Issuu on Google+


Association pour la Formation Professionnelle au Burkina Faso

Historique : a) L’association Notre association a été fondée en septembre 2003 par Jean-Claude LE NAIR, ancien Président. C’est après un voyage au Burkina Faso et la visite sur place d’un Lycée Professionnel que M. LE NAIR, professeur au L.P. Louis-Jacques Goussier, se fait la réflexion que tout le matériel dit “obsolète” pour les méthodes de production Européennes et Françaises dans nos établissements, pourrait avoir une seconde vie là-bas. Revenu en France, il fonde l’association dans le but d’envoyer de l’équipement dans deux lycées professionnels. En 2004, il propose à 2 classes et des professeurs d’adhérer à l’association. Le projet devient un projet élève et est mené sur 2 ans, durée correspondant à la formation des élèves BEP ME (Métier de l’Électrotechnique) et MPMI (Métier de la Mécanique Productique Informatisée).

b) L’action Sur ces deux ans l’objectif de départ a été mené à terme : - L’envoi d’un camion chargé de matériel par voie maritime à deux lycées professionnels et un dispensaire - Réaliser un voyage pour aller délivrer le matériel en main propre.

1


En septembre 2006, des élèves sont venus trouver deux des anciens professeurs de l’association avec l’envie de “mener une action humanitaire”. Ces derniers, ayant été au Burkina, voulaient faire revivre cet échange humain et accueillirent avec intérêt la proposition des élèves. Le Président étant démissionnaire pour cause de mutation professionnelle, un nouveau bureau a été constitué avec 4 professeurs (Mme FERRE, M. LE QUEAU, Mme RABILLARD et M. ROY), ainsi que de nouvelles adhésions, constituées d’élèves volontaires et bénévoles appartenant à deux classes différentes : BEP ME (Métier de l’Électricité) et BEP CSS (Carrière Sanitaire et Sociale).

Objectifs de l’Association Vers le Burkina Faso : •

Aider l’enseignement professionnel au Burkina Faso, grâce à l’apport de matériel ciblé en fonction d’une demande préalable aux établissements ; ainsi que du matériel scolaire, médical au Collège et dispensaire de Gomboro. Contribuer de ce fait au développement économique et social du pays.

Pour les élèves, les intérêts sont divers : • S’engager dans une association, en être acteur et responsable. • Répondre à leur désir de s’engager dans un projet de coopération internationale et d’aide humanitaire • Être capable de s’organiser et de se responsabiliser. • Utiliser leur énergie à bon escient. • Apprendre à relativiser en voyant plus pauvre que soi, changer de regard sur le monde, et par extension, sur sa personne. • Devenir un citoyen responsable et se sensibiliser à la solidarité. • Découvrir l’univers social et culturel d’un pays étranger radicalement différent du nôtre.

Pour les professeurs, • Nous avons obtenu un appariement avec le Lycée Professionnel de OUAGADOUGOU.

2


Organisation Pratique : Comme expliqué précédemment, il ne s’agit pas d’utiliser le Burkina Faso comme « poubelle » pour se débarrasser du matériel hors d’état de marche. Il ne s’agit pas non plus d’envoyer du matériel afin de faire une bonne œuvre et ainsi s’assurer une bonne conscience morale. Notre action est ciblée. Nous sommes en correspondance avec l’administration des établissements via Internet (quand celuici veut bien fonctionner). Quitte à reconduire notre action, nous avons visé plus haut. L’acheminement du matériel va se faire par conteneur plutôt que par camion. La contenance sera donc plus importante. Nous passons de 6 tonnes à 18 tonnes. L’envoi concerne 6 machines outils, du matériel informatique, des livres et divers documents pédagogiques récupérés dans des lycées et collèges, du matériel varié pour les différents ateliers adapté à leurs sections. Nous avons également sollicité les mairies où habitent les élèves, le Foyer Socio-Éducatif de notre établissement et 70 entreprises privées pour faire des donations sous forme de matériels ou d’aides financières. Tout le matériel envoyé sera en bon état de marche avec les notices de fonctionnement et de branchement.

Notre projet s’inscrit dans la volonté du développement durable à travers “le recyclage” du matériel qui ne correspond plus aux méthodes de production dans notre pays mais qui peut encore avoir une seconde vie au Burkina Faso. Suite à l’obtention de l’appariement avec le Lycée Bruno Buchwieser de la capitale, nous mettons en place un dispositif d’échange avec nos collègues enseignants. Lors de notre rencontre avec eux à Ouagadougou, nous finaliserons les moyens pratiques qui seront mis en place. Notre collaboration portera sur les documents pédagogiques, la comparaison sur nos enseignements, les programmes, les pratiques, les moyens mis à notre disposition et les supports pédagogiques. L’intérêt pour eux serait de venir concrètement voir nos pratiques et nous voulons faire venir une délégation pour que l’échange soit complet.

