces divergences d’opinion nous interpellent sur la mémoire que les individus ont du passé de leur nation ainsi que de son partage dans la société. Cette volonté belge d’explorer certains pans douteux de son histoire pose surtout la question de la responsabilité que l’individu peut porter en tant que membre d’un groupe. Nous pouvons penser que certains accepteront l’incidence de l’endogroupe dans des exactions à l’égard d’un exogroupe et vivront une culpabilité collective. D’autres, au contraire, se défendront des reproches qu’on leur fait, par le recours à de multiples stratégies. Est-ce que ces mécanismes défensifs permettront d’échapper à la culpabilité, comme certains le pensent ? Ou bien sont-ils déjà en eux-mêmes des indicateurs d’un « vécu » culpabilisant ? Le projet de ce mémoire s’inscrit dans un mouvement visant à comprendre, dans le cadre de la mémoire collective, la culpabilité qu’un individu peut porter en tant que membre d’un groupe et l’inter-influence de celle-ci avec les processus identitaires. Nous débuterons en exposant brièvement l’évolution des recherches sur la mémoire qui ont fait de celle-ci un objet d’étude en psychologie sociale. Ensuite, nous verrons comment les psychologues ont réussi à intégrer ce concept à une théorie centrale en psychologie sociale: la théorie de l’identité sociale.


INTRODUCTION

A partir de certains de ses préceptes, ils ont étudié la culpabilité qu’un individu pouvait ressentir en fonction de certains comportements de l’endogroupe. Nous nous proposons de décrire les études dans ce domaine, qui, au-delà de l’intérêt qu’elles présentent, comprennent certaines lacunes que nous tenterons de mettre en exergue. L’identification de ces manquements permettra au lecteur, du moins nous l’espérons, de déceler l’importance de s’appuyer sur des recherches ayant investigué les émotions dans leur essence même et de définir ainsi les limites théoriques des résultats actuels. Nous verrons quelles peuvent être les conséquences d’une confusion entre l’expression sociale de ses émotions et leur vécu subjectif. Mais avant d’entrer dans le cœur du sujet, il est important de définir ce que nous entendons par mémoire collective comme objet d’étude en psychologie sociale. Le constat d’une absence de consensus entre les différentes mémoires collectives rend en effet compte de sa nature profondément sociale et des processus identitaires qu’elle implique. A. Pluralité de la mémoire

La mémoire de la période coloniale belge au Congo est-elle la même pour tous les individus ? Si l’on répond par la négative à cette question, comment peut-on expliquer que différentes versions d’une même histoire puissent coexister ; dans l’absolu, les faits sont une donnée concrète et ne se déroulent qu’une seule fois et d’une seule et même façon dans un espace-temps donné. A partir de là, deux interprétations s’offrent à nous. Premièrement, nous pouvons postuler que ce que l’individu nous présente de l’histoire de son groupe a valeur de vérité et reproduit fidèlement les données historiques. Mais cette supposition est alors antinomique avec ce constat social rendant compte de représentations contradictoires d’un même passé. Considérons alors, sur base de cette réalité sociale, que l’histoire avec un grand « H » que les hommes exposent comme vérité absolue n’est qu’une abstraction interprétative de ce qui s’est réellement déroulé antérieurement. Dans cette deuxième optique, le passé ne laisserait dans les consciences que des traces subjectives. A l’extrême, nous pouvons admettre que le livre d’histoire le plus fidèle comprend une orientation préférentielle dans son contenu et ses interprétations. Ceci nous permet alors de différencier la mémoire collective de la mémoire historique (HALBWACHS, 1950). Cette dernière fournit un cadre pour la constitution de la mémoire collective et peut être représentée comme l’histoire. Celle-ci n’agit cependant que comme un arrière-plan de la mémoire des groupes et ne participe pas pleinement à celle-là. La mémoire collective est un processus interne, humain, social par excellence, et irréductible aux 7


INTRODUCTION

expériences réelles vécues par les groupes. La controverse entourant la période coloniale belge au Congo témoigne du caractère multiple des représentations d’un même passé. Postulant cette pluralité de la mémoire, nous considérerons donc que toute mémoire n’est pas facile à porter et que certaines peuvent susciter des stratégies visant à écarter de la conscience des données perturbantes. Mais quels sont les éléments qui puissent expliquer que certains individus vont accepter les reproches adressés à leur groupe là où d’autres s’investiront énergiquement pour les éviter. Et quelle place donner aux émotions dans la mémoire collective et dans la capacité du sujet à faire face au passé de son groupe ? Les individus pour qui le groupe prend une place identitaire importante ont-ils plus de possibilités d’échapper à une responsabilité collective génératrice de culpabilité, en comparaison avec ceux qui s’identifient faiblement à ce même groupe. Ou, au contraire, sont-ils plus susceptibles de vivre, en raison de la valeur affective qu’ils attachent au groupe, une culpabilité d’autant plus importante ? Nous commençons cet exposé par un premier aperçu de l’évolution des conceptions de la mémoire qui mena au concept particulier de « mémoire collective B. Evolution du concept de mémoire

La mémoire que nous possédons en tant que membre d’un groupe forme la mémoire collective. Depuis quelques années, la psychologie sociale porte un intérêt croissant à ce phénomène social. Toutefois, avant d’arriver au concept de mémoire collective, la psychologie a navigué entre des travaux d’inspiration cognitive et des travaux plus proches de la psychologie sociale. Afin de saisir la notion de mémoire collective, il est important de présenter un relevé succinct de la littérature. Ceci permettra également au lecteur d’appréhender les conceptions dominantes en psychologie sociale qui ont orienté les recherches dans le domaine de la culpabilité collective. 1. Dimensions cognitives de la mémoire

De nombreux auteurs ont pendant longtemps cherché à intégrer la mémoire dans un concept satisfaisant sans toutefois pouvoir associer harmonieusement ses dimensions sociales et cognitives. SCHANK et ABELSON (1977) introduisent le concept de script qui représenterait des événements sociaux communément vécus. Les auteurs s’intéressent aux mécanismes de

8


INTRODUCTION

mémorisation à l’œuvre dans des activités de la vie quotidienne. L’intérêt porte par exemple sur les stratégies mnémoniques usitées par les serveurs dans un restaurant afin de retenir les commandes qui leur sont faites. La perspective est ici purement cognitive, bien que l’on fasse référence à des éléments mémorisés dans un cadre social. De son côté, BARTLETT (1932), psychologue anglais, s’est intéressé à la mémoire dans son fonctionnement intrapersonnel. Dans ses études, il introduira la notion de schème. Cette structure préexistante dans la mémoire des sujets déterminerait l’encodage de l’information. Les déformations systématiques dans la reproduction des récits lui offrent une preuve concluante d’une structure antérieure agissant comme un filtre informatif. Ainsi, certains éléments du récit seraient omis ou transformés en raison de leur contradiction avec les attentes de la personne. Ces découvertes permettent de définir les processus d’apprentissage comme des processus actifs sous-tendus par des schémas de pensée intrapersonnels. Nous situons les prémices d’une conception qui envisage le traitement humain de l’information non pas dans une optique purement machiniste mais dans un ensemble tenant compte des expériences antérieures de la personne. La notion s’inscrit néanmoins dans une psychologie cognitive. Sous des formes différenciées, ce domaine de la psychologie reprendra donc la conceptualisation du schéma de BARTLETT pour tenter d’offrir un modèle théorique du traitement de l’information. Cet intérêt pour les processus mnémoniques individuels met en exergue les conceptions de la mémoire qui furent généralement partagées parmi les chercheurs. Malgré que BARTLETT s’intéresse ici à la mémoire indépendamment de sa composante sociale, ses travaux sont intéressants car ils indiquent l’enjeu de la mémoire et la nécessité pour le sujet d’adapter la réalité extérieure à ses attentes. Les études sur la mémoire en psychologie cognitive se confinent néanmoins dans une sphère intra-individuelle où l’information est traitée indépendamment de l’incidence sociale potentielle sur les processus mnémoniques. Ce domaine de la psychologie n’en est pas pour autant moins intéressant, mais nous pouvons penser qu’il est déplorable d’étudier un concept sans tenir compte d’éventuelles influences qui entreraient en ligne de compte dans les résultats que nous observons.

9


INTRODUCTION

2. Intégration des aspects sociaux de la mémoire

Certains auteurs, confrontés à ce réductionnisme cognitif, désirent associer le contexte social et temporel dans lequel s’insère le processus de mémorisation. Une psychologie sociale cognitive a pris naissance dans cette volonté de se distancer d’une psychologie purement cognitive. Pour ce nouveau courant, la connaissance du sujet ne s’inscrit pas uniquement dans une étude du traitement mental de l’information réduisant l’être humain à un cerveau. Il est alors nécessaire, pour les tenants de cette approche, de considérer la mémoire dans son contexte social et naturel. Dans ce mouvement, NEISSER (1982) développe le concept de mémoire écologique en opérant une liaison entre l’environnement extérieur et l’individu. Il explique la mémorisation de certains événements par la correspondance entre un contexte personnel et l’événement en question, et développe le concept de structures narratives, modèle mental qui opère une liaison entre la mémoire autobiographique et l’histoire. Les souvenirs d’événements publics s’expliqueraient alors par la concordance qu’ils ont avec notre histoire personnelle. BROWN et KULIK (1977) étudient la remémoration de souvenirs précis liés à des événements nationaux en se référant au concept de « flashbulb memories ». L’expression « souvenir flash » se réfère à la remémoration vive du moment où l’on apprend une nouvelle par le rappel immédiat d’une multitude de caractéristiques du contexte. Pour qu’un souvenir flash apparaisse, l’événement doit être surprenant et évalué comme important dans la vie du sujet. Un traitement cognitif de l’expérience va provoquer un ressenti émotionnel laissant une trace contextuelle dans la mémoire différant suivant l’intensité émotionnelle. Chacun se souvient d’un événement public de façon personnelle, lui associant une connotation affective différente selon certaines caractéristiques idiosyncrasiques. Néanmoins, cette variabilité intrapersonnelle n’empêche pas le caractère collectif de l’événement qui se marque dans le fait qu’il soit socialement partagé. Cette préoccupation pour les déterminants sociaux de la mémoire se marque aussi dans les travaux de BARTLETT (1932) faisant de la mémoire une construction dépendante du groupe d’appartenance. Il s’oppose à une position réductrice qui envisagerait les comportements sociaux comme des activités déterminées par nos instincts. Dans ce cadre, il introduit le terme de conventionnalisation sociale, emprunté à DR W.H.R. RIVERS qui le définissait comme :

10


INTRODUCTION

« A process by which a form of artistic expression introduced into a new home becomes modified through the influence of the conventions and long-established technique of the people among whom the new notions are introduced » (“The history of melanesian society”, Cambridge, 1914, II. p. 383 cité dans BARTLETT, 1932. p. 244).

Mais BARTLETT ne limite pas ce processus à l’expression artistique et s’attachera à l’intégrer dans l’étude sociale de la remémoration. Le processus de conventionnalisation sociale fut mis en évidence à partir de données anthropologiques et expérimentales en travaillant à partir de transmissions verbales ou picturales. L’auteur constate que lors de la transmission d’un nouvel élément dans un groupe, celui-ci le transforme jusqu’à ce qu’il devienne acceptable et qu’il l’adopte. Si l’on prend par exemple un masque oriental et qu’on l’introduit dans un groupe occidental, celui-ci perd progressivement ses caractéristiques originelles afin de devenir un type facial occidental conventionnel. Dans tout groupe social, il n’y a donc pas uniquement des tendances sociales de conservation, mais également une forte propension à des efforts constructifs. La conventionnalisation sociale est donc un processus qui s’opère sur un élément nouvellement introduit dans un groupe culturel afin de lui faire prendre une forme collectivement acceptable, stable et distincte. L’influence qu’un nouvel élément introduit va subir dépend des tendances persistantes et de la proximité physique des membres du groupe. Le premier facteur fait référence aux règles, normes, valeurs, conventions partagées par le groupe. Le second s’appuie sur le postulat que l’interaction interindividuelle provoque une construction de réponses collectives dans le cadre de la communication. BARTLETT s’intéresse également aux conditions sociales de rappel du souvenir. Selon lui, de nombreux actes de remémoration intrapersonnelle seraient déterminés par des facteurs sociaux. Une première incidence sociale porte sur ce que BARTLETT nomme la « matière de la mémoire », constituant le contenu matériel remémoré. Celui-ci est influencé par des biais sociaux qui vont déterminer la perception de l’environnement ainsi que le choix sélectif d’éléments du passé. Cette remémoration socialement déterminée n’implique pas nécessairement la présence d’autres membres du groupe concerné. La seconde influence sociale, reprise sous le terme de « manière du souvenir », s’exerce par la présence des membres d’un même groupe d’appartenance sur les réactions de l’individu dans l’expression du souvenir. Nous sommes ici dans un contexte de narration où le sujet présente ses souvenirs aux autres. L’influence réside

11


INTRODUCTION

dans le groupe en présence et non simplement dans les coutumes, traditions ou règles sociales propres au groupe (la matière du souvenir). Ainsi, si NEISSER (1982) et BROWN et KULIK (1977) établissent un lien entre l’individu et le groupe pour expliquer la remémoration, BARTLETT (1932) souligne la transformation de l’information marquant l’identité spécifique du groupe. Mais peut-on néanmoins parler avec ses travaux de mémoire collective ? Les dimensions sociales du souvenir n’ont pas été véritablement imbriquées à la mémoire. Malgré la volonté de certains auteurs de se détacher d’un réductionnisme « cognitif », la mémoire est envisagée comme collective uniquement en raison du caractère social de l’événement. Un courant anglais s’inspirant du constructionnisme social a tenté de donner une plus grande place à cette dimension sociale de la mémoire. Pour les tenants de cette nouvelle approche, les travaux de BARTLETT ne prenaient pas suffisamment en compte l’incidence des processus groupaux dans le travail de mémorisation. Comme le soulignent HAAS et JODELET (2000. p. 127) : « basé essentiellement sur le travail de la mémoire elle-même, ce processus ne mettait pas suffisamment en évidence l’interaction entre les sujets ». EDWARDS et MIDDLETON (1986) étudient alors la mémoire comme un processus prenant forme dans la communication. Ils défendent l’idée d’une mémoire trouvant son origine dans une pratique d’échange et de discussion. On parle de « joint remembering » qui fait référence à l’acte de se souvenir ensemble : le souvenir est construit par le groupe dans le présent. Nonobstant cela, ce courant constructiviste n’est pas parvenu à procéder à une investigation des raisons stratégiques qui sous-tendent la sélection d’un certain contenu mnémonique. La mémoire est envisagée sous une de ses caractéristiques, en l’occurrence le principal médiateur de sa transmission : le langage verbal. La mémoire est alors collective parce qu’interactive. Le type de contenu transmis et les raisons d’une certaine sélection sont laissés en suspens. Dans l’ensemble, les différentes conceptions de la mémoire ci-dessus mentionnées ne procèdent donc pas à une investigation exhaustive de l’influence du groupe sur les processus mnémoniques. Qu’est ce qui explique la pluralité des mémoires liées à un même fait ? Pourquoi certains éléments de l’histoire du groupe sont-ils l’objet d’une reconstruction ? Comment expliquer que l’on omet certains pans de notre histoire là où d’autres font l’objet d’un vaste partage social ? La mémoire sociale réduit son attention à l’acte de remémoration sans prise en

12


INTRODUCTION

compte de l’incidence du groupe dans ce travail mental ainsi que du rôle joué par les fonctions identitaires dans le processus de remémoration (voir HAAS et JODELET, 1999). Pour certains auteurs (HAAS, 2001), la mémoire remplit en effet certaines fonctions identitaires : tout d’abord, le partage social des souvenirs offre au groupe une permanence ; ensuite, permettant aux individus de se faire une image de ce même groupe, la mémoire remplit une fonction symbolique ; enfin, une fonction normative en servant d’exemple à la collectivité. Ainsi, l’identification de ses trois fonctions empêche un certain réductionnisme en envisageant la mémoire collective à la fois comme processus, miroir des identités sociales, et initiatrice de comportements intergroupes. En outre, excepté les travaux de BROWN et KULIK (1977), les conceptions « sociales » de la mémoire mentionnées ne débattent pas de l’incidence des émotions dans les processus mnémoniques. Les recherches sur les « souvenirs flashs » (BROWN et KULIK, 1977) se sont toutefois focalisées sur la mémoire qu’a un individu du contexte particulier caractérisant le moment où il apprend un événement public ; le lien entre mémoire individuelle et collective est indirect : l’événement constitue uniquement un marqueur. Il est cependant légitime de penser que c’est en tenant compte de la valeur émotionnelle accordée au groupe ainsi que des émotions et des affects engendrés par cette appartenance que les recherches s’orienteront plus spécifiquement sur les motifs de reconstruction du passé, de rétention, et d’oubli. C. Mémoire collective et identité sociale

Avec les travaux de Maurice Halbwachs, réinvestis dans le champ de la psychologie sociale, le concept de mémoire collective épouse désormais une définition plus claire. La théorie de l’identité sociale de TAJFEL et TURNER (1986) contribue à expliquer les mécanismes de la mémoire collective et tente de rendre compte des différenciations observées. 1. Halbwachs et la mémoire collective

MAURICE HALBWACHS, établissant le caractère social de tout souvenir, signe l’émergence du concept de mémoire collective. Selon lui, le groupe se remémore des souvenirs à travers des repères sociaux comme le langage, l’espace et le temps (1925). Ces cadres sociaux

13


INTRODUCTION

qu’offre à l’individu la société lui permettent de retrouver ses souvenirs et remplissent une fonction identitaire. HAAS (2001) a mis en exergue, dans une étude consacrée à la gestion collective du passé des vichyssois, l’importance que les individus accordaient à la présentation de leur ville. L’espace est un miroir identitaire au travers duquel le groupe se définit et qui lui offre un caractère de permanence en gardant les traces des histoires successives qui s’y sont déroulées. Ces cadres agissent sur le contenu de ce qui est retenu, varient dans le temps tout en conservant une certaine stabilité. La pluralité des cadres et les multiples interprétations qui peuvent leur être données signent la pluralité des mémoires collectives. Il n’y a par exemple pas qu’une seule et unique mémoire de la seconde guerre mondiale mais une multitude de mémoires qui s’origine d’un même passé (SCHUMAN et RIEGER, 1992). La mémoire collective correspondant à un ensemble d’hommes qui se souviennent en tant que membre d’un groupe (HALBWACHS, 1950), il y aura autant de mémoires qu’il y a de groupes. L’individu a à sa disposition différentes parties de l’histoire que selon son identité il décidera de mettre ou non en évidence. Où donc situer la vérité en sachant pertinemment que différentes conceptions d’un même passé coexistent? HALBWACHS se distingue des « archéologues de la vérité » par la volonté de se détacher d’une conception de la mémoire comme miroir reflétant avec exactitude les éléments du passé. Au contraire, l’individu reconstruit continuellement le passé à partir de ses motivations présentes. Dans ce cadre, la mémoire ne doit pas uniquement être pensée dans le présent. Il est indispensable de coordonner les trois axes temporels dans son étude (HAAS et JODELET, 1999). Le psychologue n’est pas un historien, l’intérêt n’est pas de découvrir la vérité passée mais les raisons qui sous-tendent le choix sélectif et la transformation. Ce caractère pluriel de la mémoire s’oppose à la volonté de former un groupe homogène et cohérent au travers d’une mémoire globale représentant le passé de manière uniforme (la mémoire collective d’un groupe ne supportant qu’une seule définition. Voir HAAS, 2001). Audelà du passé glorifié que certains groupes veulent afficher coexistent des histoires honteuses, douloureuses, qui peuvent faire l’objet d’omissions ou de défenses selon le groupe concerné. Cette réalité balaie l’idée d’une histoire unique, consensuelle, et pose la question des enjeux de la mémoire. L’intérêt est d’essayer de comprendre, grâce à certaines théories psychosociales, les raisons qui sous-tendent ces choix sélectifs. Il est indispensable, si l’on considère la mémoire comme dépendante d’une collectivité, d’étudier et de définir le groupe et les processus 14


INTRODUCTION

spécifiques au « membership ». A cette fin, il est important d’établir un lien entre mécanismes de la mémoire et processus groupaux, en s’étayant sur la théorie de l’identité sociale. 2. La mémoire collective comme dimension de comparaison intergroupe

LE PAUMIER et ZAVALLONI (2002) soulèvent l’impasse dans laquelle peut se confiner une définition de la mémoire collective : « Que faut-il entendre par mémoire collective ? Désigne-t-on les facultés du groupe et de la société à se souvenir, à se remémorer, à ressentir, à penser ? (…) Ou bien devons-nous comprendre que les dynamiques mnésiques se jouent entre les individus, les groupes auxquels ils appartiennent ou non, et la société, au travers de situations spatiales et temporelles ainsi que par l’intermédiaire du langage, sachant que seuls les individus possèdent la faculté de se souvenir ? » (LE PAUMIER et ZAVALLONI, 2002. p. 66).

Les auteurs nous permettent à travers leurs interrogations d’exposer une dichotomie offrant deux types de mémoire collective, selon la définition que l’on retient. La mémoire collective se schématise alors comme un continuum constitué à une extrémité par la réduction du groupe à l’individu (le groupe ne résulterait alors que de la mise en commun d’individualités) et de l’autre par l’humanisation des groupes dotés alors de facultés propres (le groupe est alors une entité indépendante des individus qui le constituent). Il est difficile de trouver une définition consensuelle de la mémoire collective. Ses caractéristiques peuvent tout autant être qu’elle est partagée dans une collectivité, que sa construction dépend étroitement de processus sociaux ou encore qu’elle prend forme par l’entremise de repères sociaux et de modes d’expression de la société (HAAS et JODELET, 1999). Il semble que les chercheurs s’intéressant à la mémoire collective ont, comme nous l’avons vu précédemment, perpétuellement navigué entre une conception de la mémoire comme processus individuel ou comme processus social sans pouvoir lier les deux dans un concept unique. La théorie de l’identité sociale permet de faire de la mémoire collective et de la mémoire individuelle deux « concepts liés ». Cette théorie psychosociale a l’avantage de réconcilier les tenants d’une approche cognitiviste et d’une approche sociale. a) la théorie de l’identité sociale

La théorie de l’identité sociale rend compte de l’influence des relations intergroupes sur les comportements individuels. A travers ses préceptes se dessinera la conceptualisation de la 15


INTRODUCTION

culpabilité collective ainsi que l’explication des différences interindividuelles observées. Selon cette théorie, les conflits intergroupes ne seraient pas déterminés par des caractéristiques individuelles mais par la nature des relations entre les groupes. Afin de relier l’individu au groupe, elle se réfère au concept d’identité sociale : « Social identity is the part of an individual self concept which derives from his knowledge of his membership of a social group together with the value and emotional signifiance attached to this membership. » (TAJFEL, 1981. p. 254).

L’appartenance à un groupe est donc déterminée par la conscience qu’a l’individu d’y appartenir ainsi que par la valeur émotionnelle qu’il y attache. L’importance de l’identification au groupe, le degré de centralité et la valeur accordée à cette appartenance dans le système de la personne, détermineront le choix d’une catégorie. Dans la théorie de l’identité sociale, deux niveaux de catégorisation se distinguent. Pour TAJFEL (1981), nos interactions sociales vont se faire soit à un niveau interpersonnel, soit à un niveau intergroupe. Le comportement social varierait ainsi le long d’un continuum constitué aux deux extrémités par un pôle interpersonnel et par un pôle intergroupe. Au niveau de l’extrémité interpersonnelle, toute interaction sociale serait déterminée par la relation personnelle entre les individus

et

leurs

caractéristiques

idiosyncrasiques ;

l’identité

se

réfère

alors

à

l’autocatégorisation définissant l’individu comme une personne unique en terme de ses différences individuelles par rapport aux membres de l’endogroupe. A l’extrémité intergroupe, l’ensemble des comportements de deux ou plus d’individus qui interagissent serait déterminé par leur appartenance à différents groupes sociaux ou catégories. L’identité sociale provoque la catégorisation sociale de soi et des autres, définissant l’individu en terme de ses similarités avec des membres de l’endogroupe en contraste avec un exogroupe. C’est la catégorisation à un niveau social qui expliquerait l’émergence des processus d’identité sociale. Ce continuum permet en outre d’introduire la notion de variabilité de l’importance accordée à un groupe sans pour autant réduire le concept d’identité sociale à une dépersonnalisation systématique de la perception individuelle.

L’individu catégorisé à un niveau social ne devient pas

systématiquement « le groupe », selon son niveau d’identification, sa position le long du continuum variera. L’identité sociale est au cœur des relations intergroupes. La théorie présentée relie l’individu et le groupe par une explication majeure : tout individu souhaite jouir d’une estime de

16


INTRODUCTION

soi positive et la comparaison sociale lui permettrait l’acquisition ou le maintien d’une identité sociale positive. Mais dans le contexte social, le résultat de cette comparaison pourrait être positif ou négatif. Par extension, l’identité sociale serait alors déterminée par cette évaluation sur des dimensions valorisées. Si le passé d’un groupe est, par exemple, une dimension valorisée, et que d’autres groupes reprochent certains comportements que l’endogroupe a pu avoir dans ce passé, cette évaluation risque de rendre notre identité sociale négative. Car au même titre que d’autres dimensions de comparaison, la mémoire est socialement ancrée aux buts et besoins actuels du groupe, elle est une reconstruction du passé, adaptant ses représentations aux besoins actuels du moment (HALBWACHS, 1950). La mémoire collective est donc inextricablement liée à l’identité sociale. La représentation que nous nous faisons de notre passé est un prolongement identitaire impliquant un indispensable refoulement pour celui qui veut rester « fort et victorieux » aux yeux d’autres groupes. Toutefois, les stratégies adoptées afin de maintenir une identité sociale positive dépendront de structures objectives de la société ainsi que de certaines croyances partagées par l’individu. TAJFEL introduit alors dans sa théorie un deuxième continuum. Le changement le long de ce dernier serait fonction d’une interaction entre des facteurs psychologiques et sociaux. Ce continuum, axé sur une certaine idéologie, comprend deux pôles opposés caractérisant deux types de croyance. A un pôle, une croyance en une possibilité de mobilité sociale reconnaissant la perméabilité des frontières groupales. A l’autre, la reconnaissance d’une hiérarchisation de la société en groupe de statuts différents aux frontières hermétiques. Le changement ne s’envisage ici que dans une perspective collective : c’est le groupe qui doit changer. Toutes les appartenances ne permettant pas la croyance en la mobilité sociale en raison de leur importance dans la définition du sujet ou de leur caractère immuable, que va faire l’individu lorsque à la recherche d’une identité sociale positive, le passé de son groupe sera connoté négativement ? Selon TAJFEL (1972), deux solutions restent possibles : 1. Procéder à une réinterprétation des attributs du groupe de manière à ce que les traits négatifs puissent être alors soit justifiés soit acceptables, 2. Accepter la situation tout en agissant de manière à la modifier dans le sens désiré. Les deux mécanismes de maintien d’une identité sociale positive peuvent coexister. Par exemple, un groupe peut tenter de justifier les attributs négatifs tout en entreprenant dans le

17


INTRODUCTION

même temps une action pour qu’ils disparaissent. Néanmoins, aucun groupe ne vit isolément (nous ne pouvons parler de groupe qu’en regard d’un ou plusieurs exogroupes). Les aspects positifs de l’identité sociale ou les solutions mises en œuvre pour maintenir une identité sociale positive sont conditionnés par l’existence d’autres groupes (TAJFEL, 1972). Les processus mnémoniques doivent donc prendre place dans le contexte social de leur apparition ; la réussite à la tentative d’oubli de certains pans de l’histoire serait ainsi déterminée par l’existence d’autres groupes qui peuvent vouloir mettre en exergue ce qui fait l’objet de tentatives d’omissions (LYONS, 1996). L’intérêt de la théorie de l’identité sociale réside dans le fait que l’appartenance collective représente uniquement un niveau de catégorisation différent chez l’individu. Les processus spécifiques qui découlent de cette appartenance n’impliquent alors pas indubitablement la présence physique du groupe. Il nous est loisible d’être « collectivement seul » ; la culture n’estelle pas au fond l’exemple même d’une transmission de manières d’être propre à un groupe social, se maintenant même en l’absence de ce dernier. Dans ce cadre, la mémoire collective n’est que la mémoire que nous avons en tant que membre d’un groupe lorsque nous nous catégorisons comme membre de ce dernier. Les éléments du passé mémorisés qui constituent la mémoire collective n’impliquent pas nécessairement une participation personnelle dans leur déroulement. PAEZ, BASABE et GONZALES (1997) ont questionné des étudiants du Chili, de Catalogne, et du Pays Basque à propos d’événements concernant directement leur groupe, et s’étant déroulés les 40 dernières années. 66% des personnes interrogées rapportaient que l’événement traumatique le plus important avait eu lieu dans la génération de leurs grands-parents (8%), de leurs parents (44%), ou de leur groupe d’une manière générale (13%). Seulement 34% de l’échantillon faisaient référence à eux-mêmes ou à des événements appartenant à leur génération. En postulant que chacun souhaite jouir d’une identité sociale positive et que le niveau d’identification au groupe peut varier, la théorie de l’identité sociale permet surtout d’expliquer pourquoi certains affrontent le passé néfaste de leur groupe là où d’autres l’évitent. Une différenciation est faite entre ceux qui s’identifient fortement à leur groupe et ceux pour qui il ne prend qu’une importance relative. La théorie de l’identité sociale différencie ainsi le recours aux stratégies de défense selon le niveau d’identification.

18


INTRODUCTION

b) mémoire collective et stratégies de défense

Pour BAUMEISTER et HASTINGS (1997), la réalité des événements ne convenant souvent pas à une image positive désirée, il sera nécessaire de choisir entre deux options : soit revoir l’image de soi, soit modifier la signification des événements. Ce deuxième choix correspond à une transformation sémantique consistant en une dissimulation personnelle que l’auteur étudie pour comprendre comment la mémoire d’un groupe peut être manipulée dans le but d’une « fraude personnelle collective » (collective self-deception). En outre, BAUMEISTER et HASTINGS démontrent que les erreurs de mémoire ne sont pas le simple résultat de processus cognitifs imparfaits. En effet, si tel était le cas il y aurait autant d’erreurs améliorant l’image d’un groupe que d’erreurs la détériorant. Il y a au contraire un processus asymétrique dans le mécanisme d’oubli, la majorité des erreurs aboutissant à mettre en valeur plutôt qu’à affaiblir l’image du groupe ; le processus est donc motivé. BAUMEISTER et HASTINGS décrivent huit types de distorsions. Elles sont chacune des moyens de redéfinir les attributs associés à la dimension de comparaison afin d’acquérir une identité sociale positive. Toutefois, on peut se poser légitimement la question de l’efficience de ces distorsions. Permettent-elles véritablement d’acquérir une identité sociale positive ou ne sontelles qu’une présentation de soi aux autres1. BAUMEISTER et HASTINGS (1997) soulignent l’ambiguïté inhérente à la compréhension du résultat effectif des distorsions : « The line between deliberate and unintentional distortion is inevitably a fuzzy one, because self-deception cannot succeed if it is recognized as such, by definition » (p. 292).

Cette légitime réflexion sur l’origine et l’efficacité des stratégies de défense auxquelles l’individu a recours est primordiale dans l’étude des émotions collectives. Est-ce que l’individu – catégorisé à un niveau social – confronté à un passé perturbant met en place des stratégies qui lui permettent de conserver une identité sociale positive, une estime de soi acceptable, et par extension de ne pas culpabiliser pour certains actes perpétrés par son groupe ? Les stratégies de défense auraient alors une fonction efficace. Ou doit-on considérer que l’individu confronté à un passé menaçant vivrait des émotions impossibles à énoncer dans la sphère publique en raison de leurs éventuelles conséquences néfastes pour le groupe et l’identité sociale de ses

1

De la même façon que la comparaison se fait dans un contexte intergroupe, le résultat de celle-ci dépend elle-même de l’exogroupe. Dans ce contexte social où l’on se présente aux autres, ce sont ces derniers qui définissent notre identité sociale ; cette dernière est comparative et l’exogroupe est le miroir de ces identités sociales.

