Page 41

A c t u a l i t é s

Nouvelles publications

Effets sur la faune des processus de récolte des prairies

Rapport ART 724

Effets sur la faune des processus de récolte des prairies

Août 2010

Rapport ART 724 Après une synthèse ap­profondie de la littérature, ART a testé l’effet de différentes faucheuses et des étapes du processus d’exploitation des prairies sur les orthoptères, les chenilles et des leurres en cire. L’étude sert de base à l’exploitation mécanique des prairies «protégées» et des surfaces de compensation écologique dans le respect de la faune qu’elles abritent. Les expériences ont permis de classer les différentes techniques de fauche par ordre décroissant, quant à leur impact négatif: faucheuse rotative avec conditionneur > faucheuse à deux essieux équipée d’une rotative > faucheuse rotative sans conditionneur ou tracteur avec barre de coupe > motofaucheuse. Les roues du tracteur participent significativement à l’impact négatif des machines. Le fanage et l’andainage du foin qui suivent ainsi que le bottelage et le chargement entraînent chacun des taux de mortalité aussi élevés que la fauche. Ces étapes de la récolte, effectuées avec un tracteur après la fauche, peuvent presque annuler les dégâts limités de la fauche réalisée à l’aide d’une motofaucheuse. Sur l’ensemble de la récolte, l’emploi d’un conditionneur conduit aux taux de mortalité les plus élevés. Dans l’ensemble, peu d’animaux survivent aux techniques de récolte habituellement employées aujourd’hui. ART a étudié si les orthoptères pouvaient se réfugier dans des zones non fauchées pendant la récolte. Les résultats ont montré que, dans de tels refuges, la densité d’orthoptères était deux à trois fois plus élevée à la fin de la récolte qu’au début. Il est donc recommandé de préserver des zones non fauchées pour faciliter la survie de la faune habitant les prairies. D’autres recommandations sont données pour préserver la faune lors de la récolte de l’herbe.

Rapport ART 725

Agroforesterie moderne en Suisse Vergers novateurs: productivité et rentabilité

Agroforesterie moderne en Suisse Vergers novateurs: productivité et rentabilité

Juillet 2010

Auteurs

Humbert Jean-Yves, Richner Nina, Sauter Joachim et Walter Thomas, ART

Fig. 1: Efficacité des zonesnon fauchées dans le rôle de refuges pour les orthoptères. Démonstration sur le terrain pour la CI Nature et Agriculture, canton d’Argovie (4.7.2009; Photos: Jean-Yves Humbert, ART).

Ghazoul Jaboury, ETH Zürich

Après une synthèse approfondie de la littérature, ART a testé l’effet de différentes faucheuses et des étapes du processus d’exploitation des prairies sur les orthoptères, les chenilles et des leurres en cire. L’étude sert de base à l’exploitation mécanique des prairies «protégées» et des «surfaces de compensation écologique» dans le respect de la faune qu’elles abritent. Les expériences ont permis de classer les différentes techniques de fauche par ordre décroissant, quant à leur impact négatif: faucheuse rotative avec conditionneur > faucheuse à deux essieux équipée d’une rotative > faucheuse rotative sans conditionneur ou tracteur avec barre de coupe > motofaucheuse. Les roues du tracteur participent significativement à l’impact négatif des machines. Le fanage et l’andainage du foin qui suivent ainsi que le bottelage/ le chargement entraînent chacun des taux de mortalité aussi élevés que la fauche.

