Issuu on Google+

1


2


Ches mouts in « IEU » IEU, in picard, ch’est chl’ieu. Mais ch’est étou eune syllabe qu’a sert à foaire gramint d’mots pi qu’is n’sont point forcémint loéïés à chl’ieu. Ertreuve pour chatchun ed ches mots el deuzienme mitan, pi rintoure chettes-lol qu’is s’rapportte à ch’lieu. IEU, en picard, c’est l’eau. Mais c’est aussi une syllabe qui entre dans la composition de nombreux mots qui n’ont d’ailleurs pas forcément rapport avec l’eau. Reconstitue ces mots coupés en deux et entoure ceux qui sont liés au monde aquatique.

WATIEU AIGNIEU SIEU CATIEU BIEU OSIEU POTIEU RIEU CAPIEU ROSIEU CISIEU AMITIEUX VIEU IEU BATIEU N° 1

MOTS

MOTS

A.................................................................... 9 O...................................................................

2 A.................................................................... 10 P.................................................................... 3

B.................................................................... 11 R....................................................................

4 B.................................................................... 12 R.................................................................... 5 C.................................................................... 13 S.................................................................... 6 C.................................................................... 14 V.................................................................... 7 C.................................................................... 15 W................................................................... 8 I...................................................................... 3


Chatchun à s’ plache Chacun à sa place

Ermets ches mots chatchun à s’plache dins chele poésie-lo : Trouve la bonne place des mots dans cette poésie :

rosieux, mérais, achteure, pèque, rieus, camborgnes, guernouiles, ieu, voéyeus, crapeuds

CHES GUERNOUILLES ED SAINT-GILLES* I n’cant’té pu, chés ................................. éd Saint-Gilles, Iz ont ieu leu sifflet copè. J’né zz’intinds pu, chés guernouilles éd Saint-Gilles, Findu in deux, ch’................................., copè. I n’cant’té pu, chés guernouilles éd Saint-Gilles, Mais tchèche don qui zz’ o étran.nèes ? J’né zz’intinds pu, chés guernouilles éd Saint-Gilles, Mais tchèche qu’o copè leu mérais ? I n’cant’té pu, tous chés crapeuds d’Saint-Gilles, Aveuc des feuques, des grands coutieux, J’né zz’intinds pu, tous chés ........................ d’Saint-Gilles, O leuz a copè leus ................................. J’né zzés voés pu, chés tétards** éd Saint-Gilles : O leuz a rinfoui leus ................................. N’verdit’té pu, chés tétards éd Saint-Gilles, O leuz a rbouchè tous leus ................................. *St-Gilles : marais d’Abbeville, où l’on a percé une route de « dégagement » à grande circulation. **Tétards : saules (étêtés)

4

ieu : eu

tchèche : qui ; étran.nèes : étranglées

feuques : faux

rinfoui : labouré


J’né zzés voés pu, chés iris éd saint-Gilles, Aveuc chu tèrque su chés cailleus, N’ganit’té pu, chés iris éd Saint-Gilles, I n’ont meume pu leus pieuds din l’................................. J’né zzés voés pu, chés vius séhus d’Saint-Gilles, Aveuc des soèes, des grands cisieus, N’blanchit’té pu, chés vius séhus d’Saint-Gilles, O zz’a copès, conme des bibeus.

tèrque : goudron N’ganit’té : jaunissent

séhus : sureaux soèes : scies bibeus : carottes sauvages, plante ombellifère.

O n’irons pu, piot, à l’cache à Saint-Gilles, Cache à ................................., à papillons, O n’irons pu, piot, à l’................................. à Saint-Gilles, O n’y voét pu qu’des pavillons. O n’irons pu, piot, ranser din Saint-Gilles : ................................., o n’y intind qu’chés klaxons !

ranser : flâner

Jean-Marie François (Abbeville / 1983)

5


Histoére ed Gribouille qu’ale mouille ! Histoire de Gribouille qui mouille !

