a product message image
{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade

Page 1

African-skies

AFRAA’s Panafrican Journal on Air Transport Le magazine panafricain de l’AFRAA sur le transport aérien

Cieux-d’Afrique

No. 48: February – April 2020 No. 48: février – avril 2020

Air transport in Africa Le transport aérien en Afrique Revenue growth opportunities for African airlines Opportunités de croissance des revenus pour les compagnies aériennes africaines AFRAA’s 51st AGA concludes with a call for enhanced intra-African connectivity La 51ème AGA de l’AFRAA se termine par un appel au renforcement de la connectivité intra-africaine


COMING IN APRIL

9

TH

26 – 28 April 2020|Nairobi, Kenya

Shaping the future of air transport in Africa Why attend?

EMARA-OLE SERENI HOTEL

Network

Nairobi,

April 26-28

Kenya 2020

Knowledge exchange

Business nego a ons

“Better skies for Africa”

“Shaping the Future of Air Transport in Africa”

The African Airlines Associa on (AFRAA) will stage the 9th Avia

from 26-28 April 2020. The Conven

Forge-win-win business rela onships

on Stakeholders Conven on (ASC) in Nairobi - Kenya

on is a major event of its kind in Africa that provides a pla�orm for showcasing new developments in avia on and tourism, discussion of industry business trends, networking and forging new partnerships.

Meet us at the 9th ASC to interact and network with over 400 high profile delegates from the air transport industry in Africa, Europe, Middle East, Asia and North America as we shape the future of African avia on. For Sponsorship, Exhibi on and Speaking Opportuni es, please contact Ms. Maureen Kahonge (mkahonge@afraa.org). For Registra on enquiries, please contact Ms. Dicie Okaya (dokaya@afraa.org).


Foreword | Avant propos

AFRAA’s approach on taxes, fees, and charges for better skies in Africa L’approche de l’AFRAA sur les taxes, frais et redevances en vue de meilleurs cieux africains

A

viation in Africa is a fast-growing industry that holds great promise for the continent’s economic prosperity. Air transport in Africa currently supports 6.2 million jobs and $55.8 billion of GDP and is expected to grow at a rate of 4.6% annually for the next 20 years. This growth in traffic is increasingly being matched by route expansion of African airlines. However, African airlines still struggle with many challenges, key among which are high taxes and charges. These challenges negatively impact the ability of African airlines to grow their footprint and offer competitive fares to passengers to grow their traffic. As a result of expensive fuel prices, prohibitive airport fees, excessive air navigation charges, African airlines’ available seat-kilometre costs are much higher than the industry average. African air carriers operate their flights with seat-load-factors much lower than the industry average and while they have been focusing on increasing their market shares. To that end, their charged-fares yield lower revenue per passenger-kilometre against those of carriers in other regions on comparable distance city-pairs. Consequently, African airlines’ bottom lines continue to be negative since 2009.

AFRAA advocates for a sustainable, interconnected and affordable air transport in Africa where African airlines become key players and drivers to African economic development.

The applicable taxes, fees, and charges to the passengers wipe off all efforts of the operators to reduce the fares. For instance, the total travel ticket prices are double compared to Europe. The revenue per capita in Africa is lower than the same European indicator. Thus, a middle-class European can travel 26.4 times a year while his African counterpart can undertake only 1.1 trips yearly, based on his purchasing power. Africa must overcome the air transport market marginalisation. The stakeholders need to work together to recover and even increase Africa’s market shares. The paradigm change is possible; air transport must grow at faster rates. Therefore, the costs of air travel must register significant falls while the middle-class citizens in Africa achieve a significant increase in disposable income. African regulators ought

to reduce the pressures of the taxes, fees, and charges on the air operators and on the travelling public. AFRAA has adopted a four-pillar approach to ensure that the reduction of taxes, fees, and charges contributes to the required double-digit growth rate of air transport market in Africa. The first pillar is the implementation of the ICAO required consultation process before any new introduction of taxes, fees, and charges. In light of the fact that taxes, fees, and charges affect the costs of air transport negatively, ICAO requires a consultation process before the introduction of these charges. Benchmarking against other regions confirms that the business environment costs are high in Africa. These excessive expenses must be reduced through consultation to contribute to reversing the marginalisation of the air transport market in Africa. The second pillar focuses on the reduction of taxes, fees, and charges applicable to air operators and the passengers. Fuel is the most important operating cost of flight operations. For instance, taxes inflate fuel costs at about 35% more in Africa compared to the rest of the world. High fuel costs and other expensive charges drive down the competitiveness of African air carriers. High taxes, fees, and charges applicable to the travelling public have made unaffordable the costs of air travel in Africa. The third pillar stresses that the participation of the private sector in airport services must result in the reduction of the charges compared to those of the relevant public service providers. In recent years, States are calling on the private sector to invest in infrastructure development and provide operational airport services. As the private sector focus on fast and high return on investment, States must ensure that airport user charges decrease and reflect the efficiency of private enterprises. Such practices induce the reduction of flight operation costs and air ticket prices through lower charges.

1|

African-skies | february – april 2020


Foreword | Avant propos

The fourth pillar is the promotion of the African Continental Free Trade Agreement (AfCFTA) for the transformation, industrialisation, and trade with the view of increasing the disposable income of Africa’s middle-class. It is strategically sound that aviation stakeholders promote the implementation of AfCFTA to support the growth of the industry through the need for new connection requirements derived from trade development. The implementation of AfCFTA will have positive impacts on the size of the middle-class and its purchase power. AFRAA advocates for a sustainable, interconnected and affordable air transport in Africa where African airlines become key players and drivers to African economic development. AFRAA continues to implement initiatives geared towards raising safety and security levels, enhancing cooperation among African airlines, addressing airline cost drivers, particularly taxes and user charges, and ensuring there is sufficient infrastructure and skilled staff to support the traffic growth in the continent.

L

’aviation africaine est un secteur en croissance rapide, très prometteur pour la prospérité économique du continent. Le transport aérien en Afrique soutient actuellement 6,2 millions d’emplois et contribue pour 55,8 milliards de dollars au PIB continental, et devrait croître à un taux de 4,6% par an au cours des 20 prochaines années. Cette croissance du trafic concorde de plus en plus avec l’expansion des lignes aériennes par les compagnies africaines.

Néanmoins, les transporteurs africains sont encore confrontés à de nombreux défis, dont notamment le niveau élevé de taxes et redevances. Ces défis affectent négativement la capacité des compagnies aériennes africaines à développer leur présence et à proposer des tarifs compétitifs aux passagers pour faire croître leur trafic. En raison du prix élevé du carburant, des taxes aéroportuaires prohibitives, des redevances de navigation aérienne excessives, le coût des sièges-kilomètres offerts par les compagnies aériennes africaines est beaucoup plus élevé que la moyenne de l’industrie. Les transporteurs aériens africains volent avec des coefficients de remplissage beaucoup plus faibles que la moyenne de l’industrie, alors qu’ils œuvrent à développer leurs parts de marché. Aussi, leurs tarifs produisent-ils des revenus par passager-kilomètre inférieurs à ceux des transporteurs d’autres régions sur des paires de villes de distance comparable. Par conséquent, les résultats nets des compagnies aériennes africaines continuent d’être négatifs depuis 2009. Les taxes, frais et redevances sur les passagers annulent tous les efforts des opérateurs de réduire les tarifs. Par exemple, le prix total du billet d’avion en Afrique est le double par rapport à l’Europe. Le revenu par passager en Afrique est inférieur au même indicateur européen. Ainsi, un Européen moyen peut voyager 26,4 fois par an, tandis que son homologue africain ne peut entreprendre que 1,1 voyages par an, compte tenu de son pouvoir d’achat. L’Afrique doit surmonter la marginalisation du marché du transport aérien. Les parties prenantes concernées doivent travailler ensemble pour récupérer et même augmenter les parts de marché du continent. Le changement de paradigme est possible; le transport aérien doit progresser à un rythme plus rapide. Pour ce faire, le coût du voyage aérien doit baisser de façon significative au moment où la classe moyenne africaine augmente ses revenus disponibles. Les régulateurs africains devraient réduire les pressions exercées par les taxes, frais et redevances aussi bien sur les transporteurs aériens que sur les voyageurs. L’AFRAA a adopté une approche à quatre piliers pour que la réduction des taxes, frais et redevances contribue à l’atteinte du taux de croissance à deux chiffres du marché du transport aérien en Afrique. Le premier pilier est la mise en œuvre du processus de consultation recommandé par l’OACI avant toute nouvelle introduction de taxes, frais et redevances. Etant donné que les taxes, les frais et les redevances influent sur les coûts du transport aérien négativement, l’OACI recommande un processus de consultation avant l’introduction de ces charges. L’évaluation comparative avec d’autres régions confirme que les frais liés à l’environnement des affaires sont élevés en Afrique. Ces dépenses excessives doivent être réduites au moyen de consultation pour contribuer à inverser la marginalisation du marché du transport aérien africain. Le deuxième pilier met l’accent sur la réduction des taxes, frais et redevances imposés aux exploitants aériens et aux passagers. Le carburant est la composante la plus importante du coût d’exploitation d’une compagnie. Par exemple, les taxes gonflent les coûts de carburant d’environ 35% en Afrique par rapport au reste du monde. Les coûts élevés du carburant et les autres frais exorbitants compromettent la compétitivité des transporteurs africains. Les taxes, les frais et les redevances élevés imposés aux voyageurs ont fait que le prix du voyage aérien en Afrique soit inabordable. Le troisième pilier met en exergue le fait que la participation du secteur privé dans la prestation des services aéroportuaires doit se traduire par la réduction des charges comparativement à ceux des prestataires de services publics concernés. Ces dernières années, les États appellent le secteur privé à investir dans le développement des infrastructures et à fournir des services aéroportuaires opérationnels. Comme l’objectif du secteur privé est de réaliser un retour sur investissement rapide et élevé, les États doivent veiller à la réduction des redevances d’usage aéroportuaires pour prendre en compte l’efficacité des entreprises privées. Ces pratiques induisent la réduction des coûts d’exploitation et des prix de billets d’avion grâce à la baisse des charges. Le quatrième pilier est la promotion de l’Accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) pour la transformation, l’industrialisation et le commerce en vue d’augmenter le revenu disponible de la classe moyenne africaine. Les parties prenantes de l’aviation ont un intérêt stratégique à promouvoir la mise en œuvre de la ZLECA pour soutenir la croissance de l’industrie portée par la demande de nouvelles connexions induites par le développement des échanges commerciaux. La réalisation de la ZLECA influera positivement sur la taille de la classe moyenne et son pouvoir d’achat. L’AFRAA œuvre à promouvoir une industrie du transport aérien viable, interconnectée et accessible aux africains, dans laquelle les compagnies aériennes africaines deviennent des actrices et moteurs du développement économique du continent. L’Association continue à mettre en œuvre des initiatives visant à relever les niveaux de sécurité et de sûreté, à renforcer la coopération entre les compagnies aériennes africaines, à réduire leurs coûts d’exploitation, notamment les taxes et redevances d’usage, et à assurer la disponibilité des infrastructures et du capital humain nécessaires pour soutenir la croissance du trafic sur le continent.

2|

African-skies | february – april 2020

Mr. Abdérahmane Berthé AFRAA Secretary General Secrétaire Général de l’AFRAA


THE 777X TAKES TO THE SKIES

The world’s largest and most efficient twin-engine jet took its first flight, a major milestone for Boeing’s 777X built on years of development, testing and rigor. With technological advances that allow it to fly farther with less fuel and emissions, the 777X will fly passengers more comfortably and efficiently than ever before. Keeping safety at the core of everything we do, we’re building the future of flight together.

boeing.com/777X #777X


Contents Sommaire 13

Revenue growth opportunities for African airlines: How to be more profitable in a special market environment. Opportunités de croissance des revenus pour les compagnies aériennes africaines: Comment être plus rentable dans un environnement de marché particulier. Revenue management is one of the main drivers of an airline, determining its profitability and long-term success. The key is to have the right product for the right customer at the right time for the right price.

FEATURES | ARTICLE DE FOND

08

Air transport in Africa: AFRAA perspective Le transport aérien en Afrique: point de vue de l‘AFRAA Africa is a vast continent and to effectively serve it, African airlines must work together. Mergers and consolidations will certainly be needed. L’Afrique est un vaste continent et pour couvrir efficacement ce continent, les compagnies aériennes africaines doivent coopérer. Des fusions et des consolidations seront certainement nécessaires.

Le Revenue management est l’un des principaux moteurs d’une compagnie aérienne, determinant sa rentabilité et son succès à long terme. Il suffit d’avoir le bon produit pour le bon client au bon moment et au bon prix.


40

16 AFRAA’s 51st AGA concludes with a call for enhanced intra-African connectivity.

Self-leadership in aviation: A new innovation management agenda.

La 51 AGA de l’AFRAA se termine par un appel au renforcement de la connectivité intra-africaine.

Self-leadership dans l’aviation: Un nouveau programme de gestion de l’innovation.

ème

The Assembly extensively examined ways to achieve success in an integrated and interconnected Africa to establish an environment where aviation can thrive and prosper. L’Assemblée a examiné en détail les voies et moyens de réussir dans une Afrique intégrée et interconnectée en vue de créer un environnement dans lequel l’aviation peut se développer et prospérer.

Self-leadership is a strategy execution accelerator. It reduces the gap between strategy and execution by developing at the same time the individual and collective potentials. Self-leadership est un accélérateur d’exécution de la stratégie. Il réduit l’écart entre la stratégie et l’exécution en développant en même temps les potentiels individuels et collectifs.

46

36

Interview with Paul Stein, Chief Technology Officer of Rolls-Royce plc. Entretien avec le directeur de la technologie, Rolls-Royce plc, Paul Stein.

.

As the world evolves its energy sources to address climate change, Rolls-Royce will be providing solutions. Innovation is at the heart of our culture, and we are adapting to meet the power demands of tomorrow’s world. Rolls-Royce accompagnera la transformation des sources d’énergie du monde pour combattre le changement climatique, en fournissant des solutions adaptées. L’innovation est au coeur de notre culture, et nous nous adaptons pour répondre aux exigences énergétiques du monde de demain.

Safety: Championing regional safety coordination for better skies in Africa. Sécurité: Promouvoir la coordination régionale de la sécurité pour de meilleurs cieux africains. AFRAA believes that African aviation will perform better safety performance even faster; it simply requires that aviation stakeholders continue coordinated efforts along five pillars. L’AFRAA estime que l’aviation africaine pourra réaliser plus rapidement de meilleures performances en matière de sécurité. Il faudra tout simplement que les parties prenantes de l’aviation déploient des efforts concertés axés sur cinq pilliers.

REGULARS | RÉGULIERS

01 Message from AFRAA’s Secretary General Message du Secrétaire Général de l’AFRAA

50

Aircraft analysis: COMAC ARJ21 Analyse des avions: Le COMAC ARJ21

61

AFRAA diary Journal de l’AFRAA

65

News update Les brèves

75

AFRAA air traffic stats Statistiques du transport aérien


AF

ASS OC IA TI O

LI NES A AI ROMPA GNI ES AERSIE SOC NN I ES ANN DES C

African-skies

ION ATRI CAINES

AFR IC

contributors | contributeurs

AFRAA

AFRAA’s Panafrican Journal on Air Transport Le Le magazine magazine panafricain panafricain de de l’AFRAA l’AFRAA sur sur le le transport transport aérien aérien

Cieux-d’Afrique

No. 48: February – April 2020 No. 48: février – avril 2020

Air transport in Africa Le transport aérien en Afrique Revenue growth opportunities for African airlines Opportunités de croissance des revenus pour les compagnies aériennes africaines AFRAA’s 51st AGA concludes with a call for enhanced intra-African connectivity La 51ème AGA de l’AFRAA se termine par un appel au renforcement de la connectivité intra-africaine

African-skies Cieux– d’Afrique PUBLISHERS Camerapix Magazines Limited EDITORIAL DIRECTOR Rukhsana Haq MANAGING EDITOR Maureen Kahonge COPY EDITOR Cecilia Gaitho SENIOR DESIGNER Sam Kimani DESIGNER Steve Gichau PRODUCTION MANAGER Rachel Musyoni FRENCH TRANSLATION Ephrem Kamanzi Angela Kamanzi ADMINISTRATION | ADVERTISING Azra Chaudhry (UK) Rose Judha (Kenya) Stephen Omondi (Kenya) African-skies is published quarterly for AFRAA by Camerapix Magazines Limited Correspondence on editorial and advertising matters may be sent to either of these addresses

@AFRAA.AfricanAirlinesAssociation @AfricanAirlines www.afraa.org All rights reserved. No part of this magazine may be reproduced by any means without permission in writing from AFRAA. While every care is taken to ensure accuracy in preparing African-skies, the publishers and AFRAA take no responsibility for any errors or omissions contained in this publication. Tous droits réservés. Aucune parrtie de ce magazine ne peut être reproduite sans la permission écrite de l’éditeur. Bien que toutes les précautions aient été prises pour garantir l’exactitude des informations au cours de la préparation de Cieux-d’Afrique, les éditeurs et AFRAA n’assument aucune responsabilité pour les erreurs ou omissions contenues dans cette publication.

© 2020 CAMERAPIX MAGAZINES LTD

6|

African-skies | february – april 2020

Editorial and Advertising Offices: Camerapix Magazines Limited PO Box 45048, 00100, GPO Nairobi, Kenya Tel: +254 (20) 4448923/4/5 Fax: +254 (20) 4448818 or 4441021 Email: creative@camerapix.co.ke Camerapix Magazines (UK) Limited 32 Friars Walk, Southgate, London, N14 5LP Tel: +44 (20) 8361 2942 Mobile: +447756340730 Email: camerapixuk@btinternet.com afraa@afraa.org Printed in Nairobi, Kenya

EDITEUR Camerapix Magazines Limited DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Rukhsana Haq RÉDACTEUR EN CHEF Maureen Kahonge RÉVISEUR Cecilia Gaitho CONCEPTEUR PRINCIPAL Sam Kimani CONCEPTEUR Steve Gichau GÉRANTE DE PRODUCTION Rachel Musyoni TRADUCTION FRANÇAISE Ephrem Kamanzi Angela Kamanzi PUBLICITÉ Azra Chaudhry (UK) Rose Judha (Kenya) Stephen Omondi (Kenya) Cieux-d’Afrique est publié trimestriellement par Camerapix Magazines Limited pour le compte de l’AFRAA Toute correspondance relativeà la rédaction et aux annonces peut être envoyée à l’une des adresses suivantes Editorial and Advertising Offices: Camerapix Magazines Limited PO Box 45048, 00100, GPO Nairobi, Kenya Tel: +254 (20) 4448923/4/5 Fax: +254 (20) 4448818 or 4441021 Email: creative@camerapix.co.ke Camerapix Magazines (UK) Limited 32 Friars Walk, Southgate, London, N14 5LP Tel: +44 (20) 8361 2942 Mobile: +447756340730 Email: camerapixuk@btinternet.com afraa@afraa.org Imprimé à Nairobi, Kenya


Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 7


Air transport | Le transport aérien

Air transport in Africa: AFRAA perspective

Le transport aérien en Afrique: point de vue de l‘AFRAA

T

he African continent is home to 17% of the global population but its air traffic accounts for less than 3% of global traffic. African airlines lose an average of $1.54 per passenger carried while globally airlines earn $6.12 per passenger carried. Today, in several parts of the world you can fly for 1.5 hours for less than $100 while in Africa total taxes on the ticket are often higher than $100. Passenger traffic between Africa and the rest of the world is dominated by non-African carriers often charging exorbitant fares. Out of 55 African states, only 8 have direct flights to more than 20 other African states. Quite often, the passenger is obliged to transit through one or several stopovers. This data should challenge all stakeholders to commit to creating an conducive environment for the development of air traffic in Africa.

Main challenges for African airlines

The air transport industry is facing a host of challenges: - High operating costs due to high taxes on ground and in air; - Inadequate infrastructure;

- High price of fuel compared to the rest of the world; - High level of taxes on airlines and passengers; - Restrictions on traffic rights; - Restrictions on visas to passengers. Fleet financing is also a critical challenge for African airlines which encounter difficulties in accessing funding due to perceived risk by international financial institutions. African development banks

8|

African-skies | february – april 2020

should address this problem by putting in place adequate funding mechanisms for African airlines. Nevertheless, alongside the challenges there are opportunities and all the stakeholders should work towards harnessing them for African aviation to prosper: - The Single African Air Transport Market (SAATM) to improve connectivity; - The African Continental Free Trade Area (AfCFTA) to boost intra African trade; - The Free movement protocol for people, goods, capital and services to facilitate investment. These various projects initiated by the African Union should contribute to improving the fortunes of airlines. The high economic growth rate, the young African population and the emergence of a middle class are all great opportunities to be grasped.

Market access

The Single African Air Transport Market (SAATM) project was launched in January 2018 in Addis Ababa, Ethiopia. Since then, a total of 33 States have signed the solemn commitment. These signatory States represent 51% of AU member states, 61% of the population and 65% of the gross domestic product (GDP). 10 of the 33 signatory States have already fully implemented the immediate measures recommended by AFCAC (African Civil Aviation Commission) in order to achieve the realization of SAATM. 18 States have also signed a Memorandum of implementation (MoI) with a view to harmonizing their bilateral agreements with the provisions of Yamoussoukro Decision.

The objective of SAATM is to remove all restrictions on traffic rights, frequencies, capacity and tariffs. Expected and confirmed benefits in several other regions of the world are: better connectivity, decrease of travel time and reduction of air fares to make air transport affordable for as many Africans as possible. Some Member States are still reticent and have not yet signed SAATM mainly for two (2) reasons: - The fear for their national airlines to be driven out of business by the competition from larger African carriers led some States to protecting their national flag carriers; - The regulatory framework of which a key component is the mechanism for settlement of disputes having not been finalised, some States are skeptical about SAATM immediate operational capability. At AFRAA, we believe that although these reservations deserve to be heard and taken into account, SAATM is a continuous process. The Executing Agency which is AFCAC has been working to move SAATM process forward in the best possible conditions and expeditiously. Furthermore, we believe that African aviation needs both “small” and “large” airlines. Africa is a vast continent and to effectively serve it, African airlines must work together. Mergers and consolidations will certainly be needed. SAATM will allow a harmonious development of air transport and result in better profitability for Africa airlines.


Air transport | Le transport aérien

Taxes

Aviation is often considered by some governments as a potential source for raising funds. Unlike the other modes of transport, it is highly taxed which increases air fares out of the reach of passengers especially in Africa. Whereas in Europe you can travel for less than $100, in Africa only taxes range from $50 to $100 depending on the country. The role of air transport in economic development should be better understood by governments and they should place it at the core of their national development policies.

Cost of fuel

On average fuel accounts for 25% of airline operating costs worldwide. In Africa this average is higher at 35%. In several stations, the evolution of fuel prices is not in tandem with oil price trends on international markets. This is due to lack of transparency around pricing by local suppliers. In addition, some States are taxing fuel and therefore do not comply with the Chicago convention recommendations. AFRAA and IATA (International Air Transport Association) are working together to raise the awareness of States and fuel suppliers in order to address this issue.

Need for cooperation

African airlines must enhance their cooperation to drive down their costs and increase revenue. AFRAA encourages regional initiatives in this regard. Cooperation can be of several types: capital, commercial, technical and operational, etc. “Lager” airlines could help “smaller” ones to grow through enhanced cooperation. At AFRAA we have recently launched several initiatives aimed at raising the level of cooperation among our member airlines in different areas including training, flight schedule coordination, technical and operations etc.

Environmental issues

Public opinion is increasingly sensitive to environmental issues. The environmental impact of air transport is particularly about air pollution, noise pollution and global warming. Aviation accounts for about 2% of global emissions. It should be remembered that aviation is the first global industry to have voluntarily committed to stabilizing its CO2 emissions from 2020 and to reduce by half by 2050 despite growth forecasts for the sector.

• To increase African airlines market share in the global air transport; • To achieve a sustainable air transport; • To lobby stakeholders and policy makers for a conducive environment for the development of aviation; • To develop the human capital required to support the growth of civil aviation;

- Use of biofuels,

• To promote cooperation between the African airlines: to undertake the implementation of joint initiatives aimed at reducing operating costs for airlines, increase revenue and market share: Joint purchase programmes, African Alliance;

- Use of new propulsion methods,

• To strengthen data intelligence through;

- Use of shorter air routes.

• Market surveys and statistical studies;

There are several ways to contain aviation environmental impact: - Renewal of fleets with fuelefficient aircraft,

At AFRAA, we support industry efforts (aircraft manufacturers, ICAO, IATA, …) to reduce aviation environmental footprint. We focus on awareness raising and training of our member airlines on environmental issues.

Role of AFRAA

AFRAA membership currently stands at 44 African airlines carrying more than 85% of intraAfrican traffic. The Association was created in 1968 and is based in Nairobi, Kenya. It focuses on promoting a sustainable, interconnected and affordable Air Transport industry in Africa where African Airlines become key players and drivers to African economic development.” It serves African airlines and champions Africa’s aviation industry.

Priorities for the next five years •

To maintain a good level of safety and security;

• Consultancy services. We want an air transport where African airlines will be economically successful with enhanced connectivity and contribute to the economic integration of the African continent.

The future of African air transport

Africa is a continent with great development potential. To harness this potential, all stakeholders will have to play their role and promote an efficient and sustainable air transport system. Considering the vast area of the African continent, the absence of adequate ground infrastructure, the high growth rate of African economies and population, air transport will play a key role in the development of the continent. According to experts, air traffic in Africa is expected to double every 15 years. We must be prepared to absorb this growth.

Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 9


Air transport | Le transport aérien

internationales de financement. Les banques de développement africaines devraient prendre ce problème en considération en mettant en place des mécanismes de financements appropriées pour les compagnies africaines. Cependant, en dehors des défis il y a des opportunités et toutes les parties prenantes devraient œuvrer à les concrétiser pour faire progresser le transport aérien: - Le Marché Unique du Transport Aérien Africain (MUTAA) pour améliorer la connectivité; - La Zone de Libre Echange Continentale pour accroître le commerce et les échanges intra africains; - Le protocole le libre mouvement des personnes, des biens, des capitaux et des services pour faciliter les investissements.

L

e continent africain héberge 17% de la population mondiale alors que son trafic aérien est inférieur à 3% du trafic mondial. Les compagnies aériennes africaines perdent en moyenne 1,54 dollars par passager transporté alors qu’au niveau mondial les compagnies aériennes gagnent 6,12 dollars par passager transporté. Dans plusieurs régions du monde aujourd’hui on peut acheter un billet d’avion à moins de 100 dollars pour un vol de 1,5 heures alors qu’en Afrique souvent la taxe totale sur le billet est supérieure à 100 dollars. Le trafic passager entre l’Afrique et le reste du monde est dominé par des compagnies non africaines qui souvent pratiquent des tarifs exorbitants. Sur les 55 états africains, seulement 8 ont des vols directs vers plus de 20 autres états africains. Très souvent, le passager est obligé de passer par une ou plusieurs escales.

10 |

Ces données doivent interpeller toutes les parties prenantes pour s’engager à créer un environnement propice au développement du trafic aérien en Afrique.

Ces différents projets initiés par l’Union Africaine devraient contribuer à améliorer la situation des compagnies aériennes.

Les principaux defis pour les compagnies aeriennes africaines

Le taux élevé de croissance économique, la jeunesse de la population et l’émergence d’une classe moyenne de citoyens sont tout aussi des opportunités à saisir.

Les défis du secteur du transport aérien sont multiples:

L’accès au marché

- Coûts d’exploitation élevés en raison des charges au sol et en vol;

- Restrictions sur l’octroi des visas aux passagers.

Le Marché Unique du Transport Aérien Africain (MUTAA) a été lancé en Janvier 2018 à Addis Abeba en Ethiopie. Depuis, 33 Etats au total ont signé l’engagement solennel. Ces états signataires représentent 51% des états membres de l’Union Africaines, 61% de la population et 65% du produit intérieur brut (PIB).

Le financement de la flotte est un défi critique pour les compagnies africaines qui ont souvent des difficultés pour accéder aux financements en raison du risque perçu par les sociétés

10 des 33 états signataires ont déjà appliqué intégralement les mesures immédiates recommandées par la CAFAC (Commission Africaine de l’Aviation Civile) en vue de concrétiser le MUTAA.

- Infrastructures inadaptées; - Prix élevé du carburant comparé au reste du monde; - Niveau élevé des taxes sur les compagnies et les passagers; - Restrictions sur les droits de trafic;

African-skies | february – april 2020


Air transport | Le transport aérien

18 états ont aussi signé un Mémorandum d’Implémentation (MoI) en vue d’harmoniser leurs accords bilatéraux avec les dispositions de la décision de Yamoussoukro. L’objectif du MUTAA est de lever toute restriction sur l’octroi des droits de trafic, les fréquences, les capacités et les tarifs. Les bénéfices attendus et vérifiés dans plusieurs autres régions du monde sont une meilleure connectivité, la réduction des temps de voyages et la réduction des prix des billets pour rendre le transport aérien accessible à un maximum d’africains. Certains états sont encore réservés et n’ont pas signé le MUTAA essentiellement pour deux (2) raisons: - L’inquiétude de voir leurs compagnies nationales disparaître avec la concurrence des compagnies africaines de plus grande taille conduit certains états à vouloir protéger leur pavillon national; - Le dispositif légal de régulation dont un élément essentiel est le mécanisme de règlement des disputes n’étant pas complètement finalisé, certains états sont sceptiques quant à l’opérationnalité immédiate du MUTAA.

vaste continent et pour couvrir efficacement ce continent, les compagnies aériennes africaines doivent coopérer. Des fusions et des consolidations seront certainement nécessaires. Le MUTAA permettra un développement harmonieux du transport aérien et aboutira à une meilleure rentabilité des compagnies aériennes africaines.

Les taxes Le transport aérien est souvent considéré par certains gouvernements comme une source potentielle pour lever des fonds. Contrairement aux autres modes de transport, il subit des taxes qui renchérissent le prix des billets et les mettent hors de portée des passagers surtout en Afrique. Alors qu’en Europe vous pouvez voyager pour moins de 100$, en Afrique seulement les taxes peuvent coûter entre 50 et 100$ selon les pays. Le rôle du transport aérien dans le développement économique doit être mieux compris par les gouvernements et ils doivent désormais mettre le transport aérien au centre de leurs politiques de développement national.

d’exploitation des compagnies aériennes à travers le monde. En Afrique cette moyenne est plus élevée à 35%. Sur plusieurs escales, on constate que l’évolution des prix ne suit pas l’évolution des cours sur les marchés internationaux. Cela est dû à une opacité au niveau de la structure de fixation des prix localement. Par ailleurs, certains pays taxent le carburant et ne respectent donc pas les recommandations de la convention de Chicago. L’AFRAA et l’IATA (Association du transport aérien international) travaillent ensemble pour sensibiliser les états et les fournisseurs de carburants sur ce problème afin d’y trouver une solution.

La nécessité de coopération

Les compagnies aériennes Africaines doivent renforcer leur coopération pour réduire leurs coûts et aussi accroître leurs revenus. L’AFRAA encourage les initiatives régionales dans ce domaine.

Le coût du carburant

La coopération peut être de plusieurs types: capitalistique, commerciale, technique et opérationnelle etc… Les «grandes» compagnies aériennes pourraient aider les plus «petites» à se développer à travers une coopération renforcée.

Le carburant représente en moyenne 25% des coûts

Au niveau de l’AFRAA nous avons récemment lancé plusieurs initiatives

Au niveau de l’AFRAA, nous estimons que bien que ces réserves doivent être écoutées et prises en compte, le MUTAA est un processus continue. L’agence d’exécution qui est la CAFAC (Commission Africaine de l’Aviation Civile) est à l’œuvre pour faire avancer le processus du MUTAA dans les meilleures conditions et délais. Par ailleurs, nous pensons que le transport aérien africain a besoin de «petites» comme de «grandes» compagnies. L’Afrique est un Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 11


Air transport | Le transport aérien

visant à élever le niveau de coopération entre nos compagnies membres dans différents domaines notamment: formation, coordination des programmes, techniques et opérations etc...

Les questions environnementales L’opinion publique est de plus en plus sensible aux questions d’environnement. L’impact environnemental du transport aérien concerne essentiellement la pollution de l’air, la pollution sonore et le réchauffement climatique. L’aviation représente environ 2% des émissions mondiales. Il faut rappeler que le transport aérien est la première industrie mondiale à s’être volontairement engagée à stabiliser ses émissions de CO2 à partir de 2020 et à les réduire de moitié d’ici à 2050 malgré les prévisions de croissance du secteur.

L’association œuvre à promouvoir une industrie du transport aérien viable, interconnectée et accessible aux africains, dans laquelle les compagnies aériennes africaines deviennent des actrices et moteurs du développement économique du continent.

Plusieurs moyens existent pour contenir l’impact environnemental du transport aérien:

Elle est au service des compagnies aériennes africaines pour défendre les intérêts de l’industrie du transport aérien en Afrique.

