Issuu on Google+

MAGAZINE

PLONGÉE

PLONGÉE MAGAZINE N°43 MARS-AVRIL 2012 P

MARS-AVRIL 2012

# 43

LA RÉFÉRENCE DE TOUS LES PLONGEURS

www.plongee-mag.net

PRATIQUE

MISE À L ’EAU Secrets d'un bon début de plongée

TOMBANTS

DE MÉDITERRANÉE

DÉCOUVERTE

POLYNÉSIE Bain de requins à Raiatea ÉPAVES

SARDAIGNE Navires engloutis en profondeur extrême

PORTRAIT

ALBERT FALCO La Calypso dans la peau

PM43_COUV-V4.indd 1

TEST MATÉRIEL

LE LEGEND D'AQUA LUNG

Un produit entièrement repensé

ET AUSSI D DÉBUTANTS i QUEL MATÉRIEL ACHETER EN PREMIER ? MÉTIER INSOLITE i CHASSEUR P DE TRÉSORS DANS LE LAC LÉMAN D MÉDECINE i BIEN S'ENTENDRE AVEC M SA S TROMPE D'EUSTACHE ENQUÊTE iLA PLONGÉE EST-ELLE E UNE U ACTIVITÉ POUR SENIORS ?

L 18370 - 43 - F: 6,00 € - RD

Belgique/Luxembourg : 7€ - DOM/S : 7,00€ - CAL/S : 960 CFP - POL/S : 1 000 CFP - POL/A : 1 810 CFP - Suisse : 12,30 CHF - Portugal : 7,00€ - Tunisie : 9,50 TND - Canada : 10,60 $CAN

Les meilleurs spots Nos conseils techniques

01/02/12 12:04


SOMMAIRE

PLONGÉE MAGAZINE MARS-AVRIL 2012 #43

28

64

78

QINSOLITE 6 i Amitié XXL

QENVIRONNEMENT 70 i Posidonie, la forêt de Pandore

QMÉDECINE 86 i Eustache cherche son équilibre

QSECRETS DE PROFONDEURS 8 i Le complexe de l'ananas

QPRATIQUE PLONGEURS

QVIE DE PRO 88 i Gilbert Paillex, l'explorateur

QACTUALITÉS 12 i Apnéa Show : 2e round 13 i La bible des tekkies 14 i Temps au beau fixe

pour le Salon de la Plongée

QSHOPPING 16 i Les nouveautés

DÉBUTANTS

76 i S'équiper... ou pas ? QPRATIQUE PLONGEURS CONFIRMÉS 78 i Il faut se jeter à l'eau ! QLE TEK POUR TOUS 84 i Un fil à la palme

du Léman

QLÉGISLATION 90 i Toute l'actu législative de la plongée

QCONTRE-PLONGÉE 98 i Profession : top model (de mer)

QENQUÊTE 18 i La plongée, une activité pour seniors ?

QCONFIDENCES 24 i Albert Falco,

Calypso dans la peau

QPARTIR PLONGER 28 i Raiatea, la plongée des origines QÉPAVE 54 i Sardaigne, dans les cales du Bengasi

QESSAI MATÉRIEL 58 i Détendeur Legend Aqua Lung QPHOTO SHOPPING 60 i Pour tous les budgets QATELIER PHOTO 62 i Vos photos commentées et primées par notre rédaction

QPORTFOLIO 64 i Angel Fitor, intimité subaquatique

PM43_Sommaire_BAF.indd 4

QPARTIR PLONGER

DOSSIER

36 i DES TOMBANTS À TOMBER ! MÉDITERRANÉE :

Réservoir de sensations, les tombants sont au plongeur ce que les voies sont au féru d'escalade. Des parois plus ou moins vertigineuses, avec quelques noms mythiques dont l'évocation coupe le souffle des plus novices d'entre nous et fait grimper l'adrénaline des plus aguerris. De la Côte Bleue à la Côte d'Azur, sans oublier la Corse, la Méditerranée regorge de ces murs, véritables points d'attraction pour la vie marine. Retrouvez le sommaire de notre prochain numéro en page 95 et nos offres d'abonnement en pages 96-97

31/01/12 12:33


Au Vieux Campeur

SYMBOLE DU CHOIX, DU CONSEIL ET DU PRIX

ww w.a u vieu x ca mp eu r.fr

LES PRIX EN PLONGÉE ET CHASSE SOUS-MARINE NE SONT JAMAIS EN HAUSSE SOUVENT EN BAISSE... ET DESCENDENT TRÈS BAS AVEC LA REMISE DE LA CARTE CLUB PARI S QUART I E R L AT I N - 1941 (rayon plongée et chasse sous-marine) 5 pla ce Pa ul Pai nl e vé 75005 LY O N - 1992 (rayon plongée et chasse sous-marine) 38 cour s de l a L i be rté 69003

THO NO N- LE S - B A INS - 1 9 9 6 (rayon plongée sous-marine) 48 a ven u e d e G en ève 7 4 2 0 0 SA LLA NC H E S - 1 9 9 7 TO ULO US E / LA B È G E - 2 0 0 2

LA CARTE CLUB AU VIEUX CAMPEUR C’’EST ENTRE AUTRE :

10% DE REMISE

SUR TOUT LE MATÉRIEL DE PLONGÉE ET DE CHASSE SOUS-MARINE. S T R A S B O UR G - 2 0 0 4 A LB E RT V ILLE - 2 0 0 5 M A R S E ILLE - 2 0 0 8 (rayon plongée et chasse sous-marine) 2 5 5 a ven u e d u P r ad o 1 3 0 0 8 G R E NO B LE - 2 0 1 0

Crédits photos : Scubapro

Z_PM43_PUB_BAF.indd 5

30/01/12 14:40


SECRETS DE PROFONDEURS

SECRETS DE PROFONDEURS

LE COMPLEXE DE L'ANANAS

LAURENT BALLESTA

Photographe sous-marin, biologiste et plongeur professionnel.

DE L’ANANAS LE COMPLEXE

Après nous avoir révélé ses étonnantes visions de la roche de Coulombray (Plongée Magazine n°42), Laurent Ballesta nous conte le mystère du poisson ananas. Un bien curieux animal, croisé durant la quête du cœlacanthe, que le biologiste s'amuse à classer dans la catégorie des espèces "crypto-ubiquistes". Texte et photos Laurent Ballesta

L

a flamme embrase ou apaise, c’est selon. Assis autour du feu de camp, ce soir, c’est sa lumière qui nous soigne, pas sa chaleur. Nos angoissantes plongées profondes ordonnent ces trêves quotidiennes. De toute façon, il ne fait pas froid près de la frontière mozambicosud-africaine. Chaque jour, nous traquons le cœlacanthe, le plus vieux poisson du monde, cette obsession que j’ai réussi à transmettre à mes trois coéquipiers et amis réunis ici depuis quelques semaines. Mais ce soir, j’ai une nouvelle idée derrière la tête et pour la réaliser, j’ai besoin de leur motivation. Alors je me lance dans un récit de biogéographie, avec la double prétention de les passionner et les persuader. Parmi les animaux qui sont le plus souvent illustrés, je leur raconte qu’à mes yeux, il existe deux caté-

au contraire, largement répandus, adorés de tout plongeur espérant cocher la case "déjà vu". Les premiers sont dits endémiques, l’iguane marin ou le dragon de mer feuillu, et les seconds sont dits cosmopolites, le grand dauphin ou la raie manta… Des disponibilités très différentes pour des passions d’égale intensité. Mais intouchables ou populaires, ces stars sont suresti-

gories distinctes. Ceux qui fascinent parce qu’on ne les trouve qu’en une seule région du monde, et ceux,

mées. Personnellement, je leur préfère une troisième catégorie, moins connue et tellement

Le poisson ananas possède tout autour de la bouche des poches creuses hébergeant des centaines de milliers de bactéries symbiotiques luminescentes. À la nuit tombée, l’ananas devient une véritable lanterne.

8 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_SecretsProfondeurs_BAF.indd 8

30/01/12 14:38


ENQUÊTE

ENQU

plus mystérieuse, celle des crypto-ubiquistes ! Mes amis semblent ne pas connaître le terme. C’est normal, je viens de l’inventer. Je poursuis donc par une explication improvisée : "crypto" pour "caché" et "ubiquiste" pour "partout". Des êtres à la fois rares et très largement distribués. Un bien troublant paradoxe : des animaux peu abondants que l’on ne rencontre presque jamais

mystère : comment de petits poissons nonmigrateurs peuvent-ils être présents d’un bout à l’autre de la planète ? Comment peut-on se croiser et brasser ses gènes assez souvent pour demeurer une seule et même espèce homogène lorsqu’on est éparpillé sur deux ou trois océans ? Mystère… C’est comme s’ils se cachaient, complexés d’être partout, et qu’ils

et j’en ai trouvé un, dans la grotte à 118 mètres où nous avons rencontré le cœlacanthe aujourd’hui. Il s’agit du poisson ananas…" La curiosité de l’équipe s’éveille d’autant qu’ils se souviennent bien m’avoir vu délaisser un instant le colosse bleu, but de notre expédition, pour me focaliser sur un petit poisson ressemblant effectivement à un ananas. Faut dire

et qui pourtant existent sur des milliers de kilomètres à travers la planète. Voilà un vrai

préféraient alors se montrer discrets. Je conclus : "Voilà les animaux qui me fascinent,

qu’avec son corps cuirassé d’énormes écailles jaunes dotées d’une épine centrale et bordées

PLONGÉE MAGAZINE \9

PM43_SecretsProfondeurs_BAF.indd 9

30/01/12 14:38


ACTUS

APNÉA SHOW 2e ROUND

A AGENDA Du 9 au 10 mars i Festisub, Festival de l’image sous-marine de Neuchâtel, en Suisse. Avec 3 concours différents (“Duo mer”, “Duo eau douce” et “Humoristique”). www.festival.festisub.ch

Q

Du 17 au 25 mars i salon nautique Les Nauticales, à La Ciotat (13). “Village de la glisse et de la plongée” du 23 au 25 mars sur la plage des Capucins. www.salonnautiquempm.com

Jean Attard

Q

Après Cassis l'an dernier, l'Apnéa Show garde les pieds dans l'eau mais part cette fois s'installer sur la Côte Bleue. La deuxième édition de ce festival de l'apnée, de la pêche sous-marine et des sports subaquatiques aura en effet lieu à Carry-le-Rouet (13), les 14 et 15 avril 2012. Ceux qui étaient présents à Cassis le 14 mai 2011 peuvent en témoigner : il y avait foule près des petites tentes blanches de l'Apnéa Show. Les passionnés d'apnée et de chasse avaient presque tous répondu présent, mais aussi les curieux, venus voir ce qu'il pouvait bien se passer dans le coin. Comme on ne change pas une formule qui gagne, l'équipe du magazine Apnéa, organisatrice de l'événement, a décidé de remettre ça rem

en 2012. Le principe sera le même que celui de l'an dernier : présentation de matériel, animations et conférences pour en savoir plus sur l'apnée, la chasse et le snorkelling, ainsi que des ateliers respiration et relaxation, un stage secourisme… On notera aussi la présence des plus grands acteurs et champions gravitant autour de ces activités sous-marines. Avec pour moment fort une soirée cinéma le samedi à partir de 17 h, pour découvrir une sélection des meilleurs films d'apnée.

