__MAIN_TEXT__

Page 1

Certains l’appellent TRiA, d’autres industrie 4.0 ou bien encore ReV3…

Index AIA Argilus

9 12

Armor

2

Carré

11

Cité de l’objet connecté

9

Révolution Industrielle et Agricole en Pays de la Loire

Codema

7

(TRIA), j’étais persuadé que le couplage de la

E4V

révolution numérique et de la transition énergétique

Ekoverde

allait transformer le paysage économique ligérien.

Eraole

15

Trois ans après, cette nouvelle économie se dessine déjà ; elle s’identifie

Floatgen

12

au travers des grands démonstrateurs environnementaux, des labels French

Green Lab Center

6

Tech dans nos métropoles, de la « trajectoire Hydrogène en Pays de la Loire »,

Grolleau et Mapac

4

du projet interconsulaire de Parcours des Entreprises à Energie Positive (PEPS),

Gruau

Lorsqu’en 2013, nous avons initié le projet de Troisième

Plus de 1 000 structures engagées dans 550 projets

du projet inter-régional SMILE smartgrids coordonné avec nos amis bretons… Elle se décline aussi au quotidien dans chaque territoire, avec les opérations pilotes d’économie de proximité, ou bien encore dans les programmes territoriaux

d’économie circulaire comme le montre le Maine-et-Loire. D’une centaine il y a peu, à plus de mille identifiés aujourd’hui, des entreprises,

Idéa Innoprotea Keran

10 4

13 3 14 7

La Florentaise

10

Les Datamaniaques

14

Manitou

5 15

clusters, centres de formation et collectivités, sont engagés dans près de

Mosca

550 projets dont les résultats illustrent cette économie positive et collaborative.

Neomouv

11

Plutôt qu’une approche top-down, c’est à partir des demandes et des initiatives

Nor-Feed

15

de terrain qu’ont été définis les 2 objectifs de la TRIA pour les années à venir :

Numériplan

7

• 4 leviers pour améliorer la compétitivité et accompagner l’adaptation des

Orace

4

200 000 entreprises ligériennes vers de nouveaux modèles économiques.

Peps

6

• 6 piliers, véritables filières d’avenir porteuses d’emplois sur lesquelles parie notre

Posson Packaging

5

région pour compter parmi les territoires qui construiront l’économie de demain.

Productys

6

De plus en plus d’acteurs s’engagent dans la démarche aux côtés des chambres

Puy du Fou

3

consulaires, pour préparer le futur. Une nouvelle gouvernance se dessine

Qivivo

14

Qowisio

10

RGE

11

pour la TRIA, plus élargie, une nouvelle « Alliance » des acteurs pionniers et de ceux qui nous ont rejoint plus récemment, avec une place particulière pour les entreprises. Celles-ci formeront alors, avec les syndicats professionnels, les clusters et les réseaux d’entreprises, les porte-paroles les plus légitimes à montrer les voies du futur aux entrepreneurs ligériens. BRUNO HUG DE LARAUZE – PRÉSIDENT DE LA CCI PAYS DE LA LOIRE

Séché environnement

9

Sepamat

12

Smile

13

Systovi

3

Vendée énergie

8

www.agence-api.fr


leviers Les 4 leviers de compétitivité de la TRiA Amener le plus grand nombre des 200 000 entreprises ligériennes à réussir leur mutation en intégrant 4 leviers de compétitivité. Cet objectif vise à faciliter les nécessaires adaptations des entreprises, quels que soient leur domaine d’activité et leur taille. Toutes les activités économiques sont impactées à des degrés divers, par les effets combinés des transitions numériques et énergétiques, avec parfois des transformations radicales de leurs modèles économiques. Pour répondre à cet objectif, les chambres consulaires avec des tiers partenaires, construisent et proposent des opérations d’accompagnement sur les sujets suivants : • Transition énergétique : réduction des consommations, appropriation des énergies renouvelables… • Révolution numérique : digitalisation des entreprises… • Nouveaux modèles économiques : économie circulaire, économie d’usage… • Performance globale : parcours de progrès sur la performance interne.

44 I Révolution numérique et nouvelles technologies

L’objet connecté souple démarre avec Armor Percevoir une vibration quand on reçoit un SMS, ressentir les trépidations d’un film, d’un jeu vidéo, guider le cheminement d’un non-voyant… Telles sont, parmi une multitude, les applications possibles des actionneurs haptiques, ces senseurs connectés que l’on trouve dans les montres, les bracelets et désormais dans certains textiles. Le groupe nantais Armor (2 000 salariés, 240 M€ de CA) s’engage dans cette voie en lançant la production de films dont la finesse et la flexibilité permettront une meilleure réception de ces signaux. Dès 2017, le groupe nantais fabriquera des films pour le Californien Novasentis, startup pionnière dans les actionneurs haptiques. Les films d’Armor sont conçus pour recevoir par adhésion des puces ultraminces rétractiles dont Novasentis assurera l’intégration. ÉCrans ultra-minCes « Ce partenariat est une première brique, note Hubert de Boisredon, PDG d’Armor, nous avons bien d’autres applications à venir. » Tout est à imaginer, cette technologie pouvant éventuellement servir de supports d’écrans ultra-minces. Elle combine les deux grandes compétences d’Armor dont une expertise dans la formulation des encres et polymères

2

la lettre api

octobre 2016 - supplément spécial TRIA

en voie liquide et l’enduction de ces matières en couches minces sur des films ultra-minces. « Nous savons imprimer 0,1 à 0,5 grammes d’encre par mètres carrés sur des films de 4 microns, soit un vingtième de cheveu », mentionne Hubert de Boisredon. Ce savoir-faire, d’abord développé pour des rubans pour l’impression, Armor le décline désormais pour la production de films photovoltaïques souples ou de films collecteurs de courant électrique pour batteries, déjà au stade industriel.


leviers 44 I Révolution numérique et nouvelles technologies

Des drones illuminent le spectacle nocturne du Puy du Fou Depuis 2014, la Cinéscénie, le spectacle nocturne du parc vendéen, fait intervenir une quinzaine de drones. Les Neopters ont été conçus par la société nantaise Pixiel (22 salariés), spécialiste des drones spécifiques pour les professionnels et l’industrie. Le 4 juin 2016, une nouvelle génération de Neopters, plus stables, réactives et robustes, a fait son apparition. 3 M€ ont été investis pour adapter la flotte aux besoins du son et lumières. Une dizaine d’ingénieurs de Pixiel ont été mobilisés. Quatre brevets mondiaux ont été déposés par le parc. Doté d’une structure en carbone, le Neopter peut voler dans des conditions météorologiques dégradées. Après un simple déclenchement du système, la chorégraphie synchronisée est automatique. Agréé par la DGAC, le Neopter a bénéficié d’une autorisation spécifique pour voler à 60 m de hauteur, devant 14 000 spectateurs chaque soir. Ce sont les premiers drones, au monde, autorisés à voler, de jour comme de nuit, devant un public.