- Le renouvellement des flottes avec des appareils moins gourmands en kérosène;

Les priorités de l’AFRAA pour les années à venir sont:

- L’utilisation des biocarburants; - L’utilisation de nouveaux modes de propulsion; - L’utilisation de routes aériennes plus courtes. Au niveau de l’AFRAA, nous supportons les efforts de l’industrie (constructeurs d’avions, OACI, IATA …) pour réduire l’impact du transport aérien sur l’environnement. Nous privilégions la sensibilisation et la formation de nos compagnies membres sur le sujet de l’environnement.

• Maintenir un bon niveau de sécurité et de sûreté; • Augmenter la part de marché des compagnies aériennes africaines dans le transport aérien mondial; • Atteindre l’objectif d’un transport aérien durable; • Plaider auprès des parties prenantes et des décideurs pour créer un environnement favorable au développement de l’aviation;

Le rôle de l’AFRAA

• Développer le capital humain nécessaire pour soutenir la croissance de l’aviation civile;

L’AFRAA compte 44 compagnies aériennes africaines qui transportent plus de 85% du trafic intra africain. Elle fut créée en 1968 et est basée à Nairobi au Kenya.

• Promouvoir la coopération entre les compagnies africaines: entreprendre des initiatives communes visant à réduire les coûts d’exploitation des

12 |

African-skies | february – april 2020

compagnies aériennes, à augmenter les revenus et les parts de marché: achats en commun, Alliance Africaine; • Renforcer l’intelligence des données à travers; • Les études de marché et les études statistiques; • Les services de conseil. Nous voulons un transport aérien où les compagnies Africaines seront économiquement performantes avec une connectivité renforcée et contribueraient à l’intégration économique du continent africain.

Quel futur pour le transport aerien africain L’Afrique est un continent avec un fort potentiel de développement. Pour réaliser ce potentiel, toutes les parties prenantes devront jouer leur rôle afin de promouvoir un système de transport aérien durable et efficace. Etant donné l’énorme superficie de l’Afrique, l’absence d’infrastructures adéquates au sol, le fort taux de croissance des économies et de la population africaine, le transport aérien va jouer un rôle clé dans le développement du continent. Selon les experts, le trafic aérien en Afrique devrait doubler tous les 15 ans. Nous devons être préparés à absorber cette croissance.


Revenue | Revenus

Revenue growth opportunities for African airlines

Opportunités de croissance des revenus pour les compagnies aériennes africaines How to be more profitable in a special market environment Comment être plus rentable dans un environnement de marché particulier

R

evenue management is one of the main drivers of an airline, determining its profitability and long-term success. The key is to have the right product for the right customer at the right time for the right price. Therefore, evaluating and transforming data into information, which defines customer profiles and predicts consumer behaviour, allows airlines to customise products and to maximise revenue growth. Lufthansa Consulting’s long-term market expertise, not least in Africa, has shown that the African air transport market is different compared to any other air transport market in the world. There is a natural need for air transport in Africa due to its geographical situation and tremendous growth potential driven by a young and growing population and one of the fastest urbanisation areas in the world. Nevertheless, the African environment is characterised by relatively weak demand indicated through an average load factor of only 68% in 2018 according to Air Transport Action Group’s (ATAG) Annual Report 2018. Additionally,

the African air transport market is marked by high operating cost. Therefore, Catrin Drawer, Head of Market Africa at Lufthansa Consulting, underlines that ‘revenue optimisation is of high importance for all participating airlines when considering the characteristics of the African market.’

Characteristics of the African air transport market The first step is to understand the characteristics of a market in order to know where to maximise the revenues. A closer look at the African air transport market reveals that there were 81 African airlines registered with IATA certification in 2019. However, only eleven African carriers account for 80% of the capacity (Available Seat Kilometres/ASK) in 2019. Five carriers dominate in terms of capacity (ASK) with a market share of 45% in 2019. These carriers are: Ethiopian Airlines,

Egyptair, South African Airways, Royal Air Maroc and Kenya Airways. Furthermore, this market is characterised through sparse demand, reflected in an average regional load factor of only 68% compared to 82% in Europe and 83% in North America in 2017 also based on ATAG’s Annual Report 2018. Opportunities for increasing load factors combined with the research about the financial performance of the African carriers reveal that improved revenue performance builds a tremendous opportunity to enhance the profitability in Africa. High operating costs through airport charges and fuel taxes combined with restrictive aviation policies highlight the necessity to identify and optimise revenue opportunities to counterbalance the impact of higher cost. The implementation of a successful revenue management strategy also depends strongly on the choice of business model. Research about the African air transport market has shown that Full Service Network Carriers (FSNC) and Regional Carriers (RC) are the most common and sustainable business models in Africa. There are only a few Low-Cost Carriers (LCC) operating in Africa based on a point-to-point concept. LCCs have a simpler revenue management structure compared to FSNCs. Therefore, the revenue strategy has to be tailored to the business model. Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 13


Revenue | Revenus

decision making in revenue management and developing commercial action plans by linking the characteristics of the African air transport market with the experience from best practice in revenue management. Summarising, African carriers have tremendous potential to drive and to optimise their revenue performance in a short period by developing the fundaments and best practices in revenue management and pricing, customer segmentation through debundling of fare products and the capitalisation of key insights under consideration of the characteristics of this market. Implementing these measures are main drivers to improve the financial performance.

Promising revenue management options

There are various options for African carriers to improve their revenue performance. Revenue management can be split into three essential functions: Yield or Inventory Management, Pricing and Revenue Analytics & Reporting. The role of Yield or Inventory Management is to determine how many seats are sold for which price point to maximise revenue, whereas pricing determines the price points to maximise the revenue through passenger segmentation and market positioning. Revenue Analytics & Reporting provides key insights through data analytics and reporting for senior management to analyst level. The most promising opportunity to grow revenue and to impact the profitability for African carriers is to ensure the implementation of the fundaments and best practices in revenue management and pricing by considering the characteristics of the African market. Lufthansa Consulting’s Revenue management team believes that ‘the next step is to look into the debundling of fare products, which is an immense opportunity to drive the revenue

14 |

performance by segmenting the market further by creating more price points.’ In a Lufthansa Consulting revenue management project, Czech Airlines improved their operating profit in 2017 by 12.4 million EUR driven by an improved ancillary revenue of 5.25% compared to 2016. This offers African carriers another opportunity to grow their revenue as none of the African airlines have implemented branded fares yet, which allows them to personalise products based on the individual needs and interests of each customer. Gaining insights into customer behaviour through data analytics, allows airlines to shape customer profiles and to segment the markets through optimal price points as the database of Lufthansa Consulting has proven. This interlinks closely with the opportunities on the Yield or Inventory Management side: To understand the booking behaviour, to improve the peak and off-peak management and to optimise the class mix based on a point-to-point (P2P) or Origin & Destination (O&D) strategy. Finally, consistent usage of KPIs and standardised reporting of the revenue performance is key to capitalise on the competitive advantage. Transforming data into insights to drive sales, effective

African-skies | february – april 2020

L

Author | Auteur: Nadine Meichsner, Associate Consultant, Lufthansa Consulting

e revenue management est l’un des principaux moteurs d’une compagnie aérienne, déterminant sa rentabilité et son succès à long terme. Il suffit d’avoir le bon produit pour le bon client au bon moment et au bon prix. Par conséquent, l’évaluation et la transformation des données en informations qui définissent les profils des clients et prédisent le comportement des consommateurs, permettent aux compagnies aériennes de personnaliser les produits et de maximiser la croissance des revenus. L’expertise du marché de longue date de Lufthansa Consulting, notamment en Afrique, a démontré que le marché africain du transport aérien est différent de tout autre marché aéronautique dans le monde. Il existe un besoin naturel de transport aérien en Afrique en raison de sa situation géographique et de son énorme potentiel de croissance porté par une population jeune et croissante et l’une des régions du monde connaissant une urbanisation des plus rapides. Néanmoins, l’environnement africain est caractérisé par une demande relativement faible exprimée par un coefficient de remplissage moyen de 68% seulement en 2018 selon le rapport annuel de 2018 de Air Transport Action Group (ATAG). En outre, le marché africain du


Revenue | Revenus

transport aérien est marqué par des coûts d’exploitation élevés. Par conséquent, Catrin Drawer, responsable du marché africain chez Lufthansa Consulting, souligne que «l’optimisation des revenus est d’une grande importance pour toutes les compagnies aériennes participantes lorsqu’on considère les caractéristiques du marché africain.»

Caractéristiques du marché africain du transport aérien

La première étape consiste à comprendre les caractéristiques d’un marché afin de savoir où maximiser les revenus. Un examen plus approfondi du marché africain du transport aérien révèle qu’en 2019, il y avait 81 compagnies aériennes africaines ayant acquis la certification IATA. Toutefois, seuls onze transporteurs africains représentent 80% de la capacité (sièges-kilomètres offerts/SKO) de 2019. Cinq transporteurs dominent en termes de capacité (SKO) avec une part de marché de 45% en 2019. Ces transporteurs sont les suivants : Ethiopian Airlines, Egyptair, South African Airways, Royal Air Maroc et Kenya Airways. En outre, ce marché se caractérise par une demande éparse, qui se traduit par un coefficient de remplissage régional qui ne dépassait pas 68% contre 82% en Europe et 83% en Amérique du Nord en 2017, également selon le rapport annuel 2018 d’ATAG. Les opportunités d’augmentation des coefficients de remplissage combinées à la recherche sur la performance financière des transporteurs africains révèlent que l’amélioration de la performance des revenus constitue une formidable opportunité pour améliorer la rentabilité en Afrique. Les coûts d’exploitation élevés dus aux redevances aéroportuaires et aux taxes sur le carburant, auxquels s’ajoutent des politiques aéronautiques restrictives, mettent en exergue la nécessité d’identifier et d’optimiser les possibilités de revenus pour contrebalancer l’impact de la hausse des coûts. La mise en œuvre d’une stratégie efficace de revenue management dépend aussi fortement du choix du

modèle économique. Les travaux de recherche sur le marché africain du transport aérien ont montré que les transporteurs de réseau classiques (FSNC) et les transporteurs régionaux sont les modèles économiques les plus courants et les plus durables en Afrique. Il n’existe que quelques transporteurs low-cost opérant en Afrique sur la base d’un modèle point à point. La structure de revenue management des low-costs est plus simple que celle des transporteurs classiques. Par conséquent, la stratégie de revenus doit être adaptée au modèle économique.

Des options prometteuses de revenue management

Diverses options s’offrent aux transporteurs africains pour l’amélioration de leur performance en matière de revenus. Le revenue management peut être divisé en trois fonctions essentielles: Gestion du yield ou de l’inventaire, tarification et analyse des revenus et rédaction de rapports. Le rôle de la gestion du yield ou de l’inventaire est de déterminer le nombre de sièges vendus pour un certain prix afin de maximiser les revenus, tandis que la tarification détermine les seuils de prix pour maximiser les revenus par la segmentation des passagers et le positionnement sur le marché. L’analyse des revenus et l’etablissement de rapports fournit des informations clés par le biais de l’analyse des données et des rapports faits aux cadres supérieurs. L’opportunité la plus porteuse d’augmenter les revenus et d’avoir un impact sur la rentabilité des transporteurs africains est d’assurer la mise en œuvre des fondements et des meilleures pratiques en matière de revenue management et de tarification en considérant les caractéristiques du marché africain. L’équipe Revenue management de Lufthansa Consulting estime que «l’étape suivante consiste à examiner le dégroupage des produits tarifaires, ce qui représente une immense opportunité de stimuler la performance des revenus en segmentant davantage le marché

et en créant une gamme de prix plus large». Dans le cadre d’un projet de revenue management de Lufthansa Consulting, Czech Airlines a amélioré son bénéfice d’exploitation en 2017 de 12,4 millions d’euros grâce à une amélioration des revenus accessoires (ancillary) de 5,25% par rapport à 2016. Cela offre aux transporteurs africains une autre opportunité d’augmenter leurs revenus, car aucune des compagnies aériennes africaines n’a encore mis en place des tarifs de marque, ce qui leur permet de personnaliser les produits en fonction des besoins et des intérêts individuels de chaque client. L’analyse des données permet aux compagnies aériennes de mieux comprendre le comportement de leurs clients et de segmenter les marchés grâce à des points de prix optimaux comme l’a prouvé la base de données de Lufthansa Consulting. Ceci est étroitement lié aux opportunités du côté de la gestion du yield ou de l’inventaire: comprendre le comportement des réservations, améliorer la gestion des périodes de pointe et des périodes creuses et optimiser le mélange de classes sur la base d’une stratégie point à point (P2P) ou origine et destination (O&D). Enfin, une utilisation cohérente des indicateurs clés de performance et un établissement normalisé de rapports sur la performance des revenus sont essentielles pour tirer parti de l’avantage concurrentiel. Transformer les données en informations pour stimuler les ventes, prendre des décisions efficaces en matière de revenue management et élaborer des plans d’action commerciaux en liant les caractéristiques du marché du transport aérien africain à l’expérience des meilleures pratiques en matière de revenue management. En résumé, les transporteurs africains disposent d’un énorme potentiel pour stimuler et optimiser leurs performances en matière de revenus sur une courte période en développant les fondements et les meilleures pratiques en revenue management et tarification, segmentation de la clientèle par le dégroupage des produits tarifaires et capitalisation des renseignements clés en tenant compte des caractéristiques de ce marché. La mise en œuvre de ces mesures est l’un des principaux moteurs de l’amélioration des résultats financiers. Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 15


Feature | Article de fond

AFRAA’s 51st AGA Concludes with a Call for Enhanced Intra-African Connectivity La 51ème AGA de l’AFRAA se termine par un appel au renforcement de la connectivité intra-africaine

AFRAA Secretary General, Mr. Abdérahmane Berthé handing a token of appreciation to Guest of Honour, H.E Paramasivum Pillay Vyapoory with Mrs. Yvonne Makolo, CEO – RwandAir (right) and Mr. Somas Appavou, CEO – Air Mauritius (left).

T

L

The Assembly, which brought together leading airline CEO’s and air transport decision makers and stakeholders, extensively examined ways to achieve success in an integrated and interconnected Africa to establish an environment where aviation can thrive and prosper.

L’Assemblée, qui a réuni les principaux PDG de compagnies aériennes et des décideurs et parties prenantes du transport aérien, a examiné en détail les voies et moyens de réussir dans une Afrique intégrée et interconnectée en vue de créer un environnement dans lequel l’aviation peut se développer et prospérer.

Mr. Abdérahmane Berthé, AFRAA Secretary General said: “Stakeholders have underscored that the Single African Air Transport Market (SAATM) and the African Continental Free Trade Area (AfCFTA) are major opportunities for our region, but we need profitable and globally competitive airlines in order to reap the dividends. We are certain that the insights

M. Abdérahmane Berthé, secrétaire général de l’AFRAA, a déclaré: «Les parties prenantes ont souligné que le Marché unique du transport aérien en Afrique (MUTAA) et la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) constituent de grandes opportunités pour notre région. Toutefois, il nous faut des compagnies aériennes rentables et compétitives au plan international afin que nous puissions en récolter les dividendes.

he African Airlines Association (AFRAA) concluded its 51st Annual General Assembly hosted by Air Mauritius with a call for enhanced intra-African connectivity through collaboration among African airlines in order to better tackle key challenges they face and grow their market share through intra-African networks.

16 |

African-skies | february – april 2020

’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA) a conclu sa 51ème Assemblée générale annuelle abritée par Air Mauritius en appelant à une meilleure connectivité intraafricaine grâce à la collaboration entre les compagnies aériennes africaines afin de mieux relever les principaux défis auxquels elles sont confrontées et d’accroître leur part de marché grâce aux réseaux intra-africains.


Feature | Article de fond

and partnerships from our 2019 AGA will contribute to the momentum towards a stronger aviation industry in Africa.” Mr. Berthé pointed to the fact that in 2018, AFRAA member airlines expanded their networks on both intra-Africa and intercontinental routes. Six AFRAA member airlines launched a total of 23 new routes connecting 14 intercontinental destinations and 9 cities within the continent. It was also noted that the potential for air traffic growth in Africa is significant and the removal of restrictions and non-physical barriers for the movement of people, goods, and trade as well as the reduction of taxes and charges are vital steps to reduce the cost of travel in Africa and promote the emergence of low-cost carriers. Mr. Somas Appavou, CEO of Air Mauritius said: “Air connectivity has greatly contributed to the development of our country which makes Mauritius an excellent example of the impact that aviation can have on a country’s economy. In Mauritius, air connectivity contributes 22.6% to the GDP representing USD 3 billion in terms of economic activity. We are positioning ourselves to further develop the sector. This can only be envisaged within the broader regional and African context. As African airlines, we all have similar preoccupations and AFRAA’s 51st AGA has created a conducive environment for us to ponder on how best to harness the full potential of Africa’s aviation.” Among the resolutions, this year’s Assembly resolved to set up an Instructor Development Programme for AFRAA Member Airlines (IDPA) aimed at developing 100 highly qualified instructors in the next five years (20 per year) with sponsored tuitions to support Human Capital development which is now critical given the fast-growing demand of air transport services in Africa. The Assembly also approved the amended Articles and By-laws of the Association, which are aligned with AFRAA’s new mission, vision and strategic objectives to promote better efficiency and effectiveness. An AFRAA Aviation Consultancy Unit has been launched with the objective of providing support to establish efficient and effective strategies that will help airlines gain leverage in the market to achieve the airlines’ goals.

New members Five new member airlines were welcomed at the 51st AGA Assembly namely: Air Djibouti, Air Peace, Air Senegal, Safarilink aviation and Uganda National Airlines Company Ltd. Similarly, six aviation-related companies also joined AFRAA Partnership Programme in 2019, namely: Alton Aviation Consultancy, Associated Energy Group (AEG FUELS), Civic Petroleum Limited, Collins Aerospace, Hitit Computer Services and Safran.

Nous sommes convaincus que les connaissances reçues et les partenariats issus de notre AGA 2019 contribueront à la dynamique du renforcement du secteur de l’aviation en Afrique.» M. Berthé a rappelé qu’en 2018, les compagnies aériennes membres de l’AFRAA ont étendu leurs réseaux aussi bien sur les routes intra-africaines que les routes intercontinentales. Six (6) compagnies aériennes membres de l’AFRAA ont lancé au total vingt-trois (23) nouvelles lignes reliant quatorze (14) destinations intercontinentales et neuf (9) villes du continent. Il a été également noté que le potentiel de croissance du trafic aérien en Afrique était considérable et que la levée des restrictions et des obstacles non physiques à la circulation des personnes, des marchandises et au commerce ainsi que la réduction des taxes et redevances constituent des étapes essentielles à la réduction des coûts de voyage en Afrique et à l’émergence de transporteurs à faibles coûts. Quant à M. Somas Appavou, PDG d’Air Mauritius, il a déclaré ce qui suit: «La connectivité aérienne a beaucoup contribué au développement de notre pays, ce qui fait de Maurice un excellent exemple de l’impact de l’aviation sur l’économie d’un pays. À Maurice, la connectivité aérienne contribue à 22,6% du PIB, soit 3 milliards USD en termes d’activité économique. Nous nous positionnons pour développer davantage le secteur. Cela ne peut être envisagé que dans un contexte régional et africain plus élargi. En tant que compagnies aériennes africaines, nous avons tous les mêmes préoccupations et la 51ème AGA de l’AFRAA a créé un environnement propice à la réflexion sur la meilleure façon de tirer parti du plein potentiel de l’aviation africaine.» Parmi les résolutions prises, l’on note la décision de mettre en place un programme de perfectionnement d’instructeurs pour les compagnies aériennes membres de l’AFRAA (IDPA), lequel vise à former cent (100) instructeurs hautement qualifiés au cours des cinq (5) prochaines années (soit 20 instructeurs par an). Le programme comprendra des frais de scolarité subventionnés visant à soutenir la mise en valeur du capital humain qui s’avère désormais nécessaire au regard de la demande sans cesse croissante des services de transport aérien en Afrique. L’assemblée a adopté les Règlements et statuts modifiés de l’association, qui s’alignent sur la nouvelle mission, la nouvelle vision et les objectifs stratégiques de l’AFRAA, en vue de promouvoir le renforcement de l’efficience et de l’efficacité. L’assemblée a procédé au lancement de l’Unité de conseils en aviation de l’AFRAA. L’objectif de cette unité est d’aider à mettre en place des stratégies efficientes et efficaces qui permettront aux compagnies aériennes d’acquérir de l’influence sur le marché afin de réaliser leurs objectifs.

Nouveaux membres Lors de l’assemblée, cinq (5) nouvelles compagnies aériennes membres ont adhéré à l’AFRAA, à savoir: Air Djibouti, Air Peace, Air Sénégal, Safarilink Aviation et Uganda National Airlines Company Ltd. Dans la même lignée, six (6) sociétés aéronautiques ont également adhéré au Programme de partenariat de l’AFRAA en 2019. Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 17


Feature | Article de fond

Appointment of AFRAA officials: The 51st AFRAA AGA elected Mr. Rui Carreira President of the Association for the year 2020. Ms. Yvonne Makolo, Chief Executive of RwandAir was elected Chairperson of the Executive Committee. Mr. Desire Bantu Balazire, Chief Executive of Congo Airways was elected 1st Vice Chairman of the Executive Committee while Mr. Somas Appavou, Chief Executive of Air Mauritius was elected 2nd Vice Chairman for the year 2020.

Host of the 52nd AGA TAAG Angola will host the 52nd Annual General Assembly set to be held from 22-24 November, 2020, in Luanda, Angola.

Opening Ceremony – Monday 11 November 2019 AFRAA’s 51st Annual General Assembly, the premier gathering of aviation stakeholders was kicked off in Mauritius with an inspiring opening ceremony that featured key addresses from the industry’s leaders. This year’s Assembly was officially opened by the President of the Republic of Mauritius and brought together more than 400 delegates from across 60 countries. It was noted that the theme of the summit “Success in an integrated and interconnected Africa” will help uncover challenges, opportunities, lessons and recommendations that will help galvanize efforts towards making the aviation sector in Africa more resilient and competitive. H.E Paramasivum Pillay Vyapoory, Acting President of the Republic of Mauritius reiterated his support to AFRAA and the African air transport market. He highlighted that Africa is a vast continent with massive natural and human resources but however the benefits of these resources are not accruing as they should to the people of Africa as challenges remain. “To change the fortune of our people, there is one prerequisite which cuts across all pillars for which there is a need for greater collaboration between the countries of our continent and that is air connectivity. Over the years, some progress has been achieved but there is still a long way to go for African aviation to enjoy its fair share of the growing links to our continent and thereby contribute more significantly to the much needed economic growth and welfare of our people.” In his opening speech, Mr. Abdérahmane Berthé, AFRAA Secretary-General said: “In an effort to boost the competitiveness of African airlines we have created the AFRAA aviation consulting unit which will serve as a knowledge and expertise hub for the African air transport market. Furthermore, our vision, mission and strategic objectives have been revamped to ensure we can better meet the needs of African carriers so they can become key players and drivers of African economic development.” He added that the governance framework of the Association has been redesigned to enhance efficiency and effectiveness.

18 |

African-skies | february – april 2020

Il s’agit de: Alton Aviation Consultancy, Associated Energy Group (AEG FUELS), Civic Petroleum Limited, Collins Aerospace, Hitit Computer Services et Safran.

Nomination des officiels de l’AFRAA La 51ème AGA de l’AFRAA a élu M. Rui Carreira au poste de président de l’association pour l’année 2020. Mme Yvonne Makolo, directrice générale de RwandAir, a été élue présidente du Comité exécutif. Quant à M. Désiré Bantu Balazire, directeur général de Congo Airways, il a été élu premier vice-président du Comité exécutif, tandis que M. Somas Appavou, directeur général d’Air Mauritius, a été élu deuxième vice-président du Comité exécutif pour 2020.

Hôte de la 52ème AGA TAAG Angola accueillera la 52ème Assemblée générale annuelle de l’AFRAA qui se tiendra du 22 au 24 novembre 2020 à Luanda, Angola.

Cérémonie d’ouverture – Lundi 11 novembre 2019 La 51ème Assemblée générale annuelle de l’AFRAA, le premier rassemblement de premier plan des parties prenantes du secteur du transport aérien en Afrique, a débuté à Maurice par une cérémonie d’ouverture enrichissante qui a mis en exergue les principales allocutions des dirigeants de l’industrie. L’assemblée de cette année a été officiellement ouverte par le président de la République de Maurice et a réuni plus de 400 délégués de 60 pays. Il a été noté que le thème du sommet «Succès dans une Afrique intégrée et interconnectée» contribuerait à déceler les défis, les opportunités, les enseignements et les recommandations qui aideront à galvaniser les efforts visant à rendre le secteur de l’aviation en Afrique plus résilient et plus compétitif. S.E Paramasivum Pillay Vyapoory, président par intérim de la République de Maurice, a réitéré son soutien à l’AFRAA et au marché du transport aérien en Afrique. Il a souligné que l’Afrique est un vaste continent doté de ressources naturelles et humaines considérables, mais que les avantages inhérents auxdites ressources ne profitent pas aux populations africaines comme il se doit car des problèmes subsistent. «Pour changer le sort de nos populations, il existe un préalable qui concerne tous les piliers pour lesquels une plus grande collaboration entre les pays de notre continent s’avère nécessaire, à savoir la connectivité aérienne. Au fil des années, quelques progrès ont été accomplis en la matière, mais beaucoup reste encore à faire pour que l’aviation africaine tire pleinement parti des liens de plus en plus étroits qu’elle entretient avec notre continent et contribue ainsi de manière plus significative à la croissance économique et au bien-être indispensables à nos populations.» Dans son discours d’ouverture, M. Abdérahmane Berthé, secrétaire général de l’AFRAA, a déclaré: «Dans le but de renforcer la compétitivité des compagnies aériennes africaines, nous avons créé l’Unité de conseils en aviation de l’AFRAA, qui servira de pôle de connaissances et d’expertise pour le marché du transport aérien africain. En outre, notre vision, notre mission et nos


Feature | Article de fond

Opening ceremony

AGA 51st opening ceremony.

On his part, the President of AFRAA & Air Mauritius CEO, Mr. Somas Appavou said: “Most agree that in order for African aviation to achieve its true potential, a major paradigm shift is required; not only among key players but also among all stakeholders within the continent’s aviation ecosystem. Improved collaboration among African airlines is probably the single most urgent target we must set for ourselves because alone, no African airline will successfully overcome the hurdles of scale and the high costs that are holding back the African aviation industry.” Mr. Appavou also reiterated his wish for the creation of an African Alliance because the challenges that African carriers face can only be addressed collectively, which makes the AFRAA AGA a great platform to devise strategic solutions. Highlights from the AFRAA Secretary General Annual Report Africa’s economic performance Economic fundamentals in most African countries have improved, and inflation declined in countries with stable currency exchange rates. Overall in Africa, after a decline in 2016, the economy recovered and recorded a growth rate of 3.6% in 2017 and 3.5% in 2018. This upward trend is expected to continue in 2019 and 2020, with respective forecasts of 4% and 4.1%. However this projected growth remains unsatisfactory to reduce unemployment and poverty. North Africa is expected to contribute up to 40% of the forecasted growth in Africa in 2018. East Africa is the fastest-growing region with 5.7% of GDP growth in 2018. In West Africa, many countries

objectifs stratégiques ont été révisés pour nous permettre de mieux répondre aux besoins des transporteurs africains afin qu’ils puissent devenir les acteurs et les moteurs essentiels du développement économique de l’Afrique.» Il a ajouté que le cadre de gouvernance de l’association avait été repensé pour améliorer l’efficacité et l’efficience. Pour sa part, le président de l’AFRAA & PDG d’Air Mauritius, M. Somas Appavou, a déclaré: «La plupart sont d’accord que pour que l’aviation africaine puisse réaliser son véritable potentiel, un important changement de paradigme s’avère nécessaire, non seulement parmi les principaux acteurs, mais également parmi tous les acteurs de l’écosystème aéronautique du continent. Le renforcement de la collaboration entre les compagnies aériennes africaines est probablement l’unique objectif le plus urgent que nous devons nous fixer car aucune compagnie aérienne africaine à elle seule ne réussira à surmonter les obstacles d’échelle et les coûts élevés qui freinent le développement du secteur de l’aviation en Afrique.» M. Appavou a également réitéré son souhait de créer une alliance africaine car les défis auxquels les transporteurs africains sont confrontés ne peuvent être résolus que de manière collective. Cela fait de l’AGA de l’AFRAA une excellente plateforme d’élaboration de solutions stratégiques. Points saillants du Rapport annuel du Secrétaire général de l’AFRAA Performance économique de l’Afrique Les facteurs économiques fondamentaux de la plupart des pays africains se sont améliorés et l’inflation a diminué dans les pays à taux de change stables. En Afrique, globalement, après une baisse en 2016, l’économie s’est redressée et a enregistré un taux de croissance de 3,6% en 2017 et de 3,5% en 2018. Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 19


Feature | Article de fond

recorded economic growth of more than 5% especially Ghana and Ivory Coast who recorded growth rates above 8%. Central Africa is on a recovery trend. The regional growth in that region remains below the continental average. In Southern Africa, the growth is moderate due mainly to South Africa’s performance. Mauritius is performing well due to good public policies. The air traffic growth in Africa is consistently increasing since 2011. In 2018, African airlines scheduled operations carried 91.99 million passengers, representing a market share of 2.1% of the world market and an increase of 5.5% over the previous year. Intercontinental plus intra-African traffic represented 61.4% of the total traffic of African carriers. For AFRAA members, intercontinental market segment remains the biggest, with 51.05% of all passengers carried. The domestic market segment represented 22.41% while the intra-Africa market represented 27.62%.

Priorities for the next five years • To maintain a good level of safety and security; • To increase African airlines market share in the global air transport; • To achieve a sustainable air transport; • To lobby stakeholders and policy makers for a conducive environment for the development of aviation; • To develop the human capital required to support the growth of civil aviation; • To promote cooperation between the African airlines: to undertake the implementation of joint initiatives aimed at reducing operating costs for airlines, increase revenue and market share: Joint purchase programmes, African Alliance; • To strengthen data intelligence through; • Market surveys and statistical studies; •

Consultancy services.

AFRAA Industry Partners’ Goodwill Messages IATA Director General and CEO at 51st AGA Development is a priority in Africa; aviation contributes 15 of the 17 United Nations’ Sustainable Development Goals. This includes the most ambitious – to eradicate poverty by 2030. Flying should not be considered a luxury – it is an economic lifeline for the continent. That’s why it is critical for governments to understand that every extra cost they add to the industry reduces aviation’s effectiveness as a catalyst for development. “Across the African continent, the promise and potential of aviation is rich. Already it supports $55.8 billion in economic activity and 6.2 million jobs. And, as demand for air travel in Africa more than doubles over the next two decades, the critical role that aviation plays in Africa’s economic and social development will grow in equal proportion.”

20 |

African-skies | february – april 2020

Cette tendance à la hausse devrait se poursuivre en 2019 et 2020, avec des prévisions de 4% et 4,1%. Cependant, cette croissance projetée reste insuffisante pour la réduction du taux de chômage et de pauvreté. L’Afrique du Nord devrait contribuer jusqu’à 40% de la croissance prévue en Afrique en 2018. L’Afrique de l’Est est la région qui a enregistré le taux de croissance du PIB en 2018 le plus élevé à 5,7%. En Afrique de l’Ouest, de nombreux pays ont enregistré une croissance économique de plus de 5%, en particulier le Ghana et la Côte d’Ivoire, qui ont enregistré des taux de croissance supérieurs à 8%. L’Afrique centrale enregistre une tendance à la reprise. Dans cette région, la croissance reste inférieure à la moyenne continentale. En Afrique australe, la croissance est modérée, principalement à cause des performances de l’Afrique du Sud. Maurice se porte bien grâce aux bonnes politiques publiques. La croissance du trafic aérien en Afrique est en augmentation constante depuis 2011. En 2018, les activités des compagnies aériennes africaines ont enregistré le transport de 91,99 millions de passagers, soit une part de marché de 2,1% du marché mondial et une augmentation de 5,5% par rapport à l’année précédente. Le trafic intercontinental et le trafic intra-africain représentaient 61,4% du trafic total des transporteurs africains. Pour les membres de l’AFRAA, le segment du marché intercontinental reste le plus important, avec 51,05% de tous les passagers transportés. Le segment du marché intérieur représentait 22,41%, tandis que le marché intra-africain représentait 27,62%.

Les priorités de l’AFRAA pour les années à venir sont: • Maintenir un bon niveau de sécurité et de sûreté; • Augmenter la part de marché des compagnies aériennes africaines dans le transport aérien mondial; • Atteindre l’objectif d’un transport aérien durable; • Plaider auprès des parties prenantes et des décideurs pour créer un environnement favorable au développement de l’aviation; • Développer le capital humain nécessaire pour soutenir la croissance de l’aviation civile; • Promouvoir la coopération entre les compagnies africaines: entreprendre des initiatives communes visant à réduire les coûts d’exploitation des compagnies aériennes, à augmenter les revenus et les parts de marché: achats en commun, Alliance Africaine; • Renforcer l’intelligence des données à travers; • Les études de marché et les études statistiques; • Les services de conseil.

Messages de bonne volonté des partenaires de l’AGA à la 51ème a AGA Directeur général et PDG d’IATA Le développement constitue une priorité en Afrique; le secteur de l’aviation contribue à la réalisation de 15 sur les 17 objectifs


Feature | Article de fond

AFRAA – IATA airline CEO meeting at the 51st AGA, Port Louis – Mauritius.

