Issuu on Google+

Les séries télévisées policières américaines


Torossian Alexandra

Gautheron Laëtitia

Paris Marie

Les séries télévisées américaines


Un grand merci à Mr .Didier CHURLET et Mme. Marjolaine BOUTET pour leurs aides précieuses. Nous souhaitons également remercier nos professeurs, Mr. Grosjean et Mme. Niemaz qui ont encadrés nos travaux durant ces quelques mois.


SOMMAIRE Introduction ......................................................... Hollywood ............................................................... Les différents types d'enquêteurs ........................... Evolutions générale des séries par thèmes .............. Séries télévisées policières, miroir de la société......

Conclusion ........................................................... .

Annexes …................................................................


Introduction Dans un contexte de mondialisation et d'une certaine suprématie des Etats Unis et en particulier de sa puissance culturelle, les séries télévisées ont une influence immense sur les humains et sont omniprésentes sur nos petits écrans. Ainsi, nous ne pouvons prendre à la légère ce nouveau phénomène de société. Il suffit par ailleurs d'observer des programmes télévisés, tel que «télé Z» pour constater que, les séries policières et plus particulièrement américaines, font partie intégrante du quotidien des Français. En effet, sur sept soirées, il y a seulement une à deux soirées sans programmation de séries américaines policières. Mais définissons d'abord, ce qu'est une série télévisée. Cette expression désigne en français comme en anglais «une œuvre de fiction à épisodes, créée pour la télévision, diffusée sur un rythme quotidien ou hebdomadaire sur une période indéfinie, dont les personnages, la thématique ou la forme narrative sont des éléments constants », comme l'assure Marjolaine Boutet. Toutefois, si nous pouvons nous arrêter à cette définition primaire de la série, cette dernière apparaît bien plus complexe, et nuancée à travers la société américaine. En effet, on distingue trois genres tels que les dramas - feuilletons quotidiens diffusés du lundi au vendredi dans l’après-midi, par épisodes d’une demi-heure, les soap operas - le récit de personnes belles et riches, principalement préoccupées par leurs histoires d'amours et leurs secrets - et enfin les sitcoms -comédies de situation qui suit le quotidien de personnages en se focalisant sur un lieu précis une entreprise, une famille... Cependant, dans ces Travaux Personnels Encadrés nous consacrerons nos recherches uniquement sur les séries télévisées policières américaines. Pour cela, faisons d’abord un bref historique des séries télévisées.

-1-


Apparues dans les années 1950, les séries télévisées puisent leurs inspirations dans des constantes de la culture américaine, et plus particulièrement dans la littérature, comme le roman noir par exemple. Si depuis leur apparition les séries télévisées américaines et plus particulièrement policières connaissent un succès immédiat, on reconnaît plusieurs «âges d'or». En 1950, d'abord, puis en 1980 et enfin en 2000, trois périodes dans lesquelles la production des séries et l'engouement pour celles-ci étaient croissantes. Cependant, si ces séries connaissent un succès planétaire, sont-elles réellement le miroir de la société américaine ? Ne nous trompent-t-elles pas en nous décrivant une société qui n'existe-pas ? Malgré un effet de réel, nous montrent-telles les travers de notre monde? Nous essayerons de répondre à cette problématique, tout en étudiant la figure de l'enquêteur dans les séries télévisées policières américaines de 1950 à nos jours.

-2-


Hollywood L’usine à rêves Los Angeles, Washington, Miami, New York,...Si, dans les séries, les lieux sont variés, le tournage et sa direction se déroule généralement à Hollywood - « bois de houx en anglais ». Les séries télévisées et le cinéma ont de nombreux points communs, notamment en ce qui concerne la production. Certains spécialistes, tel que Pierre Langlais, pensent même que les séries télévisées sont l'avenir du cinéma. En effet, pour reprendre les dires ce journaliste spécialiste des séries télévisées, « Les séries et le cinéma sont sœurs. Aux Etats-Unis, elles sont carrément siamoises. » En constatant ces passerelles entre cinéma et séries, impossible de parler de cinéma américain et de séries sans évoquer ce célèbre quartier de Los Angeles, en Californie, ce symbole emblématique de la puissance culturelle et de l'industrie cinématographique américaine.

