Page 1

PORTFOLIO ARCHITECTURE

ALEXANDRE LASUE 2014 - 2019


L’ensemble des documents présents dans ce travail ont été réalisés par l’auteur. Ils sont le fruit d’une réflexion autour de problématiques qui me sont chères, et qui m’ont accompagné durant ces cinq années d’études.


ALEXANDRE LASUE Architecte

Actuellement diplômé en Architecture au sein de l’Université Catholique de Louvain - LOCI Tournai, je suis actuellement à la recherche d’un emploi, d’un stage de longue durée allant de 6 mois à 2 ans afin de mettre à profit mes compétences. Ces cinq années d’études m’ont amené à développer ma propre vision de l’architecture, soucieuse du patrimoine, de l’environnement et des qualités paysagères qui nous entourent. Je souhaite donc prolonger cette expérience afin de nourrir cette créativité, ainsi que cette rigueur du projet qui nous amène à concevoir de nouveaux espaces.


01

02

03

04

05

06


SOMMAIRE

00 CURRICULUM VITAE 01 AU FIL DE L’EAU UNE NOUVELLE INTERFACE AU SERVICE DU PATRIMOINE

02 LIEU D’ÉMERGENCE, UN POINT DE RECONQUÊTE DU TERRITOIRE MAROCAIN

03 COMTEMPLER LE PAYSAGE TRAVELING AU COEUR DU PAYSAGE GANTOIS

04 UN PLI DANS LA VILLE OTTIGNIES & LA VILLE EN TRANSITION

05 ENTRE OMBRE ET LUMIÈRE LE MUSÉE JOE VAN LIESHOUT

06 ENTRE DENSITÉ & POROSITÉ BRUXELLES & SES LIEUX DE RENCONTRE

07 RÉALISATION GRAPHIQUES DESSINS & PHOTOGRAPHIES

08 DESIGN & MOBILIER


ALEXANDRE LASUE Architecte

354 Rue de la K Hondeghem Battery, Hondeghem, 59190 Tél : 06 20 55 54 81 alexandre.lasue@gmail.com Né le 22/07/1996 à Hazebrouck Célibataire Permis B FORMATION :

2014 - 2019 : Faculté d’Architecture, d’Ingénierie Architecturale & d’Urbanisme LOCI Tournai ( Avec Distinction) - Université Catholique de Louvain 2018 : Atelier Master en collaboration avec les architectes Coussée & Goris Atelier Master 1 2017 : Licence en Architecture LOCI Tournai (Avec distinction) Université catholique de Louvain 2014 : Baccalauréat Scientifique (Avec mention) Lycée Saint Jacques Hazebrouck

EXPERIENCES PROFESSIONNELES : Juillet - Aout 2018 : Stage en agence chez TAG Atelier Architectures à Lille Assistant conception, élaboration de documents graphiques, suivis de chantier, déails de conctruction & maquette de jury Juillet - Aout 2017 : Job étudiant - Assistant d’atelier en entreprise de travaux publiques STS Dambre - Bavinchove

6


Aout 2016 : Job étudiant - Assistant production Bonduelle France - Renescure Juillet 2016 : Stage dans le bâtiment - charpenterie - projet de restauration Charpentiers des Flandres - Méteren

COMPETENCES : Autocad : Adobe Photoshop : Adobe Indesign : Sketchup : Revit : Microsoft Office : Carthographie Qgis : Moteurs de rendu : (3DS Max - Enscap - Kerkythea)

LANGUES : Français : Langue natale Anglais : Lu, compris & parlé (B2) Espagnol : Niveau scolaire (A2)

