Issuu on Google+

Mensuel

Karin Jestin (Fondation 1796). La coopération philanthropique requiert une importante capacité d’adaptation.

Février 2012 / CHF 5.50

- Private Banking Douze auteurs évaluent la stabilité des options d’investissement

Les positions défensives bientôt déstabilisées Solidarité libérale: Le nécessaire engagement CONTROVERSE Le postféminisme va au-delà de l’égalité des sexes

UCHRONIE Milton Friedman face aux politiques keynésiennes actuelles

LIBRE MARCHé Ron Paul rappelle comment la mauvaise gestion financière est déjà régulée


SWISS FINANCIAL YEAR BOOK

2012 Commandez votre annuaire de la finanCe le guide de référenCe de la plaCe banCaire suisse parution le 15 février ContaCt : reception@agefi.com

in association with

ÉDITÉ PAR AGEFI SA WWW.AGEFI.COM


sommaire / 

Février 2012 Mensuel Private Banking / Philanthropie

12

Valorisation. Les investisseurs axés sur le long terme peuvent trouver des opportunités intéressantes compte tenu des valorisations attrayantes des actions.

éDITOrial L’Union européenne prise au piège de sa propre construction� ������� 5

Noël Labelle, rédacteur en chef

15

Prologue...................................................................................................................... 6 Discutable Les tribulations de Philipp Hildebrand coûteront cher à la Suisse.................................................................................... 10

Michel Santi, économiste et analyste financier indépendant Private Banking Les opportunités se démarquent sur le front des actions����������������� 12

Josef Bossi, T. Rowe Price Switzerland Les investisseurs sont toujours dans l’attente����������������������������������������� 14 La volatilité devrait durer. Du boom inflationniste à la débandade déflationniste.

James Harries, BNY Mellon Global La recherche des dividendes passe par les pays émergents� ������������ 15

Nicolas Simar, ING Investment Management

18

La longue quête de nouveaux repères� �������������������������������������������������������� 16 L’exercice 2012 pourrait se révéler surprenant. Pour peu que les banques centrales entreprennent des actions vigoureuses.

Serge Ledermann, Banque Heritage, Genève La recapitalisation des banques est une clé pour résoudre la crise de la dette.................................................................................................... 18

Stefan Isaacs, M&G Investment Trois bonnes raisons de choisir les obligations convertibles����������� 20 Les prévisions concernant les marchés actions dépendent en grande partie de l’ampleur des incertitudes.

Michel Fest, Man Méfiance. La constitution des fonds propres nécessaires s’avère de plus en plus difficile. La méfiance des investisseurs grandit en raison de la crise de la dette. Stefan Isaacs, M&G Investment

L’impact de l’austérité sur l’investissement privé���������������������������������� 22

Régis Muletier, Notz & Stucki La durabilité n’a jamais été aussi importante������������������������������������������ 24 La prise en compte ou la bonne approche de la durabilité réduit les risques et crée des opportunités pour les investisseurs privés.

Burkhard Varnholt, Banque Sarasin L’attraction nouvelle des obligations émergentes�������������������������������� 25 La distinction a vécu entre pays développés versus pays émergents. Même si de nombreux investisseurs n’ont pas encore voulu le reconnaître.

Hervé Gugler et François Nordhof, Banque de Commerce et de Placements (Genève) Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Stabilité. La combinaison entre croissance et dividendes élevés devrait offrir des opportunités de placements plus stables et plus rentables. Nicolas Simar, ING Investment Management


Nouveau: Groupes de placement indexés des fondations de placement Swisscanto

Les placements individualisés font le bonheur. Les fondations de placement Swisscanto proposent une solution de placement individualisée à votre institution de prévoyance à partir d’une vaste gamme de produits. Nos groupes de placement indexés vous permettent d‘investir de façon efficace et avantageuse. Vous profitez ainsi de notre compétence reconnue en matière de placements ainsi que d’autres avantages d'une importante fondation de placement bien ancrée sur le marché suisse. Structurez votre portefeuille à votre guise avec nos groupes de placements indexés. Pour tout renseignement, consultez www.fondationplacement.ch ou adressez-vous au conseiller de clientèle de votre banque.

Placements et prévoyance. Les indications figurant dans la présente publication ne constituent pas une offre, mais servent exclusivement à des fins d‘information. Seuls les statuts, règlements et éventuels prospectus sont une base contraignante pour l‘acquisition de parts de Swisscanto Fondation de placement et de Swisscanto Fondation de placement Avant. Ces documents peuvent être obtenus gratuitement auprès de Swisscanto Fondations de placement, Waisenhausstr. 2, 8021 Zurich, ou sur le site www.swisscanto.ch, auprès de toutes les succursales des Banques Cantonales en Suisse ainsi qu‘auprès de la Banque Coop SA, Bâle.


sommaire / 

27

Spirale. L’hyperinflation nécessite une croissance substantielle de la masse monétaire. Mais également une spirale d’augmentation des prix sur une longue période.

Subjectif Les deux causes essentielles de l’hyperinflation������������������������������������ 27

Steve Saville, «The Speculative Investor» Fondamental......................................................................................................... 28 Décalé La science du discontinu��������������������������������������������������������������������������������������� 35

35

Jean-Charles Méthiaz, CEO Lord Louise Philanthropie La coopération requiert une importante capacité d’adaptation��� 37

Karin Jestin, Fondation 1796, Lombard Odier & Cie

46

Les besoins des communautés locales au centre d’une approche philanthropique globale��������������������������������������������������� 39 Philip Morris International tient compte des spécificités du système fédéral suisse pour travailler avec des organisations de bienfaisance.

François Thoenen, Philip Morris S.A. Le problème de l’inégalité des richesses����������������������������������������������������� 40 Quel rôle les philanthropes privés peuvent-ils jouer pour combler les écarts de richesse dans le monde? En sachant que résoudre le problème simplement par des dons aux pauvres relève du mythe.

Lien. Le réseautage comme accession au pouvoir dans les grands groupes internationaux relève du mythe. Jean-Charles Méthiaz, CEO Lord Louise.

Mathias Terheggen, UBS Philanthropy L’investissement à but social� ����������������������������������������������������������������������������� 42 Les banques et les gestionnaires de fortune offrent aux investisseurs la possibilité de combiner des investissements négociables quotidiennement avec un engagement social. Engagement. Les banques et les gestionnaires de fortune offrent aux investisseurs la possibilité de combiner des investissements négociables quotidiennement avec un engagement social. Nicolas Duchêne, Reyl Private Office.

Eric Lütenegger, PMG Fonds Management Philanthropie pour la planète� ��������������������������������������������������������������������������� 43 La Fondation Humus entend mobiliser ses moyens financiers pour appuyer différents acteurs impliqués dans la préservation des écosystèmes.

Claude Dumont, Fonds Humus Donner est un choix������������������������������������������������������������������������������������������������ 46

Nicolas Duchêne, Reyl Private Office et Etienne Eichenberger, Wise Philanthropy Advisors Convivial L’extravagante croisade parlementaire du postféminisme�������������� 48

Drieu Godefridi, Philosophe et dirigeant d’entreprise AGEFI magazine est un magazine de l’Agefi, le quotidien de l’Agence économique et financière à Genève • Administrateur délégué-Rédacteur en chef François Schaller • Directeur-Conseil d’administration Dominique Hiltbrunner • Responsable web et développements Christian Affolter • Rédacteur en chef Agefi magazine Noël Labelle • Graphisme Sigrid Van Hove • Responsable production média Guy-Marc Aprin • Administration et Finance Rolande Voisard • Abonnements Patricia Chevalley • Publicité Ludovic Lejeune Tél. (021) 331 41 12 – l.lejeune@agefi.com et Charles Gattobigio Tél. (021) 331 41 91 – c.gattobigio@agefi.com • Impression Kliemo Printing, Eupen • Direction et administration Rue de Genève 17, 1002 Lausanne – Tél. (021) 331 41 41 – Fax (021) 331 41 10 e-mail: agefi@agefi.com • Vente en kiosque Naville, Genève. Prix: 5,50 fr. (TVA 2,5% incl.). Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012


Instrument unIque de veIlle stratégIque FinWatcher : un précieux gain de temps, l’unique plate-forme internet  filtrant et réunissant les documents stratégiques traitant des activités financières et bancaires dans le monde entier. Plus de 450 sources publiques et privées internationales, mises à jour  quotidiennement. Une alerte journalière par mail.  Archivage de tous les documents publiés, environ 4000 par année,  téléchargeables instantanément. Abonnement individuel: CHF 30.-/mois – CHF 300.-/an   Diverses formules d’abonnement corporate (utilisateurs multiples): dès CHF 60.-/mois – CHF 600.-/an. Testez gratuitement pendant 10 jours cet observatoire de la finance.

www.finwatcher.com

AGENCE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE À GENÈVE


éditorial / 

L’Union européenne prise au piège de sa propre construction La tourmente actuelle n’est pas une simple crise monétaire. La volonté politique ne sera de toute manière pas suffisante pour la surmonter.

L

e gouvernement grec a impérativement besoin de boucler un accord sur les exigences des bailleurs de fonds internationaux car le pays n’a pas les moyens de rembourser 14,5 milliards d’euros de prêts qui arrivent à échéance le 20 mars. Le risque de cessation de paiements est donc bien réel et imminent. D’ailleurs, plus personne n’exclut ce scénario. Y compris dans les plus hautes sphères de l’Eurogroupe. Son président, Jean-Claude Juncker, l’a même ouvertement évoqué dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. Evidemment, la sortie du Premier ministre luxembourgeois, habituellement très prudent, est avant tout destinée à accentuer la pression sur Loukas Papademos. Mais le fait est là : le compte-à-rebours est lancé. Personne ne sait à quoi ressemblera la zone euro, voire l’Union européenne, au lendemain de cette date fatidique.

Artificielle. L’Union européenne n’a pas attendu la crise de la

dette souveraine pour être secouée. A vrai dire, cette construction artificielle et alambiquée a toujours été bancale: crise de la chaise vide pendant les années 1960, «eurosclérose» des années 70, début du déclin économique et technologique face aux états-Unis et au Japon dans les années 80, retour des camps de concentration et du nettoyage ethnique avec l’implosion de la Yougoslavie voisine dans les années 90, échecs des référendums constitutionnels en France, aux Pays-Bas et en Irlande dans les années 2000. On a connu construction plus harmonieuse.

Tourmente. Pourtant, aujourd’hui, le mal semble plus profond, car économique. La volonté politique ne sera pas suffisante pour le soigner. La tourmente actuelle n’est pas une crise monétaire, mais une crise des balances courantes. Dans l’absolu, la seule manière d’y faire face serait d’entamer une réforme structurelle des économies européennes. ça nécessiterait donc avant tout une dévaluation monétaire, une cure d’austérité budgétaire et des mesures visant à restaurer la compétitivité des pays qui en ont besoin. En clair, il faudrait un programme comme le Fonds monétaire international en impose, avec plus ou moins de succès, aux pays en difficulté et relancer la croissance, sans laquelle l’Europe ne peut sortir de l’ornière. Sauf que l’union monétaire empêche ce genre de traitement de choc. Une solution pourrait être d’imposer une dévaluation globale de la monnaie européenne, notamment vis-àvis du yuan chinois, afin de protéger les entreprises locales et de tenter de régénérer une industrie européenne créatrice d’emploi. Problème: l’Allemagne refuse toute idée allant dans ce sens. Et rien ne peut se faire sans Berlin… Avec un processus décisionnel figé, sous l’influence d’un seul Etat, une disparité économique grandissante entre ses membres et une périphérie prête à s’enflammer à la première étincelle, l’Union européenne ressemble plus à la Yougoslavie des années 80 qu’à la Suisse. On a les modèles fédéraux que l’on peut. /// Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Rédacteur en chef Noël Labelle


 / prologue ACTIONS

Les facteurs de soutien très temporaires Le recul de la capitalisation mondiale provient en partie de montants particulièrement importants de rachats d’actions par les sociétés. Bernard Aybran

Directeur de la multigestion, Invesco Asset Management «Comme va janvier, va l’année». Cette maxime s’avère bien ancrée dans l’esprit de nombreux investisseurs, même si elle n’a été d’aucun secours sur les dernières années, durant lesquelles les performances de janvier n’ont démontré aucun pouvoir prédictif sur les performances de l’année civile. Quoiqu’il en soit, après une autre année boursière qui a fait fuir les épargnants, ce début d’année pourrait redonner un peu de confiance à certains. En premier lieu, ce sont des états-Unis que sont venues les bonnes surprises, et en particulier sur le front de l’emploi. Avec un taux de chômage tombé à 8,6% au mois de novembre, c’est un facteur de soutien fondamental qui est de retour pour l’économie américaine, fondée sur la consommation et donc, d’une manière ou d’une autre, sur l’emploi. Et peu importe que cette baisse soit majoritairement due des sorties pures et simples du marché du travail, plutôt qu’à des créations d’emplois: la réaction des marchés sur la seconde moitié de décembre a été très favorable, d’autant plus que ce chiffre s’est accompagné d’une nouveauté de taille en Europe. La Banque Centrale Européenne a, en effet, mis en œuvre un nouvel instrument de soutien au système financier. Avec la première opération de refinancement à long terme réalisée le 20 décembre dernier, elle offre à toutes les banques qui le souhaitent un financement à taux très bas (voisin de 1%) sur une durée longue (3 ans) en acceptant tous types d’emprunts d’état en garantie, et pour des montants illimités. D’une part, cette opération ressemble par bien des aspects aux «super-livrets» que certaines banques offrent aux particuliers, mais sans plafond de dépôt et avec des rémunérations bien plus attrayantes. En outre, les sommes déposées auprès de la Banque Centrale sont a priori destinées à favoriser l’octroi de crédit par les banques commerciales aux entreprises et Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

aux ménages, favorisant ainsi une reprise économique qui semble par ailleurs bien compromise. Ce soutien massif au système bancaire a lui aussi permis un rebond des marchés, qui voyaient ainsi s’éloigner un peu la menace créée par un marché interbancaire de la zone euro toujours gelé: non seulement les banques au-delà des frontières du vieux continent prêtent toujours moins à leurs homologues européens, mais les banques de la région se prêtent toujours moins entre elles. Toutefois, début janvier soit deux semaines après cette opération, les demandes de «facilités de crédit marginales» auprès de la BCE retrouvent leur niveau le plus élevé depuis mi-2009, malgré leur coût élevé. Le marché interbancaire demeure gelé. Quoiqu’il en soit, devant ces esquisses de bonnes nouvelles de part et d’autre de l’Atlantique, un chiffre demeure symptomatique du bilan 2011 sur les marchés actions: en reculant de 12%, la capitalisation boursière mondiale a fondu de 6300 milliards de dollars sur l’année. La performance des marchés y est bien sûr pour beaucoup, avec un recul de 9,4% pour les actions mondiales. Mais ce recul de la capitalisation mondiale provient également de montants particulièrement importants de rachats d’actions par les sociétés, notamment aux états-Unis. En effet, en 2011, les bénéfices des sociétés américaines ont renoué avec leurs plus hauts historiques. Dès lors, elles peuvent utiliser ces bénéfices de plusieurs manières. La distribution aux actionnaires sous forme de dividende n’est généralement pas privilégiée et le rendement du dividende américain est inférieur de moitié au rendement en zone euro. Autre utilisation possible, mais assez peu exploitée encore: l’investissement des bénéfices afin de développer l’activité de la société. Enfin, toujours privilégié: conserver les bénéfices sous forme de trésorerie au bilan (on parle de «report à nouveau» en comptabilité française) ou racheter ses propres actions. Ces deux dernières options ont largement été favorisées dans le courant de l’année. Si la solidité et la Allocation d’actifs à fin décembre 2011 Opinion sur les marchés actions

Thématiques privilégiées

Europe

+

Dette émergente

états-Unis

+

Corée

Japon

Marchés émergents = = neutre

+ surpondéré

– sous-pondéré

profitabilité des sociétés s’en trouvent renforcées, le niveau d’activité générale des économies ne trouve pas dans ce cadre le soutien qui lui serait nécessaire. Dans le courant du mois de décembre, les portefeuilles diversifiés multigérants Invesco ont conservé un socle important d’emprunts d’état considérés comme «refuges», pour des raisons diverses: Allemagne, états-Unis et Royaume-Uni. Par ailleurs, les positions en dette émergente ont été renforcées via des fonds de dette libellée en dollars. Pour le reste, les positions sont restées généralement assez stables sur le mois, investies sur des niveaux moyens de l’ordre d’une vingtaine de pourcents actions pour les portefeuilles patrimoniaux et de 70% actions pour le portefeuille actions européennes. En ce début d’année, les marchés d’actions bénéficient de quelques soutiens, qu’il s’agisse de plusieurs statistiques économiques perçues comme encourageantes ou des niveaux de valorisation. Et surtout, un facteur de soutien pourrait venir du repositionnement des portefeuilles en début d’année, après une fin 2011 qui a connu des sommets de pessimisme et de désinvestissement. SECTEUR MINIER

Les mines finlandaises plus vertes Le pays scandinave applique le Green Mining Program La Finlande se donne jusqu’à 2020 pour devenir un leader mondial de la prospection, de l’exploitation et de l’extraction durables et respectueuses de l’environnement en matière de minéraux et de métaux, comme convenu dans le «Green Mining Program» lancé en 2011. Au vu de cet objectif ambitieux, les experts tablent sur une nette augmentation des investissements dans les mines finlandaises. Ces prochaines années, quelque 3 milliards d’euros pourraient ainsi être injectés dans des équipements, installations et bâtiments écocompatibles. Par ailleurs, selon des estimations du ministère finlandais des transports, il est prévu de débourser près de 5 milliards d’euros pour améliorer la desserte ferroviaire des exploitations minières, situées pour la plupart dans le nord du pays. 


prologue /  

énergie

Les alternatives proches d’un plancher Le solaire et l’éolien dépendent de moins en moins des subventions. Pierre-Yves Bolinger

Bloomberg

Equity Research, Credit Suisse Nombre de gouvernements européens ont récemment été confrontés à des problèmes de dette sans précédent et à de faibles prévisions de croissance. En raison de la nécessité croissante d’appliquer des mesures d’austérité strictes, les responsables politiques sont prêts à réévaluer les différentes dépenses, y compris les programmes de

Solaire. Le secteur devrait afficher une

croissance forte et durable lorsque l’énergie solaire aura atteint la parité réseau. subvention. Si les énergies alternatives sont censées apporter de nombreux avantages à long terme, une question se pose en cette période mouvementée: le coût des subventions accordées à ces technologies est-il encore abordable? Avant de tirer des conclusions, commençons par étudier dans le détail les montants alloués. Selon l’Agence internationale de l’énergie, les subventions accordées aux énergies renouvelables dans le monde se sont montées à 66 milliards de dollars US en 2010. Une somme modeste comparée aux 409 milliards de dollars US octroyés aux combustibles fossiles. Par rapport au PIB total de la zone euro, les subventions mentionnées représentent une proportion de moins de 0,4%. Etant donné ces chiffres, il est probable que des mesures de réduction des coûts soient plus efficaces en termes absolus dans d’autres secteurs. De plus, les prix des technologies servant à exploiter les sources d’énergie renouveAgefi Magazine | Private Banking | Février 2012

lable reculent rapidement. L’exemple le plus frappant est celui des panneaux photovoltaïques, dont les prix ont chuté de 75% depuis 2008. Selon EnergyTrend et PVinsights, le prix au comptant des cellules solaires en silicium cristallin est désormais de l’ordre de 1 dollar US/W. Cette baisse est due à un déséquilibre important entre la demande, qui reste faible, et les capacités de production mondiales, qui sont en hausse. Actuellement, les fabricants de panneaux se livrent une concurrence acharnée, notamment avec les entreprises chinoises qui bénéficient de structures de coûts plus favorables et de nombreuses opportunités de financement. L’Italie, le Royaume-Uni et, plus récemment, l’Allemagne ont réduit leurs subventions destinées à l’énergie solaire afin de refléter cette évolution des prix et d’éviter une rentabilité disproportionnée des investissements. L’énergie éolienne dépend nettement moins des subventions publiques dans la mesure où elle est d’un coût bien plus abordable. Aujourd’hui, l’industrie éolienne souffre principalement de difficultés de financement et doit faire face à des surcapacités entraînant une baisse rapide du prix des installations. Les tarifs de l’électricité issue de combustibles fossiles, en revanche, sont en hausse. Depuis fin 2010, les centrales à charbon ont vu le prix des matériaux de combustion augmenter sensiblement en raison de contraintes à long terme au niveau de l’offre. En conséquence, le coût de l’électricité (levelized cost of electricity, LCOE) des nouvelles centrales électriques est désormais estimé à plus de 75 dollars US/ MWh, selon New Energy Finance. Il en a résulté un accroissement des coûts de 36% sur les deux dernières années, contre un recul de près de 30% pour le solaire. L’électricité issue de sources renouvelables est de plus en plus compétitive par rapport à celle provenant de combustibles fossiles. L’énergie éolienne rivalise déjà avec les nouvelles centrales à charbon et à gaz, sous certaines conditions telles que les ressources éoliennes et la performance des installations. Si les technologies renouvelables deviennent moins tributaires des subventions, la plupart d’entre elles, notamment le solaire, en dépendront encore pendant quelques années. Lorsque l’énergie solaire aura atteint la «parité réseau», c’est-à-dire lorsque ses prix seront équivalents ou inférieurs à ceux de l’électricité conventionnelle hors subventions, le secteur devrait afficher une croissance forte et durable.

D’ici là et pendant la période de transition, le marché des actions exposé aux énergies renouvelables présentera probablement un niveau élevé de volatilité. La nouvelle concernant les décisions en matière de subventions sur plusieurs marchés devrait influencer considérablement les performances des valeurs vertes. La situation actuelle du marché a d’importantes implications pour les investisseurs. La période de transition offrira vraisemblablement des opportunités d’investissement intéressantes à condition de choisir les vainqueurs de la crise. Les entreprises technologiques protégées par des barrières technologiques plus élevées et bénéficiant d’un plus grand pouvoir d’imposer leur prix devraient surmonter les turbulences actuelles et remporter des parts de marché à long terme. Suisse-OCDE

De nouvelles réformes recommandées La forte appréciation du franc plaide pour la poursuite d’une politique monétaire généreuse. L’OCDE atteste, dans son dernier rapport sur la situation économique de la Suisse, que le pays connaît une reprise globalement équilibrée après la crise. La croissance potentielle ne s’est pas étiolée suite à la crise et l’activité économique a été dynamisée par l’afflux de main-d’œuvre étrangère. Si la forte demande mondiale en biens et services suisses est parvenue à compenser partiellement la détérioration de la compétitivité-prix de la Suisse consécutive à la forte appréciation du franc en termes réels, les exportations ont toutefois reculé récemment. Les branches axées sur le marché intérieur bénéficient de taux d’intérêt à court et à long termes exceptionnellement bas. Selon l’OCDE, le bas niveau des taux a induit un boom hypothécaire et une hausse des prix de l’immobilier. Certains marchés immobiliers régionaux montrent des signes de surchauffe. Compte tenu de l’endettement brut élevé des ménages, les risques de formation d’une bulle des prix des logements pourraient être exacerbés pour les petites banques axées sur le marché intérieur. Dans le chapitre consacré à la politique fiscale, l’OCDE constate que la charge fis


 / prologue 

cale en Suisse est modérée en comparaison internationale. Néanmoins, ce constat doit être relativisé compte tenu du niveau élevé des cotisations obligatoires du système de santé et de prévoyance. L’OCDE recommande à la Suisse d’engager une réforme fiscale pour améliorer ses perspectives de croissance. L’imposition des personnes physiques doit être diminuée, tandis que celle frappant les biens et les services doit être relevée. De l’avis de l’OCDE, l’élargissement de l’assiette de la TVA et la hausse du taux normal de TVA consolideraient la croissance et limiteraient les distorsions. Des mesures visant à atténuer les pertes de revenu réel des ménages modestes pourraient accompagner une telle réforme. Une autre recommandation propose de ne plus limiter les possibilités qu’ont les autorités locales d’obtenir des recettes de la fiscalité de l’immobilier. L’augmentation de ces recettes compenserait en partie les pertes dues à la réduction de l’impôt sur le revenu au niveau local. En incitant les ménages à s’endetter, le système fiscal est susceptible d’aggraver tout nouvel épisode d’instabilité financière. L’OCDE recommande par conséquent de restreindre les dispositions avantageuses permettant de porter les intérêts débiteurs en déduction du revenu imposable. Dans une deuxième étape, il conviendrait d’abolir l’imposition de la valeur locative. Le système fiscal actuel incite non seulement les ménages à s’endetter, mais favorise une redistribution des revenus vers les ménages les plus riches. Le deuxième chapitre traite des possibilités de réduction des risques dans le système financier pour les contribuables et pour les entreprises. Pour l’OCDE, la réglementation des grandes banques, encore fortement financées par des fonds de tiers, est un élément essentiel. En réponse à cette recommandation, le Parlement a approuvé une réglementation des grandes banques constituant une avancée considérable dans la gestion de ces risques. L’OCDE recommande au législateur d’exiger des deux grandes banques un ratio de levier supérieur aux quelque 5% prévus. En ce qui concerne les exigences sur la structure du financement, les fonds propres de haute qualité (common equity) devraient représenter une part plus importante. Par ailleurs, un abaissement du seuil de fonds propres devrait être conditionné à des plans d’urgence crédibles et coordonnés sur le plan international visant à assurer la pérennité des fonctions d’importance systémique (telles que le trafic des Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

paiements et certaines opérations de crédit domestiques) en cas de menace d’insolvabilité. Des enquêtes ont montré que le durcissement des exigences de fonds propres n’entraîne pas un coût social considérable sous la forme d’un resserrement du crédit. La stabilité financière pourrait ainsi être grandement améliorée à faible coût. L’OCDE recommande en outre d’introduire des instruments macroprudentiels pour limiter les déséquilibres tels qu’une expansion excessive du crédit. SUISSE

Le poids chiffré des tensions professionnelles Les coûts du stress au travail sont évalués à 10 milliards par an. S’il n’existe pas de chiffre précis sur les coûts du stress au travail, ils sont évalués par certains à 10 milliards de francs. «C’est un ordre de grandeur qui pourrait jouer», confirme Margaret Graf, cheffe de la division Travail et santé au Secrétariat d’état à l’économie (SECO). Dans une étude datant de 2000, le SECO avait avancé un montant de près de 4,2 milliards. «Il faut toutefois le prendre avec prudence, car il ne prend en compte que les coûts engendrés directement aux entreprises en termes d’absences et de pertes de productivité», met en garde Margaret Graf. Il n’inclut pas d’autres aspects comme les rentes d’invalidité ou les retraites anticipées. Si l’on considère l’ensemble des coûts, le chiffre de 10 milliards semble dès lors réaliste, selon le Dr Graf. Dans une nouvelle enquête portant sur 2010, le SECO n’a plus donné de chiffres en raison des méthodes divergentes ne permettant pas de comparaison avec l’étude précédente. Mais les coûts ont augmenté, estime la spécialiste. Cette enquête montre que le nombre de travailleurs souffrant de stress chronique – soit se sentant souvent voire très souvent stressés – est passé de 26,6 à 34,4% en dix ans. La proportion des personnes qui ne se sentent jamais ou peu stressées a chuté à 12,2%, contre 17,4% dix ans plus tôt. Les personnes qui doivent tenir des délais ou qui travaillent à un rythme élevé se disent deux fois plus stressées (60%) que les personnes qui n’ont pas d’impératifs temporels (34%). Et celles qui se disent victi-

mes de discrimination sociale au travail ou de «mobbing» sont presque deux fois plus souvent touchées que les autres. Selon l’étude, la perception du stress est aussi liée au problème de santé et à l’insatisfaction des conditions de travail. Lorsque ces dernières sont favorables et lorsque le collaborateur est satisfait de sa hiérarchie, le stress diminue. Une autre étude, publiée en 2011 par Promotion Santé Suisse, avait relevé que les entreprises peuvent subir, à cause d’employés dont le niveau de stress est élevé, des pertes allant jusqu’à 8000 francs par an et par personne. La prévention permet en revanche de diminuer l’absentéisme de chaque collaborateur de 1,7 jour par an et d’économiser 600 francs. ENTREPRISES

