Page 1

IN TERN ATION A L

Cersaie / Habitat Valencia / CIFF

P E RSON NALI T É S / PE RSO NAL I TI E S

Michel Parent & Alain Desgagné / Alexandre Cusson

Projet Habitation / Housing Project

T HÈ ME / T HE ME

AUTOMNE — HI VE R / FAL L — W I NTE R 2018 FRANÇAI S / E NGL I SH 8,95$ CA/US

Habitation / Housing

76


Sommaire Design

— Caserne

En couverture / Cover

— B  osco Verticale Milan, Italie

Édito / Editorial

/ Contents

16

Salons internationaux / International Fairs Cersaie International Exhibition of Ceramic Tile and Bathroom Furnishings

19

Feria Habitat Valencia

24

CIFF China International Furniture Fair

29

Smoked Meat

34

Michel Parent & Alain Desgagné Branding suprême

Aficionados Alexandre Cusson Une force vive du milieu

Habitation / Housing

44

YUL + QuinzeCent

48

Victoria sur le Parc + Bureau de vente Clef de Voûte

56

Tours des Canadiens + Quad Windsor Berkayly ISCO Surfaces

64

Square Children’s

74

MaryRobert

78

Symphonia POP

84

Laurent & Clark

88

Arbora

92

Caléo de Bellefeuille design

98 101

Panorama Gerflor

102 106

Bosco Verticale

109

70 68

38

Abonnements / Subscriptions Liste des annonceurs / Ad index

INTÉRIEURS 76

62

114

114


INTÉRIEURS № 76 AUTOMNE – HIVER / FALL — WINTER 2018

Éditrice & Directrice du contenu / Publisher & Editor Ginette Gadoury

ABONNEMENTS / SUBSCRIPTIONS

Direction artistique / Art Direction Caserne — caserne.com

Canada  25 $ + tx — 3 éditions / issues 45 $ + tx — 6 éditions / issues

Coordonatrice magazine / Magazine coordinator Annie Jourdenais–Lemaire

International  40 $ + tx — 3 éditions / issues 80 $ + tx — 6 éditions / issues

Collaborateurs / Contributors Christian Bergeron, Madeleine Champagne, Suzanne Laliberté, Juli Pisano

En kiosque / On news stands  8,95 $ + tx par numéro / per issue

Révision et traduction / Proofreaders and translation Féminin pluriel

PUBLICITÉ / ADVERTISING Développement des affaires / Business Development Brigitte Fortier, Caroline Michaud

COMMUNICATION, MARKETING, PRODUCTION, DIFFUSION, DISTRIBUTION Directrice / Director  Brigitte Gadoury Chargés de projets / Project managers  Sonia Bourahla, Annie Jourdenais-Lemaire, Mariève-Patricia Langevin Adjointe administrative  Marie-Claude Charlebois Stagière Justine Valois Impression / Print Impresse inc. Abonnements / Subcriptions  magazineinterieurs.com info@magazineintérieurs.com 450 651–3630

Le magazine INTÉRIEURS est publié trois fois par année par  / INTÉRIEURS Magazine is published three times a year by Agence PID 450 651–3630 info@agencepid.com Convention de la poste-publication no 40019406. Retourner toute correspondance ne pouvant être livrée au Canada au Service des publications. / Publication mail agreement number 40019406. Return all mail that cannot be delivered in Canada at the Publications Services.

ADMINISTRATION Coprésidentes / Co-presidents Ginette Gadoury et Brigitte Gadoury Comptabilité / Accounting Gestion Lynda De Grandpré inc Toute reproduction de textes, illustrations et photographies du magazine est interdite. Bien que toutes les précautions aient été prises pour assurer la rigueur des renseignements contenus dans le magazine INTÉRIEURS, il est entendu que le magazine ne peut être tenu pour responsable des erreurs ou des négligences commises dans l’utilisation de ces renseignements. / Any reproduction of texts, illustrations and photos of the magazine is strictly forbidden. Even if all precautions have been taken to confirm the information contained in the INTÉRIEURS Magazine, it is agreed that the magazine cannot be held responsible of errors or acts of negligence in the use of this information. Dépôt Légal / Legal Deposit Bibliothèque nationale du Québec, Bibliothèque nationale du Canada ISSN 1206–0208 Imprimé au Canada / Printed in Canada


Éditorial

Édito / Editorial Spécial Habitation / Housing Special

Sous le thème de l’habitation, cette 76e édition du magazine INTÉRIEURS propose diverses avenues de réflexion sur les impacts sociaux de l’intégration d’objets architecturaux au sein de lieux de vie. D’un point de vue écologique, il est reconnu qu’il est préférable de densifier les villes et de favoriser la construction en hauteur, puisque l’étalement urbain vers les banlieues implique une plus grande empreinte écologique. Notre dossier habitation va plus loin en ce qu’il permet d’avoir une vue d’ensemble sur le sujet, et ainsi de mieux comprendre ce que tous ces nouveaux projets ont comme impact sur notre environnement. Il souligne la contribution que représente l’intégration de tours d’habitation à des milieux urbains et les changements positifs qu’elles y apportent. Le fait que leurs habitants y résident jour et nuit, contrairement aux traditionnelles tours de bureaux désertées par les travailleurs après les heures de bureau, compose un tissu social différent, changeant la dynamique sociale des centres-villes.

76

Toujours sous le même thème, il est fascinant de découvrir la vision du maire de la ville de Drummondville, où un secteur complet a été développé selon les nouveaux principes d’habitation. Aussi, découvrez comment MP1 et innédesign revisitent le branding des pavillons de vente d’habitations, des appartements-témoins et de tous les outils promotionnels s’y rattachant. Enfin, il est fascinant de découvrir l’expérience de l’entreprise italienne Bosco Verticale proposant une architecture respectant les arbres, qui sont traités comme des résidents, et où chaque immeuble évolue en lien avec le territoire qui l’accueille. Cette expérimentation a ouvert la porte à de nombreux autres projets de « forêts verticales » dans le monde.

Par / By — Ginette Gadoury

№ / Under the theme of housing, this 76th edition of INTÉRIEURS provides different avenues for reflection on the social impacts that the integration of architectural objects into living environments has.

From an ecological standpoint, it is accepted that the densification of cities and the favouring of vertical construction constitute a preferable course of action, as suburban sprawl leaves a larger environmental footprint.

Our report on housing explores the matter in greater depth through an overview of the subject that provides a better understanding of what the impact of all these new projects on our environment is. It emphasizes the positive changes brought about as the result of the integration of housing towers into urban environments. For one, residents occupy them day and night, unlike the occupation patterns of traditional office towers, which are deserted outside of office hours; this creates a different social fabric and confers to downtown areas a different, improved social dynamic. Still under the same theme, the mayor of Drummondville shares his fascinating vision for the city, where a complete area has been developed in accordance with the new guidelines and principles governing housing. As well, discover how MP1 and innédesign are revisiting the branding of housing development sales offices, model units and all of the associated promotional tools. Finally, discover the compelling approach of Italian firm Bosco Verticale, which proposes an architecture that respects trees, treating them as residents, and where each building is meant to evolve with its host surroundings. This experimentation has inspired numerous other projects for “vertical forests” around the world.


â„–


Cersaie Impression et grandeur

Texte —

Christian Bergeron

/ Cersaie Large and Printed Tiles Stake their Ground Crédit photo : Ciot

20

21


Cersaie

C’est encore arrivé ! Fin septembre, la planète céramique s’est donné rendez-vous à la 36e édition de Cersaie, à Bologne, en Italie, pour découvrir les nouveautés et brasser des affaires. Invité par la Délégation commerciale d’Italie, Intérieurs était sur place… et vous rapporte cette carte postale. Comme toujours, on voyait grand ; c’est à croire qu’on assiste à un concours de croissance. De nombreux fabricants proposent maintenant des panneaux de céramique énormes, avec le format de 160 cm × 320 cm qui semble s’imposer : c’est plus de 5 pi sur 10 pi ! Fabriquées sur de toutes nouvelles lignes de production (nous avons pu visiter celle de Fincibec, à Sassuolo), ces plaques exigent une logistique particulière, et notamment des caisses de transport spécialement conçues. Elles ouvrent cependant de nouveaux marchés, comme celui des comptoirs de cuisine, que l’on voyait partout à Cersaie. Leurs avantages : stabilité du matériau, qualité des motifs, facilité d’entretien, résistance à la chaleur. Fait important, les techniques et les outillages évolués permettent de réaliser des angles élégants et parfaitement maîtrisés. L’inconvénient demeure la difficulté de trouver hors d’Europe des installateurs formés pour travailler avec de telles plaques.

It's back! In late September, ceramics industry professionals congregated at the 36th edition of Cersaie, in Bologna, Italy, to discover the latest developments and strike business deals. Intérieurs was in attendance as a guest of Italy's trade delegation, and files this report from the front lines. As always, it was an ambitious happening; indeed, one had the impression of attending a growth competition. Numerous manufacturers now offer enormous ceramic panels, with the 160 cm × 320 cm format establishing its prevalence: that's bigger than 5 ft x 10 ft! Made on brand-new production lines (we were able to visit the Fincibec facilities, in Sassuolo), these plates have particular logistical requirements, among them specially designed transport crates. Yet they are opening up new markets, such as the one for kitchen countertops, which were on display throughout Cersaie. Their strengths: stability of the material, quality of the motifs, ease of maintenance, and resistance to heat. Noteworthy as well, advanced techniques and tools now make it possible to achieve elegant and perfectly executed angles. The downside remains the difficulty in finding trained installers outside Europe who are able to work with such plates.

Crédit photo : ↖  Lapitec ← My Top INTÉRIEURS 76


Crédit photo : santamargherita

22

23


Cersaie

Question motifs, l’amélioration des méthodes d’impression numérique signifie que la tuile de porcelaine peut maintenant se déguiser à volonté. Et comme il est pratiquement impossible de distinguer l’imitation de l’original, les fabricants s’en donnent à cœur joie ! Non contents de produire leurs versions de marbres célèbres, ils offrent maintenant des reproductions d’origine précise, sorte d’indicazione geografica tipica de la pierre : ainsi, Blue Savoy d’Imola reproduit le grain exact de cette pierre homonyme de Haute-Savoie. Mais on explore aussi des matériaux modifiés par l’homme, dont le terrazzo, star de Cersaie cette année, qui était décliné de toutes les façons possibles. Les plus aventureux se lancent dans des expériences : avec Stardust, Refin est parti d’une image d’albâtre qui, une fois inversée et travaillée à l’ordinateur, donne une « pierre » qui n’existe pas dans la nature. C’est la céramique à l’ère de Photoshop ! Prochaine étape : le veinage qui se poursuit dans le corps de la tuile, LA grande nouveauté à venir, selon Marco Fregni, directeur de Florim USA. En parallèle, les fabricants explorent aussi des matériaux humbles, mais tout aussi intéressants, comme le béton (Dot de Fioranese imite le travail de Tadao Ando, « trous de coffrage » inclus), le plâtre (Ghost d’ABK) ou même… le carton (Miseria e Nobilta de Gamma Due) !

In terms of motifs, advancements in digital printing mean porcelain tile can take on any appearance. And because it is now virtually impossible to tell the faux from the original, manufacturers are letting their imagination run loose! Not satisfied with producing their take on famous varieties of marble, they now offer faithful reproductions of the originals, a sort of indicazione geografica tipica for stone. Thus, Blue Savoy by Imola reproduces the exact grain of the natural stone of the same name mined in Haute-Savoie. But manufacturers are also exploring materials modified by man, among them terrazzo, this year's star at Cersaie, featured in all ways imaginable. The more adventurous are trying out new things: with Stardust, Refin took an image of alabaster, reversed it, and processed it to produce a “stone” that does not exist in nature. Ceramics meets Photoshop! Just around the corner: the veins coursing through the body of the tile. According to Marco Fregni, Florim USA's CEO, they are the next big thing. Parallel to these developments, manufacturers are also experimenting with materials that are humble yet every bit as interesting, such as concrete (Dot by Fioranese imitates Tadao Ando's work, complete with his trademark “holes in the concrete”), plaster (Ghost by ABK), and even cardboard (check out Miseria e Nobilta by Gamma Due)!

Crédit photo : ←↑ Moruzzi

INTÉRIEURS 76


Crédit photo : Ciot

Le bois, quant à lui, demeure présent en imitations naturelles, mais aussi en toutes les expressions possibles : contreplaqué, aggloméré, réutilisé, vieilli, etc. Avec la collection Koge, le fabricant Emil innovait même avec des planches imitant le bois brûlé japonais. Certains produits ajoutent à la texture de bois un motif graphique en « surimpression » qui souligne qu’on se trouve devant une illusion : une approche qui nous a plu (Lagom de Marca Corona constitue un bon exemple). Et l’alliance logique entre grandes plaques et impression haute définition donne naissance à de nouveaux produits de revêtement mural. La collection Dark Edition d’ABK n’y va pas par quatre chemins : elle s’affiche carrément comme un « papier peint céramique » et propose de splendides motifs végétaux, floraux et même de papillons, tandis que la collection Wide & Style, du même fabricant, opte pour une veine plus fantaisiste et colorée avec dessins, motifs et décors variés. Autre innovation très remarquée : les plaques épaisses (jusqu’à 3 cm) destinées à l’extérieur. Avec elles, on peut non seulement se constituer une terrasse, mais aussi recouvrir de céramique son entrée de voiture, ce qui ouvre la voie à de nouvelles possibilités décoratives. Bien qu’elles soient solides et antidérapantes, ces tuiles parviendront-elles à se faire une place au Québec ? Année après année, l’industrie de la céramique trouve le moyen de se renouveler. Si elle s’inspire parfois — jusqu’à « copier » — des éléments naturels ou issus de l’histoire, il se trouve toujours des fabricants audacieux qui laissent le matériau s’exprimer à travers sa nature propre. Elles ont beau être millénaires, les tuiles n’ont pas fini de faire parler d’elles !

Wood, for its part, remains present in natural imitations, and also finds expression in all kinds of finishes: plywood, pressed wood, reclaimed wood, rustic wood, and so on. With its Koge collection, manufacturer Emil innovates even with plank-like pieces imitating Japanese charred wood. Some products enhance the woodlike texture with an overlayed motif that leaves no doubt one is observing an illusion, an approach we appreciated (Lagom by Marca Corona is a good example). The logical pairing of large plates and high-definition printing leads to new wall covering products. ABK's Dark Edition collection doesn't beat around the bush: it is billed outright as “ceramic wallpaper” and comes in a delightful range of jungle, floral, and even butterfly, motifs. Meanwhile, the Wide & Style collection from the same manufacturer offers a more whimsical and colourful approach, with a variety of illustrations, motifs and decorative elements. Another innovation that made heads turn: thick plates (up to 3 cm) for outdoor use. Not only can they be used to build a deck, but they also make it possible to cover one's driveway with ceramic, which opens up many new decorative possibilities. While these are robust and non-slip to be sure, will these tiles find a niche in Quebec? Year after year, the ceramics industry manages to reinvent itself. While it sometimes finds inspiration—to the point of plagiarizing—in Nature or from history, there are always daring manufacturers that allow the material to express its true self. They may well date back thousands of years, but tiles still have the power to surprise us!