He also pointed out that AFRAA does not stand alone in the aim of an integrated and interconnected Africa emphasising the fact that open borders have been useful in Europe and can be very helpful in Africa too. Gender diversity One of the main topics highlighted in the intervention was gender diversity; it is a well-known fact that women are indeed underrepresented in some technical professions as well as in senior management at airlines. The good news, however, is that Africa is ahead in this area: •

There are women at the helm of four African airlines – far better representation than is seen anywhere else in the industry.

Fadimatou Noutchemo Simo, Founder and President, Young African Aviation Professional Association (YAAPA), won the High Flyer award in the inaugural IATA Diversity and Inclusion Awards earlier this year.

With the support of the International Airline Training Fund, Johannesburg hosted the location of the first ‘IATA Women in Aviation Diploma Programme’. In 2020 Air Mauritius and RwandAir will host cohorts for Indian Ocean and East African airlines respectively.

To address gender imbalance globally, IATA has the ‘25by2025‘voluntary programme which encourages airlines to commit to increasing female participation at senior levels to at least 25% or to improve it by 25% by the year 2025. The choice of target helps airlines at any point on the diversity journey to participate meaningfully. The ultimate goal is a 50-50 representation.

African Union at the 51st AGA Mr. Eric Ntagengerwa, a Senior Policy Officer-Air Transport delivered remarks on behalf of the African Union Commissioner

de développement durable des Nations Unies. Cela inclut le plus ambitieux – éliminer la pauvreté d’ici 2030. Le voyage par avion ne devrait pas être considéré comme un luxe – c’est une source économique vitale pour le continent. C’est pourquoi il est nécessaire que les gouvernements comprennent que chaque coût supplémentaire qu’ils ajoutent au secteur de l’aviation réduit l’efficacité de ce dernier en tant que catalyseur du développement. «Sur l’ensemble du continent africain, les perspectives et le potentiel du secteur de l’aviation sont riches. D’ores et déjà, le secteur soutient une activité économique de 55,8 milliards de dollars et 6,2 millions d’emplois. Et, alors que la demande de voyages aériens en Afrique devra plus que doubler au cours des deux prochaines décennies, le rôle crucial du secteur de l’aviation dans le développement économique et social de l’Afrique augmentera en proportions égales.» Il a également souligné que l’AFRAA ne fait pas cavalier seul dans la poursuite d’une Afrique intégrée et interconnectée, mettant l’accent sur le fait que l’ouverture des frontières s’est avérée utile en Europe et peut l’être également en Afrique. Diversité des genres L’un des principaux sujets mis en exergue au niveau de l’intervention était la diversité des genres. Il est de notoriété publique que les femmes sont effectivement sous-représentées dans certaines professions techniques ainsi qu’aux postes de direction des compagnies aériennes. La bonne nouvelle est que l’Afrique est en avance dans ce domaine: •

Quatre (4) compagnies aériennes africaines sont dirigées par des femmes – représentation bien meilleure par rapport à celle observée ailleurs dans le secteur.

Fadimatou Noutchemo Simo, fondatrice et présidente de YAAPA (Association des jeunes professionnels africains du secteur de l’aviation), a remporté le prix «High Flyer» lors de la première Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 21


Feature | Article de fond

for Infrastructure & Energy. He pointed out that 32 African states with a total population of more than 800 million people accounting for 61% of the African population are solemnly committed and have opened up markets unconditionally to each other. He stressed that this 51st Annual General Assembly should provide an opportunity to identify all the challenges faced by the African aviation industry, while putting aviation safety and affordability at the centre. Social Economic Development in Africa is supported by the air transport industry. “It is important for all African countries to join SAATM and remove the restrictions in terms of capacity, frequency and the granting of traffic rights but this will not be possible without the involvement of African airlines especially in regards to improving connectivity and creating a safe, secure and affordable air market”. “The African union has secured resources to undertake a continental study on the benefits of full liberalisation of air transport services which will be an important tool to convince more members to join”.

ICAO goodwill message Mr. Adiron Alberto, ICAO’s official representative delivered a goodwill message focused on the fast-growing market of air transportation in Africa and what Africa needs to support the growth. Accelerated growth needs proper infrastructure to support increased capacity. He also added that ICAO’s vision is in line with AFRAA’s: “The continent is poised to become one of the fastest-growing air transport markets. This growth will strongly support the realisation of the goals of AU Agenda 2063 and UN Agenda 2030 and aspirations of the MoveAfrica, Branding Africa Tourism and African Continental Free Trade Area towards increased and sustainable development, greater prosperity for all.” There will be and there currently are challenges faced by airlines, mainly, safety and security, high costs and the need to keep up with technological advancements. Mr. Alberto continued by putting emphasis on how major challenges can be addressed through government commitment and cooperation with air transport stakeholders. SAATM objectives will definitely create a favourable environment for the growth of the industry. There’s a need to consolidate our force to make the African air market one of the most attractive. As such, Mr. Adiron took this opportunity to invite delegates to the first-ever Africa/Middle East Air Transport Symposium which will be organised in Nairobi, Kenya, from 29 June to 1 July 2020. The objective is to promote and harness the benefits of liberalisation, and discuss issues experienced by the two regions for successful integration and interconnection of air transport in support of the ICAO NCLB initiative.

22 |

African-skies | february – april 2020

édition des prix «Diversité et Inclusivité» de l’IATA (IATA Diversity and inclusion Awards) au début de cette année.» •

Avec le soutien de l’International Airline Training Fund (Fonds international de formation des compagnies aériennes), Johannesburg a abrité le premier «IATA Women in Aviation Diploma Programme» (Programme de diplôme IATA pour les femmes du secteur de l’aviation). En 2020, Air Mauritius et RwandAir accueilleront respectivement les cohortes de compagnies aériennes de l’Océan Indien et de l’Afrique de l’Est.

Pour remédier au déséquilibre hommes-femmes au niveau mondial, l’IATA dispose du programme volontaire «25by2025» (25 d’ici 2025), qui encourage les compagnies aériennes à s’engager à augmenter la participation des femmes aux postes de haut niveau soit au moins 25% ou que le taux de croissance de cette participation soit de 25% d’ici 2025. Le choix de la cible aide les compagnies aériennes à participer de manière significative à n’importe quel moment au parcours de la diversité. Le but ultime est une représentation hommes-femmes 50-50

L’Union africaine M. Eric Ntagengerwa, expert senior des Transports aériens, a prononcé un discours au nom du Commissaire aux infrastructures et à l’énergie de l’Union africaine. Il a souligné que 32 États africains englobant une population totale de plus de 800 millions de personnes, soit 61% de la population africaine, ont pris un engagement solennel et ont procédé à l’ouverture réciproque de leurs marchés sans condition. Il a souligné que cette 51ème Assemblée générale annuelle devrait être l’occasion d’identifier tous les défis auxquels l’industrie aéronautique africaine est confrontée, tout en se focalisant sur la sécurité et l’accessibilité du secteur de l’aviation. Le développement économique et social en Afrique est soutenu par le secteur du transport aérien. «Il est nécessaire que tous les pays africains adhèrent au MUTAA et suppriment les restrictions en termes de capacité, de fréquence et d’octroi de droits de trafic. Toutefois, cela ne sera pas possible sans la participation des compagnies aériennes africaines, notamment en ce qui concerne l’amélioration de la connectivité et la création d’un marché aérien sûr, sécurisé et abordable.» «L’Union africaine a mobilisé les ressources nécessaires pour entreprendre une étude continentale sur les avantages d’une libéralisation totale des services de transport aérien, ce qui constituera un outil important pour convaincre davantage de membres à l’adopter.»

Message de bonne volonté de l’OACI M. Adiron Alberto, représentant officiel de l’OACI, a délivré un message de bonne volonté axé sur le marché en croissance rapide du transport aérien en Afrique et sur les besoins de l’Afrique pour soutenir cette croissance. La croissance accélérée nécessite une infrastructure appropriée capable de soutenir une capacité accrue. Il a également ajouté que la vision de l’OACI est conforme à celle de l’AFRAA:


Feature | Article de fond

Mr. Alberto further indicated that aviation is transforming at a very fast pace due to supersonic technologies, AI and blockchain. “Africa should embrace these technologies to keep the industry effective. ICAO Supports the no country left behind notion.” he concluded.

Highlights from the International Air Cargo Association (TIACA) In his address, Mr. Zubkov highlighted that the MoU entered into by TIACA and AFRAA two years ago has been a good base for real actions. He further noted that TIACA and the African Airlines Association are now well-established partners, and the Secretary-General of AFRAA, Mr. Abdérahmane Berthé, will be playing a prominent role in TIACA’s upcoming Executive Summit in Budapest, 19-21 November. The objective of TIACA’s Executive Summit is to demonstrate the dynamic nature of the air cargo sector and develop its future using the insights of experienced and innovative industry professionals and leaders. It is an opportunity for stakeholders to think, design and decide together with one sole aim: To help develop the air cargo industry of tomorrow. The Summit will also be the backdrop for the official launch of TIACA’s Sustainability Programme whose first Working Group will be established, as well as for the first Sustainability Award. Mr. Vladimir quoted Mr. Steven Polmans, Chairman of TIACA, who has pioneered the programme: “Sustainability is and should be high on the agenda for all of us, as it is important for our future both at individual and industry levels. The Sustainability Programme aims to support the air cargo industry with its necessary transformation, involving environmental, social and business issues through innovation and partnerships. It’s what we’ve called the 3+2 vision: people, planet, prosperity + innovation & partnerships.”

«Le continent est en passe de devenir l’un des marchés du transport aérien à la croissance la plus rapide. Cette croissance soutiendra pleinement la réalisation des objectifs de l’Agenda 2063 de l’UA et de l’Agenda 2030 de l’ONU, ainsi que les aspirations de MoveAfrica, de l’initiative «Branding Africa Tourism» (Promouvoir le tourisme en Afrique) et de la Zone de libre-échange continentale africaine en vue d’un développement accru et durable et d’une plus grande prospérité pour tous.» Les compagnies aériennes font et devront faire face à des défis, notamment en matière de sûreté et sécurité, de coûts élevés et de nécessité d’être au pas avec les avancées technologiques. M. Alberto a insisté sur la manière dont les principaux problèmes peuvent être résolus grâce à l’engagement des gouvernements et à la coopération avec les parties prenantes du transport aérien. Les objectifs du MUTAA contribueront certainement à la création d’un environnement favorable à la croissance du secteur. Il est nécessaire de consolider notre force pour faire du marché aérien africain l’un des plus attractifs. En tant que tel, M. Adiron a saisi cette occasion pour inviter les délégués au tout premier colloque sur le transport aérien Afrique / Moyen-Orient, qui se tiendra à Nairobi (Kenya) du 29 juin au 1er juillet 2020. L’objectif est de promouvoir et d’exploiter les avantages de la libéralisation et de discuter des problèmes rencontrés par les deux régions en vue d’une intégration et d’une interconnexion réussies du transport aérien à l’appui de l’initiative NCLB de l’OACI. M. Alberto a ajouté que le secteur de l’aviation se transforme très rapidement grâce aux technologies supersoniques, à l’AI et à la chaîne de blocs. «L’Afrique devrait adopter ces technologies pour que l’industrie reste efficace. L’OACI est favorable à la notion de ‘aucun pays ne sera à la traîne’», a-t-il conclu.

Points marquants de l’intervention de l’Association internationale du fret aérien (TIACA)

Dans son allocution, M. Zubkov a souligné que le MOU signé par la TIACA et l’AFRAA il y a deux ans de cela constitue une bonne base pour des actions concrètes. Il a ajouté que la TIACA et l’AFRAA sont désormais des partenaires bien établis et que le secrétaire général The winner of the Sustainability Award will be announced during de l’AFRAA, M. Abdérahmane Berthé, devra jouer un rôle de premier the Gala Evening of the TIACA Executive Summit 2019 and receive plan lors du prochain Sommet exécutif de la TIACA qui se déroulera funding of USD 15,000. The two runners-up will receive USD à Budapest du 19 au 21 novembre. 3,500 each. L’objectif du Sommet exécutif de la TIACA est de démontrer la

Goodwill message from, Secretary General – Pan African Postal Union (PAPU) Mr. Younouss Djibrine indicated that PAPU is working towards being a strong service provider, while adapting to the era of e-commerce and interconnectivity. He also noted that, in order to achieve the 2063 agenda goal of one Africa, the long term vision should be sustainability, which will be enabled by the strengthening of partnerships between the aviation sector and postal service the Pan African Postal Union (PAPU)s at an international level.

nature dynamique du secteur du fret aérien et de préparer son avenir en utilisant les connaissances des professionnels et des leaders expérimentés et innovants du secteur. Le sommet offre l’occasion aux parties prenantes de réfléchir, concevoir et prendre ensemble des décisions avec un seul objectif: contribuer au développement de l’industrie du fret aérien de demain. Le sommet servira également de cadre au lancement officiel du Programme durabilité de la TIACA dont le premier groupe de travail sera créé. Il servira également de cadre à la première édition du Prix durabilité. M. Vladimir a cité M. Steven Polmans, président de la TIACA et pionnier du programme: «La durabilité constitue et devrait constituer Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 23


Feature | Article de fond

CEO’s roundtable

He pointed out that a few partnerships have already been established. For instance, some airlines have access to data of postal operators, thereby enabling a more direct exchange of information between airlines and the final customer. He further indicated that the final goal is to eliminate manual input of data in order to achieve greater quality and efficiency.

une priorité pour nous tous, car elle est importante pour notre avenir, tant au niveau individuel qu’industriel. Le Programme durabilité vise à soutenir le secteur du fret aérien dans sa transformation qui s’avère nécessaire et qui implique des problèmes environnementaux, sociaux et commerciaux, à travers l’innovation et les partenariats. C’est ce que nous avons appelé la vision 3 + 2: les peuples, la planète, la prospérité + l’innovation et les partenariats.»

CEO’s roundtable: ‘Reconciling SAATM with airline strategic plans’

Lors du sommet édition 2019, le lauréat du Prix durabilité sera annoncé lors de la soirée de gala et recevra un financement de 15.000 USD. Les deux finalistes recevront 3.500 USD chacun.

The Single African Air Transport Market is a paradigm-shifting milestone for all the stakeholders in the African aviation sector. However, in order to fully unlock its potential, it is essential for Airlines to optimise their strategic plans in order to overcome challenges and leverage their strengths. AFRAA’s 51st AGA’s CEO Roundtable offered a platform for airline thought leaders to discuss the link between SAATM and airline’s strategic plans. Panelists offered a vast array of noteworthy insights, including on the challenges of a thin market, the future of Aviation in Africa and the importance of a data-based approach where the customer is at the centre of the journey. Mr. Somas Appavou, Chief Executive Officer – Air Mauritius: “SAATM is an objective and a one-size-fits-all approach will not work. I would like to state that when we talk about the airline of the future, we should talk about safety first. Safety should be first, from manufacturers to air transport companies” Ms. Amal Mint Maouloud, Chief Executive Officer – Mauritania Airlines: “Mauritania Airlines is still finding its grounds so that could take many years. The airline is still going through the same challenges as many airlines. The airline needs to consider interconnectivity between airlines due to future increase in traffic.”

24 |

African-skies | february – april 2020

Message de bonne volonté du Secrétaire général de l’Union panafricaine des postes (UPAP) M. Younouss Djibrine a indiqué que l’UPAP s’emploie à devenir un fournisseur de services efficace tout en s’adaptant à l’ère du commerce électronique et de l’interconnectivité. Il a également noté que pour atteindre l’objectif «Une Afrique» de l’Agenda 2063 de l’UA, la vision à long terme devrait être la durabilité, ce qui sera rendu possible par le renforcement des partenariats entre le secteur de l’aviation et les services postaux de l’UPAP au niveau international. Il a souligné que quelques partenariats ont déjà été créés. Par exemple, certaines compagnies aériennes ont accès aux données des opérateurs postaux, ce qui permet un échange d’informations plus direct entre les compagnies aériennes et le client final. Il a en outre indiqué que l’objectif final est d’éliminer la saisie manuelle de données afin d’améliorer la qualité et l’efficacité.

Table ronde des PDG des compagnies aériennes de l’AFRAA sur le lien entre le MUTAA et les plans stratégiques des compagnies aériennes Le Marché unique du transport aérien en Afrique est une étape décisive pour tous les acteurs du secteur de l’aviation en Afrique. Toutefois, pour exploiter pleinement son potentiel, il est nécessaire que les compagnies aériennes optimisent leurs plans stratégiques


Feature | Article de fond

Ms. Yvonne Makolo, Chief Executive Officer – RwandAir: “Airlines should have adequate skills and resources and look into various partnerships so as to manage the potential increase in traffic. There should also be proper infrastructure to ensure safety. Visa policies should also be in line in order to promote SAATM.” “We want to connect Rwanda to the rest of the world and the Government wants people and goods to be accessed easily through air transport. This industry is what helps tourism drive the development of the economy. We want to expand our network through other African airlines.” Mr. Kane Ibrahima, Chief Executive Officer – Air Senegal: “Air Senegal was created only 18 months ago and as any new airline, the first challenge is to reach the stage of being a profitable company. SAATM is presented as an objective but it is, in fact, a journey during which airlines should be supported. Mr. Rui Carreira, Chairman & Chief Executive Officer – TAAG Angola Airlines: “I am not representing a country today, I am representing an airline. Major organisations like AFRAA need to promote SAATM to states and show an example of other airlines that have succeeded in implementing SAATM. The first point of strategy is to think about privatisation as it could be the key to a more profitable industry after chronic bad results.” Mr. Sebastian Mikosz, Chief Executive Officer – Kenya Airways: “What the future of airlines looks like is a broad topic. If we narrow it down to the African continent, it starts with continuing to exist and operate in a sustainable way.” “Passengers are the future and data is essential because it tells companies a lot about passengers. Airlines can be overtaken by other industries in terms of airlines of the future. The plane may not be the future but data is indispensable.” Mr. Abdelhamid Addou, Chairman & Chief Executive Officer, Royal Air Maroc: “African airlines need to develop themselves, they shouldn’t wait for European companies. There’s a market, there are airlines that are successful, and some of them are new. Every airline needs to find the right business model. Airlines should also think of globalisation because we are not alone anymore.” It is a fact that African Aviation has many challenges to overcome. Each airline has to find its own business model and come up with a sustainable approach. Being resilient and continuing to operate is the first step in developing the airline of the future in Africa.

Executive Interview session 2: SAATM – Where to from here? In a candid and insightful discussion, the final executive interview of the day moderated by AFRAA’s Aaron Munetsi delved into the importance of an integrated and connected approach to open skies and how implementation should be a top priority on the agenda.

afin de surmonter les défis rencontrés et d’exploiter leurs atouts. La Table ronde des PDG des compagnies aériennes de l’AFRAA organisée lors de cette 51ème AGA a été l’occasion pour les leaders d’opinion des compagnies aériennes de discuter du lien entre le MUTAA et les plans stratégiques des compagnies aériennes. Les panélistes ont présenté un large éventail de points de vue remarquables, notamment sur les défis d’un marché restreint, l’avenir de l’aviation en Afrique et l’importance d’une approche basée sur les données où le client est au centre du parcours. M. Somas Appavou, directeur général d’Air Mauritius «Le MUTAA constitue un objectif et donc une approche unique ne pourra pas être efficace. J’aimerais noter que lorsque nous parlons de compagnie aérienne de demain, nous devrions d’abord discuter de sécurité. La sécurité devrait constituer la priorité, à partir des fabricants jusqu’aux entreprises de transport aérien.» Mme Amal Mint Maouloud, directrice générale de Mauritania Airlines «Mauritania Airlines est toujours à la recherche de solutions, ce qui pourrait durer plusieurs années. La compagnie continue de faire face aux mêmes défis comme c’est le cas pour de nombreuses compagnies aériennes. Elle doit prendre en compte l’interconnectivité entre les compagnies aériennes en raison de l’augmentation future du trafic.» Mme Yvonne Makolo, Directrice générale de RwandAir «Les compagnies aériennes devraient disposer des compétences et des ressources appropriées et envisager divers partenariats afin de gérer l’augmentation potentielle du trafic. Il devrait également y avoir une infrastructure appropriée pour assurer la sécurité. Les politiques en matière de visa devraient également être prises en compte afin de promouvoir le MUTAA.» «Nous voulons relier le Rwanda au reste du monde et le gouvernement veut que les personnes et les marchandises soient facilement accessibles par le biais du transport aérien. Le secteur du transport aérien est ce qui aide le tourisme à stimuler le développement de l’économie. Nous voulons que la croissance de notre réseau passe par d’autres compagnies aériennes africaines.» M. Kane Ibrahima, Directeur général d’Air Sénégal «Air Sénégal a été créée il y a seulement 18 mois de cela et, comme toute nouvelle compagnie aérienne, le premier défi consiste à devenir une entreprise rentable. Le SAATM est présenté comme un objectif, mais en fait il s’agit d’un parcours au cours duquel les compagnies aériennes devraient être soutenues.» M. Rui Carreira, président du Conseil d’administration et DG de TAAG Angola Airlines «Aujourd’hui, je ne représente pas un pays, je représente une compagnie aérienne. Les grandes organisations comme AFRAA doivent promouvoir le MUTAA auprès des États et montrer l’exemple d’autres compagnies aériennes qui ont réussi à mettre en œuvre le MUTAA.» «Le premier point de la stratégie est de penser à la privatisation car elle pourrait constituer la clé d’un secteur plus rentable après de mauvais résultats enregistrés.» Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 25


Feature | Article de fond

Mr. Eric Ntagengerwa, Senior Policy Officer-Air Transport – Africa Union Commission: “Today the Single African air transport market is seen as a very important enabler for the continental free area and the free movement of persons within Africa. We have put in place six pillars to help us in this journey in our SAATM prioritized action plan. In the next 12 to 18 months we are going to launch a continental study to cover the whole continent – SAATM and non SAATM states. The approach will look at specific issues in each country so as to draw a roadmap because we have to see realities in terms of the regional connectivity.” Ms. Adefunke Adeyemi, Regional Director, Advocacy and Strategic Relations, Africa and Middle East – IATA: “Constant stops are needed in order to arrive to our final destination; free movement of people and goods. SAATM is already happening with a few airlines that have established less stops or only one connecting route. There are many examples of SAATM in action, this project is already a reality on the continent whether we call it by its name or not. The currency of SAATM is new routes, increased frequency or new markets and city pairs thus the focus should be on getting that done. SAATM will help establish new routes in order to reach more growth and reduce costs for airlines.” Mr. Vijay Poonoosamy, Director, International & Public Affairs – QI Group: “Where is SAATM today? If we look at the stride of SAATM, Africa has 54 African states, 44 of which have signed up the Yamoussoukro decision, 32 have actually signed up to SAATM but only 18 have signed a Memorandum of implementation. We are unable to have an honest exchange about the challenges of SAATM. We should have a conversation where people understand what are the concerns of those who are not embracing SAATM and to help address them. We have to address the challenges of SAATM or else everyone else except Africans will take benefits of the growth. The share of Africa’s aviation is going to grow with or without African airlines, whether African airlines and states want to be on that aircraft which is taking off only depends on them.”

AFRAA Awards The AFRAA Annual Awards recognise outstanding performance, excellence in service delivery, innovation and competitiveness in the African aviation industry for the year ended 2018. Two deserving companies were recognized at this Annual Awards ceremony: 1. Airline of the Year Award – Global Operations

For remarkable financial performance and profitability in 2018 - Royal Air Maroc.

2. Airline of the Year – Best Improved Financial Results

For the best improved results for the year 2018 Royal Air Maroc.

26 |

African-skies | february – april 2020

M. Sebastian Mikosz, directeur général de Kenya Airways «L’avenir des compagnies aériennes est un vaste sujet. Si nous le limitons au continent africain, cela commence par la poursuite de leur existence et de leur fonctionnement de manière durable.» «Les passagers constituent l’avenir des compagnies aériennes et les données sont essentielles car elles en disent long sur les entreprises. Les compagnies aériennes peuvent être dépassées par d’autres industries en termes de compagnies aériennes du futur. L’avion ne constitue peut-être pas l’avenir, mais les données sont indispensables.» M. Abdelhamid Addou, président du Conseil d’administration et directeur général de Royal Air Maroc «Les compagnies aériennes africaines doivent se développer; elles ne devraient pas attendre l’aide de compagnies aériennes européennes. Il y a un marché, il y a des compagnies aériennes qui réussissent, et certaines d’entre elles sont nouvelles. Chaque compagnie aérienne doit se trouver le bon modèle commercial. Les compagnies aériennes devraient aussi penser à la mondialisation parce que nous ne sommes plus seuls.» «Il est indéniable que le secteur de l’aviation africaine a de nombreux défis à relever. Chaque compagnie aérienne doit trouver son propre modèle d’entreprise et proposer une approche durable. Être résilient et continuer à opérer constituent la première étape du développement de la compagnie aérienne du futur en Afrique.» Entrevue exécutive 2: MUTAA – Perspectives d’avenir Lors d’une discussion franche et perspicace, la dernière entrevue exécutive de la journée, dirigée par Aaron Munetsi de l’AFRAA, a mis en lumière l’importance d’une approche intégrée et connectée vis-àvis de l’ouverture des espaces aériennes et la manière dont la mise en oeuvre devrait constituer une priorité. M. Eric Ntagengerwa, responsable de politique en matière de Transport aérien, Commission de l’Union africaine: «Aujourd’hui, le Marché unique du transport aérien Afrique est considéré comme un catalyseur très important de la Zone de libre-échange continentale et de la libre circulation des personnes en Afrique. Nous avons mis en place six piliers devant nous aider dans cette démarche de notre plan d’action priorisé du MUTAA.» «Dans les 12 à 18 prochains mois, nous allons lancer une étude qui couvrira l’ensemble du continent, aussi bien les États membres ayant adopté le MUTAA que les États membres qui ne l’ont pas adopté. L’approche se penchera sur des questions spécifiques à chaque pays afin d’établir une feuille de route, car nous devons tenir compte des réalités en termes de connectivité régionale.», a conclu M. Ntagengerwa. Mme Adefunke Adeyemi, directrice régionale de l’IATA, en charge du Plaidoyer et des relations stratégiques pour l’Afrique et le Moyen-Orient «Des arrêts constants sont nécessaires pour arriver à notre destination finale: la libre circulation des personnes et des biens. Le MUTAA se déroule d’ores et déjà avec quelques compagnies aériennes qui ont mis en place moins d’arrêts ou un seul itinéraire de correspondance. Il existe de nombreux exemples du MUTAA en action et ce projet est déjà une réalité sur le continent, que


Feature | Article de fond

Awards

Awards ceremony at the 51st AGA gala dinner.

Presentation

nous l’appelions par son nom ou pas. Le MUTAA a pour devise de nouvelles routes, une fréquence accrue ou de nouveaux marchés et de nouvelles liaisons de paires de villes; il convient donc de les réaliser. Le SAATM contribuera à établir de nouvelles voies aériennes afin de réaliser davantage de croissance et de réduire les coûts pour les compagnies aériennes.» M. Vijay Poonoosamy, directeur des Affaires internationales et publiques - Groupe QI

3. Airline of the Year – Best Improved Intra-Africa Connectivity

For best improved in intra-Africa connectivity in 2018 Kenya Airways.

Presentation 1: Fleet planning for success in your network strategy Fleet planning is a critical aspect of the aviation business having significant impact on the financial position of the airline, its operating costs and specifically the ability to service routes profitably. Mr. Peter Anderson, Head of EMEA Leasing, AerCap – the largest owner of commercial aircraft in the world making up 12% of all the aircrafts leased across the globe shared his view on the current global aviation market and some of the critical considerations the company sees as important when planning airline fleet for success. The presentation highlighted the increase in aircraft leasing which is now no longer confined to airlines that cannot afford the purchase of new aircraft. Globally 45% of aircrafts flying are on operating lease; in Africa this accounts for only 36 % of all aircrafts flying – below the global average however with the growth expected on the continent this is expected to change. “Today across our African fleet there is a clear mix between new and used aircraft, when planning fleet consider whether it is more appropriate to build your airline using new or used aircraft or indeed a combination of both. What all players in the space can

«Où est le MUTAA aujourd’hui? Si nous examinons l’avancée du MUTAA, l’Afrique compte 54 États africains, 44 d’entre eux ont signé la décision de Yamoussoukro, 32 ont effectivement adhéré au MUTAA mais seulement 18 ont signé un mémorandum d’application. Nous ne sommes pas capables d’avoir une conversation franche sur les défis liés au MUTAA. Nous devrions avoir une conversation en la matière pour permettre aux uns et aux autres de comprendre les préoccupations de ceux qui n’adoptent pas le MUTAA et pour aider à les résoudre. Nous devons relever les défis liés au MUTAA, faute de quoi tout le monde, sauf les africains, profitera de la croissance. La part de marché de l’aviation africaine va croître avec ou sans les compagnies aériennes africaines. Si les compagnies aériennes et les États africains veulent faire partie de ce vol dont le décollage est en cours, cela ne dépend que d’eux.»

Prix AFRAA Les prix annuels de l’AFRAA ont récompensé les performances exceptionnelles, l’excellence dans la prestation de services, l’innovation et la compétitivité dans le secteur de l’aviation africaine pour l’exercice clos en 2018. Deux entreprises ont été récompensées lors de cette cérémonie annuelle de remise de prix: 1. La Compagnie aérienne de l’année - opérations mondiales

Pour une rentabilité et des résultats financiers remarquables en 2018 - Royal Air Maroc.

2. La Compagnie aérienne de l’année - meilleurs résultats financiers améliorés

Pour les meilleurs résultats financiers améliorés en 2018 Royal Air Maroc. Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 27


Feature | Article de fond

agree on is the growth trajectory for the market and the need for fuel efficient aircraft to support that growth.

3. La Compagnie aérienne de l’année - meilleure connectivité intra-africaine améliorée

Is there really a need for airlines to burden themselves with the payment of pre-delivery payments (PDP), the management of older asset disposal and residual value risk? This is a whole other industry with its own set of risks, challenges and successful airlines around the world are outsourcing this asset management and ownership through operating leasing. They are taking advantage of the cash flow flexibility that operating leasing provides de risking their balance sheet”

He observed that aircraft age is not necessarily an indicator of aircraft safety, successful airlines are now seeing benefit in taking used aircrafts which comes with a lower capital cost.

M. Peter Anderson, responsable d’EMEA Leasing – AerCap, plus grand propriétaire d’avions commerciaux au monde avec 12% de tous les avions loués dans le monde, a partagé son point de vue sur le marché mondial actuel de l’aviation et certaines des considérations cruciales à prendre en compte lors de la planification du succès de la flotte aérienne.

Presentation 2: Africa’s vision for the future Africa’s aviation is underserved and underperforming compared to other regions while connectivity within Africa continues to be a challenge despite multiple initiatives. In a presentation looking at the current status of the African aviation market, Mr. Brendan Sobie, Analyst and Consultant (former Chief Analyst, CAPA – Centre for Aviation) underlined the challenge of high taxes and airport charges hindering passenger growth, economic development and tourism. Among other insights collaboration and consolidation were highlighted as essential to build African carriers scale, competitiveness and achieve profitability. He explained: “Connectivity within the continent is still a challenge, African airlines need to embrace partnerships for a better connectivity. There are 400 international routes in Africa but only 68 are served with at least two daily flights; the continent needs more frequent routes so as to support business and trade.” He further pointed to the fact that only 25% of international capacity is within Africa, 47% is in Europe and 22% in the Middle East. The potential for growth is significant. “Africa can look at other rising markets like Asia as an example but make strategies more unique and adapted to conditions on the continent.”

Executive interview session 2: Optimisation of taxes and charges to address airline sustainability in Africa High taxes and charges are among the main factors that have resulted in high cost of operations in the African Aviation industry since taxes and charges imposed on the African airspace are among the highest in the world greatly affecting its competitiveness. A discussion aimed at finding ways to optimise these fees was held and examined ways to make this area more sustainable for airlines.

28 |

African-skies | february – april 2020

Pour la meilleure amélioration au niveau de la connectivité intra-africaine en 2018 - Kenya Airways.

Exposé 1: Planification de la flotte aérienne en vue de la réussite de votre stratégie en matière de réseau La planification de la flotte aérienne constitue un aspect crucial de l’activité aéronautique car ayant un impact significatif sur la situation financière de la compagnie aérienne, ses coûts d’exploitation et, plus particulièrement, sur sa capacité à desservir les liaisons aériennes de façon rentable.