Le tourisme d´achat nuit au commerce de détail La mutation structurelle du commerce de détail modifie le visage des centres-villes. Damian Künzi

Economic Research, Credit Suisse Les pronostics pour 2012 sont mitigés en ce qui concerne le commerce de détail: tant que l’incertitude persistera sur l’évolution de la crise de l’euro et que le chômage augmentera, le moral en berne des consommateurs pèsera sur le développement du chiffre d’affaires du commerce de détail. Des impulsions positives sont toutefois possibles grâce à l’immigration, qui ne devrait subir qu’un léger recul en 2012, tout en restant à un niveau élevé. Par ailleurs, la baisse des prix dans le commerce de détail compense la perte du pouvoir d’achat. Nous tablons donc sur une croissance modérée des chiffres d’affaires réels du commerce de détail en 2012. En raison de la baisse des prix, les chiffres d’affaires nominaux du commerce de détail devraient toutefois légèrement reculer. Dans le cadre de l’étude de Credit Suisse sur le commerce de détail «Retail Outlook 2012», l’entreprise de conseil Fuhrer & Hotz a interrogé 200 décideurs du commerce suisse et leurs fournisseurs. L’enquête révèle un optimisme en perte de vitesse par rapport à 2011. Pour 2012, 38% des sondés misent sur une stagnation voire un recul de leur chiffre d’affaires par rapport 


prologue /  

à l’année précédente et même 51% sur une stagnation voire un recul des bénéfices. En 2011, la force du franc a pris le commerce et ses fournisseurs au dépourvu. Les sondés avaient prévu le budget de l’exercice 2011 sur la base d’une parité EUR-CHF de 1,34. La force du franc a contribué à ce que 58% des entreprises n’ont pas atteint leurs prévisions de chiffre d’affaires et 43% leurs objectifs de bénéfices en 2011. Le franc fort a renforcé l’érosion des prix du commerce de détail et a plombé les chiffres d’affaires nominaux. Les prix ont baissé de plus de 2% en 2011 – un record depuis le début des statistiques en 1969. Le tourisme d’achat a explosé d’environ 20 à 30% en 2011, et a notamment pesé très lourdement sur le commerce de détail suisse dans les régions limitrophes. La perte du pouvoir d’achat a atteint 4 à 5 milliards de francs en 2011. Le tourisme d’achat devrait également nuire au commerce de détail suisse en 2012, mais sans augmenter davantage après la hausse massive en 2010 et 2011. L’étude «Retail Outlook 2012» se concentre principalement sur les centres-villes, qui sont les principaux bastions du commerce de détail. Les centres-villes des dix principales agglomérations de Suisse tota-

lisent à eux seuls 14% des salariés du commerce de détail et 11% des magasins du pays. La disparition des magasins ne les a cependant pas épargnés. Un commerce de centre-ville sur dix a fermé entre 1998 et 2008 et l’emploi a reculé globalement de 3,3% durant cette période. Cette réalité traduit l’engouement que suscitent les magasins de plus grande taille ainsi que la croissance de la productivité du travail dans le commerce de détail. Durant la même période, la diversification sectorielle, rapportée à l’ensemble de la Suisse, ne s’est pas détériorée comme on le déplore souvent. Les emplois dans le segment vestimentaire et les grands magasins, deux branches nettement surreprésentées dans les centres-villes, ont d’ailleurs enregistré entre 1998 et 2008 des baisses respectives de 9% et de 8%. En revanche, les branches plutôt sous-représentées comme les magasins de sport et d’électronique se sont développées dans les centres-villes. La détérioration de la diversification sectorielle a surtout touché certaines artères commerciales principales, mais dans la plupart des cas pas tout le centre-ville. Les centres-villes sont extrêmement attractifs du point de vue des fournisseurs comme le révèlent les prix de location

en hausse constante. Mais qu’est-ce qui rend un centre-ville attrayant aux yeux des consommateurs? Notre étude «Retail Outlook 2012» analyse les atouts et les points faibles des centres-villes des dix plus grandes agglomérations de Suisse. La comparaison entre les villes est basée sur les principaux indicateurs suivants: taille de l’offre, diversification sectorielle, degré de filialisation et de concentration des emplois, convivialité pour les piétons, accessibilité par les transports publics et les transports individuels et heures d’ouverture des commerces. Les centres-villes de Zurich, Genève et Berne caracolent en tête de cette comparaison non seulement en raison de la variété de leur offre, mais aussi grâce à leurs solides résultats par rapport aux autres indicateurs. Zurich se distingue notamment par les heures d’ouverture les plus longs de toutes les villes du panel. Genève dispose d’une proportion importante de magasins qui ne font pas partie d’une chaîne de filiales. Berne convainc tout particulièrement par une diversification sectorielle équilibrée et la compacité du centre-ville, qui constitue un attrait pour les piétons. Un commerce bernois moyen est en effet entouré de 110 autres dans un rayon de 200 mètres. ///

Mèche. Inventée en 1863 par le Suisse Giovanni Martignoni.

s:

ace sont effic s suisses n o ti n e v i. Les in r auss cats Fakto nos certifi

Plus d’efficacité: avec nos certificats Faktor. Principales caractéristiques des certificats: ō/HYLHUFRQVWDQW ō'XUÒHRSHQHQG

ō6HXLOG’DMXVWHPHQW ō3DVGHʼnNQRFNRXWŊ

ō3DVGłLQIOXHQFHGHODYRODWLOLWÒ ō3DVGHSHUWHVGHʼnUROOŊ

Vous trouverez d’autres certificats Faktor et de plus amples informations: www.zertifikate.commerzbank.ch, 0800 11 77 11* * Veuillez noter que toutes les conversations sur cette ligne sont enregistrées. 1RXVSDUWRQVGXSULQFLSHTXHYRXVQRXVGRQQH]YRWUHDFFRUG

Achieving more together


10 / Discutable

Les tribulations de Philipp Hildebrand coûteront cher à la Suisse La défense de la compétitivité est un objectif noble. Mais la Suisse ne peut se permettre d’encaisser les pertes colossales que provoquerait un raffermissement du franc.

semble européen en pleine crise existentielle, la Banque Nationale Suisse – sous l’impulsion décisive de son Président Philipp Hildebrand – s’est battue depuis 2009 à armes inégales contre une spéculation ayant porté le franc à des niveaux invraisemblablement élevés. Pourtant, cette guerre au franc fort fut également menée avec une agressivité intense et une maladresse évidente par un Hildebrand – certes pris dans le feu de l’action – mais qui semblait faire fi des moyens limités de la BNS contre des marchés omnipotents. La Banque Centrale Suisse n’est simplement pas de taille à absorber les flux quotidiens internationaux en francs fuisses ni capable de tenir tête toute seule à un marché dont on sait qu’il est le plus important au monde. Depuis les achats massifs et répétitifs d’euros opérés par la banque centrale sur le marché des Changes à l’abandon unilatéral de ces interventions ayant paradoxalement offert aux spéculateurs de formidables opportunités d’acheter du franc suisse à bon prix. Depuis l’introduction de la notion de «plafond» pour le cours du franc qui serait défendu par la BNS mais qui devait se révéler être un fiasco supplémentaire. A la définition récente du «peg», c’est-àdire à la corrélation de la monnaie helvétique par rapport à l’euro doublée de la volonté farouche de défendre «coûte que coûte» (selon les déclarations officielles) le palier des 1,20…

Impardonnable. Erreurs tactiques

d’une légèreté impardonnable car une Banque Centrale qui se respecte ne pénètre dans l’arène que pour livrer une bataille qu’elle est certaine de gagner ! Hildebrand s’était-il cru investi d’une mission divine en mettant en action toutes les batteries de la BNS dans le but de pourfendre les amateurs de francs suisses? De fait, les pertes de la Banque NaAgefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Bloomberg

Existentiel. Isolée au cœur d’un en-

Michel Santi

Economiste et analyste financier indépendant www.gestionsuisse.com

Le contribuable suisse sera invité à régler la note de Philipp Hildebrand aujourd’hui déchu. tionale Suisse se comptent désormais par dizaines de milliards de francs et son bilan dépasse 260 milliards, chiffre qui représente la moitié du PIB de son propre pays ! La Banque Nationale Suisse a tant et si bien acheté et amassé la monnaie unique (par débit franc fuisse) qu’elle se retrouve à détenir bien plus d’euros que de sa propre monnaie ! On croit rêver en effet dès lors que l’on se rend compte que la Banque Centrale Suisse dispose aujourd’hui d’un bilan, surtout libellé en euros. Comment la BNS, détenue principalement par les cantons mais qui n’en reste pas moins une entité dont les titres peuvent être acquis par le public, est-elle en mesure de justifier ce bilan contre nature? En outre, comment le Président d’une banque centrale – par définition non élu par le peuple – estil capable d’indexer le franc suisse à la monnaie unique alors même que la majorité des citoyens et des cantons – s’ils étaient consultés aujourd’hui – refu-

seraient catégoriquement l’adhésion à l’Union européenne?

Imminent. La défense de la compé-

titivité helvétique est certes un objectif noble mais la Suisse peut-elle se permettre d’encaisser de telles pertes colossales qui seront amenées à s’aggraver davantage par le raffermissement imminent du franc suite au départ de Hildebrand? Car c’est au tribunal des marchés que cette affaire génèrera le plus de dégâts du fait de la vulnérabilité exacerbée d’une Banque Nationale Suisse qui se retrouve au cœur d’un scandale caractérisé par l’appât du gain – ou au mieux par la négligence intolérable – de son propre Président? Les montants impliqués – 60 000 francs suisses – sont certes insignifiants mais il est néanmoins moralement injustifiable que l’épouse du patron de la BNS se lance dans une transaction forex consistant à vendre du franc concomitamment à une intervention sur le marché des Changes initiée par son époux qui consiste précisément à affaiblir la devise helvétique. Madame Hildebrand, ayant exercé le métier de trader chez Moore Capital, désireuse d’acheter des dollars à un prix «record» et à des niveaux «ridiculement bon marchés» (selon ses propres termes) était-elle prosaïquement à l’affût d’un bon coup? Pouvait-elle ignorer l’intervention massive et spectaculaire – donc préparée et planifiée bien à l’avance – de la BNS? «The jury is out» comme disent les anglo-saxons car cette affaire n’aura aucune répercussion juridique, son époux ayant d’ores et déjà payé par son départ le prix de ce mélange des genres inacceptable de la part du dirigeant d’une banque centrale membre du G20. Toujours est-il que c’est le contribuable helvétique qui sera invité à régler la note d’un Hildebrand aujourd’hui déchu qui prenait plaisir à jouer le justicier à la Charles Bronson. ///


gRAND ANGLE / 11

- Private Banking Douze auteurs évaluent la stabilité des options d’investissement

Les positions défensives bientôt déstabilisées 

La volatilité pourrait durer du boom inflationniste à la débandade déflationniste.  La combinaison entre croissance et dividendes élevés peut offrir de la stabilité.  La recapitalisation des banques est la clé pour résoudre la crise de la dette.

L

es marchés ont évolué ces deux dernières années au gré des sommets politiques européens qui se sont tenus pour, dans un premier temps, essayer de régler le problème de la dette grecque, puis, dans un second temps, éviter la contagion aux autres pays de la zone euro, notamment à l’Italie et à l’Espagne. De plus, les marchés ont aussi subi, à plusieurs reprises, la mise en garde des agences de notation. Et de nombreux pays de la zone euro, dont France, se sont vus sanctionnés. Dans un tel contexte, il convient de rester prudent. Les marchés resteront très volatiles et fortement influencée par l’évolution de la situation politique européenne. L’implosion de la zone euro durant le premier semestre 2012 n’est plus considérée comme un scénario impossible. Les conséquences d’un tel cataclysme sont impossibles à évaluer sur le plan aussi bien microéconomique que macroéconomique. La question centrale est celle de la durée et de l’importance de la récession. Les mesures d’austérité, qui ont été adoptées dans plusieurs pays de la zone euro, sont de nature à aggraver la récession qui se profile. En tout état de cause, le désendettement de l’ensemble des pays développés sera un processus lent qui va peser sur la croissance pendant de nombreuses années. Un scénario à la japonaise ne peut donc pas être exclu. Un tel constat exige la prudence sur les marchés. /// Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012


12 / Private Banking

Les bonnes affaires potentielles se démarquent sur le front des actions Les investisseurs orientés long terme peuvent trouver des opportunités intéressantes compte tenu des valorisations attrayantes des actions.

Relationship Manager, T. Rowe Price Switzerland Josef Bossi

Aléas. La nervosité des investisseurs n’a

rien d’étonnant: les rendements des actions sont mauvais depuis une quinzaine d’années, la volatilité est élevée et les aléas économiques sont encore nombreux. De toute évidence, les actions paraissent attrayantes, en particulier par rapport aux obligations – aussi attrayantes qu’elles l’ont été depuis les années 1950. Les valorisations sont tout simplement excellentes et l’histoire des marchés boursiers porte à croire que c’est le moment d’acheter. Il est clair que la transition entre deux années de prise de risques et l’inversion de tendance amorcée au printemps 2011 a joué avec les nerfs des investisseurs. Les séanAgefi Magazine | Private Banking | Février 2012

DR

N

ous nous trouvons actuellement dans une période de revalorisation du risque. Dans la presse, le scénario d’une rechute en récession alimente chaque jour le débat – des craintes dont les cours des actions se font l’écho. Or, la vraie question qui se pose est la suivante: comment les investisseurs peuvent-ils réaliser des gains à long terme? En 2011, ce sont les actifs obligataires qui ont remporté la palme de la sécurité et de la performance. Cela étant, les faibles rendements actuels des bons du Trésor ont de quoi faire réfléchir les investisseurs, qui devraient peut-être envisager d’autres options – notamment les actions. Dans l’environnement actuel, les gestionnaires de T. Rowe Price s’attendent à ce que les taux de croissance plus élevés des pays émergents continuent de tirer la croissance mondiale vers le haut et que le cycle de durcissement monétaire que connaissent actuellement les marchés prenne fin cette année. Une situation qui pourrait faire l’affaire des pays émergents mais aussi de nombreux secteurs des économies développées puisant une part importante de leurs revenus dans les pays en développement.

Le réflexe immédiat des investisseurs a été de se réfugier vers les valeurs sûres. A commencer par les bons du Trésor américain. ces où l’indice S&P 500 varie de plus de 3% sont de plus en plus courantes. Depuis début octobre 2007, ces journées extrêmes ont été près de 6,5 fois plus nombreuses que depuis 1940, à en croire le Ned Davis Research Group. Principal artisan de cette volatilité: le déluge de mauvaises nouvelles inondant les marchés. Au début du quatrième trimestre, le scénario de la récession faisait couler beaucoup d’encre en Europe et aux étatsUnis, les efforts déployés par les pays développés pour éloigner la menace de la dette souveraine sur leurs systèmes bancaires étaient mis à mal par les tergiversations politiques et les marchés ne parvenaient pas à reprendre leur souffle. Or, sous toutes les latitudes, de nombreuses sociétés prospèrent et continuent à doper les marges bénéficiaires et les liquidités. Des sociétés génèrent d’excellents cashflows et des marges bénéficiaires supérieures à la moyenne parce qu’elles gèrent leurs activités de façon responsable. Si les sociétés n’affichaient pas d’aussi bons ré-

sultats, la phase baissière à laquelle nous devrions faire face serait bien pire. En effet, aux quatre coins de la planète, les marchés ont été nombreux à clôturer le troisième trimestre en territoire négatif. En cause: le repli anticipé des actions mondiales, qui a soulevé une importante vague de ventes du fait de la résurgence des craintes. (Est considérée comme une phase baissière toute baisse d’au moins 20%.) A la fin du troisième trimestre, cette vague de ventes massives avait fait chuter l’indice S&P 500 des grandes capitalisations de 8,7% en cumul annuel, poussé les bons du Trésor à 10 ans à afficher des rendements historiquement bas, de moins de 2%, et les investisseurs à craindre que les Bourses ne soient emportées dans l’abîme comme ce fût le cas entre 2008 et début 2009. Malgré tout, le S&P 500 était encore supérieur de 76,3% à son creux de mars 2009, bien que son niveau fût encore inférieur de 21,1% à son dernier pic d’octobre 2007.

Récession.

Bien entendu, le fait que cette vague de vente soit intervenue autour du 5 août, date de la dégradation de la note souveraine des états-Unis par Standard & Poor’s, n’y est pas étranger. Mais alors que la démonstration d’inertie politique à Washington a certainement rehaussé la perception du risque chez les investisseurs, leur réflexe immédiat de se réfugier vers les valeurs sûres – à commencer par les bons du Trésor américain – est venu contredire l’idée que la dette américaine n’inspirait plus confiance. En revanche, d’autres réalités ont davantage pesé dans la balance: un flux de données indiquant un ralentissement de la croissance mondiale, les tergiversations politiques des dirigeants européens pour sortir le Vieux Continent de l’impasse de la dette souveraine, et la recrudescence des craintes d’une contagion des défaillances des états ou des banques au-delà de la zone euro. Conséquence: les cours des marchés mon


Private Banking / 13

La nervosité des investisseurs n’a rien d’étonnant. Les rendements des actions sont mauvais depuis une quinzaine d’années.



diaux reflètent une récession. A la fin du troisième trimestre, l’Europe périphérique était déjà considérée en récession; les prévisions indiquaient que le reste de l’Europe s’apprêtait à lui emboiter le pas. Et ce spectre a également été agité en Amérique au vu de la faiblesse des données économiques des états-Unis, en particulier de la croissance de l’emploi. T. Rowe Price table sur une croissance de 1,9% pour 2012. Or, s’il est vrai que le ralentissement de la croissance est une caractéristique typique des récessions, le haut

L’inflation doit se tasser dans les pays émergents. Pour les banques centrales puissent abandonner les mesures de durcissement monétaire. niveau actuel des marges bénéficiaires des entreprises et le désendettement des ménages ne le sont pas. Le résultat sera probablement une «récession de la croissance», marquée par une croissance très faible, insuffisante pour faire baisser substantiellement le taux de chômage. Sur une note plus positive, la vigueur des ajustements opérés par le secteur privé depuis la récession de 2007 à 2009 est plus susceptible de générer de la croissance. Cela étant, deux obstacles majeurs subsistent: les pertes sur prêts hypothécaires aux Etats-Unis n’ont pas encore été pleinement prises en compte et, alors même que le secteur privé pourrait relâcher un peu la pédale, les gouvernements pourraient mettre en place des mesures d’austérité budgétaire. La crise de dette souveraine en Europe n’est pas sans rappeler la crise de la dette privée qui a éclaté aux états-Unis en 2007, à cela près que le ratio dette/PIB de l’Europe est supérieur au pic des Etats-Unis de début 2009. Reste que l’union monétaire dépourvue d’une union budgétaire qu’est Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

la zone euro aura beaucoup plus de mal à sortir de l’impasse. Les analystes de T. Rowe Price estiment que l’Europe continuera de garder la tête hors de l’eau jusqu’au jour où la situation s’aggravera suffisamment pour forcer les décisionnaires à prendre des décisions difficiles mais nécessaires. La solution réside dans une approche plus globale que celle en place. Elle doit passer par un plan prévoyant une variante pour la zone euro du plan américain Troubled Asset Relief Program dans le cadre d’un Fonds européen de stabilité financière aux prérogatives nettement élargies. L’émission d’euro-obligations est une option, mais reste un sujet sensible dans la mesure où les nations seraient contraintes d’abandonner une partie de leur souveraineté budgétaire. D’autant que ce processus s’étalera sur des années, ce qui ne fait qu’augmenter l’aversion au risque des investisseurs. Dans un contexte de chômage élevé aux états-Unis, de flou quant à la voie que prendra l’Oncle Sam en termes de droits aux indemnités de longue durée et de réforme fiscale, mais aussi de situation précaire en Europe, difficile d’être sûr de l’environnement d’investissement. Or, cette incertitude pèse sur la confiance des consommateurs et des entreprises et ralentit le PIB. Cela finit par devenir un cercle vicieux. Résultat: la croissance mondiale est plus lente que celle typique après une récession.

Tassement. Sur fond de ralentissement

de la croissance, les sociétés parviendrontelles à maintenir leurs niveaux élevés de bénéfices? «Tout le monde est à l’affût d’une vague de révisions à la baisse des bénéfices en raison du décrochage entre le contexte macro-économique et les conditions micro-économiques des sociétés réalisant d’excellents résultats», commente M. Gitlin, responsable Revenu fixe. «Mais dans

l’intervalle, il convient de faire la distinction les sociétés qui recèlent des opportunités et les autres.» Les marges bénéficiaires plus élevées sont plus durables que ce que pensent la plupart des gens. Les grandes capitalisations des pays développés, en particulier aux états-Unis, sont beaucoup moins de dépendantes des économies des marchés développés qu’elles ne l’ont été par le passé. D’un point de vue géographique, les bénéfices du S&P 500 sont réalisés à divers endroits, sous l’impulsion d’une dynamique de croissance plus soutenue dans les pays émergents.

Conditions.

Alors que personne ne sait ce que nous réservent les marchés à court terme, les valorisations des actions signalent que cette catégorie d’actifs devrait tirer son épingle du jeu au cours des 10 prochaines années. En même temps, les risques à court terme abondent, dit-il, en notant trois conditions pour que les marchés redeviennent haussiers: Les bons choix politiques doivent être  faits aux états-Unis et en Europe en matière de politique budgétaire à long terme afin de rassurer les investisseurs par une gestion correcte des engagements souverains. Ces décisions doivent être prises dans un  contexte de nature à redonner confiance dans les instances dirigeantes américaines et européennes – une confiance dont les investisseurs ont cruellement besoin pour réinvestir dans des actifs plus risqués. Enfin, il faut que l’inflation se tasse dans  les pays émergents afin que les banques centrales puissent abandonner les mesures de durcissement monétaire mises en place. Le système bancaire des états-Unis s’est totalement recapitalisé. Les consommateurs ont remboursé leurs dettes. Et le secteur des entreprises affiche une forme excellente. D’ailleurs, certaines sociétés ne se sont jamais aussi bien portées sur le plan financier. ///


14 / Private Banking

Les investisseurs sont toujours dans l’attente La volatilité devrait durer. Du boom inflationniste à la débandade déflationniste.

Manager of the BNY Mellon Global Real Return fund (EUR), BNY Mellon James Harries

L

e dernier trimestre de 2011 a clôturé dans le chaos une année riche en événements extraordinaires, au cours de laquelle le monde a ouvert les yeux sur l’ampleur inégalée de la dette des pays occidentaux et l’urgence de la réduire. Pendant un certain temps, nos opinions d’investissement ont essentiellement reposé sur l’idée que l’évolution de l’économie mondiale serait tributaire du désendettement. Nous avons souvent décrit ce deleveraging comme un processus de longue haleine qui aboutirait à une période de croissance plus lente et beaucoup plus volatile, comportant un risque considérable d’erreurs politiques. Une donne qui a clairement sous-tendu les activités des marchés financiers au cours des 12 derniers mois.

Tassement. Entre les circonstances ac-

tuelles et les crises antérieures impliquant un niveau trop élevé de dette, la différence est une différence d’échelle. Alors que les problèmes en Grèce se sont révélés être un condensé des problèmes touchant, à une échelle plus large, la zone euro, le même constat peut être dressé à propos de la zone euro face au reste du monde développé. Tant que ces problèmes plus importants ne seront pas résolus, la volatilité, les sautes d’humeur capricieuses des marchés ont des chances de perdurer. En dépit d’obstacles considérables, l’activité économique mondiale pourrait en 2012 être soutenue par le tassement des prix des matières premières amorcé au deuxième trimestre de 2011 et le relâchement des rênes monétaires dans la majorité des pays. Cela dit, le constat que les actifs «dénués de risque» ne sont pas si dénués de risque que cela gagne du terrain, ce qui pourrait signifier que le désendettement reste le principal thème structurel, en particulier pour les banques européennes de très grande envergure et jouant un rôle majeur. Selon nos prévisions, le risque d’événeAgefi Magazine | Private Banking | Février 2012

ment devrait rester élevé et les taux d’intérêt bas. D’une part, les investisseurs sont encore dans l’attente de «la solution» à la crise de l’euro, sachant que l’éventualité d’une fragmentation de la zone euro ne cesse de croître. D’autre part, le résultat des élections présidentielles américaines en novembre pourrait également être un paramètre particulièrement important. D’autant que des cartes politiques pourraient encore être redistribuées avec les élections présidentielles qui auront lieu en Russie en mars ainsi qu’en France en avril/ mai, sans oublier l’accession au pouvoir de la cinquième génération de dirigeants à la tête du Parti communiste chinois (en novembre) – autant d’événements qui polariseront l’attention des investisseurs. Le contexte financier, qui sera toujours aussi difficile en 2012, devrait accentuer les mérites d’une gestion de fortune active et les avantages de la capacité de se concentrer sur un investissement dans des entreprises de premier ordre bien valorisées, plutôt que de suivre simplement des indices de référence basés sur des indices généraux. Bien que l’on puisse tabler sur une persistance de la volatilité qui a caractérisé 2011 en toile de fond, nous pensons qu’éviter les segments d’investissement pénalisés par le contexte de désendettement devrait soutenir les rendements absolus positifs à moyen terme. Dans un monde complexe qui évolue rapidement, nous pensons qu’il est essentiel d’être capable de ne pas écouter les «rumeurs» qui rongent les marchés financiers et de se faire sa propre opinion des véritables sources de risque et d’opportunités d’investissement. Chez Newton, qui fait partie de BNY Mellon Asset Management, nous nous servons de thèmes d’investissement mondiaux à cet effet. Nos thèmes représentent nos convictions sur les moteurs potentiels de changement dans le monde; ils sont basés sur des tendances fondamentales observables, plutôt que sur des idées spéculatives ou à court terme.

Nous avons créé notre stratégie de Global Real Return, BNY Mellon Global Real Return fund (EUR) (rendement réel mondial) au début de la dernière décennie. Celle-ci s’attache à générer des rendements absolus positifs (surplus de liquidités), une démarche que nous considérons comme judicieuse pour réaliser des objectifs d’investissement à long terme dans un contexte économique et financier difficile. De notre point de vue, suivre une approche fondée sur des indices peut être désavantageuse. La stratégie implique une approche active et flexible de l’allocation d’actifs, qui s’affranchit des contraintes de l’indice de référence. Dans l’environnement de placement actuel, la diversification peut être très souhaitable, mais les corrélations entre catégories d’actifs peuvent considérablement varier à terme, si bien que les idées préconçues et les approches fondées sur des modèles tournés vers le passé pourraient être mises à mal. Global Real Return s’appuie sur notre conviction que les stratégies doivent être suffisamment flexibles pour pouvoir supporter des variations très importantes de l’allocation d’actifs et se concentrer sur des caractéristiques spécifiques (telles que des régions, secteurs et industries donnés) au sein des catégories d’actifs.

équilibre. Dans le cadre de la gestion

de la stratégie, notre objectif est d’instaurer un équilibre entre un portefeuille de base d’actifs traditionnels, qui soit en mesure de dégager une performance attrayante dans la majorité des situations économiques, et une «couche isolante» d’autres stratégies d’options simples, d’actifs et de monnaies, destinée à couvrir toute une gamme de scénarios, à réduire la volatilité et à protéger le capital. Au-delà de cela, étant confrontés à une transition continue vers un environnement plus complexe en termes de rendement et de volatilité, nous pensons que les gestionnaires d’actifs doivent avant tout adopter une approche active et flexible pour réaliser leurs objectifs à long terme. ///


Private Banking / 15

La recherche des dividendes passe par les pays émergents La combinaison entre croissance et dividendes élevés devrait offrir des voies de placements plus stables et plus rentables.