24

25


Feria Habitat Valencia

Feria Habitat Valencia

Texte —

Juli Pisano

De la paella valencienne au jambon ibérique, de la cité des arts et des sciences de Calatrava au port d’accès du pays vers l’île d’Ibiza… Valence est tout ça et la Feria Habitat Valencia au mois de septembre. Valencian Paella and Iberian ham, Calatrava’s City of Arts and Science and Spain’s gateway to Ibiza… Valencia is all that and the Feria Habitat Valencia come every September.

INTÉRIEURS 76

Cette année, le salon professionnel regroupait plus de 400 exposants, dont 80 % de firmes espagnoles. Voici la sélection de nouveautés du pays qui ont capté notre attention !

This year’s trade show featured over 400 exhibiting firms, 80% of which are from Spain. Here’s the selection of Spanish quality novelties that caught our eye!


Andreu World

Andreu World

Nuez chair Patricia Urquiola

Ronda chair LAMolina

andreuworld.com — dvision21.com

andreuworld.com — dvision21.com

La nouvelle coquille de la collection de chaises adaptables Nuez de Patricia Urquiola pour Andreu World présente des dimensions contenues et une courbe réfléchie à l’arrière du dossier qui évoque à merveille le geste de plier du papier.

Un bon design permet d’évoluer dans le temps tel que la chaise Ronda de Lievore Altherr Molina pour Andreu World. Sa coquille stylée en thermoplastique affiche un sobre cadrage de bois et un élégant rembourrage.

Patricia Urquiola’s new shell of the adaptable seating collection Nuez for Andreu World displays contained dimensions and thought-out rounded backrest edges, brilliantly evoking the gesture of folding paper.

Sancal Mousse Rafa Garcia

sancal.com —

Good designs allow for constant evolution such as the Ronda chair by Lievore Altherr Molina for Andreu World. Its stylized thermoplastic shell features an exterior wood frame and an elegant interior upholstery.

La collection Jungla de Sancal puise son inspiration dans l’abondance de la nature indomptée. Elle se décline en couleurs vives et en formes sauvages. Créé par Rafa Garcia, Mousse rappelle la créativité et l’avant-gardisme de Sancal.

Sancal’s Jungla collection is inspired by the abundance of nature in its wildest state and features vibrant colours and untamed shapes. Mousse, designed by Rafa Garcia, is an eloquent example of Sancal’s creativity-driven, forward-thinking ideas.

dvision21.com

26

27


Feria Habitat Valencia

Capdell Insula Patrick Norguet capdell.com

Pour cette collaboration avec Capdell, Patrick Norguet s’est penché sur les besoins d’espaces dans les lieux communautaires. Le système Insula se compose d’une structure de base à laquelle se rattachent des assises, des dosserets et des accessoires multiples qui créent des aménagements sans limites. For this first collaboration with Capdell, Patrick Norguet wanted to address space needs of community spaces. The Insula system consists of a basic structure attaching seats, backrests and accessories and offering endless possibilities.

Capdell Droplets for Capdell Claesson Koivisto Rune capdell.com

Les designers Claesson Koivisto Rune se sont inspirés du comportement de l’eau afin de créer Droplets pour Capdell. Ils ont photographié l’eau, ont numérisé les images et fait des modèles 3D. Le résultat ingénieux : une série de modules d’assises modulables déclinée en huit formes et tailles différentes. Designers Claesson Koivisto Rune were inspired by water’s behaviour to create Droplets for Capdell. They took photos, scanned them and made 3D models before ingeniously coming up with eight different shapes and sizes of combinable seating modules.

Voolcan Royalton Bavaro Project Voolcan voolcan.es

Voolcan est un manufacturier de meubles contrat, établi à Valence qui produit du mobilier d’hospitalité de haute qualité. Voolcan conçoit, crée, fabrique et livre des projets hôteliers spectaculaires tel que le Royalton Bavaro en République dominicaine. Voolcan is a Valencia-based full contract project manufacturer of high quality hospitality furniture. Voolcan designs, creates, manufactures and delivers stunning luxury hotel empire projects such as Dominican Republic’s Royalton Bavaro

Nomon Home Momentos collection Nomon Home nomon.es — suite22.ca

INTÉRIEURS 76

Coup de cœur de la rédaction, Nomon Home a su imaginer une nouvelle génération d’ingénieux meubles d’accents qui s’harmonisent aux décors, de la chambre au salon. La collection Momentos présente des pièces originales comme la maquilleuse Tocador, l’élégant valet Galan M et l’autosuffisant Bar au salon.

Nomon Home designs a new generation of quality-crafted occasional furniture pieces that absolutely won our hearts over. From the living lounge to a home’s private quarters, the Momentos collection showcases storytelling pieces such as the discrete Tocador powder desk, the sophisticated Galan M suit valet and the self-efficient Bar.


Hold Hold for Systemtronic Estudio Enblanc st-systemtronic.com

La collection Hold créée par Estudio Enblanc pour Systemtronic est un meuble d’accent pour tous les décors. Hold se compose d’une feuille d’acier intelligemment pliée et d’une surface repeinte au polyester. The Hold collection designed by Estudio Enblanc for Systemtronic is a brilliant folded-steel-sheet and polyester-paint-coated multifunctional auxiliary furniture piece that perfectly fits any room and fills any purpose.

Reeno Omelette La Mamba omelette-ed.com

Reeno, un jeu de mots sur « renne », est une collection de luminaires suspendus créée par La Mamba pour Omelette. En poussière de marbre, en noyer ou en frêne, son design simple et sa silhouette iconique rappellent la forme des anciennes théières. Le cône de bois vient même mettre l’accent sur le câble d’alimentation et rappelle les bois d’un renne. Reeno, a wordplay on “reindeer”, is a collection of pendant lamps designed by La Mamba for Omelette. In marble dust, walnut or ash, its simple design and iconic silhouette are reminiscent of old kettles and teapots. See how the wooden cone emphasizing the power cable outlet stimulates a reindeer antler?

Aura Grassoler grassoler.com — avant-scene.com

Fondé en 1960, l’entreprise familiale Grassoler is l’un des plus prolifiques et établis fabricants de sofas espagnols. L’entreprise est reconnue pour l’élégance de son design, le confort de ses solutions sofas et la qualité de sa fabrication. Family-founded in 1960, Grassoler is one of the longest-running prolific Spanish sofa manufacturer known for its elegant designs, comfort seating solutions and quality workmanship.

Aura collection for Treku Angel Marti and Enrique Delano treku.es

La collection Aura de Angel Marti et Enrique Delano pour Treku, l’entreprise familiale établie depuis trois générations, se compose d’un mobilier de divertissement et de tablettes multi-fonctionnelles. Son design fait écho au passé tout laissant transparaitre l’influence moderne des pays nordiques. Angel Marti and Enrique Delano’s Aura collection for Spanish third-generation family-run Treku features a TV & Media furniture and sideboards. Its design is a flash from the past while inspired by the modern design influence of Nordic countries.

28

29


INTÉRIEURS

au CIFF

Texte —

Du 10 au 13 septembre derniers avait lieu à Shanghai la plus récente édition du CIFF, le China International Furniture Fair. Intérieurs y était et vous offre un aperçu de cet événement majeur dans le monde du design asiatique.

Christian Bergeron

/ INTÉRIEURS at CIFF

From September 10 to 13, the most recent edition of CIFF, the China International Furniture Fair, took place in Shanghai. Intérieurs was there and provides you with an overview of this major event for the Asian design world.

30

31


China International Furniture Fair

Vitrine de la production chinoise Organisé conjointement par le CFTE (China Foreign Trade Guangzhou Exhibition General Corporation) et par l’entreprise Red Star Macalline, le CIFF a accueilli plus de 140 000 visiteurs professionnels. L’édition de cette année visait à faire un peu oublier l’expression « Made in China », parfois perçue négativement, au profit de « Designed and created in China », mettant ainsi l’accent sur la création actuelle en Chine. Souvent inspirés des techniques traditionnelles, les meubles et les accessoires présentés donnaient l’image d’une Chine soucieuse de s’inscrire dans la cour des grands du design, tout en bâtissant à partir de ses forces propres et de ses origines. Ainsi, les références aux matériaux traditionnels comme le bois et l’osier abondaient, tout comme le recours aux techniques millénaires telles que la porcelaine. En corollaire de cette approche, les exposants jouaient souvent avec la présence de la nature, de façon directe ou métaphorique, aussi bien dans la présentation des stands que dans les produits eux-mêmes. La chose était notable dans le cadre du Design Dream Show, un événement consacré aux tendances de l’aménagement contemporain. Il va sans dire, cependant, que les approches et les matériaux plus contemporains étaient également bien représentés, que ce soit par exemple dans le mobilier de bureau ou le mobilier résidentiel.

INTÉRIEURS 76


/ A Showcase for Chinese Production

Organised jointly by the CFTE (China Foreign Trade Guangzhou Exhibition General Corporation) and Red Star Macalline, the CIFF welcomed over 140 000  professional visitors. The aim of this year's edition was to make us somewhat forget the expression "Made in China", sometimes negatively perceived, in favour of "Designed and created in China", and, in this way, to focus on current art and design-making in China. Often inspired by traditional techniques, the furniture and accessories presented gave us an image of a China concerned with inscribing itself in the court of design greats, all while building on its own strengths and origins. As such, references to traditional materials like wood and wicker were in abundance, as well as reliance on millennial techniques like porcelain. Alongside this approach, exhibitors often played with the presence of nature, either directly or metaphorically, as much in the presentation of the stands as in the products themselves. This was notable in the Design Dream Show, an event dedicated to trends in contemporary landscaping. It goes without saying, nonetheless, that more contemporary approaches and materials were also well represented, whether, for example, in office or home furniture.

32

33


China International Furniture Fair

East Design Show L’un des événements phares du CIFF est l’East Design Show. Cette exposition consacrée au design asiatique est placée sous la gouverne de M. Zhu Xiaojie, son conservateur et l’un des designers de meubles chinois les mieux connus. Nous y avons rencontré le designer Lao Hou, un des présentateurs de la conférence et collaborateur régulier de M. Zhu. « Le design chinois est fortement influencé par la culture du pays, tout comme le style de vie », dit-il d’emblée. C’est ce qui explique le lien qu’il conserve avec les pratiques artisanales encore bien vivantes (le designer Zhu se décrit d’ailleurs lui-même avant tout comme un « menuisier » !). « Le concept de l’East Design Show consiste à mettre en évidence l’aspect moderne et contemporain du design est-asiatique, poursuit M. Lao, mais aussi, évidemment, de montrer que le design est bon pour les affaires ! » L’événement de cette année voulait par ailleurs montrer la spécificité géographique du design asiatique, c’està-dire ce qui le distingue de son pendant occidental. « Chaque sphère de design doit conserver sa propre personnalité », affirme le designer. En Chine, tendances, culture et style de vie sont indissociables. Ainsi, selon M. Lao : « Le mobilier ne relève pas de la mode, mais du temps. » Une affirmation qui reflète bien la culture ancienne du pays. Malgré tout, certaines bases ne changent pas. « Le designer doit être attentif aux besoins des gens, se laisser inspirer par leurs besoins. » Il ajoute que, dans la langue chinoise, il existe une expression qui signifie à peu près ceci : « Bon design est synonyme de bonne mode ». Malgré tout, ce designer exprime une frustration devant le fait que, selon lui, le design chinois est injustement considéré. Comment fait-il face à cela et comment travaille-t-il pour faire en sorte que le design de son pays soit pris au sérieux et perçu comme original ? « Ce qui est le plus important, dit-il, c’est la confiance en soi. Il faut se respecter soi-même, ne pas se laisser affecter par le regard des autres. Après tout, on ne peut pas contrôler ce que les gens pensent de nous, alors il faut simplement travailler à son design et avoir foi en son cheminement et ses créations. »

/ East Design Show One of the CIFF's flagship events is the East Design Show. This exhibition, dedicated to Asian design, is placed under the guidance of Mr. Zhu Xiaojie, his curator and one of the best-known designers of Chinese furniture. We met with designer, Lao Hou, one of the conference presenters and one of Mr. Zhu's regular collaborators. "Chinese design is strongly influenced by the country's culture, as well as by its lifestyle", he said at the outset. This is what explains the connection it keeps with artisanal practices, which are still very much alive (In fact, the designer, Zhu, describes himself, before everything else as a carpenter!"). "The concept for the East Design Show is to highlight the modern and contemporary aspect of East Asian design, continued Mr. Lao, but also, obviously, to show that design is good for business!" The event this year wanted, among other things, to show the geographic specificity of Asian design, in other words, what distinguishes it from its Western counterpart. "Each sphere of design must conserve its own personality," asserts the designer. In China, trends, culture and lifestyle are inseparable. In this way, according to Mr. Lao: "furniture is not born from fashion, but from time." A statement, which well reflects the ancient culture of the country. Despite everything, some basics do not change. "The designer must be attentive to the needs of people and allow him or herself be inspired by their needs." He adds that, in the Chinese language, there is an expression that is roughly as follows: "Good design is synonymous with good fashion." Despite everything, the designer expresses frustration with the fact that, according to him, Chinese design is unfairly considered. How can he confront this and work to ensure that his country's design be taken seriously and seen as original? "What is most important, he says, is confidence in oneself. One must respect oneself and not be affected by the gaze of others. After all, one can't control what other people will think of us, so one must simply work on one's design and have faith in one's path and one's works."

« Bon design est synonyme de bonne mode ». / "Good design is synonymous with good fashion." M. Lao

INTÉRIEURS 76


34

–

35


Smoked Meat Texte —

Madeleine Champagne

Branding suprême

PS: Their “unofficial office,” where they like to meet in a friendly atmosphere, is Lester’s Deli Restaurant on Bernard Street, in Outremont, which has been serving the finest smoked meat sandwiches in Montréal for over fifty years. Mazel tov!

INTÉRIEURS 76

Le grand jeu de Michel Parent, publicitaire, et d’Alain Desgagné, designer


Visionnaires x 2

It All Starts with a Name

Michel Parent, de MP1, et Alain Desgagné, d’innédesign, se définissent comme des artisans allumés en marketing immobilier. Des gars au verbe fleuri, aux adjectifs percutants, à la créativité sereine, des amis dont la synergie est évidente et qui ont révolutionné, à leur façon, les règles de la mise en marché immobilière.

In the creative process of MP1 + innédesign, the name of a project is its DNA; once found, everything flows naturally! M9 immediately comes to mind. A short and powerful name for this avant-garde project located in the Cité Multimédia, on the edge of the Bonaventure Expressway... in a neighbourhood that was, let’s just say, a little funky at the time. Meatpacking District, New York style. The objective was to attract a clientele hungry for new frontiers. And it did, by the hundreds! The Sax branding which was aimed at a more upscale clientele, conveyed a true sense of style and glamour to the project. The Nuns’ Island Sax, the Sainte-Foy Sax and the Town of Mont-Royal Sax reflected the beauty of contemporary architecture adapted to everyday modern living. In the case of Symphonia, an interesting project on the most prestigious tip of Nuns’ Island, which symbolized high-end lifestyle, there was a second phase. Michel and Alain never use the words “Phase 2.” They gave the name a twist... Thus, it was cleverly called Symphonia POP, evoking its iconic architecture and design, as well as its blend of classical and popular culture. Finally, there’s L | L sur le Lac in upscale Laval sur le Lac. Let’s just say the name is a pure gem... In every case, the name transcended everything.

