Issuu on Google+

ANNUEL N°1 2012 M a g a z i n e a s s o c i a t i f i ndépendant

entreprendre

p58

Les lieux incontournables

immobilier

p10

Enquête sur un marché en danger Les prix du logement et les tendances du marché dans le Grand Avignon


éditorial Le début d’une magnifique aventure Chère lectrice, cher lecteur bonjour, Vous tenez là ouvert entre vos mains l’un des exemplaires du magazine gratuit distribué dans le Grand Avignon et élaboré par l’équipe d’InfoAvignon.com. Depuis avril 2007, sous la houlette de son fondateur Jamil Zéribi, ce site d’information associatif scrute et croque les différentes actualités, politique, économique et socioculturelle de la cité, avec un ton et un style qui font aujourd’hui toute sa singularité. Et vous êtes devant vos écrans d’ordinateur, plus de 1 200 visiteurs uniques par jour et près de 40 000 par mois à l’apprécier ! Sans subvention aucune et donc en toute indépendance financière, notre équipe de cinq collaborateurs, tous des bénévoles, vous propose un contenu varié et la lecture d’un article par jour. Nous avons réussi ce pari fou de nous installer sur la scène journalistique locale à une place remarquée, grâce à ce média alternatif de proximité qui vous informe, promeut et se permet même de dénoncer. C’est un tournant que nous avons décidé de négocier quand, après quatre années d’existence, l’envie d’aller au delà du virtuel s’est soudain manifestée. Privilégier vers vous ces quelques pas en suscitant avec un public encore plus large la rencontre, non plus seulement avec l’outil informatique mais grâce au support papier, est le challenge que nous avons relevé. Nous nous sommes rarement reconnus dans ces numéros spéciaux de la presse parisienne qui ont osé de si loin distinguer des personnalités qui leur paraissaient jouer ici un rôle important. Alors façon de rétablir à cette réalité ce que nous lui considérions n’être que des omissions et souvent des erreurs, nous vous proposons, une fois par an et ailleurs que sur le net, de vous familiariser avec ce palmarès de nos cinquante personnalités incontournables au dynamisme avignonnais. Elles ont été choisies par des experts qui, en politique, en économie, et dans le domaine du social, du culturel, ont pu établir chacun selon leurs périmètres de compétence leur propre sélection. Ainsi chaque début d’année, nous vous donnerons rendez-vous et avec ce magazine l’occasion de découvrir ce panel de femmes et d’hommes, triés sur le volet, considérés comme les véritables valeurs ajoutées de la ville. Ce gratuit de 96 pages se veut aussi être un ouvrage pratique dans lequel avec facilité vous trouverez réunis les quelques renseignements pour préparer vos sorties. Tout cela accompagné par un bel hommage photographique rendu aux multiples charmes et paysages avignonnais. Nous remercions ici vivement tous nos partenaires sans qui rien de cette initiative n’aurait pu être possible et espérons pouvoir les trouver encore plus nombreux pour l’édition 2013. Nous sommes reconnaissants envers celles et ceux qui ont su mettre au service d’une telle idée leur temps libre, leur énergie et leur enthousiasme comme de précieuses ressources dédiées à la concrétisation de cet ambitieux projet. Akim Rahmouni Responsable de la publication


sommaire

décryptage - p6 LES CHIFFRES CLÉS

histoire - p8

AVIGNON, L’HISTOIRE D’UNE VILLE

immobilier - p10 ENQUÊTE SUR UN MARCHÉ EN DANGER

dossier - p14

LES 50 QUI ONT FAIT BRILLER LA VILLE EN 2011

diaporama - p52

50

LES QUI ONT FAIT BRILLER LA VILLE EN

2011 p14

50 lauréats choisis par des experts dans les domaines associatif, politique, économique, sportif et culturel

UNE VILLE EN PHOTOS

entreprendre - p58 LES LIEUX INCONTOURNABLES

internet - p88

immobilier - p10

RENCONTRE AVEC UN CRACK DU WEB

sortir - p90

UNE SÉLECTION DE RESTAURANTS QUI COMPTENT

agenda - p92

CE QU’IL NE FAUDRA PAS MANQUER EN 2012

Info Avignon Magazine - 29, rue Gustave Eiffel - 84000 Avignon contact@infoavignon.com

www.infoavignon.com

Imprimé par Horizon Imprimeries - Label Imprim’Vert

création graphique et réalisation : www.arome.fr - ©2012

ENQUÊTE SUR UN MARCHÉ EN DANGER

entreprendre - p 58

LES LIEUX INCONTOURNABLES


Cédric RIBEIRO / Nicolas CABANES / Expertise Comptable - Commissariat aux Comptes

NOS COMPÉTENCES À VOTRE SERVICE / Audit / Commissariat aux comptes Commissariat aux apports Commissariat à la fusion Audit du contrôle en interne Expertise Comptable / Établissement des comptes annuels Mission de révision Évaluation d’entreprise Mise en place d’une comptabilité analytique Conseil / Conseil en gestion financière Fiscalité personnelle et professionelle Conseil en investissement immobilier Gestion du patrimoine Droit Social / Bulletins de salaires & déclarations sociales Conseil en droit du travail Conseil en protection sociale Autres Travaux / Gestion administrative Formations comptables et sociales Autres missions contractuelles sur demande

CAVAILLON /

LE PONTET /

MARSEILLE /

340, cours Gambetta 84300 CAVAILLON Tél. +33 (0)9 70 80 99 64 Fax. +33 (0)4 90 78 72 20 provence@adezio.fr

77, av. Charles de Gaulle 84130 LE PONTET Tél. +33 (0)9 70 80 99 64 Fax. +33 (0)4 90 78 72 20 provence@adezio.fr

60, rue Saint Jacques 13006 MARSEILLE Tél. +33 (0)9 70 80 99 64 Fax. +33 (0)4 90 78 72 20 marseille@adezio.fr


décryptage Avignon compte 90 109 habitants INTRA MUROS 15 175

Le «coeur

urbain» d’Avignon

77

% des emplois concentre du SCOT (schéma de cohérence territorial).

17% 83 %

EXTRA MUROS 74 934

1000

2000

3000

4 330 mètres

+ 180 893

La proportion des foyers imposables

37 ville

ème Avignon est la de France pour sa population. Le Vaucluse compte

534 291 habitants et 151 communes. 30 000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté, en Vaucluse.

s’élève à

48%

55%.

145 km

de pistes cyclables à Avignon

27,8 %

de l’ensemble des locataires le sont en HLM.

367 M d’€

19 000 actifs quittent chaque 7 000 entreprises, jour leur commune pour venir

4 400

1 550 associations, 1 764 commerces à Avignon.

6

infoavignon n°1 / 2012

quittent Avignon pour aller travailler dans une des autres communes du bassin de vie.

25 % 33 %

employés

Territoire : espaces naturels

14 % 51 %

35 % terres agricoles

espaces urbanisés

Tourisme dans le Vaucluse :

4,4 millions de touristes par an 14,7 Km : Longueur du 1 milliard d’euros de CA tracé des deux lignes de Tramway 8,5% du PIB total, pour Montant des travaux de la LEO :

travailler à Avignon, tandis que

6% 10 %

professions intermédiaires

alors que la

moyenne nationale est à

1

25 %

de remparts

dans le Grand Avignon

artisans, commercants et chefs d’entreprise cadres et % d’agriculteurs professions intellectuelles ouvriers

4000

15 175 intra-muros et 74 934 extra-muros

Population active : 35 000 personnes

16 386 salariés 150 immeubles classés ou inscrits

au titre de monuments historiques, 7 musées et lieux d’expositions

Festival off 2011 :

1,5

969

M d’entrées en 2011, compagnies de théâtre ont présenté

1143 spectacles pour plus de 26 000 représentations.

Décryptage L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


histoire Avignon, entre « le rouge et le noir » « Entre le théâtre et le religieux, il y aura toujours comme une jalousie de métier », écrivait Sacha Guitry, grand dramaturge...devant l’Eternel. Pourtant, Avignon s’est longtemps affranchie de ce dilemme, parfois insoluble, puisque jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, Avignon est une ville où la vie artistique s’exprimait essentiellement dans les églises, couvents et palais. Celle, qui a abrité conjointement l’artistique et le gothique : ménestrels, hommes de théâtre (Molière, Pétrarque..), prélats et légats, Prévoulins (Vauriens) et Péssugaux (Préssureurs) au XVII siècle  ; a toujours présenté au reste du pays, une double identité ; c’est « une ville entre » diraiton presque. Entre le Rhône et la Durance, entre l’est et l’ouest, entre l’A7 et l’A9, entre le minéral (son fleuve, son calcaire) et le feu de Mars...qu’offrent la lumière et la chaleur du Sud. Mais plus que jamais, elle se confond admirablement avec Rome : l’antique, la pieuse, Sienne, pour ses remparts évanescents et la Florence des Médicis, artistique, et machiavéliquement... majestueuse.

de sites archéologiques. Rome qui s’est émancipée depuis le mont Palatin est sans doute la ville d’où Avignon tire singulièrement une corrélation étymologique, ce qui en fait : «la ville du fleuve»; le Tibre pour Rome, le Rhône pour « Aouenio » ou « Avenio », fixe définitivement l’identité du rocher, dès le 1er siècle avant notre ère. L’autre temps fort de la ville, c’est la naissance et l’érection des remparts à partir du XIIème siècle, et qui finiront par compléter son identité. Pas pour très longtemps, puisqu’au premier quart du XIIIème siècle, les remparts et le pont seront détruits par Louis VIII en représailles au choix adultérin de la ville pour «le Comtat Venaissin» qui retombera dans l’escarcelle du Comte de Provence, Charles II d’Anjou, également roi de Sicile.

Très étrangement, Avignon a été la moins marquée par l’occupation romaine, contrairement à ses demisœurs : Nîmes, Arles ou encore Aix-enProvence, où l’on trouve une profusion

Cette inclination est un mal pour un bien, puisque le XIVème siècle consacrera Avignon au cœur du monde Chrétien. Le premier Pape Clément V choisit comme terre d’élection Avignon, de 1305 à 1314 ; lui succède-

8

infoavignon n°1 / 2012

Stèle anthropomorphe du rocher des Doms

ront huit Papes, la rupture a lieu avec Urbain VI et Clément VII tous deux successivement élus. Deux papes ! C’est le grand schisme. La Révolution française arrive... et finit par couper définitivement les ponts à l’influence pontificale, le 14 septembre 1791, Avignon rentre dans les rangs de la Nation Française et le 25 Juin 1793, le Vaucluse vallis clausa en Latin : la vallée fermée, finit par devenir le 93ème département français, avec Avignon pour chef-lieu. Frédéric Mistral, avec le Félibrige, mouvement littéraire, et René Char donneront définitivement ses lettres de noblesse à une ville bien plus florentine que latine ; Jean Vilar ne s’y est pas trompé et établit son théâtre populaire, dans l’enceinte de l’ancienne cité papale, Avignon devient résolument un théâtre à ciel ouvert ; et rien que ça...ça vaut bien une messe !

Histoire L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


immobilier Le marché immobilier à Avignon : 2011 au balcon, 2012... au tison ? Didier El Jamaï fait partie de l’équipe de rédaction d’Info Avignon depuis 2 ans. Ancien chargé de gestion locative en agences immobilières  ; il gère aujourd’hui des biens en patrimoine familial, sur Marseille et Montpellier mais conserve toujours une attache sur Avignon. Il a réalisé ce dossier immobilier. Le marché immobilier ne s’est jamais aussi bien porté, que ces deux dernières années, durant lesquelles, le volume des transactions et droits de mutation enregistrés, sur l’ensemble du département ont représenté quasiment 70% des dossiers traités par les offices Notariaux, nous précise Pierre Gautier, Président de la Chambre des Notaires de Vaucluse. Ce constat mélioratif est partagé par tous les acteurs du secteur immobilier, qui s’accordent à dire, que l’année 2011 fut une très bonne saison ; venant confirmer par ailleurs, la tendance de 2010, que bon nombre qualifiaient déjà à l’époque « d’exceptionnelle », puisque le marché avignonnais avait retrouvé de l’appétence et recouvré quelques couleurs, peu après la grisaille de 2007 (début de « la crise »).

immobilière semble avoir été observé. L’effondrement de ces blocs séculaires, annonceraient-ils la fin de l’embellie qu’a connue Avignon, jusqu’à maintenant ? Si l’ironie du sort prête parfois à sourire, il en est autrement pour les acteurs du marché local, pour qui, c’est tout un art de s’inquiéter peu, face à un marché en perpétuelle reptation. Et si effectivement, « l’année 2011 qui s’achève a été une année particulièrement intense pour les professionnels de l’immobilier », nous confie Guy Farjon, le Président de la Fédération National de l’Immobilier du Vaucluse, « ce n’est pas encore le moment du bilan, mais dans le contexte économique tendu que nous connaissons, nous savons que plusieurs décisions ou propositions gouvernementales impacteront les activités... » Aujourd’hui, les professions immobilières et les particuliers auront le regard résolument tourné vers les prochaines échéances électorales, et sur la situation internationale, qui est des plus incertaines ; en raison de « la dette souveraine  » : on parle « d’attentisme », notamment chez les acquéreurs, inquiets d’un éventuel relèvement des taux directeurs, donc des prêts immobiliers.

Or, depuis l’effondrement en novembre dernier, porte Saint-Michel, d’une partie des merlons des remparts, un léger ralentissement dans l’activité

Pour l’heure, rien d’alarmant sur le marché du crédit, puisque chez «  Meilleurtaux.com », courtier en prêts immobiliers, entre autres, Laurie Bernard,

10

infoavignon n°1 / 2012

directrice de l’établissement a traité environ 200 dossiers, en 2011, dont la plupart d’entre eux ont trouvé une voie favorable à leur finalisation, et à des taux avantageux ; et même si la charge de travail a sensiblement augmenté du fait d’une précipitation des primo accédants... choyés par l’ancien PTZ et le nouveau PTZ+, le constat est plutôt à l’optimisme...même si elle nous avoue au détour d’une phrase, que ça ne durera forcément pas. Même son de cloche pour « le Crédit Immobilier de France Méditerranée », qui a fait « une progression de 10% des crédits distribués en 2011 ». D’autre part, « le relèvement du taux de la TVA sur les travaux... sont autant de sujets qui n’ont pas manqué de nous interpeller » finira par nous dire Guy Farjon le Président de la FNAIM ; pour le reste... seul l’avenir, nous le dira.

Immobilier L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


collaboration avec 16 autres agences regroupées en association : l’«AMEPI» (Association des Mandats Exclusifs des Professionnels de l’Immobilier) qui met en commun un fichier acquéreurvendeur sorte d’accélérateur de compromis, avec une variation de 3% à 4% du prix initial (FAI) ; il est donc bien placé pour nous parler de la tendance du marché immobilier de l’année qui vient de se terminer. « 2011 a été une bonne année pour nous, même si par ailleurs 2010 a été une excellente année, et ce malgré des conditions d’attribution de crédit un peu difficile », avouera-t-il.

Retour sur un marché immobilier, en état de grâce

On peut dire que l’immobilier avignonnais a recouvré son souffle et beaucoup d’«  inspiration  » du fait, très probablement, de sa proximité avec des lieux aussi emblématiques et méditatifs que «  le Palais des Papes  »... mais également et surtout en raison des réserves foncières génératrices d’emplois, (même si elles ne sont pas assez valorisées) tel que nous l’explique Guy Farjon Président de la FNAIM : «  l’activité immobilière n’est pas délocalisable et dans le Vaucluse, cela constitue une véritable valeur ajoutée, notamment par son attractivité ». « Enfin une année sereine », lance dans un soupir de soulagement, Stéphane Girard, le directeur de l’agence Elyse Avenue-corpsaints. Il travaille en étroite

A la question : la réforme sur les plusvalues, a-t-elle précipité le volume des ventes, Khali Girard, responsable de la même agence: « Pas plus que ça ! cela a eu un léger effet d’aubaine… étant donné que l’annonce a été faite durant l’été et qu’il faut compter au minimum 3 mois entre le bouclage d’un financement... et l’acte authentique ». Le marché en « intra » se porte plutôt bien, comme nous l’explique Clothilde Girard-Croset, de l’agence « SaintDidier   », installée depuis plus de 20 ans à l’intérieur des remparts : « le marché est reparti », sur 80 biens, plus de la moitié partent en 3 voire 2 mois, même si elle avoue que sa clientèle est plutôt une clientèle qui recherche avant tout, des produits de charme. Pour un 50 m² par exemple, comptez environ 150  000 euros ou plus en intra-Est. Le marché de l’intra-muros est un marché ancien, donc fermé, qu’il faut sans cesse entretenir, renouveler. Les

Immobilier infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

programmes de réhabilitation que la ville engage en préemptant des immeubles… assurent et maintiennent cette cohérence, comme aux Lices, Magnanen, ou encore, rue Fou de terre où l’Ophlm d’Avignon prévoit la création de 72 logements dans son «  programme de résorption ». Et même, s’il peut être parfois disparate, la variante des prix des biens en intra réside tout simplement dans l’état de l’appartement : « on n’a pas les mêmes amplitudes de hausse et de baisse qu’en extra-muros », nous confie Eric Molié, le directeur de l’agence Eco-Immo, pionnier de l’immobilier « low-cost » à Avignon ; Lui aussi ne tarit pas d’éloges sur cette année 2011 : «  on a vendu beaucoup de biens cette année, la bulle d’acquéreurs devra se reconstituer...». Il nous indique la démarche à suivre pour les primo-accédants qui souhaitent acquérir : « il faut cibler des quartiers en devenir ou proches remparts... les taux directeurs sont bas pour le moment, 2 à 3% » ; il faut en profiter, donc, avant que le vent tourne. Bref, l’immobilier à Avignon a encore un bel avenir devant lui, et pour s’en convaincre, il vous suffit de sortir un peu des remparts... au Pontet, par exemple, où les prix des Biens, aussi bien à la vente qu’à la location font le bonheur de toutes les bourses ou à l’encan, selon le choix de sectorisation. Avec plus de 1 600 habitants au kilomètre carré  ! Plus qu’à Morières ou Vedène, cette commune rivalise avec ses prix au mètre carré et son attractivité (SEPR, BIGARD, Lafarge...), en s’y installant, près de la place du Marché, Cécilia Ponthieu

11


immobilier et Betty Serillon de l’agence BC ORPI, ne s’y sont pas trompées. L’agence est toute jeune mais témoigne déjà d’une activité débordante... 3 facteurs à cette dynamique, des Biens construits courant années 1960-1970, et qui trouvent plus facilement preneur chez les primo accédants à petits budgets. Un T4 sans ascenseur, peut se négocier entre 80 et 90 000 euros, sur la fameuse route de Lyon. La ville préempte beaucoup aux alentours de ses limites communales, enfin l’attractivité de la zone commerciale Auchan-nord et les infrastructures qui plaisent beaucoup aux familles, dumpent l’ensemble.

Maître Pierre Gautier, Président de la Chambre des Notaires de Vaucluse 1) Infoavignon : La réforme sur la plusvalue immobilière va entrer en vigueur, ce, dès le mois de février 2012, peuton craindre un ralentissement des transactions ? Maître Pierre Gautier : Effectivement, on peut redouter un ralentissement des transactions (...) cette réforme, si elle exonère totalement de la taxation des plus-values immobilières après un délai de détention de 30 ans (soit une génération), elle présente l’énorme inconvénient d’exonérer que de 60% la plus-value réalisée au bout de 25 ans de détention. Ainsi, quand vous aurez détenu un immeuble pendant plus de 25 ans, vous serez encore assujetti à une plus-value et

12

à un prélèvement fiscal, au titre de la plusvalue immobilière, d’un taux dépassant 30% sur la différence   : entre le prix de vente diminué du prix d’achat et sans aucune revalorisation ni indexation. Il est ainsi, hélas, parfaitement imaginable que des propriétaires fonciers souhaitant réorienter leur patrimoine pour différentes raisons (changement de supports d’investissements, transmissions aux enfants, déplacements géographiques) renoncent à ces projets procédant ainsi à un ralentissement économique. On peut même imaginer que l’impact économique de cette mesure fiscale particulièrement inappropriée, produise l’effet inverse de l’effet recherché, c’est-àdire une diminution sensible des recettes fiscales. 2) IA : Peut-on également penser que cette réforme sera élargie aux résidences principales, ou c’est hors propos ? PG : Il ne semble pas ni raisonnable, ni envisageable que la réforme des plusvalues puisse être élargie aux résidences principales. En effet, socialement, la perspective de constituer un capital pour la retraite, passe pour la plupart des ménages français, par l’acquisition de leur résidence principale. Fiscaliser la revente de la résidence principale conduirait à un choc économique, dont nous ne pouvons même pas imaginer les conséquences. 3) IA : À seulement 2h40 de Paris, Avignon demeure la ville la moins chère de la région Paca, pensezvous que cela va le rester… avec la conjoncture actuelle ? PG : La situation géographique d’Avignon

explique qu’elle soit l’une des villes les moins chères. Cela, d’abord en raison de la concurrence universitaire créée par les pôles de « Marseille-Aix-en-Provence », d’une part, et « Nîmes-Montpellier » d’autre part. Ensuite, par le fait que géographiquement, Avignon se trouve dans un angle Nordouest du département (...) et Nord-est de la région Paca. On peut imaginer que le développement harmonieux d’Avignon passe par l’implantation d’entreprises et le développement de son enseignement tertiaire et que cela ne puisse se faire que par des aménagements (routiers et autres) transdépartementaux et transrégionaux. L’intercommunalité semble être à ce titre une solution d’avenir. 4) IA : Si vous aviez un seul conseil à donner à un jeune couple, primo accédant, quel serait-il ? PG : Le conseil à donner : le moment reste favorable pour emprunter (...) le dispositif du prêt à taux zéro a été encore élargi, facilitant ainsi l’accession à la propriété de la résidence principale. Il conviendra toutefois, de recommander à ce jeune couple de choisir un bien adapté, non seulement à ses besoins, mais également à son budget, quitte à le revendre pour racheter un bien plus grand, lorsque sa famille s’élargira.

Chambre des Notaires de Vaucluse 84 23 Bis rue Thiers - BP 119 84007 AVIGNON Cedex 1 www.chambre-vaucluse.notaires.fr

Immobilier infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


dossier

50

LES QUI ONT FAIT BRILLER LA VILLE EN

2011

Découvrez nos 50 lauréats choisis par des experts dans les domaines associatif, politique, économique, sportif et culturel.

