__MAIN_TEXT__

Page 1


RÉPUBLIQUE D’HAITI

Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP)

Bilan 5 ans

OCTOBRE 2011 FÉVRIER 2016

mars 2016


IV

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP)

V


LISTE DES ACRONYMES AFD Agence Française de Développement AMC Affaires Mondiales Canada ARV Anti-rétroviraux ASCP Agent de Santé Communautaire Polyvalent BM Banque Mondiale BMPAD Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement BID Banque Inter Américaine de Développement CADME Comité d’Appui au Développement de Matériels Educatifs CAL Centre de Santé avec Lits CAN Centre Ambulancier National CHU Centre Hospitalier Universitaire CDC Centers for Disease Control CARPHA Caribbean Public Health Association CDAI Centre Départemental d’Approvisionnement en Intrants CIPC Communication Inter-Personnelle et Counseling CIFAS Centre d’Information et de Formation en Administration de Santé CNPC Comité National de Prévention de la Cécité CNS Comptes Nationaux de Santé CMMP Commission Ministérielle des Marchés Publics CMS Clinique Mobile Scolaire CSL Centre de Santé sans Lit CSU Couverture Sanitaire Universelle CTC Centre de Traitement du Choléra CUT Compte Unique du Trésor DAB Direction de l’Administration et du Budget DELR Direction d’Epidémiologie, de Laboratoire et de Recherche DESS Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées DFPSS Direction de Formation et de Perfectionnement en Sciences de la Santé DHIS2 District Heath Information System 2 DINEPA Direction Nationale pour l’Eau Potable et l’Assainissement DPEV Direction du Programme Elargi de Vaccination DSF Direction de la Santé de la Famille

VI

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


DOSS Direction d’Organisation des Services de Santé DPM-MT Direction de Pharmacie, du Médicament et de la Médecine Traditionnelle DPSPE Direction de Promotion de la Santé et de la Protection de l’Environnement DRH Direction des Ressources Humaines DSA Direction Sanitaire de l’Artibonite DSC Direction Sanitaire du Centre DSGA Direction Sanitaire de la Grande-Anse DSI Direction des Soins Infirmiers DSN Direction Sanitaire du Nord DSNI Direction Sanitaire des Nippes DSNE Direction Sanitaire du Nord-Est DSNO Direction Sanitaire du Nord-Ouest DSO Direction Sanitaire de l’Ouest DSS Direction Sanitaire du Sud DSSE Direction Sanitaire du Sud-Est EMIRA Equipe Mobile d’Intervention Rapide EMMUS Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services EPSSS Evaluation de la Prestation des Soins et Services de Santé ERHIS Évaluation des Ressources Humaines des Institutions Sanitaires FHADIMAC Fondation Haïtienne de Diabète et de Maladies Cardio Vasculaires FIOP Fiche d’Identification et d’Opération de Projet FBR Financement Basé sur les Résultats GAVI Global Alliance for Vaccines and Immunization GHESKIO Groupe Haitien d’Étude du Sarcome de Kaposi et des Infections Opportunistes HBV et HCV Hépatite B et Hépatite C HTLV 1 et 2 Virus Lymphotropique Humain HCR Hôpital Communautaire de Référence HFG Health Financing and Governance HSIS Haïti Système d’Information Sanitaire HUEH Hôpital de l’Université d’État d’Haïti HUM Hôpital Universitaire de Mirebalais IST Infections SexuellementTransmissibles

LISTE DES ACRONYMES

VII


LNCP Laboratoire National de Contrôle de la Qualité LMG Leadership, Management and Governance LNSP Laboratoire National de Santé Publique MARNDR Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural MCC Millenium Challenge Corporation MEF Ministère de l’Économie et des Finances MENFP Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle MGI Médecine Générale Intégrale MIJ Maternité Isaïe Jeanty MINUSTAH Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haïti MPCE Ministère de la Planification et de la Coopération Externe MSH Management Sciences for Health MST Maladies Sexuellement Transmissibles NASTAD National Alliance of State and Territorial AIDS Directors NOAH National Organization for the Advancement of Haitians MSPP Ministère de la Santé Publique et de la Population OFATMA Office d’Assurance du Travail, Accident, Maladie et Maternité OMRH Office de Management des Ressources Humaines OAVCT Office d’Assurance Véhicule Contre-Tiers ODD Objectif de Développement Durable OEA Organisation des Etats Américains OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement OPS/OMS Organisation Panaméricaine de la Santé/Organisation Mondiale de la Santé OSE Officier de Surveillance Epidémiologique PADESS Projet d’Appui au Développement du Système de Santé PEPFAR President‘s Emergency Plan for AIDS Relief PCIME Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfance PES Paquet Essentiel de Services PEV Programme Élargi de Vaccination PIGD Prévention des Infections et Gestion des Déchets PIP Programme d’Investissement Public PNCM Programme National de Contrôle de la Malaria PNLT Programme National de Lutte contre la Tuberculose PNLS Programme National de Lutte contre le SIDA PNST Programme National de Transfusion Sanguine PNS Politique Nationale de Santé

VIII

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


PNSJA Plan Stratégique National Santé Jeunes et Adolescents PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement PPN Politique Pharmaceutique Nationale PSDH Plan Stratégique pour le Développement d’Haïti PSNEM Plan Stratégique National d’Elimination de la Malaria PTME Prévention de la Transmission Mère-Enfant PVVIH Personnel Vivant avec le VIH RAMOS Reproductive Age Mortality Studies REFIPS Réseau Francophone International pour la Promotion de la Santé RHS Ressources Humaines en Santé SEBAC Surveillance à Base Communautaire SIS Système d’Information Sanitaire SISNU Système d’Information Sanitaire National Unique SNADI Système National d’Approvisionnement et de Distribution des Intrants SIGRH Système Interministériel de Gestion des Ressources Humaines SYSDEP Système de Gestion des Dépenses Budgétaires SONUB Soins Obstétricaux et Néonataux d’Urgence de Base SONUC Soins Obstétricaux et Néonataux d’Urgence Complets SSC Services de Santé Communautaire SSQH Services de Santé de Qualité pour Haïti SYSEP Système d’Evaluation de la Performance TDR Test de Dépistage Rapide TEPHINET Training Programs in Epidemiology and Public Health Interventions Network UADS Unité d’Appui à la Décentralisation Sanitaire UAS Unité d’Arrondissement de Santé UCPNaNu Unité de Coordination des Programmes Nationaux de Nutrition UEP Unité d’Études et de Programmation UGP Unité de Gestion des Projets UNFPA Organisation des Nations Unies pour la Population UNICEF Organisation des Nations Unies pour l’Enfance UNOPS United Nations Office for Project Services USAID Agence Américaine pour l’Aide et le Développement VPI Vaccin Anti Poliomyélite Inactivé ZL Zanmi la Santé (Partners in Health)

LISTE DES ACRONYMES

IX


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 FEVRIER 2016 X

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


Introduction Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) est heureux de mettre à la disposition de toute la population particulièrement les intéressés aux questions de santé, le Parlement haïtien, les grands commis de l’Etat, les professionnels œuvrant dans le domaine, les partenaires techniques et financiers, les membres de la société civile et de la presse, ce bilan sur les principales réalisations du MSPP pour la période 2011-2016. Ce bilan est la compilation des documents «Grandes Réalisations du MSPP» publiés annuellement comme partie intégrante de la nouvelle approche de « Gestion axée sur les résultats et devoir de reddition de comptes », mise en place sous le leadership du Ministre Dr Florence Duperval GUILLAUME depuis son investiture le 16 octobre 2011. Ce document présente les principales réalisations aussi bien en Gou-

vernance, en Prestations de Soins et Services qu’en Utilisation des Ressources Financières allouées au Ministère de la Santé Publique et de la Population. Les cinq dernières années ont été marquées par des résultats tangibles dans les domaines de la Gouvernance en commençant avec l’élaboration de la nouvelle Politique Nationale de Santé (2012-2037) et du Plan Directeur de Santé (2012-2022). Des plans stratégiques alignés à cette nouvelle politique ont été élaborés ou mis à jour pour l’ensemble des domaines de santé et des plans opérationnels développés pour suivre leur mise en œuvre. Tenant compte des grands défis que nous impose le système de santé haïtien et en regard des objectifs poursuivis, le Ministère de la Santé Publique et de la Population a dû agir simultanément sur le renforcement des soins primaires de santé aussi bien que sur l’offre des services au

niveau institutionnel plus spécialisés. Si nous voulons aboutir à la couverture et à l’accès universels en santé, il faut obligatoirement renforcer ou réorganiser les institutions existantes tout en créant de nouvelles beaucoup plus aptes à répondre aux besoins actuels de la population ; tout cet ensemble supporté par de nouveaux systèmes de gestion et une bonne gouvernance. Cette réforme initiée commence à porter fruits quoique encore très, très loin de l’objectif visé dans notre Politique de Santé d’ici 2037. Bien qu’au cours des cinq dernières années, les actions conjuguées du personnel de santé et des partenaires aient débouché sur des résultats concrets, les défis en santé sont encore très importants et requièrent la collaboration et l’implication effectives d’acteurs de tous les secteurs pour une amélioration significative des conditions de vie et de santé en Haïti.

Introduction

1


Rappel des attributions du mspp • Formuler et mettre en œuvre la politique sectorielle dans les domaines de la santé publique et de la population, dans le cadre de la politique générale définie par le chef du gouvernement; • Assurer la régulation et le contrôle de toute action publique ou privée relevant de ses domaines de compétence; • Veiller à la mise en œuvre des politiques publiques en collaboration avec les autres ministères et, le cas échéant, avec les collectivités territoriales ; • Appliquer et faire respecter la politique du gouvernement dans les domaines de la santé et de la population; • Participer avec les institutions concernées à la révision de la législation réglementant les domaines de la santé et de la population; • Réglementer et superviser les activités des institutions publiques et privées œuvrant dans le domaine de la santé publique; • Établir les normes de construction, de restauration ou d’agrandissement des édifices destinés à fournir des services de santé; • Etablir les normes techniques sanitaires destinées à protéger la santé des citoyens contre les risques associés au développement des secteurs agricoles, industriels et urbains ;

2

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BO


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 • Etablir des normes techniques sanitaires relatives aux aliments, à l’eau potable, aux produits pharmaceutiques et cosmétiques destinés à l’usage humain et à l’hygiène publique et veiller à l’application des normes en questions; • Promouvoir la santé individuelle et collective en vue du plein épanouissement de la personne humaine ; • Mettre en place un système de soins médico-sanitaires, intégrant les institutions publiques et privées, de façon à garantir la prestation des soins à tous les citoyens ; • Enregistrer et contrôler les titres des professions médicales et paramédicales et s’assurer de l’adéquation de l’exercice de toute profession ou activité en relation avec la santé ; • S’assurer de la disponibilité et de la qualité des ressources humaines requises pour l’application des politiques et plans de santé ; • Contrôler les maladies d’intérêt collectif ; • Participer, en coordination avec les autres organismes concernés, aux activités de pré désastre et de secours ; • Veiller à l’application des accords et conventions internationaux relatifs à la santé publique et à la population ; • Entretenir des relations avec les organismes nationaux et internationaux œuvrant dans les domaines de la santé et de la population ; • Participer aux décisions et activités liées aux traités, conventions, protocoles, déclarations, actes, pactes, accords et autres instruments internationaux intéressant la santé publique ; • Coordonner les interventions des organismes nationaux et étrangers dans le domaine de la santé sur toute l’étendue du territoire national. Rappel des attributions du mspp

3


Les grands defis

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

4

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


Les grands defis 1.- ACCÈS AUX SERVICES ACCÈS GÉOGRAPHIQUE ET DÉMOGRAPHIQUE

Les principales caractéristiques démographiques nationales peuvent se résumer comme suit: i. Un taux de croissance encore élevé; une urbanisation rapide ; une population essentiellement jeune (36.5 % moins de 15 ans), une croissance accélérée surtout au niveau des couches les plus pauvres, un fort pourcentage (76%) de la population en dessous du seuil de pauvreté (moins de 2 dollars américains par jour) i. Population totale : 10, 400,000 ii. Nombre moyen d’enfants par femme : 3.5 iii. Couverture nationale : 40% de la population sont dépourvus ou n’ont pas accès aux services de base iv. Mortalité infantile < 1 an: 59 décès pour 1,000 naissances vivantes (selon EMMUS V contre 57 EMMUS IV) v. Mortalité maternelle : ratio de 157 pour 100,000 naissances vivantes (statistiques de services 2013) comparé aux données précédentes qui étaient de 350 en 2010 selon une estimation de l’OMS et de 630 selon l’enquête EMMUS de 2005 vi. Espérance de vie : 56 ans pour les hommes et 60 pour les femmes (recensement 2003) vii. Prévalence du VIH/SIDA: 2.2 pour 100 personnes (inchangé depuis 2005). Elle est plus élevée chez les femmes (2.7%) que chez les hommes (1,7%) ACCÈS AUX SOINS PRIMAIRES NON UNIVERSEL

i. ¾ de la base de la pyramide constituée de dispensaires ii. Nouvelle approche communautaire reposant sur les agents de santé communautaire polyvalentscommence à être mise en application ACCÈS AUX QUATRE SERVICES DE BASE : OBSTÉTRIQUE ET GYNÉCOLOGIE (OBGYN), MÉDECINE INTERNE, PÉDIATRIE ET CHIRURGIE

i. Services du second échelon à travers les HCR insuffisants ou inappropriés ii. Réseautage en balbutiement (système référence/contre-référence) iii. Accessibilité géographique, planification réalisée, application encours Les grands defis

5


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O RÉDUCTION DE LA MORTALITÉ INFANTILE : vaccination universelle, lutte contre les maladies hydriques, prise en charge des Infections Respiratoires Aigues,surveillance de la croissance et de l’état nutritionnel, éducation pour les bonnes pratiques d’hygiène.

RÉDUCTION DE LA MORTALITÉ MATERNELLE : soins prénataux, grossesses à risques, soins postnataux, prise en charge des urgences obstétricales, contrôle des naissances (PF)…. SYSTÈME DE RÉFÉRENCE : avec un réseau ambulancier et une pyramide sanitaire « lo­ gique et efficace » à partir d’une cartographie CONTRÔLE DES GRANDES ENDÉMIES: VIH/SIDA, TB, Malaria, choléra et autres maladies hydro-fécales RÉSEAU POUR SOINS D’URGENCES ET DE SERVICES SPÉCIALISÉS incluant la transfusion sanguine RÉSEAU DE LABORATOIRES POUR LA DÉTECTION ET LE CONTRÔLE DE LA QUALITÉ

2.- SYSTÈMES DE GESTION I. LEADERSHIP DU SYSTÈME : Planification intégrée, suivi, évaluation, gestion axée sur les résultats, performance (accountability) II. PARTENARIAT ET MULTISECTORIALITÉ III. RESSOURCES HUMAINES : Rationalisation-Adéquation quantité et qualité – Politique de rétention – Grille salariale – Plan de carrière - Création de cadres intermédiaires- Décentralisation de la formation – Expérience pilote de contractualisation….. IV. SYSTÈME D’INFORMATION SANITAIRE POUR LA GESTION : Processus de rapportage avec goulots d’étranglement, recherche d’un système unique et intégré pour une prise de décisions éclairée V. GOUVERNANCEETSYSTÈME DE GESTION FINANCIÈRE : Transparence- Rationalisation des investissements en santé pour un meilleur impact- Système d’information financière et production de rapports fiables, etc… VI. FAIBLESSE DANS LA GESTION DES HÔPITAUX : Qualité de l’offre des soins inappropriée et politisation des institutions VII. SYSTÈME UNIQUE D’APPROVISIONNEMENT ET DE DISTRIBUTION EN INTRANTSincluant contrôle de qualité et protection des bénéficiaires VIII. GESTION DES DÉCHETS – HYGIÈNE ET ASSAINISSEMENT 3.- FINANCEMENT DE LA SANTÉ A. SUBVENTIONS pour les soins maternels et infantiles ainsi que les grandes endémies B. RECOUVREMENT DE COÛTS /PÉRENNITÉ, participation du secteur privé lucratif, investissement public, stratégie de financement en phase d’élaboration C. SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIALE… un modèle à rechercher….. 6

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

Reconstruction de l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (état d’avancement au début 2016)

7


LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

8

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012 En référence aux objectifs constitutionnels de protection, de maintien et de rétablissement de la santé de ses citoyens, l’Etat redynamisera le Ministère de la Santé Publique en mettant en place deux axes stratégiques :  l’un pour la santé préventive et le contrôle des maladies susceptibles d’avoir un impact négatif sur la santé publique,  l’autre pour les soins curatifs reflétant les six piliers du système de santé: o les services de santé o l’information stratégique  o la gestion des intrants o le financement o les ressources humaines o la gouvernance tout ceci, à l’intérieur d’un régime de sécurité sociale intégré.

Objectif 1:

 Réduire le risque d’affectation de la population par une maladie (protection de la santé). Les résultats à atteindre en 5 ans pour les maladies transmissibles sont entre autres : o la réduction de moitié de l’incidence des maladies liées à l’eau o la réduction de la prévalence du VIH à 1% de la population adulte o la guérison de 85% des cas de tuberculose pulmonaire à microscopie positive o la distribution de 3 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide et o la réduction du nombre de cas de malaria à moins de 50,000 par an. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

9


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Objectif 2:

 Maintenir la santé de la population.

Les résultats à atteindre en 5 ans sont, par exemple, que : o 40% des femmes en union utilisent une méthode moderne de contraception o toutes les femmes enceintes bénéficient d’au moins trois visites prénatales o 75% au moins accouchent dans un centre médical o 90% des enfants soient complètement vaccinés avant l’âge de 1 an (y compris l’introduction d’autres vaccins non encore disponibles en Haïti: H influenza, Pneumocoque…) et o 80% des jeunes sachent comment se protéger contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles o le cancer du col, première cause de décès associé au cancer chez les femmes,puisse être au moins dépisté précocement dans les hôpitaux.

Objectif 3 :

 Rétablir la santé des personnes malades. Les résultats à atteindre en 5 ans sont : une couverture sanitaire à 100% à travers 1,000 centres de premier échelon, 50 hôpitaux communautaires de référence, 10 hôpitaux tertiaires avec centres d’urgence avancés et un réseau de prise en charge des maladies mentales. Objectif 4:

 Renforcer le Leadership du Ministère à travers ses fonctions exécutives A. Gouvernance L’Etat assurera son leadership pour la conceptualisation et la mise en place d’un Système National de Santé en organisant les États Généraux de la Santé. L’objectif premier sera de dégager de manière participative une vision commune du système et des stratégies efficaces pour une meilleure réponse aux besoins des populations tout en répondant aux engagements pris par le gouvernement. Il devra en résulter une Politique Nationale de Santé avec une vision sur 25 ans et un Plan directeur multisectoriel 2012-2022. Le Ministère devra aussi disposer d’une loi organique répondant à la nouvelle vision. Un cadre légal sera aussi constitué pour la création de l’Ordre des Médecins, des conseils d’administration des Hôpitaux départementaux et de l’HUEH et concernera également leur autonomie. Il est extrêmement important, dans l’esprit de transparence et de rationalisation de l’utilisation des ressources pour un meilleur rapport coût/efficacité, que les procédures soient strictement appliquées et que les rapports financiers puissent être produits et connus du public. Parallèlement, il sera introduit au Ministère une 10

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 structure de Gestion des contrats capable de soutenir la gestion axée sur les résultats où le Ministère approchera les contrats sur une base de résultats à atteindre avec tous ses partenaires dans le sens de la modernisation.

Les comptes nationaux de santé seront finalisés et un accord fait avec les bailleurs pour les informations sur les indicateurs du Système d’Informations Financières à des fins d’analyse et de prise de décisions. Ces rapports seront discutés aux réunions des bailleurs et les résultats auxquels ils auront abouti seront publiés. Les interventions d’ONG locales et internationales seront rationnalisées sur la base de la carte sanitaire. Une attention particulière sera apportée à l’alignement et à l’intégration des innovations des Haïtiens vivant à l’étranger désireux de contribuer à l’amélioration du système de santé de leur pays. B. Ressources Humaines La redéfinition et la redistribution des ressources humaines pour répondre aux besoins de la population seront des objectifs de premier rang. La politique de ressources humaines à appliquer pour faire place aux besoins du système comportera la formation decadres intermédiaires et d’infirmières spécialisées à même de suppléer à la carence en nombre des médecins. C. Système d’Information pour la Gestion Il sera mis en place un Système Unique d’Information Sanitaire et de Surveillance Epidémiologique (SISNU) avec une base de données centrale et une réplique départementale pour la gestion de l’information liée aux services, aux ressources et à la Surveillance Epidémiologique à des fins de décisions. D. Gestion des intrants essentiels à la santé Un réseau national unique d’approvisionnement, de distribution et de contrôle des intrants devra être mis en place pour un meilleur rapport coût/efficacité. Le renforcement des Centres d’Approvisionnement en Intrants (CDAI) en matière de Gestion sera aussi effectué dans le sens d’une décentralisation. Un mécanisme pour un contrôle de qualité sera aussi mis en place (Laboratoire National et périphérique) afin de garantir la sécurité des bénéficiaires. E. Financement de la Santé La stratégie de financement du système a comme philosophie de mettre l’usager au centre du système non seulement comme bénéficiaire mais aussi comme financeur quand il en a les moyens, l’État se réservant la prise en charge des maillons les plus faibles de la chaine sociale. Cette stratégie passe par la création d’une Commission pour l’élaboration d’un modèle de protection sociale en santé.

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

11


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O LES PRINCIPAUX RESULTATS DU QUINQUENNAT (Octobre 2011-février 2016)

Par rapport à ces objectifs fixés depuis 2012 dans la feuille de route du Ministre, Dr Florence Duperval Guillaume, ce « Bilan de 5 ans » est la compilation des «Grandes Réalisations» 2011-2012, 2012-2013, 2013-2014 et 2014-2015 publiées par le MSPP sur une base régulière comme mécanisme de reddition de comptes. En guise d’introduction à ce bilan, un résumé des principales dates qui ont marqué les Grandes Réalisations du MSPP entre 2011et 2015 est présenté dans le tableau suivant : Année

2012

2013

2014

12

Mois

Activités

Janvier Mars Octobre

États Généraux de la Santé Inauguration du Centre Ambulancier National Nomination d’Haïti au Conseil d’Administration du Fonds Mondial Introduction du vaccin Pentavalent en Haïti Novembre Inauguration de l’Hôpital Universitaire de Mirebalais Décembre Lancement de la reconstruction de l’Hôpital St Michel de Jacmel Février Remise de plaques par le Directeur adjoint de l’OPS/OMS au Ministre et au Président de la République pour les efforts vers l’élimination des quatre maladies immuno-controlables (poliomyélite, rougeole, rubéole et rubéole congénitale) Prix du ‘Harvard Health Leader 2013’ décerné au Dr Florence D. Guillaume, Avril Ministre de la Santé par le Harvard Kennedy School of Government Dr Florence D. Guillaume élue Vice-Président de l’Assemblée Mondiale de la Mai Santé Relocalisation du MSPP dans des locaux temporaires sur le site du CAN à Maïs Gâté Juin Publication des Comptes Nationaux de Santé 2010-2011 (les premiers en Haïti) Lancement des activités des ‘Semaines de Santé de l’Enfant’ Octobre Inauguration de l’Institut National Supérieur de Formation de Sages-femmes Inauguration du nouveau bureau départemental de la Direction Sanitaire du Janvier Nord-Est Forum des ONG en Santé Mars Lancement de la campagne intensive de Planification Familiale Avril la Introduction du test rapide de dépistage de la malaria Mai et Juin Inauguration des 3 HCR financés par la Coopération Tripartite Brésil, Cuba, Haïti et de l’Institut Haitien de Réhabilitation Gérard Léon Juillet Réception d’un don de 400,000 doses de vaccins contre le choléra à l’occasion de la visite du Secrétaire Général des Nations Unies, M. Ban Ki Moon Août Lancement de “Haïti Air Ambulance”

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Année

2014

2015

2016

Mois

Activités

Lancement de la stratégie du ‘Financement Basé sur les Résultats’ Septembre Lancement du programme des Cliniques Mobiles dans les écoles Novembre Inauguration du nouvel hôpital La Providence des Gonaïves Décembre Inauguration de la première usine de production de sel iodé en Haïti Janvier Lancement des activités de formation sur le traitement du cancer en Haïti Mars Installation du Conseil d’administration à l’Hôpital des Gonaïves Avril Conférence internationale sur le financement de la santé Juin Lancement de la Politique Pharmaceutique Nationale Juillet Pose première pierre du complexe de soins intensifs et traumatologie à Cité Soleil Octobre Lancement de l’Evaluation des Ressources Humaines des Institutions Sanitaires (#2) Novembre Première journée de commémoration des victimes des accidents de la voie publique Février Dixième anniversaire du Laboratoire National de Santé Publique

I. PRESTATION DE SERVICES EN REGARD DES OBJECTIFS POURSUIVIS A. AMELIORER LA COUVERTURE ET L’ACCES AUX SERVICES DE SANTE Dans le but d’améliorer la couverture et l’accès aux services, et tenant compte des priorités établies par les Autorités Sanitaires Centrales et Départementales, plus de 270 projets de

L’investissement public au service de la santé : Participation de la communauté et des autorités locales Devenue commune en 1986, Chansolme et ses deux sections communales avec une population de30361 habitants n’était desservie que par un dispensaire avec seulement trois personnels de soins et très peu de matériels (un bureau, 10 chaises, une table de consultation, un inverter, une génératrice, une lampe baladeuse, deux microscopes et quatre portes sérums). EtaitSitué sur une pente raide, son accès a toujours été d’accès difficile. En 2012, les autorités des collectivités territoriales ont approché la Direction Sanitaire du Nord-Ouest (DSNO) pour doter Chansolme d’une institution de santé répondant à ses besoins. La demande a été transmise à la Haute Direction du MSPP mais les autorités devaient fournir un terrain. La DSNO a rapidement contacté le Maire de la Commune (M. Christopher Joseph) et le Délégué Départemental (M. Emmanuel Rémy) qui ont entrepris les démarches pour mettre à la disposition du MSPP un terrain mieux situé pour l’édification du nou-

veau Centre de Santé.Construit avec les fonds du Programme d’Investissement du Trésor Public, le Centre a été inauguré en octobre 2014. Aujourd’hui les résultatssont significatifs. Avec un niveau de service amélioré, la fréquentation est passée de 194 nouvelles visites en janvier 2012 à 417 nouvelles visites en janvier 2016, soit une augmentation de 115%. Cette performance est liée au renforcement du personnel de l’institution qui est passé à 3 médecins, 5 infirmières et auxiliaires infirmières, 2 archivistes ainsi qu’à l’acquisition de matériels et équipements répondant aux besoins du centre, aussi financés par le Trésor Public. De plus, le Centre de Santé à Lits de Chansolme accueille aujourd’hui un site de prise en charge du VIH (La photo du nouveau CAL de Chansolme dans l’Annexe 4 du Bilan- département du Nord-Ouest). Dr Rony Pierre Directeur, DSNO

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

13


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O réhabilitation et de construction ont été réalisés entre 2011 et 2015 : 131 constructions, 98 réhabilitations et 41 en construction. Les détails de la distribution (par catégorie et par département) sont présentés dans l’Annexe 1 et le résumé dans le tableau suivant : Distribution des projets d’infrastructures de santé réalisés entre 2011 et 2015 Catégories

Statut

Hôpitaux (28)

Centres de santé et dispensaires (134)

2011 2012

ANNEE FISCALE 2012 2013 2013 2014

2014 2015

TOTAL

Construits

-

1

5

-

6

Réhabilités

1

6

8

1

16

En construction

-

-

-

6

6

Construits

-

6

25

17

48

Réhabilités

8

27

15

6

56

30

30

En construction Construits

4

2

3

1

10

Réhabilités

2

1

1

-

4

En construction

-

-

-

2

2

UTC + CTDA (traitement Construits choléra) (44)

-

20

24

-

44

Construits

1

1

-

-

2

Réhabilités

6

1

-

-

7

Construits

-

9

2

10

21

Réhabilités

2

2

11

En construction

-

-

-

3

3

24

76

94

76

270

SONUB et SONUC (16)

Postes transfusion sanguine (9) Institutions spécialisées et autres (39)

TOTAL

15

Des photos illustrant certaines de ces réalisations sont présentées dans l’Annexe 4 de ce bilan. Bien qu’une grande partie des projets ait été financée par les fonds du trésor public, soit à partir des fonds d’investissement public ou des fonds communaux, il faut souligner la large contribution des partenaires et du secteur privé dans la réhabilitation et la construction de nouvelles infrastructures sanitaires. Dans le cadre des projets de construction et de réhabilitation d’infrastructures de santé, la DOSS a régulièrement supervisé l’ensemble des chantiers en plus d’approuver les décomptes des travaux soumis par les firmes chargées des constructions. 14

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

Supervision du chantier des travaux de construction de l’Hôpital Communautaire de Référence Simbi Continental par la Ministre Dr Florence D. Guillaume, M. Wilson Laleau, Ministre de l’Économie, M. Yves Germain Joseph, Ministre de la Planification et de la Coopération Externe, Dr Jean Patrick Alfred, Directeur de l’UEP du MSPP et les représentants de la firme responsable du chantier (juillet 2015)

Les rapports des statistiques de services des dernières années montrent que le % des rapports mensuels attendus avait atteint 90% en 2014. Au moins un tiers de la population du pays a sollicité les services de santé disponibles aux niveaux communautaire et institutionnel. D’autres informations tirées des statistiques de services sont présentées dans la section “Prestation de services” de ce rapport. RAPPORTS ET VISITES- RAPPORTS STATISTIQUES MSPP (2012-2015) 2012 # institutions enregistrées dans le système HSIS

2013

2014

2015 (6 mois) (*)

800

690

791

794

# rapports mensuels attendus

9 600

8 280

9 492

4 764

# rapports mensuels reçus

6 302

7 211

8 543

3 787

% rapports mensuels reçus

65,6

87%

90%

79.5%

# premières visites et %

2 860 768 (27.5%

3 048 861 3 376 468 (28.8% (31.4%)

1 406 691

# total de visites

5 695 883

6 573 915 6 276 937

3 978 201

# moyen de visites par habitant

0.55

0.62

0.58

0.36

(*) Étant donné la transition de la base HSIS vers celle de DHIS 2 en juillet 2015, seules les informations du deuxième semestre sont présentées pour 2015.

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

15


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O B. PROTECTION DE LA SANTE : REDUIRE LE RISQUE D’AFFECTION

DE LA POPULATION PAR UNE MALADIE Les résultats attendus, en regard de cet objectif, considèrent l’incidence et la prise en charge des maladies hydriques, du VIH, de la Tuberculose et de la Malaria. Toutefois, le Ministère de la Santé a aussi agi sur d’autres aspects devant aussi contribuer à protéger au mieux la santé des populations. 1.1. LUTTE CONTRE LES MALADIES HYDRIQUES PARTICULIEREMENT LE CHOLERA

Au cours des cinq dernières années, des interventions majeures ont été réalisées pour lutter contre les diarrhées aigües dont le choléra, à savoir:  La construction de 44 Centres de Traitement de Diarrhées Aigues ;  La formation de plus de 1,500 prestataires sur les dix départements sanitaires pour une prise en charge de meilleure qualité ;  L’intégration de la prise en charge du choléra dans 50% des institutions sanitaires publiques ;  La mise en place de 11 équipes mobiles d’intervention rapide (EMIRA) au niveau de chaque département;  L’organisation d’une campagne d’assainissement et de mobilisation sociale dans les départements pour renforcer le changement de comportement de la population contribuant ainsi à la réduction de l’incidence du choléra et de la létalité à 0,75 % à la fin de 2015.

Centre de traitement du choléra de Caracol (Nord-Est) - Financement Minustah

16

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Le Ministre de la Santé Publique et de la Population accompagné de ses cadres et des Représentants des Agences Onusiennes en Haïti reçoit du Secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Ban Ki Moon, 400,000 doses de vaccins contre le choléra (juillet 2014)

Le tableau suivant présente l’évolution des indicateurs du programme de prévention et de prise en charge du choléra depuis son apparition en 2010. EVOLUTION DES INDICATEURS DU CHOLÉRA (2010-2015) Indicateurs # cas vus # cas hospitalisés # total décès Taux létalité globale

2010 (oct. à déc.) 185 351 103 728 4 101 2.21%

2011

2012

2013

2014

2015

352 033 186 673 2 927 0.83%

101 503 61 877 908 0.89%

58 505 37 648 610 1.04%

16 185 11 969 164 1.9 %

36 075 29 646 322 0.75

1.2. LUTTE CONTRE LES MALADIES TRANSMISSIBLES

1.2.1 Lutte contre les MST-VIH/SIDA La Riposte nationale face au VIH s’est intensifiée au cours de ces dernières années pour maintenir stable le niveau de prévalence nationale de 2.2% tout en espérant une inversion de la tendance à l’horizon de 2017–2018. Un défi de taille, avec la récente étude de PSI sur les groupes clés dont les résultats ont été publiés en 2015, est la prévalence chez les «Hommes Ayant des Rapports Sexuels avec d’Autres Hommes» de 12.9% et chez les «Professionnelles du Sexe» de 8.7%. A la fin de 2014, le nombre de PVVIH était estimé à 150,000 , le nombre de personnes contaminées par le VIH à 8,200 et le nombre de décès à 5,000 (pour l’année 2014). Toutefois, l’incidence du VIH continue à baisser en Haïti. Selon les estimations révisées en 2015, un total de 8,200 personnes ont été contaminées en 2014, alors qu’elles étaient de 11,300 en 2004; soit un recul de 27% au cours des dix dernières années. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

17


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

JOURNEE MONDIALE DU SIDA – décembre 2013- avec Dr Florence D. Guillaume, Ministre de la Santé, Mme Magalie Racine, Ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique, sous le haut patronage de Son Excellence M. Michel Joseph Martelly, Président de la République et de la Première Dame, Mme Sophia Martelly

Le nombre de personnes qui décèdent de causes liées au sida diminue également en Haïti. Les estimations effectuées par la Coordination Technique du Programme National de Lutte contre les IST/VIH/Sida (CT/PNLS) de 2015 démontrent que le nombre de décès dus au sida en 2014 est de 3,800 contre 7,800 en 2008; soit une baisse de plus de 50% sur six ans. En 2015, le Programme National a connu aussi une réorganisation/regroupement de structures qui offrent les services de prévention, diagnostic, soins et traitement en fonction des données épidémiologiques et des résultats programmatiques. Ainsi, au 30 septembre 2015, le nombre de Points de Prestation de Services qui fournissent le traitement anti rétroviral en Haïti était de 129 et le nombre de PVVIH qui reçoivent leur traitement anti rétroviral est de 67,000 dont 2,800 enfants âgés de moins de 15 ans. Il faut souligner l’apport important du réseau GHESKIO dans la lutte contre les IST/VIH/SIDA avec le suivi de 33% des PVVIH actifs sous ARV à travers ses 17 postes de prestation de services. La survie des PVVIH a été considérablement améliorée. Grâce à l’utilisation des services de soins et traitement, on estime entre 6,200 et 6,600 le nombre de décès évités par année. De plus, selon la récente étude de la CT du PNLS de 2015, le taux de rétention à 6 mois est de 84% et celui de 12 mois est de 73.1%. Cependant, la couverture en ARV a diminué parce que les besoins ont augmenté avec l’initiation au traitement sur un taux de CD4 ≤ 500; elle était de 60% à la fin de 2015. Haïti devra donc continuer son plaidoyer aussi bien 18

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 auprès du Trésor Public que des partenaires non traditionnels pour trouver beaucoup plus de ressources financières et de médicaments pour arriver véritablement à placer tous les patients sous ARV.

