Issuu on Google+

Cours de Leimorin Version 2.3, Ao没t 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

1

Cours de

LEIMORIN Lur毛 Leimorin枚

Version 2.3, Ao没t 2009


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

2

PREAMBULE Le Leimorin est une langue imaginaire totalement inventée par l’auteur. Dans la même lignée que les langages imaginaires de Tolkien et autres mythologies fantastiques, ce langage s’inspire de divers langues parlées dans notre monde réel mais n’a pas pour but d’être un mode complet d’expression. Ce langage a été élaboré dans la suite logique du Cycle d’Olhyon, écrit par le même auteur, dans le but de s’intégrer à l’histoire racontée. D’autre part, Le Leimorin, attribué aux Elfes, fait parti d’un ensemble de langages plus ou moins élaborés par l’auteur dont l’attribution aux autres peuples reste vague. D’ailleurs, ce langage reste le seul à avoir un didacticiel explicatif suffisamment complet pour pouvoir reproduire des phrases et même des textes complets. Avertissement Toute similitude avec d’autres langues existantes ou imaginaires est strictement involontaire. L’auteur reconnaît s’être inspiré de divers langages mais n’a nullement eut l’intention de s’approprier un langage déjà existant ou de copier simplement des bases de travail dans un plagia dont il n’aurait été l’ayant droit. Il est évident que des ressemblances aux langues de Tolkien composent ce langage au même titre que le finnois compose la base du langage de Tolkien et de celui-ci. En outre, toute pure copie aurait été illogique et incohérente avec toute l’histoire dont il est l’auteur exclusif et dans laquelle ce langage vient se compléter. Histoire qu’il a voulu personnelle comme tout ce qui s’y attache. De la même manière, toute utilisation, copie ou usurpation de ce langage est strictement interdite, et toute information contenue dans le présent didacticiel est protégée par les droits d’auteurs et d’exploitation. Enfin, selon les souhaits de l’auteur, ce présent didacticiel ne peut être vendu ni utilisé autre que par le cercle proche de ce dernier ou des ayants-droit. Toute possession, utilisation ou exploitation de ce didacticiel sans autorisation de l’auteur ou des ayants-droit est strictement interdite. L’auteur ne pourra être tenu responsable des conséquences engendrées par l’utilisation illicite du contenu de ce didacticiel. Remerciement Mes études des langues de Tolkien m’ont été rendues possible grâce à un généreux passionné qui a rendu publique des traductions des études des langages de Tolkien. Certains textes de situation présents dans ce didacticiel sont tirés de ses travaux. Toutefois, seule la base du texte en français a été reprise, et en aucun cas son travail n’a été usurpé par l’auteur de ce présent didacticiel. Simplement, voulant rendre hommage à ce passionné, l’auteur a jugé bon d’utiliser la base française de certains de ses textes afin de les retranscrire dans sa propre langue, le Leimorin. Si l’auteur, ou les ayant droits souhaitaient contester cette décision, l’auteur s’engage à retirer ces textes.


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

3

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION......................................................................................................................................................................... 7
 LEIMORIN ..................................................................................................................................................................................... 7
 HISTOIRE..................................................................................................................................................................................... 7
 ALPHABET ET SONORITES ........................................................................................................................................................... 7
 REGLES DE PRONONCIATION ....................................................................................................................................................... 8
 DU VERBE .................................................................................................................................................................................... 9
 VERBES (INFINITIF) ..................................................................................................................................................................... 9
 Préfixe d’infinitif ................................................................................................................................................................... 9
 Utilisation couplée .................................................................................................................................................................................9
 Utilisation simple ...................................................................................................................................................................................9


VERBES EN ACTION « EN….-ANT » ........................................................................................................................................... 10
 LES VERBES NOMINATIFS EN « S’ » OU « SE… » ....................................................................................................................... 10
 VERBES « EIRH » ET « ENTIRH » (ETRE) .................................................................................................................................... 10
 EXTENSION POLYSEMIQUE DU VERBE FAIRE ............................................................................................................................. 11
 Extension subissante ........................................................................................................................................................... 11
 Extension productrice ......................................................................................................................................................... 11
 Extension verbale ................................................................................................................................................................ 11
 EXTENSION DU VERBE AVOIR ................................................................................................................................................... 12
 EXTENSION DU VERBE PRENDRE ............................................................................................................................................... 12
 Prendre concrètement...........................................................................................................................................................................12
 Prendre abstraitement...........................................................................................................................................................................12


EXTENSION DU VERBE TOMBER ................................................................................................................................................ 13
 Tomber physiquement..........................................................................................................................................................................13
 Tomber abstraitement (subir un état d’être).........................................................................................................................................13


EXTENSION DU VERBE « ALLER » : LIEU / SANTE ...................................................................................................................... 13
 DE LA CONJUGAISON............................................................................................................................................................ 14
 TERMINAISONS POSSESSIVES ET PRONOMS POSSESSIFS ............................................................................................................. 14
 Alternance vocalique........................................................................................................................................................... 14
 Quelques exemples ..............................................................................................................................................................................15


TERMINAISONS TEMPORELLES (EXPRIMER LE TEMPS)............................................................................................................... 15
 Alternances consonantiques (et vocaliques) ....................................................................................................................... 16
 Déclinaison du Verbe LOCARIH (regarder) ...................................................................................................................... 17
 Déclinaison du Verbe SHARH (dormir / endormir)............................................................................................................ 18
 PARTICIPE PASSE ACTIF (AUXILIAIRES « ETRE » ET « AVOIR ») ................................................................................................ 19
 PARTICIPE PASSE PASSIF .......................................................................................................................................................... 19
 L’ACTION : EN TRAIN DE ........................................................................................................................................................... 20
 CAS DU CONDITIONNEL : « SI » ................................................................................................................................................. 20
 Texte de situation .................................................................................................................................................................................20



Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

4

DE LA GRAMMAIRE ............................................................................................................................................................... 21
 LE NOM, GERONDIF .................................................................................................................................................................. 21
 ADVERBES ................................................................................................................................................................................ 21
 ADJECTIFS COMPOSES ............................................................................................................................................................... 21
 ADJECTIFS DE NOMS COMMUNS ................................................................................................................................................ 22
 ADJECTIFS DE VERBES .............................................................................................................................................................. 22
 ADJECTIFS DE VERBES D’ACTION PASSIF ................................................................................................................................... 22
 DEMONSTRATIFS « LE, LA, LES » .............................................................................................................................................. 22
 DEMONSTRATIFS « CET,CES, CECI - CELUI-CELLE…» ............................................................................................................... 22
 DEMONSTRATIFS « UN, UNE »................................................................................................................................................... 23
 MARQUES DU PLURIEL ET QUANTITES ..................................................................................................................................... 23
 Les pluriels .......................................................................................................................................................................... 23
 Pluriel simple .......................................................................................................................................................................................23
 Pluriel Partitif.......................................................................................................................................................................................24
 Duel......................................................................................................................................................................................................24


Les quantités........................................................................................................................................................................ 24
 Beaucoup..............................................................................................................................................................................................24
 Tellement – tant - énormément ............................................................................................................................................................24
 Quantité évoluante ...............................................................................................................................................................................24


NECESSITE ................................................................................................................................................................................ 25
 IMPERATIF - OBLIGATION .......................................................................................................................................................... 25
 IMPERATIF « D’ETRE » ............................................................................................................................................................. 25
 SUGGESTION ............................................................................................................................................................................. 26
 LOCATIF, ABLATIF ET ALLATIF (DANS, EN, DEPUIS, DE…) ........................................................................................................ 26
 Locatif.................................................................................................................................................................................. 26
 Hors de .................................................................................................................................................................................................26


Allatif (vers, en, par…)........................................................................................................................................................ 26
 Ablatif .................................................................................................................................................................................. 26
 HORS DE (ETAT D’ETRE) ........................................................................................................................................................... 27
 PREPOSITION « EN, DANS » (ETAT D’ETRE) ............................................................................................................................... 27
 GENITIF ..................................................................................................................................................................................... 27
 POSSESSIF ................................................................................................................................................................................. 28
 PARTITIF (REALITE INDENOMBRABLE, SOUS-ENTENDU)........................................................................................................... 28
 Cas de réalité indénombrable...............................................................................................................................................................28
 Cas du sous-entendu.............................................................................................................................................................................28


DESCRIPTIF (DIRECT - INDIRECT) .............................................................................................................................................. 29
 Descriptif direct....................................................................................................................................................................................29
 Descriptif indirect ................................................................................................................................................................................29


DE LA PHRASE ......................................................................................................................................................................... 30
 NEGATIONS ............................................................................................................................................................................... 30
 Négation de fait ................................................................................................................................................................... 30
 Négation d’intention : Mots contraires ............................................................................................................................... 30
 ACCORD - DESACCORD ............................................................................................................................................................. 31
 Accord ................................................................................................................................................................................. 31
 Accord de fait.......................................................................................................................................................................................31
 Accord d’intention- volonté .................................................................................................................................................................31


Désaccord............................................................................................................................................................................ 31
 Désaccord de fait..................................................................................................................................................................................31
 Désaccord d’intention - volonté...........................................................................................................................................................31


PRONOMS RELATIFS « QUI - QUE - QUOI » ................................................................................................................................. 31
 LE SOUHAIT .............................................................................................................................................................................. 31
 QUESTION (MOTS INTERROGATEURS) ....................................................................................................................................... 32
 Les mots interrogateurs....................................................................................................................................................... 32
 DES CONJONCTIONS.............................................................................................................................................................. 33
 L’UTILISATION DE « QUE - QUI - DONT» .................................................................................................................................... 33
 SOUS - SUR (SOUS - DESSOUS – DESSUS – LE LONG DE) ............................................................................................................. 33
 Expression de « sous – dessous ».........................................................................................................................................................33
 Expression de « sur – dessus»..............................................................................................................................................................33


VERS LE HAUT - VERS LE BAS .................................................................................................................................................... 34
 CONTRE .................................................................................................................................................................................... 34
 CONTRATIF (OPPOSITION : CONTRE) ......................................................................................................................................... 34



Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

5

DATIF (AU BENEFICE DE QUELQU’UN)....................................................................................................................................... 35
 DEVANT - DERRIERE ................................................................................................................................................................. 35
 COMME - AVEC - SANS .............................................................................................................................................................. 35
 comme..................................................................................................................................................................................................35
 avec ......................................................................................................................................................................................................35
 sans.......................................................................................................................................................................................................35


PAR (MOYEN) ........................................................................................................................................................................... 36
 POUR (BUT)............................................................................................................................................................................... 36
 texte de situation ..................................................................................................................................................................................36


DES EXPRESSIONS DANS LA PHRASE .............................................................................................................................. 37
 « A PARTIR DE »........................................................................................................................................................................ 37
 PREPOSITIONS « DAN » (OU - LIEU) ........................................................................................................................................... 37
 PREPOSITIONS « MON » (ICI - LA).............................................................................................................................................. 37
 VERBES CAUSATIFS (TIRES D’ADJECTIFS) ................................................................................................................................. 37
 Pour exprimer l’amélioration ...............................................................................................................................................................38
 Pour exprimer la dégradation...............................................................................................................................................................38


EMPHASE (EN FAIT)................................................................................................................................................................... 38
 PRONOMS EMPHATIQUES .......................................................................................................................................................... 38
 Singulier ( intérêt personnel : propre – même) ....................................................................................................................................38
 Pluriel (intérêt commun) ......................................................................................................................................................................39


GENERALITE - NEUTRALITE ....................................................................................................................................................... 39
 PREPOSITION « JA » (PRONOM « Y ») ........................................................................................................................................ 39
 EXPRESSION DE « RE-» (DE NOUVEAU - RENOUVEAU) .............................................................................................................. 39
 EXPRESSION DE LA REDONDANCE, REPETITION......................................................................................................................... 39
 EXPRESSION DU TEMPS SIMULTANE .......................................................................................................................................... 39
 EXPRESSION DE LA POSSIBILITE - PROBABILITE ....................................................................................................................... 40


Probabilité (posible que) ......................................................................................................................................................................40
 Forte probabilité (certainement)...........................................................................................................................................................40


EXPRESSION DE « BIEN QUE » ................................................................................................................................................... 40
 POUVOIR, ETRE CAPABLE DE ..................................................................................................................................................... 40
 S’APPRETER A ........................................................................................................................................................................... 41
 LE COMPARATIF ........................................................................................................................................................................ 41
 Comparatif positif ................................................................................................................................................................................41
 Comparatif égalitaire............................................................................................................................................................................41
 Comparatif négatif ...............................................................................................................................................................................41


MAINTENANT ............................................................................................................................................................................ 42
 PHOBIE - FAN (INTERET) ........................................................................................................................................................... 42
 Fort intérêt............................................................................................................................................................................................42
 Phobie...................................................................................................................................................................................................42


DEBUTER (LANCER UNE ACTION).............................................................................................................................................. 42
 TERMINER (FIN D’UNE ACTION) ................................................................................................................................................ 43
 SE DEROULER ............................................................................................................................................................................ 43
 EXPRESSION DE « AVANT »....................................................................................................................................................... 43
 Avant de ...............................................................................................................................................................................................43
 Avant....................................................................................................................................................................................................43
 Avant que .............................................................................................................................................................................................44


EXPRESSION DE « APRES » ....................................................................................................................................................... 44
 Après être .............................................................................................................................................................................................44
 Après ....................................................................................................................................................................................................44
 Après que .............................................................................................................................................................................................44


DES PARTICULARITES .......................................................................................................................................................... 45
 MOTS, EXPRESSIONS PARTICULIER(E)S ..................................................................................................................................... 45
 Idée de lieu de regroupement : monde, ville, cité,…........................................................................................................... 45
 Exprimer l’âge..................................................................................................................................................................... 45
 Utilisation de « ail- » : Descendre, vers le bas ................................................................................................................... 45
 DES NOMS DE FAMILLE........................................................................................................................................................ 47
 Suffixe d’appellation ........................................................................................................................................................... 47
 Suffixe de nom de famille .................................................................................................................................................... 47
 Suffixe de descendance........................................................................................................................................................ 47
 Exemple d’une famille ......................................................................................................................................................... 48
 Nom d’usage de famille....................................................................................................................................................... 48



Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

6

Professions et titres ............................................................................................................................................................. 48
 AIDE RECAPITULATIVE ....................................................................................................................................................... 49
 TABLEAU DES TERMINAISONS ET PREFIXES .............................................................................................................................. 49
 Terminaisons ....................................................................................................................................................................... 49
 préfixes ................................................................................................................................................................................ 50
 TABLEAU DES PREPOSITIONS ET POSTPOSITIONS ...................................................................................................................... 51
 Préposition .......................................................................................................................................................................... 51
 Postposition ......................................................................................................................................................................... 51
 NOMBRES .................................................................................................................................................................................. 52
 AIDE INFORMATIVE .............................................................................................................................................................. 53
 TRADUCTION DES IDEES ............................................................................................................................................................ 53
 LES LIMITES DU LANGAGE ........................................................................................................................................................ 53
 CAS CONCRETS ....................................................................................................................................................................... 54
 MOTS ET EXPRESSIONS UTILES .................................................................................................................................................. 54
 Quand ? ............................................................................................................................................................................... 54
 Salutations et présentations ................................................................................................................................................ 55
 PHRASES USUELLES .................................................................................................................................................................. 55
 QUELQUES TEXTES.................................................................................................................................................................... 56
 Dialogues ............................................................................................................................................................................ 56
 INDEX.......................................................................................................................................................................................... 57



Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

7

INTRODUCTION LEIMORIN Langue supérieure parlée par les Hauts Elfes

HISTOIRE Le Leimorin est le langage Elfique pure, celui que parlent les Elfes entre eux. Il est une évolution de l’Idholrìn adapté à la mélodie du parlé Elfe. Etant la langue la plus élaborée, le Leimorin est un langage plus compliqué que l’Idholrìn. Proche de ce dernier, plusieurs mots sont conservés dans Le Leimorin, ou certains mots subissent une légère variante, mais il ne s’agit que de vocabulaire. La construction grammaticale est différente de l’Idholrìn (qui s’apparente beaucoup plus au Mirùrìn dans sa construction). Le Leimorin est le résultat d’une longue évolution du langage. Issu des premiers sons sortis de la bouche d’Endriel, il fallut des siècles pour aboutir à cette langue mélodieuse et parfois complexe. A force d’écouter sortir des sons, de les répéter et de chercher à les améliorer pour les rendre chaque fois plus mélodieux, les Seigneurs Elfes, poussés par leur recherche de perfection naturelle, sont parvenus à faire évoluer ses divers sons pour aboutir à un langage complet et admiré des autres créatures. Plus qu’un moyen de communication, le langage Elfe est devenu un moyen d’exprimer des sentiments et des sensations de la même façon que la musique, car le Leimorin est une musique à lui tout seul. Lors de moments forts (de douleurs ou de joies intenses), le Leimorin est utilisé comme complainte ou comme bénédiction. On dit que son pouvoir favorise l’évolution des choses.

ALPHABET ET SONORITES En Leimorin il n’existent que 23 lettres permettant de faire environs 43 sonorités. De plus, les sonorités sont plus diversifiées et bien plus différentes qu’en français. Un son semblable à celui de la langue française ne se construira pas forcément avec les mêmes lettres. Cette langue est un amalgame des sonorités de diverses langues modernes et notamment des langues nordiques (comme le finnois).


