Page 1

Documentaire - Webdoc - Livre www.agilisme.com


2


3

INDEX Présentation 5 Enjeux du documentaire 7 Intentions filmiques: les quatre saisons 9 Vision d’ensemble du projet 12 Un documentaire 13 Résumé 14 Un web-doc 15 Chronogramme 18 Equipe 21 Planning tournage 25


4


5

Présentation

Pendant la réalisation de mon dernier film sur Lee Kyung Hae, j’ai rencontré des hommes qui mettaient en place des alternatives à l’agriculture intensive. Au Mexique, mais aussi à Genève, de partout dans le monde la question de la production agricole se posait alors et se pose encore. Les circuits courts apparaissaient, pendant qu’à Detroit ou en Angleterre , des projets de villes en transition germaient. Pendant une rencontre organisée par le PILES qui réunissaient différents acteurs de la région au jardin de “Font-oscur” à Marseille, j’ai pu me rendre compte qu’un mouvement existait et que son existence même traduisait les inquiétudes d’une époque.

Il m’a semblé que filmer ce mouvement c’est aussi rendre compte d’un état du monde urbain. En effet, ce n’est pas seulement la nourriture mais aussi le partage de celle-ci, son mode de production, la rupture de l’isolement des citadins, l’intégration d’une partie des habitants dans la cité, toutes ces problématiques qui trouvent des réponses dans la réalisation d’un jardin, dans son développement mais aussi dans ses échecs, ses essoufflements. Le projet Graines urbaines, cherche à rendre compte de ces nouvelles approches de l’homme urbain vis à vis de sa nourriture mais aussi de son environnement.


6


7

Enjeux du documentaire A Marseille mais aussi dans de nombreuses villes existe un mouvement de citoyens et citadins qui cherchent à s’émanciper dans la réalisation de jardins partagés, en végétalisant les rues, organisant des circuits courts, créant des liens entre agriculteurs, jardiniers, citadins.

manque que celui-ci remplit ? Quels sont nos priorités ? Comment partager le fruit de sa récolte ? Comment travailler ensemble ? Qu’estce qui les pousse à jardiner ? Que recherche-t-on dans les plantes, la terre ? Qu’est-ce que le jardin leur donne ? Des légumes, est-ce tout ?

Pour faire face à de nombreuses problématiques urbaines, identitaires ( les quartiers populaires et l’image qu’ils véhiculent), l’isolement des citadins, la pollution, la nourriture, mais aussi afin de trouver un sens de vie et une vie plus agréable à vivre. En jardinant, les habitants transforment le paysage mais aussi eux-mêmes.

La volonté de jardin peut s’inhiber à cause de doutes qui peuvent destructurer et détruire le projet. L’environnement mais aussi la ville et ses impératifs peuvent générer des violences et mettre en place ces doutes.

Nous suivrons plusieurs personnes pendant un an, au sein du quartier de Font-vert durant les quatre saisons. Chaque personne sera filmée dans son jardin, chez elle, dans son local, sa rue, son quartier. Nous chercherons à comprendre et à visualiser comment le jardin transforme l’environnement et les personnes qui s’en occupent. Nous allons découvrir un microcosme, ou l’humanité dans son ensemble pourra se révéler. Les liens entre les habitants. Les jardins qui les unissent mais aussi les objectifs que chaque jardinier s’est fixé, révélent un trame narrative. Le jardin permet d’aborder des questions posées par l’environnement dans lequel habite la personne, le jardinier, la structure qui porte le projet de jardin, la société qui donne naissance au projet.Pourquoi faire un jardin ? Quel est le

Quel est le rôle du bailleur, des structures qui encadrent les habitants ( le logirem, la ville, la caf, la Maison des Familles)? Comment envisagent-ils le projet ? Quelle vision de l’habitant construisent-ils ? Le jardin peut aussi s’effondrer de par le fait de vandalisations, supposées, envisagées ? Le collectif peut se démobiliser ? Qu’est-ce qui démobilise, destructure le jardin? Comment s’articule cette évolution ? Comment un jardinier entreprend de réaliser son projet ? qu’est-ce qui le motive ou le démotive ? Un jardin dans une cité c’est aussi la possibilité de penser autrement la cité-ville, c’est aussi créer des liens différents, mettre en place des temps et des espaces différents. Observons comment tout cela s’articule. Comment le jardinier vit ces interventions .


8


9

Intentions filmiques: les quatre saisons En tant que personne ayant grandis dans un milieu urbain, chaque brindille, fleurs, ou insectes me permettent d’approfondir mon lien à la vie. A la dureté de la pierre et du ciment j’oppose la douceur d’une feuille ou d’une aile de papillon. Cette alchimie de l’espace urbain est condensée dans les jardins et parcs qui oxygènent la ville et ma vie urbaine. Depuis longtemps je perçois chaque transformation en observant les différences que le temps porte sur les objets et êtres qui m’entourent. J’ai aiguisé un regard sur les plantes. J’aime y observer des lignes et distribuer mes cadrages, plaçant telle feuille en avant. Cherchant à chaque plan de personnifier une partie de la plante. A ce propos j’ai remarqué que chaque jardinier aime prêter une âme aux plantes, et parle des plantes comme s’ il s’agissait d’une personne. Sensible aux métamorphoses, comme les jardiniers à celui de leurs plantes, je pars à la rencontre d’un phénomène, la ruralisation des citadins.