44 I Transition énergétique

Systovi invente la première batterie solaire L’intermitence et le stockage sont les points faibles de l’énergie solaire. Pour y répondre, la société Systovi (68 salariés, 17,6 M€ de CA) vient d’apporter une solution présentée comme une première mondiale : une batterie thermique, par opposition aux batteries électro-chimiques. Assemblée à Saint-Herblain, chez Systovi, elle fonctionne avec les panneaux solaires aérovoltaïques (produisant électricité et air chaud) que Systovi a déjà mis sur le marché. Stock-R, le nom de cette invention, se compose de plaques d’aluminium emprisonnant « un matériau très innovant », en l’occurence du bichlorure de sodium ou sel hydraté. Ce matériau, dit à changement de phase, modifie son état selon la température de l’air. Sous l’effet de la chaleur, il fond, ce qui lui permet de collecter l’énergie thermique de l’air. En fin de journée, quand l’air ambiant se refroidit, il se solidifie et l’énergie thermique stockée est restituée, déchargeant la batterie. Durant cette opération, l’air se réchauffe et peut être insufflé dans l’habitat à une température supérieure à 25 °C pendant 5 heures. Systovi estime à 30 ans la durée de vie de sa batterie et « un silence total de fonctionnement » car aucune pièce mécanique n’est en mouvement. Le coût unitaire de la batterie est de 875 euros mais il faut compter près de 2 000 euros pour une maison de 100 m2 nécessitant deux batteries et le système d’aération.

44 I Amélioration de la performance globale

Idéa adapte la logistique « goods to man » à l’industrie « Nous sommes partis de la conviction que les méthodes du e-commerce avaient du sens dans notre activité industrielle », témoigne Jean-Baptiste Bernicot, responsable de l’ingénierie d’Idéa Groupe. Le spécialiste de la supply chain a donc mis en place au sein de son entrepôt Aeroparc (9 000 m2), ouvert l’année dernière à Bouguenais pour servir des clients de l’aéronautique, une solution de la startup Scallog (Viroflay 78). Le principe : des robots autonomes se déplacent dans l’entrepôt, allant chercher, en se glissant dessous, les étagères demandées pour les amener devant l’opérateur : celui-ci récupère ainsi la pièce sans se déplacer, ce qui épargne sa fatigue et sécurise le travail. On parle là d’un système « goods to man ». Le résultat, un an après la mise en place du système : le site est passé de 35 préparations « ou picking » à l’heure à 110/ heure avec la solution robotisée. Autre avantage, un gain d’espace de 30 %, les allées de circulation n’étant plus nécessaires.

octobre 2016 - supplément spécial TRIA

la lettre api

3


leviers Pays de la Loire I Amélioration de la performance globale

Grolleau et Mapac font cause commune sur les paquebots Le premier conçoit et fabrique à Montilliers (49) des armoires et des portes métalliques. Le second fabrique à Machecoul (44) des panneaux sandwichs. Ensemble, ils ont décidé de proposer une offre plus globale d’aménagement pour les chantiers navals. Un an de travail commun a abouti à un nouveau concept de coursive intégrée soit un ensemble panneaux/portes. Un premier marché, émis en 2015 par STX France, a été gagné sur deux paquebots de la série Meraviglia pour MSC. Cette démarche s’est accompagnée d’investissements. Mapac Panel (17 salariés 5 M€ de CA) a mis en place une ligne de collage de cloisons robotisée et Grolleau (160 salariés, 17 M€ de CA) a réagencé sa surface de production avec l’intégration d’une ligne FMS automatique (Flexible Manufacturing System) pour le travail du métal. Les deux acteurs envisagent ensemble une diversification supplémentaire : des cloisons et des portes à hautes performances acoustiques dans le tertiaire.

49 I Transition énergétique

Orace aide les entreprises à maîtriser leur consommation d’énergie La PRI Orace vient de lancer Impulcion : un programme du dispositif régional Peps visant à accompagner 10 entreprises dans une démarche structurée d’économie d’énergie. « En deux ans, nous voulons leur faire réaliser 15 % d’économie via un audit énergétique, du coaching individuel et des ateliers collectifs », détaille Sarah Maisonneuve, directrice d’Orace, qui mise sur la force du collectif. Basée à Cholet dans les locaux de la CCI du Maine-et-Loire, la PRI Orace compte 130 adhérents, des entreprises de toutes tailles qui dans leurs process et activités consomment de l’énergie. Depuis sa création en janvier 2013, elle a pour objectif d’accompagner les entreprises régionales dans la maîtrise de leur consommation d’énergie. Cela se traduit par la mise en place de différentes actions comme des groupements d’achats d’électricité ou de gaz. « En 2015, 70 entreprises ont économisé, au global, 650 k€ sur la durée totale des contrats signés, soit des économies de 15 à 20 % sur les factures d’électricité. » Orace met aussi à disposition de ses adhérents des équipements, souvent trop coûteux pour des PME, comme des outils de mesure de consommation ou des détecteurs de fuite à air comprimé.

85 I Nouveaux modèles économiques

Avec sa fontaine, Ekoverde mise sur les solutions zéro déchets À Sainte-Foy, Ekoverde a mis au point une fontaine permettant au consommateur d’acheter en libre service de l’eau plate et gazeuse micro-filtrée et du détergent naturel. Le Fonteko intègre également une borne de collecte de bouteilles. Testée dans un premier camping vendéen en 2015, l’opération a été renouvelée cet été dans un second établissement. « Sur l’été 2016, nous visions plus de 45 000 litres d’eau consommés », révèle Lucien Kerisit, co-fondateur d’Ekoverde avec Alessio Romeo en 2015. Les deux entrepreneurs ciblent l’hôtellerie de plein-air, mais aussi des lieux collectifs comme les ports. Mais la solution d’Ekoverde va au-delà de la simple fontaine. La startup a développé une bouteille en bioplastique entièrement biodégradable et compostable. Et veut mettre en place une filière de biomatériaux, avec des entreprises comme S20 industries à La Roche-sur-Yon. L’objectif ? Revaloriser, en d’autres produits, les bouteilles collectées dans les points Fonteko.