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

8

REGLES DE PRONONCIATION Voyelles (18) ä a à e ë i o ö ò oa u ü ù j vh

LH w

[â] [a] [ao] [é] [éï] [i] [o] [euo] [o] [oo] [ou] [euou] [eu] [jye] [wu] [u] [ye] [ye] [wou]

b c ch d dh f fh g gh h L m n nh p ph q r rh s sh t th v ss

[ba] [ka] [kya] [da] [za] [fa] [ath] [gua] [ :r] [ha] [La] [ma] [na] [gna] [pa] [pya] [kwa] [ra] [ar :] [sa] [cha] [ta] [fa] [va] [ssa]

Y

Sorte de « a » avalé, grave. Même son que le « a » français Diphtongue « ao » comme dans « House » Le son français « ai » comme dans « maison» Le son « eille » de « abeille » (Diphtongue du « E ») Même prononciation qu’en français Même son français que « eau » dans « bateau » Diphtongue « euo » eu-o Même son français « o » que « botte » ou le « gone » anglais Son « ou » prolongé comme dan le « tool » anglais (voyelle Double) Même son français « ou » que dans hibou Diphtongue « eu-ou » Même son anglais « eu » que dans « bug » Mélange d’un J et d’un Y français : « jye » Sorte de « w » français à terminaison « u » : Darvhin = Darwuine Entre 2 consonnes uniquement, même son français « u » que dans « but ». Entre 1 consonne et 1 voyelle, même son français que « ille » dans « feuille » Même son français que « ille » dans « feuille », utilisé notamment entre 2 voyelles. Sorte de « w » français à terminaison « ou » : Darwin = Darwouine

Consonnes (25) Même son français que « b » dans « bébé » Même son français que « k » dans « koala » ou « qu » dans « barque » Sorte de diphtongue « kye » : Chalinia = Kyalini-a Même son français que « d » dans « dent » Son semblable au « th » anglais dans « this », sorte de « Z » adouci avec langue entre les dents Même son français que « f » dans « fou ». En fin de mot, peut se prononcer « v ». Son semblable au « th » anglais dans « breath » : sorte de « ss » adouci et zozoté Même son français que « gue » dans « bague » Son semblable au « R » anglais dans « road » Le « h » est soufflé comme en finnois. Même son français que « L » dans « loin » Même son français que « m » dans « maison » Même son français que « n » dans « note » Même son français que « gn » dans « montagne » Même son français que « p » dans « papillon » Sorte de diphtongue « pye » : phu = piou Son semblable au « qu » anglais dans « aqua » Son semblable au « r » latin. Il est roulé Son semblable au « ch » allemand dans « bach » ou au « j » espagnol mais en plus doux. Même son français que « s » dans « sable » Même son français que « ch » dans « chenille » Même son français que « t » dans « toi » Semblable au son français « ff » dans « étoffe ». Sorte de long « F » Même son français que « v » dans « voiture » S prolongé avec le bout de la langue derrière les dents

LE « H » (LETTRE DE « DIEU ») = « ce qui donne l’existence » : cette « lettre » permet de rendre prononçable des lettres imprononçables lorsqu’elles sont dites de façon indépendante (comme les voyelles : le « a » seul est imprononçable en Leimorin, on le prononcera donc accompagné du « h » : [ah], sorte de « a » soufflé). Ecrit seul, de façon indépendante, le « H » n’a pas de sens en tant que « lettre » mais en tant que « signification » [LAH], sorte de « LA » soufflé avec un « L » très faiblement prononcé. Dans ce cas là, le « H » prend la signification de « Dieu » (Ce ou Celui qui donne naissance, qui apporte ou permet l’existence). En caractère latin on écrira « Lhah ». Lorsqu’on le rattache à un mot, le « Lhah » lui donne une signification Divine ou « créatrice ». Dans ce cas on écrira –lah. Ex : Sulah (Existence Divine du feu). On retrouve une similitude dans la langue Nasgoths avec le K, représentant « Dieu ». Ainsi le mot Kazhir s’écrira Kzhir avec leur alphabet.


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

9

DU VERBE

VERBES (INFINITIF) A la différence du français, le Leimorin ne comporte que deux groupes. Les verbes terminant par une voyelle et ceux terminant par une consonne. Pour marquer l’infinitif, on utilise : er

1 groupe 2

nd

groupe

irh lorsque les verbes se terminent par une Consonne

Entirh (aller)

rh. lorsque les verbes se terminent par une voyelle

Sharh (dormir)

PREFIXE D’INFINITIF Il arrive parfois que des verbes soient utilisés à l’infinitif dans des phrases. Alors qu’en français, le verbe s’écrit sous sa forme infinitive, le Leimorin change cette forme ou la supprime selon le cas. UTILISATION COUPLEE Lorsque l’infinitif est couplé d’une terminaison (pronom personnel, préfixe,…) la base verbale est conservée, la marque infinitive « rh » ou « irh » est supprimée et la terminaison est ajoutée directement à la BV. Suivie d’une terminaison possessive ou d’un pronom possessif, la base verbale prend l’alternance vocalique « e ». Suivie d’une terminaison temporelle, elle prend un « i ». Ja qanda sunnëo : j’y vais pour voir (et non pas sunnirhëo) Ja qanda sunnelewëo : j’y vais pour te voir (et non pas « sunnirhlewëo ») UTILISATION SIMPLE D’autres fois, l’infinitif est utilisé de façon simple (sans particule ni terminaison), par exemple avec les verbes de perception (voir, sentir) suivi d’une action. Dans ce cas, la base verbale est conservée et la marque de l’infinitif est transformée en « u » si la base verbale se termine par une consonne, et en « s » si elle se termine par une voyelle. Listena eldhien pohtas : j’entends un elfe combattre (et non pas pohtarh) Locara Nalehn hamu : je vois un Humain avoir faim (et non pas hamirh)


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

10

VERBES EN ACTION « EN….-ANT » Les verbes en action se forment avec la base verbale à laquelle on ajoute les terminaisons « –la » ou « –ila » (si le nom termine par une consonne) oldánirh shala (parler en dormant) cùlila ssill Shä’nhan (en trouvant l’élixir de Shä’nhan)

LES VERBES NOMINATIFS EN « S’ » OU « SE… » Les verbes comme « s’étendre, s’abandonner, se laisser, etc… » se forment presque comme en français. Il suffit de placer devant le verbe « n’ ». Devant des verbes commençant par une voyelle ils se prononcent normalement [Ne]. Devant des verbes commençant par une consonne il se prononce [Na]. n’ilemirh [nilémir] (s’étendre). / n’midarh [namidar] (s’abandonner, se laisser aller). En cas de négation, on rattache (en le mettant devant) le préfixe de négation qu’il convient au n’ nin’imidarh (ne pas s’abandonner) / nun’imidarh (ne plus s’abandonner). Une fois conjugué, il sera aisé de traduire la bonne personne : n’ileme (tu t’étends). Toutefois, certaines situations imposent que le verbe soit à l’infinitif. On comprendra, selon le contexte, de quelle personne il s’agit sans avoir à le préciser par un pronom personnel.

VERBES « EIRH » ET « ENTIRH » (ETRE) En français le verbe être peut servir de verbe et d’auxiliaire mais peut aussi avoir plusieurs sens suivant le contexte. En Leimorin, cette distinction se fait par deux verbes distincts. Le premier, « entirh » est utilisé pour décrire l’état d’une situation (le plus souvent géographique). enta limvhanassä (je suis dans ma maison) Le second « eirh » s’utilise pour l’état d’existence et peut être traduit par ‘il existe’, ‘il y a’ ou encore ‘c’est’ (de façon générale).On utilisera alors ei. Le verbe eirh ne s’accorde pas au pluriel, mais il s’accorde aux temps. Le ème passé se dit ‘eiva’ et le futur ‘eira’… On accorde donc eirh à la 3 personne du singulier. Le verbe eirh peut seulement être utilisé pour parler de l’existence des choses. Il ya un nom dérivé de ce verbe, Eih, ceci décrit la création comme telle. Pour exprimer l’idée ’il y a ‘, le Leimorin n’utilise pas le verbe avoir mais le verbe eirh qui se met après le sujet Eldhien ei aldessä (il y a un elfe dans la forêt / il est un elfe dans la forêt) Eldhien eiva aldessä (il y avait un elfe dans la forêt) Pour exprimer l’idée ‘c’est’ (cela est, cette chose là est) on utilisera « ei », invariable. Ei nho (c’est bien) Cela n’est valable que pour les choses (idée) abstraites ou immatérielles. S’il s’agit d’un objet, nous utiliserons « Se » (cf : démonstratif Ceci, cet…) Dans la phrase « ei nho (c’est bien) » le sujet est une idée abstraite. Elle pourrait se traduire par « le fait que cette chose existe est une chose bien, bénéfique ». Enfin, lorsqu’il s’agit de décrire l’état d’une personne ou d’une chose vivante (un animal, un végétal), on conjuguera le verbe selon les règles de conjugaison vues plus loin. Notons que les Elfes, précurseurs de ce langage, considéraient les végétaux, les animaux et les éléments naturels


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

11

(eau, terre, feu, air) comme des êtres vivant. Ainsi un arbre, un rocher, une rivière, seront traités comme une identité personnelle. Eiro nhodhen : c’est (il est) un homme bien Eiron endali : ce sont (ils sont) des arbres Eiro uqa : c’est (il est) un rocher En français, le verbe « être » exprimant un état de personne est souvent utilisé comme auxiliaire couplé d’un adjectif (être content). Hors, le leimorin ne construit pas ces verbes en utilisant un auxiliaire mais en transformant l’adjectif en verbe. Lùdirh : être gentil (lùd = gentil) Voyons, en résumé, que la distinction fait en Leimorin pourrait être rapprochée de celle des verbes « Ser » et « Estar » en espagnol.

EXTENSION POLYSEMIQUE DU VERBE FAIRE En français, le verbe « faire » est très polysémique. En effet, il peut être utilisé dans une multitude de cas pour donner des sens divers et variés (faire un enfant, faire beau (pour le temps), faire peur…). En leimorin, on distinguera trois polysémies : - Lorsque « faire » exprime une action qui fait subir quelque chose ou qui engendre une réaction (extension subissante)  faire peur : on fait subir la peur à quelqu’un, on engendre la peur chez quelqu’un - Lorsque « faire » exprime une action dont on est l’exécutant et le bénéficiant (extension productrice)  faire l’idiot : on fait l’action et nous en sommes le bénéficiaire directe, même si d’autre peuvent aussi bénéficier de l’action avec nous (faire la fête) - Enfin, lorsque faire exprime une action que l’on impose à quelqu’un (extension verbale)

EXTENSION SUBISSANTE l’extension subissante se forme à partir de l’adjectif ou du nom sujet de l’action, que l’on transforme en verbe en ajoutant le prefixe « rh- » ou « rhe- » si la base utilisée commence par une consonne. Rhefaolirh : faire peur (engendrer la peur, faire avoir peur)  Rhefaolena : tu me fais peur Rhetainirh : faire envie (susciter l’envie, donner envie)  Rhetainena : tu me donnes envie

EXTENSION PRODUCTRICE l’extension productrice se forme à partir de l’adjectif ou du nom sujet de l’action, que l’on transforme en verbe en ajoutant le prefix « arh- » ou « arhe- » si la base utilisée commence par une consonne. Arhemestirh : faire la fête (festoyer)  Arhemesta : Je fais la fête Arhelhirh : faire le jour (enjourer)  Arhelhetä : il fait jour

EXTENSION VERBALE Enfin, il y a des cas ou « faire » est utilisé avec des verbes pour exprimer une action concrète que l’on fait subir ou


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

12

que l’on force quelqu’un ou quelque chose à faire (faire mourir, faire payer). Dans ce cas, on utilisera le préfix « erh- » ou « erha- » si le verbe utilisé commence par une consonne, que l’on ajoutera au verbe. Erhadumnirh : faire mourir  Erhadumnalyona : il m’a fait mourir Erhyldarh : faire payer  Erhyldarona : il me fait payer

EXTENSION DU VERBE AVOIR En français, le verbe « avoir» est aussi très polysémique. En effet, il peut être utilisé dans une multitude de cas pour donner des sens divers et variés, servant d’auxiliaire par exemple. En leimorin, on distinguera le verbe avoir lorsqu’il s’agit d’obtenir un objet ou une chose concrète (avoir un cheval), et lorsqu’il s’agit d’obtenir une chose abstraite (avoir peur). Dans le premier cas, lorsqu’il s’agit d’obtenir un objet ou une chose matérielle, on utilisera le verbe « valirh ». Attention toutefois, le verbe avoir n’est pas toujours utilisé comme en français : pour l’âge, on n’utilisera pas le verbe avoir, mais le verbe « umirh » (être agé de) Dans le second cas, et qu’il s’agit donc d’obtenir une chose abstraite ou immatérielle, on transformera le sujet en verbe. Faolirh : avoir peur (être apeuré)  Faola : j’ai peur Hamirh : avoir faim (être affamé)  Hama : j’ai faim Etainirh : avoir envie  Etaina : j’ai envie

EXTENSION DU VERBE PRENDRE En français, le verbe « prendre» a deux significations majeures. Il peut signifier « attraper » de façon physique, grâce à ses mains par exemple, ou bien « attraper » de façon imagée ou abstraite (attraper froid). Le Leimorin fera ses distinctions PRENDRE CONCRETEMENT Pour signifier que l’on prend concrètement quelque chose, on utilisera le verbe «liomirh» Lioma bohd : je prend une pierre PRENDRE ABSTRAITEMENT Pour signifier que l’on prend abstraitement quelque chose, le leimorin utilisera le verbe « letomirh ». Selon le cas, on utilisera la terminaison « -ssë » ou « -essë » que l’on ajoutera au sujet (cf module : préposition « en » état d’être). Letomai orùssë : je prend froid Attention : conjugué au présent, le verbe letomirh se conjugue exclusivement au présent continuel. En effet le leimorin considère que l’on est en train de prendre, que l’action est en train de se dérouler. Lomirh s’utilisera pour :


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

13

- Suivre une direction - Prendre racine, continuer sa croissance - Subir ou obtenir quelque chose (froid , un coup,…)

EXTENSION DU VERBE TOMBER Comme le verbe « prendre », le verbe « tomber » a plusieurs significations en français. En Leimorin, le verbe « tomber » se distinguera de deux façons différentes : TOMBER PHYSIQUEMENT Pour signifier que l’on tombe concrètement de quelque chose, on utilisera le verbe «lantirh» Lanta endawö : je tombe de l’arbre TOMBER ABSTRAITEMENT (SUBIR UN ETAT D’ETRE) Pour signifier que l’on subit un état d’être (tomber malade, tomber en disgrâce), le leimorin utilisera le verbe « lanirh» suivi, comme pour le verbe « prendre » de la terminaison « -ssë » ou « -essë » (marquant l’état d’être). Lanalya mellessë : je suis tombé amoureux (en amour)

EXTENSION DU VERBE « ALLER » : LIEU / SANTE En français, le verbe aller peut avoir plusieurs significations selon le contexte. En leimorin, on utilisera deux termes distincts selon l’idée que l’on veut exprimer : Qandirh : aller vers un lieu Qanda aldejä : je vais vers (dans) la forêt (en direction de la forêt) Mahtirh : aller, se sentir, être pour l’état de santé. Ce verbe est utilisé pour exprimer un « état d’être ou de situation » orà mahte : comment te sens-tu ? orà mahtë : comment ça va (comment se passe la situation) On utilise généralement ce verbe avec les mots « bien » et « mal ». le mot s’attache alors comme un suffixe au verbe. Lorsqu’il s’agit de décrire une situation générale, on utilisera la terminaison –ë Ex : nhomahtë : tout va bien, tout est tranquille / narthmahto : il va mal, il ne va pas très bien


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

14

DE LA CONJUGAISON

TERMINAISONS POSSESSIVES ET PRONOMS POSSESSIFS Même si la possession est une valeur abstraite pour les elfes, il est indéniable qu’elle doit être exprimée pour la compréhension du contexte. En leimorin, l’expression du possessif a donc une valeur explicative, plus qu’une valeur propre. Lorsqu’on dit « Geloan est sur son cheval », le leimorin exprimera plutôt l’idée que l’on parle du cheval « utilisé par Geloan » et non pas « appartenant à Geloan ». Les pronoms possessifs, comme en français, servent à exprimer la personne (ou les personnes) qui est (sont) sujet(s) de la phrase. Les terminaisons possessives sont utilisées lorsque le sujet et l’objet d’une phrase sont des pronoms (Ex : « je TE regarde » : je regarde toi). Elles servent alors à exprimer le sujet et on lui ajoute l’objet en tant que terminaison possessive. TERMINAISONS POSSESSIVES (TP) JE /MOI/MON/ME (e)na TU / TOI/TON/TE -TA (e)le - lu IL/LUI/SON/LEUR/LE – LA/ SA (e)so - su NOUS / NOTRE VOUS POL. VOUS/ VOTRE ILS/ELLES/LEURS/LES SE / SOI* * utilisé avec la 3

ème

(e)nae (e)nei (e)neu (e)noe (e)sa

PRONOMS POSSESSIFS (PP) MIEN ena TIEN loe - lue SIEN - SIENNE soe - sue NÔTRE VÔTRE VÖTRE LEUR

ane ine enu one

personne du singulier et du pluriel pour différencier SE (regarder) et LE/LES (regarder)

ALTERNANCE VOCALIQUE Lorsque que les terminaisons possessives sont ajoutées aux verbes conjugués et que la conjugaison se termine par une consonne, il faut utiliser l’alternance vocalique « i » Lorsqu’elles sont ajoutées à des noms qui se terminent par des consonnes, l’alternance vocalique est « e ». Nota benne : Raccordées à un nom ou un mot, les terminaisons possessives expriment l’idée « d’appartenance » (abstraite). Le cas échéant on utilise les PP. locaranile (nous te regardons) locara orhonele (je regarde ton cheval) Les pronoms possessifs sont placés DEVANT le verbe


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

15

loe locara (je regarde le tien) QUELQUES EXEMPLES Lioma orhonele : je prends ton cheval Irà umo rohnele : quel âge a ton fils ? Eiro nollena : c’est mon ami Eiro dhienenae : c’est notre enfant Ei pohtana : c’est mon combat

TERMINAISONS TEMPORELLES (EXPRIMER LE TEMPS) Le leimorin ne fonctionnant pas de la même façon que le français, exprimera des idées d’une manière différente du français qui utilise certains temps de conjugaison. En effet, comme nous le verrons par la suite, le participe passé, par exemple, peut s’exprimer en leimorin mais n’utilisera pas de temps à part entière comme c’est le cas en français. Pour s’exprimer en leimorin, nous disposons des neuf temps de conjugaison suivant : - le PASSE: comparable au passé simple ou à l’imparfait, il exprime une idée qui a eu lieu dans le passé et qui durait. C’est le passé de narration - le PASSE COMPOSE: Exprime une idée courte qui a eu lieu dans le passé et terminée. C’est le passé d’action - le PRESENT : exprime une idée courte en cours. Une idée éphémère - les TEMPS CONTINUELS : le présent continuel exprime une action qui dure ayant débuté dans le passé et qui continuera dans le futur (je vie) ou, comme tous les autres temps continuels, une idée régulière. (ex : tous les jours je REGARDE la TV) - le FUTUR: Exprime une idée qui aura ou pourra avoir lieu dans le futur. - le CONDITIONNEL s’utilise comme en français, lors d’une condition ou d’une éventualité Pour les exprimer, on utilise les Terminaisons Temporelles.