19


INTRODUCTION

membres ? Cette réalité obligerait alors le sujet à mettre en place des mécanismes stratégiques afin de dissimuler ses émotions et dans un même temps les faits auxquels elles se rapportent, affects et représentations étant intimement liés. A travers l’étude de la mémoire collective et des émotions qui en découlent se dessine en toile de fond une considération importante quant à la théorie de l’identité sociale et l’utilisation que les psychologues en firent dans l’investigation des émotions collectives. Mais au-delà de l’interrogation sur le caractère effectif des distorsions, nous pouvons nous questionner sur les facteurs qui les déterminent. La réaction émotionnelle individuelle va-telle être dépendante de la signification émotionnelle que l’on attache au groupe d’appartenance, c’est-à-dire au niveau d’identification ; qu’est-ce qui détermine au fond le ressenti émotionnel relatif à un passé sujet à controverse ? Pourquoi certains peuvent se dire collectivement coupables des actes de l’endogroupe là où d’autres semblent les ignorer ? Selon la façon dont on fait usage des éléments mis en évidence par la théorie de l’identité sociale et ses multiples mises à l’épreuve, l’étude de la culpabilité collective peut donner lieu à des différenciations théoriques. Nous pensons qu’il est primordial de tenir compte de la valeur émotionnelle que l’individu accorde au groupe et que cette considération ne fut pas toujours prise en compte dans les recherches sur la culpabilité collective. Par ailleurs, il nous faut dans un premier temps considérer les recherches sociales qui rendent compte d’émotions qui s’originent du groupe. D. Mémoire et culpabilité collective

En se basant sur les préceptes théoriques de la théorie de l’identité sociale, DOOSJE, BRANSCOMBE, SPEARS et MANSTEAD (1998) ont proposé que l’individu catégorisé à un niveau social pouvait expérimenter certaines émotions résultant des actions de son groupe. L’émotion, au même titre que la mémoire, serait définie comme collective et les conditions de son apparition n’impliqueraient pas systématiquement une incidence personnelle de l’individu dans les actions génératrices de l’état émotionnel. Les réponses émotionnelles à des événements sociaux dépendraient du niveau de catégorisation :

20


INTRODUCTION

« Individualistic responses to event outcomes are expected when the person categorizes at the personal level, whereas collective or group based responses result when the self is categorized as a member of a group ». (BRANSCOMBE, DOOSJE et MCGARTY, 2002. p. 50)

DOOSJE et al. (1998) se sont intéressés à la culpabilité collective, émotion résultant de la perception que l’endogroupe s’est comporté injustement à l’égard d’un exogroupe ou a violé un standard moral (BRANSCOMBE, DOOSJE, et McGARTY, 2002). De nombreux chercheurs ont travaillé sur la possibilité de ressentir de la culpabilité qui serait causée par les comportements d’autres membres de l’endogroupe (voir par exemple BAUMEISTER et HASTINGS, 1997; BRANSCOMBE, DOOSJE et McGARTY, 2002 ; IYER , LEACH, et CROSBY, In press, 2003; SKEVINGTON, 1989; ZEBEL, DOOSJE et SPEARS, manuscrit non-publié). En outre, pour qu’il y ait culpabilité collective, il faudrait que l’attention de l’individu soit concentrée sur les actions de son groupe plutôt que sur les victimes de ses actions (IYER et al., In press, 2003). Mais les auteurs qui ont voulu investiguer la culpabilité collective à travers les théories psychosociales ont-ils pris en compte les caractéristiques inhérentes à l’émotion étudiée ? Cette considération théorique permet peut-être d’opérer une distinction entre différents niveaux de mesure de la culpabilité. Ainsi, ce que nous dit le sujet n’est pas nécessairement une vérité absolue. Il ne peut en effet s’agir que d’une présentation sociale de soi, domaine sur lequel porte la théorie de l’identité sociale. Les chercheurs ont-ils alors considéré que ce que l’autre nous présente correspond fidèlement à son état interne, en omettant ainsi l’hypothèse que face à une définition négative de son groupe, la présentation sociale d’une émotion (énoncée ressentie ou absente) peut ne refléter qu’une mécanique défensive ? Les tenants d’une approche psychosociale de la culpabilité devraient alors distinguer entre un niveau explicite et un niveau implicite de culpabilité, permettant de limiter les inférences théoriques possibles en fonction du type de mesure utilisée. Cette distinction semble ne pas avoir été faite. Nous tenterons ultérieurement de démontrer que les résultats obtenus dans l’étude de la culpabilité collective ne sont valides qu’à un niveau explicite, c’est-à-dire un niveau – social – où l’échelle de mesure est construite de telle façon que le sujet détecte automatiquement ce que l’expérimentateur désire mesurer. Voyons dans un premier temps comment les tenants d’une « approche explicite » ont testé l’hypothèse d’une culpabilité collective.

21


INTRODUCTION

1. Les expériences de DOOSJE, SPEARS, BRANSCOMBE, et MANSTEAD (1998)

Des recherches empiriques ont porté sur l’incidence de l’histoire d’un groupe sur le sentiment de culpabilité collective et les réactions comportementales qu’il provoque. L’idée intéressante dans la recherche de DOOSJE et al. consiste en la vérification de l’hypothèse d’une culpabilité collective, concept désignant donc une culpabilité que l’individu pourrait vivre bien qu’il n’ait commis aucun acte personnel néfaste. Le sentiment de culpabilité collective serait alors une conséquence du comportement des membres de l’endogroupe envers un exogroupe, à l’instar des comportements à l’égard des Congolais que certains reprochent aux coloniaux belges pendant la période coloniale. a) première étude

Dans leur première étude, DOOSJE et al. veulent tester la validité du concept de culpabilité collective. Pour cela, il est indispensable de vérifier s’il se différencie de la culpabilité à un niveau individuel. Pour ce faire, 58 étudiants d’une Université hollandaise, âgés de 17 à 38 ans, ont été divisés en quatre groupes constituant chacun un croisement entre un des deux facteurs de chaque variable indépendante. Ces deux dernières étaient les comportements de l’endogroupe envers l’exogroupe (juste (GJ) versus injuste (GI)) et les comportements de l’individu envers l’exogroupe (juste (IJ) versus injuste (II)). L’attribution des sujets à l’un des groupes d’appartenance était contrôlée expérimentalement2. Pour s’assurer d’un niveau minimum d’identification au groupe, les chercheurs ont en outre opéré une manipulation. Il y avait donc quatre groupes : (1) comportements individuels justes et comportements de l’endogroupe justes ; (2) comportements individuels injustes et comportements de l’endogroupe injustes ; (3) comportements

individuels

injustes

et

comportements

de

l’endogroupe

justes ;

(4)

comportements individuels justes et comportements de l’endogroupe injustes. Trois hypothèses de DOOSJE et al. nous intéressent particulièrement :

2

Tous les participants, sur base d’une tâche de résolution de problème, furent catégorisés comme des « penseurs inductifs ». Ces sujets étaient informés que le reste des participants appartenaient au groupe des « penseurs déductifs » alors qu’en réalité tous les participants furent catégorisés comme « penseur inductif ». Suite à cette première catégorisation définissant le contexte intergroupe de l’expérience, suivait la manipulation du biais endogroupe et personnel à l’égard de l’exogroupe.

22


INTRODUCTION

A. Les membres d’un groupe dont les comportements passés sont systématiquement présentés comme étant discriminatoires envers un exogroupe (2 et 4) vont ressentir plus de culpabilité collective par opposition à ceux dont le groupe est resté juste à l’égard de l’exogroupe (1 et 3). B. Découlant de cette première hypothèse, parmi les individus qui n’ont pas personnellement discriminé l’exogroupe (1 et 4), les auteurs prévoient une culpabilité significativement plus importante chez ceux dont le groupe a traité l’exogroupe injustement (4). C. Les individus n’ayant pas personnellement discriminé un exogroupe (1 et 4) seront plus susceptibles de s’engager dans une action compensatoire si leur groupe a agi de façon injuste envers un exogroupe (4). Voyons maintenant comment les expérimentateurs ont opérationnalisé leurs variables dépendantes. Pour mesurer le sentiment de culpabilité des sujets, ces derniers devaient répondre à cinq items évalués chacun sur une échelle s’étendant de 1 (pas du tout d’accord) à 9 (tout à fait d’accord). Le type de formulation dans lequel les items étaient présentés transparaît dans l’exemple qui suit: « I feel guilty about the negative things inductive thinkers have done to deductive thinkers » La volonté de compenser l’exogroupe pour le mal fait fut appréhendée par quatre questions, deux portant sur les potentiels comportements compensatoires du groupe, les autres sur les comportements compensatoires individuels. Comme pour les mesures de culpabilité, les intentions sous-jacentes aux items de mesure étaient explicitement inclues dans le vocabulaire utilisé. Les résultats de DOOSJE et al. confirment les hypothèses. La moyenne ajustée montre que les participants de la condition GJ ressentent moins de culpabilité que les membres de la condition GI (respectivement 2.64 et 3.37). Une analyse de l’effet simple révèle que l’effet du comportement de l’endogroupe est significatif uniquement dans la condition IJ, cette différence étant donc non significative chez les individus du groupe II. Quant aux intentions réparatrices, les résultats dénotent un effet du comportement de l’endogroupe sur la volonté de réparation, mais ce dernier n’est significatif que pour les sujets de la condition IJ. En effet, la culpabilité à

23


INTRODUCTION

un niveau individuel motiverait les individus à indemniser les victimes (ROSEMAN, WIEST, et SWARTZ, 1994), ne générant donc aucun effet du traitement de l’endogroupe. Les résultats de Doosje et al. signent la preuve expérimentale du concept de culpabilité collective. Il est donc possible de ressentir de la culpabilité, soit en tant qu’individu soit en tant que membre d’un groupe, selon la saillance du niveau de catégorisation. Forts de cette réussite expérimentale, ces auteurs ont voulu aller plus loin… en conservant leur opérationnalisation originelle, sans aucune remise en question de la valeur à accorder aux interprétations qui furent faites. Nous verrons pourquoi il est légitime d’émettre de telles réticences. Dans l’absolu, les résultats de leur deuxième expérience sont appréciables si l’on fait abstraction de l’interprétation qui en est donnée. b) menace identitaire et niveau d’identification

Quelles sont les recherches qui amenèrent Doosje et ses collaborateurs, en 1998, à nous offrir une deuxième étude ? De nombreux travaux, en prolongement de la théorie de l’identité sociale et de la théorie de l’autocatégorisation, ont étudié les différences dans les réactions des individus en fonction de l’importance qu’ils accordaient au groupe. Selon TURNER (1987), la saillance d’une catégorie mène à une accentuation perceptuelle des similarités intracatégorielles et des différences intercatégorielles. La perception catégorielle accentuant la similarité endogroupe, il se produit une dépersonnalisation de la perception individuelle. Au niveau personnel, l’individu se percevrait comme une personne unique alors que comme membre d’un groupe, ses caractéristiques personnelles s’effaceraient au profit d’une perception de soi indifférenciée avec les membres de l’endogroupe, ces derniers se différenciant au maximum des membres de l’exogroupe. La différence dans l’identification se refléterait dans le degré d’antagonisme entre les deux niveaux catégoriels. Pour le fort identifié, les deux niveaux étant opposés, le rapport de métacontraste3 sera proche de 1. L’individu moyennement identifié, positionné entre les deux niveaux extrêmes, se définirait comme relativement différent des membres de l’endogroupe, lesquels seraient relativement différents des membres de l’exogroupe.

3

Le rapport de métacontraste est une mesure abstraite qui rend compte des différences intercatégorielles et des différences intracatégorielles, chacune calculé sur 1. Si le rapport de métacontraste est égal à 1, les similarités intracatégorielles et les différences intercatégorielles sont maximisées.

24


INTRODUCTION

Lorsque l’image d’un groupe est menacée, les différences stratégiques selon le niveau d’identification se marquent particulièrement. Sous la menace, les individus moyennement identifiés sont plus susceptibles d’opter pour une stratégie individuelle là où les fort identifiés vont tenter de négocier au niveau du groupe (SPEARS, DOOSJE, et ELLEMERS, 1997). Dans un contexte menaçant, ces premiers se percevront de manière moins stéréotypée que ceux qui s’identifient fortement au groupe (DOOSJE et ELLEMERS, 1997). Les sujets dont l’appartenance au groupe est plus centrale vivront donc les sentiments et les émotions dérivant de leur appartenance plus fortement que les individus moyennement identifiés (WANN et BRANSCOMBE, 1990). DOOSJE et al. proposent, et c’est l’hypothèse qui est au fondement de leur deuxième expérience, que la distinction dans le vécu émotionnel en fonction de l’importance accordée au groupe dépend du type d’émotion considérée. Ce ne serait que les émotions positives que les fort identifiés expérimenteraient plus amplement. Quant aux émotions négatives, il est intéressant de citer les auteurs : « Negative group-image-threatening emotions such as guilt or shame, however, are only likely to be experienced by people who are willing to admit or accept that their group has done something wrong in the first place » ( DOOSJE et al. p. 878).

Refuser de se confronter à un passé perturbant empêcherait donc de culpabiliser. Au contraire, admettre les actes néfastes de l’endogroupe, ce que seuls ceux qui s’identifient moyennement au groupe sont capables de faire, offrirait une voie royale d’accès à la culpabilité collective. Le lecteur pourra détecter dans ces assertions le désavantage qui existe lorsque l’on n’accorde pas une place primordiale au groupe dans son existence : celui qui s’identifie faiblement à son groupe ne jouit que peu ou prou des plaisirs liés à son appartenance catégorielle mais paradoxalement4 expérimente plus d’émotions négatives. Au contraire, l’individu fort identifié à son groupe et par extension attachant une plus grande valeur et signification émotionnelle à cette appartenance, ne reconnaîtrait pas les éléments négatifs du passé de son groupe et mettrait en place des stratégies de défense faisant bouclier à la culpabilité collective. Mais comment DOOSJE et al. ont-ils testé cette hypothèse ?

4

BRANSCOMBE et al. (2002 ; voir page 55) soulignent le caractère sensiblement paradoxal de ces résultats, mais s’en contentent néanmoins.

25


INTRODUCTION

c) seconde étude

Dans leur seconde étude, considérant le degré d’identification à l’endogroupe comme une variable indépendante, DOOSJE et ses collaborateurs étudient la culpabilité collective dans le contexte du passé colonial des Hollandais en Indonésie. Les variables indépendantes sont le niveau d’identification (faible ou élevé) et l’histoire du groupe présentée aux sujets. Trois conditions d’exposition à cette dernière étaient présentes : A. Une condition favorable : seuls les aspects positifs du groupe sont présentés. B. Une condition ambiguë : présentation simultanée des aspects positifs et négatifs de l’histoire de son groupe. C. Une condition défavorable : seuls les aspects négatifs du groupe sont présentés. DOOSJE et al. avancent plusieurs prédictions : 1. Dans la condition défavorable, la culpabilité et les réactions comportementales ne seront pas influencées par le niveau d’identification. La présentation du passé étant trop évidente, en particulier les aspects négatifs qui s’y rapportent, chacun des groupes expérimentera un assez haut degré de culpabilité collective. 2. Dans la condition ambiguë, les individus se focaliseront au contraire sur des éléments différents de l’information présentée. Les fort identifiés useront de comportements de défense qui selon les auteurs leur permettront de ne pas ressentir une culpabilité collective. Les variables dépendantes (culpabilité et comportements de réparation) furent opérationnalisées de manière identique (mêmes échelles et mêmes items) que dans la première étude5. Dans la condition défavorable, comme les auteurs l’ont prédit, la culpabilité collective et les réactions comportementales n’étaient pas influencées par le niveau d’identification. Les sujets fort et faiblement identifiés expérimentent donc un haut degré de culpabilité collective (M= 4.17 ; M= 4.05 respectivement) et un désir de compensation personnel et national (M= 3.59 ; M= 3.46). La différence entre les deux groupes n’était également pas significative dans la condition favorable. Cependant, dans la condition où les aspects favorables et défavorables de son groupe sont présentés, les faiblement identifiés ressentent plus de culpabilité (M= 4.19) et sont plus 5

A l’exception près que les échelles s’étendaient de 1 (pas du tout d’accord) à 7 (tout à fait d’accord) et non de 1 à 9 comme dans la première étude.

26


INTRODUCTION

disposés à compenser l’exogroupe (M= 3.82) que les plus identifiés (M= 3.22 et 2.97). Dans cette condition, les fort identifiés se défendraient plus des éléments négatifs de leur passé par certaines stratégies et éviteraient ainsi de vivre une culpabilité collective. E. La culpabilité collective comme émotion

Les travaux précédemment cités ont-ils vraiment considéré la culpabilité comme une émotion ? Les auteurs ont-ils tenu compte des mécanismes qu’induisait une menace identitaire ? : « Often, it is difficult to obtain direct manipulation checks of threat without revealing the real purpose of the manipulation itself and thereby undermining the reactions to the critical dependent measures in the process » (…) One well-know reaction to the threat evident since the earliest psychodynamic treatises involves denying its presence or impact. (BRANSCOMBE,

ELLEMERS, SPEARS, et DOOSJE, 1999. p. 57). 1. Le contexte social et la culpabilité collective

a) la « société ambiguë »

Malgré ces réserves, d’autres auteurs ont poursuivi dans la lignée des travaux de DOOSJE et al. (1998), considérant l’individu fort identifié comme plus apte à échapper aux émotions négatives, sans réellement tenir compte des mécanismes émotionnels impliqués. LIU et DRESLER-HAWKE (2002, 1ère étude) ont voulu étudier la manière dont les jeunes Allemands faisaient face aux atrocités du troisième Reich. Spécifiquement, les auteurs s’intéressaient à la notion de culpabilité ou honte collective6 en relation avec le niveau d’identification à la nation allemande. La troisième génération d’Allemands ressentirait-elle un sentiment de honte en relation avec le passé nazi, et quelle serait l’association entre celui-ci, l’identité sociale et l’estime de soi collective ? Ensuite, ils voulaient découvrir la relation entre la honte et la propension à se confronter au passé nazi et d’en accepter la responsabilité. Les auteurs s’intéressaient également à l’effet de l’audience sur le sentiment de honte collective. Certaines de leurs hypothèses de recherche sont importantes à citer : 6

Il n’y a aucune évidence qui permette de distinguer entre la honte collective et la culpabilité collective sur l’ensemble des échelles de mesure (KUGLER et JONES, 1992). La distinction dans l’évaluation de ces concepts est encore assez floue.

27


INTRODUCTION

1. Premièrement, les auteurs postulent une association négative significative entre la honte et l’attachement symbolique à la nation allemande. 2. Deuxièmement, en reliant le concept de honte à celui d’estime de soi, les auteurs prédisent une association négative significative entre la honte et l’estime de soi collective. 3. Ensuite, en se basant sur l’influence potentielle de l’audience (variation de la saillance de l’exogroupe de comparaison) sur le niveau de honte, les auteurs s’attendent à un niveau de honte plus important dans un contexte intergroupe que dans un contexte endogroupe. 4. Enfin, une association positive entre la honte et la volonté de se confronter au passé nazi est attendue. Il n’est pas nécessaire pour les besoins de ce travail de détailler les résultats obtenus mais uniquement de souligner qu’ils furent confirmés. L’intérêt est plutôt de mettre en exergue la procédure à l’œuvre dans l’étude. Pour l’ensemble des participants, âgés de 15 à 36 ans et provenant de collèges et de six universités différentes, les mesures se firent sur des échelles comprenant plusieurs items : échelle d’identité, échelle mesurant la volonté de se confronter au passé nazi, échelle mesurant la volonté d’accepter la responsabilité pour les actes du passé, échelle de mesure de l’estime de soi collective, et échelle de honte collective. Les items de cette dernière mesure étaient du type : « I feel ashamed because the Germans committed so many crimes against the Jews » ; « I feel ashamed of what our grandparents did during the third Reich »… Le lecteur remarquera la grande transparence des items cités, à l’instar de ceux utilisés par DOOSJE et al. (1998). Pour remédier à ce biais, LIU et DRESLER-HAWKE ont eu le souci d’introduire, dans l’ensemble des items pertinents à leur analyse, des items trompeurs qui permettaient, selon eux, de cacher les intentions réelles des expérimentateurs. Ils estiment ainsi leurrer les sujets en leur dissimulant les desseins réels de la recherche. J’argue ici que la transparence des intentions de chaque item ne dépend pas du pourcentage de ceux-ci dans l’ensemble ; l’évocation du passé nazi est à elle seule suffisante pour provoquer une menace et ne dépend pas du contexte qui l’entoure. Notre critique concernant le caractère transparent des échelles ne porte donc pas sur l’éventuelle détection chez les sujets des intentions des chercheurs mais sur la transparence inhérente aux échelles elles-mêmes. LIU et DRESLER-HAWKE opèrent une confusion entre intention attribuée à l’expérimentateur et « intention » attribuée aux items de l’échelle de mesure. Les leurres utilisés afin d’éviter la découverte par le sujet du souhait des chercheurs de vérifier un sentiment de culpabilité n’ont ainsi aucune valeur 28


INTRODUCTION

intrinsèque lorsque les échelles font explicitement référence à la honte7. L’information menaçante est bien présente, qu’elle soit accompagnée d’éléments distracteurs ou non ; les auteurs semblent ainsi négliger l’incidence humaine sur les réponses fournies. Dans la recherche de DOOSJE et al. (1998), la réduction de la présentation du passé de son groupe à des éléments connotés négativement permettait de déceler une culpabilité collective indépendante du niveau d’identification. Les sujets de l’expérience ont été aléatoirement exposés à l’une des trois valeurs de la variable indépendante, ce qui fait que le sujet X du groupe « présentation négative » (condition 1) aurait tout autant pu être dans le groupe « présentation positive » (condition 2) ou « présentation ambiguë » (condition 3)8. Ce participant fictif, que nous considérerons comme fort identifié et appellerons Bertrand, a donc ressenti, dans la condition 1, une culpabilité pour les actes commis par son groupe, culpabilité qu’il n’aurait pas vécue dans la condition 3. L’exposition à l’une des valeurs de la variable indépendante conditionne donc le vécu émotionnel sans que les auteurs intègrent ces résultats dans le contexte social de leur récolte. Naïvement, nous nous demandons ce qu’il est advenu de la culpabilité de Bertrand dans la condition 3, alors qu’elle était exprimée dans la condition 1. En intégrant les résultats de LIU et DRESLER-HAWKE à ceux de DOOSJE et al., une réflexion fondamentale ressort : si les sujets fort identifiés, dans la condition ambiguë de DOOSJE et al., ne ressentent pas de culpabilité, chez LIU et DRESLER-HAWKE, le contexte de testing caractérisant la situation expérimentale correspond à cette même condition ambiguë. En effet, l’histoire du groupe n’est pas manipulée expérimentalement, offrant par là-même aux individus un contexte naturel, tel qu’il est dans leur vie sociale quotidienne. La société nous offre une infinitude d’interprétations concernant un même fait ; il est donc loisible à l’individu de sélectionner à la fois les faits et leur interprétation. Nous pouvons alors émettre sans risque l’assertion que le contexte social naturel d’une société s’assimile à la condition « ambiguë » de l’expérience de DOOSJE et al. Les sujets forts identifiés de LIU et DRESLER-HAWKE, s’ils avaient été placés dans la condition « présentation négative » de DOOSJE et al. (1998), auraient donc probablement admis ressentir une culpabilité collective9. Nous ne pouvons inférer des résultats de DOOSJE et al. que la culpabilité collective s’exprime chez un individu dans une 7

Nous pouvons d’ailleurs nous étonner que LIU et DRESLER-HAWKE n’aient pas vérifié l’efficacité de leur manipulation ! 8 Cette numérotation a pour unique fonction de faciliter la compréhension ultérieure et ne fait aucunement référence à une éventuelle numérotation reprise dans l’article original. 9 De la même façon que Bertrand, placé dans la condition 1 de DOOSJE et al., n’aurait pas ressenti de culpabilité dans l’expérience de LIU et DRESLER-HAWKE.

29


INTRODUCTION

condition et que cette même culpabilité disparaîtrait dans une autre. Où est-elle allée ? Quelle force psychique considérable a pu l’éliminer ? Chez les sujets fort identifiés, son absence dans la « condition ambiguë » et son observation dans la « condition négative » signifient pour DOOSJE et al. que dans le second cas les éléments seraient trop saillants pour pouvoir les éviter et qu’au contraire, dans le premier, le sujet pourrait mettre en place des stratégies de défense. Pour les sujets fort identifiés, la culpabilité collective serait donc uniquement déterminée par des facteurs externes, sans aucune incidence de l’individu sur la présentation qu’il fait de ses émotions dans un contexte social ? Se pose alors la question de la fonction stratégique qu’occupe dans la culpabilité collective l’information sociale disponible ? Les sujets fort identifiés de LIU et DRESLER-HAWKE ont tout le loisir de mettre en place des stratégies de défense comme ils le font dans leur vie quotidienne. Cela ne nous apprend rien de nouveau, mais soulignons que ces stratégies sont dans leur essence même sociale, ce que n’ont pas fait les psychologues sociaux précédents. Il faut prendre en compte que les résultats sur des échelles transparentes (donc explicites) peuvent refléter une mécanique défensive intrapersonnelle. Les auteurs éludent cette proposition en commettant un biais fondamental visant à accorder à la parole des sujets une valeur de vérité absolue. Il s’agit d’une position idéaliste ; dans la complétion d’échelles, les stratégies de défense persistent également. Nous doutons d’un vécu différentiel de l’émotion en fonction de sa valence, affirmé par DOOSJE et al., en avançant que les individus dont le groupe est plus central dans leur existence vivront les sentiments et les émotions dérivant de cette appartenance plus fortement que les individus moyennement identifiés (WANN et BRANSCOMBE, 1990). En allant plus loin, nous pourrions dire, en liant ces deux recherches, que les individus fort identifiés ressentent une culpabilité en rapport avec l’histoire de leur groupe et que des stratégies de défense la masquent dans cette tentative de présentation positive de l’endogroupe. Les stratégies de défense sociale (voir TAJFEL, 1981 ; BAUMEISTER et HASTINGS, 1997) « dissimuleraient » alors peut-être un sentiment de culpabilité. La différence se situe alors dans la capacité d’acceptation de ses émotions et non dans celle d’un ressenti subjectif véritable. Les auteurs ont confondu des niveaux distincts : celui qui concerne le monde social (que nous reprendrons sous le terme de niveau « explicite ») et sur lequel porte directement la théorie de l’identité sociale, et celui qui concerne les émotions (repris sous le terme de niveau « implicite ») qui, malgré qu’elles puissent être collectives, se vivent

30


INTRODUCTION

intrapersonnellement10. Cette confusion opérée par la psychologie sociale peut s’expliquer par la place trop mince dévolue aux affects et à l’incidence des sujets dans ses études. b) les affects en psychologie sociale

Les critiques au sujet des recherches actuelles sur la culpabilité collective s’expliquent aussi par le rôle que l’on a donné aux émotions en psychologie sociale. Pour SKEVINGTON (1989), les affects n’ont jamais réellement été intégrés à la théorie de l’identité sociale. L’importance de l’attachement accordé au groupe, à la base des comportements discriminatoires, qui sont le cœur de la théorie, a cependant orienté la plupart des recherches plus en rapport avec la composante cognitive de la discrimination résultant des processus de catégorisation et de comparaison. La psychologie sociale a trop favorisé l’approche cognitive des émotions (RIME, 1993), réduisant alors les relations intergroupes à une explication purement cognitive, les psychologues sociaux en ont « oublié » qu’ils étudiaient les émotions. Ce manquement trouve aussi son origine dans un désir permanent de vouloir chiffrer des concepts difficilement mesurables : « La psychologie sociale a eu tendance à vouloir extraire, à partir d’énoncés, des données standardisées (variables) et adaptées aux manipulations statistiques, évitant presque intentionnellement tout contact avec les contenus concrets de l’esprit. Par exemple, le concept d’attitude, défini comme une tendance à répondre positivement ou négativement envers un objet, a occupé beaucoup d’espace de recherche pendant un demi-siècle tout en voilant la pensée concrète liée à celui-ci. » (LE PAUMIER et ZAVALLONI, 2002. p. 72).

En réalité, cette « focalisation cognitive » de la psychologie ainsi que cette insatiable volonté d’obtenir des données chiffrées significatives sont deux caractéristiques intimement liées. Elles ramènent chacune à une conceptualisation des catégories sociales et des stéréotypes comme des structures cognitives stables et préexistantes dans la conscience des sujets. Cette orientation caractérise l’approche privilégiée par une psychologie sociale cognitive et se distingue des préceptes de la psychologie discursive. Pour ce dernier courant, les catégories et les

10

La théorie de l’identité sociale est de type cognitivo-motivationnel, dans son optique l’individu ne change pas fondamentalement (il ne devient pas le groupe), c’est uniquement le niveau d’identification qui change. Au même titre que la capacité à se souvenir n’est qu’individuelle, l’émotion, même d’origine collective, se vit individuellement.

31


INTRODUCTION

stéréotypes ne sont pas considérés comme des processus cognitifs internes11 mais plutôt comme des éléments rationnels et fonctionnels souplement articulés à un contexte social spécifique dans le but d’offrir un récit singulier de la réalité (LECOUTEUR et AUGOUSTINOS, 2001b). Ces deux façons d’appréhender la réalité marquent une différenciation dans la primauté temporelle accordée aux représentations. Alors que pour les sociaux-cognitifs12 elles sont des données statiques préétablies, pour les psychologues discursifs, elles ne prennent signification que dans le contexte de la communication. Cette dépendance contextuelle se vérifie dans la malléabilité caractéristique des représentations, elles sont changeantes, contradictoires, inconsistantes (LECOUTEUR et AUGOUSTINOS, 2001b). Comme LE PAUMIER et ZAVALLONI (2002), POTTER et WETHERELL (1987) contestent le statut épistémologique du concept d’attitude. La notion théorique d’attitude et la supposition que cette dernière peut se résumer aux réponses obtenues à partir de questions sur une échelle d’évaluation présupposent l’existence d’entités cognitives assez rigides. Concrètement, les chercheurs étudiant les attitudes, pensant que ce concept constituait une structure interne se reflétant avec fidélité dans la communication13, n’ont pas tenu compte de l’incidence du sujet sur ses contenus cognitifs, en particulier des facteurs émotionnels. Au vu de cette prédominance conceptuelle, il semble assez naturel que l’erreur soulignée par les auteurs dans l’étude du concept d’attitude se pérennise dans celle de ce nouveau concept qu’est celui de culpabilité collective. Les résultats obtenus par DOOSJE et al. (1998), LIU et DRESLER-HAWKE (2002), et d’autres auteurs, sur les échelles de culpabilité collective, perdent néanmoins, corollairement à ces « nouveaux » éléments théoriques ci-dessus exposés, une part de leur validité interne. En pratique, DOOSJE et al. (1998) n’ont pas considéré l’émotion comme un contenu mental rigide14. Mais théoriquement elle est conceptualisée de manière identique que la notion d’attitude reprise ci-dessus, étant donné qu’ils n’ont pas tenu compte de cette oscillation caractéristique. Il y aurait ainsi, contrairement aux auteurs sociocognitifs cités par POTTER et WETHERELL (1987), une dépendance contextuelle des contenus

11

Le courant discursif ne dénie pas pour autant le fait que les individus puissent utiliser les catégories pour expliquer le monde (LECOUTEUR et AUGOUSTINOS, 2001b). 12 Malgré que nous présentions les tenants d’une approche socio-cognitive de façon indifférenciée, nous sommes bien conscients que divers modes de pensée participent de la psychologie sociale cognitive. Cette généralisation n’en est en réalité pas une, elle a pour unique fonction de faciliter le discours. 13 Le langage serait alors simplement le reflet d’un monde mental interne (POTTER et WETHERELL, 1987). 14 En effet, les trois conditions de leur expérience soulignaient la variabilité du concept.

32


INTRODUCTION

mentaux et des affects qui leur sont liés, mais elle ne serait que relative15 puisqu’une fois le cadre posé, nous retrouverions cette rigidité caractéristique de leur conceptualisation. Il semble de plus qu'en arguant d’une représentation mentale rigide, les psychologues sociaux d’inspiration cognitive ont opéré une déliaison théorique systématique de la représentation et de l’affect. Or, la psychologie clinique nous enseigne que les deux sont inextricablement liés et s’insèrent dans un double système causal16. Nous percevons les prémices qui nous orientent vers une plus grande prise en compte des affects dans l’étude de la culpabilité collective17, redéfinir ce que l’on entend par « émotion » et étudier les mécanismes de défense sociaux dans ce « contexte émotionnel ». Un événement provoque une émotion s’il apparaît favoriser ou nuire aux préoccupations individuelles de la personne : ses objectifs, ses motivations ou sa sensibilité (FRIJDA, KUIPERS, et TER SCHURE, 1989). Les individus désirant maintenir une estime de soi positive (TAJFEL, 1981), les reproches adressés aux actes passés de son groupe risquent donc de nuire à cet objectif. Ceci étant, nous n’apprenons rien de nouveau qui n’ait été dit antérieurement. Un riche enseignement réside au contraire dans le fait que la culpabilité provoque une autoaccusation déplaisante qui motive l’individu à se débarrasser de ce sentiment de culpabilité (FRIJDA, 1986). La perte d’une identité sociale positive a des conséquences émotionnelles importantes comme le terme « menace » implique en lui-même (SKEVINGTON, 1989). Les individus pour qui le groupe est fort important dans leur identité vont-ils éviter une culpabilité collective, comme nous l’avons vu ci-dessus, ou, au contraire, vont-ils la vivre mais y réagir de façon différente que ceux qui s’identifient moyennement à leur groupe ? A un niveau où le groupe devient un élément important de l’identité, de ce fait, il pourrait également posséder une signification affective et motivationnelle, et certaines situations évaluées comme importantes pour soi déclencheraient certaines émotions comme ça se fait toujours (SMITH, 1993). En outre, si les individus cherchent à écarter les éléments suscitant la culpabilité, il faut tenir compte de l’existence d’autres groupes qui défendent ce que l’on tente d’effacer.

15

Nous pourrions parler d’une « rigidité des contenus mentaux contextuellement dépendants ». Seul le mécanisme d’isolement, caractéristique de la névrose obsessionnelle, réalise ce détachement, mais au prix d’une énergie psychique considérable. 17 Bien que cette proposition puisse sembler paradoxale. 16

33


INTRODUCTION

c) le groupe dans un ensemble

Tout groupe s’inscrit dans un ensemble. Les solutions adoptées afin de maintenir une identité sociale positive sont conditionnées par l’existence d’autres groupes (TAJFEL, 1972). La présence de conflits portant sur la nature de l’histoire donne lieu à des polémiques qui ont des conséquences sur une différenciation positive de son groupe. Cet état de fait offre une forte probabilité de susciter de la culpabilité collective (BARKAN, 200018). La réussite à la tentative d’oubli semble, dans certaines situations, impossible : « La latitude qu’a le groupe pour effacer une partie de son passé est bien mince, quand les séquelles de l’histoire continuent à être présentes dans la vie collective » (HAAS et JODELET, 1999. p. 136).

Ainsi, il semble que le processus de reconstruction du passé doive s’inscrire dans sa sphère sociale. Car là où certains veulent oublier des événements émotionnels, d’autres souhaitent ardemment les garder en mémoire en affirmant leur existence. Il semble que cette dernière volonté ait une fonction de maintien des événements émotionnels, qui, grâce à leur partage social, empêcherait l’oubli (LUMINET, 2002). La genèse des processus collectifs de reconstruction de la mémoire est par essence sociale, mais le passé, objet de la reconstruction (le résultat des processus), s’inscrit également dans un contexte de comparaison. Ainsi, si nous combattons pour que soit reconnue notre histoire, c’est à cause des autres, mais ce qui résulte de ce combat est aussi destiné aux autres. VALERIE HAAS (2001), dans une étude sur la gestion collective du passé des vichyssois, met clairement en exergue cette importance de la présentation de sa ville à ceux qui n’y vivent pas, c’est-à-dire à l’importance de l’ « autre » dans la mémoire collective. En demandant aux Vichyssois quelles parties de la ville ils aimeraient faire visiter à un(e) ami(e) de passage, ils mettent en évidence un « Vichy ostentatoire ». Ce dernier correspond au Vichy dont on est fier et que l’on aimerait montrer aux autres, et non au Vichy de la période nazie que tous admettent mais évitent. Car Haas met en évidence la connaissance des Vichyssois de la véritable histoire qui s’est déroulée dans leur ville et le fait qu’ils ne l’ont nullement oubliée. Ce passé honteux et culpabilisant serait donc toujours présent, saillant dans les consciences et le contexte social, objet d’évitement pour certains, reconnu et générateur de comportements de réparation pour d’autres.