Pour saisir cela j’irai à la rencontre des jardiniers et aussi à celle des plantes qui y sont jardinées, appréciant leurs formes, leurs lignes et leurs couleurs. Chaque personnage de ce film est relié aux autres. Il s’agit d’un microcosme. La démarche de chaque jardinier est originale et répond à ses propres urgences. Pour cela le microcosme du jardin est un concentré de l’humanité, de la ville de notre époque. Nous y observerons les démarches de chaque jardinier comme autant de chemins vers le bien être.


10


11


12

Vision d’ensemble du projet UN DOCUMENTAIRE

UN WEB-DOC

L’ agriculture urbaine se met en place dans Font-vert, cité de Marseille. Au cours des quatre saisons d’une année. Nous suivrons l’évolution d’un projet de jardin collectif porté par le collectif de jardiniers ainsi que la Maison des familles. En parallele nous suivrons l’évolution du jardin de Max et José, habitants de Font-vert. Jardin qu’ils ont entrepris de réaliser avec leurs propre moyens.

Un web doc, avec plusieurs portraits de 15 à 26 mn. Realisations de plusieurs portraits de jardins collectifs, ou partagés dans Marseille mais aussi dans la région Paca. Nous suivrons ces jardins pendant les quatres saisons.

UN LIVRE Dans ce livre nous chercherons à illustrer les jardins à partir de photos issus des tournages, mais aussi à partir d’archives des bailleurs sociaux et des familles. Ce livre complétera la démarche de réalisation en approfondissant l’écriture d’une histoire collective.


13

UN DOCUMENTAIRE Synopsis Dans la cité Font-vert, à Marseille, des habitants ont décidé de devenir des jardiniers maraîchers. Ils veulent mettre en place une jardin partagé où ils cultiveront de quoi nourrir leurs familles. Max, Ahmed, Rachid, Karim, Céline, Mme Driffa, Zaïa, toutes ces personnes veulent jardiner en bas de chez eux et montrer au monde une autre image de leurs quartiers.

au fil des saisons, accompagnant les habitants et restant à l’écoute d’un désir d’émancipation qui porte chaque jardinier au jardin partagé désiré.

La cité de Font-vert est une cité des quartiers nord de Marseille. Elle s’est illustrée dans l’actualité à travers des règlements de comptes, et autres faits divers. Notre caméra montrera un quotidien

Accompagnés par Jean-Yves Plichot, directeur de la Maison des Familles, ils devront s’armer de patience pour enfin voir ces jardins du haut de leur fenêtre .

Pour mettre en place ce jardin ils devront lutter contre de multiples adversités, le doute, mais aussi les susceptibilités.


14

Résumé Dans la cité Font-vert un collectif de jardiniers s’est mis en place. Ils veulent élaborer un jardin partagé. Avec l’aide d’un centre social, La Maison des Familles, ils vont construire ce jardin. Ils ont besoin de financement, ils ont besoin de valider certaines étapes du projet. Ahmed, Rachid, Farid, mais aussi des femmes, des anciens, veulent mettre en place un jardin partagé. Cela fait maintenant deux ans qu’ ils en parlent. Dans les années 1986 le père d’Ahmed, et le père de Rachid avaient mis en place un jardin dans lequel il cultivaient ensemble les légumes. Le visage de Karim s’ illumine lorsqu’il en parle. Il était petit et aimerait donner ces instants gracieux à ses propres enfants. Lorsque le directeur de La Maison des Familles, Jean Yves Pichot leur a parlé d’un jardin partagé, ils ont de suite adhéré. Pour le directeur ce projet est ambitieux, il existe beaucoup de difficultées. Il a fallu qu’il demande l’autorisation à l’architecte, qu’il convainque les bailleurs que le jardin n’allait pas être vandalisé. Il s’est avancé auprès des habitants et donc doit realiser ce projet, s’il ne veut pas passer pour une «trompette». Il s’est donc beaucoup investit pour trouver des financements.

Max quant à lui a entrepris de mettre en place son jardin en bas de chez lui. Il préfère avancer de son côté sans pour autant couper les ponts avec les jardiniers qui attendent beaucoup de la Mfa et de Jean Yves Pichot. Aidé par son voisin Fathi, ils préparent leurs jardins pour produire beaucoup et réaliser leurs rêves. Ahmed, Farid, Rachid et son frère Karim ont grandi à Font-vert. Ils savent que ce jardin peut transformer leurs vie, améliorer leur quotidien et donner une autre image de Font-vert. Farid fut filmé petit, lorsque Font-vert était un bidonville, nous irons à la recherche des ces images avec lui. José jardine au dessus des décombres de son ancien bâtiment. Pendant que Max remet en place son jardin il trouve des vestiges d’une ancienne tour qui fut détruite dans les années 80. Ces morceaux de porcelaines mais aussi des restes d’une fresque. En effet il dévoile derrière les ronces qui recouvraient un mur, des peintures effectuées par les enfants il y a maintenant 30 ans, celles faites par Karim, Rachid et Fathi dans les années soixante dix.