4

la lettre api

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA


leviers 44 I Nouveaux modèles économiques

Manitou : de moins en moins de contrepoids chinois « C’est une belle histoire qu’on continue à écrire avec Manitou. » Gérard Thuet, président du directoire de FMGC (320 salariés) à Soudan (44), a le sourire : sa fonderie a été élue meilleur fournisseur 2015 du leader français de la manutention. L’an passé, le constructeur lui a confié une grande partie des contrepoids en fonte pour nacelles élévatrices dont la fabrication avait été délocalisée en Chine. Un total de 7 000 pièces annuelles supplémentaires, soit des volumes multipliés par quatre. Ce retour d’Asie a commencé en 2014 pour les chariots télescopiques et les chariots à mât. Gagnant gagnant Le déclic a lieu dans le cadre de la démarche RSE initiée en 2012 : le groupe s’interroge alors sur les moyens « de mettre fin à ce qui est une aberration écologique et sociale, explique le directeur général, Michel Denis. Mais

avec cette contrainte économique majeure : ne pas dépenser davantage car chaque dizaine d’euros à l’échelle d’une machine est importante. » Tout le process des finitions (ébarbage, peinture, etc.) est décortiqué. Les clients jouent le jeu en acceptant des contrepoids à la surface rugueuse plutôt que brillante et lisse, et donc plus coûteuse. Manitou gagne en agilité alors qu’auparavant, la livraison d’une commande nécessitait 12 semaines. Un délai intenable sur des marchés de plus en plus volatiles. FMGC récupère des productions et devient un partenaire privilégié en intégrant plus en amont la supply chain de son donneur d’ordre. « Sur des volumes grosso modo stables, la compétition est très forte, souligne Gérard Thuet. La différence se fait au niveau des prix et du service. » Moins d’un tiers des contrepoids de Manitou sont aujourd’hui coulés en Chine.

72 I Amélioration de la performance globale

Le développement durable fait carton plein chez Posson Packaging Lorsque Sylvie Casenave-Péré reprend Posson Packaging à Louailles en 1995, le pari n’est pas gagné. L’entreprise est en grande difficulté et son avenir incertain. 20 ans plus tard, Posson-Packaging peut anticiper l’avenir avec sérénité. En faisant du management par la qualité la ligne stratégique de son développement, la PME (115 salariés, 24 M€ de CA en 2015) est devenue un acteur majeur dans la création et la fabrication d’emballages en carton. « Depuis 1995, nos équipes ont fait des efforts considérables malgré les difficultés financières et juridiques d’alors, en réalisant les premiers audits environnementaux dès 1996, en accédant à l’Iso 9001 en 1997, puis à l’Iso 14001 en 2000, se souvient la dirigeante. Nous sommes très imbibés de cette culture, depuis longtemps. » Ont d’ailleurs suivi l’OHSAS 18001, le label Imprim’vert, le PEFC/FSC, la norme PSO… C’est donc tout naturellement que Posson Packaging a adhéré à la démarche RSE. « Pour nous c’était principalement de la formalisation car nous étions déjà très engagés que ce soit au niveau social, environnemental, économique, au niveau du territoire ou de la gouvernance. » Aujourd’hui, Sylvie Casenave-Péré se dit particulièrement fière de son premier rapport RSE sorti fin

2015. « C’est important vis-à-vis de nos salariés, de nos clients, de nos fournisseurs et de nos banques. » Et pas question de s’arrêter en si bon chemin. Sylvie Casenave-Péré va continuer à agir sur tous les fronts : management bienveillant, chasse au gaspi, éco-conception, amélioration des process, qualité des produit, souci des fournisseurs, gouvernance collégiale, etc.

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA

la lettre api

5


leviers 44 I Révolution numérique et nouvelles technologies

Le Green Lab Center veut rendre le numérique plus green

© Nantes Métropole

Comment réduire l’empreinte environnementale du numérique ? C’est la question qui fédère les 25 membres du Green Lab Center, le cluster du Green IT. Car si les pratiques n’évoluent pas, le numérique aura, en 2030, une consommation électrique équivalente à celle de toute l’humanité en 2008. Depuis sa création en 2013, le Green Lab Center entend contribuer à enrayer ce phénomène. En juin 2015, le cluster a lancé le Green Code Label, premier label d’éco-conception des sites web et développe, avec l’Ademe, Web Energy Archive une application permettant d’obtenir l’étiquette énergétique d’un site. À Nantes, au Hub Creatic, le Green Lab Center dispose d’un espace démonstrations des innovations développées par ses membres comme Greenspector de Kaliterre, pour détecter des objets consommant dans les codes sources des logiciels ; DC Scope d’Easyvirt pour mesurer la consommation des logiciels sur les serveurs ; ou encore MATUGreenIT, l’audit d’A2JV.

44 I Nouveaux modèles économiques

Sur le port de Nazaire, le transport de colis XXL comme des rotors d’éoliennes ou des pièces aéronautiques sont presque quotidiens. Avec le projet Logistys XXL labélisé par Images et réseaux et EMC2, Productys (1,2 M€ de CA - 20 salariés) veut optimiser ces flux de manière collaborative. Autour de la PME nazairienne qui édite des logiciels pour la performance industrielle, le projet regroupe STX solutions, le pôle Achats Supply Chain Atlantique, Abscisse Info, les acteurs industriels et logistiques du bassin et les collectivités locales. La solution permettra de modéliser les flux logistiques et de transports en 3D et 4D afin d’optimiser le trafic et la manutention de colis lourds dans le temps et l’espace. Le logiciel intègrera les ordres de mouvements, les flux existants, les contraintes industrielles de chacun et les infrastructures collectives. Début 2017, la solution sera testée sur le bassin de Nantes Saint-Nazaire avant d’être déployée de manière générique sur d’autres territoires.

Pays de la Loire I Transition énergétique

Avec Peps, la TRIA mise sur la force du collectif Lancé le 10 mai 2016, Peps est le premier dispositif inter-consulaire en France visant à réduire les consommations énergétiques dans les entreprises, quelle que soit leur taille ou leur activité. 9 mois de travail ont été nécessaires pour le concevoir, avec l’appui de l’Ademe et la Région Pays de la Loire. « Nous utilisons d’abord le numérique pour capter les entreprises via le Flash Diag Energie, 10 questions permettant à chacune d’établir son profil énergétique », détaille Eliane Leclercq Meneust, chef de projet Peps à la CCI régionale. En fonction du résultat, l’entreprise est orientée par un conseiller consulaire vers l’un des trois parcours : Pack’énergie, Activ’énergie ou Haute performance énergie. Si chacun à son cahier des charges, l’objectif est clair : réduire de 5 à 30 % les consommations d’énergie avec une obligation de résultats. Peps mise sur la force du collectif : 23 partenaires, comme Orace ou le Cetim, se sont déjà engagés à accompagner les entreprises dans ce dispositif. Au 31 janvier 2017, la CCI espère avoir rallié une centaine d’entreprises de la région.

