Issuu on Google+

La lithosphè re La lithosphè re est l’enveloppe rigide constitué e de la croûte terrestre et de la partie superficielle du manteau supé rieure et divisé e en plusieurs plaques qui se dé placent les unes par rapport aux autres.


A) Discontinuité de Mohorovičić . B) Discontinuité de Gutenberg. C) Discontinuité de Lehmann. 1) Croute continentale 2) Croute océanique 3) Manteau supérieur 4) Manteau inférieur 5) Noyau externe 6) Noyau interne.


Manteau supérieur : Formé essentiellement par des péridotites

Se divise en deux couches: Couche rigide dont la base situe à 70 Km, sous les océans à 150 Km, sous les continents Couche plastique jusqu’à 700 Km


Discontinuité de MOHO: C’est la limite entre la croûte terrestre et le manteau supérieur de la Terre. Marquée par une brusque augmentation de la vitesse des ondes sismiques : audessus de cette limite, ces ondes se propagent à des vitesses faibles alors qu'au-dessous les vitesses sont plus élevées.


Croûte continentale: Se divise en : Croûte continentale solide essentiellement granitique surmontée par endroit de roches sédimentaires. Elle est plus épaisse que la croûte océanique (de 30 km à 100 km sous les massifs montagneux). La croûte ou écorce terrestre représente environ 1,5% du volume terrestre. Elle était anciennement appelée SIAL (silicium + aluminium). Croûte océanique solide essentiellement composée de roches basaltiques. Relativement fine (environ 5 km). Elle est également appelée aussi SIMA (silicium + magnésium).


La mobilité verticale de la croute terrestre est régit par les règles de l’isostasie. Les mouvements verticaux: Sous l'effet de différents phénomènes, la lithosphère subit des déformations à grandes échelles qui conditionnent son relief. Les mouvements ascendants Il s'agit des mouvements qui soulève la lithosphère. •par un retrait rapide de masse : Ceci est dû à une compensation isostatique tardive en raison de la viscosité de l'asthénosphère. La lithosphère qui était épaisse, était plus enfoncée dans le manteau que le reste de la plaque. Une fois amincie, elle remonte lentement. L'érosion d'une montagne entraîne ce phénomène ou la disparition d'une calotte glaciaire, comme c'est le cas actuellement en finlande où l'on constate un soulévement de 9 mm par an.


•par un surépaississement lithosphérique : Selon un processus tectonique : ce sont les différentes zones de collisions, mais ce peut être également le cas des zones d'obduction ou de zones de transpression (régions séparant deux zones de subduction à vergence inversée, comme c'est la cas en nouvelle-zélande ou zones de compression existant au niveau de décrochements). Selon un processus magmatique :C'est le magmatisme qui est responsable du soulévement par surépaississement et diminution de la densité. Exemple des arcs insulaire et de la chaîne des Andes. •par réponse flexurale de la lithosphère : En périphérie des zones de subduction ou en périphérie de points chauds, se forment des flexures de la lithosphère soit sous l'effet de la plongée de la plaque, pour le premier cas, soit sous l'effet de la masse du relief dans le second cas. Cette flexure correspond à une remontée de la lithosphère. Un phénomène similaire à lieu lors de la formation des rifts.


Les mouvements descendants ou la subsidence La croûte peut s'enfoncer en fonction de différents facteurs. Subsidence Tectonique : elle aboutit à un amincissement crustal, par des failles normales dans la partie supérieure de la croûte et par un fluage crustal dans la partie inférieure ou par un étirement de la croûte par une extension régionale. Cette subsidence se rencontre dans : les rifts : Exemple du lac Baïkal qui est issu de l'influence de la collision de l'Inde avec l'Eurasie. les marges actives : Au niveau de la fosse océanique existe un phénomène d'érosion tectonique : la plaque subducté attire la bordure continentale vers le bas et entraine une partie de la croûte continentale avec elle.


Subsidence Thermique : il y a contraction thermique de la lithosphère et augmentation de la densité. C'est notamment le cas lors de la détumescence thermique des marges continentales après la formation d'un océan. Subsidence Flexurale : C'est la réponse de la lithosphère à une charge. Les reliefs, océanique surtout, fléchissent localement la lithosphère. (les bordures de la flexure , eux ont tendance à s'élever). C'est le cas de la réunion et des bassins d'avant-chaine où se déposent des flyshs et des molasses.


Les mouvements horizontaux:

Les mouvements de divergence: Traduisent un éloignement de deux plaques lithosphériques l'une par rapport à l'autre au niveau d'une dorsale. Les mouvements de convergence: un rapprochement des deux plaques lithosphériques au niveau des zones de subduction et de collision. les mouvements de coulissage Donnent des failles que l'on nomme transformantes car elles relient les frontières convergentes avec les frontières divergentes. Les mouvements de convergence et de divergence se compensent.


Les différentes types de la lithosphères: La lithosphère océanique: la lithosphère océanique composée d'une couche sédimentaire, absente si la plaque est jeune, de croûte océanique et d'une partie du manteau supérieur ; La lithosphère continentale: la lithosphère continentale composée de croûte continentale, d'une partie du manteau supérieur et d'une plateforme continentale immergée


Lithosphère thermique: Lithosphère = couche limite thermique conductrice, viscosité élevée

Base de la lithosphère thermique = limite entre manteau conductif et le manteau convectif

Lithosphère elastique: La lithosphère se compose de couches plus cassantes et de couches plus ductiles, mais l'ensemble se comporte comme un solide que l'on peut déformer de façon élastique, c'est à dire qui revient à sa forme originale lorsque la contrainte appliquée disparaît. Une des contraintes que la lithosphère peut subir c'est une surcharge locale, soit en son intérieur comme le poids d'une calotte glaciaire ou d'un large volcan (Hawai), soit


Lithosphère géochimique –Réservoir isolé –Signature géochimique propre –Séparée de la convection mantellique depuis plus de 109ans. Lithosphère sismique –Par opposition à la LVZ (asthénosphère), la lithosphère est une zone à forte vitesse –Variation de Vs à~10-20 km pour océans jeunes –Variation de Vs à~150-200 km pour cratons Lithosphère mécanique –Milieu élastique, par opposition à l’asthénosphère visqueuse –Pour les océans coïncide avec l’isotherme 600°C Lithosphère thermique –Son épaisseur est définie par la profondeur de l’isotherme 1280°C, température de fusion des roches mantelliques Lithosphère


Présentat..