L’exposé a mis en lumière l’augmentation de la location d’avions qui n’est plus limitée aux compagnies aériennes qui n’ont pas les moyens d’acheter de nouveaux avions. Dans le monde, 45% des avions volent en location simple; en Afrique, les avions qui volent en location simple ne représentent que 36% – en dessous de la moyenne mondiale. Toutefois, cette situation devrait changer au regard de la croissance prévue sur le continent. «Aujourd’hui, dans l’ensemble de notre flotte africaine, il existe un mélange clair entre les avions neufs et les avions d’occasion. Lorsque vous planifiez l’acquisition de votre flotte, demandezvous s’il est plus approprié de mettre en place votre compagnie aérienne en utilisant des avions neufs ou des avions d’occasion ou une combinaison des deux. Ce sur quoi tous les acteurs de l’espace aérien peuvent s’entendre, c’est la trajectoire de croissance du marché et la nécessité de disposer d’avions consommant peu de carburant pour soutenir cette croissance.», a déclaré M. Anderson. «Les compagnies aériennes ont-elles vraiment besoin de porter le fardeau du paiement avant livraison (PDP), de la gestion de cession d’actifs plus anciens et du risque de valeur résiduelle? Il s’agit d’un tout autre secteur qui a ses propres risques et ses propres défis, et les compagnies aériennes prospères au monde externalisent la gestion et la propriété de ces actifs par le biais de la location simple. Elles profitent de la flexibilité des flux de trésorerie qu’offre la location simple en réduisant les risques de leur bilan.» M. Anderson a fait remarquer que la durée d’usage d’un avion ne constitue pas nécessairement un indicateur de sa sécurité. Désormais, les compagnies aériennes prospères se rendent compte des avantages liés à l’opération d’avions d’occasion qui engendre des coûts de capitaux moins élevés.

Exposé 2: La vision de l’Afrique pour l’avenir L’aviation africaine est mal desservie et peu performante par rapport à d’autres régions, tandis que la connectivité en Afrique reste un défi malgré de multiples initiatives prises en la matière. Dans un exposé sur l’état actuel du marché de l’aviation en Afrique, M. Brendan Sobie, analyste et consultant (ancien


Feature | Article de fond

Key insights:

According to Mr. Gaoussou Konate, AFRAA Director, Technical & Operations, who moderated the session, African airlines have higher costs, almost double that of European carriers but sell their tickets sometimes at a lower fare for comparable distances. However, the total travel price in Africa is higher than in Europe due to high taxes and charges. He indicated that once you add the applicable taxes and charges you get a figure that does not allow the African passenger to easily travel. Mr. Desire Balazire Bantu, Chief Executive Officer – Congo Airways: “Fuel represents between 25%-30% of our cost. In Congo, fuel is relatively more expensive than other countries like Rwanda and South Africa. AFRAA’s initiatives in joint fuel purchase has benefitted our country. There is need for more transparency in terms of purchasing fuel as there are too many agents involved, we lobby government officials for prices to be reduced.”

Mr. Ali Tounsi, Secretary General – ACI Africa: “There’s a difference between charges and taxes. Charges are what airlines pay for the use of airport infrastructure such as airline parking, runways, terminals etc. These are collected to ensure the proper functioning of the airport; while taxes are applied by the governments on passengers and airlines. We know that the larger amount is actually taxes rather than charges as some African countries inflate these taxes so as to cover government deficit. Airports in Africa are very small and the majority are not profitable like airlines. Only a few (20%) have traffic that exceeds one million each year which is considered the economic breaking point.” He further added that traffic development is not only related to high airport charges and taxes, it’s a complex problem that requires the commitment of all stakeholders in the air transport chain. “Everyone has a role to play starting with the removal of regulatory barriers and protectionism of government, making efforts to raise attractiveness of the destination, improve the management of airlines and airports and stop considering air transport as a luxury business.” The panelists emphasised that whatever the airline can do internally to reduce cost and be more competitive, is limited. Airlines are small and airports are small thus stakeholders need to fight together and showcase to states how taxes ought to be applied for a significant reduction of tickets and increased productivity.”

Panel 1: Embracing disruptive trends – the future is too late The airline industry has not just seen an increase in the number of people travelling but also an immense shift in the way it operates,

analyste en chef, CAPA – Centre for Aviation) a souligné le défi des taxes élevés et des redevances aéroportuaires élevées qui entravent la croissance du nombre de passagers et le développement économique et touristique. Entre autres, la collaboration et la consolidation ont été soulignées comme étant des facteurs essentiels à l’expansion, à la compétitivité et à la rentabilité des transporteurs africains. Selon M. Sobie, «La connectivité à l’intérieur du continent demeure un défi, et donc les compagnies aériennes africaines doivent s’engager dans des partenariats pour une meilleure connectivité. Il existe 400 lignes internationales en Afrique, mais seulement 68 sont desservies par au moins deux vols quotidiens; le continent a besoin de lignes plus fréquentes afin de soutenir les affaires et le commerce.» Il a en outre souligné le fait que seulement 25% de la capacité vers les destinations internationales se trouve en Afrique, 47% en Europe et 22% au Moyen-Orient. Le potentiel de croissance est important. “ «L’Afrique peut s’inspirer d’autres marchés émergents comme l’Asie, mais elle peut rendre ses stratégies plus uniques et mieux adaptées aux conditions du continent.»

Séance 2 d’entrevues exécutives 2: Optimisation des taxes et redevances pour assurer la viabilité des compagnies aériennes en Afrique Les taxes et redevances élevées constituent quelques-uns des principaux facteurs qui ont entraîné des coûts d’exploitation élevés au sein de l’industrie aéronautique africaine étant donné que les taxes et redevances imposées à l’espace aérien africain se trouvent parmi les plus élevées au monde, ce qui affecte grandement la compétitivité de l’espace aérien africain. Il s’est tenu des discussions visant à trouver les voies et moyens d’optimiser ces redevances ainsi qu’à examiner la manière de rendre ce domaine plus durable pour les compagnies aériennes.

Ci-dessous quelques-unes des principales interventions: Selon M. Gaoussou Konate, directeur des Affaires technique et des Opérations à l’AFRAA, qui a modéré la session, les compagnies aériennes africaines ont des coûts plus élevés, presque le double de ceux des transporteurs européens; toutefois, elles vendent leurs billets parfois à un tarif inférieur pour des distances comparables. Il a indiqué qu’une fois que vous ajoutez les taxes et redevances applicables, vous obtenez un chiffre qui ne permet pas au passager africain de voyager facilement. M. Désiré Balazire Bantu, directeur général, Congo Airways «Le carburant représente de 25% à 30% de notre coût; au Congo, le carburant est relativement plus cher que dans d’autres pays comme le Rwanda et l’Afrique du Sud. Les initiatives de l’AFRAA en matière d’achat en commun de carburant ont profité à notre pays. Il faut plus de transparence dans l’achat de carburant car trop d’agents y sont impliqués, nous faisons pression sur les responsables gouvernementaux pour que les prix soient réduits.» Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 29


Feature | Article de fond

Panel discussions

Executive committee

Executive panel

M. Ali Tounsi, secrétaire général, ACI Africa

thanks to new and exciting technologies impacting the airline landscape. Panelists highlighted key trends in this session giving insights on the ways the industry is changing as technology continues to pervade every aspect of travel. Mr. Eckart Reiche, Vice President Sales Airlines – Wirecard Global Sales GmbH, the panel moderator identified a number of travel trends: Generation Alpha are driving travel decisions: Travellers with Gen Alphas (youngsters born from 2010) are taking more than three family trips a year. They are conscious about the environment and might eventually be proponents of the ‘Flight Shaming’ movement. Solo travel is becoming more sociable: Dublin Airport claimed of its 31.5m estimated passengers in 2018, 57% were solo travellers. China outbound travel continues to grow: Independent travel grew by 12.7%, which reflects growing confidence in doing one’s own thing. Mr. Taieb Ben Sghaier, Sales Director – Rolls-Royce: “At RollsRoyce, we invest heavily every year in new technologies. We are taking these products and continuously improving them adding a service dimension and digital technologies. This translates to engines containing many more sensors, being constantly connected, contextually aware and comprehending; that’s where we are going in terms of disruption.” Mr. João Miguel Santos, FRAeS, Managing Director, Africa – Boeing International: “It’s amazing the new technologies that we

30 |

African-skies | february – april 2020

«Il y a une différence entre redevances et taxes. Les redevances sont ce que les compagnies aériennes paient pour l’utilisation des infrastructures aéroportuaires, notamment les parkings, les pistes d’atterrissage, les terminaux aéroportuaires, etc. Les redevances sont collectées aux fins du bon fonctionnement des aéroports. Quant aux taxes, elles sont appliquées par les gouvernements aux passagers et aux compagnies aériennes. Nous savons que le montant des taxes est plus élevé que le montant des redevances car certains pays africains exagèrent ces taxes dans le but de couvrir le déficit public.» «Les aéroports en Afrique sont très étroits et la plupart ne sont pas rentables comme les compagnies aériennes. Seuls quelques-uns (20%) ont un trafic supérieur à un million de passagers par an, ce qui est considéré comme le point de rupture économique.» Il a ajouté que la question du développement du trafic n’est pas seulement liée aux redevances et taxes aéroportuaires élevées, mais qu’il s’agit également d’un problème complexe qui exige l’engagement de toutes les parties prenantes de la chaîne de transport aérien. «Chacun a un rôle à jouer. D’abord, il faut éliminer les obstacles réglementaires et le protectionnisme des pouvoirs publics, en s’efforçant d’accroître l’attractivité de la destination, d’améliorer la gestion des compagnies aériennes et des aéroports et de cesser de considérer le transport aérien comme une activité de luxe.» Les intervenants ont souligné que la marge de manœuvre des compagnies aériennes à l’interne visant à réduire les coûts et à être plus compétitivités est limitée. Etant donné que les compagnies aériennes sont restreintes et les aéroports étroits, les parties prenantes doivent se battre ensemble et montrer aux États comment les taxes devraient être appliquées pour réduire sensiblement le prix des billets et accroître la productivité.

Panel 1: Faire face aux tendances perturbatrices L’industrie du transport aérien n’a pas seulement connu une augmentation du nombre de personnes qui voyagent, mais aussi un important changement dans son mode de fonctionnement, grâce aux technologies nouvelles et passionnantes qui ont un impact sur le paysage aérien. Les intervenants ont souligné les principales tendances de cette session en donnant un aperçu de la façon dont l’industrie évolue au fur et à mesure que la technologie continue d’envahir tous les aspects du voyage.


Feature | Article de fond

Conference sessions

Le modérateur de la séance, M. Eckart Reiche, vice-président, Sales Airlines – Wirecard Global Sales GmbH, a identifié quatre tendances en matière de voyage: La génération Alpha constitue le moteur des décisions prises en matière de voyage: Les voyageurs Gen Alphas (jeunes nés à partir de 2010) font plus de trois voyages en famille par an. Ils sont conscients de l’environnement et pourraient finalement être les partisans du mouvement «Opérer des vols en commun.»

see coming online. If aircraft manufacturers and airlines cannot adapt in various ways to the new technologies, we will be left behind. Passengers want more comfortable airlines to fly in; comfort is the ultimate trademark of airlines today especially when you travel economy. We need to find a way to create more comfortable aircraft for passengers to experience and provide seamless connectivity; there are many airlines doing different things but for most airlines in Africa, connectivity is non-existent. “He advised airlines and aviation companies to invest more in R&D in order to come up with disruptive ways of doing business.” Mr. Mark Dunnachie Head of Commercial EMEA & Russia – ATR: “African airlines should keep it simple by starting with regional connectivity. There’s a large opportunity to tap into ecotourism and really focus on how to reduce emissions.” Mr. Sascha Feuerherd, Managing Director – Alton Aviation Consultancy: “Independent decision making is quite important for every airline, decisions must be taken from the management of the airline not by any government representative; internal decision making should be based on data, market and not on dreams or gut feeling. There is need to make continuous changes to improve efficiencies, cut costs and improve processes.” Mr. Raphael Haddad, Jetcraft Commercial – President: “Companies such as Amazon, Uber or Airbnb collect data and have the capability of accessing the habits of millions of customers; this data is then analysed and manipulated. Airlines don’t have that capability. Eventually these companies will come to into the air travel space and airlines need to be ready.”

Le voyage en solitaire devient plus sociable: l’aéroport de Dublin a réclamé près de 31,5 millions de passagers en 2018, dont 57% étaient des voyageurs en solitaire. Les voyages à l’étranger en Chine continuent d’augmenter: Les voyages individuels ont augmenté de 12,7%, ce qui reflète la confiance croissante des voyageurs en le fait d’être au contrôle de leur vie. Le tourisme exagéré atteint son point de rupture: L’an dernier, les arrivées de touristes internationaux dans le monde ont atteint 1,4 milliard, soit deux ans plus tôt que prévu par l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies. M. Taieb Ben Sghaier, directeur commercial, Rolls-Royce «À Rolls-Royce, nous investissons plus de 1,5 milliard de dollars chaque année dans les nouvelles technologies. Nous évaluons ces produits et les améliorons continuellement en y ajoutant une dimension de service et des technologies numériques. Cela se traduit par la conception de moteurs contenant beaucoup plus de détecteurs constamment connectés, conscients du contexte et compréhensifs; c’est là où nous nous dirigeons en termes de perturbation.» M. João Miguel Santos, FRAeS, directeur général de Boeing International, Région Afrique «Les nouvelles technologies que nous voyons arriver en ligne sont incroyables. Si les avionneurs et les compagnies aériennes ne peuvent pas s’adapter de diverses manières aux nouvelles technologies, nous serons laissés pour compte.» «Les passagers veulent voyager avec des compagnies aériennes plus confortables, le confort est la marque ultime des compagnies aériennes d’aujourd’hui, surtout lorsqu’il s’agit de voyager en classe économique. Nous devons trouver un moyen de créer Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 31


Feature | Article de fond

Gala dinner

des compagnies aériennes plus confortables pour les passagers et d’assurer une connectivité harmonieuse; il y a beaucoup de compagnies aériennes qui s’engagent dans d’autres choses mais la plupart des compagnies aériennes en Afrique n’ont pas de connectivité.» Il a conseillé aux compagnies aériennes et aux entreprises aéronautiques d’investir davantage dans la recherche et le développement afin de trouver des moyens perturbateurs de faire des affaires.» M. Mark Dunnachie, responsable commercial, EMEA & Russie, ATR «Les compagnies aériennes africaines devraient simplifier les choses en commençant par la connectivité régionale. Inaugurer de nouvelles routes constitue la meilleure option. Il existe une grande occasion d’exploiter l’écotourisme et de se focaliser vraiment sur la réduction des émissions.» M. Sascha Feuerherd, directeur général, Alton Aviation Consultancy

Exciting innovations in digitisation being used in the air transport space were put in focus during the discussion including biometric boarding passes, face recognition technology to help customers rent cars, holograms working at airports to help travellers find their way around, etc. It was noted that 43% of consumers consider that the most important aspect of good digital customer experience is getting an issue resolved in a single effortless interaction. Presentation 3: Getting the business right by Mr. Maher Koubaa, Executive Vice President, Middle East, Turkey and Africa – Amadeus In his presentation, Mr. Koubaa introduced the Amadeus Airline Platform that allows airlines to focus on customers by providing optimal retailing and fast booking with multiple choices and enabling an ecosystem of partnerships that allows airlines to partner without incurring costs. “Cocreating in record time from idea conceptualization to product creation and marketing.” He took participants through the main pillars: Simple: deliver simplicity to airlines so they can simplify processes for travellers as it can be tiring. Agile: being more united so as to deliver value faster and innovate with partners and customers. Open: airlines have a choice as to how to develop and who to partner with in this large ecosystem, no time is spent for integration with partners because the platform already does that for the airlines.

32 |

African-skies | february – april 2020

«La prise de décision indépendante est très importante pour chaque compagnie aérienne, les décisions doivent être prises par la direction de la compagnie aérienne et non par un représentant du gouvernement. La prise de décision à l’interne devrait être basée sur des données et le marché et non sur des rêves ou des convictions profondes. Il faut continuellement apporter des changements visant à améliorer les efficiences, diminuer les coûts et améliorer les processus.» Raphael Haddad, président, Jetcraft Commercial «Les entreprises comme Amazon, Uber ou Airbnb recueillent des données et ont la capacité d’accéder aux habitudes de millions de clients; ces données sont alors analysées et manipulées. Les compagnies aériennes n’ont pas cette capacité. Éventuellement, ces compagnies arriveront dans le domaine du transport aérien et les compagnies aériennes devront s’y préparer.» Des innovations passionnantes en matière de numérisation utilisées dans l’espace du transport aérien ont été mises en exergue au cours des discussions, notamment les cartes d’embarquement biométriques, la technologie de reconnaissance faciale pour aider les clients à louer des voitures, les hologrammes travaillant dans les aéroports pour aider les voyageurs à s’orienter, etc… Il a été noté que 43% des consommateurs considèrent que l’aspect le plus important d’une bonne expérience client numérique est de résoudre un problème en une seule interaction sans effort.

Exposé 3: Bien comprendre et entreprendre les affaires, par M. Maher Koubaa, vice-président exécutif, Moyen-Orient, Turquie et Afrique, Amadeus Dans son exposé, M. Koubaa a présenté la plateforme Amadeus Airline qui permet aux compagnies aériennes de se focaliser sur les clients en offrant un service de vente au détail optimal et des réservations rapides à choix multiples et en permettant un écosystème de partenariats qui permet aux compagnies aériennes de s’associer entre elles sans engager de coûts.


Feature | Article de fond

Welcome cocktail

«Co-créer en un temps record, de l’idéation à la création et au marketing.»

Il a présenté les principaux piliers aux participants: Simplicité: offrir la simplicité aux compagnies aériennes afin qu’elles puissent simplifier les processus pour les voyageurs, car ils peuvent être épuisants. Agilité: être plus unis pour délivrer de la valeur plus rapidement et innover avec les partenaires et les clients.

Delegates tour

Ouverture: les compagnies aériennes ont le choix de se développer et de s’associer avec qui elles veulent dans ce grand écosystème, aucun temps n’est consacré à l’intégration avec les partenaires car la plate-forme le fait déjà pour les compagnies aériennes. Il a conclu que la technologie avait transformé la façon dont les consommateurs interagissent avec les compagnies aériennes et qu’ils veulent vivre la même expérience que celle qu’ils vivent avec des compagnies comme Amazon.

Séance 3 d’entrevue exécutive: Le fret - bouée de sauvetage des compagnies aériennes

He concluded that technology had transformed the way consumers interact with airlines and they want the same customer experience they get from companies like Amazon.

Executive interview session 3: Cargo – The airline’s lifesaver Africa is one of the world’s last untapped air cargo markets and one which has huge growth potential. However, for many airlines, cargo operations are not given the right level of attention and resources required. Traditionally this is a business opportunity that airlines have not capitalised on as highlighted by Mr. Aaron Munetsi, Director Government, Legal and Industry Affairs – AFRAA who was the moderator for the session. Currently, 85% of cargo going into and out of Africa is flown by foreign carriers; African carriers only have 15% of the market share and only four airlines in Africa have a dedicated cargo fleet.

Highlights from the discussion: Mr. Sanjeev Gadhia, Vice-Chairman – The International Air Cargo Association (TIACA): “The lack of infrastructure is a real challenge: Most African carriers do not have the cargo infrastructure to fully develop their cargo business which requires investment. Globally most of the successful carriers from Europe and the Middle East have got very strong cargo departments and this is something we need to look into in Africa so they can develop cargo networks and fleet. What is very important is that African carriers fly the cargo within Africa because the last thing we want is for a foreign

L’Afrique constitue l’un des derniers marchés de fret aérien inexploités dans le monde et dispose d’un énorme potentiel de croissance. Cependant, dans presque toutes les compagnies aériennes, le fret a été traité comme un beau-fils. Traditionnellement, il s’agit d’une opportunité d’affaires que les compagnies aériennes n’ont pas exploitée, comme l’a souligné le modérateur de la séance, M. Aaron Munetsi, directeur des affaires gouvernementales, juridiques et industrielles à l’AFRAA. Actuellement, le transport de 85% du fret à destination et en provenance de l’Afrique est assuré par des transporteurs étrangers, les transporteurs africains ne détenant que 15% du marché. Seules quatre compagnies aériennes en Afrique ont une flotte de fret dédiée.

Temps forts des discussions: M. Sanjeev Gadhia, vice-président, Association internationale du fret aérien (TIACA) «Le manque d’infrastructures constitue un véritable défi. En fait, la plupart des transporteurs africains ne disposent pas des infrastructures nécessaires pour développer pleinement leur activité cargo qui nécessite des investissements. Mondialement, la plupart des transporteurs qui réussissent en Europe et au Moyen-Orient ont des départements de fret très efficients et cela doit nous donner matière à réflexion en Afrique afin que nous puissions développer nos réseaux et notre flotte de fret. Ce qui est très important, c’est que les transporteurs africains assurent le transport de cargaison en Afrique parce que nous ne voulons pas du tout qu’un transporteur étranger assure le transport de cargaison sur le continent. Nous devons nous assurer que les cargaisons transportés au sein de notre grand continent le soient par des transporteurs africains.» M. Muhammad Cassim, directeur commercial et des comptes pour l’Afrique, CHAMP Cargosystems «Nous fournissons une solution pure en matière de fret, le Track Cargo custom. Il facilite les affaires car il permet au fret de passer par de nombreuses douanes. Le fret est pertinent et il augmentera avec Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 33


Feature | Article de fond

carrier to transport cargo within the continent. We have to ensure that the cargo flown in our great continent is flown by African carriers.” Mr. Muhammad Cassim, Sales & Account Manager Africa – CHAMP Cargosystems: “We provide a pure cargo solution, the Track Cargo custom. It eases business as it allows for cargo to move through many customs. Cargo operations are relevant and expected to grow. African airlines should tap into this market and these channels as they are very profitable.” The panel noted the profitability and contribution of cargo operations to the airline business.

Panel 2 Breaking the mould – working differently Aviation is a business built on close partnerships given the complex nature of the sector which requires high level expertise at every stage. The last session at the 51st AGA brought together key partners working in the air transport ecosystem who gave their input on best practices to keep up with a competitive environment. Ms. Catrin Drawer, Associate Partner – Lufthansa Consulting GmbH identified three positive developments currently taking form within the African aviation industry: - Listening to travellers’ demand, developing services according to customers demand; - The connecting of societies through evaluating new routes opportunities; and - Responding to market demands.

A few insights from the session: Mr. Gurpreet Sidhu Market Development Manager – Inmarsat Aviation: “What we are finding is that by understanding passenger attitudes, behaviours and what their buying processes are like, we can help airlines adopt a retail mindset which is increasingly critical. It is not just about taking passengers from point A to B, it is about making money, being profitable and growing.” Adding, “Inflight connectivity and WIFI is beneficial to passengers and is a great way to increase ancillary revenues. The more carriers adopt it the more benefits they will see.” Mr. Dino Gelmetti Vice President, Middle East and Africa – Sabre: “We are looking at other industry models like Amazon and Google to see how we can take some of those best practices and apply them to the airline industry. In our partnership with our airlines, we look at where we could bring new technologies like artificial intelligence especially around personalisation and understanding the voice of the customer.

34 |

African-skies | february – april 2020

le temps. Les Africains devraient exploiter ce marché et ces canaux car ils sont très rentables.» Le panel a insisté sur le fait qu’il est rentable pour les compagnies aériennes locales d’envisager de transporter du fret parce que le fret est toujours rentable.

Panel 2: Définir de nouveaux standards – Travailler autrement Il est généralement dit que l’aviation est une activité fondée sur des partenariats étroits, étant donné la nature complexe du secteur qui exige une expertise de haut niveau à chaque étape. La dernière session de la 51ème AGA a rassemblé des partenaires clés travaillant dans l’écosystème du transport aérien, qui ont donné leur avis sur les meilleures pratiques pouvant permettre de rester en phase avec un environnement concurrentiel. Mme Catrin Drawer, membre associée, Lufthansa Consulting GmbH, a identifié trois développements positifs en cours dans l’industrie aéronautique africaine: -

Etre à l’écoute des exigences des voyageurs et développer les services en fonction de la demande des clients;

-

L’interconnexion des sociétés par l’évaluation de nouvelles opportunités d’itinéraires;

-

Répondre aux exigences du marché.

Idées clés recueillies lors de la session: M. Gurpreet Sidhu, directeur du développement des marchés, Inmarsat Aviation «Ce que nous constatons, c’est qu’en comprenant les attitudes, les comportements et les processus d’achat des passagers, nous pouvons aider les compagnies aériennes à adopter un état d’esprit de plus en plus critique à l’égard de la vente au détail. Il ne s’agit pas seulement de transporter des passagers d’un point A à un point B, il s’agit de générer de l’argent, d’être rentable et de croître. » «L’ajout de la connectivité et du WIFI à bord est bénéfique pour les passagers et constitue un excellent moyen d’augmenter les revenus accessoires. Plus les transporteurs l’adoptent, plus ils réaliseront des profits.» M. Dino Gelmetti, vice-président, Moyen-Orient et Afrique, Sabre «Nous examinons d’autres modèles industriels comme Amazon et Google pour voir comment nous pouvons appliquer certaines de ces meilleures pratiques à l’industrie du transport aérien. Dans le cadre de notre partenariat avec les compagnies aériennes, nous nous penchons sur les domaines dans lesquels nous pourrions apporter de nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle, en particulier la personnalisation et la compréhension de la voix du client.» «Nous travaillons également avec beaucoup de compagnies aériennes pour qu’elles deviennent des détaillants, c’est ce qui nous motive pour l’instant; et la personnalisation est la voie à suivre.» M. Sameer Adam, vice-président régional chargé des ventes (EMEAR), De Havilland Aircraft of Canada Limited


Feature | Article de fond

We also work with a lot of airlines on how they can become retailers, that’s the big push at the moment; and personalisation is the way to go.” Mr. Sameer Adam, Regional VP Sales (EMEAR) De Havilland Aircraft of Canada Limited: “We need to listen to the customer and also get the customer to talk to us so we can know where the issues are. At the same time, we have to find ways to bring ideas that have been implemented elsewhere and modify them to fit within the local context. The transactional element has to move into how are we going to work together next year and five years from now.” Mr. Raul Villaron Marketing Director – EMEA – Embraer: “I think it is important to understand the market and focus on efficiency. Today, in Africa more than 80% of flights depart with less than 120 passengers onboard; why fly a larger 180-seater aircraft if you can’t fill it? This is why partners such as ourselves are on the ground to offer right sized aircrafts for the African market to improve the issue of connectivity, raise frequencies and deliver results to airlines.” Dr. Soumaya Ben Letaifa, Chief Executive Officer – Innova Conseil Group: “It costs a lot not to invest in people; employees need to see the growth opportunities – what career paths are available. Airlines need strong HR partners; a clear vision of the culture and values is critical to ensure employees are proud of the airline.” Mr. Deepak Garg Senior Manager Business Development Middle East and Africa – SITAONAIR: How are airlines looking at data? “There is a lot of money behind data but currently it is not being leveraged. The product has to be right if you are competing with international carriers.”

«Nous devons être à l’écoute du client et l’amener à s’adresser à nous afin que nous puissions savoir où se situent les problèmes. En même temps, nous devons trouver les moyens de modifier et d’adapter au contexte local les idées qui ont été mises en œuvre ailleurs.» «L’écoute et la conversation doivent être portées à un cran supérieur: Je veux que cela ait lieu aujourd’hui et faisons en sorte que cela ait lieu; l’élément de transaction doit se traduire par la façon dont nous allons collaborer l’année prochaine et dans les cinq années à venir.» M. Raul Villaron, directeur du marketing – EMEA – Embraer «Je pense qu’il est important de comprendre le marché et de se focaliser sur l’efficacité: aujourd’hui en Afrique, plus de 80% des vols décollent avec moins de 120 passagers à bord; pourquoi piloter un avion de 180 places si vous n’êtes pas en mesure de le remplir? C’est pourquoi des partenaires comme nous sont sur le terrain pour proposer des avions de taille adaptée au marché africain afin d’améliorer la connectivité, d’augmenter les fréquences et de fournir des résultats aux compagnies aériennes.» Dr. Soumaya Ben Letaifa, directeur général, Groupe Innova Conseil «Il est très coûteux de ne pas investir dans les personnes, et les employés doivent tenir compte des possibilités de croissance et des cheminements de carrière qui s’offrent à eux. Les compagnies aériennes ont besoin de partenaires solides en matière de ressources humaines; une vision claire de la culture et des valeurs est essentielle pour s’assurer que les employés sont fiers de la compagnie aérienne.» M. Deepak Garg, directeur principal, Développement des affaires, Moyen-Orient et Afrique, SITAONAIR «Comment les compagnies aériennes considèrent-elles les données? Les données génèrent beaucoup d’argent mais actuellement elles ne sont pas exploitées. Le produit doit être approprié si vous êtes en concurrence avec des transporteurs internationaux.»

The 2019 African Aviation Industry Group (AAIG) Aeropolitical Forum

Le Forum aéropolique de l’African Aviation Industry Group (AAIG) Edition 2019

The African Aviation Industry Advisory Group held its 2019 Aeropolitical Forum at the conclusion of the 51st AFRAA Annual General Assembly. The purpose of the AAIG Aeropolitical Forum is to collaboratively drive key priorities in Africa’s aviation public policy agenda. The AAIG currently comprises of African representatives from aviation’s leading organizations including – IATA, AFRAA, AFCAC, Boeing, ICAO, AASA, ACI and CANSO.

L’African Aviation Industry Advisory Group a tenu son Forum aéropolitique édition 2019 au terme de la 51ème Assemblée générale annuelle de l’AFRAA. Le but de ce forum est d’orienter par voie de collaboration les priorités clé de l’agenda de la politique aéronautique publique en Afrique. AAIG compte actuellement les représentants africains des principales organisations du secteur de l’aviation, à savoir: IATA, AFRAA, CAFAC, Boeing, OACI, AASA, ACI et CANSO.

The following items, among others, were discussed at the forum: i. Key Aeropolitical trends in Africa and areas of change;

Les sujets ci-après ont été abordés au cours du forum: i.

Principales tendances aéropolitique en Afrique et les domaines de changement;

ii. Global and regional Aeropolitical issues in 2020;

ii. Enjeux aéropolitiques mondiaux et régionaux en 2020;

iii. SAATM implementation; and

iii. Mise en œuvre du MUTAA;

iv. Advocacy efforts on key industry matters to enhance sustainability of African airlines.

iv. Initiative de plaidoyer sur les questions clés de l’industrie pour renforcer la viabilité des compagnies aériennes africaines. Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 35


Interview | Entrevue

Interview with Paul Stein, Chief Technology Officer, Rolls-Royce plc Entretien avec le directeur de la technologie, Rolls-Royce plc, Paul Stein Interview by Micheal Wakabi.

Despite being responsible for only 2% of global emissions, aviation is the target of increasingly prohibitive environmental levies. Does this skew the picture away from where the world should be looking?

Rolls-Royce has been pioneering flight for over 100 years, we created the first turboprop, first jet engine, powered the first passenger airliner, and powered the first and only commercial supersonic jet (Concord).

All industries need to revolutionise to support our growing, increasingly urban population. We have entered an era where sustainability is key to not only economic survival but for us as a species.

We’ve crafted seven variations of our world-leading Trent family since its launch over two decades ago; each has pushed the boundaries of what is possible.

Global passenger traffic is increasing by 5% YoY, Africa alone will need an addition 1,000 aircraft within the next 20 years. As a leading industrial technology company, our activities have a profound effect on society and the environment and we are at the forefront of developing innovations that mitigate industrial impact. The Advisory Council for Aeronautics Research in Europe has set a target to reduce CO2 per passenger-km by 75% by 2050, and as such we have set ourselves the target of 30% reduction in specific fuel consumption, compared to the first Trent engines.

Over the past two decades, improvements to the power plant and in particular, the gas turbine, have been the driving force towards efficiency gains and greener aviation. How much more can the envelope be stretched to make the gas turbine leaner and greener? 36 |

African-skies | february – april 2020

The gas turbine remains essential to our future – the Trent XWB which powers the Airbus A350 is the most efficient in-service aero-engine ever created and will be flying for decades. We are now taking this proven technology through another evolutionary step. The Ultrafan™ will be 25% more fuelefficient than the first Trent engine, with a new geared architecture and bypass ratio treble that of the Trent 700. The fan blades will be manufactured from the very latest carbon/titanium composites.

Electric propulsion has been proposed as the future of aviation. But to what extent can it be a substitute to the gas turbine? Electrification is impacting many transportation systems and is set to have a similar impact on aviation as when gas turbines replaced piston engine propulsion. For medium to long haul flights with larger aircraft, the gas turbine will remain the main source of thrust as only chemical fuels


Interview | Entrevue

can deliver the power required for such heavier aircraft. However, electrification will enable simplification of gas turbine internal design, unlock new methods of managing aircraft drag, and open new benefits at platform level.

Rolls-Royce has recently acquired Siemens’ electric propulsion business. What are the current limitations of electric propulsion and to what extent can they be addressed in the foreseeable future? The recent acquisition of Siemen’s electric and hybrid-electric aerospace propulsion business, known as eAircraft, is a fantastic opportunity and has strengthened our capabilities. We are engaged in several electrification programmes, for instance: Our E-Fan-X programme will demonstrate hybridelectric flight by replacing an engine from a 100-seater jet with a 2MW HybridElectric Propulsion Unit, powered by a gas-turbine-driven 2.5MW generator and a battery system. This will be the world’s most powerful flying generator. Another example is the ACCEL programme which we hope will break records and be the fastest-ever, all-electric aircraft reaching a speed of 300+Mph. This will require the most powerful battery ever built for flight, powerful enough to beat speed and performance records, light enough to fly, and stable enough not to overheat. Our current view is that weight will limit all-electric flight to small aircraft flying short-range missions. Larger aircraft flying higher loads on longer ranges will need to be powered by gas turbine technology for the foreseeable future with an increasing degree of hybridisation over time.