CENTRES D’INTERET : Activités manuelles

Dessin

Design - Mobilier

Photographie

Voyages - Découvertes

VTT

Course - Randonnée

7


01 AU FIL DE L’EAU UNE NOUVELLE INTERFACE AU SERVICE DU PATRIMOINE Travail de fin d’études

Au fil de l’eau le paysage défile, mais ne se ressemble pas, il accompagne les séquences et nous amène au cœur d’un territoire riche d’histoires et de patrimoines : Dunkerque, paysage maritime et portuaire des Hauts-de-France. À la rencontre de différents univers, ce territoire nous questionne sur les relations qui s’effectuent entre l’architecture et le paysage, entre l’homme et la nature, entre le passé et l’avenir. Il nous amène à une relecture des notions de patrimoine et de paysage telles que nous les connaissons aujourd’hui. Les berges d’un canal, les bords d’un quai, la pointe d’une jetée sont autant d’espaces riches d’histoires dont disposent les villes portuaires. Ces espaces modelés par l’homme bénéficient pourtant d’une particularité : ils sont à la fois patrimoine et paysage. Comment redonner vie à ces espaces aujourd’hui dénués de sens ? Et comment remettre cet héritage au cœur d’une identité locale forte ? Au cours de ce travail, nous allons remettre en question cette interface qui lie la ville à l’univers maritime afin de donner un nouvel avenir à cette structure paysagère qui a participé à l’émancipation de ces lieux. S’inspirer du patrimoine comme héritage culturel afin de redonner une cohérence à un paysage qui nous a vus naître. Ne serait-ce pas là une nouvelle considération apportée au paysage et à son histoire ? Cette démarche, plus résiliente, met le patrimoine au cœur de toutes les préoccupations, et nous amène à penser autrement l’aménagement de notre territoire. L’eau comme composante indissociable des villes maritimes nous amène à réinterroger cette interface que représente le quai, comme lieu d’échange où se côtoient différentes échelles. Sur plus de 10km, le paysage se plie à de nouveaux usages et dessine une interface entre la ville, les habitants, et le patrimoine porteur d’identité. Il donne un nouveau sens à la pierre du quai qui nous a vus naître. Le paysage comme bien commun, offre un nouveau regard sur notre mode de vie, il témoigne des mutations de notre société et ouvre de nouveaux horizons aux champs de l’architecture.

INTENTIONS

8


DUNKERQUE Un point de rencontre dans le territoire

9


Le Chenal

Les Bassins

Le Canal

Espace naturel

LE PAYSAGE AU FIL DE L’EAU De Bergues jusque Dunkerque, le paysage se met en scène et permet au visiteur de découvrir les différentes séquences qui composent ce paysage remarquable 10


TRAITEMENTS DES BERGES Le long de cet axe, diffĂŠrents traitements paysagers se mettent en place et permettent de tirer profit de cette eau 11


TRAITEMENTS DES BERGES Expérimentation maquette 1.200

12


EXPERIMENTATION SPATIAL Maquette 1.200

13


PLAN REZ

PLAN


N R+1

PLAN R+2


ABOUTISSEMENT D’UN PARCOURS À la rencontre entre Terre & Mer

16


DÉAMBULATION INTÉRIEURE Maquette 1.50

17


PLA

AU FIL DE L’EAU

LE PARCOURS URBAIN AU SERVICE DU PATRIMOINE MARITIME

SYNTHÈSE GRAPHIQUE

18


AN R+2

PLAN RDC

PLAN R+1

Situé sur un axe historique majeur, le projet redessine une interface le long d’une bande paysagère longue de plus de dix kilomètres. Le parcours vient à la rencontre des différentes séquences paysagères qui le compose, et propose un nouveau rapport à l’eau entre la ville, ses habitants et les bassins. De par l’histoire de ces lieux, cette intervention redéfinit la nature du bord et propose de nouvelles activités le long de l’eau. Il permet un nouveau regard sur le patrimoine maritime que sont les canaux, les écluses, les ponts et les bateaux. Entre terre et mer, le projet révèle la diversité des paysages qui compose cette ville. L’intervention architecturale vient affirmer l’aboutissement de ce parcours en venant capter l’étendue de ce paysage par un belvédère. Son émergence, sa passerelle, ainsi que ses quais flottants offrent une expérimentation spatiale le long de l’eau. Cette architecture disséminée dans le paysage représente en quelque sorte le symbole d’une ville qui a réussi à se reconstruire en profitant de ces atouts qu’offre l’eau d’un port.