18

Cité dans BRANSCOMBE, DOOSJE, et McGARTY, 2002.

34


INTRODUCTION

d) culpabilité et réparation S’appuyant sur les théories des émotions à un niveau individuel, nous avons vu que DOOSJE et al. (1998) ont émis et confirmé l’hypothèse que la culpabilité était associée à une volonté d’indemniser le groupe victime. Par la suite, de nombreux auteurs ont répliqué ces résultats en introduisant de nouvelles variables. La culpabilité serait donc un sentiment déplaisant que les individus préfèrent apaiser par des comportements de réparation ou des stratégies d’évitement (IYER et al., In press, 2003). Cette dernière assertion suscite deux questions : -

La culpabilité est-elle vraiment apaisée par des stratégies d’évitement ?

-

L’aveu d’une volonté de réparation est-il insensible aux mécanismes de défense ?

La première interrogation a déjà fait l’objet d’une discussion ci-dessus. Nous pensons, comme il a donc été dit, que la manière de mesurer la culpabilité est inefficace pour répondre positivement à cette première question. Pour ce qui a trait à la réparation, nos suspicions sont assez similaires. Ayant démontré, avec les mesures transparentes habituelles, que la culpabilité collective stimule la pulsion réparatrice, les psychologues insèrent les deux facteurs dans un système causal : « si la culpabilité génère la réparation, alors la volonté de réparer indique une culpabilité, et un refus de réparer son absence ». L’absence d’effet marque dans ce système l’absence de cause. Mais demander explicitement au sujet s’il souhaite que son groupe s’engage dans une action visant à améliorer la situation de l’exogroupe semble peu empreint de rigueur scientifique et, in extenso, peu significatif. Pourquoi les sujets ne pourraient-ils pas lorsqu’ils répondent à cette question user de stratégies de défense comme ils le font habituellement ? Nous ne comprenons pas ce qui motiverait l’individu à demander une réparation alors qu’il s’investit dans une tâche de refoulement épuisante19 des éléments négatifs du passé de son groupe. LECOUTEUR et AUGOUSTINOS (2001a) ont découvert que les individus qui refusent de s’excuser définissent l’excuse comme impliquant de la responsabilité et de la culpabilité. Ils en déduisent que le refus de s’excuser s’explique par un refus d’accepter la responsabilité et, par extension, marque une tentative de refus d’un ressenti de culpabilité.

19

Selon PENNEBAKER (1989), l’activité d’inhibition de pensées, sentiments et comportements nécessite un travail physiologique de grande ampleur. Freud avait d’ailleurs déjà mis en évidence la quantité d’énergie psychique nécessaire au refoulement hors de la conscience d’éléments perturbants.

35


INTRODUCTION

Alors que pour DOOSJE et al. (1998), l’absence de volonté de dédommagement pourrait indiquer l’absence de culpabilité, chez LECOUTEUR et AUGOUSTINOS (2001a), l’aveu de réparation risque d’indiquer une culpabilité et, naturellement, de rendre vains tous les moyens mis en œuvre afin d’écarter les faits à l’origine d’une éventuelle réparation. En exprimant ses remords, l’individu accepte du même coup une responsabilité collective pour les erreurs passées de son pays20. En prenant la position des victimes de discrimination, nous comprenons également leur combat pour obtenir des excuses officielles, car ces dernières impliquent la responsabilité et la culpabilité (IYER et al., In press, 2003). Au vu de ces interprétations divergentes, il semble peut-être nécessaire de limiter la validité des résultats actuels sur la culpabilité collective à un niveau social, ce que paradoxalement les psychologues sociaux n’ont pas fait21. 2. Niveau explicite et implicite de mesure

Les stratégies de défense permettraient donc de se présenter positivement aux autres mais non d’avoir indubitablement une identité sociale positive au niveau de la connaissance que l’on a de soi et des actes passés de son groupe. Car l’endogroupe serait toujours défini négativement par l’exogroupe ; l’individu désire acquérir une identité sociale positive mais la comparaison intergroupe peut dans certains cas empêcher l’atteinte de ce résultat. Les sujets mettraient alors en place des défenses afin de tenter de conserver une identité sociale positive, ce qui implique à un niveau explicite de nier la responsabilité, la culpabilité, les mauvaises actions, la réparation, afin d’offrir aux autres groupes une image sociale satisfaisante des anciens coloniaux. En effet, selon certains auteurs, les individus ne communiqueraient pas toutes les émotions qu’ils ressentent ou comme ils les ressentent. (ZAMMUNER, 1996) ; car, selon eux, le processus de partage social de l’émotion aurait pour fonction d’offrir une image de soi positive. Si l’individu estime que la communication de son émotion est potentiellement néfaste pour l’image de l’endogroupe, alors le partage social pourrait être esquivé22. Ainsi, l’évitement se concrétise par des tentatives d’omission des éléments perturbants de l’histoire de son groupe qui suscitent les

20

IYER et al. (In press, 2003) prennent comme exemple les remords adressés par le Premier Ministre japonais à l’égard de la Corée du Sud pour les erreurs de la colonisation. 21 Ce qui implique dans un même temps que nous tenions compte de la fonctionnalité du discours des sujets. 22 Les émotions qui ne reflètent pas à une image socialement positive du groupe pourraient ne pas être communiquées (VERGRACHT, 1997). La culpabilité collective, émotion relative à des événements peu valorisés socialement, ferait partie de ces émotions.

36


INTRODUCTION

émotions. Il est possible de considérer qu’il y a un vécu émotionnel dans les deux cas mais que deux types de stratégie existent. Il y aura soit un mécanisme de confrontation soit un mécanisme d’évitement de l’émotion et ce « choix » dépendrait de l’importance accordée au groupe. Chez ceux qui s’identifient moyennement à celui-ci, la confrontation à l’événement traumatisant permettrait de vivre plus sereinement la culpabilité collective - et par extension de la reconnaître publiquement. Cette reconnaissance de la culpabilité de l’endogroupe s’accompagnerait de comportements de réparation envers l’exogroupe maltraité, qui signeraient l’apaisement de cette émotion dérangeante (IYER et al., In press, 2003). Au contraire, au niveau de l’évitement, il y aurait une sorte d’aller-retour entre tentative de présentations positives et reproches des autres, où la culpabilité aurait du mal à trouver sa place. Les reproches étant toujours présents dans le contexte social, l’évitement, chez ceux pour qui le groupe est très important, serait donc inefficace et, le malaise, persistant. Ainsi, la pluralité des mémoires marquant dans l’espace social le maintien de positions divergentes pourrait éveiller une culpabilité que le sujet, selon son niveau d’identification, vivra de différentes façons. Afin de dépasser les manquements antérieurs, il semble nécessaire de consulter les études faites en psychologie des émotions. Celles-ci nous permettront peut-être d’accéder à la compréhension de certains paradoxes. a) émotions négatives23 et partage social

Il n’existe que peu d’études s’axant spécifiquement sur la culpabilité en psychologie sociale des émotions. Les travaux intéressants portent sur le partage social des émotions (terme employé par RIME, 1993), qui reposent sur le constat que les individus sont motivés à communiquer socialement suite à des événements émotionnels : « Le partage social de l’émotion concerne la réévocation de l’épisode émotionnel dans un langage socialement partagé et implique, au moins à un niveau symbolique, la présence d’un destinataire » (LUMINET, 2002. p. 115).

23

« Un événement est considéré comme négatif s’il implique un vécu subjectif déplaisant ou désagréable, un événement est perçu comme positif s’il implique un vécu subjectif plaisant ou agréable » (LUMINET, 2002. p.154).

37


INTRODUCTION

Mais décrire les avancées des études sur le partage des émotions n’est pas dans l’objectif de ce mémoire. Considérant la culpabilité comme une émotion négative, notre intérêt est de déceler d’éventuelles différences dans le partage social en fonction du type d’émotion ressentie. En ce qui a trait à la relation entre partage social de l’émotion et valence émotionnelle, VERGRACHT (1997), dans une étude par journal de bord24, obtenait des résultats similaires de partage social pour les événements positifs et négatifs (parmi ces derniers, les événements faisant référence à la culpabilité ou à la honte étaient toutefois les moins rapportés). Elle observait néanmoins une différence qualitative importante : les conversations se référant à des événements négatifs faisaient plus souvent l’objet de tentative d’abrègement25. Les individus tentent donc de se protéger – par le recours à des stratégies de contrôle – du caractère aversif que provoque la réactivation d’émotions négatives au cours de leur réévocation (LUMINET, 2002). Vérifiant que les événements négatifs suscitent plus de stratégies d’évitement que les événements positifs, qu’en est-il précisément de la culpabilité, sachant pertinemment que nous ne pouvons assimiler pleinement des émotions comme la colère ou la tristesse à la culpabilité ? RIME, PHILIPPOT, FINKENAUER, LEGAST, MOORKENS, et TORNQVIST (1994, manuscrit non-publié cité dans LUMINET, 2002) se sont également intéressés dans une de leur étude à la différence de partage social de l’émotion en fonction de la valence de l’épisode. La procédure était la suivante : chaque jour, des individus devaient indiquer dans un journal de bord l’événement qui les avait le plus marqués de la journée, et indiquer si celui-ci avait fait l’objet d’un partage social. Les résultats sont assez intéressants pour nous : 58% des événements étaient partagés socialement le jour-même, sans que des différences significatives ne soient observées en fonction du type d’émotion qu’ils avaient provoqué. Néanmoins, les réactions de honte faisaient l’objet d’un moindre (non-significatif) partage social. D’autres études confirment également que la honte et la culpabilité sont étroitement associées aux événements émotionnels gardés secrets (FINKENAUER et RIME, 1998). D’une manière générale, les émotions positives et négatives sont également partagées avec une relative différence pour cette dernière catégorie en ce qui a trait à la honte et à la culpabilité. Les résultats semblent un truisme mais sont d’une importance capitale dans l’étude de la culpabilité collective. Ils nous indiquent en effet que socialement l’individu aurait certaines propensions à éviter de partager cette émotion. 24

Dans ce type d’étude, le sujet doit chaque jour retranscrire les épisodes émotionnels dans un carnet prévu à cet effet, et répondre à des questions relatives à ceux-ci. 25 Bien que VERGRACHT n’ait pas constaté ces tentatives spécifiquement pour la culpabilité, considérant celle-ci comme une émotion négative, nous pouvons retenir que comme d’autres émotions de même valence, la culpabilité provoque des manifestations d’évitement. En outre, le fait de ne pas mentionner la culpabilité lors du rappel quotidien de ses émotions sur un papier adressé à autrui constitue peut-être déjà une défense.

38


INTRODUCTION

Les événements négatifs suscitant un état émotionnel de culpabilité encourageraient donc le recours à des stratégies d’évitement, à l’instar des distorsions de la mémoire collective (voir cidessus BAUMEISTER et HASTINGS, 1997). Ceci peut être dû au caractère déplaisant qui accompagne la reconnaissance d’une responsabilité dans un acte immoral (BAUMEISTER, STILLWELL et HEATHERTON, 1994). Mais quelle peut être l’efficacité de ces processus d’évitement des événements émotionnels en regard du choix de la confrontation ? Nous avons vu précédemment que les recherches sur la culpabilité collective dénotaient l’efficacité des défenses sociales. Dans la sphère émotionnelle, les résultats divergent. Pour SULS et FLETCHER (1985), il semble que l’évitement soit une stratégie adaptative efficace uniquement à court terme. La confrontation directe est trop vive et difficilement gérable. Initialement, l’individu devrait se distraire de l’événement menaçant, pour postérieurement pouvoir l’intégrer à sa conscience. A long terme, l’évitement constitue un ajustement défavorable et est, de ce fait, néfaste à l’individu. Selon le modèle de PENNEBAKER (1989), qui porte sur les relations entre processus d’inhibition des émotions et conséquences à long terme, une inhibition au niveau des sentiments, des comportements et des pensées génère un important travail physiologique. Cependant, d’autres auteurs distinguent entre le court terme, le moyen terme, et le long terme. Selon SULS et FLETCHER (1985), la confrontation ne serait efficace qu’à moyen terme. Par après, elle correspondrait à un ressassement continu inadapté. Dans le modèle de PENNEBAKER, la confrontation correspond aux discussions et aux pensées à propos de l’événement émotionnel. Ce type d’activité contrerait les effets négatifs de l’inhibition. Physiologiquement, le travail serait réduit, diminuant le niveau de stress. En outre, au niveau cognitif, l’individu en se confrontant à l’événement aurait accès à la compréhension qui, par la suite, rendrait possible l’assimilation et l’accommodation de l’épisode émotionnel. PENNEBAKER souligne également l’importance de la verbalisation des émotions. Mais la difficulté réside dans le caractère paradoxal de la verbalisation d’émotions négatives, rendant leur échange social compliqué. Car partager socialement des émotions déplaisantes produit une réactivation des pensées, images, ressentis corporels liés à l’événement (RIME, NOËL et PHILIPPOT, 1991) et suscite un état plutôt désagréable. Rendre saillant un événement, potentiellement porteur d’émotions négatives, provoque alors une activation cognitive et physiologique difficile à vivre. Certains individus tenteront donc d’éviter les éléments négatifs car ils réactivent chez eux l’émotion négative.

39


INTRODUCTION

Nous pouvons par ailleurs nous questionner sur ce que provoque l’évitement. RIME et al. (1994) ont mis en évidence une corrélation positive entre évitement des pensées liées à des émotions négatives (tristesse, dégoût, peur, colère, culpabilité) et rumination intrusive26. VERGRACHT (1997, mémoire de licence non-publié) a également apporté des éléments étayant ces résultats. Dans son étude, elle demandait à 34 étudiants de compléter pendant 6 jours un journal de bord. Les émotions rapportées étaient ensuite catégorisées selon leur valence. Encore une fois, les événements connotés négativement généraient plus de mécanismes d’évitement que les épisodes positifs. L’auteur de la recherche trouvait également une association positive entre événements négatifs et rumination intrusive. Il existe donc une différence fondamentale selon la valence attribuée aux événements émotionnels. Pour les événements positifs, les individus s’activeraient afin de les retrouver et de les ressasser (donc de les vivre publiquement pour tenter d’avoir une identité sociale positive). Au contraire, les individus tenteraient d’éviter de ruminer les éléments associés à des événements négatifs. Pour certains (LELORD et ANDRE, 2001), la culpabilité se caractériserait spécifiquement par sa forte composante cognitive, générant des pensées torturantes et des ruminations intrusives que l’on chercherait à éviter. Mais cet évitement semble inadapté, car constituerait, de par la persistance des reproches au niveau social, un processus sans fin. b) apports de la psychologie des émotions

Quel est l’apport de ces travaux dans l’étude de la culpabilité collective ? 1. En premier lieu, les recherches présentées ci-dessus attestent d’un équilibre dans la fréquence du partage social d’un événement en fonction de sa valence émotionnelle. Toutefois, l’intérêt majeur réside dans des études qui révèlent que parmi les émotions négatives, la honte et la culpabilité font l’objet d’un moindre partage social. Toutefois, ce résultat n’est pas significatif. La différence semble ainsi qualitative, c’est-à-dire que la culpabilité susciterait plus de tentatives d’évitement comme celles d’arrêter la discussion ou de l’abréger. Processus d’évitement et culpabilité semblent donc intimement liés. Pour d’autres auteurs, ce seraient les émotions négatives, d’une manière générale, qui provoqueraient plus de tentatives d’évitement. 2. L’évitement d’événements connotés négativement (et par extension, comme nous l’avons vu, des émotions qu’ils suscitent) provoque un processus de rumination intrusive. 26

La rumination mentale est un processus par lequel des images mentales liées à l’événement s’imposent périodiquement à la conscience de l’individu. La rumination est intrusive lorsque les pensées sont activées indépendamment de la volonté du sujet (MARTIN et TESSER, 1989 cité dans RIME et al., 1991).

40


INTRODUCTION

L’évitement semble donc inefficace étant donné le caractère persistant des pensées associées à l’événement. En liant le point 1 et 2, nous pouvons énoncer que la culpabilité (et les émotions négatives en général) provoque des stratégies d’évitement qui elles-mêmes génèrent des ruminations intrusives. En outre, notre recherche s’axant spécifiquement sur la culpabilité collective, considérer le caractère persistant des représentations « redoutées » serait particulièrement pertinent en raison du niveau social dans lequel s’insère notre étude. 3. A court terme, l’évitement est une solution efficace qui permet de mieux gérer le vécu émotionnel ultérieur. A long terme, au contraire, l’évitement semble inadapté, générant un travail physiologique et cognitif trop important. 4. Les émotions négatives doivent donc être verbalisées mais le caractère aversif de cette verbalisation la rend difficile. L’association des recherches en psychologie sociale et en psychologie des émotions nous amène à adopter une position dans laquelle nous considérons deux types de défenses liées à de mêmes représentations. C’est-à-dire que les défenses sociales auxquelles l’individu fort identifié a recours portent sur les mêmes éléments que les stratégies d’évitement que nous constatons dans la culpabilité. Ce constat simple mais fondamental nous pousse à reconsidérer les mesures que les auteurs précédemment cités ont obtenu à des questions fermées, et à analyser ce que le sujet « fait avec les mots ». Mais avant de se lancer de plain-pied dans la recherche, nous voulons couper court à certaines critiques possibles sur le concept de culpabilité collective. Ce dernier est en effet par définition social et les travaux ci-dessus mentionnés portent sur la culpabilité à un niveau individuel. Certains auteurs ont en effet montré que la reconnaissance d’une culpabilité collective est faiblement corrélée avec la volonté d’accepter une culpabilité au niveau personnel (BRANSCOMBE, SLUGOSKI, et KAPPEN, 2001)27. Mais une corrélation négative entre culpabilité collective et personnelle n’indique pas une différence inhérente au mécanisme émotionnel ; nous ne pouvons donc pas énoncer qu’une différenciation dans le niveau de catégorisation est synonyme de différences dans les processus émotionnels.

27

Manuscrit non-publié cité dans BRANSCOMBE, DOOSJE, et MCGARTY, 2002.

41


INTRODUCTION

3. Intégration des résultats

Les résultats des travaux sur la culpabilité collective présentés plus haut (voir DOOSJE et al., 1998 ; LIU et DRESLER-HAWKE, 2002) ne sont pas antinomiques avec les découvertes réalisées en psychologie sociale des émotions. C’est uniquement l’interprétation qui en est donnée que nous contestons. L’échelle de culpabilité construite par BRANSCOMBE et al. (1997), certes qu’elle ne semble pas avoir fait l’objet d’une construction soutenue, reste intéressante au niveau explicite. En effet, en demandant aux sujets de répondre à cinq items sur une échelle à neuf points, on peut voir des différences de culpabilité à un niveau de présentation sociale de soi. Concernant les comportements de réparation, de la même façon, les réponses des sujets sur les échelles nous indiquent ce qu’explicitement les sujets désirent. Les moyens actuels pour mesurer la culpabilité collective et la volonté de réparation ne permettent donc pas d’affirmer une corrélation négative entre culpabilité collective et niveau d’identification ainsi qu’une corrélation positive entre culpabilité collective et volonté de réparation. Car les recherches purement sociales n’ont pas tenu compte des mécanismes de défense qui pouvaient se jouer chez les sujets lors de la complétion des échelles de mesure. Comme nous l’avions déjà mentionné, nous établissons une distinction entre un niveau explicite et un niveau implicite de culpabilité collective. Dans notre méthodologie, cette distinction sera fondamentale et permettra, du moins nous l’espérons, de réfuter les études actuelles sur la culpabilité collective en psychologie sociale. L’absence de référence explicite à une culpabilité collective ne signifiera pas pour nous son absence à un niveau implicite ; car son absence, au lieu d’être traité comme résultat, peut l’être comme manifestation : « Mais qui prétendrait s’y soustraire : omettre ou refuser d’en parler sera-t-il moins suspect, et le désintérêt à l’égard de la culpabilité n’apparaîtra-t-il pas comme la forme la plus subtile du même conflit ? L’anti et l’a-culpabilité comme forme de la culpabilité. » (SARANO, 1957. p. 11).

4. Difficulté méthodologique

Au vu des interprétations qui sont données aux résultats obtenus dans l’étude de la culpabilité collective (voir DOOSJE et al., 1998 ; LIU et DRESLER-HAWKE, 2002), nous 42


INTRODUCTION

pouvons critiquer le manque patent de subtilité dans les items des échelles de mesure de BRANSCOMBE et al. (1997). Nous avons vu que, dans le domaine qui nous intéresse, les mesures utilisées dans l’étude des émotions sont généralement des mesures physiologiques ou de description subjective d’un état émotionnel. Nous pourrions avancer que ce ne sont pas les meilleurs indices de mesure existants. Néanmoins, la culpabilité est excessivement dure à évaluer directement (TANGNEY, 1996), elle correspond à un vécu interne donnant lieu à des processus complexes qui se pérennisent dans la situation d’évaluation. Les résultats obtenus par mesure physiologique et par journal de bord nous motivent donc à avancer dans l’étude des émotions, et en particulier dans l’étude de la culpabilité collective. La difficulté réside à présent dans la tâche visant à trouver des instruments fiables de mesure de la culpabilité collective. Nous pouvons symboliser cette difficulté par un mur que les psychologues sociaux précédemment cités ont aisément contourné, empruntant la voie de la facilité conduisant aux résultats statistiquement significatifs et à la publication de leur étude. A nous de trouver un moyen de surmonter l’obstacle, ou en le contournant à l’instar de DOOSJE et al. (1998), ou en l’affrontant. Nous choisirons cette dernière solution. Notre méthodologie en payera peut-être le prix, et la validité de nos résultats. Il est néanmoins important de passer par ces phases dans l’étude d’un concept aussi complexe. La possibilité qu’une menace identitaire puisse provoquer des tentatives d’évitement, et donc un déni social de la culpabilité collective, rend nécessaire l’emploi de multiples méthodes incluant celles qui sont plus directes28 mais moins obstructives ou réactives (BRANSCOMBE et al., 1999).

28

BRANSCOMBE et al. (1999) font allusion à des mesures des temps de réaction ou à des mesures physiologiques.

43


INTRODUCTION

F. Aperçu de la recherche

Les travaux en psychologie des émotions donnent lieu à une interprétation distincte des résultats, nous conduisant à différencier entre un niveau explicite et un niveau implicite de mesure, obligeant ainsi à tester la culpabilité collective d’une façon nouvelle. Néanmoins, dans un premier temps de la recherche, nous tenterons de reproduire les résultats que DOOSJE et al. (1998), LIU et DRESLER-HAWKE (2002), ainsi que d’autres auteurs, ont obtenu au niveau des scores de culpabilité collective et de réparation en fonction du niveau d’identification du sujet. Pour ce faire, nous récolterons des mesures sur des échelles d’identification ainsi qu’à travers l’évaluation de réponses à des questions ouvertes. Toutefois, ces mesures n’auront pas une place centrale dans la recherche, car un tel usage statistique de moyennes nous dit peu sur les inconsistances, les ambivalences, les ambiguïtés, et les opinions contextuellement dépendantes auxquelles l’individu peut souscrire (LECOUTEUR et AUGOUSTINOS, 2001b). Répliquer de tels résultats offrirait néanmoins une voie d’accès nécessaire aux analyses postérieures opérant au niveau implicite. Ces dernières se feront par le biais d’une analyse de contenu de données récoltées au cours d’interviews de Congolais et d’anciens coloniaux belges portant sur la mémoire collective de la période coloniale au Congo. A cette analyse de contenu réalisée manuellement viendront s’ajouter certains résultats récoltés par le biais d’une analyse par logiciel. La partie centrale de la recherche reposera sur l’analyse « manuelle » des discours des répondants, objets privilégiés d’étude du partage social des émotions. Plutôt que de nous concentrer sur un monde cognitif interne, nous préférerons nous focaliser sur l’analyse de ce que les individus ont à dire au sujet de certains problèmes, tenant compte de la variabilité se manifestant dans le langage, et quelle fonction cette dernière remplit (POTTER et WETHERELL, 1987). Pour ce faire, nous tenterons tout au long de notre étude de tenir compte du contexte dans lequel les répondants se situent. Nous poursuivrons ainsi les vœux de HOEY (2001) en prenant en considération l’effet de l’interaction sur le discours : « The future of analysis may depend not simply on describing textual interaction (…) but on taking seriously the effect of interaction on text and within text. And this in turn means that we need to revisit existing description of spoken discourse as well as rethinking existing description of written discourse (…) there is still a great deal of work to be done on textual interaction, questions to be answered, gaps to be filled, problems to be solved, opportunities to be taken » (HOEY, 2001. p. 187).

44


INTRODUCTION

Ainsi, cette considération nous amènera à essayer d’éclairer nos résultats quantitatifs avec ceux que nous aurons obtenus qualitativement. Toutefois, avant de présenter nos hypothèses, il nous faut expliquer les motivations qui nous ont fait choisir nos répondants. Le choix de la période coloniale belge au Congo réside dans de multiples raisons. Tout d’abord, elle porte directement sur la relation entre deux groupes, à savoir les Congolais et les Belges, chacun ayant été les protagonistes du système colonial. Ensuite, l’époque coloniale belge est l’objet de polémiques faisant état de nombreux reproches à l’encontre de l’action des coloniaux belges durant cette période. Les faits historiques qui alimentent les reproches sont ceux-là mêmes qui caractérisent la culpabilité collective : la perception que l’endogroupe s’est comporté injustement à l’égard d’un exogroupe ou a violé un standard moral (BRANSCOMBE et al., 2002 ; TANGNEY, 1995). Cependant, malgré que la situation historique investiguée soit particulière et irréductible à d’autres, elle entretient des liens étroits avec tout système colonial, et plus largement avec tout système reposant sur la domination d’un groupe sur l’autre.

45


INTRODUCTION

G. Hypothèses

Nous avançons plusieurs prédictions : Dans un premier temps, nous espérons mettre en évidence chez les coloniaux belges une corrélation négative significative entre le niveau d’identification au groupe et le sentiment de culpabilité (HYPOTHESE 1). Pour les sujets congolais, l’analyse ne portera pas sur une éventuelle corrélation mais uniquement sur le sentiment de culpabilité. Dans ce dernier cas, nous prédisons une absence de culpabilité collective chez les Congolais. En effet, ce sont les coloniaux belges qui sont l’objet de reproches de la part de membres de l’endogroupe ou d’exogroupes. Pour caricaturer, nous dirions que le contexte social identifie un bourreau et une victime, et que cette dernière ne vivra pas de culpabilité en lien avec des exactions collectives. Ensuite, en prolongement de cette première hypothèse, nous prédisons, chez les anciens coloniaux belges forts en identification, une absence de volonté de réparation en regard des exactions commises sur le peuple congolais (HYPOTHESE 2), étant donné que l’absence de culpabilité explicite a comme corollaire une absence de volonté d’indemnisation envers le groupe victime (DOOSJE et al., 1998 ; IYER et al., In press, 2003). L’analyse d’une volonté de réparation sera évaluée de façon binaire (reconnaissance/non-reconnaissance). Aucune corrélation n’est donc possible, mais l’évaluation antérieure du sentiment de culpabilité collective nous permettra d’établir un lien entre celle-ci et la volonté de réparation. Pour les Congolais, cibles de la réparation, nous pensons que la majorité optera pour une nécessité d’indemnisation de la part des Belges. Si ces hypothèses s’avèrent correctes, nos résultats corroboreraient ceux obtenus précédemment dans d’autres recherches (voir DOOSJE et al., 1998 ; IYER et al., In press, 2003 ; LIU et DRESLER-HAWKE, 2002). Ils offriraient une vérification d’une culpabilité à un niveau que nous avons décidé d’appeler « explicite ». Comme mentionné dans la partie théorique, nous nous référons sous ce terme à un niveau où l’individu, catégorisé comme membre d’un groupe, exprime socialement des émotions. Ces résultats offriraient une voie privilégiée d’accès aux analyses ultérieures visant à tester nos hypothèses attachées à un « niveau implicite ». Les analyses subséquentes porteront sur le contenu des interviews. Le corpus de textes sera dans un premier temps traité par le logiciel d’analyse de contenu ALCESTE. L’analyse sera comparative, avec comme dessein de mettre en exergue les différences ou les similitudes de

46


INTRODUCTION

fréquence d’emploi des mots en fonction du groupe d’appartenance. Les émotions négatives ne faisant généralement pas l’objet d’un partage social de moindre ampleur que les émotions positives (VERGRACHT, 1997 ; RIME et al., 1994), nous prédisons une occurrence égale de mots connotés négativement dans les deux groupes. Plus spécifiquement, nous savons que la différence quantitative liée au partage social de la culpabilité en regard d’autres émotions négatives est non significative. Nous prédisons alors l’absence d’association entre une catégorie et une classe de mots rendant compte des reproches adressés aux coloniaux. Toutefois, cette éventuelle égalité dans l’occurrence des éléments négatifs de l’histoire ne signifiera pas pour autant que la fonction que remplit ce partage social est similaire dans les deux groupes (par exemple, là où les éléments négatifs pourraient être chez les Belges des indices d’une culpabilité, pour les Congolais, ils mettraient en exergue les doléances à l’égard de l’exogroupe). La prédiction ici formulée demeure néanmoins au niveau d’une démarche exploratoire, et ne constitue pas une hypothèse. Sachant que le partage social des émotions n’est pas dépendant de leur valence émotionnelle, nous pourrions prédire, à l’instar des événements négatifs, une occurrence égale – entre les deux groupes – de mots connotés positivement. Néanmoins, les événements connotés négativement, initiateurs de culpabilité, donnant lieu à une plus forte propension aux stratégies d’évitement au niveau groupal pour les fort identifiés (SPEARS et al., 1997), de tels résultats doivent être recontextualisés dans le cadre de notre recherche. En effet, les événements dont on est fier ont aussi pour fonction de cacher ceux dont on a honte (BAUMEISTER et HASTINGS, 1997). Nous prédisons alors une différence dans l’emploi des mots connotés positivement entre les deux groupes : les coloniaux belges feront plus largement référence à des faits positifs (HYPOTHÈSE 3), considérant alors ces derniers comme des indices d’évitement. Cette hypothèse n’est pas en contradiction avec celle qui précède. Au fond, cette prédiction d’un partage plus important d’éléments positifs chez les anciens coloniaux repose sur une attention portée à la fonctionnalité qu’opère le discours. Vérifier de tels résultats ne permet toutefois pas de s’assurer de l’interprétation que nous avançons. Nous avons pu voir dans la partie théorique qu’il est possible d’interpréter ces différences et ces similitudes dans le contenu des interviews de manière distincte. Un équilibre, entre les deux groupes investigués, dans la fréquence d’utilisation des mots connotés négativement est insuffisant. Ces résultats pourraient donner lieu à une interprétation énonçant qu’une fréquence égale de mots connotés négativement ainsi qu’une plus grande proportion de

47


INTRODUCTION

mots émotionnellement positifs signifient une absence de culpabilité chez les sujets belges de notre expérience. Il est alors nécessaire d’ajouter aux analyses de contenu par logiciel une analyse de discours qualitative visant à déceler dans les textes des éléments étayant nos hypothèses. Etant donné que la culpabilité fait l’objet de tentatives d’évitement plus nombreuses, de telles défenses dans le discours des sujets belges constitueraient des indices à prendre en compte dans nos prédictions. Dans cette recherche, l’intérêt ne réside pas principalement dans l’observation de la fréquence d’emploi des mots mais dans la relation qu’ils ont entre eux ainsi que dans l’analyse de la façon dont les sujets répondent à nos questions. A ce niveau implicite, nous prédisons de déceler chez les sujets belges des indices d’évitement des éléments générateurs de culpabilité (HYPOTHESE 4), en l’occurrence des faits qui appuient la perception que l’endogroupe s’est comporté injustement envers un exogroupe. Pour les Congolais, leur appartenance sociale n’étant pas associée à des exactions commises en leur nom, nous nous attendons à l’absence de tels indices.

48


II. METHODOLOGIE

A. Sujets

Les sujets de la recherche étaient au nombre de 36. Parmi ceux-ci, 21 étaient des Belges ayant participé à la période coloniale au Congo (7 femmes et 14 hommes), 15 étaient des Congolais ayant vécu au Congo pendant une partie de cette même période (5 femmes et 10 hommes). Parmi les sujets, un grand nombre a passé plus de dix années au Congo (28/36), d’autres ont vécu entre 5 et 10 ans (7/36), et une seule personne a passé 5 ans ou moins. Pendant la période coloniale, les anciens coloniaux belges et les Congolais travaillaient dans des entreprises privées (10/21 et 4/15 respectivement), dans l’administration (6/21 et 3/21), le secteur militaire (1/21 belge), ou une autre profession (4/21 et 8/15). Les anciens coloniaux ont réalisé des études supérieures (14/21) ou n’avaient que leur diplôme de secondaire supérieur (6/21) ou inférieur (1/21). Pour les Congolais, certains ont suivi des études supérieures (11/15), d’autres ont juste eu le diplôme de secondaire supérieur (2/15) ou inférieur (1/15), une personne n’a pas dépassé le niveau primaire. La plupart des individus étaient de confession catholique (80.5 %). En outre, parmi les sujets, une partie a été contactée par l’entremise d’associations – liées à leur appartenance – dont ils étaient membres (9/15 Congolais et 12/21 anciens coloniaux belges). Tous les entretiens ont été retenus pour l’analyse. B. Dispositif

Les entretiens se sont déroulés au domicile privé des répondants, au cours de l’année académique 2001-2002. Les 36 interviews ont été réalisées par des étudiants de psychologie sociale1 dans le cadre du T.P. du cours de « cognition sociale ». Lors de l’entrevue, les sujets étaient soumis à deux types de questions : d’une part, ils devaient répondre à 40 questions ouvertes portant sur la période coloniale belge du Congo (concernant le passé colonial sous Léopold II et sous administration belge), et, d’autre part, ils devaient également indiquer leur choix sur des échelles de mesure (de type Likert). Excepté le fait que les questions étaient formulées en fonction de la catégorie du répondant, celles-ci ne dépendaient pas du groupe d’appartenance. Les questions fermées portaient sur les émotions et le niveau d’identification 1

Dont je faisais moi-même partie.


