Page 1


MADAMELyon

TOUT VOIR, TOUT AVOIR, TOUT SAVOIR EN OUVERTURE PRÉCIEUX FÉTICHES ON A TESTÉ L’atelier de restauration de vélos : Dead is Hype MAD@ME WEB

p.3 à 8

p.10 p.12

BIJOUX H S T C FÉ I E UN BIJOU N’EST JAMAIS ORDINAIRE. IL PARTICIPE À L’APPARENCE PHYSIQUE, S’INSCRIT COMME INDICATEUR SOCIAL, REFLÈTE L’APPARTENANCE… SON PORT, SON DON, SA CIRCULATION SONT RAREMENT FORTUITS CAR IL REPRÉSENTE SOUVENT POUR LES FEMMES QUI L’ARBORE UN SOUVENIR DANS LA CONTINUITÉ. AVOIR CE BIJOU SOUS LES YEUX EST UNE MANIÈRE D’EXISTER, DE MAINTENIR LE LIEN AFFECTIF AU PLUS PRÈS. C’EST CET ATTACHEMENT, CETTE HISTOIRE SI PERSONNELLE, QUE DEUX FEMMES ONT ACCEPTÉ DE NOUS DÉVOILER. RENCONTRES.

ÉMILIE FORNAS

UN LIEN AFFECTIF

A

PAR AGNÈS GUILLAUME

Avec un sourire empli de belles notes, Émilie Fornas nous montre sa main droite où trône dans une relative discrétion deux bijoux en or. Sur son auriculaire une croix retenue par une chaîne et sur son annulaire une médaille montée sur un anneau. Les deux bagues sont simples, uniques, et on le sent, chargées d’émotions. « Elles me collent littéralement à la peau et je ne suis pas prête à les en-

lever. » Émilie a une petite trentaine, un visage angélique, le goût des belles choses et les sentiments à fleur de peau. « Chaque fois que je les touche, que je les regarde, je pense à mes deux grands-pères. C’est un sentiment plaisant, rassurant. » Femme assumée, elle aime, connaît et possède de très beaux bijoux avec des pierres précieuses et des montures savantes. « J’ai fait mes armes chez Cartier avant

PHOTO : ERIC SOUDAN/ANDIA.

PRÉCIEUX

madameFIGAROLYON3


Bague en or jaune sablé,fleur de corail rouge et diamant blanc de Yannick Monchanin.

La bague Architecture Cité Carrée de Philippe Tournaire,en platine et diamant. 103,rue Édouard-Herriot, Lyon 2e (Tél.: 04.78.92.93.94 ; www.philippetournaire.com).

25,rue Royale,Lyon 1er (Tél.: 04.78.29.01.79 ; www.yannick monchanin.com).

Bague Première Rosée en argent, pierres précieuses et pierres fines de Laurence Oppermann. Sur rendez-vous à l’atelier au 25,rue Chinard,Lyon 9e (Tél.: 06.61.41.02.05 ; www.laurenceoppermann.com).

PLUIE DE

BIJOUX

La bague Prestige en or gris avec saphirs multicolores et diamants de Romain Herzo.

Collier Boulier Black Moon de Ginette NY en or et onyx. La marque Ginette NY est distribuée chez Beaumont&Finet. 100,rue Édouard-Herriot, Lyon 2e (Tél.: 04.78.28.17.77 ; www.beaumont-finet.com).

85,rue Édouard-Herriot,Lyon 2e (Tél.: 04.78.37.52.23 ; www.herzo.fr).

BIJOUXprécieux fétiches

de travailler à Paris dans le milieu de la haute joaillerie. » Ici, il n’est pas question d’euros mais de lien affectif. « Cette croix a été dessinée par mon grand-père pour le baptême de ses petits-enfants. Récemment j’ai fait faire un moule, et un jour, j’aimerais en offrir un exemplaire à mes deux enfants. »

Des bijoux qui racontent des histoires

Lorsqu’elle évoque la médaille de Gérard Dutreil né le 5 février 1915, ses yeux brillent. « Mon grand-père est décédé en 2010, je venais juste de rentrer de Paris. J’étais donc présente. Nous étions très proches. Je me souviens de nos déjeuners hebdomadaires, tous les deux, depuis mes 12 ans. Peu de temps avant de partir, il nous avait convoqué avec mes cousines pour choisir un bijou appartenant à la famille. Sans hésitation, j’ai opté pour sa médaille de baptême. J’ai ignoré les perles, diamants et autres saphirs… Je savais précisément ce que je voulais et ce que j’allais en faire. La pendre à mon cou me semblait trop classique. J’ai décidé de la transformer en bague. » Ainsi, le lien s’offre au regard et suscite la discussion. Émilie parle de la médaille, de l’ange, de la patine. Elle plonge surtout dans ses souvenirs de petite fille, la maison de campagne, les vacances à la mer. Pragmatique, elle apprécie aussi de pouvoir les porter sous la douche, la nuit, dans l’eau, hiver comme été, quelque soit sa tenue. ■

Pendentif Jardin d'hivers en or blanc et diamants de Bruno Alquier.

