Page 1

NOVEMBRE 2016 : N°55

© Agam

MOBILITÉS

Quelle place pour l’autopartage sur la Métropole ? CHIFFRES-CLÉS

50

%

C’est l’objectif d'augmentation de l’usage des transports collectifs sur la Métropole à horizon 2025

5 500 €

C’est le coût moyen annuel de l’utilisation quotidienne d’une voiture en zone urbaine

153

C’est le nombre d’heures perdues dans les bouchons par les automobilistes à Marseille chaque année (soit 6 jours)

8

C’est le nombre de places de stationnement libérées par une voiture d’autopartage

40%

C’est la part d’usagers qui renonce à la possession d’un véhicule personnel, après adhésion à un service d’autopartage

Nos modes de vie évoluent, et avec eux notre manière d’appréhender notre mobilité quotidienne. La révolution numérique est au cœur de la transition qui s’est progressivement opérée dans nos pratiques de déplacements et dans les politiques publiques qui les encadrent. L’objectif ambitieux d'augmentation de l’usage des transports collectifs sur la Métropole d’Aix-Marseille-Provence implique de fournir aux usagers des offres de transports de plus en plus personnalisées. La construction d’un réseau de transports collectifs à haut niveau de service constituera une avancée majeure en faveur d’une mobilité plus durable. Mais elle ne sera pas une réponse suffisante pour lutter contre l’autosolisme sur ce territoire atypique. Des services de mobilité innovants existent déjà localement. Leur développement constituera un complément indispensable à l’investissement dans les grandes infrastructures de transports. C’est le cas du service Citiz, implanté sur le territoire depuis 2002. Avec près de 2 900 abonnés et des usages en progression constante, l’autopartage séduit toujours plus d’usagers à Marseille. L’arrivée récente de nouveaux acteurs sur ce marché témoigne de ce succès. Citiz et TOTEM mobi structurent aujourd’hui une offre locale en pleine expansion, dont l’avenir est prometteur. Le travail partenarial engagé par l’Agence avec les acteurs locaux de l’autopartage offre aujourd’hui une meilleure connaissance de l’offre et des usages locaux, préalable indispensable pour en identifier les perspectives de développement. Quels sont les impacts et le potentiel de croissance des services d’autopartage sur la Métropole d’Aix-Marseille-Provence ? Comment accompagner leur développement pour répondre aux besoins et aux enjeux de mobilité du territoire ?


MOBILITÉ

2

Quelle place pour l’autopartage sur la Métropole ?

La révolution numérique au service d’une mobilité réinventée La remise en cause du paradigme des transports

de trajet pour bénéficier des différentes opportunités des territoires traversés, et accéder à de plus en plus de services et d’informations.

L’organisation de notre mobilité a longtemps été fondée

Le smartphone est devenu un outil incontournable de

sur l’usage massif de la voiture individuelle, et son alter-

la mobilité. La généralisation massive des applications

native dans le développement d’une offre de transports

numériques liées à la mobilité (calculateurs d’itinéraires,

collectifs. Cette vision « traditionnelle » apparaît désormais

applications d’opérateurs de transports publics ou de ser-

trop restrictive et insuffisante pour répondre aux enjeux

vices de location de vélo, plateformes de covoiturage ou

de la mobilité durable.

autopartage…) atteste de cette évolution du rapport à la

A Marseille, ville la plus embouteillée de France, les auto-

technologie, désormais au cœur des nouvelles pratiques

mobilistes perdent chaque année six jours dans les bou-

de mobilité.

chons. Les impacts environnementaux, sanitaires, économiques et fonctionnels de ces problèmes de congestion récurrents sont désastreux. Par ailleurs, en période de restriction budgétaire, le coût des transports collectifs pour les finances publiques limite leur potentiel de développement. Si ceux-ci restent le cœur d’un système de mobilité durable, ils n’apportent pas une réponse à tous les besoins de déplacements, et ne peuvent donc se concevoir isolément. Modes actifs (marche à pied, vélo), covoiturage, autopartage, vélos

Définition de l'autopartage L’autopartage est défini comme « la mise en commun d’un véhicule ou d’une flotte de véhicules de transport terrestre à moteur au profit d’utilisateurs abonnés ou habilités par l’organisme ou la personne gestionnaire des véhicules. Chaque abonné peut accéder à un véhicule sans conducteur pour le trajet de son choix et pour une durée limitée ».