Fate Was Generous Alain was looking for a compadre to jazz up the communication part of his design offer, Michel had just left Tequila, a Montréal advertising agency he helped launch in the 90s. Their meeting was decisive, their complementarity was obvious, and they joined forces to create the perfect storm just in time for the real estate bubble.

Faire un art du marketing immobilier Il leur paraissait incroyable qu’un des investissements les plus importants d’une vie — l’achat d’un condominium — soit présenté, à l’époque, dans une roulotte de chantier, souvent située sur un terrain boueux, avec des notes polycopiées. Si l’architecture d’un immeuble doit s’inspirer du génie du lieu, il allait de soi pour eux que la communication de celui-ci émane de l’essence même du projet. Parce que la créativité est à la base de toute marque. « Dior, Chanel, Sax… même combat ! », de conclure Michel.

La révolution Les projets immobiliers Sax, à l’Île-des-Sœurs, M9, dans la Cité du Multimédia, et Louis Bohème, situé à la jonction du Quartier des spectacles et du quartier des affaires voient le jour en 2001, 2005 et 2007. Ces projets, parmi les plus importants du grand Montréal à l’époque, témoignent alors du renouveau urbain de la ville. Michel et Alain imaginent pour ces projets (et une trentaine d’autres depuis) leurs premiers pavillons de présentation, pour lesquels ils se permettent de tout réinventer, avec la complicité d’une nouvelle génération de clients audacieux. Et ce, de l’aire de réception à l’aménagement de l’unité témoin, du choix du mobilier à la signature graphique et marketing du lieu. Le défi est gagné, les clients (et les ventes) sont rapidement au rendez-vous. De plus en plus nombreux. Ils captent la substantifique moelle du projet et la cristallisent en lieux, en mots et en objets.

La grande séduction Ces partenaires d’affaires, on le sent, veulent concrétiser la personnalité même d’un projet en une image de marque. Et ça marche... Leurs clients en redemandent. La preuve, la majorité de la clientèle de MP1 et innédesign est issue de références, certains leur sont même fidèles depuis les tout débuts. Ce ne sont pas que les espaces de vente qui sont évocateurs, mais aussi, tous les outils de communication qui les accompagnent. Par exemple, une pochette de disque en apparence pour le projet Symphonia POP devient un livre, une brochure, un outil de séduction massive, récemment primé au concours international des Summit Creative Awards dans la catégorie Complete Branding Campaign.

Le pouvoir de la marque «  Nous voulons qu’une pochette, ou n’importe quelle brochure ou n’importe quel carton que nous créons se retrouvent sur la table de la salle à manger de nos clients, intriguent leurs amis pour qu’ils les consultent, pour qu’ils s’intéressent aux projets pour ensuite aller visiter le pavillon ou le bureau de vente », affirme Michel. Alain, un brin philosophe, conclut : « Le pouvoir de la marque n’influence pas seulement les consommateurs, mais tous les secteurs reliés au design et à l’architecture d’un projet. »

36

37


Smoked Meat

A Perfect Match

Partager les honneurs

Alain and Michel have a great friendship, which makes it easy for them to work together. The proof: the two families go on vacations together and have an ongoing dialogue whether it is during business trips or informal dinners. It is a funny coincidence that they both grew up in Ahuntsic, just a few blocks apart. Alain as a teenager was passionate about sports, including soccer. Legend Pelé was his role model. He would say, laughing, “Sports prevented me from being a bum and allowed me to become a man.” College studies in Interior Design followed. Of particular note : in 2006, Alain received the Prix Pierre-Pagé to highlight his exceptional contributions to Quebec’s design history. Meanwhile, Michel was fascinated with music; his taste hovered around the British punk band The Clash. He studied Political Science at the Université de Montréal, not to become a politician, but to learn how to communicate... And he did! “Pierre Bourgault, a teacher at the time, had a way with words, he was opinionated, but always respectful.”

Sax, M9, Louis Bohème, Walter sur Atwater, L | L sur le Lac, Henri B, Cité Dix30, NOCA, Aquablu, Paton1, Symphonia POP, District Griffin, YUL, Stanbrooke, etc., la liste est impressionnante… Au fil des ans, dans un monde où tout se vend, s’achète et se revend, de nombreux honneurs ont marqué la carrière de l’équipe MP1et innédesign : Graphika, Graphis, Ferdie (Grands prix du design), Habitat Design, Applied Arts et Summit. Et ce, tout autant pour souligner la qualité de leur approche marketing hors norme que leur design emblématique. Signe des temps, on ne dit plus « je vis dans tel ou tel quartier », mais « j’habite au Louis Bohème, au Walter, à Paton1 », et bientôt à QuinzeCent, le nouveau projet phare du duo, boulevard René-Lévesque, à Montréal.

↓  Symphonia POP

INTÉRIEURS 76

L’avenir dans tout cela Pour lui. Avant tout l’équilibre… Investir dans l’avenir… Poursuivre ce partenariat harmonieux, inventif, où la chimie s’est installée dès le départ. Trouver de nouveaux défis à relever, des règles à bousculer, des concepts à éclater. Pour l’autre. Assurer la pérennité de son agence pour plusieurs années encore. Poursuivre sur la lancée de l’amener à un « autre niveau ». Et jouer un rôle de mentorat auprès de l’équipe en place et des nouveaux associés. Pour les deux. Continuer à faire du bruit et à penser, autrement.


Signe des temps, on ne dit plus « je vis dans tel ou tel quartier », mais « j’habite au Louis Bohème, au Walter, à Paton1 », et bientôt à QuinzeCent p.52

↓  Louis Bohème

38

39


Aficionados

Aficionados

Texte —

INTÉRIEURS 76

Alexandre Cusson : une force vive du milieu

Madeleine Champagne

Crédit photo : → Ghyslain Bergeron


L’homme

Cartes sur table

Vêtu d’un chic costume bleu roi, le pas sportif, la poignée de main franche, le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, ébahit par l’énergie électrique qui émane de sa personne. Il marche 100 km par semaine, administre avec doigté sa ville et lit beaucoup ... tant et si bien qu’au hasard de ses lectures, un bouquin l’a interpelé. Il s’agit de Et si la beauté rendait heureux –de l'architecte Pierre Thibault et du journaliste François Cardinal Cette lecture est devenue le ferment d’un projet gigantesque : celui de développer le site de l’ancienne usine Fortissimo, un terrain d’un million de pieds carrés en plein cœur du centre-ville de Drummondville et en bordure l’élégante rivière Saint-François, en un éco quartier diversifié.

Il constate alors qu’en architecture contemporaine, le Québec a pris du retard. Il a décidé qu’à Drummondville on allait tenter de faire mieux. Il est fier de préciser que la ville a investi plus de 1 milliard de dollars lors des 5 dernières années pour créer des projets d’envergure et d’une grande qualité architecturale. Entre autres, le magnifique campus de l’UQTR à Drummondville situé au centre d’un boisé vert et touffu, ainsi que la nouvelle Bibliothèque située dans l’édifice Francine-Ruest-Jutras, édifice aux formes atypiques et modernes et jouant avec la transparence. Soucieux de revitaliser sa ville, de créer des activités à proximité du cœur de la cité et d’offrir à ses concitoyens et aux nouveaux venus un habitat dans un cadre architectural contemporain, il a eu l’idée de reconvertir un espace gigantesque en un nouveau quartier...nom de travail « Fortissimo » ! « Mon idole est Pierre Thibault », affirme Alexandre Cusson. « Je l’ai approché, et c’est sans réserve cet architecte, reconnu à l’échelle internationale, a accepté d’emblée de piloter le dossier ». On dit de l’œuvre de Pierre Thibault qu’elle est le résultat d’une pensée qui place en interaction constante l’être humain et le territoire à habiter...

Parlons de Drummondville Le maire a le souvenir d’un Drummondville moqué, à l’époque, dans Crocs, un magazine d'humour satirique. « Pourtant, ces taquineries furent une bonne chose » dit-il « parce que ces petites piques nous ont réveillées. » Il ajoute « Maintenant, nous sommes devenus une des villes des plus fières au Québec et résolument d’avant-garde». Il doit son amour du beau à sa mère, férue de design intérieur, et à son oncle Gérald ainsi qu’à sa tante Linda, qui n’ayant pas d’enfants, l’ont pris sous leur aile et l’ont introduit aux grandes architectures classiques de Rome et d’Athènes. Puis Terre des hommes lui a donné le goût de sortir du Québec et de succomber à l’attrait du voyage, pas aux frais des contribuables, souligne- t-il rapidement, et ce, pour découvrir l’architecture de Barcelone, de Buenos Aires, ou de Paris. Ces pérégrinations lui ont instillé le désir de faire de sa ville un endroit convivial. Une ville au développement durable, belle architecturalement, quitte pour ce faire à sortir des cadres auxquels on croit en général.

40

41


Aficionados

INTÉRIEURS 76


« Quand je regarde le site » disait –il, « je n’en reviens pas de voir à quel point il y a du potentiel. Et on ne se limitera pas » Pierre Thibault

Fortissimo Un peu d’histoire, en 1922 une usine de 80,000 pieds carrés voit le jour. Il s’agissait de la National Silk Dying Company qui, au fil des ans, devient Flocage Fortissimo. L’Usine, qui est à 500 mètres du centre ville est aussi également à deux pas de la jolie rivière Saint-François, mettra fin à ses activités en 2012. Le maire Cusson fut clair, il voulait ajouter au patrimoine architectural de sa ville un quartier qui serait un modèle de milieu de vie, diversifié, à échelle humaine et qui miserait sur les meilleures pratiques de développement durable d'aujourd'hui et de demain tout en retrouvant le grain du bâti existant dans le futur quartier et en créant des repères industriels Il désirait également une mise en valeur des éléments de forces du paysage naturel. Longtemps parcourue par les Amérindiens, la rivière Saint-François gris bleue, est un joyau naturel de la ville. Tous ces éléments sont respectés et on les retrouve dans un cahier préliminaire fourni par Pierre Thibault à la ville.

Enthousiasme Dès le départ, Pierre Thibault fut très enthousiaste « Quand je regarde le site » disait –il, « je n’en reviens pas de voir à quel point il y a du potentiel. Et on ne se limitera pas ». Pour s’inspirer, il a regardé les meilleurs exemples d’éco quartiers dans le monde, ceux qui disposent de terrains proches de l’eau. Des modèles du Danemark, de la Suède, et d’autres encore. Force est de constater que les pays scandinaves ont une longueur d’avance sur le Québec en termes d’aménagement de quartiers accessibles aux piétons et qui présentent une plus grande densité, tout en restant à l’échelle humaine L’architecte Thibault a d’ailleurs proposé de s’inspirer du projet B0. 01, nouveau quartier sur une friche industrielle du port de Malmo en Suède. Là bas, boutiques, restaurants, promenade au bord de la mer, zone de baignade et espaces publics font bon ménage. S’inspirer des pays nordiques plaît au maire Cusson « Qu’on ne nous dise pas ...oui, mais la Suède ce n’est pas comme le Québec. » Les pays nordiques ont des contraintes semblables aux nôtres et l’astuce de les déjouer. L’enthousiasme est palpable dans la ville. C’est un projet hors normes, mais qui rallie les citoyens Il faut dire que des occasions d’aménagement d’une telle ampleur pour une ville, ça n’arrive pas souvent. Avec l’appui du maire, du dg et de son équipe, Drummondville deviendra la marche à suivre, une belle ville qui saura attirer une main-d’œuvre diversifiée et qui plaira certainement aux nouveaux arrivants. Entre-temps le maire nous assure que la consultation publique est importante pour lui, et tout autant pour l’architecte Pierre Thibault. Le gain net est que lorsque qu’un quartier de cette ampleur-là réussit, il y a une espèce de halo qui s’étend sur tout le reste de la ville. Ce quartier créera un effet d’entraînement sur tout ce qui est limitrophe. Parce qu’il sera bien réalisé, ce quartier deviendra un modèle unique au Québec et même au Canada. Drummondville deviendra un exemple, d’ajouter Thibault.

42

43


Aficionados

Avez-vous dit bonheur

Une équipe d’enfer

Le maire Cusson parle de créer du bonheur. Et c’est en célébrant l’authenticité du lieu, en développant un quartier à échelle humaine, en cultivant une ville vivante et enfin en créant un milieu de vie orienté sur les gens, durable et agréable à vivre que l’on crée du bonheur L’architecte Thibault et son équipe projettent de situer tout le projet dans un grand axe vert. La densité projetée se conjuguera avec, entre autres, une promenade riveraine, un agora extérieur, un quai, des parcs, des places publiques, des terrains sportifs ainsi qu’, une présence commerciale et résidentielle. Concrètement, ce développement propose également quelque 550 maisons jumelées, en rangées, des logements ainsi que des commerces de proximité. Le tout sera doté d’une architecture contemporaine et humaniste à la fois.

C’est une équipe* bien soudée pour le maire de Drummondville qui sera constituée du directeur général de la Ville de Drummondville Francis Adam, et bien sûr de Pierre Thibault et Jérôme Lapierre architectes. La phrase clef qui les tient « nous espérons faire ce qui se fait de mieux maintenant et pour le futur ».

* Le chantier de travail sur le développement de l'ex-Fortissimo inclus aussi : les conseillers et conseillères Isabelle Marquis, Catherine Lassonde et Yves Grondin ainsi que le directeur général de Drummondville, Francis Adam, et ses collègues Denis Jauron (urbanisme) et Philippe Mercure (projets spéciaux) Le chef de cabinet aime cette idée et aussi nommer les architectes des projets avec le signe+plus. Merci, cent fois merci !

Rêve de piéton Enfin Alexandre Cusson nous a avoué marcher plus de 100 kilomètres par semaine, et qu’il adore se promener au centre-ville. Il aime son énergie, il aime aussi le secteur du Marché public, de même que le Boisé de la Marconi. Il a surtout très hâte qu’on développe le site de la Fortissimo. « C’est un coin qui sera très agréable » dit-il. On veut en faire un quartier où l’environnement aura une place prépondérante. Bonne route !

PS : Le nom du chantier Fortissimo est temporaire et toutes les suggestions sont les bienvenues, quoique Fortissimo est un terme musical de nuance, qui implique une intensité sonore aussi forte que possible. Ce n’est pas si mal....

INTÉRIEURS 76


Dossier Habitation / Housing Project

INTÉRIEURS 76


Texte —

Suzanne Laliberté

Quand le développement immobilier change le visage d'un quartier Le marché de l'immeuble d'habitation prend une ampleur phénoménale. Que ce soit la construction de condos ou d'immeubles locatifs, ou encore d'habitations pour personnes retraitées, les projets de tours d'habitation abordés dans ce dossier ont pour effet de changer le visage des quartiers où ils s'insèrent, les bonifiant, les animant, et leur apportant très souvent une nouvelle vitalité. Pour cette série d'articles, les architectes et les designers, de même que les promoteurs immobiliers, nous ont fait part de leur réalité face aux enjeux actuels, qu'ils soient écologiques, technologiques ou démographiques. Les nouvelles normes et réglementations les forcent à s'adapter. Tous sont conscients que, dans le futur, il faudra choisir des matériaux ayant une faible empreinte écologique, car la clientèle, de plus en plus informée, devient très sensible à la cause environnementale. Bien qu'il ne soit pas encore possible d'appliquer l'entièreté des normes LEED sur tous les projets, il est certain que les petits gestes posés auront, à long terme, un impact positif. Enfin, en plus de différents projets de condos, ce dossier habitation s'intéresse à quelques projets d'habitation pour personnes retraitées, le vieillissement de la population et l'accès des baby-boomers à des revenus supérieurs provoquant une demande différente de celle d'il y a 20 ans. Les besoins de la clientèle et les normes et réglementations évoluent. La conception du confort comme de la qualité de vie s'avère plus raffinée que jamais. Au-delà de la fonctionnalité des lieux, le design et l'art de vivre s'imposent.