Head High Dividend Strategies, ING Investment Management Nicolas Simar

L

Stables.

a croissance globale devrait s’abaisser de 3,5% en 2011 à 2,9% en 2012, et les régions économiquement développées resteront aux prises avec leurs problèmes structurels de dette. Par conséquent, le marché des actions continuera à être volatil et les taux d’intérêt demeureront bas. A l’inverse, les pays émergents offrent des opportunités d’investissement intéressantes. En 2012, la conjoncture devrait y être meilleure que dans les nations industrialisées. L’Europe et les états-Unis devraient connaître un recul des rendements de respectivement -7% et -3%, tandis que dans les pays émergents, les rendements de-

Dans ce contexte de sobriété globale, les investisseurs se concentrent de préférence sur des stratégies de dividende. Ces dernières pourraient, durant un laps de temps bien défini, fournir les seuls rendements positifs, tandis que les gains en capitaux et la croissance des dividendes pourraient s’orienter négativement. Les stratégies de dividende constituent par conséquent une source de revenus stable avec un caractère défensif. Jusqu’à aujourd’hui, ce sont surtout les actions à dividende élevé américaines et européennes qui ont occupé le devant de la scène. Mais grâce à la force des pays émergents et à la santé florissante de leurs entreprises, ces marchés des capitaux offrent de plus en plus d’opportunités de placements à dividendes élevés. Ces dernières décennies, les taux de croissance des dividendes plus élevés observés dans les pays émergents constituent un indice clair de leur capacité croissante à protéger les intérêts des actionnaires (voir le graphique). Certes, dans les pays émergents, les rendements sur dividendes de 3,2% en moyenne restent inférieurs à ceux de l’Europe (4,3%), mais ils dépassent ceux des actions américaines (2,1%) et japonaises (2,6%). Les taux de croissance plus élevés, les bilans plus solides et les évaluations plus favorables des entreprises des pays émer-

Il est très vraisemblable que des flux d’argent se déplaceront massivement des états industrialisés vers les pays émergents. vraient croître de 10%. L’insécurité globale pourrait bien se traduire par des fuites de capitaux à court terme. Toutefois, à long terme, il est hautement vraisemblable que des flux d’argent se déplaceront massivement des états industrialisés vers les pays émergents.

DES DIVIDENDES EN CONSTANTE AUGMENTATION MSCI EM (sans dividendes)

Indice 100 dec 1987

Rendement total MSCI EM (avec dividendes)

13,7%

2600 2100 1600

10,9%

1100 600 100

12.06 10.07 08.08 04.08 10.09 08.10 04.11 12.11 Sources: Datastream, UBS Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

gents offrent toutes les conditions préalables pour une surperformance. Cette année, leur croissance économique devrait se situer à 5,7%, tandis que les niveaux de profits des entreprises devraient grimper à environ 10%. On peut donc en déduire

Les marchés émergents offrent de plus en plus d’opportunités de placements à dividendes élevés. que le développement des dividendes dans les marchés émergents se poursuivra selon cette tendance à la hausse.

Pièges.

Une sélection attentive des titres empêche que l’investisseur ne tombe dans certains pièges des dividendes. Ceuxci peuvent se refermer très vite lorsque, d’une part, la distribution des dividendes augmente dans une entreprise, mais que, d’autre part, les fondamentaux de cette entreprise se détériorent. La sélection de titres doit dépendre d’une analyse approfondie de la solidité du cash-flow, de la structure du capital, des dépenses d’investissement et des marges opérationnelles, et cela au regard de rendements sur dividendes attrayants et durables ainsi que d’un potentiel de croissance du capital des entreprises concernées. Actuellement, par exemple, Posco, Giant, Natura Cosmeticos, Porto LES DIVIDENDES DES ÉMERGENTS DÉJÀ PLUS Seguro et China Resource ÉLEVÉS QU’AUX ÉTATS-UNIS ET AU JAPON Power constituent des 4.00 titres intéressants. Grâce aux rendements sur 2,98 dividendes élevés et aux 2,62 fondamentaux solides des 2,11 pays émergents, une analyse approfondie des actions constitue la base pour une stratégie de dividendes avec un profil rendementS&P 500 MSCI Japan MSCI EM MSCI Europe risque attrayant et avec une Source: Bloomberg, 31 déc 2011 volatilité moindre. ///


16 / Private Banking

La longue quête de nouveaux repères L’exercice 2012 pourrait se révéler surprenant. Pour peu que les banques centrales entreprennent des actions vigoureuses. Et que la maison européenne se restructure.

Directeur-Général Adjoint, Banque Heritage, Genève Serge Ledermann

D

epuis 2008, la sortie du long et puissant cycle de crédit des 25 dernières années se traduit par une vulnérabilité financière et économique accrue, vulnérabilité qui va perdurer aussi longtemps que le système financier ne retrouvera pas stabilité et confiance. Par conséquent, l’engagement significatif des banques centrales pour «lubrifier» les canaux de financements demeure indispensable, pour le moment. Cette fonction, avec son cortège d’interventions sur différents vecteurs, notamment la fixation de taux courts proches de zéro pour une longue période, l’achat d’obligations longues (d’abord MBS puis opération Twist aux états-Unis, achat d’obligations souveraines par la BCE), les interventions directes sur le cours de change (en Suisse notamment), signale que de nombreux actifs ne sont plus régis par des «prix de marchés libres». De plus, cette situation s’inscrit dans un contexte de finances publiques fortement dégradées, résultat du coût du sauvetage du système financier et de certaines industries (en état de quasi-mort cérébrale en 2008). Les niveaux de dettes (en relation du PIB) ont désormais basculé au-delà de ce que les investisseurs sont prêts à accepter sans sourciller. Dès lors, le retour à un cercle vertueux prendra du temps et ne pourra se réaliser qu’en considérant des initiatives de croissance, en parallèle des mesures d’assainissement et de réformes, tant en Europe qu’aux états-Unis et au Japon. Malgré une dynamique économique mondiale sensiblement péjorée par un endettement démesuré, mais en voie de réduction (de-leveraging), certains développements permettant d’envisager à terme une meilleure tenue des actifs dit à risque sont néanmoins perceptibles.

Intensité. La diminution programmée du rôle de l’état dans l’économie des pays

Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

développés doit être considérée comme une bonne nouvelle. En effet, l’histoire économique démontre clairement une relation inverse entre le poids des dépenses publiques (en rapport du PIB) et le taux de croissance de l’économie en question (plus les dépenses augmentent, plus la croissance est faible !). De son côté, l’intensité de la crise de l’Euro pourrait diminuer, au cours de 2012, tant la situation aujourd’hui est à la fois insou-

une dévaluation de la devise (que ce soit l’Euro ou ses constituants dans le cas d’un éclatement). Enfin, le ralentissement de la croissance chinoise, accompagnée d’un re-balancement des contributions entre commerce extérieur et consommation privée, exercera une pression moindre sur les prix des principales matières premières, induisant un certain répit sur les prix à la consommation, tant dans le monde développé que dans les pays en développement. La diminution programmée Dans l’immédiat qu’observons-nous? La du rôle de l’Etat dans croissance économique des grandes nal’économie des pays développés tions est ralentie (faiblement positive) dudoit être considérée comme rablement par rapport au taux élevés des années 1980-90 (3,6% p.a. en moyenne aux une bonne nouvelle. états-Unis), voire des années 2000-2008 (2,4% p.a. en moyenne). Tout aussi importenable, connue et débattue au grand jour. tant pour les investisseurs, la période d’inSoit l’Europe parvient à démontrer sa vo- certitude dans laquelle nous sommes enlonté crédible de mener des réformes en trés sera vraisemblablement marquée par profondeur et travailler de manière soli- des cycles plus courts et plus saccadés. Le daire (en restructurant la dette de certains problème est que les outils monétaires et membres au passage), soit tout le projet de conjoncturels classiques – largement uticonstruction européenne vole en éclat (ce lisés dans le passé pour influencer le cycle qui n’est pas notre scénario central). – ne fonctionnent plus dans le contexte de Quoi qu’il en soit, la Banque Centrale taux directeurs à zéro et de finances publiEuropéenne serait mise à forte contri- ques à l’agonie… bution, afin de permettre au système fi- Parallèlement, le fait que le Conference nancier de continuer à fonctionner dans Board américain revoie de manière signila tourmente. A terme, la restauration de ficative la composition (en remplaçant, la compétitivité européenne passera par notamment, l’indicateur monétaire M2 cher aux vieux monétaristes) de son indicateur avancé (LeaRENFORCEMENT DE LA CORRÉLATION ENTRE ding Indicator) reflète bien les CYCLE ÉCONOMIQUE ET MARCHÉ ACTIONS modifications profondes du S&P 500 (Ech. droite) ISM Manufacturier 65 1600 monde économique et finan60 1400 cier actuel. Cela fait partie de 55 ce que nous appelons la «nou1200 50 velle normalité». Dans cet en45 1000 vironnement, il faut revoir les 40 outils de prévisions, les inscrire 800 35 dans un contexte global et se concentrer sur les forces cycli600 30 ques avant tout. 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 A cet égard (et pour reSources: Thomson Reuters Datastream prendre les arguments très 


Private Banking / 17

Les lueurs sur le front de la croissance accompagnée d’actions vigoureuses des banques centrales pourraient se traduire par un exercice annuel surprenant.



convaincants du cabinet Wolfe Trahan & Co à New York), «le taux d’inflation est le nouveau taux de la Réserve Fédérale», dans la mesure où sa variation explique désormais l’essentiel du mouvement des indicateurs avancés. Ainsi, le repli de ce taux – comme c’est le cas actuellement dans les pays développés – agit comme un stimulant pour la croissance! Ceci est patent aux états-Unis, mais également perceptible en Europe, permettant de s’attendre à une récession moins forte que prévu.

Erratique. Les investisseurs sortent de

10 ans de performances erratiques, produisant sur la période des rendements cumulés faibles, au mieux, mais majoritairement négatifs, ce qui a pour effet de réduire leur appétit pour le risque. Les fonds de pension cherchent du rendement, mais ne le trouvent plus dans les emprunts souverains traditionnels (soit les taux sont

La volatilité va rester importante dans les marchés. Aussi longtemps que le système financier et les banques n’inspirent pas confiance. au plancher, soit la solvabilité des pays sérieusement remise en question…). Aussi longtemps que le système financier et les banques en particulier n’inspirent pas confiance, la volatilité va demeurer importante dans les marchés, tout comme la prime des actifs risqués. Il est à noter toutefois que l’action récente des banques centrales (dans l’ordre, la réduction des coûts de financement des lignes de swaps et la collaboration entre les principales banques centrales pour permettre aux banques d’accéder aux financements en dollars, la mise en place par la BCE de financements à long terme – LTRO – pour les banques européennes, tout en élargissant le choix d’un collatéral) éloigne les problèAgefi Magazine | Private Banking | Février 2012

mes de liquidité, ce qui permet de gagner du temps pour adresser les questions de solvabilité. Les conditions nécessaires à une meilleure tenue des actifs dits à risque se mettent progressivement en place: des évaluations généralement attrayantes, une activité économique appelée à reprendre (voir plus haut) et, enfin, des liquidités en suffisance dans le système. Cependant, les obstacles politiques demeurent nombreux et épineux, ce qui ne promet pas une évolution sans à-coups. Les investissements en instruments à taux fixes doivent se répartir entre la dette souveraine de haute qualité (pour ses vertus de diversification en cas de coup dur), crédit d’entreprises dans les secteurs industriels ou biens de consommation et, de manière sélective et diversifiée, dans le segment high yield et la dette de pays émergents (le nouveau paradigme: l’amélioration de la note de nombreux pays en développement, alors que les pays développés rétrogradent !).

Solides. Contrairement au négativisme

ambiant, nous considérons que les actions de qualité figurent parmi les actifs de choix dans cet environnement incertain, car les sociétés en question disposent de positions de marché et de savoir-faire forts, de bilans solides et d’une forte capacité de génération de cash-flow, donc d’une relative indépendance en matière de financement. PLUS LE GOUVERNEMENT DÉPENSE MOINDRE EST LA CROISSANCE! 6

Croissance structurelle du PIB réel US (moy.mob. 7 ans)

5 4 3 2 1

Part des dépenses étatiques dans le PIB US (ech. dte inversée)

1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 Sources: Thomson Reuters Datastream

Cependant, la mobilité reste de mise, une approche trop statique risquant de ne produire que peu de rendement. De leur côté, les matières premières doivent être considérées de manière sélective et non groupées: l’or conserve sa raison d’être aussi longtemps que les taux courts réels sont négatifs et que la guerre de tranchée sur les devises fait rage. Le pétrole restera influencé par l’évolution politique

Le dollar américain semble pour l’heure retrouver des couleurs. Reprise qui pourrait se prolonger dans la mesure où la balance des comptes courants s’améliore sensiblement. du Proche-Orient et les métaux industriels par l’intensité de l’activité économique, notamment en Chine. Il est à relever toutefois que le dollar américain semble, pour l’heure, retrouver des couleurs, reprise qui pourrait se prolonger dans la mesure où la balance des comptes courants s’améliore sensiblement. La gestion alternative trouve toujours sa place, mais également de manière plus sélective, car elle permet d’avoir accès à des approches de gestion ou des zones/thèmes où seule une spécialisation élevée permet de faire la différence. Les risques politiques et économiques sont grands, mais connus. Les investisseurs entrent dans l’année 2012 avec 0.24 beaucoup de méfiance et une 0.26 exposition au risque relati0.28 vement faible. Les quelques 0.30 lueurs sur le front de la crois0.32 sance, accompagnée d’actions 0.34 vigoureuses des banques cen0.36 trales, et qui sait de pas décisifs en direction de la restructura0.40 tion de la maison européenne, 2010 pourraient se traduire par un exercice 2012 surprenant. ///


18 / Private Banking

La recapitalisation des banques est une clé pour résoudre la crise de la dette L’apport des fonds propres nécessaires s’avère de plus en plus difficile. La méfiance des investisseurs grandit en raison de la crise de la dette.

Corporate High Yield Bond Fund, M&G Investment Stefan Isaacs

L

es banques affrontent une situation difficile. Elles sont à la fois la cause de la crise financière et victime de la solution envisagée pour résoudre la crise de la dette souveraine. Cela se reflète dans la forte méfiance des banques entre elles. Du fait qu’aucun établissement ne fait plus confiance à un autre, les banques commerciales préfèrent confier leurs capitaux à court terme à la Banque centrale à des taux extrêmement bas plutôt que de les prêter, sur le marché interbancaire, à d’autres instituts financiers. Au cours des derniers mois, des sommes record de liquidités se sont ainsi accumulées auprès des banques centrales. La crise de la dette qui avait débuté en 2008 comme crise bancaire pour ensuite s’étendre aux états menace une fois de plus de se retourner contre le système bancaire. Il y a un réel danger de contagion car la solution de la crise de la dette européenne passera très probablement aussi par des coupes de la dette privée, une perspective qui excédera la capacité financière de nombreuses banques. De plus, les états disposent actuellement de moyens bien moins importants pour sauver les banques de la faillite. Le graphique ci-contre illustre les dépenses de refinancement auxquelles les états devront faire face ces prochaines années. Un examen plus approfondi de la situation économique des banques montre qu’elles ne disposent que d’une faible marge de manœuvre pour ne pas devoir recourir à nouveau à des mesures de survie prises par les gouvernements ou les banques centrales.

Pression. La course aux nouveaux capitaux s’est intensifiée. En effet, non seulement les banques sont obligées de se procurer de nouveaux moyens à grande échelle, mais aussi – et dans une plus forte mesure encore – les états endettés. De ce fait, et bien que les banques centrales metAgefi Magazine | Private Banking | Février 2012

tent tout en œuvre pour maintenir les taux d’intérêt à un bas niveau, le coût du crédit augmente. Non seulement les états tels que l’Italie ou l’Espagne, mais également les banques paient des intérêts toujours plus élevés pour les nouvelles émissions. Pour réduire fortement leurs besoins en fonds propres, les banques, contrairement aux attentes, n’ont à ce jour pas réussi à redimensionner leurs bilans de façon substantielle. Pour ce faire, il faudra de nouveaux modèles d’affaires, mais ceux-ci ne se mettent en place que lentement, suite au débat autour des nouvelles prescriptions en matière de capitaux. La vente de certaines divisons, destinée à se procurer des capitaux, n’est pas non plus chose facile dans l’environnement économique actuel et rapportera certainement des montants bien inférieurs à ceux attendus.

Flou.

Autre difficulté: les investisseurs sont désorientés et hésitent à souscrire des obligations bancaires car il n’existe aucune statistique internationale permettant de connaître le degré d’exposition du système bancaire dans son ensemble aux états à problèmes. De ce fait, on peut craindre une grève d’achat d’emprunts bancaires de la part des investisseurs institutionnels et privés, une menace d’autant plus

grave que ce groupe représente à ce jour la source de financement la plus importante pour de l’argent frais. En cas d’urgence, il ne resterait donc une fois de plus que le recours à l’aide de l’état pour se procurer des capitaux supplémentaires, une aide qui ne pourra plus être obtenue sans se heurter à une forte résistance politique. La situation est encore aggravée par la faible croissance économique prévue en particulier en Europe. La croissance étale durable entraînera le non remboursement de

Les nouvelles règles obligeront les banques à adapter leur modèle d’affaires. Ce qui diminuera à l’avenir leur capacité bénéficiaire. plus en plus fréquent de crédits accordés par les banques, ce qui détériore d’autant leurs bilans et continuera à augmenter, à moyen terme, leurs besoins en capitaux.

Stricte. En dépit de ces conditions diffi-

ciles, la discussion sur le renforcement de la surveillance des banques bat son plein. En effet, la pression politique pour présenter des résultats chiffrables ne faiblit pas après que les gouvernements ont dû sauver de la faillite de nombreuses banques BESOINS DE REFINANCEMENT DES PAYS EUROPÉENS, 2011-2014 ~35% de la dette 2011 2012 2013 2014 en 2008/2009. La pro450 ¤bn arrivant à échéance 400 blématique du «Too imputable aux banques régionales 350 big to fail» est loin 300 d’être résolue. Le ris~40% de la dette 250 arrivant à échéance que de devoir sauver imputable aux banques 200 régionales de grandes banques, 150 au moyen de l’argent 100 du contribuable, dans 50 l’intérêt de l’écono0 mie dans son ensemAllemagne UK Italie France Espagne Pays Nord Portugal Irlande Grèce ble n’est pas écarté. Si Source: Morgan Stanley l’on met la somme des Les besoins les plus importants de refinancement proviennent avant tout bilans des banques en des grands pays. L’Italie par exemple devra lever d’ici la fin 2014 environ regard du produit inté200 milliards d’Euros d’argent frais sur le marché des capitaux. rieur brut, le poids des 


Private Banking / 19

Les actions entreprises à ce jour par la BCE et les pouvoirs politiques se caractérisent par toute une série d’erreurs de jugement. 

banques reste toujours excessif dans de nombreux pays (voir le tableau ci-dessous). Les nouvelles prescriptions de Bâle III relatives aux fonds propres ne seront donc pas, comme initialement prévu, mises en œuvre progressivement pour permettre aux banques de disposer de plusieurs années pour s’adapter aux exigences plus strictes. Les bénéfices dégagés par les activités ne suffiront donc pas à fournir les capitaux supplémentaires nécessaires. Les nouvelles règles obligeront par contre les banques à adapter leur modèle d’affaires, ce qui diminuera à l’avenir leur capacité bénéficiaire. Vu la situation confuse, le meilleur conseil que l’on puisse donner aux investisseurs est de fortement sous-pondérer pour le moment les investissements en obligations et actions bancaires ou d’y renoncer totalement jusqu’à ce que les incertitudes soient levées et que le potentiel bénéficiaire se soit amélioré. Il faut en particulier continuer à éviter les titres bancaires européens. Le risque existe que certains coupons, notamment ceux des emprunts bancaires de deuxième rang, ne puissent plus être servis si les banques doivent accepter des coupes dans les dettes dictées par la politique dans les états de l’Euro. Des investissements sélectifs dans le secteur bancaire peuvent uniquement être Rapport entre bilans bancaires et PIB de quelques pays Pays

Total bilans banques en % du PIB

Grande-Bretagne

440%

Allemagne

335%

France

306%

états-Unis

99%

Suisse

700%

Ce sont surtout les grands pays occidentaux industrialisés qui possèdent un très gros secteur bancaire comparé au PIB, confrontant l’Etat au problème du «Too Big to Fail». En Suisse notamment, il est urgent de doter les grandes banques de fonds propres accrus. Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

recommandés s’il s’agit des leaders du marché national disposant de nombreuses sources bénéficiaires diversifiées. Du fait de leur meilleure capitalisation et de l’environnement économique plus solide, on préférera les titres bancaires des étatsUnis à ceux de l’Europe. A l’heure actuelle, les emprunts des banques de pays émergents ne peuvent pas non plus être recommandés car leur refinancement à des conditions avantageuses n’est assuré que tant que durent les flux de capitaux étrangers. Mais si les gros investisseurs internationaux retirent leurs capitaux sur une grande échelle des pays émergents, il en résulterait un manque de liquidités, provoquant dans son sillage une nette hausse du coût du crédit pour les banques. Du fait que dans le monde les très gros investisseurs en emprunts se comptent sur les doigts d’une main et qu’ils détiennent déjà à l’heure actuelle, en monnaie locale, une forte proportion d’emprunts émis par des pays émergents, le risque d’un revers est réel.

Sauvetage. Les actions entreprises à ce

jour par la Banque centrale européenne et les pouvoirs politiques depuis le début de la crise en 2008 se caractérisent malheureusement par toute une série d’erreurs de jugement. Ainsi, la Banque centrale européenne a procédé à deux relèvements successifs des taux d’intérêt au lieu de les baisser. De plus, les hommes politiques européens ont sous-estimé l’urgence d’une action et ont joué la montre, ce qui n’a fait qu’accroître les besoins de refinancement des banques et des états. Espérons qu’en 2012 les politiques et les dirigeants des banques centrales auront la main plus heureuse pour venir à bout de la crise. La recherche d’une solution pour les banques sous-capitalisées sera au centre des préoccupations et le programme de sauvetage devra être très vaste afin de rétablir une solide confiance dans le système bancaire. ///

Les banques allemandes se recapitalisent seules Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, ne cesse de le répéter: les grandes banques privées du pays devraient arriver à se recapitaliser seules, tout en défendant la réactivation d’un fonds de secours public aux banques, qui a été approuvé par le Bundestag. L’Autorité bancaire européenne (EBA) a estimé à 13,1 milliards d’euros le besoin de recapitalisation de six banques allemandes, d’importance dite systémique, c’est-à-dire dont la faillite mettrait en danger toute l’Europe. Parmi elles les deux leaders Deutsche Bank et Commerzbank. Cette dernière, souvent jugée fragile, et dont l’état allemand détient 25% plus une action, a regagné les faveurs des investisseurs ces derniers jours en dévoilant des mesures de recapitalisation qui devraient lui permettre de satisfaire l’EBA sans solliciter Berlin. Les autres instituts concernés sont surtout des banques publiques régionales. Wolfgang Schäuble défendait fin janvier devant le Bundestag une loi réactivant le SoFFin, fonds d’aide aux banques mis en place à l’automne 2008 après la faillite de Lehman Brothers mais dont l’activité a été arrêtée fin 2010. Les députés de la majorité conservatrice-libérale ont approuvé cette réactivation, malgré l’opposition de leurs collègues sociaux-démocrates, Verts et de gauche radicale. Cette réactivation s’apparente à de la médecine préventive, a assuré le ministre, ajoutant que cette loi ne serait sûrement pas mise en pratique et que donc il n’en coûtera rien aux contribuables. Selon le ministre, il s’agit pour l’Allemagne, par ce vote, de se plier à ses obligations européennes. La nouvelle loi prévoit de doter ce SoFFin II de 400 milliards d’euros de garanties, et de 80 milliards d’euros de crédit pour porter assistance aux banques qui en auraient besoin, soit le même montant que l’ancien fonds de secours. Le SoFFin II doit fonctionner jusqu’à la fin de l’année. Le texte approuvé précise surtout que le BaFin, l’autorité allemande de contrôle des marchés financiers, puisse obliger les banques à accepter des fonds publics si nécessaire. Auparavant, les appels à ces fonds publics étaient basés sur le strict volontariat. Le texte renforce aussi le pouvoir du Bundestag, qui a ces derniers mois toujours donné de la voix en matière de gestion de la crise de la zone euro.


20 / Private Banking

Trois bonnes raisons de choisir les obligations convertibles Les prévisions concernant les marchés actions dépendent en grande partie de l’ampleur des incertitudes.

Co-Head of Convertibles Investment Management, Man Michel Fest

C

haque jour ou presque, en cette époque de l’année, de nouvelles perspectives de marché sont publiées pour l’année qui s’annonce. En substance, 2012 ne suscite globalement que peu d’optimisme, à l’instar des années précédentes déjà. La plupart des scenarios sont axés autour de la crise de l’euro. Les plus négatifs abordent toutefois également d’autres risques macroéconomiques, comme par exemple une nouvelle récession aux États-Unis ou un atterrissage brutal pour la Chine, à force de vouloir maîtriser l’inflation. Quant aux scénarios optimistes, ils font figurer en très bonne place une détente des problèmes de la zone euro.

Scénario. Une résolution pérenne des problèmes de dette en Europe représente le scénario le plus positif. Elle pourrait par ailleurs déclencher une forte croissance aux États-Unis et dans les marchés émergents, et contribuer à des hausses de cours marquées. La plupart des scénarios incluent des interventions des États et des banques centrales, qui conservent en outre leur réputation de pionniers. Les prévisions concernant les marchés actions dépendent en grande partie de l’ampleur des incertitudes. Selon Morgan Stanley, en 2012, elles varient de +30% à -30%

en Europe, sur fond d’insécurité marquée. Du côté des investissements à taux fixe, on note des perspectives similaires. Bank of America Merrill Lynch continue d’envisager un marché volatil l’an prochain, avec des primes de risque fluctuantes, mais souligne toutefois que, pour la plupart, les prix des obligations d’entreprises intègrent déjà de nouvelles baisses de profits. En outre, compte tenu de positions de liquidités élevées, ces titres mériteraient d’être favorisés. Les obligations convertibles représentent  la sécurité dans un contexte peu sûr

Dans un tel contexte, savoir doser les risques en fonction des diverses catégories d’actifs ne devrait pas être chose facile l’an prochain. C’est précisément dans les périodes de prévisions incertaines, de tendances floues et de volatilité élevée que, par le passé, les placements dans les obligations convertibles se sont révélés payants. En effet, l’un des avantages des 1 an

3 ans

5 ans

10 ans

3,2%

5,9%

14,4%

11,1%

13,0%

-1,4%

4,2%

19,1% 20,5%

20,5%

17,0%

Obligations convertibles Rendement -1,1% Risque

16,2%

11,9% 12,8%

Actions Rendement 2,0% Risque

DELTA ÉQUILIBRÉ DES OBLIGATIONS CONVERTIBLES EN % Delta des oblig. convertibles internationales Comparables aux actions Equilibré

Comparables aux obligations

100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0

convertibles réside dans une participation proportionnellement plus élevée aux marchés actions à la hausse plutôt qu’à la baisse. En règle générale, à moyen voire long terme, cette convexité des convertibles se traduit par des rendements similaires à ceux des actions, pour un niveau de volatilité bien inférieur. Ceci est illustré dans le tableau ci-dessous. Obligations convertibles et rendements  attrayants

Les obligations convertibles ont l’avantage, grâce à leur option intégrée, de participer à la hausse du cours des actions. Si les marchés n’évoluent pas comme souhaité, donc à la hausse, l’obligation convertible n’est pas convertie en action mais remboursée, au plus tard à la date d’échéance. Pendant la durée de vie, la plupart des convertibles versent en outre une composante de rendement stable sous la forme d’un coupon, lequel est indépendant de l’évolution des actions. Dans l’indice ML Global Convertible G300 Index (indice mondial des obligations convertibles de BofA Merrill Lynch), la moyenne des coupons ressort à 2,8%. Le rendement à l’échéance s’établit actuellement à 1% pour une notation moyenne de niveau «investment-grade» (BBB). Un investisseur à la recherche de rendements à l’échéance dans le secteur des convertibles se doit impérativement de

ÉVALUATION ATTRAYANTE Attractivité des oblg. convertibles internationales Sous/évalué

Surévalué

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011

Source: Man, fév.2012

Source: Man, fév.2012

Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% -1% -2% -3%




Private Banking / 21

Les obligations convertibles ont l’avantage de participer à la hausse du cours des actions grâce à leur option intégrée. 