INFORMATIONS PRATIQUES i Horaires : samedi de 10 h à 19 h ; dimanche de 10 h à 18 h i Lieu : salle du Grand Bleu, av. Blanche Calvet, sur la plage du Rouet à Carry-le-Rouet (à 3,5 km du centre-ville) R i Entrée gratuite i Samedi 17 h : soirée projections de films d'apnée au cinéma dde Carry-le-Rouet, centre-ville (tarif : 5 €)

EN BREF

i Contact : info@apnea.fr. Toutes les informations relatives à l'événement sont relayées sur le tout nouveau (et tout beau !) l' site s du magazine Apnéa : www.apnea.fr

BULLES ET BULOTS

PLONGÉE MAG : ENFIN LA NEWS !

On se l'est arrachée au Salon de la Plongée 2012, et les visiteurs qui sont arrivés trop tard pour les séances de dédicaces erraient comme des âmes en peine. De quoi parle-t-on ? De la BD “Plongeurs” de Sébastien Salingue, bien sûr ! Sortie aux éditions Gap en novembre 2011, elle retrace avec humour les petites histoires du club de plongée des Bulots, en mettant bien l'accent sur les innombrables défauts des palmipèdes que nous sommes. Attention, personne ne sera épargné !

Vous en rêviez, Plongée Mag l'a fait ! Afin de suivre encore mieux toute l'actualité de la plongée, nous vous proposons désormais deux newsletters mensuelles : la première, consacrée au grand public, intéressera l'ensemble des pratiquants ; la deuxième, plus ciblée, s'adressera aux professionnels de la plongée. Pour vous inscrire, rien de plus simple : rendez-vous sur notre site www.plongee-mag.net. Profitez-en, c'est gratuit !

Q Du 29 mars au 1er avril i Méditerranea, Festival international de l'image sous-marine et de l'aventure, à Antibes. Expositions, concours de photos et de films sous-marins, baptêmes de plongée, séminaire… www.festival-mediterranea.com

Du 31 mars au 1er avril i London International Dive Show (LIDS), au centre ExCel Londres. www.diveshows.co.uk Q

SCUBALAND VOIT EN GRAND Bonne nouvelle pour les Brestois : le magasin Scubaland, qui existe depuis plus de 30 ans, vient de s'offrir un relooking d'envergure. Installé depuis mi-janvier dans une structure de 1 500 m2, il représente désormais l'une des plus grandes surfaces de vente françaises consacrées aux activités subaquatiques. Les clients y trouveront grand nombre de produits dédiés à la plongée, la chasse, l'apnée, le snorkelling, le hockey subaquatique… Côté services, Scubaland propose également de la location de matériel, des ateliers SAV, une station de gonflage, une école de plongée (www.eaulibre.fr ) ainsi qu'une fosse de 5 mètres de profondeur et un bateau. Scubaland, 29 rue Amiral Troude, Port de commerce, 29200 Brest. Tél. 02 98 43 01 10 ; magasin@scubaland.fr www.scubaland.fr

12 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_Actus_p12_BAF.indd 12

01/02/12 11:48


LA BIBLE DES TEKKIES Paru pour la première fois en 2008, “Le guide de la plongée tek”, de Pascal Bernabé et François Brun, vient de prendre un coup de jeune avec une nouvelle édition enrichie et augmentée, publiée chez Gap.

D. Deflorin

Le “tek” ? Vous connaissez, bien sûr. Mais il y a fort à parier que, du moins chez les plongeurs novices, peu arriveraient à définir ce terme avec précision. Rappelons donc les caractéristiques principales de la plongée tek, telles que mentionnées au début de l'ouvrage : accès à un espace plus large (profondeur, épaves, cavernes…) ; temps de plongée prolongé ; utilisation de mélanges respiratoires ; matériel et configurations spécifiques ; procédures de sécurité rigoureuses ; autonomie augmentée ; planification poussée. Avec toujours deux objectifs en ligne de mire : l'exploration et la sécurité. La branche tek, si elle semblait réservée à une

“élite” il y a encore quelques années, prend aujourd'hui de plus en plus d'ampleur et séduit un public toujours plus large, du photographe content de ne plus faire de bulles grâce à son recycleur en passant par le plongeur attiré par la spéléo qui n'avait pas encore osé se lancer. L'ouvrage de Pascal Bernabé et François Brun, respectivement détenteur du record du monde de profondeur en scaphandre autonome (330 mètres) et explorateur d'épaves profondes, propose un tour d'horizon ultra complet de l'activité tek : mélanges gazeux, équipement, recycleurs, techniques de base, plongées sur épaves ou sous plafond, planification, décompression, autant de sujets abordés dans cette nouvelle édition revue et augmentée de 32 pages et parsemée de photos et schémas pour encore plus de clarté. La voie du tek vous est ouverte !

LE RETOUR DU YÉTI

D. Deflorin

www.vieuxplongeur.com. Une ristourne alléchante puisqu'elle couvre dans la plupart des cas le coût du baptême en lui-même. Mieux : cette offre est également proposée aux nouveaux titulaires du Niveau 1. Dans ce cas, c'est alors au centre ou au club de faire la démarche d'inscription. Une opération gagnant/gagnant permettant à la fédération de rendre son offre plus attractive, au magasin de recruter une nouvelle clientèle et

2e édition”, de François Brun et Pascal Bernabé. Éd. Gap, 384 pages, 32 €.

EN BREF

S'ÉQUIPER MOINS CHER APRÈS LE BAPTÊME Après un an de pourparlers, le magasin le Vieux Plongeur et la FFESSM ont signé une convention de partenariat durant le Salon de la Plongée. À partir du 1er mars, à l'issue de son baptême, l'heureux baptisé se verra remettre un nouveau certificat sur lequel figurent les modalités à suivre pour bénéficier d'une offre très intéressante : un avoir de 50 € valable un an pour tout achat de 250 € minimum par le biais du site

Q“Le guide de la plongée tek,

aux nouveaux plongeurs de s'équiper à moindres frais. La remise des nouveaux certificats ou l'inscription des nouveaux Niveaux 1 par les centres demeure évidemment facultative pour ceux qui ne voudraient pas froisser leur revendeur local.

Surprise en Antarctique : une nouvelle espèce de crabe yéti a été observée à plus de 2 000 mètres de profondeur grâce à un robot sous-marin. Une découverte faite par des chercheurs britanniques, qui prouve encore que la nature n'a pas fini de nous surprendre…

LA RÉUNION SE MET AU NITROX Le centre de plongée L'Excelsus, situé à Saint-Leu, est la première structure réunionnaise à proposer des plongées au Nitrox, et ce depuis septembre dernier. Créé en 1989, le centre vous propose également tous les services classiques, du baptême au Niveau 4 en passant par la plongée libre et les plongées à thème. www.excelsus-plongee.com

PLONGÉE MAGAZINE \13

PM43_Actus_p12_BAF.indd 13

30/01/12 14:14


SHOPPING PARTIR PLONGER

LES NOUVEAUTÉS

Oublié l'hiver. Les jours commencent à rallonger et même si le fond de l'air est encore un peu frais, le printemps pointe le bout de son nez. Il est temps de s'équiper avec du beau matos tout neuf. Ordinateurs toujours plus perfectionnés, gilets de science-fiction ou combis épousant à la perfection nos corps sculpturaux, jamais le matériel n'a été si technique et simple d'utilisation. Daniel Deflorin

SEAC SUB 3D

GILET TRIDIMENSIONNEL

SCUBAPRO MERIDIAN À L'ÉCOUTE DU PALPITANT Uwatec annonce une nouvelle montreordinateur ambitieuse. Dans un boîtier en inox brossé au dessin sobre et technique, le Meridian cache des fonctions inédites. Passons sur ce que l'on est en droit d'attendre en 2012 sur un instrument de cette gamme (air/Nitrox de 21 à 100 %, Pp02 1 à 1,6 bars...), pour nous attarder sur ses spécificités. Outre les algorithmes ZH8 ADT BM avec différents niveaux de sécurité et PDIS (prédictif multigaz), il est le premier instrument de ce type à pouvoir être apparié avec un cardio-fréquencemètre pour affiner les calculs de décompression. Fonctionnant jusqu'à 120 mètres avec évidemment une fonction profondimètre, il convient à tous les types de plongée. Mais il intègre également un mode apnée avec plusieurs fonctions propres à la plongée libre, là aussi jusqu'à 120 mètres. Associée au cardiofréquencemètre, une alarme spécifique avertit l'apnéiste en cas de fréquence cardiaque faible. La navigation est aisée grâce aux 4 boutonspoussoirs et, outre les fonctions montre (chrono, réveil, etc.), il possède également un mode altimètre. QPRIX i 459 € (cardio-fréquencemètre et interface PC/Mac en option, disponibilité printemps 2012)