Magine el suite ed l’histoére à Gribouille avu tes mots à ti (1 ou 2 phrases) ; Invente la suite de l’histoire de Gribouille avec tes propres mots (1 ou 2 phrases) ;

CH’GRIBOUILLE O n’él sait point tojours (mais o n’peut mie savoér toute !), éch personnage éd Gribouille, éch naïus, échl innochint, aveuc és bouque ouverte, ses zius conme des panches d’hourlons et pi s’roupille qu’al pind à ses niflettes, i sroait nè-natif d’un tchot poéyi éd Picardie : Vadincourt, à d’où qu’l’Hallue al prind s’source, au mitan d’chés rosieux pi d’chés lénuphars... Pi ch’est qu’i nn’o ieu, édz avintures, éch Gribouille : Un coeup, au soér, in rvénant d’él foére éd la St-Jean, à Anmiens, Gribouille i rintroait justémint à Vadincourt, in suivant chés bords éd l’Hallue. Il étoait bieu conme un fiu d’fête. Il avoait ses bieux affutieux su li : sn’écmise blanque, s’casaque et pi ses maronnes du diminche, et pi ses solers chirès, qu’és manman a y avoait bruchès. Et pi vlo-ti point qu’i cminche à pluvoér ! Ech Gribouille i pinse in li-minme : « Si j’laiche pluvoér édsu mi, mes bieux habits i vont-t-éte trimpès, pi j’m’in vos m’foaire indjirlander pèr manman ! » ... Adon, i n’o foait ni un.ne, ni deux : ........................................ ............................................................................................................. ............................................................................................................. ............................................................................................................. ............................................................................................................. ............................................................................................................. ............................................................................................................. ............................................................................................................. ............................................................................................................. 6

mie : pas naïus : niais hourlons : ventres de hannetons ; roupille : morve ; niflettes : narines mitan : milieu i nn’o ieu : il y en a eu

fiu d’fête : un jeune homme élégant ; affutieux : habits ; écmise : chemise ; casaque : veste ; maronnes : pantalon ; solers : souliers ; bruchès : brossés cminche : commence

indjirlander : réprimander Adon : alors


............................................................................................................. ............................................................................................................. ............................................................................................................. ............................................................................................................. ............................................................................................................. ............................................................................................................. Coér bien qu’éch manier d’Vadincourt il o passè pèr lo, pi qu’i ll’o rpétchè, sans quoè ch’Gribouille i s’éroait noéyè (pasqué, forchémint, i n’savoait mie nager !)... Ch’est dpi ch’temps-lo qu’in Picardie o dit :

manier : meunier rpétchè : repêché

« Chtilo, il est malin conme Gribouille : !» Pour un tchot molé d’ayude, prinds ete canne à péque pour ermette ed l’orde din ch’dicton. Mais pour t’aider, prends ta canne à pêche pour remettre les mots du dicton dans l’ordre.

qu’

i

pour he s’muc qu’

Din poi

nt

i

s’mouille

l’ieu

7


Ches motes dins l’latiche Les mots dans la grille

Ertreuve dins ch’texte, ches mots picards eque leu traduction ale est baillée din ch’tableu. Ches lettes d’el colonne in gris ales font un mot qu’ch’est ch’nom d’un événemint biblique. Trouve dans ce texte, les mots picards dont la traduction est donnée dans le tableau. Les lettres composant la colonne grisée te donneront le nom donné à cet événement biblique.

Ech l’arque à Neué (l’arche de Noé)

Ch’étot bin cha, chin qu’en a appélé éch délaque. I l’avot dit qu’I l’allot tout acoufter édsur élle tierre, pis comint ? In fasiant pluvoèr. Quinte toute ein i l’a té rintré éddins (éch l’arque), quites tchots égouttins is ont cminché à quér, pis chés neuaches és sont ramonchlés. Alorse, en a vu dégribouler tout chin qu’i povot quéhir : dés guérzins qu’élle tierre n’a té toute blanque, pis dés guérjus grous conme dés us éd coulons, pis d’après, dés drachies éd

délaque : déluge acoufter : recouvrir quites : quelques ; égouttins : gouttes quér : tomber ; neuaches : nuages ; ramonchlés : rassemblés ; dégribouler : dégringoler ; chin : ça ; quéhir : tomber ; guérzins : grêles ; guérjus : grêlons ; us : œufs ; coulons : pigeons