RENDEMENTS DES CONVERTIBLES Asie Europe Amérique Japon Monde

A l’échéance

8% 6% 4% 2% 0% -2% -4%

07.11 08.11 09.11 10.11 11.11 Sources: Bloomberg and BofA Merrill Lynch

s’intéresser à la répartition régionale. Si les obligations convertibles aux États-Unis et au Japon offrent un rendement à l’échéance inférieur, les régions de l’Europe et, en particulier, de l’Asie hors Japon, recèlent de bonnes opportunités. 1 ou SiCommentaire l’on accorde du2 lignes créditmaximum aux prévisions de Merrill Lynch, selon lesquelles les prix obligataires intègrent déjà des baisses de résultats d’entreprises, on peut envisager que la tranche spéculative dissimule elle aussi certaines opportunités. À cet égard, les obligations convertibles présentent d’avantage d’opportunités: des rendements plus élevés compensent le risque encouru et les options de conversion permettent de profiter de l’évolution des cours des actions affichant un potentiel plus important. La question du timing 

En général, les obligations convertibles ont un caractère adaptable à toutes les situations de marché. En cas de baisse de cours du sous-jacent de l’obligation, l’option perd de la valeur, et le titre s’apparente de plus en plus à une obligation, devenant moins sensible au cours de l’action. En revanche, si le cours du sous-jacent augmente, l’option devenant elle aussi plus chère et la valeur de la convertible augmente. Elle devient plus sensible au cours de l’action et profite davantage de l’évolution dudit cours. Cette dynamique Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

constitue quasiment une fonction temps automatique, que les obligations convertibles intègrent: lorsque les marches baissent, la sensibilité aux actions baisse automatiquement elle aussi. Dans le contexte de la dynamique de cette catégorie d’actif, jetons un œil à la situation actuelle sur le marché des convertibles. Au niveau mondial, les obligations convertibles affichent actuellement un delta de 34%, ce qui les place au bas de la fourchette équilibrée (voir le graphique Delta ci-contre). Ce domaine équilibré, avec une sensibilité aux actions (delta) entre 30% et 60%, correspond à la zone de convexité la plus forte, c’est-à-dire là où la participation aux marchés haussiers, par rapport aux marchés baissiers, est la plus importante. Cela plaide également en faveur d’un bon timing pour investir dans cette catégorie d’actifs. En effet, si les marchés baissaient davantage, les obligations convertibles représenteraient une protection contre les pertes de cours de plus grande ampleur mais pourraient aussi, en cas d’évolution positive, prendre de la vitesse, comme nous l’avons déjà mentionné. Cela étant, actuellement, les obligations convertibles ne sont pas uniquement intéressantes en termes stratégiques ou tactiques. Les évaluations des convertibles (voir le graphique ci-contre), qui étaient à leur juste valeur voire plutôt chères en début d’année, ont retrouvé un niveau nettement meilleur marché et, à 1,7% aujourd’hui, ressortent très attrayantes. Dans ce contexte, cheap indique que les prix payés sur le marchés sont sous-évalués par rapport à la valeur effective calculée sur la base de facteurs théoriques. L’histoire a montré que ce phénomène de sous-valorisation intervient souvent en période d’incertitude et se traduit par des rendements supplémentaires dès lors que le sentiment s’améliore sur les marchés financiers. Pourquoi donc ne pas en profiter maintenant? ///

La protection contre la baisse des actions Selon l’agence Reuters, les obligations convertibles ont le vent en poupe actuellement au sein des sociétés de gestion, cette classe d’actifs permettant de miser sur la hausse des actions tout en se protégeant contre la baisse du marché. La composante crédit d’une obligation convertible constitue une sécurité très forte pour les investisseurs, qui peuvent profiter de la hausse des marchés d’actions grâce à l’option attachée, expliquent les gérants, soulignant qu’en outre le coupon permet de dégager des rendements positifs. «Avec les convertibles, l’investisseur a un pied sur le marché du crédit et un autre sur les actions, avec en plus une protection. Ce qui est intéressant, c’est de jouer l’asymétrie de marché», commente Nathalia Barazal, responsable de l’équipe Obligations convertibles chez Lombard Odier Investment Managers. Une obligation convertible est un titre de dette classique auquel est attaché une option d’achat sur une ou plusieurs actions nouvelles de l’émetteur, permettant à son détenteur d’échanger sa créance contre une partie du capital de la société émettrice durant la période de conversion définie. Depuis 2008, les obligations convertibles affichent une rentabilité supérieure à celle des actions et des emprunts d’état à 10 ans américains (Treasuries). La rentabilité de l’indice Merrill Lynch Global 300 Convertible a ainsi augmenté de 45% en trois ans, contre +40% pour l’indice MSCI World et +15% pour les Treasuries. «L’intérêt des convertibles actuellement, c’est d’avoir du portage avec un taux de rendement attractif de l’ordre de 3-4%, tout en ayant une sensibilité aux marchés actions de l’ordre de 25% à 30%», note Olivier Ravey, gérant convertibles chez OFI AM. «En 2011, les actions ont perdu entre 17% et 18%, et les convertibles 9% car leur sensibilité était plus élevée (35-40%). Cette année, si le marché actions venait à baisser de 20%, les convertibles reculeraient de seulement 6%», ajoute-t-il. Selon les analystes, le gisement mondial des obligations convertibles représente environ 400 milliards de dollars (307 milliards d’euros), dont un peu plus de la moitié se situe aux états-Unis et près d’un quart en Europe. La France et l’Allemagne représentent à eux deux 70% du marché européen.


22 / Private Banking

L’impact de l’austérité sur l’investissement privé Diminuer l’impact de l’incertitude générée par l’austérité dépend d’investissements alternatifs soigneusement sélectionnés.

Co-CIO Notz & Stucki. Régis Muletier

D

ans un environnement volatil déterminé à la fois par la crise de la dette Européenne et le ralentissement de l’économie mondiale, la donne politique reste prépondérante sur les fondamentaux qui ne sont pas favorables. Dans certains pays européens, les risques de récession, de déflation, de hausse du chômage sont loin d’être négligeables dans un contexte où la consommation des ménages est en baisse, où une diminution des recettes fiscales doit être envisagée et où les disparités économiques sont moins tolérables. Les banques, qui sont dans l’obligation d’augmenter leur ratio de capital, sont contraintes de réduire la taille de leur bilans avec pour conséquence un asséchement du crédit pour le secteur privé. Pour les états surendettés, l’émission de dette souveraine devient d’autant plus délicate et onéreuse que les agences de notations envisagent de rétrograder la notation de nombreux pays comme la France, rendant plus difficile les refinancements pour 2012. Ce qui est nouveau est que cette crise européenne n’est pas sans avoir des conséquences sur les perspectives de croissance mondiale tant aux états-Unis que dans les pays émergents comme la Chine. A noter que nombre de pays devront faire face à des échéances électorales, et non des moindres, comme des présidentielles en Russie, en France et aux états-Unis, sans oublier le renouvellement de la direction du parti communiste chinois.

Limites. Par ailleurs, l’idée que le modèle

d’une forte dépense publique financée par une plus grande dette publique a atteint ses limites s’est immiscée dans les consciences. En effet, les autorités politiques, tout comme la Banque Centrale Européenne, déterminées à ne pas lâcher l’euro, semblent avoir pris la mesure de la situation actuelle Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

en déployant des moyens considérables pour maintenir une certaine liquidité tout en allant vers plus de discipline budgétaire au travers, entre autres, d’ajustements fiscaux. L’Italie et la Grèce font appel à des technocrates pour mettre en place des mesures impopulaires qu’aucun parti politique n’aurait eu le courage d’endosser. Mais cela risque bien d’être insuffisant. Alors que 2011 fut une année extraordinairement difficile, 2012 demeure plus qu’incertaine. La crise européenne va continuer de peser sur les marchés tant

La crise européenne va continuer de peser sur les marchés tant que ses problèmes fondamentaux ne seront pas correctement adressés. que ses problèmes fondamentaux ne seront pas correctement adressés. Au delà de son système de sécurité sociale qui n’est plus viable, l’un des problèmes majeurs de l’Union Européenne, est l’inadéquation de sa structure: c’est une union monétaire sans être une union politique et fiscale, comme c’est le cas en Suisse ou aux états-Unis. Les pays membres de l’Union Européenne n’ont jamais voulu renoncer à leurs prérogatives budgétaires nationales, comme l’ont fait les états américains ou les cantons suisses. Cela devra changer et ce besoin de réformes en profondeur ne sera pas sans conséquence tant sur l’environnement législatif, fiscal et régulatoire que sur l’investisseur privé qui devra être plus vigilant dans un tel climat d’incertitude et d’austérité.

Approche. Dans un tel contexte, les in-

vestisseurs privés doivent reconsidérer leur approche. Depuis trois ans, nombre d’entre eux, désillusionnés, ont procédé à des changements d’allocation d’actifs conséquents en se tournant vers d’autres marchés plus «concrets» comme ceux de l’immobilier et

de l’art. Ceux-ci ont certes délivré des performances intéressantes, mais ces marchés ont atteint de tels niveaux que leur potentiel d’appréciation semble aujourd’hui limité, tout en présentant des risques de correction non négligeables comme ce fut le cas en 1988 et 1989, après la crise financière de 1987. Quant aux marchés financiers, ils demeurent très difficiles. Qui aurait imaginé au début de 2011, que l’euro aurait été aussi peu volatil vis-à-vis du dollar? Que les obligations auraient si bien performé? Que dans les marchés actions, les états-Unis auraient bien mieux fait que les marchés émergents, où que l’Irlande aurait été le meilleur marché européen? Aujourd’hui, le comportement pour le moins incertain de ces marchés et l’impact de l’austérité ambiante obligent l’investisseur privé à sortir des sentiers battus ne serait-ce que pour préserver son capital. Pour ce faire, il doit mettre davantage l’accent sur le type de risque qu’il est prêt à prendre, plutôt que d’adopter une approche classique, à savoir celle d’une allocation traditionnelle en liquidités, obligations et actions. En d’autre termes, allouer une partie du capital à la préservation de celui-ci et une autre aux risques qu’il veut bien prendre, tout en admettant que les corrélations entre classes d’actifs resterons élevées.

Volatilité. Les opportunités ne manquent pourtant pas. C’est ainsi qu’au-delà d’une hausse de la volatilité de la volatilité qui devrait perdurer en 2012, en particulier sur les marchés des actions et des matières premières, les deux classes d’actifs traditionnelles chères à l’investisseur privé, comme les fonds monétaires et les obligations d’état présentent aujourd’hui un ratio risque-opportunité peu attractif. Les paradoxes sont nombreux. En voici deux exemples. Nombre de sociétés jouissent d’une bonne santé illustrée par des marges conséquentes, des 


Private Banking / 23

Ce qui est nouveau est que cette crise européenne n’est pas sans avoir des conséquences sur les perspectives mondiales de croissance.



bilans assainis et des besoins en fonds de roulement réduits (notamment grâce au faible niveau des stocks), mais elles restent réticentes à l’idée de se lancer dans des programmes ambitieux, se trouvant réduites à racheter leurs propres titres, qui présentent des rendements intéressants souvent supérieurs à des bons du Trésor. Mais en dépit de valorisations attrayantes, une hausse de la volatilité ne risque-t-elle

Les fonds systématiques ont l’avantage de présenter peu de corrélations avec les marchés classiques et les autres stratégies de gestion alternatives. pas d’empêcher les marchés actions de reprendre une tendance ascendante stable? Comment un investisseur doit-il se positionner lorsque ces mêmes indicateurs de valorisation suggèrent que si nous évitons une grave récession, nous pourrions avoir des conditions très favorables aux marchés des actions? Les marchés obligataires ne sont pas en reste. Les bons du Trésor américains ou ceux des états du nord de l’Europe furent parmi les seules véritables valeurs refuges en 2011, mais ne risquent-ils pas de présenter certains risques si leur hausse continue quand leurs rendements actuels sont à des niveaux historiquement bas ? Qu’en sera-t-il quand les marchés anticiperont des tendances inflationnistes?

Identification.

Dans cet environnement où nous pensons que les risques de volatilité demeureront importants, il est nécessaire d’identifier un certain nombre de thèmes d’investissement et les moyens les plus appropriés pour en tirer avantage. De ce point de vue, les investissements alternatifs présentent une opportunité intéressante dans les conditions de marché que nous connaissons aujourd’hui en dépit de leurs résultats globaux qui furent mitigés Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

convertibles, les actions et le crédit, et des stratégies plus directionnelles comme dans les devises, l’obligataire, les matières premières et les actions. Les fonds systématiques  Ce type de fonds a l’avantage de présenter peu de corrélations avec les marchés classiques et les autres stratégies de gestion alternatives. Contrairement à celles-ci, les fonds systématiques ont tendance à très bien performer dans des conditions de marchés très difficiles comme cela fut le cas en 2008, ou encore en 1998. Ces fonds reposent sur le traitement de signaux en systématisant des règles de décision basées sur des modèles fondamentaux. Nous pensons que la volatilité restera d’autant plus élevée que les marchés seront loin d’être insensibles aux perspectives de résolution de VOLATILITÉ DES INDICES ALTERN. VS TRADIT. la crise européenne. Une façon HFRX Macro / Systematic Diversified CTA Index 40% de jouer cette thématique est MSCI World HFRX Global HF Index 35% de le faire au travers de stratéHFRX RV / MS Index 30% gies alternatives avec un biais 25% long volatilité en combinant 20% à la fois des stratégies devant 15% bénéficier des hausses de la vo10% latilité avec d’autres stratégies 5% devant profiter de la baisse de 0% la volatilité lors de marchés haussiers. 12.06 10.07 08.08 04.08 10.09 08.10 04.11 12.11 En conclusion, nous pensons Source: Notz & Stucki qu’il est possible de diminuer l’impact de l’incertitude ambiante générée par l’austérité PERF. CUMULÉES INDICES ALTERN. VS TRADIT. qui se dessine en considérant HFRX Macro / Systematic Diversified CTA Index 160 ces investissements alternatifs, MSCI World HFRX Global HF Index 140 soigneusement sélectionnés. HFRX RV / MS Index Ceux-ci présentent l’avantage 120 de minimiser la volatilité, de Commentaire 1 ou 2 lignes maximum 100 délivrer une performance relativement consistante sur la 80 durée, et d’essayer de tirer le 60 meilleur parti des opportunités que peuvent offrir les mar40 chés. Ils ont indéniablement 12.06 10.07 06.08 02.09 10.09 08.10 04.11 12.11 leur place dans un portefeuille Source: Notz & Stucki diversifié. ///

en 2011. En voici quelques exemples. Les fonds multi-stratégies  Ce type de fonds peut avoir un biais global macro ou relative value. Si nous prenons l’exemple de l’indice HFRX RV – MultiStrategy Index, qui termina l’année 2011 en «hausse» de +0,21%, celui-ci a indéniablement préservé le capital en maintenant un niveau de volatilité contenu, tout comme il a apporté de la valeur en 2010 avec une hausse de +10,05%. De part leur approche globale et flexible, ces fonds peuvent contenir le risque de baisse en adaptant l’allocation de leur portefeuille aux stratégies sous-jacentes en fonction des conditions de marchés. Parmi ces stratégies, nous trouvons des stratégies d’arbitrage notamment dans l’obligataire, les


24 / Private Banking

La durabilité n’a jamais été aussi importante La prise en compte ou la bonne approche de la durabilité réduit les risques et crée des opportunités pour les investisseurs privés.

Chief Investment Officer et responsable de la Division Asset Management Products & Sales, Banque Sarasin Burkhard Varnholt

L

e monde évolue vers un nouvel ordre. Il est désormais temps pour certains concepts d’arriver sur le devant de la scène, et particulièrement pour celui du développement durable, stimulé par l’explosion de la croissance démographique, la connectivité ou la pénurie de matières premières. La prise en compte ou la bonne approche de la durabilité est ainsi non seulement essentielle pour l’évolution de certains pays et entreprises, mais elle réduit également les risques et crée des opportunités pour les investisseurs privés. Souvent, les investisseurs nous demandent si la Chine, l’Inde ou le Brésil domineront la décennie à venir, ce à quoi nous répondons en général «peut-être». Le concept de développement durable s’applique en effet à toutes les régions de la Terre et revêt ainsi une portée mondiale. Savoir quels pays pourraient gagner ou perdre en importance est indissociable de la durabilité de leurs modèles politiques, sociaux et entrepreneuriaux. Tout dépend si, et dans quelle mesure, ces pays, leurs entreprises et leurs peuples sont capables de comprendre et de mettre en application le concept de développement durable.

Concept.

Afin d’éviter tout malentendu, il convient maintenant de préciser ce concept de durabilité. Sous sa forme la plus simple, il est possible de réduire le comportement durable aux niveaux économique, social et écologique. Les entreprises et les économies nationales qui anticipent à temps des changements profonds de leurs conditions de fonctionnement sont conscientes que seul un comportement prudent leur permettra d’éviter d’éventuelles conséquences négatives. Aucune entreprise, aucun pays, ne peut se permettre d’ignorer les risques liés à des modèles commerciaux intenables sur le long terme. Pour les investissements, cela signifie qu’il faut créer une approche plus globale pour Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Les banques durables parmi les gagnantes

La durabilité est aussi profitable aux banques. Comme le montre une étude actuelle de la Banque Sarasin sur la durabilité intitulée «Perte de crédit ou tournant vers la durabilité?», les banques avec un rating de durabilité supérieur à la moyenne ont mieux supporté la crise. À l’inverse, les banques fortement impactées par la crise et les scandales onéreux ont tendance à avoir des ratings de durabilité inférieurs à la moyenne, ce qui laisse supposer l’existence d’une corrélation entre gestion d’entreprise durable et succès économique. Les banques qui ont activement intégré la durabilité dans leur stratégie d’entreprise ne réduisent pas seulement les effets négatifs sur l’ensemble de l’économie et de la société, mais aussi les risques pour leurs propres affaires. Ces banques durables n’ont certes pas pu échapper à la tendance des places boursières. Mais l’évolution de leurs cours en bourse ces dernières années a été significativement meilleure que celle de leurs concurrentes non durables.

analyser les placements du point de vue de la durabilité. Les analyses de durabilité sont aujourd’hui plus importantes que jamais pour la performance d’un placement. Au regard de la durabilité économique, la problématique de la dette de nombreux États européens illustre actuellement ces conséquences négatives. En effet, ni les gouvernements, ni les entreprises ne peuvent vivre en permanence au-dessus de leurs moyens. Les investisseurs qui ont ignoré cette évidence l’ont toujours payé très cher dans le passé. Lorsqu’un défaut de paiement guette un pays, il y a en général des signaux d’alerte clairs – bien que souvent ignorés. Les risques associés peuvent être déterminés de façon relativement fiable par une stricte vérification de la durabilité. Le problème réside souvent

dans le fait que la probabilité d’une crise systémique est fréquemment sous-évaluée, jusqu’à ce que la crise frappe les marchés dans toute sa violence. Comme il est beaucoup plus difficile de prédire la date effective de l’effondrement d’une économie non durable, des investisseurs prudents ou soucieux de la durabilité ne devraient pas prendre ce genre de risques dès le départ.

Valeurs. Internet et les réseaux sociaux

ont transformé le monde en un gros village, et les différentes sociétés sont plus interconnectées que jamais. À bien des titres, ceci a des effets positifs sur les entreprises. Nombreux sont les exemples intéressants où, en raison de leur contexte social, même de petits investissements se révèlent payants. Ainsi, les placements réussis dans les domaines de la microfinance ou de l’Impact Investing, par exemple via la Grameen Bank, ont créé des valeurs économiques durables en ce qu’ont pu être réalisés des investissements dans des entreprises qui intégraient délibérément les conséquences sociétales. Les grands groupes internationaux aussi comme Nestlé, Apple ou Starbucks prennent de plus en plus conscience des composantes sociétales de leurs investissements. Cette remarquable attention apportée aux facteurs sociaux correspond à ce qu’on pourrait appeler, à l’ancienne, un sens des affaires responsable. L’aspect écologique est probablement celui qui a été reconnu le plus tôt comme la plus grande force des analyses de durabilité. Si l’on prend en compte l’importance des risques environnementaux pour des entreprises comme BP, Transocean, Tepco, ou même pour des pays arides, densément peuplés et en forte croissance comme la Chine, il est évident que les entreprises et les pays concernés doivent absolument prendre des mesures pour éviter la dégradation de leur environnement. Malheureusement, ces préoccupations font comme toujours surtout l’objet de beaux discours. 


Private Banking / 25

L’attraction nouvelle des obligations émergentes La distinction a vécu entre pays développés et pays émergents. Même si de nombreux investisseurs n’ont pas encore voulu le reconnaître.

Banque de Commerce et de Placements (Genève) 

Les catastrophes, comme celles de Tepco à Fukushima ou de BP dans le Golfe du Mexique, étaient à vrai dire prévisibles. Les deux entreprises étaient connues depuis longtemps pour économiser sur la prévention des accidents, et pour investir davantage d’argent dans l’image plutôt que dans la substance de leurs politiques environnementales, et dans les deux cas, les contrôles des systèmes de prévention en place se sont révélés extrêmement lacunaires. Les évènements économiques, sociaux et écologiques actuels que nous avons évoqués montrent que les analyses de durabilité sont aujourd’hui plus importantes que jamais pour la performance d’un placement. L’analyse de la durabilité améliore la perspective essentiellement économique de l’analyse financière et distingue des entreprises ou des pays pleins de promesses qui se sont fixé pour but une gestion réussie à plus long terme, sans prendre de risques intenables pour la société ni en conséquence pour leur propre entreprise. Ce type d’analyse a, par exemple, préservé les investisseurs de fortes pertes sur les obligations des pays périphériques de la zone euro, sur des actifs placés dans des banques d’investissement, ou dans des entreprises du secteur énergétique ayant subi des pertes dramatiques suite à des catastrophes écologiques. Ces exemples sont symptomatiques des profonds changements des conditions-cadres de notre époque. La crise actuelle en zone euro montre simplement combien un modèle fiscal et politique non viable à long terme aboutit à une crise systémique. En effet, ni les gouvernements, ni les entreprises ne peuvent vivre en permanence au-dessus de leurs moyens. Les investisseurs qui ont ignoré cette évidence l’ont toujours payé très cher dans le passé. Nous vivons une période de défis économiques accrus. Les plus petites étincelles peuvent aujourd’hui déclencher un incendie. Jamais l’analyse de la durabilité des placements n’a été aussi importante qu’aujourd’hui. /// Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Hervé Gugler et François Nordhof

C

es dernières années, la perception du risque associé à l’investissement dans la dette souveraine de pays émergents a beaucoup changé. Ce placement, considéré il y a encore peu de temps comme hasardeux, a progressivement conquis sa place dans les portefeuilles traditionnels, grâce à de meilleurs fondamentaux économiques et, souvent, sur demande des investisseurs privés devenus moins réticents et à la recherche de revenus plus élevés. Toutefois, l’investisseur traditionnel a tendance à se focaliser sur les pays émergents qu’il semble le mieux connaître comme les BRIC, alors même que de magnifiques opportunités sont à portée de main aux frontières de ces géants émergents. Par conséquent, il nous semble opportun de prendre en compte un univers d’investissement émergent aussi large que possible. Ceci, d’autant que l’important réseau développé par la BCP depuis de plusieurs décennies pour ses activités de négoce couvre un grand nombre de ces pays émergents «nouvelles frontières» et qu’une connaissance poussée de ces pays est un élément déterminant pour une bonne gestion du risque.

Notation.

Alors que les notations de crédit des états-Unis et des états d’Europe de l’Ouest sont abaissées, celles de nombreux pays émergents ont été, au contraire, relevées et certains émetteurs tels le Brésil, l’Inde, et la Russie ont rejoint la catégorie d’investissement dite «investment grade» qui commence à BBB-. Les primes d’assurances à payer (CDS voir le graphique) pour couvrir le risque de défaut de paiement du Mexique, des Philippines ou de l’Afrique du Sud sont aujourd’hui inférieures au coût de l’assurance pour se protéger d’un défaut d’un pays comme la France. Les marchés ont très largement intégré cette évolution comme en témoignent

les rendements obligataires. A l’heure où nous écrivons, le rendement d’une obligation en dollar à trois ans de l’Indonésie, notée BB+ est descendu à 3%, alors qu’une obligation de même échéance en dollar émise par l’Italie, encore notée A, offre une rémunération de 6% et qu’un emprunt en dollar à trois ans de la Belgique, notée AA, paie plus de 4%. Vaut-il encore la peine d’investir dans la dette de pays émergents? Si la question peut se poser, en effet, pour certaines obli-

L’investisseur traditionnel a tendance à se focaliser sur les BRIC. Alors que de magnifiques opportunités sont à portée de main aux frontières de ces géants. gations souveraines en devises qui sont déjà plus chères que nombre d’obligations européennes, nous pensons que le secteur privé, corporate, offre encore des perspectives très intéressantes. Dans ce segment, la convergence observée au niveau des emprunts d’état n’a pas vraiment eu lieu, sinon pour quelques grandes entreprises quasi-souveraines. A rating équivalent, de fortes divergences de cours subsistent selon le pays ou le secteur d’activité. Une obligation en dollar d’entreprise sidérurgique chinoise à trois ans de notation BB+ paie plus de 12%, alors qu’une obligation équivalente en Russie paie à peu près 6%. La crise financière européenne, qui a peu affecté les emprunts d’états émergents, a eu, par contre, un fort impact sur les obligations industrielles et financières de ces pays dont les prix ont nettement baissé en raison de la fuite vers la qualité. Ceci représente, à notre avis, actuellement une opportunité attractive.

Retour.

Après un ralentissement économique au début de l’année 2012 nous anticipons une reprise de la croissance au 


26 / Private Banking

Les consommateurs privés épargnent une grande partie de leurs revenus du fait d’un manque d’institutions sociales dans les pays émergents.



cours de la seconde moitié de l’année. Elle devrait susciter un retour des investisseurs et un resserrement des «spreads» de crédit, très larges en ce moment. En plus du coupon, un gain en capital est alors envisageable. Nous suggérons de privilégier la partie court terme de la courbe afin de limiter le risque de taux. Il est possible de générer

Certaines raisons fondamentales justifient un investissement obligataire émergent. actuellement près de 10% de rendement pour un portefeuille bien diversifié en dollar de qualité BB avec une sensibilité de trois ans environ. Une bonne compensation pour le risque de crédit à notre avis. En plus des critères de rendement et de valorisation mentionnés ci-dessus, il ne faut pas omettre certaines raisons fondamentales qui justifient également un investissement obligataire émergent: A la différence de certains pays dévelop pés (par ex. le sud de l’Union Européenne), la probabilité d’une récession, suite à un resserrement budgétaire dans les principaux pays émergents, est peu probable. Par rapport au PIB, la dette publique  émergente accessible aux investisseurs n’a pas cessé de baisser depuis les 20 dernières années. Le ratio d’endettement (dette/ PIB) ne s’élève pour les pays émergents qu’à 40%, contre pratiquement 90% pour les pays développés. Autre «ratio de Maastricht» qui parle en  faveur des pays émergents est leur déficit budgétaire – exprimé en % du PIB – qui est deux fois inférieur à celui des pays développés (4%, contre 8%). De plus, d’importantes réserves de liqui dités au sein des banques centrales émergentes permettront facilement de soutenir le cas échéant la monnaie domestique. En moyenne les dettes à court terme représentent uniquement 20% à 50% des réserves. La consommation des ménages pri Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

vés qui constitue dans les pays développés la composante majeure du PIB n’est qu’émergente dans les pays qui nous intéressent. En effet, suite à un manque d’institutions sociales dans les pays émergents les consommateurs privés épargnent une grande partie de leurs revenus. Le taux d’épargne brut des pays développés est d’environ 20%, alors qu’il atteint 28% en Russie, 34% en Inde et qu’il culmine à 53%, en Chine. La demande en matières premières res tera soutenue car les économies émergentes, qui sont gourmandes en ressources primaires (demande en infrastructures), prendront souvent le relai des pays développés évitant ainsi une chute des prix des matières première et, par conséquent, une forte détérioration de la balance commerciale des pays émergents exportateurs de ressources naturelles. Après la crise de subprimes, la bulle  immobilière en Chine (chute de 50% des transactions immobilières en 2011) retient certains investisseurs de franchir le pas. Cela semble injustifié car la baisse des prix et des transactions, qui étaient désirées par les autorités, se ressent surtout dans les centres urbains où les prix avaient plus que doublé depuis 2009. Le reste du pays (84% du marché immobilier) n’étant pas affecté par cette baisse.