à assistance électrique, et autres services de mobilités

COVOITURAGE

constituent des composantes à part entière du système

AUTOPARTAGE

de mobilité durable.

A l’heure des mobilités intelligentes et connectées Dans une société de plus en plus connectée, l’individu est désormais placé au centre du système de mobilité. Il ne s’agit plus simplement de répondre au besoin de se déplacer d’un point A à un point B, mais d’utiliser ce temps

De nouveaux usages automobiles Avec l’essor de l’économie collaborative, l’apparition de services de voitures partagées ont rendu possible le découplage entre possession et usage de la voiture. C’est un nouveau rapport à l’automobile qui commence à se dessiner.

En france, 1 personne sur 2 posséde un smartphone

90 des 18/24 ans %

80 des 25/39 ans %

NB : Un taux d’équipement en smartphone bien plus élevé en milieu urbain dense qu’ailleurs

La notion d’usages partagés de la voiture recouvrent deux grandes familles de pratiques : la mutualisation d’un trajet entre plusieurs personnes (le covoiturage), et l’optimisation dans le temps de l’usage d’un véhicule (l’autopartage).


MOBILITÉ

Quelle place pour l’autopartage sur la Métropole ?

3

Une pratique en plein essor... et en mutation L’autopartage français a connu d’importantes évolutions depuis l’apparition des premiers services dans les années 2 000. Quel que soit le type d'offre proposée, il se caractérise par la flexibilité de la solution de mobilité qu’il propose et sa complémentarité avec les autres modes. Les services se sont peu à peu diversifiés pour couvrir au mieux l’ensemble des besoins, en adéquation avec la spécificité des trajets (distances à parcourir, motifs de déplacement, secteur urbain ou périurbain, qualité de l’offre de transports collectifs…).

Une offre diversifiée au service d'usages multiples

Avec l’essor de l’économie collaborative, de nouveaux ac-

L’autopartage français recouvre aujourd’hui de multiples

largement ses champs d’action (plateformes de mises en

réalités. Plusieurs types d’offres se sont développés, au-

relation entre particuliers, plateformes de localisation et

delà des deux services implantés à Marseille.

de réservation de véhicules).

teurs privés apparaissent également sur le marché, et bouleversent le paysage de l’autopartage en étendant plus

Autopartage

b) utoli A x (e CTE E DIR E C

s

Cou

at i o

n

TO M ATISÉ (ex KOOLICAR)

E AU

n a ntici p é e 2 4 h ava nt l o c

mo

EFO R M

E DE MISE EN RELATION (e

S

LI

ER

b i)

r Mise à disposition chez le par ticulie avec présence du propriétaire

PLAT N LE PAYSAGE FRANÇAIS DE L’AUTOPARTAGE : UNE TYPOLOGIE DE SERVICES DIVERSIFIÉE

r vat i o

R

S YS

Rése

i p ti o n s g r at u it e s u r s it e

TÈ M

TE M x TO

In scr

ése

r va

ns

N G (e

t at i o

u e s d is t a n c e s

peu d e te m p s av a Acc n t lo c at i o n la p ès au rése véh i nce cule p du p ropriéossible avec ou sans taire (b oitier intégré)