Les femmes enceintes ont aussi bénéficié d’une meilleure prise en charge pour leur santé et pour prévenir la transmission mère-enfant du VIH. Le nombre de femmes enceintes ayant bénéficié du traitement au cours d’une seule année a plus que doublé entre 2008 et 2013 passant de 2,500 à 5,226. La couverture du traitement chez les femmes enceintes séropositives identifiées dans le système est de 90% en 2015. EVOLUTION DE QUELQUES INDICATEURS DU PNLS 2011-2015 Indicateurs

2011

2012

2013

2014

2015

#de personnes testées pour le VIH

719 654

879 652

1 154310

1 175469

1 295910

# de nouveaux enrôlés en soins

19 400

22 700

24 100

21 200

21 300

# de nouveaux enrôlés sous ARV

9 400

13 900

18 700

19 000

17 700

# patients sous traitement

35 000

43 000

54 000

63 500

68 900

1.2.2 Lutte contre la tuberculose Le Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT) a continué le dépistage et la prise en charge des patients TB à travers des services fournis dans 253 sites de prestation (fin 2015). Notons qu’au cours des cinq dernières années, le taux de détection a augmenté de 67% à 80%. Le plus récent rapport sur le dépistage de 2015 et les résultats de traitement de 2015 montre que 16,242 patients ont été dépistés et mis sous traitement. A la fin de 2015, les Laboratoire BSL-2 pour la tuberculose (dans le Nord et dans le Sud) statistiques du programme font état d’un taux de détection de la tuberculose de 75%, d’un taux de traitement de 81% et d’une augmentation sensible du taux de patients pris en charge pour la co-infection TB/VIH. Les principales avancées des cinq dernières années dont l’extension du réseau de Gene XPERT aux 10 départements sanitaires pour améliorer le dépistage de la TB sensible et résistante, la réhabilitation de 8 Centres de Diagnostic et de Traitement , la reconstruction des Sanatoria de Port-au-Prince et de Sigueneau, la construction de deux laboratoires régionaux (Nord et Sud) de culture (BLS2). L’ensemble de ces infrastructures a permis d’améliorer l’accès à ce service. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

19


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Rencontre bi-nationale sur la tuberculose (Santo Domingo, juillet 2015

Le tableau suivant montre l’évolution de quelques indicateurs du programme de lutte contre la tuberculose depuis 2011 : QUELQUES INDICATEURS DU PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LA TUBERCULOSE 2011-2015 Année

# patients traités

Taux de mortalité (pour 100,000)

% patients testé pour VIH

Incidence/ 100,000 habitants

2011

15 323

27

73%

230

2012

16 723

25

80%

222

2013

17 040

27

83%

213

2014

15 963

20

88%

206

2015

16 242

90%

200

1.2.3 Lutte contre la malaria La mise en œuvre du Plan Stratégique National de Contrôle de la Malaria 2009-2013 avec extension en 2015 a permis au cours de cinq dernières années de faire de grandes avancées vers la voie du contrôle et de l’élimination de la malaria. Grâce aux allocations du trésor public et un grand support financier du Fonds mondial pour la période allant de 2011 à 2015 à travers le projet intitulé « Vers l’Elimination de la malaria en Haïti», les principales réalisations du PNCM sont les suivantes : •

20

Formation de 3,385 prestataires de soins toutes catégories confondues au niveau des 10 départements sur l’utilisation des Tests de Diagnostic Rapides (TDR) et sur les nouvelles normes de prise en charge des cas ;

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 •

Approvisionnement en médicaments antimalariques et en TDRs (allocations du Fonds Mondial) de 868 Institutions Sanitaires (avec ou sans laboratoire) impliquées dans l’implémentation du programme pour garantir une prise en charge adéquate des patients ;

Introduction des Tests de Dépistage Rapide en 2014 qui a révolutionné la Prise en Charge de Cas en terme de diagnostic rapide et traitement précoce des cas : 365,517 Tests de Diagnostic Rapide (TDRs) ont été réalisés par Administration du Test Rapide pour la Malaria (TDR) rapport à une cible programmatique lors de la Campagne de lutte contre la Malaria dans la de 300,000 par année revue à la Grande Anse (avril 2015) baisse montrant ainsi une diminution très drastique et irréversible de l’indicateur ‘’Nombre de patients avec malaria non compliquée/sévère sans test de confirmation et mis sous traitement selon les normes‘’ passant de 117,293 cas présomptifs traités à la Chloroquine en 2012, à 38,767 cas en 2014 et seulement 8,556 cas présomptifs traités en 2015.

Dans le souci de «Garantir une prévention anti paludique efficace pour les populations à risque», le PNCM a mis l’emphase sur la prévention individuelle et collective à travers des activités de Lutte Anti Vectorielle dont l’ensemble des interventions visant à lutter contre les vecteurs avec pour objectif de réduire la densité vectorielle et le contact homme-vecteur. Entre 2011 et 2015, les actions suivantes ont été réalisées: •

Distribution de plus de trois millions de Moustiquaires Imprégnés d’insecticides à Longue Durée d’Action (MILDA);

Traitement de 42,275 gîtes larvaires (tous types confondus);

Réalisation de 1,036 séances de fumigation.

Le tableau suivant montre l’évolution de quelques indicateurs du programme au cours de dernières années : EVOLUATION DE QUELQUES INDICATEURS DU PROGRAMME DE CONTROLE DE LA MALARIA 2012

2013

2014

2015

25 423

20 957

17 696

17 595

2 987 653

0

12 347

0

# gites larvaires traités

296

3 393

21 505*

17 081

# séances fumigation

93

28

591 *

324

# de patients ayant eu un test positif malaria et mis sous traitement selon les normes # moustiquaires imprégnés distribués

(*) en riposte à l’épidémie de Chikungunya

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

21


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Bon nombre de documents stratégiques et techniques ont été élaborés pendant cette période. En plus des documents présentés dans l’Annexe 3 de ce bilan, le PNCM a réalisé une évaluation approfondie du Programme à travers un outil préconisé par l’OPS/OMS : la Revue des Performance du Programme (RPP) qui a permis de déceler les forces, les faiblesses, les opportunités, les menaces et les mesures correctives pour améliorer la performance du Programme ainsi qu’une Note Conceptuelle Malaria approuvée par le Fonds mondial, proposition technique élaborée par la pays alignée sur la Politique Nationale et le Plan Directeur du MSPP. 1.2.4 Lutte contre la Filariose Pour arriver à l’élimination de la Filariose Lymphatique à l’horizon 2020, le MSPP, en collaboration avec ses partenaires, a identifié deux grands axes d’intervention : 1) Interruption de la transmission et 2) Prise en charge de la morbidité et la prévention des incapacités. Depuis 2013, des campagnes de distribution massive de médicaments au niveau de six départements sanitaires du pays ont été réalisées dans le but d’interrompre la transmission de la maladie. Ces campagnes sont précédées d’une grande mobilisation sociale à travers les spots publicitaires dans les stations de radio et de télévision et du travail de conscientisation réalisé par les leaders communautaires, les promoteurs et les distributeurs. Les résultats des trois premières années de cette campagne se présentent comme suit : RESULTATS DU PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LA FILARIOSE Indicateurs # personnes ciblées # personnes ayant reçu les médicaments % couverture

2013 8 821 905 7 047 600 80%

2014 7 699 576 5 488 787 71%

1.2.5 Lutte contre la Rage

Journée Mondiale de Lutte contre la Rage (septembre 2015)

22

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

2015 6 374 824 4 990 810 78%


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 En coordination avec le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Dévelop­ pement Rural (MARNDR) et la Direction d’Épidémiologie, de Laboratoire et de Recherches au MSPP (DELR) qui assure la surveillance, la Direction de Promotion de la Santé et de Protection de l’Environnement (DPSPE) a entamé un processus de restructuration du programme de lutte contre la rage avec l’appui de l’OPS/OMS et de CDC. Le MSPP a maintenant un cadre responsable des activités de conscientisation des responsables d’institutions et des prestataires sur la problématique de la rage, du suivi et de l’encadrement des prestataires ainsi que le renforcement de la prise en charge. Depuis 2015, au moins une institution publique par commune assure la prise en charge et dispose de vaccins et de personnel formé. Un cahier d’enregistrement des cas de morsure par animal suspect de rage est également disponible au niveau de l’ensemble des institutions des dix départements. 1.2.6 Lutte contre le Chikungunya Au cours de l’année 2014, malgré la faiblesse de la surveillance, le MSPP a pu suivre la tendance évolutive de cette fièvre qu’est le Chikungunya comparable à la dengue et au paludisme. Se référant aux spécimens suspects confirmés positifs par CARPHA (Carribean Public Health Agency), le MSPP, confirmant ainsi l’entrée effective de l’épidémie de Chikungunya, a immédiatement élaboré un plan de lutte contre le Chikungunyaavec l’objectif spécifique d’Assainir le milieu en intensifiant la Lutte Anti Vectorielle dans les communes et quartiers risque. En riposte à l’épidémie, les activités suivantes ont été rapidement mises en œuvre grâce à l’appui du trésor public, de la MINUSTAH et des communautés : • Activités intensives de traitement de gîtes larvaires : 17,667 gîtes larvaires ont été identifiés et traités; soit environ 20 fois plus de gîtes que la cible prévue pour le 2ème semestre de l’année fiscale (800 gîtes prévus); • L’intensification des activités de fumigation : 437 séances de fumigation nocturne ; • Campagne de sensibilisation contre les eaux stagnantes à domicile.

Lutte contre les maladies transmissibles par vecteur (malaria, chikungunya, filariose, zika) Séance de fumigation dans les localités à haut risque (Grande Anse, avril 2015)

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

23


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Au cours de l’année 2014, 69,448 cas suspects de chikungunya ont été rapportés par le système de surveillance épidémiologique (22.4% des causes de morbidité sous surveillance -2014). La maladie est maintenant à l’état endémique. C. MAINTENIR LA SANTE DE LA POPULATION Cet objectif fait référence à tout ce qui concerne la santé maternelle et infantile, véritable porte d’entrée du système.

2.1. SANTE DE LA FEMME ET DE LA MERE Entre 2011 à 2013, le programme «Manman ak ti moun an santé» a subventionné les soins à plus de 26,053 femmes enceintes et 58,733 enfants de moins de cinq ans dans 19 centres et hôpitaux des dix départements selon une approche de financement basé sur la performance. Ce programme, lancé sous le haut patronage de Son Excellence Michel Joseph Martelly et de la Première Dame de la République, Mme Sophia Martelly, a été appuyé par la Coopération Canadienne et exécuté par l’OPS/OMS en collaboration avec d’autres partenaires.

Programme ‘Manman ak timoun an santé’ (2011 à 2013)

Au cours des cinq dernières années, la DSF a poursuivi la mise en place et le renforcement des interventions visant à réduire le taux de mortalité maternelle en améliorant la masse critique de personnel formé et en procédant à l’extension des installations sanitaires offrant des soins obstétricaux. Le MSPP a construit et inauguré plusieurs centres de soins obstétricaux et néonataux (SONU) dans différents départements:

Construction du SONUB de Savanette dans le Centre (appui de la coopération française)

24

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 • • • • • •

Petite Place Cazeau et Martissant dans l’Ouest Pole Mère-enfant à Miragoane Marigot, Thiotte et Banane dans le Sud-Est Jean-Denis dans l’Artibonite Trou du Nord dans le Nord-Est Savanette dans le Centre

L’hôpital La Paix dans l’Ouest a bénéficié d’importants travaux de réaménagement au niveau de la maternité et de la salle d’opération. Dans le but de continuer à appuyer l’offre gratuite des services d’accouchement, du matériel, des intrants et des médicaments ont été distribués dans le réseau des institutions publiques offrant des services de santé maternelle. La mise à jour des normes de prise en charge des accouchements compliqués et leur vulgarisation à tous les niveaux du système ainsi que la formation des prestataires à assurer des services de qualité sont des composantes importantes du programme de santé de la reproduction. Les détails de ces formations sont présentés dans l’Annexe 2 de ce bilan. Le tableau suivant présente les statistiques sanitaires relatives à la santé de la femme au cours des cinq dernières années. Dans les 690 institutions enregistrées dans le système pour la période, près de 10% des consultations concernent les femmes enceintes et plus du quart des patients ont sollicité les services de planification familiale. Notons que la proportion des premières et troisièmes visites prénatales n’a pas beaucoup varié au cours des dernières années. Lorsqu’on examine la couverture des visites par rapport aux grossesses attendues, près de 94% ont bénéficié d’une première visite prénatale en 2014 et 76% en 2015. Au niveau des accouchements, 57% ont été réalisés au niveau institutionnel en 2014 et 63% en 2015. SANTE DE LA FEMME ET DE LA MERE- STATISTIQUES DE SERVICES 2011-2015 2011 # total consultations Types de consultation Planification familiale – nouveaux clients

4 863 244 5 142 306

Femmes enceintesaccouchements

2013

2014

5 610 495

6 276 937

2015 (6 mois) (*) 3 998 797

femmes enceintes

12.1%

11,0%

10.0%

9.4%

7.8%

planification familiale

21.5%

24,5%

27.2%

26.3%

31.3%

Hommes

179 880

169 645

763 992

202 962

199 077

Femmes

273 977

336 340

343 192

359 596

223 337

607 449

563 493

571 330

630 555

264 058

44.8%

42.1%

41.4%

39.9%

39.2%

17.0%

17,4%

17.3%

17.0%

17.1%

ND

91.2%

89.3%

93.9%

75.8%

130 359

120 089

125 530

138 300

64 085

# visites prénatales Femmes enceintesvisites prénatales

2012

Proportion 1

ière

visite

Proportion 3e visite Couverture 1 visites sur grossesses attendues ière

# accouchements Institutionnels

53.9%

50,9%

50.0%

57.0%

63.1%

non-institutionnels

46.1%

49,1%

50.0%

42.9%

36.9%

(*) Étant donné la transition de la base HSIS vers celle de DHIS 2 en juillet 2015, seules les informations du deuxième semestre sont présentées pour 2015.

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

25


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Avec l’appui de ses partenaires, le MSPP a élaboré en 2012 un plan national d’élimination du Tétanos Maternel ou Néonatal d’ici l’année 2015, plan dont la vaccination représente l’un des axes stratégiques. Pour parvenir à cet objectif d’élimination, le MSPP, parallèlement aux activités de renforcement de la vaccination de routine qui s’adressent principalement aux femmes enceintes, a réalisé des activités de vaccination supplémentaires dans les communes à haut risque. Le tableau suivant montre le taux de vaccination des femmes enceintes au cours des cinq dernières années. TAUX DE VACCINATION DES FEMMES ENCEINTES 2011-2015 ANNEE

Population cible

% couverture

2012

260 330

39.9%

2013

264 481

63.6%

2014

268 642

60.2%

2015

272 796

48.7%

2.1.1 Planification familiale Sous le haut patronage de la Première Dame de la République, Mme Sophia Martelly, la campagne intensive de PF a été lancée le 13 mars 2014 dans la localité de Marigot du Sud-Est pour les quatre départements du Grand Sud en présence des autorités et de la communauté. Cette campagne, par la suite implantée dans les autres départements avec la formation de centaines de prestataires en méthodes de longue durée, vise à combler les gaps et réduire le taux de besoins non satisfaits en termes de planification familiale.

La ‘Reine Capote’ lors du lancement de la compagne de planification familiale

Campagne de planification familiale : Lancée le 3 mars 2014 –Marigot/Sud-Est Sous le haut patronage de la Première Dame de la République, Mme Sophia Martelly

Une enquête nationale conduite sur l’année 2015 visant à mesurer l’offre de services au niveau institutionnel, notamment la disponibilité des intrants et des services de Santé de la Reproduction (Santé Maternelle et Planification Familiale) ainsi que la satisfaction des 26

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 clients et clientes de la PF a montré que l’offre des méthodes de contraceptifs modernes est disponible dans la quasi-totalité des 132 points de prestations de services répartis sur l’ensemble du territoire national et à plusieurs niveaux de la pyramide sanitaire; 97.0% de ces points offrant au moins trois méthodes contraceptives modernes.

Formation en implants de planification familiale à Cap Rouge (Sud-Est)

2.2. SANTE DE L’ENFANT Dans le domaine des soins néonataux, la DSF a ciblé quatre centres de soins pédiatriques pour la mise en place de la technique ‘mère kangourou’ (la mère garde son bébé sur elle en permanence) visant à assurer la survie des nouveau-nés prématurés même sans la présence d’incubateurs. Pour répondre à son engagement d’introduction de nouveaux vaccins dans le calendrier vaccinal haïtien et d’augmenter ainsi la protection des enfants contre les maladies évitables par la vaccination, le MSPP a introduit le Pentavalent en novembre 2012. Ce nouveau vaccin offre à tous les enfants haïtiens de moins d’un an une protection contre cinq maladies réputées mortelles : la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B et les infections à Haemophilus Influenzae type B. La Semaine de Santé de l’Enfant (SSE) est une stratégie adoptée par le MSPP en vue de fournir les soins de santé primaires et réduire la morbidité et la mortalité chez les enfants. Au cours des SSE, les équipes se mobilisent pour toucher le maximum d’enfants sur une courte période avec les activités de vaccination, de déparasitage et de distribution de micronutriments (Vitamine A et Zinc) ainsi que du sérum oral. Entre 2012 et 2015, le MSPP a réalisé cinq SSE qui ont atteint chacune plus d’un million d’enfants de 6 à 59 mois avec des résultats de couverture de plus de 80% pour le déparasitage et la vitamine A dans la majorité des départements. Cette initiative a aussi contribué au renforcement de la chaine de froid à travers la dotation de réfrigérateurs solaires à diverses institutions des 10 départements. Le pourcentage d’institutions sans rupture de chaine de froid était estimé à 85% en avril 2014

Semaine santé de l’enfant

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

27


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Avec les activités de vaccination de routine réalisées dans les institutions, celles des SSE et les campagnes départementales et nationales, les stratégies avancées pour atteindre les non vaccinés et rattraper les abandons dans les communes à faible couverture, les taux de couverture de la vaccination au cours des cinq dernières années sont présentés dans le tableau suivant : TAUX DE COUVERTURE VACCINALE DES ENFANTS (A UN AN) 2011-2015 2011 (%)

2012 (%)

2013 (%)

2014 (%)

2015 (%)

BCG

81.7

69.1

74.9

67%

72%

Diteper 3

84.4

80.8

Polio 3

78.5

75.8

78.5

75%

76%

Rubéole-rougeole

58.5

65.9

78.5

64%

65%

82.7

60%

73%

VACCINS

Pentavalent

Non applicable

En février 2013, le Directeur adjoint de l’OPS/OMS, Dr J. Andrus, a remis deux plaques au Gouvernement Haitien (une au Dr F.D. Guillaume, Ministre de la Santé Publique et l’autre à son Excellence Joseph Michel Martelly, Président de la République) en reconnaissance des efforts soutenus vers l’élimination des quatre maladies immuno-contrôlables: poliomyélite, rougeole, rubéole et rubéole congénitale. Suite à une enquête nationale sur la prévalence des helminthiases, dont les résultats ont été diffusés en 2015, réalisée auprès de 6,000 élèves de 6 à 15 ans dans 253 écoles, une première campagne de déparasitage avec distribution de masse d’albendazole pour lutter

Plaque remise au MSPP par l’OPS/OMS en reconnaissance des efforts soutenus vers l’élimination des quatre maladies immuno-contrôlables (poliomyélite, rougeole, rubéole et rubéole congénitale)

28

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 contre les parasitoses intestinales a été réalisée en 2015. La campagne a atteint 994,668 enfants de 2 à 14 ans (sur un objectif de 315,000) dans 9 départements sanitaires du pays.

Le Programme de cliniques mobiles dans les écoles lancé en septembre 2014 sous le haut patronage de la Première Dame de la République est un véritable succès. Trois unités mobiles/autobus (don de la BID) incluant les chaises dentaires, sont équipées pour offrir des services de proximité dans les écoles nationales de la zone de Port-au-Prince et du département de l’Ouest. Le paquet de services inclut la prévention et dépistage des troubles nutritionnels et de croissance, la fourniture de verres correcteurs, le traitement d’infections oculaires, les soins dentaires, le traitement de dermatoses, de diarrhée, la distribution de vitamine A, le déparasitage, les soins de petite chirurgie et la prévention des maladies contrôlables par la vaccination.

Lancement du PROGRAMME DE CLINIQUES MOBILES DANS LES ECOLES sous le haut patronage de la Première Dame de la République – 18 septembre 2014

Remise de quatre autobus pour les cliniques mobiles dans les écoles aux départements de la Grande-Anse (1), du Sud (1), du Nord (1) et du Nord-Est (1) – don de la BID (février 2016)

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

29


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O A ce niveau, les résultats suivants ont été atteints au cours de l’année 2014-2015 grâce à l’appui de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) :  21,716 enfants de 106 écoles ont bénéficié des services de cliniques mobiles scolaires dans le département de l’Ouest ;  Acquisition et aménagement de 4 nouveaux autobus pour l’extension de cette initiative dans les départements du Nord-Est, du Nord, du Sud et de la Grande-Anse ;  Elaboration et diffusion d’un documentaire vidéo sur les cliniques mobiles pour mieux faire comprendre l’importance d’un tel programme et faire un plaidoyer pour sa pérennité. 2.3 SANTE DE L’ADOLESCENT Cet aspect est principalement appuyé par des partenaires non gouvernementaux qui coordonnent leurs activités avec les différentes entités du MSPP à plusieurs niveaux (central, départemental et communautaire) sensibilisant les jeunes à l’adoption de comportementaux sécuritaires (sexualité responsable, prévention du VIH, lutte contre les violences sexuelles, lutte contre le tabac, l’alcool et la drogue etc…). Le Ministère élabore les matériels de sensibilisation et d’éducation destiné à ce groupe cible réputé sensible. D. RETABLIR LA SANTE DES PERSONNES MALADES

3.1 PRISE EN CHARGE DU DIABETE ET DES MALADIES CARDIO-VASCULAIRES L’hypertension artérielle et le diabète font partie des maladies chroniques qui constituent tant au niveau mondial qu’en Haïti un problème majeur de santé publique au point d’être prises en compte dans les Objectifs de Développement Durable (Objectif 3.4 des ODD) par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Quoique les données soient sous-rapportées, les statistiques qui proviennent des institutions sanitaires montrent que l’hypertension artérielle est la maladie la plus fréquente avec 177,876 cas de consultation en 2913, 184,570 en 2014 et 104,441 pour le deuxième semestre de 2015. Pour faire face à cette situation, les hautes autorités du pays font de l’hypertension artérielle, entre autres facteurs de maladies cardio-vasculaires, l’une des priorités gouvernementales et le MSPP met tout en œuvre pour renforcer les programmes de prévention, de dépistage et de prise en charge de ces deux maladies en vue de réduire le taux de mortalité prématurée due aux maladies non transmissibles. Parmi les activités récemment lancées par le MSPP, on note un atelier de rétrospection sur l´hypertension artérielle avec la participation du rectorat de l´Université, des hôpitaux universitaires, du secteur privé avec l´appui de l´OPS/ OMS. Cet atelier avait pour objectif de sortir des recommandations sur la nouvelle formule d´exprimer la TA en mm de mercure au lieu de cm de mercure et de promouvoir l´application dans toutes les institutions de santé et dans les écoles de formation.

30

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 3.2 SOINS OPHTALMIQUES ET BUCCO-DENTAIRES

Dans le but d’améliorer les interventions dans le secteur de l’ophtalmologie, le Comité National de Prévention de la Cécité (CNPC) a collaboré avec différentes directions centrales du MSPP : •

La Direction de Formation et de Perfectionnement en Sciences de la Santé (DFPSS) pour la formation des formateurs des agents de santé communautaire polyvalents (ASCP) sur la prévention de la cécité et des séances de rappel sur les soins oculaires primaires et la prévention de la cécité pour les résidents médecins en partance pour le service social ;

Soins bucco dentaires offerts dans le programme des cliniques mobiles scolaires

• • •

Consultation ophtalmologique en milieu scolaire dans le cadre d’une campagne de dépistage aux Abricots (GrandeAnse) avec Dr Brigitte Hudicourt du CNPC

La Direction de l’Organisation des Services de Santé (DOSS) dans l’élaboration du volet des soins ophtalmologiques à différents niveaux de soins du document de Paquet Essentiel de Services ; La DPSPE dans la production de 5,000 pamphlets en français et en créole sur le glaucome, la cataracte et la rétinopathie diabétique. Au cours des dernières années, le CNPC a fourni des soins visuels dans différentes régions : Les enfants scolarisés de 3 à 15 ans dans le programme de Cliniques Mobiles Scolaires ; Une semaine de dépistage dans les écoles des Abricots (Grande-Anse)  : 2,000 enfants ; Une journée de dépistage pour le Glaucome à Port- au- Prince : 800 personnes. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

31


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Grâce à la générosité du Comité National de Prévention de la Cécité (CNPC) et différents partenaires, des matériels ont été installés dans certaines institutions ; •

Des services d’ophtalmologie à l’hôpital Saint Nicolas de Saint Marc et à l’hôpital Eliazar Germain (2013) ;

une Clinique des yeux munie d’une salle d’opération à l’hôpital Sainte Thérèse de Miragoâne (2015).

En 2015, les services d’ophtalmologie étaient offerts dans 19 établissements de santé. Le tableau suivant présente les principales statistiques ophtalmologiques publiées dans les Annuaires Statistiques du Ministère : Statistiques sanitaires- soins ophtalmologiques (2011-2015) Indicateurs # consultations # patients opérés pour cataractes

2012 139 699 4 897

2013 150 351 5 579

2014 163 323 2 176

2015 104 118 2 016

Après le lancement du Plan National Stratégique de Santé Bucco Dentaire en 2013, de nouveaux outils ont été préparés permettant de fixer les Standards sur l’Asepsie et la Stérilisation au cabinet dentaire et la Fiche de rapport d’activités des cliniques dentaires au sein des institutions de santé. En 2014-2015, la DOSS a fourni un appui technique à huit cliniques dentaires dans l’objectif d’améliorer la qualité des services offerts et augmenter la gamme de soins. Des matériels et équipements ont été distribués à certaines cliniques dont l’hôpital de Carrefour. Depuis la mise en place des cliniques mobiles de santé scolaire en 2014, le service des soins dentaires de la DOSS et la Faculté d’Odontologie participe à l’offre de ce service dans le cadre de ce programme. Les statistiques sanitaires des dernières années font état de 103,178 consultations buccodentaires offertes à travers les cliniques.

STATISQUES SANITAIRES : SOINS BUCCO-DENTAIRES 2012-2015 # patients vus

Extractions

Prophylaxie

Amalgame

2012

70 159

41 685

10 591

7 784

2013

83 909

46 053

14 414

10 417

2014

103 178

47 372

15 420

17 600

2015 (2e semestre) (*)

51 002

21 411

7 304

8 200

(*) Étant donné la transition de la base HSIS vers celle de DHIS 2 en juillet 2015, seules les informations du deuxième semestre sont présentées pour 2015.

32

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 3.3 PRISE EN CHARGE DES URGENCES PAR LE CENTRE AMBULANCIER NATIONAL ET LES RESEAUX REGIONAUX

Visite d’une délégation haïtienne du MSPP aux installations de l’organisation Johanniter en Allemagne sous la coordination du Dr Gabriel Thimothé, Directeur Général, dans le cadre de la collaboration pour la mise en place du Centre Ambulancier National

En plus du Centre Ambulancier National (CAN) mis en place en 2012 dans le département de l’Ouest, les 72 ambulances du système desservent aussi d’autres réseaux ambulanciers dans les régions du Nord et Nord-Est, l’Artibonite, le Centre, le Sud-Est et le Grand Sud (Sud et Grande Anse) et les institutions de santé (Les Irois, Jérémie, Coteaux, Port-Salut, Aquin, Anse-a-Veau, Miragoâne, la Gonave). La lutte pour la diminution des appels nuisibles qui arrivent au 116 (numéro d’appel pour urgences) continue avec un taux qui est passé de 93% en 2013 à 78% en 2015. Le personnel de la flotte ambulancière du CAN a reçu une première formation avec l’appui de l’Académie de Berlin à travers l’ONG « The Johanniter » qui continue avec les formations de suivi. Le tableau suivant montre les principaux résultats du CAN depuis sa mise en place en 2012 : STATISTIQUES SANITAIRES- CENTRE AMBULANCIER NATIONAL (2012-2015) # d’appels répondus par le CAN # cas transportés par le CAN

2012

2013

2014

2015

451 796

490 194

737 212

747 282

9 543

18 112

23 080

18 996

Dans le cadre des services fournis par le CAN dont plus de 10% sont des accidentés de la route. Depuis le début de 2016, 1,443 cas d’urgence ont été transportés par les équipes ambulancières du CAN. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

33


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Les 30 premières ambulances du CAN : Don du projet Tripartite (Brésil-Cuba-Haïti) avec l’appui de l’Organisation Johanniter International et du Gouvernement Haitien

Don de 6 ambulances de Taiwan (dont 1 pour la Gonave)

5 ambulances du Centre ambulancier de Limonade (desservant Nord et Nord-Est) Financement- Trésor Public- Investissement

8 ambulances du Centre ambulancier du Grand Sud (Financement Trésor Public-investissement)

34

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 8 ambulances du Centre Ambulancier de l’Artibonite (don du projet PRISMA-CCISD-coopération canadienne)

Don de 10 ambulances de l’USAID (2014)

5 BATEAUX AMBULANCE : Grande-Anse (1), Nippes/Grand Boucan (1), Sud (1), Sud-Est (2) Financement : Banque Mondiale

HELICOPTERE AMBULANCE- Lancement 21 août 2014 - Initiative privée à but non lucratif

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

35


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Formation du personnel du Centre Ambulancier National (décembre 2015)

Dr Florence D. Guillaume, Ministre de la Santé Publique et Dr Garnel Michel, Directeur du Centre Ambulancier National à l’occasion de la Journée Internationale de Prévention des Accidents de la Route (novembre 2015)

Sous le leadership du CAN, la Journée Mondiale du Souvenir des Victimes des Accidents de la Voie Publique a été commémorée pour la première fois en Haïti en novembre 2015. Pour la prochaine année fiscale, le CAN souhaite augmenter sa flotte d’ambulances, surtout à l’extérieur de Port-au-Prince, en dotant tous les autres départements d’un réseau ambulancier s’assurant ainsi que les soins d’urgences pré-hospitaliers soient disponibles dans toutes les régions du pays.

Implantation du Centre Ambulancier dans la Région Nord en Juillet 2014 : diminution de la mortalité maternelle et des décès dus aux accidents de la route Depuis des années, les acteurs du système de santé et la population se plaignaient de l’absence d’un mécanisme de transport pour les blessés et les malades qui arrivaient en mauvais état ou avec des aggravations dues à une mauvaise manipulation, des conditions de transport inadéquates et un délai trop long pour l’initiation des soins. Le problème était devenu plus crucial à cause des nombreux cas d’accidents de la voie publique découlant du phénomène « taxi moto ». Depuis l’implantation, en juillet 2014, du réseau Nord du Centre Ambulancier National (CAN), des témoignages fusent de la part des prestataires des centres de référence sur la contribution de cette

36

structure à la diminution des complications induites par des mobilisations maladroites et des décès dus aux accidents de la voie publique. Les données provenant des trois principales institutions de référence montrent qu’en 2013-2014, il y a eu 82 décès liés aux accidents (sur 15,049 accidents) tandis qu’en 20142015, il y en a eu 57 (sur 15,956 accidents). Localisé à Limonade pour desservir les départements du Nord et du Nord-Est, le Centre a réalisé 1,708 transports médicalisés depuis sa mise en place à la fin de février 2016.

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

Dr Ernst - Robert Jasmin Directeur DSN


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Au niveau des statistiques sanitaires 290,136 urgences ont été rapportées au cours de l’année 2014 et 126,385 au cours du deuxième semestre 2015. Les cas se distribuent comme suit : URGENCES PRISES EN CHARGE DANS LES INSTITUTIONS STATISTIQUES SANITAIRES 2011-2015 2011 # cas d’urgences

Types (%)

2012

2013

2014

2015 (2e semestre) (*)

150 302

165 066

224 216

290 136

126 385

de la route

22.3%

20,6%

16.7%

14.0%

14.8%

du travail

10.5%

7,2%

6.3%

3.8%

4.0%

domestique

13.5%

14,2%

8.0%

7.0%

6.7%

Autres

53.7%

58,0%

69.0%

75.2%

74.5%

(*) Étant donné la transition de la base HSIS vers celle de DHIS 2 en juillet 2015, seules les informations du deuxième semestre sont présentées pour 2015.

Moyens logistiques – gestion des urgences- début 2016 72 ambulances

5 bateaux ambulances

1 hélicoptère ambulance

Le MSPP travaille en étroite collaboration avec Ayiti Air Anbilans qui participe à la prise en charge des patients très critiques venant des endroits les plus reculés du pays. Depuis sa mise en place en août 2014, 202 patients (sur 360 demandes) ont déjà bénéficié de ce service et ont été évacués vers des institutions spécialisées. Une toute première en Haïti est la certification de trois compatriotes formés pour la prise en charge des urgences par voie aérienne. Pour faire suite à la formation de six mois appuyée par l’organisation The Johanniter International, le personnel du CAN a suivi, à la fin de 2015, une formation en EMT avancé (Technicien Médical d’Urgence) aussi avec l’appui de la même organisation. Depuis le début de 2016, le CAN a aussi réalisé des séances de formation de cinq jours à l’intention du personnel des autres régions du pays : Port de Paix, les Cayes, Jérémie et Grand-Goâve. Grâce à un appui financier d’un partenaire du Nord, le réseau ambulancier du Nord/ Nord-est a envoyé trois de ses employés à une formation de six mois sur la gestion des urgences à Porto-Rico. Un groupe de travail a été mis en place sur le thème des ‘ Accidents de la Voie Publique’ ; les rencontres hebdomadaires du groupe devront aboutir a une conférence nationale sur la sécurité routière en Haïti. 3.4 SECURITE TRANSFUSIONNELLE Afin de fidéliser les donneurs volontaires bénévoles et réguliers, le MSPP à travers le PNST, a réalisé au cours des dernières années, des travaux d’infrastructures, notamment la construction des Postes de Transfusion de Léogane, Saint-Marc et Hinche et les rénovations des Postes de Transfusion de Jacmel, des Cayes, de Fort-Liberté, du Cap-Haitien, de Jérémie et de Port-de-Paix. Il en a résulté une nette augmentation de la fréquentation de ces postes par les donneurs volontaires. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

37


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Afin d’augmenter la couverture des dons de sang, le PNST a organisé des campagnes de sensibilisation à travers les écoles, les églises, les universités et les associations et préparé un spot télé diffusé et un spot radio diffusé à travers les médias de la place. Onze réseaux de promoteurs de don de sang volontaire véhiculent le message dans les différents départements.