Le nouveau gilet 3D se démarque par son enveloppe dont la géométrie et le débattement autorisent une poussée supérieure, à taille identique, mais également plus de confort avec son dosseret indépendant. Le système "Frame to Back" avec bretelles ancrées sur le dosseret permet de s'affranchir de l'expansion de l'enveloppe. Matelassage dorsal anatomique, sangle pectorale réglable en hauteur, système de lestage SWS jusqu'à 6 kg par poche, matériaux légers en nylon 420 deniers enduit PU, 6 anneaux inox 40 mm + 2 de 25 mm complètent ce modèle polyvalent. ,5 l de poussée en taille L. Poids de 3,9 kg. QPRIX i 529 €

AQUA LUNG ALU TRIO IN THE POCKET Cette toute nouvelle lampe a été conçue pour se glisser facilement dans la poche du gilet. Pas de poignée, corps ovale en alu anodisé étanche à 300 mètres, seul dépasse à peine l'interrupteur mécanique, actionnable d'une seule main. Alimentation par 4 ou 8 piles AA, compatible accus rechargeables, 3 leds 216 lumens soit 780 lumens, éclairage 15°, poids 316 g seulement. QPRIX i 249 €

DIVER INSIDE POLOS UN PEU DE CLASSE

Après les T-shirts, sweats ou débardeurs décontractés et aux graphismes originaux, Laurent Delhourme, créateur de Diver Inside, propose une nouvelle collection de polos, plus citadins et élégants. En coton piqué, déclinée en 4 coloris (blanc, noir, bleu marine et bleu outre-mer), elle adopte des graphismes où se mêlent broderie, découpe laser et sérigraphie. Vente en ligne sur www.diver-inside. com et revendeurs spécialisés. QPRIX i 68 €

16 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_Shopping_BAF.indd 16

30/01/12 14:39


lll#hXjWVaVcY#[g

EADC<w:

KDIG:HEw8>6A>HI:EADC<w: 9:EJ>H 9:'%6CH :CB6<6H>C:IHJGA:C:I

MARES HYBRID PRO TEC DĂ&#x2030;POUILLĂ&#x2030; OU MUSCLĂ&#x2030; Un nouveau gilet haut de gamme Ă  flottabilitĂŠ dorsale qui doit son nom Ă  sa modularitĂŠ. Plus question de se torturer les mĂŠninges entre un gilet technique ou de voyage. Celui-ci peut ĂŞtre les deux, grâce Ă  son harnais indĂŠpendant qui permet de choisir la configuration souhaitĂŠe. L'enveloppe dorsale avec poche Ă  lest peut en effet ĂŞtre dĂŠsolidarisĂŠe, ne laissant qu'un gilet lĂŠger et ĂŠpurĂŠ qui peut ĂŞtre complĂŠtĂŠ par un kit lombaire optionnel Trim Weight et une poche Cruise pour un lestage modulaire. FabriquĂŠ en Alutex, il est ĂŠgalement dotĂŠ de 10 anneaux dont trois peuvent ĂŞtre ajustables sur les bretelles pour une personnalisation maximale.

8dchZ^aYZegVi^fjVciheVhh^dccÂ&#x201A;h AZh\gVcYZhbVgfjZheadc\Â&#x201A;Z Y^hedc^WaZhidjiZaÂťVccÂ&#x201A;Z

QPRIX i 295 â&#x201A;Ź

BEUCHAT VRT 30 ICEBERG PLONGĂ&#x2030;E EN PREMIĂ&#x2C6;RE CLASSE

H6KiZX]c^fjZZiÂ&#x201A;aZXigdc^fjZ^ciÂ&#x201A;\gÂ&#x201A; 6iZa^ZgXdjijgZcÂ&#x201A;degÂ&#x192;cZ :XdaZYZeadc\Â&#x201A;ZVkZX[dhhZ

Pour les plongeurs qui n'ont pas froid aux yeux ou qui frĂŠquentent les eaux douces, Beuchat propose le VRT 30 Iceberg. Un dĂŠtendeur Ă  prix plancher, idĂŠal en second dĂŠtendeur ou pour les centres-ĂŠcoles de l'intĂŠrieur. Petit prix mais certifiĂŠ eau froide EN 250 avec un 1er ĂŠtage Ă  piston, 4 sorties MP, 2 sorties HP et un 2e ĂŠtage compact et lĂŠger avec dissipateur thermique et volet de rĂŠglage de l'effet venturi. Disponible en version DIN ou ĂŠtrier 230 bars.

HVi^h[V^idjgZbWdjghÂ&#x201A; A^kgV^hdcYVchaZbdcYZZci^Zg

QPRIX i 199 â&#x201A;Ź

CDHH:GK>8:H A^kgV^hdcBdcY^VaGZaVn

CRESSI XS COMPACT MC9 LA RESPIRATION DESIGN

QPRIX i NC

GÂ&#x201A;k^h^dchYÂ&#x201A;iZcYZjgh! X]Vc\ZbZcihYZe^aZh ZiiZhihYÂťÂ&#x201A;iVcX]Â&#x201A;^iÂ&#x201A; k^VBdcY^VaGZaVn :c&Xa^X!hdjh-_djgheVgYZhegdh lll#VaidYZh^\c#cZi

Ce nouveau modèle associe un 2e Êtage XS Compact redessinÊ et un 1er Êtage MC9 surcompensÊ à membrane avec siège de clapet dÊmontable en inox et ressort pneumatique contre la chute de pression, 4 sorties MP et 2 sorties HP. Le 2e Êtage XS Compact lÊger en technopolymères, avec volet de rÊglage dive/ pre-dive, est dÊclinÊ en rose, blanc ou silver.

Egdm^b^iÂ&#x201A;!Ă&#x201E;Zm^W^a^iÂ&#x201A;bd^chYZ[gV^h

7Â&#x201A;cÂ&#x201A;Ă&#x2019;X^ZoYZcdhbZ^aaZjghiVg^[h

HJ>K:O"CDJH HJG;68:7DD@

EADC<w:Â&#x2122;8=6HH:HDJH"B6G>C: C6I6I>DC Â&#x2122; HEDGIH HJ76FJ6I>FJ:H

86GI: EG>K>AĂ&#x17D;<: PLONGĂ&#x2030;E MAGAZINE \17

bV\Vh^c5hXjWVaVcY#[gÂ&#x2122;7G:HIÂ&#x2122;%'.-)(%&&% PM43_Shopping_BAF.indd 17

31/01/12 11:12


ENQUÊTE

La plongée des seniors doit être adaptée, notamment en privilégiant des profondeurs d'évolution raisonnables et en refusant les profils "yo-yo".

LA PLONGÉE UNE ACTIVITÉ POUR SENIORS ? Les seniors français sont de plus en plus nombreux, actifs, en bonne santé, vacanciers dans l’âme et sportifs, mais ils sont peu à pratiquer la plongée. Ces dernières années, des actions ont pourtant été initiées pour sensibiliser et intéresser ce public particulier. Il en faudrait peut-être peu pour développer véritablement cette population de plongeurs. Nous avons réalisé un tour d’horizon des tendances et perspectives. Texte Alain Delmas

A

vant toute chose, mettons-nous d’accord sur le concept. Dans cette enquête, les seniors seront les personnes âgées de 60 ans et plus. Il existe d’autres définitions, mais celleci en vaut une autre.

LA POPULATION DES 60 ANS ET PLUS En 2010, un Français sur cinq était un senior. Et cela devrait encore augmenter ! Les projections annoncent un senior sur trois en 2050

(32 %) et prévoient une durée de vie moyenne en augmentation (89 ans au lieu de 80 ans actuellement). Les prévisions les plus optimistes (en 2001) établissaient une espérance de vie moyenne à 91 ans en 2050 et 35 % de seniors, mais elles ont dû être revues à la baisse à cause de la recrudescence de certaines longues maladies, l’augmentation du taux de mortalité dans la population actuelle des 40/60 ans, mais également le recul de l’âge de la retraite. Le pourcentage de Français dans la tranche 40/59 ans s’est

stabilisé depuis 2005, alors qu’il était en constante augmentation depuis 25 ans. Plusieurs explications au vieillissement actuel de la population sont avancées. Figurent en bonne place, l’élévation de la qualité de vie, le dépistage, le suivi et le traitement des maladies, ainsi que l’arrivée chez les seniors des "baby boomers" nés dans les années 1946-60 et les effets de la réduction de la natalité dans les années 1975-90. Non seulement, les seniors français sont aujourd’hui plus nombreux, mais ils sont

18 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_Enquete_BAF.indd 18

30/01/12 14:18


Jordi Chias

pédestre, la pétanque et la gymnastique. Pour les seniors aisés socialement, figurent en bonne place le ski, la course à pied, la montagne, les sports de raquette, la moto et la natation. Pour expliquer leur choix, les seniors indiquent la quête de la santé et du bien-être, le développement d’une offre de pratique spécifique à leurs attentes, le souci de créer et/ou maintenir du lien social, leur disponibilité en temps et souvent leur pouvoir d’achat. À l’inverse, 43 % des Français qui revendiquent ne pas pratiquer du tout d’activités sportives ont plus de 65 ans, des revenus modestes et sont en majorité des femmes. Les raisons invoquées par ces seniors sont principalement les problèmes de santé (60 %) et le fait qu’ils se considèrent trop âgés (48 %). Viennent ensuite le peu de goût pour le sport (19 %, mais identique au reste de la population) et les contraintes professionnelles ou familiales (6 %). Le seniors sont également plus engagés dans les vacances avec une moyenne annuelle de 32 nuitées (22 chez les actifs 20/60 ans), des différences sociales importantes et une préférence pour les circuits organisés, le transport collectif et l’hébergement en hôtel ou résidence secondaire. Au cours des vacances, 27 % des plus de 50 ans affirment pratiquer occasionnellement le sport et 23 % revendiquent opter pour un séjour à thème sportif.