Passé SINGULIER

PLURIEL

SINGULIER

PLURIEL

JE TU IL/ELLE/NEUTRE NOUS VOUS VOUS POL. ILS / ELLES

(a) va (a) ve (a) vo (a) van (i) (a) ven (i) (a) vin (i) (a) von (i)

JE TU IL/ELLE/NEUTRE NOUS VOUS VOUS POL. ILS / ELLES

Passé Continuel (a) vai (a) vei (a) voi (a) vanie (a) venie (a) vinie (a) vonie

Passé composé (a) lya (a) lyi (a) lyo (r) alye (r) elye (r) ilye (r) olye

Présent

Futur

Conditionnel

(r) a (r) e (r) o (r) an (i) (r) en (i) (r) in (i) (r) on (i)

(r) ar (i) (r) er (i) (r) or (i) (r) are (r) ere (r) ire (r) ore

(r) ita (r) ite (r) ito (r) itan (i) (r) iten (i) (r) itin (i) (r) iton (i)

Présent Continuel (r) ai (r) ei (r) oi (r) aie (r) eie (r) uie (r) oie

Futur Continuel (r) arai (r) erei (r) oroi (r) arie (r) erie (r) irie (r) orie

Conditionnel Continuel (r) itai (r) itei (r) itoi (r) itanie (r) itenie (r) itinie (r) itonie


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

16

ALTERNANCES CONSONANTIQUES (ET VOCALIQUES) Selon la base verbale et la terminaison temporelle utilisées, il est parfois nécessaire de rajouter une alternance (voyelle « A » ou consonne « R ») devant la terminaison temporelle afin de faciliter la prononciation. De même, lorsque l’on doit rajouter une terminaison possessive, il est nécessaire de mettre une alternance vocalique (voyelle « i ») après la terminaison temporelle. PASSE Si Base Verbale = consonne > A (SING. PLUR.) – Si Terminaison Temporelle > I (PLUR.) PASSE COMPOSE Si Base Verbale = consonne > A (SING.) – Si Base Verbale = voyelle > R (PLUR.) PRESENT Si Base Verbale = voyelle > R (SING. PLUR.) – Si Terminaison Temporelle > I (PLUR.) PRESENT CONTINUEL Si Base Verbale = voyelle > R (SING. PLUR.) FUTUR Si Base Verbale = voyelle > R (SING. PLUR.) – Si Terminaison Temporelle > I (SING.) CONDITIONNEL Si Base Verbale = voyelle > R (SING. PLUR.) – Si Terminaison Temporelle > I (PLUR.)

TABLEAU RECAPITULATIF DES ALTERNANCES CONSONANTIQUES A (devant) R (devant) SINGULIER

JE - NEUTRE

Passé Passé composé

PLURIEL

NOUS - ELLES

Passé

Présent Présent continuel Futur Conditionnel Passé composé Présent Présent continuel Futur Conditionnel

I (derrière) Futur

Passé Présent Conditionnel

Ci-dessous un exemple concret d’utilisation de terminaisons temporelles et d’alternances consonantiques avec un er nd verbe du 1 groupe (LORCARIRH) et du 2 groupe (SHARH) TERMINAISONS TEMPORELLES : VERBE LOCARIRH (1 GRP.) Passé Composé Présent ER

Passé Locarava : je regardais Locarave : tu regardais Locaravo : il/elle regardait Locaravan : nous regardions Locaraven : vous regardiez Locaravin : vous regardiez (Mr.) Locaravon : ils regardaient

Conditionnel Locarita : je regardais Locarite : tu regardais Locarito : il/elle regardait Locaritan : nous regardions Locariten : vous regardiez Locaritin : vous regardiez (Mr.) Locariton : ils regardaient

locaralya : j’ai regardé locaralyi : tu as regardé locaralyo : il/elle a regardé Locaralye: nous avons regardé Locarelye : vous avez regardé Locarilye : vous avez regardé Locarolye : ils ont regardé

Passé continuel Locaravai : je regardais Locaravei : tu regardais Locaravoi : il/elle regardait Locaravanie : nous regardions Locaravenie : vous regardiez Locaravinie : vous regardiez Locaravonie : ils regardaient

locara : je regarde locare : tu regardes locaro : il/elle regarde Locaran: nous regardons Locaren : vous regardez Locarin : vous regardez Locaron : ils regardent

Présent continuel locarai : je regarde locarei : tu regardes locaroi : il/elle regarde Locaraie: nous regardons Locareie : vous regardez Locaruie : vous regardez Locaroie : ils regardent

TERMINAISONS TEMPORELLES : VERBE SHARH (2 GRP.) Passé Composé Présent

Futur locarar : je regarderais locarer : tu regarderas locaror : il/elle regardera Locarare: nous regarderons Locarere : vous regarderez Locarire : vous regarderez Locarore : ils regarderont

Futur continuel locararai : je regarderais locarerei : tu regarderas locaroroi : il/elle regardera Locararie: nous regarderons Locarerie : vous regarderez Locaririe : vous regarderez Locarorie : ils regarderont

ND

Passé shava : je dormais shave : tu dormais shavo : il/elle dormait shavan : nous dormions shavėn : vous dormiez shavin : vous dormiez (Mr.) shavon : ils dormaient

Conditionnel sharita : je dormais sharite : tu dormais sharito : il/elle dormait sharitan : nous dormions shariten : vous dormiez sharitin : vous dormiez (Mr.) shariton : ils dormaient

shalya : j‘ai dormis shalyi : tu as dormis shalyo : il/elle a dormis sharalye: nous avons dormis sharelye : vous avez dormis sharilye : vous avez dormi sharolye : ils ont dormis

Passé continuel shavai : j‘ai dormis shavei : tu as dormis shavoi : il/elle a dormis shavanie: nous avons dormis shavenie : vous avez dormis shavinie : vous avez dormi shavonie : ils ont dormis

shara : je dors share : tu dors sharo : il/elle dort sharan: nous dormons sharen : vous dormez sharin : vous dormez sharon : ils dorment

Présent continuel sharai : je dors sharei : tu dors sharoi : il/elle dort sharaie: nous dormons shareie : vous dormez sharuie : vous dormez sharoie : ils dorment

Futur sharar : je dormirais sharer : tu dormiras sharor : il/elle dormira sharare: nous dormirons sharere : vous dormirez sharire : vous dormirez sharore : ils dormiront

Futur continuel shararai : je dormirais sharerei : tu dormiras sharoroi : il/elle dormira shararie: nous dormirons sharerie : vous dormirez sharirie : vous dormirez sharorie : ils dormiront


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

17

Compositions avec les Terminaisons Possessives

DECLINAISON DU VERBE LOCARIH (REGARDER) Ci-dessous, les tableaux des combinaisons possibles avec les terminaisons possessives et temporelles ainsi que les alternances consonantiques et vocaliques, en fonction de temps de conjugaison.

Je Tu Il Nous Vous Vous pol. ils

locarana locarena locarona locaranina locarenina locarinina locaronina

TEMPS + TERMINAISONS TEMPORELLES + TERMINAISONS POSSESSIVES Le / la nous vous Vous, Mr. Présent locarale locaraso locaranae locaranei locaraneu locarele locareso locarenae locarenei x locarole locaroso locaronae locaronei locaroneu locaranile locaraniso locaraninae locaraninei locaranineu x locareniso locareninae locareninei locarenineu x locariniso locarininae locarininei locarinineu locaronile locaroniso locaroninae locaroninei locaronineu

Je Tu Il Nous Vous Vous pol. ils

locaraina locareina locaroina locaraiena locareiena locaruiena locaroiena

locaraile locareile locaroile locaraiele x x locaroiele

locaraiso locareiso locaroiso locaraieso locareieso locaruieso locaroieso

Je Tu Il Nous Vous Vous pol. ils

locaravana locaravena locaravona locaravanina locaravenina locaravinina locaravonina

locaravale locaravele locaravole locaravanile locaravenile x locaravonile

Je Tu Il

locaralyana locaralyina locaralyona

Nous Vous Vous pol. ils

me

te

Les / se locaranoe locarenoe Locaronoe / locarosa locaraninoe locareninoe locarininoe Locaroninoe / locaronisa

Présent Continuel locarainae locarainei locareinae locareinei locaroinae locaroinei locaraienae locaraienei locareienae locareienei locaruienae locaruienei locaroienae locaroienei

locaraineu x locaroineu locaraieneu locareieneu locaruieneu locaroieneu

locarainoe locareinoe Locaroinoe / locaroisa locaraienoe locareienoe locaruienoe Locaroienoe / locaroiesa

locaravaso locaraveso locaravoso locaravaniso locaraveniso locaraviniso locaravoniso

Passé locaravanae locaravenae locaravonae locaravaninae locaraveninae locaravininae locaravoninae

locaravaneu x locaravoneu locaravanineu locaravenineu locaravinineu locaravonineu

locaravanoe locaravenoe Locaravonoe / locaravosa locaravaninoe locaraveninoe locaravininoe Locaravoninoe / locaravonisa

locaralyale locaralyile locaralyole

locaralyaso locaralyiso locaralyoso

Passé Composé locaralyanae locaralyanei locaralyinae locaralyinei locaralyonae locaralyonei

locaralyaneu x locaralyoneu

locaralyena locarelyena locarilyena locarolyena

locaralyele locarelyele x locarolyele

locaralyeso locarelyeso locarilyeso locarolyeso

locaralyenae locarelyenae locarilyenae locarolyenae

locaralyenei locarelyenei locarilyenei locarolyenei

locaralyeneu locarelyeneu locarilyeneu locarolyeneu

locaralyanoe locaralyinoe Locaralyonoe / locaralyosa locaralyenoe locarelyenoe locarilyenoe Locarolyenoe / locarolyesa

Je Tu Il Nous Vous Vous pol. ils

locararina locarerina locarorina locararena locarerena locarirena locarorena

locararile locarerile locarorile locararele locarerele x locarorele

locarariso locareriso locaroriso locarareso locarereso locarireso locaroreso

Futur locararinae locarerinae locarorinae locararenae locarerenae locarirenae locarorenae

locararinei locarerinei locarorinei locararenei locarerenei locarirenei locarorenei

locararineu x locarorineu locarareneu locarereneu locarireneu locaroreneu

locararinoe locarerinoe Locarorinoe / locarorisa locararenoe locarerenoe locarirenoe Locarorenoe / locaroresa

Je Tu Il Nous Vous Vous pol. ils

locaritana locaritena locaritona locaritanina locaritenina locaritinina locaritonina

locaritale locaritele locaritole locaritanile locaritenile x locaritonile

locaritaso locariteso locaritoso locaritaniso locariteniso locaritiniso locaritoniso

Conditionnel locaritanae locaritanei locaritenae locaritenei locaritonae locaritonei locaritaninae locaritaninei locariteninae locariteninei locaritininae locaritininei locaritoninae locaritoninei

locaritaneu x locaritoneu locaritanineu locaritenineu locaritinineu locaritonineu

locaritanoe locaritenoe Locaritonoe / locaritosa locaritaninoe locariteninoe locaritininoe Locaritoninoe / locaritonisa

locaravanei locaravenei locaravonei locaravaninei locaraveninei locaravininei locaravoninei


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

18

DECLINAISON DU VERBE SHARH (DORMIR / ENDORMIR) TEMPS + TERMINAISONS TEMPORELLES + TERMINAISONS POSSESSIVES te Le / la nous vous Vous, Mr. Présent sharale sharaso sharanae sharanei sharaneu sharele shareso sharenae sharenei x sharole sharoso sharonae sharonei sharoneu

me Je Tu Il

sharana sharena sharona

Nous Vous Vous pol. ils

sharanina sharenina sharinina sharonina

sharanile x x sharonile

sharaniso shareniso shariniso sharoniso

sharaninae shareninae sharininae sharoninae

sharaninei shareninei sharininei sharoninei

sharanineu sharenineu sharinineu sharonineu

Je Tu Il

sharaina shareina sharoina

sharaile shareile sharoile

Présent Continuel sharaiso sharainae shareiso shareinae sharoiso sharoinae

sharainei shareinei sharoinei

sharaineu x sharoineu

Nous Vous Vous pol. ils

sharaiena shareiena sharuiena sharoiena

sharaiele x x sharoiele

sharaieso shareieso sharuieso sharoieso

sharaienei shareienei sharuienei sharoienei

sharaieneu shareieneu sharuieneu sharoieneu

Je Tu Il

shavana shavena shavona

shavale shavele shavole

shavaso shaveso shavoso

shavanei shavenei shavonei

shavaneu x shavoneu

Nous Vous Vous pol. ils

shavanina shavenina shavinina shavonina

shavanile x x shavonile

shavaniso shaveniso shaviniso shavoniso

shavaninae shaveninae shavininae shavoninae

shavaninei shaveninei shavininei shavoninei

shavanineu shavenineu shavinineu shavonineu

Passé Composé shalyaso shalyanae shalyiso shalyinae shalyoso shalyonae

shalyanei shalyinei shalyonei

shalyaneu x shalyoneu

sharalyenei sharelyenei sharilyenei sharolyenei

sharalyeneu sharelyeneu sharilyeneu sharolyeneu

Je Tu Il

shalyana shalyina shalyona

shalyale shalyile shalyole

Nous Vous Vous pol. ils

sharalyena sharelyena sharilyena sharolyena

sharalyele x x sharolyele

sharalyeso sharelyeso sharilyeso sharolyeso

sharaienae shareienae sharuienae sharoienae

Passé shavanae shavenae shavonae

sharalyenae sharelyenae sharilyenae sharolyenae

Les / se sharanoe sharenoe Sharonoe / sharosa sharaninoe shareninoe sharininoe Sharoninoe / sharonisa

sharainoe shareinoe Sharoinoe / sharoisa sharaienoe shareienoe sharuienoe Sharoienoe / sharoiesa

shavanoe shavenoe Shavonoe / shavosa shavaninoe shaveninoe shavininoe Shavoninoe / shavonisa

shalyanoe shalyinoe Shalyonoe / shalyosa sharalyenoe sharelyenoe sharilyenoe Sharolyenoe / sharolyesa

Je Tu Il Nous Vous Vous pol. ils

shararina sharerina sharorina shararena sharerena sharirena sharorena

shararile sharerile sharorile shararele x x sharorele

sharariso shareriso sharoriso sharareso sharereso sharireso sharoreso

Futur shararinae sharerinae sharorinae shararenae sharerenae sharirenae sharorenae

shararinei sharerinei sharorinei shararenei sharerenei sharirenei sharorenei

shararineu x sharorineu sharareneu sharereneu sharireneu sharoreneu

shararinoe sharerinoe Sharorinoe / sharorisa shararenoe sharerenoe sharirenoe Sharorenoe / sharoresa

Je Tu Il Nous Vous Vous pol. ils

sharitana sharitena sharitona sharitanina sharitenina sharitinina sharitonina

sharitale sharitele sharitole sharitanile x x sharitonile

sharitaso shariteso sharitoso sharitaniso shariteniso sharitiniso sharitoniso

Conditionnel sharitanae sharitenae sharitonae sharitaninae shariteninae sharitininae sharitoninae

sharitanei sharitenei sharitonei sharitaninei shariteninei sharitininei sharitoninei

sharitaneu x sharitoneu sharitanineu sharitenineu sharitinineu sharitonineu

sharitanoe sharitenoe Sharitonoe / sharitosa sharitaninoe shariteninoe sharitininoe Sharitoninoe / sharitonisa


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

19

PARTICIPE PASSE ACTIF (AUXILIAIRES « ETRE » ET « AVOIR ») En français, il existe deux façons d’utiliser les auxiliaires « être » et « avoir » : - Lorsque qu’ils sont couplés avec un adjectif de nom (gentil) - Lorsqu’ils sont couplés avec un adjectif de verbe (décevant : décevoir) Dans le cas où l’auxiliaire est couplé avec un adjectif de nom, le leimorin transformera l’adjectif en verbe : Lùdirh : être gentil (lùdë : gentillesse) Dans le cas où il est couplé avec un adjectif dérivé d’un verbe, le Leimorin utilisera le participe passé actif, comme en français. Hors, pour former le participe passé actif (je suis déçu), le français utilise l’un des deux auxiliaires. En leimorin, il n’existe pas d’auxiliaire en tant que tel. On ajoutera simplement la préposition « m’ » [ma] avant le verbe qui se conjugue ensuite normalement. m’laethalya (j’ai été déçu)  Passé composé m’laetha (je suis déçu)  Présent m’laethavalà (j’ai été décevant)  Passé composé m’laethalà (je suis décevant)  Présent NB : on accorde donc le verbe en fonction du temps que l’on veut exprimer et non l’auxiliaire, comme c’est le cas en français. Si l’on décompose la formulation : M’laetha : Laetha = je déçois + m’ = être. La conjugaison du verbe « laethirh » (décevoir) permet de savoir à quelle personne la phrase s’exprime. Pour transposer en français, il faudra donc conjuguer être (m’) à cette personne et le verbe au participe passé. M’laetha : je suis déçu Notons qu’en Leimorin, cette formulation n’est pas considérée comme un temps à part entière, puisque le verbe est conjugué à l’un des neuf temps de la conjugaison. Le participe passé actif n’existe donc pas en Leimorin. Enfin, il est possible d’exprimer une négation (ne pas être). Il suffira de rajouter la forme de négation classique « ni » pour donner « nim’ » Nim’laetha : je ne suis pas déçu.