La 

sous-pondération de nombreux investisseurs institutionnels de pays développés qui ont orienté leur portefeuille vers des valeurs refuge. Ceux-ci vont être contraints à long terme – pour des raisons de rendement et de diversification – à se repositionner sur la dette émergente.

Exposition.

L’achat d’obligations d’entreprises dans les marchés émergents soulève certaines questions comme l’accès à l’information financière, la gouvernance d’entreprise, le cadre juridique et la protection des investisseurs en cas de défaut. Le montant minimum requis est élevé, souvent 200 000 dollars par ligne, nécessitant un dossier de taille importante si l’on veut bénéficier d’une bonne diversification. Il faut de surcroît être doté de patience pour

La reprise de la croissance devrait susciter un resserrement des spreads de crédit dans la seconde moitié de l’année.

traverser les périodes d’aversion au risque et d’absence de liquidité. Pour une majorité d’investisseurs, la solution la mieux adaptée nous semble être celle du fonds commun de placement. Cette solution permet de palier aux problèmes des coupures élevées, PRIMES D’ASSURANCE (CDS) CONTRE LE DÉFAUT et de la liquidité parfois DE LA DETTE SOUVERAINE réduite de ce marché. Notre établissement va bps France Mexique 250 prochainement mettre Afrique du Sud Philippines en place un tel véhicule 200 d’investissement afin de proposer à une plus 150 large clientèle ses compétences en matière de 100 dette émergente qu’elle a utilisées avec beau50 coup de succès, tant pour ses clients privés 12.10 02.11 04.11 06.11 08.11 10.11 que pour son propre Source: BCP, Bloomberg portefeuille. ///


Subjectif / 27

Les deux causes essentielles de l’hyperinflation programmée L’hyperinflation nécessite une croissance substantielle de la masse monétaire. Mais également une spirale d’augmentation des prix sur une longue période.

Steve Saville

«The Speculative Investor»

se monétaire – disons de l’ordre de 10% par an – pourrait se maintenir pendant un certain temps avant de déboucher sur ce que l’on appelle une hyperinflation. En effet, un certain état psychologique général doit être présent pour que l’on puisse parler d’hyperinflation. Par ailleurs, l’hyperinflation ne résulte pas uniquement de facteurs psychologiques. Elle doit également être couplée à une augmentation rapide et soutenue de la masse monétaire. Afin d’expliquer cela plus en profondeur, disons que la masse monétaire d’une économie donnée augmente d’environ 10% par an durant plusieurs années, débouchant sur une diminution moyenne annuelle du pouvoir d’achat de 8% par an. Sous des circonstances normales, la diminution sur le long terme du pouvoir d’achat d’une monnaie est inférieure au taux d’inflation annuel du fait des effets de l’augmentation de la productivité et de la population. Une proportion importante de la population de cette économie vient alors à penser que l’inflation ne finira jamais, et que la pouvoir d’achat de son épargne aura une valeur inférieure dans le futur à sa valeur actuelle. Ces gens réagissent en dépensant immédiatement l’argent qu’ils gagnent ou reçoivent. Cette demande de biens supplémentaires provoque une augmentation des prix, ce qui entraîne une accélération de la réduction du pouvoir d’achat de la monnaie. La vitesse à laquelle les prix augmentent entraîne alors une généralisation de l’idée l’inflation dans la population et accentue encore le désir de dépenser plutôt que d’épargner. En d’autres termes, un cercle vicieux s’installe, au cours duquel les rapides hausses de prix poussent les gens à dépenser plus, augmentant ainsi à nouveau les prix, et ainsi de suite. C’est ce que l’on appelle hyperinflation. Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

DR

Masse. Une rapide inflation de la mas-

Les rapides hausses de prix poussent les gens à dépenser plus. Les prix augmentent ainsi à nouveau. Et ainsi de suite. La possibilité qu’un changement psychologique puisse accélérer la vitesse à laquelle une monnaie perd son pouvoir d’achat est la raison pour laquelle les banquiers centraux dépensent tant de temps et d’énergie à gérer les anticipations inflationnistes. En effet, sans cette perception psychologique de la dégradation du pouvoir d’achat de la monnaie, l’inflation ne pourrait pas se transformer en hyperinflation. Tout au long du processus inflationniste décrit plus haut, les banques centrales pourraient mettre fin à la spirale de l’augmentation des prix avant même que se déclenche ce facteur psychologique, en cessant simplement de faire croitre la masse monétaire.

Monnaie. Considérez ceci: si les prix

augmentaient rapidement au sein d’une économie, des quantités sans cesse croissantes de monnaie seraient nécessaires pour permettre aux transactions de se réaliser. En d’autres termes, la demande de monnaie serait en très forte hausse. Non pas la demande monétaire en tant que réserve temporaire de pouvoir d’achat, ou

épargne, mais en tant que moyen de transaction. Imaginons désormais ce qu’il se produirait si une augmentation de la demande de monnaie n’était pas complétée par une augmentation de la masse monétaire. La résultante serait une pénurie de monnaie, dont une augmentation de son prix, ce qui revient à dire une augmentation de son pouvoir d’achat afin de rétablir la balance entre l’offre et la demande. En d’autres termes, le prix des biens et des services baisseraient.

Pénurie. Si l’on observe les phénomè-

nes d’hyperinflation au cours de l’Histoire, nous pouvons voir que dès que l’augmentation des prix débouche sur une pénurie monétaire, la banque centrale prend la décision de faire croitre la masse monétaire. En d’autres termes, ce sont les banques centrales qui nourrissent le processus d’inflation. Elles pourraient parfaitement y mettre fin à tout moment en arrêtant d’imprimer de la monnaie, mais l’histoire montre qu’elles trouvent plus logique de répondre à ce besoin monétaire par l’impression de billets de banque ou l’accroissement du crédit. L’hyperinflation nécessite non seulement une croissance substantielle de la masse monétaire, mais également une spirale d’augmentation des prix sur une longue période. Pour résumer cela, nous pouvons dire que l’hyperinflation n’est pas un phénomène purement psychologique. Elle est également étroitement liée aux changements en termes de masse monétaire, sachant qu’il est impossible de déterminer quelles quantités d’inflation monétaire sont nécessaires à entraîner ces changements psychologiques qui transformeront l’inflation en hyperinflation. L’inflation a donc deux composants liés et essentiels: l’inflation de la masse monétaire et la prise en compte par le marché que l’inflation qui en résulte continuera sur le long terme. ///


28 / Fondamental Uchronie

Friedman face aux incertitudes actuelles Rien ne semble indiquer que les plans de relance budgétaire ou monétaire aient réussi à remettre l’économie sur la voie d’une reprise durable. Martin Masse

Vice-président au contenu de l’Institut économique de Montréal. es répercussions de la crise financière commencée en 2007 continuent de se faire sentir. Aux États-Unis et en Europe, la crise a entraîné le retour en force d’une théorie, le keynésianisme, qui semblait discréditée depuis les années 1970. L’un des principaux opposants à la conception étatiste et interventionniste de l’économie défendue par John Maynard Keynes, Milton Friedman, mort en 2006, aurait eu 100 ans cette année. Friedman était un farouche partisan du libre marché et il est considéré comme l’un des économistes les plus influents du dernier siècle. Que penserait Friedman des politiques keynésiennes de relance adoptées presque partout à partir de 2008, à savoir les programmes de dépenses des gouvernements et les mesures de création monétaire des banques centrales? Y aurait-il été systématiquement opposé? La réponse n’est pas aussi évidente qu’on pourrait le croire. Pour les keynésiens, le capitalisme est un système économique foncièrement instable qui se retrouve inévitablement en crise à intervalles réguliers. Il suffit d’un choc imprévu pour bouleverser le comportement des acteurs et faire dérailler la croissance économique. Les investisseurs, mus non pas par une évaluation rationnelle des risques et des opportunités mais par un «esprit animal», passent soudainement d’un optimisme aveugle à un pessimisme tout aussi arbitraire. Ce changement d’attitude entraîne un ralentissement de la production, une hausse du chômage et une diminution du revenu des ménages. Les consommateurs perdent confiance à leur tour, épargnent davantage et achètent moins, ce qui fait baisser d’autant la production. L’économie capitaliste ne possédant pas, selon Keynes, de mécanisme pour s’auto-équilibrer, cette spirale peut se poursuivre sans fin, jusqu’à l’effondrement total de l’économie. Seul l’État, qui a les moyens de se substituer aux acteurs privés en soutenant la demande globale, peut renverser la situation. En dépensant sur divers programmes et travaux publics, l’État remet en marche les facteurs de production inutilisés. Friedman considérait comPar ailleurs, en abaissant les me non fondée l’idée que les taux d’intérêt et en augmendépenses publiques puissent tant la quantité de monnaie en accroître la demande globale circulation, la Banque centrale et stimuler l’économie. incite les consommateurs à dé-

L

Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

penser et les entreprises à investir. Pour Keynes, l’endettement et l’inflation qui pourraient résulter de ces politiques ne sont pas des menaces préoccupantes. En ce qui a trait au premier volet des plans de relance, Friedman considérait comme non fondée l’idée que les dépenses publiques puissent accroître la demande globale et stimuler l’économie, une présomption qui se concentre uniquement sur une partie de l’équation. Il est facile de comprendre que, si le gouvernement augmente les impôts pour dépenser davantage, les dépenses publiques accrues seront contrebalancées par des dépenses privées moindres. Même lorsque le gouvernement emprunte les fonds, ceux qui les prêtent devront réduire leurs propres dépenses ou prêter moins à d’autres acteurs privés. «Tout ce qui arrive est que les dépenses de l’État augmentent et les dépenses privées diminuent», écrit-il dans Capitalisme et liberté, publié en 1962. Pour Friedman, cette propension à hausser les dépenses et à multiplier les programmes en Friedman était période de récession illustre très libertarien. surtout la domination des couSauf sur les quesrants intellectuels et politiques tions monétaires. étatistes et n’a servi qu’à alimenter la croissance de l’État tout au long du XXe siècle. La plupart des programmes prétendument créés pour stabiliser l’économie pendant le New Deal et les récessions subséquentes ont d’ailleurs été maintenus par la suite et les gouvernements ont continué d’accuser des déficits même en période de croissance économique. Friedman n’aurait pas du tout été surpris de constater les résultats mitigés des plans de relance budgétaire mis en œuvre depuis 2008, ni les crises de finances publiques provoquées par l’endettement massif qu’on observe aujourd’hui aux États-Unis et en Europe. La principale contribution de Milton Friedman à l’analyse des cycles économiques est contenue dans sa monumentale Histoire monétaire des États-Unis – 1867-1960, publiée en 1963 en collaboration avec Anna Schwartz. C’est dans cet ouvrage qu’il établit les bases de sa théorie monétariste. Celle-ci remplacera le keynésianisme en tant qu’orthodoxie monétaire à partir de la fin des années 1970, quand Paul Volker sera nommé président de la Réserve fédérale. Volker freinera la création monétaire et augmentera de façon draconienne les taux d’intérêt pour mettre un terme à l’inflation galopante des années précédentes, au prix de la récession de 1980-1982. On a surtout retenu des théories monétaires de Friedman son opposition à une hausse trop rapide des prix. À l’encontre des keynésiens qui l’expliquaient de manière très différente, et en accord avec les économistes classiques, Friedman soutenait qu’elle était inévitablement provoquée par une politique monétaire trop expansionniste. Selon sa célèbre phrase: «L’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire en ce sens qu’elle est et qu’elle ne peut être générée que par une augmentation de la quantité de monnaie plus rapide que celle de la production.» Le monétarisme offre également une explication des causes de la Grande Dépression. Selon Friedman et Schwartz, si la crise a duré si longtemps, ce n’est pas à cause de l’instabilité inhérente à l’économie de marché, mais plutôt de l’ineptie de la Fed. Selon eux, durant les années 1930, la Fed n’a rien fait pour empêcher – et a même parfois délibérément provoqué – une réduction importante de la masse monétaire. 


FONDAMENTAL / 29 

Cette politique a entraîné la faillite de milliers de banques et une chute du revenu national et a tué dans l’œuf tout mouvement de reprise économique. À première vue, le monétarisme se présente donc comme une théorie qui critique l’action étatique – les banques centrales étant des monopoles sur la création et la gestion de la monnaie établis par les gouvernements – et qui défend le libre marché. Paradoxalement, cette explication fait toutefois de Friedman un allié de Keynes sur le plan de la politique monétaire, le deuxième volet des plans de relance. Quoique leurs évaluations des dangers de l’inflation divergent considérablement, keynésiens et monétaristes s’entendent en effet sur un point crucial: la banque centrale doit, selon le jargon financier, «injecter des liquidités» dans l’économie en période de crise. C’est-à-dire qu’elle doit créer artificiellement de la monnaie de façon à soutenir l’activité économique, à protéger les banques de la faillite et à éviter qu’un réajustement temporaire se transforme en récession ou en dépression prolongée. C’est cette politique que le successeur de Volker, Alan Greenspan, mettra en œuvre pendant les 19 années qu’il passera à la tête de la Fed. Chaque fois que l’économie américaine montrait des signes de ralentissement ou que survenait une crise quelconque (krach boursier de 1987, faillite des Savings and Loans, crise mexicaine, crise asiatique, bogue de l’an 2000, attaques du 11 septembre 2001, effondrement de la bulle technologique, etc.), Greenspan appuyait sur l’accélérateur monétaire. Partisan déclaré du libre marché, il s’inspirait non pas de Keynes, mais de Friedman. Lors d’une conférence à l’occasion du 90e anniversaire de naissance de Friedman en 2002, l’actuel président de la Fed, Ben Bernanke, endossait lui aussi l’analyse de Friedman et Schwartz: «Je voudrais dire à Milton et à Anna: à propos de la Grande Dépression, vous aviez raison, c’était nous les responsables. Nous sommes vraiment désolés. Mais grâce à vous, nous ne recommencerons pas.» Depuis 2007, Bernanke a mis en œuvre, sans surprise, une série de programmes d’«assouplissement monétaire», autre euphémisme pour désigner la création d’argent à partir de rien. Selon le journaliste américain Penn Bullock, tout laisse croire que Friedman aurait approuvé ces mesures: «Bien qu’il soit vrai que le gouvernement Obama mène une politique de relance fiscale de type keynésien, la Réserve fédérale sous Bernanke a consciemment mis en pratique la leçon de Friedman et Schwartz» sur la nécessité d’accroître la masse monétaire. C’est d’ailleurs la même politique d’assouplissement quantitatif que Friedman avait suggérée de son vivant au gouvernement japonais, lui-même confronté à une crise économique à la suite de l’éclatement d’une bulle immobilière à partir de 1990: «La voie la plus sûre vers une saine reprise économique est d’augmenter le taux de croissance monétaire», écrivait-il en 1997. Plus de trois ans après le début de la crise, rien ne semble indiquer que les plans de relance, budgétaire ou monétaire, aient réussi à remettre l’économie sur la voie d’une reprise durable. Pour des keynésiens comme Paul Krugman, c’est une preuve qu’ils n’ont pas été assez ambitieux. Les monétaristes inspirés de Friedman sont, quant à eux, sur la défensive. C’est une autre théorie beaucoup plus intransigeante envers l’interventionnisme étatique qui gagne en influence, celle de l’École autrichienne d’économie, représentée notamment par les économistes Friedrich A. Hayek et Ludwig von Mises. Pour les tenants de l’École autrichienne (qui, malgré leur nom, se retrouvent aujourd’hui un peu partout dans le monde), parAgefi Magazine | Private Banking | Février 2012

tisans du retour à l’étalon-or et d’une dénationalisation de la monnaie, c’est l’existence même de la monnaie fiduciaire qui est la source du problème. La création monétaire à partir de rien est une fraude perpétrée par l’État envers les détenteurs de monnaie, qui entraîne de surcroît une mauvaise affectation des ressources et mène nécessairement à des récessions. On ne peut pas, comme le préconise Friedman, régler le problème en ayant recours à ce qui l’a causé en premier lieu. En venant à la rescousse des marchés chaque fois qu’un ralentissement pointait, Greenspan n’a fait que reporter la crise à plus tard et l’aggraver. Ainsi, du point de vue autrichien, les monétaristes sont en fin de compte tout autant responsables de la crise, et de son prolongement, que le sont les keynésiens. La figure la plus connue du courant de pensée autrichien est sans aucun doute Ron Paul, représentant au Congrès et actuel candidat à l’investiture du Parti républicain pour l’élection présidentielle. Auteur d’un essai intitulé End the Fed («Abolissons la Fed»), il avait mis les Américains en garde contre la politique monétaire trop expansionniste et contre un krach éventuel des années avant que celui-ci ne survienne, comme d’autres commentateurs inspirés par l’École autrichienne. Selon Ron Paul, «Friedman est très, très libertarien – sauf sur les questions monétaires». Presque toute l’œuvre de Friedman visait en effet à défendre la liberté individuelle et le libre marché. Il aurait sans aucun doute dénoncé les plans de relance budgétaire d’inspiration keynésienne mis en œuvre depuis trois ans. Toutefois, si l’on se fie à son enseignement, il se serait rangé du côté des keynésiens en faveur des plans de relance monétaire. Peut-être la présente crise provoquera-t-elle, sur ce sujet, un changement de paradigme en faveur d’une autre école de pensée... élan

La culture pour sortir de la crise La ville portugaise de Guimarães mise sur le statut de capitale européenne de la culture 2012 pour sortir du marasme. Antonio Jiménez Barca

Journaliste et écrivain espagnol lusieurs crises simultanées assaillent Guimarães, belle ville portugaise d’environ 50 000 habitants, chef-lieu de la sous-région (département) de l’Ave, à 150 kilomètres de Vigo. Dans les années 1980 et 1990, les immenses manufactures textiles qui jalonnaient tout la vallée de l’Ave n’ont pas résisté à la concurrence chinoise. Depuis lors, elles se languissent, tels de vieux dinosaures. La vieille ville, joliment préservée à l’ombre du vieux château, est entourée d’usines vides, aux cheminées en brique désormais inutiles. Mais les habitants ont décidé de leur redonner vie en y accrochant des tableaux et en y donnant des concerts ou des représentations théâtrales. Une manière aussi pour eux de survivre. En devenant Capitale européenne de la culture depuis ce 21 janvier, elle a prévu la reconversion de bon nombre de ces fabriques en espaces culturels, plateaux de tournage ou résidences d’artistes boursiers. Se réinventer ou mourir, telle est l’alternative.

P




30 / Fondamental 

L’usine de Ramada, une tannerie fermée il y a de nombreuses années, accueillera ainsi au mois de septembre un institut de design, mais d’ici là elle servira de salle de répétition pour un orchestre. La société ASA, enclavée dans la localité voisine de Vizela e Santo Tirso, fabriquait autrefois des couvre-lits et des serviettes de bain. Elle a arrêté définitivement ses activités en 2006. Avant qu’elle ne devienne grâce à un investisseur privé une sorte de centre commercial, les 24 000 mètres carrés de l’usine accueilleront des expositions de peinture. Quant à la manufacture textile abandonnée du Comte de Vizela, au XIXe siècle elle employait plus de 4 000 personnes et battait même sa propre monnaie. Le réalisateur espagnol Víctor Erice et d’autres cinéastes comme Jean-Luc Godard ou Aki Kaurismäki (le Finlandais vit près de Guimarães) vont y tourner un film collectif. La ville n’a d’ailleurs pas l’intention de laisser repartir le cinéma après son passage en 2012. Elle s’est donc dotée d’une équipe de production cinématographique pour ainsi devenir une destination de choix pour les cinéastes. «Nous avons déjà conclu des accords avec des productions pour 2013, qui sans cela allaient partir pour l’Europe de l’Est», assure le responsable du secteur audiovisuel de Guimarães 2012, Rodrigo Areias. «Erice lui-même dit qu’il aimerait venir tourner ici». Areias nous accueille dans une autre vieille usine de Guimarães, reconvertie en Centre d’art et d’architecture grâce à l’initiative d’un groupe de jeunes architectes de la ville. Ce bâtiment offre notamment des résidences pour des artistes étrangers invités, ainsi qu’un laboratoire audiovisuel spécialisé dans les robots et les petits jouets mobiles, qui fera les délices de n’importe quel mordu de l’informatique appliquée – et de n’importe quel passionné tout La ville n’a d’ailleurs court. «Ici, dans la soirée, il vient des pas l’intention de laisser repartir le gens de la ville», commente, tout sourire, Arias. Tel est peutcinéma après son être le secret de Guimarães: ses passage en 2012. habitants vivent le statut de capitale culturelle davantage comme un débouché que comme une fête. Pour beaucoup, c’est un peu comme un train qui ne repassera peut-être plus. Les organisateurs en sont pleinement conscients. «Nous ne voulons pas que l’Orchestre philharmonique de Berlin, qui est très cher, vienne jouer ici; le fasse très bien, puis s’en aille et adieu», explique l’un des porte-parole de la candidature. «Nous voulons faire quelque chose qui s’inscrive dans la durée, qui redonne à la ville toute sa place, et qui fasse intervenir les gens d’ici». D’où l’une des devises de la ville: «Je participe». Presque tous les habitants de Guimarães portent à leurs revers des badges avec cette inscription. Le budget est maigre: 110 millions d’euros. En effet, cette année, le Portugal joue littéralement son avenir en tant qu’état solvable, menacé de faillite et supervisé par la troïka. Il a donc fallu faire preuve d’imagination. D’où l’idée par exemple d’inviter Buraka Som Sistema. Ce célèbre groupe portugais (qui mélange le kuduro angolais et le hip-hop), donnera un concert le 28 janvier dans le Pavillon polyvalent. Ce jour-là aura lieu également la mise en place du programme Fais comme chez toi, qui consiste pour les habitants de la ville à prêter leur appartement, leur chambre ou leur couloir à d’autres groupes pour qu’ils y donnent des concerts. Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Pas moins de 40 personnes ont déjà accepté d’ouvrir leurs portes. Les fiers habitants de Guimarães répondent à l’appel. Ce n’est pas pour rien, d’après les historiens, si le Portugal est né ici, comme son premier roi, Alfonso Enríquez, qui a habité le célèbre château de Guimarães. Avec le temps, ce dernier a pris l’aspect d’une vieille usine abandonnée. Et ce n’est pas non plus un hasard si le programme officiel a démarré avec un documentaire sur la musique portugaise intitulé «Nous allons tous jouer ensemble pour mieux nous entendre». Cet article est initialement paru dans le quotidien espagnol El País, le 25 janvier 2012.

Opinion

La fausse bonne idée de l’annulation de la dette Il est immoral de faire peser l’inconscience des dirigeants politiques sur les contribuables. Tout autant que de faire table rase de la dette. Renaud Dozoul

Institut économique Molinari. omment se fait-il que personne n’ait eu avant lui l’idée pourtant simple qu’Emmanuel Todd a jetée dans la marre lors d’un entretien accordé par le démographe/ anthropologue/historien/politologue au Point? Mais oui enfin! Nous mesurons chaque jour la profondeur de l’abîme dans laquelle nous plongent la dette publique et la gravité des menaces qui pèsent sur nos économies, sur notre épargne, sur notre monnaie ou sur notre travail. Si la dette est si dangereuse, annulons tout simplement la dette ! Et ce sera un bon pied de nez à tous les financiers cupides et autres agences de notations malintentionnées, qui sont responsables de nos malheurs, et manipulent nos hommes politiques et nos États comme des marionnettes ! On ne sait pas s’il faut en rire ou en pleurer. Chaque ligne de l’entretien ubuesque du «prophète certifié» mériterait une correction sévère, mais le plus grave est sans doute l’idée selon laquelle on pourrait faire «disparaître» la dette. Il faut vraiment nager dans la pensée magique pour ne pas concevoir qu’à chaque euro de dette correspond un euro d’épargne. En annulant un euro de dette, on détruit donc mécaniquement un euro d’épargne. L’euro du petit épargnant français bien sûr, ou l’euro du fonds de pension américain. Le vrai problème que pose la dette est moral, et il est double: Tout d’abord, il ne faut pas oublier que contracter une dette puis décider unilatéralement de s’en défausser s’apparente tout simplement à du vol. L’échelle et la complexité de l’organisation des créances ne change rien à la nature du vol. Les créanciers lésés seraient ainsi en droit de saisir des tribunaux pour sanctionner le non-respect du contrat passé au moment de l’achat de la dette. La saisie de biens pure et simple étant difficilement envisageable, cela reviendrait en réalité à isoler le pays mauvais payeur de toutes les organisations internationales et à le marginaliser dans toutes les relations diplomatiques. Sur le plan plus pratique de l’émission d’obligations futures, les conséquences d’un défaut de paiement sont tout

C




FONDAMENTAL / 31 

à fait prévisibles. Si vous prêtez mille euros à un ami et qu’il vous annonce au bout d’une semaine qu’il ne vous remboursera pas, il y a peu de chances que vous lui prêtiez à nouveau un centime. L’exemple de l’Argentine entre 1998 et 2002 offre une image tout à fait claire de ce qui attend un État qui n’honore pas ses dettes: l’impossibilité totale d’emprunter sur les marchés pendant des années. Mais en amont de la gestion du défaut, se pose la question essentielle de la légitimité d’un État à endetter les contribuables, et plus encore les contribuables des générations futures! La question ainsi posée, on peut légitimement se demander si l’on est tenu d’honorer des engagements pris par d’autres! Le problème étant que les « autres » d’hier sont ceux qui veulent aujourd’hui se débarrasser des dettes accumulées sous le tapis en faisant peser la perte sur les contribuables et sur les épargnants. Ces deux point moraux rendent la solution très difficile: Il est immoral de faire peser l’inconscience des dirigeants politiques sur les contribuables, et il est également immoral de faire table rase de la dette pour que les dirigeants de demain puissent repartir de plus belle. La réponse est simple: On ne dépense pas l’argent des autres (et encore moins à crédit). C’est donc seulement en limitant au maximum la taille et les prérogatives de l’État que nous pourrons espérer limiter les dégâts inhérents à son existence. En attendant, on peut espérer que la fuite des créanciers impose un régime au pain sec à nos États, et que la démocratie pourra endiguer leur gourmandise fiscale. Conviction

Vive la croissance. Viva Monti! Mario Monti vient de présenter la loi italienne d’ouverture à la concurrence des secteurs et professions protégés. Alain Madelin

Ancien ministre français de l’Economie épétons le, il n’y a pas de sortie du piège de la dette publique sans retour à une forte croissance. Pour devenir soutenable, la dette doit voir ses taux d’intérêts passer durablement sous le taux de croissance. C’est dire que les solutions avancées en France par les deux grands candidats, à savoir diminuer la dépense publique et augmenter les impôts (dans des proportions et des modalités variables) ne peuvent que conduire à l’impasse. De l’autre côté des Alpes, après avoir fait voter un plan d’austérité de plus de 60 milliards d’euros, Mario Monti vient de présenter la loi italienne d’ouverture à la concurrence des secteurs et professions protégés (taxis, pharmacie, station essence, énergie…). Une ouverture à la concurrence qui représenterait, selon lui, deux points de plus de croissance. Bref, nous dit Mario Monti, pour sortir de la crise, pour doper la croissance, il faut faire confiance aux politiques libérales. Il est vrai que Mario Monti incarne l’Europe libérale, celle du

