Issuu on Google+

dossier

Quels projets d’aménagem

Retrouvez ce dossier du Petit Quentin sur TVFil 78 du 6 juin au 3 juillet - Les samedis, lundis, mercredis et vendredis à 18 h - Les dimanches, mardis et jeudis à 22 h Du 4 juillet au 4 septembre, en alternance, Les bons plans de l’été, Tourisme, suivez le guide ! et Les projets d’aménagement

I24I

L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 3 2 - j uin 2 0 0 8 o 

26-27 Quelles priorités pour SaintQuentin ? Cartographie des grands projets d’aménagement pour l’agglomération.


dossier

« Concertation et développement durable » Les nouveaux représentants des communes à la communauté d’agglomération (CA) ont réélu Robert Cadalbert à la présidence de l’assemblée. Le Petit Quentin l’interroge sur les priorités de ce nouveau mandat (2008-2013).

Le Petit Quentin : Quels sont les grands objectifs de ce nouveau mandat ? Robert Cadalbert : La première des priorités reste le logement. Il faut en construire, de tous types, dans l’ensemble des communes. Une autre priorité concerne les transports et les déplacements à l’échelle de l’agglomération. Il est indispensable de réaliser l’aménagement de la nationale 10, qui permettra de renforcer la sécurité, de réduire les nuisances des riverains, de recoudre le tissu urbain de Trappes et de fluidifier la circulation. Nous voulons aussi améliorer le réseau

I28I

L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 3 2 - j uin 2 0 0 8 o 

P. Q. : Où seront construits les logements ? R. C. : Ils seront réalisés dans les Zac [zones d’aménagement concerté, ndlr] existantes : Villaroy à Guyancourt, la Clef-de-SaintPierre à Élancourt, le cœur de bourg à Magny-les-Hameaux, le sud village à Montigny-le-Bretonneux. Mais aussi dans les nouvelles Zac : l’Aérostat à Trappes, la Remise à Voisins-le-Bretonneux, les Bécanes à La Verrière et les Réaux à Élancourt. Notre volonté est également de construire des logements correspondant aux normes de haute qualité environnementale. Nous allons ainsi privilégier la réalisation d’éco-quartiers. Notre PLH [programme local de l’habitat, ndlr] prévoit de construire environ 900 logements par an pendant six ans sur l’ensemble du territoire. L’État nous demande aujourd’hui de construire 2 m2 de logement pour 1 m2 d’activité. L’important est que ces logements correspondent bien aux besoins des habitants et des salariés des entreprises. Il y en aura donc de tous les types avec une volonté d’accentuer encore ceux réalisés en accession sociale.

P. Q. : Qu’en est-il pour les services publics rendus par la CA ? R. C. : Ma volonté est d’offrir aux SaintQuentinois des services publics de qualité correspondant à leurs besoins. Dans le contexte actuel, cela me paraît d’autant plus indispensable… Nous le ferons au travers des structures que nous avons créées, comme la Maison de l’entreprise, l’Institut de promotion de la santé avec le dispositif Gérondicap, la Maison de justice et du droit, la Maison de l’emploi ou la Maison des sciences et du développement durable. P. Q. : Vous envisagez de construire un hôtel d’agglomération ? R. C. : Depuis de nombreuses années, les services de l’agglomération sont dispersés. Pour des raisons d’efficacité du service public et dans un souci d’économie, il est nécessaire de regrouper tous les services de la CA dans un même lieu. Je pense que cet hôtel d’agglomération sera situé à Trappes afin qu’il soit géographiquement au cœur de Saint-Quentin-en-Yvelines. ■ Propos recueillis par Catherine Cappelaere

© C. Lauté

© C. Lauté

de transports en commun, avec la réalisation de nouvelles voies de transport en site préférentiel et la restructuration des trois pôles gare de Saint-Quentin-enYvelines. Enfin, de grands projets structurants seront réalisés durant ce mandat comme la faculté de médecine, l’institut Pierre-Simon-Laplace, le vélodrome (avec l’ensemble d’un pôle loisirs incluant l’aménagement de la colline d’Élancourt) ou encore l’école du futur. Tout cela sera effectué en concertation, selon les principes du développement durable.