Campagne de fidélisation des donneurs volontaires-Programme de Sécurité transfusionnelle

Poste de transfusion sanguine de Saint Marc

Le tableau suivant présente quelques statistiques du programme de transfusion sanguine. On remarque que les objectifs de collecte de sang ainsi que la couverture des demandes de sang n’ont pas beaucoup varié au cours des quatre dernières années avec environ 55% de couverture des demandes au niveau national. STATISTIQUES SANITAIRES- SECURITE TRANSFUSIONNELLE (2012-2015) Indicateurs # dépôts de sang # donneurs/# bénévoles # pochettes collectées (et % de l’objectif visé) % couverture des demandes de sang (national)

2012 36 25 608/18 374 25608

2013 39 27 439/16 213 27439

2014 2015 39 42 28 486/14 944 28 720/15 146 28486 28720

(73.2%)

(78.4%)

(71.2%)

56.0%

56.1%

54.6%

(71.8%) 54.7%

Au cours de la dernière année, le taux d’infections transmissibles par la transfusion évitées par le dépistage des marqueurs infectieux est de l’ordre de 8.98% avec une séroprévalence du VIH de l’ordre de 0.78% chez les donneurs. L’établissement, la promotion et le suivi de l’application des normes transfusionnelles visent à garantir la disponibilité et la qualité du sang et de ses dérivés. Dans le but d’éviter la transmission d’agents infectieux lors des transfusions, 100% des poches collectées sont dépistées pour le VIH, HBV, HCV, HTLV 1 et 2, Syphilis et un système de contrôle de la qualité 38

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 a été mis en place au niveau des laboratoires. Dans le but de réduire le temps de disponibilité des produits, les machines Architect et NeoGallileo ont été mises en fonctionnement. 3.5 LUTTE CONTRE LES PRINCIPAUX CANCERS De par le monde, le cancer constitue un problème majeur de santé publique. Le Ministère de la Santé par l’entremise de la Direction de Cancérologie et du registre national des cancers continue de renforcer les programmes de dépistage et de lutte. Les cas les plus courants sont les cancers du col et du sein, de la prostate et du testicule et du foie. Depuis son lancement en 2012, le programme de prévention, dépistage et de prise en charge de lésions pré-cancéreuses du col de l’utérus s’est graduellement mis en place pour atteindre, en 2015, six des hôpitaux départementaux qui sont maintenant dotés d’appareils de cryothérapie. En plus des six hôpitaux, d’autres services sont également disponibles dans les cliniques mobiles et l’hôpital Universitaire de Mirebalais (40 cas provenant de l’ensemble du pays en 2014-2015) au niveau du département du Centre, l’ONG MEDICORPS qui appuie cinq communes du Nord-Est (112 cas sur 779 soit 13%) et quatre institutions du Nord (128 cas diagnostiqués en 2014-2015). La prise en charge des cas du Nord-Est est aussi assurée par MEDICORPS. En 2015, le registre des cancers pour la notification des cas dépistés a été installé dans les dix départements géographiques du pays. A date, les quatre institutions du Nord et l’hôpital du Centre transmettent leur rapport au niveau des bureaux sanitaires départementaux qui les acheminent à la direction de cancérologie. 3.6 LUTTE CONTRE LES MALADIES MENTALES

Formation des prestataires de santé du Nord sur la détection des troubles de développement de l’enfant

Pour avancer dans le processus d’intégration de la santé mentale au niveau du système de santé, il est impératif que les professionnels de santé soient en mesure de diagnostiquer et LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

39


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O de prendre en charge au moins la dépression, l’anxiété, les troubles bipolaires et l’épilepsie, qui représentent les pathologies les plus courantes dans ce domaine. En 2013, le MSPP a renforcé l’Unité de Santé Mentale au sein de la DPSPE avec le recrutement de nouveau personnel. Ce qui a permis de réaliser des formations pour les médecins et infirmières au niveau des départements (voir Annexe 3 : formations réalisées dans les différents domaines 2011-2015). Avec les deux institutions engagées dans cette prise en charge se trouvant à Port-au-Prince (Défilée de Beudet et Marx and Kline), cette stratégie contribuera à améliorer l’accès aux soins de santé mentale dans toutes les régions du pays avec la mise en place de services de santé mentale au niveau des principaux hôpitaux (départementaux et HCR). Le Ministère est au tout début de cette initiative avec les trois HCR construits dans le cadre du Projet Tripartite. A l’occasion de la Journée Mondiale de la Santé Mentale célébrée le 10 octobre de chaque année, la Coordination de l’Unité de Santé Mentale réuni les principaux acteurs intéressés à la thématique. En 2014, le MSPP a présenté la Composante Santé Mentale de la Politique Nationale de Santéen présence d’un grand nombre de partenaires nationaux et internationaux. Les résultats de l’étude de la Prévalence des Troubles de Développement de l’Enfant Haïtien entreprise en 2014 dans le département du Nord en collaboration avec l’Ecole de Médecine Albert Einstein ont été présentés au Congrès de l’International Developmental Pediatrics Association (IDPA)  en décembre 2015 (www.idpcongress.org/Poster.html). Au niveau de la résidence hospitalière en psychiatrie, la révision du curriculum a été initiée avec la collaboration de l’Université de Montréal, de la Haitian American Psychiatry Association, de Rebati Sante Mentale et de Zanmi Lasante/Partners in Health. Une résidence rotatoire à l’HUM a débuté cette année pour la psychiatrie avec emphase sur la psychiatrie communautaire. Entre 2013 et 2014, 40 lampadaires à panneaux solaires ont été installés à l’Hôpital Défilée de Beudet (institution publique internant des patients souffrant de maladies mentales) avec l’appui de la MINUSTAH et de la Coopération Tripartite Brésil-Cuba-Haïti. La sécurisation de l’Hôpital Défilée de Beudet s’est poursuivie avec les fonds du Trésor Public par le relèvement du mur de clôture sur tout le périmètre et l’installation des barbelés. La réhabilitation complète de l’hôpital Défilée de Beudet est toujours en planification. 3.7 PRISE EN CHARGE DES HANDICAPÉS Deux objectifs ont été retenus pour la santé des handicapés dans le Plan Directeur de Santé 2012-2022 : 1) contribuer à réduire la morbidité liée aux handicaps et 2) augmenter l’accès aux soins de santé pour les handicapés. Suite au séisme de janvier 2010, les services aux handicapés ont été renforcés par la construction d’un centre de prothèses et d’orthèses à 40

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 l’Hôpital Justinien du Cap Haitien (financement Université de Miami/Prosthestics Outreach Foundation), la construction d’un centre de réhabilitation au Cap Haitien (financement Minustah) et la construction du Centre Haitien de Réadaptation à Bon Repos (financement Coopération Tripartite Brésil-Cuba-Haïti). Il est important de souligner la contribution significative du programme de réhabilitation intégrale de la coopération cubaine qui a atteint à date plus de 20,000 patients par année au cours des dernières années.

Institut Haitien de réhabilitation Docteur Gérard Léon : Amélioration de la prise en charge des personnes à mobilité réduite Suite au séisme du 12 janvier 2010, le Département Sanitaire de l’Ouest a fait face à un flot d’handicapés surtout dans la zone métropolitaine et bon nombre de ces patients ont été pris en charge par les ONGs. Après le retrait de ces structures de prise en charge, le Département Sanitaire de l’Ouest, alarmé par la présence à tous les coins de rue d’estropiés et d’handicapés de toutes sortes, a fait un plaidoyer auprès de la Ministre de la Santé Publique et de la Populationpour accélérer la mise en fonctionnement de l’Institut Haïtien de Réhabilitation DocteurGérardLéon à Bon Repos, don de la Coopération Tripartite Brésil-CubaHaïti. Depuis son inauguration le 5 mai 2014, plus de 4,000 cas ont été pris en charge. Le volume de fréquentation ne cesse d’augmenter de jour en jour avec la diversité des services disponibles tels que : l’atelier

de production de prothèses et d’orthèses, l’accès à des chaises roulantes etdes canneset les séances de rééducation et de réhabilitation. La plupart des patients atteints d’incapacité physique ou à mobilité réduite ont maintenant une structure qui assure leur prise en charge ; leur permettant ainsi de retrouver leur capacité physique et pour certains, leurs membres manquants ainsi que leur autonomie de fonctionnement comme par le passé. L’Institut Haïtien de Réhabilitation Docteur Gérard Léon, selon denombreux témoignages des bénéficiaires, est un modèle de référence et de fierté pour toute la population de l’Aire Métropolitaine en raison de l’accueil, des services disponibles, de la compétence des professionnels. Dr Jessie Pierre Saint Louis Directrice, DSO

Au cours de l’année 2015, trois partenaires (Handicap International, Université Adventiste/ Université Loma Linda et l’hôpital Albert Schweitzer) impliqués dans les programmes de formation de Techniciens en Réadaptation se sont mis ensemble pour développer un programme standard de formation qui est en cours de validation au MSPP. 3.8 LUTTE CONTRE LES VIOLENCES Le dernier EMMUS paru rapporte que près de trois femmes sur dix (28%) ont déclaré avoir subi des violences physiques à un moment quelconque de leur vie depuis l’âge de 15 ans. Une femme sur dix a subi des actes de violence au cours des 12 derniers mois ayant précédé l’enquête. Cette proportion est plus élevée chez les femmes de moins de 25 ans. Au niveau des violences sexuelles, 13% des femmes haïtiennes ont subi des violences à un moment quelconque de leur existence. Au cours des dernières années, le MSPP a réactualisé les fiches techniques utilisées par les institutions pour les services offerts aux victimes de violence. En 2014, le MSPP a procédé à la LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

41


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O revue, la réimpression et une large distribution des formulaires de certificat au niveau des institutions. Il faut souligner que le Plan Stratégique National Santé Jeunes et Adolescents (PNSJA) finalisé en 2014 accorde une place privilégiée à la formation visant à la prévention de la violence basée sur le genre.

Signature du protocole d’accord relatif à la gestion du Bureau National de Lutte contre la Violence faite aux Femmes et aux Filles, mis en place par le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF)

D’autre part, dans le souci de mieux préparer le personnel prestataire à mieux accueillir et prendre en charge les femmes victimes de violence, un nouveau module a été inclus dans le curriculum de formation des infirmières sages-femmes. Le MSPP poursuit son appui technique au comité chargé de la «Résolution des conflits matrimoniaux» et à celui responsable de l’encadrement psychosocial des femmes victimes de violence au Ministère à la Condition Féminine. Fidèle aux engagements internationaux pris par l’Etat haïtien à travers plusieurs accords et conventions, le MSPP est aussi actif au niveau de la table thématique Genre et participe aux interventions stratégiques des institutions étatiques sur les violences basées sur le genre. Deux départements sont particulièrement actifs dans le domaine de la Lutte contre la violence faite aux femmes. Il s’agit des Nippes où :1) 25 professionnels du droit, de la santé et de la justice ont reçu des formations sur la prise en charge pluridisciplinaire et intégrée des victimes de violence, la supervision et les aspects médico-légaux ; 2) la Journée Internationale pour l’Elimination de la Violence faite aux Femmes y est célébrée le 25 novembre de chaque année et, 3) trois comités de lutte contre de tels agissements sont actifs dans les communes de Vaillant, Petit Trou de Nippes et Arnaud. Le département du Centre réalise sur une base régulière des activités sur ce sujet dont :1) la formation de trois groupes de prestataires pour la prise en charge des cas ; 2) la prise en charge effective des cas de Violence basée sur le Genre et, 3) la réalisation sur une base annuelle d’une quarantaine de rencontres de sensibilisation au niveau communautaire. 42

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 3.9 LUTTE CONTRE LA MALNUTRITION

L’initiative « Hôpital Ami des Bébés » : Si de 1995 à 2001, Haïti comptait 7 Hôpitaux certifiés « Hôpital Ami des Bébés », après une évaluation externe réalisée en 2011, aucun n’avait gardé le label « Amis des Bébés ». L’un des grands défis pour le MSPP était de relever la barre de la promotion de l’allaitement maternel et de planifier la recertification de certaines institutions sanitaires. Ainsi, suite à une série de formations de tout leur personnel technique, administratif et communautaire suivie d’une évaluation externe, deux hôpitaux ont reçu leur certification « Hôpital Ami des Bébés » : l’Hôpital Notre Dame de Petit-Goâve en 2013 et l’Hôpital Maternité de Carrefour en février 2014.

Cérémonie de certification de l’hôpital de Carrefour comme ‘HOPITAL AMI DES BEBES’ – 2014

Mise en place du système de surveillance épidémiologique de la malnutrition : Les outils de collecte des données existants ont été révisés et adaptés en vue de les aligner sur le Protocole National de prise en charge de la Malnutrition Aigüe Globale en Haïti, qui préconise l’utilisation de l’indice Poids-Taille en lieu et place de l’indice Poids-Âge dans l’évaluation nutritionnelle des enfants. Le personnel de 5 des 10 départements a été formé à raison de deux prestataires, un statisticien, un gestionnaire de données et un OSE pour chacun d’entre eux en plus du point focal nutrition départemental. Prise en charge de la malnutrition : Au cours des cinq dernières années, le MSPP a poursuivi la prise en charge de la malnutrition à différents niveaux  : 21 Unités de Stabilisation Nutritionnelle au niveau des hôpitaux, 350 postes du Programme de traitement ambulatoire et 301 postes du programme de supplémentation nutritionnelle. Cependant, avec la diminution des appuis en termes de produits de supplémentation, plusieurs de ces postes communautaires ont dû ralentir leurs interventions dans certains départements. Par contre, les enfants de 6 à 23 mois, les femmes enceintes et allaitantes de certaines régions plus vulnérables (Artibonite, Centre, Nord-Ouest) continuent de bénéficier de rations sèches soit à travers le projet KoreLavi ou le Programme de Sécurité Nutritionnelle de l’USAID. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

43


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Enquêtes nutritionnelles : Selon les situations ou alertes qui surviennent, le MSPP a réalisé, au cours des cinq dernières années, différentes enquêtes nutritionnelles. Parmi celles-ci, on note: •

une enquête SMART dans le département de la Grande-Anse en 2013 qui a montré que la prévalence de la malnutrition avait légèrement diminué dans ce département par rapport à l’année précédente;

une enquête SMART menée chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes en âge de procréer dans le département du Nord-Ouest qui a montré une légère diminution de la prévalence de la malnutrition dans ce département entre 2012 et 2014 ;

une enquête SMART dans la commune de Saint Marc qui a déterminé la prévalence de la malnutrition de six sections communales; et

une évaluation rapide réalisée dans la commune de Belle-Anse en 2014 a montré que la situation nutritionnelle des enfants n’était pas différence de celle de l’ensemble du pays (sur 1,207 enfants enquêtés, 70% avait un poids normal, 25% une malnutrition modérée et 5% une malnutrition aigüe sévère).

Prise des mesures anthropométriques (taille) lors des enquêtes nutritionnelles

La déviance positive, l’expérience de Fonds des Blancs : Communément appelée Ti Fwaye, cette approche consiste à identifier les mères qui, en dépit de leurs maigres moyens, arrivent à garder leurs enfants en bon état nutritionnel. Ces mères se regroupent avec d’autres mères dont les enfants souffrent de malnutrition et partagent leurs habitudes et connaissances avec ces dernières. Importée de Petit-Goâve Haïti, elle est devenue la Politique Nationale de Nutrition de la Chine. L’Hôpital Saint-Boniface (HSB) a décidé d’adopter ce nouveau modèle et de l’intégrer dans son programme de santé et nutrition au niveau de la commune de Fond des Blancs afin d’améliorer la qualité des services de nutrition et de santé des femmes et enfants. Depuis 2014, plus d’une centaine de Ti Fwaye gravitent autour de l’hôpital. 44

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

Journée ‘Portes ouvertes’ à l’usine de production de sel iodé inaugurée en décembre 2014 avec Dr Joseline Marhône Pierre, Directrice de l’Unité de Coordination des Programmes Nationaux de Nutrition du MSPP, Dr Georges Dubuche, Directeur Général du MSPP et les représentants de l’Université Notre Dame des États Unis

La fortification alimentaire : Les ca­ rences en micronutriments tels Fer-Acide folique, Vitamine A, Iode et Zinc accu­sent des prévalences élevées qui font qu’elles constituent desproblèmes de santé publique en Haïti. Dans le cadre de la lutte contre la déficience en iode (goitre), le MSPP a lancé en décembre 2014 dans le cadre d’un partenariat avec l’Université Notre Dame d’Indiana aux Etats Unis, une usine de fabrication de sel iodé qui produit annuellement plus de 2,200 Tonnes Métriques de sel iodé distribué à l’échelle nationale. En plus des activités de supplémentation réalisées, les chiffres de couverture restent assez bas avec 18% des familles qui utilisent le sel iodé (EMMUS 2012). Le MSPP a donc intégré la stratégie fortification dans la gamme des solutions à ces déficiences nutritionnelles. La loi sur la fortification alimentaire, la première de ce type en Haïti, prévoit l’enrichissement de la farine de blé au fer, l’huile comestible à la Vitamine A et le sel à l’Iode. Cette loi fait partie des huit projets de loi approuvés par le Conseil des Ministre en juillet 2013 et transmis au Parlement. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

45


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O II. RENFORCER LELEADERSHIP DU MINISTèRE A TRAVERS SES FONCTIONS EXECUTIVES A. GOUVERNANCE

1.1 Coordination nationale du système de santé et programmation unique Le Ministère de la Santé dans sa fonction de leadership du système assure à travers ses divers organes l’harmonisation des acteurs et le contrôle du système national de santé. Le système sanitaire dispose maintenant d’une nouvelle Politique Nationale de Santé ainsi que d’un Plan Directeur 2012-2022 issus des Etats Généraux de la Santé organisés en janvier 2012 et fixant les grandes orientations en la matière. Ces documents stratégiques constituent le cadre dans lequel toute action à entreprendre dans le domaine de la santé doit s’inscrire.

Lancement des États Généraux de la Santé – janvier 2012- pour l’obtention d’une Nouvelle Politique Nationale de Santé sur 25 ans et d’un Plan Directeur sur 10 ans Dr Florence D. Guillaume, Ministre de la Santé et M. Garry Conille, Premier Ministre. Sous le haut patronage de S.E.M. Michel Martelly, Président de la République

En tant qu’ordonnateur principal du secteur, le MSPP a élaboré, en 2012-2013, une nouvelle Loi Organique mieux adaptée à l’exercice de ses fonctions et attributions. La nouvelle loi a été approuvée par le conseil des ministres et transmise au parlement. Dans le cadre de la mise en application de cette nouvelle loi, le MSPP vise aussi le renforcement de ses principales structures. En 2013, L’UPE (Unité de Planification et d’Evaluation) a initié un processus de restructuration qui vise la mise en application du décret de 2005 sur les mandats et 46

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 attributions des UEP (Unité d’Etudes et de Programmation). Avec l’objectif de mettre en œuvre des plans de renforcement, les diagnostics organisationnels ont aussi été réalisés au niveau de la DOSS et de la DRH.

Le développement d’une programmation unique et intégrée couplé à l’alignement de tous les intervenants dans le domaine de la santé est un objectif prioritaire du Plan Directeur 2012-2022. Plus de 18 mois après l’élaboration du plan triennal 2013-2016, l’UEP du MSPP a réalisé une évaluation à mi-parcours de sa mise en œuvre. Les leçons apprises de cette évaluation seront prises en compte pour l’élaboration du prochain plan triennal. Le MSPP dispose aussi de plans stratégiques spécifiques pour la plupart des domaines dont plus de 30 au cours des cinq dernières années (la liste détaillée est présentée dans l’Annexe 3 de ce document bilan). Le renforcement du cadre juridique de réglementation du système de santé constitue une priorité de la Politique Nationale de Santé et du Plan Directeur en Santé. Au cours de cette période, les projets de loi suivants ont été élaborés par le MSPP, approuvés par le conseil des ministres le 10 juillet 2013 et transmis au Parlement :  Projet de Loi définissant l’Organisation et le Fonctionnement du Ministère de la Santé Publique et de la Population;  Projet de Loi relatif au Syndrome d’Immunodéficience Acquise;  Projet de Loi sur le Service Social et la résidence des professionnels et techniciens de la santé;  Projet de Loi réglementant la production, la distribution, les conditions d’importation et d’exportation, le stockage et la consommation des médicaments;  Projet de Loi portant création et organisation de l’Ordre National des Médecins;  Projet de Loi portant création et organisation de l’Ordre National des infirmières et infirmiers;  Projet de Loi régissant l’exercice des professions de la santé;  Projet de Loi portant sur la fortification des aliments en micronutriments. L’Etat haïtien reconnaît, qu’à côté des efforts de ses propres entités, l’appui des partenaires techniques et financiers, des ONG nationales et internationales et la participation de la communauté sont essentiels à la planification, à l’exécution et la gestion des activités ; en un mot à l’amélioration de la Gouvernance du système de santé. L’amélioration et l’extension de l’offre de soins et de services de santé sont des étapes essentielles pour établir un système de santé adéquat, efficient, accessible et universel. Dans sa nouvelle Politique Nationale de Santé, le MSPP a retenu une réorganisation du modèle de prestation des services en accord avec le découpage territorial avec trois niveaux de complexité du Système de Soins (primaire, secondaire et tertiaire). La structure administrative supportant ce modèle est aussi définie en trois niveaux avec la coordination de l’unité d’arrondissement LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

47


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O de santé (UAS), la Direction du département sanitaire et le niveau central du Ministère de la Santé. Depuis plus de dix ans, le MSPP a initié la mise en place des Unités Communales de Santé tout d’abord avec des projets pilotes dans différents départements. Dans le but de s’aligner à la nouvelle Politique Nationale de Santé, le département de l’Artibonite a, au cours des dernières années, graduellement fait la transition des UCS aux UAS.

Systèmes locaux de santé : transition des UCS vers les UAS. Expérience de l’Artibonite La politique des Système locaux de santé lancée par le MSPP entre 1993 et 1994 a permis au département de l’Artibonite de se lancer dans les expériences des Unités Communales de Santé (UCS) dans le cadre d’un projet pilote au niveau des communes de Saint Marc, Desdunes et Grande Saline. L’expérience jugée satisfaisante par les autorités sanitaires nationales a été généralisée progressivement à tout le département. Le découpage complet de l’ensemble du territoire départemental en UCS, soit 7 au total, s’est achevé en 2005. En dépit de certaines faiblesses, les systèmes locaux de santé ont contribué à l’amélioration de la coordination, de la gouvernance de la Direction Sanitaire et à l’augmentation de la performance en termes de disponibilité, d’organisation et d’utilisation des services sanitaires de base fournis à la population en général et aux groupes cibles en particulier. Suite au changement de stratégie amorcé par le MSPP vers les Unités d’Arrondissement de Santé (UAS), le Département Sanitaire de l’Artibonite s’est engagé dans la planification des activités pour la mise en place des UAS. Il fallait passer de 7 UCS fonctionnelles à 5

UAS. Ce changement ne s’est pas fait sans heurt eu égard aux défis que représentaient l’implication de la population, la démobilisation du personnel et du matériel et aussi l’augmentation de la charge de travail dans un contexte de limitations des ressources. Malgré toutes ces embûches, les 5 Unités d’Arrondissement de Santé ont pu émerger dans l’Artibonite. Elles sont actuellement fonctionnelles et permettent de corriger certaines erreurs des Unités Communales de Santé, comme la gestion des budgets (moins budgétivores), une meilleure gouvernance et une plus grande relation interinstitutionnelle. Ce fut un exercice difficile, mais possible avec les efforts conjugués de tous les responsables et acteurs impliqués : cadres du département sanitaire de l’Artibonite particulièrement le coordonnateur des UAS, autorités départementales, leaders communautaires et agents de santé ainsi qu’un partenaire inestimable, le PRISMA, sous la direction du Dr Paul Adrien. Dr Nathan Zéphirin Directeur DSA

A des fins de coordination, la haute Direction du Ministère réalise la table sectorielle centrale au cours de laquelle les priorités et les grands enjeux sont discutés avec les principaux partenaires. Ces tables contribuent au rapprochement du MSPP et de ses partenaires pour l’adoption et le maintien d’une « Vision Commune »tout en offrant des opportunités de mise en œuvre conjointe, d’une distribution géographique rationnelle de plus en plus alignée sur les priorités et les besoins réels. En plus des tables sectorielles centrales, à un autre niveau s’organisent des comités de coordination beaucoup plus techniques sur certaines thématiques comme la nutrition, le choléra, la santé reproductive, la malaria, la tuberculose, les médicaments et la vaccination. Dans le domaine de la nutrition, le MSPP coordonne depuis 2001 le Comité Technique des Partenaires qui regroupe 49 partenaires qui se réunissent sur une base mensuelle pour s’assurer de l’utilisation standardisée des protocoles de prise en charge de la malnutrition et de l’harmonisation entre leurs différentes interventions. 48

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Comité technique Nutrition : Dr Joseline Marhône Pierre, Directrice de l’Unité de Coordination Nationale des Programmes de Nutrition du MSPP avec quelques partenaires (UNICEF, REACH, FAO, ACF, Médecins du Monde France, Médecins du Monde Canada et Vitamin Angels)

Au niveau déconcentré s’organisent aussi les tables sectorielles départementales. Au cours des dernières années, le département des Nippes en a réalisé deux ou trois par année tandis que les départements du Nord-Est, du Sud-Est, du Centre et du Nord en réalisent une ou deux et les cinq autres départements les réalisent sur une base irrégulière. L’idéal retenu par la haute direction du MSPP est une table sectorielle départementale par trimestre. Tout en offrant l’opportunité d’une meilleure coordination des actions des partenaires, ces tables sectorielles départementales favorisent le partage d’informations entre les directions départementales et leurs partenaires respectifs sur les programmes, les priorités et normes du MSPP, l’avancement des projets ainsi que des interventions des partenaires entre eux. La Politique Nationale de Santé définit également les grandes lignes de gestion de l’intersec­ torialité en fixant les rôles et apports attendus des différents secteurs au renforcement du système national de santé. Parmi les nombreuses initiatives de collaboration intersectorielle réalisée au cours des cinq dernières années, on note : • La coordination multisectorielle des programme de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme à travers la structure de coordination nationale exigée par le Fonds Mondial (CCM : Country Coordinating Mechanism) pour l’utilisation des financements octroyés; de 2012 à 2015, la Présidence du Bureau Exécutif du CCM a été assurée par la Première Dame de la République, Mme Sophia Martelly;  • La collaboration avec DINEPA et les autres secteurs dans le cadre du programme de lutte et prévention du choléra; • La coordination du l’Unité Coordination Nationale des Programmes de Nutrition avec les autres entités impliquées dans le domaine de la sécurité alimentaire : le Ministère de l’Agriculture et le Conseil National de Sécurité Alimentaire; LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

49


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Participation de la Primature, du Sénat, du Ministère de la Justice, du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales et des partenaires à l’occasion du lancement de la Politique Pharmaceutique Nationale (juin 2015)

• La planification et coordination de plusieurs interventions visant la santé de la femme, notamment celles de la santé de la reproduction, les violences et les jeunes, avec le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits de la Femme; • La coordination avec le Ministère de l’Éducation Nationale pour la mise en œuvre du programme des Cliniques Mobiles scolaires dans cinq départements; • Dans le cadre de la lutte contre les zoonoses (particulièrement la rage), le programme de l’innocuité des aliments, la gestion de la qualité de l’eau, la gestion des produits chimiques et la lutte contre les maladies non transmissibles, le MSPP, à travers la DPSPE, a renforcé ses liens avec le Ministère du Commerce et de l’Industrie, le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural, le Ministère de l’Environnement, la DINEPA, la FHADIMAC, le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle et la Direction de la Protection Civile du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, du MPCE et du MEF; • La vente illicite et la contrefaçon des médicaments (comité inter-institutionnel) et la DPMMT; • La prévention des accidents de la route (CAN) avec la Police Nationale d’Haïti et l’OAVCT. Le Ministère ne saurait passer sous silence, les réalisations ayant marqué le secteur santé au dans un contexte de renforcement du partenariat public-privé : - La Semaine de la Santé Publique et Haïti Santé en 2012 sur le thème «Santé pour tous / La santé pou tout moun» au cours de laquelle 500 participants ont discuté des principaux enjeux de santé et faciliter la coordination a long terme entre les intervenants d’Haïti 50

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 -

-

- -

et de l’extérieur : le gouvernement, les pays donateurs les organisations publiques, les ONG, la société civile et le secteur privé; La signature de l’acte constitutif de l’Alliance Néonatale par une trentaine de partenaires œuvrant dans le pays (octobre 2013); La collaboration avec les fondations Haïtiennes à but non lucratif telles que la FHADIMAC (Fondation Haïtienne de Diabète et des Maladies Cardio-vasculaires) et le Comité National de Prévention de la Cécité; La gestion de l’hôpital publique de Mirebalais avec l’organisation Zanmi la Santé; La coordination du Centre Ambulancier National pour les urgences héliportées avec Haïti Air Ambulance (organisme privé à but non lucratif) ;

- La 5econférence Charles Mérieux sur le thème «Santé globale : les enjeux haïtiens» avec l’appui des Centres Gheskio, le centre Jacques Cartier, l’Agence Universitaire de la Francophonie et la Fondation Mérieux (février 2015); - La pose de première pierre du Centre de Soins Intensifs et de Traumatologie, partenariat public privé entre l’État Haitien et le projet Medishare (juillet 2015); - Le Partenariat avec NOAH New York (National Organization for the Advancement of Haitians) pour le fonctionnement du Centre de Santé de Caracol dans le Nord-Est (octobre 2015);

Pose de la première pierre du Centre de Soins Intensifs et de Traumatologie, partenariat public privé entre l’État Haitien et le projet Medishare (juillet 2015)

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

51


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O - L’accord de don de matériels pour interventions en traumatologie paraphé par le Ministère de la Santé, les autorités taïwanaises et le plus grand centre hospitalier de Taiwan E-DU (novembre 2015) au bénéfice du futur Hôpital Notre Dame du Perpétuel Secours de Bon Repos; - La signature d’autres accords entre le MSPP et six partenaires (USAID, Affaires Mondiales Canada, UNICEF, UNFPA, Projet PASMISSI/Banque Mondiale) pour le financement de l’EMMUS VI (novembre 2015); - L’apport des partenaires privés dans la construction et la réhabilitation de plusieurs infrastructures de santé dans la majorité des départements (voir Annexe 4 du document).

Partenariat pour l’amélioration de l’acces aux services de santé : strategie du département sanitaire du Centre Le département Sanitaire du Centre, undépartement un peu différent des neuf autres du fait que la majorité des institutions bénéficie d’un appui financier pour la subvention des services de santé offerts à la population dans le cadre d’un partenariat public-privé. En effet, après un déficit de gouvernance, l’équipe départementale a su mobiliser des fonds des partenaires pour améliorer et diversifier l’accès aux services de santé.

• Réhabilitation de 2 centres de santé : Saut d’Eau et BokBanik avec les fonds du Trésor Public; • Réhabilitation du bureau départemental à partir les ressources de la Direction sanitaire; • Construction d’un hôpital universitaire à Mirebalais par Zanmi Lasante (Partners in Health); • Construction de 2 SONUB : Savanette avec l’AFD et Cerca La Source avec le financement conjoint Trésor Public –UNICEF.

Entre 2013 et 2015,le département a réalisé 12 projets de construction et de réhabilitation d’infrastructures en jumelant les fonds des partenaires à ceux du Trésor Public :

Ce Partenariat public-privé(PPP), a permis d’améliorer l’accès de la population aux services sanitaires de base en général et aux soins spécialisés dont les soins obstétricaux et néonatals d’urgence en particulier. La Direction départementale apprécie à sa juste valeur cette précieuse contribution et espère que ces efforts auront un impact sur l’ensemble des indicateurs de santé du département du Centre et plus spécifiquement sur le taux de mortalité maternelle.

• Construction de 5 nouveaux centres de santé : Trianon et Los Palis avec La Caritas, Coupe Mardi Gras à travers le projet PRODEP géré par le BMPAD, Montagne Terrible avec les fonds du Trésor Public et Colora avec le financement d’une Fondation américaine; • Reconstruction du centre de santé de Marmont avec Medishare;

Dr Jean Reynold Réjouit Directeur, DSC

En vertu des accords et traités internationaux en matière de santé, la coordination avec la République Dominicaine se poursuit en vue de résoudre les problèmes de santé transfrontaliers. La surveillance des maladies transmissibles (choléra, tuberculose, malaria, VIH-SIDA) est renforcée par le Ministère autant que possible au niveau des départements transfrontaliers en considérant les plans conjointement développés spécifiant les responsabilités de chaque pays. Lors de la dernière rencontre sur le Bilan des activités de 2014-2015, les deux pays se sont engagés à assurer dans les meilleurs délais le suivi des accords conclus lors de la rencontre sur les pharmacies populaires. La

52

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 vente illicite et la contrefaçon des médicaments, la mise en place du contrôle de qualité des produits alimentaires importés de la République Dominicaine et une meilleure prise en charge des migrants constituent les points encore irritants du menu des discussions.

Au niveau international, on doit souligner la participation du MSPP aux rencontres annuelles des pays membres de l’OPS et de l’OMS ainsi qu’à celles de coordination des programmes VIH/Sida et Choléra. En 2012, Haïti a adhéré à l’initiative IHP+ (International Health Partnership+) et intégré le mouvement SUN (Scaling Up Nutrition) à la fin de la même année. En termes de représentation et leadership, Haïti a assuré la présidence du PANCAP (Partenariat Pan Caribéen contre le VIH et le SIDA) en 2013, la Vice Présidence de l’Assemblée de l’Organisation Mondiale de la Santé en mai 2013 et a été membre du Membre du Conseil d’Administration du Fonds Mondial de 2012 à 2014. 1.2 Financement basé sur les résultats Dans le cadre de la gouvernance et du financement des services de santé, le secteur privilégie la contractualisation. Les résultats attendus du Financement Basé sur les Résultats (FBR) sont que :1) l’amélioration des services de santé et en particulier ceux de la santé maternoinfantile en équité et qualité soient améliorés ; 2) la motivation et la rétention du personnel surtout dans les zones rurales; 3) la participation des communautés dans le développement des stratégies, la mise en œuvre, la satisfaction du client/patient et la pérennité des acquis; 4) l’esprit d’innovation, d’initiative, d’entreprenariat et de responsabilité partagée ; et 5) la rationalisation et l’efficacité des systèmes de gestion.

Lancement de la Stratégie FBR- août 2014

Cette approche n’est pas nouvelle en Haïti ayant été expérimentée de 1999 à 2010 à l’échelle de projets non étatiques. Transformée en Stratégie Nationale pour le financement des activités en Santé en 2013 sous l’Administration Martelly et lancée effectivement en août LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

53


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O 2014 après la préparation de Manuel d’opération et d’outils de gestion, elle est appliquée dans sept institutions du département du Nord-Est identifié pour la phase pilote avec un appui technique et financier de la Banque Mondiale. Des protocoles d’entente comportant les objectifs à atteindre pour la période considérée sont signés entre la Direction Départementale du Nord-Est et le Ministre puis secondairement entre la Direction Départementale et les responsables d’institutions les habilitant à recevoir les fonds de démarrage et plus tard les primes basées sur les pourcentages de résultats atteints par objectif fixé après vérification par une Agence externe pour l’année.