Impressum

Edition: Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART, Tänikon, CH-8356 Ettenhausen, Traduction Regula Wolz, ART

Les Rapports ART paraissent environ 20 fois par an. Abonnement annuel: Fr. 60.–. Commandes d‘abonnements et de numéros particuliers: ART, Bibliothèque, 8356 Ettenhausen T +41 (0)52 368 31 31 F +41 (0)52 365 11 90 doku@art.admin.ch Downloads: www.agroscope.ch ISSN 1661-7576

Ces étapes de la récolte, effectuées avec un tracteur après la fauche, peuvent presque annuler les dégâts limités de la fauche réalisée à l’aide d’une motofaucheuse. Sur l’ensemble de la récolte, l’emploi d’un conditionneur est responsable des taux de mortalité les plus élevés. Dans l’ensemble, peu de petits animaux survivent aux techniques de récolte généralement employées aujourd’hui. C’est pourquoi ART a étudié si les orthoptères pouvaient se réfugier dans des zones non fauchées pendant la récolte. Dans de tels refuges, la densité d’orthoptères était deux à trois fois plus élevée à la fin de la récolte qu’au début. Il est donc recommandé de préserver des zones non fauchées pour faciliter la survie de la faune habitant les prairies (fig. 1). D’autres recommandations pour une récolte de l’herbe respectueuse de la faune sont également explicitées.

Auteurs Alexandra Kaeser, Firesenai Sereke, Dunja Dux, Felix Herzog, ART felix.herzog@art.admin.ch Impressum Edition: Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART, Tänikon, CH-8356 Ettenhausen, Traduction Regula Wolz, ART Les Rapports ART paraissent environ 20 fois par an. Abonnement annuel: Fr. 60.–. Commandes d‘abonnements et de numéros particuliers: ART, Bibliothèque, 8356 Ettenhausen T +41 (0)52 368 31 31 F +41 (0)52 365 11 90 doku@art.admin.ch Downloads: www.agroscope.ch

Fig. 1: Production de bois d’œuvre avec des merisiers dans un champ de céréales en France (F. Liagre, France). Les arbres disparaissent à vue d’œil du paysage suisse. L’agroforesterie peut combattre cette tendance puisqu’elle consiste à planter des arbres sur les surfaces qui servent aussi aux cultures agricoles annuelles destinées à la production de denrées alimentaires, d’aliments pour animaux ou à la pâture. Que signifie le terme d’agroforesterie? D’une part, il recouvre des systèmes connus comme les vergers traditionnels d’arbres à haute tige ou les pâturages boisés qui courent de plus en plus le risque de disparaître. D’autre part, il englobe également des

systèmes modernes comme la production de bois d’œuvre dans les prairies ou sur les parcelles cultivées (cf. fig. 1). Le présent rapport décrit différents systèmes d’agroforesterie moderne qui entrent en ligne de compte pour la Suisse. Leur productivité et leur rentabilité sont comparées à celles des monocultures. Les calculs montrent que les systèmes agroforestiers sont plus productifs que les monocultures et qu’ils peuvent aussi être intéressants sur le plan économique dans la mesure où ils sont subventionnés.

ISSN 1661-7568

Rapport ART 725 Les arbres disparaissent à vue d’oeil du paysage suisse. L’agroforesterie peut combattre cette tendance en plantant des arbres sur les surfaces qui servent aussi aux cultures agricoles annuelles destinées à la production de denrées alimentaires, d’aliments pour animaux ou à la pâture. Que signifie le terme d’agroforesterie? D’une part, il recouvre des systèmes connus comme les vergers traditionnels d’arbres à haute-tige ou les pâturages boisés, à terme menacés de disparition. D’autre part, il englobe également des systèmes modernes comme la production de bois d’oeuvre dans les prairies ou sur les parcelles cultivées (fig. 1). Ce rapport présente différents systèmes d’agroforesterie moderne adaptés aux conditions suisses. Leur productivité et leur rentabilité sont comparées à celles des monocultures. Les calculs montrent que les systèmes agroforestiers sont plus productifs que les monocultures et pourraient s’avérer intéressants sur le plan économique s’ils sont subventionnés. Alexandra Kaeser, Firesenai Sereke, Dunja Dux et Felix Herzog, Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART

Jean-Yves Humbert, Nina Richner, Joachim Sauter et Thomas Walter, Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART Ghazoul Jaboury, EPF Zurich Recherche Agronomique Suisse 1 (10): 397–399, 2010

397

Edition 10 octobre 2010  

Edition 10 octobre 2010