6

la lettre api

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA

© Port de Nantes Saint Nazaire

Productys optimise le transport de colis XXL à Saint-Nazaire


leviers 53 I Transition énergétique

La Codema carbure à la biomasse et aux biogaz Lauréat de l’appel à projets biomasse chaleur industrie agriculture tertiaire (BCIAT) 2016, le four de Codema va permettre au site de Changé d’augmenter de 25 % sa production de fourrage déshydraté pour atteindre 40 000 tonnes/an en se dispensant du gaz propane. La coopérative qui rassemble quelque 750 agriculteurs, sèche du fourrage (luzerne, maïs, etc) destiné à l’alimentation animale. Les matières qui arrivent avec un taux d’humidité d’environ 65 % passent dans le foyer chauffé à 400°C et alimenté pour moitié par du miscanthus (400 hectares à terme) produit par les agriculteurs et pour l’autre moitié par des plaquettes de bois fournies par des scieries régionales. Coût : 3,5 M€ dont une aide de l’Ademe de 0,8 M€. Ce foyer complète le système de cogénération exploité depuis 2009 en partenariat avec Séché environnement : issu des biogaz récupérés par l’industriel, spécialisé dans le traitement des déchets, de l’air chaud est propulsé sur un tapis sécheur.

72 I Révolution numérique et nouvelles technologies

Numériplan fait visiter des maisons sur lunettes 3D

© Numeriplan

À Mamers, Numériplan a fait de l’innovation un de ses axes de développement. La PME, spécialisée dans les prestations de soustraitance de plans en bâtiment, propose désormais des visites virtuelles des maisons sur des lunettes 3D. « Nous avons recruté, il y a 18 mois, un développeur pour adapter cette technologie à notre marché et nos contraintes. L’objectif est de raccourcir les coûts et les délais afin de démocratiser ce type de technologies », explique Hervé Bryja, co-fondateur de Numériplan en 2004. Dans ces démarches, la PME est accompagnée notamment par le programme Dinamic entreprises de la CCI. Aujourd’hui, Numériplan propose ce service pour les maisons individuelles au catalogue de ses clients constructeurs. La PME veut déployer cette solution aux plans d’avant-projets. Un second développeur, spécialisé en programmation 3D, va être recruté. Sur 2015, Numériplan (12 salariés) a réalisé un chiffre d’affaires de 400 k€ de CA en croissance de 18 %.

44 I Amélioration de la performance globale

Keran héberge des startups pour rester agile À la rentrée 2015, en installant son siège social sur l’île de Nantes, Yves Gillet, le PDG de Keran voulait héberger dans ce bâtiment de 7 000 m2, de plus jeunes structures aux expertises et compétences complémentaires. C’est aujourd’hui chose faite. « Héberger ces entre­prises nous permet de conserver, à leur contact, un esprit pionnier et une agilité, qu’il est plus difficile à garder dans une ETI comme la nôtre », résume Yves Gillet, qui répond même, avec certaines, à des appels d’offres communs. Cinq startups louent aujourd’hui des locaux chez Keran : Toovalu, éditeur d’un logiciel permettant aux grands comptes de piloter de manière chiffrée leur stratégie en matière de climat et de RSE ; Terra 21, bureau d’études en responsabilité sociétale et environnementale ; le cabinet d’architecte David Comy, fondé par un ancien salarié de Keran ; le cabinet de conseil Quattrolibri ; et Dream on top qui accompagne les entreprises à impact sociétal fort dans leur stratégie.

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA

la lettre api

7


piliers Les 6 piliers d’avenir de la tria Faire émerger et grandir 3 000 acteurs dans des secteurs d’activité à fort potentiel de développement autour de 6 piliers. Cet objectif est une ambition que porte le territoire régional : celle de figurer parmi les zones géographiques qui comptent dans l’économie de demain parce ces entreprises seront les fournisseurs de solutions industrielles et de service dont le monde a besoin. Les 6 piliers figurés ci-contre constituent des espaces d’opportunités de business pour les années à venir : certains arrivent déjà à maturité, d’autres ne sont encore qu’émergents. Ces domaines sont porteurs d’emplois et de capacité d’internationalisation. Les chambres consulaires contribuent à faire émerger ces activités nouvelles en région, en mobilisant et réunissant des acteurs, en aidant au montage de projets et en recherchant les financements pour ces projets.

85 I Énergies renouvelables

La Vendée, modèle de volontarisme public local La transition énergétique appelle une révolution, le passage d’un modèle centralisé à un système décentralisé : le développement des énergies vertes nécessite une production et une distribution locales. La Vendée peut se targuer d’avoir pris une longueur d’avance sous la houlette du Sydev, le syndicat départemental. Tout en soutenant les projets du secteur privé, les municipalités se sont emparées elles-mêmes du sujet. La puissance du parc de production d’énergies renouvelables (photovoltaïque et éolien) exploité par leur société d’économie mixte Vendée énergie atteindra fin 2017 près de 88 MW, représentant la consommation électrique d’environ 65 000 foyers. À la clé, un chiffre d’affaires attendu à 15,5 M€ (11,3 M€ en 2014). « Power to gas » Précurseur en matière de coopération, ses communes étant les premières à se regrouper dès 1923 pour organiser leur électrification, le Sydev a choisi, il y a dix ans, de se doter d’un programme stratégique alliant la maîtrise de la demande en énergie et le développement de l’éolien, du solaire photovoltaïque et thermique, ou encore de la biomasse. Dans leur sillage a été pris en 2013 le virage de « l’électromobilité », un défi pour ce territoire rural. En 2017, le réseau public

8

la lettre api

s’appuiera sur quelque 120 bornes de recharge pour véhicules électriques implantées dans 90 communes. Ce volontarisme a incité Bouygues à choisir La Roche-sur-Yon pour tester sa Citycharge, une borne reliée au réseau d’éclairage. Autre initiative : le Sydev s’apprête à mettre le cap sur le « power to gas », c’est-à-dire sur la conversion de « l’électricité verte » en gaz, et plus particulièrement en hydrogène, permettant du coup de stocker cette production.