La marque Pomellato est distribuée chez Augis 1830 : 32,rue de la République, Lyon 2e (Tél.: 04.72.41.18.30) et chez Fabienne Géliot Joaillerie : 36,rue Franklin-Roosevelt, Lyon 6e (Tél.: 04.78.24.82.90).

4madameFIGAROLYON

9,cours Vitton,Lyon 6e (Tél.: 04.78.89.24.82 ; www.brunoalquier.com). PHOTOS : HIP GALERIE D’ART - D.R.

Boucles d’oreilles Pomellato Victoria en or rose et jais.


COMMUNIQUÉ

CET AUTOMNE, LYON DEVIENT UNE GRANDE CAPITALE ! DU 15 AU 25 NOVEMBRE, LA BOUTIQUE MAIER DE LA RUE PRÉSIDENT ÉDOUARD-HERRIOT SE MET AUX COULEURS DE CHAUMET.

À

À l’occasion d’une exposition tout à fait extraordinaire, le célèbre joaillier de la place Vendôme dévoilera ses dernières nouveautés et de nombreuses parures d’une finesse inouïe. Jamais à Lyon il n’aura été donné de découvrir autant de pièces signées Chaumet, lesquelles, en temps normal, ne quittent pas leur écrin parisien, londonien ou encore, moscovite. Montres précieuses, bagues diadème, bijoux ornés de pierres aussi envoûtantes que l’opale rose, le saphir violet ou le spinelle rouge, issus des collections « Liens », « Joséphine », « Class One », « Bee my Love » feront briller le showroom Maier Joaillier de mille feux.

CHAUMET

dévoile ses nouvelles créations à Lyon De si beaux liens… Collection-phare, « Liens » file la métaphore de l’attachement. Elle est déclinée en bagues, pendentifs, bracelets et diadèmes porte-bonheur, et s’inscrit dans la tradition des bijoux de sentiments de la maison, fondée en 1780. En 2012, cette figure en diamants s’associe au mystère et à la modernité de la céramique noire ou se pose sur un fil d’or, afin de se réinventer, une fois de plus. C’est ce même lien que l’on retrouve pour la première fois sous la forme d’un dia-

dème bandeau, délicate ligne d’or entièrement sertie de diamants. Avec cette création, Chaumet signe une nouvelle approche du bijou, actuelle, féminine et singulière. Fidèle à son habitude, en hôte de marque, Jean-Louis Maier saura ponctuer l’événement de surprises dont il a le secret. Amoureux du beau, du savoir-faire séculaire des grandes maisons françaises, en quête du cadeau de rêve, un événement unique à ne pas manquer.

101, rue du Président Édouard Herriot, Lyon 2e. Tél. 04 72 04 90 50. Exposition Chaumet du 15 au 25 novembre 2012


BIJOUXprécieux fétiches

CATHERINE TERMOZ

UN AMOUR BIENVEILLANT

C

Catherine Termoz, critique gastronomique installée à Grenoble, a dit oui à son mari il y a maintenant de longues années. Elle se souvient parfaitement de ce jour heureux et de la bague de fiançailles qui scintillait à son doigt. Une ravissante « marguerite » en or jaune, sertie de diamants, achetée chez un grand joaillier parisien. Dans les années 80, ce magnifique bijou incarnait la tendance. Les années passent, les modes se succèdent, les goûts évoluent. La belle « marguerite » n’est plus de toutes les sorties et attend le plus souvent sagement dans le coffre. À l’annulaire de madame trône désormais des acquisitions plus récentes. « Je trouvais la forme vieillotte. Elle ne s’accordait plus avec mon style vestimentaire. J’avais des envies d’or blanc. J’avais secrètement le désir d’un solitaire ».