PARTICIPE PASSE PASSIF En français, il existe deux participes passés : - Le participe passé actif, vu plus haut. - Le participe passé passif. Le participe passé passif est un autre adjectif dérivé d’un verbe, mais contrairement au participe passé actif, il décrit l’état d’une chose sur laquelle l’action verbale s’est exercée Exemple : si quelqu’un voit un homme, cet homme est « vu ». Le participe passé passif est formé en Leimorin avec la terminaison –yo . La terminaison est directement ajoutée à la racine verbale. olimyo ! : recherché ! (sous-entendu : avec récompense)


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

20

L’ACTION : EN TRAIN DE Alors que le français demande une composition de mots « lourde » pour exprimer une action en cours, en train de se dérouler, le Leimorin utilise un simple préfixe « ep- » ou « epi- » (si le verbe commence par une consonne). Il suffira ensuite de conjuguer le verbe d’action au temps souhaité. Epiqento lejä (il est en train de venir vers toi) Cela se rapproche de la formulation française « il vient vers toi » à laquelle le Leimorin rajoute « ep » qui permet de comprendre que l’action est en train de se dérouler.

CAS DU CONDITIONNEL : « SI » Lorsqu’il n’y a pas d’introducteur « si », on met le verbe au conditionnel. Mais il arive parfois que l’on souhaite exprimer une condition que l’on introduira par « si » Dans ce cas, le conditionnel entraîne la condition à une action qui en découlera. Par ce principe, le Leimorin accorde au futur le verbe introduisant le conditionnel et tous les suivants au conditionnel. Si le sujet introducteur du conditionnel est un mot ou un nom et qu’un verbe suit dans la même phrase, ce verbe sera alors conjugué au futur. Pour exprimer le conditionnel « si », on utilise le préfixe « il- » ou « ile- » (si le verbe ou le mot auquel il se rattache commence par une consonne) ilidomer idamita : si tu chantes, je jouerais la musique  si tu chanteras, je jouerais de la musique (idomer = futur / idamita = conditionnel) ilelinni diolvore legitan nolelhnoe : si les étoiles brillent, nous suivrons leurs lueurs  si les étoiles brilleront, nous suivrons leurs lueurs (diolvore = futur / legitan = conditionnel) TEXTE DE SITUATION

Tùan limvhajä Nolwen ir Geloan epiqandon ostorhëjä Augarhö, Ithlëcassä. Aldënav driomon (navhida aldë driomon). Endali omlùron ir tauletä. Ja arhorùtä endaliwë. Dùllfehneri lentaron endalianë. Elhë diolvino ri sai ir hiss epilemon. Lennetä tùan ir Nolwen hamo. Locarolàm aldë. Orgoli qonon nòriellanë. Noyli Nolwenö locaron lònorò lomëanä. Nolwen ir Geloan dolonedi ir dhiretä lidon ostorhëjä. Elhë letehlo

Le chemin de la maison (traduction littérale) Nolwen et Geloan sont en train d’aller vers la forteresse d’Augarh au Lac Ith. A travers la forêt ils se promènent (traversant la forêt, ils se promènent). Les arbres sont vieux et larges. Il fait froid sous les arbres. Quelques beaux oiseaux volent parmi les arbres. Le soleil brille au paroxysme, mais le soir et la brume sont en train de se répandre. Long est le chemin, et Nolwen a faim. Elle regarde cepandant la forêt. Les Orcs errent parmi le pays. Les yeux de Nolwen regardent chaque ombre avec concentration. Nolwen et Geloan discutent beaucoup, et à la fin ils arrivent vers la forteresse d’Augarh. Le soleil se couche

Le chemin de la maison (traduction romancée) Nolwen et Geloan se diriegent vers la forteresse d’Augarh au Lac Ith. Ils se promènent à travers la forêt. Les arbres sont vieux et larges. Il fait froid sous les arbres. Quelques beaux oiseaux volent parmi les arbres. Le soleil brille avec éclat, mais le soir et la brume sont en train de venir. Le chemin est long, et Nolwen a faim. Cependant, elle regarde la forêt. Les Orcs errent à travers le pays. Les yeux d’ Nolwen regardent chaque ombre avec acuité. Nolwen et Geloan discutent beaucoup, et à la fin ils arrivent vers la forteresse d’Augarh. Le soleil se couche


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

21

DE LA GRAMMAIRE

LE NOM, GERONDIF Le gérondif est un nom dérivé d’un verbe. Dans ce cas le nom est formé avec la base d’un verbe qui ne fait pas office d’action (ex : jouer / jeu). En leimrorin il se forme la plus part du temps avec la base verbale à laquelle on ajoute « ë ». oallirh (jouer) > oallë (jeu)

ADVERBES Les adverbes en « –ment » (chaudement, tendrement, nombrable, nommable, etc…) se forment avec la particule « vä » Si la base verbale se termine par une consonne, la forme adverbiale devient evä lùdevä (gentiment, tendrement) elùvä (chaudement) numìvä : (nombrable)

ADJECTIFS COMPOSES En Leimorin, les adjectifs s’attachent au sujet comme en Idholrìn, mais dans le sens inverse. L’adjectif est placé en premier. lellavànali (rapides gorgées : lell = rapide, avànali = gorgées). Les adjectifs s’accordent au pluriel : L’accord du pluriel se fait à la fin de la composition. Seul le nom est accordé On ne dit pas : lelliavanali, mais bien : lellavàneli.


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

22

ADJECTIFS DE NOMS COMMUNS Les Adjectifs de Nom Commun, c'est à dire les noms communs devenus adjectifs par intermédiaire d’un suffixe (Bretagne : Breton ; Bible : Biblique ; etc..) se forment avec le nom commun Leimorin + suffixe « -vë » prononcé [veil]. Si la base verbale se termine par une consonne, la forme adverbiale devient « avë ». daban Nalehnavë (La taverne Humaine)

ADJECTIFS DE VERBES Il s’agit de VERBES transformés en adjectif avec le suffixe « -eur » « -euse » (charmeur…) Il suffit de relier le verbe conjugué par « và». Si la BV se termine par une consonne, la forme adverbiale devient « evà »[evao]. eiro lhelpevà : (c’est [il est] un charmeur : lhelpirh = charmer)

ADJECTIFS DE VERBES D’ACTION PASSIF Il s’agit de VERBES d’action utilisés dans un contexte passif et transformés en adjectif avec le suffixe « -ant» (charmant…) Il suffit de relier le verbe conjugué par « là». Si la BV se termine par une consonne, la forme adverbiale devient « elà »[elao]. eiro lhelpelà : il est charmant ei lhelpelà : c’est charmant Ces adjectifs peuvent donc êtres utilisés avec des verbes d’action. ei eila lhelpelà din pendan deiranello : c’est en étant charmant que nous obtenons ce que nous voulons.

DEMONSTRATIFS « LE, LA, LES » Le démonstratif sert à déterminer et spécifier un (ou quelques) sujet(s) en particulier. Il s’exprime à l’aide de la lettre « a » que l’on place avant le sujet. Si le sujet commence par une consonne, on utilisera « at », dans un souci phonétique. Attention, il s’agit bien d’utiliser ce démonstratif lorsque l’on veut spécifier de quoi l’on parle et lorsqu’il s’agit bien de quelque chose en particulier. S’il s’agit d’une généralité, le Leimorin n’utilise pas de démonstratif ni d’article. Enfin, il n’y a pas de pluriel dans ce démonstratif, le pluriel du sujet suffit à faire comprendre de lui-même. a mass : l’épée (celle-ci) / a massi : les épées (celles-ci, en particulier) at enda : l’arbre (celui-ci) / at endali : les arbres (ceux-la en particulier) Nalehni mellon massi (les Humains aiment les épées, en général)

DEMONSTRATIFS « CET,CES, CECI - CELUI-CELLE…» Les pronoms démonstratifs purs sont se (celui-ci / celle-ci) et si (ceux-ci / celles-ci). Le pronom est placé après le nom. On n’utilise « si » que lorsqu’il n’y a pas de sujet pour marquer le pluriel : enda se : cet arbre endali se : ces arbres


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

23

si : ceux-là Nolwenù si : ceux de Nolwen Le pronom démonstratif peut aussi être utilisé comme une entité indépendante, c’est à dire ne déterminant pas un nom mais l’introduisant par l’intermédiaire de « être », en français. Dans ce cas, le Leimorin utilisera le démonstratif « se » que l’on place avant le nom. Se limvha: c’est une maison (Ceci est une maison) Se limvhali: ce sont des maisons Puisqu’il s’agit d’un objet (la maison) nous ne pouvons pas utiliser le verbe « eirh » qui ne se traduit par « cela est » que lorsqu’il s’agit de quelque chose d’abstrait ou d’un élément vivant. (cf : verbes « eirh » et « entirh »). Cela, cette chose Le pronom démonstratif peut aussi être utilisé comme une entité indépendante afin qu’il introduise un verbe. Dans ce cas on place l’entité avant le verbe. Mòn se n’epheso : Cela se situe ici. Celui / celle Pour exprimer l’idée générique de celui ou celle, on place les pronoms démonstratifs devant le verbe. ème On conjugue le verbe à la 3 personne du singulier ou du pluriel en fonction du cas que l’on veut exprimer. Se din idomo : celui qui chante Si din idomon : ceux qui chantent

DEMONSTRATIFS « UN, UNE » Enfin, dans certains cas, il arrive que le démonstratif s’utilise aussi lorsque l’on veut exprimer une idée démonstrative mais abstraite avec « un » ou « une ». Pour marquer cette valeur abstraite, on utilisera « e » ou « et » si le mot qui suit commence par une consonne. A la différence du démonstratif « a », le « e » se place après le sujet qui le concerne lodh e n’domole : Un mot t’arrête lodh et ir yon n’domo : Un mot et le monde s’arrête Ici, cela exprime l’idée que UN mot arrête le monde sans préciser lequel. Ils peut s’agir de n’importe quels mots. Tous les mots et aucun sont concernés au même titre. Dans ce contexte, cela n’est donc pas le nombre qui est déterminant mais bien la nature du mot, donc une valeur abstraite) On peut donc rapprocher ce démonstratif du « a » anglais eiva nvhel e (il était une fois / once upon a time)

MARQUES DU PLURIEL ET QUANTITES LES PLURIELS PLURIEL SIMPLE le pluriel se marque à la fin des mots, auxquels on ajoute la lettre « -i » . Si le mot se termine par une voyelle, la terminaison est complétée par un « l » -li. Cela sert aussi à exprimer une généralité. Exception : Pour le pluriel d’un nom (terminant par « ë ») on utilisera « ëe ». massi : les épées : les épées en général, l’arme en soi. Endali : les arbres, les arbres : en général. Luëe : les choses


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

24

PLURIEL PARTITIF Le pluriel partitif est utilisé pour exprimer une quantité générale ou incertaine (utilisé pour traduire des expressions comme « quelques, certains, une partie de,…). On ajoutera –ri pour les mots se terminant par une voyelle et –eri pour ceux se terminant d’une consonne. Endari : quelques arbres masseri : quelques épées, certaines épées luëri : certaines choses DUEL Comme le nom l’indique, le duel est utilisé pour désigner deux choses, mais seulement si elles forment une paire. C’est peut-être parce qu’elles forment une paire naturelle (comme les deux gants d’un homme) ou peut-être parce qu’elles sont en étroite relation dans l’esprit de l’orateur que le Leimorin veut souligner cette connexion. Le duel est donc utilisé pour tout élément devant aller par paire de façon indissociable. Cependant, si on est en train de parler de n’importe quelles choses par deux mais qui ne forment pas une paire, on utilise lis (deux) en Leimorin au lieu du duel. En français, cela correspond un peu à la différence entre ‘deux chaussettes’ et ‘une paire de chaussettes’ – seule la seconde combinaison les mettraient en relation. Pour les noms se terminant par une voyelle, le duel est habituellement formé en utilisant la terminaison –v. Si un nom se termine par une consonne, une voyelle de connexion est ajoutée. Habituellement il s’agit d’un –e. Toutes les terminaisons duelles (comme en fait toutes les autres terminaisons nominales) sont ajoutées à la racine d’un nom (non pas à la forme nominative si celle-ci diffère). Endav : les deux arbres massev : les deux épées : qui forme une paire d’arme luëv : les deux choses

LES QUANTITES BEAUCOUP Pour marquer la quantité (exprimée en français par beaucoup/ plusieurs/ énormément) on ajoute la terminaison –edi ou -di si le mot se termine par une voyelle. Cette terminaison peut aussi se greffer à des verbes pour exprimer l’importance ou la force du verbe. Même si en français on accorde le sujet au pluriel, ici la terminaison suffit à elle seule à exprimer la quantité, pas besoin de rajouter le pluriel au sujet. massedi (beaucoup d’épées) Endadi (beaucoup d’arbres) Nellaledi (je t’aime beaucoup / énormément / à la folie) TELLEMENT – TANT - ENORMEMENT Pour marquer la quantité tant/ tellement, on ajoute la terminaison –evi ou –vi si le mot se termine par une voyelle. massevi (tant d’épées) Endavi (tant d’arbres) Nellalevi (je t’aime tant !) QUANTITE EVOLUANTE pour exprimer la quantité évoluante (de plus en plus, d’avantage,…) on utilise le mot DHAIN.(+) DHEIN(-) swemena dhain (tu me manques de plus en plus) swemena dhein (tu me manques de moins en moins) Nota benne : Les terminaisons de quantité peuvent se rattacher aux verbes, sauf pour la quantité évoluante.


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

25

NECESSITE Pour exprimer l’idée que quelque chose est nécessaire ou que quelqu’un doit faire quelque chose, on utilise le verbe impersonnel do (il est nécessaire, il faut). Le pronom impersonnel n’apparaît pas dans la phrase : do signifie littéralement « est nécessaire » ou « est utile », mais il ne peut pas avoir de sujet (on ne peut pas construire une pareille expression en français). On accorde le verbe de la phrase en fonction du temps et de la personne concernée. Do enta (il est nécessaire / utile que je parte) On peut aussi exprimer une non-nécessité en ajoutant ninido fàlan (il n’est pas utile que nous ayons peur, nous n’avons pas à avoir peur) Pour exprimer l’idée neutre « cela est nécessaire », on utilisera doe ou nidoe (cela n’est pas nécessaire, utile) « Qenta Leanä ». Nidoe (« Je viens avec toi ! » Cela n’est pas nécessaire)

IMPERATIF - OBLIGATION L’impératif (il faut, on doit) se traduit en Leimorin par « ló ». Lò phente (Il faut que tu partes / tu dois partir / pars !) Pour une généralité comme « il faut partir » on utilise tout simplement l’infinitif Lò phentu (il faut partir) « Lò » exprime l’idée générale à « lui » tout seul. Biensûr, il sera possible d’exprimer une obligation négative (il ne faut pas) en ajoutant la négation classique à « Lò » afin de faire « nilò » Nilò phentu : il ne faut pas partir Parfois, l’impératif et la nécessité se confondent. Notons que l’impératif est une obligation, alors que la nécessité est une utilité importante.

IMPERATIF « D’ETRE » Il y a peu de situations où le contexte ne soit pas suffisant pour que l’on puisse se passer du verbe « être ». Une de ces situations est l’impératif. En leimorin, on utilisera l’introducteur d’impératif « le ». Ici la forme le ! (sois !) est écrite explicitement. Inutile d’accorder car le contexte de la phrase suffit à savoir la (les) personne(s) concernée(s) le clu : Sois gentil ! Soyez gentil ! Soyons gentils ! en fonction de l’interlocuteur et du publique auquel il s’adresse, on comprendra les personnes concernées sans avoir besoin de conjugaison.


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

26

SUGGESTION Alors que le français utilisera la forme impérative pour une suggestion sans introducteur (prend un verre), le leimorin utilisera un introducteur, dans le même principe que l’impératif ou la nécessité. On marque donc une suggestion par « lu ». cela se traduira approximativement par « il est suggéré de ». On pourra utiliser la suggestion à tous les temps en conjuguant le verbe d’action au temps souhaité. Lu liome limpë : prend une boisson (je suggère / il est suggéré que tu prennes une boisson) Lu liomava limpë : l m’était suggéré de prendre une boisson

LOCATIF, ABLATIF ET ALLATIF (DANS, EN, DEPUIS, DE…) LOCATIF Pour exprimer une idée de lieu et de temps (à / au/ dans / en…) on utilise une terminaison d’inflexion de cas. Ceci est appelé le locatif. On rajoute donc –ssä au nom. Pour les noms se terminant par une consonne, on complète à l’aide de –e au singulier et –i au pluriel. Ballarh aldëssä (marcher dans la forêt) lumerh tëhimessä (dormir à la maison) ribhlissä lëcai (aux bords des lacs) HORS DE Il est possible d’exprimer l’idée « hors de » en Leimorin, qui sera l’opposé de « en, dans, à… ». L’utilisation est proche du locatif « en », il suffira de rajouter la terminaison « rä » ou « erä » si le sujet auquel elle se rattache se termine par une consonne. Cela se traduira en fonction du contexte. Alderä : hors de la forêt Lò qanderä : hors de ma vue ! (va hors de) Attention : cela n’est valable que pour les situations physique ou géographique (concrète)

ALLATIF (VERS, EN, PAR…) Pour exprimer une idée de mouvement (vers/ en…) on utilise l’allatif. L’allatif est exprimé par la terminaison « –jä » ou « –ejä » pour les noms terminant par des consonnes. Lëcajä : vers le lac tëhimejä : vers la maison qanda mònejä : je vais par là L’allatif sert à exprimer une idée qui va ou, de façon plus générale, la direction vers laquelle quelqu’un ou quelque chose va.

ABLATIF L’ablatif sert à exprimer l’idée d’origine de quelque chose, la direction de laquelle vient quelque chose ou encore l’origine temporelle ou géographique d’où est issu quelque chose. Dans certains cas, il sera délicat de le distinguer du génitif, mais le génitif exprime une origine volontaire, concrète ou physique quand l’ablatif exprime une origine involontaire ou abstraite. L’ablatif se traduira à peu près par « depuis » ou « venu de ». C’est l’opposé de l’allatif qui exprime une idée de mouvement qui s’éloigne, qui va vers quelque part ou quelque chose, alors que l’ablatif exprime une idée de mouvement qui s’approche , qui vient vers nous mais dont le départ à son origine quelque part ailleurs qu’ici.