R

Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

marché unique et de la concurrence (économiste, il a été de 1994 à 1999, commissaire européen au marché intérieur et de 1999 à 2004, commissaire à la concurrence nommé par Berlusconi). Celle dont Henri Guaino et le Président de la République nous proposent de tourner la page. Celle que détestent depuis toujours les socialistes français. On ne sait pas encore les obstacles politiques auxquels se heurtera Mario Monti. On sait seulement que l’homme n’est pas sans habileté. Un exemple: à la brutale proposition de libération totale du marché des taxis parisiens proposée dans le rapport Attali, Mario Monti préfère l’approche prônée en France par les libéraux, celle qui consiste à distribuer une plaque supplémentaire aux titulaires d’aujourd’hui (qui ont acheté cher cette plaque et qui se verraient ruinés par une ouverture sans précaution). On lui souhaite bonne chance. On lui souhaite aussi de susciter quelques émules en France. Environnement

L’innovation est un produit de la liberté Les causes environnementales sont à l’origine d’un retour aux sources. Olivier Méresse

Conseiller en séduction commerciale ontraints par ces nouvelles attentes et cette demande croissante, les designers abandonnent leurs délires personnels pour revenir à des préoccupations d’ingénieurs, pour évaluer des modes de production, des cycles de vie, intégrer des matériaux nouveaux, comparer des modes de consommation, des indices. Ce qu’on appelle l’éco-design réintroduit de la complexité dans la conception des objets. Nous assistons à un foisonnement d’idées et d’initiatives, et parions que ce n’est encore qu’un début. Il n’y a pas un problème et sa solution, mais une quasi-infinité de solutions à une quasi-infinité de problèmes. A une pollution déterminée il est possible d’apporter des réponses très diverses: un produit qui dure plus longtemps, réparable, ou au contraire biodégradable, ou en matériaux recyclés, ou renouvelables, ou consommant moins, ou dont la fin de vie débouche sur une utilité nouvelle, loué plutôt que vendu, etc. et qui peut aller jusqu’à remettre complètement en cause l’existence du produit ou du service. Chaque semaine la veille d’Utopies – de mémoire elle en est à près de 400 numéros – rend compte d’initiatives nouvelles dont certaines sont particulièrement ingénieuses. L’éco-design est aujourd’hui incontournable et, inéluctablement, les critères de l’éco-design devront être toujours mieux intégrés. Le design n’est pas mort avec l’éco-design, il y trouve au contraire une nouvelle jeunesse. Le gouvernement quant à lui ne répond à ce besoin d’avancée qu’avec un système de bonus-malus totalement stérile. Tout ce qui est gagné aujourd’hui serait perdu demain, probablement au centuple. D’ailleurs ce système de bonus-malus n’est que le moyen le plus hypocrite de soutenir la demande automobile en favorisant les constructeurs français face aux grandes marques allemandes. Et la mesure coûtera 150 à 200

C




32 / Fondamental 

millions d’euros au contribuable cette année, quand tous ces foutriquets prévoyaient d’équilibrer leur budget. Comble de l’ironie, nos impôts, dont ceux des ouvriers de PeugeotCitroën ou Renault, contribuent à accélérer les délocalisations d’emplois vers les pays à bas coût de main d’œuvre où sont fabriqués les petits modèles bénéficiant des bonus. L’interventionnisme est nocif par essence. Il induit toujours une spoliation génératrice de misère. Le scandale est ici que l’argent de votre vélo ou de vos produits bio soit racketté pour aller à des constructeurs automobiles dont l’activité et les produits restent très polluants. Car cette part marginale de vos revenus est logiquement la pointe avancée de vos dépenses. Pour faire court, celle qui touchera les étages supérieurs de votre pyramide de Maslow, ou vos préoccupations de long terme. Qu’on pense à tout ce que cet argent aurait pu produire dans une France où 80% des gens sedéclarent sensibles aux questions environnementales. C’est d’ailleurs uniquement ce nouvel électorat qui intéresse les politiques. L’innovation est un produit de la liberté, elle est par nature non planifiable, et c’est ça précisément qui excite la férocité réglementaire, taxatrice ou castratrice des pouvoirs publics.Les lois poussent à l’adoption de solutions massifiées quand c’est la massification elle-même qui est à la source des maux. L’écodesign est naturellement un terrain d’expérimentation de solutions diversifiées sur de micro-marchés. Et que ce soit pour promouvoir hier l’industrie charbonnière ou aujourd’hui les marchés verts, les politiques ne connaissent qu’une seule solution: la taxe. C’est à croire qu’ils en vivent… Solidarité

Non aux plans de sauvetage pour l’Europe! Les banques centrales espèrent qu’inonder le monde de monnaie fiduciaire finira par résoudre une crise causée par des dépenses gouvernementales beaucoup trop excessives et des endettements irresponsables. Ron Paul

Membre du Congrès Américain Candidat à l’investiture républicaine. n réponse aux pressions de Wall Street, de la Maison Blanche et des banques centrales européennes, la Réserve Fédérale a récemment drastiquement réduit les taux d’intérêt des swaps de devises en faveur des banques Européennes. Les marchés mondiaux seront bientôt noyés de dollars, ce qui signifiera une augmentation des prix pour les citoyens Américains. Cet excès de liquidités apaisera temporairement les problèmes de liquidités de banquiers irresponsables, mais rendra sur le long terme la situation bien plus grave pour les consommateurs de part et d’autre de la planète. Les marchés des capitaux ont monté à la diffusion de cette nouvelle, mais ces gains risquent d’être illusoires. Ne vous y trompez pas – ces interventions ne font pas partie du capitalisme, un marché libre ne fonctionne pas de cette manière. Sur un marché libre, les entreprises mal gérées font faillite, même les plus grosses banques. Nous devons nous souvenir que les marchés libres sont les meilleurs régulateurs d’une mauvaise gestion financière. En revanche, sous notre

E

Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

forme actuelle de corporatisme basée sur les intérêts particuliers, certaines entreprises se voient attribuer un statut les rendant intouchables par la banqueroute. Elles font des profits grâce à l’inflation monétaire générée par la Fed, et leurs pertes sont socialisées grâce aux plans de sauvetage inflationnistes. Cela signifie que vous et votre famille finirez par payer pour les décisions de la Fed, puisque chaque dollar que vous gagnerez aura une valeur amoindrie. Seul un tout petit nombre de personnes se rend compte qu’il enrichit les banquiers européens en voyant le prix de son lait, de ses œufs, de son essence et de ses vêtements doubler ou tripler, mais c’est bel et bien là ce qui est en train de se produire. Le rythme croissant de ces manœuvres financières désespérées signifie que l’inflation finira tôt ou tard par frapper bien trop fort pour que les salaires puissent continuer à suivre. C’est ainsi que la classe moyenne se Le système global verra éradiquée, comme nous de monnaie fidul’avons déjà observé auparaciaire est un échec vant lorsque la monnaie fiduen soi. Nous avons ciaire avait prouvé de ses faiblesses. besoin d’une réforme monétaire. Les dernières coopérations de Nous avons besoin la Fed avec les banques cende monnaie réelle. trales quant à la mise en place de swaps de dollars contre des devises étrangères ne sont que l’une des raisons pour lesquelles le Congrès a besoin de se voir accorder la possibilité d’auditer la Fed. Sous la législation actuelle, le Congrès n’a pas le droit d’examiner de tels arrangements. Ce qui pensent qu’un audit de la Fed représenterait une atteinte à son indépendance devraient réévaluer cette supposée indépendance et observer la manière dont elle s’est empressée de délivrer des plans de sauvetage à l’Europe immédiatement après que le président Obama ait promis son assistance quant à la résolution de la crise en zone Euro. Plutôt que de calmer les marchés, ces arrangements sont une preuve que les gouvernements du monde ont peur de la crise financière européenne. Les banques centrales s’accrochent à des brindilles en espérant qu’inonder le monde de monnaie fiduciaire finira par résoudre une crise causée par des dépenses gouvernementales beaucoup trop excessives et des endettements irresponsables. Mais ces gouvernements et banques centrales ne parviennent pas à comprendre que ce sont leurs propres politiques monétaires qui ont permis aux banques Européennes de s’endetter à ce point. Si ces banques ont besoin de liquidités, elles devraient en générer comme il se doit: en attirant des déposants. Si elles n’y parviennent pas, alors elles devraient pouvoir faire faillite. Le Congrès ne devrait pas permettre un tel type d’engagement de la part de la Fed, engagement qui pourrait facilement coûter des trillions de dollars aux contribuables américains. Ces swaps de dollars sont purement inflationnistes et porteront tout autant atteinte aux Américains que les politiques de quantitative easing. Les Américains méritent une monnaie qui ne puisse être manipulée ou créée à partir de rien par des banquiers centraux ne pouvant que promettre une prospérité future. La monnaie fiduciaire a causé la crise financière européenne, ainsi que les autres crises économiques qui lui ont précédé. Une augmentation de la masse monétaire n’est en rien un remède à cela. Le système global de monnaie fiduciaire est un échec en soi. Nous avons besoin d’une réforme monétaire. Nous avons besoin de monnaie réelle. 


FONDAMENTAL / 33 

MONNAIE

Le pire système de tous Le système monétaire international actuel est en pleine faillite. Selon un étude de la Banque d’Angleterre. John Maxfield

Journaliste, The Motley Fool epuis que les états-Unis ont définitivement mis un terme à la convertibilité du dollar en or (c’était en 1973), un petit nombre d’économistes n’ont jamais cessé de se poser en champions d’un retour à l’étalon-or. L’Autriche est La Mecque de ce courant, Ludwig von Mises est leur prophète, et «La Route de la Servitude», le célèbre ouvrage de Friedrich von Hayek, leur Bible. On les désigne habituellement sous le vocable de «Goldbugs», étiquette qui, selon l’école à laquelle on appartient, emporte une connotation plus ou moins positive ou négative. Le camp des disciples d’Hayek est persuadé qu’ils détiennent la vérité. A l’inverse les héritiers de Keynes considèrent qe que ce sont eux, les «Autrichiens», qui sont fous. D’où le titre de cet article. Ce qui les oppose est de savoir comment le système monétaire et financier international devrait – ou ne devrait pas – fonctionner. Autrement dit, son mode de gouvernance. Il est n’est pas exagéré de dire que Keynes est l’économiste le plus connu et le plus écouté dans le monde d’aujourd’hui. Il a passé sa vie à plaider pour une intervention active de l’Etat dans la gestion de l’économie. Sa conviction était que, si les marché sont livrés à eux mêmes, ils génèrent des déséquilibres qui engendrent le chômage et d’inutiles souffrances pour les populations. Il est donc du devoir de l’état d’utiliser tous les outils budgétaires, fiscaux et monétaires dont il dispose pour ramener l’économie à l’équilibre. Les théories de Keynes se sont traduites, au niveau international, par la mise en place du système des accords de Bretton Woods, qui datent de 1944, et à la rédaction desquels Keynes lui-même a directement contribué. La plupart des états ont abandonné l’étalon-or et rattaché leurs monnaies au dollar US devenu, après la guerre, la monnaie mondiale dominante. Dans ce système, le dollar restait convertible en or au taux de 35 dollars l’once. Chaque pays conservait, sous certaines conditions, la possibilité de dévaluer (ou réévaluer) sa monnaie par rapport au dollar, mais il était prévu que la correction des déséquilibres relevait en priorité des interventions du Fonds Monétaire International que l’on venait de créer, et dont le quartier général se trouvait à New York. C’est ce système qu’Hayek a toujours combattu. Au nom de ce que toute interférence publique avec le libre fonctionnement

D

Système monétaire

Taux de croissance annuel du PNB mondial

Moyenne annuelle de l’inflation dans le monde

Etalon-or (1870-1913)

1,3%

0,6%

Bretton-Woods (1948-1972)

2,8%

3,3%

Système actuel (1972-présent)

1,8%

4,8%

Source: Bank of England, Financial Stability Paper, No 13, «Reform of the international Monetary & Financial System» Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

des lois économiques conduit à l’inefficacité et à la destruction des libertés. Son livre «The Road to Serfom» (La route de la servitude) repose sur deux idées de base. D’abord que laisser les marchés fonctionner librement, sans entraves, est le meilleur moyen d’obtenir une allocation efficace des ressources. Ensuite que toute ingérence de l’état dans le libre fonctionnement de l’économie conduit nécessairement à la dictature et à l’oppression – d’où le titre de l’ouvrage. A cet égard, il faut se rappeler que Hayek fut le contemporain d’Hitler et de Staline, tous deux adeptes ostensibles d’une dictature socialiste. Quant au système monétaire international, Hayek était partisan de l’étalon-or. Sa caractéristique est que la valeur d’une monnaie est liée au stock global d’or détenu dans les coffres de sa banque centrale. Si la balance commerciale du pays est durablement déficitaire, cela s’y traduit par un réduction de la base monétaire, qui déclenche un processus de déflation des prix, et par là même incite ensuite les capitaux à revenir. Si l’or afflue dans les caisses de la banque centrale en raison d’un excédent durable du commerce extérieur, cela entraîne une croissance non contrôlée de la masse monétaire qui, à son tour, crée de l’inflation, et incite les détenteurs de capitaux à aller voir ailleurs pour y trouver des occasions d’investissement moins chères. C’est ainsi, par ce double mécanisme, que le système s’auto-équilibre, sans que l’état ait besoin de s’en mêler. Depuis qu’en 1973 les états-Unis ont définitivement tourné le dos à l’étalon-or et abandonné le régime de Bretton-Woods, les deux parties ne cessent de s’affronter. En position de défense on trouve quasiment tous les keynésiens qui expliquent que revenir à l’étalon-or traditionnel ramènerait tous les maux de la déflation – une entrave majeure à la croissance et à la prospérité économique. En position d’attaque se trouvent au contraire les disciples d’Hayek pour qui c’est l’Etat qui est toujours la cause de tous nos maux économiques et sociaux. En fait, les deux à la fois. Ou, plutôt, il vaudrait mieux dire que chacun a un peu raison et en même temps un peu tort, dans la mesure où, quelle que soit la solution qui prévaut, cela vaut toujours mieux que le chaos monétaire et l’anarchie. Des économistes de la Banque d’Angleterre ont récemment entrepris de comparer les résultats économiques associés à chacun de ces régimes monétaires depuis le début du 20e siècle. Le tableau ci-dessous montre que le taux de croissance moyen enregistré sous le régime Bretton-Woods fut le double de celui de l’époque de l’étalon or, et 100 points de base au dessus de la performance du système actuel. Quant à l’inflation, l’étalon-or bat tous les autres systèmes, tant BrettonWoods que le régime actuel, et de très loin. Ceci dit, là où les enseignements sont particulièrement intéressants, c’est lorsque les auteurs de l’étude s’intéressent à l’effet de chaque régime sur le rythme des crises monétaires. Leurs travaux révèlent en effet que tant l’étalon-or que Bretton-Woods étaient, de ce point de vue, infiniment supérieurs au système actuel. A l’époque de Bretton-Woods, on a enregistré en moyenne 0,1 crise bancaire par an. Depuis 1972, nous en comptons en moyenne 2,6. La même chose pour les crises monétaires. Pendant toute la période de l’étalon-or, le monde a vécu avec 0,6 crises monétaires par an en moyenne; chiffre qu’il faut comparer aux 3,6 que nous avons connu depuis 1972. De ce point de vue, ainsi que le montre le tableau, le système actuel est clairement le pire de tous. Si l’on peut faire confiance à l’étude de la Banque d’Angleterre – et il n’y a pas de raison d’en douter –, alors, l’évidence qui s’impose est que notre système monétaire international 


SWISS BANKING | FINANCE | SERVICES | INDUSTRIE | HIGH TECH | IT | ENTREPRISES | COMMERCE | lUxE | TRADING | FORMATION | HAUTES éCOlES | MANAGEMENT | RESSOURCES HUMAINES | MARKETING | lIBéRAlISME | POlITIQUE éCONOMIQUE...

Les chiffres passent PROBABLEMENT LE MEILLEUR QUOTIDIEN LOCAL DU MONDE

Les idées restent

...SWISS BANKING | FINANCE | SERVICES | INDUSTRIE | HIGH TECH | IT | ENTREPRISES | COMMERCE | lUxE | TRADING | FORMATION | HAUTES éCOlES | MANAGEMENT | RESSOURCES HUMAINES | MARKETING | lIBéRAlISME


Décalé / 35

La science du discontinu Le réseautage comme accession au pouvoir dans les grands groupes internationaux relève du mythe. Jean-Charles Méthiaz

CEO Lord Louise

Accès. Holdings ou grandes multinationales, le choix des

doce de ce long et patient tricotage fastidieux et incertain. Un dirigeants se fait souvent sur leur capacité de donner accès certain nombre de stratégies se placent dès les premiers mois. à leur réseau. On parle par là de leurs sphères d’influence, Le simple choix du positionnement physique dans les assemdes cercles connexes qu’ils peuvent connecter entre eux. Dans blées peut d’emblée trahir une méconnaissance du réseau et lesquels ils peuvent aller puiser une information, une mise obérer toute possibilité de prise de pouvoir future. en relation ou espérer une influence. Cette sélection par l’influence des membres du board est l’un des cinq critères pré- Outils. Prudence donc, et patience. Connaissez la manière dominants pour leur nomination. Cela pose immédiatement de saluer, de poser ou non des questions, de prendre congé, de plusieurs questions. D’abord, les multinationales ne sont pas suivre une conversation. Le déploiement temporel des outils capables de modéliser l’influence conjointe de leurs dirigeants de networking permet d’abattre d’autres cartes après plusur leurs keys accounts. En cela, le board est plus une col- sieurs années. Les cartes business ne peuvent être jouées avant lection de réseaux hétérogènes et ceux-ci ne sont pas traités plusieurs années, et encore, en terrain balisé. Le networking comme des entités à part entière, idenne permet jamais d’atteindre un but connu. Il convient de se représenter sa tifiés par les multinationales et adresL’entreprise multinationale sés comme tels avec une stratégie de qui s’engage sur la voie pression de networking sur un groupe networking répartie entre les membres du networking s’engage social comme un sac de balles bondisdu board. Pour celles d’entre elles qui sur la piste de la complexité santes que l’on enverrait dans toutes les directions dans une pièce. Elles vont reparviennent à une répartition des rôles, des rapports humains. il n’existe pas d’extension des logiciels bondir, et toucher des cibles que nous de CRM pour mod��liser les réseaux et n’avions jamais identifiées comme teldéfinir des plans d’actions avec suivi, correctifs et reportings. les, et produire des résultats impossibles à escompter. Il faut Il en résulte une perte d’influence lorsque l’un des membres donc s’attendre à tout. Surtout aux caprices du hasard. La du board quitte le navire. La question sous-jacente est d’être meilleure façon d’atteindre son objectif est de ne pas le viser. capable de modéliser l’influence d’une entreprise sur un tissu Autre paradoxe fascinant, on s’imagine souvent gagnant à decomplexe de réseaux et clubs, tous disparates. mander un service à quelqu’un possédant un réseau puissant. Rien de plus impossible pour le grand patron ou le réseauteur Communs. Pour modéliser ces réseaux, il faut trouver professionnel. En effet, le réseautage est une science du disconleurs points communs. Il s’agit bien là d’une stratégie à dix tinu. Il faut voir le signal du réseautage comme intermittent. ou quinze ans, soit un tiers d’une vie professionnelle. Le ré- L’influence peut être très intense en un moment donné et sur seautage d’entreprise ne peut céder à la mode de la vitesse. un sujet précis, mais ce moment correspond rarement au moTout simplement parce qu’il s’agit d’abord de respecter une ment où la demande du tiers à lieu. Ces parties «pures» ou période incompressible de un à cinq ans d’observation polie l’événement visé correspond à l’influence exacte du moment et réservée. La première règle est donc l’inaction et l’observa- sont comme l’alignement des planètes. Rare et anecdotique. tion. Pour autant, cette phase n’est pas passive, elle permet de Comme le dit justement Clausewitz, qui associe la guerre à un comprendre les masses en présence, les courants, et surtout les phénomène de friction, la science du réseau pour les multinarègles explicites et tacites du fonctionnement social du réseau, tionales touche à la science de l’homme, prédateur social, et des l’étiquette, ce qu’il est convenu d’adopter comme comporte- groupes sociaux, qui obéissent à des règles distinctes de celles ment quand il s’agit de positionner son réseautage dans un de l’individu. En bref, l’entreprise multinationale qui s’engage but professionnel. La plupart des réseaux, d’ailleurs, obéissent sur la voie du networking et de l’influence institutionnalisée à la règle d’une bienséance de discrétion et de retrait au sujet s’engage sur la piste de la complexité des rapports humains. des affaires professionnelles. Quand on prend en compte cette A titre d’exemple, 25% des cadres supérieurs, qui forment le profondeur temporelle d’une décennie, voire deux, 6000 jours, maillage des boards des multinationales susmentionnées, ont des centaines de parties à jouer sans commettre d’erreur, pour changé d’emploi en 2011 à Londres. Les multinationales qui établir une position dans un réseau, gardant à l’esprit que cette ciblent d’autres entreprises transnationales sont donc des châposition peut être perdue en un seul faux pas, et faire conta- teaux de sable qui visent à compter les grains d’autres châgion sur l’ensemble de ses autres réseaux, on comprend mieux teaux de sables fuyants au vent de l’incertitude. La carte et le alors l’importance de la palette des actions de networking pos- territoire se remodèlent en temps réel. Doit-on pour autant sibles. Et surtout de la nécessité de prendre plaisir au sacer- baisser les bras et en revenir à la «théorie de la verrée»? /// Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012


36 / Inspiration

Costume pour Vaslav Nijinski dans «L’Après-midi d’un Faune» par Léon Bakst (1912) cette photo non datée a été montrée à la presse le 21 décembre 2011. La gouache fait partie de l’exposition «Danser sa vie», au Centre Pompidou jusqu’au 2 avril. Source: Centre Pompidou via Bloomberg.


/ 37

- Philanthropie La solidarité libérale face au ralentissement économique

L’engagement social nécessaire La coopération requiert une importante capacité d’adaptation Le paysage économique et social difficile de ces trois dernières années affecte les donateurs traditionnels qui voient leurs ressources diminuer. Alors même que les besoins de soutien philanthropique sont en forte croissance.

P

ar temps de crise économique et financière, où les problèmes de société se trouvent exacerbés, la question du rôle des acteurs philanthropiques et de la stratégie qu’ils doivent adopter se pose de façon aigüe. Si certains estiment qu’il «vaut mieux être seul que mal accompagné», arguant que la coopération est un luxe et un risque qu’ils ne peuvent pas se permettre de prendre, d’autres soutiennent que «l’union fait la force» et que c’est le meilleur moyen de maximiser l’impact de l’action philanthropique. Existe-t-il une réponse satisfaisante à ce dilemme? Le paysage économique et social difficile que nous connaissons depuis trois ans affecte les donateurs traditionnels qui voient leurs ressources diminuer alors même que les besoins de soutien philanthropique sont en forte croissance. Les mécènes et les fondations privées ou d’entreprises sont confrontées à une érosion de leurs capitaux, les finances publiques sont en alerte et les dons des particuliers sous pression. A titre d’exemple, de nombreuses fondations américaines ont vu ces dernières années leurs capitaux fondre de plus de 20%, et 7% d’entre elles ont dû se résoudre à réduire leurs effectifs en 2010 (Source: Foundation Center). Face à cette Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

situation, les bailleurs de fonds ont souvent un réflexe de repli: leur priorité est de maintenir leurs programmes philanthropiques, assurer l’impact de leurs dons et éviter les prises de risques inhérentes aux nouvelles initiatives. A ce titre, la période peut sembler peu propice pour s’engager dans la voie de la collaboration.

Bénéfices.

Si la coopération – entre fondations ou avec d’autres acteurs comme les entreprises et le secteur public – ne peut être considérée comme une solution systématique, elle présente des avantages que donateurs et bénéficiaires gagneraient à considérer avec attention:  Une concentration de moyens au bénéfice d’actions de plus grande ampleur: au-delà de la mutualisation de ressources qui permettent d’amorcer ou d’étendre un programme, lorsque des partenaires de différents horizons décident d’agir de concert, ils confèrent aux projets soutenus une légitimité et une visibilité accrues; Des gains en efficience et en effica cité: du fait de la complémentarité des compétences, des savoir-faire et des ressources spécifiques que des acteurs hétérogènes peuvent mobiliser, la coopération est souvent source de synergies et de gains opérationnels; Une réduction et une meilleure ré

Karin Jestin

Sécrétaire Générale de la Fondation 1796, Lombard Odier & Cie.




38 / Philanthropie

Comme le dit un proverbe africain: «Si tu veux aller vite vas-y seul. Mais si tu veux aller loin alors faut y aller ensemble».



partition des risques: l’association de différents parties prenantes permet de répartir les risques du projet et idéalement d’en réduire les coûts, par une allocation optimisée en fonction des compétences spécifiques à chaque partenaire. Pour être justifiés, ces avantages doivent trouver leur traduction concrète en matière d’impact social, en bénéfices directes pour les populations soutenues. De plus, les collaborations comportent aussi des retombées fructueuses pour les donateurs sous la forme de retour d’expérience. Souvent dotées d’équipes restreintes, les fondations qui font le choix de la coopération peuvent ainsi trouver des sources de savoir, d’échanges, et d’enrichissement entre pairs. En septembre 2011, la Fondation 1796 publie une étude de cas, mettant en avant un exemple de coopération entre acteurs philanthropiques et le gouvernement suisse: «Collaboration et partenariats: exemple swissnex».

Révolutionnaire. A l’automne 2000,

la Suisse ouvre son premier avant-poste swissnex à Boston, Massachusetts. Le concept est révolutionnaire: il préfigure une nouvelle forme de diplomatie centrée non pas sur l’accès privilégié à l’information, mais sur un échange d’informations favorisant la création de savoir et d’innovations. Ponts jetés entre quatre mondes – la science, la technologie, l’innovation et les arts – le réseau des «swissnex» facilite la circulation des cerveaux qui permet à des chercheurs et des entrepreneurs suisses d’interagir avec les plus grands esprits du monde et, ce faisant, de réaliser de nouveaux projets de recherche ou de créer de nouvelles start-up. Ses cinq antennes contribuent à changer l’image du pays, d’une nation «folklorique» à une économie du savoir prospère ou «de Heidiland à high-tech-land», selon l’expression de Xavier Comtesse, un des co-fondateurs de swissnex. Swissnex repose sur la rencontre de deux Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

visions: l’une portée par le Secrétariat d’État à l’Éducation et la Recherche (SER) et par le Département des affaires étrangères qui percevaient la nécessité d’intensifier les liens entre les universités suisses, les institutions internationales et l’économie privé. L’autre par des acteurs privés qui voulaient trouver des solutions aux défis auxquels fait face la compétitivité suisse, notamment l’incapacité apparente du pays à transformer des résultats scientifiques en innovations bénéfiques pour les entreprises. Le rôle de ces derniers a été déterminant dans la phase de conception et en matière de mobilisation de capitaux que le secteur public n’aurait pu mettre à disposition. Ainsi, Thierry Lombard et Patrick Odier, Associés de Lombard Odier & Cie, l’une des plus anciennes banques privées genevoises, songeaient depuis longtemps à apporter une contribution importante à la Confédération et aux générations futures pour célébrer le 200e anniversaire de leur établissement. Convaincus de la force et l’impact potentiel du projet swissnex, ils proposent de faire un don pour financer la réalisation du premier avant-poste sous réserve que leur contribution leur soit remboursée par le gouvernement si celui-ci décidait d’arrêter l’expérience au cours de ses dix premières années d’existence. Cette incitation a fonctionné et aujourd’hui, grâce au soutien d’autres acteurs tels que la Gebert-Rüf Stiftung, la Fondation Yves et Ines Oltramare, mais aussi d’entreprises comme Credit Suisse, Nespresso ou Swiss Re, le réseau swissnex a une présence mondiale: l’implantation d’une première antenne à Boston, hébergée dans une ancienne épicerie, a été suivie par l’ouverture de bureaux à San Francisco (2003), Singapore (2004), Shanghai (2007) et Bangalore (2010).