VIEILLIR ET PLONGER ENCORE ? également en meilleure santé physique et présentent un taux de mortalité parmi les moins élevés du monde, avec ceux du Japon, du Canada, de l’Australie et de la Suisse. Ces dernières années, des initiatives comme le plan national "bien vieillir 2007/2009" ont préconisé des mesures pour améliorer la qualité de vie des seniors, dont la préparation de la retraite, le développement d’une alimentation équilibrée, la réduction des facteurs de risques, le bon usage des médicaments, la solidarité entre les générations et, en bonne place, la promotion des activités physiques et sportives.

PRATIQUES SPORTIVES ET VACANCES Les seniors apprécient le sport (54 %) et sont résolument engagés dans la pratique, autant que le reste de la population française (voir tableau "Engagement des seniors dans les pratiques sportives"). Les activités choisies divergent grandement avec le niveau de vie. Pour les revenus les plus faibles, viennent en tête le vélo, la natation, la randonnée

Sur les 340 000 plongeurs français annuels (selon l’ESE de 2006), 6,5 % seraient des plongeurs seniors (20 000), soit un taux de pénétration de l’activité le plus faible de toute la population française avec 1,4 plongeur pour 1 000 seniors (2,8/1 000 chez les mineurs, 8,5/1 000 chez les 19/59 ans et 5,7/1 000 tous âges confondus). Ce constat est d’autant plus étonnant que le pratiquant en plongée est plutôt d’un âge "respectable" (53 % ont entre 36 et 59 ans). Les plongeurs seniors français sont principalement des hommes (4,9 %), la part de plongeuses (1,1 %) est donc anormalement faible (30 % de plongeuses en France, 51,1 % de Françaises dans la population et 53 % de femmes chez les seniors). Les seniors plongeurs qui ont arrêté leur activité récemment évoquent le manque d’adaptation de l’offre à leurs attentes (moniteurs peu pédagogues, activités trop routinières et répétitives, difficultés techniques trop mises en avant et mentalité de "plongeur commando" qui règne dans certains clubs). D’autres évoquent le problème du portage des blocs à l’extérieur,

TÉMOIGNAGE Après avoir été plongeur et inspecteur coordonnateur des BEES plongée, Claude Molinari est maintenant retraité et président de la Commission nationale des formations à la FFRS (Fédération française de la retraite sportive). Quelles sont les attentes des seniors en matière de plongée ? À la FFRS, qui a pour objet le maintien de la santé des seniors grâce à des pratiques sportives variées et adaptées, l’espace sous-marin apparaît comme particulièrement riche. Qu’il y ait un intérêt des seniors pour ce milieu, encore assez méconnu pour la plupart d’entre eux, est tout à fait évident. Mais il ne faut pas, pour autant, en déduire que les seniors sont demandeurs de pratiques "sportives" dans ce milieu. Ils souhaitent découvrir le milieu marin et sous-marin, mais ils ne veulent pas s’engager dans de longs cheminements techniques contraignants. Y a-t-il des a priori sur l’activité ? Force est de constater que la pratique subaquatique reste encore ressentie comme complexe voire dangereuse. Ce sentiment est renforcé par la presse qui donne toujours un grand écho aux accidents, mais également par la complexité des processus d’apprentissage proposés par les divers acteurs de la plongée. On peut également citer, comme frein, "l’inconfort" des équipements actuels : le poids excessif des bouteilles, les difficultés liées à l’habillage et au déshabillage, le lest... Quelles actions de promotion sont envisageables ? En accord avec la FFESSM, la FFRS souhaite permettre et faciliter l’accès à ce milieu réputé hostile. Elle a choisi d’appréhender la plongée subaquatique, non pas comme une fin en soi, mais comme un simple moyen de découvrir l’espace sous-marin. De ce choix clairement affirmé découlent les projets et actions qui ont été conduits à ce jour, avec notamment des séjours thématiques d’une semaine avec initiation en piscine et en milieu naturel (Château d’Oléron) ou d’exploration en faible profondeur (La Ciotat), et des activités de randonnée en PMT (intégrées au cursus de nos animateurs fédéraux).

PLONGÉE MAGAZINE \19

PM43_Enquete_BAF.indd 19

30/01/12 14:19


BIOGRAPHIE CONFIDENCES

1927 Naissance à… Marseille ! 1952 Le point de départ : les fouilles de l’épave du Grand Congloué, à Marseille. 1955 Tournage du film "Le monde du silence" dans l'océan Indien. 1959 Pilote de la soucoupe plongeante en Amérique du Nord, aux Antilles et au Cap-Vert, à -350 mètres. De 1959 à 1989 Plus de 800 plongées en tant que pilote de la soucoupe, à des fins cinématographiques et scientifiques, dans les quatre coins du globe. 1963 Expérience des maisons sous-marines de "Précontinent II" en mer Rouge, tournage du film "Le monde sans soleil". 1965 Plongées au mélange hélium/oxygène jusqu’à -120 mètres. 1984 La consécration : chef de mission et capitaine de la Calypso. 1990 Retraite après 48 ans d’activité, dont 38 à bord de la Calypso. 1995 à 2012 Tournage de nombreux films au service de la défense de l’environnement marin et de la création de réserves marines. Rédaction et co-rédaction de plusieurs biographies, dont la dernière en compagnie d’Alain Foret : "Sormiou, berceau bleu de mes souvenirs".

24 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_Confidence_BAF.indd 24

31/01/12 11:13


ALBERT FALCO LA CALYPSO DANS LA PEAU

820 plongées en soucoupe et 20 000 heures sous la mer… Seul Albert Falco peut nous le dire droit dans les yeux. Chef plongeur, puis capitaine de la Calypso, l’ex-chasseur sous-marin de Sormiou, bâti en athlète, a la reconnaissance du ventre et la noblesse du cœur. Il avoue devoir au "Commandant" et son navire mythique ce qu’il a été, sa vie exceptionnelle, et ce qu’il est devenu à la force de ses palmes : un fervent gardien des dernières offrandes de la mer. Propos recueillis par Pierre Camus, photos Alain Foret sauf mention contraire

PLONGÉE MAGAZINE : Vous avez plus de 84 ans, mais vous plongez encore… Apparemment l’aventure sousmarine n’est pas finie pour vous ! Albert Falco : Oui, on continue à venir me voir, me filmer, me demander ce que je fais, parce que j’ai eu la chance de connaître la mer avant que l’homme ne l’épuise petit à petit. Dans les années 1940 et 1950, quand j’ai ouvert les yeux sous la mer, elle était pleine de grands poissons. À l’époque, on n’imaginait pas qu’elle puisse être épuisable. En revenant de mes longs voyages sur la Calypso, j’ai constaté à Marseille, mon point de repère, que petit à petit, ces grands poissons disparaissaient. À un moment donné, j’ai cru que c’en était fini pour les futures générations. Jusqu’au jour où j’ai visité les premières réserves, en Australie, aux États-Unis, et ici en France, à Banyuls, à Port-Cros, en Corse… Votre cheval de bataille, c’est donc la création de réserves sous-marines ? A. F. : Oui, car ça marche parfaitement et partout. À Port-Cros, il y a plus de 700 mérous actuellement, et des quantités à Banyuls, à Scandola. Et puis ce qui est important, et je le vérifie en plongée, c’est qu’à des kilomètres d’une réserve, dans le courant, on trouve tous les "petits". Certes, il faut plus d’un million d’œufs pour faire un mérou adulte, mais c’est grâce aux grands poissons qu’on aura beaucoup de poissons. Aujourd’hui, on pêche des

individus qui ne se sont pas encore reproduits et c’est bien là le problème. À Marseille, quels seraient les sites les plus propices ? A. F. : Il n’y a qu’à prendre des exemples : à PortCros, l’endroit le plus riche, c’est la Gabinière, sur l’Est, parce que le courant ligure pousse d’Est en Ouest les sels nutritifs des grands fonds, et la nourriture pour les petits poissons. À Marseille, c’est pareil, il y a plus de 2 500  mètres de fond au canyon de la Cassidagne, point de départ de la chaîne alimentaire. Et les Impériaux et le Grand Congloué regorgent de castagnoles roses magnifiques. Pour les réserves, on ne demande pas des surfaces énormes ! La Gabinière, c’est un rocher qui fait 200 mètres de diamètre seulement. Il y a 750 mérous autour de PortCros, mais le plus grand nombre se trouve là. Les Impériaux et le Grand Congloué à Marseille sont les endroits les mieux placés. Si je veux voir un mérou, un denti ou une daurade, c’est là que je vais. Quel regard portez-vous sur les "éco-guerriers" dont l’engagement est parfois "musclé", comme Paul Watson du Sea Shepherd ? A. F. : Au début j’étais plutôt contre. Je préfère parler, démontrer, mais au final, on ne vous écoute pas assez. Il y a des bonnes volontés sur terre mais aussi des pirates, des hommes capables de tuer pour un peu d’argent, et pour

"SORMIOU "SORMIOU, BERCEAU BLEU DE MES SOUVENIRS" Dans ce petit chef-d’œuvre biographique écrit en collaboration avec Alain Foret, Albert Falco revient sur les riches heures de sa jeunesse passée dans la mythique calanque de Sormiou et son premier apprentissage de la nature, de la mer, de la chasse et de la plongée en compagnie de son ami Georges Beuchat. Il déroule ensuite le fil de sa vie en nous ouvrant son passionnant journal de bord, écrit jour après jour, depuis son premier embarquement à bord de la Calypso, à l’occasion des fouilles du Grand Congloué sur l’archipel de Riou, à Marseille. Après plus de 20 000 heures sous les mers et plusieurs tours du monde en plongée, ce livre retrace les souvenirs et les aventures du premier "océanaute" au monde, qui comme Ulysse est revenu chez lui, mais à Sormiou, la calanque de son enfance. certains, le poisson c’est de l’argent. Mais il existe aussi des gens capables d’aller au bout du monde et de risquer leur vie pour défendre la mer. Alors je leur dis quand même bravo, puisque l’on ne fait rien pour défendre les baleines par exemple, qui disparaissent chaque année, massacrées là où elles vont se reproduire. Revenons à vos débuts, à votre première rencontre avec Cousteau… A. F. : À l'époque, Cousteau avait rencontré