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

27

On ajoutera alors la terminaison –ny ou -eny si le nom se termine par une consonne. Qente aldëny (il vient de la forêt : mais il n’est pas issu de la forêt, il n’est pas né d’un arbre. Il y était géographiquement et il se dirige vers un autre endroit) Ei limvha Atorneny : C’est une maison d’Atorn (la maison date de l’époque d’Atorn, vient de l’époque d’Atorn, existe depuis l’époque d’Atorn)

Ei limvha Atornö : c’est une maison d’Atorn (la maison existe depuis que Atorn l’a construite, en est l’investigateur : génitif)

La différence entre l’ablatif et le génitif sera clairement défini dans les exemples suivants : Dànö maatinrà : d’où es-tu originaire, où es-tu né ? Dàneny maatinrà : de quel endroit arrives-tu ?

HORS DE (ETAT D’ETRE) Alors que « hors de » peut servir de locatif (dans une situation concrète), cette préposition peut aussi être utilisée pour un état d’être (il est hors de lui : métaphoriquement). Dans ce cas, on utilisera la terminaison « rë » ou « arë » si la base à laquelle elle se rattache se termine par une consonne. Madorë : il est hors d’état de nuire (il nuit hors, il ne nuit pas)

PREPOSITION « EN, DANS » (ETAT D’ETRE) A ne pas confondre avec le locatif, les préposition « en, dans,… » peuvent signifier un état d’être (souvent utilisé après « tomber » : tomber en disgrâce) ou un destinataire (personne, objet). Dans ce cas, il faudra alors utiliser la terminaison « -ssë » ou « -essë » si le nom auquel la terminaison se rattache se termine par une consonne. Lanalya nillëssë : je suis tombé malade (en maladie) Shimbara lessë : j’ai confiance en toi

GENITIF Proche de l’ablatif, les principales fonctions du génitif en Leimorin sont d’indiquer : - quelque chose qui a son origine à partir d’autre chose - quelque chose qui fait partie de quelque chose d’autre - quelque chose qui est le sujet d’une histoire Il se forme grâce à la terminaison –ö [euo] au singulier et ön [euon] au pluriel. Lorsque la Base se termine par une voyelle (ou un pluriel « i ») il devien –wö [WEUO] LE GENETIF S’ACCORDE ! endaö : d’un arbre endaliön : des arbres, de quelques arbres. A lasse Endawö : la feuille d’un arbre (qui fait partit de cet arbre) Lurë Leimorinö : cours de Leimorin (dont le sujet est le langage Leimorin) Nota benne : On notera qu’on ne dit pas leimorinoh, mais bien leimorin. En effet, la particule « -oh » qui exprime « le langage de » n’est pas utilisée ici car Leimorin est un mot signifiant « langage » en lui-même. Par contre on dirait : Leimorin ei Eldhienoh : le Leimorin est un langage Elfe.


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

28

le génitif est utilisé pour désigner quelque chose qui fait partie d’un tout.

POSSESSIF Le but principal du possessif en Leimorin est d’indiquer que : - quelque chose appartient à quelqu’un - quelque chose est faite à partir d’un certain matériau - quelque chose est caractérisé par quelque autre objet Il se forme grâce à la terminaison -ü [EUOU] qui s’ajoute au sujet. Lorsque la Base se termine par une voyelle (ou un pluriel « i ») il devient –wü [WEUOÙ] mass Geloanü : l’épée de Geloan) mass Geloanü brod Elaonö : l’épée de Geloan (appartenant à, faite (ou forgée) par Elaon) Losqu’il s’agit d’une neutralité appartenant à une personne précise (ex : celui de Nollwen) on rattache tout simplement le sujet à la terminaison sans autre précision. Nollwenü se : celui de Nollwen Pour les possessifs MON/TON/… voir la rubrique « PRONOMS PERSONNELS ET TERMINAISONS POSSESSIVES » On comprendra plus facilement la distinction entre le génitif, l’ablatif et le possessif dans les exemples suivants : A lasseli endawö se : les feuilles de cet arbre (qui font partie de cet arbre, qui lui sont attachées) A lasse endany se : la feuille de cet arbre (qui tombe de l’arbre, donc vient de lui dans un mouvement) A lasseli endawü se : les feuilles de cet arbre (qui sont par terre et qui appartiennent à cet arbre)

PARTITIF (REALITE INDENOMBRABLE,

SOUS-ENTENDU)

L'article partitif est un article indéfini employé devant un nom désignant une réalité indénombrable (Il boit du lait), ou désignant une chose abstraite (Vous avez du courage pour agir ainsi). En français, le partitif est marqué par « de, de l’, de la ». En leimorin, le partitif sera aussi utilisé devant un verbe (enchanté de vous rencontrer). CAS DE REALITE INDENOMBRABLE Il pourra aussi exprimer une généralité inqualifiable ou abstraite (il fait beau, il ne peut y en avoir qu’un) Le partitif se marque à l’aide de la terminaison –tä que l’on rajoute au nom ou au verbe (infinitif ou conjugué). Si le nom ou le verbe se termine par une consonne, on utilisera alors –etä. Si le verbe doit être utilisé à l’infinitif, on rajoute le partitif (ou la pronom possessif suivi du partitif) à la base verbale, en retirant la marque de l’infinitif « -rh » (ou « -irh »). Attention : Un verbe ne peut être conjugué s’il est au partitif ! ème Lorsqu’il s’agit d’une généralité (il fait beau) on ne conjuguera donc pas à la 3 personne du singulier mais on mettra directement le partitif à la base verbale. Yanolvu tiedeneitä : Enchanté de vous rencontrer (et non pas tiedirhneitä) Tulunetä wedùll sidai : il fait beau aujourd’hui CAS DU SOUS-ENTENDU Le leimorin utilise aussi le partitif lors de sous-entendu (il est grand : il est de grande taille) alors qu’en français, il est impossible de marquer cette distinction. Ainsi, le partitif permet de faire comprendre à l’interlocuteur qu’il y a un sous entendu évident mais que l’on ne précise donc pas. Si le sous-entendu est précisé, le partitif n’est alors pas marqué. Enda eiro nhotä : l’arbre est large (sous-entendu : de large taille)


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

29

Enda eiro nahnëtaul : l’arbre est de large taille. Néanmoins, selon le contexte, même si cette forme est grammaticalement correcte, elle sera peut utilisée. On la retrouvera surtout dans un contexte descriptif direct (cf descriptif, plus bas). En effet, le partitif permettant d’exprimer le sous-entendu et la réalité indénombrable, il ne sera pas toujours nécessaire d’utiliser les verbes introducteurs (ici : eirh) et il ne sera pas toujours possible d’utiliser la forme d’adjectif composé (lellavàna : rapide gorgée). Par exemple, lorsque les deux cas sont réunis en une même phrase et qu’il s’agit d’un contexte descriptif indirect avec sous-entendu, on supprimera le verbe introducteur. Dans ce cas, on placera alors le sujet en dernier. nhotä enda : l’arbre large (sous-entendu : est de large taille : descriptif indirect, dans une longue phrase) Aussi, pour un même sens de phrase, il sera possible, selon le cas, d’utiliser le partitif en présence d’une précision (cas de réalité indénombrable) et/ou en tant que sous-entendu. Dans l’exemple suivant, les deux propositions ont le même sens. La première aura une utilité plus narrative, la seconde, une utilité plus orale. Dans ce cas, le partitif est placé après Enda nahnëtauletä : l’arbre de large taille nhotä enda : l’arbre large (sous-entendu : de large taille) Enfin, le partitif sera souvent utilisé en Leimorin dans des cas de généralités ou de situations abstraites etc… Il a donc une fonction beaucoup plus large qu’en français. Nous verrons divers cas qui appellent au partitif dans la suite de ce didacticiel.

DESCRIPTIF (DIRECT - INDIRECT) Le descriptif s’utilise de différentes façons, en leimorin, suivant qu’il s’agisse d’un descriptif direct, ou d’un descriptif indirecte. DESCRIPTIF DIRECT Lorsqu’il s’agit d’une phrase courte dont le but principal est de décrire un objet, une personne, une situation, on utilisera le descriptif direct. Il se forme à l’aide d’un nom ou adjectif, d’un sujet et d’un verbe selon l’ordre suivant :  Sujet

+ verbe + adjectif ou  verbe + (adjectif+nom) Tùan ei lenn : le chemin est long (descriptif direct) Ei lenntùan : c’est un long chemin (descriptif direct)

Néanmoins, il arrivera qu’on privilégie le partitif à la forme directe, dans un souci d’éloquence. Lennetä tùan : le chemin est long (descriptif direct) DESCRIPTIF INDIRECT Lorsqu’il s’agit d’une phrase longue dont le but descriptif est plus large, servant plutôt de précision supplémentaire que d’élément principal à la phrase, on utilisera le descriptif indirect. Il se forme à l’aide d’un nom ou adjectif au partitif, d’un sujet et d’un verbe selon l’ordre suivant :  (Adjectif+partitif)

+ sujet + verbe

Lennetä tùan qandëo Valmajä: le chemin est long pour aller à Valma


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

30

DE LA PHRASE

NEGATIONS En Leimorin, on distingue la négation d’intention de la négation de fait. La négation d’intention est utilisée pour les mots contraires (cf plus bas) ou pour exprimer une idée de privation. On pourrait traduire par « priver de », « soustraire à »... La négation de fait est utilisée pour quelque chose qui ne peut être évité, changé ou ignoré, contre laquelle on ne peut rien.

NEGATION DE FAIT La négation de fait s’exprime par le suffixe « ni-» ou « n- » si le mot commence par une voyelle. ninumievä (innombrable : dans l’idée qu’il est impossible de chiffrer car on manque d’élément) Le préfixe « nu-… » servira à exprimer l’idée NE PLUS, PLUS Nunellale (je ne t’aime plus)

NEGATION D’INTENTION : MOTS CONTRAIRES Pour la négation d’intention on utilise le suffixe le- ou « l- » si le mot commence par une voyelle. On l’utilise aussi pour créer des mots ou verbe contraires Leshaë : réveil > shaë : sommeil Lesharh : réveiller > sharh : dormir M’lenello : il est privé d’amour, mal aimé Lenumievä (inombrable : dans l’idée que c’est tellement important qu’on ne se donne pas la peine de le faire : refus d’intention) Lolimirh : ne pas avoir l’intention d’acheter


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

31

ACCORD - DESACCORD ACCORD En français, l’accord et le désaccord ont une seule expression. Cela n’est pas le cas en Leimorin. L’accord et le désaccord s’expriment de deux façon en fonction de s’il s’agit d’une intention ou d’un fait. ACCORD DE FAIT Pour l’accord à un fait on utilisera : melh Geloan magaverà ? Melh (Geloan a-t-il mangé ? Oui ! c’est un fait) ACCORD D’INTENTION- VOLONTE Pour l’accord d’une intention : malh Geloan qenterirà ? Malh ! (Geloan viendra-til ? Oui il a l’intention de venir) Exprimé seul à la suite d’une information ou affirmation dite par un interlocteur, cela prend le sens de « je te l’accorde, certes » Eldhien se eiro nhan. Melh / malh : cet Elfe est grand. J’acquiesce (c’est un fait indéniable) / je te l’accorde (j’ai la volonté d’être de ton avis)

DESACCORD DESACCORD DE FAIT Pour le désaccord à un fait on utilisera : velh Geloan magaverà ? Velh (Geloan a-t-il mangé ? Non ! c’est un fait) DESACCORD D’INTENTION - VOLONTE Pour le désaccord d’une intention : valh Geloan qenterirà ? Valh ! (Geloan viendra-til ? a-t-il l’intention de venir ? Non ! il n’en a pas l’intention)

PRONOMS RELATIFS « QUI - QUE - QUOI » Les pronoms relatifs français « qui/que » se traduisent par un seul et même mot : din, prononcé [dine] lorsqu’il sont utilisés de façon indépendante. Il sert à exprimer la neutralité : Din entello (Qui que tu sois) : ici « que » renvois à l’antécédent, « qui » est neutralité) Corerà din eiro : sais-tu qui c’est (qui il est) ? Corerà din ei : sais-tu ce que c’est ? Selon le contexte, on comprendra s’il s’agit de QUI, de QUE ou de QUOI.

LE SOUHAIT Pour exprimer un souhait en Leimorin, lai est habituellement mit devant une phrase ordinaire pour exprimer que ceci est quelque chose de désiré. lai peut être traduit grosso modo par « pourvu que », mais dans une traduction moins littérale, ceci peut aussi être traduit par « espérons » ou quelque chose de similaire. L’utilisation en connexion avec le futur est la plus commune et la plus logique : Lai lamarorenei ! (Puissent-il vous protéger)


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

32

On accorde le verbe sujet et non pas le mot qui exprime le souhait. Lai sunnariso (j’aimerais le voir / j’espère que je le verrais) Lai s’utilise aussi pour exprimer la possibilité selon le contexte (=>peut-être). Lai cùlurer Valimar ! (peut-être trouveras-tu Valimar ! ici : espérons que tu trouves,je te le souhaite…) Dans ce cas, on accorde le temps mais UNIQUEMENT dans le contexte « peut-être » Lai vale orhon (peut-être y a t il un cheval) Notons que cette forme est très rarement utilisée, on utilisera plus fréquemment la possibilité « moi ». Lorsque le souhait ne requiert pas l’utilisation d’un verbe, on utilisera simplement « lai » avec le sujet. Le contexte permettra de comprendre le pronom personnel concerné. Lai se : nous le souhaitons, je le souhaite (je souhaite cela) Lai nellëso : je souhaite son amitié (nous souhaitons, vous souhaites etc… selon le contexte)

QUESTION (MOTS INTERROGATEURS) A la différence du français, la ponctuation est peu présente, voire inexistante en Leimorin. Il est donc impossible d’utiliser le point d’interrogation pour exprimer une question. Le Leimorin utilise donc un mot particulier pour exprimer l’interrogation dans une phrase. Pour poser une question, il suffit de rajouter la terminaison « rà » à la fin du mot (nom ou verbe) interrogatif. Le mot « arà », il prend la signification du mot indépendant : Pourquoi. Il se place alors devant. Bien sûr, l’intonation de la voix permet de nous guider dans l’interprétation et le sens de la phrase. Il est possible d’utiliser aussi l’interrogateur « comment » pour demander un moyen. Dans ce cas on utilisera le mot « orà » placé en début de phrase. De même pour demander une quantité, on utilisera « irà » (combien) Enfin, lorsqu’ils sont utilisés en interrogateur, qui et quand deviennent des interrogateurs à part entière Qui, que, quoi : dinrà Quand : dunrà

LES MOTS INTERROGATEURS arà + « … » orà + « … » « … » rà Irà + « … » Dinrà + « … » Dunrà + « … »

Pourquoi Comment « ? » (interrogation) Combien qui / qu’est ce/ que Quand

Arà ente limvhanessä: Pourquoi es-tu dans ma maison ? Orà ente limvhanessä : Comment es-tu rentré dans ma maison ? Enterà limvhanassä : Es-tu dans ma maison ? Irà orhon deire : combien de chevaux veux-tu ? dinrà ente : qui es-tu ? dunrà qente : Quand viendras-tu ? (au présent en Leimorin)


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

33

DES CONJONCTIONS

L’UTILISATION DE « QUE - QUI - DONT» Selon le contexte, il arrive que l’on ait besoin de renvoyer un sujet à son antécédent. En français, cela se fait par « que » ou « qui ». En Leimorin, l’utilisation du « QUE » se fait par un suffixe. On ajoute –llo (ou –ello si précédé d’une consonne). Il sert à renvoyer à son antécédent. Cette terminaison s’ajoute après la conjugaison en fin de mot. Eiro orhon lafhalyenallo : c’est le cheval que tu m’as donné Dhieni shaonello : Les enfants qui dorment Eiro noll dolavarello C’est l’ami dont je t’ai parlé (dont je te parlais) Eiro dhen mòn ephesollo : c’est l’homme qui est là (se situe ici) On l’utilise aussi pour une question : Eillorà ? (Qu’est-ce que c’est ?)

SOUS - SUR (SOUS - DESSOUS – DESSUS – LE LONG DE) EXPRESSION DE « SOUS – DESSOUS » On distinguera deux manières de traduire « sous ». En effet le Leimorin distinguera ce qui se situe juste dessous quelques chose (en contact ou proche du contact avec l’élément : sous le lit) et ce qui se situe sous quelque chose de façon plus abstraite (sous le soleil, la lumière) Pour exprimer l’idée de « desous » (en contact) on utilise la terminaison « –we ». Endawe : sous un arbre (pour des racines) Pour exprimer l’idée de « sous » (abstrait) on utilise la terminaison « –wë ». Endawë : sous un arbre (à l’abri de son feuillage) EXPRESSION DE « SUR – DESSUS» Le leimorin distinguera trois façons d’exprimer l’idée « sur » suivant sa signification dans le contexte. En effet, suivant le contexte, le français utilisera « sur » pour exprimer « dessus, au dessus de » ou « le long de ».