8


neiches... Cha a quéyu conme à gravelotte. Chés pâtures is ont té ércouvertes, cha a donné dés tchots ruets qu’is ont fat dés ruissieux qu’is ont fat dés fleufes pis la mér alle a monté, en a pus vu chés biêtes, chés masons, chés abes, chés montangnes meumes. Elle tierre alle étot ieu. Ech l’arque alle étot balloté bérdjin bérdja ; éch coeurant i l’introénot toute. I l’a pleu 40 jurs pis 40 nuts éd long. En n’voéyot pus qu’ein-ne grin-ne drache tout éoute. I l’a core faulu apreus éch délaque 40 jurs por qu’éch l’énondachion alle s’invoèche. Ein courbeu délibéré n’est pos érvénu : i s’avot-ti noéyé ? Ein-ne tortrelle érlâchée peu d’apreus, alle est érvénu aveuc ein-ne branquette d’oulivier : preufe équ chés ieux is s’avaint értirées pis qu’cha avot cminché à s’éssapir pis pétète à séquir Ein grind ércSint-Miché i l’a alorse terluit dins ch’chiel. « Equ d’ieu équ d’ieu», conme dira l’eute1 ! Alorse, Neué i l’a ouvère éch l’huche, in s’disant qu’i l’avot so ! Apreus éch ieu éch van, mains cha, ch’est ein-ne histoère eute ! Jean-Pierre Semblat, picard du Vermandois 1

quéyu : tombé

bérdjin bérdja : de ci de là introénot : entraînait éoute : entière s’invoèche : s’en aille ; courbeu : corbeau ; i s’avot-ti noéyé ? : s’etait-il noyé ? s’éssapir : s’égoutter ; érc : arc terluit : luit

so : soif ; van : vin

Mac Mahon pérsidint d’élle République, 1875 quinte la Garon-ne

alle a toute ércouvère.

AVERSES EAU PLEUVOIR ARCHE SÉCHER RUS NEIGES

9


Doù qu’ch’est ? Où est-ce ?

In Picardie, y o gramint d’ieu : mérais, rieux, fleuves....pi dins ches noms ed liu, rue, fourbourg obin villache, os ertrouve l’ « empreinte » de chl’ieu. Erbéye d’où qu’tu restes, pi démuche un nom ed liu, ed rue, ed foubourg obin ed village aveuc eune « rachine » comme : puch, puchoir (le puits), ou raque (boue), ou rieu, ou entailles (marais) ou wé, vez ou wez (gué). T’l’o démuché ? sur internet (www.geoportail.fr), tu l’traches, pi tu notes ses coordonnées géographiques (latitude pi longitude) En Picardie, il y a beaucoup d’eau : marais, rus, fleuves...et dans les noms de lieux, rue, faubourg ou village, on retrouve l’ « empreinte » de l’eau. Regarde aux environs de chez toi, et trouve un nom de lieu, de rue, de faubourg ou de village avec une « racine » comme puits, boue, ru, marais ou gué. Tu as trouvé ? Sur internet (www.geoportail), tu le recherches et tu notes ses coordonnées géographiques (latitude et longitude).

................................................................................................................................................................. ................................................................................................................................................................. ................................................................................................................................................................. ................................................................................................................................................................. ................................................................................................................................................................. ................................................................................................................................................................. .................................................................................................................................................................

10


A l’péque... A la pêche....

Dins chelle mane du péqueux, y o gramint d’bétals. Mais il est inchpé : il o péqué in Picardie, pis les noms d’ches betals, is sont in picard ! Donne s’i un tchot molé d’ayude pour ezzes ringer dins ches casieux français. Dans le panier du pêcheur, il y a beaucoup de bêtes. Mais il est embarrassé : il a pêché en Picardie, et les noms des prises sont en picard. Aide-le à les ranger dans les casiers français.

hénon seuterelle piau bleu dormeu

maquérieu tchien d’mer

mouille

héring

11


T’o bien acouté....

alorsse, prind tin crayon pis foé un bieu dessin !