moyennes distance s

ans s

Lo n g

tio n

Ab

e nt

sur voi Réserv rie ation o ant à quel ques icipé e heu res (qu ava

Courtes dis tan ces

em

Empl acem ents

rs jou n) ues elq ocatio l nt

n on

du parc francais

s et rte

s Avec ou

EN FREE-FLOATI

Sta tion Réservation peu de tem sd éd ps av ant loca tio n

rge recha

0,1 %

s ing ark up

s iée

de nes bor c e av

EN B utilisateurs OUC LE ( ex C itiz Pr

) nce ove

EN TR A

traditionnel

4 000 véhicules, 153 000

y) x D riv

ENT

R

AR EP

U TI C

900 000 membres et 50 000 véhicules en France


MOBILITÉ

Quelle place pour l’autopartage dans la politique de mobilites metropolitaine

4

L’autopartage sur Aix-Marseille-Provence, quelle réalité ? Les services Citiz et TOTEM mobi structurent une offre locale encore concentrée sur Marseille. Mais l’extension récente à d’autres communes reflète la volonté d’un développement ambitieux sur l’ensemble du territoire métropolitain. Ces deux services complémentaires permettent des usages différenciés : déplacements plus longs pour Citiz (60 km pour 8 heures de location), et courts trajets pour TOTEM mobi (7 km pour 1 à 2 heures de location).

Citiz, agir sur la mobilité occasionnelle

L’accès facilité à une offre de déplacements alternative et

En se substituant à la voiture personnelle pour tous les

joue un rôle important dans l’adhésion à ce type de ser-

besoins de déplacements occasionnels, l'autopartage pro-

vice. Tout comme les contraintes de stationnement à do-

posé par Citiz a un impact fort sur le taux de motorisation

micile, qui le rendent d’autant plus attractif.

et les comportements de mobilité de ses adhérents. Les

Ainsi, à Marseille comme ailleurs, le service Citiz touche

usages intensifs de la voiture comme les déplacements

prioritairement une population active et diplômée (75 %

domicile-travail ne peuvent pas être couverts par ce ser-

des abonnés), résidant en centre urbain dense (88 % des

vice. Par ce prisme de la mobilité occasionnelle, les usa-

abonnés domiciliés en grand centre-ville de Marseille).

multimodale (transports en commun, mobilités actives)

gers marseillais réduisent ainsi nettement leur utilisation

pas de voiture personnelle, alors qu’ils n’étaient que 34 %

TOTEM, complémentaire aux transports collectifs

avant adhésion. Les autopartageurs utilisent ensuite da-

Le nouveau service TOTEM mobi, qui a connu un fort

vantage les autres modes de déplacements.

développement depuis sa création en 2015, se positionne

de la voiture (- 30 % de kilomètres parcourus par an après adhésion). Par ailleurs, 84 % des abonnés ne possèdent

sur une toute autre demande de déplacements. Il propose

T UNE SOLUTION AVANTAGEUSE POUR TOUS

L

S

COLLECTIVITÉ ES

RS ÉCONOM TEU

L

Moins de voitures, d’encombrements et de pollution Plus d’espaces publics qualitatifs

Un effet d’image positif pour le territoire

Développement durable, innovation, économie du partage

Une solution de mobilité attractive, incitant au report modal

Multimodalité, découverte des autres modes Rationalisation de l’usage de la voiture

Une solution économique

Coût limité pour la collectivité Budget transport des ménages diminué Économies pour l’entreprise (moindre coût d’acquisition et de gestion de flotte d’entreprise)

Moins de contraintes liées au stationnement

ES IQU

LES A C

S

PARTICULIER ES

Un cadre de vie amélioré

Une solution flexible adaptable aux besoins

?

Place des stationnement garantie et gratuite pour l’usager Réduction de l’emprise automobile sur l’espace public Complémentarité avec les autres modes Facilité d’accès pour l’usage Facilité de déploiement des services


St-Jérôme

B3

B3A

B

Ste-Marthe

La Rose

B2

Marignane

Gèze

Marseille

Aubagne Cassis

Bougainville

N  LES IMPLANTATIONS SUR LA MÉTROPOLE

M2

Arenc

M1

St-Barnabé M1

St-Charles

La Fourragère

T2

T1

La Blancarde

Les Caillols T1

T3 M2

OFFRE D’AUTOPARTAGE 2016

Rond-Point du Prado Sainte-Marguerite-Dromel

31 stations Citiz, 80 véhicules

7 1

Nombre de véhicules disponibles

Citiz

TOTEM mobi

2 400 abonnés (+84% en 5 ans) dont 30% de professionnels (abonnement d’entreprise)