PLONGÉE MAGAZINE \25

PM43_Confidence_BAF.indd 25

30/01/12 14:17


PARTIR PLONGER

RAIATEA LA PLONGÉE DES ORIGINES On dit que Raiatea fut la première île peuplée par les Polynésiens. À 120 km de Tahiti, en embuscade entre Huahine et Bora Bora, les eaux de l'île sacrée recèlent le meilleur de la plongée du Pacifique : passes animées par les rondes de requins gris et les vols de raies léopards, épave endormie depuis plus d'un siècle, grotte mystérieuse, théâtre de légendes englouties… Texte et photos Christophe Migeon

POLYNÉSIE FRANÇAISE i RAIATEA

28 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_PP_Raiatea_BAF.indd 28

30/01/12 14:30


PLONGテ右 MAGAZINE \29

PM43_PP_Raiatea_BAF.indd 29

30/01/12 14:30


PARTIR PLONGER

RAIATEA

L En haut : les grosses stalactites couvertes de concrétions jaunes laissent supposer que la grotte du trou de la pieuvre était autrefois à l’air libre. Ci-dessus : les motifs psychédéliques d'un canthigaster tacheté (Canthigaster solandri).

'œil était dans la tombe et regardait Caïn… Celui-là est un œil bleu délavé, un peu terne, qui vous suit tout au long de la descente dans les entrailles du platier mais qui a au moins le mérite de rassurer. C'est le halo azuré de la surface, l'unique point de sortie de cet effondrement magistral dont le nom prononcé à voix haute vous fait comme un creux à l'estomac : le trou de la pieuvre. Avec un patronyme pareil, on hésite un peu à se laisser happer par les ténèbres de cette gueule béante. À Raiatea, l'histoire du site sacré se chuchote de père en fils depuis des temps immémoriaux. L'île aurait été la première à être abordée par les immenses radeaux de bambou des Maoris et ces derniers se seraient dispersés vers les îles du triangle polynésien à partir de cette grotte. Huit galeries aujourd'hui effondrées s'étendaient à travers le Pacifique tels huit tentacules audacieux en direction des îles de la Société voisines, des Marquises, des Samoa, des Tonga, des îles Cook, d'Hawaii, Aotearoa en NouvelleZélande et de Rapa Nui, l'île de Pâques. Raiatea, la tête de la grande pieuvre mythique Tumu-rai-fenua, est le berceau religieux et politique de la société polynésienne.

tout de même un site sacré et on ne pouvait s'empêcher d'éprouver un curieux mélange d'excitation et d'angoisse, pas très éloigné de l'émotion des premiers explorateurs !” Après 27 mètres de glissade dans un puits à peu près vertical, une chatière permet d'accéder à la première salle. Un nouveau monde se matérialise alors dans le faisceau blafard des phares à led : les parois nous parlent d'un temps figé, pétrifié sous une gangue calcaire, de spondyles momifiés au milieu de stalactites épaisses et mastocs, taillées comme des Polynésiennes déformées par un abus de fast-food. Toutes ces aimables concrétions sont apparues il y a 20 000 ans lorsque l'océan était 120 mètres plus bas et que la grotte était à l'air libre. Les amateurs d'émotions fortes ont beau guetter le monstre céphalopode, il n'y a hélas pas le moindre tentacule à se coller sous la dent. Seules des petites crevettes blanches striées de rouge mettent une discrète touche de vie dans cet univers dépouillé. Les plongeurs persévérants enchaînent à 45 mètres avec une deuxième salle qui s'affaisse jusqu'à 58 mètres. Gare aux coups de palmes intempestifs : le fond de sable prend facilement la mouche.

DANS L'ANTRE DE LA PIEUVRE

LA GRENOUILLE ET LES POINTES NOIRES

“Personne ne savait ou ne voulait nous dire où se trouvait l'entrée de la grotte”, se rappelle Julien Durie, l'un des patrons d'Hemisphere Sub. “Plus d'une trentaine de plongées ont été nécessaires pour la retrouver. On ne faisait pas les fiers lors de la première descente : c'est

L'aventure continue sur la pente externe du récif à Miri-Miri au Nord-ouest de l'île. Les vagues s'acharnent sur la barrière corallienne en rouleaux furibards. Au Nord, se découpe le relief tourmenté de l'île voisine Tahaa qui partage le même lagon que Raiatea. Plus loin encore,

30 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_PP_Raiatea_BAF.indd 30

30/01/12 14:30


PARTIR PLONGER RAIATEA www.polynesie-croisiere.com

La plus belle façon de découvrir

LES LAGONS DE POLYNÉSIE

CROISIÈRES

PLONGÉES EXCURSIONS Ci-dessus : les pointes noires de Teavapiti se font un malin plaisir d'accueillir les plongeurs tout près de l'échelle. Ci-contre : un îlot paradisiaque dans le lagon de Raiatea.

info@polynesie-croisiere.com

NORDBY, LA PLUS BELLE ÉPAVE DE POLYNÉSIE Oui, rien de moins. À vrai dire, la Polynésie ne propose pas pléthore d'épaves. Mais force est de reconnaître que le Nordby – à prononcer norbou en bon danois et non norbi ou norbaille – ne manque pas d'allure. Ce cap-hornier trois mâts a affronté tous les océans avant de finir bêtement sa carrière dans le lagon de Raiatea un beau jour d'août 1900. Il rentrait alors de Nouvelle-Zélande, sa coque en fer remplie de 111 tonnes de coprah à destination de Liverpool. Quand il se présente à l'entrée du lagon,

le mara'amu, l'alizé du Sud-est, s'est déjà levé. Le bateau parvient tout de même à mouiller. Mais la tempête forcit, l'ancre finit par chasser et le Nordby se fracasse sur le récif. Au moins a-t-il l'amabilité de couler suffisamment lentement pour que l'on puisse sauver son chargement. L'épave que l'on connaissait jadis sous le nom de “charbonnier” et qui n'a été identifiée qu'en 1997, est couchée sur bâbord entre 19 et 30 mètres. Il suffit de s'immerger au pied des bungalows de l'hôtel Hawaiki Nui au Nord-est

de Raiatea pour visiter ce géant ensommeillé. La visibilité est souvent réduite à cause d'une rivière qui se déverse non loin de là. On rentre à l'aise et sans risque dans la cale hantée par quelques mérous timides et des bancs compacts de poissons soldats. De grosses murènes sortent à moitié de leur repaire pour dévisager les visiteurs. Une vingtaine d'espèces de nudibranches y a été recensée. Mais la plongée est peut-être encore plus spectaculaire la nuit, lorsque les coraux qui l'entourent déploient leurs polypes affamés.

PLONGÉE MAGAZINE \31

PM43_PP_Raiatea_BAF.indd 31

31/01/12 11:15


À TOMBER

PARTIR PLONGER

DES TOMBANTS

DOSSIER Réservoir de sensations, les tombants sont au plongeur ce que les voies sont au féru d'escalade. Des parois plus ou moins vertigineuses, avec quelques noms mythiques dont l'évocation coupe le souffle des plus novices d'entre nous et fait grimper l'adrénaline des plus aguerris. De la Côte Bleue à la Côte d'Azur, sans oublier la Corse, la Méditerranée regorge de ces murs, véritables points d'attraction pour la vie marine. Suivez le guide, il y en a pour tous les niveaux. Texte et photos Fred Maxant sauf mention contraire

MÉDITERRANÉE PM43_PP_Tombants_Ouv_BAF.indd 36

31/01/12 11:17


Gilles Di Raimondo

PM43_PP_Tombants_Ouv_BAF.indd 37

30/01/12 14:36


DOSSIER

PARTIR PLONGER

TOMBANTS DE MÉDITERRANÉE

LE TOMBANT

DANS TOUS SES ÉTATS

Damien Mauric

Gilles Di Raimondo

Une paroi s'enfonçant vers l'infini, une abondance de faune fixée, un bleu mystérieux foisonnant de pélagiques... Tout comme les épaves, les tombants suscitent chez le plongeur un intérêt tout particulier. Mais attention : l'immersion sur ces murs sous-marins ne s'improvise pas.

À gauche : anthias sous un surplomb. À droite : une colonie de Parazoanthus ponctuée de gorgones rouges.

L

e tombant, à ne pas confondre avec le "sec", pinacle rocheux isolé, est une marche plus ou moins large, plus ou moins haute, qui, en général, prolonge une côte montagneuse ou tout au moins très escarpée. Hormis le plaisir d’évoluer suspendu dans le bleu, cette topographie offre de nombreux avantages : l’orientation y est généralement aisée, la faune et la flore diversifiées et abondantes ; son profil permet en outre des incursions profondes en optimisant le rapport temps de plongée/découverte. Le plus souvent ouvert au large, offrant son immense surface aux courants et à la houle, ce mur va engendrer des mouvements d’eau qui favorisent la circulation de la matière organique. Le tombant est donc un habitat de choix pour l’apport de nourriture mais le courant, une lumière inégalement répartie et une forte concurrence nécessitent pour les espèces qui l’occupent une certaine adaptation.