Tu as bien écouté, alors, prends ton crayon et fais un beau dessin !

Ech conteu picard, Laurent Devîme, i o voulu participer à ch’concours, pi li i n’écrit point ! I berdle ! Alors il o raconté eune tchote histoère pour ches jonnes : « Marie-Greuette » qu’os pouvez intinde pi vir (ch’conteu au mitan d’ses cabotans) d’sus ch’wèp! (www.languepicarde.fr).

T’os erbéyé pi comprind l’histoère ? Alors, prinds tin crayon pi eune feulle ed papier pi dessine l’histoère à t’mode. Le conteur picard, Laurent Devîme, a voulu participer au concours, et lui, il n’écrit pas ! Il parle ! Alors il a raconté une petite histoire pour les jeunes : « Marie-Greuette », que vous pouvez entendre et voir (le conteur parmi ses marionnettes) sur internet ! (www.languepicarde.fr).

Nanàr i ‘n a pos qhér échl ioe.... Nanàr n’aime pas l’eau...

Nanàr est en quelque sorte le « Titeuf » de la bande dessinée qui paraît dans chaque numéro du journal satirique « Urchon-Pico ». C’est un collégien qui ne s’exprime qu’en picard. Il est toujours prêt à faire des bêtises, mais il a aussi beaucoup de bon sens et d’humour. En général, il se sort plutôt bien de ses (més)aventures.

Voici un nouvel épisode de sa vie de chenapan. A ti ed faire berdler Nanàr pi s’mère in picard dins ches cases qu’as sont blanques... Té n’os point assez d’plache : a n’est mie inchpant ! Ecris edsous ches bindes à dessins ou edsus unne feulle aveuc ches liméros ed ches cases. Compléte la bande dessinée en mettant des légendes dans les bulles laissées blanches... Tu peux aussi écrire ces légendes au dessous de la bande dessinée ou sur une feuille en indiquant les numéros des bulles si tu n’as pas assez de place. 12


Nanàr, éch cachiveu du moulin dés leups …i ‘n a pos qhér échl ioe....

Nanar le morveux du Moulin des Loups ... n’aime pas l’eau Image n°1 : Nanar, tes bottes sont mouillées, tu vas salir le carrelage, va les nettoyer, et prends une douche ! Image n°2 : - et fais tes devoirs ! - Elles sont mouillées et il faut que je les nettoie... Image n°7 : A table !

13


Ches canteus Les chanteurs

Vlo unne canchon qu’ale est cantée par ech groupe Achteure, pis qu’ale parle d’un fleuve ed Picardie, el Sonme. Aveuc tes comarades, cante el canchon pi inroïe-lo dsus un CD. Voici une chanson interprétée par le groupe Achteure, qui parle d’un fleuve de Picardie, la Somme. Avec tes camarades, chante la chanson et enregistre-la sur un CD.

14


Nou Som.me

Notre Somme

Paroles : Maurice Garet. Musique : Sur l’air de « La Garonne de G.Nadaud »

Traduction Paroles : Maurice Garet. Musique : Sur l’air de « La Garonne de G.Nadaud »

1 Si nou Som.me ale avouait voulu Min tchiot fiu ! Quaind, tout tchiotte, a s’o mis in route Descheind’ tout droét sains qu’cho li coûte Et n’point s’décatourner d’sin c’min, Cho airouait fouait ein rud’ caingmeint ! Ale airouait r’chu l’Seine au liu d’Ave Si nou Som.me ale avouait voulu, Min tchiot fiu ! Ch’est elle qu’airouait fouait l’port du Have.

1 Si la Somme avait voulu Mon petit-fils ! Quand, petite, elle s’est mise en route, Descendre tout droit sans que cela ne lui coûte Sans jamais se détourner de son chemin, Cela aurait fait un rude changement ! Elle aurait reçu la Seine au lieu de l’Avre Si la Somme avait voulu Mon petit-fils ! C’est elle qui aurait fait le port du Havre.