METHODOLOGIE

des participants à différents groupes d’appartenance. L’entretien était enregistré et intégralement retranscrit par après. Le corpus de texte comprend environ 200.000 mille mots. Nous avons réalisé un prétest du guide d’entretien afin d’évaluer si celui-ci était adéquat à notre recherche et compréhensible pour les répondants. Les données récoltées, en raison du peu de modifications apportées au questionnaire définitif, furent conservées pour l’analyse. L’ensemble fut analysé par différentes procédures. C. Procédure

Avant de rencontrer les sujets, nous les avons contactés par téléphone afin de les informer de notre étude et d’obtenir leur accord pour qu’ils répondent à des questions concernant la période coloniale belge au Congo. Lors de l’entrevue, préalablement au début de l’interview, nous présentions notre démarche comme un travail portant sur la mémoire collective de la période coloniale au Congo et s’inscrivant dans le cadre d’un séminaire de psychologie sociale. Il était dit aux interrogés que les données récoltées seraient utilisées dans le domaine scientifique et ne seraient d’aucune façon diffusées publiquement (promesse d’anonymat et de confidentialité). Nous les enregistrions après accord et leur proposions de leur remettre ultérieurement, s’ils le souhaitaient, une copie de l’enregistrement. Le questionnaire2 comprenait différents types de questions : 1. Des renseignements d’ordre général étaient demandés aux interviewés (appartenance à une association, période durant laquelle la personne a vécu au Congo, description des grandes périodes historiques, sources d’informations consultées au Congo et au retour en Belgique, etc.). 2. Des questions ouvertes se référant à la période du règne du roi Léopold II, période que n’ont pas personnellement connue les anciens coloniaux belges interviewés (de 1885 à 1908). 3. Des questions ouvertes sur la période où le Congo était sous administration belge, une période que les anciens coloniaux belges interrogés ont donc partiellement vécue (de 1908 à 1960). 4. Des questions ouvertes sur l’indépendance du Congo. 2

Le questionnaire et l’ensemble des résultats de cette recherche sont disponibles en annexe (volume séparé).

50


METHODOLOGIE

Néanmoins, malgré cette partition de l’entretien en différentes séquences correspondant chacune à une période spécifique de la colonisation, nous pensons qu’il n’est pas nécessaire pour les besoins de cette recherche d’opérer une telle différenciation dans l’analyse. Que l’individu ait vécu ou non la période concernée dans les questions, celle-ci fait partie intégrante de l’histoire de son groupe. En outre, nous pensons qu’une telle différenciation serait une erreur ne prenant pas en compte les mécanismes identitaires de la mémoire collective (les individus « piochent » dans leur passé les éléments qui les « intéressent », indépendamment d’un vécu subjectif. Voir HALBWACHS, 1950). Parmi ces 40 questions, certaines étaient plus orientées que les autres. C’est-à-dire que dans leur contenu, elles faisaient implicitement ou explicitement référence à des reproches que certains adressent à l’encontre de comportements passés (durant chacune des deux périodes) des anciens coloniaux. Nous formulions la question de manière à ce que ces reproches ne soient pas perçus par le répondant comme partagés par l’enquêteur. Ces questions sont au nombre de six et étaient réparties dans l’ensemble du questionnaire. Nous les citons ci-dessous ainsi que les raisons qui nous indiquent qu’elles puissent être implicitement menaçantes : 1) Quelles étaient les attitudes des Belges à l’égard des Congolais (période léopoldienne) ? ; 2) Quelles étaient les attitudes des Belges coloniaux à l’égard des Congolais ? 3) Certains auteurs ont dénoncé des exactions commises par le régime de Léopold II, qu’en pensez-vous ?… les critiques adressées à la Belgique reposent essentiellement sur le comportement qu’on leur reproche d’avoir eu à l’égard du peuple congolais. L’ouvrage d’ADAM HOCHSCHILD (1998) sur la période léopoldienne ainsi que les livres de JULES MARCHAL (1999-2001) sur la période belge, témoignent de cette polémique. 4) Comment expliquez-vous la mort de Lumumba ?… On reproche à la Belgique d’avoir participé à l’assassinat de Patrice Lumumba. L’investigation des responsabilités du pays dans cette disparition se révèle dans la volonté de la Commission Parlementaire belge de faire la lumière sur cet épisode sombre de l’histoire. 5) Qu’est-ce que la période coloniale belge a apporté de négatif au Congo ?… le terme négatif est en lui-même porteur de signification. 6) Vous souvenez-vous des différents discours prononcés le 30 juin 1960 (jour de l’indépendance congolaise) ? a) Quel était leur contenu… le discours de Lumumba ce jour de

51


METHODOLOGIE

l’indépendance, devant un parterre de personnalités belges et congolaises, synthétise les reproches faits à la Belgique : « Ce que fut notre sort en 80 ans de régime colonialiste, nos blessures sont trop fraîches et trop douloureuses encore pour que nous puissions les chasser de notre mémoire » (extrait du discours de l’indépendance de Patrice Lumumba, cité dans Braeckman, 2002b. p. 67) En outre, les sujets étaient, au cours de l’interview, invités à répondre à des questions fermées concernant certaines émotions associées à la période coloniale. Ces dernières étaient : la fierté, la nostalgie, les regrets, la satisfaction, la culpabilité, la non-reconnaissance, la joie, la colère, la rancœur, la frustration, le sentiment d’accomplissement, la tristesse3. Les émotions portaient soit sur l’action des Belges au Congo : Quel(s) sentiment(s) évoquent en vous l’action belge au Congo avant l’indépendance ? ; Soit sur l’action personnelle des individus interviewés : Quel(s) sentiment(s) évoque en vous votre expérience personnelle au Congo ? Après chaque question, l’individu devait indiquer son choix sur une échelle à quatre points pour chacune des émotions: pour la culpabilité par exemple, l’individu choisissait entre jamais, parfois, rarement ou souvent. Afin de compléter ces échelles de mesure des émotions, nous avons interrogé les sujets sur les sentiments qu’ils pensaient que l’endogroupe devait ressentir à l’égard de l’exogroupe, et que l’exogroupe devait ressentir vis-à-vis de l’endogroupe4 : A votre avis, quel(s) sentiment(s) les Congolais, en général, devraient-ils éprouver à l’égard des Belges ? A votre avis, quel(s) sentiment(s) les Belges, en général, devraient-ils éprouver à l’égard des Congolais?

3

Il est utile de rappeler que les entretiens se sont déroulés avant le début de ce mémoire. Ceux-ci n’étaient donc pas ciblés sur des éléments spécifiques de la mémoire collective, se posant plus en démarche exploratoire, génératrice d’un large corpus de données postérieurement exploitables dans de multiples directions. Ainsi, bien que nous décrirons brièvement l’ensemble des résultats à ces items, l’item « culpabilité » retiendra le plus notre attention dans l’analyse. 4 Ces questions offriraient, au niveau explicite, des indices supplémentaires d’une absence de culpabilité des coloniaux belges.

52


METHODOLOGIE

Afin d’évaluer la volonté d’indemniser des sujets, deux questions ouvertes, comprenant chacune une sous-question, étaient posées. La première estimait le devoir de réparation des Congolais à l’égard des Belges : Le peuple congolais a-t-il une dette envers le peuple belge ? a) si oui, comment est-il possible de l’honorer ? La deuxième question était formulée de manière tout à fait identique mais estimait le devoir de réparation des Belges à l’égard des Congolais : Le peuple belge a-t-il une dette envers le peuple congolais? a) si oui, comment est-il possible de l’honorer ? Ensuite, le niveau d’identification des interviewés était évalué par douze items mesurés sur une échelle allant de 1 (pas du tout d’accord) à 5 (tout à fait d’accord). Pour nos sujets coloniaux, dans l’ensemble de ces items, trois portaient sur l’identification à la nation belge, trois sur l’identification au groupe d’anciens coloniaux belges, et trois sur l’importance de l’appartenance européenne. Les trois derniers items évaluaient le sentiment d’appartenance des anciens coloniaux belges à l’identité congolaise ; nous voulions au fond mesurer un sentiment emphatique, transcendant les « appartenances ataviques », qu’auraient pu avoir les anciens coloniaux. Face à l’incompréhension de ces derniers lors de la question, nous n’avons pas retenu ces résultats dans l’analyse. Dans notre étude de la relation entre identité et culpabilité, nous prendrons uniquement en compte l’appartenance coloniale et belge. Néanmoins, le groupe belge étant plus inclusif par rapport au groupe d’anciens coloniaux – belges –, une association avec ce premier serait suffisante (également en raison du fait que la colonisation se fait au nom d’un pays). Pour les Congolais, trois items portaient sur l’identité congolaise, trois sur l’identité belge, trois sur l’appartenance africaine, et, enfin, trois sur l’appartenance à la région du Kassaï5.

5

Nous avons retenu uniquement l’appartenance congolaise pour l’analyse.

53


METHODOLOGIE

D. Analyse de la reconnaissance subjective d’exactions

Comme nous l’avons mentionné dans l’introduction, de nombreux auteurs considèrent que certains éléments particuliers conditionnent le vécu d’une culpabilité collective. Parmi ceuxci, il faudrait pour qu’il y ait culpabilité collective que l’individu reconnaisse les méfaits que son groupe a commis envers un exogroupe6. Malgré que la non-reconnaissance d’exactions puisse constituer des mécanismes de défense sociale (signifiant donc qu’ils puissent les reconnaître intrapersonnellement), il semble néanmoins important de vérifier si les coloniaux reconnaissent ou non des exactions commises pendant la période coloniale. Le contexte social actuel rend difficile la négation absolue de toutes actions antérieures qui furent préjudiciables aux Congolais. Une telle reconnaissance offrirait un facteur étayant l’interprétation des indices d’évitement que nous espérons déceler dans le discours des anciens coloniaux. Mais n’oublions pas que nous nous attendons à ce que les coloniaux fassent des distorsions un usage fréquent. Il faudra alors détecter une reconnaissance des exactions « au-delà » du discours explicite. Afin d’évaluer comment le sujet se situe par rapport à cela, nous avons analysé la question suivante : « Certains auteurs ont dénoncé des exactions commises par le régime de Léopold II, qu’en pensez-vous ? » Une sous-question était ajoutée, visant à vérifier dans quel contexte les interviewés avaient entendu parler de ces exactions, mais également à prolonger la question, qui, sous l’égide des stratégies d’évitement, risquait d’être abrégée : « Quand et comment avez-vous entendu parler de ces accusations ? » Dans cette tâche d’évaluation de la reconnaissance d’exactions, l’important était de ne pas tenir compte des stratégies dissimulatrices et de se pencher sur l’« aveu ». Afin que la méthode soit plus compréhensible au lecteur, citons deux extraits de réponse d’anciens coloniaux à la question citée ci-dessus :

6

Pour KUGLER et JONES (1992), la culpabilité individuelle implique que le sujet soit sensible à sa responsabilité dans des actes immoraux. Par extension, il en est de même pour ce qui a trait à une responsabilité collective (IYER et al., In press, 2003)

54


METHODOLOGIE

« …Oui je sais, il y a des photos aussi mais moi je ne sais pas en parler de ça, c’est possible que ça ait existé, naturellement il y a des photos. Mais des exactions il y en a toujours eues, mais on retient… on ne veut jamais retenir ce qui est positif (…) C’est sûr qu’il y a eu des choses moches… » (extrait de l’interview bap27). « … Bon, oui, ces exactions, on met toujours cela en grande valeur, mais ce sont quelques exemples qui peuvent être malheureux… » (extrait de l’interview blw2). Dans ces deux extraits, malgré que les individus usent de stratégies de défense visant à relativiser les faits ou à tenter d’embellir le passé en ne retenant que des éléments positifs, nous pouvons admettre que l’individu reconnaît que des exactions aient pu se produire. E. Les différentes analyses

Les données qui firent l’objet de l’analyse étaient les réponses obtenues sur les échelles de mesure, des réponses à des questions ouvertes traitées « comme » des questions fermées et le texte dans son ensemble. 1. Evaluation de la culpabilité collective et de la dette

Les résultats de l’item de culpabilité furent croisés avec ceux obtenus sur les échelles d’identification. A ce niveau explicite, nous espérions donc répliquer les résultats des études précédentes. En ce qui a trait à la réparation, chaque réponse à la question concernant une éventuelle dette a été analysée. L’évaluation est de type binaire : volonté d’indemniser le groupe victime (en l’occurrence le peuple congolais) pour le mal fait ou refus d’indemniser. L’important est ici de tenir compte des causes qui engendrent les effets, c’est-à-dire des événements mis en avant pour justifier la réparation. L’évaluation portait donc sur la reconnaissance d’un désir de réparation en fonction de l’élément justificateur ; la volonté de compensation ne sera retenue que lorsqu’elle est évaluée comme reflétant des exactions commises par les coloniaux. Naturellement, l’évaluation de la dette des Congolais envers les Belges, se posant plus en démarche exploratoire, ne s’appuiera pas sur ces exactions. En outre, nous ajouterons à cette 7

Dans le code de l’interview, la première lettre correspond à la catégorie du sujet (Belge : b ; Congolais : c), les deux qui suivent aux initiales de l’interviewer, et le nombre à une numérotation arbitraire différenciant les répondants chez même interviewer.

55


METHODOLOGIE

analyse binaire simple, une analyse des réponses fournies par chaque sujet (uniquement pour les anciens coloniaux belges). Il s’agira de vérifier ce que le sujet répond : le sujet refuse-t-il toute dette ou en accepte une mais dont la volonté ne s’appuie pas sur les exactions subies par le peuple (pour quelle(s) cause(s) le sujet justifie-t-il alors une indemnisation?). 2. Analyse de contenu

Les réponses aux questions ouvertes offrent un corpus d’une ampleur relativement importante et idéal à l’analyse de contenu8. Dans un premier temps, il est utile de définir ce que sous-tend cette méthode d’analyse : « L’analyse de contenu se définit comme une technique permettant l’examen méthodique, systématique, objectif et {à l’occasion} quantitatif, du contenu de certains textes en vue d’en classer et d’en interpréter les éléments constitutifs, qui ne sont pas totalement accessibles à la lecture naïve » (ROBERT et BOUILLAGUET, 1997. p. 4).

Les discours retranscrits ont d’abord été analysés par le logiciel d’analyse de contenu ALCESTE. Par après, nous avons étudié le corpus à travers une analyse de discours, c’est-àdire que nous avons réalisé une lecture méthodique de l’ensemble des entretiens récoltés. a) logiciel ALCESTE

Le logiciel Alceste est un outil d’aide à l’interprétation d’un corpus textuel, particulièrement adapté aux données provenant d’entretiens et de questions ouvertes. L’intérêt d’Alceste est qu’il offre une vision globale en dégageant les principaux « mondes lexicaux » contenus dans le texte. Les mécanismes d’analyse effectués par ce logiciel se font indépendamment du sens, c’est-à-dire que les éventuelles classes de discours qui découlent de l’analyse se font sur base de la répartition des mots dans les phrases. Malgré que le questionnaire fût divisé en différents thèmes correspondant à des périodes historiques distinctes, nous avons analysé l’ensemble du corpus sans opérer une division préliminaire sur base de cette structuration. Les différentes périodes, traitées par Alceste comme les facteurs d’une même variable indépendante, pourraient néanmoins faire transparaître des associations avec une ou plusieurs classes de discours. 8

Dans la suite de ce travail, le terme « analyse de contenu » se référera à l’analyse Alceste et « analyse de discours » à la méthode réalisée par une lecture de l’ensemble du corpus.

56


METHODOLOGIE

Le logiciel nous a donc permis de réaliser une analyse du contenu des réponses des sujets de l’interview. A partir d’éventuelles différences quantitatives dans l’emploi des mots entre les deux groupes, nous essayerons de comprendre la signification qui leur est sous-jacente. Nous ne nous attarderons néanmoins pas sur cette analyse et tirerons de certains de ces résultats des éléments d’interprétation en tentant de les contextualiser. Ainsi, nous essayerons de les expliquer en regard des résultats fournis par notre analyse de discours ultérieure. Nous considérons ce type de démarche comme exploratoire, équivalente aux mesures explicites (obtenues sur les échelles de Likert) car peu apte à traiter les négations, incohérences, associations significatives entre différentes parties de la réponse, etc. b) analyse de discours

L’analyse de discours s’avère principale dans l’interprétation distincte que nous faisons des résultats actuels sur la culpabilité collective et le désir de réparation qu’on lui associe. Elle visera à déceler chez les sujets la présence ou l’absence d’indices d’évitement des éléments potentiellement générateurs de culpabilité. Pour ce faire, des recherches effectuées par HOEY (2001) sur l’analyse de discours écrits nous offrent des éléments permettant de détecter à travers l’interaction sociale qui se joue dans la communication de tels indices d’évitement. Malgré que HOEY ne fasse pas explicitement référence aux émotions dans ces travaux, nous pouvons nous appuyer sur ses recherches étant donné qu’elles mettent clairement en exergue une interaction sociale dans le discours et une volonté pour celui qui parle de démentir certains faits socialement partagés. Dans ses analyses, HOEY met en évidence des modèles de réponse usités par les sujets dans la communication. Bien qu’il s’intéresse principalement aux données écrites, ses recherches s’inscrivent dans la lignée des nôtres. Pour lui, les articles dans les journaux font régulièrement usage de formes variées de ce qu’il nomme le « claim-response pattern », et ceci en raison du fait que les articles sont souvent des réactions à d’autres articles publiés auparavant dans des journaux. Différents éléments peuvent composer le “claim-response pattern”: une situation, une revendication, une raison pour la revendication, un déni, une raison pour le déni, une affirmation, une raison pour l’affirmation, une correction, une raison pour la correction. HOEY cite un exemple caractéristique tiré d’un article du Guardian :

57


METHODOLOGIE

« (1) I have in my possession a copy of a press release from Sir Aaron Klug, the president of the royal society dated April 1996 (…) (2) In it he stated that “the sheep form of the disease”, called Scrapie, is known not to infect humans”. (3) We know no such thing. (4) What we know is that we do not know wether Scrapie can infect humans and cause CJD, a very different matter » (HOEY, 2001. p. 181).

Ce n’est pas tant le contenu du texte qui nous intéresse dans cet exemple que le processus qui y est impliqué. L’auteur présente tout d’abord une situation9 (1). Ensuite, il énonce une revendication (2) qu’il attribue à une autre personne que lui (en l’occurrence Sir Aaron Klug). Le déni (3) et la correction (4) sont attribués à l’auteur de l’article. Ainsi, le « claim-response pattern » est un modèle de réponse fourni par un sujet qui se défend par différents moyens des revendications attribuées à autrui. L’individu recourant à ce type de stratégies a à sa disposition de multiples possibilités. Comme l’indique HOEY, une revendication peut être démentie et ensuite corrigée sans qu’une raison soit nécessairement donnée pour la revendication, le déni, et la correction. Une revendication peut également être affirmée, accompagnée d’une raison l’étayant. Plus fréquemment, l’affirmation se révélera être en elle-même une feinte directement suivie par un déni. Par ailleurs, la raison que le sujet donne pour étayer la correction ou l’affirmation ne sera pas invariablement considérée comme l’unique raison possible mais comme l’une des raisons avancées par le sujet. L’élément « revendication » est optionnel comme tous les autres éléments du pattern, il n’est pas plus important que d’autres. Il est donc possible que le pattern débute par un déni sans qu’une revendication attribuée à autrui soit énoncée explicitement. Comme le souligne HOEY, ce type de pattern ne se met en évidence que dans de longs textes : « Whereas the other patterns are found both in long and short texts, this pattern rarely occurs in short texts, presumably because all sentences can be seen as answers to unstaded questions, and therefore choosing to make a question explicit would be heavy-handed if the question’s currency did not extend over a considerable part of the text » (2001. p. 170).

9

L’élément « situation » ne sera pas utilisé dans notre analyse car il semble peu pertinent dans le cadre de ce travail.

58


METHODOLOGIE

La largeur de notre corpus textuel ainsi que les divergences d’opinions qui caractérisent l’histoire coloniale belge au Congo semblent donc particulièrement adaptées aux analyses textuelles de l’auteur. Le texte est le lieu d’une interaction entre l’écrivain et le lecteur. Les modèles de HOEY sont dérivés de ceux que l’on retrouve dans les discours verbaux et les comportements sociaux. Le « claim-response pattern » met en évidence une forme d’interaction sociale entre le détenteur d’une opinion et celui qui revendique son contraire et se défend contre celle-ci. Les éléments principaux sont la question, la réponse, et l’évaluation positive ou négative de l’élément de réponse attribué à autrui. Comme le souligne HOEY, cette dernière évaluation est obligatoire lorsque la réponse est attribuée à quelqu’un d’autre que l’auteur direct de la réponse. De la même manière que le contexte expérimental de LIU et DRESLER-HAWKE (2002) est un contexte naturel, puisqu’on ne manipule pas l’information présentée, celui de notre expérience, comme nous l’avons mentionné précédemment, l’est aussi. En s’appuyant sur le modèle de HOEY, nous espérons donc mettre en évidence différents types de stratégies concourant à une fonction d’évitement de certains éléments de l’histoire.

59


III. RESULTATS

A. Analyse des mesures « explicites »

Il est d'application, comme nous l’avons vu précédemment, de mesurer la culpabilité collective et la volonté de réparation envers un exogroupe en demandant aux sujets explicitement comment ils situent respectivement cette émotion et ce désir altruiste sur une échelle de mesure. Les premiers résultats présentés exposent donc la disposition des sujets en regard de ces deux variables. 1. Identification au groupe et culpabilité collective A la question portant sur le sentiment de culpabilité collective1, 19 sujets coloniaux ont indiqué leur choix sur l’échelle de mesure (2 n’ont donc pas répondu). La moyenne obtenue sur cette échelle pour les 19 sujets retenus est fort basse (M= 1.37, S= 0.83). Ces résultats nous révèlent que les anciens coloniaux belges, dans l’ensemble, à un niveau de mesure explicite, nous indiquent ne jamais ressentir de culpabilité en lien avec l’action belge au Congo avant l’indépendance. En outre, l’analyse de la répartition des scores s’avère intéressante. Sur les 19 sujets belges ayant participé au régime colonial, 2 nous disent ressentir rarement de la culpabilité par rapport à l’action coloniale, 1 sujet parfois, et 1 souvent2. La particularité se situe dans la position extrême de la majorité des répondants (15 sujets soit 79%) qui nous déclarent ne jamais ressentir de culpabilité liée à l’action coloniale. La complétion de l’échelle de culpabilité révèle, pour ces sujets, une attitude assez radicale. Ces résultats obtenus dans l’évaluation de la culpabilité collective sont-ils, comme nous l’avons prédit, corrélés négativement avec le niveau d’identification ? Au vu du peu de variabilité inter-sujets dans les scores de culpabilité, il est probable qu’il soit difficile de 1

Question : « Quels sentiments évoque en vous l’action belge au Congo avant l’indépendance ? ». La question était suivie de plusieurs items portant sur différentes émotions, dont celui de culpabilité, où le sujet devait estimer sa fréquence d’occurrence : jamais – rarement – parfois – souvent. 2 En outre, à la question ouverte évaluant les sentiments que les anciens coloniaux devraient ressentir envers les Congolais, aucun ne fait mention d’une culpabilité. A titre descriptif, nous donnons les résultats aux autres items : nostalgie : M= 3.16 ; fierté : M= 3.45 ; regret : M= 2.39 ; satisfaction : M= 3.26 ; non-reconnaissance : M= 3.00 ; joie : M= 2.79 ; colère : M= 1.74 ; rancœur : M= 1.84 ; accomplissement : M= 3.00 ; tristesse : M= 2.84.


RESULTATS

vérifier une telle corrélation. Toutefois, il est préalablement nécessaire d’examiner si les résultats aux items des échelles d’identification à un même groupe sont inter-corrélés. Afin qu’éventuellement nous puissions regrouper les scores des différents items d’une même échelle. Le score de validité des différents items de chacune des trois échelles soumises aux répondants belges n’atteint pas un niveau satisfaisant3. Néanmoins, malgré cette absence prononcée de validité entre les items d’une même échelle, la moyenne des réponses des anciens coloniaux à chacun de ceux-ci est relativement haute (échelle « belge » : item 1 : M= 4.11, item 2 : M= 4.58, item 3 : M= 4.11 ; échelle « coloniale » : item 4 : M= 3.58, item 5 : M= 4.58, item 6 : M= 3.74 ; échelle « européenne : item 10 : M= 3.38, item 11 : M= 4.19 ; item 12 : M= 3.19). En outre, de cette forte identification aux groupes des Belges et des coloniaux découle une faible variabilité inter-sujets (S.D. : item 1 : 1.10 ; item 2 : .77 ; item 3 : 1.05 ; item 4 : 1.74 ; item 5 : .69 ; item 6 : 1.45 ; item 10 : 1.67 ; item 11 : 1.11 ; item 12 : 1.42). Ce peu de variabilité dans les scores de culpabilité collective et d’identification4 affaiblit la possibilité d’une corrélation négative que nous prédisions. Par ailleurs, elle peut également expliquer que nous n’obtenions pas un score de validité significatif entre les items d’une même échelle. Une éventuelle corrélation statistique entre la culpabilité et le sentiment d’appartenance belge ne peut donc se faire qu’avec chaque item d’une échelle d’identité pris isolément. Nous obtenons une unique corrélation négative et significative entre la culpabilité liée à l’action belge et l’item 1 de l’échelle d’identification à la nation belge5 (r= -.659, p < .01 ; N= 18). Plus le fait d’être belge est central dans l’identité des répondants coloniaux, moins ils disent ressentir de culpabilité en relation avec l’action belge au Congo. Pour les sujets congolais, bien qu’il n’y ait pas de validité entre les trois items de l’échelle d’évaluation de l’appartenance à la nation congolaise (α= .2492 ; N= 13), la moyenne de chacun des trois items est également très forte (item 1 : M= 4.62, item 2 : M= 4.54, item 3 :

3

α = .26 (N= 19) pour les items de l’échelle de mesure d’attachement à la nation belge ; α = .4891 (N= 19) pour les items de l’échelle d’identification au groupe d’anciens coloniaux ; α = .4931 (N= 16) pour les items liés à l’échelle de mesure d’identification aux Européens. 4 Notre intention ne fut pas au départ de choisir des individus forts en identification. Nous réalisons subséquemment que d’avoir choisi des individus ayant participé partiellement aux faits sur lesquels porte la mémoire collective et pour nombre d’entre eux de faire partie d’une association ne pouvait que réduire la variabilité de nos variables dépendantes. 5 Item 1: « le fait d’être belge intervient dans la manière dont je me définis ». 61


RESULTATS

M= 4.38). L’appartenance congolaise constitue donc un élément important de leur identité. Nous avions supposé que les Congolais diraient ne pas ressentir de culpabilité en relation avec l’action belge au Congo. Les résultats semblent confirmer notre hypothèse (M= 1.58, S= 1.00, N= 12)6. Par ailleurs, lorsqu’on demande aux Congolais les sentiments que les Belges devraient ressentir à leur égard (question 36), aucun ne fait référence à la culpabilité (un seul sujet, BSB4, pense que les Belges doivent réparer pour les erreurs du passé ; un autre, BAP4, parle de responsabilité mais uniquement en raison du départ trop rapide des Belges). Ceux-ci parlent d’équité (BLW4, BLW5, BKF5), d’entraide (BTP2, TP4), de respect (BKF2), de reconnaissance (BAB3), ou encore de regrets (BPW4). Ils semblent ainsi ne pas avoir de sentiments hostiles envers les Belges. 2. Evaluation de la volonté de réparation

Ayant constaté une absence de culpabilité collective chez des sujets coloniaux pour lesquels le fait d’être belge semble central, qu’en est-il de la volonté d’indemnisation à l’égard du groupe de Congolais ? En accord avec l’hypothèse 2, nous nous attendons à un refus des anciens coloniaux d’accepter une indemnisation reposant sur des exactions. Étant donné que nous venons de constater que les sujets coloniaux sont « exempts » de culpabilité, nos prédictions devraient s’avérer correctes en regard de l’association positive existant entre culpabilité et réparation. a) Coloniaux

Comme nous pouvons le voir dans le tableau 1, les sujets coloniaux de la recherche refusent unanimement de compenser le groupe victime pour les exactions qui leur sont reprochées7. Ainsi, en associant ces résultats avec ceux obtenus pour la culpabilité collective, nous reproduisons les résultats obtenus par DOOSJE et al. (1998) dans la condition « ambiguë »8 et ceux de LIU et DRESLER-HAWKE (2002).

6

Les résultats aux autres items sont : nostalgie : M= 1.92 ; fierté : M= 2.42 ; regret : M= 2.00 ; satisfaction : M= 2.31 ; non-reconnaissance : M= 2.00 ; joie : M= 2.17 ; colère : M= 3.00 ; rancœur : M= 1.92 ; accomplissement : M= 1.92 ; tristesse : M= 2.75. 7 La question n’a pas été posée au sujet AB1 et le répondant AB4 n’a pas désiré se prononcer, considérant le mot « dette » inapproprié. 8 Rappelons que nous avons assimilé le contexte social naturel dans lequel étaient placés nos répondants à celui de la condition « ambiguë » de DOOSJE et al. (1998).

62


RESULTATS

En ce qui a trait à une éventuelle dette des Congolais envers les coloniaux belges, une grande partie de ces derniers (70%) répond négativement à une compensation de l’exogroupe, là où d’autres (30%) l’estiment nécessaire. Exactions

Belge→Congolais

Congolais→Belge

AP1 AP2

0

0

0

1

0

0

AP3

1

0

0

AB1

1

X

X

AB4

0

X

X

EL11

1

0

0

EL12

1

0

0

KF1

0

0

0

KF4

1

0

0

LW1

1

0

1

LW2

1

0

1

LW3

1

0

1

ND1

1

0

1

ND4

0

0

0

PW1

1

0

1

PW2

0

0

0

PW3

1

0

0

SB1

1

0

0

SB2

1

0

0

SB3

1

0

1

TP1

1

0

0

TP3

1

0

0

9

Tableau 1. Evaluation de la reconnaissance des exactions et de la volonté de dette à l’égard de l’exogroupe ou de l’endogroupe.

9

Les lignes correspondent chacune à un répondant, les colonnes au contenu de la question 9 (portant sur les exactions), 37 (portant sur la dette des belges à l’égard des congolais), et 38 (portant sur la dette des congolais envers les belges). Dans les cellules, 0 correspond à une évaluation de non-reconnaissance des exactions (Q.9) et à un refus de compensation (Q.37, Q.38), 1 à une évaluation de reconnaissance des exactions (Q.9) et à une volonté de compenser (Q.37, Q.38), et x à une non-réponse ou une impossibilité pour le juge d’évaluer la réponse.

63


RESULTATS

b) Congolais

Les résultats se référant aux groupes des Congolais sont moins importants pour l’objet de cette recherche mais ils révèlent néanmoins des éléments importants. A la question concernant la dette potentielle des Belges envers les Congolais (voir tableau 2), 40% l’estime nécessaire et 60% considère que les Belges n’ont pas de dette envers les Congolais. Il n’y a donc pas, comme nous l’attendions, une majorité de Congolais qui demandent réparation. Exactions

Belge→Congolais

Congolais→Belge

cap41 cab2

X

0

1

1

1

0

cab3

1

1

1

cel2

1

1

0

ckf2

1

0

0

ckf3

1

1

0

ckf5

1

0

0

clw4

1

1

1

clw5

1

1

0

cnd2

0

0

1

cnd3

0

0

0

cpw4

1

0

1

csb4

1

0

1

ctp2

1

0

0

ctp4

1

0

0

Tableau 2. Evaluation de la reconnaissance des exactions et de la volonté de dette à l’égard de l’exogroupe ou l’endogroupe.

Une dette à l’égard des Belges de la part des Congolais est avancée par 40% d’entre eux. De la même façon que certains Belges pensent que les Congolais doivent être reconnaissants de l’apport auquel ils ont participé, certains Congolais voient dans l’action coloniale une œuvre bénéfique. 60% de nos sujets congolais estiment qu’il n’y pas d’indemnisation à offrir.

64


RESULTATS

3. Evaluation de la reconnaissance des exactions

Parallèlement à l’évaluation de ce comportement altruiste qu’est la compensation, nous avons estimé la reconnaissance d’exactions attribuées aux coloniaux. Car comme nous l’avons vu, pour qu’il y ait culpabilité collective, il doit y avoir reconnaissance des faits reprochés. En effet, pour DOOSJE et al. (1998), ceux qui s’identifient à leur groupe mettent en place, dans une situation où faits positifs et négatifs sont accessibles, des stratégies de défense qui leur permettent de se focaliser sur l’information positive et valorisante. Ceci leur permettant par extension de ne pas culpabiliser, ou d’une façon plus générale de ne pas ressentir les émotions négatives attachées à certains comportements de leur groupe d’appartenance. Selon eux, les sujets forts identifiés à l’endogroupe auraient donc la capacité de se détourner des éléments négatifs liés à l’histoire de celui-ci. Les résultats que nous obtenons ne corroborent pas ceux de DOOSJE et al. (voir tableau 1). Un nombre important de coloniaux interrogés10 (17/22) reconnaissent que des exactions aient pu se produire ; ils sont donc conscients de l’existence de ces abus. Les autres (5/22) nient que des exactions aient pu avoir lieu. Mais soulignons que cette évaluation se faisait sur base de l’analyse de la réponse à une unique question, reprenant explicitement les reproches liés à l’action coloniale11. Un examen du corpus entier des interviews nous permet de relever un « aveu » pour deux des sujets qui réfutaient les accusations : - Et les attitudes des belges coloniaux à l’égard des congolais ? Dans l’ensemble très bonnes… avec quand même toujours des, des, des… mais ça c’est dans, dans toutes sociétés hein ! Il y en a qui respectent tout et il y en a d’autres qui méprisent (…) (Interview bap1; Question 17) - Y’avait quoi alors dans son discours (de Lumumba) ?