NOS 6 SPÉCIALISTES économie laurent

garcia politique jamil

zeribi vie associative isam

ifghallal culture romano

sport

françois

keiffer rédaction akim

rahmouni

Photographe : Antoine Pécatte

marck


économie laurent

garcia

Le choix de notre spécialiste

Laurent Garcia est le rédacteur en chef de l’hebdomadaire économique L’Echo du Mardi - Les Petites Affiches de Vaucluse. Son expérience de l’économie locale et sa maitrise des grands dossiers font de lui un journaliste reconnu par les entrepreneurs et les décideurs du Vaucluse. Chaque semaine, ils peuvent découvrir dans ce journal avignonnais une information de qualité où l’actualité et les sujets de fond y sont traités avec précision. C’est donc naturellement vers lui que nous nous sommes dirigés pour effectuer le choix des lauréats dans le domaine économique. En quelques mots, si vous aviez à vous présenter ? Je suis rédacteur en chef de l’hebdomadaire l’Echo du mardi, la nouvelle version des Petites Affiches de Vaucluse, journal économique et d’annonces légales des décideurs du département. Pourquoi avez-vous accepté de participer à l’initiative d’Info Avignon Le Magazine ? Notre journal soutient depuis déjà longtemps la démarche engagée avec le site Internet d’Info-Avignon. Nous fournissons, en effet, une partie des articles que vos lecteurs retrouvent dans votre rubrique économique. Dès lors, il était logique que nous accompagnions la sortie du magazine qui s’inscrit dans la continuité de l’esprit du site, qui est avant tout un espace citoyen d’expression et de proximité. La formule semble d’ailleurs fonctionner vu vos chiffres de fréquentations. Par ailleurs, nous sommes particulièrement séduits par la personnalisation de son contenu. Dans beaucoup d’autres

sites de ce type, les articles ou les commentaires sont anonymes. Chez vous, et c’est encore plus vrai pour le magazine, les intervenants sont clairement identifiés, donnant davantage de crédibilité, à mon sens, à votre démarche.

Plus généralement, quel regard portez-vous sur l’Economie dans le Grand Avignon ? Je crois qu’on sous-estime grandement le poids économique de l’agglomération. C’est sans doute dû au morcellement administratif de cette zone.

Concernant le choix de vos lauréats, quels ont été vos critères d’appréciation ? Il existe un grand nombre d’entreprises qui mériteraient de figurer dans cette sélection. Bien sur, nous aurions pu mettre en avant des sociétés comme Naturex, McCormick, Lafarge, KP1, GSE ou bien encore Agis, mais nous avons souhaité porter un regard un peu différent.

Mais le bassin économique d’Avignon s’étend aussi jusqu’aux Alpilles ou bien encore Bagnols-sur-Cèze, en passant par le site nucléaire de Marcoule.

« Notre territoire regorge de PME dynamiques » dont les dirigeants mais aussi les salariés irriguent et font croitre notre tissu économique. Nous espérons que ce choix reflète cette diversité et cette richesse.

L’arrivée du pôle de compétitivité aéronautique Pégase aux côtés de celui de la filière fruits et légumes devrait aussi renforcer l’attractivité de cette zone. De quoi presque rivaliser avec des villes considérées comme plus importantes à l’image d’Aix ou Montpellier. Il me semble cependant que l’ensemble économique d’Avignon fonctionne par à-coup et affiche un manque de lisibilité. Il serait peut-être temps de donner un cap, une vision, un projet cohérent à notre développement.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 in foavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

15


lauréats

économie

christian

pietri Directeur d’Epur Nature Comme dans tous les grands projets, cela commence souvent par une rencontre. C’est en 1998 que Christian Pietri fait la connaissance de Dirk Esser sur le chantier de la station d’épuration de Roussillon. Le premier est entrepreneur dans le BTP tandis que le second est ingénieur et développe un procédé naturel importé d’Allemagne qui consiste à utiliser du roseau pour filtrer les eaux usées. Cette technique novatrice s’appuie sur une maitrise parfaite de la construction de bassin filtrant planté de roseaux, régie par un équilibre entre végétaux, minéraux et vie biologique et nécessite des études précises de dimensionnement. Ces deux hommes ainsi que Vincent Leboeuf, ingénieur d’études agronome, décident de s’associer et créent Epur Nature. Aujourd’hui, ce procédé a fait du chemin

mais Epur Nature a pris de l’avance sur ses concurrents. La société installée à Caumont possède 41 salariés, 2 agences à Lyon et à Toulouse. Elle possède une expérience solide pour avoir conçu près de 450 stations d’épuration. En interne, la recherche et le développement est une priorité absolue, 6 autres brevets ont déjà été déposés pour anticiper les évolutions technologiques. En 2011 : Leader dans le Sud Est dans son secteur, les collectivités font confiance à Epur Nature pour son savoirfaire. Concernant les axes de développement, une personne a été recrutée pour étudier les opportunités liées à l’export, notamment au Maghreb.

jessica

hamou PDG de Quatressences Encore une distinction pour cette chef d’entreprise qui empile les articles de presse dans son bureau à Agroparc. Les hebdomadaires tels que l’Express, Le Point ou Santé magazine ont été conquis par le projet économique et la personnalité de Jessica Hamou. Il faut dire que son initiative est tout à fait originale et pertinente. L’Avignonnaise qui possède un Bac + 5 en Physique-Chimie a tout d’abord travaillé quelques années pour des grandes marques de cosmétiques avant de créer son entreprise en avril 2009. Il lui a fallu deux ans de recherches et de pugnacité avant d’élaborer sa gamme de produits qui s’intitule «Kesari». La toute première et unique marque de cosmétique BIO utilisant le pétale de fleur de safran, une innovation totale.

16

Ce projet 100% Provence, associe pleinement les producteurs locaux de Safran. Il conjugue la richesse et le respect de notre terroir et la maitrise des technologies liées au secteur des cosmétiques. Distribué dans 50 magasins dans l’hexagone à Avignon, Nantes, Lille, Montpellier, Paris…Les consommateurs apprécieront la texture, l’odeur et l’efficacité des crèmes proposées par Jessica Hamou. En 2011 : Au-delà de la France, l’ascension extraordinaire de Quatressences se poursuit avec la signature d’un contrat de distribution en Corée du Sud.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

économie

loïk

de féraudy Président de Cueilli Vendu Comment créer un circuit court sans intermédiaire, soutenir les producteurs locaux et proposer des produits de qualité aux consommateurs ? « Cueilli Vendu » situé en face Cap Sud, c’est l’histoire d’un concept novateur qui colle parfaitement à l’actualité mondiale. Dans ce magasin de 380 m2, il n’y a pas moins de 1 500 références dont 65 références de vins, tous régionaux. Les 6 salariés vous accueillent avec le sourire et le plaisir de vous faire découvrir des produits de saison. Ici c’est un peu la vitrine du savoir-faire local. Pas de système de distribution industriel, les producteurs viennent au jour le jour livrer les fruits et légumes des exploitations voisines. Il y a bien des îlots de « produits d’ailleurs » afin de capter les clients désireux d’aller voir du côté

de la grande distribution. Loik de Féraudy, à la tête de ce projet qui rassemble 30 producteurs locaux est lui-même producteur de tomates à Aubignan. Il a plaisir à circuler dans les rayons et à rappeler que dans son magasin il y a tous les produits, du petit déjeuner au dîner. Concernant les prix, hors promotion exceptionnelle, il affirme qu’ils sont moins élevés que chez les concurrents, les relevés de prix réguliers en attestent. En 2011 : Le magasin a été lancé officiellement le 16 mars 2011. Des évolutions dans le rayonnage sont déjà prévues et des cours de cuisine sont proposés aux clients, qui ont un cahier de doléances situés en caisse, une façon de participer à ce projet original.

jérémie

marcuccilli Directeur de Kookabarra Dans quelques années, notre ville sera trop petite pour son talent et sa créativité. Il faut dire que ce jeune chef d’entreprise de 30 ans, diplômé d’une école de commerce a développé un concept exceptionnel. C’est en 2003 lors d’un voyage d’étude en Australie qu’il découvre les bars à jus de fruits. Très vite, il envisage de dupliquer ce projet en France mais se heurte à des contraintes techniques importantes. Dès lors, en 2005 cet ancien sportif de haut niveau va concevoir des jus de fruits 100% naturel de grande qualité gustative et nutritionnelle, sans traitement, ni conservateur avec des dates limites de conservation de 14 jours. Une sélection drastique des matières premières et une méthode de pressage brevetée permettent à Jérémie de positionner son

produit sur un marché haut de gamme. Aujourd’hui Kookabarra, c’est 10 salariés, 21 références de jus de fruits, 6 camions de livraisons qui sillonnent le Sud Est de la France pour livrer les plus grands restaurants. En 2011 : Kookabarra a passé le cap fatidique des 5 ans et possède de nombreux projets. Jérémie développe de nouveaux produits dont un jus de fruits exceptionnel qui comme les grands vins conjugue les parfums (épices, fruits et fleurs) pour le plus grand plaisir des chefs étoilés.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

17


lauréats

économie

najim

barika Fondateur de Safir Flash Si vous êtes déjà mariés, vous n’avez pas de chance ! Vous ne pourrez pas vivre la magie d’un mariage version Safir Flash. Photographe et réalisateur de vidéo, ce natif de la Croix des Oiseaux est le roi du mariage « strass et paillettes ». Son slogan « Avec Safir Flash, la star c’est vous » est connu jusqu’à Marrakech où il lui arrive de se déplacer pour faire des mariages somptueux. Ecrans géants, limousine, effets spéciaux, spectacles et émotions sont au rendez-vous quand il prend les choses en mains. Bon nombre d’artistes français, de chefs d’entreprise reconnus et de couples ne s’y sont pas trompés et ont donné les clés de leur mariage à l’Avignonnais. Si Najim Barika est si créatif, il le doit à sa première vie. En effet, fin 1999 ce passionné de musique qui possède déjà une so-

lide expérience signe un contrat avec TF1 et dans la foulée il réalise avec son groupe « Talisman » le clip de l’été 2001 « Torrid Amor ». Dès lors, il va enchaîner les concerts et tournées mondiales jusqu’en 2003 où il décidera de se consacrer pleinement à sa vie de famille. En 2011 : Le chef d’entreprise avignonnais a organisé le premier salon du mariage oriental au Parc des Expositions. Un événement extraordinaire qui a rassemblé 3 000 visiteurs et 40 exposants venus de toute la région PACA. Durant cette année, ce sont TF1, France 2, France 3, Direct 8 et M6 qui à travers des reportages ont mis à l’honneur sa créativité et son travail.

jean-loup

bouvier Fondateur de l’Atelier Jean-Loup Bouvier L’Atelier Jean-Loup Bouvier situé aux Angles est spécialisé dans la sculpture et la restauration de monuments historiques. Cette aventure a débuté à Avignon quand le jeune Jean-Loup sorti de l’école des beaux-arts intègre comme apprenti l’atelier de sculpture de son oncle. Très vite, il va être captivé par ce métier qui conjugue créativité, rigueur et précision. Quelques années plus tard, ce sculpteur chevronné va monter son atelier, s’entourer des meilleurs et devenir un atelier des plus respecté dans son secteur d’activité. Depuis plus de 20 ans, cette entreprise de 37 salariés est sollicitée par la ville d’Avignon mais aussi et surtout par l’Etat pour restaurer les plus grands monuments Français comme

18

le Château de Versailles, l’opéra Garnier, l’Élysée, la cathédrale de Reims, la Maison Carré à Nîmes, les arènes d’Arles ou l’Arc antique d’Orange par exemple. Des procédures longues, très encadrées par des comités scientifiques et des architectes des monuments historiques marquent les exigences de ce métier extraordinaire où la règle d’or est de s’effacer devant les œuvres, pour être toujours au plus près du sujet, ce qui s’appelle travailler à « la manière de ». En 2011 : Dans le cadre des journées du patrimoine, en partenariat avec la ville des Angles et du Grand Avignon, des œuvres ont été installées en Mairie et les Ateliers Jean-Loup Bouvier ont été ouverts au public.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

économie

sébastien

beaupère Boulangerie « Le Carré de Blé » Ne vous fiez surtout pas à l’espace confiné de cette boulangerie Avignonnaise située à deux pas de la rue de la « Ré », sur le boulevard Raspail. Ici le maître de cérémonie est un boulanger certes, mais pas seulement, c’est aussi et surtout un artiste qui crée, innove et fait découvrir à ses clients des saveurs extraordinaires. Après avoir fréquenté le collège Mistral puis le lycée Aubanel, Sébastien Beaupère intègre la prestigieuse école supérieure de cuisine de Paris. C’est au sein de grands restaurants étoilés qu’il va apprendre son métier de cuisinier et fabriquer du pain pour des clients exigeants. Suite à ces expériences enrichissantes, il va revenir à Avignon travailler pour le célèbre chef Christian Etienne avant de créer un restaurant à Pau puis une boulangerie à Marseille. En 2007,

il décide d’investir dans la plus vieille boulangerie de la ville et développe un concept basé sur un pain de grande qualité composé exclusivement de farine biologique. Dès lors, son activité ne va pas cesser de se développer. Chaque jour, Sébastien et son équipe de 7 salariés proposent un pain différent, des plats cuisinés, des pâtisseries, ils font évoluer les recettes, mélangent les saveurs (pain infusé aux pétales de roses, à la verveine...). Aujourd’hui, il est heureux de voir l’affluence dans sa boulangerie et livre à vélo des restaurants prestigieux comme La Mirande, l’Hôtel d’Europe, Christian Etienne ou les 5 Sens. En 2011 : Sébastien Beaupère fabrique 55kg de pain pour 550 convives lors du buffet gastronomique qui a eu lieu en septembre sur la place du Palais des Papes.

annie

montagard PDG de l’imprimerie Laffont En honorant l’imprimerie Laffont, c’est près d’un siècle de savoir-faire qui est distingué, des hommes, des femmes, des valeurs, une passion, un état d’esprit, une histoire. Cette histoire a débuté en 1920 quand l’artisan Henri-Jean Laffont crée sa première imprimerie située aux Carmes. Après quelques années difficiles, les trente glorieuses permettent à l’entreprise familiale Avignonnaise un développement constant. Quand en 1950, le fils André décide de quitter le centre-ville pour s’installer dans la zone de Fontcouverte, composée de champs à perte de vue, son père pense que c’est une erreur de s’éloigner des lieux d’activités. André, le visionnaire, accompagné de ses salariés vont alors propulser l’imprimerie vers les

sommets, devenant au fil des années une référence dans la Région Paca. Depuis 2002 à la tête de la société, sa fille Annie a su garder intacte cette exigence de précision, de qualité et permettre d’inscrire l’imprimerie familiale face aux enjeux de la modernité. En 2011 : L’entreprise a fêté ses 90 ans en début d’année avec la sortie d’un magnifique livre. Réunis autour d’André, une page de l’histoire de la famille et de l’imprimerie Laffont a été écrite. Le 8 Novembre 2011, âgé de 89 ans, André a rejoint sa dernière demeure, le cœur apaisé…

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

19


Photographe : Antoine PĂŠcatte


politique jamil

zeribi

Le choix de notre spécialiste

Jamil Zéribi fait partie de l’équipe d’Info Avignon. C’est un acteur associatif impliqué dans la vie de la cité depuis de nombreuses années. Passionné par les nouveaux médias, la communication et plus généralement les projets novateurs à forte dimension sociétale, il crée en 2007 le site internet Le BDA qui deviendra en 2010 Infoavignon.com avec pour ambition de promouvoir les initiatives locales. Il traite l’actualité politique sur notre Web-Journal depuis 4 ans avec une grande liberté de ton. Il répond ici à nos questions. En quelques mots, si tu avais à te présenter ? Je suis né et j’ai grandi à Avignon, j’ai joué longtemps au football à l’Olympique Avignonnais avant de m’engager dans la vie associative où j’ai eu de magnifiques satisfactions mais aussi quelques désillusions. Aujourd’hui plus que jamais, je considère que dans nos relations humaines ou dans nos différents projets, il faut mettre en œuvre les idéaux au lieu de les proclamer. C’est ce que je tente de faire dans tout ce que j’entreprends. Parle-nous du Magazine Info Avignon. Notre Web-Journal fêtera ses 5 ans en Avril 2012. Avec les nombreuses évolutions du site, une équipe de bénévoles désormais élargie et une audience de près de 40 000 visiteurs uniques par mois, je peux dire sans être prétentieux que nous avons gagné la première bataille, celle de concevoir un contenu attractif qui rassemble, invite à la réflexion et donne du sens. Une fois cet objectif atteint, nous voulions créer un support qui augmente la notoriété de notre WebJournal tout en respectant notre philosophie, la création du magazine s’est donc naturellement inscrite dans la stratégie

qui nous guide depuis le début à savoir  : concilier «  projet novateur et engagement citoyen ». Concernant le choix des lauréats, quels ont été tes critères d’appréciation ?

« Mon choix est celui de la compétence, du courage et de la jeunesse. » En effet, hormis une ou deux exceptions, j’ai voulu mettre en perspective les choses avec la promotion de jeunes responsables politiques. Je crois que là encore, on ne peut pas dire qu’il faut œuvrer au renouvellement de la classe politique et récompenser sans cesse ceux que l’on voit en haut de l’affiche depuis des années. Un élément capital aussi dans ce choix, ces lauréats se sont illustrés durant l’année 2011.

Plus généralement, quel regard portes-tu sur la politique à Avignon? Il n’est pas aisé de répondre à cette question en 3 lignes.Même si nous avons globalement dans notre département des élus sincères qui s’engagent avec honnêteté au service de l’intérêt général, je dirais qu’au-delà d’être des gestionnaires plus ou moins bons de la vie de la cité, il manque dans la classe politique des idées, de la créativité, du courage et de l’énergie pour construire des projets innovants. Je regrette également que certains aient abandonné le combat humaniste pour se convertir à la démagogie électoraliste et à l’orthodoxie financière. Même si les marges de manœuvres sont étroites, les techniciens ne doivent pas remplacer les politiques. Enfin je considère qu’il faut vite retrouver le chemin de l’espérance, sinon je crains que le fatalisme, les frustrations et les violences mettent en péril la cohésion de notre pays.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

21


lauréats

politique

philippe

marcucci Vice-Président du Grand Avignon L’élu avignonnais est entré en politique en 1995. Ce médecin implanté dans les quartiers Sud en plein cœur de la Rocade ne savait pas à cette période qu’il allait vite devoir partager son temps entre ses patients et ses administrés. 39ème sur la liste conduite par Marie-Josée Roig aux municipales, il devient conseiller municipal suite à la démission d’un élu en 1997. En 2001, il est positionné 5ème et devient adjoint au Maire chargé de l’action sociale. Ce n’est qu’en 2002 à sa création qu’il prend une carte dans un parti, il intègre alors l’UMP. Ce libéral comme il aime se définir conjugue plutôt bien charisme et maitrise des dossiers techniques. Philippe Marcucci est davantage un pragmatique qu’un idéologue, il travaille intelligemment avec les élus de l’opposi-

tion quand c’est possible et nécessaire. Il est aujourd’hui en charge du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) et de la rénovation urbaine au Grand Avignon. Il est également Président du PLIE. En 2011 : La ville concrétise un programme de travaux ambitieux qui s’élève à 33 millions d’euros. Chargé de gérer ce dossier d’envergure, après le stade de l’ACA l’année dernière, les travaux de l’école Thiers, la place Pie, la piscine Stuart Mill et le parking du Pont des Deux Eaux cette année, Philippe Marcucci a inauguré des chantiers d’une importance majeure.

joël

granier Maire de Morières et Vice-Président du Grand Avignon Joël Granier est élu depuis 10 ans à Morières et au Grand Avignon. Il est issu d’une longue lignée de cheminots vauclusiens. Après avoir fait toute sa carrière à EDF-GDF au central d’Avignon et avoir vécu sa privatisation, il reste très attaché à la défense d’un « service public de qualité  ». Seul Maire de Gauche de la 1ère Circonscription d’Avignon, reconnu pour son travail et sa présence sur le terrain, en 2008 il a été réélu à Morières dès le 1er tour avec 60,14% des voix. Son engagement pour le Grand Avignon est également une priorité pour lui et notamment le dossier sur l’Habitat. Il travaille également pour l’avenir du territoire et son développement en étant le représentant de l’intercommunalité au sein de

22

la Commission Départemental de Coopération Intercommunale (CDCI). Pour favoriser l’expression de ses administrés, il organise régulièrement des réunions publiques sur des sujets tels que la réforme des collectivités territoriales, la petite enfance, les politiques sportives et culturelles locales et nationales, et les politiques environnementales (limitation de la consommation d’énergies, gestion de l’eau). En 2011 : Membre du PS depuis 20 ans, il fait preuve de panache et de courage en annonçant son intention de se présenter à l’investiture de son parti pour les élections législatives de 2012. Face à tous les conservatismes locaux son ambition sera barrée.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

jean-françois

politique

lovisolo Premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste du Vaucluse L’actuel Maire de la Tour d’Aigues a intégré le Parti Socialiste à l’âge de 16 ans. C’est au contact d’un père engagé en politique qu’il a découvert le goût de servir l’intérêt général. Après l’obtention d’une maitrise de droit et d’un DESS de droit et administration des collectivités territoriales, une voie royale s’offre alors à lui. Il devient assistant parlementaire du Sénateur Claude Haut. Quelques années plus tard en 2001, il rejoint le Conseil Général de Vaucluse en tant que conseiller du Président. En 2003, Jean-François Lovisolo décide de prendre ses responsabilités et se présente au poste de 1er secrétaire du PS départemental. Il est élu et devient le « patron » d’un parti en perte de vitesse.

