Page 24

Le plan pied : centré sur un personnage, vu de la tête aux pieds, permet de le localiser et d’observer ses mouvements.

0 MéCANISMES D’INTERACTION ENTRE LE RéCIT RACONTé ET LE gRAPHISME

Qu’apporte le dessin au récit ? Comment le graphisme complète-t-il la narration ? Comment les deux interagissent-ils ? Un des caractères essentiels de la bande dessinée est cette complémentarité ; le scénario, la narration, ne peut pas prendre de distance par rapport au dessin. Tous deux doivent répondre à un seul objectif : transmettre le message imaginé par les auteurs.

Pour Dans l’ombre de Charonne, le résultat de cette complémentarité est évident : l’information graphique situe constamment le lecteur et apporte des informations au texte ; et de façon certaine, les textes en off permettent au récit d’avancer tout en apportant des nuances aux témoignages des protagonistes.

Le plan moyen ou plan américain : on voit seule-

ment le buste et la tête des personnages, ce qui permet au lecteur de s’approcher des personnages et mieux voir ses attitudes.

0 RESSOURCES NARRATIVES

Le premier plan : cadre le visage d’un ou plusieurs

protagonistes, pour mieux comprendre ses réactions. Raconter une histoire en vignettes est la base du récit illustré. ' Pour atteindre cet objectif, on utilise plusieurs ressources narratives, ainsi le choix du plan de chaque vignette, principalement :

Le plan général : il sert à situer pour le lecteur un espace concret dans lequel bougent les protagonistes, une vision ouverte d’un paysage ou d’un intérieur. Sa fonction est descriptive, mais il peut aussi être utilisé pour dramatiser l’action. Le tout premier plan ou plan de détail : montre une partie d’un visage ou un objet concret. Ce plan est utilisé pour dramatiser des expressions du visage ou souligner au lecteur un élément déterminé.

24

Dans l'ombre de Charonne - Outils pédagogiques  

Publication de 32 pages

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you