Pour suivre et ajuster cette stratégie nationale et étatique en santé, deux revues à miparcours ont eu lieu en 2015. Elles ont permis, entre autres, de renforcer la mise en œuvre au moyen de leçons apprises. Elles ont aussi mis en exergue l’effet positif de la stratégie sur les différents piliers du système. Depuis le 1er mars 2016, trois autres départements sanitaires (Centre, Nord-Ouest et Sud) ont intégré la mise en œuvre initiant ainsi le passage

Le Financement Basé sur les Résultats (FBR) : source de changements positifs à l’Hôpital Communautaire de Référence de Trou du Nord L’Hôpital Communautaire deRéférence (HCR) de Trou du Nord, centre de référence de l’Unité d’Arrondissement de Santé (UAS) du même nom qui comprend les communes de Trou du Nord, Sainte Suzanne, Caracol et Terrier-Rouge, couvre une population de 102,945 habitants. Cette structure qui bénéficie de l’appui de la Coopération Cubaine et qui offre des services gratuits, reçoit parfois des références des autres UAS du département et même de l’Hôpital départemental. Cette institution avait cependant deux points faibles, que de nombreuses rencontres, formations n’ont pas permis de résoudre : la qualité des services, en regard de l’environnement et de l’organisation de l’offre de soins, et la gestion du Système d’information Sanitaire en termes de fiabilité des données et de promptitude des rapports. On savait déjà que la Stratégie FBR (financement basé sur les résultats) peut contribuer à l’amélioration de la gestion des institutions, mais personne n’aurait pensé, à son introduction en août 2014 à l’HCR de Trou du Nord, qu’elle allait influencer si positivement le fonctionnement de cette institution. En effet, grâce aux efforts consentis par l’ensemble du personnel, le score qualité, établi à partir de 146 indicateurs couvrant 14 domaines, est passé de 61% à la première vérification indépendante à 96% douze mois plus tard. L’HCR, qui n’avait reçu lors de cette vérification, que 47% des fonds trimestriels programmés (1, 187,161 gourdes), en raison de la non disponibilité ou de la non fiabilité des données a su renforcer son système d’information sanitaire, au point qu’il a pu décaisser 95% du montant prévu au quatrième trimestre. Ce montant supplémentaire a permis non seulement d’augmenter les primes du per-

54

sonnel ayant contribué à cette performance, mais aussi de réaliser certains petits travaux nécessaires à la sécurité et au confort des prestataires et des patients.Ces progrès ont eu un effet catalyseur, se traduisant par une amélioration des résultats globaux de l’HCR, grâce à un regain de confiance et de motivation du personnel. Au dire de M. Edrice Saint-Hilaire, Administrateur de l’HCR: “Le FBR est comme un médicament pour le système, un remède efficace qui mérite d’être amplement soutenu par les parties prenantes qui agissent aux différents niveaux du secteur de la santé. Les outils mis en place sont importants et nous devrions continuer, FBR ou pas, à les utiliser dans le but de garantir la qualité des services de santé.” Dr Wilfrid Pierre-Noël, Directeur Médical, en fin de carrière, estime que « le FBR est un outil qu’il faut garder et même améliorer. Il crée l’esprit d’initiative, facilite la bonne gouvernance et améliore la motivation du personnel. Moi qui suis là depuis longtemps, je peux mesurer les progrès. Si cette stratégie était appliquée depuis longtemps, notre système serait aujourd’huiplusperformant» Le FBR a changé la donne au niveau de l’HCR de Trou du Nord où le personnel a développé un sentiment d’appropriation et se sent plus responsable des résultats qu’il produit. En bout de ligne, les services sont de meilleure qualité et la population se montre de plus en plus satisfaite (73% au début, contre 80% à la dernière vérification).

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

Dr Jean Denis Pierre Directeur, DSNE


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 à échelle. Les départements des Nippes, du Nord et de la Grande-Anse emboiteront le pas au terme de la finalisation du processus de financement direct du gouvernement américain vers le gouvernement à travers le “GtoG” (Government to Government) avec l’USAID. Une étude est en cours dans ces départements pour établir une ligne de base permettant de mieux apprécier l’impact du FBR sur l’offre et l’utilisation des services dans le futur. Le département de l’Ouest étant d’une grande diversité et complexité n’a pas encore été préparé à cet exercice. Parmi les autres partenaires identifiés pour appuyer le FBR, le Fonds Mondial prendra en charge 50 institutions du pays dans le cadre du principe de renforcement du système qui a été intégré dans la nouvelle note conceptuelle; en attentant la sensibilisation des autres qui auront compris d’ici la que chaque dépense consentie en santé devrait pouvoir être liée à un résultat. 1.3 Etablissement des Normes techniques et administratives Parmi les importantes réalisations du MSPP au cours des cinq dernières années, on note la révision du Paquet Essentiel de Services (PES) avec la définition d’un modèle de prestation de services par niveau d’institutions. Le document du PES est présentement en cours d’impression pour sa diffusion et vulgarisation à tous les niveaux. Des normes techniques et administratives relatives à la prestation des services ainsi qu’à la gestion des ressources disponibles pour la santé ont aussi été élaborées, ou révisées pour certaines, et vulgarisées pour la plupart au cours des cinq dernières années.La liste des documents techniques élaborés au cours de la période est présentée dans l’Annexe 2 du bilan.

Atelier des responsables des ressources humaines des différents niveaux du MSPP (juillet 2015)

1.4 Renforcement de la Gestion des Services et de certains centres hospitaliers Le renforcement de la gestion des services de santé passe par celui des Directions départe­ mentales qui doivent garantir la production pérenne des services et soins de qualité, accessibles à toutes les populations, et par celui des Directions Centrales qui doivent s’assurer de la disponibilité et de l’application des normes.

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

55


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Remise des plaques de reconnaissance aux trois départements les plus performants au cours de l’année 2014 : le département des Nippes, le département du Nord et le département du Nord-Est (mai 2015)

L’amélioration de la gestion des hôpitaux publics par la mise en place de système de gestion standard pour une saine gouvernance est une priorité pour le MSPP. Des outils de gestion ont été revisités et la formation des gestionnaires réalisée dans le cadre de la mise en place des trois nouveaux HCR construits avec l’appui du projet tripartite Brésil-Cuba-Haïti, l’Institut Haïtien de Réhabilitation ainsi que du nouvel hôpital des Gonaïves avec l’appui du gouvernement canadien. Avec l’objectif de renforcer sa bonne marche et de remplir sa mission envers la population, le MSPP a mis en place, en mars 2015 un Conseil d’Administration de 13 membres nommé par arrêté présidentiel et installé par le Premier Ministre Paul au sein de cet hôpital qui tardait à remplir sa véritable mission pour de multiples raisons dont

Une gestion hospitalière saine au service de la santé : Modèle de l’hôpital Immaculée Conception des Cayes Depuis l’arrivée de la nouvelle administration en 2013, toute une série de mesures sont prises pour améliorer la gestion de l’hôpital départemental du Sud. Parmi ces mesures, on note : a) le respect des procédures administratives, b) la centralisation des caisses et le passage à une caisse automatique informatisée, c) la diminution du nombre des employés à gage et,d) l’amélioration du cadre de prestation des services en vue d’attirer les patients Parmi les impacts observés suite à la mise en place de ces mesures, on peut mentionner : • une augmentation sensible des recettes de l’hôpital de l’ordre de 166 % pour l’exercice 2012-2013 en comparaison à l’exercice fiscal 2011-2012 et de 633 % pour l’exercice 2014-2015 toujours en comparaison à l’exercice 2011-2012;

service d’urgence, du service de médecine interne, du service de pédiatrie et l’amélioration du cadre général de service (les photos de ces infrastructures sont présentées dans l’Annexe 4 de ce Bilan) ; • la réfection d’autres structures de santé du département toujours à partir des recettes générées par l’hôpital départemental telle que la rénovation du centre de santé de Leprêtre. L’exemple de l’hôpital départemental du Sud nous montre que l’amélioration de la gestion administrative et financière des institutions sanitaires peut contribuer à une autosuffisance progressive en termes de capacité organisationnelle pour l’augmentation de l’accès et le renforcement de la qualité des services de santé.

• la réalisation d’importants travaux au niveau de l’hôpital à partir des recettes internes comme la contribution en tout ou en partie à la réhabilitation du

56

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

Dr Bernard Février Directeur, DSS


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 la politisation et des ressources humaines non qualifiées à des fonctions clés. La coopération cana­dienne a consenti une assis­tance technique rappro­ chée avec un Directeur Exécutif intéri­maire qui a assuré le redres­sement de la situation, l’assainissement du milieu et la mise en place d’autres systèmes de gestion. Il est important de maintenir cet effort de Bonne Gouvernance si le pays ne veut pas perdre l’investissement con­ senti par le Canada, le Mexique et la France.

Remise de plaque au Département Sanitaire du Sud pour l’excellence de ses résultats en santé et comme département le plus performant de l’année 2013

Installation du Conseil d’Administration de l’Hôpital la Providence des Gonaïves (mars 2015)

En vue d’appuyer les trois HCR construits dans le cadre de la coopération tripartite à atteindre leur fonctionnement optimal (24/24h, 7/7jr), le Ministère a organisé trois ateliers, des visites de supervision et des ateliers de suivi avec les responsables de ces institutions en vue d’identifier les principales contraintes, trouver des solutions et assurer la mise en œuvre des recommandations pour l’atteinte les résultats escomptés le plus rapidement possible. Au début de 2016, des changements ont été observés à l’HCR de Bon Repos dont le bloc opératoire est maintenant fonctionnel.

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

57


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Renforcement du service d’urgence à l’Hôpital Saint Antoine de Jérémie : un vrai changement organisationnel Le département de la Grande-Anse est une zone enclavée à relief difficile. Il compte troisarrondissementssanitaires et un hôpital départemental servant de référence également pour l’arrondissement de Jérémie. Le moyen de transport privilégié à l’intérieur de ce département demeure « le taxi à moto ». Au cours de l’année 2015, les accidents de la route ont constitué les premières causes d’admission au service d’urgence de l’hôpital Saint Antoine. L’afflux des victimes accompagnées de leurs parents dans toutes les unités d’urgence provoqua des conflits incessants entre le personnel médical et la communauté en attente de soins de qualité. Suite à des agressions subies par un médecin, une grève s’installa et de nombreux problèmes ont été enregistrés. Un projet de renforcement de la prise en charge des urgences a été initié l’année dernière avec l’appui d’un partenaire. Le diagnostic institutionnel du service d’urgence de l’HSA faisait état d’une grande faiblesse organisationnelle : incapacité de retracer la plupart des dossiers des patients, enregistrement irrégulier des cas,

absence de tableau de bord, circuit patient non défini, absence d’intimité créée par la présence des parents dans tous les services, rupture fréquente des stocks de contingence à cause de la sollicitation du compte « fonds social », etc... Aujourd’hui, un dispositif de sécurité au niveau de l’hôpital incluant le service d’urgence est en place, une réhabilitation de l’infrastructurea permis d’accueillir les parents hors des salles de prestation, l’intimité est garantie, les outils de collecte sont utilisés. Un tableau de bord est affiché avec des indicateurs qui permettent de classer les urgences par catégorie (selon le rapport des statistiques sanitaires). Les prestataires sont formés. De plus, un plan blanc a été élaboré et les acteurs formés à son utilisation. Le stock de contingence a été reconstitué Ce changement au niveau du cadre de fonctionnement de l’hôpital a permis d’améliorer la qualité de la prise en charge des urgences au niveau du département sanitaire de la Grande-Anse. Dr Angello Duvelson Directeur DSGA

1.5 Organisation du réseau communautaire de services Au cours de l’année 2014-2015, le MSPP a documenté et évalué la mise en place d’un modèle d’organisation de soins de santé communautaire autour de l’HCR de Carrefour avec la perspective d’une extension nationale. Les premiers résultats sont palpables et encourageants et confirment la faisabilité du modèle. A partir de cette expérience et avec l’appui de l’OPS/OMS, le MSPP a présenté, en novembre 2015, le modèle retenu pour l’organisation des soins de santé communautaire. La présentation a exposé les résultats obtenus à l’hôpital de Carrefour avec les forces, faiblesses, défis et les leçons apprises. Face à ce succès obtenu avec l’assistance de la coopération canadienne, le MSPP se prépare avec le support d’autres partenaires à l’étendre à d’autres communes dans d’autres départements. Cette extension sera progressive tenant compte des difficultés financières auxquelles fait face le secteur alors que les services communautaires constituent un incontournable pilier pour un système de santé performant dans les pays moins avancés. Il faut également souligner les grands défis auxquels fait face le MSPP et qui risquent de compromettre le succès du programme en cours. En effet, le problème majeur demeure l’insertion dans le système, la prise en charge et la supervision permanente et intégrale des ASCP, Auxiliaires-Infirmières et Inspecteurs Sanitaires déjà formés. Ces catégories de 58

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 personnel représentent le nerf du programme de santé communautaire et se sentent fières de pouvoir contribuer à l’amélioration des conditions de vie de leur communauté. Le plaidoyer auprès des autorités financières de l’Etat pour la prise en charge des ASCP dans le budget du Trésor Public et l’augmentation de l’allocation du budget de l’Etat au secteur de la santé est un élément crucial de la performance du système de santé. Entre temps, le Service de Santé Communautaire (SSC) a été introduit au niveau de la DPSPE afin de mieux structurer la gestion de ce programme au sein du Ministère. 1.6 Supervision et Contrôle La Politique Nationale de Santé et le Plan Directeur en Santé accordent une place importante à la supervision dans le cadre du renforcement de la gouvernance du système de santé et de l’assurance de la qualité des soins et services. En plus des nombreuses supervisions normatives réalisées par les directions centrales au niveau des directions départementales et des principales struc­ tures de santé (institutions de tous les niveaux, cliniques dentaires, pharmacies, CDAI et autres), le niveau départemental réalise également des supervisions régu­ lières au niveau des institutions. Ces supervi­ sions portent sur la gestion des soins et services, le fonctionnement, l’accessibilité des services, la disponibilité et l’utilisation des procédures et protocoles de soins.

Supervision de Mme Irma Bois, Directrice de la Direction des Soins Infirmiers du MSPP

Le renforcement des soins infirmiers est une composante importante de l’amélioration de la qualité des services et soins de santé. Au cours des cinq dernières années, la Direction des Soins Infirmiers a poursuivi son appui aux directions institutionnelles de soins hospitaliers dans la gestion du personnel infirmier et des soins aux patients ainsi que l’inspection, l’encadrement et l’évaluation du personnel. La mise en place d’une coordination des soins infirmiers au niveau départemental en 2014-2015 est une stratégie qui vise aussi l’amélioration de la qualité des soins infirmiers au sein des institutions. La certification, l’accréditation et l’autorisation de fonctionnement permettent aussi d’effectuer un certain contrôle sur les institutions. Au cours des cinq dernières années, la DOSS a analysé 97 dossiers pour octroi de permis de fonctionnement (45 en 20122013, 27 en 2013-2014, 25 en 2014-2015). Dix-neuf institutions ont obtenu leur permis de fonctionnement (7 en 2012-2013, 7 en 2013-2014 et 5 en 2014-2015). Le manque de ressources au niveau de la DOSS retarde la pleine réalisation de cette importante activité. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

59


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O En attendant l’adoption des lois par la nouvelle législature, le Ministère a dû faire appel aux sociétés savantes pour l’octroi des licences aux professionnels spécialisés revenant de l’étranger. Six accords ont déjà été signés en ce sens. B. RESSOURCES HUMAINES

2.1 Gestion des ressources humaines Au cours des cinq dernières années, le Ministère de la Santé Publique et de la Population s’est engagé à rationaliser l’affectation et la gestion des ressources humaines. En effet, un référentiel des emplois et des compétences a été finalisé, validé et disséminé à travers le pays. Le référentiel qui définit les tâches pour chaque catégorie de personnel et le niveau de supervision est couplé d’un manuel de l’employé traitant des cadres règlementaires et des avantages sociaux. Avec la réhabilitation et la construction de nouveaux centres de santé et hôpitaux, le développement du Centre Ambulancier National et son extension dans les départements, le MSPP a multiplié les efforts pour combler les carences en ressources humaines, améliorer le traitement du personnel en poste et respecter ses engagements. Au cours des trois derniers exercices fiscaux et celui de 2015-2016, environ 1,650 nominations ont été effectuées ou sont en cours de traitement dont 430 nouvelles infirmières, 36 nouvelles sages-femmes, 453 médecins haïtiens formés à Cuba et 75 officiers sanitaires.

Promotion de 36 sages-femmes -«Ramiz» de l’Institut National de Formation des Sages femmes – 28 août 2014 - Mme Sophia Martelly, marraine de la promotion

D’autres mouvements de personnel ont également été effectués au cours des cinq dernières années. On note 99 ajustements de salaire, 155 promotions, 91 changements de titre, 325 cessations et 73 réintégrations. 60

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Un effort particulier a été apporté pour le déploiement de chirurgiens-dentistes à travers le pays. Au cours de la même période, les contractuels sont passés d’environ 700 à plus de 2,000. Ceci a été fait en intégrant le personnel payé à partir des recettes internes de plusieurs institutions de santé, en renforçant le réseau ambulancier périphérique et en absorbant le personnel payé par les partenaires dont les projets prenaient fin. A ce niveau, la priorité a été accordée aux prestataires de soins. En termes de régularisation des salaires, plus de 200 employés ont bénéficié de changement de titre et/ou d’ajustement de salaire pour soit valoriser les nouvelles compétences qu’ils avaient ou corriger certaines irrégularités. Les avantages sociaux s’inscrivent dans le volet des conditions de travail, d’hygiène et de sécurité de la gestion des ressources humaines. A ce titre, les activités suivantes ont été réalisées au cours des dernières années : •

Diffusion de la nouvelle structure et des mécanismes de gestion du programme d’auto-assurance des agents de la fonction publique;

Traitement de dossiers liés au programme d’assurance des agents de la fonction publique;

Suivi administratif des pensions liquidées ou sollicitées o 686 dossiers de pension ont été traitées et finalisées (quantité nettement inférieur au nombre d’éligibles);

Traitement de dossiers liés au programme de Kredi Pam : o 2,641 dossiers d’employés ont été expédiés et sont en traitement à la Banque Nationale de Crédit.

Des initiatives ont été mises en place pour renforcer la gouvernance en matière de gestion des ressources humaines. Dans le souci de disposer de données fiables sur les effectifs, un Système d’Information pour la Gestion des Ressources Humaines (SIGRH) s’est généralisé au niveau central et dans les départements sanitaires ; ce système intègre tous les mouvements de personnel et est régulièrement mis à jour. Il faut souligner que le SIGRH retenu comme base pour la création du Fichier Central de la Fonction Publique, évoluera vers ce système standard. La revue trimestrielle des activités de gestion des ressources humaines instituée en 2015 a permis d’identifier les cas spéciaux que représentent les abandons, les décès, les incapacités de travail, de discuter des problématiques RH et de dégager des pistes de solution. Pour encadrer ces structures déconcentrées la gestion des ressources humaines, la DRH organise des visites de supervision des responsables RH des départements sanitaires. Ces supervisions sont l’occasion d’identifier les points faibles et forts à améliorer dans la gestion des ressources humaines. Une évaluation des ressources humaines du secteur public (ERHIS 1) a permis de constater que les effectifs du MSPP étaient de 13,802 employés au 30 juin 2014. Ce chiffre a atteint 15,589 en juin 2015. Le tableau suivant montre la distribution de ces employés du secteur public par catégorie : LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

61


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O DISTRIBUTION DES EMPLOYES DU SECTEUR PUBLIC (10 départements) Situation des effectifs au 30 juin 2014 (ERHIS 1)

Enregistrement SIGRH

Situation des effectifs au 30 juin 2015 (Revue 3)

13,802

100%

15,589

100%

788

5.70%

205

1.30%

En poste

13,014

94.29%

15,384

98.71%

Médecins

1,068

8.20%

1,544

10.03%

Infirmières

1,470

11.30%

1,900

12.35%

84

0.65%

120

0.78%

Non en poste

Sages-femmes

Au cours des six premiers mois de l’exercice 2015-2016, la même évaluation a été lancée dans les institutions de santé privées et mixtes du pays (ERHIS 2). La collecte réalisée dans cinq premiers départements (Artibonite, Nord, Nord-Est, Nord-Ouest et Centre) totalise 2,418 employés (incluant quelques emplois doubles public-privé). Les détails sont présentés dans le tableau ci-dessous. La collecte se poursuit dans les autres départements sanitaires du pays afin de compléter le profil et la distribution sur tout le territoire des ressources humaines en santé. DISTRIBUTION DES EMPLOYES DU SECTEUR PRIVÉ ET MIXTE (5 départements) Artibonite

Nord

Nord-Ouest

Nord-Est

Centre

Médecins

31

106

28

42

51

Infirmières

51

306

69

65

92

Sages-femmes

2

1

1

0

2

Autres professionnels de santé

365

459

293

118

336

TOTAL

449

871

391

225

481

La diffusion des textes légaux tel le décret du 17 mai 2005 portant sur la révision du statut général de la Fonction Publique, la loi contre la corruption et le décret relatif à la pension civile, s’avère incontournable pour assurer une bonne gestion des ressources humaines. Le MSPP a également pris part à plusieurs rencontres de travail initiées par l’OMRH avec d’autres entités étatiques sur le projet de guide d’évaluation et de prévention en matière de santé et sécurité au travail. Les réflexions doivent se poursuivre. Dans le cadre de la réforme administrative, un manuel de recrutement a été élaboré et diffusé. En plus de la vérification systématique des pièces en appui aux demandes d’emploi, les affectations de personnel se font par appel à candidature et après entrevue avec les postulants et ce, dans l’optique d’égale opportunité pour tous et selon l’arrêté du 11 avril 2013. Pour accroitre la responsabilisation des acteurs, le Ministère s’est lancé dans l’opérationna­ lisation du Système d’Evaluation de la Performance (SYSEP) conformément aux dispositions de l’arrêté du 14 septembre 2014. Dans ce cadre, avec la collaboration de l’Office du Management et des Ressources Humaines (OMRH) et d’un partenaire technique et financier, des outils ont été développés (support de sensibilisation, support documentaire, support 62

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 pédagogique et support technique). Un pilote organisé au niveau de deux Directions Centrales et d’un Département Sanitaire a montré la nécessité d’affiner les profils de poste dans les opérations quotidiennes des différentes entités du Ministère.

Personnel du MSPP honoré pour leurs années de service lors de la Fête des Employés (juin 2015)

Dans le cadre de la restructuration des Directions de Ressources Humaines initiée par l’OMRH, le diagnostic situationnel de celle du MSPP a été réalisé et des pistes de renforcement ont été identifiées. Le MSPP e également pris part à plusieurs rencontres de travail initiées par l’OMRH avec d’autres entités étatiques sur le projet de guide d’évaluation et de prévention en matière de santé et sécurité au travail. Les réflexions doivent se poursuivre dans ce domaine. De grands défis demeurent au niveau des ressources humaines en santé. Parmi les plus urgents, on peut mentionner : •

L’augmentation du budget national alloué à la santé pour garantir : -

l’adéquation du personnel à la fourniture du paquet essentiel de services nouvellement établi;

-

la maitrise des effectifs pour réduire le gaspillage des ressources, éliminer les employés fictifs et combattre l’absentéisme en vue d’atteindre l’accès universel aux services prôné par le MSPP;

L’analyse de la pyramide des âges montre qu’une bonne partie des effectifs actuels est éligible à la retraite ; cependant, le processus de liquidation géré en dehors du MSPP est excessivement long; LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

63


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O •

Le maintien de la tendance croissante de recrutement de personnel prestataire comparé à celui du personnel administratif ou d’appui administrative;

La poursuite des réflexions sur une stratégie nouvelle de rémunération pour assurer la fidélisation du personnel et sa rétention au niveau périphérique.

2.2 Développement des ressources humaines Le développement des ressources humaines passe inévitablement par un renforcement des capacités. Tout en contribuant au renforcement des conditions de travail, les formations continues font partie intégrante du plan de performance de chaque personnel du secteur santé. Un plan de formation dont le but est de renforcer les capacités des employés du MSPP à leur poste de travail a été développé et validé.

Formation d’un groupe de chauffeurs du niveau central du MSPP (décembre 2014)

Avec l’objectif d’améliorer la qualité de la prestation des services et soins de santé plusieurs programmes ont réalisé, au cours des cinq dernières années des formations continues pour les différentes catégories de personnel. Les tableaux de l’Annexe 3 présentent les principales activités de formations réalisées par les départements et le niveau central pour les différents domaines:

64

-

Gestion, administration et ressources humaines

-

Épidémiologie/laboratoires/sécurité transfusionnelle, promotion de la santé et l’hygiène

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 -

Santé de la femme et de la mère

-

Santé de l’enfant, la nutrition et la prise en charge de la malnutrition

-

Maladies transmissibles, plus particulièrement le VIH-SIDA, la tuberculose et la malaria

-

Santé mentale

Formation en gestion hospitalière par l’équipe du CIFAS et de l’Université de Rio Grande du Brésil pour le personnel des trois nouveaux HCR construits avec les fonds du projet Tripartite (août 2014)

Plusieurs cadres du MSPP ont aussi participé à des formations et des rencontres d’échange à l’extérieur du pays. Parmi celles rapportées au cours des dernières années, on note les suivantes : -

Formations au niveau de l’Agence de Santé Publique du Canada;

-

Conférences sur le règlement sanitaire international;

-

Formation sur les plateformes informatiques pour les cartes dans l’information en santé et la gestion des serveurs centraux;

-

Formations du réseau TEPHINET (Training Programs in Epidemiology and Public Health Interventions Network) à Mexico City;

-

Formations sur les maladies et phénomènes non transmissibles (accidents, cancers, tabagisme);

-

Partage d’expériences avec d’autres pays sur la surveillance des décès maternels et riposte (en Indonésie);

-

Formation sur l’Économie et le financement de la santé pour l’Amérique Latine et la Caraïbe; LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

65


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O -

Atelier sur le renforcement des systèmes d’information sur la mortalité (Barbades);

-

Formation sur le District Health Information System 2 (DHIS2) niveaux 2 et 3 (Bénin) ;

-

Atelier sur le renforcement du système d’information sanitaire dans les pays de la Caraïbes et d’Amérique Latine (Costa Rica);

-

Formation sur Partenariat Public-Privé – cadres de l’Unité de Contractualisation (Montréal)

-

Formation en Suivi/Évaluation de programme FBR (Boston);

-

Atelier sur la couverture sanitaire universelle au Sénégal en avril 2015 pour six cadres (UEP, UC, Hôpital OFATMA, MPCE) ;

-

Formation au Bénin de cinq Techniciens de la chaine de froid sur l’installation et la maintenance du système de réfrigération solaire (dans la perspective du passage des réfrigérateurs à gaz aux réfrigérateurs solaires);

-

Formation sur les Règlementations et Droits Pharmaceutiques à Strasbourg ;

-

Formation sur la pharmacovigilance à l’Uppsala Monitoring Center en Suède;

-

Participation du Coordonnateur de l’Unité de Santé Mentale au Grand Rounds à Suny Downstate Medical Center (Brooklyn, NY) pour renforcer la coopération dans le cadre de l’étude de la prévalence et la détection des troubles de développement de l’enfant haïtien.

Il est intéressant de souligner l’appui technique fourni par la Direction d’Épidémiologie, de Laboratoire et de Recherches à la Guinée en matière de renforcement du système de surveillance épidémiologique. Parmi les stratégies envisagées pour le développement des ressources humaines, on retrouve l’identification et la formation de nouvelles catégories de professionnels et de spécialistes telles que celles d’officiers sanitaires et d’agents de santé communautaire polyvalents. Dans le cadre de sa nouvelle politique de santé communautaire, le MSPP vise la formation d’un réseau unique de travailleurs de la santé, les Agents de Santé Communautaires Polyvalents (ASCP). Ces agents sont formés suivant le curriculum standard élaboré et lancé par le MSPP en 2012 et fournissent un paquet de services standard à la population. Ce programme prévoit la formation de plus de 10,000 ASCP pour les dix départements à raison d’un agent pour mille habitants ou 200 à 250 familles. Plus de 3,000 ASCP ont été formés en 2013-2014.

66

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Graduation des Agents de Santé Communautaire (ASCP) de Plaisance du Sud (juillet 2015)

Avec l’appui de ses partenaires, le MSPP a formé 956 autres ASCP au cours de l’année 20142015. Ce qui porte à 3,956 le nombre d’ASCP formés depuis la mise en place du programme de formation. De ce nombre, 2,611 sont pris en charge de façon permanente par les partenaires dans les dix départements sanitaires et 1,345 sont intégrés d’une manière temporaire selon la disponibilité de fonds. Les ASCP formés sont régulièrement exposés à des formations continues sur les différentes thématiques de santé selon les besoins identifiés au cours des visites de supervision. Parallèlement à la formation d’ASCP, 276 auxiliaires polyvalents ont été formés et le processus de nomination est en cours pour 60 d’entre eux. Au cours des cinq dernières années, 193 officiers sanitaires et 53 inspecteurs sanitaires ont été formés dans les écoles du Sud, du Nord-Est et de l’Ouest : •

Des 82 officiers sanitaires formés à l’école du Sud, 52 ont été déployés dans les départements de la Grande-Anse, du Sud, des Nippes et du Sud-Est tandis que les contrats de 23 autres sont en attente d’approbation à la CSCCA;

21 des 61 officiers sanitaires formés à l’école du Nord-Est ont reçu leur nomination;

Le processus de nomination est en cours pour les 50 officiers sanitaires formés à l’école de l’Ouest;

Les contrats sont en cours pour 42 des 53 inspecteurs sanitaires formés à l’école de l’Ouest

Au cours des deux dernières années (septembre 2014 et septembre 2015), le MSPP a réalisé l’Université de Santé Publique en Haïti avec l’appui de REFIPS (Réseau Francophone International pour la Promotion de la Santé). Les principaux modules couverts par ces formations on retrouve l’analyse de l’état de santé et des besoins d’une population, le LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

67


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O financement de la santé, le développement de villes et de communautés en santé, la santé de la reproduction, la promotion de la santé, la santé et l’environnement, les politiques publiques favorables à la santé, la santé scolaire et le développement de villes/communautés en santé. En plus des experts du REFIPS, du MSPP et du Ministère de l’Education Nationale, plus de 90 participants (professionnels de la santé, médecins, infirmières, communicateurs, acteurs de terrain, moniteurs) ont bénéficié chaque année de cette initiative.

Agents de Santé Communautaire de l’Hôpital de Carrefour

La mise à niveau des universités et des écoles de formation en Sciences de la santé vise à renforcer le nombre et la qualité du personnel technique et administratif du MSPP et ce, dès le niveau de la formation initiale. Écoles d’Infirmières : Dans le but de standardiser la formation des infirmières tant dans les institutions publiques que privées reconnues, le MSPP a, à travers la Direction de Formation (DFPSS) révisé les outils et procédures pour l’évaluation et la réévaluation des Écoles d’Infirmières. Pour un meilleur contrôle des écoles de formation en Sciences Infirmières, le MSPP a créé un logo pour l’identification des institutions qui ont obtenu le permis de fonctionnement. A date, 55 institutions sont identifiées par ce logo du MSPP. La cérémonie de remise du logo a eu lieu le 11 juin 2015. Le Curriculum standard de Formation en Sciences Infirmières et le Manuel de Normes en Soins infirmiers ont été distribués aux représentants de ces institutions au cours de cette cérémonie. Un spot audio est régulièrement diffusé sur les ondes de plusieurs stations de radio en vue d’aviser la population par rapport à cette liste qui est également postée sur le site web du MSPP. On doit aussi souligner l’ouverture de deux nouvelles écoles d’infirmières privées dans les Nippes, ce qui pourra contribuer à une plus grande disponibilité de ressources humaines qualifiées dans ce département. 68

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Cérémonie de remise de logo comme permis de fonctionnement aux écoles de formation d’infirmières privées (juin 2015)

Le curriculum des Sciences Infirmières a été remanié en profondeur élevant le cycle d’études de 3 ans à 4 ans et l’amenant au niveau universitaire. Ce curriculum standard a été largement diffusé tant aux Institutions privées qu’aux Écoles Nationales d’Infirmières. Des séminaires de formation pour les directeurs et enseignants de ces institutions sont également organisés sur une base régulière. Ces formations concernent la pédagogie universitaire, la mesure/ évaluation (docimologie), les soins infirmiers aux personnes handicapées et le module de formation en santé communautaire. Dans le cadre des programmes spécialisations pour les infirmières, on peut citer les formations suivantes : - Formation des infirmières sages-femmes : 39 diplômées en 2014 et poursuite de la formation de 160 autres; - Troisième et dernière cohorte d’infirmières pour la maitrise en éducation-infirmière et leadership (Partenariat Régis College/MSPP/Université d’État d’Haïti) (n = 37); - Première cohorte d’infirmières praticiennes de famille (partenariat Pace University, HHP Hunter College/MSPP/UEH) (n = 21) - Première cohorte d’infirmières spécialisées en soins pédiatriques (partenariat Institut Necker Pédiatrie Haïti). La première cohorte de 29 participants vient de graduer le 15 janvier 2016. Une nouvelle cohorte a été recrutée; - Formation d’infirmières anesthésistes : 29 terminent leur cursus de trois ans de formation : 19 à l’hôpital Universitaire de Mirebalais et 10 à l’hôpital Universitaire Justinien. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

69


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

Infirmières spécialisées en soins pédiatriques (2015)

Parmi les avancées importantes réalisées dans le cadre des programmes de formation au cours des cinq dernières années, on note les dossiers suivants : - Validation et dissémination des Normes et Standards de la Pratique des Soins infirmiers; - Finalisation du nouveau Curriculum de l’École Nationale des Infirmières; - Standardisation du curriculum de formation des Infirmières anesthésistes; - Élaboration et validation du curriculum de formation des Infirmières pédiatriques. - Révision des règlements pour le Service Social; - Ouverture de la résidence en anesthésiologie à la Maternité Isaïe Jeanty avec rotation entre les trois grandes institutions de l’aire métropolitaine (HUEH, HUP et MIJ). Toujours dans le cadre de la réglementation des écoles de formation, le MSPP supervise, sur une base annuelle les sessions des examens d’admission pour les Ecoles Nationales d’Infirmières et organise les examens d’Etat pour les infirmières des institutions tant privées que publiques. Le tableau suivant montre quelques données relatives à ces sessions d’examens: 70

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Admissions et résultats dans les écoles d’infirmières privées et publiques

# admissions

2012

2013

2014

2015

570 (ENI)

640 (ENI)

468(ENI)

624(ENI)

1 446

1 612

1 911

2 744

759

550

365

705

# inscrits aux examens d’Etat # réussis

Formation des Médecins : En ce qui concerne les Facultés de Médecine, des outils et procédures ont également été élaborés pour leur évaluation en vue de l’obtention de la reconnaissance du MSPP après celui du MENFP. Deux nouvelles Facultés de Médecine ont été évaluées à l’aide de ces outils et procédures et les deux ont obtenu la reconnaissance du MSPP. Une grille a aussi été établie pour l’évaluation des hôpitaux universitaires. Deux hôpitaux ont été évalués à l’aide de ces outils et ont obtenu, en tandem avec une Université privée, l’autorisation du MSPP pour la formation spécialisée de médecins en pédiatrie. Le tableau suivant présente le nombre de médecins formés et spécialisés au cours des dernières années dans les différentes facultés reconnues : Quelques indicateurs sur la formation des médecins Catégories

2012

2013

2014

2015

# Médecins diplômés

416

454

479

404

# Dentistes

28

26

15

17

# Pharmaciens

41

25

10

29

# Médecins formés à Cuba (formation de base)

72

51

65

79

# Technologistes Médicaux

30

6

18

29

Boursiers du DESS : De 2012 à 2015, 47 professionnels de la santé ont bénéficié d’une bourse du MSPP pour les études spécialisées en management des services de santé (DESS) : 15 en 2012, 11 en 2013, 10 en 2014, 11 en 2015 et 10 sont actuellement en formation. Régulation des professions de santé : Rappelons qu’en juillet 2013, trois projets de loi visant le renforcement des aspects éthiques des professions médicales et paramédicales ont été approuvés par le Conseil des Ministres et transmis au Parlement. Ces projets visent la gestion de l’exercice des professions de la santé ainsi que la création et l’organisation de l’Ordre National des Médecins et de l’Ordre National des infirmières et infirmiers. En attendant l’adoption des lois par la nouvelle législature, le Ministère a dû faire appel aux sociétés savantes dans le cadre du processus d’octroi des licences aux professionnels spécialisés revenant de l’étranger. Des outils et procédures ont été élaborés à cette fin. Six  accords ont déjà été signés en ce sens et trois permis ont été déjà accordés. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

71


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O C. SYSTEME D’INFORMATION POUR LA GESTION

3.1 Renforcement et unification du système d’information pour la santé

Le MSPP a décidé de mettre en place un Système d’Information Sanitaire Unique (SISNU) afin de rationaliser et de rendre plus efficace le processus de production de données et de disposer à temps d’une information sanitaire stratégique fiable sur les problèmes de santé (en termes de morbidité, mortalité), sur les facteurs associés, sur l’utilisation des services de santé par la population et sur l’impact de la politique sanitaire à partir des stratégies et interventions mises en œuvre. Il s’agit d’une initiative qui vise à renforcer les trois piliers du Système d’Information Sanitaire (surveillance épidémiologique, statistiques de services et statistiques de ressources). Dans la mise en œuvre des mesures de renforcement, l’emphase est placée, dans un premier temps, sur les statistiques de services et la surveillance épidémiologique. L’implantation du SISNU se réalise dans le cadre d’un processus participatif incluant à la fois le MSPP et les partenaires haïtiens et étrangers.