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

34

Pour exprimer l’idée « sur quelque chose » (physiquement ou matériellement) on utilise la terminaison « -wa » tuànwa : sur le chemin orhonwa : sur le cheval Pour exprimer l’idée « au-dessus de quelque chose » (immatériellement) on utilise la terminaison « -wä » Elhë diolvo tuànwä : le soleil brille sur le chemin (dessus, par dessus, au –dessus) Pour exprimer l’idée « le long de quelque chose » on utilise un mot tout fait que l’on placera devant le sujet. On placera « qila» avant le sujet. Qanda qila tuàn : je vais sur le chemin (le long du chemin)

VERS LE HAUT - VERS LE BAS En français, il n’y a pas de conjonctions qui ont pour but d’exprimer l’idée « vers le haut » ou « vers le bas ». En revanche, l’anglais dispose de « up » et « down » qui peuvent, couplés à des mot ou verbes, exprimer une idée d’amélioration ou de dégradation. Le Leimorin dispose de conjonctions semblables. Rajoutées à une base verbale, ces conjonctions servent à exprimer l’amplification positive ou négative du verbe de base. A la différence de l’anglais, ces conjonctions sont jointes au nom ou au verbe, et sont placées en préfixe. Couplées à un verbe, elles expriment souvent un mouvement (monter, aller vers le haut, lever, baisser). Couplées à un nom, elles expriment souvent un embellissement ou une amélioration. Mais cela est très rarement utilisé, voir jamais, dans la mesure ou le Leimorin dispose des verbes causatifs permettant d’exprimer une évolution (cf : verbes causatifs, tirés d’adjectifs). Pour exprimer l’idée de « vers le haut » on utilise le préfixe « eil-» ou « eile- » si la base utilisée commence par une consonne. Eilumirh : grandir, vieillir (monter en âge)  Eilumalyo : il a vieilli Eilentirh : lever (mettre vers le haut)  Eilentalyo : il a levé Pour exprimer son opposé « vers le bas » on utilise le préfixe « ail-» ou « aile- » si la base utilisée commence par une consonne. Ailumirh : descendre en âge (rajeunir)  Ailumalyo : il a rajeuni Ailentirh : baisser (mettre vers le bas)  Ailentalyo eimi : il a baissé les mains

CONTRE Pour exprimer l’idée « contre » (appuyé contre un rocher, contre un mur) on utilisera « -da » ou « -ida » uqada (contre un rocher)

CONTRATIF (OPPOSITION : CONTRE) Le contratif est l’opposé du datif (que nous verrons plus bas). Il sert à exprimer l’idée d’une opposition à quelqu’un ou quelque chose. IL se traduit approximativement par « contre quelqu’un ou quelque chose » « opposé à quelqu’un ou quelque chose ».


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

35

Lorsque l’accusatif de l’action est singulier on ajoutera –mä ou –emä si le nom se termine par une consonne. Le e sera remplacé par le i si le nom est pluriel ‘-imä’. Lorsque l’accusatif est un groupe ou un groupement, le datif s’exprimera par –mu , -emu. Enfin, si l’accusatif est une paire (duel) on utilisera –mun , -emun Eldhienemä : Contre un elfe Nvelhàmu : Contre la communauté Eldhienemun : contre 2 elfes

DATIF (AU BENEFICE DE QUELQU’UN) Le datif n’a pas de traduction française. Il a pour but d’exprimer l’idée du bénéfice de quelque chose pour quelqu’un ou quelque chose (une cause par exemple). Cela vient du verbe « donner » (d’où datif est issu du latin) Il correspondrait donc approximativement à « pour quelqu’un, quelque chose », « au bénéfice de », « dans l’intérêt de », « à destination de quelqu’un »…(je me bats pour le roi) Lorsque le bénéficiaire de l’action est singulier on ajoutera –llä ou –ellä si le nom se termine par une consonne. Le e sera remplacé par le i si le nom est pluriel « -illä ». Lorsque le bénéficiaire est un groupe ou un groupement, le datif s’exprimera par –llu , -ellu. Enfin, si le bénéficiaire est une paire (duel) on utilisera –llun , -ellun limvhallä : pour une maison limvhallu : pour nos maisons orhonellun : pour les 2 chevaux

DEVANT - DERRIERE Pour exprimer l’idée de « devant » on utilise la terminaison « –well ». endawell (devant un arbre) Pour exprimer son opposé « derrière » on utilise la terminaison « -wall » tuànwall (derrière le chemin)

COMME - AVEC - SANS COMME

La préposition « comme » se traduit par la terminaison –allë que l’on rajoute au sujet. il est rapide comme le vent : drao llelval vehnallë. (on notera ici qu’il ne s’agit pas d’une comparaison d’égalité, mais bien d’un élément de référence qui permet de se faire une idée sur la vélocité du sujet. Cela se traduirait donc « il est rapide, comme peut l’être le vent » et non pas « il est autant rapide que le vent, il va à la même vitesse ». Dans ce cas il faudrait utiliser le comparatif d’égalité)

AVEC

La préposition « avec » se traduit par la terminaison « –nä » ou « –anä » mira orhonnanä (Je pars avec mon cheval) SANS

La préposition « sans » se traduit par la terminaison« –në » ou « –enë ». mira orhonnanë (Je pars sans mon cheval)


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

36

PAR (MOYEN) Lorsque « par » n’exprime pas une idée d’origine (forgée par Geloan), il s’agit alors d’exprimer un moyen utilisé permettant la réalisation de quelque chose. Cela se traduit environ « par tel moyen », « en utilisant telle chose, tel moyen », « au moyen de tel ustensile, tel procédé »… Comme pour beaucoup d’utilités en Leimorin, on marquera la préposition « par » en utilisant une terminaison qui sera « -ëa » ou « -wëa » si la base se termine par une consonne, rattachée au sujet. lùrawëa : par la voix (en utilisant le moyen de la voix)

POUR (BUT) Lorsque « pour » n’exprime pas une destination (pour le roi) et qu’il ne s’agit donc pas du datif vu plus haut, il s’agira alors d’exprimer un but. Cela se traduit environ « dans le but de ». Là encore, le leimorin utilisera une terminaison à rattacher au sujet. La préposition « pour » s’exprime par la terminaison « -ëo » ou « -wëo » si la base se termine par une consonne: Entirhwëo sharh : pour aller dormir (dans le but d’aller dormir) On comprendra bien la différence entre les deux utilisations de « pour » dans cet exemple : Ei lellä din qenta, madirhlewëo : c’est pour toi que je viens, pour t’aider

TEXTE DE SITUATION

Miretä Ohta Miretä ohta. N’dùnavan Nasgothemu fephanavaninaello. Lo liomavan meeri dholenaewëo ir do se oretä pohtawëa. Eilentava orhonenawa ir phentava nvelhànanä. Qandila tùanwa licùlëo nòss nvelhà ir leinumëo sunnavan dhenumn endada. Pohta motä miravo…

La Guerre commence La guerre était déclarée. Nous nous battions contre les Nasgoths qui nous persécutaient. Il fallait prendre les armes pour nous défendre et cela devait passer par un combat. Je montai sur mon cheval et je parti avec mon groupe. Allant sur le chemin, pour rejoindre un autre groupe et augmenter notre nombre, nous vîmes un cadavre contre un arbre. Le combat allait commencer.


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

37

DES EXPRESSIONS DANS LA PHRASE

« A PARTIR DE » L’expression « à partir de, au commencement, au début de, au départ de » se traduit par l’expression toute faite « liretä ». Il se placera toujours après le sujet si liretä : à partir de maintenant adai liretä : à partir de demain Le mot « liretä » est en fait un partitif invariable.

PREPOSITIONS « DAN » (OU - LIEU) Pour exprimer le lieu « où » en français, on utilisera le mot « dàn » en leimorin qui se place logiquement devant le sujet Dànrà ente : où es-tu ? Qanda dàn deira : je vais où je veux

PREPOSITIONS « MON » (ICI - LA) « Mòn » : Cette préposition à une double signification : ici et là. Elle se placera toujours avant le sujet ou le verbe. arà mòn ente. Pourquoi es-tu là / ici ? mòn limvha n’epheso : la maison est là (ici se situe la maison)

VERBES CAUSATIFS (TIRES D’ADJECTIFS) En Leimorin, il y a une manière particulière d’exprimer « transformer en, rendre en, faire évoluer ou changer quelque chose ». En effet, il arrive que l’on ait besoin d’exprimer le fait que quelque chose ou quelqu’un a été transformé ou à évolué de quelque chose. En français, cela se traduit le plus souvent par le préfixe en- (embellir, enrichir) le verbe causatif


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

38

peut aussi exprimer une évolution causée par une action (rendre une épée tranchante). En leimorin cela reviendrait à dire « entranchanter » ce qui n’existe pas en français bien entendu. On distingue deux évolutions possibles : une évolution positive (amélioration), et une évolution négative (dégradation). POUR EXPRIMER L’AMELIORATION Les verbes causatifs se forment à partir d’un adjectif que l’on transforme en verbe en lui rajoutant la terminaison temporelle et/ou le pronom personnel qui convient selon la situation, puis en ajoutant le préfixe te- ou ten- si l’adjectif de base commence par une consonne. Tedùllirh : rendre beau (beau : dùll) -> Tedùllena : tu me rends plus beau, tu m’embellis Tenytivarh : rendre gentil, amical (gentil : ytiva) -> Se Tenytivarorina : ça me rendra plus gentil Tedumnirh : changer la vie (vie : dumn) -> Se Tedumnalyona : ça m’a changé la vie positivement

POUR EXPRIMER LA DEGRADATION Les verbes causatifs se forment à partir d’un adjectif que l’on transforme en verbe en lui rajoutant la terminaison temporelle et/ou le pronom personnel qui convient selon la situation, puis en ajoutant le préfixe tu- ou tun- si l’adjectif de base commence par une consonne. Tudùllirh : rendre moins beau (beau : dùll) -> Tudùllena : tu me rends moins beau Tunytivarh : rendre moins gentil, amical (gentil : ytiva) -> Se Tunytivarorina : ça me rendra moins gentil Tudumnirh : changer la vie (vie : dumn) -> Se Tudumnalyona : ça m’a changé la vie négativement Dans des cas comme « beau » ou « gentil » on pourra bien sûr utiliser le causatif d’amélioration avec l’adjectif contraire Tenidùllirh : rendre moche (moche: nidùll) -> Tenidùllena : tu me rends plus moche. Le Leimorin préfèrera d’ailleurs cette version. En effet, en Leimorin, on privilégie la description positive tant qu’elle est possible.

EMPHASE (EN FAIT) Parfois, selon le contexte, il sera intéressant d’utiliser une emphase que l’on traduirait par « en fait », « enfin de compte ». Le Leimorin exprimera cette emphase en utilisant « di » qui se placera toujours en fin de phrase, alors qu’en français l’emphase peut être mise devant ou derrière. Pohtarar di : je combattrais, en fin de compte.

PRONOMS EMPHATIQUES SINGULIER ( INTERET PERSONNEL : PROPRE – MEME) En français, il arrive que l’on précise une « propriété personnelle » afin d’accentuer le sens (mon propre intérêt, moi-même, personnellement). En général, le Leimorin n’utilise pas cette accentuation. Néanmoins, selon le contexte, il arrive que cela soit inévitable. Dans ce cas, le Leimorin marquera cette insistance par la terminaison « lyä » si la base se termine par une voyelle, et « yä » si la base se termine par une consonne. Ei walëlyä : c’est mon propre intérêt Pohtararyä : je combattrais moi-même / personnellement Il sera inutile d’ajouter un pronom personnel, le contexte permettant de comprendre aisément.


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

39

PLURIEL (INTERET COMMUN) De même que pour exprimer un intérêt personnel, il sera possible d’exprimer un intérêt commun (ensemble, nousmême, nous tous). Pour ce faire on utilisera la terminaison « lyë » si la base se termine par une voyelle, et « yë » si la base se termine par une consonne. Pohtararelyë : nous combattrons ensemble

GENERALITE - NEUTRALITE Il arrive parfois qu’une neutralité indépendante soit utilisée sans pouvoir être intégrée à une expression tout faite (ex : dans « il arrive parfois », « il » ne joue pas le rôle de pronom personnel mais d’une neutralité indépendante permettant d’exprimer une idée). Pour exprimer l’idée abstraite d’une neutralité, ou une généralité, le Leimorin utilisera le partitif qui sera ajouté à la base verbale. Suivant le contexte de la narration on comprendra le temps de l’expression. rhewedùlletä : il fait beau temps noi vehnetä : il doit y avoir du vent (il est fort probable qu’il vente)

PREPOSITION « JA » (PRONOM « Y ») En français, il arrive que l’on remplace des expressions indiquant une localisation, une direction ou un lieu, par le pronom « y » (j’y vais). En Leimorin, ce pronom correspond à la préposition « ja » qui se place devant. Ja qanda : j’y vais Ja moitä eis unwi nisë : il ne peut y envoir qu’un (il peut y en être uniquement un seul)

EXPRESSION DE « RE-» (DE NOUVEAU - RENOUVEAU) Comme en français le Leimorin permet d’exprimer une idée qui se reproduit. Pour exprimer cette idée de « renouveau » on rajoute en préfixe au verbe « lis- ».(qui vient de « lisë », deux) venir : qentirh / Revenir : lisqentirh Toutefois, cela ne concerne pas une idée de redondance qui se répète, mais uniquement une idée qui se reproduit de façon exceptionnelle ou brève.

EXPRESSION DE LA REDONDANCE, REPETITION Le leimorin fait une distinction entre une action qui se répète une fois (ou quelques fois), vue ci-dessus, et quelque chose qui se répète de façon redondante, continuelle. Pour exprimer cette idée on utilisera le préfixe « ar- » venir : qentirh / Revenir : arqentirh (revenir de façon répétitive, continuellement…) Après une redondance, le verbe se conjuguera exclusivement au temps continuel.

EXPRESSION DU TEMPS SIMULTANE Il est possible, comme en français, d’exprimer l’idée de deux ou plusieurs actions simultanées (exprimées en français par l’intermédiaire de « pendant que », « en même temps que », « tout en »…) En Leimorin cette idée s’exprime par un préfixe al- ou ali- (si le mot commence par une consonne).


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

40

et alinvhel (pendant ce temps) alidama idome : je joue de la musique pendant que tu chantes (traduit au sens plus littéral : pendant que je joue de la musique tu chantes)

alidomila (tout en jouant de la musique)

EXPRESSION DE LA POSSIBILITE - PROBABILITE PROBABILITE (POSIBLE QUE) Assez proche du souhait, la possibilité s’exprime à l’aide d’un mot tout fait « moi » . On l’ajoute devant le verbe. Moi meller : il est possible que tu apprécies On notera que la possibilité s’accorde rarement avec le présent à la différence du français. Ici « mellirh » est au futur (meller : tu aimeras). Dans une action présente, le Leimorin considère qu’une probabilité parle d’un temps proche mais futur, même si ce futur est imminent. Lorsqu’il s’agit d’une supposition concernant un instant passé, mais dont personne n’a eu la certitude, on accordera le verbe au temps qu’il convient. Moi mellalyo : il est possible qu’il ait apprécié Comme nous l’avons vu précédemment, le souhait pourra être utilisé selon le contexte mais cela reste extrêmement rare. FORTE PROBABILITE (CERTAINEMENT) Enfin, dans le but d’exprimer une très forte probabilité, dont on est presque sûr que c’est un fait, on utilisera « noi ». Cela se traduira approximativement « certainement », « il est fort probable que »… Noi meller : tu apprécieras certainement, il est fort probable que tu apprécies. Biensur, il sera possible d’exprimer une impossibilité ou improbabilité en ajoutant « ni » devant « moi » ou « noi » Ninoi meller : tu n’apprécieras certainement pas.

EXPRESSION DE « BIEN QUE » Dans beaucoup de langues, « bien que » répond à des règles particulières. Le Leimorin n’échappe pas à cette généralité. Pour exprimer « bien que » ou « même si », on utilisera « anqe » suivit du partitif que l’on ajoutera à l’objet qui suit Nalehni eiron cöt Eldhienityn anqe eiron nhanetanetä : les Humains sont moins fort que les Elfes bien qu’ils soient aussi grands

POUVOIR, ETRE CAPABLE DE En leimorin, « avoir la possibilité de » s’exprime de quatre façons différentes, en fonction des situations. Alors qu’en français, le verbe d’action est à l’infinitif et que l’on conjugue le verbe pouvoir, le Leimorin conjuguera le verbe d’action et la capacité sera exprimée par un déterminant de capacité. Lorsque l’on voudra exprimer l’impossibilité, on rajoutera –ni devant le déterminant Amdä sera utilisé pour exprimer la capacité physique à réaliser quelque chose. Gim amdä eilentaro at uqa : le nain peut lever le rocher (il a assez de force pour le faire). Amdä dola Leimorinoh : je peux parler le Leimorin (car je ne suis pas bâillonné, j’ai des cordes vocales)


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

41

Astä sera utilisé pour exprimer la capacité mentale à réaliser quelque chose, grâce à une connaissance ou un savoir particulier qui le permet. Astä dola Leimorinoh : je peux parler le Leimorin (car je connais les mots et la grammaire) On comprendra aisément la différence entre amdä et astä dans l’exemple suivant : Astä dola leimorinoh ri niamdä : Je sais parler le Leimorin mais je ne peux pas (Je sais comment parler le Leimorin mais là je ne peux pas le faire car je suis bâillonné) Ymä (pouvoir, être libre de) qui servira à exprimer la permission de réaliser quelque chose Ymä si phente : tu peux parti maintenant (tu as la permission de parti) Enfin, ustä (avoir le pouvoir de) sera utilisé pour exprimer la capacité autoritaire à faire quelque chose grâce à un pouvoir, un droit, une autorisation… Ustä dolale ! : je peux te faire parler ! (j’ai le pouvoir sensoriel de t’obliger à parler)

S’APPRETER A Il arrive que l’on ai besoin d’exprimer une action que l’on s’apprête à faire, une action imminente (je vais manger, je m’apprête à partir, je suis prêt à partir). Cette imminence d’action s’exprime en leimorin par le mot motä. On le traduira approximativement par « être sur le point de », « s’apprêter à », « aller faire quelque chose ». On met en premier l’introducteur et on conjugue le verbe d’action au temps souhaité, à la différence du français où le verbe d’action est à l’infinitif Motä phenta : je m’apprête à partir, je vais partir Motä maga : je vais manger / je m’apprête à aller manger Motä phentavo : il était sur le point de partir

LE COMPARATIF Certaines situations demandent de comparer quelque chose ou quelqu’un à quelque chose d’autre ou quelqu’un d’autre. En français cela s’exprime par « plus que », « meilleur que », « autant que », « moins que ». En français, il arrive que l’on utilise une comparaison négative (ils ne sont pas aussi grands). Cela n’existe pas en Leimorin, on utilisera plutôt « ils sont plus petit » pour dire la même chose. Le comparatif s’exprimera en Leimorin par une terminaison que l’on rajoutera à l’objet comparé. COMPARATIF POSITIF Pour exprimer une comparaison de supériorité on utilisera –ton ou « -eton » si la base se termine par une consonne Naleni eiron jol Eldhieniton : les Humains sont plus faibles que les Elfes COMPARATIF EGALITAIRE Pour exprimer une comparaison d’égalité on utilisera –tan ou « -etan » si la base se termine par une consonne Naleni eiron nhan Eldhienitan : les Humains sont aussi grand que les Elfes COMPARATIF NEGATIF


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

42

Pour exprimer une comparaison d’infériorité on utilisera –tyn ou « -etyn » si la base se termine par une consonne Naleni eiron cöt Eldhienityn : les Humains sont moins forts que les Elfes Bien sur, il sera possible d’attacher le préfixe de comparatif directement à l’adjectif en cas de double comparaison. Nalehni eiron cöt Eldhienityn anqe eiron nhanetanetä : les Humains sont moins forts que les Elfes bien qu’ils soient aussi grands.