/ When Real Estate Development Changes the Face of a Neighbourhood The housing market is booming. From condos to rental buildings, and even to retirement homes, the housing tower projects we explore in this issue will change the face of their respective neighbourhoods: enhancing them, making them livelier, and, quite often, giving them a newfound vitality. For this series of articles, we asked architects, designers and real estate developers to share their realities and their take on the issues the industry currently faces, be they ecological, technological or demographic. New construction standards and regulations give these professionals no choice but to adapt. All are aware that in the future it will be mandatory to select materials that leave a faint ecological footprint, as buyers are increasingly well informed and sensitive to environmental concerns. Though it is not yet possible to apply the full array of LEED standards to all projects, small gestures taken now will undoubtedly have a positive impact in the long run. In addition to various condo projects, this report examines some housing projects designed for retirees, as the aging population and higher baby boomer incomes have led to demand that is greater than what it was 20 years ago. Client needs as well as standards and the regulatory framework are evolving. The notions of comfort and quality of life are more sophisticated than ever. Beyond the functionality of living spaces, design and lifestyle now too are prime considerations.

46

47


L'objet architectural laisse une empreinte visuelle dans l'espace urbain – empreinte qui traverse le temps et donc l'histoire. Il s'inscrit de plus dans le tissu urbain, façonne le visage d'une ville et devient vecteur de changement dans le milieu dans lequel il s'intègre.

INTÉRIEURS 76

/ The architectural object leaves a visual imprint in the urban space, an imprint that weaves through time and, therefore, history. Moreover, it becomes part of the urban fabric, shapes the face of a city, and becomes a vector for change within its surroundings.


48

–

49


Projet

Habitation

YUL et QuinzeCent Aux premières loges de la vie urbaine Texte —

Suzanne Laliberté

/ YUL and QuinzeCent In the Heart of Urban Life

Architecture et Design — Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes en consortium avec Stefano Domenici architecte Groupe Brivia et Tianco

QuinzeCent Architecture et Design — Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes Promoteur —

Au cœur du quartier des affaires, dans ce qu’on appelait autrefois « l’îlot Overdale », le complexe YUL se distingue par sa volumétrie étonnante. Les 2 tours jumelles de 38 étages, situées sur le boulevard René-Lévesque, sont composées de 4 blocs superposés créant un effet de mouvement inusité. Des murs rideaux en panneaux de verre et d’aluminium modulent les façades et rompent avec la monotonie des tours traditionnelles. La luminosité de la couleur blanche qui en découle change de teinte au gré du temps et du moment de la journée. « J’ai vraiment aimé travailler avec le développeur Kheng Ly, président et chef de la direction du Groupe Brivia. Il fait sa marque sur Montréal avec cette communauté verticale unique et magnifique. Nous avons beaucoup exploré avant de concevoir son design mouvement », dit Anik Shooner, architecte, présidente et cofondatrice de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes.

YUL

YUL

Promoteur —

YUL

In the heart of the business district, on the site that used to be known as the Îlot Overdale, the YUL complex stands out thanks to its stunning profile and massing. The 38-storey twin towers located along René-Lévesque Blvd. are comprised of four distinct blocks, stacked to create an unusual shifting effect. Curtain walls in glass-and-aluminum panels vary the facades, a welcome break from the monotony of traditional towers. Their luminous white hue changes with the weather and time of day. “I truly enjoyed collaborating with developer Kheng Ly, president and CEO of Brivia Group. He is leaving his mark on Montreal with this wonderfully original vertical community. We did some considerable exploration before coming up with his shift-block design,” explains Anik Shooner, architect, president and co-founder of Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes.

Groupe Brivia et Tianco

Crédit photo : Stéphane Brügger INTÉRIEURS 76


50

–

51


Projet

INTÉRIEURS 76

Habitation


Du côté de la rue Overdale, la maison Sir LouisHippolyte-Lafontaine sera restaurée, et cette portion du complexe est complétée par 17 maisons de ville, préservant ainsi l’échelle résidentielle de ce segment. Ces résidences, érigées sur quatre étages, disposent chacune d’un ascenseur et d’un garage double. Sur les toits, des terrasses privées donnent vue sur le jardin commun auquel les résidents ont directement accès via une cour, elle aussi privée. L’implantation du YUL réhabilite un site urbain auparavant asphalté, faisant ainsi disparaître un îlot de chaleur urbain. De plus, l’immense jardin de 23 000 pi2 au design organique unira les bâtiments, tout en répondant au manque d’espace vert au centre-ville de Montréal. On a fait le choix d’installer la piscine d’une longueur de 30 mètres au niveau du sol, créant un dialogue avec le jardin par le biais d’une fenestration importante. Au sommet, le Sky Lounge, une terrasse avec cuisine ouverte, offre une vue totalement dégagée sur la ville. Le basilaire accueillera quant à lui divers commerces, participant ainsi à l’animation du secteur.

Crédit photo : Stéphane Brügger

On the Overdale Avenue side, the historic Maison LouisHippolyte-Lafontaine will be restored, and that part of the complex will be rounded off by 17 townhouses, thus preserving the residential scale along that stretch. These four-storey residences each have an elevator and a two-car garage. The roofs have private patios with a view onto a common garden that residents can access via a private yard. The arrival of YUL rehabilitates a site used as a parking lot, thus getting rid of an urban heat island. Moreover, the immense 23,000 sq. ft. garden boasts an organic design that unites the buildings cohesively while contributing to meeting the need for more green spaces in downtown Montreal. The choice was made to install a 30-metre swimming pool at ground level, creating a dialogue with the garden through the generous fenestration. At the very top is the Sky Lounge, a deck with an open kitchen, offering an unobstructed view of the city. For its part, the basilaire will house various businesses, thereby contributing to neighbourhood life.

52

53


Projet

Habitation

QuinzeCent Le QuinzeCent est une autre tour de condos de 36 étages qui sera située sur un terrain à l’ouest du YUL, sur le boulevard René-Lévesque, coin Guy. Anik Shooner explique que la firme cherchait à distinguer le style du QuinzeCent de celui des tours du YUL, tout en conservant un langage contemporain qui unirait les deux projets. Des murs rideaux de verre ont de nouveau été utilisés, avec une teinte bleutée cette fois plus foncée, mais tout aussi lumineuse que celle du YUL. L’imposant hall d’entrée vitré de plain-pied offrira aux résidents un espace de rencontre et de travail favorisant la vie sociale. Le site du QuinzeCent étant plus petit que celui du YUL, il n’était pas possible d’aménager l’espace jardin au sol. Un toit-jardin de 6 000 pi2 sera donc aménagé au troisième étage, qui inclura également une zone foyer, une cuisine extérieure et un mur de projection permettant d’organiser des visionnements de film à l’extérieur. Plus qu’un lieu de festivités, on a cherché à y inspirer calme et détente. À ce même étage, on a combiné à l’ouest les aires communes de repos et de sport à de petits logements. Ces microcondos de 325 à 335 pi2 permettront aux acheteurs de disposer d’une adresse au cœur de la vie urbaine montréalaise à un prix très accessible. Les propriétaires auront accès à un spa avec piscine, bain vapeur et douche aromatique de même qu’à une salle d’entraînement de plus de 200 p2 avec studio de yoga. Encore ici, le basilaire accueillera des commerces contribuant à la vitalité du secteur.

QuinzeCent The QuinzeCent is a 36-floor condo tower to be located west of YUL, and also along René-Lévesque Blvd., corner Guy. Anik Shooner explains that her firm wanted to give the QuinzeCent a style that would differ from that of the YUL towers, while creating a contemporary idiom that would unite both projects. Glass curtain walls are once again featured, but with a bluish hue this time—darker yet just as luminous as YUL's white accents. The impressive glassed-in lobby on the ground floor will provide residents a place to meet and work that fosters social interaction. The QuinzeCent site being smaller than the YUL's, a ground-level garden proved unfeasible. A 6,000 sq. ft. rooftop garden will therefore be introduced on the third floor, which will also include a fireplace area, an outdoor kitchen, and a projection wall useful for outdoor film screenings. Beyond serving as a setting for festivities, this area was designed to inspire tranquility and relaxation. On the same floor, along the west side, the common rest and sports areas have been combined with small residential units. These 325 to 335 sq. ft. micro-condos will make it possible for buyers to own a home in the heart of Montreal's urban life at a very affordable price. Owners will enjoy a spa with pool, steam room and aromatic shower, as well as a 200 sq. ft.–plus gym complete with yoga studio. Here too, the basilaire will have shops and businesses to enhance the area's vitality.

INTÉRIEURS 76

Crédit photo : M  enkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes


54

–

55


Projet

Habitation

Victoria sur le parc : Pour habiter le centre-ville / Victoria sur le Parc: Downtown Living

Architecture et Design — BLTA Architectes Promoteur —

Texte —

Christian Bergeron

Crédits photos —

Broccolini

Spécialiste des immeubles en hauteur, ayant réalisé à Montréal des projets comme L’Avenue, Icône, Crystal sur la montagne et Roccabella, l’équipe de BLTA était bien placée pour réaliser Victoria sur le parc. Cet immeuble imposant concrétise une tendance importante, et même un changement fondamental à Montréal : la vie en tour d’habitation. Ce changement, avec les nombreux chantiers qui l’accompagnent, est parfois perçu de façon inquiétante par la population. Mais pour l’architecte Olivier Legault, de BLTA, « ces projets possèdent une grande qualité : ils permettent de repeupler le centre-ville ». Grâce à eux, ce secteur de la ville est en train de retrouver la densité de population qu’on y trouvait autrefois. Et la qualité des projets est à la hausse, de sorte qu’en plus de réhabiliter d’anciens terrains vacants, les nouveaux immeubles d’habitation du centre-ville façonnent le paysage urbain et réintroduisent une mixité salutaire dans les quartiers concernés. Le promoteur du projet, Broccolini, est une entreprise qui aime voir grand. Pour Jean Langlois, directeur des communications et du marketing, « nous voulons laisser une marque sur la ville, et nous sommes conscients de la responsabilité que ça implique ». L’entreprise familiale, qui fêtera ses 70 ans en 2019, veut que les immeubles qu’elle bâtit honorent son nom tout en contribuant au dynamisme de la ville. « Nous sommes vraiment fiers de participer à l’envolée de Montréal et d’y construire des immeubles emblématiques », ajoute Langlois.

INTÉRIEURS 76

Broccolini

Being specialized in high-rise buildings and having already completed projects like L’Avenue, Icône, Crystal sur la montagne and Roccabella in Montreal, the BLTA team was ideal for the Victoria sur le Parc project. This imposing building will bring to life an important trend and even a fundamental change for Montreal: life in a high-rise apartment building. This change, with the numerous work sites that come along with it, is sometimes viewed as worrisome by the citizens. But for BLTA architect Olivier Legault, “these projects have an important quality: they help repopulate the downtown area.” Thanks to them, this part of the city is rebuilding the population density to the levels of yesteryear. The project’s quality is increasing in such a way that in addition to rehabilitating former vacant lots, these new downtown residential buildings are shaping the urban landscape and reintroducing healthy diversity in the affected neighbourhoods. The project developer, Broccolini, is a company that sets its sights high. As Jean Langlois, Director of Communications and Marketing, mentions: “We want to leave our mark on the city, and we are aware of the responsibility that it entails.” The family business, which will celebrate its 70th anniversary in 2019, wants its buildings to honour its name while contributing to the city’s vitality. “We are really proud to participate in Montreal’s upturn and to construct emblematic buildings,” adds Langlois.


58

–

59


Projet

INTÉRIEURS 76

Habitation


Chose certaine, voilà un immeuble qu’on ne pourra pas rater. Atteignant 200 m, soit la limite permise par la Ville, Victoria sur le parc sera la plus haute tour résidentielle à Montréal. Abritant 405 unités, elle sera perchée sur un basilaire de 10 étages où l’on trouvera aussi commerces et bureaux qui viendront compléter l’offre en habitation. Si la grande tour aux parois de verre se démarque par ses formes pures et franches, elle fait aussi, avec ses facettes aux angles délicats, un clin d’œil volontaire à la tour de la Bourse voisine. De leur côté, les façades du basilaire sont traitées de manière indépendante, de façon que chacune s’intègre le mieux possible à son environnement immédiat. L’une d’elles fait par exemple usage de pierre dans une évocation de l’histoire du lieu, tandis que celle de la rue Saint-Jacques intègre la façade historique de l’immeuble qui occupait auparavant les lieux. Des centaines de nouveaux résidents viendront bientôt habiter le quartier. « Nous invitons les gens à vivre un nouveau style de vie, dit Olivier Legault, dans un environnement où public et privé se chevauchent, sont ouverts et invitants. Nous avons voulu enlever les barrières entre les commerces, les bureaux, les résidences et l’espace public. La ville devient ainsi le théâtre de la vie. » Victoria sur le parc constituera donc une communauté disposant de plusieurs services communs, dont un parc voisin, œuvre de l’architecte paysagiste Claude Cormier. Jean Langlois, de Broccolini, se réjouit de l’effet qu’aura ce projet : « Pour qu’une ville soit vivante, il faut qu’elle soit habitée ! » Elle le sera maintenant, le soir comme le jour. Olivier Legault résume l’attrait d’une tour comme Victoria sur le parc : « La grande qualité de ces tours, ce sont les grandes fenêtres qui ouvrent sur le spectacle perpétuel de la pluie, de la neige, des couchers de soleil. C’est un style de vie qui ne convient pas à tout le monde, mais c’est un choix de plus pour vivre en ville. »

One thing is for sure: this is a building that is impossible to miss. At 200 metres high, the limit permitted by the city, Victoria sur le Parc will be the tallest residential high-rise in Montreal. Housing 405 units, it will be perched on a ten-storey basilaire where we will also find businesses and office spaces that will complete the housing offer. The huge glass-walled tower stands out because of its clear and pure shapes, as well as for its delicately angled facades, an intentional nod to its neighbour, the Tour de la Bourse. For their part, the basilaire facades are treated independently, so that each facade blends in with its immediate surroundings as seamlessly as possible. For example, one of the facades uses stone to evoke the location’s history, while the one on Saint-Jacques Street integrates the historic facade of the building that occupied the space beforehand. Hundreds of new residents will soon live in the area. “We invite people to experience a new style of living,” says Olivier Legault, “in an environment where public and private meet, while being open and inviting. We wanted to eliminate barriers between offices, residences and public spaces. The city therefore becomes life’s theatre.” Victoria sur le Parc will thus be a community with many shared services including a neighbouring park, an endeavour by architectural landscaper Claude Cormier. Jean Langlois, from Broccolini, is thrilled by the effect this project will have: “For a city to truly come alive, it needs to be lived in!” Now it will be, night and day. Olivier Legault summarizes the appeal of a high-rise like Victoria sur le Parc: “The great quality of these high-rises is the huge windows that open up onto the constant show of rain, snow and sunsets. This lifestyle isn’t for everyone, but it represents another way to live in the city.”