Besides unmanned air vehicles, what large scale applications in commercial aviation can electric propulsion feasibly support in the near term? Soon, we shall see electrical, vertical, take-off and landing aircraft (EVTOLs) demonstrating the same versatility of helicopters. Many of the early concepts

rely solely upon battery power and require extensive charging infrastructure. But, as battery technology improves these aircraft will fly longer ranges and at higher speeds. The projected market size for early versions is roughly £1bn per year. Rolls-Royce’s hybrid EVTOL is based around the hybridisation of our M250 engine, capable of carrying 4 to 5 people and travelling at 250 mph over a range of over 805 kilometres (500 miles).

The industry has also been pushing for the development of sustainable aviation fuels. From an engine manufacturer’s perspective, what hurdles need to be overcome before these fuels can be considered a viable alternative to fossil fuels? Rolls-Royce is committed to doing what it can to support and accelerate the availability of Sustainable Aviation Fuels (SAF), including the development and certification processes. Our engines can operate on any alternative fuel that has the same characteristics as kerosene. Several Rolls-Royce airline customers already use blended fuels (SAFs with fossil). EgyptAir’s recent delivery flight of their 5th Rolls-Royce Trent 1000TEN powered Boeing-787 was fuelled by Sustainable Aviation Fuel.

IATA has also set itself rather ambitious emissions reduction goals. What mix of technologies will it take to meet those commitments? There are three fundamental pillars that lead the decarbonisation of the aviation sector: Continuous development of aircraft and engine technology to improve efficiency; development of low carbon alternative fuels; development of novel aircraft and propulsion technology, including the electrification of flight. We are continuously driving fuel efficiencies in today’s products, achieving an average of 1% increase in fuel efficiency each year. This is thanks to advanced analytics from data collected from engine health monitoring which shows us how well an engine is functioning. We can then advise our customers how they can optimise fuel efficiency and whether an engine requires maintenance.

In Africa, Rolls-Royce tends to be associated more for its aviation. How big and diverse is your product portfolio on the continent? Rolls-Royce is dedicated to delivering vital power, in whatever form. We have three divisions, civil aerospace, defence and power systems. Our civil aerospace division has supported African aviation for almost 100 years. Today we serve 20 operators, powering over 60 widebody aircraft, with another 50+ aircraft on order. Rolls-Royce powered ‘flying hours’ in Africa has increased by over 50% over the last five years. Our Power Systems business provides innovative solutions ideally suited to meet Africa’s rapidly growing societal demands for energy and mobility. We provide a range of power generation solutions and capacities for any electrification requirement. From standby power generation sets for hospitals and data centres to rural hybrid micro-grid solutions and highly efficient power plants delivering electricity to towns and cities. We employ 120 people across Southern Africa, with offices in Cape Town, Johannesburg and a regional office in Zambia, as well as satellite offices strategically situated to serve our customers. Rolls-Royce’s Defence business is a market leader in aero-engines for military transport and patrol aircraft with strong positions in combat and helicopter applications. We have a significant scale in naval markets across the world and pride ourselves as the technical authority for the through-life support of nuclear power plants for submarines. Our defence division has retained solid relationships with a number of African countries for many decades, serving many forces, namely Algeria, Tunisia and South Africa. As the world evolves its energy sources to address climate change, Rolls-Royce will be providing solutions. Innovation is at the heart of our culture, and we are adapting to meet the power demands of tomorrow’s world. Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 37


Interview | Entrevue En dépit du fait que l’aviation n’est responsable que de 2% des émissions mondiales, elle est la cible des taxes environnementales de plus en plus prohibitives. Est-ce que cette situation détourne l’attention du monde du vrai problème? Il est nécessaire de révolutionner toutes les industries pour soutenir notre population croissante de plus en plus urbaine. Nous sommes entrés dans une ère où la durabilité est essentielle à la survie non seulement économique, mais aussi pour nous comme espèce. Le trafic mondial de passagers augmente de 5% en glissement annuel, l’Afrique à elle seule aura besoin de 1.000 avions de plus dans les 20 prochaines années. En tant que leader de la technologie industrielle, nos activités ont un effet profond sur la société et l’environnement, et nous sommes à l’avant-garde du développement des innovations qui permettent d’atténuer l’impact industriel. Le Conseil consultatif pour la recherche aéronautique en Europe a fixé un objectif de réduction de 75% du CO2 par passager-km d’ici 2050, et dans cette optique, nous nous sommes fixés l’objectif de réduction de 30% de la consommation spécifique de carburant, par rapport aux premiers moteurs Trent.

Au cours des deux dernières décennies, les améliorations apportées au groupe motopropulseur et, en particulier, la turbine à gaz, ont été le véritable moteur pour réaliser des gains d’efficacité et une aviation plus verte. Jusqu’où l’enveloppe peut-elle être étirée pour rendre la turbine à gaz plus légère et plus verte? Rolls-Royce a été pionnier en matière de vol depuis plus de 100 ans. En effet, nous avons construit le premier turbopropulseur, le premier moteur à réaction, le premier moteur pour avion de transport de passagers, et le moteur du premier et seul avion supersonique commercial (Concorde). Nous avons conçu sept variations de Trent, notre famille leader mondial, depuis son lancement il y a plus de deux décennies; et chacune a repoussé les limites du possible.

38 |

African-skies | february – april 2020

La turbine à gaz reste essentielle à notre avenir – le Trent XWB qui motorise Airbus A350 est le moteur d’avion le plus efficace en service jamais construit et qui volera pendant des décennies. Cette technologie éprouvée va maintenant franchir une autre étape de son évolution. Ultrafan™ sera 25% plus économe en carburant que le premier moteur Trent, avec une nouvelle architecture à réducteur et un taux de dilution trois fois plus élevé que celui du Trent 700. Les pales du ventilateur sont fabriquées à partir des matériaux composites carbone/ titane les plus récents.

La propulsion électrique a été proposée comme technologie pour le futur de l’aviation. Mais dans quelle mesure peut-elle se substituer à la turbine à gaz? La motorisation électrique impacte déjà beaucoup de systèmes de transport et devrait avoir un effet similaire sur l’aviation que lorsque les turbines à gaz ont remplacé la propulsion à pistons. Pour les vols moyen et long-courriers assurés par des gros porteurs, la turbine à gaz demeurera la principale source de poussée car seuls les combustibles

chimiques peuvent fournir la puissance requise pour ces appareils plus lourds. Cependant, l’électrification permettra la simplification de la conception interne de la turbine à gaz, permettant de nouvelles méthodes de gestion de la trainée des avions et ouvrant de nouveaux avantages au niveau de la plate-forme.

Rolls-Royce a récemment acquis l’activité propulsion électrique de Siemens. Quelles sont les limites actuelles de la propulsion électrique et dans quelle mesure peuvent-elles être surmontées dans un avenir prévisible? L’acquisition récente de l’activité propulsion aéronautique électrique et hybride-électrique de Siemens, connu sous le nom eAircraft, est une occasion fantastique et a renforcé nos capacités. Nous travaillons sur plusieurs programmes de propulsion électrique, par exemple: notre projet E-Fan-X assurera la démonstration d’un vol hybride-électrique en remplaçant un moteur d’un jet de 100 places par un moteur hybride-électrique d’une puissance de deux mégawatts, doté d’un générateur à turbine à gaz de 2,5 mégawatts et d’un système de batteries. Ce sera le générateur volant le plus puissant du monde.


Interview | Entrevue

Un autre exemple est le projet ACCEL qui, nous espérons, battra tous les records pour devenir l’avion 100% électrique le plus rapide pouvant atteindre une vitesse de plus de 300 mph. Cela nécessitera la batterie la plus puissante jamais construite pour le vol, assez puissante pour battre les records de vitesse et de performance, assez légère pour voler, et assez stable pour éviter la surchauffe. Nous estimons que le poids limitera les vols entièrement électriques aux petits avions sur de courtes distances. Quant aux gros porteurs transportant des charges plus élevées sur de plus grandes distances, ils continueront d’être propulsés par la technologie de turbine à gaz pour un avenir prévisible avec un degré croissant d’hybridation au fil du temps.

Outre les véhicules aériens sans pilote, quelles sont les applications à grande échelle dans l’aviation commerciale que la propulsion électrique peut motoriser à court terme? Bientôt, nous verrons des aéronefs électriques à décollage et atterrissage vertical de type EVTOL faisant preuve de la même polyvalence que les hélicoptères. Un grand nombre des premiers concepts utilisent uniquement la puissance des batteries et nécessitent une vaste infrastructure de recharge. Mais, au fur et à mesure que la technologie des batteries s’améliore, ces appareils voleront sur de plus grandes distances et à des vitesses plus élevées. La taille du marché prévue pour ces premières versions est estimée à 1 milliard de livres sterling par an. L’appareil EVTOL de Rolls-Royce repose sur l’hybridation de notre moteur M250, capable de transporter 4 à 5 personnes à une vitesse de 250 mph sur une distance de plus de 500 miles.

L’industrie fait également pression en faveur du développement de carburants durables pour l’aviation. Du point de vue d’un motoriste, quels sont les obstacles qui doivent être surmontés avant que ces carburants ne puissent être considérés comme une alternative viable aux combustibles fossiles?

Rolls-Royce est déterminé à faire ce qu’il peut pour soutenir et accélérer la disponibilité des carburants durables pour l’aviation (SAF), y compris les processus de développement et de certification. Nos moteurs peuvent fonctionner à tout carburant de remplacement ayant les mêmes caractéristiques que le kérosène. Plusieurs compagnies aériennes clientes de Rolls-Royce utilisent déjà des carburants mélangés (SAF avec combustibles fossiles). Le récent vol de livraison du 5ème Boeing 787 équipé de moteurs Rolls-Royce Trent 1000TEN d’EgyptAir fut assuré à l’aide de carburant durable.

L’IATA s’est également fixée des objectifs plutôt ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Quelle combinaison de technologies faudra-t-il pour tenir ces engagements? La décarbonisation du secteur aéronautique repose sur trois piliers fondamentaux, à savoir: Le développement continu des technologies d’avions et de moteurs pour améliorer l’efficacité; la mise au point des carburants de substitution à faible teneur en carbone; la construction de nouveaux avions dotés de nouvelles technologies de propulsion, y compris l’électrification de vol. Nous renforçons continuellement l’efficacité de nos produits actuels, avec comme résultat une augmentation moyenne de l’efficacité énergétique de 1% chaque année. Ces progrès sont possibles grâce à des analyses avancées de données collectées via le système de suivi de la santé du moteur qui nous montrent l’état de fonctionnement d’un moteur. Nous pouvons alors donner des conseils à nos clients sur l’optimisation de l’efficacité énergétique et si un moteur nécessite l’entretien.

En Afrique, Rolls-Royce est surtout connu pour ses produits aéronautiques. Quelle est la taille et la diversité de votre gamme de produits sur le continent? Rolls-Royce est spécialisé dans la fourniture de l’énergie vitale, quel qu’en soit la forme. Nous avons trois divisions: l’aéronautique civile, la défense et les systèmes d’énergie électrique.

Notre division de l’aéronautique civile accompagne l’aviation africaine depuis près de 100 ans. Aujourd’hui, nous servons 20 opérateurs, motorisant plus de 60 gros porteurs, avec 50 appareils additionnels commandés. Le nombre d’«heures de vol» effectuées par des moteurs Rolls-Royce en Afrique a augmenté de plus de 50% au cours des cinq dernières années. Notre activité Systèmes d’énergie électrique offre des solutions innovantes, adaptées aux exigences sociétales croissantes de l’Afrique en matière d’énergie et de mobilité. Nous offrons une gamme de solutions et de capacités de production d’énergie électrique pour toute exigence d’électrification. Des groupes électrogènes pour hôpitaux et centres de données aux solutions de micro-réseaux hybrides ruraux en passant par des centrales électriques hautement efficaces fournissant de l’électricité aux petites et grandes villes. Nous employons 120 personnes en Afrique australe, avec des bureaux au Cap et à Johannesburg, ainsi qu’un bureau régional en Zambie, et des bureaux satellites situés stratégiquement pour servir nos clients. L’activité Défense de Rolls-Royce est un leader du marché en matière de moteurs aéronautiques pour avions militaires de transport et de patrouille notamment dans les applications de combat et d’hélicoptères. Nous avons une importante présence sur les marchés navals à travers le monde et nous sommes fiers en tant qu’autorité technique en matière de support à vie des groupes motopropulseurs nucléaires des sous-marins. Notre division Défense entretient d’excellentes relations avec un certain nombre de pays africains depuis plusieurs décennies, au service de nombreuses forces armées, à savoir: l’Algérie, la Tunisie et l’Afrique du Sud. Rolls-Royce accompagnera la transformation des sources d’énergie du monde pour combattre le changement climatique, en fournissant des solutions adaptées. L’innovation est au cœur de notre culture, et nous nous adaptons pour répondre aux exigences énergétiques du monde de demain. Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 39


Feature | Article de fond

Self-leadership in Aviation Self-leadership dans l’aviation

A New Innovation Management Agenda | Un nouveau programme de gestion de l’innovation oday aviation needs more T than ever innovation in management of change. Hyperconnectivity and constant change impact the way we work and do business. They impact the role of management. As managers, we are constantly confronted with paradoxes. Innovation has become crucial for companies. This is in part due to the unprecedented speed at which knowledge is now created and circulated. Information and even knowledge are at our disposal wherever we are, whatever the time of day. This modern quest for innovation tends to surpass the focus on quality. Whilst companies still push for both innovation and quality, the focus on innovation has recently gained the upper hand. For example, many companies willingly release innovative new products even though they know they will have to recall thousands due to defects. It has become more important to be first to market with an innovative product and then gradually improve it with the help of customers, rather than waiting to produce the perfect product before introducing it to the market. But in reality, quality is still crucial for the reputation of the airline company. And the failure cost can be dramatic. The Boeing 737 Max is a recent example of such ‘myopia in innovation management’. The two fatal Boeing 737 Max crashes reveal how top management focused on “Speed to market instead of quality, cost-control instead of innovation, and efficiency instead of transparency” (Campbell, 2019). The new Boeing airline is not cleared to fly after 7 months of being grounded. This grounding will

40 |

cost billions to airline customers and suppliers and Boeing has already lost over $25 billion in market cap. The 30 billions of Boeing 737 Max orders might also be jeopardised. Some crush investigation articles highlight how this story is ‘less about what did happen and more about what didn’t. Nobody did anything wrong, in a strictly technical sense’. Yet, the innovation process was not well managed. Even the certification process has been rushed, and the Federal Aviation Administration (FAA) managers delegated back to manufacturers (Boeing in this case) many document reviews in order to meet certification and production ‘deadlines’.

This is the first paradox for every manager – ensuring quality and at the same time innovating through trial and error. Another major consequence of hyperconnectivity is that companies are increasingly looking to network, use collective intelligence, and develop communities of practice around their talents. As a result that, the vision of a team has become about a network of collective talents and intelligence, a community organised around people rather than processes. In the past, an airline company would structure itself based on the chain of actions it constructed in order to achieve a certain outcome. This chain determined the goal, workflow, and composition of teams. Organisations were typically broken down into distinct processes and allocated actions to complete. These processes were largely

African-skies | february – april 2020

independent of each other, rarely sharing roles or resources amongst each other. However, the volatility and speed of the modern working world have changed the rules of the game. Whilst processes are still important for completing objectives, they have been historically rigid and slow to adapt. In order to make the best of the available but dispersed resources of an organisation, professionals today must take the initiative to solve problems on an ad-hoc basis. This means utilising individuals based on their possible contribution to the problem at hand rather than handing the tasks over to whole departments or units. Breaking down the boundaries between departments and units creates agility and effectiveness in problem-solving. A leader should strive towards creating time and space for collaboration between


Feature | Article de fond

people in the organisation. Modern structures are more fluid, adaptable, and organic. But how could we run aviation without efficient processes? The logistical requirements are too high to only focus on individual initiatives. This is the second paradox – the simultaneous need for organizing the company and calling upon people and teams to take initiative. If we get back to the Boeing 737 Max case study, we can see how crisis management required collective thinking and collective action. The two crashes have deeply affected people (Boeing board, management and employees) and new strategy plan has been put in place in order to promote

1

a new culture. This plan focuses on management rather than on technology. Actions include: Creating a permanent safety committee, a new product and safety organisation and culture, a realignment of functions and people reporting, new capabilities and talent investment through training and education.

These paradoxes impact a huge change in management. Managers need to become resilient and agile. Resilience is the ability to successfully cope with significant change, be it positive or negative, and rebound. Considering that changes come from the environment, and that they perturb our equilibrium, resilience allows us to find a new equilibrium through social skills, good coping skills, and supportive relationships. Agility is a more proactive concept. It is the capability of a person or an organisation to rapidly change by seizing opportunities arising from changes in the market. It requires anticipation, collaboration, innovation, an acceptance of complexity and an appetite for change. We all adapt to our environment in our own unique way. Our personality develops through the challenges we encounter, but we always refer back to some behaviours or patterns that we‘ve developed throughout our life. When we behave we tend to think that we react to our environment, but if you and I were to face the same situation, we will probably answer in different ways. We have preferred behaviours to understand, to feel, to know that helps us to first focus on our added value – what are the best situations, the best challenges that we can face where we bring the most to our environment. It’s also to choose the best environments

for ourselves, and at the end it is also to be able to interact together. If I know how you behave and if you know how I behave. If I know how I behave, then we probably better collaborate, solve conflicts and create synergies. These behaviours and interactions impact our energy and our efficiency at work. Facing changes with resilience and agility is not a matter of willpower or the denial of our emotions when faced with challenges. Today, we know that overly controlled emotions can lead to psychosomatic damage. It also prevents us from listening to our environment. To effectively face change, we need to get in touch with our emotional intelligence. The psychologist Susan Davis says that we can only be agile through “emotional agility”. This means “being flexible with our thoughts and feelings so that we can respond optimally to everyday situations.”

What does it mean for the whole organisation? One can’t only praise for change and flexibility. Confronted to paradoxes, people – and managers – tend to come back to automatic and protective answers to their environment. This provides neither resilience nor agility. Managers have to become aware on how to add value and how they can lead people through changes. In this perspective, Self-leadership1 is a catalyst of change from inside. It starts with people, diffuses to organisations. Being aware of their own added value is the first key issue for managers. We all have tasks which do not suit us well. Yet, if too much of our time is dedicated to missions, which take energy away from us, then we are unable to show any emotional intelligence, to perform and fulfill ourselves. It is necessary for the managers to increase their focus on the tasks that are in their flow, which means for which they are skilled and where they feel a positive challenge.

Authors | Auteur: Soumaya Ben Letaifa & Jean-Yves Mercier – Innova Conseil

Jean Yves Mercier and Emmanuel Josserand pioneered this programme in 2008 in HEC Geneva: https://self-leadership-lab.org

Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 41


Feature | Article de fond

But can we always do what we like and what we feel competent at? No. In reality, we do not experience a flow state all the time. We can grow in two ways. The first one is to gain skills in missions that we like but which we do not master, or to find more challenging environments and projects for tasks we master but which we no longer enjoy. The second is to minimise the time we spend on some of our tasks. It is about making trade-offs. It is about accepting that we cannot do everything. It is about strategically deciding what we want to focus our added value on. And consequently consciously work with others so that the team covers the whole set of required activities. This is collective intelligence. This is Selfleadership.

Creating synergies of energies. Today’s complexity demands that each actor of a company plays his role with all his personality. This is at least the case for businesses and markets where knowledge is the key resource. One can force an individual to follow a production process but not to innovate nor to find solutions to recurrent new situations. The Airline ecosystem requires such shift in management. As of 1 October 2019, more than 2,000 managers and leaders from Geneva, Paris, Sydney, Beijing, Casablanca, Dakar and Tunis have benefited from Self-leadership journey. Programmes integrating projects of collective intelligence, innovation, governance overhaul and Self-leadership have been developed to benefit many companies. Self-leadership is a strategy execution accelerator. It reduces the gap between strategy and execution by developing at the same time the individual and collective potentials. As Peter Drucker says: “Culture eats strategy for breakfast, if your strategy does not fit with culture, culture always wins”. In airline ecosystem, cultural change (new customer

42 |

African-skies | february – april 2020

journey, digitalization, cost control, innovation, new culture, etc.) needs social embeddness and people appropriation; Self-leadership provides space and time for management to gather, collaborate, take their place, their rightful place and co-create. Indeed, Self-leadership programmes allow synergy of energies. Finally, in a complex world with no predetermined answers, value no longer consists in implementing models but in knowing and understanding them. To know yourself, which will help you to create the right answers to the various situations you’re going to encounter. Today, Self-leadership programme (https://self-leadership-lab.org/ en/) is a personalised programme that can be offered online, or at the airline company premises or in Geneva as an MBA programme at the University of Geneva. This programme is directed in Africa by Innova Conseil Group, an exclusive certified partner (www.innovaconseil.com). We take the party to place you in front of your responsibilities. We give you the means to find your paths of action. Our experience shows us that it is by clarifying your specific value with regards to your environment that you will take the initiative to achieve, for your own benefit as well as for the benefit of your environment.

A

ujourd’hui, plus que jamais, l’aviation a besoin d’innovation. L’hyperconnectivité et le changement constant impactent la façon dont nous travaillons et faisons le business. Ils ont une incidence sur le rôle du management. En tant que managers, nous sommes en effet constamment confrontés à des paradoxes. L’innovation est devenue essentielle pour les entreprises. Cet impératif est en partie dû à la vitesse sans précédent à laquelle les connaissances sont générées et circulent. L’information et la

connaissance même sont à notre disposition où que nous soyons, quel que soit le moment de la journée. Cette quête moderne de l’innovation a tendance à dépasser l’importance qu’on accorde à la qualité. Alors que les entreprises prônent toujours l’innovation et la qualité, l’innovation a récemment pris le dessus en termes de priorité. Par exemple, beaucoup d’entreprises mettent volontiers de nouveaux produits innovants sur le marché, même si elles savent qu’elles devront en rappeler des milliers en raison de défauts. Il s’est avéré plus important d’être le premier à commercialiser un produit innovant, et de l’améliorer progressivement avec l’aide des clients ensuite, plutôt que d’attendre de mettre au point un produit parfait avant de l’introduire sur le marché. En réalité, cependant, la qualité demeure un facteur crucial pour la réputation d’une compagnie aérienne. Et le coût de l’échec peut être dramatique. Le Boeing 737 Max est un exemple récent de cette «myopie dans la gestion de l’innovation». Les deux accidents mortels du Boeing 737 Max révèlent comment la direction de l’entreprise a privilégié «la vitesse de commercialisation au détriment de la qualité, la maitrise des charges au détriment de l’innovation et l’efficacité au détriment de la transparence» (Campbell, 2019). Le nouvel avion de Boeing n’est toujours pas autorisé à voler après 7 mois au sol. Cette immobilisation au sol coûtera des milliards de dollars aux compagnies aériennes clientes et aux fournisseurs, et Boeing lui-même a déjà perdu plus de 25 milliards de dollars en capitalisation boursière. Les commandes évaluées à 30 milliards de dollars du 737 Max pourraient également être compromises. Certains articles d’enquête sur ces crashs soulignent le fait que cette histoire porte «moins sur ce qui est arrivé et plus sur ce qui ne s’est pas produit. Personne n’a rien fait de mal, dans un sens strictement technique». Toutefois, le processus d’innovation n’a pas été bien géré.


Feature | Article de fond

Même le processus de certification a été précipité, et les responsables de la Federal Aviation Administration (FAA) ont délégué aux constructeurs (Boeing dans ce cas) l’examen de plusieurs documents dans le souci de respecter les «délais» de certification et de production.

C’est le premier paradoxe pour chaque manager, à savoir: garantir la qualité et en même temps innover rapidement, par essais et erreurs. Une autre conséquence majeure de l’ hyperconnectivité est que les entreprises cherchent de plus en plus à utiliser l’intelligence collective, et à développer des communautés de pratiques autour de leurs talents. Par conséquent, la vision d’une équipe est désormais une question de réseau de talents et de contributeurs collectifs, une communauté organisée autour des personnes plutôt que des processus. Par le passé, une compagnie aérienne devait se structurer en fonction d’une chaîne d’actions qu’elle avait construite pour obtenir un certain résultat. Cette chaîne déterminait l’objectif, le flux de travail, et la composition des équipes. Les organisations étaient généralement divisées en processus distincts et actions attribuées à accomplir. Ces processus étaient largement indépendants les uns des autres, partageant rarement des rôles ou des ressources entre eux. Cependant, la volatilité et la vitesse du monde de travail moderne ont changé les règles du jeu. Bien que les processus soient encore importants pour l’atteinte des objectifs, ils ont été historiquement rigides et lents à s’adapter. Pour tirer le meilleur parti des ressources disponibles mais dispersées d’une organisation, les professionnels d’aujourd’hui doivent prendre l’initiative de résoudre les problèmes sur une base ad hoc. Autrement dit, utiliser des individus en fonction de leur contribution possible à la résolution du problème en question, plutôt que de confier

les tâches à des départements ou cellules entiers. Faire tomber les limites entre départements et cellules crée de l’agilité et de l’efficacité dans la résolution des problèmes. Un leader doit s’atteler à créer du temps et de l’espace en vue de la collaboration entre les personnels au sein de l’organisation. Les structures modernes sont plus fluides, adaptables et organiques. Mais comment pourrions-nous gérer l’aviation sans processus efficaces? Les exigences logistiques sont trop importantes pour se concentrer uniquement sur des initiatives individuelles. Le deuxième paradoxe est donc la nécessité simultanée d’organiser l’entreprise et d’appeler les individus et les équipes à prendre des initiatives. Si nous revenons à l’étude de cas du Boeing 737 Max , nous pouvons voir comment la gestion de la crise exigeait une réflexion et une action collectives. Les deux accidents ont profondément affecté les gens (conseil d’administration, direction et employés de Boeing) et un nouveau plan stratégique a été mis en place afin de promouvoir une nouvelle culture d’entreprise. Ce plan met l’accent sur la gestion plutôt que sur la technologie. Les mesures qui ont été prises sont notamment la création d’un comité permanent de sécurité, un nouveau produit et une organisation et culture de sécurité, un réalignement des fonctions et l’organigramme, de nouvelles capacités et l’investissement dans les talents au travers de la formation et de l’éducation.

Ces paradoxes provoquent un énorme changement au niveau de la gestion. Les managers doivent devenir résilients et agiles. La résilience est la capacité à faire face avec succès à des changements importants, qu’ils soient positifs ou négatifs, et se redresser. Etant donné que les changements proviennent de l’environnement, et qu’ils perturbent notre équilibre, la résilience nous

permet de trouver un nouvel équilibre grâce à des compétences sociales, de bonnes capacités d’adaptation, et des relations de soutien. L’agilité est un concept plus proactif. C’est la capacité d’une personne ou d’une organisation à changer rapidement en saisissant les opportunités découlant de l’évolution du marché. Elle exige l’anticipation, la collaboration, l’innovation, l’acceptation de la complexité et de l’appétit pour le changement. Nous nous adaptons tous à notre environnement, à notre manière, unique. Notre personnalité se développe à travers les défis que nous rencontrons, mais nous nous référons toujours à certains comportements ou modèles que nous avons développés tout au long de notre vie. Lorsque nous nous comportons bien, nous avons tendance à penser que nous réagissons simplement à notre environnement. Mais si vous et moi faisons face à la même situation, nous allons probablement répondre d’une manière différente. Nous avons des comportements préférés. Comprendre, sentir, savoir cela nous aide à nous concentrer d’abord sur notre valeur ajoutée - les meilleures situations, les meilleurs défis que nous pouvons affronter qui nous permettent d’apporter le plus à notre environnement. Il s’agit également de choisir les meilleurs environnements pour nous-mêmes, et in fine il s’agit également de pouvoir interagir ensemble. Si je sais comment vous vous comportez et si vous savez comment je me comporte. Si je sais comment je me comporte, alors probablement nous pouvons mieux collaborer, mieux résoudre les conflits et créer des synergies. Ces comportements et interactions influent sur notre énergie et notre efficacité au travail. Faire face aux changements avec résilience et agilité n’est pas une question de volonté ou de négation de nos émotions face aux défis. Aujourd’hui, nous savons que les émotions trop contrôlées Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 43


Feature | Article de fond

peuvent entraîner des dommages psychosomatiques. Cela nous empêche également d’être à l’écoute de notre environnement. Pour affronter le changement de manière efficace, nous devons entrer en contact avec notre intelligence émotionnelle. La psychologue Susan Davis dit que nous ne pouvons être agile que grâce à «l’agilité émotionnelle». Cela signifie «être flexible avec nos pensées et nos sentiments afin que nous puissions répondre au mieux aux situations de tous les jours.»

Qu’est-ce que cela signifie pour l’ensemble de l’organisation? On ne peut pas seulement prêcher le changement et la flexibilité. Confrontés à des paradoxes, les collaborateurs – et les managers – ont tendance à revenir à des réponses automatiques et protectrices face à leur environnement. Cela n’offre ni résilience ni agilité. Les managers doivent prendre conscience de la façon d’ajouter de la valeur et d’accompagner le personnel dans le changement. Dans cette optique, Self-leadership1 est un catalyseur du changement de l’intérieur. Il commence par les personnes, et s’élargit aux organisations. Prendre conscience de leur propre valeur ajoutée est l’objectif principal de la démarche pour les managers. Nous avons tous des tâches qui ne nous conviennent pas bien. Cependant, si une très grande partie de notre temps est consacrée aux missions, qui nous prennent de l’énergie, alors nous ne pouvons pas faire preuve d’intelligence émotionnelle, pour accomplir notre travail et nous épanouir. Il est nécessaire que les managers mettent davantage l’accent sur des tâches qui leur conviennent, c’est-àdire pour lesquelles ils sont qualifiés et pour lesquelles ils éprouvent un challenge positif. Mais pouvons-nous faire toujours des tâches que nous aimons et

pour lesquelles nous nous sentons compétents? Non. En réalité, nous ne sommes pas dans un état de «flow» tout le temps. Nous pouvons croitre de deux manières. La première est d’acquérir des compétences dans les missions que nous aimons, mais que nous ne maîtrisons pas, ou de trouver des environnements et des projets plus difficiles pour des tâches que nous maîtrisons, mais que nous n’aimons plus. La seconde est de réduire le temps que nous passons sur certaines de nos tâches. Il s’agit de faire des compromis. Il est question d’accepter que nous ne puissions pas tout faire. Il s’agit de décider stratégiquement ce sur quoi nous voulons concentrer notre valeur ajoutée. Et par conséquent travailler consciemment avec les autres, afin que l’équipe couvre l’ensemble des activités nécessaires. C’est de l’intelligence collective. C’est du Self-leadership.

Créer des synergies d’énergies. La complexité actuelle exige que chaque acteur d’une entreprise joue son rôle avec toute sa personnalité. C’est du moins le cas pour les entreprises et les marchés où la connaissance est la ressource essentielle. On peut forcer une personne à suivre un processus de production, mais on ne peut la forcer ni à innover, ni à trouver des solutions à des situations nouvelles récurrentes. L’écosystème des compagnies aériennes exige ce changement de gestion. Au 1er octobre 2019, plus de 2.000 managers et dirigeants de Genève, Paris, Sydney, Pékin, Casablanca, Dakar et Tunis ont bénéficié du cursus Self-leadership. Des programmes qui intègrent des projets d’intelligence collective, d’innovation, de révision de la gouvernance et de Self-leadership ont été développés pour profiter à de nombreuses entreprises. Self-leadership est un accélérateur d’exécution de la stratégie. Il réduit l’écart entre la stratégie et l’exécution en développant en même temps

les potentiels individuels et collectifs. Selon Peter Drucker: «La culture d’entreprise mange la stratégie au petit déjeuner; si votre stratégie ne correspond pas à la culture, la culture gagne toujours». Dans l’écosystème des compagnies aériennes, le changement de culture d’entreprise (nouveau parcours client, digitalisation, maitrise des coûts, innovation, nouvelle culture, etc.) nécessite un encrage social et une appropriation du personnel; Self-leadership offre un espace et le temps aux cadres de se rassembler, de collaborer, de prendre leur place, toute leur place et de cocréer. En effet, les programmes Selfleadership permettent de créer une synergie des énergies. Enfin, dans un monde complexe sans réponses prédéterminées, la valeur ne consiste plus à mettre en œuvre des modèles, mais à les connaître et à les comprendre. Vous connaître vousmême vous aidera à créer les bonnes réponses aux différentes situations que vous allez rencontrer. Aujourd’hui, le programme Self-leadership (https://self-leadershiplab.org) est un module personnalisé qui peut être offert en ligne, ou dans les locaux d’une compagnie aérienne ou à Genève comme programme MBA de l’Université de Genève. En Afrique, ce programme est géré par le groupe Innova Conseil, un partenaire exclusif certifié (www.innovaconseil.com). Nous prenons le pari de vous placer devant vos responsabilités. Nous vous donnons les moyens de trouver vos pistes d’action. Notre expérience nous montre que c’est en clarifiant votre valeur spécifique par rapport à votre environnement que vous prendrez l’initiative, dans votre propre intérêt et dans l’intérêt de votre environnement.