SAVOIR PLONGER SUR LA PENTE La plongée bouscule nos repères sensoriels (tactiles, visuels, proprioceptifs...). L'immersion sur tombant, avec disparition du "fond", va nécessiter une adaptation supplémentaire. Le bon contrôle de son déplacement et de son équilibre se feront, cette fois-ci, avec une prise de repère uniquement vertical. Au contraire d'une évolution sur épave, qui impose souvent un profil carré, le relief d'un tombant va vous permettre d’optimiser au maximum votre plongée. Cela passe comme toujours par une planification précise où temps et

profondeur maximum seront gravés dans le marbre. Vous débuterez évidemment votre plongée par le point bas, en respectant scrupuleusement la profondeur programmée ou en restant légèrement au-dessus de votre guide s'il s'agit d'une sortie encadrée. Une bonne stabilisation sera la clef d'une plongée réussie sur tombant, c'est donc la maîtrise parfaite du triangle lestage-gilet-ventilation. Contrôlez votre stabilisation en jonglant entre instruments et repères naturels qui dans ce cas sont idéaux.

38 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_PP_Tombants_Ouv_BAF.indd 38

30/01/12 14:36


Damien Mauric

PARTIR PLONGER

MALDIVES

Les tombants de Méditerranée réservent parfois de belles surprises, à l'instar de cette faille entièrement tapissée de gorgones rouges. PLONGÉE MAGAZINE \39

PM43_PP_Tombants_Ouv_BAF.indd 39

30/01/12 14:37


DOSSIER

PARTIR PLONGER

TOMBANTS DE MÉDITERRANÉE

MARSEILLE

LES IMPÉRIAUX

Au pied des Impériaux, d'extravagants massifs de gorgones se détachent dans le bleu de la Méditerranée.

À écouter les Marseillais, ces trois îlots rocheux – l'Impérial de terre, l'Impérial du milieu et l'Impérial du large – comptent parmi les plus beaux sites de plongée du monde. Et pour une fois, le discours est loin d'être exagéré...

M

arseille l’agitée, la désordonnée, affublée de tant de clichés indélébiles et débiles a renoncé depuis longtemps à "rentrer dans le rang". Mais la cité phocéenne, carrefour des civilisations depuis des millénaires, peut être attachante de par sa singularité. Jules César disait : "Marseille est

une ville bordée par la mer sur ses trois côtés." Difficile de faire mieux en termes d’ouverture, on pourrait presque parler d’île. Paradoxalement, la cité phocéenne n’a pas vraiment de vue sur la mer : il faut s’élever et monter à Notre-Dame-de-laGarde pour découvrir le magnifique panorama des îles de Marseille. Depuis le cap

Une flabelline mauve.

42 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_PP_Tombants_Imperiaux_BAF.indd 42

30/01/12 14:33


TOMBANTS DE MÉDITERRANÉE

Gilles Di Raimondo

PARTIR PLONGER

Croisette et au large des grandes Calanques, s’étale vers l’Est un chapelet d’îles calcaires, arides, déchiquetées, qui offre certainement les plus belles plongées de Méditerranée. Tombants, secs, épaves, grottes, bio, archéo, tek... Toutes les thématiques y sont possibles. Au bout de cet archipel, trône Riou, la "royale", et au bout du bout, trois îlots nommés les Impériaux (Impérial de terre, Impérial du milieu et Impérial du large). Au pied du rocher le plus au Sud, sur sa face Ouest, démarre le site (celui du large) qui incarne "la" plongée sur tombant. Son cadre, sa verticalité, sa richesse et la transparence de l’eau en font un must.

Gilles Di Raimondo

Une crevette Periclimenes amethysteus, présente dès les premiers mètres de profondeur.

Petite serpule qu'il vous faudra approcher avec précaution... À la moindre vibration, ce ver tubicole se retire illico dans ses appartements !

DESCENTE VERTIGINEUSE ET ALUNISSAGE RÉUSSI Largué sur la face Ouest, pour un "base jump" subaquatique, nous descendons rapidement le long du mur que, pour l’instant, nous ne prenons pas le temps de contempler. L’eau est limpide, la paroi verticale, seul se fait entendre le sifflement de nos inflateurs qui ralentissent la chute. L'arrivée prend des airs d’alunissage tant l’ambiance est irréelle. Au pied du mur, après la vérification rapide de quelques points de sécurité, nous nous déplaçons de

INFOS PRATIQUES Situation i île de Riou, à l’extrémité Est de l'archipel des îles de Marseille Départs des ports de i L’Estaque, Marseille, Cassis Niveau minimum i 2 Difficulté i ***** Profondeurs i Impérial de terre, 25 mètres ; du milieu, 45 mètres ; du large, 70 mètres et +

PM43_PP_Tombants_Imperiaux_BAF.indd 43

Paliers i en pleine eau pour les explorations profondes (Impérial du large) et collé au tombant pour l’Impérial du milieu Les + i les grands jours, certainement l’une des plus belles plongées en Méditerranée Les - i zone exposée au vent et au courant

DIVING WITH

ND E I R F

S

M A LDI VES I NDONESI A EGYPT THA I LA ND SPA I N OM A N M AURI TI US

BOOKING ET INFORMATI ON:

www.euro-divers.com

VIVRE VOTRE PASSION – PLONGEZ AVEC EURO-DIVERS!

01/02/12 12:10


ESSAI ESS MATÉRIEL ESSAI MATÉRIEL

DÉTENDEUR LEGEND [ AQUA LUNG ] Après dix années de bons et loyaux services, Aqua Lung revisite son mythique détendeur Legend. Ce nouveau cru n’est pas qu’une simple évolution mais un produit entièrement repensé… et amélioré. Texte Olivier Clot-Faybesse, photos Kamel Benabid

D

epuis son apparition en 2002, 140 000 Legend ont vu le jour. En comptabilisant les octopus, ce nombre frôle la barre des 190 000 unités. Soit un détendeur vendu toutes les deux heures depuis bientôt dix ans ! Par conséquent, le renouvellement de ce modèle représente en soi une petite révolution sur le marché du matériel de plongée. Ceci d’ailleurs n’a pas échappé à son fabricant, qui en a profité pour savamment orchestrer et promotionner l’événement. Visiblement, chez Aqua Lung, on est fier de son nouveau-né et on ne doute pas de ses qualités. Et vous savez quoi ? Ils ont bien raison. Explications.

UNE REFONTE COMPLÈTE Avant d’évoquer les performances en mer, quelques précisions s’imposent. La nouvelle gamme se décline en fait sous forme d’une référence de base – le Legend – accompagnée de deux modèles plus élaborés, le LX et le Lux. Le Lux, aux mêmes spécificités techniques que le LX, justifie son nom (et son prix !) par l'ajout d'un revêtement spécial*. Chaque version, disponible en Din ou étrier, se conjugue dans une seconde déclinaison, dite “Supreme”, comprenant des réglages spécifiques à l’eau froide (moins de 10°C). Ces modifications entraînent un surcoût – 20 à 100 € selon modèle – par rapport à la version tempérée. Ensuite, le premier étage des Legend 2012 dispose du fameux mécanisme de

surcompensation (plus la pression augmente, plus l’air fuse), ainsi que d’un système de fermeture automatique, baptisé ACD (Automatic Closure Device). Ce dernier vise à préserver toute entrée d’eau ou de pollution lorsque le détendeur est déconnecté du robinet. Autre innovation : la chambre moyenne pression a été redessinée. Avec sa géométrie plus large, cette "rampe commune" (Common Rail) se vante de procurer une égale distribution de l’air détendu à toutes les moyennes sorties. Le but ? Un parfait effort ventilatoire, quelle que soit la sortie utilisée sur les quatre prévues.

En bas, de gauche à droite : le Legend, versions 2012, 2010 et 2007. Un détendeur indémodable !

LES

+

i Performance et qualité générale i Confort ventilatoire  i Design et compacité

LES

-

i Il va falloir acheter aussi l’octopus !

58 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_EssaiMatos_BAF.indd 58

30/01/12 14:22


L’AVIS D’UN PRO Jérôme Dufour, Niveau 4, conseiller plongée pour l’enseigne Au Vieux Plongeur (www.vieuxplongeur.com) “Plongeant avec le Legend depuis quelques années, j'étais curieux de découvrir le potentiel de cette nouvelle mouture, version Lux. Dès l'immersion, j’ai été très agréablement surpris : le confort respiratoire est encore amélioré, la souplesse de l'arrivée d'air parfaitement régulée. J’ai apprécié le réglage simplifié de la surpression. Un seul bouton à manier contre deux auparavant, et facilement accessible même avec des gants épais. Les bulles, bien canalisées, ne gênent aucunement la visibilité. Le bruit reste agréable. Le Legend était un excellent choix en moyen/haut de gamme, mais avec cette dernière version, au format plus compact et aux performances en nette progression, je sens que ça va devenir LA référence !” Quant au deuxième étage, compensé lui aussi, on notera la nouvelle ligne du capot, plus tendue, ce qui lui confère un aspect compact. C’est d’ailleurs sous ce capot qu’apparaît une première différence. Là où le Legend ne dispose que d’un réglage de type venturi, LX et Lux partagent un réglage novateur, le MBS (Master Breathing System). Le MBS permet de faire varier la direction du flux d’air et la manière dont il tournoie à l’intérieur du deuxième étage ainsi que la résistance à l’inspiration. À l’aide d’un simple bouton rotatif, le plongeur pourra ainsi combiner en un seul réglage, l’action à la fois de l’effet venturi et de la sensibilité du détenteur. Alléchant ! Allons donc le vérifier en faisant quelques bulles avec la bête, en l’occurrence la version Lux.

