Page 1

Institut National de la Jeunesse et de l'Education Populaire Etablissement public du ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports 11 rue Paul Leplat – 78160 Marly-le-Roi – France Tél. : + 33 (0)1 39 17 27 70 – Fax : + 33 (0)1 39 17 27 57

B ULLETIN D ' INFORMATION

DE L 'AGENCE FRANÇAISE DU

P ROGRAMME

EUROPÉEN J EUNESSE EN

ACTION

Agence française du Programme européen Jeunesse en Action Institut National de la Jeunesse et de l'Education Populaire Etablissement public du ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports 11 rue Paul Leplat – 78160 Marly-le-Roi – France Tél. : + 33 (0)1 39 17 27 70 – Fax : + 33 (0)1 39 17 27 57

Un programme pour tous les 13- 30 ans Un programme

Europe Express

pour tous les 13- 30 ans

www.jeunesseenaction.fr

L’EDITORIAL de Martin Hirsch

Haut commissaire à la Jeunesse

www.jeunesseenact

Dans le cadre des nouvelles attributions confiées à l’INJEP, avec le nouveau décret, j’ai confirmé son rôle de gestion et de développement du Programme Européen Jeunesse en Action (PEJA) à travers l’Agence Française du PEJA.

Ce programme représente une opportunité formidable pour les associations et les collectivités territoriales en leur donnant la possibilité d’œuvrer à la construction d’une politique européenne de jeunesse. Il est, pour tous les jeunes qui le souhaitent, une source de mobilité, d’apprentissage et d’enrichissement personnel facilitant leur insertion sociale et professionnelle. Le Programme Européen Jeunesse en Action contribue par ailleurs à la prise de conscience chez les jeunes de leur citoyenneté européenne.

C’est donc avec plaisir que je contribue à ce numéro de magazine « Europe Express ». D’autant plus que son dossier central est notamment dédié à 2010, année européenne de la lutte contre la pauvreté et les exclusions. Prioritairement destiné aux plus défavorisés, le PEJA fait partie des leviers de cette lutte, et c’est la raison pour laquelle j’y suis particulièrement sensible. D’autres actions sont conduites en faveur de la mobilité européenne des jeunes. Ainsi, conformément aux préconisations de la Commission de concertation sur la jeunesse, le fonds d’expérimentation pour la jeunesse soutient plusieurs projets visant à faciliter la mobilité des jeunes qui sont privés de cette opportunité, faute de moyens ou d’accompagnement. J’ai la conviction que le Programme Européen Jeunesse en Action est porteur de promesses qui répondent aux besoins et aux envies des jeunes.

Le Conseil des 27 a décidé fin novembre que 2011 serait l’année européenne des activités de volontariat, pour promouvoir la citoyenneté active. La Commission européenne encourage quant à elle depuis longtemps le volontariat, notamment à travers la mise en place du Service Volontaire Européen. La France s’inscrit dans cette dynamique de promotion de l’engagement avec la proposition de loi sur le 2010 est l’année service civique en cours de discussion au Parlement. Je souhaite que le Service Volontaire Européen soit le volet européen de ce service civique.

européenne de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

Ces quelques lignes sont pour moi l’occasion d’adresser mes sincères remerciements à toutes celles et à tous ceux qui mettent leur énergie et leur passion au service de la mobilité européenne des jeunes et de la promotion du volontariat.

www.2010againstpoverty.eu

2 > - 3 questions à C. Chaillou Dossier > 1 à VIII : Priorités thématiques du PEJA en 2010

Directeur de l’AFCCRE

- Du côté des Régions

5 à 7 > - La parole aux projets

3 > - Du côté de l’Afpeja 4 > - Le Peja en Europe et dans le Monde : la stratégie de l’inclusion

8 > - En avant l’Europe :

Un nouveau cadre de coopération européenne jeunesse pour 2010 - 2018

28

Janvier 2010 Dossier spécial Priorités thématiques du PEJA en 2010


Le programme européen jeu

Du côté des Régions ... 3 Christophe questions à ... Chaillou Directeur - Association Fançaise du Conseil des Communes et Régions d’Europe (AFCCRE) Membre du Comité national d'orientation et de suivi du Programme Européen Jeunesse en Action (PEJA)

Comment voyez-vous les relations entre l'AFCCRE et l'AFPEJA ?

2

L'AFCCRE défend avec ses membres – plus de 1500 collectivités territoriales, communes, structures intercommunales, départements et régions – l'idée d'une Europe proche de ses citoyens. Nous sommes donc très attachés au PEJA qui est un formidable outil de promotion de la citoyenneté européenne auprès des jeunes. C'est la raison pour laquelle nous travaillons aux côtés de l'Agence pour promouvoir le programme auprès des collectivités territoriales françaises. L'AFCCRE participe aux travaux du Comité National de suivi du PEJA. De notre côté, nous apprécions tout particulièrement la contribution de l'Agence aux manifestations que nous organisons en direction des collectivités françaises, comme lors de la 1ère Rencontre Jumelages et Partenariats qui s'est tenue à Tours les 11 et 12 septembre derniers.