530 abonnés dont 15% de professionnels (abonnement d’entreprise)

en 2015

en 2015

42 stations TOTEM, 70 twizy 4 zones «vertes» TOTEM

RÉSEAU TCSP Métro Tramway Bus à Haut Niveau de Service

1 500 000 km parcourus

540 000 km parcourus

Pointe Rouge 0

750 m

1,5 km

Infographie Agam 2016 . Source : Citiz Provence, TOTEM mobi 2016.

Facultés de Luminy Parc national des Calanques


MOBILITÉ

Quelle place pour l’autopartage sur la Métropole ?

6

PAROLES D’ACTEURS Yvon ROCHE Directeur de Citiz Provence

Source : TOTEM mobi

N 70 TWIZY EN LIBRE SERVICE SUR LA MÉTROPOLE

une solution flexible de mobilité à ses usagers, particulièrement adaptée pour répondre aux besoins de déplacements sur les secteurs moins bien desservis. De petits véhicules électriques sont proposés à la location sur un territoire plus étendu, notamment au niveau des gares ou à proximité des lieux d’emplois. Un tout autre segment de marché pour ce service en ex-

Citiz a un modèle équilibré qui a fait ses preuves. Nous proposons depuis 15 ans notre système de voitures en libreservice. Notre développement s’est fait au fil de l’eau, ajoutant des véhicules quand la demande augmente. Aujourd’hui, nous avons une forte ambition de développement. Nous proposons un plan sur trois ans qui nous permettrait de tripler le nombre de véhicules. Depuis septembre, nous sommes passés en Société Coopérative d’Intérêt Collectif. Ce statut permet de faire entrer au capital des opérateurs publics pour soutenir notre projet. Notre souhait est que les collectivités s’impliquent en participant à la gouvernance de l’entreprise. L’autopartage doit être considéré comme un élément d’aménagement du territoire à part entière. Notre but est aussi d’être intégré en amont des opérations de requalification pour mieux valoriser notre offre de service.

pansion, qui peut constituer un véritable outil de valorisation de l’attractivité des transports collectifs, en complé-

Emmanuelle CHAMPAUD Co-fondatrice de TOTEM mobi

mentarité des autres modes.

Mobilité périurbaine et gestion du dernier kilomètre… L’autopartage traditionnel (type Citiz) peine à trouver sa clientèle dans le périurbain. De nouvelles solutions émergent néanmoins avec l’apparition de nouveaux acteurs qui proposent des services de location de voiture entre particuliers. C’est le cas de Drivy, qui s’apparente plus à de la location traditionnelle en mettant en relation des conducteurs et des propriétaires pour des usages de plus longue distance, plutôt le week-end. Ou encore Koolicar, qui cherche à se positionner sur des déplacements moins longs et plus réguliers, via l’équipement des véhicules pour permettre leur ouverture à distance. Localement, TOTEM se positionne en partie sur ce segment de marché, via l’implantation de stations « satellites » au niveau des gares ou sur certaines zones d’emplois périphériques. Avec une implication forte des acteurs économiques et institutionnels, les solutions de voiture partagée (autopartage et covoiturage) seront des outils à mobiliser conjointement pour infléchir les pratiques de déplacements dans le périurbain, notamment en accès à l’emploi.