UN WEB -DOC Le projet de web doc repose sur une communauté importante de jardiniers, au sein de Marseille et ses environs. Elle est animée par le Réseaux des jardins solidaires de la méditerranée. Cette communauté est renforcée par de nombreux bénévoles. Nous avons pu voir sur le facebook de l’association Passeurs de jardins qu’il existe une communauté riche et active. 15

Une série de portraits Chaque jardin sera suivi pendant quatre saison. Ils ont chacun des objectifs à remplir. Nous aurons la possibilitée de suivre chacun de ces objectifs au cours de l’année. Au fil des saisons nous rencontrerons des jardiniers, des porteurs de projet , des experts, des habitants... Ce sont les rencontres effectuées au cours des ces portraits qui donneront à chaque jardin un regard original sur le mouvement des jardins et de l’agriculture urbaine.

Jardi’liens ( Aubagne ) Semailles ( Avignon ) A fleur de pierre (Dignes ) Les jardins de l’espérance ( La ciotat) Croc’Jardin ( La roque d’Anthéron ) Amieu Nereides ( Marseille ) Jardin des Aures ( Marseille ) Fonvert ( Marseille ) Virginie Lombard ( Marseille ) Kosmocolej’ ( Marseille ) Le jardin de la fraternité ( Marseille ) La rouguiere ( Marseille ) Graines de soleil ( Chateauneuf les martigues) Le jardin solidaire de super rimiez ( Nice )


16


17


18

Chronogramme

TOURNAGE PRISE DE PAROLES

Mars 2014

Mars 2015


19

UN WEB-DOC

UN DOCUMENTAIRE MONTAGE

DIFFUSION

UN LIVRE

Aout 2015

Novembre 2015


20


21

Equipe Porteur du projet Daniel Tromben Rojas ÉTUDES

Niv. Licence Arts du spectacle / Niv. Licence d’Histoire Université Paris 7 Denis - Diderot Filmographie:

Nebay donneur de couleurs .2000 Documentaire de 25 mn Diffusion lors du vernissage de Nebay au Kremlin-Bicêtre Lee Kyung Hae .2007 Documentaire de 56 mn. DVD L’harmathan Diffusion: Corée du Sud PBS Sélection dans 5 festivals: Rencontres du cinéma latinoaméricains El Sur. Paris.2008 Festival international du film Latino américain. Bordeaux. 2008 Festival Arrêt sur Images. Anvers.2008 Festival «Caméras des Champs». Ville-sur-Yron. 2008 FIDOCS . Santiago de Chile. 2008


22

Web-doc Raphael Wittman raph.wittmann@gmail.com Conception web / developpeur

Raphaelle Viala viaraphaelle@gmail.com Graphiste


23

Livres Audrey Panutti audreypannuti@hotmail.com Illustratrice

Eve Billa billa.eve@gmail.com Graphiste / Assistante redaction


24

Réalisation Eric Pinoy ericpinoy@free.fr Réalisateur

Marie Picard mpicard@urbanprod.net Réalisatrice

Colin Peguillan colin.peguillan@laposte.net Réalisateur

3 équipes de tournage Alain Mathieu pa.mathieu@cegetel.net Ingénieur du son

Olivier Ferapié contact@lacameraz.com Caméraman


25

Planning tournage Le web-doc

Le documentaire sur le jardin de Font-vert

Chaque portrait de jardin est composé de 4 tournages par saison

Nous suivrons les deux jardins se réaliser pendant un an.

L’equipe de tournage est composé par: un réalisateur / cadreur, un ingénieur du son Nous allons réaliser 14 portraits

Equipes de tournage: Daniel Tromben Rojas Réalisateur /Cadreur Alain Mathieu Ingénieur du son

3 équipes de tournage

Hiver Jardi’liens ( Aubagne ) Semailles ( Avignon ) A fleur de pierre (Dignes ) Les jardins de l’espérance ( La ciotat) Croc’Jardin ( La roque d’Anthéron ) Amieu Nereides ( Marseille ) Jardin des Aures ( Marseille ) Fonvert ( Marseille ) Virginie Lombard ( Marseille ) Kosmokolej’ ( Marseille ) Le jardin de Pauline ( Marseille ) La rouguiere ( Marseille ) Graines de soleil ( Chateauneuf les martigues) Le jardin solidaire de super rimiez ( Nice )

Printemps

Ete

Automne


AGILISME.COM danieltrombenrojas@gmail.com 06 31 27 92 77

Graines urbaines  

Brochure de présentation du documentaire et web-doc, "Graines urbaines". il s'agit d'un film sur les jardins partagés et plus globalement l...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you