Issuu on Google+

RYTHMES BIOLOGIQUES

Aurélie COURRIER Capacitaire Fabrice HUBELE Interne DES JDV STRASBOURG 16, 17 et 18 avril 2007


GENERALITES : 

Chronobiologie = Étude de la structure temporelle des organismes, caractérisée par les rythmes biologiques Régulation par horloge biologique interne, elle-même régulée par des synchroniseurs externes Horloge biologique surtout influencée par l’alternance jour / nuit et par les activités sociales Rythme biologique = variation périodique ou cyclique (circadien = 24h en général)


CLASSIFICATION : Le rythme biologique est défini par :  

  

Sa période = intervalle de temps séparant la survenue de deux phénomènes identiques Le maximum (= acrophase) et le minimum (= bathyphase) de sa valeur, soit son amplitude Le niveau moyen de sa valeur Sa phase par rapport à un temps de référence La fréquence = inverse de la période


CLASSIFICATION :      

Rythmes ultradiens = période < 24h Rythmes circadiens ou nycthéméraux = période d’environ 24h Rythmes infradiens = période > 24h Rythmes à haute fréquence = variation très rapide, rapidement ajustable Rythmes à moyenne fréquence Rythmes à basse fréquence = grande inertie au changement


EXEMPLES DE RYTHMES : 

Rythmes ultradiens ou haute fréquence : TA, FC, FR, EEG, sommeil paradoxal, fonctions gastro-intestinales et urinaires Rythmes circadiens ou moyenne fréquence : T° corporelle, secrétions hormonales, vigilance Rythmes infradiens ou basse fréquence : NFS, reproduction, gestation, menstruation, variations saisonnières


MECANISMES DES RYTHMES CIRCADIENS :    

Nature endogène (horloge interne) Déterminés génétiquement Doués d’une certaine plasticité Modulés par des facteurs externes = synchroniseurs (facteurs environnementaux ou sociaux périodiques, contrôlant la période et la phase des rythmes biologiques) Ex. : alternance activité / repos, lumière / obscurité, jours courts / jours longs…


BASES ANATOMIQUES DE L’HORLOGE BIOLOGIQUE : 

Les noyaux supra chiasmatiques (NSC) : véritable oscillateur des fonctions neurovégétatives

La glande pinéale ou épiphyse : sécrétion de mélatonine directement liée à l’exposition lumineuse


BASES PHYSIOLOGIQUES DE L’HORLOGE BIOLOGIQUE : Sécrétion de mélatonine photo dépendante  Exposition à une lumière suffisante → inhibition de la sécrétion de mélatonine  Arrêt de l’exposition lumineuse → lève le tonus inhibiteur → Synthèse et libération de mélatonine  Rythme circadien, sécrétion maximale nocturne (pic vers 2h du matin)  « Remise à l’heure » ou resynchronisation par NSC quotidienne et systématique 


DESYNCHRONISATION INTERNE :    

Age Dépression Cancers hormono-dépendants (seins, ovaires, prostate) Atteinte lésionnelle des bases anatomiques : – Pinéalectomie – Lésions hypothalamiques ou du noyau supra chiasmatique

Atteinte fonctionnelle : cécité


LE TRAVAIL POSTE : 

Troubles du sommeil et de la vigilance : – Réduction de la durée totale du sommeil entraînant une diminution plus sensible du sommeil paradoxal du matin – Difficultés d’endormissement, réveils précoces – Poste le plus mal toléré = celui du matin – Une nuit normale recommandée après 2-3 jours de travail de nuit – Rotations courtes recommandées avec repos compensateur intercalaire d’une durée suffisante


LE TRAVAIL POSTE : 

Fatigue : – Poste de l’AM : performances à leur maximum – Matin : performances maximales en 2e partie du temps de travail – Nuit : performances maximales en 1e partie du temps de travail – Baisse de la vigilance entre 2h et 4h du matin


LE TRAVAIL POSTE : 

Troubles de l’alimentation : – Liés au décalage des horaires des repas et aux erreurs diététiques (↑ ration glucidique, grignotage, repas nocturne supplémentaire) – Prise de poids fréquente – Troubles digestifs

Troubles psychosomatiques : – Spasmophilie – Adaptation au travail posté diminuant avec l’âge


LE TRAVAIL POSTE : 

Troubles de la vie privée et de la vie sociale : – Non participation à la vie sociale – Sentiment d’exclusion de la communauté – Activités extra professionnelles individuelles – Difficultés familiales (vie conjugale et éducation des enfants)


ROLE DU MEDECIN DU TRAVAIL : 

Aménagement des conditions de travail : – Horaires et roulements (rotations courtes) – Sécurité collective (plages de repos lors du travail de nuit) – Aménagements ergonomiques (tâches physiques plutôt qu’intellectuelles) – Lutte contre la fatigue (favoriser les repos supplémentaires) – Régularité des repas et possibilités de restauration sur place – Reclassement des travailleurs désadaptés


ROLE DU MEDECIN DU TRAVAIL : 

Surveillance médicale : – Travail de nuit classé en SMR selon le décret du 11 juillet 77 – Visite à l’embauche, à 2 mois, à 6 mois, à un an puis tous les ans – Inaptitude médicale pour les sujets porteurs d’affections chroniques susceptibles de poussées évolutives (troubles du sommeil sévères, troubles psychiatriques, traitements par psychotropes,…) – Rôle d’information (règles hygiéno-diététiques, repos)


LE JET LAG:

 

Désynchronisation observée en cas de vol trans méridien supérieur à 5h Personnels exposés : – Hommes et femmes d’affaires – Cadres commerciaux – Personnels navigants aériens

Symptomatologie apparaissant pour des voyages > 5 fuseaux horaires pour une durée de 4-5 jours


LE JET LAG: 

Troubles observés : – Troubles du sommeil (difficultés d’endormissement, insomnie, réveils précoces, somnolence diurne) – Troubles digestifs – Dégradations des performances, erreurs de jugement – Fatigue liée au voyage

Facteurs de variation : – Sujet matinal ou vespéral – Sensibilité à la privation de sommeil – Age


LE JET LAG: PROPOSITIONS : 

Régime alimentaire : – Petits déjeuners et déjeuners enrichis en protéines – Souper riche en hydrates de carbone

  

Synchronisations temporelles avant le départ : décalage d’une heure par jour et par fuseau Petits sommes dans le pays d’arrivée Hypnotiques à courte durée d’action vers l’Est Caféine vers l’Ouest


DESYNCHRONISATION – MOYENS THERAPEUTIQUES :    

Arrêt de la cause du dysfonctionnement (travail posté par ex.) Photothérapie : intensité de 2000 à 2500 lux pendant 1h Administration de mélatonine Manipulations non pharmacologiques du rythme veille / sommeil : privation de sommeil ou décalage progressif des heures d’endormissement


CONCLUSION : Rythmes biologiques ordonnés par l’horloge biologique interne, elle-même régulée par des synchroniseurs (activité socioprofessionnelle, rythme veille / sommeil)  Modification des rythmes en fonction des horaires et des contraintes de travail → Repérer par une surveillance appropriée → Connaître les mesures susceptibles d’améliorer les conditions de travail 


RYTHMES_BIOLOGIQUES