Expliquer la chose à son époux n’était pas aisée. La bague de fiançailles est le souvenir par excellence d’un jour, d’un oui, d’une vie. C’est une pièce d’une grande valeur affective que l’on conserve, religieusement. N’écoutant que son courage, Catherine décide de s’en ouvrir à son homme. « J’ai choisi le moment propice, lors d’un week-end, autour d’un bon repas. Sa première réaction a évidemment été la surprise. Je ne suis pas sûre qu’il aurait accepté que je la vende pour en acheter une nouvelle. » Catherine lui propose simplement de conserver les pierres et de rajeunir le design. La réponse sera une nouvelle fois oui. Aujourd’hui, notre élégante est radieuse. « Cette bague est splendide. Je ne la porte pas au quotidien car elle est imposante et nécessite d’être apprêtée, mais je sollicite les occasions. » D’un sourire complice, elle avoue que la transformation a eu un coût. « Mes fils n’ont pas fait de commentaire. Ma belle-mère m’a juste dit : Ah, vous avez une nouvelle bague ! Les silences sont parfois plus éloquents que les mots. Personnellement je suis en paix. La bague est à sa place et abrite tout le symbole de notre amour. » ■ ✔ REMERCIEMENTS au joaillier lyonnais Maier qui nous a ouvert ses portes et son carnet d’adresses pour la réalisation de ce sujet. ✔ PLUS D’INFOS : MAIER Joaillier : 101, rue ÉdouardHerriot, Lyon 2e. (Tél.: 04 72 04 90 50; www.maier.fr)

8madameFIGAROLYON

PHOTO : ERIC SOUDAN/ANDIA.

Rajeunir le design


LIFESTYLE

ON A TESTÉ L’ATELIER DE RESTAURATION DE VÉLOS

DEAD IS

HYPE

Remettre en selle des vélos exsangues en les rénovant chic, un concept imaginé par Nicolas Marchi.

AVEC GRAND SOIN ET TRÈS BON GOÛT, L’ATELIER DEAD IS HYPE REMET À NEUF DES VÉLOS HORS D’ÂGE, PARFOIS CARRÉMENT HORS D’USAGE. LE NÔTRE ÉTAIT « DEAD », LE VOILÀ « HYPE ». RÉCIT. PAR ANTOINE ALLEGRE

V

ous avez, comme tant d’autres, conservé le vélo de grand-père à la cave ? L’objet est rongé par la rouille mais pas suffisamment oxydé pour cacher ses couleurs criardes et sa selle d’avantguerre en lambeaux ? Pour soigner sa cardio avec style, on repassera. Pour le reste, un atelier d’un genre nouveau a fait irruption voilà quelques semaines dans le monde des cyclistes lyonnais : Dead is Hype. Son credo ? Remettre en selle des vélos exsangues en les rénovant chic. Un concept imaginé par Nicolas, aimable trentenaire et ex-joaillier totalement fondu de culture skate. « Tout est parti d’une série de coups de main, explique Nicolas. Un jour, ma belle-mère m’a offert un vieux vélo de course pour me changer les idées, parce que j’étais au chômage depuis quelques mois. La seule

10madameFIGAROLYON

chose que j’ai eu envie de faire, c’était de lui redonner un coup de peinture. En voyant le résultat, un ami m’a passé une commande. Il y en a eu une autre et encore une autre… ».

Cosmétique et mécanique

Depuis un an, Nicolas s’attèle donc à la rénovation de vélos hollandais, pignons fixes, randonneuses, cruisers, vélos de course et compagnie. Désormais épaulé par son ami John, nous lui avons confié notre petite reine, jadis immaculée, en piètre état. Direction, le magasin Les Cycles Sancassiani à Tassin-la-Demi-Lune,

dans lequel Nicolas a installé son atelier. « C’est un vrai plaisir d’effacer une épaisse couche de crasse et de trouver une signature de cadreur renommé, tel que Hélium ou Concor », s’extasie-t-il. Avec le soin et le goût caractéristique des fignoleurs, Nicolas ponce, repeint et customise à l’envie du client. Même la « récup » a une place particulière dans le cœur du patron puisqu’il travaille avec des matériaux de première main, à l’image des luxueux accessoires Brooks, selles fines, poignets ou sacoches. Notez que la rénovation n’est pas seulement cosmétique chez Dead is Hype, la mécanique étant également dorlotée à grands renforts de systèmes de frein sophistiqués, de gardes-boue chromés, de pneus colorés voire de moteurs électriques… Comptez entre 350 et 1 200 € pour une rénovation, selon l’ampleur des travaux à réaliser. « Certaines personnes poussent le vice jusqu’à me demande de retrouver un équipement entièrement d’origine, comme des roues à cercle en bois », s’amuse-t-il. Tel un détective, Nicolas se lance alors à la recherche de la pièce détachée rarissime. En esthète. ■ ✔ PLUS D’INFOS : deadishype.blogspot.fr. Prise de rendez-vous personnalisé sur deadishype@yahoo.fr