100 % de promptitude dans le rapportage des données sanitaires : « Une stratégie, un succès » pour le département des Nippes Les Nippes : un département jeune maisqui très tôt a réalisé son diagnostic organisationnel suivi d’un plan de renforcement dont la mise en œuvre commence à donner des résultatsdans plusieurs domaines surtout en matièredegestion de l’Information Sanitaire. Au cours de ce quinquennat, un des indicateurs de performance retenu par la Haute Direction du MSPP pour évaluer les Départements Sanitaires a été la promptitude dans le rapportage des données. Dans ce domaine, la DSNi a connu certaines faiblesses pendant les années 2011 et 2012. L’adoption d’une nouvelle stratégie consistant à réaliser« la collecte passive et active » des rapports a inversé la tendance et

a permis d’obtenir 100% de promptitudeau cours des trois dernières années. Cette stratégie qui est en passe de devenir une routine est porteuse de succès pour le Département en matière de rapportage à temps. Elle a contribuéégalement au renforcement du Département Sanitaire des Nippes, quide 2013 à 2015, a décroché cinqplaques de reconnaissance, dont celle de DépartementSanitaire le plus performant. Dr Jacques Laroche Directeur, DSNi

Durant les cinq dernières années, les activités suivantes ont été réalisées: • Élaboration d’une liste d’indicateurs qui prend en compte les besoins essentiels en information du MSPP et de tous ses partenaires techniques et financiers; • Diagnostic du Système d’Information Sanitaire en place en vue d’en identifier les forces et faiblesses et d’établir les écarts à combler; • Révision/conception des outils de collecte et de rapportage des données (registres, rapport de statistique mensuel) et leur validation par les responsables des niveaux central et départemental; 72

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

Formation des OSE (Officiers de surveillance épidémiologique) du département de l’Ouest sur les nouveaux outils du SIS (septembre 2015)

• Impression, reproduction et approvisionnement des institutions en outils de collecte et de rapportage des données; • Formation d’environ 1,600 prestataires des institutions publiques, privées et mixtes dans les 10 départements pour le remplissage adéquat des outils; • Installation et utilisation de la plateforme informatique pour la saisie, le traitement et l’analyse des données (DHIS2) dans les services de statistique et d’épidémiologie des 10 départements sanitaires et certaines institutions disposant des capacités informatiques appropriées; • Élaboration et diffusion du guide de remplissage des outils de collecte et de rapportage des données ainsi que de la plateforme DHIS2; • Formation du personnel des départements sanitaires pour la validation des rapports, l’amélioration de la qualité des données, l’exploitation et l’analyse des données à partir de DHIS2. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

73


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Au niveau des départements, un effort particulier a été entrepris sur la disponibilité en tout temps des outils de collecte et de rapportage dans l’ensemble des institutions. Dans le souci de rapporter des données programmatiques fiables, de connaitre l’évolution des maladies dans le département et de prendre des décisions éclairées, des rencontres de validation des rapports sont réalisées sur une base trimestrielle dans la majorité des départements et par plusieurs responsables de programmes tant au niveau central que départemental.

Dans le cadre du renforcement du Système d’Information Sanitaire, les documents suivants ont été produits et sont disponibles pour orienter la planification stratégique et la prise de décision : • Rapports statistiques 2012, 2013, 2014 et liste des institutions sanitaires du pays (version 2015); • Enquête sur la morbidité, la mortalité et l’utilisation des services (EMMUS V) en 2012; • Enquête Evaluation de la Prestation des Soins et Services de Santé en 2013 (EPSSS), qui fournit des renseignements sur la capacité d’offre de services de 907 institutions sanitaires du pays ; • Mise à jour de la carte sanitaire dans le département du Sud-Est.

Actualisation de la carte sanitaire dans le Sud-Est : Informations pour une meilleure prise en charge des patients La carte sanitaire de la DSSE a été actualisée en 2015 avec les données sanitaires et géoréférencées des 56 établissements à travers 93 variables qualitatives et quantitatives. Le document a été diffusé à tous les niveaux du département et auprès de quelques directions centrales. L’inventaire des ressources (humaines, matérielles et financières) en santé, l’état des infrastructures, le niveau de disponibilité des services, l’écart entre la situation actuelle et la situation adéquate des institutions sanitaires selon les normes du MSPP pour les structures tant publiques que privées sont présentés dans ce document. Parmi les systèmes qui se sont améliorés suite à l’actualisation de la carte sanitaire dans le Sud-Est, on note : • La mise à jour de l’inventaire des ressources humaines, matérielles et infrastructurelles, ainsi

que l’identification du plateau technique existant dans chaque structure de santé ; • La mise au point d’un annuaire avec les coordonnées des responsables d’institutions accélère la prise de contact pour annoncer l’arrivée des patients référés et/ou contre-référés ; • Les informations sur les services de la structure où un patient est référé facilitent la bonne référence au meilleur endroit ; • La prise en charge plus rapide des problèmes médicaux ou chirurgicaux avec un plus court délai de réaction des prestataires et la réduction de la morbidité et de la mortalité au niveau du département. Dr Jean Lionel Jérôme Directeur DSSE

L’enquête EMMUS se réalisant chaque cinq ans, le MSPP a signé, en octobre 2015, le protocole d’accord avec sept de ses partenaires pour la réalisation de la prochaine enquête EMMUS VI planifiée pour 2016. 74

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Présentation des CNS 2012-2013

Afin de disposer de données et d’informations pour la prise de décisions éclairée et de faire une gestion rationnelle du système, l’Unité d’Etudes et de Programmation (UEP) du MSPP a publié, depuis 2011, les Comptes Nationaux de Santé pour trois années fiscales : 2010-2011, 2011-2012 et 2012-2013. Le dernier rapport a montré que pour 2012-2013, les ressources externes et nationales ont contribué au financement de la santé dans une proportion respective de 52% et 48% et que les ménages ont une participation directe relativement forte avec 32% des dépenses totales de santé. 3.2 Surveillance épidémiologique (composante du système d’information) Dans le cadre de la modernisation et l’unification du système d’information sanitaire comme stipulé dans le Plan Directeur Santé 2012-2022, le « Système de veille sanitaire et d’alerte précoce » revient à la Direction d’Epidémiologie, de Laboratoire et de Recherches. Surveillance routinière (syndromique)  : Le renforcement du système de surveillance épidémiologique s’est réalisé progressivement au cours du quinquennat 2011-2015, avec une amélioration appréciable des indicateurs : • La couverture géographique estimée à 7,3% au début de 2011 (78 sites), avoisine 32,5% à la fin de 2015 (presque le tiers de la totalité des institutions). Cet essor est corrélé au déploiement des gestionnaires de données préposés à la Surveillance Épidémiologique (OSE) aux différents niveaux de la pyramide de services  : institutionnel, communal, départemental ; • La quasi-totalité des communes sont pourvues de ces gestionnaires de données et la DELR assure leur mise à niveau lors de la tenue d’atelier annuel d’évaluation ; LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

75


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O • La surveillance épidémiologique de routine syndromique prenait en compte certaines maladies infectieuses transmissibles et autres phénomènes non morbides. Graduellement le champ s’est élargi englobant les chronico-dégénératives comme l’hypertension artérielle, le diabète et le cancer ; • L’émergence de nouvelles pathologies (Choléra, Chikungunya, Ebola, Zika) et la survenue de nouveaux cas de diphtérie ont contribué à l’optimisation du système, occasionnant l’élaboration de plan spécifique de riposte (Diphtérie, Ebola, Rougeole, Chikunguya), l’acquisition de nouvelles connaissances, d’équipements appropriés et d’intrants spéciaux ainsi que l’implémentation de bases de données adaptées pour une analyse situationnelle opportune et prompte.

Investigation des cas de diphtérie dans le département du Centre par la DELR du MSPP

Surveillance active : La surveillance active des cas suspects des maladies évitables par la vaccination a permis au pays d’obtenir la certification pour l’éradication de la poliomyélite et l’élimination de la rougeole et rubéole congénitale. Surveillance épidémiologique biologique : La confirmation biologique se réalise, comme à l’accoutumée, nonobstant certaines contraintes, au Laboratoire National de Santé Publique qui participe activement à la surveillance sentinelle de la grippe, de la diarrhée, des fièvres et maladies liées aux nouveaux vaccins (rotavirus, méningite, pneumonie et pneumocoque). Surveillance Environnementale : Initiée à la mi-décembre 2015, la surveillance environne­ mentale de la poliomyélite sera effective au premier trimestre de 2016, celle du choléra se poursuit. Alerte/Réponses : Il convient de souligner le diagnostic en temps opportun de toutes les épidémies survenues facilitant ainsi l’organisation et l’harmonisation de la riposte (diphtérie, Chikungunya). Pour le choléra, des critères d’alerte définis et diffusés facilitent le suivi régulier de la situation épidémiologique (détection des flambées). Formation/Recherche : La réponse institutionnelle dépend en tout premier lieu des compé­ tences du personnel concerné de manière générale par l’épidémiologie et particulièrement 76

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Construction du bureau de la Direction d’Épidémiologie (Financement : USG-CDC)

impliqué dans la surveillance. A cet égard, la DELR, avec l’appui des partenaires CDC, Coopération Brésilienne, l’OPS/OMS, assure la formation des cadres institutionnels communaux, intermédiaires en épidémiologie. Depuis trois ans, 109 ont bouclé le cycle de base, 56 le cycle intermédiaire et cinq la maitrise. La constitution progressive de cette masse critique d’épidémiologistes et de leurs documents de thèse ainsi que les fora thématiques mensuels laissent présager un avenir prometteur pour la recherche ; à noter que certains travaux ont été primés à l’extérieur (TEPHINET). Accessibilité de l’information  : les bulletins hebdomadaires sont transmis au CIFAS pour publication sur le site WEB du MSPP. Avec l’assistance technique de la DELR, certaines directions départementales ont pu mettre en place leur salle de situation et produire leur bulletin hebdomadaire.

Formation en épidémiologie de terrain- promotion 2013-2014

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

77


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O Dans le cadre de sa mission, le Laboratoire National de Santé Publique apporte son soutien étiologique aux activités de recherches de la DELR. Ainsi, les résultats de deux nouvelles études d’envergure nationale conduites par la Direction sont disponibles : une sur les principales causes de décès en période néonatale en Haïti et l’autre sur la prévalence des helminthiases intestinales chez les enfants de 6 à 15 ans scolarisés. Un projet d’étude sur l’évaluation virologique des patients sous traitement antirétroviral a été lancé à travers 10 sites de traitement. Dans le cadre d’un partenariat avec le CDC, quatre autres études entomologiques sont en cours dans le domaine de la malaria. Outre la surveillance sentinelle du pneumocoque, une enquête sur les porteurs du pneumocoque en Haïti est en cours de réalisation en vue de l’introduction du nouveau vaccin anti-pneumocoque en Haïti prévue en 2016.

En collaboration avec le MSPP, les centres GHESKIO ont poursuivi leurs recherches opérationnelles avec la publication de dizaines d’articles scientifiques dont une trentaine en 2015. Depuis trois ans, GHESKIO a initié le traitement antirétroviral (ARV) sitôt le diagnostic du VIH confirmé  ; cette initiative est maintenant recommandée à l’échelle mondiale. GHESKIO au aussi publié dans le New England Journal of Medicine le suivi à dix ans de la première cohorte recevant la trithérapie d’un pays en développement  avec 65% de survie, résultats comparables à ceux des pays avancés Après le lancement du site web du MSPP (www.mspp.gouv.ht) par le CIFAS en avril 2010, le site est devenu un outil indispensable pour la communication organisationnelle au niveau du MSPP et d’une grande utilité autant pour les employés que pour le public externe. Sur le nouveau site amélioré en 2013, on retrouve le calendrier d’activités des Directions du MSPP, le service de messagerie du MSPP, la cartographie sanitaire du MSPP, le SIGRH (Système d’information et de gestion des ressources humaines), les pages web des directions centrales et départementales, les documents stratégiques et normatifs, les rapports hebdomadaires sur le choléra ainsi que les outils pour l’inscription et la gestion en ligne des ONGs. Le CIFAS a aussi produit une version actualisée de l’annuaire de la messagerie du MSPP ainsi que des guides d’utilisation pour la messagerie et l’utilisation du calendrier d’activités du MSPP et un guide d’alimentation des pages web centrales et départementales. D. PROMOTION DE LA SANTE

4.1 Appui au Réseau Haïtien de Journalistes en Santé La DPSPE, avec les journalistes intéressés au domaine de la santé, a poursuivi son appui au Réseau de Journalistes créé en septembre 2013 pour une participation plus efficace à la sensibilisation de la population haïtienne. Un contact étroit avec la DPSPE permet de mieux orienter les journalistes sur les problèmes de santé pour une meilleure compréhension de ces problèmes. Une session de formation sur sept thématiques a été réalisée en 2015 avec l’appui de LMG/ USAID et des certificats ont été remis aux participants. 78

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Formation des journalistes du Réseau de Journalistes en Santé (janvier 2015)

4.2 Campagnes de sensibilisation et partenariat avec le réseau des radios communautaires Les populations des zones éloignées n’ont pas accès aux messages diffusés dans les stations de radios et de télévisions compte tenu des problèmes d’infrastructure dans ces communes ou sections communales enclavées. La DPSPE a saisi l’opportunité de l’appui du projet tripartite avec l’expertise des Brésiliens pour établir un partenariat avec 20 radios communautaires du réseau SAKS à travers le pays. Dans le cadre de ce partenariat, 280 émissions ont été réalisées et commencent à être diffusées. Avec l’appui du projet tripartite (Brésil-Cuba-Haïti), le MSPP a commencé la mise en place d’une cellule de production de matériels audio et vidéo. Le CADME (Comité d’Appui au Développement de Matériels Educatifs) qui regroupe des spécialistes en communication, a poursuivi la validation de tout le matériel éducatif produit dans le cadre des différents programmes de santé. Au niveau des départements, plusieurs activités de promotion de santé ont été réalisées sur une base régulière. Parmi lesquelles, on retrouve : • Journées de sensibilisation sur les grands thèmes de santé (VIH-SIDA, choléra, malaria, tuberculose, filariose, chikungunya, planification familiale, vaccination, cancer du col, tabac, violence, bienfaits du lavage des mains, etc) lors des fêtes patronales et du carnaval • Caravanes de sensibilisation sur les thèmes de santé lors des fêtes patronales et carnaval • Reproduction de CD avec les messages pré-enregistrés • Diffusion de spots et émissions radiophoniques sur les thèmes de santé • Production et distribution de maillots et casquettes à l’occasion des célébrations des journées mondiales de commémoration LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

79


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O • Montage et distribution de dépliants, banderoles et flyers à l’occasion des journées mondiales • Campagne de dépistage (VIH-SIDA, malaria)

• Rencontres avec les groups cibles: jeunes, associations de PVVIH, écoliers • Rencontres avec les organisations communautaires de base

Projection cinématographique lors de la campagne de lutte contre la malaria dans la Grande-Anse (avril 2015)

Au niveau des institutions de santé, les prestataires réalisent des séances d’éducation sur la santé comme le montre le tableau suivant. Statistiques sanitaires – Séances d’éducation sur la santé dans les institutions (2012-2015) Thèmes des séances d’éducation

2012

2013

785,788

1,007,657

Prise en charge de l’enfant

15.3%

16.6%

16.2%

Santé de la reproduction

15.4%

14.4%

16.0%

Hygiène personnelle

12.8%

11.6%

10.2%

Hygiène de l’environnement

19.8%

10.3%

11.2%

IST-VIH/SIDA

21.8%

25.0%

23.9%

Nombre séances d’éducation sur la santé réalisées dans les institutions

2014 1,019,684

Autres maladies transmissibles

12.9%

11.3%

13.6%

Autres thèmes

10.9%

10.8%

8.,9%

80

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 4.3 Hygiène publique, protection du citoyen et de l’environnement

Malgré le nombre limité d’officiers sanitaires nouvellement intégrés, plusieurs départements, comme le Nord, le Centre et le Nord-Ouest, réalisent des activités de contrôle de l’hygiène dans les marchés, les supermarchés, les restaurants, les boulangeries, les crémeries, les points de vente d’eau et les hôtels. Dans le Nord, l’inspection des bateaux se fait aussi systématiquement aux ports du Cap Haïtien et de Labadie.

Dans le cadre des mesures d’hygiène en milieu hospitalier, la DPSPE a actualisé les normes de gestion des déchets et réalisé la sensibilisation des responsables (45 participants) de douze institutions de santé (dix hôpitaux départementaux et trois dans l’Ouest) de façon à les conscientiser sur l’importance de la Prévention des Infections et de la Gestion des Déchets (PIGD).Les comités d’hygiène hospitalière sont maintenant fonctionnels dans quelques institutions du Nord, du Sud, des Nippes, de l’Ouest et de la Grande-Anse. Des matériels d’assainissement ont été distribués pour faciliter l’application des étapes de la collecte des déchets et maintenir l’hygiène du milieu hospitalier. L’HUEH reste et demeure un défi majeur à tous les points de vue de l’hygiène, de la gestion des déchets et de la prévention des infections. Suite à la réalisation de l’enquête sur la qualité de l’eau dans les kiosques de vente, la DPSPE s’était engagée à accompagner les fournisseurs à travers les inspections régulières afin de garantir la potabilité de l’eau. La rencontre de suivi avec les fournisseurs a été réalisée et les inspections se poursuivent sur une base régulière. Il faut souligner également la formation des cadres de la DPM pour la compétence à analyser et valider les documentations soumises pour demande d´autorisation pour les produits de traitement d´eau à domicile.

Campagne nationale du lavage des mains

Un système de contrôle de l’eau dans les institutions de santé est également mis en place dans environ 40 institutions du Grand Nord. Au niveau de la Grande-Anse, de gros efforts ont été réalisés pour l’approvisionnement en eau de l’hôpital départemental avec la réfection du réseau hydraulique et le forage d’un puits. LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

81


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O E. GESTION DES INTRANTS ESSENTIELS

5.1 Secteur Pharmaceutique

Projet de loi réglementant la pharmacie et le médicament : La réforme du secteur pharmaceutique inclut l’actualisation du cadre légal et normatif qui tient compte des pratiques pharmaceutiques actuelles. Le secteur pharmaceutique haïtien est régi par une loi datant de 1955 qui ne reflète pas les différents aspects essentiels du secteur pharmaceutique sujets à la réglementation comme la problématique des médicaments essentiels, la contrefaçon des médicaments, l’utilisation des médicaments traditionnels et à base de plantes, la gestion des dons de médicaments ainsi que la lutte contre le commerce informel du médicament qui constitue à l’heure actuelle un problème majeur de santé publique. Pour faire face à cette réalité, un projet de loi règlementant le médicament et la pharmacie a été validé par le MSPP, approuvé en Conseil des Ministres en juillet 2013 et déposé au Parlement pour ratification. Politique pharmaceutique nationale  : L’une des interventions priorisées par le MSPP au cours des dernières années fut l’adoption officielle de la toute première Politique Pharmaceutique Nationale (PPN) d’Haïti élaborée à partir d’une ébauche datant de 1997. Après son lancement officiel par le gouvernement en juin 2015, la PPN a été vulgarisée par la Direction de la Pharmacie, du Médicament et de la Médecine Traditionnelle (DPM/MT) conjointement avec les Directions sanitaires départementales dans les dix départements du pays. La PPN reflète l’engagement du MSPP à garantir à la population haïtienne un accès équitable aux médicaments essentiels de qualité, sûrs et efficaces. Cette politique s’applique aussi bien au secteur public qu’au secteur privé et implique l’ensemble des acteurs du secteur pharmaceutique. Au cours des dernières années la DPM/MT a aussi produit et distribué des documents pour sensibiliser la population à l’usage rationnel des médicaments.

Lancement de la Politique Pharmaceutique Nationale (juin 2015)

82

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Système national d’approvisionnement et de distribution des intrants : Axe stratégique de la PPN, l’approvisionnement en médicaments essentiels a besoin d’être renforcé. Ce renforcement implique la mise en place d’un Système National d’Approvisionnement et de Distribution des Intrants (SNADI), intégré et performant en permettant une coordination efficace des différentes interventions liées à la logistique des intrants. Pour y parvenir, plusieurs actions ont été entreprises par la DPM/MT au cours des cinq dernières années : - L’élaboration du schéma de fonctionnement du SNADI basé sur PROMESS et SCMS ; - L’adoption du Cadre de Référence du SNADI et d’un plan d’actions stratégiques (Plan de Transition) ; - La cartographie des opérateurs du système public d’approvisionnement pharmaceu­ tique ; - L’élaboration d’une quantification prévisionnelle sur 10 ans des besoins en produits pharmaceutiques du système public de santé ; - Le développement du Système d’Information de la Gestion Logistique ; - L’évolution du cadre réglementaire et normatif ; - La sélection, la révision, le formatage et le référencement d’outils pour la gestion des médicaments du système public de santé ; - Le projet de Centre de Gestion des Déchets Pharmaceutiques ; - La publication et la dissémination de la Liste Nationale des Médicaments Essentiels dont l’application facilitera une meilleure quantification des besoins nationaux et un usage rationnel des médicaments (1èrepublication en 2012) ; - L’acquisition de trois camions pour la distribution des intrants médicaux des départements du Nord, du Nord-Est, du Nord-Ouest et de la Grande-Anse ; - L’acquisition de trois terrains du domaine foncier de l’Etat : un pour la construction de la Centrale Nationale d’Approvisionnement et de Distribution des Intrants pharmaceutiques, le deuxième pour la construction du laboratoire de Contrôle de Qualité des produits pharmaceutiques (LNCQ) et le troisième pour la construction du Centre de traitement des déchets pharmaceutiques. Système national de pharmacovigilance : Partie intégrante de la PPN, la pharmacovigilance représente une des interventions stratégiques visant à mettre en place un système d’utilisation sécuritaire des médicaments pour la population haïtienne. Pour y parvenir, plusieurs actions ont été entreprises au cours des cinq dernières années dont la formation en pharmacovigilance de trois cadres au Centre de Pharmacovigilance du Maroc et à Uppsala Monitoring Center (UMC) en Suède, l’initiation du processus d’intégration d’Haïti comme pays membre du programme de l’OMS pour la surveillance des médicaments et l’élaboration d’un plan national pour la mise en place du système. Contrôle des médicaments : Le contrôle des médicaments et autres produits pharmaceutiques ayant cours sur le marché haïtien est une autre priorité du MSPP. La fabrication, l’importation LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

83


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O et la distribution des médicaments et autres produits pharmaceutiques sont assujetties à une série de règlements définis par le MSPP. Le MSPP à travers la DPM/MT met en œuvre et consolide différents mécanismes de normalisation du secteur pharmaceutique. Dans ce cadre, l’autorisation de fonctionnement a été accordée à de nouveaux établissements pharmaceutiques (28 en 2011-2012, 29 en 2012-13, 32 en 2013-14 et 56 en 2014-15) et renouvelée chaque année pour plusieurs établissements (239 en 2011-2012, 284 en 201213, 291 en 2013-14 et 320 en 2014-15). Par ailleurs, en 2013, le MSPP avait identifié dans le département de l’ouest 618 établissements pharmaceutiques fonctionnant en situation irrégulière, i.e. sans autorisation valide, liste qui avait été transmise au Ministère de la Justice pour les suites légales. La liste des établissements pharmaceutiques autorisés à fonctionner est régulièrement publiée sur le site web du MSPP.

Journée de sensibilisation sur les dangers des médicaments vendus dans la rue – 25 août 201

Enregistrement et autorisation d’importation et autorisation d’importation des médica­ ments : Les autres activités réalisées dans le domaine de la régulation sont la mise sur le marché de nouveaux médicaments (569 en 2013-14 et 125 en 2014-15), le renouvellement des autorisations de mise sur le marché (371 en 2013-14 et 415 en 2014-15), l’octroi en 2012-13 de 172 certificats de nouvelles Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) et de renouvellement, l’octroi de permis d’importation pour les psychotropes et stupéfiants (115 en 2012-13, 158 en 2013-14 et 120 en 2014-15), l’octroi de permis d’importation de précurseurs (produits chimiques pouvant être utilisés à des fins illicites : 107 en 2012-13, 113 en 2013-14 et 97 en 2014-15) et la délivrance d’autorisations d’achats de narcotiques sur le marché national (398 en 2012-13, 338 en 2013-14 et 420 en 2014-15).  Supervision et contrôle des établissements  : A titre d’organisme chargé de veiller à la disponibilité des médicaments essentiels et autres intrants de qualité et à moindre coût ainsi qu’à la sûreté de ces produits, la DPM/MT a réalisé des activités régulières de supervision et 84

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Le personnel de la Direction de Pharmacie, du Médicament et de la Médecine Traditionnelle

de contrôle des établissements au niveau des Centres Départementaux d’Approvisionnement en Intrants (CDAI), des pharmacies des institutions de soins, d’entrepôts d’ONG et dans des établissements pharmaceutiques privés. Au total, 620 inspections ont été réalisées dans les établissements privés de 2011 à 2015 et 122 établissements publics ont été supervisés de 2012 à 2015. 5.2 Logistique et Chaine du froid / Vaccins et intrants Le processus de remplacement des réfrigérateurs à gaz par des réfrigérateurs solaires avance. En 2014, La DPEV, avec le support de CDC a fait l’acquisition de 78 réfrigérateurs solaires installés dans dépôts intermédiaires départementaux. En 2015, le programme a été doté de 29 nouveaux réfrigérateurs solaires qui sont déjà installés dans les institutions prioritaires. De plus, en vue d’accélérer ce processus de solarisation de la chaine du froid, une demande a été produite auprès du Global Alliance for Vaccines et Immunisation (GAVI) pour la dotation du pays d’environ 750 réfrigérateurs solaires.

Installation des panneaux solaires au dépôt départemental pour intrants

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

85


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O L’approvisionnement en intrants et vaccins ainsi que la supervision sont deux éléments cruciaux du PEV. Avec l’appui de la coopération tripartite Brésil-Cuba-Haïti et de GAVI, la Direction du Programme Elargi de Vaccination a été dotée de trois camions pour l’approvisionnement des départements en intrants et de deux véhicules pour la supervision. Après des ruptures de stock observées au cours de l’année 2014, notons que tout au cours de l’année 2015, tous les antigènes du PEV ont été disponibles au niveau central et que 1,022 bonbonnes de gaz propane ont été achetées avec les fonds du Trésor Public (investissement). Un inventaire des vaccins, du matériel et des équipements de la Chaine du froid PEV est présentement en cours. 5.3 Médecine traditionnelle La Politique Nationale de Santé met une emphase particulière sur l’intégration de la Médecine Traditionnelle (MT) qui par ailleurs, constitue une partie importante du nouveau plan national de santé. Dans le but de promouvoir le développement de la MT et son intégration dans le système sanitaire haïtien, la Direction de Pharmacie a élaboré les normes relatives à la reconnaissance des tradipraticiens et à l’homologation des médicaments à base de plantes. Le MSPP a reproduit 500 exemplaires de la «Pharmacopée Végétale Caribéenne» (3e édition), élaboré la version créole et imprimé 1,000 exemplaires (Plan médicinal karayib la pou swen santé primè). Le MSPP a aussi fait l’acquisition d’un terrain à l’Arcahaie pour la mise en place d’un jardin botanique à vocation médicinale. F. FINANCEMENT DE LA SANTE

La modulation du financement du secteur santé est un sous-domaine important du renforcement du leadership et de la gouvernance. L’intensification de la mobilisation des fonds et la rationalisation de la gestion des ressources déjà disponibles constituent une étape essentielle dans l’accès de la population aux soins de santé. Soucieux d’augmenter les fonds pour progresser vers son objectif de couverture sanitaire universelle, le MSPP a organisé, sous le haut patronage du Président de la République, S.E.M Michel Martelly, sa conférence internationale sur le financement de la santé « L’accès aux soins de santé pour tous en Haïti : défis et perspectives pour son financement », les 28 et 29 avril 2015 avec l’appui du projet Health Financing and Governance (HFG) de l’USAID. L’engagement politique du gouvernement s’est traduit par la présence de la Première Dame, du Premier Ministre et des Ministres de l’Economie et des Finances, des Affaires Sociales et du Travail, de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, de la Communication et du Ministre de la Santé Publique et de la Population. La conférence a bénéficié de la participation et des contributions de plus d’une centaine de personnes représentant les principales parties prenantes du financement de la santé en Haïti (partenaires techniques et financiers, professionnels de santé, assurances publiques et privées, ONG, etc.) ainsi que d’experts internationaux. Cette conférence a été préparée par le Comité Technique mis en place par le Ministère pour élaborer la stratégie nationale 86

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 de financement de la santé en collaboration avec les partenaires impliques dans cette thématique.

La conférence a permis de faire l’état des connaissances sur le financement de la santé et ses liens à l’objectif de couverture sanitaire universelle, de partager le diagnostic du financement de la santé en Haïti, de discuter des expériences représentatives des différents modes de financement existants en Haïti et ailleurs, et de réfléchir aux options stratégiques envisageables pour potentialiser l’organisation du financement de la santé en Haïti.

Conférence Internationale sur le financement de la santé en présence de la Première Dame, du Premier Ministre et des Ministres de l’Economie et des Finances, des Affaires Sociales et du Travail, de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, de la Communication et du Ministre de la Santé Publique et de la Population (avril 2015)

L’USAID, l’OPS/OMS et la Banque Mondiale, entre autres, ont confirmé leur engagement à soutenir l’Etat pour la mise en place de cette stratégie de financement qui devrait contribuer à fournir une protection sociale en santé dont a tant besoin notre population. Cette stratégie qui est en développement devra servir à renduire les barrières financières à l’accès aux soins et cheminer vers la couverture universelle. Dans cet ordre d’idées, en dépit du fait que les dépenses opérationnelles en grande partie sont consenties par les fonds provenant des recettes internes des institutions, il est nécessaire au moins de commencer par une gestion rationnelle et transparente de ces dernières. Une initiative à encourager et à applaudir est celle de la Direction Départementale du Nord qui a conçu et mis en place un outil pour le rapportage mensuel des transactions financières au niveau des institutions publiques.

LES GRANDS OBJECTIFS POURSUIVIS DEPUIS 2012

87


NOS PARTENAIRES

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

88

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


Gouvernement américain (USAID et CDC) - Coopération Cuba-VenezuelaHaïti - Coopération Cuba-Haïti-Norvège - Coopération Brésil-CubaHaïti - Coopération Canadienne - Coopération Mexicaine - Coopération Japonaise - Coopération Française - Coopération Cubaine - Banque Mondiale - Fonds Mondial - OPS/OMS - UNICEF - UNFPA - PNUD - BID

NOS PARTENAIRES Cette section des grandes réalisations présente les domaines dans lesquels nos différents partenaires ont contribué à l’atteinte des résultats du MSPP au cours de la période 20112015 à travers leur contribution technique et financière.

 Coopération Cubaine - Formation de médecins haïtiens en Médecine Générale Intégrale (MGI) et spécialistes en MGI (plus de 60 médecins par année) ;    - Contribution à la prestation de services dans 10 hôpitaux, 17 centres de santé et 2 CTC avec 612 coopérants  (564 cubains et 48 haïtiens) (incluant les deux autres coopérations ci-dessous) :  Consultations médicales : plus de 1,500,000 par année  Interventions chirurgicales  : moyenne de 50,000 par année (près du tiers en chirurgies majeures)  Accouchements : entre 6,000 et 7,000 par année dont près de 500 césariennes  Opération Miracle (cataractes et Ptregium)  : entre 3,000 et 4,000 patients par année - Contribution aux examens de diagnostic : tests de laboratoire, examens de Rayon X, examens ultrasons et examens d’endoscopie ; - Contribution aux services de rééducation ou réhabilitation physique  : en moyenne 20,000 patients réhabilités par année.

 Coopération Cuba-Vénézuela-Haïti - Contribution à la prestation de services dans 19 hôpitaux, 12 centres de santé, 30 salles de réadaptation et 5 centres spécialisés avec 612 coopérants ; - Renforcement de 30 HCR et 24 centres de santé incluant les aspects de réhabilitation.  Coopération Brésil-Cuba-Haïti - Formation de techniciens en santé incluant les agents de santé polyvalents ; - Appui à la construction de trois hôpitaux Communautaires de Référence (hôpital Dr NOS PARTENAIRES

89


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

Ses Excellences M. Joseph Michel Martelly, Président de la République et Mme Sophia Martelly, Première Dame de la République en compagnie des Ministres de la Santé de Cuba et du Brésil et des autorités du MSPP à l’occasion des cérémonies d’inauguration des 3 HCR construits avec l’appui du projet Tripartite (mai 2014)

Raoul Pierre Louis d’Arcachon 32, hôpital Dr Ary Bordes de Beudet et hôpital de Bon Repos) incluant médicaments, intrants et plan de maintenance ; - Construction et appui technique et en matériels à l’Institut de Réadaptation Dr Gérard Léon (prothèses et orthèses) ; - Achat de trois camions pour le transport de vaccins et d’un autre pour les hôpitaux.