Très vite, il va mettre le PS en ordre de bataille et va enregistrer des victoires politiques significatives dont les cantonales de 2004 annoncées comme perdues pour la gauche. En interne, il va refuser d’alimenter les querelles de personnes, permettre le renouvellement des cadres du PS, rajeunir les équipes, promouvoir la diversité et la parité. En 2011 : Le Parti Socialiste lance des primaires ouvertes aux citoyens qui s’avèrent être un franc succès à l’échelle nationale et locale. Les équipes de militants font de cet événement LE rendez-vous politique majeur de l’année 2011. A titre personnel, Jean-François Lovisolo est choisi pour représenter son parti à l’élection législative de juin 2012.

tomas

redondo Adjoint au maire d’Avignon C’est en qualité de directeur de campagne de Jeanine Calvès aux législatives de 2007 qu’il remporte sa première victoire politique. Il faut dire qu’à l’occasion de cette échéance électorale, la candidate UDF avait obtenu un score plus qu’honorable (8%) derrière Marie-Josée Roig et Michèle fournier Armand. Reléguant le FN et un certain André Castelli (PCF) à la 5ème place. Depuis, Tomas Redondo a fait du chemin. Il a intégré l’équipe municipale puis est devenu Adjoint au Maire. Ce juriste de profession, qui possède deux masters (droit communautaire, droit social) est issu d’une famille modeste d’ouvriers agricoles venus d’Espagne. Fort d’une éducation rigoureuse et des valeurs transmises par ses parents, l’école de la République est venue parfaire un parcours exemplaire et lui a permis une ascension sociale extraordinaire. Très tôt attiré par la politique, il devient à 25 ans Président des jeunes UDF du Vaucluse avant

de quitter le parti au moment de la scission avec le Modem. Souriant et sympathique, Tomas Redondo n’en est pas moins un homme de caractère courageux qui sait s’affirmer et faire bouger les lignes quand il s’agit d’œuvrer pour l’intérêt général. En 2011 : Dans le cadre de sa mission d’Adjoint, Tomas Redondo permet l’émergence de projets d’animations autour de concerts gratuits intra et extra muros. Il poursuit également la dynamique engagée autour du festival de musique Electro « Résonance » avec la venue exceptionnelle de Cascadeur, de Maxime Dangles, de Supermayer, des DJ reconnus mondialement. L’occasion pour ces derniers de «  mixer » sur le Pont d’Avignon devant 6 000 personnes.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

23


politique

paul-roger

gontard

Photographe : Caroline Montagné

lauréats

Président du collectif Avignon Sud Paul-Roger Gontard est né et a grandi dans le canton Sud. A 27 ans, cet ancien militant de la cause étudiante possède déjà une sacrée expérience politique. En effet, après avoir été élu au Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, il a occupé durant quelques mois le poste de conseiller technique du secrétaire d’état à la Justice Jean-Marie Bockel. Entre temps, il a intégré le Think Tank Terra Nova et s’est brillamment illustré en tant que Président du collectif Avignon Sud obligeant la ville à revoir sa copie sur le dossier de l’Eco Quartier. Ce garçon est talentueux,

charismatique et cultivé. Il possède un véritable amour pour sa ville et fait office d’ovni dans le paysage politique local, car il apparaît totalement libre là où certains sont figés dans les logiques d’appareils. A n’en pas douter, Paul Roger Gontard jouera un rôle politique majeur dans notre ville dans les années à venir. En 2011 : Il se présente aux cantonales dans le canton Sud sans avoir le soutien de son parti (Le Modem) et crée la surprise avec 8,72% des suffrages obtenus. Si en plus du talent, il a le courage alors...

abdel

zahiri Président de l’assocation AJCREV Pour disqualifier son engagement, certains acteurs de la vie politique avignonnaise n’hésitent pas à employer une multitude de superlatifs, simple agitateur pour les uns, révolutionnaire utopique ou encore rebelle malveillant pour les autres. Et si Abdel Zahiri n’était pas simplement un citoyen actif concerné par les problèmes des habitants des quartiers et plus largement par un monde qui ne tourne pas rond ? C’est à 19 ans que le jeune habitant de la Rocade crée sa première association, AJCREV, qui propose aux enfants un soutien scolaire quotidien et des sorties régulières. Voyant les limites de l’action associative, il découvre vite qu’il est nécessaire de comprendre le fonctionnement du monde pour pouvoir le changer. Pendant 3 ans, il va donc participer à la dynamique de l’asso-

24

ciation ATTAC. Après avoir pris part à la révolte des banlieues en 2005, au mouvement des étudiants en 2010, son engagement le mène naturellement vers la politique et c’est à ce moment qu’il intègre le NPA d’Olivier Besancenot avant de le quitter 2 ans plus tard suite à des divergences de fond. Engagé de façon constante contre les inégalités, l’exclusion, le racisme et l’instrumentalisation politicienne, Abdel Zahiri est à 32 ans, un acteur incontournable du paysage politique local et incarne à sa façon la révolte des banlieues et la lutte contre un capitalisme qui relègue l’homme au rang de marchandise. En 2011 : Il transforme son association AJCREV en parti politique et a le courage de positionner deux candidates aux élections cantonales à Avignon et Carpentras.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

jean-pierre

politique

cervantes Membre fondateur de C.R.E. Avignon Après seize années passées aux Pays Bas, Jean-Pierre Cervantes, ingénieur de formation, s’installe en 2002 à Avignon. Un si long séjour dans le nord de l’Europe lui fera prendre conscience du retard ici accumulé en matière d’écologie. Sa rencontre avec René Pélisson le conduit pour la première fois en politique lors des élections municipales de 2008. De cette expérience, il réalise la nécessité de faire grandir la conscience écologique sur Avignon en fondant CREAvignon (Citoyens Responsables Ecologie Avignon). Ces membres interviennent régulièrement sur le terrain par des initiatives comme la réduction de la publicité dans les

boites aux lettres, le nettoyage des berges de la Durance et la proposition défendue pour un libre accès (ou à tarif raisonnable) aux transports en communs. L’accident nucléaire de Fukushima en mars 2011 sera l’élément déclencheur à l’organisation par CREA de chaînes humaines capables de sensibiliser sur la nécessité d’une transition énergétique. En 2011 : La politique le reprendra pour les élections cantonales de 2011, et se présentant dans le canton Est JeanPierre Cervantes, investi par Europe Ecologie Les Verts, pourra réaliser le score très honorable de presque 10% des scrutins.

richard

kitaeff Vice-Président national des Jeunes Actifs UMP Ce jeune Maître de conférences à Sciences Po. Paris, âgé de 29 ans, a un parcours en tout point extraordinaire. A 17 ans, alors qu’il est étudiant en droit à l’université d’Avignon, il découvre vite l’engagement public en tant qu’élu étudiant et crée la corpo de droit qu’il dirigera pendant 3 ans. En 2007, il est recruté par Marie-Josée Roig comme collaborateur de cabinet au sein de la communauté d’Agglomération du Grand Avignon. Originaire de Gordes, il devient conseiller municipal en 2008 dans son village d’enfance puis prend la présidence des Jeunes UMP du Vaucluse. Richard Kitaeff va alors sillonner le département pour convaincre la jeunesse de l’utilité de l’engagement politique. Quelques mois plus tard, le réseau « Jeunes Actifs » comptera 123 référents locaux, prêt à œuvrer dans leurs communes pour défendre l’action

de leur mouvement. Très vite, ce travail de terrain sera reconnu, même au niveau national. Il devient Suppléant des députés européens aux Européennes en 2009 puis Vice-Président des Jeunes Actifs. Parce qu’il considère que la politique n’est pas un métier, mais une fonction sociale, ce jeune universitaire ne compte pas se cantonner dans cette seule activité, il est aussi rédacteur dans l’hebdomadaire Valeurs Actuelles et dans le Figaro Magazine.Ancré dans son territoire, il est également sous-officier de réserve opérationnelle au 2e REG à Saint-Christol. En 2011 : Il se présente à l’investiture interne à son parti dans la 5ème circonscription pour les législatives de 2012.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

25


Photographe : Antoine PĂŠcatte


vie associative isam

ifghallal

Le choix de notre spécialiste

Isam IFGHALLAL est l’un des meilleurs techniciens du Vaucluse dans le domaine de la politique de la ville et plus largement de l’éducation populaire. Il conjugue la maitrise du parfait praticien pour avoir été de longues années directeur du centre social de Monclar, et l’expertise des dispositifs et rouages institutionnels. En tant que citoyen, il écrit régulièrement des tribunes libres sur notre web-journal. En quelques mots, si vous aviez à vous présenter ? Isam Ifghallal... délégué départemental de l’établissement Léo Lagrange. Pourquoi avez-vous accepté de participer à l’initiative d’Info Avignon Le Magazine ? Info Avignon est plus qu’un blog libre... c‘est un tisseur de lien social qui a pour mission la diffusion d’une information plurielle responsable et objective. Sa contribution s‘inscrit surtout dans une particularité méditerranéenne avec des aires culturelles ouvertes sur l’universel. Son initiative de promouvoir « les soldats de l’ombre » est une heureuse démarche de reconnaissance, de partage, et une affirmation des valeurs de l’engagement. Les personnalités qui le composent sont motivées par une éthique, un souci de développement humain, des valeurs démocratiques et un altruisme personnel. Concernant le choix de vos lauréats, quels ont été vos critères d’appréciation ? J’ai choisi des acteurs essentiels de la société civile avignonnaise

connus et reconnus, pour la qualité, la persévérance, la performance, dans le portage de leurs projets respectifs, même s’ils ne la résument pas à eux seuls. L’originalité de ces acteurs réside principalement dans le dialogue permanent, fait de collaborations, de confrontations, avec ce triptyque «  institution, habitants, associations. » Leur démarche prospective dans les territoires contribue à un vivre ensemble impliquant des leviers de promotion individuelle et collective... qui créé de formidables synergies avec les groupes sociaux les plus fragiles. Plus généralement, quel regard portez-vous sur la vie associative dans le Grand Avignon ?

« Les associations sont des corps intermédiaires à part entière »

avignonnais avec les établissements scolaires de proximité, sont les derniers remparts garant du vivre ensemble aujourd’hui mis en danger. A Avignon, on peut s’interroger sur les relations bloquées « associations/institutions/habitants ». Cette interrogation s’appuie sur deux axes : les associations sont-elles suffisamment écoutées et reconnues  !?! La place de la participation des habitants est-elle un gadget à la mode ou réellement l’amorce d’une autre manière de vivre le territoire ?... Il est pourtant difficile de ne pas s’arrêter sur le malaise associatif avignonnais qui subit des restrictions drastiques des financements publics « quasi reconductibles »... Tout en cassant les évidences, que sera la vie sans les associations ? Effrayante question... le vide... la déflagration... l’implosion que les institutions auront à subir... Une fois épuisées les politiques de « raccrochage » restent une évidence  : la place du peuple.

complémentaire du monde politique et syndical. Les acteurs associatifs

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

27


lauréats vie associative

jacques

pouly Directeur de l’assocation Semailles Pour Jacques Pouly, l’agriculture n’est pas une « terre inconnue». D’une part par ses origines et ses parents viticulteurs, d’autre part, par un parcours de formation spécifique et un Certificat d’Aptitude Professionnelle dans le domaine. Mais ce n’est pas dans la filière agricole, que Jacques Pouly va tout d’abord s’investir. Bachelier, il réussira, après concours, à exercer le métier d’éducateur spécialisé. Il travaillera dans le social jusqu’à pousser en tant qu’étudiant salarié ses qualifications en licence puis en DEES (Diplôme Européen d’Etudes Supérieures). Du « foyer 77 », un foyer d’hébergement en centre-ville, jusqu’à sa permanence au centre social de Monclar où il y assurera le suivi particulier d’adultes en difficultés, Jacques Pouly développera celles des compétences qui vont le mener jusqu’à la

direction de Semailles. Créée en janvier 1997, cette association propose aujourd’hui à 22 personnes en parcours de réinsertion la possibilité d’un emploi dans l’agriculture biologique, et par la même offre ainsi à 340 adhérents de bénéficier de paniers de légumes tout droit récoltés de ses jardins dits de « Cocagne ». En 2011 : Une nouvelle branche d’activité a pu voir le jour en juillet 2011, et toujours dans l’idée de la réinsertion, Semailles en partenariat avec le centre hospitalier de Montfavet a pu lancer « Fruits de Cocagne ». Cette première en France permet au centre hospitalier par cet atelier de production de se fournir en fruits de saison, bio et frais à la fois..

béatrice

valero Présidente de l’association Andalouse Alhambra Cette Avignonnaise, passionnée par l’Andalousie n’a pas hésité à s’y installer pendant 8 années et c’est à son retour, en 1991 qu’elle fondera l’association Andalouse Alhambra. Depuis 21 ans, au Festival d’Avignon, mais aussi à l’occasion de tournées nationale et internationale, elle organise et présente des spectacles de flamenco pendant lesquels Luis de la Carrasca chante l’amour passion, l’amour familial, la tolérance et même la mort. En 2002, avec la participation du centre social « La fenêtre », Béatrice Valero créera le premier festival andalou qui, à partir de la troisième édition, prendra une envergure départementale par entre autre les implications de l’Auditorium du Thor et du théâtre du Sablier d’Orange.

28

La soirée arabo andalouse est le moment phare de ce festival et organisée dans le quartier de Saint Chamand, elle pose là la volonté de décloisonner la culture en la déplaçant du centreville vers la périphérie, avec l’ambition d’y faire massivement participer les habitants du quartier. En 2011 : Cette année marque les 10 ans d’existence de ce festival qui est devenu une référence en la matière. Moment fort de partage pendant lequel les adhérents de l’association, amateurs de flamenco et de guitare, offrent en spectacle le fruit de leur apprentissage. Ce festival se caractérise surtout par un échange interculturel et intergénérationnel où toutes les classes sociales se trouvent là associées dans l’appréciation de l’art andalou.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

vie associative

marie

juidias Présidente de l’Association Educative Sportive d’Aide aux Détenus Marie Juidias, ses certificats d’aptitude professionnelle de couture et de vente en poche, ne se destinait pas à embrasser une carrière dans le social. Cette Avignonnaise, que le quartier Monclar a vu grandir, a tout d’abord pendant une dizaine d’année travaillé dans la grande distribution.

Pontet pour donner un nouvel élan à l’Association Educative Sportive d’Aide aux Détenus. En tant que Présidente de l’association, elle mène à bien, avec son équipe de bénévoles, le bon déroulement des activités sportives, sociales et culturelles au sein du Centre Pénitentiaire pour accompagner au mieux la réussite et la réinsertion des détenus.

C’est aux côtés du regretté Mohamed Jamjama, que Marie Juidias au sein de l’Avenir Saint-Lousien, a pu faire ses classes. Après quelques années de bénévolat et l’obtention d’un DEFA (Diplôme d’Etat relatif aux Fonctions d’Animateur), elle occupe désormais les responsabilités de directrice de la structure. Reconnue pour ses compétences et son dynamisme, elle est sollicitée en 2007 par le directeur du Centre Pénitentiaire du

En 2011 : L’AESAD a pu mettre en place un centre d’examen du code de la route au sein du Centre Pénitencier et par la participation assidue au stage intensif, deux fois par semaine, pendant trois mois, permettre à dix détenus de pouvoir passer dans les conditions strictement identiques à celles d’une auto-école classique l’examen du code de la route.

lucien

foual Président du club de rugby à XIII de Morières-les-Avignon Dès l’âge de 7 ans, ce natif d’Apt s’est pris de passion pour le rugby. Dans les jeunes catégories, son parcours sportif accumule les bons résultats et très vite remarqué, Lucien Foual intègrera les sélections du Vaucluse et de Provence, pour accéder, comme une apothéose, à la prestigieuse sélection nationale en cadet. Avec l’obtention d’un BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur) et d’un brevet d’état sportif, Lucien Foual empruntera la voie de l’animation et en septembre 1991, il intégrera le centre social de Saint Chamand « La Fenêtre » qu’il ne quittera d’ailleurs plus. Il sera de cette équipe universitaire qui après trois titres de champion d’Europe, échouera d’un point, au pied du podium, terminant quatrième du championnat du monde en

1996. C’est la saison suivante que Lucien Foual renforcera l’effectif du club de Morières-les-Avignon et fera profiter son école de rugby de toute son expérience. Un club où il y restera 10 ans, de joueur à entraineur, pour assumer aujourd’hui les responsabilités de président. En 2011 : Lucien Foual organisera le 09 octobre 2011, avec plus de 350 participants, le premier challenge Jean-Claude Brun en mémoire de l’un des fondateurs du club. Un challenge comme une consécration, pour celui qui issu d’un milieu modeste et devenu président, n’oublie pas de hisser vers l’excellence ceux du quartier de Saint Chamand.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

29


lauréats vie associative

rania

maallem Directrice de l’atelier « Chez Babel » De la création vestimentaire, Rania Maallem ne s’en est finalement jamais départie. Et là conciliant à l’expérience tirée de son parcours associatif, elle a pu entrevoir la faisabilité d’un projet de chantier d’insertion qui utiliserait comme support la couture. Avec l’aide de sa sœur Sarouda, elle fondera en mars 1999 l’atelier « Chez Babel ». Aujourd’hui ce sont des femmes qui, tenues depuis si longtemps éloignées du marché de l’emploi, par l’utilisation de la machine à coudre, se familiarisant à la peinture sur soie et à la technique du perlage, trouvent « Chez Babel », en confectionnant de superbes robes traditionnelles, toute la latitude suffisante pour exprimer un savoir-faire méticuleux et intègrent ainsi le processus vertueux de la formation qualifiante.

Mobilisés à permettre à ce que cet atelier puisse se retrouver en capacité d’autofinancement, Rania Maallem et son équipe ont décidé de diversifier leur activité en proposant de la retouche et de la transformation de vêtement, un service autour de la décoration de mariage, de l’ameublement et de l’art de la table. En 2011 : Soixante-dix robes, véritables œuvres d’art, présentées devant 300 spectateurs, voici le temps d’un défilé organisé en mars 2011 au château de Saint Chamand, l’occasion pour ces créatrices aux mains d’or de donner à admirer le fruit de leurs efforts et l’expression d’un immense talent.

bruno

gardella Directeur sportif du tennis club d’Avignon « Le Parc » Bruno Gardella est un sportif accompli mais aussi un humaniste hors pair. C’est aux côtés de son père éducateur spécialisé auprès d’un tribunal pour enfants qu’il y puisera le goût des autres. C’est licencié à la Société Nautique d’Avignon qu’il vit sa passion pour l’aviron et remportera en 1971 le titre de champion de France. Il poussera ses études jusqu’au bac pour ensuite choisir en 1973 la carrière d’entraineur d’aviron. Après Menton et Monaco, il reviendra sur ses terres avignonnaises pour devenir en 1977 moniteur au service des sports de la ville. Le tennis club d’Avignon «Le Parc », il en prendra dès sa création en 1986 les responsabilités de directeur sportif. Il s’associera en 1998 à la dynamique nationale impulsée par Yannick Noah en intégrant au sein du club un site « Fête le Mur » qui depuis a

30

pu accueillir sur les huit courts de tennis, dans le quartier de St Chamand plus de 1000 jeunes pratiquants. Adossée à cette structure, Bruno Gardella a mis sur pied en 2008 une académie dénommée « 7V » comme les 7valeurs universelles que sont la passion, la discipline, la volonté, la convivialité, la maîtrise de soi, l’audace et le respect. L’idée est de les transmettre aux plus jeunes avec l’ambition affichée de faciliter le vivre ensemble et la mixité sociale. En 2011 : Douze ans après la création du site « Fête le Mur  » Avignon, avec la victoire de Gino Baptiste dans la catégorie des 11-12 ans au championnat national de « Fête le Mur » 2011, le club peut s’enorgueillir de compter ce jeune talent classé à son âge à 15/2, les spécialistes apprécieront...

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

vie associative

kaci

diha Initiateur et responsable du projet « école ouverte » Né à Aubignan et issu d’un milieu modeste, Kaci Diha réussira un parcours scolaire et universitaire exemplaire qui le conduira jusqu’à deux maîtrises d’Histoire et de science de l’éducation obtenues en 1990. Celui qui se destinait à une carrière dans le professorat, préfèrera choisir celle de Conseiller Principal d’Education pour sa capacité à réaliser l’interface entre les différents acteurs de l’établissement scolaire, pour aussi l’ouverture vers l’extérieur et le contact privilégié avec tous les élèves qu’elle facilite. L’étape du concours et celle de la première affectation comme stagiaire en région parisienne franchies, il obtiendra sa mutation au lycée Fabre à Carpentras et en 1993 intègrera le lycée Paul Giéra pour, jusqu’à sa fermeture en 2009, ne plus le quitter. Kaci Diha est à l’initiative

du projet « Ecole ouverte » qui, depuis 1995, permet pendant les vacances scolaires d’accueillir ceux des enfants pour lesquels, sur la base du volontariat, est proposé, couplé à un soutien scolaire, un ensemble d’activités péri-éducatives et structurantes. En 2011 : C’est dans les locaux de l’école primaire Scheppler que l’action a mobilisé cette année une vingtaine de volontaires (enseignants, éducateurs sportifs, animateurs) et a réussi à réunir chaque jour, 150 enfants âgés de 10 à 16 ans, ainsi tenus éloignés du désœuvrement. En les responsabilisant dans le choix des activités organisées, l’école ouverte devient alors à la fois un centre de loisirs et un établissement scolaire, véritable lieu de socialisation et d’exercice de la citoyenneté.

sylvana

macaigne Conseillère principale d’éducation du collège J. Roumanille Ses racines transalpines, Sylvana Macaigne ne les oublie pas et conserve un rapport étroit avec son pays d’origine et de l’italien, elle en a approfondi la connaissance en l’étudiant après le baccalauréat jusqu’en maîtrise. Ses attaches restent aussi celles qui, parce que native de l’Isle-sur-la-Sorgue, l’ancrent à jamais à la terre provençale. Diplômée, si elle acceptera de travailler dix années à Milan, elle poursuivra sa carrière professionnelle en France dans l’enseignement des langues française et italienne. Sylvana Macaigne réussira le concours de conseiller principal d’éducation et sera ensuite affectée pendant une année dans les quartiers nord de Marseille pour enfin intégrer le collège Roumanille. Depuis quinze ans, elle y fait respecter les règles et contrôle les absences, mais pas seulement ! C’est avec la participation du

corps enseignant qu’elle propose aux élèves des activités susceptibles de les valoriser. A la vie scolaire, ce sont alors des ateliers de lecture à haute voix, d’écriture, de théâtre et celui sur le développement durable qui agrémentent de manière substantielle le contenu éducatif. En 2011 : Sylvana Macaigne lance pour les élèves de 5ème un atelier « philo ». Selon une charte et des règles de pratique préétablies, en sachant écouter l’autre et dans une qualité d’expression satisfaisante, tous devront parler et ensuite retranscrire par écrit le fruit de leurs réflexions. C’est là un exercice si précieux chez ces adolescents dans ce qu’il installe et consolide en confiance et en assurance.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

31


Photographe : Antoine PĂŠcatte


culture romano

marck

Le choix de notre spécialiste

Depuis douze ans, à travers ses activités professionnelles au sein de collectivités territoriales, des associations culturelles et citoyennes, il organise des événements culturels (cinéma, musique, arts et nouvelles technologies, rencontres-débat). Romano Marck a récemment créé un club de réflexion qui s’intitule Agora Café Politique. Il s’est illustré en permettant la venue du grand Stéphane Hessel durant le festival 2011. Rencontre avec un homme de cœur et de convictions. En quelques mots, si vous aviez à vous présenter ? Je suis un avignonnais, fier de défendre son territoire. J’aime profondément Avignon et ce qu’on appelle le « Grand Avignon ». J’essaie de contribuer à son développement. Très vite je me suis passionné pour l’action et la réflexion autour des « politiques culturelles ». J’aime créer des « ponts » et construire des « ponts » avec les autres, l’Autre. Pourquoi avez-vous accepté de participer à l’initiative d’Info Avignon Le Magazine ? Pour deux raisons. La première, pour mettre en lumière certaines personnes, certaines énergies, des « pas encore assez connues », alors qu’ils le méritent, et des « très connues », dont l’œuvre n’est pas assez reconnue. La deuxième, pour défendre ma vision de l’Art et de la culture. Une culture engagée, diverse, ouverte sur le monde. Une culture source d’émancipation pour l’artiste, le créateur, mais aussi pour l’amateur qui pratique, et le spectateur qui découvre de nouveaux univers. Une culture exigeante sans être obligatoirement élitiste. C’est un long débat… Je résumerais ma pensée en parlant de « culture partagée ».