Le modèle de TOTEM mobi repose sur 3 piliers : la simplicité d’utilisation, un faible coût et la qualité du réseau des points de charge. Nous avons développé une souplesse de service pour l’utilisateur grâce à l’application totem.mobi qui permet de géolocaliser et réserver sa Twizy, et grâce à la possibilité de se garer n’importe où, même devant chez soi (sur une place légale bien sûr). Il fallait aussi que les coûts soient le plus bas possible (1 € le quart d’heure, stationnement inclus). Le modèle est flexible parce qu’il nous permet de nous appuyer sur les commerçants ou les entreprises pour créer des stations de recharge. Nous ne cherchons pas à convaincre les automobilistes, mais plutôt à toucher les gens qui n’ont pas de voiture comme par exemple les jeunes « branchés » qui représentent 1/3 de nos abonnés. Les besoins de mobilité sont importants en périphérie. TOTEM est LA solution complémentaire des transports en commun pour se déplacer à l’extérieur de la ville. La Métropole peut-être pour nous un terrain d’expérimentation incroyable. Nous souhaitons déployer 200 à 300 véhicules sur le territoire d’ici 2018. Et nous attendons de la nouvelle institution une plus grande implication pour accompagner notre développement, en créant des bornes de recharge sur les équipements publics par exemple.


MOBILITÉ

Quelle place pour l’autopartage sur la Métropole ?

7

Un potentiel sous-exploité à l'échelle de la Métropole La nouvelle échelle métropolitaine impose d’élargir les réflexions pour bâtir une stratégie commune à l’ensemble du territoire. La Métropole devenant Autorité Organisatrice de la Mobilité Durable, elle est pleinement compétente en matière d’organisation et de développement de l’autopartage.

Des possibles à explorer… Le potentiel de croissance de l’autopartage est important

Exemples d'ailleurs

sur la Métropole AMP. Ne serait-ce que pour la cible urbaine « traditionnelle » des services existants, pour laquelle plus de 16 000 usagers potentiels peuvent déjà être identifiés.

Étendre l’offre existante Si le contexte est nettement favorable sur les communes de Marseille et d’Aix-en-Provence, au regard des caractéristiques socio-économiques, de la morphologie urbaine et de l’offre de mobilité alternative préexistante, la clientèle potentielle serait plus difficile à mobiliser sur les autres centralités du territoire. Quels seraient les leviers à mobiliser pour toucher d’autres types de population que la cible traditionnelle de l’autopartage, notamment les classes moyennes ? Communication ciblée, sensibilisation et ex-

N TER ET AUTOPARTAGE EN RHÔNE-ALPES ; EXPÉRIMENTATION CITÉ LIB

périmentation en entreprise, mais surtout une politique volontariste de réinvestissement des centres urbains et

EXTENSION D'UN SERVICE EXISTANT

d’amélioration de l’offre de transports en commun seront

L’opération « ma chère auto », lancée en septembre 2016 par Citélib en Rhône-Alpes permet aux automobilistes d’échanger leur voiture contre un crédit de consommation au service d’autopartage Citélib et un Vélo à Assistance Électrique offert, ou de proposer à des automobilistes d’intégrer leur véhicule particulier à la flotte existante (véhicules loués lorsque non utilisés par les propriétaires, avec perception de revenus par ces derniers). Une solution innovante qui permettrait de toucher plus largement de nouveaux publics et d'augmenter considérablement l'offre disponible.

nécessaires pour accompagner le développement des services sur le reste du territoire.

Assurer une complémentarité avec le réseau métropolitain de transports collectifs En accompagnement de la construction d’un réseau métropolitain de transports, l’intégration de l’autopartage dans la stratégie de rabattement/diffusion depuis l’armature des pôles d’échanges multimodaux constitue une action complémentaire innovante à mettre en œuvre. Abonnements tarifaires combinés TC / autopartage, implication des entreprises et développement de services en

OFFRE COMBINÉE AUTOPARTAGE/TER Le réseau Citiz Alsace a étendu son service au-delà de la ville de Strasbourg, en proposant une offre combinée avec le réseau de TER. Une douzaine de stations ont ainsi été implantées sur les principales gares de la région, qui fonctionnent avec des stations binômes, également implantées dans les centralités concernées.

lien avec les zones d’emploi (gestion du dernier kilomètre), ou implantation de flottes partagées au niveau des pôles

ABONNEMENTS INTÉGRÉS

d’échanges… Si les modalités de mise en œuvre et de

Plusieurs métropoles proposent aujourd’hui des abonnements intégrés TCU, services vélos, autopartage, covoiturage (Pass écomobilité à Toulouse, Pass Mobilité à Strasbourg, abonnement Tbcool à Bordeaux). Une opération qui facilite l’accès aux services de mobilité tels que l’autopartage, incite à la multimodalité et renforce la visibilité de l’autopartage dans l’offre globale de mobilité proposée par la collectivité.

gestion doivent être affinées, une diversité de pistes d’actions peut d’ores et déjà être identifiée pour répondre aux enjeux de desserte sur les territoires moins denses de la Métropole.