▲ La CA s’appuiera sur ses équipements et

structures existants, comme ici la Maison de l’entreprise, pour perpétuer des services publics de qualité.


dossier

© C. Lauté

Présenter une offre de logements diversifiée permet à l’agglomération de faciliter les « parcours résidentiels », mais également d’attirer les entreprises sur le territoire. D’où la politique volontariste de la CA, qui accentuera encore son effort dans ce domaine dans les années à venir.

P

our relever le défi de la crise du logement, la communauté d’agglomération (CA) a adopté une démarche volontariste, avec la mise en place fin 2006 du programme local de l’habitat (PLH). Pour favoriser les parcours résidentiels et loger les salariés travaillant sur le territoire, l’agglomération va se doter de près de 5 400 logements nouveaux en six ans, soit environ 900 logements par an en moyenne. Objectif : développer une offre nouvelle et diversifiée, tout en garantissant la mixité sociale et en préservant les grands équilibres du territoire. Un programme qui s’inscrit dans une démarche de développement durable, avec des normes de plus en plus ambitieuses en matière d’économie d’énergie et des dispositifs innovants pour favoriser l’accession à la propriété des ménages des classes moyennes et modestes.

Logement : la solidarité en action

la livraison d’environ 450 nouveaux logements, de 5 000 m² de commerces et d’un pôle d’échanges (transports en commun, taxis, vélos). Dès 2010, 196 logements doivent être livrés. Quant à la Zac de la Clefde-Saint-Pierre, qui compte aujourd’hui 2 000 logements et 5 000 habitants, elle va encore accueillir 250 logements. La future Zac des Bécanes, à La Verrière, dont l’aménagement sera engagé au cours de la mandature, doit marquer une nouvelle dynamique. Cette zone de 37 ha accueillera un quartier mixte avec plusieurs centaines de logements. Les terrains sont aujourd’hui sous contrôle de la CA, la programmation devant être définie prochainement. D’autres opérations, destinées à construire un maillage com-

De nombreux programmes seront lancés dans toutes les communes de l’agglomération, notamment sur des zones d’aménagement concerté (Zac). Ceux de Villaroy à Guyancourt et de la Clef-de-Saint-Pierre à Élancourt, entamés dans les années 90, seront poursuivis. La Zac de Villaroy, qui compte déjà 1 600 logements et 4 000 habitants, enregistrera à l’horizon 2012

© D.R.

Dans toutes les communes

▲ À Trappes, la future Zac de l’Aérostat

proposera 850 logements neufs, des bureaux et des locaux d’activités.

plémentaire dans des zones déjà urbanisées, sont également programmées respectivement à Trappes, Élancourt, Magny et Voisins.

Environ 400 logements aux Réaux Dans la continuité du travail déjà engagé dans la Plaine-de-Neauphle, la Zac de l’Aérostat, à Trappes, accueillera un nouveau quartier d’environ 850 logements, intégrant bureaux et locaux d’activités. Une opération qui permettra de relier plusieurs quartiers entre eux et de créer une meilleure communication entre le centre-ville et les Merisiers. Démarrage de la phase opérationnelle dès 2008. Création d’un nouveau quartier également à Élancourt, avec environ 400 logements programmés sur la Zac des Réaux, au sud des terrains de sport Guy-Boniface. La première phase (235 logements) sera lancée en 2008 avec la consultation des promoteurs. L’extension du « cœur de bourg » de Magny, dans la zone du Mérantais, va se poursuivre dans le cadre de l’urbanisation déjà engagée depuis une dizaine d’années. Quant à la zone de la Remise à Voisins (8 ha), elle devrait à terme accueillir des logements et un petit pôle d’activités-commerces, sous la forme d’un « éco-quartier ». ■ Michel Bazan

