Page 26

26

TECHNOLOGIE VERTE

Avec la Pluie Solide, l’Afrique et en particulier la Grande Muraille Verte trouve enfin une solution fiable pour le développement durable Le Continent africain et en particulier le sahel connait depuis les années 1970 des périodes de sécheresses récurrentes qui affectent gravement l’existence des populations. Ceci est d’autant plus vrai que les moyens d’existence des communautés dépendent en général de l’exploitation des ressources naturelles en zones rurales; en particulier du sol, de l’eau et de la végétation. Malheureusement 46% de la superficie du continent africain est affecté par la dégradation des terres. Ce qui met en péril, selon certaines estimations, les moyens d’existence de près de 65% de la population africaine. La vulnérabilité face à la désertification, la dégradation des terres et les changements climatiques constituent pour les pays autour et au sud du Sahara (le sahel) l’une des plus importantes menaces du 21ème siècle. La survie de populations de ces pays est directement menacée. Il faut réagir face à l’avancée du désert et de la sécheresse ou disparaitre. Parallèlement à ces défis considérables, les projections montrent un fort accroissement démographique compliquent davantage la situation: la population directement touchée d’environ 100 millions d’habitants devrait passer à 340 millions en 2050. Devant cette situation qui menace directement l’avenir et l’existence même du continent l’Afrique a décidé de se redresser pour prendre en charge cette situation lourde de menaces. En juin 2005 à Ouagadougou, lors du 7ème sommet des leaders et chefs d’état de la CENSAD (communauté des Etats Sahélo- sahariens), le président nigérian de l’époque Olusegun Obasanjo fortement soutenu par son homologue sénégalais Abdoulaye Wade remet à l’ordre du jour l’idée très chère aux burkinabés de reboiser certaines régions du sahel. Autour de cette mobiliAFRIQUE DEFIS

sation naitra finalement l’initiative de la grande muraille pour le Sahara et le Sahel. L’initiative africaine de la grande muraille verte (IAGMV) de Dakar à Djibouti est décidée donc en 2005 et adoptée en 2007 par l’union africaine (UA). L’Agence Panafricaine de la grande muraille verte (APGMV), organisation intergouvernementale de statut juridique international est créée à cet effet par les chefs d’état et de gouvernement des états membres en juin 2010 et enregistrée en 2015 aux nations unies. Onze états au tout début, le nombre des états membres ne cesse aujourd’hui de s’agrandir (Burkina Faso, Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Soudan, Tchad…) L’objectif général est de lutter contre l’avancée du désert en transformant les zones arides du Sahel en pôles ruraux économiques et de développement durable (PREDD). Message d’espoir pour une Afrique verte se préoccupe de la gestion durable des terres (GDT) pour mieux faire vivre les populations par la terre. A l’ origine, la grande muraille verte s’étend de Djibouti à Dakar, une zone de 7775 km de long sur 15 km de large, décline un certain nombre d’interventions pour la gestion et l’utilisation durable des terres. Parmi ses projets ambitieux il y’a la gestion durable des terres et de l’eau (GDTE) avec un segment important de reboisement, la promotion de cultures variées et l’utilisation de technologies vertes adaptées.

FUTURE SAHEL Approches Multi-Scalaires pour de Meilleures Pratiques de Gestion des Ressources des Espaces Sahéliens de la Grande Muraille Verte est un programme de recherche financé pour une durée de 3 ans en 2015 par l’Agence Nationale de la Recherche française. En juillet 2016 - Mise en place d’un partenariat entre l’unité mixte de racherche GEOLAB, dont l’Université Clermont Auvergne et le CNRS sont deux des tutelles, et ANET International

Afrique Défis N° 2 - Magazine  

PERSPICACITÉ ET ÉMOTIONS AUTOUR DES PERSPECTIVES AFRICAINES DURABLES | Président Directeur Général et Fondateur Afrique Défis magazine Moul...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you