Enseignements. L’aspect sans doute le plus remarquable de cette réussite helvétique tient au fait que c’est l’engagement réfléchi et patient de donateurs privés, travaillant en partenariat avec le gouver-

nement suisse, qui l’a rendue possible. Le chemin n’a pas été facile ainsi que le relatent différentes parties prenantes. Parmi les enseignements tirés, cette expérience a démontré que convaincre les parties de s’engager et parvenir à un consensus, puis coordonner l’action entre des acteurs aussi divers n’est pas chose aisée et demande du temps. Pour autant, après une décennie, swissnex est qualifié de succès. Fidèle à ses origines mixtes, l’initiative dépend pour ses activités de l’implication à la fois du secteur public et du secteur privé. Pour Pascal Marmier, directeur du swissnex Boston, «le modèle coopératif engendre une culture de l’esprit d’entreprise au sein des équipes, qui nous pousse à trouver de nouvelles idées, à les mettre en œuvre rapidement et efficacement, tout en économisant nos ressources limitées. La multiplicité des sources de financement nous confère par ailleurs une indépendance qui nous permet de consacrer les ressources à des projets novateurs.»

Défis.

Si collaboration et partenariats peuvent apporter d’énormes avantages à toutes les parties impliquées, le processus reste une question délicate et doit relever de nombreux défis: concilier des priorités et des intérêts variés; surmonter des différences de cultures organisationnelles et de sensibilités; consentir à des compromis. C’est pourquoi la coopération requiert leadership, temps et ressources ainsi que souplesse et capacité d’adaptation. Comme le dit un proverbe africain, «si tu veux aller vite, vas-y seul, mais si tu veux aller loin, alors il faut y aller ensemble». Forts de l’expérience swissnex, la Fondation 1796 est convaincue que pour résoudre les problèmes complexes auxquels notre société est confrontée, une collaboration constructive et harmonieuse entre les différents acteurs est indispensable. C’est ainsi que le secteur philanthropique pourra pleinement exploiter son formidable potentiel. ///


Philanthropie / 39

Les besoins des communautés locales au centre d’une approche philanthropique globale Philip Morris International tient compte des spécificités du système fédéral suisse pour travailler avec des organisations de bienfaisance sur le plan local, cantonal et fédéral, qui répondent par ailleurs à des critères fixés au niveau international.

Director Corporate Affairs, Philip Morris S.A. FRANÇOIS THOENEN

P

hilip Morris International et ses succursales apportent leur soutien à des œuvres de bienfaisance qui améliorent les conditions de vie dans les pays où résident et travaillent leurs employés, ainsi que dans ceux où l’entreprise s’approvisionne en tabac. Nous concentrons nos actions de bienfaisance dans le monde dans cinq domaines, à savoir: l’extrême pauvreté et la malnutrition, l’éducation, les conditions de vie en zone rurale, la violence domestique et l’aide aux victimes de catastrophes naturelles. Nous avons retenu ces domaines car il s’agit de certains des principaux problèmes sociaux dans les pays où nous sommes présents et reprennent de nombreux Objectifs du Millénaire pour le Développement que s’est fixés l’ONU.

Culture du don. Depuis plus de 40

ans, soit bien avant que la responsabilité sociale de l’entreprise ne devienne un mot d’ordre, Philip Morris et ses filiales ont apporté un soutien financier significatif aux causes qui leur tenaient à cœur. À mesure que l’entreprise se développait, nous avons progressivement étendu nos activités de bienfaisance dans le monde. Nous avons par exemple été le fer de lance dans la lutte contre la violence domestique en organisant en 1996 la première conférence annuelle inter-entreprises consacrée à ce fléau. Depuis qu’elle est devenue une entité juridique indépendante en 2008, Philip Morris International a continué à gérer ses actions philanthropiques depuis son siège opérationnel à Lausanne. Nous avons ainsi créé un département spécifique qui gère désormais un budget d’environ 25 millions de dollars par année et aide nos succursales à travailler sur les axes d’intervention prioritaires qui nous paraissent répondre aux besoins les plus pressants des populations. Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Collaboration suivie avec la Croix-Rouge

Depuis plusieurs années, Philip Morris International collabore avec la Croix-Rouge vaudoise dans le cadre du projet ParentsRescousse. Ce Service a été mis en place afin d’apporter un soutien à des parents malades, afin de répondre à leurs besoins urgents. Les parents traversant des difficultés personnelles ou qui sont momentanément indisponibles sont souvent confrontés à la question de la garde de leurs enfants pendant leur absence. L’objectif de Parents-Rescousse est de prendre leur relais en veillant sur les enfants durant les périodes difficiles. L’Assistante Croix-Rouge s’occupe ainsi des soins d’hygiène des enfants, passe du temps avec eux et prépare leurs repas. Si cela s’avère nécessaire, elle les amène à l’école ou à la garderie et supervise leurs devoirs scolaires.

A titre d’exemple, PMI contribue à Krasnodar (Russie) à la distribution de provisions aux anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale; à l’accès à une chaîne de télévision éducative aux Philippines; ou à l’aide d’urgence lors de catastrophes naturelles telles que les inondations de 2010 au Pakistan, ou encore le tsunami au Japon l’an dernier. Et ce ne sont là que quelques exemples.

Spécificités. En Suisse, Philip Morris

International tient compte des spécificités du système fédéral helvétique: nous travaillons ainsi avec des associations qui œuvrent sur le plan local, à l’image du Dispensaire des Rues à Neuchâtel et des Cartons du Cœur à Lausanne. Dans les cantons, nous soutenons la Croix Rouge vaudoise (lire l’encadré), et le Centre Social Protestant ainsi que Caritas à Neuchâtel. A Zurich, l’Opferberatung offre entre autres un soutien aux victimes de violen-

ces domestiques. Au niveau national enfin, l’Aide Suisse aux Montagnards essaie notamment d’éviter l’exode rural à travers nos régions de montagnes. Bien souvent, nos employés se portent volontaires sur des projets et aident à améliorer les conditions de vie de leurs communautés. L’automne dernier, quelque 120 employés volontaires de Philip Morris International ont repeint et rhabillé les vitrines des Boutiques Caritas Vaud durant une journée, contribuant ainsi à leur donner une nouvelle identité visuelle en un minimum de temps. Plusieurs fois par

Un département spécifique gère un budget d’environ 25 millions de dollars par année pour travailler sur les axes d’intervention prioritaires. année, des collectes de fonds sont organisées parmi les 3000 employés basés en Suisse dont les recettes sont reversées en faveur d’œuvres caritatives. En décembre 2011, le programme d’Aide en cas de catastrophe de la Croix Rouge Suisse en a bénéficié pour soutenir ses programmes d’urgence dans le monde.

Besoins. Nous commençons par écou-

ter les recommandations de nos employés au sein des filiales de PMI, qui nous semblent les mieux placés pour identifier les besoins locaux. Nous gérons ensuite nos contributions humanitaires comme s’il s’agissait d’une entreprise: de manière pragmatique et efficace. Chaque demande est étudiée en détail par notre département des Contributions, et nous évaluons l’impact potentiel sur le terrain. Une fois le partenariat approuvé, nous contrôlons la bonne gestion des fonds alloués en travaillant directement avec les ONG qui en bénéficient. Cette implication sans intermédiaire a d’autres avantages. Pour chaque requête de 


40 / Philanthropie

Le problème de l’inégalité des richesses Quel rôle les philanthropes privés peuvent-ils jouer pour combler les écarts de richesse dans le monde? En sachant que résoudre le problème simplement par des dons aux pauvres relève du mythe.

Senior Advisor, UBS Philanthropy and Values-Based Investing 

contribution, nous imposons aux demandeurs de fournir une présentation détaillée du budget, de définir avec précision les objectifs de chaque programme ainsi que le nombre de personnes qui en bénéficieront. Nous demandons à nos partenaires de respecter de strictes normes internationales concernant l’évaluation des projets, et les encourageons à chercher des financements additionnels auprès d’autres contributeurs afin de garantir un plan de financement durable pour assurer la pérennisation du projet au-delà de notre participation.

Contact.

Nous tenons également à rencontrer personnellement les chefs de projets de nos partenaires, avec qui les responsables des contributions au sein de nos filiales entretiennent un contact suivi tout au long de l’année. Notre dimension internationale nous offre enfin l’avantage de

Notre dimension internationale nous offre l’avantage de pouvoir reproduire d’un pays à un autre des méthodes qui auront fait leurs preuves. pouvoir reproduire d’un pays à un autre des méthodes qui auront fait leurs preuves: lorsque des membres de notre département de contributions ont par exemple été informés d’une méthode biologique visant à accroître le rendement des rizières lors d’une visite en Indonésie, ils l’ont présentée à nos partenaires aux Philippines, qui l’ont adoptée. Nous recevons régulièrement des commentaires positifs de la part des bénéficiaires de ces programmes, ainsi que des invitations à découvrir, sur le terrain, les résultats concrets des projets achevés. Cela nous indique que notre engagement fonctionne et nous sommes très satisfaits de pouvoir ainsi contribuer à l’amélioration des conditions de vie dans les pays où nous opérons. /// Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Mathias Terheggen

L

a croissance économique – et toutes les interrogations qu’elle soulève – alimente le débat ces temps-ci. Mais, quel que soit le verdict des analystes sur l’évolution conjoncturelle en 2012, une chose est déjà sûre: financièrement parlant, ceux qui ont déjà (gagné) beaucoup d’argent s’en tireront mieux que les personnes moins bien loties. Ce phénomène d’inégalité des richesses n’est pas nouveau et son expansion constante, en particulier dans les pays en développement, ne surprend plus. Ce qui est nouveau en revanche, c’est que ces écarts se creusent également dans les économies développées, y compris parmi les plus puissantes du monde. Des pays aussi divers que les états-Unis, l’Italie et l’Allemagne ont tous vu leur coefficient de Gini – une mesure du degré d’inégalité de la distribution des revenus – progresser au cours des trente dernières années. Une réalité à laquelle même un pays tel que Hong Kong n’échappe pas: alors que le nombre de millionnaires ne cesse d’y augmenter et que son économie a enregistré une croissance de 6% pour un taux de chômage de 3% l’an passé, la proportion d’inégalités des revenus est l’une des plus élevées du monde développé.

Disparités. Ce constat a suscité beaucoup d’inquiétude. Les niveaux d’inégalité économique doivent être faibles pour insuffler de l’élan au développement économique individuel. En revanche, ce n’est un secret pour personne que d’importantes disparités de richesse ont un impact négatif sur les efforts économiques des particuliers. Avec, pour corollaire, une perte de puissance économique touchant de larges pans de la société. Les révoltes populaires et les révolutions politiques, telles qu’on les a connues lors du Printemps arabe, ne sont que les symptômes les plus visibles des dommages collatéraux sur les sociétés du manque

d’opportunités économiques et d’une distribution inéquitable des richesses. Statistiquement, on sait que les ménages à faibles revenus ont plus d’enfants. Les importantes inégalités de distribution des revenus se traduisent presque automatiquement par la croissance du nombre d’enfants touchés par la pauvreté ainsi que par une augmentation de la précarité en termes de soins médicaux et d’éducation. Résultat: la génération responsable de la croissance économique à long terme finit par jeter l’éponge, mettant en péril la capacité d’innovation endogène d’une société. Au final, le potentiel économique futur est également hypothéqué. Même celui des personnes les moins touchées par les inégalités de richesse.

Critique. La crise économique de 2008

a débouché sur un réajustement des budgets publics, entraînant une diminution des aides sociales. Conséquence: l’opinion publique est de plus en plus critique à l’égard des personnes fortunées. De nos jours, les riches ont donc une motivation intrinsèque et extrinsèque pour remettre leur rôle en question vis-à-vis des écarts de richesse et des questions sociales. Dès lors, il n’est guère surprenant que quelques riches aient décidé, ces dernières années, de parler publiquement de leur engagement social et d’exhorter ouvertement leurs pairs à prendre des mesures plus massives pour encourager l’égalité sociale. La réponse a été très mitigée, les réactions allant de l’acquiescement bienveillant aux accusations caustiques d’efforts superficiels. Il pourrait donc être intéressant d’examiner de plus près le rôle que les philanthropes privés peuvent jouer pour combler les écarts de richesse. Tout d’abord, il convient de tordre le coup au mythe selon lequel donner aux pauvres résoudrait le problème de l’inégalité des richesses. En effet, alors même que le montant total des dons privés dans le monde est estimé à plus de 600 milliards de dollars par an, 


Philanthropie / 41

La philanthropie peut être un tremplin pour initier un changement systémique. Tout en assurant l’avenir des personnes fortunées.



il correspond à moins de la moitié de la richesse qui est passée des mains du 80% du bas de l’échelle des ménages américains au 20% du haut du panier rien que pendant la crise financière de 2007 à 2009. Les riches particuliers qui font acte de philanthropie doivent donc adopter une démarche différente s’ils comptent empêcher que les sociétés ne soient déstabilisées.

Renouvelée.

Il se trouve que la philanthropie peut jouer un rôle catalyseur en encourageant et en prônant l’innovation sociale: les philanthropes peuvent prendre des risques plus élevés en agissant uniquement selon leurs préférences et leurs exigences. Au contraire des donateurs et de la plupart des organisations caritatives publiques à but non lucratif. Les philanthropes peuvent par exemple intervenir dans le cadre d’une collecte de fonds et donner un coup de pouce à des organisations qui sont encore à un stade précoce de développement. Ils peuvent aussi se permettre de prendre le risque qu’un projet échoue, p. ex. en raison du décès inattendu de son initiateur. Car ils savent que, dans leur portefeuille, d’autres initiatives couronnées de succès feront oublier cette déconvenue. Par ailleurs, les donateurs privés d’aujourd’hui entendent trouver des moyens plus variés de démontrer leur engagement social. Des moyens plus stratégiques et à plus long terme pour faire changer le système, mais qui leur permettent également de ne pas se contenter de simples contributions financières. En s’appuyant sur leur réussite professionnelle, ils mettent à profit leurs connaissances et leur réseau, font appel à des compétences non financières telles que des sociétés et des collaborateurs et, last but not least, ils intègrent dans leur approche philanthropique un esprit et une expérience d’entrepreneurs et d’investisseurs. L’approche entrepreneuriale des questions sociales englobe l’idée de générer des revenus par le biais de produits et de services sociaux. Elle a permis d’augmenter l’effiAgefi Magazine | Private Banking | Février 2012

cacité et l’échelonnement des actions. Mais aussi de lancer certaines des tendances très en vue dans le domaine social. S’agissant des dons, la Venture Philanthropy et l’Impact Investing ont donné une nouvelle dimension aux donations. Ces dernières ne se cantonnent plus à leur rôle de simples subventions, mais deviennent de réels investissements donnant le droit au philanthrope d’attendre un rendement financier. Le ratio des revenus sociaux par rapport aux revenus financiers affiché par l’investissement peut varier suivant les priorités de l’investisseur social. Mais le simple fait d’investir plutôt que de donner de l’argent a un impact remarquable sur l’engagement du destinataire. Car l’investisseur démontre ainsi explicitement sa confiance dans les capacités de ce dernier. Toutes ces tendances profitent aux interventions sociales qui portent souvent sur des thèmes sociaux auparavant impossibles à traiter. Mieux encore: dans tous les cas, elles en augmentent l’efficacité et accentuent ainsi leur portée sociale.

Innovation. Pour s’attaquer au problè-

me de l’inégalité des richesses, les philanthropes privés entendent encourager l’innovation sociale, lui insuffler de l’élan et la défendre. Non seulement ils proposent de nouveaux domaines d’intervention sociale, mais ils mettent à profit leurs vastes réseaux. Ils n’hésitent pas non plus à jouer de leur notoriété publique. Ces actions attirent l’attention d’organisations à but non lucratif plus importantes et, progressivement, des gouvernements. D’ailleurs, ces derniers tendent à se tourner vers la philanthropie privée dans leur quête d’innovation sociale. Leur but: permettre au secteur public d’accomplir sa mission sociale tout en maîtrisant les coûts. En Allemagne par exemple, la banque de développement économique KfW a récemment lancé un programme prévoyant l’octroi d’un financement aux entrepreneurs sociaux sous réserve qu’un finan-

cement supplémentaire par des donateurs privés puisse être garanti. Cet cas illustre très bien la tentative des gouvernements d’exploiter la capacité d’innovation des philanthropes privés. Grâce à de telles interventions, les individus moins fortunés, dans les pays développés comme dans les pays émergents, auront plus de chances de pouvoir accéder aux soins médicaux et à l’éducation. Ces actions aideront à poser les jalons de la croissance économique future et à y contribuer: conjuguer la philanthropie privée des riches à l’apport économique des moins riches permettra de renforcer le tissu social nécessaire à une société stable et équitable.

Transparence. La philanthropie privée

ne pourra pas résoudre tous les maux des sociétés dont la cohésion sociale est mise en danger par une distribution trop inégalitaire des richesses et des revenus. En revanche, elle peut – à condition que cela soit fait de façon crédible – être un tremplin pour initier un changement systémique, tout en assurant l’avenir des personnes fortunées. La transparence sur les efforts individuels pourrait créer la dynamique désirée dans la mesure où cela permet de discuter des objectifs et des priorités ainsi que d’instaurer des collaborations. Certes, dans un premier temps, cette transparence pourrait n’être envisageable qu’au sein d’un groupe de pairs. Car cette démarche n’est pas sans risque pour la réputation et il n’est pas facile de bâtir un historique philanthropique réussi. Les conférences non ouvertes au public, permettant à des philanthropes de premier plan d’approfondir leur démarche philanthropique, sont encore peu répandues. Mais elles se sont révélées être des plateformes très efficaces. Car, très souvent, ces rassemblements consolident les alliances autour d’un thème d’intérêt commun, y donnent de la dimension et finissent par susciter l’attention d’un public plus large, y compris des organisations des secteurs privé, public et civil. ///


42 / Philanthropie

L’investissement à but social Les banques et les gestionnaires de fortune offrent aux investisseurs la possibilité de combiner des investissements négociables quotidiennement avec un engagement social.

Fonds Manager Cancer Charity Support Fund und Managing Partner PMG Fonds Management Eric Lütenegger

L’

augmentation du bien-être accroît l’importance des valeurs sociales. C’est du moins ce que semblent démontrer, dans la riche Helvétie, les statistiques relatives aux dons. Malgré une crise financière globale, la débâcle consécutive à l’endettement européen et la baisse du marché des actions, les Suisses se portent bien comme en témoigne leur générosité croissante à l’égard des organismes d’utilité publique. Ainsi, l’Institut de recherche gfs à Zurich a-t-il constaté qu’après un fort recul à 355 francs en 2007, la somme moyenne de dons par ménage se montait, en 2010, au niveau record de 694 francs. De son côté, la fondation Zewo, l’organisme suisse de certification pour les organisations d´utilité publique qui récoltent des dons, estime qu’en 2010 les donations des ménages privés ont augmenté de 16,4% à 980 millions de francs, et ce malgré la crise internationale.

Engagements. En outre, Ruth Wagner,

la directrice de «one marketing», attribue l’essor de ce désir de faire des dons à un profond changement de motivation. «Dans un monde caractérisé par la perte des valeurs, il devient essentiel de donner un sens à sa vie et de trouver une force inspiratrice, analyse-t-elle l’engagement social de la population suisse. En outre, il ne s’agit plus «d’un engagement passif, mais d’une véritable réflexion orientée vers les besoins», indique-t-elle. Ces observations, ajoutées à la constatation que ce sont les personnes les mieux établies, les mieux formées et les plus fortunées qui peuvent se permettre un engagement social, a provoqué l’entrée en lice des banques et des gestionnaires de fortune. Ces établissements s’adaptent aux besoins de ce segment de clientèle et offrent des solutions qui ne visent plus seulement la rentabilité financière, mais également un bénéfice social ou écologique. Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Ainsi, via des fondations, des organismes d’entraide et des produits d’investissement, ils offrent un accès à des organisations d’utilité publique, ainsi qu’à des investissements socialement et écologiquement responsables. Peu à peu, des véhicules de placement spéciaux apparaissent qui, de façon simple, permettent à l’investisseur de combiner ses placements avec un don très ciblé: les fonds caritatifs.

Donner. Le concept de fonds caritatif

est incroyablement simple: le détenteur de parts renonce à une partie des rendements financiers générés par son portefeuille d’investissement au profit d’une organisa-

La fondation Zewo estime qu’en 2010 les donations des ménages privés ont augmenté de 16,4% à 980 millions de francs. Et ce malgré la crise internationale. tion à but non lucratif. En outre, les promoteurs et les banques qui se tiennent derrière le fonds, renoncent également à une partie de leurs commissions de gestion au bénéfice de cette organisation d’utilité publique. Ce qui, même en cas de recul des Bourses, garantit la partie sociale du rendement et assure le versement d’un don. RECETTES TOTALES DE DONS EN 2010 Autres recettes 118 millions CHF

4,2%

Prestations 24,1% propres 672 millions CHF

Recettes de dons 989 millions CHF

Contributions des finances publiques 1’015 millions CHF

36,3%

35,4%

Total: 2,795 milliards de CHF pour 418 organisations titulaires du label de qualité Zewo

Source: Statistiques Zewo 2010

Selon ce concept, il s’agit d’un don temporaire. Car le détenteur du fonds peut en tout temps revendre sa part et placer son argent ailleurs. En outre, les fonds caritatifs sont optimisés fiscalement: seule la part du rendement réellement versée au détenteur du fonds est soumise à l’impôt. Jusqu’à aujourd’hui en Suisse, trois fonds caritatifs ont obtenu un certain degré de reconnaissance. Ainsi en 2000 l’UBS a-t-elle lancé une tranche caritative dans le cadre de son UBS Strategy Balanced Fonds, investi pour 45% en actions et pour 55% en obligations. Les dividendes et la commission de gestion forfaitaire de cette tranche caritative sont reversés à la Fondation UBS Optimus. Cette fondation maison, financée par diverses sources, a distribué ces dix dernières années plus de 100 millions de francs à 230 projets différents dans 65 pays. En 2007, Swisscanto a suivi, avec une autre version du fonds de charité: le Swiss Red Cross Charity Fund. Nouveau dans ce concept, le fait que le portefeuille est investi dans des produits à taux d’intérêt stables, et ne contient donc pas d’actions. En outre, le don – c’est-à-dire la moitié du rendement net ainsi que la commission de gestion forfaitaire – ne va qu’à une seule organisation, la Croix-Rouge Suisse (CRS).

Impact.

Le Cancer Charity Support Fund (CCSF) de la société de gestion de fonds PMG, lancé en 2009, fait don de la moitié de ses rendements et de ses commissions de gestion. Les bénéficiaires en sont la Ligue Suisse contre le Cancer ainsi que la Recherche Suisse contre le Cancer. Le fonds soutient donc en premier lieu la promotion de la santé de la population suisse. Mais il va plus loin: une partie du portefeuille est investi dans des actions de sociétés publiques internationales, qui sont partiellement ou entièrement actives dans la lutte contre le cancer. En favorisant le financement de telles entreprises, le fonds a un effet supplémentaire, et on 


Philanthropie / 43

Philanthropie pour la planète La Fondation Humus entend mobiliser ses moyens financiers pour appuyer différents acteurs impliqués dans la préservation des écosystèmes.

Président du Fonds Humus pour la biodiversité et ancien président du WWF France 

peut assurément parler de fonds à impact. En outre, «l’investisseur-donateur» a l’opportunité de participer à l’essor de la biotechnologie et aux progrès de la recherche contre le cancer. Prendre ces opportunités en considération constitue précisément la tâche du comité de placement du CCSF, qui réunit le savoir-faire d’experts suisses chevronnés des domaines de l’investissement et de l’oncologie. Parmi ses membres, on compte, aux

L’investisseur-donateur a l’opportunité de participer à l’essor de la biotechnologie et aux progrès de la recherche contre le cancer. côtés du professionnel expérimenté de l’investissement Thomas Link, Christian Lach, spécialiste des biotechs auprès de la société Adamant Biomedical Investments, Eric Lütenegger, membre de la direction de la société de gestion de fonds PMG Fonds Management SA et gestionnaire de portefeuille du CCSF, ainsi que Thomas Cerny, professeur en médecine, président de la Fondation de la Recherche suisse contre le cancer et médecin-chef en oncologie/hématologie à l’Hôpital cantonal de Saint-Gall, et Silke Gillessen, médecin responsable en oncologie/hématologie à l’Hôpital cantonal de Saint-Gall. Durant les décennies passées, l’oncologie, c’est-à-dire la science qui s’occupe de la recherche et du traitement des maladies cancéreuses, a réalisé des succès importants. Et le développement rapide de la recherche sur le cancer laisse espérer de nouveaux progrès dans le traitement du cancer. «Notre compréhension de la survenue et de la croissance de tumeurs s’est considérablement améliorée ces dernières années, confirme Christian Lach, avec pour conséquence que les investissements dans le domaine de l’oncologie devraient s’avérer de plus en plus rentables. /// Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Claude Dumont

A

lors que les Nations Unies ont lancé en décembre 2011 la décennie de la biodiversité, la famille Dumont, qui œuvre depuis trente ans pour le développement de l’agriculture biologique, de l’éco-construction et des éco-médecines, a officialisé la création de la fondation Humus. Une nouvelle arrivante vouée à faire progresser les problématiques environnementales et qui se propose d’offrir son expertise et de mobiliser ses moyens financiers pour appuyer les institutions, les associations ou encore les acteurs privés impliqués dans la préservation des écosystèmes.

Constat. En cinquante ans, la planète

a connu deux dégradations majeures: le réchauffement climatique lié au développement industriel et l’effondrement de sa biodiversité. Des causes multiples et la difficulté des états à s’entendre pour infléchir la hausse des températures ne permettent pas d’espérer que l’objectif de réduction de 2°C soit atteint d’ici 2020. Cette révolution des modes de fonctionnement de nos sociétés aura lieu mais nous n’en verrons pas les effets avant que les générations qui ont connu et profité des Trente Glorieuses aient disparues. En revanche, les causes de l’effondrement de la biodiversité est un phénomène rapide et quantifiable pour lesquelles une action coordonnée des décideurs produirait des effets à très court terme. Ces causes sont les conséquences de nos modes de vie et de consommation, prédateurs d’espaces et de ressources. Il existe cependant sur certaines parties de la planète des espaces que notre développement n’a pas encore ou peu touchés. Ces lieux, principalement les forêt primaires des grands bassins d’Afrique, d’Amazonie et d’Indonésie ainsi que les grandes zones humides d’Amérique du Sud et d’Afrique, sont convoités par des économies agressives pour leurs ressources forestières, minières, agricoles et

aquatiques. A partir des années 80, on assiste à une course intensive aux ressources. Des zones entières protégées jusqu’alors sont exploitées, rasées, asséchées pour être remplacées par des monocultures dont les palmiers à huile, le soja et le riz transgéniques ou non. On voit en Ethiopie, au Mali, à Madagascar, en Ukraine, en Argentine, l’arrivée d’opérateurs indiens, saoudiens, asiatiques et occidentaux acheter ou louer dans le cadre d’accord de gré à gré douteux des espaces de quelques centaines de milliers d’hectares avec des objectifs se calculant en millions. Ces terres sur lesquelles vivent des populations rurales ou pastorales sous éduquées, et déjà fragilisées, iront grossir par la force si nécessaire les populations des périphéries de villes déjà surpeuplées. La disparition de ces espaces fait peser sur nos civilisations deux dangers: la suppression des puits de carbone si nécessaires à la régulation des climats et la disparition de zones qui abritent 70% de la biodiversité de la planète. Peut-on infléchir cette course vers le pire, peut-on agir? Je pense comme Edgar Morin que «quand grandissent les périls, des forces tout aussi considérables se mettent en place pour les vaincre.» Si des sommes considérables encouragent la destruction des écosystèmes sociaux et environnementaux, des sommes plus importantes encore peuvent être mises en commun pour préserver et installer un mode de gestion durable dans ces zones de fécondité devenant de plus en plus rares. Il appartiendrait aux gouvernements des pays les plus favorisés de se doter des moyens de préserver l’intérêt à moyen et long terme des concitoyens et des générations futures. On les a vus plus haut incapables de se mobiliser pour freiner la production des gaz à effet de serre. La préservation de la biodiversité passera là aussi après les urgences sanctionnées par les élections. L’agenda électoral ne se fait pas en dizaines d’année. Les entreprises auraient intérêt à la stabilité des productions, à la paix sociale, à la 


44 / Philanthropie

Les donateurs ne donnent pas pour donner. Ils veulent jouer pleinement leur rôle de partie prenante du projet.



pérennité de leur modèle économique basés, qu’on le veuille ou non, plus ou moins en amont sur les ressources disponibles: air, eau, énergie, espaces, terres, abeilles (dont on dit que leur contribution au bien vivre du monde vaut des centaines de milliards et que les services ecosystémiques tirés de la biodiversité se chiffrent à près de 25 000 milliards d’euros). Non. C’est encore le court terme qui préside aux conseils d’administration et s’agissant souvent de multinationales, il n’y a pas d’identification à des territoires et à une appropriation de lieu porteur d’un modèle vertueux de société. On vote pour l’augmentation du cours de bourse. Pourtant il y a des exceptions et elles sont de plus en plus nombreuses, mais elles ne sévissent pour le moment pas dans les domaines cités plus haut. Alors, qui peut se sentir investi du devoir de restitution, de celui de rendre la chance inouïe qu’ont eu nos générations occidentales de vivre sans conflits majeurs des longues périodes de paix et de prospérité? Quels hommes, quels groupes d’hommes, quels réseaux, et par quels moyens contribuer à infléchir le cours de l’histoire? Non seulement cela est possible mais les expériences sont nombreuses et planétaires.