L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 3 2 - j uin 2 0 0 8 o 

I29I


dossier

Transports : objectif fluidité

Faciliter encore un peu plus les modes de circulation de notre territoire. Tel est l’objectif de la communauté d’agglomération pour les années à venir. Gares, axes routiers, transports en commun en site préférentiel : tous les secteurs sont concernés. « Nous voudrions soulager la gare de SaintQuentin en donnant de l’importance à celles de Trappes et, surtout, de La Verrière », explique Laurent Schlaeintzauer, directeur des transports et déplacements à la communauté d’agglomération (CA). « Nous nous appuierons pour cela sur le prolongement du RER C jusqu’à La Verrière, qui a été inscrit au Schéma directeur de la région Ile-de-France. » Une décision qui, dans les faits, modifiera profondément les abords de la gare de La Verrière (agrandissement de parkings, création de bureaux…), le tout sous l’égide d’un « comité de pôle » associant tous les partenaires, usagers compris.

© S. Joubert

UN TCSP Trappes-La Verrière avant 2013

▲ Le réseau ferré saint-quentinois constitue

un « corridor » qui se place au centre des problématiques d’aménagement.

B

ien que schématique, le constat a le mérite d’être parlant : à l’est de l’agglomération, une gare RER encombrée (Saint-Quentin-en-Yvelines, arrêt Montigny, 70 000 mouvements/ jour) ; à l’ouest, deux gares encore sousexploitées (Trappes et La Verrière, 35 000 mouvements quotidiens à elles deux). L’idée : rééquilibrer ces pôles afin de fluidifier les déplacements à l’échelle globale du territoire.

I30I

L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 3 2 - j uin 2 0 0 8 o 

Cette logique globale de fluidification ne sera pas sans conséquences sur le réseau de transport en commun en site préférentiel (TCSP). Ainsi, des voies TCSP dédiées aux bus seront créées d’ici 2013 entre Trappes et La Verrière. « L’idée est de structurer l’ensemble du territoire avec des lignes à haut niveau de service (fréquence accrue, rapidité des courses, préservation de l’environnement…), qui offriront un mode de déplacement plus rapide que la voiture », poursuit Laurent Schlaeintzauer. Ainsi, l’actuel TCSP Saint-Quentin-Massy sera également prolongé vers l’est en direction du plateau de Saclay (RD36), en lien avec la future opération d’intérêt national regroupant une cinquantaine de communes (cf. Le Petit Quentin n°227). À long terme, l’objectif est de relier les différents réseaux et de franchir la « cicatrice » territoriale que constituent la N10

et le réseau ferré (voir notre carte, p. 26-27), le tout en réduisant considérablement les embouteillages automobiles. Car le but ultime de cette démarche d’ensemble est bien celui-là : réduire la circulation routière en proposant à chacun une solution de transport en commun efficace. Le tout en ne négligeant pas certaines solutions ponctuelles. C’est ainsi que les automobilistes devraient eux aussi voir leur quotidien amélioré dans les années à venir, notamment grâce à la mise en place de plusieurs ronds-points et échangeurs – dont un très attendu, aux abords de la N12, dans le sens Paris-province. ■ Arnaud Thomelin

Le nouveau visage de la gare Ancienne, la gare de Saint-Quentin-Montigny ne répond plus totalement aux besoins de ses usagers et devra être totalement réhabilitée. Pour partie déjà entamés, ces changements se font en concertation avec les différents acteurs intéressés (Sqybus, commerçants, associations…). « Outre le réaménagement de l’intérieur et des abords, le gros chantier sera l’ouverture de la gare vers le futur vélodrome, détaille Laurent Schlaientzauer. Cela passera par la création d’une grande entrée avec parvis de l’autre côté de la passerelle, à la place de l’ancien bar Le Goéland et jusque dans le quartier du Pas-du-Lac, ainsi que par la mise en place de liaisons douces (voies piétonnes, pistes cyclables…) vers la base de loisirs. »


dossier

Des liens renforcés avec les entreprises

Accompagnement des entreprises s’implantant sur le territoire, apport de services, logiques de réseaux… La CA multiplie les occasions de renforcer les synergies avec les entreprises locales. Une priorité qui demeurera dans les années à venir.