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA


piliers 44 I Conversion et stockage de l’énergie

AIA invente Air4power, le bâtiment stockeur d’énergie Le groupe d’ingénierie et d’architecture nantais (600 salariés) a fait breveter pour l’Europe une technologie américaine de compression d’air comprimé isotherme pour rendre les bâtiments stockeurs et producteurs d’énergies renouvelables. Baptisée Air4power, la solution de Lightsail Energy pourrait être implémentée dans les immeubles, les exploitations agricoles ou les maisons individuelles. L’idée d’AIA est d’intégrer ces éléments peu coûteux dans l’architecture des bâtiments en exploitant les vides de structures. Cette solution restituerait l’énergie stockée sous forme d’électricité, de chaleur, de froid et d’air. Première phase : calculer la rentabilité énergétique et financière d’une installation. AIA a été retenu par l’Ademe pour développer un progiciel de calcul et de modélisation numérique avec Le Cethil et le CSTB. Elle a aussi été intégrée au projet Smile pour réaliser d’ici deux à trois ans un démonstrateur dans le cadre du projet d’autonomie énergétique de l’Île d’Yeu ainsi que dans le projet européen Horizon 2020 ayant qualifié Nantes dans les villes engagées dans la transition énergétique.

49 I Réseaux intelligents, big-data et objets connectés

Angers couve les futurs champions de l’IoT L’ambiance n’est pas celle d’une usine mais on n’est pas non plus chez les bricoleurs du dimanche. Dans la Cité de l’objet connecté (Coc), à Angers, on découvre d’authentiques outils industriels : pose de composants électroniques (CMS), bancs de tests, outils d’usinage... « Il y a ici 2 M€ de matériel », souligne Thierry Sachot, président de la Cité mais aussi directeur général d’Eolane, actionnaire principal de la Coc, inaugurée en juin 2015 par François Hollande. Dans son sillage, Eolane a entraîné 17 actionnaires. L’ambition commune est de créer le lien entre les start-ups et la filière électronique pour s’affirmer collectivement sur le marché ascendant des objets connectés (IoT). « L’idée est d’aider les porteurs de projets à passer le plus vite possible de l’idée au début de série », résume le dirigeant. Au total 20 entreprises sont abonnées et 30  sont au stade de l’incubation. L’objectif, en vitesse de croisière, est de porter 30 à 40 projets sur le marché.

53 I Éco-mobilité des biens et des personnes

Séché environnement insiste sur le fret ferroviaire Malgré la liquidation judiciaire en avril 2016 de l’opérateur breton Combiwest, Séché environnement ne renonce pas au fret ferroviaire. Le spécialiste du traitement des déchets recourt désormais à Colas rail, filiale de Bouygues, pour faire circuler un train complet entre l’usine d’incinération de Salaise (38) et la plate-forme logistique mayennaise de Longuefuye. Les mâchefers sont ensuite réexpédiés vers le centre de stockage que possède l’industriel à Changé. Lancé au cœur de l’été et prévu pour être hebdomadaire, le service pâtit pour l’heure de l’impossibilité à obtenir auprès de SNCF réseau un sillon horaire ferme. L’horizon devrait se dégager au printemps 2017. Il en faut plus pour décourager Lionel Loré, directeur de Séché transports. « On patiente, on ne lâchera pas l’affaire ! » L’enjeu n’est pourtant pas mince : un convoi transporte entre 40 et 60 caisses de 21 tonnes chacune, soit autant de volumes en moins sur les routes.

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA

la lettre api

9


piliers 44 I Agriculture écologiquement intensive

La Florentaise lance un charbon vert qui piège le CO2

Présentée lors de la Cop 21, la machine à « Greenchar » (charbon vert) de La Florentaise est un piège à CO2. La société de SaintMars-du-Désert (150 salariés, 36 M€ de CA), spécialisée dans les sub­strats de culture, a consacré trois ans de R&D et un investissement d’1 M€ pour la porter au stade industriel. Ainsi est né le Pyro-6G, un four de pyrolyse en continu qui chauffe tous types de biomasse (pailles, coques, branches, balles de riz, déchets forestiers…) à haute température et en absence d’oxygène et la décompose ainsi en charbon vert stabilisant le carbone. Les gaz, eux, sont récupérés puis brûlés, ce qui annihile leur effet sur l’environnement et génère de l’énergie. Deux prototypes, dont un d’une capacité de 1 000 tonnes/an, ont été construits. Et d’autres suivront. Ce Greenchar a vocation à être mélangé aux fertilisants organiques de La Florentaise pour son son intérêt agronomique, sa capacité à retenir l’eau mais aussi pour en neutraliser le bilan carbone.

72 I Conversion et stockage de l’énergie

E4V trace sa route dans le véhicule électrique La société gagne son pari dans la production de batteries lithium phosphate de fer pour véhicules électriques. L’usine du Mans, installée en 2010, compte à présent 60 personnes (20 embauches cette année) et atteindra les 12 M€ de chiffre d’affaires en 2016. E4V prospère, pour l’instant, sur le marché de l’utilitaire. Elle équipe les véhicules Ligier pour La Poste (tricycles et Quadeo), l’Hexam mega, les utilitaires Goupil, ou les fourgons 3,5 tonnes Electron II de Gruau. Désormais, E4V décline aussi son savoir-faire sur de grosses solutions batteries pour engins industriel de manutention, porte-conteneurs, engins de réparation ferroviaire, où bateaux hybrides comme ce navire à passagers pour la visite des calanques en Corse. Quant à Helem, filiale basée à Auch (32), son Colibus, petit véhicule urbain de 6 à 8 m3 conçu pour la livraison urbaine, entrera en production de série dès cet automne.

49 I Réseaux intelligents, big-data et objets connectés

Top départ pour le réseau de Qowisio Qowisio a officiellement ouvert en juin son réseau très bas débit et longue portée pour objets connectés (IoT). La société angevine, qui a levé 10 M€ l’année dernière, se pose en concurrente des technologies Sigfox et LoRa. Ces réseaux « low cost » sont déterminants pour l’IoT. Un capteur placé sur un pont, une voie ferrée ou surveillant le niveau d’une cuve de fioul, d’un réservoir, d’un silo ou d’un container de verre, n’a nul besoin d’un réseau GMS pour envoyer des signaux. Mais Qowisio n’entend pas valoriser son réseau à l’abonnement. Son offre combinera l’objet, la solution applicative et la connectivité. « L’objectif est d’être présent sur toute la chaîne de valeur », note Guillaume Houssay, le co-fondateur. « Nous disposons d’une culture forte en électronique et mettons à disposition des objets prêts à l’emploi ou des briques technologiques qui permettent à nos clients de développer leurs projets IoT en moins de 3 mois », ajoute son associé Guillaume le Floch. Guillaume Houssay et Guillaume le Floch, les fondateurs de Qowisio.