60

61


Projet

Habitation

Attitude luxueuse / A Luxurious Attitude Architecture et Design — Christian Bélanger Promoteur —

Broccolini

Évidemment, la maquette du projet trône au centre de l’espace. À une certaine hauteur, pour qu’elle demeure visible quand il y a beaucoup de monde. Elle est impressionnante, mais ce qui l’entoure l’est tout autant : un espace qui évoque un luxe tout en retenue, conçu par le designer Christian Bélanger. Le choix des matériaux y compte pour beaucoup : deux sortes de marbre au plancher, chêne sur les murs, accents de bronze, tissus d’Italie, tapis fait sur mesure en Californie. Sous le plafond à 18 pieds, tout respire la qualité. L’endroit ne donne pas l’impression d’être éphémère, et c’est ce que recherchait le designer. Pour évoquer la pérennité, mais aussi la qualité de vie emblématique des valeurs du promoteur Broccolini. Un mur concave composé de 27 écrans immerge le visiteur dans des images du projet. L’éclairage réduit l’échelle imposante en créant des touches chaleureuses et même fantaisistes, avec des luminaires en forme d’oiseaux. On a l’impression d’entrer dans un endroit spécial. « C’est un espace qui se démarque par sa volumétrie et son éclairage, et qui se distingue des méthodes habituelles » dit le designer, qui conçoit des bureaux de vente depuis 30 ans. « C’est rassurant pour les acheteurs, et ça montre que le luxe consiste avant tout à faire vivre des expériences et des émotions aux gens. »

Obviously, the project model features at the centre of the space. At a certain height, so as to remain visible when there are a lot of people. It is impressive, but what surrounds it is just as much so: a space, which evokes a restrained luxury, conceived by the designer, Christian Bélanger. The choice of materials counts for a lot: two kinds of marble on the floor, oak on the walls, bronze accents, cloth from Italy, a carpet custom-made in California. Under the 18-foot ceiling, everything exudes quality. The place does not seem ephemeral, and that's what the designer was looking for. To evoke durability, but also the quality of life emblematic of the promoter Broccolini's values. A concave wall, made up of 27 screens, immerses the visitor in images of the project. Lighting reduces the imposing scale by creating warm and even fantastical touches, with lights shaped like birds. We feel like we are entering a special place. "It's a space that is marked by its volumetry and lighting, and which distinguishes itself from usual methods, says the designer, who has designed sales offices for 30 years. It's reassuring for buyers and it shows that luxury consists, first of all, of creating experiences and emotions for people."

INTÉRIEURS 76

Crédit photo : Adrien Williams


62

–

63


CLEF DE VOÛTE Promo rédactionnelle

Créateurs d’élégance

/ Creators of Elegance

laclefdevoute.com

La Clef de Voûte est un atelier d’ébénisterie haut de gamme spécialisé dans la fabrication de mobilier sur mesure et dans la menuiserie architecturale. Depuis 1993, l’entreprise se fait l’alliée des architectes et des designers pour concrétiser leurs visions. Pour le bureau des ventes de Victoria sur le parc, Clef de Voûte a travaillé de près avec le designer Christian Bélanger dans la réalisation de tous les meubles et éléments en bois, incluant le comptoir d’accueil, les panneaux rembourrés et leurs éclairages, certains panneaux muraux ainsi que le comptoir pour barista et son mobilier mural. Passés maîtres dans l’art d’allier beauté et fonctionnalité, les artisans de La Clef de Voûte travaillent selon les plus hauts standards de qualité. Souvent impliqués dans les projets dès la conception, ils se chargent de toutes les étapes, de la modélisation 3D à la fabrication, afin de réaliser des éléments de mobilier élégants à l’épreuve le temps. Peu importe le type ou l’envergure du projet, architectes et designers trouveront chez La Clef de Voûte des partenaires de confiance capables de donner vie à leurs créations, dans le respect de l’échéancier et du budget.

/ La Clé de Voûte is a high end woodworking workshop specialized in custom-made furniture and architectural woodwork. Since 1993, the workshop has allied itself with architects and designers in order to materialize their visions. For Victoria on the Park’s sales office, La Clé de Voûte worked closely with designer Christian Bélanger in the making of all furniture and wood elements, including the reception counter, the padded panels, their lighting, some wall panels and the barista counter and its wall panel. Masters in the art of joining beauty and functionality, the artisans at La Clé de Voûte work using the highest standards of quality. Often involved in a projects from the initial design stage, they take charge of all of the steps, from 3D modeling to production, so as to create elegant and timeless furnishings. No matter the type or scale of the project, architects and designers will find trustworthy partners at La Clé de Voûte, able to bring their works to life, all while respecting budgets and deadlines.

Crédit photo : Adrien Williams

INTÉRIEURS 76


Projet

INTÉRIEURS 76

Habitation

Crédit photo : Adrien Williams


1 2 3 Q

Architecture et Design — Lemay + HUMÀ Design Promoteur —

 anderel en partenariat avec Cadillac C Fairview, Club de hockey Canadien et Fonds immobilier de solidarité FTQ

Architecture et Design — Béïque Legault Thuot + HUMÀ Design

Les Tours des Canadiens : Glorieuse hauteur / The Tours des Canadiens: A Spectacular Trilogy

Texte —

Promoteur — Canderel en partenariat avec Cadillac Fairview, Club de hockey Canadien et Fonds immobilier de solidarité FTQ

Architecture et Design — Béïque Legault Thuot + CAMDI Promoteur —

Canderel

Architecture et Design — Lemay

Christian Bergeron

À Montréal, la décennie 2010 aura été marquée par une vague de projets résidentiels d’importance. Parmi ceux-ci, la première Tour des Canadiens symbolise le coup d’envoi, tandis que les tours 2 et 3 illustrent le plein essor de cette tendance. Ces projets du promoteur Canderel constituent par ailleurs une première dans le marché à travers le lien qu’ils établissent avec une équipe sportive profondément inscrite dans l’ADN de Montréal. Voici un survol de ces réalisations qui ont touché une corde sensible chez la population, et qui auront une influence durable sur le paysage de la métropole.

In Montreal, the current decade has been marked by a succession of major residential projects. The first Tour des Canadiens was the initial undertaking in this wave of development, while towers 2 and 3 capture the trend at its peak. These projects, built by developer Canderel, constitute a first in the market because of their connection with a sports team that is deeply intertwined with Montreal's DNA. Here is an overview of these three towers that have struck a chord with Montrealers and that will have a lasting influence on the city's landscape.

66

67


Projet

Habitation

Architecte responsable de la première tour, Joanne Godin de Lemay raconte qu’elle faisait face à un défi de taille. « Comme le projet occupe un très petit terrain au-dessus du tunnel du métro » dit-elle « il était presque impossible d’excaver, sauf pour installer les éléments de structure. Nous avons creusé partout où l’on pouvait, puis installé d’immenses poutres-pont qui effectuent le transfert des charges au-dessus du tunnel. » Les onze premiers étages de la tour abritent un stationnement hors terre, sur lequel s’appuie la partie résidentielle du projet. L’ensemble est revêtu de plaques de granit différemment texturées, une solution qui offre un bel équilibre entre sobriété et élégance. Les espaces intérieurs ont été confiés en totalité à HUMÀ Design, qui les a abordés comme un environnement hôtelier. Stéphanie Cardinal, présidente de l’entreprise, précise : « Avec des unités dont les dimensions ressemblent à celles de suites hôtelières, les cuisines, par exemple, devaient offrir une efficacité à toute épreuve. » Une contrainte qui a mené à la création de décors intégrés et discrets qui ont beaucoup plu aux acheteurs.

1

Architect Joanne Godin from the firm Lemay was in charge of the first tower, and explains one of the project's big challenges: “Since the project occupies a very small lot above the metro tunnel, it was virtually impossible to excavate, except to install the structural elements. We excavated everywhere we could, and then inserted huge transfer beams that made it possible to shift the loads above the tunnel,” she explains. The tower's 11 lowest levels house above-ground parking, over which the project's residential portion rests. The whole is covered with granite slabs of varying texture, striking the perfect balance between sobriety and elegance. All the interior spaces were entrusted to HUMÀ Design, which approached them as a hotel environment. Stéphanie Cardinal, the firm's president, explains: “Since the units are on a scale similar to that of hotel suites, the kitchens, for instance, simply had to deliver impeccable efficiency.” This constraint led to the creation of discreet, integrated decorative schemes that proved quite popular with buyers.

INTÉRIEURS 76

Crédit photo : Adrien Williams


68

–

69


Projet

Habitation

2

Tours 2 et 3

Tours 2 and 3

Les imposantes Tours des Canadiens 2 et 3 achèveront de transformer les environs immédiats du Centre Bell en y attirant une population résidente. Conçues par la firme BLTA de Montréal en partenariat avec IBI de Toronto, elles créent un effet de symétrie, les deux tours élevant leurs surfaces de verre sur une cinquantaine d’étages aux coins opposés de leur quadrilatère de la rue SaintAntoine. Au niveau de la rue, les bases de quatre et cinq étages traitées en maçonnerie contribuent à instaurer une échelle humaine et une ambiance plus intime. Sur Saint-Antoine, l’intégration d’une façade existante à la Tour 2 va aussi dans ce sens, tout comme la création d’un petit parc urbain très soigné, au caractère assez unique à Montréal, qui s’insère entre les deux tours. L’architecture des tours se distingue par des effets de transparence au niveau de la rue ainsi que des éléments qui rythment les façades. Notons le choix de loggias plutôt que de balcons, qui assure plus d’intimité aux unités d’habitations, ainsi que l’utilisation de différents types de verres selon les façades : celles qui sont le plus exposées au soleil sont ainsi mieux protégées de la chaleur. Au rez-de-chaussée, les entrées sont traitées en coin, un choix peu commun pour ce type de bâtiment, mais qui s’inscrit bien dans la tradition montréalaise.

The impressive Tours des Canadiens 2 and 3 will complete the transformation of the Centre Bell's surroundings by attracting a residential population. Designed by Montrealbased BLTA in partnership with Toronto firm IBI, the towers produce a symmetrical effect, their glass surfaces rising 50 floors at opposite corners of the block they occupy, bounded by Saint-Antoine St. At street level, the four- and five-storey bases, respectively, finished in masonry, impart a human scale and a more intimate setting. Along Saint-Antoine, the integration of an existing facade into tower 2 achieves a similar purpose, as does the creation, between the two towers, of a small yet well-though-out urban park with a rather unique flavour. Architecturally, the towers stand out thanks to transparency effects at street level and elements that impart a rhythm to the facades. Noteworthy is the choice of loggias rather than balconies, so as to provide the residential units greater intimacy, and the use of different types of glass for the facades, such that those with the greatest exposure to the sun's rays have the most heat protection. The ground-level entrances are on a corner, a fairly rare approach for this type of building, yet entirely fitting with Montreal tradition.

Crédit photo : ↗  HUMÀ Design → CAMDI

ISCO Surfaces Promo rédactionnelle

Pour des comptoirs incomparables

/ Unparalleled Counters

iscosurfaces.com

ISCO Surfaces est fière de faire partie des fournisseurs sélectionnés pour l’aménagement intérieur des maisons de ville et des penthouses de la Tour des Canadiens 2. En effet, deux de ses gammes de produits sont utilisées pour les comptoirs de cuisine et les meubles-lavabos de salles de bains. Il s’agit des surfaces de la série Concreto de Santamargherita, un quartz très durable et moderne à l’allure de béton brut et au fini mat, ainsi que des produits de la série Lux de Lapitec, des surfaces extrêmement robustes en pierre sintérisée « pleine masse » au fini lustré. Ces produits innovants et de qualité supérieure sont fabriqués en Italie et sont offerts par les spécialistes d’ISCO Surfaces.

/ ISCO Surfaces is proud to be included among the suppliers chosen for the interior design of the Tour des Canadiens 2. In fact, two of its product lines are being used for kitchen counters and bathroom vanities in the townhouses and penthouses. While the Santamargherita Concreto Series is very durable and modern quartz with an unfinished concrete look, the Lapitec Lux Series is made from full-body sintered stone with a gloss finish. These innovative and high quality products are made in Italy and offered by the specialists at ISCO Surfaces.

INTÉRIEURS 76


Du côté sud du quadrilatère, le projet propose des maisons de ville installées sur deux niveaux descendants. « Nous voulions offrir une solution d’habitation à la fois moderne et montréalaise, un concept qui tenait compte de l’environnement urbain », explique l’architecte Olivier Legault de BLTA. Ces maisons effectuent la transition vers le nouveau parc qui sera créé du côté sud, lequel intègre une bretelle de sortie de l’autoroute Ville-Marie ainsi que des jardins communautaires existants. L’ensemble des maisons à la base des tours bénéficie donc d’un milieu assez unique. « Nous avons travaillé de très près avec la Ville pour parvenir à créer une interface à la fois humaine et animée », ajoute M. Legault. Côté design intérieur, c’est HUMÀ Design qui était responsable de la tour 2, tandis que CAMDI se chargeait des intérieurs de la tour 3.

3

On the south portion of the block, the project features townhouses built on two descending levels. “Our aim was to create housing that is both contemporary and adapted to Montreal's realities, with a concept that takes into consideration the urban environment,” explains architect Olivier Legault of BLTA. These houses mark the transition toward the new park to be created on the south side, which integrates an exit ramp for the Ville-Marie Expressway as well as existing community gardens. All the houses at the base of the towers thus enjoy a rather unique environment. “We collaborated closely with the Ville to create an interface that is human and lively,” adds Legault. Interior design was provided by HUMÀ Design for tower 2 and CAMDI for tower 3.

70

71


Projet

Habitation

Quad Windsor

Un lien historique ? / A Historical Link ?

Si Montréal ne possède pas d’historique particulier en matière de passerelles, celle du projet Quad Windsor changera peut-être la donne. Chose certaine, en plus de créer un lien pédestre important, elle apportera un élément design distinctif au centre-ville. Conçue par Lemay, elle s’inscrit dans le plan d’ensemble des Tours des Canadiens, bien qu’elle ait été traitée comme un élément distinct. « On a voulu en faire un joyau urbain, un objet sculptural », dit Andrew King, associé principal et directeur de la conception. La passerelle de 61 m, qui relie le Centre Bell à l’atrium de la Tour des Canadiens 2, s’inspire d’éléments emblématiques du paysage montréalais. Avec son allure de coque de voilier, elle constitue un geste architectural à la fois fort et léger en mettant en évidence sa structure d’une rare élégance. Though walkways are not particularly part of Montreal's history, the Quad Windsor walkway may well be poised to change all that. But one thing is certain: In addition to creating an important pedestrian link, the new walkway's design will give the city a distinctive visual signature. Designed by Lemay, the walkway is an integral part of the master plan for the Tours des Canadiens, though it has been treated as a separate element. “We wanted it to be an urban jewel, a sculptural object,” explains Andrew King, senior partner and design principal Lemay. The 61-metre walkway connects the Centre Bell and the atrium of the Tour des Canadiens 2, and is inspired by elements closely associated with Montreal's landscape. With a look that evokes that of a sailboat hull, it constitutes an architectural gesture that is both bold and delicate, through an emphasis on its truly elegant structure.