Concernant le choix de vos lauréats, quels ont été vos critères d’appréciation ?

« J’ai tenté d’exposer tous les pans et facettes du champ artistique et culturel.» La création, les lieux, les événements, les actions,les projets,l’économie de la culture aussi, le développement du/des public(s), les pratiques, les enseignements, les débats, les différentes formes, matières, expressions, l’Art, les Arts. Le choix de huit personnes ou structures est assurément source d’injustice. J’aurais aimé pouvoir mettre en avant d’autres acteurs culturels œuvrant dans le domaine du livre, du patrimoine, de l’architecture, du graphismes, de la BD, des compagnies dites « jeunes », des arts dit « émergeants », comme le Hiphop. « Emergeants », alors qu’ils existent depuis 30 ans… Il y a tellement d’acteurs culturels convaincants à Avignon.

Plus généralement, quel regard portez-vous sur la culture à Avignon ? J’ai un regard très partagé sur la culture à Avignon. D’une part, je vois de nombreux artistes, des techniciens, des organisateurs, des enseignants, se démener pour gérer des lieux ou organiser de foisonnants et pertinents événements (fréquentés ou qui mériteraient de trouver leur public). D’autre part, je constate que ces acteurs culturels ne sont pas assez soutenus par les autorités. Ils manquent de moyens pour travailler dans la sérénité. La question du rayonnement de la culture auprès de la population avignonnaise me préoccupe également. La « population » dans son ensemble ne profite pas de l’expression culturelle locale. Notre fonctionnement est trop communautaire. C’est pourquoi je pense qu’à Avignon, l’éducation artistique et culturelle, vers TOUS les avignonnais, devrait être une priorité municipale, et au-delà sur tout le territoire. Un travail de coordination et de médiation culturelle doit être engagé, en partenariat avec les acteurs culturels, dans la proximité. La culture étant centrale à Avignon, il faut s’y engager totalement.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

33


lauréats

culture

jacques

tephany Auteur et Directeur de la « La Maison Jean Vilar ». Cet artiste du verbe est aussi le gardien du temple du théâtre, « La Maison Jean Vilar ». Entretenir la mémoire de ceux qui nous ont montré « le chemin  » des arts de la scène est nécessaire, voire indispensable, tout le monde en convient aujourd’hui. «  La Maison Jean Vilar » est donc un « Centre ressource du vivant » au service de la transmission d’une pensée, voire d’une croyance. « La Maison Jean Vilar » est aussi un lieu d’échange de part ses activités de rencontres, de conférences, et autres débats. Un lieu de recherche encore pour les particuliers, les étudiants, les groupes avec sa nombreuse documentation et

sa vidéothèque mise à disposition de tous. En 2011 : cette institution, porteuse de la mémoire de Jean Vilar, a réaménagé ses locaux dans la perspective du centenaire (2012) du fondateur du Festival d’Avignon. Dès l’entrée dans les locaux, chacun peut découvrir l’homme, l’artiste, le comédien, son œuvre, sa création et direction du Festival d’Avignon, au moyen de costumes, d’œuvres plastiques, de vidéos, des documents originaux.

marie

morier Directrice pédagogique, Professeur de musique, initiatrice du projet « Côté Musique ».

Le projet « Côté Musique », école de musique associative agréée Jeunesse et Sport, est tout simplement fondamental : « l’éducation artistique et culturelle » des enfants par la pratique d’un instrument. De 7 à 77 ans, et même de 4 et 80 ans, tout le monde est accueilli car ici la musique n’est pas réservée à une élite. Pas d’audition, aucune connaissance du solfège exigée, un apprentissage à son rythme, des prix abordables, seul le plaisir de partager est recherché. 300 petits et grands participent aux cours collectifs et individuels dispensés par six professeurs dans ses lo-

34

caux situés à la Maison pour Tous, avenue Monclar. C’est tout un quartier qui est entrainé dans la ronde des instruments (piano, batterie, guitare, basse, violon, trompette, flûte traversière, clarinette et saxophone). 200 familles sont concernées. Chaque année des concerts sont organisés. Dont un, tout particulier, en tête de cortège d’une déambulation pour l’ouverture annuelle du Festival « Festo Pitcho ». En 2011 : l’association, sorte de « Médiateur des arts de la scène et de la rue », a fêté ses 10 années d’existence. Une école enfant qui a tout d’une grande !

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

culture

guigou

chenevier Artiste et Coordinateur du « Collectif Inouï Production » Musicien, inspiré par les œuvres inclassables, membre de groupes créatifs, artisan du « Festival Gare aux oreilles », il est aussi un membre pivot du « Collectif Inouï Production ». Des musiciens, des comédiens, des vidéastes, des dizaines d’artistes, qui créent ensemble, partagent, échangent, voyagent. De part sa volonté de travailler dans la proximité, ses membres sont l’archétype de «l’Artiste ouvert à la plu-

ridisciplinarité» et au(x) public(s). Ce collectif est aussi marqué par son engagement. Ces artistes ont comme ambition de porter du sens à travers leurs œuvres, de parler, de faire parler, de débattre. En 2011 : Le Collectif Inouï Production, avec la Compagnie Fraction, s’est installé à la Manutention. Dans les anciens locaux des Hivernales, ils viennent de créer un nouveau lieu permanent d’Avignon  : «  Les Hauts Plateaux ».

patrick

guivar’ch Directeur des « Cinémas Utopia Avignon » Ce cinéma peut ne paraître être dédié qu’au 7ème Art, avec une programmation ouverte sur le monde, sensible à la diversité, accueillant des artistes du monde entier, des réalisateurs, acteurs, scénaristes, producteurs et avec un résultat annuel de plusieurs centaines de milliers d’entrées. Mais, « Utopia » est aussi un lieu central d’éducation artistique et citoyenne, avec de nombreuses projections réservées aux enfants, et des événements permettant d’avancer sur la question de « l’éducation à l’image ». A travers une volonté évidente d’ouvrir le débat. Ce cinéma classé art et essais soutient aussi des associations œu-

vrant pour l’intérêt général ; des associations de professionnels (ONG, structures reconnues d’utilité publique, institutions locales), des associations formées de bénévoles (culturelles, sociales, citoyennes), et même des associations lycéennes et étudiantes. Toutes bénéficient de la publication de la « Gazette Utopia » largement diffusée. En 2011 : Une nouvelle année de débat perpétuel, unique en soi.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

35


lauréats

culture

damien

baillet Directeur de « Surikat Production « « Surikat Production » est une association loi 1901 créée en 2010 et présidée par Stéphanie POURQUIER-JACQUIN. Ses animateurs, Damien BAILLET, Jonathan FOISSAC, Manon MEYCELLE, jeunes mais expérimentés (oui, c’est possible) ont pour ambition d’organiser des évènements culturels et artistiques en collaboration avec un ensemble de jeunes artistes et créateurs locaux œuvrant dans la pluridisciplinarité et la diversité (clown, danse, théâtre, musique, formes nouvelles, l’expression théâtrale des personnes handicapées). Cette idée de mouvement collectif, très prégnante dans le milieu artistique, se met donc ici au service de la jeune création, des nouveaux acteurs culturels qui expriment tellement leur besoin de soutien en Avignon.

Pour ce faire, Damien BAILLET, son directeur, ex administrateur de la « Fabrik Théâtre », use de sa maîtrise dans l’art du partenariat. Ses activités l’amènent à agir de concert avec les théâtres, cinémas, compagnies les plus installés d’Avignon et ses environs. En 2011 : Est né le prometteur « Émergences ». Un festival qui met au grand jour un ensemble de compagnies artistiques avignonnaises et locales, tous arts confondus, qui travaillent à l’année, mais qui n’ont pas de lieu permanent où s’exprimer. L’édition 2011 a été unanimement reconnue comme un bon cru avec 36 artistes présents, 14 structures partenaires, et des actions sur une période de 10 jours.

isabelle

jans Directrice du « Théâtre des Doms » La création belge et francophone en Avignon. Une respiration sur le monde. Un théâtre ouvert à la pluridisciplinarité, à tous les arts de la scène, dont le théâtre évidemment, mais aussi la musique, le clown de théâtre, les arts et nouvelles technologies. Des résidences d’artistes sont aussi organisées, et notamment pour les jeunes compagnies avignonnaises -un positionnement assez rare pour le souligner-. Des partenariats multiples sont établis, profitant à de grands créateurs, aux grandes institutions culturelles, et aussi aux associations locales de jeunesse, comme les associations étudiantes avignonnaises.

36

Des conférences et des débats sur l’Art, sur la création artistique, la culture, les cultures, et sur la/les politique(s) culturelle(s) en Belgique, en France, comme en Europe, passionnent le public. Et tout cela en douceur, à travers une politique tarifaire adaptée, voire la gratuité. Une « fenêtre ouverte sur la création wallone » incontournable. Un programme varié porté par une équipe « internationale » belgo-française ou franco-belge souriante, sa nouvelle directrice Isabelle JANS, dont le leitmotiv et la volonté est de donner à aimer les arts de la scène. En 2011 : C’est durant cette année qu’Isabelle JANS a pris ses fonctions.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

culture pierre

gilles

gaël

chaix singeot maitreheu Responsables « Les Passagers du Zinc » Une association, une salle de concert, une équipe, vouée à la promotion et diffusion des « musiques actuelles ». « Les Passagers du Zinc » ont pour particularité d’être à l’origine de l’organisation d’un grand nombre, d’une majorité, de concerts et grands spectacles musicaux en Avignon, et ceux à des prix le plus souvent abordables. Résidences d’artistes, accompagnements d’artistes, intégrations à des réseaux, nos trois acteurs culturels, et bien d’autres, œuvrent depuis des années à cheviller les « musiques actuelles » à la cité papale. « Les Passagers du Zinc » passent de très nombreux

partenariats avec divers acteurs culturels dans la pluridisciplinarité, notamment associatifs, professionnels ou non, ainsi que les associations étudiantes. À noter que 80 bénévoles encadrent l’organisation de ces concerts, tous formés par les permanents. En 2011 : « Les Passagers du Zinc » fêtaient leurs 10 ans avec 53 concerts, 116 artistes programmés, 22 460 spectateurs et 26 formations locales accueillies. Un vœu pour l’avenir ? Que l’on permette à ces passagers de participer, voire de piloter, l’aéroplane appelé « La Fête de la musique d’Avignon », qui ne demande qu’à s’envoler.

jérôme

derbes Directeur de l’association « Lucie » L’œuvre artistique et culturelle ne prend vie que sous l’œil du spectateur, et/ou du corps de celui de l’amateur qui la pratique. « Lucie » de par ses actions de communication est donc depuis plus de douze ans un rouage indispensable à la transmission de l’information culturelle, des dates d’événements, de la substance de la démarche artistique des créateurs. Mais, cela serait commun si « Lucie » s’arrêtait là. Les écrits des trois publications « Fanz’Yo », « Teck’Yo » et «  Yo’Yo   » entrent dans le «  fond  », vulgarisent aussi, à travers des dossiers, des analyses, des interviews, et développent ainsi la compréhension des Arts, de la création, le sens critique, la connaissance des Arts dit

(à tort) émergents ou mineurs, les phénomènes urbains, l’économie de la culture... L’association « Lucie », anciennement «Lucie Music», est aussi accompagnatrice de groupes locaux, organisatrice d’événements, de tremplins musicaux. On remarquera notamment en 2009 les concerts musicaux d’anciens groupes rock vauclusiens qui rayonnaient durant les années 80 et 90. En 2011 : Un concert Trance inspiré par le groupe Kaophonic Tribu, Secret Vibes et les DJs Lutin des bois ou DJ Elf.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

37


Photographe : Antoine PĂŠcatte


sport françois

keiffer

Le choix de notre spécialiste

François Keiffer est bien connu dans le milieu du sport et du football en particulier. Après avoir été joueur à Avignon et au Pontet notamment, il est rapidement devenu entraîneur puis journaliste sportif. Cet homme de cœur est passionné par les relations humaines et le management. Il a conçu une méthode et écrit un livre, préfacé par le grand Arsène Wenger et l’immense Michel Hidalgo. Pour Info Avignon, il a accepté de choisir les sportifs qui se sont distingués en 2011. En quelques mots, si vous aviez à vous présenter ? Dans le milieu sportif, je me définirais comme un Manager Chercheur. Je reste à l’affût de tout ce qui peut être dit ou écrit sur les différentes méthodes de Management. J’ai d’ailleurs sur le sujet écrit un livre (Plaisir et Performance) qui fait débat. Le domaine humain et ses propres caractéristiques me fascinent. Comment améliorer les performances d’un individu ? Quelle méthode permet au mieux de valoriser l’individu afin qu’il devienne le n°1 de lui-même ? Ou encore : comment fait-on ensemble ? Grande question ! Pigiste sportif à mes heures perdues ou encore entraîneur de football, je me nourris des autres au travers du sport. C’est génial ! Pourquoi avez-vous accepté de participer à l’initiative d’Info Avignon Le Magazine ? Info Avignon est une aventure humaine. Ça reste donc dans ma philosophie. Au delà du fait que Jamil est un ami, j’aime relever les challenges. C’est un projet ambitieux qui a sa place dans le panel existant des médias. C’est une autre lecture qui forcement apporte un plus aux avignonnais. La pensée unique

vous le savez est néfaste. Ouvrons-nous et osons faire autrement. Je crois en ce Magazine et au contenu de ses articles. Concernant le choix de vos lauréats, quels ont été vos critères d’appréciation ? On en revient toujours aux mêmes critères. Tout d’abord le côté humain de l’histoire. Le sport permet de faire passer des messages qui mettent en valeur l’homme. Insistons davantage sur ces attitudes positives individuelles qui grandissent l’homme. Et puis il y a bien entendu l’élément résultat pur qu’il faut également mettre en avant. Mais on n’a pas ces résultats s’il n’y a pas certes du talent, mais aussi un travail sur soi. C’est ce message qu’il faut faire passer aux plus jeunes. Etre au haut niveau et y rester demande de gros efforts, de gros sacrifices. Ça passe par de l’abnégation, du courage, de la volonté. Plus généralement, quel regard portez-vous sur le sport à Avignon ? Je porte un regard partagé. Avignon est une belle ville. Avignon est connue dans le monde entier. Les touristes aiment Avignon. Les Avignonnais aiment Avignon. Cette grande ville mérite

d’avoir du sport de haut niveau qui dure dans le temps. Encore une fois c’est une histoire d’hommes. Si à la tête des clubs il y a des responsables compétents, le sport Avignonnais perdurera. Les temps sont durs, il y a de moins en moins d’argent dans le sport. Quelle solution reste-t-il ? La formation des jeunes.

« Tournons-nous de façon intelligente sur la formation des jeunes. » La masse. Il y a du potentiel sur notre département et ses alentours. Mettons les moyens sur la formation afin de récolter plus tard. Quand je vois certaines nations au faible nombre d’habitants qui ont des résultats sur le plan international (hand-ball : Islande, Rugby : Nouvelle-Zélande), je me pose des questions sur la formation. Développons en Vaucluse une vraie politique de formation par objectif. Et on en reparle dans 10 ans.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

39


lauréats

sport

benoit

paire Un diamant à l’état brut À 22 ans, l’Avignonnais Benoit Paire continue son apprentissage des grands rendez-vous du tennis mondial. Après Roland Garros, l’Open d’Australie et l’US Open, celui que l’on présente comme «un diamant à l’état brut» a participé pour la première fois en 2011 à Wimbledon. C’est l’ancien Directeur Technique National Patrice Dominguez qui déclarait en 2010 au sujet de Benoit Paire « C’est un peu Dr Jekyll et Mister Hyde. Il est charmant, mais sur le court, c’est un autre personnage. » Comme un certain John Mac Enroe. Cette période est révolue, l’avignonnais dispose désormais d’un mental, d’un physique et d’une technique qui le distinguent résolument de ses concurrents. De « la gravière » au Pontet, le club de tennis qui l’a vu progresser,

au club Bordelais « Villa Primrose », Benoit Paire s’est très rapidement émancipé. Notamment, après avoir obtenu son ticket d’entrée au tournoi ATP de Rotterdam en battant au dernier tour des qualifications J. BENNETEAU puis au 1er tour G. SIMON, il a battu en novembre 2011 au Master Bercy de Paris D. ISTOMIN, portant ainsi son palmarès à six joueurs du Top 100. Aujourd’hui, il continue de progresser dans la sérénité. En 2011 : Après avoir enchaîné les grands tournois, celui qui se dit volontiers « fan » du Russe Marat Safin finit l’année dans les 100 premiers mondiaux ATP (95ème) et 14ème au classement national en première série.

anthony

somarriba Champion WBC méditerranéen Le pensionnaire de l’Avignon Boxing Club a découvert la boxe à 12 ans. Ce n’est qu’à 18 ans, après l’obtention de son permis de conduire, qu’il poussera pour la première fois la porte d’une salle de boxe. Très vite, Anthony découvre une ambiance qui lui plait. Robert Di Pasquale et Tilou Morga, les deux entraîneurs du club Avignonnais, ne vont pas tarder à entrevoir chez lui des qualités de courage, d’abnégation et d’endurance incroyables. Au contact des Tendil, Ramia et de son frère Ludovic, il va progresser techniquement, devenir professionnel et atteindre les sommets dans la catégorie des Super Welter (-70kg).

40

En 2004, il obtient le titre de champion de Provence puis il enchaîne avec le Critérium National et devient Vicechampion de France en 2009. Alors qu’il est 15ème au niveau Européen dans sa catégorie, Anthony Somarriba a envie de jeter l’éponge car il se sent floué par des décisions d’arbitrage survenues lors de plusieurs combats. Soutenu par son staff, il retrouve l’envie de gagner des titres, et c’est en 2011 qu’il va concrétiser son rêve : Obtenir un titre international. En 2011 : Anthony Somarriba remporte le titre de Champion WBC méditerranéen devant son public et se fixe comme objectif de défendre ce titre qui rassemble les boxeurs des 16 pays de la Méditerranée.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

sport

charlotte

culty

jérémie

azou

La victoire... à bout de rames

Leur point commun : tous deux ont 22 ans et sont licenciés au SNA (Société Nautique d’Avignon); l’un est qualifié pour les J.O de Londres, c’est Jérémie; Charlotte, elle, prépare les championnats de France bateaux courts (tests nationaux), afin de pouvoir rentrer dans le double places qui va tenter de la qualifier pour les J.O de Londres. Lui, est venu à l’aviron « par pur hasard »; Charlotte quant à elle,

est partie sur les traces de ses oncles, « eux-mêmes ont fait de l’aviron », dans la famille, ils sont quatre, quatre sportifs, chacun dans sa catégorie. « La détermination » pour l’une, le goût de l’effort pour l’autre, nos deux avignonnais ont l’esprit de compétition, et il est très vraisemblable que nous les retrouverons, tous les deux sur les marches des Podiums... que ce soit aux JO de Londres ou ailleurs. En 2011 : Jérémie Azou est devenu champion du monde individuel (-23ans) et 7ème en double avec Frédéric Dufour au championnat du monde sénior; quant à Charlotte Culty, elle s’est distinguée par une médaille d’argent aux mondiaux espoirs, mais a également été championne du monde en mer des clubs en solo féminin en Novembre 2011.

jean-marc

pigeaud

Photographe : Yves Impinna

Elle, se prénomme Charlotte; elle s’entraine en moyenne 11 fois par semaine, à raison d’1h30 minimum par séance. Lui, c’est Jérémie, 20 heures d’efforts étalés sur 12 à 15 séances...365 jours sur 365. Mais quelle est donc cette discipline qui demande aussi d’intenses efforts qu’une « galère romaine »...C’est l’aviron. Cette discipline sportive demande un entrainement intensif et spécifique, que ce soit en « Skiff » pour Jérémie Azou qu’en aviron 4 places, pour Charlotte Culty.

Entraineur du Club USAP Rugby XV-Le Pontet-Avignon C’est un enfant de la balle.Très tôt, Jean-Marc Pigeaud développe des qualités qui le mèneront aujourd’hui aux responsabilités qu’on lui connaît. Rien d’étonnant en soi, son père est de Toulon, sa mère de Bayonne, bercé dans le Rugby depuis sa prime enfance ; cherchez l’erreur... il n’y en a pas ! A 48 ans, après avoir été champion de France avec Béziers, avoir entraîné notamment le Rugby club de Châteaurenard, Marc Pigeaud est donc tout naturellement rappelé pour ses compétences au chevet du Club, après que ce dernier soit passé entre les mains de Jean-Claude Ferrer. Les bases étaient là, mais pas les résultats. Dès son arrivée, il annonce la couleur et a l’intention de faire de cette équipe « une machine de guerre ». Aujourd’hui, le club semble s’être extirpé de sa léthargie et a retrouvé avec son nouvel entraineur, un peu de ses couleurs

d’antan : le noir, pour le caractère, le jaune pour le panache. Et lorsqu’on demande à Jean-Marc Pigeaud, si le club peut désormais préparer l’avenir plus sereinement qu’autrefois, c’est un entraineur confiant, lucide et ambitieux pour son club qui s’exprime : « on a essayé d’affirmer, de retrouver une âme, de reprendre l’esprit (...) maintenant, il faut pérenniser le niveau (...) le monter en puissance en fédéral ». Donc, pour la saison qui vient, il ne nous reste plus qu’à aller supporter le club : « Atchik atchik… ». En 2011 : Le club a pu ainsi décrocher son accession en Fédérale 2 et sortir 1/2 finaliste du championnat de France Fédérale 3 pour le bonheur des supporters et des passionnés du club Vauclusien.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

41


sport

johann

zarco

Photo par Mirco Lazzari gpGetty Images Europe

lauréats

Vice-Champion du monde de Moto GP «  C’est un gros travailleur, un gagneur, il est sérieux et méthodique  ». C’est en ces mots que s’exprime Laurent Fellon, l’entraîneur de Johann Zarco. Il a de suite été séduit par le minot de 14 ans quand en 2004, cet adolescent a décidé de faire ses premiers pas dans des compétitions de moto. Depuis, ils ne se quittent plus et parcourent le monde de succès en succès. L’Avignonnais a commencé la compétition par des courses en Pocket-bike (mini moto). Il s’est illustré pendant trois ans dans différents championnats d’Europe et d’Italie. En 2006, il devient vice-champion d’Europe Séniors dans cette catégorie. En 2009 et 2010 il change de catégorie et dispute le Championnat du monde de vitesse moto 125 cm3 où il finira 20ème et 11ème. Pour sa troisième année seulement dans ce cham-

pionnat prestigieux, Johann achèvera sa saison 2011 avec le titre de Vice-Champion du Monde. Une joie énorme pour le petit « Prost » de la moto. En 2011 : Après s’être classé deuxième du championnat du monde, Johann a été sollicité par de nombreuses écuries. Il monte encore une marche vers les sommets et rejoindra le Team GIR où en tant que pilote N°1, il courra en Moto 2 avec la moto du célèbre Alex de Angelis. Un peu comme si au football il intégrait le Réal Madrid et portait le maillot de Zinedine Zidane.

julien

sauvage Comme un poisson dans l’eau Ce n’est pas « l’homme de l’Atlantide », mais presque. Ce nageur hors pair peut parcourir jusqu’à 10 kilomètres en eau libre, c’est-à-dire en milieu naturel (mer, lacs, rivières...) durant plus d’une heure ! Pour préparer ses rendez-vous, Julien Sauvage parcourt 70 à 80 kilomètres par semaine soit 3000 kilomètres par an ! Même à pied, la performance frise le respect. Pas étonnant donc, qu’on le retrouve ce printemps, qualifié aux JO de Londres parmi les meilleurs de sa catégorie. Encore mal connue, la natation marathon aux 10 km est la demi-sœur du 400-500 mètres nage libre qui, en natation, est la plus grande distance en course.