 Coopération Cuba-Haïti-Norvège - Amélioration de la qualité des services dans le Sud d’Haïti ; - Entretien et construction de structures de santé dans le Sud.  Coopération Vénézuélienne (Solidarité Bolivarienne/Petrocaribe) : - Appui à la construction de l’hôpital Simbi Continental (Martissant), de l’hôpital de Sans-Fil et du Centre de Traumatologie  ainsi qu’à la réhabilitation de l’hôpital Notre Dame du Perpétuel Secours de Bon Repos; - Appui à la reconstruction de l’HUEH. 90

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016  Coopération Mexicaine - Installation de panneaux solaires à l’hôpital départemental de Gonaïves (contribution de 2.5 millions USD).

 OPS/OMS : - Appui à la préparation et réponse aux urgences sanitaires, incluant la formation du personnel de santé et renforcement des plateaux techniques pour la gestion des urgences médicales dans le Nord et la Grande-Anse ; - Accompagnement et appui à la coordination pour la réponse santé au choléra, au Chikungunya ainsi que les préparatifs pour Ebola ; - Assistance technique dans les domaines de la vaccination, la malaria, la tuberculose, la filariose et le financement de la santé ; - Appui technique pour le développement du Paquet Essentiel de Services de soins de santé ; - Assistance technique et opérationnelle pour le modèle d’organisation des soins de santé communautaire dans la commune de Carrefour, dans la perspective d’une extension nationale ; - Accompagnent et assistance technique pour l’introduction de nouveaux vaccins et le programme national de vaccination en général ; - Appui à l’élaboration des stratégies et plans nationaux pour la Santé Néonatale, Santé des Jeunes et Adolescents, Politique Pharmaceutique, Contrôle et Elimination des Maladies Transmissibles, Santé mentale, Règlements sur la qualité de l’eau et la PTME ; - Formation en gestion des stocks de médicaments essentiels et la surveillance épidémiologique.

JOURNEE MONDIALE DE LA MALARIA- 25 avril 2014 Le MSPP et ses partenaires techniques et financiers (OPS/OMS, CDC, PSI)

NOS PARTENAIRES

91


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O  UNICEF - Appui aux programmes visant la santé des mères et des enfants ;  - Appui aux autres programmes prioritaires: o la nutrition : prise en charge de la malnutrition aigue et prévention o la santé néonatale : mise en place des SONU o la vaccination : vaccination de routine avec approche RED, approvisionnement en vaccins et chaine de froid et communication o le VIH/ PTME, le VIH chez les adolescents/ All in - Appui dans la réponse aux conséquences nutritionnelles de la sècheresse dans les communes vulnérables ; - Appui dans la mise en œuvre de la prise en charge du choléra à travers les EMIRA (Equipe Mobile d’Intervention Rapide) dans six départements sanitaires ; - Appui aux programmes de mobilisation sociale dans le cadre du choléra ; - Appui à la coordination avec renforcement des capacités et support technique à tous les niveaux de soins.

Les autorités du MSPP avec leurs partenaires de la coopération américaine, de l’OPS/OMS et de l’UNICEF à l’occasion du Lancement de la Politique Nationale de Santé en septembre 2012

 UNFPA - Appui au programme visant la santé des mères et des enfants à travers un partenariat visant le renforcement de la Direction de Santé de la Famille (DSF) ; 92

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 - Appui technique et financier à un ensemble d’institutions sanitaires fournissant des Soins Obstétricaux et Néonatals d’Urgence (SONU) par un personnel qualifié et de services de planification familiale ; - Appui technique et financier au programme de monitoring SONU en vue de l’amélioration de la qualité des services fournis par les maternités dans la prise en charge des accouchements et des urgences obstétricales ; - Appui financier pour l’approvisionnement en intrants de la santé de la reproduction et de la planification familiale à travers le programme de sécurisation des intrants ; - Appui financier à la réalisation de l’enquête annuelle (5e édition) sur les produits et les services de santé de la reproduction ; - Appui à la mise en œuvre de la campagne nationale de planification familiale ; - Appui à l’Institut National Supérieur de Formation de sages-femmes (INSFSF) et ses deux filières de formation (18 mois et 3 ans).

 Coopération Japonaise - Appui à la fourniture de vaccins et au renforcement de la chaine de froid ; - Contribution à la construction de l’hôpital départemental de Jacmel (en partenariat avec la Croix Rouge Canadienne) ; - Construction du pavillon de consultation externe à l’hôpital Sacré Cœur de Milot ; - Appui en équipements sanitaires à l’HUEH et à la réhabilitation de la morgue ; - Appui à la reconstruction de l’HUEH et au processus de réforme ; - Appui en matériels et équipements à l’hôpital Ste Thérèse de Miragoâne ; - Appui à la reconstruction et aux équipements de deux pavillons du Sanatorium de Sigueneau ; - Appui dans les domaines de l’hygiène et de l’assainissement dans les régions du SudEst et de l’Ouest (le Palmes, Carrefour) et dans le domaine de la santé maternelle (Nippes, Centre, Sud-Est et Nord-Est) ; - Appui au CCM dans la réalisation de la note conceptuelle VIH Sida.  Coopération Française : - Appui dans les domaines de la santé maternelle (formation, planification familiale, appui institutionnel, etc.) dans les départements des Nippes, du Centre, du Sud-Est et du Nord-Est (1 653 000€ en 2014-2015). - Contribution à la rénovation d’institutions de santé (Centre de santé de Thiotte, Centre de santé de Savanette, HCR de Trou du Nord, hôpital Ste Thérèse de Miragoâne) dans le domaine de la santé maternelle dans les quatre départements mentionnés ci-dessus (3 485 000€ en 2014-2015) ; NOS PARTENAIRES

93


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

Visite de suivi du projet de reconstruction de l’HUEH par son Excellence M. Joseph Michel Martelly, Président de la République, Dr F.D. Guillaume, Ministre de la Santé Publique et les partenaires des Coopérations Américaine et Française

- Appui à la reconstruction de l’HUEH et au processus de réforme (2 275 000€ en 20142015) ; - Contribution à l’amélioration de la performance du dépistage du VIH en Haïti (278 000€ en 2014-2015).

 Gouvernement américain (USAID et CDC) - Appui aux programmes de soins de santé primaires de santé en Haïti à travers le projet SSQH (Services de Santé de Qualité pour Haïti) ; - Appui aux programmes de santé communautaire à travers 1,600 agents de santé œuvrant au niveau de plus de 60 communes dans les 10 départements ; - Appui au renforcement des capacités du MSPP à tous les niveaux des systèmes de gestion et de planification à travers les projets HFG et LMG ; - Appui à la mise en place de la stratégie FBR (Financement basé sur les résultats) du MSPP (formation, bulletin, manuel formation) ; - Appui au renforcement organisationnel du MSPP : DRH, DOSS, DFPSS, DPSPE, UEP ; - Appui au renforcement du Système d’information Sanitaire ; - Appui à la surveillance épidémiologique (procédures de validation des données) ; 94

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

Cérémonie de reconnaissance des efforts du MSPP dans la lutte contre les maladies tropicales négligées en présence des autorités du gouvernement américain en Haïti, Mme l’ambassadrice Pamela White et de la Première Dame de la République, Mme Sophia Martelly, St Louis du Sud- 8 mai 2014

- Appui à la formation de cadres et de travailleurs de santé dans les domaines des Soins Obstétricaux d’Urgence, VIH/SIDA, tuberculose, malaria, systèmes électroniques de collecte, traitement et rapportages de données ainsi que l’épidémiologie ; - Appui à la DINEPA dans les systèmes d’adduction d’eau en milieu rural : inventaire des réseaux, chloration, système de surveillance ; - Support technique et financier à un réseau d’institutions nationales contribuant à plus de 80% des résultats en termes de dépistage, du VIH, traitement ARV, PTME, tuberculose ; - Appui aux programmes tuberculose (utilisation de méthodes de pointes de diagnostic, normes de contrôle de transmission), prévention du VIH/SIDA (gestion des déchets médicaux), sécurité transfusionnelle, filariose lymphatique (médicaments et campagne nationale), choléra (surveillance épidémiologique), rage (planification stratégique et opérationnelle et appui au MARNDR), supervision intégrée TB/VIH ; - Don de 10 ambulances équipées au Centre Ambulancier National et d’équipements biomédicaux dans les Matheux et le Nord-Est ; - Appui au Comité de Coordination Multi-sectoriel d’Haïti dans la formulation des propositions de financement (note conceptuelles TB-VIH et Malaria) au Fonds Mondial ; NOS PARTENAIRES

95


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O - Activité de plaidoyer auprès des décideurs politiques et acteurs clés dans le cadre de la commémoration des 5 ans du séisme du 12 janvier à Washington DC en janvier 2015 ; - Appui à la construction de l’HUEH ; - Appui à la construction du campus des Sciences de la Santé.

 Coopération Canadienne (Affaires Mondiales Canada/AMC) : - Appui dans les domaines de la gouvernance du secteur santé, des ressources humaines, la gestion hospitalière et au renforcement des capacités (plus de 1,250 professionnels) ;

Participation des dignitaires et partenaires à l’arrivée du bateau hôpital «USNS Comfort» : Son Excellence Madame Sophia Martelly, Première Dame de la République, Mme Paula Caldwel St-Onge, Ambassadeur du Canada, M. Ricardo Napoles, Ambassadeur de Cuba et Dr Florence D. Guillaume, Ministre de la Santé Publique et de la Population

- Appui dans le domaine de l’eau, l’assainissement, l’hygiène et la lutte contre le choléra ; - Appui à la construction du bureau de la Direction Sanitaire du Nord-Est ; - Construction de l’hôpital départemental La Providence des Gonaïves et appui à sa prise en charge par le MSPP ; - Appui aux programmes prioritaires de santé incluant ceux de santé maternelle, santé de la reproduction, santé infantile et vaccination de routine (services de santé gratuits à 212,000 enfants de moins de cinq ans et 72,000 femmes enceintes) ; 96

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 - Appui à la construction de centres de santé et d’institutions de formation dont celle des infirmières sages-femmes ;

- Appui à la construction de deux CDAI (Centre de distribution d’intrants) dans les Nippes et le Sud-Est ; - Appui à l’Alliance du vaccin (GAVI) pour la fourniture de vaccins ainsi qu’un appui institutionnel au MSPP ;  - Appui au Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme.

 Fonds Mondial - Appui à la lutte contre le SIDA, la Malaria et la Tuberculose.  PNUD - Appui à l’élaboration des documents stratégiques et normatifs pour la réponse nationale au VIH et à la tuberculose ; - Appui au renforcement du programme VIH/SIDA au niveau des 10 départements, au niveau central et sous-récipiendaires (matériels informatiques et mobiliers) ; - Appui à la prise en charge des ressources humaines (390 prestataires) et renforcement des capacités au niveau central et périphérique ; - Appui à la prise en charge du VIH/SIDA et de la Tuberculose : fourniture de médicaments antirétroviraux, médicaments antituberculeux, tests de dépistage et réactifs ; - Appui à la formation du personnel (402 personnes) des services centraux et périphériques du MSPP ; - Réhabilitation d’infrastructures sanitaires  : dépôt GHESKIO, centres transfusion sanguine, CDV, CDAI, HCR l’Azile et quatre Centres de santé (Pestel, Latibolière, Bassin Bleu et Beauchamp).

 BID (Banque Interaméricaine de Développement) - Appui aux programmes de santé scolaire, campagnes de déparasitage et aux Semaines de Santé de l’Enfant (un million d’enfants par campagne) ; - Appui à la réalisation de l’étude sur la prévalence des helminthiases intestinales chez les enfants de 6 à 15 ans scolarisés en Haïti ; - Appui à la mise en place de Cliniques Mobiles Scolaires dans les département de l’Ouest (3 bus), du Nord (1 bus), du Nord-Est (1 bus), du Sud (1 bus) et de la GrandeAnse (1 bus) ;  - Appui à l’installation de clinique dentaire de référence dans le département du Nord-Est NOS PARTENAIRES

97


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 - Appui à la mise en place de protocole d’accord avec le Comité National de Prévention de la Cécité (CNPC) pour la fourniture de soins visuels aux enfants scolarisés de 3 à 15 ans ; - Acquisition de matériels et produits bucco-dentaires pour le MSPP ;

- Acquisition de boites de verres pour le MSPP pour la fourniture de soins visuels aux enfants scolarisés dans le cadre du programme Clinique Mobile Scolaire (CMS).

 Banque Mondiale - Appui aux programmes de prévention et de lutte contre le choléra ; - Appui aux interventions visant l’amélioration de la santé maternelle et infantile ; - Appui au programme national du Financement Basé sur les Résultats (FBR) du MSPP ; - Appui technique au volet du financement de la santé. Il faut aussi souligner la généreuse contribution de plusieurs organisations non gouverne­ mentales et autres agences nationales et internationales qui viennent en appui au MSPP, soit avec leurs fonds privés en tant qu’agences d’exécution, dans les domaines des infrastructures, des ressources humaines et de la prestation des services de santé.

Partenaires du MSPP à la Table sectorielle du secteur santé (août 2015)

98

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


RÉSUMÉ DES BILANS FINANCIERS ANNUELS DU MSPP (2011-2015) Cette section du Bilan présente un résumé des principales composantes du budget du MSPP au cours des cinq dernières années : •

Le budget de fonctionnement

Le budget d’investissement

Les fonds des partenaires gérés par le MSPP

Il faut souligner que sur une base annuelle, le MSPP se fait un devoir de soumettre un document de budget avec la documentation requise pour justifier les nouveaux crédits sollicités. Ce document intitulé «Présentation du programme sectoriel et du budget 20xx20xx» présente les résultats de l’année précédente, les priorités pour l’année à venir, le processus d’élaboration du budget, les justificatifs détaillés et chiffrés pour les nouveaux crédits sollicités pour chacun des articles budgétaires et la description des principaux projets du programme d’investissement public. Ce document est l’outil de plaidoyer utilisé par le MSPP pendant tout la durée du processus d’élaboration du budget. 1-

BUDGET DE FONCTIONNEMENT

Les montants des budgets de fonctionnement approuvés au cours des cinq dernières années ainsi que leur niveau d’exécution sont présentés dans le tableau de la page suivante. Parmi les principaux constats tirés de ces informations, on peut citer les suivants : •

La portion du budget de l’État accordée à la santé n’a pas significativement changé au cours des trois dernières années, variant entre 5.0 et 5.5%1 , même si la Politique Nationale de Santé recommande 15% selon la déclaration d’Abuja;

1

Le budget du MSPP est composé des budgets de fonctionnement et d’investissement; les montants des ressources externes inclus dans le budget d’investissement dépendent de l’information fournie par les partenaires au MPCE. Ces montants peuvent représenter une grande partie du budget comme cela a été le cas en 2012-2013 où le budget total du MSPP était de 11.9 milliards de gourdes dont 2.6 milliards pour le fonctionnement, 8.9 milliards provenant des ressources externes dans le budget d’investissement et seulement 532 millions de gourdes du Trésor Public.

RÉSUMÉ DES BILANS FINANCIERSANNUELS DU MSPP (2011-2015)

99


100

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

% exécution

95,73%

2 107 604 368

15 000 000

Autres dépenses publiques

VI

TOTAL DEPENSES

13 297 399

Dépenses de transferts

IV

2 201 536 824

20 200 000

Dépenses d’immobilisations

III

TOTAL

155 925 465

99,06%

2 566 852 046

2 591 238 260

22 400 000

7 212 799

41 600 000

180 621 759

2 339 403 701

2012-2013

99,54%

2 848 517 870

2 861 593 414

18 679 351

10 662 172

38 853 049

226 121 806

2 567 277 037

2013-2014

99,98%

3 321 293 946

3 321 822 201

27 993 133

7 344 764

28 221 681

270 998 027

2 987 264 596

2014-2015

en cours

3 521 822 201

27 993 133

7 344 764

68 221 681

290 998 027

3 127 264 596

2015-2016 (*)

60.0%

86,6%

-44,8%

237,7%

86,6%

56,6%

% augmentation 2011-2015

% du budget pour secteur santé

Budget du MSPP (Fonct. + invest.)

BUDGET TOTAL DE L’ETAT 7,1%

8 647 748 581

121 000 978 208

2011-2012

Investissement : près de 9 milliards de gourdes sous ressources externes et 532,000,000 du Trésor Public

9,1%

11 912 809 303

131 543 490 813

2012-2013

5,5%

6 949 737 531

126 411 506 014

2013-2014

5,0%

5 517 588 034

109 736 846 515

2014-2015

5,4%

6 622 752 601

122 679 830 801

2015-2016

-23,4%

1,4%

% augmentation 2011- 2015

(*)Le MSPP a sollicité une modification de la ventilation des crédits additionnels de 200 millions alloués vers les Titres I. Ii et III pour des montants respectifs de 140, 20 et 40 millions. Les montants de 20 et 40 millions ont été redistribués aux Titres II et III. Tenant compte des prescrits de la Loi de Finances de l’exercice sur les modifications de la ventilation budgétaire, le MEF a autorisé l’exécution des dépenses de Personnel au niveau du Titre I jusqu’à concurrence de 140 millions dont les dits crédits sont gelés aux chapitres des Autres Dépenses Publiques.

BUDGETS APPROUVES

Dépenses de biens et services

II

1 997 113 960

2011-2012

Dépenses de personnel

Description

I

Titre

BILAN FINANCIER- TABLEAU 1 : RESUME DES BILANS FINANCIERS ANNUELS - EXECUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 •

Entre 2011-2012 et 2015-2016, le budget de fonctionnement a augmenté de 60% passant d’un peu plus de deux milliards de gourdes à 3.5 milliards; mais toujours insuffisant pour supporter la charge de fonctionnement de l’ensemble des institutions de santé;

La plus grande partie du budget de fonctionnement est allouée aux dépenses de personnel (89%-90%) et ce pourcentage n’a pas varié au cours des cinq dernières années ; montant insuffisant pour permettre au MSPP de doter les institutions de santé en ressources humaines tant en quantité qu’en qualité;

L’augmentation du montant pour les dépenses de personnel a sensiblement suivi l’augmentation du budget total, soit 56.6% ;

Les autres rubriques qui ont augmenté au cours de la période sont les dépenses d’immobilisation (237%), biens et services (86.6%) et autres dépenses publiques (86.6%) ;

De 2012 à 2015, le taux d’exécution du budget de fonctionnement du MSPP a varié entre 99% et 100%.

FONDS NON FONCTIONNEMENT: INVESTISSEMENT PUBLIC ET FONDS DES PARTENAIRES

2-

En plus des fonds d’investissement (Trésor Public, Petrocaribe et autres), le MSPP gère aussi des fonds transférés par différents partenaires pour l’exécution des activités qu’ils appuient dans le cadre de leur partenariat avec le MSPP. Avec le processus de création du Compte Unique du Trésor pour les fonds du Trésor Public, le MSPP a graduellement placé les fonds provenant des partenaires dans des comptes courants distincts. Certains de ces comptes regroupent des fonds de plusieurs partenaires tandis que d’autres sont identifiés aux partenaires comme exigés par leurs procédures. Le tableau de la page suivante présente les montants dépensés par source de fonds (autres que le budget de fonctionnement) au cours des cinq dernières années. A l’analyse de ces informations, on peut citer les points suivants : •

Le montant total dépensé au cours des quatre dernières années sur les fonds du programme d’investissement (PIP) provenant du Trésor Public est de 1,243,420,116.35 gourdes, soit une moyenne de 250,000,000/ année;

Les autres fonds du PIP provenant des fonds Petrocaribe totalisent 978,968,798.94 gourdes sur deux ans, soit une moyenne de 490,000,000/année. Il faut noter que seulement une partie des fonds Petrocaribe a transité sur le compte du MSPP; les autres décaissements ayant été effectués par dépôt direct sur les comptes des bénéficiaires ;

Les autres fonds du Trésor Public (autres que le PIP) totalisent 29,268,097.05 gourdes sur deux ans, soit une moyenne de 15,000,000/année;

Les montants dépensés sur les fonds de près de 15 partenaires sont de 951,316,330.08 gourdes sur cinq ans, une moyenne de 200,000,000/ année. RÉSUMÉ DES BILANS FINANCIERSANNUELS DU MSPP (2011-2015)

101


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O En termes de montants des partenaires gérés par le MSPP au cours des cinq dernières années, plus du tiers proviennent de l’UNICEF, suivi du Projet Tripartite (Brésil, Cuba, Haïti), de la BID et de PEPFAR. BILAN FINANCIER – TABLEAU 2 RESUME DES DEPENSES PAR PRINCIPALES SOURCES DE FONDS : INTERNES ET EXTERNES (autres que le budget de fonctionnement) MSPP (2011-2015) TYPES DE SOURCES

Détails – sources et partenaires

MONTANTS DÉPENSÉS PAR ANNÉE 2011-2012

2012-2013

2013-2014

2014-2015

TOTAL

175 240 600,75

279 191 758,66

417 127 373,91

371 860 383,03

1 243 420 116,35

FONDS DU TRESOR PUBLIC

Programme d’investissement public (PIP)

FONDS PETROCARIBE (Programme d’Investissement Public)

Construction d’infrastructures

247 848 500,43

247 848 500,43

Contribution de l’État à la reconstruction de l’HUEH

731 120 298,51

731 120 298,51 978 968 798,94

AUTRES FONDS DU TRESOR PUBLIC (autres que PIP)

Fonds lutte contre Chicungunya

9 482 300,00

9 482 300,00

Fonds Communaux (centre Gros Morne)

5 700 704,76

2 793 345,34

8 494 050,10

Fonds frais Coopération Cubaine (MPCE)

11 291 746,95

11 291 746,95 29 268 097.05

AFD

1 415 038,35

BID

7 468 377,03

9 092 327,00 48 712 569,82

30 365 233,30

BID Nutrition

5 200 415,00

37 504 652,50

6 440 431,60

49 145 499,10

BID Choléra

18 864 452,50

17 738 601,46

36 603 053,96

BID Fds Crise alimentaire

34 941 135,20

16 064 931,26

51 006 066,46

GAVI

2 987 317,00

1 261 085,49

437 024,45

4 685 426,94

3 350 063,21

1 710 630,30

17 910 420,83

8 192 683,68

31 163 798,02

14 773 948,59

26 466 032,47

19 884 259,64

7 625 331,20

68 749 571,90

6 169 300,00

26 422 600,00

62 409 440,00

96 932 847,62

191 934 187,62

UNICEF

237 767 850,44

49 426 829,42

44 502 799,22

43 024 231,80

374 721 710,88

UNOPS

5 436 180,00

5 436 180,00

CARE

889 079,00

889 079,00

3 004 996,39

399 935,00

3 404 931,39 15 327 984,35

PEPFAR TRIPARTITE (Brésil, Cuba, Haiti)

102

2 832 430,87 31 220 301,52

30 365 233,30

OPS/OMS

FONDS DE DIFFERENTS PARTENAIRES

2 691 845,16 10 023 891,27

BID Dinepa

FONDS DE DIFFERENTS PARTENAIRES

2 153 012,62

MSPP/BID PADESS (Canada)

15 327 984,35

AUTRES

2 254 943,00

5 544 930,80

7 167 416,32

15 111 420,22

30 078 710,34

TOTAL

315 597 368,86

235 660 910,07

189 245 599,79

210 812 451,36

951 316 330,08

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Un résumé des principales activités réalisées dans le cadre du financement des partenaires est présenté dans le Tableau 3 ci-dessous. On note que les activités sont très variées avec l’UNICEF dans les domaines de la nutrition et du choléra, le projet Tripartite avec la formation des ASCP, la BID en appui au choléra et à la santé de l’enfant, l’OPS/OMS et GAVI pour la vaccination, AFD dans la santé maternelle et PEPFAR, MSPP/BID et PADESS (coopération canadienne) dans les domaines de renforcement du MSPP.

BILAN FINANCIER – TABLEAU 3 Résumé des principaux domaines appuyés par les partenaires avec les fonds sont gérés par le MSPP (2011-2015) ANNEE

Partenaires

2011-2012

2012-2013

2013-2014

2014-2015

AFD

Santé maternelle et néo-natale

Santé maternelle et néo-natale

Santé de la reproduction et santé de la famille

Santé de la reproduction et santé de la famille

BID

Déparasitage

Déparasitage

Santé et hygiène dans écoles: campagnes déparasitage, soins bucco dentaires+ ophtalmiques

BID Dinepa

Déparasitage

BID Nutrition

Semaines de santé de l’enfant

Semaines de santé de l’enfant

Appui programme nutrition

BID Choléra

Lutte choléra

Lutte choléra

BID Fds Crise alimentaire

Semaines de santé de l’enfant

Enquête prévalence helminthiases

GAVI

Vaccination et vaccin Pentavalent

Vaccination

Vaccination

OPS/OMS

Vaccination

Vaccination (appui logistique)

Vaccination (logistique, surveillance, supervision) formation vaccin Pentavalent

Vaccination, Riposte Ebola, Renforcement départements

PEPFAR

Renforcement MSPP Renforcement MSPP (Bur. Min., Dir. Gén., DPSPE, UEP, UADS)

Renforcement MSPP (Bur. Min., Dir. Gén., DPSPE, UEP, UADS)

Renforcement MSPP (Bur. Min., Dir. Gén., DPSPE, UEP, UADS)

TRIPARTITE (Brésil, Cuba, Haïti)

Appui formation ASCP

Appui formation ASCP

Appui formation ASCP

Appui formation ASCP

UNICEF

Points focaux nutrition, programme choléra, semaines santé de l’enfant

Points focaux nutrition et appui programme choléra

Lutte contre choléra, Points focaux nutrition, Semaines Santé de l’Enfant, Santé reproduction, Lutte contre tétanos, Certification Hop. Petit Goave Ami des Bébés

Matériels éducatifs; campagne élimination Tétanos, PCIME, Plan Chikungunya, Lutte Choléra, Activités nutrition, Intrants niveau départements

UNOPS

Renforcement HCR Bon Repos, Beudet, Arcachon 32

CARE

Enquête SMART dans NordOuest

Renforcement MSPP

MSPP/BID

Renforcement MSPP

PADESS (coopération canadienne)

Assises départementales-politique nationale de santé

AUTRES

FNUAP: appui clinique Béthanie Projet Militaires démobilisés

ONU-FEMMES: Politique santé et santé reproduction Balance fonds CHI Subvention GSP au CAN

ONU-FEMMES: Dimension Genre dans Politiques Publiques PAM: Certification Hop. Carrefour (Ami des Bébés)

REFIPS: Université Santé Publique Taiwan: Reconstruction post sismique et achats matériels AmeriCares: Renforcement centres Anse a Pitres et Banane

RÉSUMÉ DES BILANS FINANCIERSANNUELS DU MSPP (2011-2015)

103


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O 3-

BUDGET DU PROGRAMME D’INVESTISSEMENT PUBLIC : EXECUTION ET CATEGORIES DE PROJETS (2011-2015)

Au cours des cinq dernières années, le MSPP a renforcé la gestion de son programme d’investissement public. L’application stricte des procédures et mécanismes mis en place par le MPCE et le MEF sont la base de cette bonne gestion : soumission des documents de projet et des FIOP par l’UEP, processus d’appel d’offres et contrats par la CMMP, suivi de la gestion des projets par la DAB, suivi des projets d’infrastructures par la DOSS et soumission des rapports (rapport conjoint DAB/financier et UEP/ technique) sur une base régulière selon le rythme de fonds décaissés. En 2015, le MSPP a aussi finalisé et publié son propre Manuel de Procédures de Gestion pour le PIP au sein du Ministère (disponible sur le site web du MSPP). Ce document inclut des modèles de documents à soumettre à différentes étapes du processus, ce qui facilitera le travail d’encadrement de l’UEP auprès des directions qui souhaitent présenter des projets. Le tableau de la page suivante présente quelques indicateurs du Programme d’Investissement Public du MSPP pour la période entre 2011 et 2015. Le financement du PIP étant dépendant des disponibilités de la trésorerie, les montants décaissés varient d’une année à l’autre. L’analyse de ces informations montre que : •

Les montants décaissés par le MEF en 2012, 2013 et 2014 pour les fonds du Trésor Public du Programme d’Investissement sont aux environs de 250,000,000 de gourdes par année ;

Le nombre de projets financés par le MEF varie d’une année à l’autre avec 29 en 2012, 40 en 2013 et 17 en 2014 ;

Les montants décaissés par le MEF sont souvent décaissés au cours des derniers mois de l’année fiscale; ceci a été remarqué surtout en 2014-2015 avec 65% des fonds décaissés à la fin du mois de septembre (15 des 17 projets financés pour l’année fiscale);

Par conséquent, le pourcentage de fonds justifié par le MSPP à la fin de l’année fiscale est la plupart du temps assez faible étant donné que les projets sont initiés soit à la fin de l’année ou même au début de la prochaine année fiscale (surtout pour 2014-2015 qui a coïncidé avec la mise en place de nouvelles procédures de décaissement et les dépôts effectués directement sur les comptes des bénéficiaires). Le MSPP poursuit le suivi des justifications de ‘chaque PIP’ jusqu’à épuisement des fonds : 99.9% pour le PIP 11-12 avec les détails du dernier rapport soumis en août 2015, 99.9% pour le PIP 12-13 avec le dernier rapport soumis en juillet 2015, 74% justifié pour le PIP 13-14 et 55% pour le PIP 14-15 à la fin de février 2016.

104

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


Montant et % justifié par le MSPP (en février 2016)

Montant et % justifié par le MSPP au 30 septembre de l’année fiscale du PIP

(au 22 juillet 2015)

244 691 997

137 894 912

(au 19 août 2015)

(au 30 sept. 2013) (99.9%)

(au 30 sept. 2014)

(37.3%)

(au 30 sept 2012) (premiers rapports soumis en déc 2012) (99.9%)

(9.5%)

91 616 076

0,00

(au 29 février 2016)

(74.0%)

197 663 936

26 481 446

57.6%

24.2%

43.6%

Montant décaissé par le MEF

% montant décaissé par le MEF sur le montant du PIP approuvé

267 100 000 (entre juin et septembre 2014)

244 731 604 (entre février et août 2013)

138 000 000 (fin juin 2012)

40 612 393 042

29

85

80

424 500 000

17

# projets qui ont reçu un financement du MEF

38

33

2013-2014

570 000 000

39

# projets inclus dans le PIP approuvé (Trésor Public)

2012-2013

Montant total du PIP approuvé (gourdes) (Trésor Public)

31

# projets soumis au MPCE avec documentation

2011-2012

(au 29 février 2016)

(54.7%)

139 800 127

(au 30 sept. 2015)

(28.1%)

71 124 390

74.3%

Non applicable

1.4%

7 669 410 (au 29 février 2016)

(au 29 février 2016)

1

29

29

253 372 821 dont 90 778 887 (avril et juin 2015) 162 601 934 (fin sept. 2015)

17

23

20

2015-2016

538 430 000

2014-2015

340 956 501

PROGRAMME D’INVESTISSEMENT PUBLIC DU MSPP: 2011 à 2015

BILAN FINANCIER – TABLEAU 4 : Quelques indicateurs du Programme d’Investissement Public du MSPP (2011-2016)

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

RÉSUMÉ DES BILANS FINANCIERSANNUELS DU MSPP (2011-2015)

105


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 BILAN FINANCIER – TABLEAU 5 : Nombre de projets financés par le PIP (Trésor Public) par catégorie (2011-2016) NOMBRE DE PROJETS PAR TYPES DE PROGRAMME DU PIP (PROJETS FINANCES)

PROGRAMMES DU PIP (PSDH)

Appui à la gouvernance Construction de Centres Hospitaliers Universitaires et Spécialisés (CHU) Construction et réhabilitation d’Hôpitaux Départementaux (HD) Construction et réhabilitation d’Hôpitaux Communautaires de Référence (HCR) Construction et réhabilitation de Centres de Santé avec Lits (CAL) Construction et réhabilitation de Centres de Santé sans Lits (CSL) Lutte contre les maladies endémiques et les épidemies Programmes prioritaires en santé Aprovisionnement en matériels et équipements médicaux Modernisation de l’administration centrale TOTAL

2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015

2015-2016 (planifiés)

8 2

3

2

2

1 1

5

2

2

2

6

3

3

16

4

8

7

9

1

1

6

4

1

2

(Note : un de ces projets regroupe la construction de 9 CSL)

3

4

6

4

3

1

1

1

3 19

29

40

5 17

29

Le tableau ci-dessus montre qu’en moyenne, près de 75% des projets du PIP sont des projets d’infrastructures. Les autres projets viennent en appui aux programmes prioritaires de santé dont un projet pour l’approvisionnement en matériels et équipements. On doit souligner que les priorités des projets de construction et de réhabilitation d’infrastructures sanitaires ont été établies par les directions départementales en 2012-2013 pour une période de trois ans. Avec le rythme de financement, la plupart de ces projets sont réalisés sur des périodes de deux, trois ou même quatre années. Par ailleurs, le PIP 2015-2016 prévoit la finalisation de 13 constructions initiées au cours des PIP précédents. On doit conclure que l’exécution du budget ne se fait pas sans difficulté. Parmi les contraintes rapportées par les services responsables, on peut citer les retards et l’irrégularité des décaissements du MEF pour le Programme d’Investissement Public qui affectent le suivi financier des projets au sein du MSPP. A l’interne, on note la lenteur dans le circuit de la dépense (de la saisie jusqu’à l’émission des chèques), les retards dans les justifications des projets d’investissement et l’instabilité du Système de Gestion des Dépenses Budgétaires (SYSDEP). Le MSPP doit poursuivre ses efforts de renforcement de capacités des équipes responsables de la gestion et du suivi des budgets et ce, tant aux niveaux central, départemental et institutionnel. 106

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


LES GRANDS CHANTIERS A POURSUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA SANTÉ Ce bilan du Ministère de la Santé Publique et de la Population a présenté les principaux résultats des cinq dernières années. Ces réalisations sont le fruit des efforts acharnés des employés du MSPP et de ses partenaires pour l’amélioration continue des services et soins de santé offerts à la population haïtienne. Il a fallu un personnel compétent, dévoué, responsable et désintéressé pour atteindre les objectifs définis. Nous lui exprimons ici toute notre gratitude. Bien que le bilan montre de grandes avancées dans la majorité des programmes, beaucoup reste à faire pour relever les défis du secteur. En effet, le renforcement institutionnel et l’accessibilité des services sont parmi les éléments du système qui sont encore loin d’avoir atteint les objectifs de couverture universelle. Par rapport à tous les référents légaux nationaux et internationaux et en fonction des Objectifs de Développement Durable (ODD) dans le but de favoriser la santé et le bien-être physique et mental et pour allonger l’espérance de vie, le MSPP doit assurer la couverture universelle et l’accès de tous à des soins de qualité. La couverture universelle en matière de santé permet à tous les individus d’avoir accès aux services de santé sans encourir de difficultés financières. Elle reste notre leitmotiv au MSPP, aujourd’hui plus que jamais. Elle implique d’une part l’extension de l’offre de services de santé nécessaires (promotion, prévention, traitement, réhabilitation et soins palliatifs), de bonne qualité à toute la population et d’autre part, la protection contre les risques financiers. Ce deuxième volet permet de s’assurer que les familles ne soient pas obligées de payer de leur poche, à des moment souvent imprévus et inopportuns, des sommes qu’elles

LES GRANDS CHANTIERS A POURSUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA SANTÉ

107


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O ne sont pas en mesure de verser pour les services qui leur sont fournis. L’universalité, un des principes directeurs de la Politique nationale de santé est déterminante de la couverture car nous devrons garantir l’accès aux services et soins à toutes les personnes vivant sur le territoire haïtien.