ALEXANDRE LASUE - TRAVAIL DE FIN D’ETUDE - LOCI UCL

SYNTHÈSE GRAPHIQUE

19


02 LIEU D’ÉMERGENCE UN POINT DE RECONQUÊTE DU TERRITOIRE MAROCAIN

Situé à la rencontre de deux lignes, issu du paysage, le projet se pose au coeur de la ville de Safi, au Maroc, et s’inspire des différentes atmosphères qui la composent : le port, la mer, la ville historique et sa médina, ainsi que la vallée naturelle de l’oued Chaaba (affluent originel de la ville). C’est à la rencontre de ces différentes entités que se pose alors la question du devenir de cette ville face à son histoire et à la modernité. L’intervention qui est proposée consiste à repenser ce noeud entre la ville et le port, en définissant une nouvelle interface entre terre et mer, entre la ville et le port, entre les traditions et la modernité. Pour cela, la morphologie du bâtiment fait écho au patrimoine existant et s’inspire des vestiges d’un ancien bastion portugais : le château de mer. Cela permet à l’édifice de se mettre en dialogue avec l’histoire de cette ville, tout en venant refermer cette place. Le projet vient révéler les éléments déjà existants sur le site, à savoir l’eau, la mer, le vent, et la monumentalité des blocs de béton qui composent la digue. Le projet s’exprime donc à l’image d’un bloc, évider de matière au centre, afin de laisser passer les flux et l’eau allant de l’oued jusque’à la mer. L’intervention se décompose donc en quatre entités qui dialoguent chacune avec la ville, le port, et la mer. Un programme spécifique y est mis en place afin de répondre aux besoins des habitants. Un musée et une bibliothèque permettent de transmettre le caractère historique et patrimonial de ces lieux. Et un centre de réemploi, ainsi que des ateliers de réparation de bateaux permettent de définir des activités durables pour le port et ses habitants. Dans ce paysage, la mer, le vent et les blocs de béton qui composent l’intervention amènent à repenser le littoral pour la ville de Safi. Elle crée un point, une transition entre l’échelle industrielle du port et l’échelle humaine de la médina. En redonnant vie à ce front de mer, notre intervention vient souligner le caractère unique de ce paysage construit par la main de l’homme, le patrimoine immatériel, l’esprit du lieu.

INTENTIONS

20


SAFI - MAROC Entre traditions et modernitĂŠ

21


IDENTIFIER L’ESPACE DÉFICITAIRE Convergeance des différentes entités paysagères

AFFIRMER UNE CENTRALITÉ Une nouvelle articulation au sein du paysage

DIALOGUER AVEC LE CONTEXTE EXISTANT Étirer les lignes du paysage

CAPTER LE PAYSAGE Proposer des programmes & en adéquation avec les lieux

SCHÉMAS Dialogue avec le paysage

22


IMPLANTATION Convergence des paysages

23


UNE CENTRALITÉ 4 programmes - 4 paysages

24


ATMOSPHÈRES Un point de rencontre

25


DÉTAILS Assemblage par blocs de béton préfabriqués

26


EXPERIMENTATION SPATIAL Maquette 1.1000 & 1.200

27


UN POINT DANS LA RECONQUETE DU TERRITOIRE - UN LIEU D’EMERGENCE Atelier 1.618 - SAFI - UCL LOCI TOURNAI DHENIN LUKA - JOSEPH BAPTISTE - LASUE ALEXANDRE

SYNTHÈSE GRAPHIQUE

28


PLAN R+1

PLAN RDC

Situé à la jonction de deux lignes paysagères, le projet vient à la rencontre des différents flux créer une interface entre terre et mer, entre ville et port, entre tradition et modernité. Il agit comme un catalyseur urbain, un lieu d’émergence autour duquels se rassemblent les différentes énergies du territoire. De par sa position ce dernier dialogue avec quatre entités paysagères distinctes, le port de pêche et le port industriel, la vallée de L’oued, la place de la médina et l’océan Atlantique. Sa situation fait aussi écho au patrimoine en venant refermer la place historique de la médina et en instaurant un dialogue privilégié situ avec l’ancien château de mer. Dans ce paysage la mer, le vent et les blocs de béton composent l’intervention pour proposer une nouvelle manière de penser le littoral pour la ville de Safi. Elle crée un point, une transition entre les échelles industrielles du port et humaines de la médina. Ce point inscrit sur un fil vient relier les différents univers du lieu En redonnant vie à ce front de mer, notre intervention vient souligner le caractère unique de ce paysage construit par la main de l’homme, le patrimoine immatériel, l’esprit du lieu.