42

Pour les prochains JO de Londres en 2012, les organisateurs ont choisi un lac, dans l’un des nombreux parcs de la capitale; Julien y participera, ce sera sa dernière apparition... puisque comme il nous l’avait annoncé il y a déjà quelques jours, il prendra définitivement sa retraite...à l’âge de 27 ans. En 2011 : Cette saison a été exceptionnelle pour lui, qualifié pour les JO, ce sera l’occasion de le voir évoluer avec les meilleurs mondiaux... Londres est seulement à 4h30 d’Avignon. Rendez-vous en mai 2012.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

sport

loïc

dussol A 16 ans seulement, il monte en braquet A 16 ans seulement, ce jeune avignonnais enchaîne les victoires de vélo, catégorie « cadets » comme on enfile les perles. Et, ce qui est le plus déroutant, c’est de le voir évoluer brillamment, aussi bien sur route que sur piste. Champion de Vaucluse sur route, il est qualifié au championnat de France piste et route. Champion de Provence de poursuite et vice-champion de Provence de la course aux points. Il est également vice-champion de Vaucluse en cyclocross... bref, vous l’aurez compris, le palmarès de cet inconditionnel du club de Montfavet (CVC), est un véritable inventaire à la Prévert.

On comprend mieux maintenant, à voir la cadence infernale et l’enchainement des courses, pourquoi il vaut mieux avoir du souffle et des mollets pour le suivre sur les compét...Ah ! On oubliait...Loïc est sur la liste des espoirs haut niveau du Ministère des Sports pour 2012...un braquet supplémentaire à son plateau. En 2011 : Cette année a été une vraie consécration pour Loïc. Après avoir été champion et vice-champion de Provence dans sa catégorie, dont trois victoires récemment, à Nîmes, Cavaillon, et le Thor, il va devoir maintenant s’atteler au Tour Junior PACA, pour essayer de décrocher le podium du général meilleur jeune, plus, un top 10 au général avec pourquoi pas une victoire d’étape.

alain

sanciaume L’excellence au service du Rugby Il y a presque toujours un ballon ovale qui traine dans les parages, lorsque vous rencontrez Alain Sanciaume. Et là, tout est dit, sur l’homme, sa passion. A n’en pas douter, cette passion, c’est bien celle du rugby, qu’Alain découvre très jeune, plus exactement à treize ans; à Brive-la-Gaillarde, qui est un peu... nous confie-t-il avec fierté, ce que « Marseille est à l’OM ». A 51 ans, cela fera bientôt douze ans, qu’Alain Sanciaume est Président du Rugby Club les Angles Gard Rhodanien, douze ans qu’il cultive cette passion au service du club, des jeunes et des tout-petits de la région. Sa fierté, c’est d’avoir pu construire le Club à partir de ses fondations. Son crédo : former les esprits, avant de former les corps; avec pas moins de 600 licenciés que compte le club, le

RCAGR est en quelque sorte « Le major de promotion » des 70 clubs que compte la région, avec une reconnaissance dans toutes les catégories : seniors 1, Excellence... En 2011 : Le club ne compte pas s’arrêter en si bon chemin avec ses 600 licenciés, ses trois terrains et un encadrement de qualité dans chaque catégorie. L’avenir du club a encore de beaux jours devant lui. Ce doux succès, c’est aussi la reconnaissance : des parents, des familles... qui y amènent leurs pitchouns, grands ou moins grands; le dernier en date, s’appelle... Jo Maso, manager général du XV de France, et parrain d’honneur du club. Et rien que ça, ça mérite un chapeau bas !

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

43


choix de la rédaction Responsable de la publication d’Info Avignon

akim

rahmouni

L’équipe d’Info Avignon est composée de 5 bénévoles. En tant que responsable de la publication de ce média associatif depuis 3 ans, Akim Rahmouni est en quelque sorte le capitaine de cette équipe. A ce titre, il gère toutes les parutions et programmations hebdomadaires de notre web-journal. En tant que rédacteur, il suit avec attention la vie associative du Grand Avignon ainsi que l’actualité politique. Cette interview vous aidera à mieux le connaître et surtout à comprendre les choix de la rédaction concernant les lauréats. Plus généralement, quel regard portes-tu sur la société civile du Grand Avignon ? Avignon, ce grand village semble à première vue immobile, sans grande agitation. Mais en observant à la loupe cette société civile, vous distinguez alors une myriade d’anonymes qui dans la pénombre s’animent et remuent la vie avignonnaise. Ils sont dotés d’une puissance d’engagement exemplaire et déploient une énergie sans bornes.

quartiers sud de la ville comme partie prenante et agissante de l’identité des «  Rahmouni ». Dire alors qui je suis, c’est surtout vous préciser que minot à la Croix, ensuite lycéen à Aubanel et aujourd’hui infirmier à Montfavet, je ne suis qu’une simple histoire de vie en cours !

En quelques mots, si tu avais à te présenter ? La maternelle de la Trillade, l’école primaire des Rotondes, le collège Roumanille avec le quartier de la Croix Des Oiseaux et son boulevard Georges Clémenceau, tous ces points de repères ont longtemps délimité mon espace vital. Et de ce périmètre, à l’instar de ces belles et grandes propriétés bourgeoises et familiales, mes trois enfants ont ainsi « hérité » des mêmes terrains de jeu et des mêmes chemins d’écolier. Ce qui inscrit indéniablement ces

44

Concernant le choix des lauréats de la rédaction, quels ont été vos critères d’appréciation ? Les choix de la rédaction sont tout d’abord le fruit de rencontres et de découvertes réalisées au fil de nos pérégrinations. Nous avons été séduits et restons admiratifs devant ces personnalités incarnant de la plus belle des manières le courage, la persévérance et l’excellence.

« Ces personnalités sont les forces vives de la cité » et renforcent le lien social en créant même les ressorts d’une réussite trop souvent pensée comme improbable ! Ces passionnés arrivent malgré tout à maintenir quelques précieux équilibres, entretenant ainsi la stabilité d’une ville qui, au propre comme au figuré, leur doit finalement beaucoup !

Si les choix de la rédaction se sont essentiellement portés cette année sur le milieu associatif, dans la prochaine édition nous nous focaliserons plus sur ces acteurs incontournables du secteur économique local qui sont eux aussi de véritables locomotives pour l’essor du territoire avignonnais.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

rédaction

martine

gras Membre du Collectif Contre les Inégalités et l’Exclusion Née à Avignon, Martine Gras a grandi dans le quartier des Rotondes. Issue du milieu ouvrier, elle en a tout de suite connu les difficultés et son lot d’injustices. Son parcours associatif a débuté en 1977 quand elle devient parent d’élèves et le restera pendant vingt années. Et si de 1989 à 1995, la politique l’a un temps installée à la table du conseil municipal, Martine Gras ne s’est jamais éloignée des préoccupations de terrain en poursuivant son implication associative chez « 1 pour 1 » dans l’accompagnement des enfants primo-arrivants et au sein du Collectif Contre les Inégalités et l’Exclusion (CCIE).

Du logement dans les quartiers populaires, à l’extrême pauvreté des personnes sans-abri, jusqu’à la remise en cause de la fermeture du Collège Paul Giera, le CCIE et Martine Gras n’ont cessé d’être en soutenant les plus démunis, cet aiguillon piquant les consciences, informant le citoyen et éveillant sa vigilance. En 2011 : Martine Gras et le CCIE, en partenariat avec le Collectif d’Action des Sans Abris (CASA), ont pu franchir les portes des collèges. Par leurs témoignages sensibiliser les élèves de troisième à l’action contre la grande précarité et donner du sens à leurs existences en s’intéressant à ce qui les entoure, notamment les plus faibles, voilà ainsi effectué le meilleur des passages de relais.

andré

ferren Vice-Président du SOA XIII Quel plaisir d’honorer celui qui a passé une bonne partie de sa vie à honorer les autres. André Ferren est né et a grandi à Avignon. Passionné par le sport, il débute dans l’athlétisme en intégrant le club Avignonnais du « CASA ». Puis, en courant sur la piste autour du stade, il découvre l’entraînement des joueurs de rugby à XIII du SOA. Ni une ni deux, il décide de s’inscrire dans ce club et là tout s’enchaîne !! 6 mois après seulement, celui qui court le 100m en 10,8 secondes devient international junior puis aura l’honneur et le bonheur de porter le maillot tricolore à 13 reprises. Une fois cette carrière achevée, André Ferren ne va pas cesser de s’engager pour défendre les valeurs du sport. Pré-

sident du Panathlon pendant 16 ans, il organise avec son équipe 16 trophées du Fair-Play et monte depuis 1993 le salon « Sport Handicap Jeunesse » sur la foire d’Avignon. En 2011 : Cet homme de réseau, qui conjugue à merveille la convivialité et le développement de projets, est heureux de voir que le rugby à XIII a un bel avenir à Avignon. Les 17 000 spectateurs du match France-Angleterre ne le feront pas mentir. Il concrétise également son projet de club des partenaires autour du SOA qui s’intitule « Les compagnons de la table ovale ».

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

45


lauréats

rédaction

armand

cointin Président de la Jeune Chambre Economique Il est jeune et impliqué dans la vie de la cité. Il est ingénieur, titulaire d’un Master 2 en management et depuis peu fondateur de la société Odania. Il déborde de projets et d’énergie. «  Il  », c’est Armand Cointin, le Président de la Jeune Chambre Economique du Grand Avignon. C’est une association que l’on pourrait qualifier d’institution pour la qualité et la longévité de son action. En effet, la JCE a été créée en France en 1952 et a été reconnue d’utilité publique en 1976. La JCE, c’est également un réseau international de 200 000 membres dans 104 pays qui permet aux jeunes de s’impliquer de façon concrète et avec méthodologie pour l’intérêt général. A Avignon, ils sont une cinquantaine d’adhérents de 18 à 40 ans à monter des projets et à bénéficier de formations internes pour valoriser leur savoir-faire.

Au chapitre des opérations phares, « les Radeaux Folies » rencontrent chaque année un succès de plus en plus important. En 2011, cette course de radeaux très originale, conviviale et festive a rassemblé près de 4000 personnes sur les berges du Rhône et 17 entreprises ont concouru pour la victoire. En 2011 : La JCE du Grand Avignon lance le projet « un monde plein d’histoires » avec la JCI de Menzel Bouzelfa en Tunisie. Cette initiative ayant pour objectif d’équiper une école à Ksirat en tables, armoires, et livres est une totale réussite. En partenariat avec l’association Franco-Tunisienne « Carthage » située à Avignon, c’est 2 tonnes de livres qui sont acheminés en novembre 2011 aux enfants Tunisiens.

valérie

gensonnet Présidente de l’association « Tamounte » C’est en tant que professeur d’HistoireGéographie au lycée St Joseph à Avignon que Valérie Gensonnet a pris connaissance pour la première fois d’un projet humanitaire avec le village de Zaouit Sidi Ahmed, situé à 30km de Ouarzazate, au Maroc.

sont près de 2 à 3 voyages par an qui ont pu être organisés et 250 jeunes lycéens qui ont pu s’enrichir humainement au contact de la diversité culturelle et sociale. L’électricité a été installée dans le village, la rénovation du réseau d’eau a été effectuée, une ferme avec une fromagerie a été construite, le tout avec une totale appropriation des projets par les habitants.

Présenté par une association qui n’a jamais pu faire aboutir ce projet, elle a décidé de consacrer toute son énergie à la concrétisation de cette initiative. Pour cela, elle va s’appuyer sur ses élèves et construire une dynamique avec les parents d’élèves, qui deviendront très vite des partenaires privilégiés. En 2004, Valérie crée l’association « Tamounte » qui veut dire «  ensemble » en berbère et décide de se rendre dans le village marocain pour découvrir au plus près les besoins de la population. Quelques années plus tard, grâce son engagement sans faille, ce

En 2011 : Toujours dans le village de Zaouit Sidi Ahmed, un nouveau projet engagé en 2010 autour d’une algue appelée « la Spiruline » se finalise. Cette algue, reconnue par l’Organisation des Nations Unies dans son programme de développement durable pour sa qualité nutritionnelle devrait permettre aux sportifs et aux enfants en carences alimentaires suivis par l’association de profiter des bienfaits de cette nouvelle initiative.

46

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

rédaction

yasmina

lanthier Directrice artistique de Planète Bleue Yasmina est née à Avignon, elle a grandi dans la barre de béton de la Croix des Oiseaux. Très tôt, cette passionnée de chant a participé aux différents concours dans son quartier où une certaine Mireille Mathieu emportait tous les suffrages. Cet attrait pour la culture va l’inciter quelques années plus tard à créer l’association Planète Bleue. Dès lors, elle enchaîne les événements, se dépense sans compter et arpente la ville avec pour objectifs de développer l’accès à la culture pour tous, d’aider les artistes à se faire connaître et proposer des animations pour les habitants de sa ville.

Pour cela, elle crée en 2001 le Festival de la chanson Française destiné aux auteurs, compositeurs, interprètes. Un projet original soutenu et parrainé par le grand Mickaël Jones. Dans la foulée et malgrè le manque de moyens, elle lance en 2005 le Printemps des arts Urbains pour promouvoir la culture urbaine. Chaque année, ce championnat de Hip Hop rassemble plus de 1 000 spectateurs ainsi que des groupes venus de toute la région Paca et au-delà. En 2011 : Yasmina Lanthier et son équipe de bénévoles ont fêté les 10 ans de l’association Planète Bleue. 10 ans au service d’une passion, 10 ans d’engagement, 10 ans d’actions concrètes qui méritent bien des félicitations.

philippe

pascal Président de Rencontres Africaines Provence Languedoc Ce passionné de football a joué dans les rangs du célèbre club de l’Olympique Avignonnais dans les années 70. Fair-Play sur les terrains comme dans la vie, c’est dans l’action humanitaire que Philippe Pascal va connaître ses plus belles satisfactions. Cet humaniste au cœur énorme va alors consacrer tout son temps libre et son énergie en faveur de l’Afrique. Avec quelques amis en 1998, il crée l’association Rencontres Africaines Provence Languedoc (RAPL). Dès lors, il va enchaîner les actions concrètes notamment avec le Niger, l’un des pays les plus pauvres du monde d’après l’indice de développement humain : Envoi de conteneurs avec du matériel médical, des fournitures scolaires, campagne de vaccination, achat et distribution de 12 tonnes de maïs pendant la famine de 2005, parrainage de villages reculés et réapprovisionnements réguliers des dispensaires de santé...

Depuis 1998, Philippe Pascal se rend deux fois par an au Niger pour rendre visite à ses partenaires qui sur le terrain assurent le suivi des projets de l’association. Il en profite pour saluer la quarantaine d’enfants qui, grâce à RAPL, ont récemment été parrainés par de généreux donateurs Vauclusiens. En 2011 : Philippe Pascal élargit son champ d’action à la Palestine, pays qu’il a découvert en se rendant à Gaza durant l’opération de bombardements Israélien intitulée «  Plomb durci » en 2009. Il crée l’association « Un pont pour la paix » et se rend une fois de plus à Gaza pour apporter son soutien au peuple Palestinien.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

47


lauréats

rédaction

akim

mimoun Président de la Fédération de la Mixité de France C’est en 1996 au sein de l’association Objectif REA située au « bâtiment gris » sur la Rocade qu’Akim Mimoun a découvert l’engagement militant. Chargé d’accompagner les jeunes dans leurs recherches d’emploi, Akim va très vite comprendre qu’il est fait pour aider les autres. Après avoir intégré la SNCF et au moment où certains se seraient contentés d’abandonner les causes collectives, il prend la tête de l’association Agir Pour la Citoyenneté PACA et continue d’œuvrer pour défendre les habitants des quartiers. Dès lors, ce soldat de la citoyenneté ne va pas lâcher le bitume et va être de tous les combats. Il porte plainte contre Eric Zemmour pour propos racistes, il organise des manifestations pour la paix en Palestine, crée la Fédération de la Mixité de

France, sensibilise les artistes de Rap à sa cause et trouve le temps avec son équipe de fidèles de servir tous les soirs à Avignon durant l’hiver 2010 des repas aux sans-abris. Désormais à Marseille où il vit, pour des raisons professionnelles, il a décidé de poursuivre son engagement associatif et politique. En 2011 : Akim Mimoun mobilise des rappeurs locaux et des artistes de cinéma, ils réalisent ensemble trois clips de grande qualité : « Les oubliés de l’Elysée », « I am FMF don’t Panik », « A vos postes ». Dans ces clips, il invite les jeunes à se prendre en main, dénonce la discrimination et rappelle qu’il faut absolument voter pour être respecté.

pascal

fauvel Président de CASA (Collectif d’Action des Sans Abris) Issu d’une vieille famille montfavétaine, Pascal Fauvel tire certainement de son grand père, maire adjoint, ce goût prononcé pour l’engagement associatif. C’est ainsi, en 1989, à l’association « La Passerelle », tout d’abord dans le cadre du service civil puis ensuite pendant douze années en tant qu’éducateur, qu’il côtoiera l’extrême misère. En devenant en 2002 éducateur spécialisé, il accompagnera l’évolution d’un secteur qui, choisissant de se professionnaliser, va aussi, sous la pression législative, prioritairement placer les plus démunis au centre des choix et des orientations du dispositif solidaire. Administrateur de CASA et, depuis 2008, en sa qualité de président, Pascal Fauvel mettra en pratique cette nouvelle manière d’envisager la lutte contre la précarité. Il y trouve la possibilité d’offrir des conditions

48

innovantes d’hébergement qui, sans rejeter les animaux de compagnie et en considérant davantage la problématique de l’addiction, marquent une avancée significative dans l’accompagnement des personnes sans domicile fixe. En 2011 : Pour ne plus accueillir dans des préfabriqués, celles et ceux que la médiation de rue convainc de s’abriter au chaud et au propre, CASA tente de déménager ses locaux au boulevard Capdevilla. Entreprise délicate tant à cette nouvelle implantation les oppositions se révèlent fortes. C’est là, depuis le mois d’octobre, tout le courage et la persévérance dont font preuve Pascal Fauvel et son équipe pour que ce projet puisse être accepté des riverains et enfin aboutir.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


lauréats

rédaction

stéphane

castaldi Délégué syndical Force Ouvrière Stéphane Castaldi, 42 ans, délégué syndical FO Auchan-nord, élu au Comité d’entreprise d’AuchanNord-Le Pontet est dans son travail comme à la mêlée : un homme au service du collectif. Pour cet ancien rugbyman (XIII) semi-pro, baigné dans la culture du ballon ovale, il est de l’aveu général, celui qui tient depuis plusieurs mois la dragée haute à la direction d’Auchan-Nord. Sur le terrain social, son dernier essai, remonte à la publication du brûlot de « Technologia » consultable sur le site FO-Auchan, un véritable pied de nez fait à la direction. Au mois de juin 2011, Stéphane se distingue encore en donnant la victoire à son syndicat de tutelle FO,

lors des dernières élections professionnelles : 90 % des sièges pour quatre ans encore (titulaires et suppléants) au Comité d’Entreprise et Délégués du Personnel. En 2011 : La fédération nationale FO qui se réunit chaque année en assemblée générale a choisi comme point de chute… Avignon ; une centaine de représentants syndicaux de la grande distribution avaient fait le déplacement... il faut dire que le combat de ce syndicaliste face au géant « Auchan », n’a laissé personne indifférent. L’été dernier en publiant le rapport qui accable l’hypermarché, le syndicaliste a indiscutablement gagné ses lettres de noblesse... mais pour lui la lutte continue...

pierre

jean-françois

césarini magny

Fondateurs de « Terra Nova 84 » Au moment où ils ont monté dans le Vaucluse ce Think Tank bien connu des observateurs et des passionnés de politique, ils ne pensaient pas à devenir si vite incontournables dans les débats politiques locaux. Ces deux-là sont tombés dans la marmite du militantisme très tôt grâce à des parents impliqués dans le syndicalisme et la politique. C’est au PS qu’ils vont découvrir les joies des premières campagnes. Ils collent les affiches, distribuent des tracts, participent à l’élaboration des programmes et se frottent aux débats enflammés sur les marchés Avignonnais. Puis au fil du temps, ils prennent conscience des limites structurelles des partis politiques dans la promotion de la réflexion collective. En avril 2010, c’est alors qu’ils décident de fonder la première antenne départementale du célèbre club de réflexion Terra Nova.

Dès lors, JeanFrançois et Pierre vont créer une véritable dynamique ouverte à tous les citoyens ayant plutôt une sensibilité politique de gauche. Aujourd’hui, Terra Nova 84 s’appuie sur un comité d’experts de 50 personnes qui travaillent les dossiers en profondeur, proposent des débats et formulent des propositions concrètes sur les différents sujets de la vie quotidienne de nos administrés. En 2011 : L’idée de lancer des primaires citoyennes ouvertes aux élections locales est partie de l’antenne locale de Terra Nova. Cette proposition fait son chemin et a été reprise par Olivier Ferrand à l’échelle nationale qui l’a évoquée dans les quotidiens Le Monde et Libération.