MAINTENANT Le mot « maintenant » utilisé pour exprimer une idée présente, actuelle, qui est en train de se dérouler, se traduit en leimorin par « si ». Mais, alors qu’en français « maintenant » est le plus souvent placé après le verbe ou l’action, en leimorin, il se placera toujours devant. Si phenterà : tu pars maintenant ?

PHOBIE - FAN (INTERET) En français, il est possible d’exprimer une phobie ou un très fort intérêt pour quelque chose, et ce en ajoutant la particule « –phobe » pour les peurs, et « –phile » pour l’intérêt. Ceci est aussi possible en Leimorin. FORT INTERET Pour exprimer un goût très prononcé pour quelque chose, il suffit d’ajouter le suffix « -min » au nom concerné et « -emin » si le nom se termine par une consonne. On ne mettra pas le nom au pluriel, car il s’agit d’une généralité, d’un ensemble, on le considère donc comme un tout. Endamin : fan des arbres (arbrophile) Ceranemin : fan des animaux PHOBIE Pour exprimer une phobie de quelque chose, il suffit d’ajouter le suffix « -fhe» au nom concerné ou « -afhe » si le nom se termine par une consonne. On ne mettra pas le nom au pluriel, car il s’agit d’une généralité, d’un ensemble, on le considère donc comme un tout. Bien sûr, s’il s’agit de chose en particulier, on marque le pluriel. endafhe : phobie des arbres (arbrophobe) ceranafhe : phobie des animaux massifhe : phobie des épées (de ces épées qui sont là) Ces expressions s’utilisent avec le verbe « eirh » que l’on conjuguera au temps souhaité, puisqu’il s’agit bien d’un état dêtre. Eira endamin : je suis fan des arbres Eira ceranafhe : j’ai très peur des animaux (je suis zoophobe) Eira ceranifhe : j’ai très peur des animaux (ceux qui sont là)

DEBUTER (LANCER UNE ACTION) Il n’existe pas en français de façon particulière pour exprimer le départ volontaire d’une action (lancer le départ, déclarer la guerre). On utilisera divers verbes pour signaler le lancement du début d’une action. Le Leimorin permet d’exprimer cette idée. On utilisera alors le mot « miretä », un partitif invariable, que l’on placera toujours devant le sujet. Miretä ohta : la guerre est déclarée


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

43

Le mot « miretä » est en fait composé de mirùë (le départ) et du partitif –etä. Mais il s’agit bien d’un mot à part entière qui le distingue du partitif de « départ » qui serait « mirùëtä ». Il va donc de soit qu’on ne rajoute pas de partitif à « miretä ». En français, on conjugue le verbe d’action selon le temps de narration. En Leimorin, cela n’est pas nécessaire puisque « miretä » signifie l’idée qu’une action est lancée, débute. La logique laissera comprendre le temps en fonction du temps utilisé dans la narration générale de laquelle est issue « miretä ».

TERMINER (FIN D’UNE ACTION) Il n’existe pas en français de façon unique pour exprimer la fin d’une action (finalement, à la fin, enfin, pour finir). On utilisera divers verbes pour signaler le lancement du début d’une action. Le Leimorin permet d’exprimer cette idée. On utilisera alors le mot « dhiretä », un partitif invariable, que l’on placera toujours devant le sujet. dhiretä ohta : la guerre terminée, à la fin de la guerre Le mot « dhiretä » est en fait composé de dhi (la fin) et du partitif –etä. Mais il s’agit bien d’un mot à part entière qui le distingue du partitif de « fin» qui serait « dhitä». Il va donc de soit qu’on ne rajoute pas de partitif à « dhiretä ». En français, on conjugue le verbe d’action selon le temps de narration. En Leimorin, cela n’est pas nécessaire puisque « dhiretä » signifie l’idée qu’une action se termine. La logique laissera comprendre le temps en fonction du temps utilisé dans la narration générale de laquelle est issue « dhiretä »

SE DEROULER Pour exprimer le déroulement de quelque chose en Leimorin, il n’y a pas de verbe conjugable comme en français. On utilisera l’expression toute faite « oretä » qui est un partitif invariable. Cela peut se traduire par « se dérouler », « passer par », « avoir lieu ». Dans la mesure le sujet ne peut pas être une personne, mais toujours un fait, « oretä » n’avait pas l’utilité d’être un verbe et est donc mit au partitif. On comprendra le temps en fonction de la narration. Driomenae oretä Valimarëa : notre voyage passera par la ville de Valimar Se oretä adai : cela se déroulera demain

EXPRESSION DE « AVANT » Comme en français, le contexte impose en leimorin diverses utilisations de l’expression « avant » (avant que, avant de, avant demain). L’expression « avant » se traduit « àd » et sera utilisée de diverses manières en fonction de la situation ou du contexte. AVANT DE Pour exprimer quelque chose d’imminemment antérieur à une action, c’est à dire quelque chose que s’est ou doit se dérouler juste avant une action (avant de partir) on utilisera « àd » (ou « àde- » si le verbe commence par une consonne) en préfixe couplé du partitif. En français, le verbe d’action est toujours à l’infinitif. Adephentetä : avant de partir Adannatetä : avant d’ouvrir AVANT Pour exprimer quelque chose d’antérieur à quelqu’un ou quelque chose (avant demain) on utilisera « àd » en suffixe du nom ou du sujet. Si le nom ou le sujet se termine par une voyelle, on ajoutera « -d » orhonàd : avant le cheval


Cours de Leimorin Version 2.3, Août 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

44

se tulunar adaid : je le ferais avant demain AVANT QUE Pour exprimer quelque chose d’antérieur à une action, c’est à dire quelque chose que s’est déroulé avant une action (avant que nous arrivions) on utilisera « àd » en suffixe couplé du présent sur le verbe d’action. lorsque le verbe conjugué se termine par une voyelle, on ajoutera simplement « -d » lidanàd : avant que nous arrivions (avant que nous arrivons) phentad : avant que je parte

EXPRESSION DE « APRES » Comme en français, le contexte impose en leimorin diverses utilisations de l’expression « après» (après que, après être parti, après demain). L’expression « après» se traduit « àt » et sera utilisée de diverses manières en fonction de la situation ou du contexte. APRES ETRE Pour exprimer quelque chose se déroulant juste après une action, (avant être parti) on utilisera « àt » (ou « àte- » si le verbe commence par une consonne) en préfixe couplé du partitif (qui remplace les auxiliaires « être » et « avoir » utilisé en français). En français, le verbe d’action est toujours à l’infinitif. Atephentetä : après être parti Atannatetä : après avoir ouvert APRES Pour exprimer quelque chose se situant après quelqu’un ou quelque chose (après demain) on utilisera « àt » en suffixe du nom ou du sujet. Si le nom ou le sujet se termine par une voyelle, on ajoutera « -t » orhonàt : après le cheval se tulunar adait : je le ferais après demain APRES QUE Pour exprimer quelque chose se situant avant une action (après que nous arrivions), on utilisera « àt » en suffixe couplé du présent sur le verbe d’action. Lorsque le verbe conjugué se termine par une voyelle, on ajoutera simplement « -d » lidanàt : avant que nous arrivions (avant que nous arrivons) phentat : avant que je parte (avant que je pars)


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

45

DES PARTICULARITES

MOTS, EXPRESSIONS PARTICULIER(E)S IDEE DE LIEU DE REGROUPEMENT : MONDE, VILLE, CITE,… Pour donner une idée de regroupement et de grandeur, on utilise des mots faisant office de terminaisons : Yaad : Grand, Grandeur Suprême, Quartier Général (Empire, galaxie,..) Yon : Grandeur moyenne, second (Royaume, monde,…) Yis ou lis : petit, sous-domaine. (ville, domaine,…) Ces mots s’ajoutent comme des terminaisons à des noms. Seuls, il peuvent exprimer une idée plus générale, plus abstraite (Empire, pour « yaad », par exemple)

EXPRIMER L’AGE Alors qu’en français l’âge est exprimé à l’aide du verbe « avoir », le Leimorin utilisera un verbe indépendant dont la traduction serait plus proche des utilisations anglo-saxones « être agé de ». Il s’agit du verbe « umirh » Uma 26 : j’ai 26 ans (je suis âgé de 26 ans) E Nalehn umo 26 : cet Humain a 26 ans Notons cependant qu’à cette époque l’âge ne s’exprimait pas en année mais plutôt en saison ou en repères semblables prit dans la nature. Le temps n’avait pas la considération de celui de notre ère.

UTILISATION DE « AIL- » : DESCENDRE, VERS LE BAS Il n’existe pas de mot propre en Leimorin pour exprimer l’idée de descendre, aller vers le bas. Comme nous l’avons vu plus haut, on utilisera le préfixe « ail» attaché à un mot existant, la plus part des cas. Ainsi, un même mot français aura plusieurs traductions possibles en fonction du contexte. Dans ces cas précis, il est inutile d’ajouter le mot racine pour préciser. C’est le cas, par exemple pour la lumière. Décliner : ailelhirh (pour la lumière) = former par la racine « ehl » (lumière) il sera inutile d’ajouter ce mot dans une phrase pour exprimer son déclin : ailelho (la lumière décline, s’assombrit) et non pas ehl ailelho. Toutefois, il sera possible, dans un soucis d’esthétique linguistique, de dire « ehl letehlila » (la lumière s’éteignant). L’idée est exactement la même et tout dépendra du contexte. Lorsque l’on parle d’un astre (soleil, lune, donc quelques chose de « physique » ou de « matériel ») et que l’on veut y inclure l’idée de la lumière qu’il dégage on utilisera plutôt « ehlwërh » et on utilisera « letehlirh » pour la lumière du jour, lumière abstraite.


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

46

Ailelead : santé déclinante. Ailesumn : vie déclinante (mourir à petit feu, s’éteindre, perdre sa vie petit à petit : la vie va vers le bas) « ailelead » suffit à lui tout seul pour comprendre l’idée qu’il s’agit de la santé qui décline. Inutile de mettre lead ailelead. Nota benne : La lumière issue d’un objet ou de quelque chose : ailelhirh (qui s’allume et qui s’éteint) La lumière (la clarté) générée par objet ou de quelque chose : letehlirh (qui éclaire et qui s’assombrit)


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

47

DES NOMS DE FAMILLE

SUFFIXE D’APPELLATION *orn = Géniteur, doyen d’une lignée (Gelorn) *rohn = fils de (Gelrohn) *wenn = Génitrice, doyenne d’une ligné (Gelwenn) *iel (ou viel) = fille de (Geliel)

SUFFIXE DE NOM DE FAMILLE *rë : garçon de la famille de (Silimaurë) *lë : fille de la famille de (Silimaulë) Elothë, Geliel Silimaulë = Elothë, Fille aînée de Gel de la famille Silimau NB : le géniteur (ou doyen) d’une lignée (ou famille) n’a pas d’article d’appartenance à son nom de famille Gelorn Silimau NB² : les Elfes ont un nom composé comme ci-dessus pour les discours ou écrits officiels, dans une conversation normale, il se font appeler par leur diminutif (ici Elothë, par exemple). Mais les diminutifs ayant souvent une signification, plusieurs Elfes peuvent avoir le même diminutif. Si quelqu’un parle d’eux dans une conversation à laquelle ils n’assistent pas, alors on dira « Gelrohn ou Geliel » pour préciser de qui il s’agit. Elothë Geliel lafhalyona oronso : Elothë, fille aînée de Gel, m’a donné son cheval. Si Gel n’a qu’une fille, alors on utilisera le nom de famille Elothë Silimaulë lafhalyona oronso : Elothë, la fille de la famille Silimau, m’a donné son cheval NB3 : seuls les aînés prennent la même appellation que leur père. Les cadets prennent l’appellation de la mère.

SUFFIXE DE DESCENDANCE Lorsqu’un fils devient parent, il prend alors un nouveau nom de famille qu’il choisi avec son épouse et ainsi il devient géniteur d’une nouvelle lignée. Dans les discours et écrit officiels, on précise la lignée de descendance en rajoutant le suffixe « -hi » au nom de famille du géniteur originel. Gelorn Enva Silimauhi (Gelrohn Silimaurë) – Gelrohn Envarë – Geliel Envalë


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

48

EXEMPLE D’UNE FAMILLE La famille Similau Fondateurs (mari et femme) : Gel et Eowith Appellation d’origine Appellation composée er 1 fils (aîné) nd 2 fils

Gel Gelorn Silimau Gelrohn Silimaurë Eowithrohn Silimaurë

Les enfants deviennent parents nd 2 fils Eowithrhon Silimaurë Fonde sa lignée « Evna » Eowithorn Evna (Silmauhi) Fils ainé Eowithrohn Evnarë nd 2 fils Gelrohn Evnarë

Eowith Eowithwenn Silimau Geliel Silimaulë Eowithiel Silimaulë

Appellation d’origine Appellation composée ère 1 fille (aînée) nd 2 fille

Geliel Silimaulë Gelwenn Naali (Silimauhi) Eowithiel Naalilë Geliel Naalilë

Fille ainée Epouse « Naali » Fille ainée nd 2 fille

Il faut savoir que les Elfes étant immortels, ils se reproduisent très rarement et très peu. Depuis leur création originelle, peu des familles ont évolué. Rares sont les familles qui ont eu quatre enfants. Les fondateurs ont rarement des « petits enfants ». Enfin, les Elfes s’attribuent le plus souvent des surnoms utilisés plus couramment. Les enfants des Seigneurs Elfes Elaon et Endriel se font appeler « Geloan » et « Nollwenn ». Mais leurs noms elfiques sont « Elaonrohn » et « Elaoniel ».

NOM D’USAGE DE FAMILLE ytor (époux, mari), ytal (épouse, femme), ynorë (fiancé), atäri (père), adëri (mère), dhienle (fils), dhienla (fille), ànip (frère), ànim (sœur), ydhienle (petit-fils), ydhienla (petite-fille), dhien (enfant).

PROFESSIONS ET TITRES iheròn (roi), iharàn (reine), éon (prince), ynda (princesse), haron (seigneur), hani (dame), arqen (noble), haryon (héritier), orhen (chevalier), legiovà (commandant), elnarë (étudiant), mulgahen (magicien), dhyn (maître du savoir, sage), dhynloh (maître du savoir, linguiste), tarnë (artisan, forgeron) lengevà (conteur), rithë (marin), ohtevà (guerrier).


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

49

AIDE RECAPITULATIVE

TABLEAU DES TERMINAISONS ET PREFIXES TERMINAISONS -In

Extrême, paroxysme (geantissime) se met juste après le RADICAL

-llo / -ello

QUE / QUI / DONT

-ssä / -essä

À / AU / DANS

Sert à en amplifier le sens de façon exagérée et former d’autre mot. Se rajoute juste après le radical

Sert à renvoyer à son antécédent

Pour exprimer une idée de lieu et de temps on utilise une terminaison d’inflexion de cas. Ceci est appelé le locatif. Pour exprimer une idée de mouvement (vers/ en…) on utilise l’allatif..

-jä / -ejä

VERS / VENU DE

Cela est aussi utilisé pour des phrases comme « venu de… ».

-well

DEVANT

Exprime l’idée de l’avant

-wall

DERRIERE

Exprime l’idée de l’après

-ëa / -wëa

PAR

-ëo /-wëo

POUR

-vä/-evä

-ment (chaudement)

-anä

AVEC

-anë -enë

PARMI

-allë

COMME

-mä / -emä

CONTRE Sous ,vers le bas (down en anglais)

-wë / -we

mellinàd : je t’aime au paroxysme, très fort. Atùin : limpide (atù=clair) Eï orhon lafhavenello : c’est le cheval que tu m’as donné Dhieni sharonello : Les enfants qui dorment Eio noll dolalyalello C’est l’ami dont je t’ai parlé : Ballarh aldëssä : marche dans la forêt / lumerh tëhimessä : dormir à la maison/ ribhlissä lëcai : au bord des lacs Lëcajä : vers le lac / tëhimejä : vers la maison Ex : il vient de la forêt : qente aldëjä Ex : devant un arbre : endawell Ex : derrière le chemin / au delà du chemin : tuànwall Ex : par la voix : lúrawëa Ex : pour aller : entirhëo

Sert à créer un adverbe en partant de la BV

lùdevä : gentiment, tendrement Je pars avec mon cheval : éon orhonnanä Tiphalianë : parmi les flots Je pars sans mon cheval : orhonnanë

SANS

éon

Ex. il est rapide comme le vent : eie llelval vehnallë. Exprime l’idée d’opposition Sert à exprimer « sous », à atténuer un mot et en créer un autre

Eio naemä : il est contre moi Endawë : sous un arbre (sous les feuilles) Endawe : sous un arbre (racine)


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

50

-wä / -wa

Sur, vers le haut (up en anglais)

Sert à exprimer « sur », à amplifier un mot et en créer un autre

Orhonwa : sur un cheval Laeninaewä : au dessus de nos têtes

-da / ida

contre

Sert a exprimer l’idée d’appuis, « contre » qq chose

Uqada : contre un rocher

-vë / -avë

Adjectif de NC (bible : biblique, …)

Transforme un NC en adjectif

daban Ehldhienavëe : la taverne Elfique

-và / -evà

Adjectif de Verbe (rêver : rêveur, …)

Transforme un V en adjectif

legiovà : dirigeant (legiorh : diriger) / idomevà : mélodieux(se)

-edi / -di

beaucoup

Marque la répétition dans le temps, d’objets, etc

nolledi : beaucoup d’amis.

-evi / -vi

Tant / tellement

Proche de la signification de IN, mais utilisé uniquement pour la quantité.

Mellalevi : je t’aime tant !