SYNTHÈSE GRAPHIQUE

29


03 COMTEMPER LE PAYSAGE TRAVELING AU COEUR DU PAYSAGE GANTOIS Située en périphérie de la ville de Gand, cette intervention a pour but de définir une nouvelle porte d’entrée pour le parc naturel Bourgoyen. Le projet se pose à la jonction entre les anciens jardins ouvriers, la station d’épuration et la rivière qui borde le parc. Notre intervention a pour but la requalification de ces espaces déficitaires. Pour cela, une grande passerelle est mise en place afin de relier les anciens quartiers de la ville, tout en suivant la trace de l’ancien chemin de fer, transformé depuis lors en parc. Afin de valoriser le traitement de l’eau, un travail paysagé est mis en place, afin de favoriser cette collaboration entre assainissement et phytofiltration. L’intention première du bâtiment est de créer une nouvelle séquence d’entrée pour le parc Bourgoyen, et par la même occasion requalifier l’espace déficitaire du site. Pour cela, nous avons décidé de mettre en place un centre d’exposition et de transmission du savoir, à la fois au service du parc, mais également des espaces de cultures, situés à proximité. On y retrouve deux espaces principaux. Le premier, dédié au parc naturel, est constitué d’une exposition ayant pour but d’expliquer, aux visiteurs, le fonctionnement du parc, les différentes espèces que l’on retrouve ainsi que le fonctionnement de la station d’épuration de Gand. Une seconde partie est quant à elle, dédiée à la formation et à l’encadrement de certaines activités en lien avec les jardins potagers. De petits ateliers de bricolage sont également mis en place. L’ensemble du bâtiment est animé par une série d’activités au service de tous, telles que la bibliothèque, l’espace de conférence, la cafétéria ou encore le point mobilité. Faisant l’appel depuis la rue, celui-ci permet le prêt de vélo. Son positionnement par rapport à la passerelle favorise la circulation le long du parc et redonne vie aux anciennes voies de chemin de fer. Le long de cette balade, on retrouve différentes structures modulables permettant l’appropriation de l’espace. Tout au long de la promenade, le visiteur a un rapport différent au paysage et au bâti. L’architecture propose une séquence qui active le parcours et amène le promeneur à visiter le projet selon de multiples points de vue. La succession de coupes agit comme un traveling, le visiteur parcourt l’ensemble du projet de manière active.

INTENTIONS

30


IMPLANTATION Révéler les traces du passé

31


UNE PASSERELLE COMME PORTE D’ENTRÉE Maquette 1.200

32


SURPLOMBER LE PAYSAGE Seuils & Séquences

33


34


35


TRAVELING AU COEUR DU PAYSAGE Parcourir le seuil

36


TRAVELING AU COEUR DU PAYSAGE Maquette 1.200

37


ATMOSPHÈRE Maquette 1.50

38


DÉTAILS Une structure perméable au service du paysage

39


04 UN PLI DANS LA VILLE OTTIGNIES & LA VILLE EN TRANSITION

Située à proximité de Bruxelles, la ville d’Ottignies attire une population toujours plus importante. Face aux vides laissés par d’anciennes activités industrielles, l’enjeu est donc de reconquérir ce territoire proche du centre-ville afin de développer un nouveau tissu urbain. Soucieux de la transition écologique et durable, un nouveau type d’urbanisme est à imaginer. L’intention première a été d’imaginer un type d’habitat alternatif alliant habitat et lieu de production. Pour cela, des jardins potagers sont mis à la disposition des habitants, et une ferme urbaine expérimente les principes de la culture hydroponique. Des axes de circulations douces sont dessinés afin de venir reconnecter l’ensemble de la ville, de désenclaver l’ancienne friche. Au coeur de ce système, un centre de transmission et d’expérimentation est bâti afin d’inculper ce savoir aux générations futures. Le bâtiment que nous avons choisi de développer se positionne à la pointe de notre urbanisme, au niveau de la jonction entre les voies de chemin de fer et les circulations piétonnes. Il s’appuie sur un jeu topographique important dû à la proximité avec le talus du chemin de fer. L’intention formelle était d’intégrer le bâtiment dans son contexte, en retravaillant puis en prolongeant les murs de soutènement au sein du bâtiment. C’est au niveau de cette vibration dans le paysage que se place le bâtiment. Au rez-de-chaussée, on retrouve les fonctions principales, en relation avec la ville, tel que l’amphithéâtre, les espaces d’expositions et l’accueil. La succession de pleins et de vides en façade entraîne la collaboration entre les étages poutres, où l’atmosphère est propice au travail, et des étages libres de toutes structures, propices aux espaces d’expositions. Au R+3, des fonctions éducatives sont disposées le long d’une circulation extérieure qui relie le Collège voisin au centre-ville. L’ensemble du bâtiment est régi suivant une trame structurelle qui permet d’intégrer de nombreux patios et trémies, ces dispositifs spatiaux participent à la division de l’espace tout en apportant une lumière naturelle au coeur du bâtiment. La structure du bâtiment est entièrement composée de béton, elle repose sur une collaboration entre voiles portants et voiles portés, offrant ainsi au bâtiment une stabilité.