Dossier : les 50 qui ont fait briller la ville en 2011 infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

49


associations étudiantes En direct de l’université

jules

roques

Jules est le fondateur de la web-radio étudiante Radio Campus Avignon. Ce passionné de médias âgé de 20 ans est étudiant en licence information-communication à l’Université d’Avignon. Soucieux de construire cette dynamique avec les 7 000 étudiants du campus, il ouvre régulièrement ses « ondes » aux associations ainsi qu’aux étudiants qui souhaitent prendre la parole. Ses nouveaux locaux obtenus en fin d’année 2011 devraient lui permettre de développer cette initiative qui, nous dit-on, fait déjà beaucoup de « bruit » du côté de la Fac. ça ne fait pas que des soirées entre amis, ça fait aussi des projets.

Vous n’aimez pas les jeunes. Si si, c’est ce que révèle le sondage Ipsos-Logica Business Consulting publié dans Le Monde du 23 novembre 2011 : « Dans l’ensemble, les jeunes sont jugés égoïstes (63  %), paresseux (53 %) et intolérants (53 %)  ». Aujourd’hui, je sens le besoin de m’exprimer sur le sujet pour vous prouver que nous ne sommes ni égoïstes, ni paresseux et encore moins intolérants.

Pour en citer quelques-uns, l’association « Ciné Fils & Filles » met en place des évènements regroupant patrimoine cinématographique et patrimoine culturel et architectural de la ville d’Avignon. En mai 2011, elle a réalisé un Drive In sur le parking des Italiens. Le principe est de diffuser un film sur grand écran dans un parking où les voitures peuvent écouter le son depuis leur radio. Ça implique d’obtenir les droits de diffusion du film, de louer un écran, de faire appel à une équipe technique, de mettre en place des partenariats... Et il en faut beaucoup de la paresse, croyez-moi !

À Avignon, il y a une université avec des étudiants dedans. Nous proposons régulièrement des projets dans nos associations. Car oui, un jeune

Il y a également « Culture.com » qui vise à favoriser l’accès et la découverte de formes culturelles et artistiques variées. Cette association a réalisé des festivals, des concerts... Il a fallu beaucoup d’égoïsme pour en arriver là, sachez-le. Il y a aussi l’association « Premières Loges  » qui promeut la musique

50

infoavignon n°1 / 2012

classique, baroque et l’opéra auprès des étudiants ainsi que « Expression of Africa » qui met au devant de la scène l’art et la culture africaine. Encore des jeunes qui font preuve de beaucoup d’intolérance...

« Nous avons créé un média étudiant » il y a un an et demi que nous diffusons régulièrement les projets qui sont réalisés par la jeunesse de votre ville. N’hésitez pas à y jeter un petit coup d’œil, on se donne rendez-vous au prochain sondage Ipsos-Logica Business Consulting.

www.avignonetudiants.fr

Associations étudiantes L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


diaporama antoine

pecatte Photographe

Antoine est l’auteur de nombreuses photos de ce magazine dont ce magnifique diaporama. Sorti de l’Ecole Supérieure des Métiers Artistiques (l’ESMA) de Montpellier dans la section BTS photo, Antoine Pecatte est photographe indépendant depuis 2 ans. Sa formation est technique et pointue, dans la théorie comme dans la pratique. Il apprend tout ce qui touche à la photo, de la prise de vue en studio et en reportage jusqu’au traitement et au développement de l’image, aussi bien en argentique qu’en numérique. Il réalise pendant cette formation deux stages d’une durée totale de 6 mois qui lui apprennent la pratique et les exigences du métier. Ces expériences le confortent dans l’idée de devenir photographe professionnel et à la fin de son BTS, il s’installe en tant que photographe indépendant. Il crée son site internet où il présente son travail : www.jingoo.com/antoinepecatte/. Depuis, Antoine travaille régulièrement dans l’événementiel ou dans le sport moto en partenariat avec motoplanete.com (par exemple pour les 24h du Mans). Il est aussi photographe pour « Le studio des animaux » et a conclu dernièrement, un contrat de partenariat pour de la prise de vue immobilière. Ainsi, il se définit maintenant comme photographe polyvalent pouvant répondre à de multiples commandes, de particuliers ou de professionnels, car il maitrise toute la chaine de l’image lui-même, de la prise de vue en studio ou en reportage jusqu’à l’impression, en passant par le traitement de l’image. Contact : antoinepecatte@orange.fr

Palais des Papes


Université d’Avignon et des pays de Vaucluse

Vue panoramique de la ville d’Avignon depuis l’Ile de la Barthelasse


Le Rhône

Rue des Teinturiers

Place de l’Horloge

Place Crillon

54

Diaporama infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


Remparts du boulevard St Michel


Eglise de Montfavet


Saint Chamand

La Rocade

Parc Le clos de la Murette

Diaporama infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

57


entreprendre

LES LIEUX

INCONTOURNABLES

agroparc université gare tgv maison iv de chiffre chêne noir

Photographe : Antoine Pécatte

palmeraie


agroparc christophe

riedel Christophe Riedel est le nouveau Président d’Agroparc. Ce chef d’entreprise dont la société Claranor est implantée sur le technopole souhaite avec son équipe œuvrer à la promotion de cette zone d’activité en pleine expansion qui compte 3 843 salariés, près de 2 000 étudiants et 375 chercheurs. Agroparc occupe un rôle central et structurant dans le développement économique de notre territoire et permet à notre industrie agroalimentaire de rayonner au-delà de nos frontières. blique  :  centres de recherche, organismes de formation, centres techniques para publics. C’est ce que nous voulons changer.

Pouvez-vous nous présentez le technopole AGROPARC ? Au niveau des statistiques, AGROPARC représente plus de 360 entreprises et organismes, dont 120 dans la pépinière Créativa, plus de 2 000 étudiants, 650 personnes à l’INRA et également du personnel scientifique à l’Université, des organisations socio-professionnelles et des résidents (environ 1 000 personnes). Bref un effectif consolidé de 7 800 personnes avec des perspectives de croissance de 10% par an. C’est aussi une marque, la marque d’un site de qualité voire de prestige,

qui a une image grâce à la qualité environnementale qui a été l’une des lignes directrices des aménageurs, qu’ils ont tenue. C’est aussi un technopôle d’un nouveau genre, avec des habitations en son sein, qui en font une zone qui reste vivante le soir et le week-end. Un point négatif toutefois, la partie «  agro  » qui a fait partie du concept fondateur, n’a pas donné lieu à un développement économique à l’exception, notable de Naturex et de Mc CORMICK. La partie Agro est pour l’essentiel de l’économie pu-

Les lieux incontournables in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

Quels sont ses principaux atouts ? La qualité environnementale et paysagère, la concentration de compétences techniques et scientifiques intéressantes pour les fournisseurs des industries agricoles et alimentaires, la localisation d’Avignon, le dynamisme des occupants, le consensus des élus et acteurs économiques autour de 2 projets : laisser la gouvernance aux occupants pour développer des services mutualisés, embrayer sur un projet de développement économique d’entreprises. De grandes enseignes et des petites PME y sont implantées, quel est le bilan en matière d’emplois créés ? Si l’on se réfère 11 ans en arrière, date de nos premières statistiques fiables, il y avait 3 200 personnes sur le site d’AGROPARC. Aujourd’hui, nous sommes 7 800. Certes il y a des résidents et des étudiants et donc, sur ces 7 800, 4 800 personnes ont une activité rémunérée sur AGROPARC.

59


agroparc Au niveau de la pépinière d’entreprises d’AGROPARC, CREATIVA, qui est un observatoire intéressant sur la création d’emploi, depuis 20 ans, 1 300 emplois ont été créés dans cette pépinière. Aujourd’hui, la pépinière permet la création d’une centaine d’emplois par an. On peut estimer que s’implante sur AGROPARC, en plus de CREATIVA, entre le double et le triple de ce chiffre d’emplois par an. Dans ce contexte de crise internationale, les politiques d’innovation, de recherche et de développement sont-elles impactées ? C’est dur de ne pas faire une dissertation pour répondre. Dans certaines sociétés, la R&D est la première victime de plans d’austérités, dans d’autres sociétés, on double le budget R&D pour sortir de la crise. Je ne suis pas spécialiste des politiques publiques de R&D, mais les outils actuels tels que le Crédit Impôt Recherche sont extrêmement efficaces et utilisés, et ce, malgré la crise. Je veux bien développer, mais il faut préciser la question ! Par rapport à la stratégie d’AGROPARC, qui va être de promouvoir un territoire disposant de compétences de pointe en science et technologies pour les industries agricoles et alimentaires (INRA, Pôle de compétitivité, CTCPA, Interprofessions), nous nous fondons sur le fait que la majorité de l’innovation des industries alimentaires (par exemple) provient des fournisseurs  : ingrédients (je reprends l’exemple de NATUREX), emballages (tous

60

les développements en cours sur les emballages biodégradables, ou respirants, ou absorbeurs d’oxygène...) Pour conclure, parlez-nous des projets d’AGROPARC ? C’est un peu tôt, et je ne souhaite pas dévoiler les projets qui sont en cours de gestation au sein des commissions que nous venons de créer. Mais il est sûr que nous allons pouvoir proposer quelques projets intéressants compte tenu de la motivation de toutes les personnes qui ont répondu à notre appel. Pour mémoire, AGROPARC et l’AUA (Association des Usagers d’AGROPARC) ont déjà mis en place un système de sécurisation mutualisé avec plus de 80 entreprises grâce à des rondes la nuit et le week-end par une société de surveillance. Un projet est en cours

pour l’étude des déplacements des salariés des entreprises. Nous allons aussi travailler avec l’Université pour préparer l’arrivée de la faculté des sciences. De ce fait, et en lien avec le sujet transports, nous aurons sans doute une représentativité pour que les occupants d’AGROPARC puissent bénéficier de transports urbains en amélioration. Mais il y aura également des projets en matière de promotion avec Vaucluse développement et CITADIS.

www.agroparc.com

Les lieux incontournables infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


ET SI COMME NOUS, VOUS METTIEZ EN PLACE UN COMITÉ D’ENTREPRISE ASSOCIATIF ? Vous avez accès, comme tout CE « classique »… A la mise en place d’un régime frais de santé collectif ou au remplacement de votre régime existant.

les sans intes a contr M

ON ATI S

+D

Aux avantages sociaux et culturels (aides aux vacances, aux études des enfants, aides à l’apprentissage et prime associative de fin de carrière).

’I N F O R

Aux aides financières de notre Fonds Social.

www.entreprise.aps-prevoyance.fr 04 . 90 . 14 . 36 . 02

04 . 90 . 14 . 36 . 09

contact@aps-prevoyance.fr

BP 285 - 84011 AVIGNON

APS Prévoyance : Société de courtage d’assurances exerçant sous le contrôle de l’A.C.P. - N° ORIAS : 07000879 (www.ccamip.fr) - SARL au capital de 73 175,33 € RCS Tarascon : 333 006 070 - Garantie Financière et Assurance de Responsabilité Civile Professionnelle conformes au code des Assurances.


Photographe : Antoine PĂŠcatte


universite emmanuel

ethis

Photographe : Université d’Avignon - Frédéric Poletti

Sociologue de la culture et du cinéma, Emmanuel Ethis est bien plus qu’une personnalité locale. Il est reconnu au niveau national par les principaux acteurs du monde culturel, académique et politique. Il a mené de nombreux travaux de recherche sur le Festival d’Avignon notamment, travaillé avec des grands noms du cinéma tels que Sophie Marceau, le réalisateur Jacques Maillot, l’actrice et réalisatrice Laure Duthilleul. Il collabore régulièrement avec des médias de dimension nationale comme Libération, Le Monde, France Culture, France Inter, le magazine Synospis... Il est depuis 2007 Président de l’université d’Avignon. Il assure cette mission avec créativité et passion.

Pouvez-vous nous présenter l’université d’Avignon ? L’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse est un établissement d’enseignement supérieur et de recherche. Elle forme des étudiants de la licence au doctorat dans tous les domaines de formation, hors santé. Notre université a plus de 700 ans d’histoire. Fondée en 1303, elle fêtera en effet en 2014 le cinquantième

anniversaire de sa refondation et le trentième de son plein exercice. Elle est ce que l’on peut appeler une université de territoire, c’est-à-dire, selon un article que j’ai écrit dans le quotidien Le Monde avec d’autres Présidents d’universités construites sur le même modèles que la nôtre, « au niveau Licence, une université qui offre un service public de proximité et contribue, de manière capitale, à la réalisation de l’objectif « 50% d’une classe d’âge titulaire d’un diplôme d’enseignement supérieur ». Aux niveaux Master et Doctorat et par la Recherche, une université de territoire contribue à la vitalité des écosystèmes locaux de l’innovation et joue un rôle clé dans la construction de la société de la connaissance, au sein de leur territoire. Notre réalité de terrain résulte aussi d’une situation géographique originale. Avignon est située à une centaine de kilomètres de chacun des grands pôles universitaires que sont Aix-Marseille, Montpellier et Lyon. Cela confère à notre établissement un rôle important dans la métropolisation des savoirs et

Les lieux incontournables in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

de la recherche scientifique : masters, doctorats et laboratoires assurent leur croissance grâce à cette dynamique territoriale. Ceux-ci doivent continuer à se développer en affirmant notre université comme une porte ouverte à l’international, située à la croisée de ces trois grandes régions. Notre réalité de terrain, en ce qui concerne la licence, vient aussi de ce rôle d’université du territoire. Dans ce contexte, nous devons prendre en compte le taux d’étudiants issus de milieux défavorisés qui est le plus élevé de l’université française (plus de 47 % de boursiers). Notre réalité de terrain est, enfin, celle d’une université qui malgré sa volonté de développement reste, au regard de la moyenne nationale d’après les chiffres les plus récents dont nous disposions, handicapée par l’un des plus importants déficits en postes, tant en enseignantschercheurs, qu’en BIATSS. Quels sont ses principaux atouts ? Notre établissement figure au premier rang des universités françaises non pa-

63


universite risiennes concernant le classement de ses licences par l’Agence d’Evaluation de Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES). Au niveau des échanges internationaux, l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse est une de celle qui envoie le plus d’étudiants à l’étranger dans le cadre des accords ERASMUS. En outre, la création de deux Structures Fédératives de Recherche (SFR) en 2011, l’une en « Agrosciences et Sciences » et l’autre en « Culture, Patrimoine et Société Numérique » a permis la concrétisation des axes identitaires de notre établissement autour de programmes prioritaires qui réunissent la plus grande partie de nos laboratoires. Autres points essentiels à souligner, Avignon est la première ville universitaire française concernant le sport et elle est reconnue pour avoir une véritable politique culturelle qu’elle met en œuvre depuis le local jusqu’à l’international. Avec la Bibliothèque universitaire et l’ensemble des services de l’université, elle contribue chaque jour à l’amélioration de la qualité de vie de sa communauté et à l’affirmation de son identité. Les pourfendeurs de l’université prétendent que certains diplômes sont inadaptés aux besoins de l’économie. Quelle est votre analyse ? L’originalité de notre projet d’établissement tient d’abord à la prise en compte des paramètres de son territoire : installée dans la deuxième ville française la plus connue au monde, pluridiscipli-

64

naire (hors secteur santé), habitées par environ 7 300 étudiants, notre université comporte des filières complètes dans chacun des quatre domaines de formation : Sciences Humaines et Sociales, Sciences-Technologies-Santé, Arts-Lettres-Langues et Droit-Économie-Gestion. Le positionnement sur deux axes des projets scientifiques et pédagogiques de l’Université d’Avignon, « Culture, Patrimoine et Société Numérique » et «  Agro sciences et Sciences » est perçu de façon unanime comme très original et pertinent pour identifier l’établissement dans le paysage universitaire. Chacun de ces axes, en cohérence avec le territoire de l’Université d’Avignon, constitue un segment de développement scientifique très porteur, apte à donner à l’établissement une très forte reconnaissance et visibilité internationales. C’est en tenant ce pari que nous avons réussi à créer des diplômes en lien direct avec le besoin de notre tissu socio-économique. J’en veux pour preuve notre taux d’insertion professionnelle des diplômés de licence professionnelle et de master, qui est de 90 % contre une moyenne nationale de 71 %. Où les résultats encourageants depuis la généralisation du contrôle continu, avec + 11 % de réussite en droit, en économie et en gestion. À l’échelle locale, quels sont les partenariats qui permettent de faire grandir vos projets ? Notre établissement s’est doté d’une

fondation universitaire en 2010 qui doit lui permettre de renforcer son ancrage local (intensification des relations avec les acteurs institutionnels et économiques locaux), de renforcer ses actions à l’international (soutien aux activités de formation et de recherche) et de développer ses actions en matière culturelle et sportive. L’ambition de la fondation est, dans un premier temps, de collecter 3 millions d’euros. Pierre Bergé, président d’honneur de la fondation et membre du conseil d’administration de l’Université d’Avignon, la soutient à hauteur de 500 000 euros. Le conseil municipal d’Avignon vient de voter l’attribution de 500 000 euros à notre fondation universitaire, c’est un bon début. Nous savons de combien nous avons besoin : 1,5 million d’euros de plus en budget de fonctionnement, et nous pourrions bien fonctionner. En vue de renforcer l’enseignement supérieur sur son territoire, le Conseil Général de Vaucluse s’est également engagé le 8 mars 2011, à soutenir financièrement, les actions et projets présentés par l’Université, sur une durée de 3 ans et pour un montant annuel maximum de 40 000 euros.

www.univ-avignon.fr

Les lieux incontournables infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


Photographe : Antoine PĂŠcatte


gare tgv nicolas

nazari Dans le domaine du transport, la gare TGV d’Avignon est une infrastructure incontournable par sa modernité et son utilité. Notre ville se situe à 30mn de Marseille, 1h de Lyon et 2h40 de Paris. Quoi de mieux pour promouvoir l’activité économique de notre territoire et permettre de concilier loisirs et tourisme d’affaires. Nous avons rencontré le chef de gare, Nicolas Nazari.

La gare d’Avignon TGV a été inaugurée en juin 2001. Quel bilan peuton faire 10 ans après la création de cette infrastructure extraordinaire ? Le bilan est très positif, nous enregistrons une croissance de voyageurs de 5% par an, les enquêtes de satisfaction démontrent que nos clients apprécient beaucoup la gare, notre offre de transport et le service commercial. Les perspectives de développement sont donc intéressantes et les projets nombreux. Quels sont les principaux atouts de cette gare ? La qualité du bâtiment et sa situation géographique.

En effet, la gare est spacieuse, elle possède une capacité d’accueil importante, elle est confortable pour les clients en attente et les commerces y sont agréables. Concernant l’accessibilité, la proximité du centre ville est un atout majeur et les connexions routières sont pratiques avec notamment la connexion vers la LEO située côté Sud de la gare. Aussi, sur le plan géographique, nous sommes au centre du bassin de vie avignonnais tout en étant proche des Alpilles, du Gard et du Lubéron. Ceci favorise grandement l’attractivité de cette gare TGV.

Les lieux incontournables in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur sa fréquentation, le type et le nombre de dessertes quotidiennes ? Au départ d’Avignon TGV, nos clients peuvent rejoindre 60 villes en France mais également Bruxelles et Genève. Les dessertes Paris-Provence sont en volume les plus importantes car elles sont très prisées pour les voyages d’affaires et de loisirs. Sur cette destination, nous avons gagné 75% de part de marché sur le transport aérien. Le taux de remplissage de nos TGV s’élève à 80%. 1 voyageur sur 10 est un abonné de travail. Par ailleurs, durant la saison estivale, les déplacements touristiques augmentent considérablement notre trafic de voyageurs. Nous avons le plaisir d’accueillir de nombreux clients étrangers, venus d’Amérique et d’Asie notamment. A 6 km seulement du centre ville d’Avignon, comment est organisée l’inter-modalité ? L’inter-modalité qui permet à un voyageur d’associer différents moyens de transport pour se rendre d’un point à un autre est un élément majeur dans

67


gare tgv notre offre commerciale. Nous avons une convention de partenariat avec la TCRA pour les navettes qui vont de la Poste à la gare TGV. Les horaires correspondent à l’arrivée et au départ des TGV pour faciliter l’acheminement de nos clients. Nous avons également un partenariat avec la Région PACA sur les lignes express régionales (LER). Ces dernières desservent Arles et Digne depuis Avignon TGV. Par ailleurs, nos clients peuvent se rendre à Bagnols et Apt grâce aux cars du Conseil Général. J’ajoute que la billettique permet à un voyageur de faire certains parcours associés TGV/Bus avec le même billet. Ceci est un véritable confort pour nos clients.

« Avignon TGV : Une gare qui fait grandir notre territoire » Avez-vous des informations sur le développement économique d’un territoire suite à l’implantation d’une gare TGV ? Nous n’avons pas de chiffres sur le sujet mais à l’évidence, une gare TGV est très souvent un levier de développement pour les politiques d’aménagement du territoire.

68

Rapprocher les grandes villes entre elles permet de dynamiser le tissu économique. Le tourisme est un secteur important dans notre région et le TGV est un formidable moyen de transport au service du plus grand nombre. Concernant notre gare, il faut préciser que 80 emplois ont été créés au total. Quels sont les projets à venir ? Notre grand projet est de raccorder la gare d’Avignon centre à Avignon TGV. Ce barreau de raccordement prévu dans le contrat de plan Etat/ Région 2007/2013 permettra de relier Avignon TGV à Carpentras en 38mn.

Nous allons également agrandir le parking côté Nord, il passera de 2200 à 2900 places. Au niveau des dessertes, nous proposerons des destinations vers l’Alsace et la Lorraine avec un TGV qui se rendra à Mulhouse. Autant dire que notre ambition reste intacte : offrir le meilleur service à nos clients.

www.sncf.com www.voyages-sncf.com

Les lieux incontournables infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


Photographe : Antoine PĂŠcatte


maison iv de chiffre

ruben

urrutia La Maison IV de Chiffre est un lieu incontournable dans la ville. Non seulement parce que ce bâtiment magnifique fait partie du patrimoine historique avignonnais mais aussi et surtout parce que l’activité proposée par l’association APROVA qui gère ce lieu est nécessaire pour l’intérêt collectif. Pas intéressé par les honneurs, le Président d’APROVA, Ruben Urrutia préfère les dynamiques collectives aux aventures individuelles. Cet homme de tempérament respecté par les responsables institutionnels et politiques a passé sa vie à se battre pour défendre des valeurs. Il nous a reçu pour nous présenter les activités proposées au sein de la Maison IV de Chiffre.