Berkayly Promo rédactionnelle

berkayly.com

Ce trio d’immeubles en hauteur propose aux Montréalais un nouveau mode de vie au centre-ville, propre à attirer une nouvelle génération. Pour la designer Stéphanie Cardinal, « Ces développements s’apparentent à ceux des grandes villes nord-américaines et constituent un créneau différent, mais très excitant, pour Montréal. » Si l’on doutait il y a quelques années seulement de leur succès, il semble au contraire que Montréal ait maintenant atteint le seuil d’urbanité qui permet de les soutenir. Ce nouveau type d’expérience urbaine offre en effet des services et des équipements attrayants, et constitue un aimant pour divers commerces qui commencent eux aussi à réinvestir le centre-ville. Ils contribuent grandement à la densification de la ville, ce qui selon l’architecte Legault constitue « le geste le plus écologique que l’on peut faire à Montréal ». Chose certaine, la vie au centre-ville profite maintenant d’un nouveau souffle.

This trio of tall buildings offers Montrealers a new lifestyle downtown, one that will surely attract a new generation. Says designer Stéphanie Cardinal: “These developments resemble those seen in large North American cities and represent a different, yet most exciting, market segment for Montreal.” While mere years ago, the feasibility of such undertakings may have seemed dubious, it appears that—on the contrary—Montreal has now attained the cosmopolitan status that supports such projects. Indeed, this new type of urban experience offers attractive services and facilities, and exerts a genuine pull on various types of businesses that too are starting to return to the city core. They greatly contribute to the city's densification, something architect Olivier Legault says is “the most eco-friendly thing one can do in Montreal.” One thing is for sure: downtown living is now seeing a revival.

La beauté invisible : une solution pour réduire l’excès de chaleur

/ Invisible Beauty: a Solution to Reduce Excess Heat

Entreprise familiale, Berkayly se spécialise dans l’installation de films pour fenêtres. Utilisant les technologies de 3MMD, elle compte plus de 10 000 projets réussis. Les pellicules répondent à plusieurs besoins, qu’ils soient liés à la conservation d’énergie, à la sécurité ou à la décoration. Ainsi, au pavillon des ventes des Tours des Canadiens à Montréal, Berkayly a installé des pellicules pare-soleil Prestige 70 extérieures, une technologie à haut rendement énergétique qui permet d’assurer une vue claire de jour comme de nuit et un confort optimal. / A family business, Berkayly specializes in window film installation. Using 3MMD technology, it has over 10 000 successful projects. The films serve several purposes, such as energy conservation, safety and decoration. In this way, at the Montreal Tours des Canadiens' sales pavilion, Berkayly installed Prestige 70 exterior solar films, a high-energy efficient technology that ensures optimal comfort and a clear view, day and night. INTÉRIEURS 76


Bois franc Summit Elite, Southampton Oak

Fier fournisseur du projet Tour des Canadiens. Plancher de bois franc TORLYS – condos et penthouses. • Bois franc d’ingénierie. • Plus de 60 couleurs déclinées en sept collections. • Noyau en fibre de bois ultra-dense (HDF) conçu pour résister aux enfoncements. • Joint breveté Uniclic – le plus serré et le plus solide de l’industrie.

• Performant avec une humidité relative de 30 à 60%. • Réparabilité d’une planche endommagée, sans défaire tout le plancher, grâce à l’outil Bulldog . • Garantie à vie sur la structure et les brèches. MC

MD

Superbe aujourd’hui. Superbe toujours. Pour nous joindre infoqc@torlys.com 579-637-3147

Pour plus d’infos www.torlys.com/fr


Projet

INTÉRIEURS 76

Habitation


Le Square Children’s Un pôle citoyen Architecture et Design — Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes Promoteur — Devimco en partenariat avec le Fonds immobilier de solidarité FTQ et Fiera Capital

Texte —

Suzanne Laliberté

Crédits photos —

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

S’inscrivant dans la revitalisation du Quartier des grands jardins entamé par la Ville de Montréal, le développement d’habitation Square Children’s sur le site de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants propose une approche de mixité des fonctions urbaines, à l’image de la diversité de la population du quartier. Le Square Children’s offrira des logements variés comprenant des logements locatifs, des condominiums, de même que des commerces de proximité. Il constituera un nouveau pôle civique avec la construction d’un centre communautaire et le réaménagement de la place Henri-Dunant. Positionné dans le prolongement de la coulée verte du secteur Peter-McGill, le projet permettra ainsi de créer un ensemble public consolidant les différents parcs aux abords en tant que cœur culturel et social de ce quartier de la ville de Montréal. Le complexe est composé de quatre tours. La tour Ouest, située sur la rue Tupper, et la tour Est, située face au square Cabot, abriteront des unités d’habitation en copropriété aux typologies variées offrant une grande mixité et s’adressant à une clientèle à la recherche d’un mode de vie urbain. Les deux tours sont surmontées de larges espaces communs avec terrasses et piscines extérieures. Elles seront reliées par un basilaire incluant les lobbys, un gymnase et des commerces, de même que des espaces partagés au niveau 2.

77

78


Projet

Habitation

Situées sur le boulevard René-Lévesque, les tours locatives 4 et 5 intègrent une partie du volet communautaire grâce à la présence du Centre culturel Peter-McGill, ce dernier occupant le basilaire de deux étages accessibles depuis le boulevard René-Lévesque et le parc Henri-Dunant. Le toit du basilaire sera doté d’une immense terrasse végétalisée avec des espaces de repos. Une piscine sera aménagée sur la toiture-terrasse de la tour 5, tandis que la toiture de la tour 4 accueillera une grande cuisine extérieure et du mobilier pour la détente. « Le pôle civique au sol se devait d’être de qualité tant pour les résidents du complexe Square Children’s que pour la population de ce secteur qui est très dense, mais qui montre un déficit quant aux infrastructures communes. » Jean-Pierre LeTourneux, architecte, associé et cofondateur, Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes.

INTÉRIEURS 76


79

–

80


Projet

Habitation

MaryRobert : l’histoire en mouvement

/ MaryRobert: History in Motion

Architecture et Design — Lemay - blazysgerard Promoteur — Devimco en partenariat avec Fonds immobilier de solidarité FTQ

Texte —

Christian Bergeron

La métamorphose de Griffintown se poursuit. Les immeubles d’habitation changent le visage de cet ancien quartier ouvrier, et le MaryRobert Condominiums constitue une borne importante dans ce processus. Deux intervenants nous parlent de ce projet qui marquera le paysage montréalais. L’équipe de conception chez Devimco Immobilier cherche toujours à travailler à partir d’un scénario pour parvenir à une architecture signifiante. Ici, Lemay s’est inspiré de l’histoire pour suggérer ce concept, puisque le projet évoque la mémoire de Mary Griffin, femme d’affaires qui a loti le quartier et lui a laissé son nom, et de Robert Peel, homme politique anglais dont la rue homonyme longe l’îlot. Pour réaliser ce projet que l’équipe conceptrice souhaitait empreint de créativité et d’audace, le promoteur a fait appel à la firme Lemay et à l’architecte, associée et directrice de conception Joanne Godin, pour concrétiser cette vision. « Dans tous nos projets, dit cette dernière, nous cherchons à réaliser un mariage entre pragmatisme et poésie. » Pour cela, l’inspiration est venue des caractéristiques intrinsèques du site, sa localisation stratégique dans la ville, l’axe Peel et son rapport avec la montagne et le fleuve. Ainsi, la volumétrie des deux tours d’habitation, déposées sur un basilaire de deux étages, est directement issue de la forme unique du terrain sculptée par la rencontre des multiples trames véhiculaires. « Dans ce paysage en mouvement, poursuit Godin, on n’a jamais la même perception des tours selon l’endroit où l’on se trouve. » Les façades sont traitées en opposition, celles qui constituent l’enveloppe extérieure étant lisses et sombres, revêtues de métal couleur prune, tandis que celles qui regardent vers l’intérieur, équipées de coursives desquelles émerge un jardin vertical symbolique représentant la montagne, sont claires et poreuses. Les coursives constituent d’ailleurs un attrait unique du projet, puisqu’elles seront pourvues de balustrades en verre où sera sérigraphiée une œuvre monumentale de l’artiste québécois René Derouin, choisie au terme d’un concours. INTÉRIEURS 76

Griffintown's metamorphosis continues. Residential buildings are changing the face of this former working class neighbourhood, and the MaryRobert Condominiums form an important milestone in this process. Two participants speak to us about this project, which will mark the Montreal landscape. The design team at Devimco Immobilier are always looking to work from a storyline to create significant architecture. In this case, Lemay was inspired by history for this concept, since the project evokes the memory of Mary Griffin, a businesswoman who served the neighbourhood and left it her name, and of Robert Peel, an English politician whose namesake street runs along the island. In order to achieve this project, which the design team wished to stamp with creativity and audacity, the promoter called upon the Lemay company and architect, associate and design director, Joanne Godin, to fulfil this vision. "In all of our projects, says the latter, we seek to marry pragmatism and poetry." For this, inspiration came from characteristics inherent to the site: its strategic location in the city, the Peel axis and its relationship to the mountain and the river. In this way, the volumetry of the two residential towers, lain on a two-story extension, originates directly from the unique shape of the land, sculpted by the meeting point of multiple vehicular lines. "In this moving landscape, continues Godin, you never have the same perception of the towers, depending on your location." The facades are treated as opposites, those making up the exterior envelope are smooth and sombre, dressed in plum-coloured metal, while those facing the inside, equipped with passageways from which a symbolic vertical garden emerges, representing the mountain, are light and porous. The passageways create a unique appeal for the project, as they will be equipped with glass railings onto which a monumental work by Quebec artist René Drouin, chosen at the end of a contest, will be silk-screened.


81

–

82


Projet

Habitation

Intitulée Un phare sur le fleuve, cette dernière évoque les nations fondatrices de Montréal et souligne le positionnement particulier du projet, bien visible dans l’aboutissement de l’axe Peel qui relie la montagne au fleuve. L’emplacement joue donc un rôle important dans la signature de ce projet élégant, tout comme le jeu d’oppositions au cœur de sa conception (masculin/ féminin, lisse/poreux, clair/sombre, etc.). Élément unificateur, le basilaire a ceci de particulier qu’il laisse place aux unités d’habitation dès le deuxième étage, ce qui est rare dans ce genre d’immeuble. Le rez-de-chaussée propose quant à lui une cohabitation entre commerces et espaces communs destinés aux résidents. Ces derniers ont été confiés aux designers de blazysgerard pour créer un univers raffiné, enveloppant et distinctif. Le hall se compose de trois salons pour les résidents ainsi que d’un centre d’affaires conçu sur le modèle des espaces de coworking. Entre les tours, un « jardin suspendu » prolonge les espaces communs ; des bancs y dessinent la forme d’un trèfle, clin d’œil discret aux Irlandais qui ont laissé leur marque dans le quartier. « Un tel site imposait de travailler à une échelle autre que celle d’un simple projet de condos, dit Joanne Godin. Il fallait résoudre la question de l’aboutissement de l’axe, travailler à l’échelle du quartier et de la ville, mais aussi sentir ce mouvement donné par les éléments qui gravitent autour du site. » Comme ses deux tours qui se renvoient leur image, le MaryRobert Condominiums renvoie à Montréal celle d’une ville qui sait dialoguer avec l’histoire tout en savourant le mouvement qui la propulse vers l’avenir.

INTÉRIEURS 76

Titled, Un phare sur le fleuve [A beacon on the river], this latter evokes the founding nations of Montreal and highlights the unique positioning of this project, very visible, at the culmination of the Peel axis and joining the mountain to the river. The location, as such, plays an important role in the signature of this elegant project, as does the play in opposites at the heart of its design (masculine/feminine, smooth/ porous, light/dark, etc.). The extension, a unifying element, is unique in that it leaves space for the residential units, as soon as the second floor, rare in this kind of residence. The ground floor offers cohabitation for businesses and common spaces for residents. The latter was entrusted to blazysgerard designers, to create a refined, enveloping and distinct universe. The foyer is made up of three living rooms for residents as well as a business centre, its design based on the model for coworking spaces; benches create a cloverleaf shape, a distinct wink to the Irish who left their mark on the neighbourhood. "Such a site imposes work of a different scale than that of a simple condo project, says Joanne Godin. The question of the culmination of the axis must be resolved, and we must work at the scale of the neighbourhood and the city but also feel the movement created by the elements gravitating around the site." Like the two towers, which reflect an image of themselves to each other, the MaryRobert Condominiums reflect to Montreal a city that knows how to converse with history, all while savouring a movement propelling it towards the future.


83

–

84


Projet

INTÉRIEURS 76

Habitation


Symphonia POP : carrément inspiré Architecture et Design — Provencher_Roy Promoteur — Développement Symphonia POP & Baker Estate

Texte —

Christian Bergeron

La deuxième phase du projet Symphonia POP, sur l’île des Sœurs, adopte une posture de dualité. D’abord, elle vient se poser en complément de la tour qui constitue la phase un du projet. Ensuite, elle se décline en deux facettes complémentaires qui s’inspirent du lieu même où elle est implantée. Comme l’explique Roch Cayouette, architecte responsable du projet pour Provencher_Roy, ces deux traitements architecturaux distincts trouvent leur origine dans le lien avec le milieu ainsi que la symétrie avec la tour existante. « Le paysage a vite pris une grande place dans la conception du projet, ditil. Nous avons voulu exploiter la dualité entre la ville et le paysage naturel. » Kevin Robinson, directeur général de Développements Symphonia POP, promoteur du projet, confirme : « On a voulu créer un ensemble immobilier cohérent qui maximise les qualités de l’emplacement. » Il s’agit en fait d’un deuxième départ pour cette deuxième phase, le hall commun avec la tour existante étant même déjà construit. Comme la première tentative n’avait pas abouti, le promoteur a lancé une nouvelle approche architecturale. Avec son langage contemporain et ses éléments architecturaux frappants, le nouveau projet a contribué à relancer l’ensemble.

87

88


Projet

INTÉRIEURS 76

Habitation


« Le concept s’articule autour des paysages de la ville et du fleuve, résume M. Cayouette. Du côté faisant face à la ville, on a un volume orthogonal fait de cubes, et du côté de l’eau, c’est une surface courbe qui réalise l’union avec la tour de la phase un. » Les architectes ont ainsi voulu installer une nouvelle dynamique qui prépare le terrain pour les éventuelles phases du complexe (deux autres tours sont planifiées). Le côté ville, plus distinctif, propose une surface éclatée faite d’éléments soulignés par des cadres en aluminium blanc, qui donnent l’impression d’une construction de cubes empilés. Le relief particulier de ce côté du bâtiment s’inspire en fait de la silhouette du paysage urbain montréalais, vue depuis le site, comme si les architectes l’avaient tout simplement reportée à la verticale. Ce geste architectural clair, à la fois simple et fort, influence tout le projet. Dans ces formes énergiques viennent s’insérer des unités d’habitation variées offrant des vues magnifiques grâce aux fenêtres immenses qui profitent de la généreuse hauteur sous plafond. En plus des condos, une série de penthouses et d’appartements avec terrasse bénéficient de balcons de plain-pied qui offrent une continuité parfaite entre l’espace intérieur et l’espace extérieur, pour un caractère plus intime et résidentiel. « Avec la luminosité et les vues formidables que l’on a ici, il nous apparaissait essentiel d’exploiter la relation intérieur-extérieur, souligne M. Robinson. Et puis, les gens, ici, ne veulent pas un petit condo comme au centre-ville. Nous leur offrons donc un milieu de vie unique qui évoque un centre de villégiature, un peu à la manière d’un country club. » « Ce n’est donc pas parce que l’on construit en terrain découvert que l’inspiration doit faire défaut, assure Roch Cayouette. Le contexte est aussi inspirant qu’en ville. Il suffit de découvrir l’histoire que l’on souhaite raconter. » Un pari que le projet Symphonia POP a relevé avec brio. Et gageons qu’ils seront nombreux à vouloir entendre la suite de l’histoire !