INTENTIONS

40


IMPLANTATION L’intervention vient redéfinir la nature du bord le long de l’ancienne voie de chemin de fer, elle donne naissance à des axes transversaux qui relient le quartier au centre historique de la ville 41


Circulation Automobile Circulation Piétonne Chemin de

MOBILITÉ

42


IMPLANTATION Maquette 1.1000

43


À LA RENCONTRE DES FLUX Détermination du gabarit suivant la géométrie atypique du site

TRAVAIL PAR LE PLI Le projet prend la forme d’un ruban continu, qui se plie afin de créer des espaces de vie

ENTRE PORTANT & PORTER Structure composée de voile béton portant & porter par un système en porte-à-faux

STRUCTURE & LUMIÈRE La structure atypique de l’édifice définit les usages de chaque étage, entre espace servant & espace servi

SCHÉMAS

44


TRAVAILLER PAR LE PLI

45


ATMOSPHÈRE Modélisation Revit

46


Experimentation Spatial Maquette 1.500 - 1.200 - 1.50

47


ATMOSPHÈRE Modélisation Revit

48


ATMOSPHÈRE Perspectives

49


SYNTHÈSE GRAPHIQUE

50


SYNTHÈSE GRAPHIQUE

51


05 ENTRE OMBRE ET LUMIÈRE MUSÉE JOEP VAN LIESHOUT

Implanté au cœur de la trame urbaine Montréalaise, le Musée Joep Van Lieshout a pour but d’exposer les œuvres décalées de cet artiste. Pour lui, l’art n’est pas seulement une image, il s’agit plutôt d’un processus de conception. C’est à partir de cette prise de position politique qu’est née la volonté d’établir un musée-atelier, un musée où le visiteur devient acteur de l’exposition. Il participe à la création des œuvres. Le musée prend donc la forme, ainsi que les proportions d’une usine afin d’exprimer cette idée de fabrication en collectif. À l’intérieur, de grands espaces sont laissés libres d’appropriations afin de laisser la démesure de cet artiste s’exprimer. Le système structurel composé de noyaux porteurs accompagne cette démarche et permet de supporter une toiture fine et élégante. Et c’est justement cette toiture qui dessine la particularité des espaces intérieurs. Un système structurel est mis en place afin de créer une adéquation entre structure et lumière. Des poutres à inerties variables créent un rythme en toiture et permettent l’arrivée d’une lumière directe ou diffuse selon les espaces. La toiture est donc composée de cinq types de poutres différentes qui varient en fonction des appuis et de la lumière demandée. Le dessin de chaque poutre a été optimisé suivant les efforts et le diagramme des moments qui la sollicitent.