-3-


________________Des origines à aujourd’hui_ Hollywood avant le cinéma C'est à la fin du XIXe siècle, en 1886, qu’Horace et Daeida Wilcox, un riche couple d'immigrants Européen, achète un immense terrain, sur lequel ils construiront une ferme. En effet, le couple a fait fortune dans l’immobilier à cette époque, et fait ainsi l’acquisition d’une terre de campagne de 0,6 km² à quelques kilomètres à l’ouest de Los Angeles. En quelques années, Hollywood, appelé ainsi par Mme. Wilcox en référence à une colonie d’immigrants allemands dans l’Ohio, devient une paisible localité adossée à une chaîne de collines, renommée pour la douceur de son climat, sa proximité avec l'océan Pacifique et ses vastes horizons de vergers. En 1900, cette localité possède déjà un bureau de poste, son propre journal, un hôtel, deux marchés et une ligne de Tramway pour population d'environ 500 personnes. La localité est finalement rattachée à Los Angeles en 1910. L'émergence du cinéma à Hollywood : Création d'un mythe Dans le pays, de nombreuses sociétés de production cinématographique, fondées par de nombreux immigrants qui considère notamment le cinéma comme étant de l'art, apparaissent alors dans la ville de New York notamment à Jacksonville dans les années 1908. Il faudra attendre les années 1910 pour que Hollywood devienne le principal centre de production de l'industrie cinématographique.

-4-


Il existe une légende qui veut que les producteurs aient quitté la côte Est pour Hollywood dans le but d'échapper aux représentants du Trust Edison, même si celle si paraît peu probable. En réalité, ces producteurs sont attirés par le climat de la Californie, sa luminosité et son climat ensoleillé, la diversité de ses paysages, ses décors naturels, ses terrains peu chers et sa main d'œuvre cosmopolite et maniable. Un des premiers producteur a avoir compris les avantages d'un tel lieu est Cecil Blount de Mille, appelé Cecil B. De Mille, réalisateur à succès de la Lasky Feature Play Company, ancêtre de Paramount. Il s'installe définitivement en 1914 à Los Angeles. C'est dans les années 1920 et 1930 que fut l'âge d'or d'Hollywood qui s'imposa alors comme la capitale mondiale du cinéma, employant environ 28,000 personnes dont 170 réalisateurs et 350 scénaristes qui fournissaient 500 à 700 scénarios par an. Dans les années 1940, malgré la guerre qui fait rage en Europe et l'engagement économique du pays, Hollywood demeure extrêmement active, mieux, elle continue à produire loisirs et divertissement sans pourtant échappé à la propagande antinazi : c'est la naissance du cinéma engagé. De plus, l’arrivée des films parlants permit l’émergence de nouveaux genres, comme la comédie musicale, qui constitua une part importante de la production jusque dans les années soixante. Au cours des années 1950, Hollywood est en plein essor, elle créé de nombreuses icones immortelles, des acteurs aux rôles types. On peut en citer quelque un tels que James Dean -le rebelle emblème de tous les adolescents rêvant d'indépendance -ou encore Marilyn Monroe – icône de la perfection physique.

-5-


Déclin et renaissance d'Hollywood Pourtant il ne faut pas se tromper, le cinéma des années 50 est extrêmement surveillé. En partie par le maccarthysme: une passade peu démocratique de l’Amérique qui consiste à trouver et chasser tous les gens affiliés au parti communiste des Etats-Unis dans un contexte de guerre froide et cela dès 1946. On met alors en place la liste noire de Hollywood -Hollywood blacklist-, qui est une liste d’artistes à qui les studios hollywoodiens refusaient tout emploi en raison de leurs idées politiques. Ainsi, 320 personnes figurent sur cette célèbre liste dont 106 écrivains, 36 acteurs, 3 danseurs, 11 metteurs en scène, 4 producteurs, 6 musiciens, 4 dessinateurs, 44 techniciens et de nombreuses autres personnes travaillant dans le milieu artistique. Si la liste fut abolie en 1960, ses effets se sont encore ressentis pendant le reste des années 1960. Ainsi au-delà de la mise en place de nouvelles valeurs -valeurs de la société de consommation, c'est une période difficile pour Hollywood pour des raisons principalement économiques, dû à des nouvelles obligations imposé par l'Etat. Les studios sont sous le coup de la loi antitrust, qui entraine la désintégration de grands studios et la mise en place d'un système de production « indépendant ». De plus, la propagation rapide de la télévision et du cinéma européen entraînent une concurrence sans précédent. Toutefois, la fin des années 60 puis dans les années 70, un tournant s'opère dans le cinéma Hollywoodien. En effet, Scorsese, Coppola, Lucas ont fondé ce que l'on appelle Le Nouvel Hollywood. Un mouvement assez flou, qui naît avec quelques films emblématiques tels que Bonnie and Clyde (Penn, 1967), Le lauréat (Nichols, 1967), Easy Rider (Hopper, 1969). On dénote alors quelques différences majeures dont la principale reste le bouleversement de la place du réalisateur. En effet, celui-ci est désormais au cœur du système. Les années 80 marquent alors un réel redressement moral et économique. -6-