Pouvez-vous nous présenter la maison IV de Chiffre ? La maison IV de Chiffre est un bâtiment magnifique situé dans la rue des Teinturiers, il appartient au Conseil Général de Vaucluse. Cet espace est géré et animé par l’association APROVA (Association de la vie associative en Vaucluse) que je préside. Notre mission consiste à écouter, conseiller, informer, soutenir et former les acteurs de la vie associative du département. Nous mettons à la

disposition de ces derniers un centre de ressources pour ceux qui voudraient des renseignements mais également des processus d’accompagnement et de formation dans l’ingénierie de projet. Par ailleurs, la Maison IV de Chiffre propose un hébergement administratif aux associations, des bureaux et des locaux pour leurs réunions de travail.

Aujourd’hui, de nombreuses associations entrent dans le champ de la prestation de services et sont reconnues en tant que telle par les institutions. Ces responsabilités nouvelles, qui n’existaient pas il y a cinquante ans, ne sont pas faciles à assumer pour les responsables associatifs non formés.

Et enfin, durant la période du Festival d’Avignon, ce lieu vivant accueille des conférences et des spectacles du Off.

Nous essayons de les aider au mieux et de relayer leurs attentes auprès des partenaires institutionnels.

Les lieux incontournables infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

Quel sont les besoins du mouvement associatif ? Nous avons 150 associations adhérentes à l’APROVA. Le secteur associatif est le deuxième employeur de la Région Paca. Les besoins sont multiples et parfois complexes. Au-delà de la gestion du quotidien, notre équipe composée de 4 salariés doit anticiper les évolutions et les attentes du terrain. Désormais les structures qui souhaitent se développer doivent obligatoirement se professionnaliser. Celles qui ont des salariés doivent avoir une gestion rigoureuse, tant sur le plan administratif que financier.

71


maison iv de chiffre

Dans notre société qui tend à se précariser, les associations ontelles un rôle à jouer pour la cohésion sociale ? Mais la plupart d’entre elles jouent déjà ce rôle central dans notre démocratie. Que ce soit dans le domaine des loisirs, de l’animation, du social ou de la solidarité, leurs missions s’apparentent parfois pleinement à des missions de services publics. L’engagement associatif est avant tout un engagement citoyen. Les personnes concernées portent un projet, des valeurs, le mettent en œuvre collectivement, créent des partenariats avec d’autres personnes, d’autres structures. Tout ceci est dynamique et permet de créer du lien à l’échelle d’un territoire. Donc évidemment que les associations ont et auront un rôle majeur à jouer dans les années à venir pour l’équilibre et la cohésion sociale. C’est pour cela qu’il faut les aider et les soutenir. Ruben Urrutia, nous avons abordé ce lieu magnifique et les missions de l’APROVA, mais parlez-nous un peu de vous. J’ai tout d’abord été instituteur puis j’ai commencé à m’engager dans un mouvement d’éducation populaire en intégrant la ligue de l’enseignement, j’y suis resté 14 ans. J’ai ensuite été secrétaire général adjoint pendant 6 ans puis secrétaire général pendant 4 ans de la Fédération Nationale des Conseils de Parents d’Elèves (FCPE). Aujourd’hui, je suis Président

72

de l’Union Départementale des Associations Familiales (UDAF), une mission que je mène tout en Présidant l’APROVA. A 72 ans, ma volonté de défendre des valeurs et d’agir pour l’intérêt général est intacte. Une vie d’engagement, c’est beaucoup d’expérience engrangée. Si vous aviez un conseil à donner à un jeune en difficulté, quel serait-il ? Je lui dirai, la vie c’est toi ! Tu dois te construire et participer à la vie de la cité.

de t’émanciper et de construire ton libre arbitre. Bref, tâche d’être heureux !! APROVA 84 Pôle d’Appui Associatif Régional Espace Ressources Associations Vaucluse Maison IV de Chiffre 26 rue des Teinturiers 84000 Avignon Tél : 04 90 86 87 07 Fax : 04 90 86 20 83

Deviens autonome, respecte les autres, tu as des droits et des devoirs, il n’y a pas de vie sans règles. Ouvre-toi sur les autres, partage et nourris ta réflexion, ceci te permettra

www.aprova84.org

Les lieux incontournables infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


Photographe : Manuel Pascual


chêne noir gérard

gelas Il a créé le théâtre du Chêne Noir, il est auteur et metteur en scène, il est administrateur des prestigieux Molières, il est depuis peu professeur honoraire à l’Académie de Théâtre de Shanghaï. Inutile de vous le présenter, l’avignonnais Gérard Gelas est l’un de nos meilleurs ambassadeurs au-delà de la cité des papes. Il aurait pu quitter la ville depuis si longtemps et monnayer son talent ailleurs. Il est resté fidèle à sa ville, à son équipe et son théâtre. Un théâtre qui a accueilli 35 000 spectateurs en juillet 2011. pour moi. Musicien de rock puis contre bassiste de Jazz, j’ai monté plusieurs groupes et joué dans des petits concerts à l’échelle locale. Attiré par la diversité des créations culturelles, mon intérêt pour le cinéma s’est manifesté au lycée. Après mon bac, j’ai intégré l’IDEC à Paris (Ecole de Cinéma) pendant 6 mois avant de revenir à Avignon où j’ai connu mes premières expériences en tant qu’auteur et metteur en scène de théâtre.

Gérard Gelas, parlez-nous du lien que vous avez entretenu très tôt avec Avignon ? J’ai grandi aux Angles dans un milieu modeste au sein d’un quartier populaire où les ouvriers et les immigrés composaient la grande majorité des résidents. J’ai découvert réellement Avignon au moment de ma scolarité au lycée Mistral même si tout jeune, il m’arrivait de venir au festival pour profiter de cette ambiance extraordinaire. C’est en 1967 que ma véritable histoire avec Avignon est née avec la création du théâtre du Chêne Noir.

Depuis, je n’ai plus quitté cette ville et aujourd’hui encore, malgré les nombreuses sollicitations professionnelles dont je fais l’objet, j’ai décidé de poursuivre cette magnifique aventure avec toute mon équipe ici à Avignon. Le petit Gelas était déjà attiré par l’univers artistique ? A 8 ans, dans mon quartier je déguisais les copains et je sortais des chaises afin que les mamans et les vieux participent à mes spectacles. Vers 10 ans, je commençais à écrire des poèmes mais la musique était une véritable passion

Les lieux incontournables in foavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

Le théâtre, parlons-en !! J’ai écrit mon premier spectacle en 1967, il s’appelait « L’homme qui chavire », des poèmes mis en musique. Puis en 1968, je crée « La paillasse aux seins nus » et là tout s’enchaîne, le préfet interdit cette pièce pour « risque de troubles à l’ordre public » et « atteinte à la personne du chef de l’État ». Les policiers viennent chez moi, ils m’arrêtent pour m’interroger, mes amis et ma famille subissent des pressions alors que pendant ce temps à Avignon, je deviens malgré moi le symbole de la liberté d’expression artistique bafouée. Cette année-là, Maurice Béjart présent

75


chêne noir au Festival d’Avignon me soutient publiquement ainsi que la compagnie américaine Le Living Théâtre. Durant cette période difficile où le militantisme anarchiste se heurtait aux pires conservatismes, je fais l’objet d’une tentative d’assassinat, ce qui n’entamera en rien ma détermination à défendre des valeurs et un idéal, transmis par mes parents et mon milieu d’origine. Je décide en 1969 de partir à Rome suite à l’invitation du réalisateur Italien Giancarlo Nanni pour proposer mes créations et partager ma vision du théâtre populaire. Mes spectacles plaisent, je fais une tournée Européenne et notre compagnie se forge une renommée nationale. Après une nouvelle interdiction en France d’une de mes pièces en 1970, la célèbre Ariane Mnouchkine me prête son théâtre et me permet de faire mon métier avec une passion intacte. En 1971, je décide de revenir sur Avignon et je crée le Théâtre du Chêne Noir. Un lieu magique où avec mon équipe de 8 permanents et les personnes qui travaillent ponctuellement, nous développons une certaine idée du théâtre populaire. Comment expliquer le succès du Chêne Noir ? Le Chêne Noir est un théâtre permanent qui accueille toute l’année un public nombreux, des compagnies locales, mais aussi régionales et même parfois

76

de l’étranger. Notre programmation se nourrit de mes créations mais également de la participation d’auteurs, de metteurs en scène et de comédiens talentueux venus de tous les horizons. Ce lieu est ouvert aux collégiens et aux associations dans le cadre de partenariat, nous avons également une école de théâtre qui a permis de voir éclore des talents comme l’avignonnaise Alice Bélaïdi, qui après avoir reçu un Molière est aujourd’hui courtisée par de grands réalisateurs de cinéma. Bref, même si nous avons de grandes satisfactions artistiques, la gestion d’un lieu culturel comme le Chêne Noir est de plus en plus difficile à assumer. Il faut sans cesse se battre pour que les institutions publiques reconnaissent le travail accompli et l’utilité du spectacle vivant.

Pour revenir sur le Festival d’Avignon, je suis en désaccord complet avec la stratégie opérée dans le In car je pense notamment que les grands auteurs et comédiens français y sont quasiment exclus au profit d’une programmation faussement élitiste. Le festival initié par Jean Vilar se voulait populaire, le In n’incarne pas cette volonté originelle. Pour ce qui est du Festival Off, là aussi, il y aurait tant à dire sur la manière dont il est géré mais ce rendez-vous est un extraordinaire lieu de rencontres et d’expressions artistiques. Au final, je considère que la magie et le positif l’emportent car ce festival reste pour beaucoup un moment intense de la vie culturelle Française.

La transition est parfaite, quel regard portez-vous sur la Culture en général et sur le Festival d’Avignon en particulier ? La Culture est un patrimoine universel car elle permet d’ouvrir les esprits, de créer des liens, d’interroger nos certitudes, de transmettre de l’émotion. Dans un monde saccagé par un capitalisme financier, je constate que le prétexte de la crise est brandi par nos responsables politiques pour réduire encore et toujours les soutiens aux acteurs culturels. La Culture, c’est 1% du budget de la nation, c’est trop peu.

www.chenenoir.fr

Les lieux incontournables infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


palmeraie jean

gourdan de fromentel

Photographe : Antoine Pécatte

Il aurait largement pu figurer parmi les 50 lauréats dans la rubrique « Economie ». C’est l’un des plus dynamiques entrepreneurs que nous ayons dans cette ville. Jean Gourdan de Fromentel est propriétaire du Club nautique La Palmeraie situé sur l’ile de la Barthelasse. Après avoir fait de ce lieu un espace chic et simple qui accueille le tout Avignon, ce créatif a des projets plein la tête. Nous l’avons rencontré dans les salons cossus du Petit Louvre. Nous avions quelques craintes avant cette entrevue avec ce chef d’entreprise à la réussite insolente, au final c’est un homme d’une grande simplicité qui a répondu à nos questions.

Bonjour, si vous aviez quelques mots pour vous présenter ? Installé dans le Vaucluse depuis près de 40 ans, je suis originaire de l’Est de la France. J’ai toujours été commerçant et c’est en tant que primeur à Caumont que j’ai débuté dans le département. Depuis quelques années déjà, mon activité consiste à investir dans l’achat et la revente de biens immobiliers qu’il m’arrive parfois d’exploiter. Comme le Petit Louvre que nous avons acquis en 1997.

C’est un lieu extraordinaire qui accueille un jardin, des salons et un monument historique du XIII siècle en guise de centre de congrès. Un lieu d’une capacité de 250 places qui est ouvert toute l’année et bien sûr durant le festival d’Avignon. Au-delà de cet endroit magnifique qui fait partie du patrimoine historique Avignonnais, nous avons racheté en 2006 le stade nautique de la Barthelasse, qui est devenu La Palmeraie.

Les lieux incontournables in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

Parlez-nous de ce projet d’envergure. Le stade nautique de la Barthelasse a été créé en 1948 par un visionnaire, M.Cassan. Ce dernier était un athlète de haut niveau, il faisait partie de l’équipe de France de natation. Très tôt, il a fait le pari que ce lieu de loisir situé entre Avignon, Les Angles et Villeneuve, serait incontournable. Son analyse était très pertinente, dès notre arrivée, nous avons investi des sommes importantes pour les remises en conformité des installations notamment et aujourd’hui, La Palmeraie est un endroit très prisé des Vauclusiens et des touristes. Nous avons trois bassins qui correspondent pleinement aux attentes de nos clients. Les nageurs amateurs ou confirmés ont accès à un bassin de 50 m, le seul dans la ville. Les enfants ont un bassin spécial avec une plage à proximité pour les parents. Et enfin, pour ceux qui souhaitent avoir quelques

79


palmeraie sensations, un bassin et un plongeoir de 3m et de 5m sont à leur disposition. Pour ce qui est du confort, un bar restaurant permet de concilier activité nautique et plaisir de la table. Pour satisfaire nos clients et répondre aux exigences de sécurité, entre 25 et 30 emplois saisonniers sont nécessaires. Ouvert seulement durant la saison estivale, La Palmeraie peut accueillir entre 500 et 1500 personnes par jour. Le restaurant quant à lui est ouvert toute l’année. Vous envisagez d’étendre la période d’ouverture de votre stade nautique en proposant un concept original. Pouvez-vous nous en dire plus ?

« Nous avons un projet qui permettrait à nos clients de profiter de ce lieu toute l’année. » Un système de couverture rétractable destinée à couvrir nos deux principaux bassins et la création d’une salle de remise en forme ont

80

été étudiés. Ce système tout à fait moderne nous mettrait à l’abri des aléas climatiques et répondrait à un besoin pour les nageurs amateurs et les clubs de natations qui n’ont pas de bassin de 50m pour s’entraîner. Dans ce cas, hiver comme été, nous pourrions accueillir du public et de ce fait rendre pérenne notre activité, créer des emplois durables et offrir un espace de qualité aux Avignonnais. J’ajoute que ce projet sera entièrement autofinancé et fera l’objet d’un investissement important de notre part.

A ce jour, malgré un dossier complet et abouti, nous n’avons pas pu obtenir les permis de construire pour mener à bien ce projet ambitieux. Nous espérons que 2012 viendra nous apporter de bonnes nouvelles...

www.clublapalmeraie.com

Les lieux incontournables infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


l’enseigne de l’année

Le Capitole Studios Avant de pousser la porte qui mène aux coulisses de ce cinéma, j’avais du mal à percevoir un brin d’humanité derrière cette enseigne prestigieuse qui ressemble davantage à un mastodonte économique qu’à la TPE du coin. Deux heures de discussions avec Emmanuel Luc, le directeur du cinéma situé dans la zone commerciale du Pontet, auront suffi à me faire changer d’avis.

Il faut dire que l’homme est passionné, le mot est faible. Après 20 ans passés au Pathé chez le concurrent, le voilà à la tête du premier cinéma Avignonnais avec ses 680  000 entrées en 2011. Celui qui a vu en juillet 2008 les pierres du multiplexe montées les unes après les autres était prêt pour relever ce défi un peu fou qui a mis 10 ans à sortir de terre. Un projet d’envergure qui a abouti grâce à la pugnacité de René Kraus, l’un des propriétaires de l’établissement. Après des premiers mois difficiles, l’équipe du Capitole Studios composée de 25 salariés n’a pas baissé les bras et accueille aujourd’hui près de

82

25 000 spectateurs par semaine. 9 salles et bientôt 2 de plus, au

confort optimum sont à la disposition des clients tandis qu’un parking de 800 places permet un acheminement fluide malgré des affluences importantes. La qualité du service commercial est pour Emmanuel Luc un domaine d’une importance capitale : « Je suis très attentif au confort et aux attentes des clients. Je réponds personnellement à tous les messages, y compris de ceux qui ne sont pas satisfaits. Mon équipe est mobilisée et met tout en œuvre pour faire du Capitole Studios un lieu accueillant et chaleureux. Tous les jours, je fais le tour du cinéma et je me mets à la place des clients. Je considère qu’au-delà de la programmation des films, qui constitue 80% de notre activité, il faut toujours faire mieux dans le service rendu pour attirer de nouveaux spectateurs. » Là encore, quelle surprise d’apprendre que ce cinéma propose des projections de concerts, de l’opéra, des

documentaires de sports, des cycles de films à thèmes parfois en VO, des concours de jeux vidéo et des animations en tout genre. Les entreprises également peuvent faire leurs séminaires, leurs congrès et profiter ainsi des écrans géants et d’une technologie de pointe pour les visio-conférences notamment. Avec plus de 206 millions d’entrées en 2010, la fréquentation des salles de cinéma a atteint dans notre pays un niveau très élevé. La France compte 5472 salles, soit le quatrième parc au monde après la Chine, les EtatsUnis et l’Inde, et le premier en Europe. Des chiffres qui font tourner la tête et qui démontrent que l’industrie cinématographique est bonne pour notre économie. Les 14 restaurants qui sont venus s’installer autour du Capitole Studios depuis sa création ont compris l’enjeu. Finalement à Avignon, spectateurs ou chefs d’entreprises, tout le monde aime le cinéma... Jamil Zéribi

L’enseigne de l’année infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


pégase

Le projet économique de l’année

Pégase, tombé du ciel Le personnage économique de l’année 2011 dans le Grand Avignon pourrait bien être un cheval ailé. Pégase, créature fantastique de la mythologie grecque, est en effet le nom d’un pôle de compétitivité aéronautique lancé en 2007 en Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui souhaite déployer ses ailes sur Avignon. Ce pôle regroupe près de 270 acteurs économiques ou institutionnels : de la start-up au grand groupe avec des partenaires comme Eurocopter, Dassault, Thalès Alenia Space ou bien encore Areva. Trop à l’étroit dans leurs sites respectifs, ces derniers sont en recherche d’un foncier disponible le long d’infrastructure aéroportuaire existante afin de développer un pôle dédié à la

84

conception de drônes et autres aérostats, aérostat sans pilote destiné aux applications civiles comme la photographie aérienne, la surveillance, l’inspection ou bien encore la météo. Une opportunité pour l’aéroport d’Avignon, qui malgré les efforts de la CCI (Chambre de commerce et d’industrie) de Vaucluse pour relancer cette infrastructure dont elle est gestionnaire, dispose de nombreuses réserves foncières encore inexploitées sur ce site de 182 hectares. Partenaire du Pôle Pégase via ses financements à l’aide du label Prides (Pôle régional d’innovation et de développement économique solidaire), la région Paca est doublement intéressée par ce

projet d’implantation dans la Cité des papes car c’est elle qui est propriétaire de l’aéroport depuis 2007. Elle a ensuite renouvelé la délégation de service public de la CCI de Vaucluse, pour l’exploitation de l’aéroport, pour une durée de 7 ans, à partir du 19 mars 2009. Concrètement, cette volonté d’installation sur la zone aéroportuaire d’Avignon commence avec le lancement du chantier de future pépinière aéronautique du pôle Pégase. Ce bâtiment de 3 100 m2, situé en bordure de piste, est destiné à accueillir 5 à 7 entreprises dans le secteur de UAV (Unmanned aerial vehicules ou drones). Le coût de cette opération s’élève à 6,1 M€ HT. Un investissement financé par l’Union Européenne

Pégase infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


©DR

dans le cadre de son programme Feder (Fonds européen de développement régional) à hauteur de 50 %, la Région Provence-AlpesCôte d’Azur (16,66 %), le Département de Vaucluse (16,66 %) et la Communauté d’agglomération du Grand Avignon (16,66 %). Cet incubateur devrait être opérationnel courant 2012.

en contact direct avec la piste de l’aéroport ce qui constitue une opportunité rare en Paca et même en France.

Entre 20 à 30 emplois directs devraient être créés suite à cette première phase.

« A terme, c’est une véritable filière, représentant un millier d’emplois, qui devrait voir le jour au sein de la Cité des Papes, explique Gérard Goninet, président du pôle Pégase Plusieurs entreprises ont déjà fait le choix de rejoindre Avignon qui pourrait bien devenir également une Cité de l’Air.»

Les perspectives d’emploi à moyen terme sont estimées entre 200 et 300 personnes dans les domaines de la recherche et développement (R&D) mais aussi dans les activités de production. En tout, l’aéroport d’Avignon, créé en 1937, dispose de 16 hectares

«  Cette spécialisation vers les drônes donn era à la région une visibilité mondiale », explique pour sa part Michel Vauzelle, président de la région Provence-AlpesCôtes-d’Azur. Le pôle s’est fixé pour objectif la création de 10 000 emplois à

Pégase infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

10 ans, dont 1 000 sur Avignon pour un chiffre d’affaires prévu de 800 M€ supplémentaires à 5 ans sur le territoire régional. A ce jour, la filière aéronautique régionale représente le premier secteur industriel de Paca avec 35 000 emplois pour un chiffre d’affaires annuel de 5,5 milliards d’euros. Laurent Garcia

www.pole-pegase.com

85


success story

jean-françois

sanchez Un Avignonnais qui brille en dehors de la cité des Papes Ils sont nombreux les Avignonnais à s’expatrier pour leurs carrières professionnelles. Dans la rubrique des Succès Story, on connait le célèbre Christian Audigier, Daniel Auteuil, Alice Bélaïdi, Eric Di Méco ou Laurent Paganelli. Issu du quartier populaire des Grands Cyprès, il en est un qui, sans faire de bruit, occupe avec succès un poste très envié par les plus grands managers Français et étrangers. Jean-François Sanchez est directeur France, Belgique et Luxembourg de l’entreprise américaine Foot Locker. Vous avez gravi les échelons un à un au sein de la société Foot Locker, racontez-nous ce parcours exceptionnel ? J’ai commencé ma carrière au magasin Foot Locker Avignon de la rue des marchands comme vendeur.

Jean-François Sanchez, pouvezvous vous présenter en quelques mots? Je suis originaire d’Avignon où j’y ai grandi. J’ai notamment été éducateur sportif et footballeur á l’Olympique Avignon, Cheminots Avignon et Nyons.

Puis j’ai gravi les échelons pour devenir le directeur du magasin. J’ai ensuite quitté la région pour Paris ou j’ai dirigé des magasins de différents volumes dont le dernier et le plus important celui de Chatelet les halles (84 personnes).

J’ai 44 ans, je suis marié et j’ai 2 enfants (Marie-Sarah et Alexandre), je vis aujourd’hui á Noisy le roi prés de Versailles. J’ai quitté Avignon á l’âge de 30 ans pour poursuivre ma carrière au sein de ma société Foot Locker.