10

la lettre api

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA


piliers Pays de la Loire I Bâti à énergie positive

Un label pour favoriser la rénovation de l’habitat La plupart des logements sont aujourd’hui de véritables “passoires thermiques“. Changer une chaudière ou poser des doubles vitrages sont autant d’actions coûteuses pour un ménage. Afin de les encourager à entreprendre des travaux de rénovation énergétique, le gouvernement a mis en place plusieurs dispositifs d’aides. Mais pour en bénéficier, il est indispensable de recourir à des entreprises « Reconnues
Garantes de l’Environnement » (RGE). En Pays de la Loire, 5 291 artisans et entreprises du BTP ont obtenu ce label délivré par des organismes comme Qualibat ou Qualit’ENR. Et la région se place en 2 nde position derrière Rhône-Alpes. Dans un marché du bâtiment déprimé, les professionnels ont bien compris les enjeux d’être identifiés comme compétents pour ces travaux de rénovation. Novabuild, le cluster du BTP en Pays de la Loire est chargé, depuis septembre 2014, d’aiguiller les professionnels labellisés qui bénéficient de la marque RGE sur la mise en œuvre des aides éco-conditionnées.

72 I Éco-mobilité des biens et des personnes

Neomouv dans la course au vélo électrique En forte croissance, le marché du vélo à assistance électrique (VAE) fait aussi émerger des acteurs indépendants, en marge des grands du cycle. C’est le cas du Neomouv, à La Flèche, qui a levé en 2016 400 k€ en fonds propres auprès de Sodero Participations. « Dès que je l’ai essayé j’ai été séduit par le VAE », raconte Philippe Vaxelaire, le fondateur. « J’ai tout de suite compris qu’il s’agissait d’un mode de déplacement d’avenir. » De 600 k€ sur le premier exercice, l’entreprise sarthoise va croître pour atteindre 5,3 M€ avec 7 000 vélos vendus en 2015. Elle vise les 10 000 cette année avec un début à l’export. Comment exister face aux grands industriels du vélo ? « Nous ne faisons que du VAE, c’est un métier à part entière, distinct du vélo conventionnel », répond l’entrepreneur. Neomouv assure la conception de ses gammes mais en délègue la production pour se réserver la partie finale de l’assemblage et les tests.

85 I Agriculture écologiquement intensive

Carré innove avec son robot autonome connecté Sur un marché du machinisme agricole difficile, Carré mise sur l’innovation pour se démarquer. La société familiale de SaintMartin-des-Noyers, finalise le développement d’Anatis. Ce robot autonome est dédié aux applications de binage et de désherbage des cultures pour le marché du maraîchage. Cette petite machine d’un mètre-cube, qui remplace le tracteur, est adaptée au travail sous serre. « Le robot intègre le système de guidage par caméra que nous avions développé pour nos bineuses à un système de géolocalisation par GPS pour qu’Anatis se repère dans son environnement », explique Benoit Carré, 3 e génération à la tête de la société familiale (11 M€ de CA - 90 salariés). Anatis est capable de capter des données comme l’hygrométrie ou l’enherbement. « Ces données seront analysées afin d’offrir à l’agriculteur un outil d’aide à la décision pour ses cultures. » Carré, qui a travaillé avec Capacité, la filiale de valorisation de l’Université de Nantes, commercialisera Anatis courant 2017.

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA

la lettre api

11


piliers 44 I Énergies renouvelables

Floatgen : l’éolien flottant démarre à Saint-Nazaire La construction de Floatgen, première éolienne flottante en France, démarre sur le port de Saint-Nazaire (44). Le chantier promet d’être spectaculaire puisqu’il s’agit de construire un flotteur carré, en béton, de 36 mètres sur 36 et de 9 mètres de haut. Une fois la coque achevée, un mât et une turbine de 2 MW seront installés, à quai, sur cette fondation. L’ensemble sera remorqué au printemps 2017 vers le site d’installation au large du Croisic, Sem-Rev, site d’essais multi-technologies en mer, connecté au réseau électrique. Il est administré par l’école Centrale de Nantes en lien avec le CNRS. Le projet associe Ideol, le concepteur, Centrale Nantes, Bouygues TP, le constructeur du flotteur, et la société Le Beon, fournisseur du système d’ancrage. Basée à La Ciotat (13), Ideol a levé 3 M€ pour financer ses projets d’éoliennes flottantes pour lesquels cette PME de 60 personnes vient de signer ses premiers contrats en France et à l’export en Asie.

44 I Éco-mobilité des biens et des personnes

Sepamat accélère le développement de Marguerite Sept ans après avoir lancé le service d’auto-partage Marguerite à Nantes, faisant figure de précurseur, Sepamat accélère. « Nous voulons densifier le maillage. Nous sommes sur un rythme d’ouverture d’une nouvelle station par mois », explique Benoit Levesque, responsable commercial de Sepamat. La société en exploite 39 sur Nantes, soit un parc de 50 véhicules, disponibles 7 jours sur 7, 24h/24. « L’idée est de proposer au plus grand nombre une agence au pied de chez soi. » Marguerite revendique 1 000 clients particuliers et professionnels, à quasi-parité. « L’auto-partage entre de plus en plus dans les mœurs. Et l’offre sur Nantes en matière de multi-modalité est plutôt bien faite. Beaucoup commencent donc à prendre conscience qu’ils n’ont pas forcément intérêt à être propriétaire de leur voiture », détaille Benoit Levesque. Les « Marguerite » sont aujourd’hui utilisées pour des déplacements inférieurs ou égaux à 2 heures et sur des distances d’environ 35 kilomètres.

85 I Bâti à énergie positive

Argilus invente la brique en argile par cuisson à froid Argilus a développé une technologie qui permet de fabriquer des produits à base d’argile par cuisson à froid. « Cette innovation, que nous avons brevetée, est le fruit d’une rencontre en 2014 avec David Hoffmann, ingénieur chimiste spécialisé dans les liants minéraux », confie Julien Blanchard, PDG d’Argilus, à Chaillé-sous-lesOrmeaux. Vraie innovation de rupture, la technologie HP2A (pour haute performance activation alcaline) permet de supprimer deux des étapes actuelles qui entrent dans la fabrication d’un matériau en argile, à savoir le séchage et la cuisson. Elle permet ainsi de réels gains économiques tout en réduisant l’impact environnemental de l’activité. « La cuisson représente 30 % du coût d’une brique », précise Julien Blanchard. La création d’une ligne de production est prévue pour 2017. Un investissement de plusieurs millions d’euros. Le développement se fera par le biais d’une nouvelle société, Argiwest.