Références D. Campbell (2019), “The Many Human Errors That Brought Down the Boeing 737 MAX”, https://www. theverge.com/2019/5/2/18518176/ boeing-737-max-crash-problemshuman-error-mcas-faa

Jean Yves Mercier et Emmanuel Josserand ont fait œuvre de pionniers de ce programme en 2008 à HEC Genève: https://self-leadership-lab.org

1

44 |

African-skies | february – april 2020


QU’IL EST MERVEILLEUX D’ÊTRE EN PLEINE NATURE, A L’INTERIEUR. Faire une randonnée dans une forêt, en talons Puis, faire une pause de cinq minutes dans un jardin de cinq étages. Et dîner avec une vue qui s'élève au-dessusdes arbres Près de la plus haute chute d'eau d'intérieur au monde. Impossible? Juste merveilleusement réel. Au Jewel Changi Airport. Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 45


Safety | Sécurité

Safety

| Sécurité

Championing Regional Safety Coordination for Better skies in Africa Promouvoir la coordination régionale de la sécurité pour de meilleurs cieux africains

I

ntroduction

African Airlines Association (AFRAA) membership represents more than 85% of the African traffic. The Association recently adopted a new vision: “A sustainable, interconnected, and affordable Air Transport industry in Africa where African Airlines become key players and drivers to African economic development.” Safety remains the priority of the Association among its strategic objectives. Hence, AFRAA is championing the regional safety coordination for better skies in Africa.

Air transport in Africa

Africa’s population accounts for 16% of the world population yet, Africa’s share of global trade is only 2%; its landmass could accommodate the USA, India, China, Mexico, Argentina, and even more States as displayed in the map. While these States score more than 50% of the world air traffic, Africa achieves only 2.2% of the global traffic. Air Transport is the convenient means to handle the modest air traffic on very long distances across Africa massive Continent. The Single African Air Transport Market (SAATM) and the African Continent Free Trade Agreement (AfCFTA) jointly provide formidable opportunities to develop aviation, enable regional integration, and ease African economies’ participation in the global marketplace. Each of both initiatives influences the development of the other in a virtuous cycle positively.

46 |

Implementation of SAATM will enhance intra-African connectivity thus further support the growth of trade within the African continent. Coordinated efforts towards the implementation of both SAATM and AfCFTA could boost air traffic growth well above the forecasted 5% annual rate.

Aviation safety results in Africa

However, Africa’s safety results constituted impediments to high potential high traffic growth rates for the past several decades. Fortunately, the regional and international aviation community acknowledged the unacceptable safety performances and worked relentlessly to develop suitable safety initiatives. Subsequently, African ministers in charge of Aviation adopted Abuja Aviation Safety Targets in 2012. Since then, the joint endeavours of the stakeholders are yielding encouraging safety results. During three consecutive years (2016, 2017, and 2018), no hull loss of a jet aircraft occurred in a commercial flight in the Region.

African-skies | february – april 2020

AFRAA regional safety approach To address public perception about the safety of African operators, aviation stakeholders need to continue coordinated efforts to safeguard the commendable performance achieved from 2016 to 2018. Therefore, AFRAA articulates its safety strategy on five pillars towards the strengthening of safety in flight operations in Africa.

Cooperative approach in safety improvement in Africa – Abuja safety targets AFRAA urges States to ensure the implementation of all the Abuja Aviation Safety Targets. States should take advantage of the regional cooperative approach to attain the targeted rate of 60% of effective implementation through the AFCAC AFI Cooperative Inspectors Scheme (AFI CIS) or the delegation of safety oversight functions to empowered RSOOs. AFRAA keeps abreast of all aspects of Africa’s safety improvement through its participation in Regional Aviation Safety Group (RASG-AFI) activities


Safety | Sécurité

and other regional safety initiatives. In the framework of its Technical, Operations, and Training Committee, AFRAA collects operators’ challenges and voices the same at the regional meetings.

Operational compliance of African carriers with international standards

AFRAA requires successful IOSA or ISSA audits for its membership. Therefore, AFRAA assists African airlines for the relevant audit preparedness. As the number of African airlines on the IOSA Registry increases, the number of AFRAA members rises potentially. It is an AFRAA policy to extend membership to African airlines operating small aircraft not eligible for IOSA. AFRAA nurtures and prepares such operators to achieve ISSA and join the Association as associate members. In the spirit to enhance further safety in the operations of African air carriers, AFRAA is committed to promoting IOSA, ISSA, ISAGO, and IGOM. Beyond IATA initiatives, AFRAA encourages airports, air navigation service providers, and States to improve their respective compliance with international standards through relevant assessments.

Data-driven safety management

AFRAA believes that the Association and its members need to embrace the industry trend related to the “big data and artificial intelligence.” AFRAA has established a data department in the Secretariat to facilitate air transport analyses, including safety. To introduce the datadriven decision-making process in the industry, AFRAA plans and conducts courses on Quality

Management System (QMS) and Safety Management System (SMS) every year. It is AFRAA’s view that the consistent practice of SMS will enhance operational safety performance in Africa.

Infrastructure safety Africa and Indian Ocean (AFI) Air Traffic Service (ATS) Incident Analysis Group (AIAG) is a multistakeholder collaboration aimed at identifying and addressing the causal factors for aviation safety occurrences resulting in the loss of separation in the AFI Region. AIAG data were instrumental in the implementation of Reduced Vertical Separation Minimum (RVSM) in Africa. Air navigation incident reporting and analysis at the regional level continue to contribute to the upgrading of ANS infrastructure safety in Africa. AFRAA urges its members to report ATS incidents in the FIRs where they occur and send copies of these reports to the IATA Regional Office to populate the regional ATS incident database. AFRAA Secretariat is engaged in the multi-stakeholder collaboration annual activities to participate in the continuous improvement of infrastructure safety in Africa. In the framework of its Technical, Operations, and Training Committee, AFRAA collects ground operation safety challenges with the view to conveying the same to the airports. The Secretariat urges member airlines to participate in Runway Safety Teams at various airports, as runway related accidents are prominent in Africa.

Fleet modernisation The African Development Bank has issued the “Framework and Guidelines to Support the Aviation Sector.” The document defines how the Bank can effectively

contribute to the harmonized and coordinated development of the aviation sector across Africa, leveraging its expertise, experience, and resources. The interest of the Bank in the aviation sector, providing an additional funding option, could influence positively financial access cost to modern aircraft through direct acquisition or leasing. Backed to the Cape Town Convention, African airlines could access modern fleet through the exploration of the AfDB leverage, the existing Export Credit Agencies (ECA), and aircraft lessors. AFRAA urges member airlines to engage in fleet modernisation in efforts towards the improvement of public perception of their image.

Conclusion

Air transport stimulates regional integration, and it remains instrumental in supporting trade and tourism development in Africa. Negative safety perception could slowdown air transport contributions to the economic development of the Region. Safety is improving continuously since 2012 towards the Abuja Aviation Safety Targets. AFRAA believes that African aviation will perform better safety performance even faster; it simply requires that aviation stakeholders continue coordinated efforts along five pillars: i. Cooperative Approach in Safety Improvement in Africa – Abuja Safety Targets; ii. Operational Compliance of African carriers with International standards; iii. Data-driven Safety Management; iv. Infrastructure Safety and; v. Fleet Modernisation.

Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 47


Safety | Sécurité

I

ntroduction

Les compagnies aériennes africaines membres de l’AFRAA représentent plus de 85% du trafic africain. L’Association a récemment adopté une nouvelle vision: «Une industrie du transport aérien viable, interconnectée et accessible aux africains, dans laquelle les compagnies aériennes africaines deviennent des actrices et moteurs du développement économique du continent.» La sécurité demeure la priorité de l’Association parmi ses objectifs stratégiques. C’est pour cette raison que l’AFRAA promeut la coordination régionale de la sécurité pour de meilleurs cieux africains.

Le transport aérien africain La population africaine représente 16% de la population mondiale, pourtant la part de l’Afrique dans le commerce mondial n’est que de 2%; sa masse terrestre pourrait contenir les Etats-Unis, l’Inde, la Chine, le Mexique, l’Argentine, et beaucoup d’autres pays comme indiqué sur la carte. Bien que ces États représentent plus de 50% du trafic aérien mondial, l’Afrique ne pèse que 2,2% de ce trafic. Le transport aérien est le moyen le plus pratique de gérer le trafic aérien modeste sur de très longues distances à travers le vaste continent africain. Le Marché unique du transport aérien en Afrique (MUTAA) et la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) fournissent ensemble d’énormes possibilités de développer l’aviation, permettre l’intégration régionale, et faciliter la participation des économies africaines au marché mondial. Chacune de ces deux initiatives influe positivement sur le développement de l’autre dans un cercle vertueux. La mise en œuvre du MUTAA renforcera la connectivité intraafricaine et stimulera ainsi davantage la croissance des

48 |

échanges commerciaux au sein du continent africain. Des efforts concertés en vue de la mise en œuvre du MUTAA et de la ZLECA pourraient stimuler la croissance du trafic aérien bien au-delà du taux annuel prévu de 5%.

Approche coopérative pour améliorer la sécurité en Afrique – les objectifs de sécurité d’Abuja

Résultats en matière de sécurité de l’aviation en l’Afrique Neanmoins, les résultats en matière de sécurité de l’aviation en Afrique ont freiné la croissance rapide potentielle du trafic depuis plusieurs décennies. Heureusement, la communauté régionale et internationale de l’aviation a reconnu le fait que les performances du continent en matière de sécurité étaient inacceptables et a travaillé sans relâche pour développer des initiatives sécuritaires appropriées. Par la suite, les ministres africains chargés de l’aviation ont adopté les objectifs de sécurité d’Abuja en 2012. Depuis lors, les efforts communs des parties prenantes portent déjà des fruits encourageants. Pendant trois années consécutives (2016, 2017 et 2018), aucune perte de coque d’avion à réaction n’a été enregistrée sur un vol commercial dans la région.

L’approche régionale de l’AFRAA en matière de sécurité Pour résoudre le problème lié à la perception par le public de la sécurité des opérateurs africains, les acteurs de l’aviation doivent continuer à déployer des efforts concertés pour préserver les performances louables accomplies entre 2016 et 2018. Par conséquent, l’AFRAA articule sa stratégie de sécurité autour de cinq piliers en vue du renforcement de la sécurité des vols en Afrique.

African-skies | february – april 2020

L’AFRAA exhorte les États à assurer la mise en œuvre de tous les objectifs de sécurité d’Abuja. Les États devraient tirer parti de l’approche coopérative régionale pour atteindre le taux cible de 60% de mise en œuvre effective par le biais du Programme d’inspectorat coopératif (AFI CIS) ou de la délégation des fonctions de supervision de la sécurité aux ORSS autonomes. L’AFRAA se tient au courant de tous les aspects de l’amélioration de la sécurité en Afrique grâce à sa participation aux activités du Groupe régional de sécurité de l’aviation civile (RASG-AFI) et d’autres initiatives régionales en matière de sécurité. Dans le cadre de son Comité technique, des opérations et de la formation, l’AFRAA prend note des défis auxquels les opérateurs sont confrontés et les présente aux acteurs concernés lors des rencontres régionales.

La conformité opérationnelle des transporteurs africains aux normes internationales L’AFRAA exige que ses membres passent les audits IOSA ou ISSA. Pour ce faire, l’AFRAA aide les compagnies aériennes africaines à se préparer à ces audits. A mesure que le nombre de compagnies africaines certifiées IOSA augmente, le nombre de membres potentiels de l’AFRAA augmente aussi. L’AFRAA a décidé d’accueillir parmi ses membres les compagnies africaines exploitant de petits avions qui ne sont pas éligibles pour IOSA.


Safety | Sécurité

Elle les accompagne et les prépare à passer l’audit ISSA et à adhérer à l’Association en qualité de membres associés. Dans le souci de renforcer davantage la sécurité opérationnelle des transporteurs aériens africains, l’AFRAA est déterminée à promouvoir IOSA, ISSA, ISAGO et IGOM. Au-delà des initiatives de l’IATA, l’AFRAA encourage les aéroports, les prestataires de services de navigation aérienne et les États à améliorer leur niveau de conformité aux normes internationales respectives en se soumettant aux évaluations requises.

La gestion de la sécurité axée sur les données L’AFRAA estime que l’association et ses membres doivent adopter la tendance observée dans l’industrie, qui consiste à utiliser le «big data et l’intelligence artificielle». L’AFRAA a mis en place un service de données au sein du Secrétariat pour faciliter l’analyse de données du transport aérien, y compris celles relatives à la sécurité. Pour introduire le processus de prise de décision fondée sur des données dans l’industrie, l’AFRAA programme et conduit des formations sur le système de gestion de la qualité (SGQ) et le système de gestion de la sécurité (SGS) chaque année. L’AFRAA estime que la pratique constante du SGS améliorera les performances en matière de sécurité opérationnelle en Afrique.

La déclaration et l’analyse des incidents de circulation aérienne au niveau régional continuent de contribuer à l’amélioration de la sécurité des infrastructures SNA en Afrique.

loueurs d’avions. L’AFRAA exhorte ses compagnies membres à assurer le renouvellement de leurs flottes en vue d’améliorer leur image auprès du public.

L’AFRAA exhorte ses membres à signaler les incidents ATS dans les FIR où ils se produisent et envoyer des copies de ces rapports au Bureau régional de l’IATA pour alimenter la base de données des incidents régionaux ATS. Le Secrétariat de l’AFRAA est engagé dans les activités annuelles de collaboration pluripartite pour participer à l’amélioration continue de la sécurité des infrastructures en Afrique.

Conclusion

Dans le cadre de son Comité technique, des opérations et de la formation, l’AFRAA recense les problèmes de sécurité au sol en vue de les porter à la connaissance des aéroports. Le Secrétariat invite les compagnies aériennes membres à participer aux équipes de sécurité des pistes (Runway Safety Teams) à divers aéroports, car les accidents de piste sont importants en Afrique.

Modernisation de la flotte

La sécurité des infrastructures

La Banque africaine de développement a publié «Le cadre et les lignes directrices destinés à soutenir le secteur de l’aviation.» Le document définit les moyens de contribuer efficacement au développement harmonisé et coordonné du secteur de l’aviation en Afrique, en mettant à profit son expertise, son expérience et ses ressources.

Le Groupe d’analyse des incidents (AIAG) des services de la circulation aérienne pour la région Afrique et Océan Indien (AFI) est une collaboration pluripartite visant à identifier et aborder les facteurs de causalité des événements de sécurité de l’aviation entraînant la perte de la séparation dans la région AFI. Les données de l’AIAG ont joué un rôle clé dans la mise en œuvre du minimum de séparation verticale réduit (RVSM) en Afrique.

L’intérêt de la Banque pour le secteur de l’aviation, qui offre une option de financement supplémentaire, pourrait avoir une incidence positive sur le coût financier d’accès aux aéronefs modernes par acquisition directe ou location. En s’appuyant sur la Convention du Cap, les compagnies aériennes africaines pourraient moderniser leurs flottes en exploitant l’effet de levier de la BAD, des agences de crédit à l’exportation existantes et des

Le transport aérien stimule l’intégration régionale, et joue un rôle déterminant dans le développement du commerce et du tourisme en Afrique. La perception négative de la sécurité pourrait compromettre la contribution du transport aérien au développement économique de la région. La sécurité connait une amélioration constante depuis 2012 vers l’atteinte des objectifs de sécurité de l’aviation d’Abuja. L’AFRAA estime que l’aviation africaine pourra réaliser plus rapidement de meilleures performances en matière de sécurité. Il faudra tout simplement que les parties prenantes de l’aviation déploient des efforts concertés axés sur cinq pilliers: i. L’approche coopérative pour améliorer la sécurité en Afrique - les objectifs de sécurité de l’aviation d’Abuja; ii. La conformité opérationnelle des transporteurs africains aux normes internationales; iii. La gestion de la sécurité axée sur les données; iv. La sécurité des infrastructures routières, et v. La modernisation de la flotte.

Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 49


Analysis | Une analyse

COMAC ARJ21

T

he Advanced Regional Jet (‘ARJ’) ARJ21 is a twin-engine regional jet intended for the Chinese market and developed by AVIC I Commercial Aircraft Co. Ltd. (‘ACAC’), now Commercial Aircraft Corporation of China (‘COMAC’), based in Shanghai, China. With design commencing in 2002, the ARJ21 is intended to satisfy the growing demands of the Chinese aviation market with a seating capacity ranging from 70 to 105 passengers in two variants, the baseline ARJ21-700 seating 70-95 passengers and the stretched ARJ21-900 accommodating 95 to 105 passengers. The ARJ21700 is offered in two variants, a baseline model and an extended range (ER) variant with increased operating weights and a range extended by 800 nautical miles (nm). Other variants have been considered, including the ARJ21F 10-tonne freighter carrying seven LD7 containers and an ARJ21B 20-passenger VIP version to be developed in association with Fokker Services. The aircraft performance design criteria are intended to meet the diverse and demanding conditions in China, and while superficially resembling the McDonnell Douglas MD90 with which it shares manufacturing tooling, the aircraft features a new Antonovdesigned supercritical wing with winglets and General Electric CF3410A turbofan engines which also power the Embraer E190/195

50 |

aircraft families. Other components from Western manufacturers include Rockwell Collins Pro Line 21 avionics, Honeywell fly-bywire systems, Liebherr Aerospace landing gear, and Parker Aerospace flight controls. A launch order was received for 35 aircraft from Shandong Airlines (10), Shanghai Airlines (five) and Shenzhen Financial Leasing (20). GE Commercial Aviation Services (GECAS) has placed a firm order for five ARJ21-700 regional jets and 20 options. Initial deliveries were expected by the end of 2011, but significant flight test delays have occurred delaying Chinese certification with initial deliveries not occurring until 2015 and the first commercial flight following in 2016. Although Western certification has been sought and a sales and leasing presence is planned for Europe and the USA, significant orders and fleet establishment are not expected outside of China as the aircraft was already dated technologically when it entered service, especially when compared to newer competing types such as the Bombardier CRJ900, the Mitsubishi M100 SpaceJet regional aircraft, and Embraer’s E175 E2 re-winged and reengined jet.

African-skies | february – april 2020

Relatively heavy compared to competing aircraft, there is an active programme to cut drag and lighten the ARJ21-700 which is reputedly 15% heavier on a perseat basis than its competitors, and to incorporate several design improvements as the ARJ21700+ relaunching around 2021. Further development of the mooted ARJ21-900 stretched variant is not anticipated until 2021. COMAC has delivered 16 aircraft to two Chinese operators - Chengdu Airlines (13), a COMAC subsidiary, and Genghis Khan Airlines (three). At this point, COMAC reports 596 ARJ21-700 orders (believed to include firm orders, options and letters of intent) from 22 customers, the most recent being 35 ARJ21700 orders each from Air China, China Eastern Airlines and China Southern Airlines in August 2019 at a catalogue price of $38 million per aircraft, adding significant impetus to the programme, although the carriers noted large price concessions on their orders. Deliveries are to take place


Analysis | Une analyse

from 2020 through 2024. To date, there have been no orders for the proposed larger ARJ21-900 variant. Orders are dominated by Chinese operators and lessors, although Congo and Lao Airlines prove the exception. Production capacity is expected to reach 30 aircraft in 2020 following the completion of a second assembly line at Shanghai Pudong, adding to the first production base in Shanghai Dachang. Its widely reported that Ghana-based carrier Africa World Airlines may take up an order.

These factors will militate against the widespread Western orders necessary for overall global programme success and until COMAC can demonstrate reliable and economic in-service performance as well as the

COMAC forecasts a Chinese market requirement of 6,119 120 –200seat aircraft over the next 20 years, of which 950 robust global service/ support networks and availability of assetbased financing that Western airlines have come to expect.

regional jets will be of a similar size to that of the ARJ21. The current regional jet manufacturing base is largely restricted to Embraer and Bombardier, which are jointly responsible for over 86% of the regional jets operating in the world today. Further competition for the ARJ21 as a potential entrant in those markets is likely to stem from the Russian Sukhoi Superjet 100, and the Japanese Mitsubishi MRJ SpaceJet which is also offered in 70 and 90-seat variants.

Indeed, some industry observers suggest that the ARJ21 programme is merely a learning bridge for COMAC, particularly in automated production systems, to its larger COMAC C919 which will compete with the Airbus A320neo and Boeing 737 MAX aircraft, and to the CRAIC CR92, formerly known as COMAC C929, a planned long-range 250 – 320-seat widebody twin-engine aircraft family to be developed by CRAIC, a jointventure between Chinese COMAC and Russian United Aircraft Corporation (‘UAC’). With three aircraft programmes to manage, COMAC may well choose to foreshorten the ARJ21, prioritising the C919 in the medium term.

Author | Auteur: Keith Mwanalushi

Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 51


Analysis | Une analyse

L

’ Advanced Regional Jet (ARJ) ARJ21 est un biréacteur régional destiné au marché chinois et développé par AVIC I Commercial Aircraft Co. Ltd. (ACAC), aujourd’hui connu sous le nom de Commercial Aircraft Corporation of China (COMAC), basé à Shanghai, en Chine. Sa conception ayant débuté en 2002, l’ARJ21 est destiné à satisfaire les exigences croissantes du marché aéronautique chinois avec une capacité de 70 à 105 places en deux variantes, l’ARJ21-700 de base pouvant transporter 70 à 95 passagers et l’ARJ21-900 étendu pour 95 à 105 passagers. L’ARJ21-700 existe en deux variantes, un modèle de base et un modèle à rayon d’action allongé (ER) avec des poids d’exploitation accrus et un rayon d’action étendu de 800 milles nautiques (nm). D’autres variantes ont été envisagées, notamment le cargo ARJ21F de 10 tonnes transportant sept conteneurs LD7 et une version VIP ARJ21B de 20 passagers qui sera développée en association avec Fokker Services. Les critères du design de performance de cet avion sont destinés à répondre aux conditions diverses et exigeantes du marché chinois. Ayant une ressemblance superficielle au MD90 de McDonnell Douglas avec lequel il partage l’outillage de fabrication, l’avion est doté d’une nouvelle voilure supercritique avec ailettes conçue par Antonov, et des turbosoufflantes CF3410A de General Electric qui équipent également les familles d’avions Embraer E190/195. Les autres composants fournis par des fabricants occidentaux comprennent l’avionique Rockwell Collins Pro Line 21, les systèmes de vol électriques Honeywell, le train d’atterrissage Liebherr Aerospace et les commandes de vol Parker Aerospace. Une commande de lancement a été reçue pour 35 avions, de la part de Shandong Airlines (10), Shanghai Airlines (5) et Shenzhen Financial Leasing (20). GE Commercial Aviation Services (GECAS) a passé une commande ferme de cinq jets régionaux ARJ21-700 assortis de 20 options. Les premières livraisons étaient prévues pour la fin de 2011, mais des retards importants des essais en vol ont repoussé les délais de certification chinoise, les premières livraisons n’étant

52 |

African-skies | february – april 2020

pas intervenues avant 2015 et le premier vol commercial suivant en 2016. Bien que la certification occidentale ait été sollicitée et qu’une présence commerciale et de location soit prévue en Europe et aux ÉtatsUnis, on ne s’attend pas à des commandes importantes et à l’établissement d’une grande flotte en dehors de la Chine, car l’avion était déjà technologiquement dépassé au moment de son entrée en service, comparativement à des types concurrents plus récents comme le CRJ900 de Bombardier, l’avion régional M100 SpaceJet de Mitsubishi et le jet E175 E2 d’Embraer doté d’une aile modifiée et remotorisé. Relativement lourd par rapport aux avions concurrents, il existe un programme actif visant à réduire la traînée et à alléger l’ARJ21-700 qui est réputé être 15% plus lourd par siège que ses concurrents, et à incorporer plusieurs améliorations du design en vue d’une relance du ARJ21700+ vers 2021. La poursuite du développement de la variante allongée du controversé ARJ21900 n’est pas prévue avant 2021. COMAC a livré 16 avions à deux opérateurs chinois- Chengdu Airlines (13), une filiale de COMAC, et Genghis Khan Airlines (3). A ce stade, COMAC fait état de 596 commandes d’ARJ21-700 (qui comprendraient des commandes fermes, des options et des lettres d’intention) de la part de 22 clients, la plus récente étant celle de 35 exemplaires d’ARJ21-700 chacune, de la part d’Air China, de China Eastern Airlines et de China Southern Airlines en août 2019 au prix catalogue de 38 millions de dollars par appareil, ce qui donne un élan significatif au programme, même si les transporteurs ont bénéficié d’importantes concessions sur les prix de leurs commandes. Les livraisons doivent avoir lieu de 2020 à 2024. À ce jour, aucune commande n’a été reçue pour l’ARJ21-900, la variante la plus grande offerte. Les commandes sont dominées par des opérateurs et loueurs chinois,

bien que les compagnies du Congo et de Lao fassent exception. La capacité de production devrait atteindre 30 avions en 2020, suite à l’achèvement d’une deuxième chaine de production à Shanghai Pudong, qui viendra s’ajouter au premier site de production à Shanghai Dachang. Selon de nombreuses sources, le transporteur Africa World Airlines, basé au Ghana, pourrait prendre une commande. COMAC prévoit que le marché chinois aura besoin de 6.119 avions de 120 à 200 places au cours des 20 prochaines années, dont 950 jets régionaux d’une taille similaire à celle de l’ARJ21. La base actuelle de production de jets régionaux est en grande partie limitée à Embraer et Bombardier, qui sont conjointement responsables de plus de 86% des jets régionaux exploités dans le monde aujourd’hui. Une concurrence supplémentaire pour l’ARJ21 en tant qu’entrant potentiel sur ces marchés devrait provenir du Sukhoi Superjet 100 russe et du Mitsubishi MRJ SpaceJet japonais, qui est également proposé en versions de 70 et 90 places. Ces facteurs militeront contre la généralisation des commandes occidentales nécessaires au succès global du programme, jusqu’à ce que la COMAC puisse faire preuve d’une performance fiable et économique en service, ainsi que des solides réseaux mondiaux de service/appui et de la disponibilité du financement basé sur les actifs auxquels les compagnies aériennes occidentales s’attendent. En effet, certains observateurs de l’industrie suggèrent que le programme ARJ21 n’est qu’une passerelle d’apprentissage pour COMAC, notamment en matière de systèmes de production automatisés, en vue du plus gros COMAC C919 qui sera en concurrence avec les Airbus A320neo et Boeing 737 MAX, et du CRAIC CR92, précédemment connu sous le nom de COMAC C929, une famille de gros porteurs bimoteurs à long rayon d’action de 250 à 320 places qui sera développée par CRAIC, une jointventure entre la COMAC chinoise et la United Aircraft Corporation (UAC) russe. Avec trois programmes d’avions à gérer, COMAC pourrait bien choisir de raccourcir l’ARJ21, en donnant la priorité au C919 à moyen terme.


IC

IAT IO

ASS OC

AFR

S

AF

N

ION AT RICAINES

LINES A AICROMPAGNIES AERISE SOC N NN I S E E D A

AFRAA “Better skies for Africa”

Together, lets build the Africa we want Collaboration between all the stakeholders is important in ensuring the successful operation of the Market and the African Union Commission avails to work with the industry to fly higher this Agenda 2063 flagship project – The Single African Air Transport Market. DR. AMANI ABOU-ZEID, Commissioner: Infrastructure and Energy

We continue our collaborative efforts towards the successful realisation of the SAATM with the aim of achieving the far sighted vision of a Single African Air Transport market that will help spur the development of African Aviation. MR. ABDÉRAHMANE BERTHÉ, AFRAA Secretary General

Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 53


Why is the SAATM so important? Africa is not well connected in terms of air services. In many cases, the only way to get to countries within Africa is to travel for days or through other continents. This lack of connectivity is making Africa lose out immensely on socio-economic benefits and growth opportunities. The SAATM is therefore a clear path for a more prosperous and secure African future.

What does SAATM mean in practice?

1

Eliminates the need for separate bilateral air service agreements (BASAs) between individual countries.

3

2

Promotes multilateralism for air transport in Africa, as envisaged under the YD, with a view to making the entire African aviation market a single market.

Any current or future air service agreement signed between any or all of the thirtythree member States, must be YD compliant and must meet the below requirements: Free exercises of 1st, 2nd, 3rd, 4th and 5th freedom traffic to Eligible Airlines; Liberalized air tar Unrestricted frequency and capacity;

Full liberalization of cargo services; Recognition of the Powers and function of the Executing Agency – African Civil Aviation Commission; Adhere to the uniform rules for fair competition, consumer protection and other regulations.

Africa needs to move from the current situation of low choice, high fares and step into a new age of a ordable and accessible air transport.


Essential pillars for a successful SAATM The effective operationalization of the Single Africa Air Transport Market (SAATM) through notification of implementation of the SAATM concrete measures.

Continuous improvement in Safety and Security

Optimized infrastructure and establishment of a seamless Airspace Architecture.

Strengthening the capacity of implementing agencies and Member States

Ease of intra-African mobility (Visas/customs)

Human capacity development (Skills and personnel pipeline)

Regulatory & policy harmonization.

Reduced taxes and charges (Competitiveness)

Multi-sector collaboration (Tourism, Finance, Health, Agriculture, Education etc.)

Implications of SAATM for the growth of African airlines Regional Profitability

Net Profit & EBIT margin - Africa

While the African market has much economic potential, there are considerable challenges that need to be addressed. These include high user charges and taxes, inadequate airport infrastructure, unfavourable regulatory environment, undercapitalization of African airlines and insufficient management expertise. These factors, amongst others, have contributed significantly to the low profitability of African airlines.

With the implementation of SAATM, intra-African connectivity will develop and there will be more growth opportunities for African airlines. As a result, aviation’s role as an economic driver will grow significantly.


OCT 2019 Progress on SAATM IMPLEMENTATION BY STATES

33 countries have signed the Solemn Commitment: Benin, Botswana,

Burkina Faso, Cameroon, Cabo Verde, Central African Republic, Chad, Republic of Congo, Côte d’Ivoire, Egypt, Ethiopia, Gabon, The Gambia, Ghana, Guinea, Kenya, Lesotho, Liberia, Mali, Morocco, Mozambique, Niger, Nigeria, Rwanda, Senegal, Sierra Leone South Africa,Togo, Democratic Republic of Congo (DRC), Eswatini, Equatorial Guinea, Guinea Bissau and Zimbabwe

10 out of 33

SAATM States have implemented all the SAATM concrete measures mandated by AFCAC: Benin, Burkina Faso, Cabo Verde, Ghana, Mozambique, Niger, Republic of Congo, Rwanda, The Gambia and Togo.

18 SAATM member states

have also signed a Memorandum of Implementation (MoI) to remove any air service agreement restrictions that are contrary to the Yamoussoukro Decision: Benin, Burkina Faso, Cabo Verde, Central African Republic, Cote d’Ivoire, Ethiopia, Ghana, Guinea, Liberia, Mali, Mozambique, Niger, Nigeria, Republic of Congo, Rwanda, Sierra Leone, The Gambia and Togo.

The 33 SAATM States • • • •

Constitute 61% of the AU member States Total population is more than 816 million people 70

,7

in 2018, representing approximately 65% of Africa’s GDP

A joined up approach is essential

56 |

The SAATM will be more successful when all stakeholders work together to actualise its objectives. There is need to address existing concerns by States and Airlines.

This will greatly accelerate airline cooperation and collaboration as all parties (particularly passengers) are assured of uniformity across the continent.

Governments need to work closely with airlines and other aviation stakeholders to formulate, promote or implement policies that support air transport growth.

The progress made under the SAATM thus far has been as a result of collaboration by various groups of stakeholders. These have been a combination of “Specialised Technical Committees”, “Monitoring Bodies” and “Ministerial Working Groups”. Without the strong collaboration across these entities, the implementation of the SAATM would not have progressed as much as it has now. Collaboration works!

Civil Aviation Authorities have the responsibility for maintaining minimum interim standards of safety and security as recommended by the International Civil Aviation Organization (ICAO) and in accordance with their national laws.

African-skies | february – april 2020


2019 in photos Cooperation and Collaboration

AFRAA – AFCAC – IATA on SAATM Implementations in December, Amman – Jordan.

AFRAA – IATA MOU on Data & Market Intelligence and a Framework of Cooperation for Operational Safety in September, Nairobi – Kenya.

AFRAA Member Airlines and IATA on year 2020 priorities for AFRAA – IATA in November, Port Louis – Mauritius.

Nandi County Governor, ICAO, AFRAA, KCAA, Young Aviatiors Club of Africa, Boeing at ICAO’S 75th Anniversary in August, Nandi – Kenya.

AFRAA – AFCAC on collaboration in August, Nairobi – Kenya.

AFRAA – ACI on collaboration in August, Nairobi – Kenya. Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 57


Presentations

AFRAA – Hermes MoU Signing in June, Seoul – South Korea.

AFRAA Secretary General at the TIACA Summit on the importance of collaboration and partnership to streamline processes in cargo business in November, Budapest – Hungary.

AFRAA Secretary General in a Panel at the IATA Regional Forum in September, Nairobi – Kenya.

AFRAA Secretary General at the 38th PAPU Meeting in Ouagadougou, Burkina Faso.

AFRAA Secretary General with AFRAA Chairperson in an Executive Panel at the CAPA Event in February, Doha – Qatar.

AFRAA Secretary General at the 78th IATA Aviation Fuel Forum in May, Athens – Greece.

58 |

African-skies | february – april 2020


AFRAA Executive Committee Meetings

AFRAA 180th Executive Committee Meeting in November, Port Louis – Mauritius.