INTENTIONS

52


IMPLANTATION Montréal

53


LIEU DE CRÉATION DANS LA VILLE Le Musée-Usine comme lieu d’expérimentation

DIALOGUE AVEC L’URBANITÉ Un parc public comme premier espace muséal

ENTRE OMBRE & LUMIÈRE Espace d’exposition & espaces de création

STRUCTURE & LUMIÈRE Le rythme et l’inertie des poutres dessinent la lumière

SCHÉMAS

54


MUSÉE JOEP VAN LIESHOUT Le musée-usine

55


1 2

84 m

3

4 5

84 m POUTRE 1 6 kN/m

M

POUTRE 2 6 kN/m

M

POUTRE 3 1.5 kN/m

M

POUTRE 4 6 kN/m

M

POUTRE 5 6 kN/m

M

DIMENSIONNEMENT DES POUTRES Schémas statiques

56


ATMOSPHÈRES Lumière & Structure

57


06 ENTRE DENSITÉ & POROSITÉ BRUXELLES & SES LIEUX DE RENCONTRES

Situé en périphérie de Bruxelles, le projet a pour but l’élaboration d’une école d’audiovisuel dans un quartier dense de la ville d’Ixelles. Positionné à la jonction d’une avenue majeure et un parc pour enfants, le projet vient redessiner la séquence d’entrée de celui-ci. Une rue piétonne vient relier les deux éléments, offrant par la même occasion des services dédiés à l’ensemble des citadins. Au rez-de-chaussée, on retrouve des fonctions publiques telles que la bibliothèque en relation avec la rue, une cafétéria en relation avec le parc et en son centre un cinéma. Sur les étages successifs, des salles de classes et de conférences sont mises à la disposition des étudiants. L’ensemble du projet est articulé autour d’une bande de circulation qui permet une mise en relation des niveaux tout en ayant une déambulation claire. Sur les étages supérieurs, des logements sont mis à la disposition des étudiants. Ces logements sont articulés autour d’une cour extérieure, on y retrouve au total 3 communautés qui partagent des espaces de vie collectifs. L’ensemble des toitures visibles en partie supérieures sont aménagées de terrasses et d’espaces végétalisés afin d’offrir une meilleure intégration paysagère du bâtiment dans son contexte.

INTENTIONS

58


IMPLANTATION Bruxelles

59


DENSITÉ URBAINE Détermination du volume capable

ENTRE URBAIN & VÉGÉTALE Une perméabilité entre la ville et les lieux de savoirs

ARTICULÉ PAR LE VIDE Créé de lieux de rencontres adaptés à toute échelle

DÉCOMPOSITION PROGRAMMATIQUE Créer des seuils entre public et privé

SCHÉMAS

60


LIEU DE PARTAGE À L’ÉCHELLE URBAINE École d’audiovisuel

61


CONTEXTE Coupe & Élévation

62


EXPÉRIMENTATION SPATIALE Maquette 1.200

63


07 RÉALISATIONS GRAPHIQUES DESSINS & PHOTOGRAPHIES

DESSINS

64


DESSINS

65


Berlin, Mémorial aux Juifs assassinés, Peter Eisenman

Berlin, Musée juif, Daniel Liberkind

Bregenz, Kuntshaus, Peter Zumthor

VOYAGES & PHOTOGRAPHIES

66


Zurich, Leutschenbach School, Christian Kerez

St. Gerold Centre communautaire, Cukrowicz Nachbaur

Berlin, Bibliotheque universitaire, Jacob-und-Wilhelm

VOYAGES & PHOTOGRAPHIES

67


08

Lattage Palette

Récuperation (8x60 cm)

DESIGN & MOBILIER

Lattage Palette

Récuperation (8x60 cm)

Partie Basse De La Palette Pied de Table Affiné

Type Profilé Raboté Partie Basse De La Palette

Pied de Table Affiné Type Profilé Raboté

Fixation par emboitement

Orientation à 20° pour une meilleur stabilité

Fixation par emboitement

Orientation à 20° pour une meilleur stabilité

TABLE BASSE Construite à partir de bois de palette et de matériaux de récupération, ce projet a pour but l’élaboration d’un mobilier utilisant une quantité de matière minime ainsi que des assemblages simples et rapides à mettre en oeuvre.

68


Coulisse en Bois

Réalisé à partir de section raboter

Fixation par Tenon & Mortaise Enboitement & Colle à bois

Casier de rangeent acessible en partie superieur

CASIER DE RANGEMENT À la fois rangement et décoration, ce meuble joue de l’ambiguïté qu’à la fonction de rangement ,entre volonté de cacher et de révéler se qui nous appartient. Pour cela, le meuble s’exprime à l’image d’une façade rythmée qui laisse transparaitre ou non son contenu suivant l’angle de vision que l’on a. 69


Assemblage par Tenon & Mortaise

Elément préfabriquer & découper au laser

Table Modulable & Démontable Bois de récuperation & Assemblage par moise

MODULARITÉ Ces deux prototypes de tables illustrent une réflexion sur la modularité et la facilité que l’on a, à démonter, transporter, puis réinstaller un meuble pouvant être support à diverses activités. Pour cela, différents éléments constructifs se mettent en places, et les assemblages sont pensés afin d’être démontables facilement. 70


ÉTAGÈRE Dans cette réalisation, le bois issu des troncs de bouleaux donne à cette structure un caractère mouvant, presque arborescent, là où les étagères sont habituellement statiques et peu expressives. Peu de matériaux sont nécessaires à son élaboration. 71


Profile for alexandre.lasue

Alexandre Lasue PORTFOLIO Architecture  

Alexandre Lasue PORTFOLIO Architecture  

Advertisement