-lla / ella

Pendant que

Exprime une idée de simultané

Idamo idomella : Je joue de la musique pendant que tu chantes

-la / -iala

« -ant »

Verbe en action

Cùllila : en trouvant

Adjectif verbe d’action passif

Lhelpelà : charmant

-là / -elà -min / -emin

Fan de

Exprimer un fort attachement

Endamin : Fan d’arbre

-fhe / -afhe

phobe

Exprimer la phobie

Cercanafhe : zoophobe

àd / - àde

avant

Pour exprimer une action antérieure Présent+àd = avant que

Qentanàd : avant que nous venions Orhonàd : avant le cheval

àt / - àte

après

Pour exprimer une action antérieure Présent+àt = après que

Qentanàt : après que nous venions Orhonàt : après le cheval

PREFIXES

Ap- / ape-

Hors de, vers l’extérieur (« out » anglais)

Exprime l’idée de « hors », ou extérieur, « à coté de »

Apenta limvhana : je sors de ma maison (je vais vers l’extérieur de..)

Ni-

Négation (« un- » en anglais)

Sert à faire un mot contraire, ou une négation

nishà : réveillé / ne dors pas

àt- / t-

après

At = partitif = Après être

Atephentetä : après être partis

àd- / d-

avant

At = partitif = avant de

Adephentetä : avant de partir

Le- / let-

Inverse / opposé

Pour former des mots contraire

Ehldhieni éon lenumnë (les Elfes sont immortels)

Hà- / hàn-

ensemble

Pour associer 2 ou plusieurs personnes ou choses

Hànentan : nous y allons ensemble

Ho- / hot-

A l’intérieure de / enfermer dans

Pour exprimer l’idée d’appartenance à qq chose, qui fait parti d’un tout

modh holimvha : le mur dans la maison, qui fait partit de la maison

Ep- / epi-

Etre en train de

Pour une action

Epiqento : il arrive, il est en train de venir

lis-

renouveau

Pour qq chose qui se produit une seconde fois, mais de façon brève

Lisquento : il revient

Ar-

renouveau

Pour qq chose qui se reproduit de façon redondante

Arquentoi : il revient (continuellement)

Ain-

presque

Ainlija : presque jamais


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

51

Lenn-

long

Yp- / ype-

Pour exprimer quelque chose de long, qui dure

Lenngho : un long moment

D’ici, dans

Exprime l’idée d’un futur comme étant la fin d’une période

Ypadai : d’ici demain

Sy-

En retour

Sert à exprimer l’idée de rendre, donner en retour de qq chose reçu

Sydaonirh : rendre, donner en retour Nellale, syna : Je t’aime, moi aussi

Eil-

Vers le haut

Sert à exprimer une idée de mouvement vers le haut (et parfois amélioration)

Eilumalyo : il a vieilli (monté en age)

Ail-

Vers le bas

Sert à exprimer une idée de mouvement vers le bas (et parfois dégradation)

Ailentavo eimi : il baissa les mains

TABLEAU DES PREPOSITIONS ET POSTPOSITIONS PREPOSITION do lo le lu lai mon moi motä si

Exprime la nécessité Exprime l’impératif, l’obligation Exprime l’impératif d’être Exprime la suggestion Exprime le souhait Exprime « ici,là » Exprime la probabilité, possibilité Exprime « s’apprêter », imminence Exprime « maintenant »

Do enta : il est nécessaire que tu partes Lo phente : il faut que tu partes Le clu : sois gentil ! Lu liomë limpë : je te suggère de prendre une boisson Lai lamarorenei : puissent-ils vous protéger ! Arà mon ente : pourquoi es-tu ici ? Moi meller : il est possible que tu apprécies Motä phenta : immédiatement je pars (je m’apprête à partir) Si phenterà : tu pars maintenant ?

POSTPOSITION liretä miretä dhiretä oretä

Exprime « à partir de » Exprime le départ d’une action Exprime la fin d’une action Exprimer « se dérouler »

Si liretä : à partir de maintenant Ohta miretä : la guerre est déclarée Ohta dhiretä : la guerre terminée, à la fin de la guerre Driomenae Valimarëa oretä : notre voyage passera par Valimar


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

52

NOMBRES Un Deux Trois Quatre Cinq Six Sept Huit neuf

Nisë Lisë Visë Tisë Cisë Misë Disë Wisë Bisë

dix vingt Trente Quarante Cinquante Sixante Soixante dix Quatre vingt Quatre vingt dix

Nonë Lonë Vonë Tonë Conë Monë Donë Wonë Bonë

Cent Mille Million milliard

Nasë Naosë Yanë Yaonë

Lorsqu’ils sont utilisés de façon indépendante dans une phrase, les nombres prennent un « ë ». Lorsqu’ils forment un nombre entier, seul le dernier nombre prend le « ë » Lorsqu’ils sont utilisés de façon indépendante et qu’il ne prennent pas de « ë », cela prend le sens de Xième. Dans ce cas, le nombre est placé après le sujet. Naos lisnas lonë (mille deux cent vingt :1220) eldhien vis (le troisième elfe) Après un nombre, le nom ne prend pas de marque du pluriel. Le nombre explique à lui seul la quantité lisë Eldhien (deux elfes)


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

53

AIDE INFORMATIVE

TRADUCTION DES IDEES Alors que le français a tendance à vouloir traduire mot à mot les langues étrangères, le Leimorin doit être interprété comme une langue « d’idées ». Il faut donc d’avantage chercher à comprendre le contexte et l’idée qui veut être exposée, plutôt qu’à chercher une traduction littérale trop compliquée, voire irréalisable. De plus, dans la majorité des cas, le Leimorin abordera les sujets de manière positive plutôt que par négation. Ainsi, dans une phrase comme « il ne peut y en voir qu’un », le Leimorin dira plutôt « il peut y en être uniquement un ». On dira aussi « tu es méchant » plutôt que « tu n’es pas gentil ». Comprenons aussi que, bien que le Leimorin comporte beaucoup de règles spécifiques qui n’existent pas en français, ce langage cherchera toujours à exprimer une chose de la façon la plus simple possible, privilégiant la compréhension directe, aux discours trop complexes et ambigus. Cela n’empêche pas pour autant le Leimorin d’exprimer des choses de façon poétiques ou sublimissante. On pourra, par exemple, exprimer quelque chose d’une intensité extrême, difficilement exprimable en français : mellinaledi : je t’aime au paroxysme beaucoup Ce qui ne veut rien dire en français, mais qui est tout à fait fluide et clair en Leimorin.

LES LIMITES DU LANGAGE Malgré une évolution assez complète du Leimorin, il faudra savoir reconnaître ce qui peut être réalisable ou non avec ce langage. En effet, ce langage a été élaboré par l’auteur dans un contexte rédactionnel traitant d’une époque reculée et imaginaire. Par conséquent, beaucoup de mots de notre vocabulaire moderne sont inexistant (téléphone, TV, voiture…). Ce manque de vocabulaire ne permet donc pas de traduire toutes les idées que l’on peut avoir en tête, même si une multitude de choses peuvent être décrites. Il faudra savoir rester dans les limites d’un discours plausible dans une époque reculée. Bien sur, en suivant la logique de construction du Leimorin, il serait envisageable de faire évoluer le langage dans un contexte moderne (par exemple : regarder la TV aurait certainement une manière particulière d’être décrit, propre à ce contexte, si le langage et le vocabulaire le permettait). Mais à ce jour, aucuns travaux de ce type n’ont été recensé, ni par l’auteur, ni par autrui. La traduction d’un texte français en Leimorin est donc bien plus difficile que celle, en français, d’un texte Leimorin. Il sera possible d’utiliser diverses paraphrases pour traduire certains mots mais cela deviendra vite difficilement compréhensible sans risquer de tomber dans un non-sens. Il sera donc, parfois, préférable de ne pas les traduire.


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

54

CAS CONCRETS

MOTS ET EXPRESSIONS UTILES QUAND ? Voici des mots utiles exprimant l’idée du temps utilisé dans la vie quotidienne yma dai sai nùl

Matin Jour Soir nuit

ymalla dailla sailla nùlla

Dans la matinée Dans la journée Dans la soirée Dans la nuit

odai sidai adai

hier aujourd’hui demain

àdodai nydai àradai

Avant-hier actuellement Après demain

Atò lijà feon phan

toujours jamais souvent bientôt

ainatò ainlijà feonlùr phanlùr

Presque toujours Presque jamais Très souvent Très bientôt

Lenngho, lennwelm lennvhel ei àrnvhelònn ypenvhelònn

Un long moment, un long instant Il y a longtemps Peu de temps après Dans peu de temps / d’ici peu de temps


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

55

SALUTATIONS ET PRESENTATIONS Voici des expressions utilisées dans la vie quotidienne pour se présenter ou dans une conversation de la vie quotidienne Ateeso, ri nidola Leimorinoh Dolinrà Leimorinoh ? Ateesorà ? Amdarinrà ystirh ? Ateeso, ri nicaila Ateeso, ri nicora Ateeso dwardhin myhina Mätan Amdarinrà madena ? Welm, alonn Enta dàn cùh niswëo Yellevä ? Cailerà ? Melh caila Velh nicaila Tiederà Nitieda Sannerà din alcaror ? Nisanna Melh / malh

Désolé, mais je ne parle pas le Leimorin. Parlez-vous le Leimorin (Leimorinien)? Pardon, comment? Pouvez-vous répéter? Pardon, mais je ne comprends pas Pardon, mais je ne sais pas. Excusez mon retard. Ça ne fait rien. Pouvez-vous m’aider? Un instant, s’il vous plaît. Je suis ici pour la première fois. Vraiment? Comprends-tu? Oui, je comprends. Non, je ne comprends pas. Connais-tu? Non, je ne connais pas. Penses-tu qu’il va pleuvoir? Non, je ne le pense pas. Oui, d’accord.

PHRASES USUELLES Voici des phrases qui peuvent être utilisées dans la vie quotidienne Yanolvu tiedeneitä Gall Ateeso alònn lobë orà mahtin nhomahtë, gall ! Ir mahterà ? Nhoyma / Nhodai Nhosai Nhonùl Vanù Sygall Hyn ! Wiomel sunneletä Vanù ! yplabcùh ! Sunadai Le nhomahte ! Dolinrà Leimorinoh ? Din loh dolinrà ? Dànö maatinrà (génétif) ? Dàneny maatinrà (ablatif) ? Amdararà madenei ? Amdarinrà madena ?

Enchanté de vous connaître! Merci! Excusez-moi. Je vous en prie : S’il vous plaît. De rien! Comment allez-vous? Bien, merci! Et toi? Bonjour ! (le matin) / Bonjour! Bonsoir! Bonne nuit! Au revoir! Salut! Bye! Merci, de même pour vous! (merci en retour) Salut! Hello! C’est sympa de te voir ( en arrivant )! Content de te voir ! Salut! A la prochaine! A demain! Porte -toi bien! Parlez-vous Leimorin? Quelle langue parlez-vous? D’où venez-vous? Puis-je vous aider? Pouvez-vous m’aider?


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

56

QUELQUES TEXTES Voici divers textes ou dialogues permettant de se faire une idée de la langue, en situation.

DIALOGUES

Haron ohtevàwü Nolwen : linn diolvoi tuànwä, Elessar Elessar : sytuànelewä, Nolwen. Ei amoen lissunneletä. Dinrà lai doler. Nolwen : qandila aldëssä, locaralye ir sunnalye Nalehn. Dolalye Elessar : eivorà Eldhienü Nolwen : eivo sendë Elessar: Nalehni pohtavon gloth qentonàd. Lai nellëso Nolwen: Nholuë Elessar : lu liome limpë ir lu diolve tolluëe. Listenale (listena lholële)

Le seigneur des guerriers Nolwen : Une étoile brille sur ton chemin, Elessar . Elessar : Et sur ton chemin, Nolwen. C’est bon de te voir. Que souhaites-tu dire ? Nolwen : Nous allions dans la forêt et regardions. Nous vîmes un Humain dans la forêt. Nous avons parlé. Elessar : Etait-il un ami des Elfes ? Nolwen : Il était en paix. Elessar : Les Humains combattaient l’ennemi avant que nous ne venions. Nous désirons leur amitié. Nolwen : Bon.(c’est une bonne chose) Elessar : Prend une coupe de vin et dis toutes les choses. Je t’écoute (J’écoute ta rencontre).

Courage d’Elessar Elessar : Si caila sannëe a Glothö. Liomalyo Niniel Noldoryaadö. Orgoli nim’sunnalyon. Toldhen crilorà din Noldor se tulunalyon (anaqenon) Nolwen : Eldhieni tiedon a Gloth, ninarhohtarore Noldorimu Elessar : Lu nicantare ! Nishimbaranedi Noldorissë. Do Niniel phento lumdëo autu a Glothö nisandetä Nolwen : Orà Elessar : Si nim’hilmaie. Arhulnelhetä. Ilesienar vorevàssä amdä firiten. Orgoli mòn sunnore eldhien, lolimoreneu ilenicùlurareneu, pohtarita adai fainënallä Nolwen : mòn numner, lo se nitulune Elessar : Tulunar. Si qanden. Vanù Nolwen : Vanù Elessar. Lai Valari lovhanorele. Ir lai lisunarenae

Courage d’Elessar Elessar : Je comprends maintenant les pensées de l’Ennemi. Il a pris Niniel du royaume des Noldor. Les orcs n’ont pas été vus. Tout le monde croit que les Noldor ont fait ça? (sont responsables) Nolwen : Les Sindar connaissent l’Ennemi, ils ne feront pas la guerre aux Noldor. Elessar : N’en sois pas sûr ! Nous n’avons pas beaucoup de confiance dans les Noldor. Il est nécessaire que Niniel parte pour empêcher que le plan de l’ennemi se réalise. Nolwen : Comment? Elessar : Maintenant, nous ne sommes pas encore poursuivis. Il fait sombre. Si je reste dans la cellule, vous pourrez être capables des vous échapper. Les orcs verront une elfe ici et ne vous chercheront pas. S’ils ne vous trouvent pas, je combattrai pour ma liberté le lendemain. Nolwen : Tu mourras ici ! Ne fais pas ceci! Elessar : Je le ferai. Allez maintenant ! Adieu ! Nolwen : Adieu, Hísiel! Puissent les Valar te surveiller ! et puissions-nous nous revoir à nouveau!


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

57

INDEX A A partir de................................................................ 36 Ablatif ...................................................................... 25 Accord - Désaccord................................................. 30 Adjectifs composés ................................................. 20 Adjectifs de noms communs ................................... 21 Adjectifs de verbes.................................................. 21 Adjectifs de verbes d’action passif .......................... 21 Adverbes ................................................................. 20 âge .......................................................................... 44 Allatif ....................................................................... 25 aller ......................................................................... 12 Alphabet et Sonorités................................................ 6 amélioration............................................................. 37 Après....................................................................... 43 auxiliaires ................................................................ 18 avant ....................................................................... 42 avec......................................................................... 34 Avoir ........................................................................ 11 B Beaucoup ................................................................ 23 bénéfice de quelqu’un ............................................. 34 Bien que .................................................................. 39 C capable de............................................................... 39 cet,ces, ceci - celui-celle ......................................... 21 Comme.................................................................... 34 comparatif ............................................................... 40 Contratif................................................................... 33 Contre ..................................................................... 33 D dans, en, depuis, de… ............................................ 25 Datif......................................................................... 34 Débuter ................................................................... 41 dégradation ............................................................. 37 dérrière.................................................................... 34 Descendre............................................................... 44 Descriptif ................................................................. 28

dessous................................................................... 32 dessus..................................................................... 32 devant ..................................................................... 34 E en fait ...................................................................... 37 en train de ............................................................... 19 F Faire........................................................................ 10 Fan.......................................................................... 41 G généralité ................................................................ 38 Génitif...................................................................... 26 H Hors de ................................................................... 25 Hors de (état d’être) ................................................ 26 I ici - là....................................................................... 36 Impératif .................................................................. 24 Impératif .................................................................. 24 infinitif........................................................................ 8 Intérêt commun ....................................................... 38 Intérêt personnel ..................................................... 37 L Le long de ............................................................... 32 le, la, les.................................................................. 21 Les verbes nominatifs en .......................................... 9 lieu .......................................................................... 36 Locatif ..................................................................... 25 M Maintenant .............................................................. 41 Mots contraires ....................................................... 29 N Nécessité ................................................................ 24 Négations................................................................ 29


Cours de Leimorin Version 2.2, Juillet 2009

http://sulfehn.free.fr/olhyon

58

neutralité ................................................................. 38 Nombres.................................................................. 50 NOMS DE FAMILLE ............................................... 45 O obligation................................................................. 24 P Par........................................................................... 35 Participe Passé Passif ............................................ 18 Partitif ...................................................................... 27 Phobie ..................................................................... 41 pluriels..................................................................... 22 Possessif................................................................. 27 Possibilité ................................................................ 39 Pour (but) ................................................................ 35 Prendre ................................................................... 11 Préposition .............................................................. 26 Probabilité ............................................................... 39 Professions ............................................................. 46 pronom .................................................................... 38 Pronom emphatiques .............................................. 37 Pronoms relatifs ...................................................... 30

renouveau ............................................................... 38 répétition ................................................................. 38 S S’apprêter à ............................................................ 40 sans ........................................................................ 34 Se dérouler ............................................................. 42 si 19 Souhait.................................................................... 30 Sous........................................................................ 32 Suggestion .............................................................. 25 Sur .......................................................................... 32 T Tellement - tant ....................................................... 23 temps simultané...................................................... 38 Terminaisons possessives...................................... 13 Terminaisons temporelles....................................... 14 Terminer.................................................................. 42 Tomber.................................................................... 12 U un, une .................................................................... 22

Q

V

Quantité évoluante .................................................. 23 que - qui - dont ........................................................ 32 Question.................................................................. 31 qui - que - quoi ........................................................ 30

Verbes....................................................................... 9 Verbes causatifs ..................................................... 36 Verbes en action ....................................................... 9 vers le bas............................................................... 33 vers le haut ............................................................. 33 vers, en, par ............................................................ 25 ville.......................................................................... 44

R Règles de prononciation ........................................... 7


Cours de Leimorin