12

la lettre api

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA


piliers Ouest I Réseaux intelligents, big-data et objets connectés

Smile anticipe le réseau électrique de demain Smile, pour « Smart Ideas to Link Energies », entend faire de l’Ouest à l’horizon 2020 un territoire pionnier pour le développement à grande échelle des « réseaux électriques intelligents ». À la croisée des transitions énergétique et numérique, différentes expérimentations seront déployées dans le Morbihan, la Loire-Atlantique, la Vendée et en Ille-etVilaine (3,4 millions d’habitants) dont les profils résument les défis nationaux à venir : zones rurales et urbaines, populations îliennes, métropoles de Nantes et Rennes dont les consommations électriques croissent sans cesse, production d’énergies renouvelables en forte progression, premier potentiel français en matière d’énergies marines, etc. Deux démonstrateurs Les acteurs ne partent pas d’une page blanche : ils peuvent s’appuyer sur deux démonstrateurs déjà en service, Solenn à Lorient et surtout Smart Grid Vendée, le plus important en Europe avec un budget de 30 M€. Les pistes explorées seront multiples : mobilité électrique, bornes de recharge, intégration des énergies renouvelables onshore et offshore, stockage de l’énergie et autres objets connectés vont nécessiter souplesse et réactivité de la part du réseau électrique. Lauréat au printemps 2016 d’un appel à projets national, Smile mobilise

plus de 160 structures dont une centaine d’entreprises (Cofely Ineo, Niji, Bouygues, Delta Dore, Alstom, Schneider Electric, etc) pour un total d’investissements estimé à 260 M€ : 120 M€ de financements privés, 100 M€ de fonds publics et 40 M€ apportés par RTE Ouest et ERDF. Parmi les objectifs énoncés figurent un millier de bâtiments à énergie positive, un millier de bornes publiques de recharge pour véhicules électriques, 2 000 points lumineux intelligents, etc.

53 I Éco-mobilité des biens et des personnes

Gruau ouvre la voie du véhicule électrique dernier kilomètre », l’interdiction des centre-villes aux moteurs polluants et les tournées aux kilomètrages journaliers limités jouent en faveur de l’électrique. Selon l’industriel, les prochaines années verront donc un franc démarrage de ce marché. Avec son partenaire Actia, le groupe a mis au point une chaîne de traction pouvant équiper l’ensemble de sa gamme. « Nous aurons investi plus de 6,5 M€ sur 4 ans, en R&D et en ressources humaines, intégré de nouveaux métiers, trouvé des partenaires… », résume Patrick Gruau. Electron II

Ambulances, fourgons de pompiers, corbillards, frigorifiques, commerces ambulants, voitures de police et même des “Papamobiles”… Gruau sait tout faire, ou presque, à partir d’un véhicule de série. Le groupe mayennais est passé maître dans la petite série pour usages spécifiques, de la haute couture sur carrosserie. Depuis plusieurs années, Patrick Gruau, le PDG, croit fermement que c’est par l’utilitaire que l’électrification automobile va prendre son essor. La logistique « du

Pour l’instant, le produit phare est l’Electron II, un fourgon de 3,5 tonnes doté d’un groupe électrique d’une puissance maximum de 90 kW, comparable à un véhicule thermique de 130 CV. L’électrique, encore faible dans les ventes, sera donc l’un des moteurs de la croissance du groupe. Patrick Gruau vise les 400 M€ en 2019 contre 210 M€ de chiffre d’affaires en 2015. Le groupe bénéficie d’un socle d’activité en consolidant des contrats avec de grands constructeurs sur des durées de 8 à 10 ans, pour des véhicules à suivre au long cours. Enfin, il table sur l’international, dont la part devrait passer de 22 % actuellement à plus de 40 % des ventes en 2019.

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA

la lettre api

13


piliers 44 I Bâti à énergie positive

Avec son thermostat, Qivivo réduit la facture énergétique des logements Qivivo a lancé début 2016 la seconde version de son thermostat connecté. « Compatible avec tous les types de chauffage, le thermostat permet de réduire de 25 à 40 % la facture énergétique selon les fonctionnalités utilisées, notamment le capteur de présence », explique Adrien Suire, le PDG de Qivivo, spécialisé dans les solutions pour améliorer le confort et la facture énergétique des particuliers. Industrialisé par Lacroix Electronics (49), l’objet connecté est complété par une offre de services différenciés selon les cibles : particuliers, bailleurs et exploitants. Aux bailleurs, la plateforme donne la possibilité de détecter la précarité énergétique ou les comportements anormaux. Commercialement, la startup nantaise (20 salariés) vise principalement les professionnels du bâtiment. À ce jour, plus de 10 000 thermostats ont été commercialisés. Durant l’hiver 2016, la startup a mené une première expérimentation sur 72 logements sociaux de Nantes habitat. D’autres déploiements sont prévus l’hiver prochain.

44 I Réseaux intelligents, big-data et objets connectés

Les Datamaniaques se fédèrent à Nantes Sous l’impulsion de l’agence nantaise Le Phare, le mouvement Datamaniaques veut fédérer les décideurs qui s’intéressent aux enjeux des données. Aujourd’hui, il regroupe une centaine de décideurs qui s’intéressent au potentiel des données. Ce mouvement collectif cible aussi bien les startups du numérique, que les PME et grands groupes comme Dubreuil, VM Matériaux, EP, Ima Technologies, Engie, Dictanova ou encore Herige. « Les données constituent le capital des marques, des entreprises et des organisations. Et créeront les modèles économiques et les emplois de demain. Aux États-Unis, les GAFA mais aussi Uber ou Salesforce, l’affirment : leur développement passera obligatoirement par la data. Nous aussi, nous devons nous organiser pour en tirer le meilleur », résume Jean-Lou Racine, le dirigeant du Phare (1,3 M€ de CA - 18 salariés). Ce mouvement a vocation à fédérer les énergies et partager les bonnes pratiques en matière d’utilisation et de valorisation des données.