Si l'époque de 1990 à 2000 est marquée en général par un goût croissant de la performance - énormes moyens financiers et techniques, numérisation des images, record d'audience, bande musicale à succès, les années 2000 se démarquent tout de même : c'est la fin du rêve américain. En conclusion, le quartier d'Hollywood est extrêmement réputé dans le monde entier pour ses studios de cinéma, ses sièges sociaux de grands groupes cinématographiques et également pour être le principal lieu de résidence de nombreuses stars. Historiquement, Hollywood est surtout l'exemple que l'invention cinématographique a changé durablement la face de l'Amérique. Pourtant à Hollywood, immense usine à rêves, les divertissements les plus anodins et inoffensifs soulèvent des questions sociales et politiques. Et si les lieux emblématiques tels que le Hollywood boulevard continuent de faire rêver les enfants, c'est en oubliant la triste réalité -réalité d'un cinéma industriel. En effet, même si certains affirment qu'il n'est pas uniquement commercial, l'idée d’avant-garde des Etats-Unis et également d'un cinéma idéologique est toujours présente, cinéma qui prônerait davantage les atouts de l' « american way of life », de la société de consommation, que de réelles valeurs.

-7-


Les différents types d’enquêteurs Les séries policières américaines proposent de nombreux types de personnages différents. Ainsi, nous pouvons retrouver des héros totalement opposés d’une série à l’autre, ou au contraire des personnages rencontrant des similitudes. En effet, certaines séries peuvent présenter les mêmes caractéristiques, en ayant par exemple un thème commun, ou encore, comme nous l’étudierons ici, un personnage type commun. Ainsi, nous choisirons, pour l’exemple des « intellects », aussi dits « les cerveaux », de comparer les deux séries Columbo et Mentalist, toutes deux semblables, bien que d’une génération différente. Cet écart nous permettra également de montrer l’évolution certaine dont témoigneront ces deux séries, tout du moins en ce qui concerne les personnages principaux. Columbo est une série américaine policière créé dans les années 1970 par Richard Levinson et William Link mettant en scène un personnage principal du même nom, le lieutenant Columbo. Personnage atypique et flegmatique, ce policier de la brigade criminelle de Los Angeles ne laisse filer aucuns détails dans la résolution des enquêtes et résout les énigmes avec talent. Egalement, cet astucieux protagoniste ne cesse de duper les personnages alentours, et se fait ainsi passer pour quelqu’un de naïf et de maladroit, cachant par là son côté perspicace et intelligent. Car, en effet, derrière la piètre apparence physique et vestimentaire se dissimule en réalité un redoutable détective. Cause de cette tromperie, les meurtriers, souvent issus de milieux aisés, voient alors leur vigilance baissée, et sous-estiment donc les capacités du lieutenant. Profitant ainsi de leur imprudence, Columbo en profite alors pour pousser petit à petit le coupable aux aveux, procédant avec subtilité.

-8-


Cela devient alors l’ « humiliant humilié », le coupable se rendant en effet compte de sa méprise, et notamment que le comportement de Columbo avait pour but de le faire se sentir supérieur de sorte à ne pas remarquer la menace. Du reste, Columbo est d’ailleurs, dans le téléfilm de 1968, parfaitement décrit comme « un parfait exemple de compensation, d'adaptabilité », qui ne peut « guère impressionner les gens par manque de prestance » et qui tire ainsi « avantage de cette déficience ». La conclusion est telle : « Vous attaquez l'ennemi par surprise. Il vous sousestime et résultat il tombe dans le piège à pieds joints ». Ce détective hors du commun procède donc de manière très minutieuse, allant jusqu’à mentir sur sa vie privée. En effet, à chaque épisode Columbo s’épanche à propos de sa femme ou encore de son enfance, mais les informations données finissent par être contradictoires. Pour preuve, celui-ci ne porte pas d’alliance, et certifie pourtant être marié. Egalement, sa femme n’apparait jamais dans la série. Ainsi il se crée non pas seulement une attitude, mais bien tout un personnage. Nous pouvons également remarquer qu’il n’est pas connu sous un autre nom que Colombo, son vrai nom n’étant jamais révélé. De cette façon son identité originelle a donc totalement disparue. Columbo est donc quelqu’un sachant merveilleusement duper son entourage, et n’hésite pas à mentir pour cela. Enfin, autre particularité, Columbo ne porte jamais d’armes sur lui, bannissant par là tout acte de violence et résout ainsi toutes les enquêtes comme seule aide son cerveau. Il n’est jamais agressif et se laisse de plus insulter et ne dit rien quand on le méprise, ayant comme seul but en tête la résolution de l’enquête, qu’il finit d’ailleurs toujours pas résoudre. Ce personnage n’est donc clairement pas un enquêteur agissant avec énergie et dynamisme, mais qui brille au contraire de par son intuitivité et intelligence extrême.