Au cours des prochaines années, Haïti s’est engagé sur la voie qui mène à 2030, celle du Développement Durable. À cette quête Il est nécessaire que tous les acteurs (le gouvernement, le parlement, les bailleurs, les autorités locales, la société civile, le secteur privé, la communauté scientifique et universitaire et la population) participent. A son niveau, le MSPP s’engage à permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge en : • Accélérant les progrès accomplis à ce jour dans la réduction de la mortalité infantile, juvénile et maternelle en mettant fin avant 2030 à ces décès évitables; • Assurant un accès universel aux services de santé sexuelle et procréative, y compris en matière de planification familiale, d’information et d’éducation; • Accélérant les progrès accomplis dans la lutte contre le paludisme, le VIH/sida, la tuberculose, et les autres maladies transmissibles et épidémies, y compris l’augmentation de la résistance aux antimicrobiens et des maladies non traitées; • Assurant la prévention et le traitement des maladies non transmissibles, y compris les troubles du comportement et du développement et les troubles neurologiques, qui constituent un problème majeur pour le développement durable. L’objectif d’augmenter l’accès et la qualité des services de santé dans les 10 départements du pays se poursuivra au cours des prochaines années en fonction de la situation du pays avec la mise en œuvre des stratégies suivantes : 1) Rétablir la santé au niveau des priorités nationales. Bien que des dépenses totales de santé de 5 à 7% du PIB soient des niveaux que l’on retrouve dans beaucoup de pays à revenu faible et intermédiaire, Haïti se retrouve avant dernier dans le monde pour la part des dépenses publiques de santé dans le total des dépenses publiques. A date, la santé n’est pas une priorité dans le budget national de l’État haïtien malgré l’objectif de 15% de dépenses publiques en santé fixée en 2012 ; 2) Maintenir et « potentialiser » l’engagement important des partenaires. Dans ces conditions, la population a besoin d’un financement externe important. L’extraordinaire générosité des partenaires en santé pourraient gagner en efficacité à moyen et long terme i) en basant le niveau d’engagement sur les besoins prioritaires (définis par le gouvernement) ; ii) en rendant les engagements plus prévisibles et plus durables pour faciliter l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de financement de la santé et iii) en privilégiant le partenariat avec l’État afin de favoriser son engagement, son renforcement et sa responsabilisation dans le secteur santé ;

108

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 3) Urgence à développer une stratégie limitant le paiement au point des prestations de services de santé. Il est démontré que 20 à 30% de dépenses directes des ménages en santé dans les dépenses totales de santé signifie l’inaccessibilité des services de santé pour une partie importante de la population. Pour offrir à tous le droit à la santé sans risque de s’appauvrir, il est important de rendre obligatoire les contributions des personnes qui peuvent payer, par l’imposition et/ou les cotisations d’assurance et de trouver les moyens que l’Etat puisse payer les institutions prestataires de services pour les plus démunis. Cela nécessite l’introduction ou le renforcement du prépaiement et de mise en commun des ressources car rien ne sert d’avoir un bon système de protection contre les risques financiers si les services de santé sont inexistants et/ou de mauvaise qualité. Il est l’important que les institutions de santé reçoivent l’argent nécessaire à la couverture des coûts opérationnels qu’imposent des services de qualité profitables à tous ;

4) Organiser l’objectif de CSU à partir d’un panier de soins « adapté ». L’OMS a estimé les coûts de prestations des services de santé essentielle à un peu plus 86 dollars par personne en 2015. L’analyse montre qu’il s’agit d’une référence possible pour Haïti avec l’aide de ses partenaires. L’objectif de CSU de la politique nationale de santé, pourrait être rendu opérationnel en définissant et en rendant accessible pour tous un panier de soins de qualité centré sur les besoins prioritaires et en y concentrant, dans la durée, ces moyens potentiellement disponibles. Une telle approche, que l’on pourrait qualifier de « pacte CSU », est possible mais complexe. Elle implique aussi des réformes importantes sur plusieurs des composantes du système de santé (ressources humaines, intrants, prestations de services, etc.), la concentration de l’essentiel des ressources sur cet objectif exige du leadership, du courage et de la constance de la part des autorités tant les pressions de différents secteurs (professionnels, privés, externes, etc.) seraient fortes pour les faire dévier sur un autre chemin ; 5) Rendre disponible les services de santé de qualité dans tout le pays particulièrement dans les 125 sections communales dépourvues d’infrastructures de santé et améliorer la Prestation des services et de soins de santé dans les institutions existantes ; 6) Ressources Humaines pour la mise en fonctionnement des nouvelles institutions de santé et renforcement des institutions existantes : employés toutes catégories confondues, médecins spécialistes, pharmaciens, dentistes etc, et la mise en œuvre des nouvelles mesures de rétention du personnel et la consécration d’un statut particulier pour les prestataires de services de santé avec des salaires correspondant aux diplômes de ce personnel ; 7) Renforcement et unification du système d’information pour la santé; 8) Poursuivre les efforts pour une meilleure gestion de la gouvernance du secteur

LES GRANDS CHANTIERS A POURSUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA SANTÉ

109


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O santé tant au niveau programmatique que budgétaire avec une attention particulière sur les programmes d’investissement public financés par le trésor public;

9) Renforcer la modernisation structurelle et fonctionnelle des principales infrastructures de santé existantes ainsi que l’extension du réseau hospitalier avec pour objectif une couverture optimale du pays par des institutions de santé de qualité ; 10) Continuer à améliorer les services de santé pour assurer le développement du capital humain prenant comme cadre de référence les indicateurs du PSDH incluant ceux de l’objectif du millénaire du développement (OMD) ; le Millenium Challenge Corporation (MCC) et les ODD ;

11) Prendre des dispositifs pour mettre en œuvre la politique nationale de Pharmacie et des médicaments et permettre la disponibilité et la distribution optimale des médicaments essentiels à travers le pays et engager une lutte contre les médicaments contrefaits en se basant sur la mise en place du SNADI (système national d’approvisionnement et de distribution des intrants) ; 12) Continuer avec la mise en œuvre et l’extension du Centre Ambulancier National (CAN) et des programmes de lutte contre les violences et les accidents incluant les centres ambulanciers régionaux. La continuité des actions entreprises dans le cadre de la Vision du secteur et de la Politique Nationale de Santé ainsi que la mise en œuvre de ces douze stratégies identifiées comme prioritaires seront des facteurs déterminants pour l’atteinte des objectifs fixés pour 2030 et l’amélioration de l’accès et de la qualité des services de santé à l’ensemble de la population.

110

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


ANNEXE I LISTE DES PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTE (REHABILITATION ET CONSTRUCTION) 2011-2015 Construits et achevés (131):

• • • • • •

6 hôpitaux 48 centres de santé 10 SONUB (Soins obstétricaux et néonataux d’urgence de base) 44 UTC et CTDA (Centre de traitement pour diarrhée aigue) 2 postes de transfusion sanguine 21 institutions spécialisées et autres: 3 CDAI (intrants), 2 laboratoires régionaux, 1 centre ambulancier régional, 1 bureau départemental, 1 centre de prise en charges des violences, 1 centre médico légal, 1 Institut de Réhabilitation, 1 Hélipad, 1 hôpital spécialisée pour TB multirésistante, 1 usine sel iodé, 4 résidences de personnel, 1 école technologie médicale, 2 transformations d’institutions (Unité médico-chirurgicale, Unité traitement maladies infectieuses), 1 école des sages femmes (locaux temporaires)

En construction (41):

• • • •

6 hôpitaux 30 centres de santé 2 SONUB (Soins obstétricaux) 3 institutions spécialisées et autres: 1 École de formation, 1 morgue, 1 centre de traitement des maladies infectieuses

Réhabilités (98):

• • • •

16 hôpitaux 56 centres de santé et dispensaires 4 SONUB (Soins Obstétricaux) 7 postes de transfusion sanguine

LISTE DETAILLEE DES INFRASTRUCTURES DE SANTÉ REHABILITEES ET CONSTRUITES ENTRE 2011 et 2015

111

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O • 15 institutions spécialisées et autres: 8 CDT (Centre de diagnostic et de traitement), 1 Centre ambulancier national, 1 sanatorium, 1 centre psychiatrique, 1 hôpital psychiatrique, 1 laboratoire, 1 bureau départemental et 1 bureau communal

LISTE DETAILLEE DES PROJETS D’INFRASTRUCTURE 2011-2015

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

HOPITAUX (2011-2015) / 28 chantiers Construits et achevés: 6

• • • • • •

Hôpital Universitaire de Mirebalais Hôpital Raoul Pierre-Louis de Carrefour (Arcachon 32) Hôpital Communautaire de Référence de Bon Repos Hôpital Ary Bordes de Beudet Hôpital St François de Sales – Port au Prince Hôpital La Providence des Gonaïves/Artibonite

En construction: 6

• • • • • •

HUEH (Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti) Bon Repos (Notre Dame du Perpétuel Secours) Jacmel Martissant (Simbi) Sans-Fil (PAP) Port-de-Paix (études réalisées)

Réhabilités: 16

• Artibonite: St Marc, Ennery, Gros Morne, Dessalines • Grande- Anse: Jérémie, Corail • Nord: Milot, Cap Haitien • Nord-Est: Fort Liberté • Ouest: Grand-Goave, Fermathe, Choscal, Arcahaie, Carrefour, Petit Goave • Sud: Les Cayes

CENTRES DE SANTE (2011-2015) /134 chantiers Construits et achevés: 48

• Artibonite: Anse-Rouge, Marin/Verrettes, Val Heureux/Verrettes, Puilboreau/Ennery, Mandrin/Gonaives, Bossous/La Chapelle, Pond Gaudin/Gonaives, Desdunes, Terre Neuve • Centre: Trianon/Mirebalais, Coupe Mardi-Gras/Saut d’eau, Los Palis/Hinche, Marmont, Colora/Belladère • Grande-Anse: Bourdon/Anse d’Hainault, Liverne/Dame Marie, Golbotine/Roseau,

112

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


Caracasse/Les Irois, Bariadelle/Dame Marie • Nippes: Labrousse/Miragoane, Gauthier Civil/Petit Trou de Nippes, Grand Boucan, Morisseau/L’Azile, Baradères • Nord: Mayaya/La Victoire, Sarepta/Cap Haitien, Petit Bourg du Borgne/Borgne, Ravine Trompette/Pilate, Savannette/Pignon • Nord-Est: Capotille, Champin/Caracol, Vallières, Savane Longue/Ouanaminthe • Nord-Ouest: Chansolme, Chilin Nanpon/Bombardopolis • Ouest: Cabaret • Sud: Fondrède/Les Cayes, Derriere Fort/Les Cayes, Arniquet, Baradères, Côteaux • Sud-Est: La Saline/Jacmel, Pérédo/Cayes Jacmel, Aréguy/Jacmel, Jéricot/Anse à Pitres, Grandou/Bainet

En construction: 30

• Artibonite: Petite Rivière Bayonnais/Gonaives, Gros Morne • Centre: Savanette, Montagne Terrible/Saut d’eau, Cerca la Source • Grande-Anse: St Victor/Abricols, Jean Bellune/Pestel, Abricots/Pestel, Chardonnette/Corail, Lory/Jérémie, Despagne/Jéréme, Roseaux, Tozia/Pestel, Anse à Masson/ Iles Cayemittes, Désormeaux/Dame Marie • Nippes: Plaisance du Sud, Tiby/Petit Trou de Nippes, Saut du Baril/Anse-à-Veau • Nord: Galiphète/Gde Rivière du Nord, Bois Pin/Bahon, Brostage/Dondon, Bois Neuf/ St Raphael, Caracol/Gde Rivière du Nord, Plaine du Nord • Nord-Ouest: la Corne/Port-de Paix • Ouest: Croix des Bouquets • Sud: La Cahouane/Tiburon, Roche à Bateau, Tiburon • Sud-Est: Montagne la Voute/Jacmel, Corail Soult/Marigot, Bras de Gauche/Côtes de Fer Réhabilités: 56

• Artibonite: Plassac/Pte Rivière de l’Artibonite, Liancourt/Verrettes, Plaine de l’Arbre/ Anse Rouge • Centre: Saut d’eau, Tilory/Cerca La Source, Colombier/Savanette, Montegrande/ Hinche, Bok Banik/Hinche • Grande-Anse: Chambellan, Pestel, Petite Rivière/Dame-Marie • Nippes: Petit Trou de Nippes, Arnaud • Nord: Fort St Michel/Cap Haïtien, Quartier Morin, Camp Coq (Centre catholique), Borgne, Fort St Michel (urgences)/Cap Haitien, Bahon, More Rouge/Plaine du Nord, Caduch/Quartier Morin, Labadie/Cap Haitien • Nord-Est: Mont Organisé, Terrier Rouge, Caracol, Sainte Suzanne • Nord-Ouest: Passe Catabois/Port-de- Paix LISTE DETAILLEE DES INFRASTRUCTURES DE SANTÉ REHABILITEES ET CONSTRUITES ENTRE 2011 et 2015

113

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O • Ouest: St Martin/PAP, Babouen/Croix des Bouquets, Furcy/Kenskoff, Portail-Léogane/PAP, Cazale/Cabaret, Bagadères, Lafaille, Bas Flow, Dufort et Croix des Pères/ Léogane • Sud: Ile à Vache/Les Cayes, Aquin, Le Prêtre/Chantal, St Jean du Sud, Les Anglais, Port-à-Piment (bloc opératoire) • Sud-Est: Séguin/Marigot (2011), Civadier/Jacmel, Lavanneau/Jacmel, Morne à Bruler (2011)/La Vallée, Bellevue/Jacmel, Brésilienne/Bainet, Banane/Anse à Pitres, Lafond/Jacmel, Marbial/Jacmel, Gaillard/Cayes Jacmel, Séguin (2013)/Marigot, Les Orangers/Bainet, Morne à Bruler (2013)/La Vallée

SONUB et SONUC (Soins obstétricaux) (2011-2015)/16 chantiers Construits et terminés: 10

• • • • • • • • • •

Jean-Denis/Petite Rivière de l’Artibonite Petite Place Cazeau/Port au Prince Béthanie/Port au Prince Martissant/Port au Prince Acul du Nord/Nord Marigot/Sud-Est Thiotte/Sud-Est Fonds des Blancs/Sud Miragoane/Nippes Trou du Nord/Nord-Est

En construction: 2

• Anse à Pitres/Sud-Est • Savanette/Centre Réhabilités: 4

• • • •

Gressier /Ouest Robillard /Plaine du Nord (Nord) Gros-Morne /Artibonite Cerca la Source/Centre

UTC et CDTA (Centres traitement du choléra) (2011-2015) 44 chantiers construits et terminés

• Artibonite: St Michel de l’Attalaye, Marmelade, Gros Morne, Moulin/Gros Morne, Estère, Desdunes, Bois Marie/Dessalines • Grande-Anse: Marfranc, Moron, Chambellan, Anse d’Hainault, Les Irois, Bonbon, Roseaux, Prévilé/Jérémie, Carrefour Charles/Corail

114

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


• Nippes: Miragoane • Nord: St Raphael, Bahon, Plaisance, Cap Coq, Limbe (Centre St Jean) et Limbe (Centre Eben Ezer), Faucher/Port Margot, Baheux/Port Margot, Port Margot, Borgne, Petit Bourg du Borgne/Borgne, Pignon • Nord-Est: Roche Plate/Trou du Nord, Carice, Acul des Pins, Bois de Laurence, Mombin Crochu , Caracol, Ouanaminthe, Fort Liberté, Mont Organisé • Ouest: Gressier/Léogane, Centre Gheskio • Sud: Cavaillon, Aquin, Camp Perrin, Les Anglais

POSTES DE TRANSFUSION SANGUINE (2011-2015)/9 chantiers Construits et terminés: 2

• Léogane/Ouest • St Marc/Artibonite Réhabilités: 7

• • • • • • •

Gonaives/Artibonite Jérémie/Grande Anse Cap Haitien/Nord Fort Liberté/Nord-Est Port de Paix/Nord-Ouest Les Cayes/Sud Jacmel/Sud-Est

CENTRES SPECIALISES ET AUTRES INFRASTRUCTURES (2011-2015)- 39 chantiers Construits et terminés: 21

• • • • • • • • • • • •

1 hôpital spécialisé pour tuberculose multirésistante 2 laboratoires régionaux: Cayes et Cap Haïtien 3 CDAI (Intrants): Gonaïves/Artibonite, Nippes, Sud-Est 1 Centre de prise en charge des violences sexuelles: Cap Haïtien 1 Centre Médico-légal: Cayes 1 Institut de Réhabilitation: Bon Repos-PAP 1 Ecole Nationale Supérieure de formation des sages-femmes (locaux temporaires) 1 Hélipad: Mirebalais 1 Centre ambulancier régional: Limonade/Nord et Nord-Est 1 Bureau Départemental: Fort Liberté/Nord-Est 1 Usine pour fabrication du sel iodé 1 École Supérieure de technologie médicale au Cap Haïtien

LISTE DETAILLEE DES INFRASTRUCTURES DE SANTÉ REHABILITEES ET CONSTRUITES ENTRE 2011 et 2015

115

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O • Construction de 4 résidences pour le personnel : Fort Liberté/Nord-Est, Hôpital Borgne/Nord, Plaisance/Nord (extension), Jérémie/Grande-Anse (réhabilitation). • Transformation du centre de Quatre Chemins (Cayes) en Unité médico-chirurgicale • Transformation du Sanatorium des Cayes en Unité de Traitement des maladies infectieuses

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

En construction: 3

• 1 Institut Supérieur de formation des sages-femmes • 1 Centre de Traitement des Maladies Infectieuses • 1 Morgue Municipale Réhabilités: 15

• • • • • •

1 Centre psychiatrique: Mars & Kline/PAP Clôture de l’hôpital Défilée de Beudet (hôpital psychiatrique) 1 Centre ambulancier National/PAP 1 sanatorium: PAP 1 laboratoire: K-Soleil/Gonaives 8 CDT (Centres de diagnostic et de traitement de la tuberculose): Plaine de l’Arbre/ Anse-Rouge »Artibonite, Vaudreuil/Cap Haitien, La Fossette/Cap Haitien, Limonade /Nord-Est, Fort Liberté/Nord-Est, Ouanaminthe/Nord-Est, Maillard/Torbeck/Cayes, Les Cayes • 1 bureau départemental: Hinche/Centre • 1 bureau communal: Mirebalais/Centre

116

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


ANNEXE II DOCUMENTS TECHNIQUES ET STRATEGIQUES PRODUITS PAR LE MSPP ENTRE 2011 et 2015 DOCUMENTS DE PLANIFICATION, PLANS STRATEGIQUES ET POLITIQUES : - - - - - - - - -

Politique Nationale de Santé (2012) Plan Directeur de Santé 2012-2022 Politique Nationale de Promotion de la Santé (2009) Politique Nationale de Nutrition (2012) Politique Pharmaceutique Nationale (2015) Plan Stratégique Nutrition 2013-2018 Plan Stratégique National Santé Jeunes et Adolescents 2014-2017 Plan Stratégique National pour la Santé Intégrale de l’Enfant en Haïti 2014-2019 Plan Stratégique pour le Renforcement de la Surveillance Épidémiologique en Haïti 2013-2018 - Plan Stratégique Intersectoriel de Promotion de l’Hygiène 2013-2018 - Plan Opérationnel Promotion de l´Hygiène (disponible en version électronique seulement) - Plan Stratégique National Multisectoriel 2012-2015 révisé avec extension à 2018 - Plan Stratégique de Communication pour la Prévention du VIH 2012-2015 - Note Conceptuelle TB/VIH 2014 - Plan Stratégique Quinquennal du Réseau National de Laboratoires 2010-2015 - Plan stratégique pour le renforcement d la surveillance épidémiologique en Haïti - Plan Stratégique National de Santé de la Reproduction et Planification Familiale 2013-2016 - Plan Stratégique Programme Élargi de Vaccination (PEV) 2011-2015 - Plan Stratégique 2015-2019 de lutte contre la Tuberculose - Plan Stratégique d’Appui Nutritionnel dans la prise en charge du VIH et la Tuberculose en Haïti (2015-2018) DOCUMENTS TECHNIQUES ET STRATEGIQUES PRODUITS PAR LE MSPP ENTRE 2011 et 2015

117

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O - Plan Stratégique de Communication du MSPP (2015-2017) - Stratégie Nationale de Communication pour la santé (2015) - Plan Stratégique National de Lutte contre la Malaria 2009-2013 avec extension 2015 (2013) - Plan Stratégique National actualisé d’Élimination de la Malaria 2016-2022 (2015) - Plan Stratégique National de communication du programme national de contrôle de la Malaria ‘ le Défi’ 2014-2019 avec extension 2022 - Plan de Mise en Œuvre du Renforcement de la Surveillance Épidémiologique en Haïti 2013-2018 - Plan d’Élimination du Choléra en Haïti 2013-2022 - Politique et plan stratégique Santé Mentale - Plan de lutte contre la rougeole - Plan global de lutte contre la diphtérie - Plan de Réponse EBOLA - Plan de lutte contre l’épidémie du chikungunya - Plan de réponse de l’épidémie rougeole en Haïti - Plan de lutte contre les géohelminthiases intestinales - Plan Opérationnel Tripartite 2014 - Plan de Suivi/Évaluation du plan de lutte contre la Malaria (mars 2013) - Plan de suivi et évaluation émanant du PSNEM 2016 (Malaria) - Plan Suivi-Évaluation du VIH 2012-2015 - Plan Suivi-Évaluation TB-VIH combiné2015-2018 - Plan Opérationnel VIH– Offre de Charge Virale

RAPPORTS, STATISTIQUES SANITAIRES ET SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE : - - - - - - - - - - - 118

Grandes réalisations du MSPP 2011-2012 Grandes réalisations du MSPP 2012-2013 Grandes réalisations du MSPP 2013-2014 Grandes réalisations du MSPP 2014-2015 Rapport des Comptes Nationaux de santé 2011-2012 Rapport des Comptes Nationaux de Sante 2012-2013 Annuaire Statistique 2011 Rapport Statistique 2012 Rapport Statistique 2013 Rapport Statistique 2014 Rapport de la Carte Sanitaire du Pays

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 Rapport de l’Enquête Nutritionnelle Nationale avec la Méthodologie SMART Liste des Institutions Sanitaires 2015 Rapport annuel surveillance épidémiologique 2010 Rapports annuels d’activités 2012-2013 Rapport sur l’évolution de l’épidémie du chikungunya en Haïti Guide national pour la mise en œuvre de la surveillance épidémiologique à base communautaire en Haïti 2014 - Arbres de diagnostic des maladies sous surveillance épidémiologique 2014 - Rapport UN General Assembly Special Session (UNGASS), Programme VIH/Sida Haïti, 2012 - Rapport sur le progrès de la Riposte au VIH/Sida (Global Aids Response Progress/ GARPR 2014 - Profil des estimations et projections en matière de VIH en Haïti 2010 – 2015 - Profil épidémiologique du VIH/sida en Haïti 2008 – 2013 - Revue de performance du programme de manaria - Note conceptuelle malaria approuvé par le Fonds Mondial - Rapport Évaluation à mi-parcours des Dix (10) Objectifs énoncésdans la Déclaration Politique sur le VIH /SIDA 2013 - Rapport Évaluation Genre VIH en Haïti - Bulletin de surveillance épidémiologique du VIH en Haïti : 10 numéros. - Bulletins INFO-SANTE : 9 numéros

ENQUETES ET DOCUMENTS DE RECHERCHES : - - - - - - -

Évaluation de la Prestation des Services de Soins de Santé 2013 Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services 2012 (EMMUS- V) Enquête Nutritionnelle Nationale avec la Méthodologie SMART (Mars 2012) Rapport de l’enquête nutritionnelle SMART dans la Grande-Anse (Mars 2013) Rapport de l’enquête nutritionnelle SMART Saint-Marc (Juin 2013) Rapport de l’enquête nutritionnelle SMART dans le Nord-Ouest (Avril 2014) Enquête sur les Disponibilités des Intrants clés de Santé de la Reproduction et de la satisfaction des Clients de la PF dans 170 Institutions Sanitaires Réparties dans les Dix Départements d´Haïti - Les Déterminants du Désir de Grossesse ou non chez les Femmes VIH Positives sous Traitement Antirétroviral (TAR) en Haïti - Rapport de l’Enquête Rétention des Patients sou Traitement Antirétroviral et Déterminants des Indicateurs d’Alerte Précoce - Étude opérationnelle sur la déperdition des cas dans la cascade PTME en Haïti

DOCUMENTS TECHNIQUES ET STRATEGIQUES PRODUITS PAR LE MSPP ENTRE 2011 et 2015

119

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

- - - - - -


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O - Facteurs déterminant la consommation d’alcool chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans : Cayes – Sud, Haïti juin 2014 - Rapport de mission choléra en Haïti fév.-mars 2013 - Profil des estimations et projections en matière de VIH en Haïti 2010 – 2015 - Profil épidémiologique du VIH/sida en Haïti 2008 – 2013 - Abstract formation en épidémiologie de terrain (FETP) juillet 2011-juillet 2014 - Consommation d’alcool chez les personnes âgées de 15 ans et plus Cayes (juin 2014) - Rapport d’étude prévalence de l’HTA - Protocole de l’étude sur les connaissances, attitudes et pratiques sécuritaires des motocyclistes à Port-au-Prince (Mai 2012) - Enquête de connaissances, attitudes et pratiques sur le risque de contracter la rage (2013) - Enquête sur les connaissances et la conduite sexuelle des adolescents des écoles secondaires ( 2013) - Enquête Nationale de prévalence des helminthiases intestinales - Profil épidémiologique d la Dengue en Haïti 2013-2014 - Protocole sur la prévalence du chikungunya en Haïti (Août 2014) - Rapport de gestion de cas de diphtérie en Haïti entre décembre 2014 et mars 2015 - Protocole d’étude prévalence de l’Hypertension artérielle chez les personnes de 18 ans et plus (mai 2013) - Étude sur la prévalence des IST en milieu hospitalier en Haïti en 2013 - Évaluation du programme de Prévention de la Transmission Mère Enfant dans le cadre de l’Initiative de l’élimination du VIH et de la Syphilis Congénitale - Enquête Surveillance biologique et comportementale utilisant la méthodologie respondent driven sampling (RDS) auprès des Travailleuses de Sexe (TS) - Enquête Surveillance biologique et comportementale utilisant la méthodologie respondent driven sampling (RDS) auprès des Hommes ayant des Rapports Sexuels avec d’Autres Hommes - Étude ‘Mode Of Transmission’ chez les populations clés (HSH, TS)

DOCUMENTS NORMATIFS- ADMINISTRATION ET RESSOURCES HUMAINES : - - - - - -

120

Manuel opérationnel du Financement Basé sur les Résultats (Sept 2013) Guide de Supervision (révisé en Août 2013) Manuel de l’Employé du MSPP Référentiel des Employés et Compétences du MSPP (2011) Guide pratique pour le recrutement au MSPP (2014) Procédures de Gestion Interne du Programme d’Investissement Public (PIP) au MSPP (2015)

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 - Guide Diagnostique et Thérapeutique (2012) - Normes de Référence et Contre-Référence - Normes pour la pratique des soins infirmiers en Haïti (nov. 2012) - Normes et Standards pour la pratique des soins infirmiers en Haïti (Janv. 2014) - Description de tâches du Personnel Infirmier : Auxiliaires (janvier 2015) - Mise à jour des Outils et Procédures pour l’évaluation des Institutions de formation en Sciences Infirmières - Outils et procédures pour l’évaluation des Facultés de Médecine - Outils et procédures pour l’évaluation des Hôpitaux Universitaires - Outils et procédures pour l’octroi de la licence professionnelle aux professionnels de la santé formés à l’étranger - Guide d’organisation des Services de Santé de l’hôpital Communautaire de Référence (HCR) - Guide d’organisation des Services de Santé de l’hôpital départemental (HD) - Guide d’organisation des Services de Santé de Premier Échelon (SSPE) - Manuel du Paquet Essentiel de Services (2015)

DOCUMENTS NORMATIFS - PHARMACIE ET MEDICAMENTS : - Liste des médicaments essentiels (2012) - Liste des produits narcotiques enregistrés à la DPMMT - Service de narcotiques- rapport mensuel de consommation - Liste des établissements pharmaceutiques autorisés – exercice fiscal 2011-2012 - Liste des établissements pharmaceutiques autorisés – exercice fiscal 2014-2015 - Diagnostic du Secteur Pharmaceutique - Manuel National d’Assurance Qualité des Produits Pharmaceutiques Finis - Normes et Standards d’Implantation des CDAI ET CRADI - Cadre de Référence du Système National d’Approvisionnement et de Distribution des Intrants (SNADI)

DOCUMENTS NORMATIFS- TRANSFUSION SANGUINE : - Normes nationales pour le programme de sécurité transfusionnelle - Guide de formation des utilisateurs du sang - Planches de sensibilisation au don de sang volontaire

DOCUMENTS NORMATIFS- SANTÉ DE LA FAMILLE, VACCINATION : - Protocoles de prise en charge des complications obstétricales et néonatales (sept 2012) DOCUMENTS TECHNIQUES ET STRATEGIQUES PRODUITS PAR LE MSPP ENTRE 2011 et 2015

121

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DOCUMENTS NORMATIFS – ORGANISATION DES SERVICES DE SANTE, SOINS INFIRMIERS :


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

- Guide pour la prévention de la transmission du VIH-SIDA et de la Syphilis de la mère à l’enfant (PTME) 2012) - Manuel de Normes de Prise en Charge Clinique et Thérapeutique des Nourrissons et des Enfants Infectes ou Exposes au VIH - Campagne Nationale de Planification Familiale (2013-2014) - Manuel de Normes Techniques et de Procédures du PEV en Haïti

DOCUMENTS NORMATIFS - NUTRITION: - Protocole National de la Malnutrition Aigue Globale en Haïti (révisé Septembre 2011 - Protocole pour Évaluation, Assistance-Conseil et Soutien en nutrition (NACS) à l’ intention du personnel de santé en Haïti - Novembre 2013 - Évaluation Assistance-Conseil et soutien en Nutrition (NACS) (Guide du Facilitateur, Cahier du participant) Jeu de 2 documents. Novembre 2013 - Évaluation Assistance-Conseil et soutien en Nutrition (NACS) - Manuel de référence Jeu de 3 documents. Novembre 2013 - Normes d’Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant (ANJE) révisées en 2014 - La pyramide Alimentaire Haïtienne (2015) - Normes Assistance-Conseil sur l’Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant (Guide du Formateur, Guide du Participant) Jeu de deux documents (Septembre 2015) - Formulaire de supervision des activités de nutrition dans les institutions de santé (2013) - Boites à images alimentation de complément de l’enfant 6-23 mois - Boite à images pour l’éducation nutritionnelle de l’adulte - Évaluation Nutritionnelle et référence pour la formation en Nutrition (Juillet 2015) - Éducation de Groupe sur la nutrition (Septembre 2015) - Aide-mémoire sur l’Évaluation, Assistance-Conseil et Soutien en Nutrition (NACS) pour la formation du personnel des établissements sanitaires (Septembre 2015)

DOCUMENTS NORMATIFS - MALADIES TRANSMISSIBLES (VIH-SIDA, TUBERCULOSE, MALARIA ET AUTRES) - Manuel de Normes de la Tuberculose en Haïti (version révisée de Septembre 2013) - Normes pour la Multi résistance (révisée en Aout 2014) - Guide National de dépistage communautaire des cas-contacts de Tuberculose (révisée en Aout 2014) - Manuel de normes de Prise en Charge Clinique et Thérapeutique des Adultes et Adolescents vivant avec le VIH/Sida - Directives Nationales en matière de dépistage du VIH et de la Syphilis 122

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

- Actualisation du Curriculum National de formation des prestataires sur le VIH/Sida - Normes de prise en charge de la malaria - Les fiches techniques de la malaria - Les algorithmes de traitement de la malaria - Manuel de surveillance épidémiologique de la malaria dans le contexte d’élimination de la malaria (en étroite coordination avec la DELR )

DOCUMENTS NORMATIFS- PROMOTION DE LA SANTE, HYGIENE ET ENVIRONNEMENT : - Fiche technique de gestion des déchets (reproduction 2015)

DOCUMENTS TECHNIQUES ET STRATEGIQUES PRODUITS PAR LE MSPP ENTRE 2011 et 2015

123


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O ANNEXE III FORMATIONS REALISEES AUX NIVEAUX DEPARTEMENTAL ET CENTRAL PAR DOMAINE AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015 FORMATIONS DANS LES DOMAINES DE GESTION ET RESSOURCES HUMAINES (2011-2015) NIVEAU DEPARTEMENTAL ARTIBONITE

CENTRE

• Gestion des ressources humaines et gestion administrative et financière • Conditions de travail du MSPP pour le personnel des HCR • Orientation méthodologique pour le personnel des HCR • Personnel du laboratoire de l’hôpital la Providence des Gonaïves et autres institutions de santé

• Prévention des infections : 48 personnels de soutien

• Infirmières anesthésistes • 325 Agents de santé • Gestion de stock et gestion de stocks malaria • Ethique professionnelle du personnel infirmier • Gestion des intrants TB pour une gestion rationnelle et efficace

• Gestion de stock et gestion de stock malaria

GRANDE-ANSE

NORD-OUEST

• SISNU (Système d’information Sanitaire National Unique)

• Orientation sur la gestion de stock

• Gestion de Stock et gestion stocks malaria

• Gestion des intrants TB

• SIS : prestataires de Beaumont • Ethique professionnelle du professionnel infirmier • Gestion des intrants TB • Guide d’organisation des services pour les prestataires

124

• Prévention des infections et la gestion des déchets : 17 personnels prestataires • 15 infirmières anesthésistes • Approche communautaire d’assainissement total : 10 prestataires • Tenue des dossiers et notes d’observation : 1) 17 participants et 2) 60 prestataires • Ethique professionnelle du personnel infirmier • Gestion des intrants TB • Guides d’organisation des services pour les prestataires • Normes administratives : 14 administrateurs et comptables • Normes des soins infirmiers : 454 prestataires

• Ethique professionnelle du professionnel infirmier • Gestion logistique des intrants : 25 prestataires • Gestion des dossiers-patients : 20 prestataires • Gestion de stocks- programme malaria  : 70 prestataires • Logistique des intrants : 25 personnes • Gestion des déchets : 42 personnes

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 FORMATIONS DANS LES DOMAINES DE GESTION ET RESSOURCES HUMAINES (2011-2015)

NIPPES

NORD-EST

• Gestion des stocks : 35 participants • Soins de santé de qualité : 19 prestataires • Ethique professionnelle du professionnel infirmier • Gestion des intrants TB • Guide d’organisation des services pour les prestataires • Gestion de stocks- programme malaria • Bonnes techniques de conduite : chauffeurs de la direction sanitaire et de l’hôpital • SIS pour les agents de santé communautaire • Méthodes de supervision : superviseurs des ASCP • Elaboration et gestion de micro projet : membres d’organisations communautaires de Plaisance. • Prise en charge des victimes de violence : 190 animateurs de terrain de toutes les communes • Prise en charge médico légale des victimes d’agression sexuelle : 27 professionnels de la santé, du droit et de la Justice.