89

90


Projet

INTÉRIEURS 76

Habitation


L&C Laurent & Clark Animation & effervescence

Laurent & Clark Animation & Effervescence Architecture et Design — M  enkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes Promoteur —

Texte —

Suzanne Laliberté

Crédits photos —

Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes

Porte d'entrée du Quartier des spectacles, bordé par le boulevard Saint-Laurent, le boulevard de Maisonneuve et la rue Clark, le Laurent & Clark bénéficie d'une localisation offrant de nombreux atouts. De cette grande concentration d’espaces culturels résultent un important achalandage cosmopolite et une vitalité hors du commun. « Il s’agit de réaliser un bâtiment dans un environnement presque achevé, au cœur du Quartier des spectacles et devant l’Adresse symphonique. C’est une responsabilité, nous avons l’obligation de faire quelque chose de remarquable. » Jean-Pierre LeTourneux, architecte, associé et cofondateur, Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes Afin de s'inscrire dans cette effervescence, on a choisi un traitement texturé pour la façade de la phase 1, le Clark, qui s’articule autour d’une modulation géométrique utilisant des matériaux colorés, lumineux et cristallins. Le blanc domine, inspiré du mobilier urbain environnant, auquel on a ajouté une touche de rouge, signature festive du Quartier des spectacles. Les murs extérieurs de la phase 2, le Laurent, seront quant à eux plus uniformes et sobres, avec une dominante noire. « On a joué avec le blanc et le noir, inspirés des touches d'un piano ou de la classique tenue d'un maestro », explique Jean-Pierre LeTourneux.

Rachel Julien

Gateway to the Quartier des spectacles, bounded by Saint-Laurent Blvd., de Maisonneuve Blvd. and Clark St., the Laurent & Clark development boasts a location that is enviable on many fronts. Teeming with cultural venues, the vicinity attracts a considerable cosmopolitan patronage and exhibits a rare vitality. “We are talking about erecting a building in an almost fully built environment, in the heart of the Quartier des spectacles and across from the Montreal Symphony House. It is a responsibility. We are duty-bound to produce something that is remarkable.” – Jean-Pierre LeTourneux, architect, partner and co-founder, Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes In order to be an integral part of this effervescence, the facade of Phase 1—the Clark—was given a textured treatment that incorporates geometric variations and colourful, luminous and crystalline materials. Inspired by the surrounding urban furniture, white is the dominant colour, to which is added a touch of red, the festive signature of the Quartier des spectacles. The exterior walls of Phase 2—the Laurent—will show more uniformity and sobriety, with black being dominant. “We played with black and white, drawing inspiration from the keys of a piano as well as an orchestra conductor's classic attire,” explains Jean-Pierre LeTourneux.

91

92


Projet

Habitation

Uniques à Montréal, des logements traversants unissent les deux tours et offrent une vue sur deux horizons, à l’est comme à l’ouest. Les espaces de vie de ces appartements aux lignes droites et épurées sont situés du côté de la rue Clark avec vue sur le Mont-Royal et le centre-ville, tandis que les chambres à coucher donnant sur le boulevard Saint-Laurent et le territoire à l’est de celui-ci permettent quant à elles de dormir au calme et de contempler le jardin privé ainsi que les aires de détente. Le site comportait de nombreuses contraintes souterraines et géotechniques. La présence du tunnel du métro sous la portion sud ainsi que d’un édicule STM a demandé des prouesses techniques et beaucoup d'ingéniosité aux architectes et aux ingénieurs. Les résidents du Laurent & Clark disposeront d'un spa avec bassin chaud à débordement et des espaces de repos avec foyer, de même qu'une salle d’entraînement de plus de 1 500 pi2 et un gym d’entraînement en parcours. La terrasse du quatrième étage sur le toit du basilaire permet quant à elle d'assister aux mille et une festivités dans un confort parfait. Unique in Montreal, residential units span both towers and provide a view onto two horizons, to the east and west. The living areas of these apartments with straight, simple lines are located on the Clark St. side and offer a view toward Mount Royal and downtown, while the bedrooms look out onto Saint-Laurent Blvd. and points east, making for restful sleep and the tranquil contemplation of a private garden and relaxation areas. The site presented numerous underground and geotechnical constraints. The presence of the subway tunnel beneath the south portion as well as that of an STM entrance building required technical feats and considerable ingenuity on the part of the architects and engineers. Laurent & Clark residents will enjoy a spa with a warm-perimeter overflow pool, rest areas that include a fireplace, a 1,500-plus sq. ft. fitness centre and a CrossFit gym. Meanwhile, the fourth-floor terrace on the basilaire roof makes it possible to take in the innumerable outdoor festivities in absolute comfort.

INTÉRIEURS 76


93

–

94


Projet

Habitation

Architecture et Design — Provencher_Roy Promoteur —

Arbora : pour l’amour du bois

Texte —

Christian Bergeron

Le promoteur Sotramont souhaitait créer avec Arbora un projet distinctif… mais aussi promouvoir une approche basée sur ses valeurs. Marc-André Roy, président de l’entreprise, explique : « La structure est faite de bois lamellé croisé, ou CLT (pour cross-laminated timber). C’est une version moderne de la construction en bois massif. Tous les éléments de la structure ont été fabriqués par Nordic Structures à Chibougamau. » Une fois terminé, ce projet résidentiel sera le plus grand au monde (en superficie) construit à l’aide de cette technologie plus écologique. Dans Arbora, les poutres, les colonnes, les planchers ainsi que certains murs sont faits d’éléments de bois (épinette noire) collés en couches alternées perpendiculairement. Cette innovation se fait cependant discrète, puisque la réglementation en vigueur ne permet d’exposer que certaines poutres et colonnes. Par ailleurs, les planchers faits de panneaux de CLT de 8 pouces sont recouverts d’une chape de béton de 2 pouces pour assurer une meilleure insonorisation, tandis que les plafonds sont dissimulés sous des plaques de gypse. « Nous avons voulu créer un projet à échelle humaine où l’on trouvera 40 % d’espaces verts, ce qui est considérable pour un emplacement au centre-ville », ajoute M. Roy. La conception architecturale a été confiée à Provencher_Roy. L’architecte Roch Cayouette souligne qu’à cause du choix de la structure en CLT, « la coordination entre les architectes et les ingénieurs a revêtu une importance toute particulière, surtout en ce qui a trait aux éléments mécaniques ». En effet, tous les éléments de structure étant préfabriqués en usine, les ouvertures doivent être percées préalablement autant que possible. « En fin de compte, ajoute l’architecte, c’est un peu plus cher que le béton, mais beaucoup plus rapide pour la construction. »

INTÉRIEURS 76

Sotramont


95

–

96


Projet

INTÉRIEURS 76

Habitation


Le projet comporte trois bâtiments (dont deux sont terminés) qui entourent un îlot entier de Griffintown, ménageant ainsi au centre l’espace paysager destiné aux résidents, mais accessible au public. Les bâtiments sont conçus en deux parties : un basilaire de trois étages et un bloc en retrait de cinq étages. Une partie du rez-de-chaussée abrite des commerces, tandis qu’ailleurs, on trouve des maisonnettes de deux étages accessibles de la rue. Le reste du projet est séparé en condos, penthouses et appartements locatifs : une offre variée qui a su plaire aux acheteurs. Pour mieux inscrire cet imposant projet de près de 450 unités dans la trame urbaine de Griffintown, les architectes ont travaillé les façades du basilaire en maçonnerie et ont veillé à reproduire le rythme des habitations traditionnelles du quartier. La volumétrie de la section basse assure également l’intégration dans l’environnement, tandis que les étages supérieurs se trouvent en retrait de 2,5 mètres. Cette section comporte des balcons triangulaires qui contribuent à la signature visuelle du projet. Soutenus d’un côté par des tirants en acier galvanisé, ils apportent une dynamique particulière aux façades. Revenons à la structure en CLT d’Arbora pour aborder ses avantages du point de vue du développement durable. « Grâce à elle, dit Marc-André Roy, nous avons pu enfermer 10 000 tonnes de CO2, ce qui équivaut à retirer 2 500 voitures de la route pendant un an. » Ce système fabriqué au Québec semble donc promis à un bel avenir. « C’est sans aucun doute une avenue à suivre » affirme Roch Cayouette. « En ce qui nous concerne, après avoir réalisé trois phases de bâtiments, nous connaissons maintenant beaucoup mieux les avantages que présente ce matériau. »

97

98


Projet

INTÉRIEURS 76

Habitation


Caléo Leed argent – Une valeur ajoutée Architecture et Design — Groupe Marchand Architecture & Design (GMAD) - de Bellefeuille design Promoteur —

Le Groupe Maurice

/ Caléo LEED Silver – Added Value

Texte —

Suzanne Laliberté

Crédits photos :

Marie-Reine Mattera

Caléo est l’une des rares résidences pour personnes retraitées au Canada à recevoir la certification LEED Argent du Canada Green Building Council, programme volontaire ayant pour objectif de diminuer les impacts négatifs de l’environnement bâti. Comme Le Groupe Maurice conçoit ses habitations en ciblant les attentes de la clientèle locale, Boucherville était un endroit propice à l'appréciation de cette valeur ajoutée. Le projet s'adresse à des acheteurs informés, à l'affût de solutions permettant de réduire l'empreinte écologique. « Il faut évidemment évaluer les coûts et les bénéfices d'un tel projet. Pour le moment, on ne peut appliquer le modèle du Caléo en totalité sur tous nos développements résidentiels, mais nous pouvons poser plein de petits gestes qui, à long terme, causeront moins d'impacts sur l'environnement », affirme Michel Bouchard, viceprésident immobilier du Groupe Maurice. Le Groupe Maurice a travaillé sur une vingtaine de projets en collaboration avec GMAD. L'expertise développée quant aux contraintes dues aux normes et aux règlements de ce secteur d'activité permet à la firme d'architectes de les dépasser afin de concevoir des milieux de vie respectueux de la clientèle ciblée. À Boucherville, on a pris en considération le fait que les personnes quittent très souvent des cottages ou des maisons individuelles avec arbres et jardin. Le Caléo se distingue donc par des aménagements paysagers extérieurs et intérieurs imposants. Ainsi, du côté du parc Vincent-D'Indy, l'avancée en rotonde très fenestrée du salon est surplombée d'une terrasse, le tout créant un lien continu avec la nature.

Caléo is one of the few retirement home in Canada to receive the Canada Green Building Council's LEED Silver certification. LEED is a voluntary program designed to reduce the negative impacts of the built environment. Le Groupe Maurice conceives its housing developments with the needs and expectations of the local clientele in mind, and Boucherville was a location where such added value would be appreciated. The project is geared toward informed buyers who seek solutions that help reduce their ecological footprint. “Naturally, the costs and benefits of such a project must be weighed. For the time being, we cannot fully apply the Caléo model to all our residential development projects. However, we can implement many small measures that will, in the long term, diminish impacts on the environment,” explains Michel Bouchard, VP Real Estate of Le Groupe Maurice. Le Groupe Maurice has collaborated with GMAD on some 20 projects. Thanks to its expertise in upholding the standards and regulatory requirements for its sector of activity, GMAD is able to surpass those constraints in order to design living environments that are respectful of the target clientele. The Boucherville development takes into account the fact that people quite often leave behind cottages or bungalows that have trees and a garden. Thus, Caléo distinguishes itself with its impressive outdoor and indoor landscaping. On the Parc Vincent-D'Indy side, the lounge's heavily fenestrated circular extension is topped by a terrace, the whole creating one continuous link with nature. 101

102


Projet

Habitation

La proximité des services est un aspect recherché par Le Groupe Maurice, lors du choix d'un site. Un marché public qui reçoit artisans, producteurs et commerçants agroalimentaires de la région ainsi que divers commerces viennent dynamiser le quartier. Les architectes ont voulu donner une impression de transparence et de profondeur en érigeant une partie de la structure sur pilotis, rappelant les colonnades du marché. En dégageant le rez-de-chaussée, on libère un espace extérieur couvert accessible en toute saison. L'édifice, qui ne comporte que quatre étages, est constitué de différentes ailes se déployant à partir d'un corps central. Ainsi, on ne voit jamais la totalité du bâtiment, créant un effet de plain-pied qui accentue son intégration dans la municipalité bouchervilloise. Toujours dans cet esprit, les architectes ont varié la typologie des balcons, des garde-corps, et divers éléments, comme des oriels, brisent la monotonie en différenciant les volumes. « Depuis ses débuts, notre entreprise regroupe les services d'architecture, de design d'intérieur et d'architecture du paysage, ce qui permet une vision intégrée et facilite la coordination des projets. De plus, notre département Leed se soucie des nouvelles variables, lorsqu'on rencontre des contraintes complexes. » — AlainSerge Marchand, architecte, associé et fondateur, GMAD

INTÉRIEURS 76

Proximate services are an important consideration in Le Groupe Maurice's site selection process. A public market for regional craftspeople, farmers and agri-food merchants and various local businesses impart vitality to the neighbourhood. The architects wished to create an effect of transparency and depth, and did so by erecting part of the structure on piles, in a manner that recalls the market's colonnades. By thus freeing up the ground floor, a covered outdoor space is created and can be used year round. The building consists of only four storeys and is deployed as wings stemming out from a central core. Thus, the building is never seen in its entirety, resulting in a levelling effect that emphasizes its integration into the municipality of Boucherville. Along these lines as well, the architects have varied the typology of the balconies and railings, while other elements, such as oriels, serve to break up the monotony by differentiating the volumes. “Since its inception, our firm has brought together services in architecture, interior design and landscape architecture, thus enabling an integrated vision and facilitating project coordination. Furthermore, our LEED department concerns itself with new variables whenever complex constraints arise.” – Alain-Serge Marchand, architect, partner and founder, GMAD


de Bellefeuille design Promo rédactionnelle

debellefeuilledesign.ca

La participation de la firme de Bellefeuille design au projet Caléo est une première expérience pour l’équipe dans un projet à certification LEED. Une attention particulière a été apportée aux détails de construction, aux choix des matériaux et des appareils d’éclairage afin de maximiser le caractère durable du design. Aux croisements des corridors, des lieux de rencontre qui font office de haltes de repos ont été aménagés. Le positionnement de la bibliothèque, avec vue sur le lac, a inspiré la création d’un lieu de détente et de contemplation qui comporte une importante fenestration et une végétation abondante. Bien que la certification WELL ne soit pas exigée, de Bellefeuille design a tenu compte de ce concept afin de s’assurer du bien-être des résidents du Caléo.

/ De Bellefeuille design's participation in the Caléo project is the team's first experience with a LEED certification project. Special attention has been given to construction details, to the choice of materials and to lighting devices, in order to optimize the design's sustainability. At the intersection of the hallways, meeting sites used as resting areas have been re-arranged. The library's position, with a view on the lake, has inspired the making of a relaxation and contemplation area, which include large windows and an abundance of plants. Though WELL certification is not required, de Bellefeuille design has kept this concept in mind, so as to ensure the well being of Caléo residents.