AFRAA 178th Executive Committee Meeting in May, Port Louis – Mauritius.

AFRAA Events and Workshops

AFRAA Secretary General at the 51st AFRAA Annual General Assembly in November, Port Louis – Mauritius.

AFRAA Secretary General at the 8th Aviation Stakeholders Convention in May, Port Louis – Mauritius.

AFRAA – IATA CORSIA Workshop in June, Nairobi – Kenya.

IATA – ICAO User Charges Workshop in June, Nairobi – Kenya.

Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 59


AFRAA – TAAG meeting in August, Luanda – Angola.

AFRAA Secretary General meets Minister Deputy Secretary General of the Presidency of the Republic of Cameroon in February, Douala – Cameroon.

60 |

African-skies | february – april 2020


AFRAA Diary | Carnet de bord de l’AFRAA

AFRAA and AACO Secretary Generals meet to discuss areas of collaboration Les secrétaires généraux de l’AFRAA et de l’AACO se rencontrent pour discuter des domaines de collaboration

AFRAA Secretary General, Mr. Abdérahmane Berthé, Arab Air Carriers Organization Secretary General, Mr. Abdul Wahab Teffaha, EgptAir Chairman Capt. Ahmed Adel, Chairman & Chief Executive Officer and their leadership teams in Cairo.

A

FRAA Secretary General, Mr. Abdérahmane Berthé, met the Arab Air Carriers Organization Secretary General, Mr. Abdul Wahab Teffaha, on 28 January 2020 to discuss areas of collaboration for the benefit of their member airlines and the development of air transport industry. The meeting was kindly hosted by EgptAir Chairman Capt. Ahmed Adel, Chairman & Chief Executive Officer at the EgyptAir headquarters in Cairo – Egypt. The Secretary Generals accompanied by their leadership teams exchanged ideas on best practices and initiatives to advance the air transport industry on issues

such as taxes, fees and charges, training and capacity development, safety, liberalisation, environment, security, among others. The two associations also shared insights on cost containment initiatives and joint projects for the benefit of their members and pledged their commitment to collaborate for the development of the air transport industry.

the African Union is advocating for a sustainable, interconnected and affordable air transport in Africa where African airlines become key players and drivers to African economic development.

AFRAA advocates for a better business environment to support the air transport market in Africa The African Airlines Association (AFRAA), the trade association of airlines from the member States of

AFRAA Secretary General, Mr. Abdérahmane Berthé briefs media in Dakar.

Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 61


AFRAA Diary | Carnet de bord de l’AFRAA

In his visit to Senegal on 31 January 2019, Mr. Abdérahmane Berthé held meetings with some aviation stakeholders on developments in the region and took part in the third meeting on operationalisation of the Single African Air Transport Market (SAATM) which was hosted at AFCAC headquarters. Speaking during a session with media, Mr. Berthé said: “Aviation in Africa is a fast-growing sector that holds great promise for the continent’s economic prosperity. African carriers will only become profitable and globally competitive when all stakeholders in the ecosystem adopt best practices that establish a conducive environment to help airlines grow and reclaim Africa’s most profitable routes which are currently dominated by foreign carriers.” According to 2019 AFRAA Annual report, air transport in Africa currently supports 6.2 million jobs and $55.8 billion of GDP and is expected to grow at a rate of 4.6% annually for the next 20 years. This growth in traffic is increasingly being matched by route expansion by African airlines. He added that the association had witnessed the renaissance of the air transport market in West Africa exemplified by the revival of defunct carriers and the rollout of ambitious expansion plans reiterating AFRAA’s commitment to support carriers in the region realise growth objectives. In a presentation during a media roundtable, Mr. Berthé highlighted the fact that African airlines still struggle with many challenges including high taxes and charges imposed by governments, poor intra-Africa connectivity and market access limitations, blocked funds which are monies generated by an airline in foreign operations that cannot be moved for any reason as well as overpriced jet fuel just to name a few. These conditions according to data

62 |

negatively impact on the ability of African airlines to grow their footprint and offer competitive fares to passengers to grow their traffic. It was noted that Africa’s remarkable growth opportunity will be greatly unlocked through regional integration in the continent. The Single Africa Air Transport Market (SAATM), the African Continental Free Trade Agreement (ACFTA) and the Free Movement Protocol for people and goods are flagship projects which are expected to enhance intra-African connectivity, thereby facilitating travel, trade, tourism, business and socioeconomic development across the continent. AFRAA whose membership comprises all the major intercontinental African operators representing over 85% of total international traffic continues to implement initiatives geared towards raising safety and security levels, enhancing cooperation among African airlines, addressing airline cost drivers, particularly taxes and user charges, and ensuring there is sufficient infrastructure and skilled staff to support the traffic growth in the continent.

AEG Fuels meets AFRAA

– AEG Fuels Director of Sales, paid a courtesy visit to AFRAA to discuss areas of collaboration and plans for the year 2020. The Partnership certificate was presented by AFRAA Secretary General, Mr. Abdérahmane Berthé. AFRAA welcomes AEG Fuels to its fraternity.

L

e Secrétaire général de l’AFRAA, M. Abdérahmane Berthé, a rencontré le Secrétaire général de l’Organisation des transporteurs aériens arabes (AACO), M. Abdul Wahab Teffaha, le 28 janvier 2020 pour évoquer la collaboration entre leurs compagnies aériennes membres respectives et le développement de l’industrie du transport aérien. La réunion a été accueillie par le PDG d’EgptAir, Capt Ahmed Adel au siège EgyptAir au Caire (Égypte). Les Secrétaires généraux accompagnés de leurs proches collaborateurs ont échangé des idées sur les meilleures pratiques et les initiatives visant à faire progresser l’industrie du transport aérien sur des questions telles que les taxes, les frais et les redevances, la formation et le renforcement des capacités, la sécurité, la libéralisation, l’environnement, et la sûreté, entre autres. Les deux associations ont également partagé des idées sur des initiatives de maîtrise des charges et des projets communs au profit de leurs membres et se sont engagées à collaborer en faveur du développement de l’industrie du transport aérien.

AFRAA Secretary General, Mr. Abdérahmane Berthé presents the partnership certificate to Mr. Paul Walker – AEG Fuels Director of Sales.

Following the recent enrolment of AEG Fuels on AFRAA Partnership programme, Mr. Paul Walker

African-skies | february – april 2020

L’AFRAA plaide pour un meilleur environnement des affaires en vue de soutenir le marché du transport aérien en Afrique


AFRAA Diary | Carnet de bord de l’AFRAA

L’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA), l’association professionnelle des compagnies aériennes des Etats membres de l’Union africaine, plaide en faveur d’une industrie du transport aérien viable, interconnectée et accessible aux africains, dans laquelle les compagnies aériennes africaines deviennent des actrices et moteurs du développement économique du continent.

des lignes aériennes par les compagnies africaines.

Lors de sa visite au Sénégal le 31 janvier 2020, Abderahmane Berthé a tenu des réunions avec des parties prenantes de l’aviation sur l’évolution de la région et a participé à la troisième réunion sur l’opérationnalisation du Marché unique du transport aérien africain (MUTAA) qui a eu lieu au siège de la CAFAC.

Dans son intervention devant les médias, M. Berthé a souligné le fait que les compagnies aériennes africaines sont encore confrontées à de nombreux défis, y compris les taxes et redevances élevées imposées par les gouvernements, la mauvaise connectivité intraafricaine et les restrictions liées à l’accès aux marchés, les fonds bloqués qui sont des recettes générées par une compagnie aérienne dans ses opérations étrangères qui ne peuvent pas être rapatriés pour une raison ou une autre, ainsi que le prix exorbitant du carburant pour n’en citer que quelques-uns. Selon les données disponibles, ces conditions ont un impact négatif sur la capacité des compagnies aériennes africaines à développer leur présence et à proposer des tarifs compétitifs aux passagers pour faire croître leur trafic.

Prenant la parole lors du face à face avec la presse, M. Berthé a déclaré: «L’aviation en Afrique est un secteur en croissance rapide qui est très prometteur pour l’essor économique du continent. Les transporteurs africains ne deviendront rentables et compétitifs au niveau mondial que lorsque tous les acteurs de l’écosystème adopteront les meilleures pratiques qui permettent de créer un environnement favorable à la croissance des compagnies aériennes et à leur récupération des lignes africaines les plus rentables qui sont actuellement dominées par des transporteurs étrangers.» Selon le Rapport annuel de l’AFRAA pour 2019, le transport aérien en Afrique soutient actuellement 6,2 millions d’emplois et contribue pour 55,8 milliards de dollars au PIB continental, et devrait croître à un taux de 4,6% par an au cours des 20 prochaines années. Cette croissance du trafic concorde de plus en plus avec l’expansion

Il a ajouté que l’association avait été témoin de la renaissance du marché du transport aérien en Afrique de l’Ouest illustrée par la relance des transporteurs défunts et le déploiement de plans d’expansion ambitieux, réitérant l’engagement de l’AFRAA à accompagner les compagnies aériennes de la région dans la réalisation de leurs objectifs de croissance.

Il a été noté que des possibilités de croissance remarquable de l’Afrique seront considérablement débloquées grâce à l’intégration régionale du continent. Le Marché unique du transport aérien africain (MUTAA), l’Accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) et le Protocole relatif à la

libre circulation des personnes et des biens sont autant de projets phares qui devraient améliorer la connectivité intra-africaine, facilitant ainsi les déplacements, le commerce, le tourisme, les affaires et le développement socioéconomique à travers le continent. L’AFRAA, dont les membres comprennent tous les grands opérateurs africains intercontinentaux représentant plus de 85% du trafic international, continue à mettre en œuvre des initiatives visant à relever les niveaux de sécurité et de sûreté, à renforcer la coopération entre les compagnies aériennes africaines, à réduire leurs coûts d’exploitation, notamment les taxes et redevances d’usage, et à assurer la disponibilité des infrastructures et du capital humain nécessaires pour soutenir la croissance du trafic sur le continent.

AEG FUELS rencontre l’AFRAA À la suite de l’adhésion de AEG FUELS au Programme de partenariat de l’AFRAA, M. Paul Walker – Directeur des ventes de AEG FUELS, a effectué une visite de courtoisie au siège de l’AFRAA pour discuter des domaines de collaboration et des plans pour l’année 2020. Le certificat de partenariat lui a été délivré par le Secrétaire général de l’AFRAA, M. Abdérahmane Berthé. L’AFRAA accueille chaleureusement AEG FUELS au sein de sa famille.

Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 63


AFRAA Diary | Carnet de bord de l’AFRAA

Training conducted in January 2020 Formations organisées en janvier 2020

Instructional Techniques (20-24 January 2020)

Techniques d’enseignement (20-24 janvier 2020)

AFRAA conducted Instructional Techniques course for Safe AIR in Wilson Airport in Nairobi from 20 -24 January 2020 where eight participants participated in the course. The course teaches trainers about the adult learning process, planning skills, implementing and assessing training programmes and the ability to use training resources to their full benefit. The practical approach of the course equips the participant in skills to effectively develop and deliver the skills.

L’AFRAA a organisé une formation sur les techniques d’enseignement pour le compte de Safe AIR à l’aéroport Wilson de Nairobi du 20 au 24 janvier 2020 à laquelle 8 personnes ont participé. Il s’agit d’une formation des formateurs au processus d’apprentissage adulte, aux compétences de planification, à l’exécution et l’évaluation des programmes de formation et la capacité à utiliser pleinement les ressources de formation. L’approche pratique de cette formation dote le participant de compétences pour élaborer et dispenser un cours de manière efficace.

AFRAA to host Accelya User-Meet in March 2020 Accelya is a leading global provider of technology services and products for the travel and transport industry. Accelya has been working with the airline industry since 1976, having over 40 years of proven records. For the last three years, the Accelya Sales and Incentive Solutions’ team has been organising several User Meets in different parts of the world, reaching out to their users and sharing the latest news and enhancements with them. AFRAA will host Accelya’s first User-Meet ever held in Africa, in Nairobi on 19 March 2020 at the AFRAA headquarters in Nairobi. Don’t miss this great opportunity as an Accelya solutions’ user to meet and interact with their experts, as well as with industry peers. Schedule a face to face meeting during this event. For any additional information with regard to the event, please contact customer.success@accelya.com

Forthcoming courses The following courses have been scheduled to be conducted. For registration and more information, please contact Mr. Riadh Bouaouni (rbouoni@afraa.org) Course

L’AFRAA accueillera le salon d’utilisateurs des solutions Accelya en mars 2020 Accelya est un fournisseur mondial de services et produits technologiques destinés à l’l’industrie du voyage et des transports. Accelya sert l’industrie du transport aérien depuis 1976, soit plus de 40 ans d’expérience avérée. Depuis 3 ans, l’équipe de ventes et de solutions incitatives d’Accelya organise plusieurs salons d’utilisateurs dans différentes parties du monde, pour rencontrer ses utilisateurs et partager avec eux les dernières nouvelles et améliorations. L’AFRAA accueillera le tout premier salon d’utilisateurs des solutions Accelya organisé en Afrique. Ce sera à Nairobi, le 19 mars 2020, au siège de l’AFRAA à Nairobi. Si vous utilisez les solutions d’Accelya, ne manquez pas cette occasion pour rencontrer et interagir avec ses experts, et avec vos pairs de l’industrie. Programmez un face à face lors de cet événement. Pour de plus amples informations sur cet événement, veuillez contacter customer.success@accelya.com

Prochaines formations Les formations ci-après sont programmées. Pour vous inscrire et pour plus d’informations, veuillez contacter M. Riadh Bouaouni (rbouoni@afraa.org) Date

Venue

1

Quality Management Systems

24-28 February 2020

AFRAA HQ

2

Dangerous Goods Regulations Initial

9-13 March 2020

AFRAA HQ

3

Instructional Techniques

16-20 March 2020

AFRAA HQ

4

Leadership Course

6-8 April 2020

AFRAA HQ

5

Instructional Design

13-17 April 2020

AFRAA HQ

6

Ground Handling Management

4-8 May 2020

AFRAA HQ

7

Revenue Management

8-12 June 2020

AFRAA HQ

8

Fuel Management

22-26 June 2020

AFRAA HQ

9

Knowledge Management

6-9 July 2020

AFRAA HQ

10

Weight and Balance Initial

3-7 August 2020

To Be Advised

11

Fraud Prevention

1-4 September 2020

AFRAA HQ

12

Leadership Course

5-7 October 2020

AFRAA HQ

13

Safety Management System

9-13 November 2020

AFRAA HQ

14

Security Management System

7-10 December 2020

AFRAA HQ

64 |

African-skies | february – april 2020


News update | Les brèves

News update | Les brèves

Kenya Airways rolls out the latest technology in revenue management. Kenya Airways: déploiement de la technologie la plus récente en revenue management.

Kenya Airways PLC rolled out a new revenue management solution which will enable the airline to predict consumer behaviour, in addition to improving availability and price offering to its customers. Kenya Airways is the first airline in Africa to implement the Altéa Network Revenue Management solution which will optimise returns from all bookings made and in turn increase overall airline revenues going forward. This system has been implemented jointly with Amadeus. Kenya Airways PLC a déployé une nouvelle solution de revenue management qui permettra à la compagnie aérienne de prévoir le comportement des consommateurs, outre l’amélioration de la disponibilité et de l’offre de prix à ses clients. Kenya Airways est la première compagnie africaine à mettre en œuvre la solution Altéa Network Revenue Management qui optimisera les rendements sur toutes les réservations effectuées et augmentera ainsi dorénavant les revenus globaux de la compagnie aérienne. Ce système a été mis en place conjointement avec Amadeus. Source: Kenya Airways

Air Peace scales 3rd IATA safety audit and signs firm order for Embraer E195 E2 jets. Air Peace: 3ème audit de sécurité IATA réussi et signature d’une commande ferme pour des Embraer E195 E2. Air Peace has scaled its third International Air Transport Association Operational Safety Audit (IOSA) certification. This is coming on the heels of the airline’s announcement of flight operations into Ibadan from Lagos, Kano and Owerri. The airline obtained its first IOSA barely two years into its operations and was subsequently inducted as a member of the International Air Transport Association (IATA). In another development, Air Peace signed a contract for three additional E195-E2s, confirming purchase rights from the original contract. Set to be the first E-Jets E2 operator in Africa, Air Peace’s firm order, announced in April 2019, is now for 13 E195-E2s with 17 purchase rights for the same model. The first delivery is scheduled for the second quarter of 2020. Air Peace a obtenu la certification IOSA (International Air Transport Association Operational Safety Audit) pour la troisième fois. Cela intervient peu de temps après l’annonce de la compagnie aérienne qu’elle lançait des vols vers Ibadan depuis Lagos, Kano et Owerri. Elle avait obtenu sa première certification IOSA à peine deux ans après son entrée en activités avant de devenir membre de l’Association internationale du transport aérien (IATA). Par ailleurs, Air Peace a signé un contrat pour trois E195-E2 supplémentaires, confirmant les droits d’achat du contrat initial. Appelé à devenir le premier opérateur d’E-Jets E2 en Afrique, Air Peace a annoncé sa commande ferme en avril 2019, qui porte désormais sur 13 E195-E2 avec 17 droits d’achat pour le même modèle. La première livraison est prévue pour le deuxième trimestre de 2020. Source: dailytrust.com.ng, Embraer

RwandAir launches flexible flight options in partnership with Optiontown. RwandAir: nouvelles options de vol flexibles en partenariat avec Optiontown.

RwandAir’s new Flight Pass takes off with Optiontown enabling savvy travellers to enjoy savings offered by Flight Pass. RwandAir customers could now save from their ticket purchases thanks to a new partnership with Optiontown. The new offering enables customers to conveniently pre-purchase RwandAir flights at the best available price and decide when they want to travel at a later date. Le nouveau Flight Pass de RwandAir prend son envol avec Optiontown, permettant aux voyageurs avertis de profiter des économies offertes par cette option. Les clients de RwandAir peuvent désormais économiser sur leurs achats de billets grâce à un nouveau partenariat avec Optiontown. Cette nouvelle offre permet aux clients d‘acheter d’avance des billets de RwandAir au meilleur prix et de choisir une date ultérieure pour leur voyage. Source: RwandAir Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 65


News update | Les brèves

Commercial partnership between Air Mauritius and South African Airways. Partenariat commercial entre Air Mauritius et South African Airways. The South African Competition Commission has approved the proposed commercial partnership between Air Mauritius and South African Airways on the Mauritius-Johannesburg route. This partnership also includes connecting flights from Johannesburg and Mauritius on the networks of both airlines. Under this agreement, Air Mauritius and South African Airways will be able to significantly increase the number of seats and cargo capacity on their joint network. The two airlines will also be able to align their schedules to offer greater choice and flexibility to passengers through the enhanced routes. La ‘South African Competition Commission’ a approuvé le projet de partenariat commercial entre Air Mauritius et South African Airways sur la liaison Maurice-Johannesburg. Ce partenariat comprend aussi des vols en correspondance de Johannesburg et de Maurice sur les réseaux des deux compagnies aériennes. En vertu de cet accord, Air Mauritius et South African Airways pourront augmenter de manière significative le nombre de sièges et la capacité fret sur leur réseau commun. Les deux compagnies aériennes pourront également harmoniser leurs horaires afin d’offrir un meilleur choix et une plus grande flexibilité aux passagers, grâce aux liaisons renforcées. Source: Air Mauritius

Accelya announces acquisition by Vista Equity Partners. Accelya: acquisition par Vista Equity Partners.

Accelya, a leading global provider of financial, commercial and analytics solutions to the airline and travel industry announced that it was being acquired by Vista Equity Partners (‘Vista’), a leading investment firm focused on enterprise software, data and technology-enabled businesses. Accelya has been at the forefront of travel and transport for more than 40 years and provides solutions spanning the airline lifecycle encompassing financial, commercial and cargo and logistics processes to over 400 clients across the globe. Accelya’s mission-critical insights, solutions and services allow customers to stay at the leading-edge of industry change and provide scaled industry platforms that process more than 5 billion financial transactions annually. Accelya, un des principaux fournisseurs mondiaux de solutions financières, commerciales et analytiques pour l’industrie du transport aérien et du voyage, a annoncé son acquisition par Vista Equity Partners (Vista), une société d’investissement de premier plan axée sur des entreprises de logiciels d’entreprise, celles utilisant des données et celles à vocation technologique. Accelya est à l’avant-garde du voyage et du transport depuis plus de 40 ans et fournit des solutions couvrant le cycle de vie des compagnies aériennes, englobant les processus financiers, commerciaux, de fret et de logistique, à plus de 400 clients dans le monde entier. Les informations, solutions et services critiques d’Accelya permettent aux clients de rester à la pointe des changements de l’industrie et fournit des plates-formes à grande échelle qui traitent plus de 5 milliards de transactions financières par an. Source: Accelya

66 |

African-skies | february – april 2020

Emirates confirms order of Rolls-Royce Trent XWB engines to power new fleet of Airbus A350 aircraft. Emirates: confirmation de la commande de moteurs Trent XWB de Rolls-Royce pour équiper sa nouvelle flotte d’Airbus A350. Emirates confirmed an order for 50 A350-900 aircraft powered by Trent XWB engines. As it approaches five years in service, the Trent XWB has now achieved more than five million flying hours in service with 29 operators flying to 130 destinations and demonstrated an excellent dispatch reliability of 99.9%. Emirates a confirmé une commande de 50 avions A350-900 équipés de moteurs Trent XWB. À l’approche de ses cinq ans de service, le Trent XWB a maintenant atteint plus de cinq millions d’heures de vol en service auprès de 29 opérateurs vers 130 destinations et a fait preuve d’une excellente fiabilité, soit un taux de 99,9%. Source: Rolls-Royce

Air Senegal receives 2nd Rolls-Royce powered Airbus A330neo. Air Sénégal reçoit un 2ème Airbus A330neo motorisé par Rolls-Royce.

The aircraft arrived at Dakar Airport and was received by President Macky and a celebratory delegation. George Abou Nasr, VP Customers Rolls-Royce said in his speech, “We congratulate President Macky and Air Senegal on the delivery of their second A330neo, powered by Rolls-Royce engines. Rolls-Royce looks forward to supporting Air Senegal, an important partner, as it continues to grow.” L’avion est arrivé à l’aéroport de Dakar où il a été reçu par le président Macky Sall et une délégation en liesse. George Abou Nasr, VP Clients Rolls-Royce a déclaré dans son discours: «Nous félicitons le président Macky Sall et Air Sénégal a l’occasion de la livraison de leur deuxième A330neo, équipé de moteurs Rolls-Royce. Rolls-Royce se réjouit d’accompagner Air Sénégal, un partenaire important, dans sa croissance constante». Source: Rolls-Royce


News update | Les brèves

Congo Airways signs order with Embraer for two E175 jets. Congo Airways signe avec Embraer une commande pour deux E175. Embraer and Congo Airways have signed a firm order for two E175 aircraft, with purchase rights for a further two. Desire Bantu, CEO of Congo Airways said, “These new jets will replace our current turboprop offering and allow us to serve routes both within the Democratic Republic of Congo, and regionally to West, Central, and Southern Africa, from our hub in Kinshasa. We will now have the flexibility and the right– sized aircraft to serve our market, which is growing so rapidly that an additional order may be required, for which the E2 is a particularly compelling option.” Embraer et Congo Airways ont signé une commande ferme pour deux avions E175, avec des droits d’achat pour deux autres. Désiré Bantu, PDG de Congo Airways, a déclaré: «Ces nouveaux jets remplaceront notre offre actuelle de turbopropulseurs et nous permettront de desservir des routes à l’intérieur de la République démocratique du Congo, et au niveau régional vers l’Afrique de l’Ouest, centrale et australe, à partir de notre hub de Kinshasa. Nous aurons désormais la flexibilité et l’avion de la taille adéquate pour servir notre marché, qui croît si rapidement qu’une commande supplémentaire pourrait s’avérer nécessaire, pour laquelle l’E2 est une option particulièrement intéressante.» Source: Embraer

EgyptAir adds more Boeing 787s to fleet. Deux autres Boeing 787 rejoignent la flotte d’EgyptAir. EgyptAir is growing its Boeing 787 Dreamliner fleet with an agreement to lease two more airplanes from AerCap, the airline announced at the Dubai Airshow. “The Boeing 787 Dreamliner has outperformed our expectations, helping us significantly reduce our fuel use and emissions, while bringing comfort to our passengers,” said Ahmed Adel, chairman and CEO of EgyptAir Holding Company. “We look forward to growing our network with additional 787-9 airplanes and flying more passengers to their destinations at an affordable cost.” In other news, Boeing and Egyptair Maintenance & Engineering (EGME) announced agreements that will approve the Cairo-based MRO as Boeing’s first maintenance supplier in Africa and the Middle East region. The agreement enables EGME to provide aircraft, engines and component maintenance services and solutions to Boeing customers. EgyptAir agrandit sa flotte de Boeing 787 Dreamliner avec un accord de location de deux autres avions auprès d’AerCap, a annoncé la compagnie au salon de Dubaï. «Le Boeing 787 Dreamliner a dépassé nos attentes, nous aidant à réduire de manière significative notre consommation de carburant et nos émissions, tout en apportant du confort à nos passagers», a déclaré Ahmed Adel, président directeur général d’EgyptAir Holding Company. «Nous sommes impatients de développer notre réseau avec des avions 787-9 supplémentaires et de transporter plus de passagers vers leurs destinations à un coût abordable.» Par ailleurs, Boeing et Egyptair Maintenance & Engineering (EGME) ont annoncé des accords qui permettront à l’entreprise MRO basée au Caire de devenir le premier fournisseur de services d’entretien de Boeing en Afrique et au MoyenOrient. L’accord permet à EGME de fournir des services et des solutions d’entretien d’avions, de moteurs et de composants aux clients de Boeing. Source: Boeing

Ethiopian Airlines, Boeing partner to help those in need. Ethiopian Airlines et Boeing en partenariat pour aider les personnes en détresse. Ethiopian Airlines and Boeing are partnering to deliver much-needed aid supplies to organisations across Ethiopia. The airline took delivery of a new 787 Dreamliner from North Charleston, South Carolina in December 2019 and loaded the jet with 15,422 kilogrammes (34,000 pounds) of books and 2,631 kilogrammes (5,800 pounds) of school supplies, clothing and medical supplies for the flight home to Addis Ababa. The December 2019 flight follows another flight in November 2019 when an Ethiopian Airlines 787 Dreamliner carried more than 4,990 kilogrammes (11,000 pounds) of clothing, personal hygiene items and medical supplies from South Carolina bound for the Mekedonia Home for the Elderly and Mentally Disabled and St. Paul’s Hospital. In other news, Ethiopian Airlines CEO, Mr. Tewolde GebreMariam, was recognised as ‘Airline Executive of the Year’ at the annual Global Aviation Awards for Excellence organised by Centre for Aviation (CAPA). Mr. Tewolde GebreMariam won the title for his commendable individual influence on the aviation industry, demonstrating outstanding strategic thinking and innovative direction for the growth of Ethiopian Airlines and the aviation industry at large. Ethiopian Airlines et Boeing s’associent pour livrer des fournitures d’aide dont des organisations basées en Éthiopie ont grandement besoin. La compagnie aérienne a pris livraison d’un nouveau 787 Dreamliner à North Charleston, en Caroline du Sud, en décembre. Elle a chargé l’appareil de manuels scolaires pesant 34.000 livres et des fournitures scolaires d’un poids de 5.800 livres, de vêtements et de fournitures médicales sur le vol à destination d’Addis-Abeba. Le vol de décembre fait suite à un autre vol effectué en novembre lorsqu’un 787 Dreamliner d’Ethiopian Airlines a transporté des vêtements, des articles d’hygiène personnelle et des fournitures médicales pesant plus de 11.000 livres à partir de la Caroline du Sud. Ce chargement était destiné à Mekedonia Home, une maison pour personnes âgées et handicapés mentaux et à l’hôpital St. Paul. Par aiileurs, le DG d’Ethiopian Airlines, M. Tewolde GebreMariam, a décroché la distinction de ‘Airline Executive of the Year’ (Cadre de compagnie aérienne de l’année) lors de la remise annuelle des Global Aviation Awards for Excellence organisée par Centre for Aviation (CAPA). M. Tewolde GebreMariam a remporté le titre pour son impact personnel remarquable sur l’industrie de l’aviation, faisant preuve d’une vision stratégique exceptionnelle et d’un leadership novateur au service de la croissance d’Ethiopian Airlines et de l’industrie de l’aviation en général. Source: Ethiopian Airlines Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 67


News update | Les brèves

Royal Air Maroc to launch new Laayoune and Rabat flights. Royal Air Maroc: nouveaux vols pour Laayoune et Rabat.

Royal Air Maroc (RAM) will launch new weekly flights linking the city of Laayoune to the country’s capital. RAM announced that it will also connect Laayoune to Marrakech through an additional flight. In other news, Royal Air Maroc entered a codeshare agreement with American Airlines. The codeshare will also expand offerings to other cities across the African continent including routes to Abidjan, Cote d’Ivoire (ABJ); Accra, Ghana (ACC); Lagos, Nigeria (LOS); Luanda, Angola (LAD); and Monrovia, Liberia (ROB). Royal Air Maroc’s customers will also be able to connect to new destinations throughout American’s domestic network. Royal Air Maroc (RAM) va lancer de nouveaux vols hebdomadaires reliant la ville de Laayoune à la capitale du pays. Elle a annoncé qu’elle reliera également Laayoune à Marrakech par un vol supplémentaire. Par ailleurs, La compagnie RAM a conclu un accord de partage de code avec American Airlines. Le partage de code permettra également d’étendre les offres à d’autres villes du continent africain, dont les routes d’Abidjan, Côte d’Ivoire (ABJ); Accra, Ghana (ACC); Lagos, Nigeria (LOS); Luanda, Angola (LAD); et Monrovia, Libéria (ROB). Les clients de Royal Air Maroc pourront également se connecter à de nouvelles destinations à travers le réseau domestique d’American. Source: Yabiladi, Travelmarket Report

Safarilink and Kenya Airways partner to transport passengers to 18 safari destinations. Safarilink et Kenya Airways s’associent pour transporter des passagers vers 18 destinations safari.

Kenya Airways (KQ) signed a one–way codeshare agreement with Safarilink Aviation (F2), Kenya’s premier safari airline, to open up Kenya by connecting domestic scheduled services to all the best safari destinations within Kenya and Tanzania. This codeshare agreement means that KQ passengers will be able to combine their travel experience between respective international destinations and 18 remote destinations within Kenya and Tanzania that Safarilink operates. Kenya Airways (KQ) a signé un accord de partage de code pour des vols aller simple avec Safarilink Aviation (F2), la plus importante compagnie aérienne de safari du Kenya, pour ouvrir le Kenya en connectant les services réguliers intérieurs à toutes les meilleures destinations de safari au Kenya et en Tanzanie. Aux termes de cet accord de partage de code les passagers de KQ pourront combiner leur expérience de voyage entre leurs destinations internationales respectives et 18 destinations reculées au Kenya et en Tanzanie que Safarilink exploite. Source: Kenya Airways

68 |

African-skies | february – april 2020

South African Airways named as one of the top on-time-performing airlines. South African Airways reconnue comme l’une des compagnies aériennes les plus ponctuelles. South African Airways has been named as one of the top performing airlines globally for on-time performance (OTP) by travel data and analytics company, Cirium. SAA was ranked fourth in the category for Middle East and Africa mainline carriers, ahead of some of its major competitors, making SAA the leading African carrier on OTP. SAA’s overall on-time performance across its route network is 85.69%. South African Airways a été désignée comme l’une des compagnies aériennes les plus performantes au monde en matière de ponctualité (OTP) par Cirium, une entreprise de données et d’analyse sur les voyages. La SAA s’est classée quatrième dans la catégorie des grands transporteurs du Moyen-Orient et d’Afrique, devant certains de ses principaux concurrents, ce qui la place en tête des transporteurs africains en matière de ponctualité. La performance générale de la SAA en matière de ponctualité sur l’ensemble de son réseau de routes est de 85,69%. Source: South African Airways


News update | Les brèves

TAAG Angola launches direct flight to Lagos. TAAG Angola lance un vol direct vers Lagos.

AWA inks interline partnership with Air Burkina to improve connectivity in West Africa. L’AWA établit un partenariat interligne avec Air Burkina pour améliorer la connectivité en Afrique de l’Ouest.

TAAG Angola Airlines launched its inaugural flight to Lagos, Nigeria.

Ghanaian private airline Africa World Airlines (AWA) and Air Burkina announced they have entered into a unilateral interline partnership to better connect passengers via the AWA hub in Accra.

TAAG Angola Airlines CEO, Dr. Rui Teles Carreira said: “We are very excited to be announcing our new service to Lagos – the latest destination added to our network that will further connect African countries and beyond and by which we expect positive results. This route will allow easy connections to and from Johannesburg, Sao Paulo, Lisbon and Porto.

Under this partnership, Air Burkina’s passengers can now join, with a single ticket, AWA networks between Accra and Lagos, Abuja and Abidjan, as well as domestic services in Ghana.