10

Répondant à la question : « certains auteurs ont dénoncé des exactions commises par le régime de Léopold II, qu’en pensez-vous ? » 11 Le lecteur pourra identifier en annexe les réponses des anciens coloniaux belges à la question portant sur les exactions – sur lesquelles s’appuie notre jugement – par la mise en caractère gras du numéro de la question. En outre, quatre réponses (BND1, BKF4, BLW3, BPW1) à cette question ne suivant pas la ligne de conduite de notre travail (et donc non-catégorisées comme « claim-response-pattern »), nous les avons reprises séparément en annexe, ceci afin que le lecteur perçoive les éléments de réponse qui motivent notre analyse.

65


RESULTATS

Il a dit : « On nous a traités comme des esclaves, on nous a tutoyés, on nous a méprisés etc. », c’est pas vrai ! Oui c’est vrai ! De deux à cinq pour cent maximum ! (…) (Interview bkf1; Question 26a)12. Malgré que les reconnaissances soient suivies de stratégies visant à tenter de relativiser l’impact qu’elles peuvent avoir sur l’identité sociale, nous ne pouvons, semble-t-il, admettre que ces défenses retirent à nos conclusions leur valeur significative (nous pouvons alors énoncer, au vu de l’analyse globale, que la majorité (19/22 soit 86%) admet que des exactions se soient produites, et qu’une minorité (3/22 soit 14%) ne l’admet pas. Parmi les 15 Congolais (voir tableau 2), la majorité (80%) reconnaît que des exactions aient eu lieu pendant la période coloniale. Pour l’un d’eux (CAP4), il n’est pas possible à partir de la réponse à notre question explicite d’estimer si le répondant reconnaît personnellement les exactions13. En outre, dans une démarche exploratoire, nous avons voulu évaluer les raisons que les anciens coloniaux belges mettaient en avant pour justifier une dette. Comme nous pouvons le voir (tableau 3), trois éléments peuvent être avancés afin d’accorder une compensation aux Congolais : le fait que les Belges les aient abandonnés trop vite (6/21) ; le profit que les Belges ont tiré du Congo (3/21) ; la supériorité des Belges sur les Congolais (1). Le reste des sujets ne répond pas à la question (3/21) ou refuse toute dette à l’égard des Congolais (8/21).

12

Nous avons retenu un unique extrait pour l’interviewé KF1 en vue de ne pas encombrer inutilement le texte. Nous tenons néanmoins à dire que d’autres réponses comprenaient des reconnaissances explicites d’exactions (voir Question 26a suite, et Question 16). 13 Néanmoins, l’analyse de l’ensemble de l’interview témoigne de la reconnaissance d’exactions de la part des Belges (voir interview CAP4, question 14 et 36).

66


RESULTATS

Non-réponse

refus

abandonné profits supériorité

X

bap11 bap21

X

bap31

X

bab4

X

bel1

X

bel1

X

bkf1

X

bkf4

X

blw1

X

blw2

X

blw3

X

bnd1

X

bnd4

X

bpw1

X

bpw2 bpw3

X X

bsb1

X

bsb2

X

bsb3

X

btp1

X

btp3

X

Tableau 3. Evaluation des raisons invoquées par les coloniaux14 pour justifier une « compensation coloniale »

B. Analyse Alceste

Le logiciel a mis en évidence quatre classes lexicales formant des catégories spécifiques sous-jacentes à l’ensemble du corpus. Parmi celles-ci, une classe est significativement associée avec le groupe des Congolais et une autre avec le groupe des anciens coloniaux belges15. Le

14

Comme nous l’avons mentionné plus haut, la question n’a pas été posée à AB1. Les deux autres classes ne sont pas associées à l’une des catégories. Ces dernières ne seront donc pas exposées dans ce travail afin de ne pas encombrer inutilement le texte par des résultats qui n’ont pour nous que peu d’importance en regard des prédictions de départ. Ces classes portent sur des aspects purement descriptifs de la colonisation et sont difficilement interprétables. 15

67


RESULTATS

questionnaire ayant été divisé en plusieurs sections correspondant à différentes périodes de l’histoire, ces classes lexicales pouvaient être associées à une ou plusieurs de ces périodes. 1. Les bénéfices de l’action coloniale

Cette classe (classe 3) regroupe 12.38 % des énoncés et est associée au groupe des anciens coloniaux belges (χ²= 30.67 ; p< .05). Elle comprend les termes suivants : Vocabulaire spécifique de la classe 3 : benefique+(18), negati+f(25), positi+f(32), primaire+(11), socia+l(24), chemin+(29), culture+(14), ecole+(49), enseignement+(20), fer+(28), hopita+l(22), maladie+(38), mission+(18), niveau+(24), route+(41), sante+(9), soin+(16), sommeil(11), voie+(9), amelior+er(14), communic<(12),

apport+er(50),

modernis+er(11),

educat+ion(17),

medecin<(19),

infrastructure(17), medica<(24),

civilis<(24),

dispensaire+(20),

eradiqu+(8), modernisme(8), sanitaire+(7), territoria+l(10), bien-etre(10), rail+(7), cre+er(31), creat+ion(11), professionn+el(6), vill+0(27), malaria(7), secondaire+(7), apport+(8),

brousse+(15),

reseau+(5),

societe+(21),

econom+3(26), moderne+(5),

famine+(5), vue+(22),

infirm+e(5), sauvage+(9),

metier+(6),

plantation+(9),

apprendre.(20),

instruct+ion(10), unique+(7),

cultiv+er(8),

pacifi<(6),

anima+l(5),

recolte+(6), soign+er(10),

commercia+l(5),

coton+(6),

debut+(17),

developpement+(14), indigene+(13), lire+(9), regime+(8), respect+(10), structure+(10). Au vu des termes repris ci-dessus, le lecteur constatera sans doute la valence positive qui peut leur être associée. Les répondants belges expriment en les détaillant les éléments de l’histoire qu’ils considèrent comme ayant eu un impact bénéfique sur le peuple congolais. Cette description semble participer d’une volonté d’offrir une image sociale positive de son groupe. Nous reprenons ci-dessous deux énoncés que le logiciel identifie comme représentatifs de la classe concernée16 : - Il y a eu pas mal de #choses, il y a eu une #évolution dans pas mal de #domaines. L' #enseignement pour les Africains, l' #éducation de la femme africaine, la #création de #dispensaires, la #construction de #routes. (Interview bpw2) 16

La présentation des énoncés est fidèle à celle que nous offre le logiciel Alceste ; les mots précédés d’un signe « # » appartiennent au vocabulaire spécifique de la classe d’UCE (unité de contexte élémentaire) dont provient l’énoncé.

68


RESULTATS

- Vous voulez que j' #insiste plus et que je détaille, moi je veux bien mais c'est tout ce que j' ai dit plus haut. On a #construit des #universités, des #écoles pour l' #enseignement #fondamental plus qu'indispensable, des #routes, le grand #rail légendaire qui a #permis au Congo de faire un grand pas en avant, des #dispensaires aussi. (Interview bab4) Les répondants exposent l’apport qu’ils considèrent lié à l’action coloniale : développement des infrastructures sanitaires, éducatives, de communications, sociales… la classe révélée par Alceste est associée aux périodes coloniales sous le règne de Léopold II et sous administration belge17. Ceci s’explique sans doute en partie par le fait que ces sections du questionnaire sont propices à une description historique qui, pour les anciens coloniaux belges, semble importante dans leur communication. Cette méthode d’analyse nous permet donc d’avancer que l’appartenance au groupe des anciens coloniaux belges confère au discours une apparence de perception historique plus positive que pour les Congolais, conformément à l’hypothèse 3. 2. L’indépendance congolaise

Cette deuxième classe (25.84 % des énoncés, classe 4) montre une association positive avec les répondants congolais (χ²= 6.69 ; p< .05). En outre, celle-ci est également associée à la période de l’indépendance. Le discours est ici naturellement fort politisé, faisant référence tantôt à la transition du Congo vers l’indépendance avec les différents acteurs politiques de l’époque, tantôt à l’assassinat du Premier Ministre destitué Patrice Lumumba. Cette « implication politique » émane fortement des termes employés : Vocabulaire spécifique de la classe 4 : parti+(73), premier+(77), publi+c0(43), revendicati+f(25), communis+me(23), discours(77), minist+1(50), pouvoir+(74), ronde+(19), kasa_vubu(45), lumumba(200), mobutu(69), tshombe(23), assassin<(18), ethn+3(23), independ+ant(174), polit+3(159), presid+ent(31), force+(37), milita+ire(28), mouvement+(21), table+(20), elimin+er(16), gouvern<(24), gouvernement<(42), electi+f(17), federa+l(12), nationa+l(17), tota+l(14), chef+(52), manque+(14), nationalis+me(12), province+(27), unite+(12), prepar+er(21),

17

Ces deux périodes forment les deux premières subdivisions du questionnaire consultable en annexe.

69


RESULTATS

revolt+er(20), baudouin(21), katanga(30), conseil<(17), demagog<(12), leader+(13), arme+(27), defini+(8), ennemi+(9), immediat+(13), libera+l(7), mort+(34), nai+f(7), janvier+(8), assemblee+(7), bas(15), clan+(7), commandant+(8), desordre+(13), droite+(7), erreur+(14), manifeste+(9), parlement(14), parole+(10), projet+(22), republique+(11), socialis+me(10), tribu+(27), prononc+er(10), revendiqu+er(10), sembl+er(8), taire.(22), patrice(14), kinshasa(14), autonom<(16); Nous citons ci-dessous deux extraits18 issus de répondants congolais : - Van Bilsen d’Anvers il était #conseiller d'un #parti #politique, l'alliance du #bas Congo, le #parti dont le fondateur fut le #premier #président du Congo, le #président #Kasavubu. Donc Van bilsen avait établi son plan de 30 ans et tout ça c’était bien mais c’était dépassé par les événements. (Interview clw5) - Le désordre s’est passé avec la mutinerie de la force publique. Il faut se mettre dans le contexte que les militaires voient tous leurs collègues politiciens avec lesquels à la limite, ils ont fait l’école normale, l’école primaire et tout ça. Ils voient tout ça, du jour au lendemain devenir les ministres, rouler dans les grosses voitures, avoir des fonctions très importantes, etc. Tandis qu’eux, ils restent dans le rang et ils ne peuvent pas. Pour eux, rien ne change. Pour eux, tout reste comme c’était avant. Tout ça pour dire que l’indépendance n’était pas totale. Dans cette mutinerie, il y avait aussi une jalousie inter-congolaise. Il y a la jalousie #politique; les gens qui disent : « on veut pas #Lumumba comme #premier #ministre ». Ils se disent ok comme il y a ce #désordre, tous sont #chefs quoi ! (Interview ckf3) Ces deux extraits révèlent une communication descriptive du contexte politique et social de l’époque. Outre ce discours plus caractéristique des Congolais, Alceste ne relève pas d’autres associations en lien avec cette appartenance. Ces deux classes mises en exergue par le logiciel d’analyse de contenu, malgré qu’elles ne constituent qu’une démarche exploratoire dont on ne peut tirer de conclusions définitives, permettent de rejoindre certaines prédictions avancées. En effet, les anciens coloniaux belges

18

Les parties en italique proviennent des extraits complets desquels sont issus les UCE spécifiques identifiées par Alceste. Leur ajout permet de resituer les UCE dans un contexte plus large, et, de ce fait, plus compréhensible au lecteur.

70


RESULTATS

tiennent un discours où des faits historiques positifs sont largement relatés, comme avancé dans l’hypothèse 3. Nous pouvons ainsi considérer qu’ils font plus amplement référence que les répondants congolais à des éléments de l’histoire connotés positivement. En outre, Alceste ne décèle aucune association entre une des deux catégories et une éventuelle classe de discours reprenant un vocabulaire associé aux faits historiques négativement connotés. Nous pouvons alors penser, en accord avec ce que nous avancions, qu’aucun des deux groupes de sujets investigués ne relate de manière plus importante les faits qui sont reprochés aux coloniaux19. Toutefois, pour dépasser ces résultats « quantitatifs » et vérifier la manière dont les sujets gèrent l’information traumatisante, il nous faut « décrypter » les discours, minutieusement analyser ce que nos répondants font des différentes mémoires collectives partagées dans l’espace publique. C. Analyse de discours

1. Les coloniaux

L’analyse de discours révèle un ensemble de stratégies mises en place par les coloniaux afin d’écarter les éléments négatifs attachés à l’histoire coloniale. Nous avons mis en exergue cinq catégories de défense dans les réponses des sujets. Ces réponses ne sont toutefois pas mutuellement exclusives, c’est-à-dire qu’une même réponse peut dévoiler l’utilisation de plus d’un type de mécanisme défensif. Nous reprenons ci-dessous les différents types de patterns résultant de l’analyse, et les expliquons en les illustrant par certains extraits de réponses issus des répondants belges. Le modèle de HOEY (2001) nous a permis d’identifier les différentes composantes définissant le « claim-response pattern ». Cette première indexation du texte s’est suivie de l’analyse visant à identifier les différences et les similitudes dans l’ensemble des patterns, c’està-dire à essayer de catégoriser les types de défense mis en exergue.

19

Cette prédiction ne faisait pas l’objet d’une hypothèse dans le sens strict du terme.

71


RESULTATS

L’ensemble du corpus de texte des coloniaux belges a permis de mettre en évidence 163 réponses20 incluant un ou plusieurs modèles répondant à notre catégorisation. Le lecteur pourra consulter en annexe l’ensemble des réponses classifiées desquelles proviennent les extraits repris ci-dessous à titre illustratif. En outre, ceux-ci font presque systématiquement état de la réponse dans son intégralité, ceci afin que le lecteur puisse situer la défense dans le contexte de son apparition. a) la relativisation du négatif par la mise en contexte positif

Cette catégorie est composée de 33 réponses, dont 20 se rapportent à une période que les coloniaux n’ont pas vécue (période où le Congo « appartenait » à Léopold II), et 13 à une période que les coloniaux ont connue (période où le Congo « appartenait » à la Belgique). Ce type de défense a été mis en évidence chez 15 sujets différents. Dans cette première catégorie de défense, nous retrouvons une accusation, revendication attribuée à autrui et portant sur des faits imputés à l’action coloniale des belges au Congo. Ces reproches peuvent tout autant être contenus dans la question de l’interviewer qu’être spontanément repris par le sujet dans sa réponse. Il n’est pas nécessaire que le répondant exprime explicitement les accusations dont son groupe est l’objet. Le sujet peut avancer une justification, une affirmation, ou une correction, qui par son aspect « inattendu » - ne s’inscrivant pas dans le contexte de la question - comprend en elle-même les germes de la revendication (attribuée à autrui). Dans ce type de pattern, l’individu ne nie pas les faits qui sont reprochés à son groupe; il les resitue uniquement dans un ensemble où faits négatifs et faits positifs sont mélangés, et où le poids accordé à ces derniers est revendiqué comme ayant une plus grande importance, contrebalançant par là-même les faits de valence opposée. C’est ainsi que nous avons introduit un élément supplémentaire parmi ceux mis en évidence par HOEY (2001) dans ses analyses de discours : la relativisation, que nous considérons comme une forme de correction. Dans cette catégorie, les répondants peuvent reconnaître le caractère négatif des faits revendiqués par l’exogroupe, sans s’attarder à leur description : 20

Certaines réponses peuvent donc être les mêmes (même question et même répondant), mais nous les lions à différentes catégories lorsqu’elles comprennent les éléments distincts qui les caractérisent. Sur l’ensemble des défenses mises en évidence, la moitié apparaît isolément, c’est-à-dire que dans la réponse du sujet nous décelons une et une seule défense. L’autre moitié des défenses apparaît donc dans deux ou plus de deux mêmes réponses d’un sujet identique.

72


RESULTATS

Extrait 1 Enquêteur : Comment expliquez-vous l’existence de ces discours pro-coloniaux et anti-coloniaux ? - Je crois que c’est un peu une mode vous savez. A cette époque, les colonies, tout le monde en avait et on trouvait ça bien et puis ça s’est inversé, mais c’est facile de juger après coup, non (revendication) ? Il y a des inconvénients, et je suis le premier à le reconnaître (affirmation), néanmoins les avantages ne sont quand même pas négligeables, on leur a apporté énormément (relativisation). L’ennui c’est qu’une fois qu’ils ont connu le confort, c’est plus difficile de vivre sans, ils étaient peut-être plus heureux avant qu’on arrive si on compare leur situation actuelle. Mais je crois quand même, qu’ils étaient bien mieux, matériellement parlant, quand nous étions là-bas. (Interview bsb1 ; question 39) Extrait 2 Enquêteur : Qu’est-ce que la période coloniale a apporté de négatif au Congo ? - Oui (…), il y a dû avoir du négatif (affirmation), les défauts inhérents à ce qu’on leur a apporté, ça c’est certain. La perte de certaines coutumes, de certains dialectes aussi, mais c’était peut-être inévitable. Il y a eu du positif comme du négatif (relativisation). (Interview bsb2 ; question 15) Ce caractère circonspect de la reconnaissance se vérifie dans les termes utilisés marquant une tentative de généralisation de l’intervention coloniale, reléguant ainsi les aspects négatifs de l’histoire au rang des exceptions : Extrait 3 Enquêteur : Quelles étaient les attitudes des Congolais à l’égard des Belges coloniaux, donc au moment où vous avez vécu là-bas ? - Bonnes en général, l’attitude du peuple était bonne envers les administrateurs ou les agents de l’état, en général. D’ailleurs, je n’ai jamais vu un Congolais puni illégalement (correction). Il y a peut-être eu des abus dans les punitions (revendication, affirmation), mais sans jugement, je n’ai jamais vu… (Interview bnd1; question 16)

73


RESULTATS

D’autres sont plus prolixes lors de la description des éléments positifs attachés à la période coloniale, décrivant ce qu’ils pensent que les Belges ont pu apporter au Congo21, sans admettre personnellement des éléments négatifs, ni en les réfutant : Extrait 4 Enquêteur : Est-ce que vous percevez une différence entre la période de Léopold II et la période belge ? - On a raconté beaucoup d’histoires (revendication) sur la période de Léopold II hein ! Mais de toute façon il a réalisé quelque chose d’extraordinaire (correction) et ce qu’on ne relève jamais assez c’est qu’il a sorti toute cette région de l’Afrique de l’esclavage (raison de la correction). (Interview bap1; question 3a) Extrait 5 Enquêteur : Pensez-vous que l’activité du régime de Léopold II a été bénéfique aux populations locales ? Pourquoi ? - Oui, très bénéfique. Tout ce que j’ai dit est positif, même si j’ai oublié des détails mais il n’y eut que de bonnes choses pour faire avancer le pays. On a apporté la scolarité, les soins médicaux, paraît-il les meilleurs d’Afrique selon l’ONU. On a lutté contre la fièvre et les épidémies. On leur a apporté du travail, l’organisation et les chefferies ainsi que la justice et la justice coutumière (raison de la correction). On ne peut pas dire de ça que c’est pas positif (revendication, correction). On a apporté pour eux du travail mais je me répète vous savez et l’argent et ce que j’aimerais dire que ça, ça leur a ouvert les yeux pour leur donner des qualités indispensables pour fournir du beau travail comme la ponctualité (…). (Interview bab4 ; question 8) La correction des revendications d’autrui prend une forme particulière, non l’objet d’un déni, comme nous l’avons mentionné ci-dessus, elles sont relativisées, replacées dans un contexte plus large où l’importance que certains leur accordent semble perdre de son ampleur. Par ailleurs, nous pouvons déceler dans cette réponse le processus d’identification particulier où le « on » se rapporte au groupe, même si les éléments détaillés de l’histoire coloniale se rapportent à une période où le sujet n’était pas né. Nous percevons ainsi cette

21

De nombreuses réponses des sujets coloniaux montrent une description minutieuse des éléments de l’histoire coloniale qu’ils considèrent comme positifs. Néanmoins, sans l’élément « revendication », cette présentation aurait eu valeur trop subjective.

74


RESULTATS

sélection stratégique qui nous pousse à ne pas limiter la mémoire collective à l’expérience vécue. Mais tous ne se contentent pas d’affirmer que de tels faits ont bel et bien existé tout en les corrigeant, ils ajoutent à la revendication sociale de ceux-ci une cause qui semble-t-il permet d’expliquer, selon ces répondants, les raisons de leur partage social. Extrait 6 Enquêteur : Et est-ce que vous percevez une différence entre la période de Léopold II et la période belge? - Je ne sais pas beaucoup de choses sur la période de Léopold II, ce type était accusé de tous les péchés du monde hein (revendication)!… mais il faut bien se dire qu’à ce moment-là une période coloniale c’était des gens qui allaient là, ben hein! pour exploiter, je dis pas exploiter les Noirs mais exploiter leurs richesses (correction) et en même temps on peut dire qu’ils ont apporté pas mal de choses positives (relativisation), mais je sais bien qu’on salit Léopold II notamment les Anglais mais je crois qu’il y avait beaucoup de jalousie (raison de la revendication). (Interview bap2, question b3a) Malgré que le répondant ne dénie pas que certaines des actions du groupe belge sous la période léopoldienne aient pu être mauvaises, tout en les relativisant par la mise en exergue de faits qu’il définit comme positifs, ce dernier cherche néanmoins à situer l’origine de ces accusations explicites dans un sentiment de jalousie d’un ou plusieurs exogroupes ; la revendication est simultanément « acceptée » et expliquée. Nous verrons ultérieurement quels peuvent être les éléments avancés par les coloniaux pour corriger ou dénier un fait. Nous percevons dans l’extrait cité ci-dessus une tentative visant à retirer aux accusations une certaine valeur de vérité, à les désamplifier en quelque sorte. Cette recontextualisation des faits négatifs, c’est-à-dire cette mise en relation des faits connotés négativement avec des circonstances historiques positives, semble être une forme d’évitement. Il est également possible de détecter dans le discours des sujets des stratégies de « confrontation » aux faits connotés négativement, opérant une relativisation par choix stratégique du groupe – ou du niveau – de comparaison ; l’exemple qui suit marque sensiblement ce mécanisme, permettant en outre d’introduire le second type de pattern mis en évidence dans le discours des coloniaux :

75


RESULTATS

Extrait 7 Enquêteur : Et à votre avis quels sentiments les Belges devraient-ils éprouver à l’égard des Congolais ? - (…) Je cherche le mot. J’ai tendance à dire la fierté d’avoir pu contribuer au développement de ce pays. Parce que moi je suis fier d’avoir été au Congo et de ce que dans mon secteur en tout cas, j’ai contribué à faire et de ce que la Belgique a fait, malgré certaines imperfections (revendication et affirmation). Mais vous savez les gens parfaits ça n’existe pas (relativisation), les gens parfaits non plus. (Interviewer bnd4 ; question 36) b) la comparaison sociale stratégique

Nous retrouvons dans ce type de défense, 27 réponses dont 14 correspondent à une période non vécue, et 13 à une période vécue par les coloniaux. Ce type de défense a été mis en évidence chez 14 sujets différents. Lorsque l’endogroupe est l’objet d’une menace identitaire pouvant porter atteinte à l’image de ses membres, plusieurs stratégies s’offrent à eux. Comme nous l’avons vu, les stratégies adoptées peuvent être individuelles ou collectives. Dans notre analyse, ce sont ces dernières qui sont observées. Nos sujets peuvent alors « choisir » de changer la valeur accordée à la dimension de comparaison, de modifier la dimension de comparaison, ou encore de rentrer en conflit avec l’exogroupe (AZZI et KLEIN, 1998). Une dernière possibilité, en l’occurrence celle sur laquelle porte cette section de notre travail, consiste à changer de groupe ou de niveau de comparaison. Ceci, selon les tenants d’une approche psychosociale, assurerait le maintien d’une identité sociale positive. Toutefois, cette comparaison ne modifiera pas la valence – accordée à la dimension – qui prévalait précédemment22, mais pourra uniquement la relativiser. En ce qui nous concerne, nous nous situons, comme ci-dessus, dans un contexte de comparaison, mais dont l’objet ne porte plus directement sur des faits mais sur des groupes dans leur comportement. La comparaison intergroupe peut se faire avec différents exogroupes, l’endogroupe restant naturellement celui des Belges ayant participé à la période coloniale. Nous pouvons

22

En considérant naturellement que l’ « exogroupe accusateur » n’a pas modifié, de par cette présentation sociale, les croyances qui justifient les critiques.

76


RESULTATS

mettre en évidence un type de comparaison où l’exogroupe est constitué par ce que nous nommerons les « Belges de Belgique ». Extrait 8 Enquêteur : Certains auteurs ont dénoncé des exactions commises par le régime de Léopold II, qu’en pensez-vous ? - Non moi je pense que cette histoire d’exactions, il y en a certainement eu (affirmation), je vous signale que des femmes battues par leur mari à notre époque dans des pays aussi évolués que la Belgique, il y en a des milliers ! Des enfants maltraités il y en a des centaines (relativisation)! Bon, donc, qu’il y ait eu des individus qui se sont mal conduits, euh, c’est certain, mais que ça ait été une volonté de l’autorité pour asseoir son pouvoir et pour contraindre à ceci ou à cela, ça je dis non, parce que c’est contraire aux intérêts (correction). Si ça avait été vrai, et bien alors les gens au lieu de venir s’installer à côté du poste des Blancs, dans le « belge », seraient foutus le camp au fond de la brousse hein ! Ils seraient foutus le camp au fond de la brousse (raison de la correction) ! Voilà. (Interview btp1 ; question 9) Extrait 9 Enquêteur : Vous souvenez-vous du contenu (des discours prononcés le 30 juin 1960) ? - Oui très bien, je ne dirais pas que je le connais par cœur, oui oui oui… mais écoutez… il a raison à deux pour cent… il a raison à deux pour cent… peut-être à cinq pour cent (affirmation). Si on pouvait faire le même discours ici avec des mauvais employeurs, avec des chauffards, avec des types… lisez les journaux. Des types qui poignardent les flics, des types qui ci, des types qui là. Le père qui vient rosser le professeur de son fils à cause de ses mauvais résultats. Tout ce qu’on lit dans les journaux tous les jours, c’est affreux (relativisation) ! (Interview bkf1 ; question 26a) Les répondants reconnaissent que des exactions aient pu se produire et comparent la situation actuelle en Belgique afin de relativiser la valeur négative de ces actes : « nous avons peut-être été parfois incorrects, mais il existe aussi des gens comme ça en Belgique ». En outre, la comparaison peut ne pas se référer à un contexte intergroupe particulier mais se situer à un niveau de catégorisation plus inclusif, opérant une comparaison entre êtres humains, quel que soit leur groupe d’appartenance. Le contexte de comparaison ne portant plus

77


RESULTATS

sur une différenciation groupale, ce sont les êtres humains entre eux qui sont objets de la comparaison, catégorisés selon la valence de leurs comportements ; la société est alors dichotomique, offrant un contexte naturel et normal où bons et mauvais sujets se côtoient. Extrait 10 Enquêteur : Quelles étaient les attitudes des Belges coloniaux à l’égard des Congolais ? - Dans l’ensemble très bonnes (relativisation)… avec quand même toujours des, des, des… (affirmation) mais ça c’est dans, dans toutes sociétés hein (relativisation)! Il y en a qui respectent tout et il y en a d’autres qui méprisent. Mais dans l’ensemble disons que la majorité des Belges (relativisation) qui étaient au Congo heu… ça marchait très bien avec les indigènes… (Interview bap1 ; question 17) Extrait 11 Enquêteur : Quelles étaient les attitudes des Belges à l’égard des Congolais ? - (…) Mais les Blancs en principe y étaient respectueux de leurs serviteurs comme ici on peut l’être avec des serviteurs. Et paternalistes, probablement paternalistes, oui, fort. Sauf ceux… (affirmation) encore une fois ça dépendait des gens, il y a des gens qui sont méprisants partout, il y a des gens qui sont humains partout (relativisation). (Interview bap3 ; question 17) Par une présentation sociale d’autres groupes délictueux ou d’une société manichéenne, le colonial déplace l’accusation à l’encontre de son groupe sur d’autres entités. Il tente ainsi de focaliser l’attention de son interlocuteur sur les comportements de ces dernières. Etant accusé, il en accuse d’autres. Ceci étant particulièrement manifeste dans l’extrait qui suit : Extrait 12 Enquêteur : Qu’est-ce qu’elle a apporté de… de négatif… (la période léopoldienne) ? - Eh… moi je crois que, enfin heu… c’est peut-être mon tempérament qui est comme ça mais je crois que euh… on, on leur apportait un mieux enfin (correction). Pour autant que notre système heu… de consommateur à outrance hein !… à l’heure actuelle pff, ça n’est pas… ça n’est pas l’idéal enfin hein, on devrait mieux partager les choses, c’est comme ça (relativisation). (Interview bap1 ; question 9a)

78


RESULTATS

Cette réponse dénote un malaise, une brusque coupure dans la phrase reflétant une certaine incohérence entre les deux termes résultant de cette séparation. En outre, dans la première partie, le sujet ne répond pas à la question qui lui est posée, il semble ne pouvoir envisager de potentiels aspects négatifs attachés aux actions des coloniaux belges ; il s’agit d’une inférence possible si l’on prend en compte la réponse dans son ensemble. La recontextualisation positive et la comparaison stratégique sont en fait intimement liées et marquent l’ambiguïté qui entoure cette co-présence de la reconnaissance et de l’évitement. Ces deux types de pattern mis en exergue dans les discours ont semble-t-il pour fonction d’offrir – socialement ! – une présentation de l’action coloniale comme positive dans son ensemble. Extrait 13 Enquêteur : Certains auteurs ont dénoncé des exactions commises par le régime de Léopold II, qu’en pensez-vous ? - Mais les autres histoires… il y a peut-être eu des exactions (affirmation), des gens qui devaient produire autant de caoutchouc et qui n’y parvenaient pas, ça se peut, mais ça c’est purement individuel et dans n’importe quel pays, même ici en Belgique, vous trouverez des gens, prenez les soldats partis au Kosovo, vous aurez des exactions de la part de l’un ou de l’autre sur l’ensemble et ça c’est toujours (relativisation) mais c’est pas de ça qu’on peut déduire que l’œuvre de Léopold II était néfaste parce qu’il y a une personne sur mille qui a fait, c’est impensable (relativisation). Et le côté positif c’est les routes, c’est l’ouverture à la civilisation, je ne parle pas des missions parce que ça c’est un autre sujet, c’est de leur donner un certain mode de vie qui était tout à fait contraire, surtout leur donner la paix, empêcher l’esclavagisme23 (raison de la correction), tout ça c’est un actif qui vaut des montagnes à côté d’un petit grain de poussière (relativisation). (Interview btp3; question 9) Le négatif est recontextualisé, mais cela semble insuffisant. Le répondant doit en outre présenter la situation comme universelle : évitement par le biais du positif, « confrontation » par la comparaison. 23

Nous n’avons pas considéré les références nombreuses à l’abolition de l’esclavagisme des Congolais par les Belges comme un changement du contexte intergroupe Belge/Congolais par un contexte Congolais/esclavagiste. Ceci en raison de notre « analyse interactionnelle » nécessitant une présence explicite ou implicite de revendications. Nous pensons néanmoins que le caractère itératif de cette focalisation sur l’abolition esclavagiste remplit une fonction de légitimation de l’action coloniale par référence aux valeurs des droits de l’homme.