2 Si nou Som.me ale avouait voulu Min tchiot fiu ! Quaind ale est r’monté dsu Péron.ne Elle qu’a n’s’otchup’ jamouais d’ person.ne Passer ch’Pas-d’-Calais et pis ch’Nord, Tchéche qu’airouait pu li don.ner tort ? Bien miux qu’chés canals à moustiques, Si nou Som.me ale avouait voulu, Min tiot fiu ! Elle airouait traversé l’Belgique.

2 Si la Somme avait voulu Mon petit-fils ! Quand elle est remontée vers Péronne Elle qui ne s’occupe jamais de personne, Passer le Pas-de-Calais et puis le Nord, Qui aurait pu lui donner tort ? Mieux que les canaux pleins de moustiques, Si la Somme avait voulu, Mon petit-fils ! Elle aurait traversé la Belgique.

3 Si nou Som.me ale avouait voulu Min tchiot fiu ! Erjoind’ Calais là-heut su s’drouète, Ou qu’el mer ale est pus étrouète, On airouait pu, in moins dé rien, V’nir in batieu d’Londres à An.miens, Ah ! ch’airouait été, in conscienche Si nou Som.me ale avouait voulu, Min tchiot fiu ! Com.me ein tunnel au d’sus de l’Mainche.

3 Si la Somme avait voulu Mon petit-fils ! Rejoindre Calais, là-haut sur sa droite Où la mer est la plus étroite On aurait pu en peu de temps, Venir en bateau de Londres à Amiens Ah ! cela aurait été impensable Si la Somme avait voulu Mon petit-fils ! Comme un tunnel au-dessus de la Manche.

4 Mais nou Som.me a n’o mi voulu Min tchiot fiu ! Fouère eul’fièr’com.me einn’geins d’la heute In allant preindre el’plach’ dez z’eutes Ale aim’bien d’trop sin tchiot train-train, S’z’hortillon.naches, chés viux molins Ale airouait pir’ d’êtr’ pus hardie ! Non, nou Som.me a n’o mi voulu, Min tchiot fiu ! Tchitter ch’boin poéyis d’Picardie.

4 Mais la Somme n’a pas voulu Mon petit-fils ! Faire la fière comme quelqu’un de la haute, En allant prendre la place des autres Elle aime bien trop son petit train-train Les Hortillonnages, les vieux moulins Elle n’aurait rien gagné à être plus hardie ! Non, la Somme n’a pas voulu Mon petit-fils ! Quitter le bon pays de Picardie.

Tu peux retrouver cette chanson interprétée par le groupe Achteure sur le site internet : www.languepicarde.fr

15


CHÉS PICÀRDIsMES

Les picardismes à découvrir

Ches phrases à l’suite as sont écrites in franco-picard. Ches mots is sont quasimint tertous in français (soin à ches feux-amis), el grammaire ale est des foés in picard. A vous-eutes d’ermette ech texte-lo in français estandard. Les phrases qui suivent sont rédigées en franco-picard. Pour l’essentiel le vocabulaire est français (attention aux faux amis), la grammaire est elle parfois picarde. A vous de remettre ce texte en français central.

1

De l’eau, il faut n’en boire core assez au long du jour ................................................................................................................................................................................................

2

pour se dessoifer quand i fait fin chaud ................................................................................................................................................................................................

3

Si elle avait pas le goût à l’eau de Javel ................................................................................................................................................................................................

4

moi j’en buvrais des lites et des lites. ................................................................................................................................................................................................

5

Les eaux, y n’ont pas toujours tous un goût, ................................................................................................................................................................................................

6

Il y a des coups qu’elles ont un drôle de sentiment ................................................................................................................................................................................................

7

Il faut mieux pas n’en boire alors ................................................................................................................................................................................................

16


À DÉMUCHER 8

Parce qu’on saurait attraper du mal à son ventre si c’est pas pire ! ................................................................................................................................................................................................

9

Moi, j’aime mieux celle qu’on tire du puits. ................................................................................................................................................................................................