• SISNU : 96 prestataires

NORD

SUD-EST

• 10 infirmières anesthésistes • Secourisme : 17 Prestataires • 12 ASCP sur Modules 1, 2 et 3, 37 sur Modules 2 et 3  et 25 sur Module 3 • CIPC (communication interpersonnelle et counseling) : 60 prestataires • FBR : 35 administrateurs, comptables, responsables d’institutions appuyées par SSQH • Gestion de stocks • Ethique professionnelle du professionnel infirmier • Gestion des intrants TB • Logistique des intrants : 15 participants • Renforcement du SIS : 21 participants • Prévention, infection et gestion de déchets : 128 • Repositionnement des infirmières dans le système : 80 de l’hôpital Justinien • Logistique des intrants : 22 personnes • Renforcement du SIS: 21 personnes

• Gestion de stock de 15 prestataires

• Plateforme informatique DHIS2

• Surveillance épidémiologique des maladies et stratégie OSE communale : 50 participants • Gestion de stock Malaria : 47 prestataires et gestionnaires • Ethique professionnelle du professionnel infirmier • Gestion des intrants TB pour une gestion rationnelle et efficace • Logistique : 22 infirmières et auxiliaires • Système d’information sanitaire : 88 auxiliaires et archivistes • UAS et mise en réseau des institutions • Logistique : 22 infirmières et auxiliaires • SIS révisé : 88 Médecins, Infirmières, Archivistes et Auxiliaires (4 sessions)

• SISNU : 70 personnes • Gestion des intrants TB • Gestion de stock- programme malaria : 40 responsables d’institutions • Gestion de stock sur le logiciel de gestion de stocks Channel : 14 • Gestion rationnelle des médicaments : 50 infirmières et gestionnaires de stocks • Gestion des intrants PF : 25 infirmières et gestionnaires de stocks • Gestion de l’information : 15 cadres

FORMATIONS REALISEES AUX NIVEAUX DEPARTEMENTAL ET CENTRAL PAR DOMAINE : 2011-2015

125

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

• Collecte et analyse rapide des données sur le choléra : 43 participants


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O FORMATIONS DANS LES DOMAINES DE GESTION ET RESSOURCES HUMAINES (2011-2015)

SUD

• Leadership et climat de travail : 30 Administrateurs et Responsables de services

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

• Ethique professionnelle du professionnel infirmier • Gestion de stock • Gestion des intrants TB • Système d’Information Sanitaire : 31+30 gestionnaires de données et d’archivistes • Communication et accueil : 35 prestataires • Gestion de stocks – programme malaria • Leadership : 25 administrateurs et chefs de service

OUEST

• Infirmières anesthésistes • Ethique professionnelle du professionnel infirmier • Gestion des intrants TB • Gestion de stocks – programme malaria : 128 gestionnaires • Gestion logistique des intrants : 25 responsables de stocks • 60 agents de santé communautaires polyvalents à Carrefour • 352 ASCP (appui Brésil) pour le programme communautaire autour des 3 HCR (Arcachon 32, Beudet, Bon Repos)

NIVEAU CENTRAL

Système d’information sanitaire

• SISNU : 1,500 personnes (médecins, infirmières, auxiliaires-infirmières, archivistes, officiers de surveillance épidémiologique, statisticiens, épidémiologistes) • Système d’Information Sanitaire PF : 38 prestataires • Encadrement des étudiants en épidémiologie de terrain aux niveaux basique  (45 étudiants), intermédiaire (15 étudiants) et avancé (3 étudiants) • Pédagogie universitaire : 46 participants • Formateurs en Mesure/Evaluation (Docimologie) : 30 participants

Formation et de Perfectionnement en Sciences de la Santé

• Formateurs pour l’enseignement de la Santé communautaire dans les Ecoles d’Infirmières : 15 participants • Formateurs pour l’enseignement du module de Soins infirmiers aux personnes handicapées : 29 participants • Soins infirmiers pédiatriques : 29 infirmières • Formateurs de formateurs d’ASCP sur l’approche communautaire en VIH/SIDA chez les jeunes • Logiciel de gestion de stock Channel : 15 participants

Pharmacie

• Pharmacovigilance : 44 participants • Personnel des pharmacies institutionnelles sur les médicaments utilisés dans la santé mentale • Savoir-faire du monde professionnel : 68 secrétaires et réceptionnistes

Ressources Humaines

• Secourisme : 84 chauffeurs • Gestion des ressources humaines, matérielles et financières : 28 administrateurs

126

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 FORMATIONS DANS LES DOMAINES DE GESTION ET RESSOURCES HUMAINES (2011-2015)

• Ophtalmologues et en techniques de SCIS et un en rétine clinique : 10 • Prestataires: personnel médical et personnel non médical : 20 +31 • cadres (d’autres ministères Ministère des Finances, Ministère des Affaires Sociales et OFATMA) : 4 Ressources Humaines

• Facilitateurs en résolution de différends : 33 cadres de la DRH, des directions départementales et des principaux hôpitaux universitaires. • Alimentation du site web : 2 Cadres de chaque direction centrale et départementale • Formateurs de facilitateurs en santé mentale : 155 Mmédecins et infirmières au niveau des dix départements et une trentaine au niveau central • Prise en charge pluridisciplinaire et intégrée des victimes de violence, la supervision et les aspects médico-légaux : 25 Professionnels du droit de la santé et de la justice • Standardisation de la prise des mesures anthropométrique et le remplissage des outils de collecte révisés : 118 institutions sanitaires et 309 prestataires • Mise en œuvre du Guide d’Organisation des Services • Gestion et l’utilisation du sang au profit des médecins et infirmières de service : (107), des étudiants finissants en médecine (250), des finissants en sciences infirmières (753) et des technologistes médicaux (29). • Normes et renforcement de capacité : 14 administrateurs et comptables

Gestion de services, stocks, dossiers et intrants

• Normes des soins infirmiers : 454 personnes • Orientation de prestataires sur la tenue des dossiers : 60 • Formateurs : 40 directeurs et administrateurs des 10 départements, cadres de la DOSS, l’UADS, la DAB et CIFAS • Prestataires : 35 à Fort Liberté dans le Nord-Est • 31 formateurs dont certains directeurs et cadres du niveau central et une Direction Départementale 

Urgences

• Techniciens en médecine d’urgence par voie aérienne par Ayiti Air Ambulans et le MSPP : 3

FORMATIONS REALISEES AUX NIVEAUX DEPARTEMENTAL ET CENTRAL PAR DOMAINE : 2011-2015

127

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

• Prise en charge au niveau départemental et local des pathologies de base en santé mentale : (40 dans l’Ouest, 31 dans le grand Sud, 45 dans le grand Nord et 27 dans le Centre) médecins et infirmières travaillant au premier échelon


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O FORMATIONS DANS LES DOMAINES DE L’EPIDEMIOLOGIE/LABORATOIRES/SECURITE TRANSFUSIONNELLE, LA PROMOTION DE LA SANTE, L’HYGIENE (2011-2015)

NIVEAU DEPARTEMENTAL

ARTIBONITE • Utilisation du Sysmex (laboratoire)

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

NIPPES • Prévention de l’infection et gestion des déchet : 51 ASCP des zones ciblées et 19 des communs de Petit Trou, Paillant, Anse à Veau, et de l’Asile  CENTRE • Surveillance épidémiologique : 28 prestataires • Techniques de communication en promotion à l’hygiène : 23 participants • Orientation sur la SEBAC (surveillance épidémiologique à base communautaire) : 120 ASCP

NORD-OUEST • Sécurité transfusionnelle : 30 prestataires SUD-EST • Surveillance épidémiologique : 70 prestataires • Promotion de la santé : 44 ASCP NORD • Prévention de la cécité : 80 ASCP • Choléra: 22 OSE et informateurs sur la surveillance épidémiologique • PEC communautaire du choléra : 180 ASCP et 108 volontaires Cx-Rouge • Formateurs des ASCP : 21

• Gestion des déchets : 35 agents d’entretien et 214 autres personnels

• Prévention, l’infection et la gestion des déchets : 128 personnes

• Hygiène et l’assainissement : 82 personnes

• Produits décontaminants de l’eau : 25 participants

GRANDE-ANSE • Gestion des déchets : 37 prestataires OUEST • Soins de santé primaire : 70 ASCP

SUD Sécurité transfusionnelle : 50 prestataires

NIVEAU CENTRAL • PIGD (Prévention des Infections et Gestion des Déchets) : 5 comités d’hygiène • Gestion des déchets et la prévention des maladies : Agents d’entretien 35 et de 214 autres personnels • Matière d’hygiène et d’assainissement : 82 Promotion de la santé

• Journalistes sur les nouvelles priorités de santé • Prévention des infections et gestion des déchets ont été réalisées pour renforcer les pratiques de décontamination, limiter les infections nosocomiales et assurer l’hygiène au niveau institutionnel : 45 participants

128

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 FORMATIONS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE DE LA FEMME ET DE LA MERE (2011-2015)

NIVEAU DEPARTEMENTAL

NIPPES

• Technologie contraceptive : 20 prestataires (Infirmières et auxiliaires)

• Prise en charge des soins post-avortement :5 prestataires

• PTME : 20 prestataires

• Prise en charge des grossesses pour assurer les soins post partum

• Orientation en PTME : 99 ASCP • IVA (infection visuelle à l’acide acétique) / dépistage du cancer du col : 10 prestataires CENTRE • Urgences obstétricales et néonatales : 29 prestataires • Orientation sur la stratégie de la classe des mères (octobre 2014 et mars 2015) : 30 prestataires • Insertion et le retrait d’implants : 18 prestataires • Néonatologie : 26 prestataires • Session d’entrainement de matrones dans la commune : 44 matrones • Planification familiale : (10 ASCP • Prestataires en gestion de logistique des intrants (deux sessions de) : 25 et 24 prestataires NORD-EST • Prise en charge correcte de l’accouchement : 25 prestataires • Méthodes de longue durée et permanentes : 6 médecins • Dépistage du cancer du col de l’utérus : 10 prestataires • Logistique des intrants PF et GLI : 25 prestataires PF et gestionnaires de stocks des intrants • Méthodes PF de longue durée (Jadelle, DIU) avec l’appui du projet SSQH : 21 médecins et infirmières • Promotion de la santé, planification familiale au niveau des communes de Ouanaminthe et Trou du Nord (appui PSI) • Normes en PTME : 41 Médecins et infirmières • Santé maternelle : 38 Médecins, Infirmières, Auxiliaires

• Planification familiale de longue durée (Jadelle)

GRANDE-ANSE • CIPC : 25 prestataires • CCV (contraception chirurgicale volontaire): 6 prestataires • VBG (violence basée sur le genre) à l’intention des OCB : 20 membres • Utilisation du logiciel Train Smart (I-TECH) • Prise en charge et des complications de la grossesse : 20 prestataires • Recyclage sur la PF : 30 prestataires • Recyclage des prestataires sur les normes et procédures de la PTME • Méthode PF de longue durée • Responsables des SONU OUEST • Planification familiale : 43 prestataires • Techniques d’insertion et retrait d’implants : 18 prestataires • Recyclage de 24 matrones et sensibilisation de 90 matrones • GESTA (gestion du travail et de l’accouchement) pour les prestataires • Urgences obstétricales : 25 prestataires • Normes PTME : 25 Prestataires • Méthodologie des contraceptions et les lois fédérales PF : 20 participants • Gestion logistique des intrants : 28 gestionnaires • Lois fédérales de la PF : 12 personnes • Offre d’au moins 4 méthodes de PF : 10 institutions

FORMATIONS REALISEES AUX NIVEAUX DEPARTEMENTAL ET CENTRAL PAR DOMAINE : 2011-2015

129

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

ARTIBONITE


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O FORMATIONS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE DE LA FEMME ET DE LA MERE (2011-2015) NORD-OUEST

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

NORD

• Néonatalogie • GESTA (gestion du travail et de l’accouchement) pour les prestataires • Club des Mères : 54 formateurs • Educateurs sanitaires : 7 • Prise en charge des violences sexuelles : 13 • Membres comité de surveillance mortalité maternelle au Borgne et à l’Acul : 40 SUD

• GESTA (gestion du travail et de l’accouchement) pour les prestataires • Fonctions des SONU et complications de la grossesse et de l’accouchement : 30 prestataires de la maternité de l’HIC de Port de Paix et de l’hôpital de Jean Rabel • Santé maternelle et néonatale : prestataires des zones ciblées (zones éloignées ou enclavées) SUD-EST

• Prise en charge des hémorragies obstétricales • Réanimation néonatale : 12 prestataires • Méthodes de longue durée : 17 prestataires

• Surveillance de la mortalité maternelle et réponse • PF : recyclage de 22 Agents de santé communautaire et 10 prestataires • Surveillance des urgences obstétricales

NIVEAU CENTRAL

Santé de la famille

• Assistance respiratoire aux nouveau-nés • Planification familiale (méthodes de longue durée) : 24 participants • Gestion du travail et de l’accouchement : 120 prestataires (médecins, sages femmes et infirmières) au niveau des départements du Centre, des Nippes et Nord-Est • Prise en charge des accouchements, des grossesses à risque et la réanimation des nouveaux nés : 30 infirmières • Prestataires en insertion et retrait d’implants : 30 • Formateurs de matrones : 15 • Orientation de 21 prestataires sur les règlements fédéraux • Méthode kangourou avec l’assistance de formatrices camerounaises : 60 cadres provenant de tous les départements et des centres tant privés que publics

FORMATION DANS LES DOMAINES DE SANTE DE L’ENFANT, LA NUTRITION ET LA PRISE EN CHARGE DE LA MALNUTRITION (2011-2015) ARTIBONITE • Suivi et promotion de la croissance pour les prestataires en nutrition : 24 institutions • Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant (ANJE) et Actions Essentielles en Nutrition (AEN) pour les prestataires en nutrition : 24 institutions • Évaluation Nutritionnelle et l’Assistance Conseil en Nutrition pour les prestataires en Nutrition, PF, maternité et de la pédiatrie de l’hôpital La Providence HAM et HSN (Hôpital St Nicolas de St Marc) • Formateurs sur l’alimentation du nourrisson : 100% des sites PNS • Surveillance épidémiologique de la malnutrition : épidémiologistes et statisticiens • Vaccin Rotavirus : 34 prestataires, 228 agents de santé et 32 superviseurs 130

NORD • • • • • • • • • •

Nouvelles normes du PEV : 64 prestataires Nutrition : 39 ASCP Nouvelles normes du Programme de Nutrition  Prise en charge malnutrition aigüe sans complication en PTA : 29 Alimentation du nourrisson  Surveillance épidémiologique de la malnutrition : épidémiologistes, statisticiens Normes et procédures du PEV (2 sessions) : 77 prestataires Prise en charge des pathologies de base en santé mentale : 15 médecins et infirmières Education sanitaire: 13 participants 21 ASCP

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 FORMATION DANS LES DOMAINES DE SANTE DE L’ENFANT, LA NUTRITION ET LA PRISE EN CHARGE DE LA MALNUTRITION (2011-2015)

• Suivi et Promotion de la croissance : 39 prestataires • Module III du curriculum du MSPP : 51 ASCP • PCMA (prise en charge de la malnutrition aigue) sans complication : 56 prestataires • Courbe de croissance et de suivi de l’enfant : 41 prestataires • Nutrition : 58 ASCP • Surveillance épidémiologique de la malnutrition : 152 prestataires • Protocole de prise en charge de la malnutrition : 11 infirmières et 2 auxiliaires • PCIME : 45 prestataires • Normes et procédures du PEV : 19 prestataires • PCMA sans complication pour la World Vision: 20 infirmières et auxiliaires • PCMA sans complication : de 17 infirmières et auxiliaires • Dépistage de la malnutrition : 70 ASCP • Violence basée sur le genre : 45 prestataires • PCMA sans complication : 25 Infirmières et auxiliaires • Administration du Pentavalent : 51 Prestataires NORD-EST • Assistance conseil en nutrition : 18 Prestataires • Normes et Procédures du PEV : 89 participants • Prise en charge de la malnutrition aigüe sans complication • Alimentation du nourrisson  • CIPC (Communication inter-personnelle et counseling) : 25 prestataires • Facilitateurs, représentants des organisations communautaires de base et institutionnels sur ATK (African Tool Kit) : 20

SUD-EST

OUEST

• Spécialisation en pédiatrie pour infirmières • Formation de 34 personnels médicaux des organisations appuyées par la PADF sur la prise en charge de la malnutrition aigüe (PCMA) sans complications • Prise en charge intégrée des maladies de l’enfance (PCIME) : 20 étudiantes finissantes de Mission Samaritain School of Nursing • Dépistage et la surveillance de la malnutrition aigue : 30 volontaires communautaires et de superviseurs de la Croix Rouge Allemande • Gestion des vaccins et de la chaine de froid : 84 prestataires • Gestion des vaccins et de la chaine de froid : 156 prestataires PEV • Système d’information du programme de vaccination : 195 prestataires • Dépistage et la surveillance de la malnutrition : 30 volontaires communautaires

NIPPES • • • •

Prestataires sur la PCMA sans complication Unité de Stabilisation Nutritionnelle Dépistage de malnutrition aigüe sévère : ASCP Prestataires sur l’ANJE (Alimentation du nourrisson et du jeune enfant) • Surveillance nutritionnelle : 28 prestataires et 10 officiers de surveillance épidémiologique • Prise en charge pluridisciplinaire et intégrée des victimes de violence  et formation médico-légale: 25 professionnels du droit, de la santé et de la justice • Gestion des déchets SUD

• Prise en charge de la malnutrition et alimentation du nourrisson (ANJE) : 85 infirmières, auxiliaires et agents de santé

• PCMA pour prestataires

• Dépistage de la malnutrition et ANJE : 25 agents de santé

• Prise en charge de la malnutrition aigüe : personnel pédiatrie de l’Hôpital départemental

• Surveillance nutritionnelle : 50 médecins et infirmières • Prise en charge malnutrition et alimentation nourrisson : 85 infirmières, auxiliaires, agents santé

• Formation du personnel médical de la pédiatrie de l’HIC sur la PCMA

• Surveillance épidémiologique de la malnutrition : épidémiologistes, statisticiens • Nouveau vaccin oral Anti Rotavirus : 30 personnes • Normes et Procédures PEV : 120 prestataires

FORMATIONS REALISEES AUX NIVEAUX DEPARTEMENTAL ET CENTRAL PAR DOMAINE : 2011-2015

131

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

CENTRE


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O FORMATION DANS LES DOMAINES DE SANTE DE L’ENFANT, LA NUTRITION ET LA PRISE EN CHARGE DE LA MALNUTRITION (2011-2015)

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

GRANDE ANSE • • • • • • • • • •

ANJE : 33 Prestataires Parasitoses intestinales : 26 inspecteurs TMN : 37 Prestataires ASCP de HHF sur la nutrition Prestataires de l’Hôpital de Saint Antoine sur les urgences obstétricales et la stratégie mère Kangourou pour limiter la mortalité néonatale Prise en charge de la malnutrition aigüe sans complication : 35 prestataires Nouveau vaccin pentavalent : 54 prestataires Nouveau carnet de santé de l’Enfant : 7 prestataires Prise en charge de la malnutrition aigüe en ambulatoire : 32 prestataires Communication Interpersonnelle et Counseling : 40 Prestataires

NORD-OUEST

• PTA (programme de traitement ambulatoire) pour participants • PCMA en milieu hospitalier et dépistage et la PCMA : 1) 26 prestataires et 2) 60 prestataires • Prise en charge de la malnutrition aigüe sans complication: 26 prestataires niveau hospitalier • Formation sur les bonnes pratiques nutritionnelles pour les patients vivant avec le VIH : 18 prestataires • Dépistage de la malnutrition aigüe : 60 agents de santé • Opérateurs de saisie pour la réalisation des activités intensives de la semaine de l’enfant : 100 prestataires • Prise en charge de la malnutrition aigue en milieu hospitalier : 6 prestataires • Bonnes pratiques nutritionnelles pour les Patients Vivant avec le VIH (PVVIH) : 18 prestataires

NIVEAU CENTRAL

Nutrition

• Prise en charge de la malnutrition : points focaux nutrition • Standardisation de la prise des mesures anthropométriques et le remplissage des outils révisés : 118 institutions sanitaires et 309 prestataires • Surveillance de la malnutrition : 152 personnes • protocole de la malnutrition : 11 infirmières et de 2 auxiliaires

Vaccination

• Formation de 5 Techniciens de la chaine de froid et 5 magasiniers et recyclage de 10 autres sur la gestion de stock de vaccins et intrants (VSSM) • Formation de 14 TCF (11 des départements et 3 du niveau central) sur la réparation des réfrigérateurs solaires • Formation de 10 cadres du Ministère dont 5 Directeurs départementaux, 2 Directeurs centraux, une Coordonatrice responsable de Formation et des Opérations du PEV sur la gestion du Programme Elargi de Vaccination (MidLevel Management MLM) • Orientation sur la nouvelle présentation du vaccin contre le rotavirus : 715 prestataires • Promotion d’infirmières pédiatriques (en cours de spécialisation) sur le Programme Elargi de Vaccination • Gestion des stocks de vaccins et installation du logiciel dans cinq départements sanitaires (Nord, Nord- Est, Sud-Est, Centre, Grande- Anse) pour l’amélioration de la gestion des vaccins : 10 TCF (Techniciens en chaine de froid)

PCIME

• Formation de 45 personnes sur la PCIME

132

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 FORMATION DANS LES DOMAINES DES MALADIES TRANSMISSIBLES

NIVEAU DEPARTEMENTAL • • • • • • • • • • • • • • • •

Prise en charge de la malaria : 8 participants Prise en charge complète du VIH : 2 prestataires Co-infection TB/VIH : 3 prestataires Prise en charge WASH/choléra et la gestion des déchets : 72 participants Recyclage HealthQual: 25 prestataires de soins (Petittrou de Nippes, Hôpital Miragoane, CDS Jules Fleury) Réduction de la stigmatisation et de la discrimi­ nation : Groupes Locaux Organisés-10 communes Prise en charge de la tuberculose pédiatrique : 27 cadres Co-infection et pilotage de la co-infection TB/ VIH : 25 prestataires Recherche de parasites, de la phléboyomie, de décompte des CD4 pour les techniciens Prise en charge de la malaria et tests rapides diagnostic malaria pour les prestataires Recyclage en gestion de petits projets du groupe local organisé de Plaisance Orientation en co-infection TB/VIH : 25 prestataires Tuberculose pédiatrique et la gestion programmatique TB : 25 prestataires Prise en charge de la malaria et sur la réalisation de tests rapide diagnostic de la malaria VIH/SIDA : ASCP Malari a : ASCP

CENTRE • Gestion des Intrants Choléra : 28 prestataires et personnel administratif • Prise en Charge Communautaire du Choléra : 58 brigadiers de la DPC • Prévention et la prise en charge Institutionnelle du choléra : 22 personnels prestataires • Test rapide VIH et syphilis (novembre 2014) : 14 participants • Formation en CCV : 5 prestataires • PTME : 50 participants • ARV : 22 participants • Prise en charge de la malaria et TDR : 85 prestataires • PTME : 349 prestataires • Utilisation des ARV : 54 prestataires • Prise en charge de la malaria et sur l’utilisation du TDR: 56 Auxiliaires-infirmières, 15 médecins et 7 technologistes • Prise en charge de la tuberculose multirésistante et de 22 prestataires sur la prise en charge de la tuberculose pédiatrique : 510 prestataires

NORD-OUEST • • • • • • • • • • • • •

Prélèvement des tests de PCR (test malaria) Normes de prise en charge de la Tuberculose Réalisation des tests rapides VIH Orientation sur la prise en carge de la malaria/ Utilisation des TDR Orientation à l’utilisation d’I-Santé : 49 participants Prise en charge de la TB : 25 prestataires Prise en charge du choléra : 150 prestataires Choléra et la prise en charge des infections et la gestion des déchets : 42 prestataires Prise en charge complète du VIH/SIDA : 27 prestataires Formation de 3 personnels à l’utilisation de l’analyseur PIMA CD4 Orientation de 35 PVVIH dans la lutte contre la stigmatisation et la discrimination Nouvelles normes de prise en charge des patients TB incluant la prise en charge pédiatrique : 10 Bacilloscopistes et responsables de clinique TB Protocole de prise en charge de la malaria : 26 prestataires (médecins et infirmières), 6 techniciens de laboratoire et 44 agents de santé dans 4 communes (Jean Rabel/ Mole, Bassin Bleu et Chansolme) Recyclage sur la Filariose lymphatique : 70 leaders communautaires et de 213 promoteurs

NORD • Co-ïnfection TB/VIH : 25 Prestataires • Cariblair : 84 participants • Prise en charge Choléra : 108 prestataires et 103 médecins et infirmières en service social • PEC avancée VIH / SIDA : 25 Médecins et infirmières • Prise en charge de la malaria : 32 • Stigmatisation et discrimination : 30 • Technique de stérilisation mini laparotomie : 15 • Technologie contraceptive : 20 • Choléra : 318 prestataires • Normes de prise en charge de la TB : 45 • Co-ïnfection TB/VIH : 40 • Prise en charge de la malaria : 32 personnes • Normes prise en charge malaria : 126 prestataires • Tuberculose pédiatrique : 25 médecins • CIPC : 25 personnes • Tuberculose et le VIH : 69 infirmières de la • Prévention du VIH : 158 joueurs et entraineurs • Soins de santé primaires : 53 rapporteurs de données, infirmières, médecins

FORMATIONS REALISEES AUX NIVEAUX DEPARTEMENTAL ET CENTRAL PAR DOMAINE : 2011-2015

133

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

NIPPES


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

FORMATION DANS LES DOMAINES DES MALADIES TRANSMISSIBLES

ARTIBONITE • Diagnostic biologique de la malaria par les tests rapides pour des prestataires des dispensaires du département • Prise en charge complète du VIH : 6 Cadres • Recyclage sur le SIS VIH : 11 DRO, Data Clerc, M&E Officer • Prise en charge complète du VIH : 3 cadres • Dépistage VIH et Syphilis par test rapide • GenXpert (dépistage tuberculose)

SUD-EST • Prise en charge de la malaria : 50 prestataires • Prise en charge de la tuberculose pédiatrique et diffusion des normes • Recherche des symptomatiques respiratoires : 200 leaders communautaires • Prise en charge de la tuberculose pédiatrique : médecins, infirmières, auxiliaires

NORD-EST GRANDE –ANSE • Prise en charge de la malaria : 105 prestataires • Recyclage et stigmatisation liée au VIH/SIDA : 30 prestataires • Prise en charge du choléra : 27 participants • Prise en charge du choléra (Deux sessions) : 44 • Recyclage sur la prise en charge du choléra : 61 résidents prestataires • Recyclage sur la PTME : 20 prestataires • Choléra : 31 participants • Lutte contre l’EBOLA • Choléra : 105 volontaires de la croix rouge • Prise en charge du Choléra (2 sessions) • Leaders sur le choléra : 36 participants • Orientation et prise en charge de la Malaria : • Brigadiers sur le choléra : 45 participants 125 prestataires • Comités de surveillance sur le choléra et la • Formation de 21 membres du réseau CDT sur les surveillance communautaire : 75 participants normes du PNLT • Prévention des Infection et Gestion des déchets : • Gestion des déchets : 37 prestataires 30 prestataires et personnel de surface • Formation en HIVQUAL : 30 prestataires • Prise en charge de la malaria : 20 infirmières • Stigmatisation et la discrimination : 90 membres • Normes TB et Tuberculose pédiatrique : 25 de la communauté médecins et infirmières • Animateurs de radio sur le choléra et la grippe • Prise en charge de la malaria et l’utilisation des AH1N1 : 15 journalistes TDR : 124 prestataires (médecins, infirmières, • Prise en charge de la malaria auxiliaires) • Stigmatisation et la discrimination dans la lutte • Normes TB : 30 Médecins, Infirmières contre le VIH/SIDA : 30 prestataires • Prise en charge du choléra (6 sessions) : 180 • Prise en charge de la malaria : auxiliaires du Médecins, Infirmières, Auxiliaires département • Bacilloscopie : 6 prestataires • Recyclage sur les nouvelles normes de PCTB : 20 prestataires OUEST SUD • Prévention Positive du VIH/Sida : 36 prestataires • Choléra et la surveillance communautaire • Orientation à l’utilisation d’I-Santé : 12 • Prise en charge du choléra : 128 prestataires participants • VIH/SIDA au niveau d’Ile à vache, Les Anglais, • Recyclage HealthQual : 25 prestataires de soins Cavaillon, Cayes et Baradères : 96 ASCP (Hôpital Communauté Haïtienne et CDS de • Suivi/évaluation organisée par PNLS et ONUSIDA : Portail-Léogane) 1 personne • Prise en charge des cas de diarrhées dans le cadre de l’intégration du choléra : 200 prestataires 134

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 FORMATION DANS LES DOMAINES DES MALADIES TRANSMISSIBLES

NIVEAU CENTRAL • Test de Diagnostic Rapide et nouvelles normes de prise en charge : 956 prestataires • Diagnostic et la prise en charge de la malaria : 1259 prestataires • Orientation des étudiants finissants sur les nouvelles normes de prise en charge de la malaria : 827 • Contrôle de l’infection TB : 30 participants • Prise en charge communautaire de la TB : 30 ASCP • Recyclage de médecins privés sur les nouvelles normes TB : 71 • Recyclage de prestataires sur les normes de dépistage et de prise en charge : 103 • Normes de prise en charge de la TB sensible : 150 prestataires • Prise en charge de la TB résistante : 20 prestataires des prisons et de 75 prestataires des hôpitaux départementaux de référence Tuberculose

• Prise en charge communautaire de la TB et le contrôle de l infection : 50 • Prise en charge de la tuberculose pour les étudiants finissants en sciences médicales : 128 ASCP secteur public et 370 du secteur privé, 30 cadres du PNLT, 20 responsables départementaux et 200 prestataires • Formation Prévention des infections et gestion des déchets pour renforcer les pratiques de décontamination, limiter les infections nosocomiales et assurer l’hygiène au niveau institutionnel : 45 mentors • Système GeneXpert (détection du Mycobactériumtuberculosis et la résistance à la Rifampicine) par le Laboratoire National : 22 techniciens de laboratoire • Co-infection VIH/TB : 25 prestataires • Prise en charge globale du VIH : e-learning : 100 infirmières • Principes de quantification des intrants du programme VIH : 20 personnels • VIH Pédiatrique : 70 personnels • Recyclage / Amélioration de la qualité des soins (projet HealthQual) : 30 coachs

SIDA

• TEACHBACK sur le curriculum VIH à l’intention des professeurs d’universités des sciences médicales et d’écoles infirmières • Offre de charge virale, Génotypage et adhérence de patients en soins :médecins, infirmières, travailleurs sociaux de 4 institutions hospitalières • PTME : 349 personnes • Utilisation des ARVs : 54 personnes • Outils de collecte en suivi évaluation VIH/sida : 26 prestataires de soins travaillant dans la gestion des données • Prise en charge des personnes infectées : 1500 prestataires

Choléra

• Prise en charge communautaire du Choléra : 83 personnes • Prise en charge des personnes infectées : 1 600 prestataires

FORMATIONS REALISEES AUX NIVEAUX DEPARTEMENTAL ET CENTRAL PAR DOMAINE : 2011-2015

135

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

Malaria


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O FORMATION DANS LE DOMAINE DE LA SANTE MENTALE

- Pathologies les plus courantes et l’épilepsie : 155 médecins et infirmières des dix départements, dont une

trentaine affectés à la Direction d’Administration Pénitentiaire en milieu carcéral

- Facilitateurs en santé mentale : 30 formateurs

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

- Détection des troubles de développement de l’enfant : 30 prestataires du département du Nord - détection et la prise en charge de l’autisme : 20 médecins, psychologues et travailleurs sociaux - Introduction de la santé mentale de l’enfant et de l’adolescent  : 20 prestataires (en collaboration avec

Zanmi la Santé)

- Agitation, delirium et psychose : 20 prestataires - Stage dans la prise en charge multidisciplinaire des malades sous la supervision des prestataires titulaires :

psychologues, travailleurs sociaux et facilitateurs en santé mentale du Centre de Psychiatrie Mars & Klein

Jounée internationale des secrétaires au MSPP (avril 2015)

136

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


ANNEXE IV PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

137

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O DE Lâ&#x20AC;&#x2122;ARTIBONITE

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DEPARTEMENT

138

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

139


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

140

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

141


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O DU CENTRE

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DEPARTEMENT

142

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

143


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

144

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 DE LA GRANDE-ANSE

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DEPARTEMENT

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

145


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

146

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 DES NIPPES

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DEPARTEMENT

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

147


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

148

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 DU NORD

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DEPARTEMENT

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

149


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

150

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

151


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

152

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

153


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

154

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 DU NORD-EST

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DEPARTEMENT

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

155


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

156

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

157


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

158

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 DU NORD-OUEST

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DEPARTEMENT

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

159


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O DE Lâ&#x20AC;&#x2122;OUEST

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DEPARTEMENT

160

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

161


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

162

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

163


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

164

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

165


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

166

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

167


BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O DU SUD

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DEPARTEMENT

168

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

169


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

170

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016 DU SUD-EST

BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

DEPARTEMENT

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

171


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

172

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

173


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp B OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016O

174

BILAN 5 ANS du MSPP - OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016


BILAN 5 ANS DU MSPP : OCTOBRE 2011-FEVRIER 2016

BILAN 5 ANS DU mspp OCTOBRE 2011 - FEVRIER 2016

PHOTOS DE PROJETS D’INFRASTRUCTURES DE SANTÉ FINALISÉS AU COURS DE LA PERIODE 2011-2015

175


Couverture et mise en pages Maquette : Alexandre Fritz Arios 509.4688-9843 / 4411-8843 afritzarios@yahoo.fr Crédit photos Etienne Greslet (509) 3751-8940 etiennegreslet@gmail.com ISBN : 978-99970-XX-XXDépôt légal : 1XX-XX-XXX Bibliothèque Nationale d’Haïti Achevé d’imprimer en mars 2016 sur les presses de L’Imprimeur S.A., Port-au-Prince, Haïti © Ministère de la Santé Publique et de la Population - MSPP 1, angle avenue Maïs Gâté et rue Jacques Roumain, 2016 www.mspp.gouv.ht Tous droits réservés Article 27 (D.9 janvier 1958).- Quiconque aura publié, reproduit, exposé ou fait représenter, sans être muni du consentement écrit de l’auteur, ou de ses héritiers ou des ayants-cause, une œuvre artistique, littéraire ou scientifique, dont il n’aurait pas acquis la propriété, est coupable du délit de contrefaçon et sera poursuivi et puni, conformément aux dispositions des articles 347, 348, 349, 350 et 351 du Code pénal.


RÉPUBLIQUE D’HAITI

Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP)

1, angle avenue Maïs Gâté et rue Jacques Roumain www.mspp.gouv.ht


Profile for Alexandre Fritz Arios

Bilan 5 ans du MSPP : Octobre 2011 - Février 2016  

Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) est heureux de mettre à la disposition de toute la population particulièrement...

Bilan 5 ans du MSPP : Octobre 2011 - Février 2016  

Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) est heureux de mettre à la disposition de toute la population particulièrement...

Advertisement