79


RESULTATS

Relativisant les actes de son groupe connotés négativement par une mise en contexte positif ou par le choix stratégique du groupe de comparaison, le sujet peut aussi recourir pour ce faire à des représentations stéréotypiques permettant une certaine justification des exactions commises. Toutefois, ces mécanismes ne sont pas mutuellement exclusifs, la comparaison stratégique peut tout à fait s’accompagner de formations stéréotypiques : Extrait 14 Enquêteur : Quelles étaient les attitudes des Congolais à l’égard des Belges ? - Ben je pourrais dire encore sur les Belges, il y avait des Belges qui se fâchaient parce qu’ils n’ont pas la même notion. Nous avons, nous, par nos jouets des notions de perspective, de ligne droite, etc. L’Africain, il connaît la ligne ronde. Il met un piquet et une ficelle et il fait le tour. Donc quand on leur a dit de faire un bâtiment, c’est difficile, il faut bien regarder, sinon le mur va comme ça. Le Blanc se fâche, bon, ce n’est pas facile, parce qu’ils n’ont pas été éduqués comme nous, ils n’avaient pas les mêmes jouets, etc. Donc ce n’est pas facile à eux de s’adapter. Alors il est évident que de temps en temps il y avait les Blancs qui se fâchaient sur eux (affirmation), comme ici on se fâche sur son domestique quand il a mal travaillé (relativisation). Mais dans l’ensemble c’était très cordial et nous avons gardé beaucoup d’amitié avec ces gens là. (Interview bkf4 ; question 16) c) les stéréotypes comme justification

Cette catégorie comprend 26 réponses, 14 se référant à une période non vécue, 12 à une période vécue. Ce type de défense a été mis en évidence chez 13 sujets différents. L’analyse des discours coloniaux révèle la représentation stéréotypée que nos répondants belges peuvent se faire des Congolais, « homogénéisés dans une radicale hétérogénéité » (MEMMI, 1985. p. 145). Ces croyances à propos de caractères, d’attributs ou de comportements propres à un groupe social participent d’une certaine justification des méfaits attribués aux coloniaux belges. L’attitude paternaliste inhérente au système colonial est l’un des aspects faisant l’objet d’une critique de la part des « anti-colonialistes » qui voient dans celle-ci un certain comportement abusif ou même raciste. Les coloniaux interrogés insistent au contraire sur cette relation « parentale » pour expliquer l’attitude adoptée face au colonisé :

80


RESULTATS

Extrait 15 Enquêteur : le peuple congolais a-t-il une dette envers le peuple belge ? - Evidemment, incommensurable je vais dire, puisque je vous ai dit tout à l’heure qu’on leur a tout apporté, bien sûr avec des travers (revendication et affirmation) mais comme un fils a une reconnaissance vis-à-vis de son père, même si son père a parfois tapé dessus (affirmation et correction). (Interview bpw1; question 37). Le paternalisme constitue une croyance en la supériorité des coloniaux belges – et plus largement des Belges – face aux colonisés. Mais cette discrimination est sournoise étant donné que la relation de comparaison est une relation que beaucoup se représentent comme harmonieuse et respectueuse. Certains coloniaux sont plus explicites dans leurs réponses et ne soulignent pas toujours cette relation « familiale » pour justifier certains comportements : Extrait 16 Enquêteur : Quelles étaient les attitudes des Congolais à l’égard des Belges coloniaux ? - A mon avis ils, ils étaient un peu sidérés, ils devaient être en… ils devaient voir cet envahissement comme heu… à peu p… ils devaient avoir peur, j’en sais rien moi. Et puis ils ont été colonisés vraiment, ils ont été emmenés pour travailler et… comme toute colonie ça ne devait pas être (affirmation)… c’était quand même des primitifs donc ils étaient un peu sous la coupe des Blancs (raison de l’affirmation), ça c’est certain ça. mais ils avaient quand même leur roi hein, leur roi tribu, leur roi de, de tribu qui était quand même en bonne relation avec les coloniaux, je suppose ! (Interview bap3 ; question 5) Extrait 17 Enquêteur: Quand et comment avez-vous entendu parler de ces exactions ? - On en parle maintenant mais c’est tout récent. Dans le temps, on n’a jamais parlé des exactions de Léopold II. Au contraire, hein, de notre temps… et c’est récent ça hein. Moi, je crois que, naturellement… tous les Belges qui étaient là ont… tout le monde… c’était pas tous des braves types (relativisation). Hein, de temps en temps, ils devaient taper un peu sur les Noirs (affirmation), comme c’est dans tous les pays enfin (relativisation). Il y a des dirigeants qui… euh ! … Maltraitent un petit peu. Et

81


RESULTATS

maintenant, il faut vous dire que les Noirs étaient paresseux (raison de l’affirmation). Il fallait presque taper dessus (affirmation)! (Interview bel1; question 9) Les représentations générales, telles que celles citées ci-dessus, peuvent justifier des comportements mais également permettre de transposer explicitement l’accusation sur les colonisés : Extrait 18 Enquêteur : Parmi ceux qui désiraient l’indépendance, pensez-vous qu’ils étaient tous d’accord avec le projet d’indépendance qui a été choisi ? - (…) Il n’y avait pas de projet d’indépendance, les projets les plus importants étaient de continuer à construire, à travailler, ils ont tout fait sauf ça et les Congolais voulaient tout simplement ce qui appartenait aux Blancs ! Ils violaient les filles des Blancs et des Noirs aussi (raison de la correction) et c’est ça les exactions (revendication, correction) ! Les objectifs étaient donc de continuer le chemin des Blancs mais eux n’ont pas su car ils n’ont pas le sens de l’épargne ni de respect. D’ailleurs je ne sais pas si vous le savez mais à l’ambassade si tu as l’occasion d’y rentrer vous allez remarquer qu’il n’y a plus de téléphones fixes mais que des mobiles car ils ont eu une facture de 1 milliard de francs que de communications chez Belgacom… ils ne savent pas anticiper les choses (raison de la correction) ! (Interview bab1; question 22) Extrait 19 Enquêteur : Certains auteurs ont dénoncé des exactions commises par le régime de Léopold II, qu’en pensez-vous ? - Ça m’étonne fortement, n’est-ce pas ? Il y a eu des problèmes (affirmation), parce que tout le monde n’a pas le même tempérament, et surtout que chacun là-bas, dans cet immense pays, n’est-ce pas, est un peu son propre chef. S’il y en a qui ont frappé, ce sont des gens qui étaient plus radicaux (correction), et il y en a d’autres qui étaient moins, qui étaient moins virulents, mais ce n’est pas la règle générale (relativisation) qu’on frappait. Cette histoire de couper les mains (revendication), ça c’est, ça, je ne sais pas, il paraît qu’ils ont fait ça, il paraît et que ce sont surtout les indigènes qui faisaient cela (correction) entre eux, n’est-ce pas ? C’était une loi entre eux, il y a eu des mains coupées, n’est-ce pas ? Il faut encore voir dans quelle région ça a eu lieu, parce qu’il y a eu, il y a beaucoup de différentes tribus au Congo. Je sais que 82


RESULTATS

nous avons eu à faire aussi à des tribus de cannibales… bon, oui, ces exactions, on met toujours cela en grande valeur, mais ce sont quelques exemples qui peuvent être malheureux (relativisation), et nous, on devrait dire, oui, ce sont des tâtonnements, n’est-ce pas, ça n’a certainement pas été fait dans un but de vouloir anéantir… c’est difficile à répondre l’intention de la personne qui aurait appliqué telle ou telle méthode. (Interview blw2; question 9) Ce déplacement de la faute sur l’exogroupe est particulièrement évident dans un autre extrait : Extrait 20 Enquêteur : Quand et comment avez-vous entendu parler de ces accusations ? - (…) Les Congolais parlent d’exactions (revendication) ? C’est moi qui pose la question. Moi je n’ai jamais tourné le dos à un Congolais car les Noirs sont des trouillards, des peureux, et donc se révoltent par peur (raison de l’affirmation) et engendrent des exactions (affirmation), voilà ce que je voudrais dire. (Interview bab1 ; question 9) Les représentations racistes semblent dans cette dynamique discursive remplir une certaine fonction. Ici, les comportements précèdent la croyance, c’est pourquoi nous pouvons la considérer « comme une justification et une rationalisation des empires coloniaux existants ou en train de se parachever »24 (FOUGEYROLLAS, 1985. p. 84). Néanmoins, nous ne pouvons concéder à ces tentatives un caractère d’efficacité immuable, prenant constamment en compte le contexte social de leur apparition. Le racisme dans un système colonial n’est pas une « volonté », un choix idéologique simplement posé, mais une exigence, une nécessité absolue, une composante défensive (MEMMI, 1985). Cette volonté de démentir les accusations à l’encontre des coloniaux belges fait transparaître des incohérences qui marquent une contradiction fondamentale entre des tentatives justificatrices et des velléités dissimulatrices. Extrait 21 Enquêteur : Quand et comment avez-vous entendu parler de ces exactions ?

24

Dans notre étude, le système est révolu mais ceci ne change en rien la pertinence de ces propos.

83


RESULTATS

- (…) Jamais, du temps de mon père, jamais un Blanc n’a tapé sur un Noir. Hein… il y avait le… euh… le chef, le sergent, hein, parce que tout un temps, donc mon père était à l’armée hein, au Congo mais moi j’ai jamais, jamais entendu… mon père n’a jamais, jamais, jamais tapé sur un Noir (déni), ça, ça non… il fallait, pour les faire travailler, parce que ce sont des fainéants (raison de l’affirmation) ! Il fallait leur donner la chicotte (affirmation) ! (Interview bel1; question 9) L’incohérence s’exprime ici par la présence simultanée d’un déni de la revendication – explicitement exprimée dans la question – et de son affirmation. « L’exploitation coloniale, l’oppression et la répression qui l’accompagnent sont, à la fois, justifiées et occultées, légitimées et transfigurées par le mécanisme d’une idéologie dont le contenu est le racisme » (FOUGEYROLLAS, 1985. p. 86). Nous percevons un racisme spécifique que nous nommerons « racisme fonctionnel », défense stratégique reflétant l’imperfection du refoulement – individuel et social. d) dénis, affirmations, et justifications : les antinomies du discours colonial

La catégorie ici présentée comprend 25 questions dont 13 se rapportent à une période non vécue et les 12 autres à une période vécue. Ce type de défense a été mis en évidence chez 17 sujets différents. Les résultats exposés jusqu’à présent dénotent une tentative des répondants de dissimuler les exactions dont on les accuse, mais dans un même temps ils semblent ne pas y parvenir avec succès. La véritable confrontation à l’événement semble impossible, le répondant cherchant alors à se justifier, à minimiser l’ampleur des actes concernés. Son discours peut marquer une volonté d’abréger les références aux faits connotés négativement, mais il lui est dans le même temps nécessaire de les reprendre pour mieux les écarter. Dans cette tâche, le sujet navigue entre une reconnaissance des faits, relativisés ensuite, et un déni de ces mêmes faits. Extrait 22 Enquêteur : pensez-vous que l’activité du régime de Léopold II a été bénéfique aux populations locales ? Pourquoi ? - Ben nécessairement. Parce qu’on raconte qu’il y a eu dix millions de morts, hein ? C’est ce qu’on raconte partout. Alors un jour il y a un, euh, j’oublie son nom, il a

84


RESULTATS

un prix Nobel, Anglais très connu, le nom m’échappe, et il était aux États-Unis, il écrit voilà, Léopold II c’était les mains coupées (revendication). Il y avait à New York à ce moment-là, qui y restait pendant quinze ans, un certain Gurist notamment qui était un homme vraiment remarquable (…) Il écrivait ceci (…)… et jamais aux États-Unis les gens de la Louisiane ne tuaient leurs esclaves sinon ils n’avaient plus de main d’œuvre, hein. Deuxièmement, l’histoire de mains coupées, en Amérique, on avait à un moment donné un petit journal américain, local dans un état américain, on a écrit : « les Belges ont coutumé les mains coupées » (…) Bon, on a exagéré (correction), Il y a eu des mains coupées, on coupe toujours les mains en Arabie, ça se faisait chez des Noirs et il y a eu parfois des excès (affirmation) c’est-à-dire que, euh… pour justifier des balles qu’ils avaient dû employer contre des révoltés ou quoi (raison de l’affirmation), il y avait des Congolais qui peut-être une fois de temps en temps (correction) ont été amputés des mains, c’est possible. Mais la commission d’enquête qui a été composée d’un Suisse, d’un Belge, et d’un Italien, ils ont dit jamais, jamais, on a admis le coupage des mains (déni) (…) Mais il arrivait parfois, des « manges Congo » qu’on ne savait pas surveiller, qu’il y avait des types qui ont fait des exagérations (affirmation), c’est inévitable comme on voit dans nos pays quoi (relativisation) (…). (Interview bkf4 ; question 8) Le répondant affirme l’existence d’exactions, les relativise, et dans un même temps les dénie indirectement par la référence à une commission d’enquête ayant abouti à la conclusion qu’aucune exaction n’a été acceptée au Congo. Conflit perpétuel entre un désir de se présenter positivement et une impossibilité de nier de façon absolue et définitive : Extrait 23 Enquêteur : Et comment on peut expliquer qu’il y a peu de Congolais qui occupaient les hauts postes administratifs ? - Mais parce qu’on a peut-être été un peu trop lentement (revendication et affirmation), mais dans… pour moi c’était très bien, parce que si on avait été… on a été trop vite (correction) ! Le 30 juin pour moi c’est comme une grosse entreprise industrielle en Belgique, on bombarde heu… grand patron un gamin de 14 ans… c’est ça qu’on a fait au Congo. (Interview bap1 ; question 18)

85


RESULTATS

Extrait 24 Enquêteur : Il y avait quoi alors dans son discours (de Lumumba) ? - Il a dit : « On nous a traités comme des esclaves, on nous a tutoyés, on nous a méprisés etc. (revendication) (...) », c’est pas vrai (déni) ! Oui c’est vrai ! De deux à cinq pour cent maximum (affirmation et relativisation) ! Au contraire, on a soigné nos travailleurs, nos boys. Quand il y avait une naissance, on venait l’apporter (…) (Interview bkf1 ; question 26 a) Les sujets ne pouvant totalement admettre les reproches d’autrui, doivent, pour tenter de s’en débarrasser, recourir à des représentations à caractère raciste, à une mise en contexte positive ou encore à une modification du groupe de comparaison. Le déni, accompagné de justification ou de relativisation, est caractéristique du discours colonial. Extrait 25 Enquêteur : Quelles étaient les attitudes des Belges coloniaux à l’égard des Congolais ? - (…) Une chose que j’ai oublié de dire, quand Lumumba dit dans son discours odieux (revendication), atroce, qu’ils étaient battus matin, midi et soir, je vais vous dire que c’était absolument faux (déni). Pourquoi, parce que c’était strictement interdit. Et si un Blanc avait frappé un Noir, et bien le Noir pouvait aller immédiatement se plaindre et le Blanc était alors puni (raison du déni). Et je peux d’ailleurs citer des exemples, n’est-ce pas. Donc il était non seulement interdit mais on y pensait même pas, encore que parfois, un geste de mauvaise humeur, vous avez déjà parfois frappé votre enfant, enfin vous n’êtes pas encore mère (affirmation et correction). On frappe parfois son enfant lorsqu’il a fait une bêtise, mais si on le faisait, c’était tout de suite puni (…). (Interview bpw1 ; question 17) Ces contradictions inhérentes au discours des coloniaux peuvent révéler des « erreurs », sorte d’ « aveu implicite » dégagé de tout contrôle subjectif : Extrait 26 Enquêteur : Quels étaient à votre avis les attitudes des Congolais à l’égard des Belges ? D’après donc, comme vous n’étiez pas là, d’après ce que vous… ? - D’après ce qu’on raconte, on raconte un tas d’histoires actuellement, on raconte que Léopold II a fait couper la main de je ne sais combien de Congolais (revendication)

86


RESULTATS

alors que c’est de la vaste fantaisie (déni). Mais on ne relève jamais l’autre côté de l’esclavage où on emportait un tas de Noirs du Congo pour être esclaves ailleurs (affirmation et correction). (Interview bap1 ; question 5) Nous avons pu voir ci-dessus comment l’individu catégorisé comme membre d’un groupe peut réagir afin d’écarter les faits négatifs qui sont reprochés à ce même groupe. L’intérêt est aussi de mettre en exergue les éléments sur lesquels s’étaye le répondant pour dénier ou corriger ces mêmes faits. e) dénis, corrections et leurs justifications

Cette catégorie est formée de 42 réponses dont 17 se réfèrent à une période non vécue et 25 à une période vécue. Ce type de défense a été mis en évidence chez 17 sujets différents. Dans cette catégorie, l’intérêt est de mettre en évidence les arguments avancés par les répondants pour justifier le déni ou la correction de faits reprochés à l’action coloniale. Nous étudions donc les justifications accompagnant les réfutations. Ces défenses peuvent être explicites ou résulter d’une construction plus complexe nécessitant une analyse plus rigoureuse. Dans un premier temps, les réponses des anciens coloniaux peuvent emprunter, lorsqu’il y a déni ou correction, une voie qui néglige une argumentation construite, ce que nous reprenons sous le terme de « déni simple » : Extrait 27 Enquêteur : Quels sont les principales actions du régime de Léopold II ? - (...) Léopold II a mis beaucoup d’argent à lui dans le Congo, il a essayé évidemment d’en retoucher un juste intérêt ; ce qui fait qu’il a également exploité les richesses naturelles comme le caoutchouc et c’était le caoutchouc naturel… et là je voudrais rectifier une légende : on a prétendu que ceux qui ne récoltaient pas assez de caoutchouc, on leur coupait les mains (revendication), ce qui est complètement absurde (déni) parce que quelqu’un qui a les mains coupées, il va encore rapporter moins de caoutchouc qu’avant, soyons clairs (raison du déni). (Interview blw1; question 9) Extrait 28 Enquêteur: Vous souvenez-vous des différents discours prononcés ce jour-là (le 30 Juin 1960) ? 87


RESULTATS

- Lumumba (…) C’était un discours triomphant, revanchard (…) Sans oublier qu’il était agressif, mordant par ses propos excessifs. Je m’explique, on peut avancer un mensonge de taille de manière très convaincante (revendication, déni) et tout le monde y croit en l’existence de ceci vous voyez ? Il était excité d’avoir cette indépendance et il a dû déployer toutes les armes de le rhétorique pour arriver à sa fin (raison du déni). (Interview bab4; question 26) Ces dénis simples, fréquents dans les réponses des anciens coloniaux, figurent le peu de fondement des prémisses et par extension de la conclusion à laquelle ils veulent arriver. Ce manque patent de validité de l’argumentation réside sans doute dans le fait que la conclusion précède les prémisses dans le raisonnement « inductif » (MOSCOVICI, 1976). Cette construction argumentative exprime aussi cette « toute-puissance de la pensée », transcendant parfois les lois de la nature, à la limite de l’ubiquité quand il s’agit à tout prix de défendre une position : Extrait 29 Enquêteur : Comment expliquez-vous la mort de Patrice Lumumba ? - Je sais que depuis quarante ans, on recommence indéfiniment des Commissions parce qu’il faut absolument établir que patrice Lumumba est mort à cause des Belges, il faut qu’on y arrive, on y arrivera peut-être encore, on fera encore d’autres Commissions car on veut arriver à cela. En fait, moi j’étais à Elisabethville quand Lumumba est mort, je n’ai pas assisté à la scène, parce qu’il ne faut quand même pas rêver, Elisabethville est une ville, pas comme Bruxelles, mais enfin si vous habitez un quartier, vous ne voyez pas ce qu’il s’y passe ailleurs. Je sais qu’il a été tué du côté de l’aéroport, dans un endroit que je connais bien où il y avait les maisons des pilotes de la SABENA… heu… c’est tout, c’est tout ce que je sais, je crois savoir qu’il a été embarqué dans un avion et qu’il a été tabassé dans l’avion, je ne pense pas qu’il y avait des Belges à bord de l’avion, je ne pense pas (revendication et correction), enfin je n’étais pas là, mais je ne pense pas que les Congolais avaient besoin que les Belges soient là pour assassiner Patrice Lumumba (raison de la correction) vous savez. (Interview bsb3; question 29)

88


RESULTATS

D’aucuns s’étayent sur les publications de certains auteurs pour justifier leur position. Ils ne sont ainsi plus « seuls » dans la réfutation : d’autres membres – partageant la position de l’endogroupe – tiennent les mêmes propos. Extrait 30 Enquêteur : Certains auteurs ont dénoncé des exactions commises par le régime de Léopold II, qu’est ce que vous en pensez ? - Pff… évidemment ! … moi je ne crois pas que ce soit vrai (correction). Enquêteur : Vous ne rentrez pas dans ce débat ? - Je ne crois pas que ce soit vrai (correction) et de toute façon suffisamment de gens importants et vraiment connaissant à fond le problème ont démenti ça pour que je sois certain que ce qui a été dit est faux (raison du la correction). (Interview bnd4; question 9) Extrait 31 Enquêteur : Comment décririez-vous les grandes périodes historiques depuis l’installation des Belges au Congo jusqu’au moment de l’indépendance ? - Je pense que l’on peut partager ça en, euh… une première période c’est de 1885-1909, non je dirais 1885 jusque vers 1900, qui était la période de l’état indépendant où il y avait d’une part à reconnaître le territoire et secondo à en débarrasser de son fléau le plus horrible qui était l’esclavagisme (…) Ensuite il y a la période jusque 1908 qui est une période de stabilisation mais en même temps de contestations dans ce sens que euh, le roi Léopold II s’est trouvé en but à des accusations (revendication) absolument non-fondées de malversations, ce qui est absolument faux (déni). Le professeur Jean Stengers qui était professeur à l’ULB a écrit un ouvrage qui s’appelle « le Congolais » où on rapporte que les accusations portées sur la façon dont Léopold II gérait le Congo ne sont pas fondées (raison du déni) (…). (Interview btp1; question 3) Ce partage, avec des personnalités socialement reconnues25, d’une mémoire collective commune, a en vérité peu de valeur pour la réfutation. Nous sommes bien conscients que la référence à un individu qui a les mêmes opinions est sélective, c’est-à-dire que le choix de

25

Nous verrons que le colonial « utilise » des membres prototypiques à la fois pour l’endogroupe et pour l’exogroupe.

89


RESULTATS

l’information, comme de celui qui la véhicule, est stratégique26. La différence se situe ici au niveau de l’étendue sociale du « prosélytisme » ; l’individu chef de la meute, maître spirituel du groupe, possède une influence plus large, et par extension une reconnaissance plus grande de ses pairs ; il est l’individu qui représente au mieux les opinions du groupe27. Ceci explique donc qu’on s’y « intéresse ». Pour que l’individu soit considéré comme « expert », il faut donc qu’il partage les mêmes valeurs. Cette similarité précède la reconnaissance de l’expert et la détermine. Ce n’est donc pas une expertise investigatrice qui définit la réalité mais la réalité endogroupe qui définit qui est compétent dans le rôle d’« expert ». D’autres s’appuient sur leurs expériences personnelles pour justifier l’action collective, et ainsi reléguer les accusations à l’encontre de l’endogroupe au rang des inepties. Extrait 32 Enquêteur : Quand et comment avez-vous entendu parler de ces accusations ? - (…) Pff ! Dans les journaux, dans les journaux et de toutes façons nous sommes tenus au courant de ce qui se dit quand même, aussi bien en mal qu’en bien, c’est repris par exemple dans notre revue Congo-Urundi, par exemple. Enquêteur : Et vous en aviez déjà entendu parler auparavant ? - Non, ce sont les médias qui s’en sont emparés maintenant. Mais nous avions des journaux également au Congo, ce n’est pas ça. Mais franchement je n’ai jamais vu de mauvais traitements (correction et raison de la correction), personnellement, alors comment vous répondre autrement (…). (Interview bnd4, question 9a) Extrait 33 Enquêteur : Quelles étaient les attitudes des Congolais à l’égard des Belges coloniaux ? - (…) C’est pas maintenant, maintenant on verrait ça avec d’autres yeux. Mais dans le moment même c’était la politique idéale. Si vous lisez ce que je vous enverrai euh…vous verrez ce que c’était la vie à ce moment-là. Moi je dois dire que les Noirs ne me portaient pas en triomphe, mais j’étais très, très bien vu, j’ai jamais frappé sur les Noirs, j’ai jamais rien fait, j’ai trente ans de Congo et j’ai toujours été bien, j’ai jamais sorti un mot, comment, de nègre ou de macaque ou des choses pareilles, jamais, jamais, 26

Naturellement, la comparaison la plus « utile », portant sur le jugement de certaines croyances, est celle qui se base sur un membre prototypique « similaire » (SULS, 2000). 27 Comme dans la catégorie de défense où l’individu compare stratégiquement, nous sommes dans un contexte de comparaison. La différence est ici que cette comparaison est intragroupe.

90


RESULTATS

mais on l’a reproché à certains de mes agents qui l’ont fait et il y en avait des tas comme moi, pas tous mais on va chercher alors des petites exceptions (revendication et correction). (Interview btp3; question 16) En réalité, ces justifications étayées sur l’expérience subjective semblent avoir pour fonction de rassurer l’individu, créant une confusion entre les comportements collectifs et individuels. Cette attitude personnelle respectueuse de l’exogroupe ne signifie pas pour autant comme corollaire une absence de responsabilité collective (MEMMI, 1985). Comme ci-dessus, nous constatons la « confusion » entre le raisonnement déductif et inductif ; les faits appuyant l’argumentation sont prédéfinis, résultant d’une recherche informationnelle stratégique donnant l’illusion que la construction est inductive alors qu’elle est purement déductive. La « loi universelle » (« l’action coloniale belge est globalement positive ») prédomine. Une façon plus « subtile » de remettre en question la valeur de vérité accordée aux critiques de l’exogroupe réside dans la présentation d’un des ses membres prototypiques, c’està-dire l’individu qui représente le mieux les membres du groupe revendicatif – et donc leurs points de vue. On attribue alors à ce dernier des caractéristiques, qui, par association, vise à réduire la crédibilité des revendications qu’il formule. Extrait 34 Enquêteur : Quelle image avez-vous de Patrice Lumumba ? - Ah ! J’ai des amis qui l’ont bien connu. Lumumba c’était un évolué, intelligent, mais caractériel, et il a eu le drame pour la première partie qu’il a créée. Il était employé de la poste et il a pris l’argent dans la caisse. Cent ou deux cents mille francs de l’époque hein ! Et on l’a condamné pour ça et on l’a condamné dans une sorte de prison si on veut, et c’est un homme condamné pour ça qui est sorti de prison (correction et raison de la correction)… parce que pour les élections, etc. Alors cet homme a changé tout à fait (…) (Interview bkf4; question 27) En énonçant les comportements délictueux (hypothétiques ?) passés de Lumumba, le répondant définit ce dernier comme peu digne de confiance, et, par extrapolation, nous indique qu’il doit en être de même pour les propos qu’il a pu tenir à l’encontre de l’action coloniale belge au Congo, tentant ainsi de retirer aux accusations de Lumumba (et donc de tout l’exogroupe) leurs valeurs de vérité. Le même mécanisme – d’évitement – visant à « diaboliser

91


RESULTATS

la victime » est à l’œuvre dans le refus de l’opinion publique belge de mettre en cause ceux qui ont concouru à la fin de Lumumba (BRAECKMAN, 2002b. p. 38). Celui qui s’oppose à la représentation groupale que l’ancien colonial veut donner du passé, doit être décrédibilisé, et, indirectement, ses prises de positions le sont aussi. Extrait 35 Enquêteur : Certains auteurs ont dénoncé des exactions commises par le régime de Léopold II, qu’en pensez-vous ? - Mais il y a eu énormément d’articles, d’abord les articles c’était par les Anglais, un Anglais surtout qui a été pendu pour trahison pendant la guerre (raison du déni). Euh et… euh… tous ces articles ont quand-même été réfutés par après (déni), on ne va pas s’étendre là-dessus, il y a des bouquins entiers là-dessus (…). (Interview btp3 ; question 9) Extrait 36 Enquêteur : Il y avait quoi dedans (dans le discours du 30 juin 1960) ? - La Belgique offrait l’indépendance à sa vieille colonie. Mais c’est très beau tout ça ! Le discours de Baudouin, c’est très beau hein ! Maintenant, ça a été fait en français. Vous croyez qu’en brousse on a compris ? C’est la même chose quand la Braeckman28 (revendication) va au Congo, la correspondante du soir, elle ne connaît pas le Bangala, elle ne va pas dans les villages, elle a affaire aux politiciens dont la langue maternelle n’est même pas le français, mais bon ils l’ont apprise à l’école, ils en parlent etc. Mais ils racontent ce qu’ils veulent (raison de la correction). Elle ne connaît pas le Congo (correction) ! Elle ne connaît pas l’âme congolaise ! Comme vous ! Hi hi hi hi ! Excusez-moi, je ne veux pas être méchant ! Si vous n’avez pas été là, vous n’avez pas vécu là (…). (Interview bkf1; question 26) Nous percevons cette double mécanique stratégique appuyant sa construction argumentative tantôt sur l’endogroupe, tantôt sur l’exogroupe. Il semble en effet logique que la référence positive à l’« expert » de son groupe voie la référence négative à l’« expert » de l’autre groupe concerné. En outre, les coloniaux expliquaient souvent le désir d’indépendance des Congolais (donc ici non pas de l’ « expert » exogroupe mais de la « masse » elle-même) par 28

Le répondant fait naturellement référence à Collette Braeckman… dénonciatrice sans relâche des méfaits de la colonisation.

92


RESULTATS

leur seule volonté d’acquérir les mêmes richesses matérielles que les Blancs, ou encore que les Noirs n’étaient pas à même de comprendre la signification d’indépendance. Bien que ces propos n’aient pas été traités dans nos analyses de discours, car ne s’intégrant pas dans le modèle de HOEY (2001), nous pouvons néanmoins juste avancer, au vu des autres résultats, que c’est une façon pour les coloniaux de discréditer les récriminations congolaises, et par extension d’éviter les reproches qui leur sont faits. f) les mots tabous

L’évitement peut se manifester dans un type de pattern compris dans la réponse d’un sujet, comme nous l’avons mis en exergue ci-dessus. Il est également possible que nous constations dans les réponses un indice d’évitement par l’absence de référence à des mots connotés négativement. Le lecteur constatera naturellement que l’absence d’un mot dans une réponse ne peut donner lieu à l’identification de ce dernier par le chercheur. Toutefois, comme dans un texte tronqué où nous devrions nous aider du contexte offert pour retrouver le mot qui manque, le discours nous offre des indices sémantiques et des associations qui nous permettent de réaliser certaines inférences. Ces mots tabous, non-dits, ne sont pas systématiquement détectés dans l’ensemble des interviews. Nous proposons de citer les extraits de chaque réponse où nous retrouvons ce type d’omission. Ceux-ci sont présentés sans les éléments (revendication, affirmation, etc.) que nous avons repris dans les extraits ci-dessus. - Dans l’ensemble très bonnes… avec quand même toujours des, des, des… mais ça c’est dans, dans toutes sociétés hein ! (Interview bap1; question 17) ; - Ah! Baudouin pour moi heu! Faisait tout pour que ça marche au Congo, enfin il n’a jamais été heu !… Il défendait au fond un patrimoine que son ancêtre avait donné à la Belgique, mais pas pour heu !… Pour qu’il se développe. (Interview bap1; question 26) - Ils devaient avoir peur, j’en sais rien moi. Et puis ils ont été colonisés vraiment, ils ont été emmenés pour travailler et… comme toute colonie ça ne devait pas être… c’était quand même des primitifs (…). (Interview bap3; question 5) - Moi j’ai pas forcément l’impression qu’elle était si mauvaise mais forcément ils étaient là visà-vis de gens qui étaient tout à fait incultes et ils ont dû agir comme… (Interview bap3, question 6)

93


RESULTATS

- Ca dépend encore une fois des Blancs mais il y en avait qui étaient paraît-il respectueux de leurs serviteurs, comme, comme ici quoi, ici aussi il y a des… (Interview bap3; question 14) - Les Blancs en principe y étaient respectueux de leurs serviteurs comme ici on peut l’être avec des serviteurs. Et paternalistes, probablement paternalistes, oui, fort. Sauf ceux… encore une fois ça dépendait des gens, il y a des gens qui sont méprisants partout, il y a des gens qui sont humains partout. (Interview bap3; question 17) - Moi je considère que c’était des pionniers quoi ! C’était des gens qui étaient là pour bâtir, pour découvrir quoi. Vous dire qu’ils étaient… non aucune idée. A mon avis ça a toujours été une attitude humaine. (Interview bnd4; question 6) - Bon, qu’il y ait eu des gens qui aient été des exécuteurs, des bas-œuvres là dedans, oui c’est possible, mais à mon avis c’est surtout la faute de Kasavubu et Mobutu. C’est les deux instigateurs de la… je suis quasi persuadé que c’est surtout Mobutu, parce que Mobutu voulait devenir le chef. (Interview bnd4; question 29) - Non, non… c’est comme une légende, moi je me souviens qu’avant que j’y mette les pieds on me racontait qu’il y avait des Blancs… des classiques quoi et je n’en ai jamais entendu parler là-bas sur place. (Interview bsb2; question 9) - Moi, je crois que, naturellement, tous les Belges qui étaient là ont… tout le monde… c’était pas tous des braves types. (Interview bel1; question 19a) Ces « absences » dans le discours ont été constatées à dix reprises chez cinq sujets différents. Ce résultat, certes assez faible, que nous pourrions d’ailleurs énoncer peu empreint de signification à un niveau quantitatif, est néanmoins intéressant. Il offre une illustration supplémentaire de la volonté des sujets d’écarter des éléments difficilement gérables, menaçants. Dans l’ensemble, nous avons détecté 163 types de défense appartenant à une des catégories mises en évidence ci-dessus (voir tableau 4). Ce résultat confère donc aux stratégies défensives un caractère itératif. Parmi celles-ci, la moitié (50.92%) correspond à la période léopoldienne, que les anciens coloniaux interrogés n’ont donc pas vécue ; l’autre moitié (49.08%) se rapporte à des questions dont le contenu porte sur la période coloniale sous administration belge, vécue par les anciens coloniaux. Ces résultats indiquent une absence d’association entre période historique et défense ; les coloniaux tentent donc de se protéger des éléments négatifs attachés à la colonisation, et ce quelle que soit l’incidence personnelle dans la période concernée.

94


RESULTATS

Relativisation Comparaison Stéréotypes Antinomies Dénis Mots positive tabous

Total

BAP1 BAP2

1

3

1

3

1

2

11

3

x

x

1

3

x

7

BAP3

2

4

5

2

1

4

18

BAB1

1

x

3

2

1

x

7

BAB4

3

1

1

x

3

x

8

BEL11

2

1

1

x

x

1

5

BKF1

4

3

2

3

3

x

15

BKF4

x

2

2

1

1

x

6

BLW1

1

1

1

1

6

x

10

BLW2

x

x

1

1

x

x

2

BLW3

x

x

x

1

x

x

1

BND1

3

1

x

1

2

x

7

BND4

3

3

0

2

4

2

14

BPW1

3

1

3

1

1

x

9

BPW2

x

x

x

x

x

x

0

BPW3

x

x

x

x

1

x

1

BSB1

1

1

x

1

2

x

5

BSB2

1

2

3

2

2

1

11

BSB3

2

x

x

1

2

x

5

BTP1

x

2

2

1

5

x

10

BTP3

3

2

1

1

4

x

11

Total

33

27

26

25

42

10

163

Tableau 4. Répartition des stratégies défensives des sujets en fonction du type de défense29.

La pluralité des stratégies défensives marque aussi la prégnance des reproches socialement véhiculés. Les faits objets de la récrimination sont reconnus (voir dans « résultats ») par les anciens coloniaux, et largement partagés dans le discours. Nous pouvons penser que c’est peut-être ce qui explique que le logiciel Alceste n’ait mis en exergue aucune corrélation entre le groupe des Congolais et une classe de discours relatant ces accusations.

29

Rappelons que différentes défenses peuvent provenir d’une même réponse et que de ce fait les fréquences dans le tableau ne se réfèrent pas nécessairement à différentes réponses.