-9-


Mentalist, de son titre original The Mentalist, est une série télévisée américaine créer par Bruno Heller en 2008. Cette série nous relate l’histoire de Patrick Jane, consultant pour le California Bureau of Investigation (CBI), unité dirigée par Teresa Lisbon, à Sacramento. Amusant et intelligent, ce personnage incarne un enquêteur singulier et étonnant. En effet, celui-ci possède un talent particulier, à savoir le mentalisme, et dispose ainsi d’un sens très fin de l’observation et de déduction. La série donne d’ailleurs sa propre définition de mentalisme, « Quelqu'un utilisant l'acuité mentale, l'hypnose et/ou la suggestion... Maître dans l'art de manipuler la pensée et le comportement. Un Mentaliste peut utiliser diverses méthodes telles que l’illusionnisme, la lecture froide, l’hypnose ou encore la psychologie." Il peut donc facilement manipuler autrui et de repérer de nombreux détails. Ainsi, Patrick Jane est en mesure de résoudre des affaires jugées impossibles et de nombreux crimes grâce à ses capacités hors-normes. Grâce à son don de d��duction et d’analyse, Patrick Jane apporte une grande aide au sein de l’équipe dans la résolution des enquêtes, malgré son côté espiègle et excentrique. Ce personnage est donc un parfait manipulateur, qui aime observer le comportement et les réactions des personnes auxquelles il se confronte. Il peut facilement leur faire entendre ce qu’ils souhaitent et trouver par la suite leur point faible, tout en partant de simples détails. Ce personnage toujours très poli fait preuve cependant d’un certain franc parlé et d’un regard inquisiteur, que cela soit envers ses coéquipiers ou les suspects. En effet, il n’hésite pas à les surprendre afin de tester leur réactions, et semble même s’en amuser. En effet, il est à même de lire les gens comme autant de livres ouverts et ainsi de deviner leurs angoisses et leur propension à faire le mal. De cette façon, il est à même de réussir à comprendre ce que les autres pensent et ce que cachent leur conscience avec une efficacité étonnante.

-10-


Ainsi, ce personnage voit toujours ses hypothèses se confirmées, et demeure donc un enquêteur redoutable. En effet, Patrick Jane étudie aussi son adversaire, déchiffre son comportement et lit à travers ses mensonges. Cependant, ce personnage ne fait également pas parti des « hommes d’actions », et échappe au contraire les situations dangereuses en évitant au maximum d’être présent sur le terrain. Toutefois, faisant preuve d’une adresse extrême, ce consultant cherche à déstabiliser les suspects et ainsi à les rendre plus vulnérables afin de les pousser à commettre la faute qui les trahira. Cependant son attitude est quant à elle difficile à déchiffrer, car celle-ci oscille en effet entre jeu et manipulation.

Mentalist

Columbo

-11-


Nous pouvons donc remarquer des similarités entre ces deux « intellects », ainsi que des évolutions. En effet, tout d’abord, nous pouvons constater que le personnage de la série The Mentalist est un personnage plus torturé que le protagoniste présent dans Columbo, rajoutant par de là une certaine complexité au personnage. Un des points les plus importants est que la femme et l’enfant de Patrick Jane se sont fait assassinés, et cela créer ainsi un personnage tourmenté, qui n’est pas présent dans Columbo. Ceci fait d’ailleurs partie intégrante de l’intrigue, et pousse Patrick Jane à devenir consultant, à l’inverse de Columbo qui se contente de faire son métier. La manière de procéder de Patrick Jane est également plus offensive et arrogante. Nous pouvons ajouter que le comportement du héros dans la série moderne The Mentalist diffère de celui présent dans Columbo. En effet, Patrick Jane est un personnage est un personnage soigné, cocasse et même un peu arrogant, à l’inverse du comportement détaché et serein de Columbo. Egalement, Patrick Jane chercherait davantage à manipuler et Columbo à duper, la nuance étant presque imperceptible mais pourtant bien présente, et qui témoigne du différent degré de finesse chez ces deux personnages. Cependant il y a bien encore quelques similitudes, comme par exemple le talent d’observation possédé par ces deux protagonistes, mais tous les deux également développent une certaine excentricité. De plus, ils possèdent tous deux le même art de la dissimulation et de la manipulation qui va faire tomber le suspect dans le piège tendu qu’ils leur tendent. Nous pouvons donc conclure que le type de personne dit « intellect » dans les séries policières américaines a évolué des années 1970 jusqu’au jour d’aujourd’hui. En effet, bien que des similitudes soient présentes, des nouveautés sont également apparues et renouvellent le concept.

-12-


Evolution gé né rale des sé ries par thè mes


É


Le thème de l'a famille


Le thème de la femme


Le thème de l' 'amour


Sé ries té lé visé es policiè res, miroir de la socié té?


Conclusion


Annexe



TPEd