44 I Agriculture écologiquement intensive

Innoprotea peaufine sa farine de vers protéinée Innoprotea commercialisera d’ici 2018 de la farine de vers comme alternative aux protéines animales et végétales, gourmandes en ressources. La startup, fondée en juin 2015 par Pascal Aurouet, Fabrice Mazelle et Frédéric Herlin, va créer une farine bio pour les acteurs de l’industrie agroalimentaire et diététique. Objectif : intégrer la protéine d’insectes dans l’alimentation du quotidien pour répondre à la demande mondiale de protéines. La société a mis en place une unité d’élevage en R&D de 90 m2 à Nantes dans les locaux d’APPI, société de Damien Morel, entomologiste associé au projet. Ils élaborent un procédé mécanisé et automatisé d’élevage et de transformation afin d’atteindre un coût de production acceptable et concurrentiel. Les associés visent un pilote industriel en 2018. Une première levée de fonds était en cours fin 2016 pour financer la phase de R&D. Soutenue par Atlanpole, Réseau entreprendre et Bpifrance, Innoprotea vise un premier chiffre d’affaires d’1,8 M€ en 2018 pour une production de 30 tonnes de produits finis par an. À la clé, la création d’une dizaine d’emplois dans 5 ans.

14

la lettre api

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA


piliers 85 I Éco-mobilité des biens et des personnes

© Eraole - Ocean Vital

Le premier vol d’Eraole attendu à l’été 2017 S’il obtient les autorisations adéquates de la DGAC, Raphaël Dinelli devrait réaliser le premier vol transatlantique décarboné entre New York et Le Bourget en juin 2017. Depuis 2010, le chercheurpilote et fondateur du laboratoire de recherches appliquées Océan Vital travaille avec son équipe d’Olonne-sur-Mer, à la mise au point d’Eraole. Tout en carbone, cet avion biplan de 14 mètres d’envergure bénéficie d’une propulsion hybride solaire/bioénergie. Il dispose de 43 m2 de cellules photovoltaïques, associées à des batteries lithium et à un groupe électrogène alimenté en biocarburant. L’une des innovations réside dans son entoilage photovoltaïque. Breveté par Océan Vital, ce procédé consiste en l’encapsulation dans des matériaux composites en couche légères et flexibles de cellules photovoltaïques à très haut rendement, qui servent aussi à la structure des quatre ailes. Au delà de ce record aéronautique, Raphaël Dinelli a l’ambition de faire du projet Eraole (6 M€ de budget environ) un avion autorisé à voler en civil.

49 I Agriculture écologiquement intensive

Nor-Feed, une alternative naturelle pour la santé des animaux Depuis sa création en 2003, Nor-Feed est portée à la fois par la demande d’une nourriture plus saine des animaux et la croissance mondiale de la consommation de protéines. La PME de Beaucouzé (22 salariés, 5,5 M€ de CA) est spécialisée dans le développement d’additifs naturels et d’ingrédients d’origine végétale pour la nutrition animale. Dans sa gamme, plusieurs produits comme le NorGrape, un antioxydant 20 fois plus efficace que la vitamine E ou le Citrozest qui agit sur la flore intestinale des porcs et des volailles. Issu d’un programme de R&D de 7 ans, labélisé par Végépolys, le Norponin est actuellement testé par Terrena dans le cadre du projet “AgriCo2“. Ce produit aide les vaches laitières à mieux digérer et à produire moins de méthane. « Utiliser moins d’antibiotique et de produits de synthèse est une préoccupation désormais mondiale », indique Pierre Chicoteau, co-gérant de Nord-Feed. La PME est l’une des cinq startups sélectionnées pour participer cet automne au programme d’accélération Agri Nest. Porté par Business France, il vise à aider les PME françaises innovantes à se développer en Amérique du Nord sur le marché agricole.

Pays de la Loire I Conversion et stockage de l’énergie

Mosca intègre le stockage de chaleur par matériaux à changement de phase Les projets collaboratifs Mosca I et Mosca II entrent dans leur 3 e phase. « Nous sommes à la recherche d’un fabricant d’échangeur pour intégrer notre technologie », explique Luc Traonvouez d’Insula France, l’un des partenaires du projet. Labélisés par EMC2 et cofinancés par l’Ademe et Total, ces projets s’intéressent au sto­ ckage latent de chaleur par matériaux à changement de phase et à température positive. « Nous avons testé cette technologie sur des procédés industriels non-continus comme les stérilisateurs. Une partie de la chaleur est récupérée pendant la phase de refroidissement et réinjectée en phase de chauffe sur cycle suivant. Pour les stérilisateurs, le gain sur les consommations de vapeur et de froid est de 15 à 20 %. » En plus d’Insula France à Couëron, Mosca a mobilisé des équipes de PIV composites à La Merlatière (85), de l’Icam et de Polytech Nantes de Nantes. Les essais industriels ont été menés chez le fabricant d’autoclaves Steriflow.

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA

la lettre api

15


Les dynamiques de la 3ème Révolution Industrielle en Europe… vers la création d’un réseau des régions TRI ?

une initiative des

la lettre

L’info éco Bretagne Pays de la Loire

avec le soutien de

atlantique presse information

supplément spécial TRIA

16

la lettre api

Éditée par la SARL Publications API 5, passage Douard, BP 10 323 44003 Nantes CEDEX 1 Tél. 02 40 35 65 37 Fax. 02 40 48 65 61

Directeur de la publication : Dominique Luneau Directeur commercial et communication : Stéphane Dahirel

Rédaction : Olivia Bassi, Emmanuel Guimard, Jacques Le Brigand, Maureen Le Mao, Florence Le Nevé e-mail de la rédaction : redaction@agence-api.fr Maquette : Vigicorp Mise en page : Cécile You Documentation : Hélène Botté, Aurore Quémard Diffusion et marketing : Delphine Trioux, Mélanie Brouard

20 octobre 2016 - supplément spécial TRIA

Gestion : Catherine Lacascade Publicité : Ingrid Charvet R.C.S. Nantes B381 802 982 Impression : Imprimerie Allais / Z.A Pôle Sud 30 rue de l’Atlantique - 44115 Basse-Goulaine Routage : Acticom 57 rte de La Chapelle Heulin - 44330 Le Pallet ISSN : 1626-584X - N° de CPPAP : 1018 I 80943 Dépôt légal : à parution SARL au capital de 63 000 € Reproduction interdite

Profile for Agence API

Supplément La Lettre API - TRIA 2016  

Supplément spécial à La Lettre API consacré à la 3è révolution industrielle et agricole en Pays de la Loire

Supplément La Lettre API - TRIA 2016  

Supplément spécial à La Lettre API consacré à la 3è révolution industrielle et agricole en Pays de la Loire

Profile for agenceapi
Advertisement