95


RESULTATS

Le tableau ci-dessus nous permet par ailleurs de voir que les répondants ne font pas usage des différentes défenses de manière égale ; certains discours des répondants révèlent en effet très peu de défenses (BLW2, BLW3, BPW3) ou aucune (BPW230). En outre, celles-ci ne sont pas toujours réparties de manière homogène chez un même répondant. Ceci marque une « préférence » des individus pour certains types d’évitements. 2. Les Congolais

Comme nous l’avions prédit (hypothèse 5), l’analyse de discours des Congolais ne révèle pas de patterns tels qu’ils ont été mis en évidence chez les Coloniaux. Cela semble en effet assez naturel étant donné que la revendication, chez les sujets coloniaux, est attribuée à autrui, et que les Congolais ne sont pas la cible des reproches ; ils ne doivent donc pas se défendre et n’ont aucune culpabilité à avoir31 (ce qui nous est confirmé par les échelles de mesure). Un seul Congolais reprend donc les griefs attribués à un exogroupe : Extrait 37 Enquêteur : Qu’est-ce que la période coloniale belge a apporté de positif au Congo ? - Beaucoup de choses, même si on dit parfois le contraire (revendication), voilà, bon soit, il faut dire que, avant l’arrivée des Belges dans ce pays-là il y avait pas mal de maladies qui ravageaient pas mal de populations du Congo, entre autres la maladie du sommeil, la maladie euh… la malaria, et des tas d’autres maladies et euh… au crédit de la Belgique. On peut dire que si la plupart de ces maladies sont éradiquées c’est grâce au travail des pionniers qui sont venus au Congo après 1908 comme je disais tout à l’heure, donc ça c’est un point vraiment très positif de l’arrivée des Blancs sur le territoire du Congo. On peut aussi ajouter l’amélioration des conditions de vie, l’enseignement qui a été euh, enfin tout ça avant l’arrivée des Blancs, il n’y avait ni l’enseignement, ni la médecine euh, tout cela c’est à porter au crédit de la Belgique (correction). (Interview ctp4 ; question 14) 30

Alors que la moyenne de mots d’une interview pour les anciens coloniaux belges est d’environ 6476 mots, celle du répondant PW2 n’en compte que 2698. En outre, les propos de ce sujet, à la lecture de l’entretien, sont très laconiques. 31 Toutefois, il faut tenir compte de différents type de culpabilité. Ainsi, il serait tout à fait probable (même si nous ne l’avons pas constaté dans notre étude) que le sujet congolais vive une culpabilité s’apparentant à celle que l’on nomme « culpabilité du survivant »

96


RESULTATS

L’exemple qui précède est le seul dans lequel nous ayons pu remarquer une « revendication » ; le type de défense constitue une recontextualisation positive. Nous avons retrouvé dans le discours de deux sujets congolais32 (ap4 et nd2) des explications du comportement des Belges pendant la période coloniale, accompagnées d’une énumération des actions positives que ces derniers ont réalisées. Dans un contexte d’accusation (et en présence de la revendication), ces réponses constitueraient un type de défense. Néanmoins, l’affirmation n’en est pas une, c’est-à-dire qu’elle ne constitue pas pour nos sujets congolais une reconnaissance de ce que d’autres reprochent (une reconnaissance de la revendication telle que nous l’avons définie dans ce travail), étant donné que les Congolais sont les cibles de ces comportements passés. Comme le font les coloniaux, un répondant congolais tente de placer les faits connotés négativement et positivement dans un même ensemble où les premiers sont de ce fait relativisés : Extrait 38 Enquêteur : Et quels sentiments les Congolais devraient avoir à l’égard des Belges ? - Pour le moment ils ont du regret, surtout les… pas beaucoup de jeunes mais les gens âgés. Enquêteur : Qui ont vécu… - Qui ont vécu l’époque coloniale. Enquêteur : Ils regrettent l’époque où ils étaient là-bas, et par rapport à maintenant quand on voit ce qui s’est passé, quels autres sentiments ils ont vis-à-vis des Belges les Congolais, qu’est ce qu’ils devraient ressentir ? - Il y en a qui voyaient que les Belges faisaient pas du bien aux Congolais mais il y en a qui regrettent beaucoup parce qu’à dix ans, à l’époque belge on était malheureux, on était comme des esclaves mais malgré tout il y avait du boulot, du travail, on mangeait quand même, il y avait des écoles pour les enfants, des hôpitaux (…). (Interview cap4 ; question 36)

32

Rappelons qu’à la question évaluant la reconnaissance des exactions (question 9, 9a), AP4 et ND2 ont refusé de se prononcer.

97


RESULTATS

Le deuxième répondant tente d’expliquer les exactions en attribuant à l’endogroupe certains traits, selon lui caractéristiques de l’ « âme congolaise » : Extrait 39 Enquêteur : Et les mauvais côtés maintenant (de la période coloniale) ? - Tout le monde n’est pas fidèle, il y a ceux qui respectent et ceux qui ne respectent pas. Alors ce que les Congolais ne voulaient pas, il y avait les Européens qui les fouettaient… les fouettaient pourquoi ?… Parce qu’ils étaient têtus, parce qu’ils ne comprenaient pas. Si on leur demande quelque chose comme ça, ils ne font pas, alors il faut les fouetter, pour qu’ils puissent apprendre que ce qu’on leur demandait de faire ce n’est pas mauvais, c’est pour leur profit. Alors c’est ça que les gens prenaient comme mauvais côtés, si vous voulez… c’est ça que les gens ne comprenaient pas, alors il faut à ce moment là les fouetter pour qu’ils puissent se mettre sur le bon chemin. (Interview cnd2 ; question 15) Le sujet reprend en fait à son compte les stéréotypes véhiculés par l’exogroupe et, comme ce dernier, les utilise afin de justifier les exactions. Il forme au fond un auto-stéréotype de l’endogroupe, lequel s’appuie certainement sur les attitudes et les comportements de l’exogroupe. ; le portrait dégradant dont le colonisé est l’objet finit par être accepté par l’individu (MEMMI, 1985). Comme pour les coloniaux, ce comportement stratégique déplace la faute sur celui qui en est en réalité la cible. Toutefois, le sujet congolais ne tente pas dans cette réponse de justifier les actes de son groupe, mais de justifier ceux de l’oppresseur. Ainsi, la différence est fondamentale, reflétant quelles peuvent être les réactions qu’adopte l’individu victime d’un stéréotype. Toutefois, la complexité des relations intergroupes doit nous faire garder à la conscience l’importance de s’abstenir d’émettre des conclusions hâtives. Dans ce contexte, si nous même n’avons identifié q’un unique Congolais reprenant des reproches semblant être attribués à un exogroupe, ceci ne nous permet point d’inférer ce résultat à tout individu membre d’un groupe oppressé. Nous ne nous étendrons pas plus sur ces implications étant donné qu’elles s’éloignent du cadre de notre recherche.

98


IV. DISCUSSION

Nous voilà arrivés au moment où il nous faut replacer les résultats de la recherche dans le cadre théorique qui présidait ce travail. Cette discussion fera l’objet d’une division en différents points. Pour débuter, nous présenterons les résultats fournis par l’analyse de discours et leurs implications dans la compréhension du concept de culpabilité collective. Toutefois, nous ne poserons pas une frontière hermétique entre les résultats quantitatifs qui ont été de manière relativement satisfaisante répliqués, et l’analyse de discours qui clôt le chapitre précédent. Nos réfutations ne portaient en effet pas sur les résultats des recherches actuelles dans leur nature même mais au contraire sur l’interprétation qui en était donnée. De ce fait, les données recueillies seront replacées dans leur contexte théorique mais également croisées entre elles, chacune tentant d’appuyer les prédictions qui furent faites. Ensuite, nous essayerons de voir ce que nous pouvons retirer de cette recherche à travers les indices d’évitement que nous avons mis en exergue dans les discours. Par après, nous essayerons de souligner, en s’inspirant de notre étude, la difficulté à délimiter le concept de culpabilité collective. Enfin, avant de conclure, nous considérerons la position du chercheur dans notre recherche et, plus largement, dans toute étude psychosociale. Mais avant de mettre en perspective prédictions et hypothèses, rappelons les principaux résultats obtenus : 1. Malgré que nous obtenions chez nos répondants coloniaux une unique corrélation statistique négative entre le niveau d’identification, calculé sur un unique item, et la culpabilité collective, nous constatons chez ces derniers, fortement identifiés à la catégorie belge, une absence de culpabilité collective. 2. En prolongement de cette absence explicite de l’émotion considérée, les coloniaux refusent unanimement une compensation - s’étayant sur de possibles exactions - à l’intention de l’exogroupe des Congolais. 3. L’analyse Alceste révèle une unique classe de discours qui soit corrélée avec le groupe des coloniaux. Le thème de cette dernière porte sur des explicitations d’événements de l’histoire coloniale que nous avons considérées comme positivement connotées. En outre, les résultats fournis par le logiciel n’indiquent pas un partage d’événements « négatifs » plus important chez les Congolais.


DISCUSSION

4. Nous mettons en exergue à travers l’analyse de discours l’utilisation récurrente de différentes catégories de défenses par lesquelles le colonial tente d’éloigner les représentations culpabilisantes de l’histoire coloniale belge. De telles stratégies défensives ne sont pas perçues chez nos répondants congolais. A. L’évitement dans le discours

« Je vous dis tout de suite que je n’écoute plus la radio, je suis excédé par la monumentalité des désinformations, quand on parle du Congo à la RTBF, je change de programme, quand on annonce une émission à la télévision, je change de programme, je ne veux plus entendre cette histoire. Mais enfin, de toute façon, on reçoit quand même l’information ». (Interview bsb3 ; question 42)

Nous avons pu voir que certaines recherches attestent que parmi les émotions négatives, honte et culpabilité font l’objet d’un moindre partage social (RIME et al., 1994), ou sont, d’une manière plus générale, des émotions gardées secrètes (FINKENAUER et RIME, 1998 ; VERGRACHT, 1997). Dans tous les cas, les auteurs constatent que la culpabilité suscite des volontés d’abréger les discussions qui s’y réfèrent. Néanmoins, pour certains auteurs (DOOSJE et al., 1998 ; LIU et DRESLER-HAWKE, 2002), les émotions comme la honte ou la culpabilité, qui sont des menaces pour l’image du groupe, ne seraient expérimentées que par ceux qui sont prêts à accepter que leur groupe a mal agi. Ainsi, les sujets forts identifiés mettraient en place des défenses leur permettant de mettre de côté les éléments négatifs attachés à l’histoire de leur groupe. En replaçant la culpabilité collective dans son contexte naturel, en l’occurrence social, cette différence, dépendante du niveau d’identification, nous autorise à repositionner les stratégies de défense, nous permettant de la sorte de nous interroger sur leur caractère efficient. Nous avons appris que l’individu, membre d’un groupe auquel on reproche certains comportements, désire comme chacun jouir d’une identité sociale positive (TAJFEL, 1981). L’individu catégorisé à un niveau social aura ainsi une préférence à présenter les éléments positifs de l’histoire de son groupe. Toutefois, le chercheur étudiant une émotion comme la culpabilité collective doit savoir quelle valeur il accorde à la présentation sociale que les répondants nous offrent. En partant des résultats obtenus par l’analyse de discours, nous essayons d’indiquer pourquoi les patterns mis en évidence semblent constituer des stratégies d’évitement de représentations historiques connotées négativement. A partir de là, les scores

100


DISCUSSION

obtenus au niveau des mesures explicites de culpabilité et de réparation peuvent être repensés dans leur interprétation. Les catégories mises en exergue dans la section « résultats » semblent toutes remplir une même fonction. La recontextualisation positive, la comparaison sociale stratégique, le recours à des stéréotypes pour expliquer et justifier des comportements, ainsi que les justifications qui appuient le déni et la correction, sont des tentatives visant à éviter des faits de l’histoire défavorables à l’image du groupe. En ce qui a trait par exemple à la « recontextualisation positive », socialement parlant, le résultat semble effectif : la généralisation est temporairement réussie. Mais intérieurement le bon et le mauvais objet ne peuvent coexister pour les coloniaux interrogés. Le mauvais objet n’est pas perçu dans son unité, il faut pour ces derniers que les deux ne forment qu’un pour que le négatif n’existe alors presque plus, qu’il « disparaisse » ; le positif englobe le négatif et par là-même marque cette tentative d’évitement. Or, « comment ose-t-on comparer les avantages et les inconvénients de la colonisation » (MEMMI, 1985), si ce n’est dans le but de relativiser ces derniers1. De la même façon, la modification du groupe de comparaison procède d’une même volonté d’éloignement. Les coloniaux admettent qu’ils aient pu commettre à l’égard des Congolais des actes néfastes, mais d’autres groupes l’ont fait aussi. A un niveau de catégorisation supérieure, ils arguent de l’existence « de bons » et de « mauvais » individus, dichotomie sociétale inhérente à la nature humaine. Ces catégories découlaient d’une classification antérieure selon les critères définis par HOEY (2001). Comme ce dernier le constate dans les articles de journaux, nous avons retrouvé dans les réponses des coloniaux de nombreux usages du « claim-response pattern ». Les coloniaux reprennent ainsi tout au long de leurs discours des revendications qu’ils attribuent à un autre groupe (ou à un individu membre d’un autre groupe). Celles-ci, implicites ou explicites, portent sur ces pans de l’histoire qui font l’objet de polémiques dans notre société. Ainsi, à la lecture des « réponses coloniales », nous avons le sentiment que deux individus interagissent : le répondant et quelqu’un d’autre que l’enquêteur (HOEY, 2001). Par cette analyse de discours, il semble que nous ayons évité les défauts inhérents aux évaluations directes qui sapent les réactions à nos variables dépendantes pertinentes 1

MEMMI suit au fond l’adage énonçant que torturer un individu revient à torturer toute l’humanité. Il traite ainsi le positif indépendamment du négatif. L’opposé s’illustrerait par la déclaration de Madeleine Albright énonçant, lors de la guerre du Golf, que si les dommages collatéraux devaient faire des victimes chez les enfants, ce n’était que peu d’importance en regard du but poursuivi.

101


DISCUSSION

(BRANSCOMBE et al., 1999). Nous n’aurions pu voir ces tentatives d’évitement chez nos coloniaux uniquement sur base des réponses obtenues à l’aide de questions fermées complétées sur les échelles de mesure. Les relativisations de nos répondants nous font penser aux velléités des sujets de RIME et ses collaborateurs (1994) d’abréger les discussions dont le thème porte sur des événements culpabilisants. Au vu de nos résultats à l’analyse de discours, nous confirmons en outre que l’évaluation du caractère efficient des « défenses coloniales » ne peut se faire qu’en considérant l’existence d’autres groupes (TAJFEL, 1972) : « Ayant instauré ce nouvel ordre moral où par définition il est maître et innocent, le colonialiste se serait enfin donné l’absolution. Faut-il encore que cet ordre ne soit pas remis en question par les autres ». ( MEMMI, 1985. p. 95)

Ainsi, la revendication attribuée à autrui ne peut disparaître totalement, marquant ainsi ce processus de rumination intrusive, intimement associé au processus d’évitement (VERGRACHT, 1997). Ce dernier, qui, s’il était efficace, produirait l’oubli social et individuel, n’a ici pas lieu. Dans un milieu social dépourvu de polémiques, la présentation positive de son groupe s’avérerait efficiente quant à son effet social étant donné l’absence de contradictions ; mais la réalité vient contrecarrer ces volontés. Nous l’avons vu, les reproches adressés au groupe sont continuellement présents dans la sphère sociale2. Les revendications attribuées à autrui que nous avons identifiées dans le discours des Belges soulignent le peu de possibilité qu’a le groupe d’éviter certains pans du passé quand les représentations qui s’y rapportent sont encore partagées dans la vie collective (HAAS et JODELET, 1999). Il réside ainsi chez l’individu deux réalités paradoxales constituées d’une part par une volonté de refoulement et de l’autre par un retour perpétuel du refoulé socialement présent. La tentative d’évitement des ruminations en rapport avec des événements négatifs (LUMINET, 2002) serait donc vaine. L’efficacité des distorsions dépend donc de la persistance ou non de groupes qui ramènent à la conscience des individus ce qu’ils tentent d’oublier. Les résultats de MILLER et MANGAN (1983) étayent cette hypothèse. Ils ont en effet découvert que chez les sujets qui ont une préférence pour l’évitement (évitement social, comme pour les forts identifiés ; voir SPEARS, DOOSJE, et ELLEMERS, 1997), ceux qui reçoivent peu d’informations concernant la situation émotionnelle offrent les indices d’activation physiologique les plus faibles. L’efficacité des 2

Il n’est pas fortuit que COLETTE BRAECKMAN (2002) titre une des recommandations de la Commission parlementaire belge « un passé toujours présent ».

102


DISCUSSION

distorsions implique nécessairement leur disparition puisqu’elles constituent intrinsèquement des mécaniques défensives. La transmission culturelle verrait alors se confondre passé et mémoire vu le caractère effectif de l’oubli. Nous considérons ainsi que l’oubli comme résultat ne s’envisage que pour les groupes pour lesquels il ne constitue plus un processus3. L’inefficacité du refoulement se marque dans les tentatives des coloniaux belges de justifier les actes qui leur sont reprochés. Un des biais qu’elles empruntent se fait par celui des représentations stéréotypées offrant une – tentative – explication aux comportements. Dans ce dernier cas, il y a donc reconnaissance. Mais nous pourrions penser que les stéréotypes ciblant les Congolais sont des contenus rigides et que leur expression dans le discours n’est que le reflet d’un monde cognitif interne ; cela ne suivrait pas la ligne de conduite de notre travail définissant le langage comme fonctionnel (LECOUTEUR et AUGOUSTINOS, 2001b). Ainsi, si nous considérons le langage du colonial comme remplissant une fonction, nous optons par làmême pour le choix d’envisager non pas les propos racistes comme des contenus mentaux stables mais plutôt comme des éléments du discours visant à remplir certaines actions sociales comme blâmer, se justifier, réfuter, dénier (EDWARDS, 1991). Alors que MEMMI (1985) montre que le racisme est un élément consubstantiel du colonialisme (et donc qu’il est un racisme fonctionnel avant d’être un racisme idéologique), nous indiquons qu’il doit obligatoirement se pérenniser après la fin du système colonial. Ainsi, le racisme colonial rentre dans la définition de nos stratégies de défense et remplit une fonction spécifique qui vise à écarter le négatif en essayant de le justifier. En outre, une cooccurrence de l’évitement et de la justification est à l’origine des antinomies que nous avons mises en exergue dans le discours colonial. Ces dernières ne nous étonnent guère car elles reflètent une « volonté coloniale » indubitablement inscrite dans le contexte au sein de laquelle elle prend forme. La mise en correspondance des différentes stratégies que nous avons mises en exergue souligne ces contradictions : reconnaître, justifier, relativiser, et nier confèrent aux moyens adoptés un caractère contradictoire. Peut-être ces antinomies marquent-t-elles aussi plus profondément cette incapacité du sujet à se soustraire à l’accusation sociale dont son groupe est l’objet :

3

« L’oubli n’est pas un phénomène passif d’effacement, mais un processus actif, une opération de l’esprit qui, faisant un tri dans la mémoire, retient les événements les plus utiles pour l’activité psychique et écarte ceux qui ne présentent pas d’intérêt ou qui risquent de mettre en danger l’équilibre de la personne ». (voir « oubli », Norbert Sillamy (1980). Dictionnaire de Psychologie, vol. 2.

103


DISCUSSION

« Rien ne peut {le colonialiste} le sauver en lui donnant cette haute idée compensatrice de lui-même, qu’il cherche si avidement. Ni l’étranger, tout au plus indifférent mais non dupe ni complice ; ni sa patrie d’origine, où il est toujours suspect et souvent attaqué, ni sa propre action quotidienne qui voudrait ignorer la révolte muette du colonisé. En fait, mis en accusation par les autres, il ne croit guère à son propre dossier ; au fond de lui-même, le colonialiste plaide coupable ». (MEMMI, 1985. p. 78. Souligné par moi)

Ces considérations qualitatives confèrent aux résultats obtenus sur les échelles de culpabilité ainsi qu’à la question évaluant la volonté de réparation – de nos répondants coloniaux – une autre interprétation. Ainsi, nous ne les prenons plus pour monnaie comptant, reflétant avec exactitude ce que les coloniaux vivent. Dans ce cadre, les incohérences et inconsistances sont, pour notre analyse, constructives, indiquant les fonctions que le discours remplit (POTTER et WETHERELL, 1987). D’un autre côté, bien que l’utilisation de moyennes puisse s’avérer fructueuse et exhaustive dans certaines situations de recherche, dans notre étude, l’usage – unique – statistique de moyennes résultant de questionnaires nous éclaire peu sur la signification à donner à ces inconsistances et incohérences qui se reflètent dans le discours (LECOUTEUR et AUGOUSTINOS, 2001) ; les moyennes sont ici traitées de manière statique et unidimensionnelle tout en les considérant comme révélatrice de différents niveaux (social et individuel). B. Les échelles de mesure de la culpabilité et de la réparation

Les mesures sur l’échelle de culpabilité dévoilaient à une question explicite l’absence de culpabilité chez les individus coloniaux. Les résultats fournis par l’analyse de discours ne peuvent néanmoins nous permettre d’affirmer que les anciens coloniaux belges interrogés ne ressentent pas un sentiment de culpabilité collective ; les stratégies d’évitement constatées dans le discours des anciens coloniaux persistent probablement lors de la complétion d’échelles de mesure. Par ailleurs, les fort identifiés auraient dû dénier que des comportements immoraux aient eu lieu étant donné que l’émotion serait vécue uniquement par ceux qui sont prêts à accepter que leur groupe a mal agi (DOOSJE et al., 1998). Or, nous avons remarqué que la plupart des coloniaux reconnaissent (même si ces reconnaissances ne sont pas péremptoires) les exactions. Ces résultats nous révèlent ainsi, au vu des études antérieures, une incohérence que seule l’analyse de discours nous a permis de dévoiler. En effet, malgré que nos sujets belges

104


DISCUSSION

reconnaissent en majorité que leur groupe a réalisé des exactions, aucun ne dit vivre une culpabilité pour celles-ci. C’est ici que nous prenons en ligne de compte les multiples associations croisées que permet l’analyse de discours. Dans ce cadre, si nous évaluons la manière dont ces sujets ont admis les exactions, nous comprenons que les défenses qui accompagnaient la reconnaissance s’inscrivaient dans le contexte d’une question ouverte. Plus clairement, la culpabilité intégrée dans un contexte intergroupe plus facilement appréhendé (que permet la situation d’entretien) voit se confondre la condition « défavorable » et la condition « ambiguë »4 de DOOSJE et al. car le contexte intergroupe – de l’entretien – rend impossible le déni absolu. Ainsi, l’absence constatée d’une volonté de se confronter au passé nazi chez les sujets fort identifiés de LIU et DRESLER-HAWKE (2002) n’est peut-être qu’une conséquence du type de mesure utilisée. Nous pouvons alors penser que si la reconnaissance d’exactions avait fait dans notre étude l’objet d’une question fermée, nos sujets coloniaux auraient montré les mêmes résultats que les sujets forts identifiés de DOOSJE et al. (condition ambiguë) et de LIU et DRESLER-HAWKE. D’autre part, concernant la question fermée portant sur la culpabilité collective, les sujets ne peuvent user de ces « défenses verbales ». Il est alors possible que celles-ci prennent, comme nous l’avons constaté, la forme d’une extrémité dans les résultats sur l’échelle de mesure. D’autre part, nous constatons que les catégories de défense mises en évidence visent à conserver l’homogénéité du groupe, et par là-même celle de ses actions : « il y a peut-être eu des exactions (…) vous aurez des exactions de la part de l’un ou de l’autre sur l’ensemble et ça c’est toujours mais c’est pas de ça qu’on peut déduire que l’œuvre de Léopold II était néfaste parce qu’il y a une personne sur mille qui a fait, c’est impensable » (Interview btp3; question 9). En évaluant la perception de l’homogénéité du groupe sur des échelles de mesure, DOOSJE et al. (1998) constatent au contraire que, confronté à une menace collective, les membres fort identifiés de l’endogroupe perçoivent ce dernier de façon plus hétérogène. Nous pensons, en regard des résultats fournis par notre analyse de discours, que cette hétérogénéité groupale n’est qu’une présentation sociale dont la fonction est de conserver une croyance en son homogénéité (et par extension en l’homogénéité de ses actions). Cette distinction marque les résultats divergents auxquels on peut arriver en fonction de la méthodologie retenue et de l’importance que celle-ci accorde au contexte et à la spontanéité de l’interviewé.

4

C’est-à-dire qu’il y a à la fois tentatives d’évitement (entre autres par cette focalisation sur les aspects positifs de l’histoire) et reconnaissance.

105


DISCUSSION

Dans une orientation future, il serait ainsi intéressant, au lieu de manipuler la présentation historique, de diviser les sujets forts identifiés sur base du type de questions (ouverte versus fermée ; avec les mêmes items que ceux utilisés dans cette recherche) auxquelles ils seront soumis. Si les résultats divergent, nous serions alors tout à fait confortés dans notre croyance d’une persistance des stratégies défensives lors de la complétion d’échelles. La différenciation dans les réponses entre les trois conditions de DOOSJE et al. suggère l’évaluation différente que les sujets peuvent faire en fonction du contexte. Ainsi, selon nous, ces trois conditions offrent cette différence contextuelle expérimentale, mais le contexte – social – intergroupe qui spécifie le cadre dans lequel s’insère la mémoire collective, ne change pas. Il est étonnant que DOOSJE et al. aient considéré leur manipulation expérimentale comme génératrice de conditions similaires à celles que l’on trouverait dans une situation naturelle. C’est probablement cette considération qui a empêché les auteurs d’exploiter les incohérences inhérentes à leurs résultats ; mais aussi, vraisemblablement, cette volonté prégnante en psychologie sociale de percevoir dans les motivations humaines un équilibre et une consistance, réduisant ainsi l’intérêt à théoriser la nature ambivalente des pensées et opinions des individus (BILLIG, 1991). Les incohérences constatées dans notre analyse de discours sont au contraire, pour nous, riches d’intérêt, et non le reflet d’une mauvaise opérationnalisation de nos variables dépendantes. Par ailleurs, même s’il demeure dans le discours des dénis et des justifications, ces derniers semblent inconsistants. C’est-à-dire que les justifications ne s’étayent pas sur des éléments convaincants et que les dénis semblent peu effectifs dans leur résultat. C’est ce que nous inspire par exemple la justification appuyée sur des éléments du vécu subjectif : « Il aura beau se rassurer « j’ai toujours été ceci ou cela avec les colonisés », il soupçonne, ne serait-il aucunement coupable comme individu, qu’il participe d’une responsabilité collective, en tant que membre d’un groupe national oppresseur » (MEMMI, 1985. p. 61).

Ainsi, ils semblent n’être que des stratégies défensives. Accuser Lumumba, dont le nom « demeure le symbole de la résistance au colonialisme »5, reflète ces tentatives désespérées de reléguer ses accusations au rang des illusions, et ainsi d’écarter les dires d’un membre 5

Voir « Lumumba », Grand Larousse Universel, Tome 9, 1989.

106


DISCUSSION

prototypique de l’exogroupe des « anti-coloniaux ». De la même façon, la référence à des individus porteurs des opinions partagées par les anciens coloniaux (donc la référence à des membres prototypiques de l’endogroupe) révèle cette sélection stratégique du contenu informatif, visant à tenter de ne faire que peu de cas des reproches véhiculés socialement. En outre, l’absence explicite de culpabilité marque son corollaire au niveau de la dette, les coloniaux ne faisant aucunement mention d’une compensation qui s’appuierait sur des exactions perpétrées par leur groupe. A nouveau, considérer ces résultats comme un reflet de ce que pensent les coloniaux et non comme un moyen s’inscrivant dans la sphère sociale, tronque nos recherches d’une interprétation divergente. La liaison de différents résultats nous éclaire parfois d’éléments intéressants ; tenant en effet compte que 15 sujets coloniaux sur 19 nous ont dit ne ressentir aucune culpabilité, il faut penser qu’ils interprètent cette dernière en lien avec les exactions passées et que la question fermée empêche d’user des catégories de défense que nous avons mises en exergue6. Au contraire, la réparation, considérée comme corollaire de la culpabilité, est acceptée par 10 sujets. La question était ici ouverte, le sujet pouvant énoncer pour quelles raisons il justifie ces réparations. Pour nos répondants coloniaux, accepter une réparation à une question fermée aurait donc été équivalent à une reconnaissance publique d’une culpabilité. Les stratégies de défense, qui requièrent une énergie psychique importante, seraient alors en contradiction avec leur fonction, en l’occurrence celle de tenter d’offrir une image positive de son groupe au « niveau explicite », c’est-à-dire au niveau où l’on se présente aux autres. L’interprétation divergente est alors celle qui tient compte de différentes formes d’expression de la culpabilité sans que son absence exprimée soit synonyme d’une absence réelle. Nos recherches nous poussent donc à prendre en considération dans l’étude de la culpabilité, les deux versants de cette dernière : « La culpabilité réussie serait, d’abord (…) une culpabilité évaluée, située, objectivée, par un travail de prise de conscience, d’autopsychanalyse, de connaissance et de compréhension de soi (…) véritable ascèse, en réalité, qui m’amène à comprendre, accepter, assumer ma culpabilité comme telle, afin de l’intégrer dans une conduite, non plus de défense, mais d’accomplissement (…) C’est une culpabilité, non pas subie, supportée, mais en quelque sorte voulue et obtenue comme une épreuve pour aller plus loin en s’appuyant sur elle, par une 6

La force du lien entre une éventuelle culpabilité et les représentations qui lui sont implicitement associées est d’autant plus prégnante lorsque, comme dans une question fermée, on ne laisse pas au sujet le loisir de s’expliquer.

107


DISCUSSION

dialectique dynamique dont nous avons analysé les moments, mais dont nous avons ici à utiliser les ressources considérables ». (SARANO, 1957. p. 127. Souligné par moi).

Ainsi, les stratégies que nous avons pu mettre en exergue dans le discours se maintiendraient dans l’expression d’une réparation et constitueraient dans les deux cas une défense ; l’a-culpabilité pouvant être considérée comme une conduite de défense ou de culpabilité (SARANO, 1957). Nos sujets coloniaux concédaient tous à l’appartenance belge une grande importance, nous ne pouvons donc pas énoncer à partir de cette recherche ce qu’auraient été les réponses de sujets moyennement identifiés. Néanmoins, des recherches antérieures (voir par exemple DOOSJE et al., 1998 ; LIU et DRESLER-HAWKE, 2002) indiquent que des individus moyennement identifiés au groupe auquel on reproche certains actes acceptent une dette à l’égard du groupe cible des comportements immoraux. De telles personnes vivraient alors l’autre versant de la culpabilité, celle acceptée, vécue sereinement, mais qui avec le temps les placerait à l’abri des conséquences néfastes du non-partage social (RIME, 1993), et permettrait dans certains cas d’effacer cette culpabilité (LELORD et ANDRE, 2001). L’énonciation sur la place publique de ce vécu serait possible grâce à une certaine distanciation du groupe, que seul le sujet peu ou prou identifié peut se permettre (SPEARS et al., 1997). C. Culpabilité ou indices de culpabilité ?