Crédit photo : Marie-Reine Mattera

103

104


Projet

Habitation

Panorama

/ Panorama

Architecture et Design — ACDF Architecture Promoteur —

Groupe Selection Retraite

Texte —

Suzanne Laliberté

Crédits photos —

Adrien Williams

Situé sur les rives de la Rivière-des-Prairies à Laval, le complexe Panorama se veut aussi efficace que flamboyant. Avec ses 30 étages et ses 286 unités d'habitation, la tour est le plus haut édifice pour personnes retraitées au Canada. Panorama s'adapte à l'échelle de développement urbain du territoire de la Ville de Laval, tout en ne concédant en rien à l'omniprésence de la nature avec sa vue sur la rivière, de même que sur la ville de Montréal et le Mont Royal. « C'est en considérant les contraintes du site dans une zone inondable, et à la suite de rencontres avec des groupes de retraités exprimant le désir de logis avec vue que la décision de densifier en hauteur fut prise. » — Réal Bouclin, président fondateur et chef de la direction, Sélection Retraite Constitué de condos pour retraités en vente ou en location aux étages supérieurs, d'appartements pour personnes âgées semi-autonomes aux étages inférieurs de même que d'unités de soins, Panorama offre une mixité urbaine allant au-delà de l'aspect médical, évitant ainsi la ghettoïsation du vieillissement. Tous les habitants ont accès aux services, activités et lieux de loisirs, ce qui favorise un heureux mélange des générations. « La mixité de la clientèle de même que la vie communautaire permettent de contrer l'isolement dont souffrent trop souvent les personnes âgées. » — Maxime-Olivier Frappier, architecte, fondateur et associé, ACDF Architecture Au bord de la rivière, la marina, ouverte au public, a inspiré le thème nautique aux architectes pour la conception et l'aménagement de l'intérieur de l’immeuble. Les essences de bois locales, comme le noyer, le bouleau et le chêne blanc, les tissus doux ou le cuir, rappellent les yachts luxueux. Le design épuré permet ici de ne pas tomber dans le cliché, et le tout s'avère résolument contemporain. Piscine, spa, salle d’entraînement, salle de yoga, salle de quilles, simulateur de golf, café, bibliothèque, salle de jeux pour les enfants, salle polyvalente ainsi que deux salles à manger, l’une commune et l’autre privée, font de Panorama un lieu d'activités et de loisirs. Chacun de ces espaces ludiques est connecté aux autres par des percées visuelles. Cette transparence agit comme trait d'union provoquant la rencontre.

INTÉRIEURS 76

Located in Laval on the shore of the Rivière des Prairies, the Panorama complex is as effective as it is flamboyant. With 30 floors and 286 housing units, the tower is the tallest retirement home in Canada. While the complex is adapted to the city of Laval's scale of urban development, it still showcases Nature's ubiquitousness thanks to views onto the river, the city of Montreal and Mount Royal. “Through consideration of the site's constraints, it being located in a flood zone, and following consultation with seniors' groups expressing a wish for housing units with a view, the decision to build vertically was made.” – Réal Bouclin, founding president and CEO, Sélection Retraite. Comprised of condos for retirees—for sale and for lease—on the upper floors, apartments for semi-autonomous elderly people on the lower floors, and units offering care services, Panorama fosters an urban diversity that goes beyond medical status, thereby avoiding the ghettoization of aging. All residents have access to the services, activities and leisure areas, thus favouring a felicitous intergenerational mingling. “The diversity of the clientele, together with the community life, helps ward off the isolation that the elderly all too often suffer.” – Maxime-Olivier Frappier, architect, founder and partner, ACDF Architecture. On the riverbank, the public marina inspired the nautical theme that the architects used in the design and decor of the building's interior. Local wood species, such as walnut, birch and white oak, soft fabrics and leather recall luxurious yachts. The simple design helps avoid falling into cliché, and everything is resolutely contemporary. A pool, spa, fitness centre, yoga room, bowling alley, golf simulator, café, library, kids' game room, multi-purpose room and two dining rooms, one common and the other private, make Panorama a place that is bustling with activity and leisure pursuits. Each of the play areas is connected to the others through visual piercings. This transparency creates links that lead to social encounters.


105

–

106


Projet

Habitation

Plutôt que les traditionnels couloirs en cul-de-sac, on a créé, à l'étage des soins, un parcours d'errance qui non seulement suscite la rencontre, mais est reconnu comme favorable aux personnes atteintes de déficience cognitive. Où que l'on soit, la vue sur les jardins ou sur la rivière laisse pénétrer une abondante lumière naturelle. Aussi ouvertes au public, les activités commerciales, tels la pharmacie, les services de coiffure et d'esthétique, permettent ici encore les échanges intergénérationnels tout en offrant de nouvelles commodités aux habitants du quartier. « Plus la firme avec laquelle nous travaillons a de l'expérience dans le domaine des immeubles pour personnes âgées, comme ACDF, plus elle peut développer des projets novateurs tout en comprenant et respectant les besoins de la clientèle », ajoute M. Bouclin

INTÉRIEURS 76

The dead-end corridors typical of retirement homes have made way, on the floor with the care services, for a pathway expressly designed for wandering, which not only fosters encounters but is acknowledged by experts as having a favourable impact on persons with a cognitive deficiency. Furthermore, wherever one is, the view onto the gardens or the river allows an abundance of natural light to bathe the interior of the building. The businesses on site, namely the drugstore and the hair and beauty salon, are open to the public as well, and this once again makes for intergenerational exchanges while at the same time providing neighbourhood residents with new conveniences. “The more experience the firm we are working with possesses in the field of buildings for seniors, and ACDF's is extensive, the more it can develop innovative projects that take into account and meet the needs of the clientele,” adds Réal Bouclin.


107

–

108


Projet

Habitation

Gerflor Canada

Des revêtements de sol répondant aux besoins spécifiques de Panorama

Promo rédactionnelle

gerflorcanada.com

/ Floor Coverings to Meet Panorama's Specific Needs

Gerflor est mondialement reconnue comme spécialiste et chef de file en solutions de revêtements de sol souples et écologiques, , ainsi que de finitions intérieures complémentaires. Fournisseur depuis dix ans de Réseau Sélection, Gerflor s'assure de toujours appuyer son partenaire au niveau des nouvelles tendances comme du design. Les collections de lattes LVT Création ont été choisies dans toutes les unités et dans les espaces communs du projet Panorama, et les revêtements hétérogènes imprimés en rouleaux Taralay Impression dans les unités et les espaces de soins. Gerflor est heureuse d’avoir eu l’opportunité de collaborer avec la firme ACDF Architecture et avec tous ceux qui ont contribué à faire de la résidence Panorama une réussite.

/ Gerflor is a specialist and world leader in resilient and ecologically responsible floor coverings as well as complementary interior finishings. A supplier to Réseau Sélection over the past 10 years, Gerflor consistently supports its partner with regard to new trends and design. The LVT Creation tile collections were selected for all the units and the common spaces of the Panorama project, while the Taralay Impression printed heterogeneous floor coverings, in rolls, were chosen for the units and the care areas. Gerflor is proud to have had the opportunity to collaborate with the firm ACDF Architecture and all those who contributed to making the Panorama residence a success. INTÉRIEURS 76


Bosco Verticale : Que la forêt s’élève / Bosco Verticale: The Forest is Rising

Texte —

Christian Bergeron

111

112


Bosco Verticale

C’est en 2014 qu’a été inauguré à Milan, en Italie, ce projet novateur unissant flore et béton. Aujourd’hui, après quelques années de maturation, Bosco Verticale est bien enraciné dans son paysage urbain. Nous avons contacté l’architecte Stefano Boeri pour lui demander un premier bilan de cette expérience. Car il s’agissait bien d’une expérience, ou plutôt, comme le dit son concepteur, du « prototype » d’une architecture qui tente d’héberger la nature vivante. Jusqu’à présent, en effet, on envisageait plutôt de manière décorative l’intégration d’éléments naturels aux bâtiments. Mais un changement se dessine, et ce prototype a ouvert la porte à de nombreux autres projets de « forêts verticales », notamment en Chine, en France, aux Pays-Bas et au Mexique. Dans cette nouvelle typologie de bâtiment, l’architecture doit respecter les arbres, qui sont traités comme des résidents. En plus de répondre aux besoins des humains, elle doit donc prendre en considération les besoins et les dimensions de la végétation, qui varient selon les espèces et l’emplacement géographique. Chaque immeuble évolue donc en lien avec le territoire qui l’accueille. Si Bosco Verticale s’adressait à des personnes plutôt fortunées, il a permis de réaliser des essais et de développer une expertise plus accessible. « À Eindhoven, nous sommes en train de bâtir une tour de 125 logements sociaux, explique Boeri. Nous avons appris à fournir cette technologie à moindre coût, et nous espérons que des architectes de partout dans le monde se l’approprieront pour créer des projets encore meilleurs. »

Abritant environ 60 arbres, 4 500 arbustes et 15 000 plantes variées, Bosco Verticale offre l’équivalent de 3 hectares de forêt sur une surface de 1 200 m2. Pour Boeri, cela témoigne de l’efficacité du concept : « Après quatre ans, on commence à voir s’établir des liens entre les arbres et les plantes, et le tout commence à fonctionner comme un écosystème. » Les oiseaux n’ont d’ailleurs pas tardé à venir occuper les lieux, et l’architecte constate que l’importante présence de la végétation a un effet calmant sur les gens. Parce qu’ils contribuent aussi à améliorer la qualité de l’air et à réduire les coûts liés à la climatisation, ces bâtiments ont aussi une utilité sociale. Selon Stefano Boeri, le contexte actuel est d’ailleurs propice à l’apparition de villes-forêts. « Nous travaillons beaucoup sur la question de la forêt urbaine, et nous organisons même avec la FAO des Nations Unies le premier forum mondial sur le sujet, qui se tiendra à Mantoue fin novembre. C’est une question cruciale, puisque le fait d’intégrer les forêts aux villes est l’un des moyens les plus pratiques de combattre les changements climatiques. » Mais pourrait-on construire de tels immeubles au Québec ? « Bien sûr » affirme Boeri, dont certains projets se trouvent déjà dans des zones qui connaissent la neige et le froid. « Si vous avez des arbres, vous pouvez le faire ! », dit-il, un sourire dans la voix.

/ It was in 2014 that this innovative project uniting concrete and flora was inaugurated in Milan, Italy. Today, after a few years of maturation, Bosco Verticale is well rooted in its urban landscape. We contacted architect Stefano Boeri to ask for a first summary of this experience. Because it was in fact an experience, or rather as its designer called it, a “prototype” from an architect who wanted to house living nature. Indeed, until now, we had imagined the integration of natural elements into buildings in a rather decorative manner. But a change is on the horizon, and the prototype opens doors to numerous other “vertical forest” projects, particularly in China, France, the Netherlands and Mexico. In this new building typology, architecture must respect trees, which are treated like residents. In addition to meeting humans’ needs, it must also take into consideration the needs and dimensions of the vegetation, which varies according to species and geographic location. Each building therefore evolves in relation to the territory in which it is welcomed. While Bosco Verticale was aimed at rather wealthy people, it provided a means to test and develop an expertise that is more accessible. “In Eindhoven, we are currently building a tower with 125 social housing units,” explained Boeri. “We have learned to provide this technology at a lesser cost, and we hope that architects across the world will use it to create even better projects.”

Housing approximately 60 trees, 4500 shrubs and 15,000 varied plants, Bosco Verticale offers the equivalent of 3 hectares of forest over 1 200 m2. For Boeri, this is a testament to the effectiveness of the design: “After four years, we begin to see relationships forming between trees and plants, and everything begins to function as an ecosystem.” The birds moved in rapidly and the architect has noted that the important presence of greenery has a calming effect on people. Because they contribute to improving air quality and reducing costs related to air conditioning, these buildings also have a social use. According to Stefano Boeri, the current context is quite favourable to the emergence of city-forests. “We are putting significant effort into the question of urban forests and we are even organizing the first global forum on the issue, in partnership with the Food and Agriculture Organization of the United Nations, which will be held in Mantua at the end of November. It is a crucial issue, because integrating forests into cities is one of the most practical ways to fight climate change.” But can we build these kinds of buildings here in Quebec? “Of course,” declared Boeri, who has already established some of his projects in zones that experience snow and cold weather. “If you have trees, you can do it!” he said with a smile.

INTÉRIEURS 76


←  B  osco Verticale Milan, Italie

←  Nanjing Vertical Forest, Chine

113

114


Bosco Verticale

↓  T  rudo Vertical Forest, Eindhoven

↑  W  onderwoods, Utrecht INTÉRIEURS 76

→  T  our Des Cèdres, Lausanne


115

–

116


Liste des annonceurs / Ads index DYSON dysoncanada.ca

15

PLANTERRA planterra.ca

108

BERKAYLY 82 berkayly.com

EDP edpinc.ca

3

STUDIO SRV studiosrv.tv

73

BLUM blum.com

96

ÉQUIPEMENT NATIONAL neefoyers.ca

8

STONE TILE stone-tile.com

115

BRIVIA GROUP briviagroup.ca

54

FONDS IMMOBILIER DE SOLIDATIRÉ FTQ 71 fondsimmobilierftq.com

VICOSTONE vicostone.ca

17

BROCCOLINI broccolini.com

11

GERMAIN LARIVIÈRE germainlariviere.com

10

VICTORIA SUR LE PARC victoriasurleparc.com

63

BUROVISION burovision.com

6

GRANDS PRIX DU DESIGN prixdesign.com

4

YUL CONDOMINUMS PHASE 2 yulcentreville.com

54

CELADON celadoncollection.com

43

ISCO SURFACES iscosurfaces.com

13

CENTRE DE PLOMBERIE JEAN LÉPINE plomberiejeanlepine.com

97

HEIMTEXTIL heimtextil.messefrankfurk.com

14

CÉRAGRES ceragres.ca

7

L'ATTISÉE poelefoyer.ca

28

CÉRAMIQUE ROYAL royalceramic.com

11

LE STUDIO LUMINAIRES lestudiolum.com

116

CIOT ciot.com

2

MORUZZI moruzzi.com

18

DISTINCTIVE APPLIANCES distinctive-online.com

83

MURALUNIQUE muralunique.com

72

ACDF ARCHITECTURE acdf.ca

107

INTÉRIEURS № 76 AUTOMNE – HIVER / FALL — WINTER 2018

Magazine INTÉRIEURS 1080 rue Sainte-Hélène, Longueuil QC J4K 3R9 Canada T : 450 651-3630 F : 450 651-8520 info@agencepid.com

Commandez aussi en ligne As well, order online at : magazineinterieurs.com

1 an / year

2 ans / years

Canada : 25 $ + taxes International : 45 $ + taxes

Canada : 40 $ + taxes International : 80 $ + taxes

3 numéros / issues

6 numéros / issues

Abonnez-vous et économisez plus de 25 %. Rendez-vous sur magazineinterieurs.com

Subscribe and save more than 25 %. Log on magazineinterieurs.com

P R IN T E M PS — É T É / S P R IN G — S U M M E R 2 0 1 8 F R A N Ç A IS / E N GL IS H 8 , 9 5 $ C A / US

73

74

75


INTÉRIEURS 76  

Magazine INTÉRIEURS 76

INTÉRIEURS 76  

Magazine INTÉRIEURS 76