Issuu on Google+

D’une seule voix, le 30 novembre les jeunes seront à Mauléon Le 30 novembre prochain, la plateforme citoyenne Batera organise une manifestation en faveur d’une Collectivité Territoriale à caractère spécifique pour le Pays Basque. Elle se déroulera à Mauléon et aura vocation à faire entendre la voix de tous les basques à Paris.

Une revendication qui fait le consensus Depuis longtemps, la reconnaissance institutionnelle du Pays Basque nord est demandée pour répondre aux besoins et aux problématiques qui lui sont propres. Cette revendication a varié dans les formes (autonomie, département, cadre institutionnel non défini...), toujours dans le sens d’une reconnaissance politique et de la nécessité d’une réponse de proximité aux problématiques locales. Dans le cadre de la réforme de la décentralisation menée par l’état français, en cohérence avec cette revendication, les élus du Pays Basque nord se sont décidés d’une seule voix en faveur d’une Collectivité Territoriale à caractère spécifique. La revendication de cette structure a eu pour effet un consensus historique sans précédents au Pays Basque nord. D’une part, c’est un choix qui a fait l’unanimité dans tout le spectre politique et que le Conseil des Elus a décidé de promouvoir. D’autre part, les divers acteurs socio-économiques de la société civile (Chambre du Commerce et de l’Industrie, Conseil de Développement du Pays Basque...) se sont positionnés en faveur de cette revendication. Le poids et la légitimité que donnent ces divers appuis de la société entière à cette revendication sont donc indéniables.

Mépris et attaques de l’état français Le mépris de l’état français envers les habitants du Pays Basque nord nous est apparu plus d’une fois. Il faut ajouter à ce mépris, les attaques incessantes que subissent les projets populaires menés à bien par la société de ce territoire. Nous avons parmi celles-ci les attaques subies par les Ikastolas et Euskal Herriko Laborantxa Ganbara. Mais les exemples ne manquent pas et nous retrouvons ici les applications inacceptables du mandat d’arrêt européen et l’absence d’implication dans le processus de paix. L’état français a décidé de maintenir cette attitude en ce qui concerne la revendication de la Collectivité Territoriale. La réforme de la décentralisation qui devait se baser sur les apports faits par les élus locaux, a tout simplement tourné le dos aux dires de ceux-ci, en les boycottant au plus haut rang de l’état. En plus de cela, l’état a accru ses attaques ces derniers temps, menaçant le peu d’outils à notre disposition. Nous pouvons voir parmi celles-ci la menace de démantèlement qui plane sur les structures sociales locales (CAF, CPAM), la remise en cause de la structure même des Ikastolas, ou encore la négation du territoire historique du Pays Basque nord qu’implique la nouvelle carte des cantons.


Face à cette réalité, nous revendiquons une Collectivité Territoriale à caractère spécifique pour le Pays Basque nord. Seules les huit compétences comprises par cette structure permettront de répondre localement et de manière efficace aux problématiques de notre territoire, ainsi que de construire le Pays Basque pas à pas. Par ailleurs, nous tenons à souligner que nous faisons nôtres les revendications d’officialité de la langue basque, d’une université de plein exercice à Bayonne et d’une chambre d’agriculture pour le Pays Basque menées par Batera. C’est pour toutes ces raisons que nous, jeunes du Pays Basque, appelons toute la société du Pays Basque à manifester en faveur d’une Collectivité Territoriale, le 30 novembre prochain à Mauléon.

ELB GAZTE

IKASLE ABERTZALEAK

ERNAI ANTOLAKUNDEA

EUSKALDUN GAZTERIA

ATZINA ANTOLAKUNDEA


D'une seule voix, le 30 novembre le jeunes seront à Mauléon