“The new route to the coastal city of Lagos will not only further solidify links between Angola and Nigeria with direct flights between both countries while also fostering connectivity between West and Southern Africa. TAAG Angola Airlines is committed to increasing its presence as well as offering good connections, inside and outside of Africa, looking forward to increasing the number of destinations we already offer our passengers.” TAAG Angola Airlines a lancé son vol inaugural sur Lagos, au Nigéria. Le DG de TAAG Angola Airlines, Dr. Rui Teles Carreira a déclaré: «Nous sommes très heureux d’annoncer notre nouveau vol vers Lagos a la destination la plus récente de notre réseau qui permettra de relier davantage les pays africains et au-delà et dont nous attendons des résultats positifs. Cet itinéraire permettra des connexions faciles entre Johannesburg, SaoPaulo, Lisbonne et Porto. «La nouvelle destination vers la ville côtière de Lagos permettra non seulement de renforcer davantage les liens entre l’Angola et le Nigeria avec des vols directs entre les deux pays, mais aussi de favoriser la connectivité entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique australe. TAAG Angola Airlines s’est engagée à renforcer sa présence ainsi qu’à offrir de bonnes connexions, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Afrique, et se réjouit d’augmenter le nombre de destinations que nous offrons déjà à nos passagers.» Source: Allafrica.com

Africa World Airlines has a network of five domestic lines (Accra, Kumasi, Takoradi, Tamale and Wa) and four cities in the sub-region, including Monrovia (Liberia), Lagos and Abuja (Nigeria) and Freetown in Sierra Leone. Flights to Abidjan will start from February 2020. Based in Ouagadougou, Air Burkina serves the cities of Abidjan, Accra, Bamako, Cotonou, Dakar, Lomé and Niamey. Launched in 1967, it is one of the oldest airlines in Africa still in operation. La compagnie aérienne privée ghanéenne Africa World Airlines (AWA) et Air Burkina ont annoncé qu’elles avaient conclu un partenariat interligne unilatéral pour mieux relier les passagers via le hub d’AWA à Accra. Dans le cadre de ce partenariat, les passagers d’Air Burkina peuvent désormais rejoindre, avec un seul billet, les réseaux AWA entre Accra et Lagos, Abuja et Abidjan, ainsi que les vols domestiques au Ghana. Africa World Airlines dispose d’un réseau de cinq lignes intérieures (Accra, Kumasi, Takoradi, Tamale et Wa) et de quatre villes de la sous-région, dont Monrovia (Libéria), Lagos et Abuja (Nigéria) et Freetown en Sierra Léone. Les vols à destination d’Abidjan commenceront à partir de février 2020. Basée à Ouagadougou, Air Burkina dessert les villes d’Abidjan, Accra, Bamako, Cotonou, Dakar, Lomé et Niamey. Lancée en 1967, c’est l’une des plus anciennes compagnies aériennes d’Afrique encore en activité. Source: Ecofin Agency

Wirecard and Sprint drive new innovation in IoT and unified commerce to deliver the Internet of Payments. Wirecard et Sprint sont à l’origine de nouvelles innovations dans le domaine de l’IdO (Internet des Objets) et du commerce unifié pour offrir l’Internet des paiements. Wirecard, the global innovation leader for digital financial technology, and Sprint, a leading US communications services company, announced a new relationship that will integrate Wirecard’s unified commerce solutions into Sprint’s Curiosity™ Internet of Things (IoT) platform to deliver the ‘Internet of Payments’. The announcement was made at CES 2020. The two companies, brought together by SoftBank Investment Advisers, are collaborating to embed payment capabilities in IoT deployments, bringing added value to enterprise clients on a global scale. Wirecard unified commerce solutions drive the digital transformation of retail by delivering a seamless payment experience across channels and beyond borders. Sprint is integrating these capabilities into Curiosity™ IoT, and the companies are jointly exploring opportunities across various market segments, as part of a broader collaboration.

Wirecard, le leader mondial de l’innovation en matière de technologie financière numérique, et Sprint, une société américaine de services de communication de premier plan, ont annoncé une nouvelle relation qui permettra d’intégrer les solutions de commerce unifié de Wirecard à la plate-forme Curiosity™ Internet of Things (IoT) de Sprint pour offrir «l’Internet des paiements.» L’annonce a été faite lors de la CES 2020. Les deux sociétés, réunies par SoftBank Investment Advisers, collaborent pour intégrer les capacités de paiement dans les déploiements de l’IdO, apportant ainsi une valeur ajoutée aux entreprises clientes à l’échelle mondiale. Les solutions de commerce unifié de Wirecard favorisent la transformation numérique du commerce de détail en offrant une expérience de paiement transparente sur tous les canaux et au-delà des frontières. Sprint est en train d’intégrer ces capacités dans l’IdO Curiosity™, et les deux entreprises explorent conjointement des opportunités dans divers segments de marché, dans le cadre d’une collaboration plus large. Source: Wirecard Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 69


News update | Les brèves

SITA deploys self-service bag drop for LATAM Airlines. SITA déploie un système de dépose bagages en libre-service pour les compagnies aériennes LATAM. SITA is installing its Scan&Fly self-service bag drop for LATAM Airlines Group at 18 airports in five countries in the Americas as part of its work to transform its airport experience. The first eight kiosks are up and running at Brasilia International Airport and the remaining 97 units will be gradually implemented at other airports over the coming months. The technology means passengers will be able to check-in their bags in under 40 seconds. The majority of the 105 bag drop units will be deployed in Brazil with the other units being installed in other airports in the region. LATAM is Latin America’s leading airline group, flying around 72 million passengers annually. As passenger numbers increase, airports are having to become more efficient and the smart use of technology is the only way to make that happen. Many airports are faced with capacity constraints, which in turn can lead to long queues. For airports that don’t have either the resources or the space to expand, SITA Scan&Fly can be installed onto existing check-in desks and conveyor belts offering up to 60% increase in terminal capacity, a 40% reduction in operational costs and an improved passenger experience.

Dans le cadre de son travail de transformation de l’expérience aéroportuaire pour LATAM Airlines Group, SITA installe son système de dépose bagages en libre-service Scan&Fly dans 18 aéroports de cinq pays des Amériques. Les huit premiers kiosques sont opérationnels à l’aéroport international de Brasilia et les 97 autres seront progressivement mis en place dans d’autres aéroports au cours des prochains mois. Grâce à cette technologie, les passagers pourront enregistrer leurs bagages en moins de 40 secondes. La majorité des 105 unités de dépose bagages seront déployées au Brésil, les autres unités étant installées dans d’autres aéroports de la région. LATAM est la plus importante compagnie aérienne d’Amérique latine, transportant environ 72 millions de passagers par an. Avec l’augmentation du nombre de passagers, les aéroports doivent devenir plus efficaces et l’utilisation intelligente de la technologie est la seule façon d’y parvenir. De nombreux aéroports sont confrontés à des contraintes de capacité, ce qui peut entraîner de longues files d’attente. Pour les aéroports qui n’ont ni les ressources ni l’espace nécessaires pour s’agrandir, le SITA Scan&Fly peut être installé sur les comptoirs d’enregistrement et les tapis roulants existants, offrant jusqu’à 60% d’augmentation de la capacité du terminal, une réduction de 40% des coûts opérationnels et une meilleure expérience pour les passagers. Source: SITA

Sabre launches new solutions within the Sabre Commercial Platform. Sabre lance de nouvelles solutions au sein de Sabre Commercial Platform. During an Innovation Showcase session at the T2RL PSS 2019 conference, Rodrigo Celis, Senior Vice President, Commercial Solutions, Sabre Corporation unveiled new solutions within the Sabre Commercial Platform, the industry’s only end-to-end retailing platform. This follows the platform launch that was announced last year at the conference. The latest additions will further enable airlines to reimagine retailing through developments across planning and scheduling, revenue management, shopping, and the omni-channel experience. Celis also highlighted innovative airline ‘trailblazers’ such as Etihad, Kulula and JetBlue that have partnered with Sabre to bring these solutions to reality. The latest innovations within the Sabre Commercial Platform include Fares Optimizer, Smart Shop, Digital Workspace, Sabre API Hub, Inventory Management and Schedule Exchange. Au cours d’une séance de présentation d’innovations lors de la conférence T2RL PSS 2019, Rodrigo Celis, premier vice-président, Solutions commerciales, Sabre Corporation a dévoilé de nouvelles solutions au sein de la plate-forme commerciale Sabre Commercial Platform, la seule plate-forme de vente au détail de bout en bout de l’industrie. Cela fait suite au lancement de la plate-forme qui a été annoncé l’année dernière lors de la conférence. Les derniers ajouts permettront aux compagnies aériennes de réimaginer le commerce de détail grâce à des développements dans les domaines de la planification et de la programmation, de la gestion des revenus, du magasinage et de l’expérience omni-canal. Celis a également mis en lumière les compagnies aériennes «pionnières» novatrices telles que Etihad, Kulula et JetBlue qui se sont associées à Sabre pour mettre en œuvre ces solutions. Les dernières innovations de Sabre Commercial Platform comprennent Fares Optimizer, Smart Shop, Digital Workspace, Sabre API Hub, Inventory Management et Schedule Exchange. Source: Sabre

Sabre and ATPCO sign expanded agreement on Routehappy Rich Content. Sabre et l’ATPCO signent un accord élargi sur Routehappy Rich Content. Sabre Corporation and ATPCO announced a new longterm retailing agreement enabling Sabre to distribute ATPCO’s Routehappy content to Sabre-connected travel agencies, online travel agencies and other travel buyers as well as airline IT customers. The new distribution scope includes Sabre’s air shopping APIs and direct airline shopping and merchandising solutions, in addition to Sabre Global Distribution System (GDS).

70 |

African-skies | february – april 2020

Sabre Corporation et ATPCO ont annoncé un nouvel accord de vente au détail à long terme permettant à Sabre de distribuer le contenu Routehappy d’ATPCO aux agences de voyage connectées à Sabre, aux agences de voyage en ligne et à d’autres acheteurs de voyages ainsi qu’aux clients informatiques des compagnies aériennes. Le nouveau périmètre de distribution comprend les API de shopping aérien de Sabre et les solutions d’achat et de merchandising directes des compagnies aériennes, en plus du système de distribution mondial (GDS) de Sabre. Source: Sabre


News update | Les brèves

Pratt & Whitney celebrates 100th GTF™ engine powered Airbus A220 aircraft. Pratt & Whitney célèbre le 100ème Airbus A220 équipé du moteur GTF™. Pratt & Whitney joined Airbus in celebrating the 100th A220 customer aircraft, exclusively powered by Pratt & Whitney GTF™ engines. The A220-300 aircraft is destined to Latviabased airBaltic. GTF engines currently power A220 aircraft on four continents and have accumulated nearly 600,000 engine revenue hours since entering service. The world’s first A220 – formerly called the C Series – was an A220-100 aircraft delivered in June 2016 to SWISS.

Lufthansa Consulting awarded ‘Best of Consulting’.

Lufthansa Consulting reçoit le prix «Best of Consulting».

For the second time in a row Lufthansa Consulting has been awarded the renowned consultancy prize ‘Best of Consulting’ by the German weekly business news magazine WirtschaftsWoche. Managing Director, Dr. Andreas Jahnke and Project Manager Karel Sucha proudly accepted the award in the category ‘Marketing & Organisation’ at the award ceremony in Düsseldorf. The award went to a successful project with Auckland International Airport (AKL), the largest airport of New Zealand and the third busiest international airport in Australasia. AKL needed to put special emphasis on its route development strategy and to constantly develop and professionalise the interaction with its key customers – airlines to grow and retain traffic. Lufthansa Consulting supported to solve the key air service development marketing challenges of Auckland International Airport. The experts used their specific airline network planning know how and tools to implement a professional air service development practice (B2B marketing) at the airport. Together with the AKL team the consultants developed a new air service development strategy and go-to-market action plans. Pour la deuxième fois consécutive, Lufthansa Consulting a reçu le célèbre prix de conseil «Best of Consulting» décerné par l’hebdomadaire économique allemand WirtschaftsWoche. Le directeur général Dr. Andreas Jahnke et le chef de projet Karel Sucha ont fièrement reçu le prix dans la catégorie «Marketing & Organisation» lors de la cérémonie de remise des prix à Düsseldorf. Le prix a été décerné pour un projet réussi avec l’aéroport international d’Auckland (AKL), le plus grand aéroport de Nouvelle-Zélande et le troisième aéroport international le plus fréquenté d’Australasie. AKL devait mettre un accent particulier sur sa stratégie de développement de routes ainsi que développer et professionnaliser constamment l’interaction avec ses principaux clients – les compagnies aériennes – pour accroître et conserver le trafic. Lufthansa Consulting a apporté son soutien à la résolution des principaux problèmes de marketing liés au développement des services aériens de l’aéroport international d’Auckland. Les experts ont utilisé leur savoir-faire et leurs outils spécifiques de planification des réseaux de compagnies aériennes pour mettre en place une pratique professionnelle de développement des services aériens (marketing B2B) à l’aéroport. En collaboration avec l’équipe d’AKL, les consultants ont élaboré une nouvelle stratégie de développement du service aérien et des plans d’action de mise en marché. Source: Lufthansa Consulting

Pratt & Whitney et Airbus ont célébré le 100ème A220, propulsé exclusivement par les moteurs GTF™ de Pratt & Whitney. L’A220-300 est destiné à airBaltic, basé en Lettonie. Les moteurs GTF équipent actuellement des A220 sur quatre continents et ont accumulé près de 600.000 heures sur des vols commerciaux depuis leur entrée en service. Le premier A220 au monde – alors appelé série C – était un A220-100 livré en juin 2016 à SWISS. Source: Pratt & Whitney

Safair expands GE’s TrueChoice Overhaul Agreement for CFM56 engines. Safair étend l’accord de révision TrueChoice de GE aux moteurs CFM56. Safair extended and expanded its TrueChoice™ Overhaul agreement with GE Aviation for the maintenance, repair and overhaul of its CFM56-7B* engines that power its fleet of Boeing 737-800 aircraft. “GE Aviation has proven itself as the right maintenance provider for our CFM56 engines. The new agreement covers maintenance for our entire CFM56-7B engine fleet until 2024,” said Elmar Conradie, Chief Executive Officer of Safair. Safair a prolongé et étendu son accord TrueChoice™ Overhaul avec GE Aviation pour la maintenance, la réparation et la révision de ses moteurs CFM56-7B* qui équipent sa flotte de Boeing 737-800. «GE Aviation a fait ses preuves en tant que fournisseur de services de maintenance appropriés pour nos moteurs CFM56. Ce nouvel accord couvre la maintenance de l’ensemble de notre flotte de moteurs CFM56-7B jusqu’en 2024», a déclaré Elmar Conradie, directeur général de Safair. Source: GE Aviation

Hitit awarded ‘Best Leading PSS Provider of the Year – Europe’. Hitit reçoit le prix du meilleur fournisseur PSS de l’année en Europe. KMH Media group has named airline provider Hitit as the ‘Best Leading PSS Provider of the Year – Europe’ in its annual Global 100 publication. Hitit is very proud to have received this award for its Passenger Service System (PSS). This PSS is the core system for reservation and distribution within Hitit’s Crane solution suite. In 2019, Hitit’s reservation systems produced more than 65 million passenger bookings with full integration in all distribution systems. Le groupe KMH Media a nommé la compagnie aérienne Hitit comme «Meilleur fournisseur de PSS de l’année en Europe» dans sa publication annuelle Global 100. Hitit est très fière d’avoir reçu ce prix pour son système de service aux passagers (PSS). Ce PSS est le système fondamental pour la réservation et la distribution au sein de la suite de solutions Crane de Hitit. En 2019, les systèmes de réservation de Hitit ont produit plus de 65 millions de réservations de passagers avec une intégration complète dans tous les systèmes de distribution. Source: Hitit Computer Services Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 71


News update | Les brèves

Hahn Air joins IATA’s 25by2025 diversity & inclusion initiative. Hahn Air se joint à l’initiative 25by2025 de l’IATA sur la diversité et l’inclusion. Hahn Air supports the improvement of gender balance in the aviation industry by signing IATA’s industry-wide 25by2025 campaign. With 39% of its leadership positions occupied by women, the German airline and distribution specialist already surpasses the desired 25% gender ratio of the initiative. Representing Hahn Air at the signing ceremony during IATA’s Wings of Change conference in Berlin on 19 November 2019, was Hahn Air’s General Director, Kirsten Rehmann. Kirsten Rehmann who has been General Director of Hahn Air since 2012, commented: “For Hahn Air, gender equality has always been part of our corporate ethos and I am immensely pleased to champion this initiative that recognises the need for a change. I believe that this campaign is a big step in the right direction and will play an important role in driving gender equality forward within the industry. I strongly believe that we need diversity in every sense of the word, and not limited to gender, to create the best work culture and ultimately make the best decisions and achieve the best results.”

Hahn Air soutient l’amélioration de la parité hommes-femmes dans le secteur de l’aviation en signant la campagne à l’échelle de l’industrie de l’IATA intitulée 25by2025. Avec 39% de ses postes de dirigeants tenus par des femmes, la compagnie aérienne allemande, spécialiste de la distribution, dépasse déjà le ratio de 25% souhaité par l’initiative. Kirsten Rehmann, directrice générale de Hahn Air, représentait Hahn Air lors de la cérémonie de signature durant la conférence Wings of Change de l’IATA à Berlin le 19 novembre dernier. Kirsten Rehmann, directrice générale de Hahn Air depuis 2012, a commenté: «Pour HahnAir, la parité hommes-femmes a toujours fait partie de notre philosophie d’entreprise et je suis très heureuse de me faire la championne de cette initiative qui reconnaît la nécessité d’un changement. J’estime que cette campagne est un grand pas dans la bonne direction et qu’elle jouera un rôle important pour faire avancer la parité hommes-femmes au sein de l’industrie. Je crois fermement que nous avons besoin de diversité dans toutes les acceptions du terme, sans se limiter au genre, pour créer la meilleure culture de travail et, en fin de compte, prendre les meilleures décisions et obtenir les meilleurs résultats ». Source: Hahn Air

Boeing, Republic of Ghana sign Memorandum of Understanding for three 787-9 Dreamliner jets. Boeing et la République du Ghana signent un protocole d’accord pour trois 787-9 Dreamliner. Boeing and the Republic of Ghana announced that the country intends to re-launch an airline starting with the 787-9 Dreamliner. The parties signed a Memorandum of Understanding at the Dubai Air Show for three airplanes. “There is a growing demand for air travel to and from Ghana and we believe the advanced 787-9 Dreamliner gives us an efficient and flexible machine to launch a regional network and eventually serve international destinations in the future,” said Joseph Kofi Adda, Honourable Minister of Aviation and Member of Parliament, Republic of Ghana. “The 787 has an excellent reputation for its operational performance, fuel efficiency and passenger experience and we are confident that we have the right partner for our new carrier.” “Africa boasts a growing, young workforce and vast natural resources. We see the demand for air travel continuing to rise across the continent. Boeing is honoured to work with Ghana in helping re-launch an airline to serve this vast market,” said Ihssane Mounir, Senior Vice President of Commercial Sales & Marketing for The Boeing Company. “We look forward to working with the government on an integrated solution that includes the 787-9 Dreamliner and aviation services to support the new airline and provide a superior experience for its future passengers.” Boeing et la République du Ghana ont annoncé qu’avec le 787-9 Dreamliner, le pays a l’intention de relancer une compagnie aérienne. Les parties ont signé un protocole d’accord au salon de Dubaï pour trois avions. «Il y a une demande croissante de voyages aériens à destination et en provenance du Ghana et nous pensons que le 787-9 Dreamliner de pointe nous donne une machine efficace et flexible pour lancer un réseau régional et éventuellement desservir des destinations internationales à l’avenir», a déclaré Joseph Kofi Adda, ministre de l’Aviation et député de la République du Ghana. «Le 787 jouit d’une excellente réputation pour sa performance opérationnelle, son efficacité énergétique et son expérience passagers, et nous sommes convaincus que nous avons le bon partenaire pour notre nouveau transporteur.» «L’Afrique est fière de sa main-d’œuvre jeune et croissante et de ses vastes ressources naturelles. Nous constatons que la demande de transport aérien continue d’augmenter sur tout le continent. Boeing est honoré de travailler avec le Ghana pour l’aider à relancer une compagnie aérienne afin de servir ce vaste marché», a déclaré Ihssane Mounir, vice-président principal des ventes commerciales et du marketing de The Boeing Company. «Nous sommes impatients de travailler avec le gouvernement sur une solution intégrée qui comprend le 787-9 Dreamliner et des services d’aviation pour soutenir la nouvelle compagnie aérienne et offrir une expérience supérieure à ses futurs passagers.» Source: Boeing

72 |

African-skies | february – april 2020


News update | Les brèves

Perth Airport chooses Amadeus to transform the passenger experience and support growth.

Air Senegal to grow its fleet with eight A220s.

L’aéroport de Perth: choix d’Amadeus pour transformer l’expérience des passagers et soutenir sa croissance.

Air Sénégal: renforcement de la flotte avec huit A220.

Perth Airport has committed to an extensive upgrade of its passenger handling systems, underpinned by a fully integrated suite of solutions from Amadeus and ICM Airport Technics (an Amadeus company). The extensive agreement sees Perth build on its use of Amadeus’ cloudbased passenger handling platform, which has been in operation since 2015. The new upgrades will mean that the airport can rapidly scale services up and down to match peaks and troughs in demand. The platform’s ability to deliver flexibility has been an important factor in the airport’s decision to choose Amadeus to modernise its entire passenger handling systems. In other news, ATPCO and Amadeus announced they have inked a longterm retailing agreement. The agreement enables Amadeus to integrate ATPCO’s airline rich content within its vast array of flight shopping applications and interfaces. The distribution scope includes travel seller and traveller applications powered by Amadeus, as well as its flight shopping APIs, which are used by many corporate booking tools and online travel agencies to access flights for sale.

Air Senegal has signed a Memorandum of Understanding (MoU) for eight A220-300 aircraft. The MoU was signed today in the presence of HE Alioune SARR, Minister of Tourism and Transport Senegal. Mr. Ibrahima Kane, Air Senegal CEO said: “These new A220 aircraft will contribute developing our long-haul network to Europe and our regional network in Africa. Combined with our recent A330neo aircraft, this new Airbus fleet reveals Air Senegal’s ambition to offer the best travel experience for our passengers.” Air Sénégal a signé un protocole d’accord pour huit appareils A220-300. Le protocole d’accord a été signé aujourd’hui en présence de S.E. Alioune SARR, ministre du Tourisme et des Transports du Sénégal. M. Ibrahima Kane, PDG d’Air Sénégal, a déclaré: «Ces nouveaux avions A220 contribueront à développer notre réseau long-courrier vers l’Europe et notre réseau régional en Afrique. Combinée à nos récents A330neo, cette nouvelle flotte Airbus révèle l’ambition d’Air Sénégal d’offrir la meilleure expérience de voyage possible à ses passagers.» Source: Airbus

APG announces its new GSA partnerships. APG annonce ses nouveaux partenariats GSA.

L’aéroport de Perth s’est engagé à mettre à niveau ses systèmes de traitement des passagers, en s’appuyant sur une suite de solutions entièrement intégrées d’Amadeus et d’ICM Airport Technics (une société d’Amadeus). Cet accord étendu permet à Perth de tirer parti de l’utilisation de la plateforme de traitement des passagers en mode cloud d’Amadeus, en service depuis 2015. Les nouvelles améliorations permettront à l’aéroport d’augmenter et de réduire rapidement ses services pour répondre aux périodes de pointe et de creux de la demande. La flexibilité de la plateforme a été un facteur important dans la décision de l’aéroport de choisir Amadeus pour moderniser l’ensemble de ses systèmes de traitement des passagers.

APG has been appointed as Cargo GSA for Air Senegal and TAAG Angola in Nigeria and will be providing full cargo sales and marketing activities aimed at significantly growing the airline’s cargo revenue in the market. LAM Mozambique has also appointed APG as the GSA in Kenya and will be providing full sales and marketing services.

Par ailleurs, ATPCO et Amadeus ont annoncé qu’elles avaient conclu une entente de vente au détail à long terme. L’entente permet à Amadeus d’intégrer le riche contenu des compagnies aériennes d’ATPCO à sa vaste gamme d’applications et d’interfaces d’achat de vols. Le périmètre de distribution comprend les applications de vente de voyages et de voyageur optimisées par Amadeus, ainsi que ses API d’achat de vols, qui sont utilisées par de nombreux outils de réservation d’entreprise et agences de voyages en ligne pour accéder aux vols à vendre.

APG a été nommée GSA Cargo pour Air Sénégal et TAAG Angola au Nigeria et assurera les activités complètes de vente et de marketing pour le fret, visant à accroître significativement les revenus de la compagnie aérienne dans le domaine du fret sur le marché. LAM Mozambique a également nommé APG comme son GSA au Kenya et fournira des services complets de vente et de marketing.

Source: Amadeus

Source: APG Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 73


News update | Les brèves

American General Supplies, Inc. and Textron GSE agree to a three-year extension of their Africa distributor agreement. American General Supplies, Inc. et Textron GSE conviennent d’une prolongation de 3 ans de leur accord de distribution en Afrique.

American General Supplies, Inc. and Textron GSE reached an agreement on extending AGS’ tenure as a distributor of Textron GSE products and services in Africa. Yonas Alemayehu, AGS’ Reginal Sales Manager & Global GSE Sales, said, “AGS is proud to continue to represent Textron GSE in the Africa sales territory. The quality, durability and performance of the Textron line of GSE products is second to none. The ramp environment in Africa can be difficult but our Textron GSE products manage every challenge with sure-footed grace.” Teddy Kassa, AGS’ CEO said, “This new contract extension will ensure that Textron’s in-demand product line will remain available to our family of African commercial airline customers. Our relationship with Textron GSE is but another example of how great companies’ partner to bring great products to their customers in Africa.” American General Supplies, Inc. et Textron GSE ont conclu un accord sur la prolongation du mandat d’AGS en tant que distributeur des produits et services de Textron GSE en Afrique. Yonas Alemayehu, directeur des ventes de Reginal & des ventes globales de GSE d’AGS, a déclaré: «AGS est fier de continuer à représenter Textron GSE sur le territoire africain. La qualité, la durabilité et les performances de la gamme de produits GSE de Textron sont inégalées. L’environnement de l’aire de trafic en Afrique peut être difficile mais nos produits Textron GSE gèrent chaque défi avec une grâce assurée.» Teddy Kassa, DG d’AGS, a déclaré: «Cette nouvelle extension de contrat permettra de garantir que la gamme de produits Textron, très demandée, restera disponible pour notre famille de clients des compagnies aériennes commerciales africaines. Notre relation avec Textron GSE n’est qu’un autre exemple de la façon dont les grandes entreprises s’associent pour proposer des produits de qualité à leurs clients en Afrique.»

74 |

African-skies | february – april 2020


Stats

AIR TRAFFIC STATS Q3 Statistiques du transport aérien – 3e Trimestre Passenger distribution | Répartition des passagers

Source: AFRAA / Planet Optimum

For AFRAA Member Airlines, the intercontinental traffic is dominant with 45.86% as most of the major carriers are members, carrying an important part of the intercontinental traffic. When considering all African airlines, the domestic traffic is the most important (39.27%) with companies like Comair, Safair and Mango airlines, the three leading domestic carriers in Africa. The three airlines carried more than 3.46 million passengers during the third quarter 2019.

Pour les compagnies aériennes membres de l’AFRAA, le trafic intercontinental est dominant à 45,86% car la plupart des grands transporteurs sont des membres, transportant une part importante du trafic intercontinental. Si l’on considère l’ensemble des compagnies aériennes africaines, le trafic domestique est le plus important (39,27%) avec des opérateurs tels que Comair, Safair et Mango, les 3 principaux transporteurs domestiques en Afrique. Ceux-ci ont transporté plus de 3,46 millions de passagers au cours du troisième trimestre de 2019.

To/from Africa traffic repartition 3rd Quarter 2019 Répartition du trafic aérien à destination/en provenance de l’Afrique pour le 3ème trimestre de 2019

Source: AFRAA / Planet Optimum

Cieux-d’Afrique | février – avril 2020 | 75


African airlines ranking by traffic (3rd Quarter 2019) Classement des compagnies aériennes africaines par volume de trafic (3ème trimestre 2019)

The performance in terms of regional passenger traffic of Eastern and Southern Africa. Les performances en termes de trafic passagers régional sont évidentes en Afrique orientale et australe.

Source: AFRAA / Planet Optimum

Routes ranking by traffic (3rd Quarter 2019 | Classement des routes par volume de trafic (3ème trimestre 2019)

7 of the 10 busiest domestic routes in Africa are within South Africa showing the strength of this market. Western Africa is represented with the route Abuja – Lagos. 7 des 10 lignes domestiques les plus fréquentées en Afrique se trouvent en Afrique du Sud, ce qui témoigne de l’importance de ce marché. L’Afrique de l’Ouest est représentée par la route Abuja - Lagos.

Airport ranking by passengers traffic 3rd Quarter 2019 | Classement des aéroports selon le trafic de passagers, 3ème trimestre 2019 Johannesburg and Cairo are the busiest airports in Africa, handling respectively 287 and 175 flights daily. Addis Ababa and Nairobi are also part of the top ranking carrying more than 5 million passengers every year. The only WCAF airport in this top 10 is Lagos.

Source: AFRAA / ACI AFRICA

Johannesburg et Le Caire sont les aéroports les plus fréquentés d’Afrique, avec respectivement 287 et 175 vols par jour. Addis-Abeba et Nairobi sont également en tête de classement, avec plus de 5 millions de passagers transportés chaque année. Lagos est le seul aéroport d’Afrique de l’Ouest et centrale (WCAF) de ce top 10.

Airport ranking by freight traffic 3rd Quarter 2019 | Classement des aéroports selon le trafic de fret, 3ème trimestre 2019 For this third quarter 2019 Jomo Kenyatta International Airport (JKIA), Nairobi handled more than 101 thousand tonnes of freight. Johannesburg OR Tambo is following with 88.96 thousand tonnes. Three West African airports are part of the top 10, namely Lagos, Accra and Dakar, which represent an improvement for the region compared to the previous quarter.

Source: ACI AFRICA

76 |

African-skies | february – april 2020

Pour ce troisième trimestre de 2019, l’aéroport Jomo Kenyatta de Nairobi a traité plus de 101 mille tonnes de fret. Johannesbourg OR Tambo suit avec 88,96 mille tonnes. Trois aéroports d’Afrique de l’Ouest font partie du top 10, à savoir Lagos, Accra et Dakar, ce qui représente une amélioration pour la région par rapport au trimestre précédent.


ENDEZ-VOUS EN AVRIL

26-28 avril 2020

Pourquoi y assister

Réseautage

26-28 avril Échange de connaissances

Négociations commerciales

COMING IN APRIL

9

TH

Nouer des partenariats gagnant-gagnant

26 – 28 April 2020|Nairobi, Kenya

Façonner l’avenir du transport aérien en Afrique Why attend?

EMARA-OLE SERENI HOTEL

Network

Nairobi,

April 26-28

Kenya 2020

Knowledge exchange

«Meilleurs cieux pour l’Afrique» Business nego a ons

“Shaping the Future of Air Transport in Africa”

Forge-win-win business rela onships

L’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA) organise la 9 Convention des parties prenantes de l’aviation (ASC) à Nairobi au Kenya du 26 au 28 avril 2020. La Convention est un événement phare unique en ème

The African Airlines Associa on (AFRAA) will stage the 9th Avia on Stakeholders Conven on (ASC) in Nairobi - Kenya Afrique qui offre une plateforme pour présenter les nouveaux développements dans les secteurs de l’aviation et du tourisme, The Convendeonl’industrie, is a major event of its kind in Africa that provides a pla�orm for showcasing new from 26-28 April 2020. aborder les tendances commerciales faire du réseautage et nouer de nouveaux partenariats.

developments in avia on and tourism, discussion of industry business trends, networking and forging new partnerships. Rendez-vous à la 9ème ASC pour interagir et échanger avec plus de 400 délégués de haut niveau de l’industrie du transport aérien Afrique, ento Europe, Moyen-Orient, en Asie enprofile Amérique du Nord où nous façonnons l’avenir de Meet us en at the 9th ASC interactau and network with over 400et high delegates from au themoment air transport industry in Africa, Europe, l’aviation Middle East,africaine. Asia and North America as we shape the future of African avia on. Pour les opportunités deand parrainage, d’exposition d’intervention, veuillez Mme Maureen Kahonge (mkahonge@afraa.org). For Sponsorship, Exhibi on Speaking Opportuniet es, please contact Ms.contacter Maureen Kahonge (mkahonge@afraa.org). For Registra on Pour les questions relatives à l’inscription, veuillez contacter Mme Dicie Okaya (dokaya@afraa.org). enquiries, please contact Ms. Dicie Okaya (dokaya@afraa.org).


-

Consulting Our areas of expertise:

Airline Restructuring | Technical & Operations | Training | Safety

ľ;‚;uvhb;v=ou=ub1-Ŀ Contacts us African Airlines Association (AFRAA) P O Box 20116 Nairobi 00200 - Kenya Mr. Japheth Okemwa, Email: jokemwa@afraa.org Tel: +254 20 23 20 144 / 23 20 148 Office Mobile: +254 722 209708, Website: www.afraa.org

Profile for African Airlines Association (AFRAA)

African Skies Issue no. 48  

African Skies Issue no. 48  

Profile for afraa
Advertisement