10

Il y en a, eux, qui boivent seulement de la pétillante. ................................................................................................................................................................................................

11

Celle du robinet, c’est pour moi faire seulement la soupe. ................................................................................................................................................................................................

12

A nos maison, on se sert de l’eau de pluie qu’on remplit des tonnes avec ................................................................................................................................................................................................

13

pour nous arroser dans le jardin, et pis les fleurs. ................................................................................................................................................................................................

14

Les salades et pis les radis avec y poussent mieux. ................................................................................................................................................................................................

15

Mais c’est aussi les limaces qu’elles aiment ça ! ................................................................................................................................................................................................

17


Chut…, os tourne !

(épreuve subsidiaire)

Jue à ch’metteux in scinne aveuc tes chochons. Foais un tiot film pi baille nous chl’inrégistrémint. Vlo-chi un tchot texte à mette in scinne : Avec tes camarades, jouez au metteur en scène et filmez-vous (webcam, caméscope ou téléphone portable) et envoie nous ton enregistrement. Voici le texte à mettre en scène : Ech sieu i descheindoait in ouignant bel et rade : O lachoait l’manivelle pour s’éviter du mau (Tchitte à rtruvoèr un jour ses mains in marmélade In volant l’rattraper quant ale s’imballoait d’trop).

ouignant : grinçant ; bel et rade : vite et bien

Os attindoait un molet pour qu’ech sieu i s’rimpliche. (I prévnoait d’un coeup sé austôt qu’il étoait plein) Os ratchoait dins ses mains pour qué l’ferralle ale gliche, Os cminchoait à rmonter, ch’n’étoait pus l’même erfrain !

un molet : un peu

Pasqu’is étoaitent prufonds, chés puts. In s’balonchant Comme un djudjusse éd foère qui monte pis qui descheind Os tornoait l’manivelle, par escousse, in tédjant , Quarante ou soéssante piids , quant à n’éotait poas cheint. Quant ech crochet butoait, folloait foaire l’acrobate, In maintnant ch’manicrac , tâcher d’aveinde ech sieu. Quant ej tiroais tout seu, j’én avoais plein les pattes Ej trannoais comme ène feulle ed peur ed tcherre dins ch’treu.

Tchitte : quitte

ratchoait : crachait

un djudjusse ed foère : un gugusse de foire tédjant : alletant piids : pieds

manicrac : manivelle

Os attrapoait dont l’seille , sans rinverser ène goutte, Os l’ramnoait dsus l’mergelle , souvint blantchie d’merlon , Pis o rnoait à s’moaison, in groulant , pasqu’el route Avuc ène pérelle carque , ale paraissoait bién long.

seille : seau

Dins un tchuin dech fornil, i avoait un sieu d’émal : Os l’rimplichoait à rase in l’couvrant d’un torchon Pour qué l’ieu s’saliche poas, et pis qu’chés tchots bétals Ene viénchtent point laper ène aussi boènne boéchon.

tchuin : coin

(extrait de Chl’ieu) Etchettes pis Bassureries , de Ch’Baron d’ches Bassures

18

mergelle : marguelle ; merlon : craie rnoait : revenait ; groulant : râlant carque : charge

tchots bétals : petits animaux


19


Crédits pour les jeux : Jean-Marie BRAILLON : « Nanàr i ‘n a pos qhér échl ioe... », « Chés picàrdismes à démucher » ; Jean-Marie FRANÇOIS : « Chatchun à s’plache », « Histoére ed Gribouille qu’ale mouille ! » ; Jean-Pierre SEMBLAT : « Ches mouts in « ieu » », « Ches motes dins l’latiche » ; Philippe BOULFROY : « Ches canteus », « Doù qu’ch’est ? » ; Langue et Culture de Picardie : « A l’péque... », « T’o bien acouté... », « Chut..., o tourne ! ». Merci à Laurent DEVÎME pour sa collaboration au jeu « T’o bien acouté... » Illustrations : David FRANÇOIS. Mise en page : William SANDRAS

20


Dossier du Concours du picard au collège 2008