FICHE TECHNIQUE PREMIER ÉTAGE

LEGEND

LEGEND LX

LEGEND LUX

Type

Membrane surcompensé avec mécanisme en T

Membrane surcompensé avec mécanisme en T

Membrane surcompensé avec mécanisme en T

Matériau

Laiton avec chromage multi-couche

Laiton avec chromage multi-couche

Laiton avec chromage multi-couche

Sorties MP et HP pré-orientées

Oui

Oui

Oui

Nombre de sorties

2 HP + 4 BP

2 HP + 4 BP

2 HP + 4 BP

Fixation étrier 232 bars ou Din 300 bars Oui

Oui

Oui

Débit à 200 bars

1500 l

1500 l

1500 l

Valeur MP

8,5 bars

8,5 bars

8,5 bars

Poids Din/étrier

668/882 g

668/882 g

668/882 g

Mécanisme

Compensé avec clapet aval

Compensé avec clapet aval

Compensé avec clapet aval

Flexible Aquaflex 730 mm

Oui

Oui

Oui

Réglage air

Venturi

MBS

MBS

Valeur décollage

2,5 à 3,5 mbars

2,5 à 3,5 mbars

2,5 à 3,5 mbars

Poids

210 g

200 g

200 g

Noir avec cerclage noir brillant du boîtier

Noir avec cerclage chrome brillant du boîtier + finition anti-rayure (vernis “peau de pêche”)

Noir mat avec cerclage “or rose” du boîtier et chromage assorti sur le 1er étage + finition anti-rayure (vernis “peau de pêche”) + traitement PVD*)

515 € 569 €

699 € 799 €

DEUXIÈME ÉTAGE

Design**

Tarifs 399 € Eau tempérée Eau froide (Supreme) 425 €

PERFORMANT ET SÉDUISANT Premier constat lors de la phase d’équipement. Le design et la finition soignée du Legend Lux attirent l’œil expérimenté de nos testeurs (Niveau 3 ou 4). Bien qu’Aqua Lung affirme que sa technologie permet “d’augmenter la profondeur maximale d’utilisation à plus de 100 mètres”, nous nous contenterons de sorties plus modestes pour une première découverte. Avec un verdict unanime : ce détendeur sait se faire oublier sous l’eau tant respirer reste aisé. Mention très bien au flexible tressé, à la fois robuste et d’une grande souplesse. Couplé à un embout "ortho", le

Plonger avec le Legend Lux : respiration aisée, très bon confort en bouche, facilité d'utilisation…

détendeur procure un excellent confort en bouche : bon maintien, aucune tension. Parmi les points bien pensés, soulignons la facilité de réglage du bouton MBP, un boîtier de deuxième étage à baïonnette (exit la classique bague de serrage et son risque de mauvaise fermeture), des entrées d'eau déportées sur le côté du boîtier (idéales en cas de courant de face), une moustache amovible pour un bon rinçage du matériel et la vérification de la

soupape d'expiration. Bref, un bien bel ouvrage qui, décliné en trois niveaux de finitions, devrait satisfaire toutes les bourses et faire encore parler de lui pendant quelque temps… Q * Traitement des surfaces par dépôt physique en phase vapeur (PVD ou Physical Vapor Deposition) de type DLC (Diamond Like Carbon). Autrement dit, un dépôt sous vide de vapeur métallique. ** Les versions froides (Supreme) du Legend et du Legend LX ont des chromes satinés (évoquant le givre) et non brillants. Le LUX ne change pas.

PLONGÉE MAGAZINE \59

PM43_EssaiMatos_BAF.indd 59

30/01/12 14:22


ATELIER PHOTO

GAGNEZ

UN COMPACT ET SON CAISSON !

Objectif de qualité reflex, i.Zuiko Digital 4x f/1,8-2,5 ultralumineux équivalent à un 28-112 mm en 35 mm ; capteur CCD HS 1/1.63'' 10 Mpixels haute sensibilité ; double système de stabilisation mécanique ; caisson PT-050 étanche à 40 mètres

Nouveau cadeau à remporter pour les participants de l'atelier photo ! En mai 2012, nous reprendrons toutes les photos déjà sélectionnées et élirons la meilleure. L'heureux auteur de cette image se verra alors remettre un compact Olympus XZ-1, avec son caisson dédié. N'attendez plus et tentez votre chance ! Daniel Deflorin

LES RÈGLES DU JEU : Envoyez votre image à atelierphoto@plongeemag.com, en 3 000 x 2 000 pixels et 300 dpi. Précisez le matériel utilisé et l'endroit où a été prise votre œuvre. Notez que nous diffusons l'intégralité des photos envoyées sur notre site partenaire www.divosea.com Les auteurs des trois photos retenues pour ce numéro ont gagné un abonnement à Plongée Magazine : un an pour le premier, six mois pour le deuxième et le troisième.

1

er

FABIEN MARTINAZZO Descriptif de la photo Poulpe, cap d'Antibes. Matériel utilisé Canon G12, caisson Canon avec diffuseur de flash.

Le commentaire de l'expert Nous n'avons pas hésité une seconde et la photo de Fabien a été élue à l'unanimité. Un sujet commun, "made in France", mais les choix techniques et esthétiques de Fabien sont les bons. L'attitude de l'animal avec ses tentacules joliment déployés, sa position à contrejour et masquant le soleil, les rayons

lumineux, les couleurs révélées par le flash, l'ambiance générale, tout est bon. Notre seule réserve, une fois de plus, concerne la composition. Le sujet est trop centré. En décalant un peu l'appareil, voire avec un cadrage vertical eu égard à la position des bras pour donner plus de place aux rayons lumineux, l'image aurait été encore plus forte.

La précision de l'auteur "Moment magique lors d'une remontée à la pointe du cap d'Antibes. Ce poulpe nous a fait l'honneur de venir nous saluer de très près. Je voulais conserver les effets des rayons du soleil, j'ai donc cadré le poulpe de manière à cacher le soleil. J'ai utilisé le flash interne afin de rendre les couleurs du poulpe."

62 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_AtelierPhoto_BAF.indd 62

30/01/12 14:14


2

e

Une gamme complète de caissons étanches et d’accessoires pour la photo sous-marine

Photographes

Vivez votre passion…

ISABELLE ARRIBE

les cornes que l'on devine repliées, le sujet qui remplit le cadre avec une Descriptif de la photo belle dynamique sans rien d'autre pour distraire le reRaie manta, Gangehi gard. Le spectateur ressent Lagon, Maldives. instinctivement la grâce Matériel utilisé d'une raie se nourrissant Canon G11, caisson en looping. L'ambiance en Fisheye. clair-obscur est également plaisante. En fait, la seule Le commentaire chose qui manque, c'est de l'expert On aime bien car l'instant l'œil de l'animal qui aurait ajouté un supplément du déclenchement est d'âme à cette image très judicieusement choisi. graphique. L'angle est inhabituel, mais la composition séduit avec La précision la jolie disposition des de l'auteur pectorales, les branchies "Depuis le bateau, nous largement ouvertes, avons vu un groupe de

mantas et sauté à l'eau en PMT. J'ai dérivé un peu et me suis retrouvée seule avec huit raies qui tournaient en profitant pleinement de leur repas. Il y avait un beau contraste entre la luminosité extérieure et les fonds plus obscurs : j’ai profité d’un moment où une raie est remontée vers moi et s’est mise sur le dos pour saisir ce contraste entre la lumière qui éclaire la surface blanche de son corps et le fond marin. J'aime cette photo pour le mouvement des ailes qui me rappellent les bras et les mains d’une danseuse."

Hybrides Olympus PEN

3

e

DAVID PARIS Descriptif de la photo Requin baleine, Maldives. Matériel utilisé Lumix TZ7 et caisson Panasonic. Le commentaire de l'expert Aux innocents les mains pleines. David précise qu'il s'est mis tout récemment à la photo avec un "vieux" Lumix prêté pour l'occasion. Non, il n'y a pas trop de bleu, au contraire. Le requin

semble suspendu dans le vide et cette photo respecte bien l'ambiance ressentie à sa vue. Avec un nez rouge, on dirait presque une peinture de Pascal Lecoq ! L'angle et le cadrage sont bien choisis et le mode panoramique ne fait que renforcer la dynamique. Attention toutefois, sans doute sous le coup de l'émotion, vous avez fait le point en arrière de cet œil qui nous regarde. Le léger flou de bougé dû à une vitesse lente (1/50e) est moins gênant, au contraire.

La précision de l'auteur "Je me suis mis à la photo récemment, lors d'un séjour aux Maldives. On m'a prêté un Lumix dont tout ce que je peux dire c'est qu'il a plus de deux ans. Cette photo a été prise lors d'une plongée extraordinaire : pas moins de cinq requins baleines sur le même spot ! Elle est telle que je l'ai prise sans aucune retouche, mais je trouve que le bleu ressort trop. J'étais pourtant en mode sous-marin avec le filtre rouge. À vous de juger !"

Compact XZ-1

Compacts TG-810/TG-610

www.olympus.fr

PM43_AtelierPhoto_BAF.indd 63

PLONGÉE MAGAZINE \63

30/01/12 14:14


ENQUÊTE

ENQU

PORTFOLIO

CICHLIDÉ EMPEREUR DÉFENDANT SON TERRITOIRE Cette espèce, endémique du lac Tanganyika, est le plus grand cichlidé du monde. Ces derniers sont connus pour leur comportement territorial très développé. Celui-ci, 1 mètre de muscles purs, a été capable de me repousser et de rayer un dôme en verre à 1 000 € pour défendre son aire de nidification. Ce dôme trône désormais en souvenir dans mon salon.