8

Quelle place pour l’autopartage sur la Métropole ?

Un rôle clé de la collectivité

A titre d’exemple, la campagne de communication autour

Parce qu’une simple logique d’offre n’est pas suffisante

du service TOTEM mobi réalisée dans le métro en mai 2016

pour s’assurer de l’attractivité d’un service, l’implication

(partenariat RTM) a permis de recruter la majeure partie

des acteurs et partenaires locaux est indispensable pour

des abonnés domiciliés dans le 1er et 2e arrondissement de

accompagner le développement de l’autopartage.

Marseille (près de 30 % des usagers).

La visibilité du système étant un facteur clé de son succès, la collectivité a un rôle majeur à jouer au-delà du soutien à l’investissement. La communication, pour sensibiliser et porter à connaissance l’offre existante, la mise en place des conditions favorables à l’attractivité des services (politique de stationnement contraignante, développement de l’offre de transports publics, réglementation incitative, sensibilisation des acteurs économiques…), ou encore l’incitation à la mobilisation des acteurs économiques (partenariats, aides à l’expérimentation, soutien aux démarches type Plans de Déplacements d’Entreprise) et l’organisation de l’intermodalité avec les autres modes de transports sont autant d’actions à porter par la Métropole pour favoriser le développement de l’autopartage.

Les entreprises, actrices du changement Dès 2009, l’Agam a fait le pari de l’autopartage pour les déplacements professionnels de ses collaborateurs. L’agence a pu ainsi supprimer sa flotte de voitures de service vieillissante et alléger les remboursements kilométriques ou les taxis. Un gain économique non négligeable et une pratique qui se développe de plus en plus sur le territoire. En effet, selon Citiz, les usages professionnels représentent 1/3 de leur chiffre d’affaire et 80% de sa croissance en 2015. L’abonnement Citiz pris en charge par l’employeur permet également de faire bénéficier du service pour les usages personnels de ses collaborateurs. A cet argument social s’ajoute une démarche éco-responsable pour les portrait entreprises qui deviennent ainsi actrices du changement. portrait

En savoir plus Bibliographie • IDDRI, Les nouveaux acteurs de la mobilité collaborative : des promesses aux enjeux pour les pouvoirs publics, juin 2016 • CGDD, DGE et PIPAME, Usages novateurs de la voiture et nouvelles mobilités, janvier 2016 • ADEME – Enquête nationale sur l’autopartage, 2014 • ADEME – Enquête nationale sur l’autopartage entre particuliers, septembre 2015 • PREDIT – Les nouveaux services à la mobilité, 2013 • Revue TEC N°230, Mobilités Intelligentes, juillet 2016

Sites internet • http://provence.citiz.coop/ • http://www.totem-mobi.fr/ • http://www.machereauto.com

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::..........

Directeur de la publication : Christian Brunner Rédaction : Liza Gayral, Isabelle Collet Conception / Réalisation : Pôle graphique Agam Marseille - Novembre 2016 Numéro ISSN : 2266-6257

Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise Louvre & Paix – La Canebière – CS 41858 13221 Marseille cedex 01 Tél : 04 88 91 92 11 - e-mail : agam@agam.org

Toutes nos ressources @ portée de clic sur www.agam.org

Pour recevoir nos publications dès leur sortie, inscrivez-vous à notre newsletter

Regards de l'agam n°55 MOBILITE Quelle place pour l’autopartage sur la métropole ?  

Nos modes de vie évoluent, et avec eux notre manière d’appréhender notre mobilité quotidienne. La révolution numérique est au coeur de la tr...

Advertisement