Il faut dans un premier temps énoncer les raisons qui indiquent que c’est effectivement la culpabilité collective et non une culpabilité individuelle qui fit l’objet de notre étude. Tout d’abord, les questions posées au sujet qui furent soumises à l’analyse portaient sur les actions du groupe et non sur des actions personnelles. Ensuite, l’élément « revendication » présent dans de nombreuses réponses des sujets souligne le contexte interactif du discours ; les répondants faisaient donc, comme nos questions le laissaient entendre, référence à des actes reprochés à l’endogroupe. En outre, nous sommes bien conscients que nos sujets réalisaient pertinemment, lors de la complétion de l’échelle de culpabilité, ce que nous voulions mesurer. Toutefois, malgré que la question soit fermée, celle-ci ne portait pas sur un élément de l’histoire à valence positive ou négative, mais sur ce qu’inspirait aux répondants la période coloniale dans son ensemble. Ainsi, il n’y avait aucune référence explicite à des reproches adressés à l’encontre des coloniaux, ce qui aurait pu implicitement être assimilé aux prises de positions du chercheur. Néanmoins, malgré que l’énoncé ne faisait pas état de l’opinion du chercheur, le terme « culpabilité » peut en lui-même être porteur d’une connotation évaluative trop forte. C’est-à-

108


DISCUSSION

dire que, comme nous l’avons mentionné précédemment, ce terme impliquerait trop le jugement de l’exogroupe, et aurait ainsi une connotation trop sociale. Ainsi, il serait nécessaire de prendre en considération dans les études ultérieures cette importance des mots utilisés dans les questions. Un terme avec une connotation évaluative plus faible faciliterait peut-être l’expression émotionnelle en extirpant le sujet d’une situation de jugement social. Illustrons cette idée par un exemple de réponse fournit par un ancien colonial à la question « le peuple belge a-t-il une dette envers le peuple congolais ? : « Non. Il y a eu des bêtises, ça oui, mais une dette, non (interview bsb2; question 38) ! » Les résultats fournis par l’analyse de discours ne peuvent nous permettre d’affirmer que les anciens coloniaux belges interrogés ne ressentent pas un sentiment de culpabilité collective. Comme Rimé et ses acolytes (1994), nous distinguons chez les sujets belges interrogés des tentatives d’évitement des faits de l’histoire qui font l’objet de reproches. Ceci étant caractéristique de la culpabilité (FINKENAUER et RIME, 1998 ; RIME et al., 1994 ; VERGRACHT, 1997), nous pourrions envisager que ces individus vivent une culpabilité collective. Mais, malgré que tout nous laisse à penser que l’évitement porte sur des faits de l’histoire potentiellement culpabilisants, nous ne pouvons néanmoins inférer de nos recherches que les coloniaux interrogés – et, par extension, l’individu membre d’un groupe ayant dans son histoire régné illégalement sur un autre peuple – vivent véritablement une culpabilité collective. Ce que nous remarquons, c’est que les manifestations de la culpabilité se retrouvent chez les anciens coloniaux belges. Nous ne voulons néanmoins tomber dans les « pièges » de nos prédécesseurs ; les données récoltées qualitativement ne nous permettent pas plus de tirer de conclusions définitives que des données quantitatives ne nous le permettraient. Elles ont en outre le privilège de « repenser les chiffres » et d’ainsi orienter nos recherches vers d’autres moyens d’investigation trop longtemps laissés de côté car ne générant rien qui puisse être considéré comme « significatif ». Ainsi, par le recours à l’analyse de discours, nous évitons les erreurs des mesures trop explicites, mais, indirectement, nous en « payons le prix » car en s’intéressant aux stratégies communicatives, nous laissons en suspens l’étude du ressenti subjectif du répondant. Nous pensons néanmoins que c’est un passage nécessaire afin d’adopter une attitude critique à l’égard des travaux actuels, et, peut-être, d’apporter de nouveaux items de mesure de la culpabilité collective. Si nous envisageons alors que nos répondants coloniaux ne ressentent aucune culpabilité collective, nous pouvons néanmoins considérer qu’ils demeurent dans une position conflictuelle 109


DISCUSSION

où la connaissance des faits et la volonté de les éviter empêchent un vécu émotionnel et confère au discours colonial un goût de malaise, que seule la lecture des réponses des sujets belges permet de détecter. Ce processus sans fin dans lequel ils combattent énergiquement les reproches adressés à leurs actions marque parfois de courtes périodes d’accalmie. Mais les événements sont bien là, ils en ont plus que conscience et les reconnaissent. En tentant de les écarter de la conscience individuelle et sociale, ils essayent sans doute d’écarter dans le même temps les émotions qui leur sont intimement liées ; ils s’usent dans un mécanisme d’isolation de l’affect et de la représentation. Voulant invariablement maintenir une image sociale positive de leur groupe, ils en « oublient » que l’être humain n’est pas une réplique exacte de la perfection. Toutefois, nous aimerions « éclairer » nos recherches par certains résultats obtenus dans d’autres études sur la culpabilité collective. Vous souvenez-vous de Bertrand, le personnage fictif dans la partie théorique ? Nous avions émis l’hypothèse que Bertrand ne « ressentant » aucune culpabilité dans la condition « ambiguë » de DOOSJE et al. (1998), placé dans la condition « défavorable », dirait au contraire culpabiliser pour les actes de son groupe. Bertrand, insatiable participant aux études psychosociales, nous a ainsi inspiré un même type d’interrogation quant à nos sujets coloniaux. Dans notre recherche, les résultats sur l’échelle de culpabilité indiquent que ceux-ci ne culpabilisent pas ; l’appartenance belge étant importante dans leur identité, nous pouvons supposer que exposés à l’expérience de LIU et DRESLER-HAWKE (2002) ainsi qu’à la condition « ambiguë » de DOOSJE et al., les résultats au score de culpabilité auraient été similaires. Mais nos sujets coloniaux, dans la condition « défavorable » de ces mêmes auteurs, auraient sans doute admis vivre une culpabilité pour certains actes passés de leur groupe. Comme pour Bertrand, le vécu émotionnel présenté aux autres serait donc dépendant de la situation - hypothèse à laquelle nous souscrivons - et refléterait, selon les interprétations qui dominent actuellement, un état interne. Dans la condition « ambiguë », les sujets pourraient se défendre de l’information négative en se focalisant sur des faits valorisants, et ainsi éviter la culpabilité (DOOSJE et al., 1998). Mais nous avons vu comment agit le sujet placé dans un contexte où il lui est loisible de privilégier les informations qu’il désire. La présence de l’élément « revendication » dans les discours révèlent que les éléments négatifs de l’histoire sont largement repris par les répondants coloniaux. Dans les résultats fournis par Alceste, ceci

110


DISCUSSION

expliquerait l’absence d’associations avec une classe de discours « négative »7. A travers l’analyse qualitative, nous percevons que les coloniaux ont « besoin » de citer les reproches adressés à leur groupe pour « mieux » les écarter par la suite. Surtout, nous réalisons l’importance d’éviter de prendre en vérité tout ce que nous dit le sujet, en l’occurrence d’inférer des résultats fournis par un logiciel d’analyse de contenu, l’état émotionnel d’un individu. De façon similaire aux résultats récoltés sur les échelles de mesure, les résultats aux analyses Alceste peuvent donc offrir deux types d’interprétations. Ou bien l’on s’arrête au contenu manifeste : « les coloniaux produisent un discours où il y a plus de mots connotés positivement, ceux-ci ont donc une représentation plus positive de l’histoire et par extension ne culpabilisent pas ». Ou bien on se questionne sur la fonction que peut remplir cette présentation positive. Ainsi, dans la catégorie de relativisation du négatif par la mise en contexte positif, nous avons souligné les réponses des coloniaux dans lesquelles les revendications de l’exogroupe précédaient une présentation positive de l’histoire ; nous avons également pu apercevoir la volonté explicite du sujet d’ « englober positivement » le négatif pour le minimiser. De ce fait, dans cette analyse de discours nous découvrons la fonctionnalité qu’opère la focalisation positive8. Nous portons alors un autre regard sur les résultats fournis par Alceste, et veillons à ne pas en tirer de conclusions trop hâtives qui font perdre au discours sa richesse. Il semble ainsi que l’analyse de contenu par logiciel doive s’accompagner d’une analyse plus qualitative. Le langage n’a en effet aucune signification en dehors du contexte dans lequel on en fait usage (LECOUTEUR et AUGOUSTINOS, 2001b). Les auteurs précédents n’ont pas tenu compte de l’importance de la contextualisation des résultats. Notre analyse de discours nous offre des indices qui permettent de nourrir nos hypothèses, mais non de les confirmer… comme nous l’avions présupposé. Ceci peut en partie s’expliquer par la récence du concept de culpabilité collective en psychologie sociale.

7 Néanmoins, il est difficile de s’appuyer sur cette idée sans tenir compte du fait que les Congolais interrogés ont peut-être « dépassé » ces conflits et ne partagent donc pas plus les éléments négatifs de l’histoire. 8 Nous rejoignons un peu les travaux de BAUMEISTER et HASTINGS (1997) lorsqu’ils mettent en évidence dans les textes un type de distorsion qui consiste en un embellissement du passé par le sujet. Toutefois, alors que ce type de distorsion implique un certain jugement de la part du chercheur (puisqu’on considère subjectivement que le sujet améliore certains faits de l’histoire), pour nous, l’ « embellissement » est transcendant étant donné qu’il porte sur la valence des faits dans leur ensemble. Ainsi, la considération ne porte pas sur le fait positif en lui-même mais plutôt sur sa relation avec le négatif (nous ne nous avançons pas sur la valeur de vérité à accorder aux faits historiques que nous présentent nos répondants).

111


DISCUSSION

D. La difficulté à délimiter le concept de culpabilité collective

« Je ne suis pas anticolonialiste bien entendu puisque j’ai été en Afrique, donc vous pouvez pas être contre ». (interviewé bap2, question 39)

Ce serait une faute que de penser que la culpabilité collective, lorsqu’elle est vécue, l’est de manière ininterrompue. Au contraire, ce vécu émotionnel dépend du groupe auquel on s’identifie à une période donnée (dans le cadre de notre étude, lorsque les anciens coloniaux s’identifient comme Belges ayant participé à la colonisation du Congo) ainsi que du contexte social. Nous comprenons mieux les résultats obtenus lorsque nous prenons cela en considération. Ainsi, les coloniaux ne pensent pas toujours à ce qu’on leur reproche mais dans un contexte intergroupe (que ce soit dans les trois conditions de DOOSJE et al. ou chez LIU et DRESLER-HAWKE) ils ont conscience de ces représentations puisque la recherche porte sur l’histoire dont deux différents groupes sont les acteurs. Il semble par ailleurs que ce soit ces reproches adressés à l’encontre de son groupe qui activeraient le sentiment de culpabilité (TANGNEY, 1995). Au niveau de la culpabilité individuelle, une des conditions pour qu’elle se manifeste est que l’individu considère qu’il a transgressé dans ses comportements certaines valeurs auxquelles il souscrit. Au niveau collectif, cette contradiction porte sur les comportements de certains membres de l’endogroupe en regard des valeurs partagées par l’individu (BAUMEISTER et HASTINGS, 1997). Dans ce cadre, nous pensons que les valeurs de la société ont fortement changé depuis la période coloniale et que simultanément les propos à l’encontre des colonisateurs se sont endurcis. Ainsi, il aurait été intéressant dans notre recherche de vérifier l’importance que les répondants accordent à certaines valeurs (qui vont à l’encontre des actes reprochés aux anciens coloniaux belges). Nous aurions alors pu distinguer ceux qui personnellement adhèrent à des valeurs qui s’associent aux comportements abusifs du groupe, et ceux qui ont des valeurs similaires à celles qui sont partagées dans la société. L’évolution des mentalités sociales ayant vu l’accroissement des reproches, ces derniers individus n’auraient pu admettre leur culpabilité collective pour des raisons d’identité sociale. En réalité, la question est la suivante : s’il y a des défenses, c’est que l’on sait que certaines actions sont contraires à la morale, mais est-ce uniquement parce que l’on sait pertinemment que l’ « aveu » s’accompagnera d’un opprobre social, ou également en raison d’une dissonance entre ses croyances « idiosyncrasiques » et les comportements de l’endogroupe ?

112


DISCUSSION

Ainsi, ayant identifié des sujets qui souscrivent à certaines valeurs (lesquelles sont contradictoires avec les comportements qu’on reproche aux coloniaux), nous pourrions avancer comme hypothèse de départ que la catégorisation comme membre d’un groupe responsable d’actions qui contredisent les valeurs personnelles de l’individu engendrent de la culpabilité. A partir de cette considération théorique appuyée par la complétion d’une échelle de valeur, le niveau d’identification groupale pourrait être considéré comme une variable médiatrice modifiant la reconnaissance sociale de la culpabilité collective ; la culpabilité collective étant un affect lié à des représentations peu valorisantes, le sujet pour qui le groupe est fort important ne pourrait admettre vivre cette émotion, car dans le même temps il admettrait les faits et ruinerait tous les efforts de présentation positive de son groupe. Cette perspective de recherche trouve aussi sa raison d’être dans le constat que le système duquel le sujet participe est difficilement discernable lorsqu’il y est intégré. Alors que dans le passé ce même système transcendait ses participants9, la fin de celui-ci signe l’inversion de la position du sujet : les individus observent ce système d’en haut ; c’est en fait eux qui le transcendent. C’est dans ce changement que réside la force du passé à nous donner des leçons pour le futur. Nous ne sommes plus objets du système mais sujets qui faisons du système un objet d’étude. En outre, pour les sujets fort identifiés, l’individu se « confondant » avec le groupe verrait peut-être s’opérer la confusion entre émotions collectives et individuelles. Ainsi, en tenant compte du mécanisme de dépersonnalisation qui se produit lorsqu’on se catégorise comme membre d’un groupe (TURNER, 1987), pour un individu attachant une signification émotionnelle forte au groupe (donc fort identifié), la culpabilité collective pourrait ne pas se différencier de la culpabilité individuelle. La personne dont l’identité sociale est très importante dans sa définition du soi n’est pas capable de « prendre des distances » par rapport au groupe (ainsi, admettre que le groupe a agi négativement reviendrait à admettre que soi-même on a mal agi). La citation reprise ci-dessus illustre cette idée que « vous ne pouvez pas être contre »… socialement. Nous pensons aussi que certaines situations, comme la complétion sur nos échelles fermées, permettraient au colonial d’être « plus facilement pour ». D’un autre côté, le sujet moyennement identifié pourrait se distancer, percevoir le groupe comme plus hétérogène et 9

Nous ne résistons pas à la tentation de citer, afin d’illustrer ce caractère transcendant du système et du groupe dans son ensemble, une réponse d’un sujet colonial : « c’est la même chose avec ce boy-magasin : à l’heure de midi, il fracture la porte du magasin, il fracture la caisse, il vole tout dans la caisse. Alors, là, que faire? Et bien mon mari était tellement en colère, parce que vraiment on ne méritait pas cela venant de lui, que là il lui a donné une tripotée. Mais, il fallait le faire en cachette. C’est la seule fois où mon mari a touché un Noir. Et pour cause, je crois que si ça avait été un Blanc, il aurait fait de même. Ce n’était pas parce qu’il était Noir. Mais il a reçu une trempe, celui-là » (Interview lw3; question 17).

113


DISCUSSION

donc reconnaître la culpabilité qu’il porte en tant que membre du groupe. Dans ce dernier cas, le sujet différencierait ainsi aisément l’implication de l’aveu d’une culpabilité collective de celui d’une culpabilité individuelle. E. Considération sur la position du chercheur

Les psychologues tenants d’une approche traditionnelle verraient sans doute dans notre position d’étudiant face aux répondants un éventuel biais pouvant fausser les données. Notre statut d’étudiant, perçu comme un « étranger », représentant de la « pensée institutionnelle » (média, gouvernement, etc.), offrait en effet une situation dans laquelle la présentation que les répondants nous donnaient pouvait significativement différer de celle qui aurait prévalu dans un contexte privé (VAN DIJK, 1987). Nous prenons cette réalité en compte, mais dans une démarche issue d’une psychologie discursive, nous la considérons comme reflétant le contexte social spécifique dans lequel les répondants se situent. Par ailleurs, contrairement à VAN DIJK qui considère que cette dépendance contextuelle peut provoquer dans certaines situations d’entretiens des dissimulations qui cachent de véritables attitudes, nous restons dans une optique de discours fonctionnel. C’est-à-dire que nous étudions le discours comme servant une fonction et non comme mettant en évidence des bribes de vérité cachée. Concrètement, nous pensons qu’un contexte privé permettra à nos répondants belges d’écarter plus facilement les reproches qui leur sont faits, alors que pour VAN DIJK, dans son étude du racisme, ce même contexte signe l’expression spontanée des opinions des sujets. Ce contexte intergroupe qu’offre l’entretien ne constitue donc pas un biais mais plutôt une réalité sociale. Considérer cette situation naturelle comme faussant nos résultats reviendrait à adopter le comportement des coloniaux qui cherchent à critiquer et s’écarter de l’exogroupe afin d’éviter ses reproches ; cela conduirait alors à considérer les stratégies des coloniaux comme socialement efficaces10, ce que rien ne nous permet d’affirmer. Or, il n’est pas nécessaire de demander à des sujets de répondre à des questions sur des échelles de mesure pour savoir que l’exogroupe « accusateur » persiste dans la sphère sociale. Pour les Congolais, cette situation d’entretien est néanmoins différente. Considérant qu’ils furent l’objet d’une domination du peuple belge, le face à face de l’entretien peut réfréner 10

Accorder à la parole de l’individu valeur de vérité absolue (c’est-à-dire comme reflet de ses attitudes et émotions) revient, par extrapolation, à commettre une erreur du même type que celle qui assimile l’histoire à la mémoire collective ; dans la première, il s’agit de considérer les propos du sujet comme reflétant une réalité interne, dans la seconde une réalité externe.

114


DISCUSSION

l’expression des affects et les récriminations à l’encontre du système colonial belge. Un biais lié à notre position particulière est alors à envisager. D’autre part, quand le chercheur étudie une période de l’histoire qui porte sur les relations entre deux groupes et dont les comportements de l’un font l’objet de jugements, nous ne pouvons prétendre à une objectivité absolue11. D’ailleurs, celle-ci n’existe pas, elle n’est au fond qu’un leurre, moyen pour qu’autrui accorde à nos propos valeur de vérité, percevant le flot de nos paroles comme émanant d’un sujet impartial, faisant justement la part des choses et ne laissant aucune place à sa subjectivité. Paradoxe… sans subjectivité, il n’aurait pas été possible de réaliser ce travail. C’est celle-ci qui a orienté les hypothèses et les recherches documentaires qui leur sont indubitablement liées. A contrario, une certaine objectivité, se différenciant de celle décrite ci-dessus, a permis de ne pas tomber dans des luttes intergroupes stériles, dangereuses et non scientifiques. Elle a aussi permis de tenir compte des positions de chacun, de décortiquer des discours en tenant compte à la fois de la situation sociale particulière de ceux qui l’ont produit et du système duquel ils ont participé. Prenant ainsi en compte un contexte social où l’un se défend et l’autre reproche, sans pour autant s’enfermer dans la position de ce dernier. Car, en faisant fi du caractère plus noble de certaines prises de positions sociales, nous arrivons à percevoir dans les différentes « luttes » un même désir de valorisation de l’endogroupe, et par extension de la personne ; par exemple, l’hostilité des pacifistes vers un groupe qu’ils considèrent comme délictueux participe d’une forme de différenciation intergroupe où celui qui conteste est, sur la dimension de comparaison, positivement défini. L’autre trouve un même plaisir dans ce combat, il n’est que d’une différente forme, socialement acceptée. Autrement dit, nous nous demandons contre qui se « battraient » les pacifistes s’il n’y avait plus de partisans du bellicisme. Ainsi, peut-être que les « anti-coloniaux » ont une part de responsabilité dans la difficulté des anciens coloniaux belges à se confronter à certains pans de l’histoire. Mais le paradoxe réside dans le fait que sans ces « empêcheurs de tourner en rond », la mémoire collective se confondrait avec la mémoire historique… réalité qui impose de trouver un compromis n’acceptant ni le révisionnisme ni la condamnation aveugle. … « Condamnation aveugle », car accuser l’ancien colonial comme responsable au même titre que l’est le groupe dans son ensemble (l’action collective, donc transcendante) est imparfait. Au fond, par empathie, nous essayons de comprendre certaines « réactions coloniales », dues à cette confusion accusatrice. Nous sommes ici pleinement dans la question 11

Ce que le colonial sait, et ce pourquoi nous assimilons la situation particulière d’entretien à cette même conscience qu’il a dans le contexte social.

115


DISCUSSION

de la responsabilité qu’un individu peut porter comme membre d’un groupe. Peut-être que si l’on désire que l’individu reconnaisse sa culpabilité en tant que membre d’un groupe, il faut arrêter de le confondre, dans l’accusation, avec celui-ci, arrêter de ce fait d’homogénéiser l’exogroupe. Au-delà de ce travail sur la culpabilité collective, ces propos se prolongeaient à la position du psychologue social dans l’étude du sujet. Retenons que nous sommes nous-mêmes des individus qui lors d’une recherche en étudions d’autres. Comme eux nous voulons être gratifiés, positivement perçus par l’entourage, valorisés par nos pairs, connus dans notre domaine de compétence… comme eux il nous arrive donc d’écarter certains éléments qui empêchent l’atteinte de ces buts. Nous trouvons dans la recherche scientifique « de puissantes diversions qui nous permettent de faire peu de cas de notre misère » (FREUD, 1998. p. 17), faut-il encore qu’elles ne prennent pas le pas sur l’objet de notre étude. Car une psychologie ne peut-être appliquée que si elle rencontre la réalité du sujet. Dans ce cadre, les désirs de valorisation que tous nous recherchons ne doivent pas se confondre avec les investigations qui sont faites en psychologie sociale, auquel cas le désir du chercheur risque de refléter celui du sujet, objet de sa recherche. Le psychologue, que ce soit dans un cadre clinique ou social doit, semble-t-il, faire abstraction de sa volonté de réussite quand il étudie l’autre. Car nous savons que celle-ci peut constituer un biais majeur dans la récolte des données et l’interprétation des résultats.

116


V. CONCLUSION

Au terme de ce travail, que pouvons nous dire sur la manière dont l’individu catégorisé à un niveau social gère émotionnellement le passé du groupe ? Nous avons vu que le sujet fort identifié au groupe objet de critiques portant sur ses comportements passés montre une absence de culpabilité collective et de volonté d’indemniser le groupe victime. Mais l’analyse de discours révèle ces tentatives systématiques à éviter ces pans de l’histoire – indicateurs potentiels d’un vécu culpabilisant – qui nourrissent les polémiques sur le terrain social, ce que nous ne constatons pas chez les Congolais. Malgré que nous ne puissions nous prononcer sur le vécu émotionnel des anciens coloniaux belges de notre étude, notre orientation méthodologique nous offre la possibilité d’effectuer un retour vers les méthodes statistiques dont l’usage particulier était ici critiqué. Ce retour est possible par une prise en compte dans les recherches de différents niveaux émotionnels. Ainsi, nous réalisons l’importance de différencier entre des émotions qu’on vit, des émotions qu’on ne vit pas, et des émotions qu’on ne « peut » dire. Cette dernière catégorie est floue, difficile à cerner par les méthodes traditionnelles de la psychologie sociale, et l’absence émotionnelle dans la sphère sociale ne peut nous permettre d’arguer d’une inexistence intrapersonnelle. Réalisant que nous étudions l’individu dans cette sphère, nous devons du même coup nous interroger sur la limite des inférences possibles à partir de résultats qui découlent d’une investigation dans ce même biotope social. Si la psychologie sociale désire étudier les émotions que l’on peut vivre en tant que membre d’un groupe, il lui faut dépasser la trop grande valeur qu’elle donne parfois à certains résultats et au contexte dans lequel ils furent obtenus, afin qu’il ne puisse y avoir de confusions entre l’expression sociale de ses émotions et leur vécu subjectif. Ceci implique que si l’on veut faire usage de mesures chiffrées récoltées sur des échelles, afin d’en tirer des connaissances théoriques, il est indispensable de s’attarder à la construction des items. Quelles peuvent alors être les implications de nos découvertes dans l’étude des relations intergroupes ? Nous sommes bien conscients que le dessein du psychologue social réside dans une volonté d’harmoniser ces mêmes relations. Ainsi, à l’instar du tribunal du pardon mis sur pied en Afrique du Sud suite à l’abolition du régime d’apartheid, nous pensons que l’indulgence


CONCLUSION

peut dans certains cas s’avérer constructive et que l’accusation systématique et aveugle ne laisse pas à l’individu la possibilité de se confronter sereinement au passé de son groupe. D’un autre côté, les clients de l’évitement doivent savoir que les faits qui sont l’objet de ces tentatives ne sont jamais effacés du cadre social dans lequel ils sont partagés. Il est donc nécessaire que chacun évolue vers une orientation dont l’aboutissement s’avèrera constructif. Ce travail présente peut-être l’avantage d’offrir un nouveau point de vue par les interprétations divergentes sur lesquelles il repose. Ainsi, nous espérons ouvrir (ou réouvrir) la voie à de nouvelles façons de penser les émotions en psychologie sociale, et, plus largement, de penser le sujet…

A.P

118


CONCLUSION

119


VI. BIBLIOGRAPHIE

Azzi, E.A., et Klein, O. (1998). La psychologie sociale et les relations intergroupes. Paris: Dunod. Barkan, E. (2000). The guilt of nations: restitution and negotiating historical injustices. New york: W.W. Norton. Bartlett, F. C. (1932). Remembering: A study in experimental and social pyschology. Londres: Cambridge University Press. Baumeister, R. F., et Hastings, S. (1997). Distortions of collective memory: How groups flatter and deceive themselves. In J. W. Pennebaker, D. Paez, et B. Rimé (Eds), Collective memory of political events: Social psychological perspectives (pp. 277- 292). New-Jersey: Erlbaum. Baumeister, R.F., Stillwell, A.M., et Heatherton, T.F. (1994). Guilt: An interpersonal approach. Psychological Bulletin, 115 (2), 243-267. Billig, M. (1991). Idelology, rhetoric and opinions. London: sage. Braeckman, C. (2002a). De patrice Lumumba au génocide rwandais: La Belgique confrontée à son passé colonial. Le Monde Diplomatique (janvier). 22-23. Braeckman, C. (2002b). Lumumba: Un crime d’état. Une lecture critique de la commission parlementaire belge. Bruxelles: Aden. Branscombe, N. R., Doosje, B., et McGarty, C. (2002). Antecedents and consequences of collective guilt. In D. M. Mackie, et E. R. Smith (Eds), From prejudice to intergroup emotions: Differentiated reactions to social groups (pp. 49-66). Philadelphia: Psychology Press. Branscombe, N. R., Ellemers, N., Spears, R., et Doosje, B. (1999). The context and content of social identity threat. In N. Ellemers, R. Spears, et B. Doosje (Eds.), Social identity: Context, commitment, content (pp. 35-58). Oxford: Blackwell. Branscombe, N. R., Slugoski, B., et Kappen, D. M. (2001). Collective guilt: Its components and consequences. Unpublished manuscript. Lawrence: University of Kansas. Brown, R., et Kulik, J. (1977). Flashbulb memories. Cognition, 5, 73-99. Doosje B., Branscombe N.R., Spears, R., et Manstead, S.R. (1998). Guilty by association: When one’s group has a negative history. Journal of Personality and Social Psychology, 75 (4), 872-886.


Doosje, B., et Ellemers, N. (1997). Stereotyping under threat: The role of group identification. In R. Spears, P.J. Oakes, N. Ellemers, et S.A. Haslam (Eds.), The social psychology of stereotyping and group life (pp. 257-272). Oxford: Blackwell. Edwards, D. (1991). Categories are for talking: On the cognitive and discursive bases of categorization. Theory as psychology, 1, 515-542. Edwards, d., et Middleton, D. (1986). Constructing an account of shared experience through conversational discourse. Discourse Processes, 9 (4), 423-459. Finkenauer, C., et Rimé, B. (1998). Kepping emotional memories secret: Health and subjective well-being when emotions are not shared. Journal of Health Psychology, 3, 47-58. Fougeyrollas, P. (1985). Les métamorphoses de la crise. Réformes et révolutions au XIX siècle. Paris: Hachette. Freud, S. (1998). Le malaise dans la culture. Paris: Presses Universitaires de France. Frijda, N. H. (1986). The emotions. Londres: Cambridge University Press. Frijda, N.H., Kuipers, P., et Ter Schure, E. (1989). Relations among emotion, appraisal, and emotional action readiness. Journal of Personality and Social Psychology, 57, 212-228. Haas, V. (2001), Approche psychosociale d’une reconstruction historique: Le cas vichyssois. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 53, De Boeck-Université. Haas, V., et Jodelet, D. (1999). Pensée et mémoire sociale. In J.– P. Pétard (Eds.), Psychologie sociale (pp. 111-160). Paris: Bréal. Haas, V., et Jodelet, D. (2000). La mémoire, ses aspects sociaux et collectifs. In N. Roussiau (Eds.), Psychologie Sociale (pp. 121-134). Paris: In Press. Halbwachs, M. (1925/94). Les cadres sociaux de la mémoire. Paris: Albin Michel. Halbwachs, M. (1950/97). La mémoire collective. Paris: Albin Michel. Hochschild, A. (1998). Les fantômes du roi Léopold II. Un holocauste oublié. Paris: Belfond. Hoey, M. (2001). Textual interaction: An introduction to written discourse analysis. Londres: Routledge. Iyer A., Leach, C.W., et Crosby, F.J. (In press, 2003). White guilt and racial compensation: The benefits and limits of self-focus. Personality and Social Psychology Bulletin, 29 (1), 1-41. Kugler, K., et Jones, W.H. (1992). On conceptualizing and assessing guilt. Journal of Personnality and Social Psychology, 62 (2), 318-327. Lecouteur, A., et Augoustinos, M. (2001a). Apologising to the stolen generations: Argument, rhetoric, and identity in public reasoning. Australian Psychologist, 36 (1), 51-61.

121


Lecouteur, A, et Augoustinos, M. (2001b). The language of prejudice and racism. In M. Augoustinos, et K. J. Reynolds (Eds.), Understanding prejudice, racism, and social conflict (pp. 215-230). London: Sage Publications. Le Paumier, F., et Zavalloni, M. (2002). Mémoire collective et système identitaire: de Maurice Halbwachs à l’ego-écologie In N. Roussiau, et S. Laurens (Eds.), La mémoire sociale. Identités et représentations sociales (pp. 63-72). France: Presses Universitaires de Rennes. Lelord, F., et Andre, C. (2001). La force des émotions: Amour, colère, joie… Paris: Odile Jacob. Liu, H.J., et Dresler-Hawke, E. (2002). Perceptions of the holocaust and the positioning of german national identity.Unpublished manuscript. New Zealand: Victoria University of Wellington. Luminet, O. (2002). Psychologie des émotions: Confrontation et évitement. Bruxelles: DeBoeck Université. Lyons, E. (1996). Coping with social change: Processes of social memory in the reconstruction of identities. In M. G. Breackwell, et E. Lyons (Eds.), Changing european identities. Social psychological analyses of social change (pp. 31-39). Oxford: Butterworth-Heinemann. Marchal, J. (1999-2001). L’histoire du Congo, 1910-1945. Trois volumes. Borgllon: Paula Bellings. Martin, L.L., et Tesser, A. (1989). Toward a motivational and structural theory of ruminative thought. In J.S. Uleman, et J.A. Bargh (Eds.), Unintended thought. New York: The Guilford Press. Miller, S.M., et Mangan, C.E. (1983). Interacting effects and of information and coping style in adapting to gynaecologic stress: Should the doctor tell all ? Journal of Personnality and Social Psychology, 45, 223-236. Memmi, A. (1985). Portrait du colonisé. Portrait du colonisateur. Paris: Gallimard. Moscovici, S. (1961/76). La Psychanalyse, son image et son public. Paris: Presses Universitaires de France. Neisser, U. (1982). Memory observed: Remembering in natural contexts. San Francisco: Freeman. Paez, D., Basabe, N., et Gonzales, J. L. (1997). Social processes and collective memory: A cross-cultural approach to remembering political events. In J.W. Pennebaker, D. Paez, et B. Rimé (Eds.), Collective memory of political events: Social psychological perspectives (pp. 147-174). New-Jersey: Erlbaum.

122


Pennebaker, J.W. (1989). Confession inhibition and disease. Advances in experimental social psychology, 22, 211-244. Potter, J., et Wetherell, M. (1987). Discourse and social psychology: Beyond attitudes and behaviour. London: Sage. Rimé, B. (1993). Le partage social des émotions. Texte de base en psychologie. In B. Rimé, et K.R Scherer (Eds.), Les émotions (pp. 271-303). Neuchâtel: Delachaux et Niestlé. Rimé, B., Noël, P., et Philippot, P. (1991). Episode émotionnel, réminiscences mentales et réminiscences sociales. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 11, 93-104. Rimé, B., Philippot, P., Finkenauer, C., Legast, S., Moorkens, P., et Tornqvist, J. (1994). Mental rumination and social sharing in current life emotion. Unpublished manuscript. Belgium: Université of Louvain. Robert, A.D., et Bouillaguet, A. (1997). L’analyse de contenu. Que-sais-je. Paris: Presses Universitaires de France. Roseman, I., Wiest, C., et Swartz, T. (1994). Phenomenology, behaviors, and goals differentiate discrete emotions. Journal of Personnality and Social Psychology, 67, 206-211. Sarano, J. (1957). La culpabilité. Paris: A. Colin. Schank, R.C., et Abelson, R.P. (1977). Scripts, plans, goals and understanding: An inquiry into human knowledge structures. Oxford: Erlbaum. Schuman, H., et Rieger, C. (1992). Historical analogies, generational effects, and attitudes toward war. American Sociological Review, 57 (3), 315-326. Skevington, S. (1989). A place for emotion in social identity theory. In S. Skevington, et D. Baker (Eds.), The social identity of women (pp. 40-58). London: Sage Publications. Smith, E. R. (1993). Social identity and social emotions: Toward new conceptualizations of prejudice. In D. M. Mackie, et H. L. Hamilton (Eds.), Affect, cognition, and stereotyping interactive processes in group perception (pp. 297-315). San Diego: Academic press. Spears, R., Doosje, B., et Ellemers, N. (1997). Self-stereotyping in the face of threats to group status and distinctiveness: The role of group identification. Personnality and Social Psychology Bulletin, 23, 538-553. Suls, J. (2000). Opinion comparison: The role of the corroborator, expert, and proxy in social influence In J. Suls, et L. Wheeler (Eds.), Handbook of social comparison: Theory and research (pp. 105-122). New-York: Kluwer Academic/Plenum Publishers. Suls, J., et Fletcher, B. (1985). The relative efficacy of avoidant and nonavoidant coping strategies: A meta-analysis. Health psychology, 4, 249-288.

123


Tajfel, H. (1972). La catégorisation sociale. In S. Moscovici (Eds.), Introduction à la psychologie sociale (Vol. 1, pp. 272-302). Paris: Larousse. Tajfel, H. (1981). Human groups and social categories. Cambridge: Cambridge University Press. Tajfel, H, et Turner, J.C. (1986). The social identity theory of intergroup conflict. In S. Worchel, et W.G. Austin (Eds.), Pyschology of intergroup relations (pp. 7-24). Chicago: Nelson-Hall. Tangney, J.P. (1995). Shame and guilt in interpersonal relationships. In J. P. Tangney, et K.W. Fisher (Eds.), Self-conscious emotions: The psychology of shame, guilt, embarrassment, and pride (pp. 115-139). New-York: Guilford press. Tangney, J. P. (1996). Conceptual and methodological issues in the assessment of shame and guilt. Behavioral Research Theory, 34 (9), 741-754. Turner, J.C., Hogg, M.A., Oakes, P.J., Reicher, S.D., et Wetherell, M.S.(1987). Rediscovering the social group: A self-categorization theory. Oxford: Blackwell. Van Dijk, T.A. (1987). Communicating racism. Ethnic prejudice in thought and talk. Londres: Sage. Vergracht, S. (1997). Les événements émotionnels positifs et négatifs: Ressassement, rappel et différences individuelles. Mémoire de licence non-publié, Belgique: Université de Louvain. Wann, D.L., et Branscombe, N.R. (1990). Die hard and fair-weather fans: Effects of identification on BIRGing and CORFing tendencies. Journal of Sport and Social Issues, 14, 103-117. Zammuner, V.L. (1996). Felt emotions, and verbally communicated emotions: The case of pride. European journal of social psychology, 26, 233-245. Zebel, S., Doosje, B., et Spears, R. (2003). It depends on your point of view: Implications of perspective-taking and national identification for dutch collective guilt. Unpublished Manuscript. Amterdam: University of Amsterdam.

124


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.