1

Quel est selon vous, l'intérêt du PEJA pour les collectivités territoriales ? Le PEJA est tout d'abord un moyen de nourrir l'action européenne et les politiques jeunesse des collectivités locales et régionales. D'une part, il permet de dynamiser et enrichir les partenariats européens et les jumelages en y intégrant les jeunes. D'autre part, il donne une véritable dimension européenne aux politiques locales en direction des jeunes. C'est aussi un outil de sensibilisation européenne très efficace, puisqu'il contribue à créer localement des réseaux impliquant élus locaux, associations et représentants de la société civile, parents, établissements scolaires… autour d'un projet européen concret.

Comment, selon vous, davantage sensibiliser les collectivités territoriales sur ce programme ?

3

Les collectivités territoriales devraient bien entendu mieux appréhender le PEJA, en particulier les actions pour lesquelles elles peuvent apporter une vraie plus-value (partenaires, réseaux, accueil, financement…), telles que "Jeunesse pour la démocratie", le SVE ou encore les séminaires de jeunes. L'implication des jeunes dans les projets européens doit devenir l'une des priorités des élus locaux et régionaux. Les bonnes pratiques dans ce domaine devraient donc être davantage valorisées. C'est ce que l'AFCCRE s'attache à faire, avec l'AFPEJA, au travers de la formation et l'information que nous proposons à nos membres.

Europe Express n° 28 - PAG E 2

Séminaire sur le Volontariat en EuroMed 2 au 6 décembre 2009 Nord Pas-de-Calais L’Afpeja et le centre de Ressources Salto-Youth EuroMed localisé à l’Afpeja (INJEP), ont organisé, avec le concours de l’Association pour le Développement des Initiatives Citoyennes et Européennes (Adice - association nordiste impliquée dans le volontariat et désireuse de développer des actions avec les pays méda notamment le Maroc), un séminaire autour du volontariat EuroMediterranéen : “Le volontariat EuroMéditerranéen comme outil de développement humain : l’exemple du Service volontaire EuroMéditerranéen”. Il a réuni du 2 au 6 décembre dernier à Roubaix, au Centre des Archives nationales du Monde du Travail, une quarantaine de représentants d’organisations de jeunesse (experts, animateurs, porteurs de projets…) venus de 16 pays du bassin méditerranéen et d’Europe, intéressés pour partager leur identité culturelle, leurs expériences en matière de volontariat et envisager des coopérations entre les différents pays partenaires. Ce séminaire a permis aux participants d’échanger sur les différentes notions et les réalités diverses de la participation des jeunes dont le volontariat est une des formes d’engagement, à travers la valorisation de projets réussis ou le témoignage d’experts sur des aspects plus politiques (avec des interventions remarquées de Jean-Claude Richez de l’Injep sur la politique européenne de jeunesse et de Lahcen Haddad, professeur à l’université de Rabat sur celles des pays de la rive sud de la Méditerranée) et stratégiques du partenariat EuroMed (coopération internationale, place de l’éducation non formelle…). Pour enrichir leurs réflexions, les participants ont pu s’appuyer sur l’étude sur les impacts positifs du SVE en EuroMed réalisée par le Centre de Ressources Salto-Youth EuroMed. Cette étude, élaborée à partir d’interviews de bénéficiaires et de promoteurs depuis 2007, confirme que les projets de volontariat entre les deux rives de la Méditerranée ont favorisé une plus grande participation des jeunes à la société civile, le développement du tissu associatif local et, d’une manière générale une meilleure compréhension mutuelle entre les peuples favorisant ainsi un dialogue interculturel toujours plus riche. L’étude sur le SVE en EuroMed sera disponible en 2010 sur www.salto-youth.net/euromed

Formation interrégionale à l’accompagnement des Initiatives de Jeunes 28 septembre au 1er octobre 2009 - Bretagne Cette session de formation, coordonnée par Régis Leprêtre, correspondant régional PEJA à la Direction Régionale et Départementale Jeunesse et Sports, et organisée en partenariat avec des structures locales (Lucioles, FOL 22, MJC de Pacé…) a réuni, à Treveneuc (Côte d’Armor) en septembre dernier, une vingtaine de représentants de structures de jeunesse (réseau information jeunesse, collectivités, associations locales…), tous désireux de mieux connaître l'action 1.2 du PEJA et de s'emparer de méthodes pour accompagner les futurs porteurs de projets. Ce programme a ainsi permis aux participants d'aborder plusieurs axes du coaching et des Initiatives : sens de l'accompagnement, reconnaissance de l'éducation non formelle, échanges de pratiques. Les rencontres avec des élus (mairie, conseil général), un animateur de jeunesse impliqué également dans les échanges et le SVE ainsi qu’avec des anciens bénéficiaires (dont une radio qui rayonne toujours dans l'agglomération de Saint-Brieuc) ont permis de valoriser le dynamisme des acteurs locaux, démontrant aussi l'intérêt grandissant du PEJA pour les jeunes. Cette session était également d'autant plus novatrice que trois des membres de l'équipe de formation étaient présents l'an dernier à ce même type de rencontre organisée à l'Ile d'Yeu, mais à titre de participants. Contact : Régis Leprêtre - Correspondant PEJA - DRDJS Bretagne regis.lepretre@jeunesse-sports.gouv.fr Un film réalisé dans la région Centre a démontré les enjeux et la pertinence de cette formation.