J’ai ensuite été promu comme directeur régional dans le sud de la France ou nous avons vécu près de Marseille pendant 5 ans. A présent et depuis 4 ans je suis responsable national pour la FranceBelgique et Luxembourg. J’ai la chance de faire partie d’une compagnie qui reconnait le travail et la valeur des personnes. J’ai trouvé chez Foot Locker un vrai état d’esprit et une véritable équipe. Je suis fier d’en faire partie. Je retrouve

86

infoavignon n°1 / 2012

en elle des valeurs importantes que mes parents m’ont enseignées. Respect, Intégrité, Travail et Honnêteté pour citer les plus importantes. A quoi ressemble une semaine de travail pour le Directeur de Foot Locker que vous êtes ? Mes semaines sont vraiment différentes mais je suis très souvent auprès de mes équipes. Je voyage régulièrement dans mes régions de magasins en magasins avec mes directeurs régionaux. J’ai aussi beaucoup de réunions. Vous avez grandi dans le quartier populaire des Grands Cyprès à Avignon, quels conseils pouvezvous donner aux jeunes qui ont des difficultés à trouver leur place dans la société ? Je voudrais leur dire d’être sportifs, combatifs, ne pas baisser les bras et d’y croire. La vie n’est absolument pas un conte de fées mais quand on se donne les moyens, des opportunités

Success Story L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


intéressantes peuvent se présenter. J’ai effectivement grandi dans le quartier des Grands Cyprès et j’en suis très fier car il y avait des gens extraordinaires, il y avait des valeurs et cela m’a beaucoup servi dans mes expériences et mon évolution personnelle.

Nous avons récemment ouvert notre 2ème magasin sur Avignon à Auchan Mistral 7. Je suis très content car Avignon est pour moi un site particulier. Cela me donne l’occasion de revenir à la maison.

J’ai encore des amis. Vivre dans un quartier populaire n’est absolument pas un handicap bien au contraire. Certes ce n’est pas facile mais il y a des choses très positives.

Foot Locker est très présent sur Marseille avec 6 magasins. Nous avons ouvert notre dernier magasin sur le centre commercial de La Valentine. Nous sommes aussi à Nîmes et à Montpellier, Béziers, Toulon, Nice...

Parlez-nous des projets de Foot Locker dans le Sud Est et à Avignon notamment.

Notre couverture est importante dans le Sud et nos magasins sont très populaires.

Success Story infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

Foot Locker Avignon 9, Rue des Marchands 84 000 Avignon Centre commercial Auchan Mistral 7 84 000 AVIGNON

www.footlocker.eu

87


internet jean-françois

ruiz

Rencontre avec un crack du web

Photographe : Alain Elorza

Aujourd’hui, pour accéder à l’emploi ou pour réussir un projet économique, associatif ou culturel, vous avez plutôt intérêt à avoir un réseau solide. Jean-François Ruiz maitrise parfaitement les enjeux stratégiques et opérationnels liés à la construction, à l’animation et au développement de réseaux. Considéré comme l’un des plus grands spécialistes français du webmarketing et des réseaux sociaux, il possède une méthodologie éprouvée par des années de pratiques, d’échanges et de rencontres. Il vient d’écrire un livre sur le sujet et répond aux nombreuses sollicitations des chefs d’entreprises qui ont compris l’utilité du web 2.0 pour réussir leurs projets économiques. Celui qui possède près de 50 000 abonnés sur Twitter a gentiment répondu à nos questions. Il faut dire que nous l’avions contacté, sur Twitter... Jean-François Ruiz, présenteznous votre parcours et votre spécialité ? Je suis Ingénieur en informatique et réseaux, diplômé de INPG-ESISAR.

leurs stratégies digitales, et dans l’acquisition de meilleures techniques et pratiques des réseaux sociaux. Nous animons aussi le blog WebDeux.info dédié à l’actualité web 2.0.

Connecté dès le début à Internet, j’étudie de près l’usage et le développement des réseaux sociaux avec passion depuis leur création.

Internet est aujourd’hui un outil de communication indispensable pour les activités professionnelles et les loisirs. Quelle est la place des réseaux sociaux dans cet univers ? Une place primordiale, c’est tout simplement la base du web 2.0 !

Je suis aussi le co-fondateur de PowerOn, une agence de webmarketing. Nous organisons trois évènements devenus importants dans le monde du web francophone : le WebDeuxConnect, les soirées Connect et la StartupAcademy. PowerOn offre plusieurs services dédiés à l’accompagnement des entreprises dans le déploiement de

88

Le réseautage offre aujourd’hui de nouvelles perspectives jusqu’alors inexpérimentées. Un nombre exponentiel d’experts et d’amateurs collaborent dans la construction du web social.

« Les entreprises sont gagnantes sur beaucoup de pans sur ces réseaux. » Elles peuvent être vues des marchés étrangers et tisser des liens, garder le contact avec leurs fournisseurs, entretenir une relation étroite et interagir avec ses clients, recruter un personnel plus profilé et donc plus compétent. Pour ce qui est des loisirs, les réseaux sociaux permettent de trouver les informations pertinentes qui correspondent à notre profil. Les spectateurs sont maintenant actifs dans la création et le traitement

Internet infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


de l’information et ne sont plus dépendants de la présentation d’un programme linéaire et vertical des autres médias. Pouvez-vous nous présenter les plus populaires : Facebook, Twitter, Viadéo ? Facebook est certainement le plus populaire de tous. Sa force : la gratuité. Lancé en 2005, il est celui qui a eu la plus belle croissance jamais réalisée. Il a la particularité de regrouper mondialement de nombreux groupes complètement hétérogènes : ados, adultes, seniors, entreprises... C’est une formidable audience ! Toutes les entreprises gagnent à être présentes sur ce réseau, quelle que soit la taille, le secteur d’activité et la cible clientèle. L’interaction et de nombreux outils apportent une autre dimension essentielle pour la valorisation de l’entreprise et aident à travailler l’image, la marque, et une meilleure relation clientèle. Facebook est aussi très utile pour être référencé sur Google. Twitter est devenu un média qui a gagné sa notoriété par la rapidité de la circulation de l’information. La limite des 140 caractères pour tweeter a réuni les critères de fonctionnement des mobiles et des sms et s’est niché dans un usage convergent. Twitter est aujourd’hui le référent de réseaux influents pour échanger autour de diverses activités : évènementiel, jour-

nalisme, affaire, politique... Viadeo est une belle réussite française, créée en 2004 sous le nom de Viaduc. Ce réseau est le leader en France devant LinkedIn. Aujourd’hui étendu à l’international, Viadeo compte environ 40 millions d’utilisateurs dont 4,7 en France. Cet espace est très utile pour trouver un emploi, des fournisseurs, des collaborateurs, des partenaires et pour promouvoir ses compétences.

donner aux chefs d’entreprises désireux de développer leurs réseaux, quels seraient-ils ? Complétez votre profil avec des mots clefs pertinents relatifs aux compétences de votre entreprise. Mettez régulièrement à jour vos contenus, interagissez pour gagner en confiance et en image et devenir un référent expert. Prenez le temps d’envoyer des invitations aux contacts qui vous intéressent.

Parlez-nous de votre livre « Réussir avec les réseaux sociaux » ? C’est une belle aventure collaborative coécrite avec 14 spécialistes tous passionnés par ces réseaux. Nous y détaillons la typologie de chaque réseau social pour comprendre leurs usages et exploiter au maximum leurs potentiels. Nous sommes tous convaincus qu’ils sont un véritable appui, facteur de développement d’affaires et d’opportunités de carrières, et cela quel que soit notre statut, étudiants, salariés, entrepreneurs.Tous peuvent y trouver un usage gagnant.

Jean-François Ruiz à Avignon pour animer une grande conférence sur le sujet, c’est envisageable ? Bien évidemment ! Comme je le soutiens dans le livre, il est important de savoir sortir du “virtuel” pour se rencontrer dans le “réel” afin de pouvoir renforcer nos liens et développer de nouvelles opportunités.

Ce livre est un très bon outil de navigation qui vous conduira droit au but, le marché l’a d’ailleurs très bien accueilli et noté car il est en top des ventes sur Amazon depuis qu’il est en prévente. Il se présente comme un guide pratique qui vous accompagnera dans votre démarche de réseautage professionnel et vous livrera les clés issues de 7 ans de pratique intensive. Si vous aviez quelques conseils à

Internet in foavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

Réussir avec les réseaux sociaux Paru en Septembre 2011 - 14 €€

www.poweron.fr

89


où sortir Virgil Malara est le gérant de l’agence de communication Rhinoferos, installée à Agroparc. Il a fondé en 2006 www.ou-sortir-avignon.com qui répertorie des lieux ainsi que des événements culturels et festifs à l’échelle du Vaucluse. Il nous a aidé à faire une sélection des restaurants qui comptent dans le Grand Avignon.

LE TAKE OFF Zone industrielle St Tronquet 84130 Le Pontet Tél. : 04 90 01 31 31 www.takeoff-avignon.fr Design atypique et saveurs du monde Le Midi comme en soirée, une cuisine traditionnelle surfant sur des saveurs venues d’ailleurs est proposée. Dans un décor authentique d’Indonésie, wok, plancha, formules originales, grandes assiettes et menus se succèdent. L’été, profitez d’une magnifique terrasse ombragée. LA COMMANDERIE DES ISSARDS La Bégude Sud 30650 Rochefort-du-Gard Tél. : 04 90 26 04 47 Venez goûter une cuisine médiévale du XIIIème siècle mise au goût du jour. Broches géantes et viandes grillées... En hiver, le restaurant est ouvert tous les midis (cuisine traditionnelle en

90

semaine) et les jeudis, vendredis et samedis soirs. L’été, vous profiterez de la terrasse ombragée en pleine nature. Le soir et le week-end musique médiévale et service costumé. LA STRADA 1125, avenue de la 2e DB 30133 Les Angles Tél. : 04 90 25 14 14 Une envie de pizza dans un cadre idyllique? Vous êtes bien à la Strada... Dans une ancienne demeure, salle intérieure décorée avec beaucoup de goût avec un immense Patio avec piscine, savourez des spécialités italiennes viandes, poissons, pâtes... Un petit bout de vacances en été. LE SOLE MIO 23, rue de la Croix - 84000 Avignon Tél. : 04 90 27 94 34 Un plongeon en Italie en restant au centre-ville d’Avignon est possible en passant une soirée au Sole Mio. La maîtresse de maison à l’accent napolitain qui veille à ce que les assiettes soient terminées malgré les doses gargantuesques servies...Autant d’images qui vous rappelleront votre dernier séjour transalpin. Excellente qualité de cuisine, que ce soit les grands classiques ou des spécialités plus recherchées. LE LUNDI AU SOLEIL (Route de Lyon) 115, avenue Charles de Gaulle 84130 Le Pontet Tél. : 04 90 86 39 56 Bar restaurant sur le thème des années disco, le lundi au soleil voue

un culte à Claude François et aux stars des années 70-80 qui vaut vraiment le déplacement. Une cuisine « maison  » simple mais faite avec passion. Karaoké dansant tous les vendredis, une fois par mois une soirée à thème. Bref, un restaurant bar thématique, pour les amateurs du genre ou pour les curieux. LE XUAN 6 Rue Galante - 84000 Avignon Tél. : 04 90 86 03 75 Le restaurant Xuan vous reçoit dans son cadre chaleureux et typiquement asiatique. Sa cuisine est une délicieuse variété gastronomique associant plats traditionnels chinois et vietnamiens avec des menus à satisfaire les fins gourmets. Pour les amateurs de bonne cuisine asiatique lassés par les restaurants à volonté qui se multiplient, retrouvez l’ambiance chaleureuse et feutrée du Xuan. OPÉRA CAFÉ 4 Place Horloge - 84000 Avignon Tél. : 04 90 86 17 43 Tendance, chic et glamour, l’Opéra Café sublime vos rendez-vous par son univers Baroque et Design, favorisant l’élégance d’un déjeuner ou d’un diner en centre-ville d’Avignon. Sa cuisine maison se distingue par ses saveurs subtiles des produits frais du marché. Une ambiance lounge, électro ou jazzy profite aux habitués des After-Work et noctambules conviviaux. En été, sa terrasse place de l’Horloge offre un cadre exceptionnel pour les festivaliers et habitués. Ouvert 7 jours sur 7 toute l’année.

Où sortir infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


LA VACHE À CARREAUX 14, rue Peyrollerie - 84000 Avignon Tél. : 04 90 80 09 05 La Vache à Carreaux est un petit restaurant convivial niché derrière le Palais des Papes, au cœur du centre historique d’Avignon. La carte de ce restaurant est une véritable invitation à la découverte des meilleures recettes de fromages de notre beau pays et d’ailleurs. Il vous propose aussi un grand choix de charcuterie fine et raffinée, que vous pourrez apprécier autour d’une assiette de dégustation. Les amateurs de poisson ne seront pas en reste et pourront savourer le filet de saumon sauce au chèvre. LES 2 J 1171, Route de l’Aérodrome 84140 Montfavet Tél. : 04 90 27 18 97 Restaurant proche de l’aéroport dans une zone de plus en plus dynamique, Jacques et son équipe vous accueillent dans un cadre lounge pour déguster de la cuisine élaborée ou pour partager des (apéros-tapas). Ambiance festive, soirée à thèmes et karaoké. L’AUBERGE DE LA TREILLE Chemin de l’Île de Piot, Avignon Tél : 04 90 16 46 20 Située sur une île à deux minutes du centre-ville d’Avignon dans un parc de 10 hectares, Auberge La Treille, ancienne bastide de la fin du XVIIIème siècle, longtemps appelée le château de l’Ile Piot, vous accueille pendant votre séjour à Avignon. L’architecture, ainsi que l’emplacement

de l’Auberge La Treille, lui donnent un charme incomparable. Elle est bordée par le Rhône ainsi que par de grands platanes plus que centenaires qui lui apportent une fraîcheur bienfaisante durant l’été. Tour à tour maison de maître pour un commerçant en soierie puis entourée de vignes, elle devint auberge en 1993. Pour respecter les valeurs du lieu et assurer une qualité irréprochable, nous travaillons uniquement avec des produits de producteurs et paysans certifiés d’un «label». PACE E SALUTE 25, Place des Carmes 84000 Avignon Tél. : 04 90 87 26 51 Dans un cadre où se mélangent vieilles pierres et objets typiques venus de l’île de beauté, l’équipe très chaleureuse vous permettra grâce à sa formule de Tapas, de goûter à un assortiment de spécialités corses cuisinées avec raffinement. La plupart des plats sont faits à base de produits frais. Vous pourrez agrémenter vos plats d’un vin corse. MAMMA-MIA 41, allée de la Chartreuse 84140 Montfavet Tél. : 06 85 95 56 82 Un restaurant corse typique. Une immersion par les goûts, les produits, la décoration et souvent des musiciens qui vous entrainent, irrémédiablement sur l’île de beauté.

Où sortir infoavignon n° 1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com

CRAZY JERRY Derrière Giga - Avignon Nord Direction le Pontet Tél : 04 90 14 00 00 Mangez Crazy, Buvez Crazy, Respirez Crazy... Il se passe toujours quelque chose au Crazy ! Du live tous les soirs, son décor Hitech révèle un restaurant aux tables tactiles et lumières de scène. Ouvert 7 jours sur 7, vos déjeuners et diners entre amis, proches, clients et collaborateurs reposeront sur une cuisine faite «Maison» par une équipe de cuisiniers diplômés. LE 83.VERNET 83.Vernet 83 rue Joseph Vernet 84000 Avignon Tél : 04 90 85 99 04 Après avoir abrité un collège et le couturier Jean Sully Dumas, les superbes bâtiments des XIVème et XVIIIème siècles du collège d’Annecy furent transformés en restaurant par madame Reine Samut (1 étoile au Michelin). Les frères Pourcel (2 étoiles Michelin) prennent sa suite et créent « La Compagnie des Comptoirs ». Aujourd’hui, c’est Bernard Blachère qui préside la destinée de ce site exceptionnel situé en centre-ville. Les chefs Florent de Brunelis et Damien Chocano vous proposent une cuisine, à base de produits frais, ancrée dans la tradition culinaire française inspirée par des années d’expériences.

91


agenda Février

Championnat national de Hip Hop, Expos Graff/photos/peintures, Concert/dj

FEV COURSE PÉDESTRE Tour des remparts : Avignon

23-25

TROPHÉE DES CHAMPIONS (Avignon) Remise de récompense aux meilleurs avignonnais GALA DES PETITS AS - Avignon

17-19

MADO REMET SA TOURNEE Théâtre le Paris, Avignon

18 23 25

NICOLAS CANTELOUP Dôme, Marseille RFM PARTY 80 LIVE Dôme, Marseille MURRAY HEAD Espace Auzon, Carpentras

25-3 25

29 ème HIVERNALES Avignon

19-29

FESTIVAL CITE NEW CLOWN - Avignon

20

24-1 24

STING Dôme, Marseille

Mars Du Jeu 1 Mars au Mer 31 Octobre 2012 AVIGNON PEINTRES SUR PLACE Place Puits des Bœufs,Avignon

27

MAI AVIGNON JAM SESSION 3ème édition - (Skate Park,Avignon) Roller et Skate MEETING INTERNATIONAL HANDISPORT - Avignon VILLAGE HANDISPORT 10 km HANDISPORT - Avignon

REG’ART 8ème Salon national des Métiers d’Art : Avignon

JULIETTE Théâtre la colonne, Miramas

1000 PAGAIES Manifestation nautique sur Rhône

2

14-22

SALON DES ANTIQUAIRES Parc des Expositions, Avignon COUPE DE FRANCE ROCK ACROBATIQUE Cosec St Chamand, Avignon

Avril AVRIL SALON DES ANTIQUAIRES Avignon PARCOURS DU COEUR

LAURA PAUSINI Dôme, Marseille

Mai

MAGIC SYSTEM Dôme, Marseille

FÉRIA DE PÂQUES - Arles

MI-FEV/MARS PRINTEMPS D’AVIGNON

18

AVIGNON MOTOR FESTIVAL Parc des Expositions, Avignon

Remarquable par leur humour noir

12-13

NATURAVIGNON fête écobiologique - Domaine de la Souvine, Montfavet)

17ème

17-20

FESTO PITCHO (Avignon) - Festival consacré au spectacle vivant pour jeune public

ALTERAROSA 8ème édition - Palais des Papes, Avignon Les roses que vous n’avez jamais vues...

14-22

19 26

FOIRE DE PRINTEMPS (Avignon) - 400 exposants, 45 000 m² Du Jeu 1 Avril au Jeu 31 Mai - Avignon ROUTE DES ORGUES EN VAUCLUSE

7è PRINTEMPS ARTS URBAINS (Salle polyvalente de Montfavet) Dès 14h

14

92

infoavignon n°1 / 2012

LES FATALS PICARDS (espace Robert Dion,Morières lesAvignon)

NUIT DES MUSÉES - Avignon THRILLER LIVE (Dôme, Marseille) Comédie musicale hommage à Michael Jackson

Agenda L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


agenda Juin

(Avignon) DJ, musiques électroniques, hip-hop, soul, funk, rock...

JUIN COUPE PACA ROLLER STREET au Skate Park, Avignon

Août

FESTIVAL DU COR : Avignon

2 7

FÊTE DE LA GYMNASTIQUE Palais Génicoud, Avignon ELIE SEMOUN Dôme, Marseille

15

FESTIVAL DE LA CHANSON édition - Salle polyvalente de Montfavet - Tremplin des musiques actuelles A 20h30 11ème

21

FÊTE DE LA MUSIQUE

AOUT TREMPLIN JAZZ - Avignon Cloître des carmes et Cour d’Honneur du Palais des Papes

3-5

FÊTE DE LA VÉRAISON Châteauneuf-du-Pape

1-31

PALAIS DES PAPES OUVERT LA NUIT En nocturne visites dîners inédites et concerts de musique classique

25-26

FÊTE DES FOINS & ASSOCIATIONS Montfavet

Juillet

Septembre

JUILLET FESTIVAL INTERNATIONAL DE FOLKLORE - Montavet

SEPT AVIGNON BLUES FESTIVAL Avignon

MARCHÉ DU FESTIVAL Allées de l´Oulle, Avignon MARCHÉ AUX LIVRES, DISQUES ANCIENS - Avignon FESTIVAL PROVENÇAL Avignon - Spectacles d’expression provençal

7-27 7-28 13-15

FESTIVAL IN AVIGNON FESTIVAL OFF AVIGNON FÉRIA FIESTA Y TOROS Chateaurenard

25-31 94

FESTIVAL RÉSONANCE

LES CYCLADES - Avignon RADEAUX FOLIES - Avignon Course de radeaux artisanaux sur le Rhône JOURNÉES DU PATRIMOINE TROPHÉE MISTRAL - Avignon Tournoi international de volley ball

1 8-9

BAN DES VENDANGES - Avignon

MÉDIÉVALES DES CARMES Avignon - Dans le cadre moyenâgeux de l’ensemble architectural des Carmes

8-9

FOIRE A LA BROCANTE Avignon

MI-SEPT FÉRIA DU RIZ - Arles

21-23

FÉRIA DES VENDANGES - Arles

Octobre OCT FESTIVAL MUSIQUE ANCIENNE Avignon PARCOURS DE L’ART - Avignon 60 artistes, 40 lieux d’exposition ANIMO & NATURE - Avignon Salon animalier - Parc des Expositions

MI-OCT FESTIVAL CÔTES DU RHÔNE Avignon

26 Novembre 3-4

TRYO - Dôme, Marseille

FESTIVAL JEUX DE L’ESPRIT Avignon

6-7 15

MODEL SHOW - Avignon Salon de maquettes, modèles réduits, miniature et jouet.

FÊTE DES CÔTES DU RHÔNE Avignon

30-1

FOIRE DE LA ST ANDRE Avignon

Décembre A partir du Lundi 26 Novembre MARCHÉ DE NOËL - Avignon Ces évènements peuvent être soumis à des changements de dates, d’horaires ou être annulés.

Agenda infoavignon n°1 / 2012 L’actualité en continu sur www.infoavignon.com


AVIGNON

Le Vaucluse félicite ses talents ! SPORT

AZOU, Jérémnydu monde d’aviron- ,

vignon champio tique d’A catégorie u a n té ié Soc 2011 du Sport Trophée iduelle iv nce ind performa

EES TROPH 2011 N ET CRÉATIO

2011

REPRISE

RISE

D’ENTREP

ITIM, od de KameldeLPasta Folies, fast fonon -

Ludivine OSA, ALBENortTif et alimentaire,

lue au coach sp vignon, é 11 A s le s Morière njob 20 Jcréemo dispositif

E

S S E N U E J

re à Avig créateur ateur are routiè g la à eilleur cré s m u pâte d 1 RLA 201 Trophée lusien rise vauc d’entrep

IE M O N O ÉC

Jérémy, Ludivine, Kamel... mais aussi Rémi, Florence, Kathy, Issam, Pascal, Sana... Chaque année, le Conseil général de Vaucluse soutient et récompense de nombreux projets portés par des Vauclusiens.



Info Avignon