▲ Livré en mars 2009 au Pas-du-Lac (Montigny), le bâtiment Synergies permettra à Saipem de

développer son activité à proximité de son siège voisin, situé dans le bâtiment Énergies.

D

euxième pôle économique de l’ouest parisien, Saint-Quentinen-Yvelines ne manque pas de projets pour poursuivre son développement. En septembre 2007, EADS Défense & Sécurité inaugurait son nouveau centre d’excellence regroupant 2 500 ingénieurs à la Clef-de-Saint-Pierre, à Élancourt. Cette réimplantation se confirme, avec l’arrivée prochaine d’une nouvelle filiale du groupe spécialisée dans les systèmes spatiaux, Astrium, et de ses 400 salariés, dans un nouveau bâtiment de 20 000 m2 qui va être construit à côté du vaisseau amiral. Une autre filiale d’EADS, GDI Simulation, rejoindra également le site.

La Clef : un grand parc d’affaires Quartier en plein essor, dense en entreprises de haute technologie (EADS, Thales…), la Clef-de-Saint-Pierre va aussi accueillir un grand parc d’affaires, le parc Omega. Dans le cadre du développement des pôles de compétitivité, cette nouvelle offre immobilière répondra aux besoins des petites entreprises high-tech, des PME-PMI innovantes et des sous-trai-

tants des grands groupes. Un programme diversifié, allant de petits bâtiments (bureaux-laboratoires) au siège social de 5 000 à 20 000 m2. Préfigurant une offre riche en services intégrés et construit dans une optique durable, le permis de construire a été déposé pour la première tranche. Autre exemple significatif : le redéploiement de Sodexo France à SaintQuentin. Le leader de la restauration collective s’installera en juin 2009 dans un bâtiment de 18 000 m2 et de haute qualité environnementale, construit à Guyancourt à côté de La Redoute de Bouviers. L’opérateur de télécommunications japonais KDDI vient pour sa part d’annoncer son intention de construire en France, sous sa marque Telehouse, un nouveau centre de gestion de données numériques dédié aux entreprises (lire p. 22). Et c’est à Magny-les-Hameaux, sur le site autrefois occupé par l’Aérospatiale, que ce nouveau centre de 15 000 m² sera mis en service en janvier 2009. Le départ annoncé de Météo France de Trappes est également un sujet de réflexion. Ce secteur pourrait à terme

Être acteur de son développement Il s’agit également de favoriser la création de réseaux d’échanges entre chefs d’entreprise, à travers de nombreuses rencontres thématiques, comme celles qui se tiendront ce mois-ci dans le village de l’Open de France de golf. Il s’agit aussi pour l’agglomération d’agir sur le tissu économique et d’être acteur de son développement. L’étude d’orientation stratégique sur l’adéquation des projets des huit pôles de compétitivité présents à Saint-Quentin et les entreprises du territoire, réalisée avec KPMG, va dans ce sens… Tout comme le projet de pépinière pour favoriser la création d’entreprises technologiques innovantes. ■ Michel Bazan

© C. Lauté

© D.R.

accueillir un nouveau quartier, à proximité immédiate de la gare. Au-delà de ces importants projets immobiliers, les services de la CA travaillent au quotidien avec les entreprises du territoire pour leur apporter les services qu’elles attendent, en particulier en matière de logements et de transports (aménagement de lignes de bus pour mieux desservir les entreprises, mise en place d’un système de covoiturage…).

▲ Actuellement installé dans six bâtiments

au Pas-du-Lac (Montigny), le siège de Sodexo France se redéploie à Guyancourt. Déménagement prévu en juin 2009.

L E P E T I T Q U E N T I N - n 2 3 2 - j uin 2 0 0 8 o 

I 31 I


Quels projets d'aménagement pour Saint-Quentin ?