Prestige. Qu’est ce qui peut motiver le

riche, philanthrope et éclairé, pour aller à contre-courant de sa culture, du milieu dans lequel il a toujours évolué, et des intérêts de ses descendants? Quel plaisir aura-t-il à donner à une association écologiste, à une fondation pour la nature et l’homme, pour l’achat ou la préservation d’espaces, de léguer à sa disparition une partie de ses biens à une organisation environnementale? Donner comme le font couramment les anglo-saxons à l’université qui les a formés, à l’institution médicale qui les a soignés, au sport qui les a fait rêver, à la communauté à laquelle ils ont appartenue? On est là dans la continuité d’une ligne de vie. Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Créer une fondation qui investit dans les œuvres d’art, c’est prolonger un peu la reconnaissance, c’est inscrire un nom, un prestige pour la postérité, c’est aussi faire un placement qui n’entre pas dans le patrimoine imposable. Des personnalités mondialement connues ont déjà ouvert la voie. The Giving Pledge, en premier lieu, la  promesse de dons pour la planète engagée par les milliardaires Warren Buffet et Bill Gates a été lançée en 2010. Ils annoncent avoir déjà obtenu 57 signatures de milliardaires prêts à léguer 50% de leur fortune à des ONG avant de disparaitre. Le montant des promesses est de 90 milliards d’euros à ce jour. Des acteurs de l’économie américaine les ont rejoints: Steve Case et Carl

Créer une fondation prolonge un peu la reconnaissance. C’est inscrire un nom. Un prestige pour la postérité. Icahn entre autres… Une tournée chez les néo milliardaires chinois et indiens semblent à cette heure avoir connu un succès limité. Trop tôt sûrement. Mark Zuckerberg qui a lui aussi rejoint the Giving Pledge déclare «les gens attendent tard dans leur vie professionnelle pour rendre un peu de ce qu’ils ont reçu, le plus tôt est le mieux». Le créateur de Facebook est décidément un jeune homme prometteur. Le club «1% pour la planète», initié  par Yvon Chouinard patron de Patagonia, entrepreneur, pêcheur , surfeur, alpiniste, inventeur de produits éco responsables encourage ses homologues entrepreneurs à consacrer 1% de leur chiffre d’affaires à des projets de défense de l’environnement portées par des associations. Les «écos-barons»: ceux-là ont investi  leur fortune dans l’achat ou la location de terres. Des projets éco-responsables concourant à la sauvegarde de la planète. On peut distinguer deux catégories d’éco-

barons: les «terriens» qui achètent des terres pour préserver des zones, des habitats et des espèces, se substituant aux états pour créer des grandes réserves naturelles privées, à différencier des «investisseurs» qui lient protection de l’environnement et investissements économiques, c’est-à-dire ceux qui investissent dans des entreprises ou des projets verts. Je tiens à préciser qu’il leur faudra une grande dose d’éthique, de connaissance et d’expertise pour maintenir le cap environnemental et ne pas tomber dans un greenwashing désastreux, et de façon plus cynique dans les exemples d’expropriations de terres citées plus haut en Ethiopie ou au Mali. On retrouve les «terriens» notamment en Argentine, au Chili. Ils s’appellent Douglas Tompkins (fondateur d’Esprit et de North Face) Ted Turner (CNN) Johan Rupert (groupe Richemeont) à l’origine du WWF. Leur démarche n’a de sens que si elle s’inscrit à la fois dans le respect des écosystèmes et celui absolu des populations qui y vivent et y prospèrent. Peut-on placer dans la catégorie des écobarons, les investisseurs dans les énergies vertes, solaires, éoliennes? La frontière est ténue entre un investissement éco-philanthropique et un investissement, voire même un don, pour la planète qui sert à protéger ou renforcer le prestige d’un business.

Démarche.

J’aimerais, comme le confie Marine de Bazelaire, directrice du développement durable de HSBC à Cécile Lochard et Alexandre Murat, les auteurs du livre «Luxe et Développement durable: la nouvelle Alliance» (Editions Eyrolles) être totalement en phase avec «les individus les plus fortunés qui assument de plus en plus ce qu’ils estiment relever de leur propre responsabilité face à l’argent. Une étude du Forum pour l’investissement responsable démontre l’intérêt croissant pour l’investissement éthique des personnes à très hauts revenus; un élan formidable est venu des pays anglo-saxons et les Français sont loin d’être en reste. La conscience des individus 


Philanthropie / 45

HUMUS. La préservation de l’humus,

le substrat sur lequel se sont bâties les civilisations, l’indispensable source de vie, l’origine de l’homme, son air, son eau, son alimentation. Ne pas le préserver et ne pas préserver ce qu’il permet, c’est ne pas percevoir la priorité.

les plus mûrs en tout cas s’exprime déjà à travers des actions très structurées». Ce que je partage avec la vision de Madame de Bazelaire, c’est que les donateurs ne donnent pas pour donner mais veulent pleinement jouer leur rôle de partie prenante du projet. «Ce qui importe pour le donateur c’est à la fois son optimisation patrimoniale mais aussi le suivi du projet qu’il a personnellement sélectionné comme bénéficiaire de son apport financier.» Or cette démarche louable par ailleurs n’est pour le moment pas compatible avec la protection de l’environnement. Il n’y a dans ce pays à mon avis pas plus de trois acteurs philanthropes pour l’environnement: François Lemarchand avec sa Fondation familiale Nature et Découvertes, issue de la société éponyme, formidable vecteur d’idées en même temps qu’acteur auprès d’associations de terrains pour la préservation des éco systèmes et des espèces. Je songe également à Charles Kloboukoff, jeune patron de la société Léa Nature acteur majeur du 1% pour la planète dans l’Hexagone. Je pense faire partie de ces acteurs tant parce que les salons que j’ai organisés, tous dédiés à l’environnement, au développement de l’agriculture biologique, aux énergies renouvelables et à l’éco habitat, ont depuis 1975 fait avancer les idées dans les modes de vie de nos sociétés que parce qu’aujourd’hui Humus Fonds pour la biodiversité, s’inscrit dans le soutien aux associations de terrain, et aux actions de conservation. S’il existe d’autres acteurs en France ils ne se sont pas fait connaître. Ils n’apparaissent pas encore dans le logiciel d’une société en mutation. Que le pays inventeur des droits de l’homme, soit aussi celui qui consomment le plus de pesticides par hectares, voit disparaitre rapidement une partie de sa biodiversité dont les abeilles, ait satisfait aux délices du productivisme qui a rendu nos eaux de surface et souterraines impropres à la consommation, nos terres usées addictives aux intrants et produits chimiques menaAgefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Sources de la Loue, Franche-Comté



çant par conséquent la santé des citoyens et hypothéquant le bien être des générations futures. Voilà bien un paradoxe.

Priorité. Il y a de nombreux philanthropes en France. Ils consacrent une partie de leur argent, de leur temps dans des œuvres généreuses. Leur expérience est disponible pour les jeunes pouces qui feront la société de demain. Le bénévolat est partout dans les associations sportives, caritatives, artistiques, communales. Mais il existe à mon avis une priorité pour ceux qui en ont les moyens. La préservation de l’humus, le substrat sur lequel se sont bâties les civilisations, l’indispensable source de vie, l’origine de l’homme, son air, son eau, son alimentation. Ne pas le préserver et ne pas préserver ce qu’il permet, c’est ne pas percevoir la priorité. Notre civilisation nous a fait entrer depuis deux siècles dans ce que des scientifiques appellent l’anthropocène, c’est-à-dire cette période pendant laquelle on constate que l’impact de l’homme sur la planète est plus fort que les cycles naturels de chaos et de calme produit par la terre elle-même. Très bien. Nous sommes 7 milliards mais ce que nous devons préserver à tout prix c’est la source de vie, les systèmes qui permettent de respirer, de boire , et de manger.

Des espaces de fécondités, des espaces d’espoir et de joie. Les milliards dépensés dans des campagnes de vaccination ne compenseront pas la dégradation des milieux. Il n’y aura pas d’hommes en bonne santé sur une terre malade. L’art s’exprimera mieux sur une terre apaisée plutôt que dans le chaos provoqué par les conséquences des changements climatiques. L’éducation, indispensable vecteur de l’évolution des sociétés et particulièrement dans les zones difficiles et surpeuplées d’Afrique ne pourra se faire que sur des terres qui nourrissent leur population. Je pense alors que des fonds doivent être mobilisés pour maintenir, préserver, réhabiliter si nécessaire la biodiversité. Je doute que dans la suite de crises actuelles les états en aient les moyens. Il appartient aux philanthropes de regarder du côté des forêts primaires, réserves de ressources et de biodiversité, du côté des zones humides abritant la fécondité, des océans nos réserves alimentaires, des abeilles nos adjointes à la pollinisation. Les organisations existent, des fondations américaines, internationales, des associations performantes et investies. Leurs sites internet diffusent leurs énergies, leurs idées, leurs images. Elles sont là où il y a le danger mais là aussi où il y a l’espoir. ///


46 / Philanthropie

Donner est un choix Les enjeux nourrissant les aspirations des donateurs sont à l’image des disparités dans le monde.

Directeur, Reyl Private Office* Nicolas Duchêne et Etienne Eichenberger

Directeur Exécutif, Wise Philanthropy Advisors* Comment expliquez-vous le rôle de plus en plus important que jouent les institutions bancaires et financières dans le monde de la philanthropie?

Nicolas Duchêne: Le rôle du banquier ou du gestionnaire de fortune ne se limite pas à la seule gestion des actifs financiers, loin de là. Le patrimoine doit être dès lors considéré dans sa globalité et c’est au banquier de se mettre à l’écoute de son client pour définir avec lui la stratégie d’investissement qui correspond le mieux à ses aspirations diverses et variées. Il se trouve aujourd’hui que les projets à caractère phi-

Aborder la question de la philanthropie c’est bien évidemment parler d’argent. Et le banquier est l’interlocuteur privilégié pour cette question. lanthropique s’inscrivent aussi dans cette stratégie d’investissement. La création de valeur peut en effet se manifester sous d’autres formes que le seul accroissement du capital. Etienne Eichenberger: Ce constat nous le faisons chaque jour dans l’accompagnement personnalisé de nos clients. Aborder la question de la philanthropie c’est bien évidemment parler d’argent. Et le banquier est l’interlocuteur privilégié pour aborder cette question. D’autant plus, qu’aujourd’hui nous constatons l’émergence de nouveaux philanthropes, plus ouvert dans leurs rapports à l’argent que leurs prédécesseurs. Ainsi, ceux-ci n’hésitent pas à solliciter régulièrement leur banquier pour des conseils, pour exprimer leurs attentes ou pour partager leurs expériences. La philanthropie demeure encore un acte libre et volontaire mais qui nécessite un accompagnement. Quels sont les besoins et les demandes prioritaires d’un client UHNWI en matière de philanthropie? Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

ND: L’un des clients de Reyl Private Office s’est engagé un jour dans un vaste projet pour suivre la voie de son père qui pensait «qu’un seul individu peut changer le monde !» Tous les philanthropes n’ont pas forcément cette même détermination mais ils ont tous en commun la volonté de voir leur contribution et leur engagement apporter une amélioration sensible à la façon dont les gens vivent aujourd’hui surcette terre.

philanthropie devient alors une formidable plateforme d’échanges. Elle permet de réunir tous les membres qui le souhaitent sur un thème rassembleur en laissant à chacun suffisamment d’espace pour s’exprimer. La philanthropie ne résout pas les problèmes familiaux mais a le mérite de renforcer la cohésion de la famille. Vous et moi savons qu’un patrimoine peut diviser. La philanthropie joue donc un rôle

EE: Donner, c’est choisir. Comme je le disais précédement, les donateurs, et dans beaucoup de cas les donatrices, doivent être accompagnés pour identifier les éléments clés qui cristallisent leur engagement personnel ou familial. Attention, je ne parle pas ici d’un cadre rigide mais plutôt d’être à leur écoute afin de comprendre ce qui les mobilisent et les animent. Le rôle de WISE est de déterminer avec le donateur ses besoins autour de deux éléments. Le premier consiste à déterminer la bonne utilisation des fonds alloués et leurs résultats effectifs. En d’autres termes, soutenir les bonnes associations. Le deuxième élément est lié à l’engagement et à l’expérience personnelle de la notion de «donner». Finalement, le donateur donne de son temps, il implique ses proches dans ses choix et visite les projets qu’il soutient. Tout au long de nos huit années d’expérience sur le terrain, j’ai souvent été impressionné d’entendre que nos clients avaient le sentiment qu’ils recevaient bien plus qu’ils n’avaient l’impression de donner.

Les donateurs doivent être accompagnés pour identifier les éléments clés qui cristallisent leur engagement personnel ou familial.

En quoi ces attentes différent-elles lorsque l’entreprise ou le patrimoine doivent être considérés également à travers le prisme familial?

EE: Les engagements philanthropiques peuvent être amenés à jouer un rôle fédérateur utile, voir important au sein de la famille, notamment si le patrimoine ou l’entreprise concerne différents bénéficiaires répartis sur plusieurs générations. La

essentiel pour diffuser des valeurs profondes qui impliquent les générations futures tout en inculquant, entre autres, l’envie de faire et d’avoir ensemble. ND: L’entreprise familiale, c’est la vitrine de la Famille. Elle en révèle les principes, la personnalité, la culture, l’histoire, les aspirations... En ce sens, la succession de l’entreprise ne peut pas se limiter à un simple transfert de compétences. Elle doit s’inscrire davantage dans la continuité et dans la transmission de valeurs fondamentales. Or, l’absence de communication entre les générations est souvent un frein à ce passage de relais. La philanthropie peut être alors un recours judicieux pour favoriser le dialogue entre les générations, pour faciliter par exemple l’établissement d’une charte familiale qui pérennise les valeurs de la famille tout en permettant à chacun d’affirmer son individualité. Car les aspirations varient selon les générations. Les plus anciennes privilégient le don en fin de vie avec un engagement communautaire autour de l’éducation, l’enfance, la santé, la pauvreté. Les nouvelles générations préfèrent donner de leur vivant et supporter des projets qui ont un rayonnement plus international dans les 


Philanthropie / 47

La philanthropie demeure un acte libre et volontaire. Offrir des services philanthropiques aide à faire émerger une aspiration.



domaines, entre autres, de l’art, de l’environnement ou des droits civiques… Un banquier ou un gestionnaire peut-il accompagner ses clients dans leurs actvités philanthropiques sans se heurter à des conflits d’intérêt?

ND: Le cas de Reyl Private Office est particulier. A la différence des Family Offices traditionnels, la gestion d’actifs, la stratégie ou le conseil en matière d’investissements ne figurent pas dans notre offre. Il n’y a donc chez nous aucun conflit d’intérêt. Nous préférons rester concentrés sur notre expertise propre, à savoir le conseil, la structuration et la gestion non financière du patrimoine de nos clients. Les activités philanthropiques de nos clients entrent bien évidemment dans ce cadre. Nous jouons auprès d’eux le rôle d’homme de confiance. Nous nous plaçons au cœur du dialogue et des relations qui s’établissent entre tous les membres de

Les enjeux qui nourrissent les aspirations des donateurs sont à l’image des disparités dans le monde. la famille. Notre connaissance privilégiée de ces familles nous permet de conduire avec l’aide de spécialistes des projets philanthropiques fondés sur des stratégies à long terme. EE: Comme je le disais, la philanthropie demeure un acte libre et volontaire. Offrir des services philanthropiques c’est aider à faire émerger une aspiration qui est sans aucun doute aussi ancienne que le monde: donner. Ce qui a changé, c’est la nature des demandes et les attentes de certains donateurs. Chez WISE, comme société indépendante, nous travaillons en collaboration étroite avec des gestionnaires ou des avocats, pour aider leurs clients à comprendre la complexité du milieu dans Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

lequel ils veulent donner. Ensemble, nous proposons des solutions sur mesure pour leurs clients. Cette complémentarité d’expérience et de métier offrent les meilleures garanties d’un service de qualité. Donner est un choix et non une obligation. Dans ce cas, ne vaut-il pas mieux faire les choses bien afin de procurer du plaisir et de la satisfaction? Avec le temps, la philanthropie est de plus en plus l’affaire de professionnels. Quel regard portez-vous sur cette évolution?

ND: Les projets rencontrés dans le monde de la philanthropie se distinguent par leur extrême diversité. De nouveaux corps de métier sont sollicités chaque jour au point qu’il devient essentiel aujourd’hui de rassembler des experts d’univers et d’orchestrer leur travail, c’est là le rôle de Reyl Private Office. EE: Les enjeux qui nourrissent les aspirations des donateurs sont à l’image des disparités dans le monde en proie à de multiples formes de rareté et difficultés: comment faciliter l’accès à l’eau potable? Comment intégrer des jeunes défavorisés dans le monde du travail ou encore trouver un vaccin pour une maladie rare? Pour le seul Brésil, par exemple, nous sommes en présence de plus de 400 000 associations dûment recensées ! Dès lors, pourquoi choisir une association plutôt qu’une autre? Qui sont les bons partenaires? Comment les soutenir de manière utile et professionnelle? Ces nombreuses questions associées à des changements dans les attentes des philanthropes ont bien évidemment vu l’émergence d’expertises et des services correspondants pour soutenir non seulement la recherche de fonds d’associations mais également pour développer le conseil auprès des personnes qui souhaitent bien donner. A cet égard, le renforcement d’infrastructures indépendantes qui concentrent ces expériences nous semblent la

garantie d’un service professionnel et une garantie pour Genève de se positionner dans un contexte de concurrence internationale aussi sur ces enjeux. Genève a vu se créer l’an passé un nombre important de nouvelles fondations. Quel jugement portez-vous sur Genève en tant que place philanthropie?

EE: Il y a deux façons de voir les choses. La première est de souligner le dynamisme de Genève et de la Suisse en général où plus d’une fondation se crée chaque jour. Cela donne une légitimité unique à notre pays sur ces enjeux. La deuxième, plus nuancée, est de noter que l’approche de la philanthropie en Suisse reste, pour une partie en tout cas, conservatrice lorsqu’il s’agit de choisir sa structure. On privilégie toujours la fondation d’utilité publique indépendante sans toujours s’assurer que les moyens mis en œuvre sont suffisants. Pourtant en Suisse depuis quelques années, à l’instar d’autres pays européens, les fondations dites «abritantes» comme la Swiss Philanthropy Foundation commencent à émerger de manière significative. Les alternatives proposées, comme les fonds abrités, sont des alternatives très intéressantes soit lorsque la durée de vie d’une fondation est limitée à quelques années, soit lorsque le capital est inférieur à 5 millions. ND: La Suisse, en particulier la Romandie, a encore un peu de retard en matière de plateformes d’accueil pour les organisations philanthropiques. Elle bénéficie cependant d’une vitrine remarquable avec les sièges sociaux de grandes organisations internationales sur lesquelles elle s’appuie aujourd’hui pour développer son offre. En matière de philanthropie individuelle, nous travaillons avec des pays européens offrant un cadre législatif et fiscal plus attrayant que la Suisse, comme les étatsUnis ou certains pays d’Asie. /// * ndu@rpo.ch, etienne@wise.net


48 / Convivial

L’extravagante croisade parlementaire du postféminisme La droite française semble s’être résolument engagée dans une campagne visant des objectifs allant au-delà de l’égalité des droits et de l’indépendance financière conquises par les femmes

Egalité. Il s’agit, à présent, de faire le bonheur des femmes

malgré elles et, au besoin, en cassant, aux dépens de l’homme, le principe d’égalité de l’homme et de la femme devant la loi. Il y eut d’abord la loi réprimant la violence psychologique faite aux femmes, votée en 2010 à l’unanimité (des rares membres présents) de l’Assemblée nationale et du Sénat, suite à l’initiative du député UMP Guy Geoffroy. Personne, dans l’hémicycle, n’osa ne serait-ce que s’abstenir face à ce progrès manifeste de la civilisation (après la répression de la violence physique, la répression de la violence psychologique), de crainte, on le devine, de passer pour une curiosité morale. Pourtant, cette loi aurait pu surprendre. La consultation du Rapport d’information fait au nom de la mission d’évaluation de la politique de prévention et de lutte contre la violence faite aux femmes, publié par l’Assemblée nationale, montre en effet que la loi du 9 juillet 2010 sur la violence psychologique faite aux femmes repose sur un chapelet de sophismes, tressés de pseudo-liens de causalité qui auraient fait se gausser l’Aristote de la logique formelle. Il fut, en effet, allégué que la violence physique contre les femmes, dans le couple, débute toujours par des violences psychologiques et que, dès lors, en réprimant ces dernières on réduira les premières.

Obstacles. Il n’est pas possible d’entrer ici dans le détail de

cet argument, ce que nous ferons dans un essai qui paraîtra prochainement1. Disons seulement que de nombreux obstacles pratiques et conceptuels vinrent se dresser sur le chemin des députés, tels que l’impossible définition de la violence psychologique, le fait que celle-ci n’a pas de sexe, le caractère malaisé de sa preuve, ou le risque de nombreux abus, et qu’ils furent aussitôt balayés par le zélé rapporteur UMP. M. Geoffroy agissait, pour la circonstance, à l’instigation d’une avocate, Me Yael Mellul, et d’une psychiatre, Marie-France Hirigoyen, venues expliquer aux députés que «la violence psychologique est construite en strates successives. Cela commence par le dénigrement, de petites attaques (...) Ensuite vient la maltraitance psychologique, puis la maltraitance physique et les coups, enfin l’homicide.» «Un meurtre!», voilà ce qu’est la violence psychologique, selon Me Mellul, qui soutint également, sans que personne ne la contredise, l’irréversibilité du processus qui va du dénigrement à l’homicide. Bourreau masculin, victime féminine: à aucun moment, le Rapport n’envisage qu’il puisse, dans le cas de la violence psychologique, en être autrement. Pourtant, aucune étude scientifique n’établit que la violence psychologique, dans les couples, serait plus souvent le fait des hommes que des femmes. Combien d’hommes vivent dans la crainte de susciter l’ire de leur épouse? Combien d’hommes ont cessé Agefi Magazine | Private Banking | Février 2012

Drieu Godefridi

Philosophe et dirigeant d’entreprise

de fréquenter leurs amis, voire leur famille, parce que leur épouse le leur a, de facto, interdit? Combien d’hommes se font rabaisser par leur épouse lorsqu’ils traversent des difficultés professionnelles? Combien d’hommes sont trompés par leur épouse? Combien d’hommes subissent un chantage aux enfants (si on divorce, tu peux dire adieu à tes enfants)? Combien d’hommes se font-ils agonir de reproches, voire d’injures, lorsque l’humeur de leur épouse se trouble? De plus, l’idée que la violence psychologique serait essentiellement masculine implique nécessairement, dans une société où les femmes sont financièrement indépendantes, que la femme est foncièrement meilleure que l’homme. D’une nature supérieure, d’une essence en quelque façon plus pure. C’est, en dernière analyse, de ce postulat bouffon que procède toute entière la loi du 9 juillet 2010.

Zèle. Vient à présent la proposition d’abolir la prostitution,

dont on perçoit intuitivement qu’elle est promise, dans le registre de l’efficacité, au plus éclatant des succès (si tant est que ce genre de loi vise réellement l’efficacité, et non la seule immolation symbolique du bourreau fantasmé). Une fois encore, M. Guy Geoffroy se distingue par son zèle empressé à faire accepter aux députés de la majorité les poncifs moralisants les plus fatigués contre la prostitution, dans le sillage de la Suède qui pénalisait, dès 1999, les clients des travailleuses du sexe. La criminalisation de comportements aussi universels, dans le temps et l’espace, que la prostitution ou la consommation d’alcool, aboutit, partout et toujours, au déplacement de l’activité pénalisée et au renchérissement d’une pratique qui devient, de ce fait même, le monopole de réseaux criminels. Pas plus que les États-Unis à l’époque de la prohibition, ou l’ensemble des États occidentaux dans leur guerre constamment perdue contre la drogue, la Suède ne dément cette vérité. Surtout, les rapports sexuels entre des adultes majeurs et consentants, fussent-ils tarifés, ne sont-ils pas, dans un pays de liberté, hors le ressort de la police? Pourquoi ne nous inspirerions-nous pas plutôt de la NouvelleZélande qui, en libéralisant totalement la prostitution en 2003, jusque et y compris le proxénétisme, a brisé les réseaux criminels et permis que soient traités, au grand jour, les effets de bord non désirables qui s’attachent à la prostitution, comme à tant d’autres activités humaines? Dans la prostituée, la loi suédoise et M. Geoffroy ne voient qu’une victime à laquelle l’État doit imposer d’autres choix de vie, tandis que la loi néozélandaise la considère avant tout comme une personne, responsable de ses actes et de ses choix. De ces deux conceptions, laquelle est la plus conforme aux fondamentaux de notre civilisation? /// (1) «La violence faite aux hommes», Texquis, 2012


Commandez dès à présent le

catalogue 2012 pour tous les

amateurs de voitures automobiles. Pour seulement Fr. .–!

49

Un catalogue unique. • Le guide automobile le plus complet au monde. • Environ 600 pages richement illustrées. • Tous les modèles du monde entier. (140 marques et 3500 modèles). • Objet de collection depuis 1947.

Commande en ligne: www.catalogue.revueautomobile.ch / commande par téléphone: 056 437 35 52 / commande par SMS: CAT12, nom, adresse, au 919 (Fr. –.20).

Coupon de commande Oui,

Oui,

je commande exemplaires du catalogue 2012 de la Revue Automobile au prix de Fr. 49.– seulement, plus Fr. 7.– de frais d’envoi. Madame

je commande un abonnement à l’essai à La Revue Automobile au prix de Fr. 20.– seulement (12 éditions).

Monsieur

FMMKAT12

Nom

Prénom

Entreprise

Rue/N°

Code postal/lieu

N° de tél.

Adresse e-mail

Signature

Livraison du catalogue à partir du 8 mars 2012. Les prix s’entendent y-compris 2,5% TVA. Prix pour l’étranger sur demande. Cette offre est valable jusqu’au 31.12.2012.

A compléter de suite et à envoyer, aujourd’hui encore, à: Revue Automobile, case postale, 5431 Wettingen


clauson.ch

OLYMPIC BAnkIng SYStEM OFFERS FuLLY IntEgRAtEd FROnt tO BACk-OFFICE SOLutIOnS FOR:

Private Banking

worldwide

Wealth Management Retail Banking Asset Management Commercial Banking Fund Management & Administration E-banking E-brokerage

www.eri.ch www.olympic.ch

Geneva

London

Lugano

Luxembourg

Paris

Singapore

Zurich


Agefi Magazine Février 2012