ANGEL FITOR

INTIMITÉ SUBAQUATIQUE Tel un orfèvre, Angel Fitor peaufine ses créations, fruits d'une lente maturation. Il les imagine, choisit les bons matériaux, attend le bon moment, taille et polit soigneusement son œuvre pour mettre en lumière ses multiples facettes. Au final, des images où le graphisme le dispute au documentaire et qui nous permettent d'entrer dans une proximité, une relation quasi charnelle avec les créatures aquatiques. Sans viol, tout en douceur. Texte Daniel Deflorin

A

lors qu'il était encore môme, son grand-père lui montre un masque de plongée : "Tiens. Essaye et regarde." Comme beaucoup, sa vie va en être bouleversée. Sa passion pour l'environnement aquatique ne se tarira jamais et il va trouver dans la photographie le meilleur moyen de l'exprimer dès la fin des années 1980. Après des études de biologie marine et de photographie scientifique, même s'il reconnaît être surtout un autodidacte, il s'établit comme photographe professionnel en 1998. Dès ses débuts, il travaille pour le marché de la presse et de l'édition. Ses images sont diffusées par différentes agences ainsi que par le biais de son site www.seaframes.com. En 2007, il publie en auto-édition son premier livre : "Tanganyika, Africa's Inland Sea". Il en prépare actuellement un nouveau

sur le lac Malawi. Les grands lacs africains sont sa spécialité, comme la Méditerranée toute proche : "À vrai dire, je n'ai presque jamais voyagé ailleurs, admet-il. De toute façon les destinations plongée sont surfréquentées et le marché de ces images est aux mains des amateurs. Ma façon de travailler nécessite beaucoup de temps, de liberté et surtout de tranquillité…" On veut bien le croire, au vu de ces images, ciselées avec talent, où peu de chose est laissée au hasard pour véritablement entrer dans l'intimité des sujets. Son approche est davantage celle d'un artisan que d'un reporter : "En réalité, je ne fais pas de photo sous-marine au sens habituel du terme. Plutôt de la photo animalière classique, mais réalisée sous l'eau. Cela réclame une solide préparation en amont avec, en clé de voûte, une mise en scène préalable, une

documentation complète et le choix des techniques les mieux adaptées, correspondant à ce que je veux raconter. Bien sûr, en plus des contraintes liées à la plongée, il y a les imprévus du milieu naturel. Il faut être prêt à y répondre mais les meilleurs résultats ne s'obtiennent qu'au terme de cette préparation." Proximité, choix de l'instant et de la lumière, cadre rigoureux, les images d'Angel Fitor sont tout autant des documents illustrant la réalité et la vie sociale de ses sujets que des œuvres d'une grande beauté plastique. Artiste ou naturaliste ? "Je ne pourrais analyser mon processus créatif. Je crois que la photographie est le reflet d'une émotion intérieure qui donne à voir ce que l'on ressent au plus profond de soi. En ce sens, elle est comme le vin : le meilleur est celui que vous aimez."

64 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_PortFolio_BAF.indd 64

30/01/12 14:27


ENQUÊTE

ENQU

REQUIN ÉMISSOLE Après avoir découvert une aire d'alimentation nocturne et à faible profondeur de cette espèce, habituellement profonde (du moins en Méditerranée), j'ai anticipé le clair-obscur de sa coloration et soigneusement planifié l'éclairage afin de souligner sa silhouette claire sur fond de nuit. L'image a été récompensée au BBC Wildlife Photographer of the Year. PLONGÉE MAGAZINE \65

PM43_PortFolio_BAF.indd 65

30/01/12 14:27


ENVIRONNEMENT L'opistobranche Petalifera petalifera vit presque exclusivement sur les herbiers de posidonie.

70 \PLONGテ右 MAGAZINE

PM43_Environnement_BAF.indd 70

30/01/12 14:19


ENVIRONNEMENT

POSIDONIE, LA FORÊT DE PANDORE

POSIDONIE LA FORÊT DE PANDORE Dans une mer lointaine perdue dans l'imagination, un groupe de plongeurs se fraie un chemin parmi des arbres gigantesques de plus de 100 mètres de haut dans les entrailles d'une forêt vierge originelle et sous-marine. Les troncs des colosses sont recouverts par une écorce dense et multicolore, composée de milliers d'étranges créatures sessiles de toutes sortes sur lesquelles des centaines d'animaux extravagants aux formes les plus invraisemblables viennent ramper et nager. Texte Angel M. Fitor (trad. E. Rigollet), photos Angel M. Fitor / www.seaframes.com

PLONGÉE MAGAZINE \71

PM43_Environnement_BAF.indd 71

30/01/12 14:19


PRATIQUE PLONGEURS CONFIRMÉS

IL FAUT SE JETER À L'EAU ! Oui, mais pas n’importe comment… et surtout en choisissant parmi les multiples méthodes, celle qui a vos faveurs et qui est la plus adaptée. Au-delà des grands classiques techniques que sont le saut droit et la bascule arrière, il existe d’autres variantes qui ont leurs adeptes. Il faudra également décider du meilleur moment pour s’équiper de son scaphandre : au sec ou dans l’eau ? Autant d’options qui justifient que l’on consacre quelques pages à ce sujet de la mise à l’eau du plongeur. Texte Alain Delmas, photos Daniel Deflorin sauf mention contraire

L

e plongeur est un terrien qui s’immerge. Chaque plongée débute "au sec", sur la terre ferme ou le pont d’un bateau, puis va se concrétiser par la descente vers le fond tant convoité. Entre les deux, un passage obligé : il faut se jeter à l’eau ! La mise à l’eau constitue donc une nécessaire transition entre les contraintes de la vie aérienne et les sensations du milieu aquatique et se caractérise souvent par un rapide trajet aérien sans appui au sol : le saut, suivi de la "chute", si brève soit-elle qu’il faut accepter et contrôler, puis enfin l’entrée dans l’eau qu’il faut gérer. Arriver dans l’eau en vrac peut être source de stress inutile et générer des difficultés qui vont pénaliser le plongeur durant le reste de sa balade. Pour compliquer le tout, il existe de multiples mises à l’eau, avec des techniques et des spécificités qui vont s’adapter aux

différentes plongées et aux diverses configurations d’organisation. Il sera important de faire le bon choix afin de se mettre dans les meilleures dispositions pour profiter pleinement de la plongée.

TOUR D'HORIZON DES MISES À L'EAU Voici une présentation des principales techniques de mise à l’eau avec leurs particularités d’utilisation par le plongeur. 1 À pied et à palmes  Le plongeur pénètre dans l’eau en marchant avec ses palmes à la main. Lorsque l’eau arrive à la taille, il installe ses palmes aux pieds (le scaphandre flottant en surface ou l’épaule de l’équipier peut servir de point d’appui) et s’allonge sur l’eau pour rejoindre le point d’immersion. Réservée au départ de la plage, cette méthode est plutôt douce et progressive par mer calme ; par mer plus formée, une variante consiste à mettre ses

palmes plus tôt et à pénétrer dans l’eau en marche arrière. 2 La descente à l'échelle Toujours assez "terrienne", cette mise à l’eau est rassurante par le contact avec les barreaux, mais délicate avec des palmes au pied, un bloc sur le dos et un bateau qui bouge. Elle permet de rentrer progressivement dans l'eau et peut se décliner soit face à l’échelle (le plus fréquent), soit face à l’eau mais sous réserve que l’échelle ne glisse pas et que le bateau soit stable. Une aide rassurante peut être la bienvenue. 3 Le saut droit  Un grand classique de la formation du plongeur. Placé au bord du bateau ou du quai, le regard vers l’horizon, la main sur le masque, le plongeur amorce un pas en avant puis d’un petit bond, le deuxième pied rejoint le premier pour une entrée du corps jambes tendues, bras collés au corps, "droit comme un i" dans l’eau. Idéal pour les

78 \PLONGÉE MAGAZINE

PM43_Plongeurs-CONFIRME_BAF.indd 78

30/01/12 14:26


Contrôler la "chute" est une étape essentielle.

Jordi Chias

ponts ou les quais hauts sur l'eau, mais un peu impressionnant et assez technique, il a l'inconvénient de faire rentrer brutalement pas mal d'eau dans la combinaison humide. 4 La bascule arrière  Assis le dos vers l’eau, les jambes dans le bateau, le plongeur va basculer en arrière en tenant son masque et en repliant les jambes pour "arrondir" la chute. Parfaite pour le boudin du pneumatique, un peu surprenante mais plutôt douce si la hauteur reste faible, elle nécessite l'acceptation de la chute arrière dans le vide… et la vérification d’absence d’un obstacle en surface ! 5 La bascule avant  Dans la position debout au bord de l’eau identique à celle précédant le saut droit, le plongeur opte pour une chute vers l’avant (sans sauter) en arrondissant son corps de façon à faire rentrer la nuque et le haut du dos en premier dans l’eau. Le départ est

UN MINIMUM DE PRÉPARATION Quelle que soit la méthode choisie pour la mise à l’eau, la préparation sera cruciale pour favoriser la suite de la plongée. Pour l’équipement au sec, la préparation du gilet avec l’ouverture des sangles, la fixation des différents flexibles et accessoires, la vérification des outils utilisés, de l’ouverture des robinets et de la pression de l’air vont précéder et faciliter

le capelage. Une fois sur le dos, le bloc est parfaitement sanglé, tout est mis en place afin que l’immersion puisse être rapide et efficace une fois dans l’eau. Si l’option "équipement dans l’eau" est retenue, la même stratégie de préparation est quand même nécessaire avant de gonfler son bloc et de le jeter à l’eau. Les sangles, notamment, sont dégagées et

préparées à être rapidement utilisées, et tous les flexibles et accessoires vérifiés afin d’éviter d’avoir des surprises désagréables en surface et de faire inutilement poireauter ses équipiers. De même, avant de basculer son bloc par-dessus bord, il faut être prêt à le suivre immédiatement, ce qui induit que palmes, masque et lestage sont déjà en bonne place.

PLONGÉE MAGAZINE \79

PM43_Plongeurs-CONFIRME_BAF.indd 79

31/01/12 11:52


Pascal Kobeh

Olivier Clot-Faybesse

Franco Banfi

DANS NOTRE NUMÉRO SPÉCIAL AVRIL-MAI

GRATUIT

PLONGÉES

NOTRE + SUPPLÉMENT

INSOLITES

MATÉRIEL

i SPÉLÉO INÉDITE EN CHINE iIMMERSIONS VIP EN MÉDITERRANÉE iEXPÉDITION GIVRÉE AU LAC BAÏKAL iSNORKELLING AVEC LES MÉDUSES DE PALAU iMUCK DIVE AU SULAWESI

Et bien d'autres destinations

stupéfiantes !

AVEC TOUTES LES NOUVEAUTÉS 2012

+ NOS RUBRIQUES

HABITUELLES

ÉPAVE, PRATIQUE, MÉDECINE...

EN KIOSQUE FIN MARS PM43_ProchainNumero_BAF.indd 95

31/01/12 10:49


Plongée Magazine n°43 Mars/Avril 2012