Issuu on Google+

L'Orient-Le Jour | Pour Alain Marsaud, les Français de l’étranger ne sont pas assez ent... Page 1 of 1

LIBAN

Pour Alain Marsaud, les Français de l’étranger ne sont pas assez entendus mardi, novembre 22, 2011

Alain Marsaud, candidat UMP, et sa suppléante Fabienne BlineauAbiramia sont entrés en campagne en avril 2011. Natif du Limousin, cet ancien magistrat a par deux fois siégé à l’Assemblée nationale. En 2003, il est élu secrétaire UMP des Français de l’étranger. « Alain Marsaud et moi avons décidé de faire campagne ensemble car son expérience législative et son réseau sont des avantages de taille. Et de plus, il connaît très bien le Liban », explique Fabienne Blineau-Abiramia qui vit Le candidat Alain Marsaud et sa suppléante Fabienne Blineau-Abiramia. ici depuis six ans. « Nous voulons profiter au maximum de la richesse humaine d’une telle circonscription. Notre but est de remettre un peu de vérité sur l’Afrique et le Moyen-Orient. Les Français de l’étranger ne sont pas assez entendus », ajoute-t-elle. L’ancien député et sa suppléante souhaitent mettre les expatriés au cœur du débat. « Nous sommes un véritable binône et nous travaillons main dans la main avec les sénateurs afin d’avoir un maximum de poids », insiste Fabienne Blineau-Abiramia. Le programme de la droite s’articule particulièrement autour du volet social. « Trop de gens pensent que les Français de l’étranger sont des gens riches. Or c’est loin d’être le cas. » Face à la détresse financière de certains expatriés, le candidat UMP insiste sur la nécessité d’avoir une école publique gratuite à l’étranger. La santé est également au cœur du programme. « La Caisse des Français de l’étranger a un coût trop élevé. Nous souhaitons abaisser ce coût afin de permettre un meilleur accès aux soins pour les expatriés », souligne la suppléante UMP. Pour ce qui est de la sécurité des Français établis hors de l’Hexagone, elle explique : « Nous voulons faire évoluer le consulat et faciliter la collaboration avec lui. Surtout au Liban qui constitue encore une zone à risques. Il faut ouvrir les portes de la Résidence des Pins à tous les Français du Liban », ajoute Mme Blineau-Abiramia qui regrette le manque de communication entre Français résidents au pays du Cèdre.

http://www.lorientlejour.com/news/print.php?id=732760

22/11/2011


Pour Alain Marsaud les Français de l'étranger ne sont pas assez entendus