3


En s’appuyant sur les opérations de l’équipe précédente et les idées nouvelles des élèves, nous avons mis en place toute une série d’actions. Elles ont été choisies en fonction de leur caractère pédagogique et de manière plus réaliste, en fonction de leur rentabilité. La première action est venue des élèves qui ont organisé une vente de produits réalisés par leurs soins : écharpes, bijoux en pâte fimo. Peu lucrative, nous l’avons cependant encouragée pour ne pas freiner leur initiative. Deux repas/spectacles à thèmes ont été organisés au sein de notre établissement où étaient conviés toute la cité scolaire ainsi que familles et amis des élèves. Ce qui a permis de tisser des liens sociaux avec les personnes solidaires de notre action. Un “Tonus” (fête étudiante/lycéenne) totalement organisé par les élèves, qui s’est déroulé dans une discothèque et fut une réussite dans tous les sens du terme. L’organisation de lotos avec prestation extérieure qui demandent aux élèves énormément d’investissement. Préparation de la salle, préparation et organisation du bar (pâtisseries confectionnées par eux-mêmes), accueil des joueurs, vente des cartons de loto, tenue du bar pendant les pauses, assistance de l’organisatrice durant le déroulement du loto, remise en état et nettoyage de la salle.

Mise en place des tables pour un loto.

Confection des sandwichs.

4


Tonus à la discothèque looksor. Plus de 700 personnes grâce à la publicité faite par les élèves hors de leur temps scolaire. Tenue de la billetterie

Ambiance

Repas dans notre établissement avec diverses animations organisées par les élèves : - démonstration école de percu - rock acrobatique - percutions africaines plus haut niveau - soirée dansante

5


Dans le cadre de l’appariement, nos élèves échangent par courrier avec des élèves Burkinabés ; La professeur de Français les aide dans la rédaction de leurs courriers.

Ils participent à l’élaboration des affiches des repas, des affiches et flyers du tonus, et vont sûrement investir la décoration du conteneur … Ceci, sous l’égide du professeur d’Arts Appliqués.

Il va encore falloir trier tout le matériel, le classer, le ranger dans le conteneur. Ce travail sera effectué par les élèves.

Nous aimerions, si nos finances nous le permettent, réaliser un voyage pour à nouveau aller distribuer le matériel sur place.

Les élèves de Carrière Sanitaire et Sociale y auront tout un questionnaire à remplir concernant leur référentiel pédagogique sur la place de la personne âgée, le traitement de l’enfant, les conditions de vie, etc.

Les élèves des Métiers de l’Électricité y assureront le raccordement électrique et le bon fonctionnement des machines dans les divers ateliers. Au retour du voyage, différentes actions sont à nouveau prévues. A savoir : - La réalisation d’un DVD à partir des rushs vidéos réalisés par les élèves sur place. - L’évaluation des travaux des Carrières Sanitaires et Sociales par leurs professeurs de matières professionnelles. - La projection du DVD dans la cité scolaire suivie de débats ouverts aux intéressés. - La mise à jour du site AFPBF. - Une diffusion « bilan » auprès des médias et des partenaires de notre action.

6


BURKINA FASO signifie « LE PAYS DES HOMMES INTÈGRES » Il mérite son nom, notre attachement et notre soutien.

Au niveau du Produit National Brut par habitant,

L’espérance de vie est de 47 ans pour les femmes et de 50 ans pour les hommes,

Il se situe au 141ème rang mondial sur 155 pays.

En France 82 ans pour les femmes et 74 ans pour les hommes

Il est deux fois plus petit que la France avec une population de 14 millions d’habitants.

Ce pays enclavé de l’Afrique de l’Ouest est voisin de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Bénin, du Togo et du Ghana.

Son taux d’urbanisation est de 14.5% contre 72.8% en France. L’eau y est négligeable alors que chez nous, nous bénéficions encore, sans nous en rendre compte, d’un taux de 0.26%.

40 % des enfants sont scolarisés dans le primaire 12.2 % dans l’enseignement secondaire 1.3 % dans l’enseignement supérieur

7


Nous savons de par notre première expérience que ce voyage permettrait une concrétisation de toutes leurs actions menées Oh combien marquante pour les élèves ! En effet, grâce au voyage précédent, nous avons réalisé que les vertus de notre projet n’avaient pas été uniquement de faire une “bonne action”, mais allaient bien au-delà. Nos collègues et les parents nous ont affirmé, avec force, que les élèves n’étaient plus les mêmes depuis leur retour du Burkina. Ils avaient incontestablement mûri et cette action ne les avait pas seulement sensibilisés à une sorte d’entraide mais les avait effectivement mis sur le chemin d’une citoyenneté adulte et responsable. Ce sont les acteurs de demain qui seront propres à enrichir notre région d’un dynamisme et d’une ouverture sur le monde.

M. LE QUEAU Norbert, Président

M. ROY Jimmy, vice-Président

Mme FERRE Hélène, Trésorière

Mme RABILLARD Annette, Secrétaire

8


Livret AFPBF 2006/2008