MAD@MEweb

Nyack

COMMUNITY MANAGER POUR LE SITE YELP LYON, TROUVEUSE (ET PARTAGEUSE) DE BONS PLANS, BLOGUEUSE « LIFESTYLE », LYONNAISE, TRENTENAIRE ACTIVE… CAMILLE D’ESSAYAGE C’EST UN PEU TOUT ÇA ET PLEIN D’AUTRES CHOSES AUSSI. À RETROUVER CHAQUE MOIS. « Je n’aime pas le vélo… Je sais, c’est triste. On me dit souvent que ça manque à ma panoplie de parfaite bobo urbaine, et c’est vrai que dans ma vie rêvée, j’aimerais beaucoup être de celles qui dévalent les pentes de la CroixRousse sur un vélo chic, avec un joli petit panier accroché à l’avant. Oui, oui ! Mais j’ai beau réfléchir, non, vraiment, je ne me fais pas assez confiance pour affronter la ville à deux roues ! Et ce ne sont pas mes rares tentatives en Vélo’v qui m’ont convaincue… Cela dit, parfois, j’aime à me dire que je pourrais le faire, et que ça serait drôlement chouette, ma vie à vélo. Je pourrais par exemple acquérir la monture de mes rêves chez Lyon Cycle Chic, boutique au nom parfait. Ou alors chez Holland Bikes, qui donne des envies de course le long des canaux. J’achèterais ensuite chez Vélonaute de quoi ne jamais me faire voler mon vélo, et même un marquage pour le retrouver le cas échéant. Quand je descendrais de mon vélo, ça serait u-ni-que-ment pour me documenter sur tout l’univers du deux roues chez Pignon sur Rue. Je pourrais même aller plus loin dans la thématique et ne plus acheter mon pain qu’au bien-nommé Miecyclette, qui distribue son pain à vélo, s’il vous plaît ! Et puis, si malgré toutes ces précautions, un jour je cassais mon vélo, pas de souci : déjà j’aurais révisé avant et je saurais comment le réparer, mais au cas où, je foncerais chez Le Recycleur (voir On a testé). Je deviendrais ensuite tellement accro que j’adhèrerais à L’Atelier du Chat Perché, atelier participatif et auto-géré, avant de prendre la route de la prochaine Vélorution ou tiens, de me mettre au Bike Polo, nouveau sport des urbains branchés. Ce serait pas mal, non ? »

À retrouver sur www.camilledessayage.com et le 7 décembre dans votre prochain Madame Figaro Lyon.

12⏐madameFIGARO⏐LYON

Luxe twitter Vélo Facebook

Recycleur

Marché des soies

Charme

ÉVÉNEMENT www.intersoie.org/ateliermarche-des-soies.php Organisé du 22 au 25 novembre au Palais du Commerce de Lyon, le Marché des Soies est de retour avec, en guise de marraine, l’icônique agnès b. Et, si l’on pourra acheter, comme chaque année, foulards, cravates, étoles, carrés ou coupons griffés Cédric Brochier, Malfroy et Million, Bianchini-Férier ou Tassinari et Chatel, on s’intéresse beaucoup aux ateliers créatifs orchestrés par le Musée des Tissus et le Village des Créateurs. Au programme ? Teinture sur soie avec la créatrice Sophie Guyot, apprentissage de la sérigraphie avec Unique en série et création d’un pendentif en coton de soie et soie brute avec Nadège Cézette. À partir de 21 € et pour s’inscrire c’est ici : animation@museedestissus.com

MODE www.facebook.com/NyackBoutique Vu et adoré sur la page Facebook de l’adorable boutique Nyack de Nathalie : le non moins génial « pull à jacquards perses » de Moonchild. Une jeune marque, « porteuse d’une dimension mystique et contemplative » imaginée par Pascal Koehl, ancienne styliste chez April 77 en 2010, qui explore cette saison « les tricots épais, les dentelles fines et les motifs floraux bohémiens. » Un peu folk, un peu étrange, terriblement séduisant. Pour gipsy queens pointues. LYON ■ Pages régionales réalisées par OBJECTIF UNE ■ ÉDITEUR DÉLÉGUÉE : Amélie Baghdiguian ■ ASSISTANTE : Frédérique Roche. Tél. : 04 72 83 96 91. ■ RÉDACTRICE EN CHEF DÉLÉGUÉE Audrey Grosclaude ■ ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO Antoine Allegre, Agnès Guillaume ■ MAQUETTE Pôl’arts Lyon. ■ PUBLICITÉ Partenaire Régie, 15 rue Louis-Blanc, 69006 Lyon - www.partenaire.fr ■ CONTACTS : Claudine Chartier, Élodie Dupard, Anne Jaudoin. Tél. : 04 72 83 74 60.

PHOTOS HENRY GRANJEAN - D.R.

D’ESSAYAGE

Camille d’Essayage

Vélonaute

CAMILLE

Agnes B

LA CHRONIQUE DE

MADAME FIGARO LYON NOVEMBRE  

Spécial Bijoux, On a testé l'atelier de réparation de vélo "Dead is hype", la chronique de Camille d'Essayage...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you