nesse en action en France

Du côté de l’Agence Le Service Volontaire Européen à l’honneur sur Arte et Public Sénat Le SVE a fait l’objet de deux reportages TV préparés avec le concours de l'Afpeja.

Sur Arte, le 14 octobre 2009… L’équipe de "Zoom Europa", l’émission phare de la chaîne TV ARTE (www.arte.tv), est partie à la rencontre des volontaires SVE accueillis au sein de l’association Keric, à Cadza, petite ville slovaque à la frontière polonaise. Keric organise des activités culturelles pour les enfants et les jeunes de la région, certains venant de la communauté rom des alentours. Romuald, jeune français envoyé par l’Adice (Nord Pas-de-Calais) a raconté au journaliste, avec passion et enthousiasme, 7 mois (déjà) de SVE. Les autres volontaires (d’Italie, d’Autriche ou du Brésil) ont évoqué la richesse de cette expérience multiculturelle et tout ce que cela leur apportera quand ils reviendront chez eux, avec “un peu de Slovaquie dans le cœur”. Sur Public Sénat, le 23 novembre 2009 et sur internet L’équipe de l’émission "Europe Hebdo" de la chaîne TV Public Sénat (www.publicsenat.fr) a rencontré Magali, volontaire française envoyée par l’association Senois (Basse-Normandie) et accueillie au sein de l’association Civitas à Lisbonne, capitale portugaise. Dans le cadre de ses missions SVE, Magali organise notamment des activités pour faciliter l’apprentissage de la lecture des enfants de communautés issues de l’immigration. Le reportage a été suivi par un débat entre un journaliste et une jeune députée européenne allemande, qui a expliqué tous les enjeux de l’action 2 du PEJA (budget, reconnaissance, philosophie…).

2010

En route vers l’évaluation intermédiaire du PEJA En 2010, une évaluation intermédiaire du Programme européen Jeunesse en Action (PEJA) sera conduite aux niveaux communautaire et national dans chacun des pays “Programme”. Les objectifs sont de permettre aux Etats membres de l’UE et à la Commission européenne d’étudier les aspects qualitatifs et quantitatifs de la mise en oeuvre du programme et de rendre compte des résultats obtenus entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2009, d’en ajuster ou de réorienter si nécessaire les conditions de mise en oeuvre et d’établir des préconisations pour la future génération de programme après 2014. En France, cette évaluation est conduite par la Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (Djepva - Haut Commissariat à la jeunesse), qui a créé un comité de pilotage composé de représentants de la Djepva, de l’Afpeja, de correspondants régionaux PEJA, d’associations et de collectivités. Etudes et interviews permettront ainsi de connaître les impacts du PEJA en France, à mi-parcours.

L’Afpeja contribue à la consultation de l’UE sur la mobilité des jeunes en Europe ou comment améliorer les possibilités de mobilité, que ce soit pour apprendre, étudier ou faire du volontariat Depuis 20 ans, l’Injep, à travers l’Afpeja, gère les programmes de l’UE favorisant la mobilité des jeunes en dehors du cadre scolaire ou de formation professionnelle. Forte de son expérience, l’Afpeja a souhaité, elleaussi, apporté sa contribution à la consultation publique lancée par la Commission européenne. La mobilité peut être un atout important dans le parcours d’apprentissage d’un jeune et l’Afpeja réitère en conséquence la nécessité de donner plus d’ampleur aux programmes déjà existants qui ont déjà prouvé leur efficacité (ex : le SVE) par l’augmentation des crédits européens et la mobilisation d’autres acteurs (collectivités territoriales, entreprises…) que ce programme intéresse pour leurs politiques. Ces dernières sont sensibilisées et encouragées à s’impliquer davantage ; l’appel à projets “actions innovantes pour développer la mobilité des jeunes en mission locale et en apprentissage”, lancé par le Haut Commissaire à la Jeunesse pourra favoriser les synergies. Illustrant ses réflexions par des exemples de bonnes pratiques PEJA ou d’autres initiatives, l’Afpeja présente différentes préconisations, pour favoriser un parcours de mobilité de qualité : - diffuser une information accessible et lisible par tous les jeunes, sur leurs lieux de vie ou via leurs interlocuteurs habituels en privilégiant le plus possible les témoignages d’anciens bénéficiaires ; - améliorer l’apprentissage des langues étrangères, souvent considérées comme des barrières à la communication et à la mobilité internationale ;

- définir un cadre pour que l’accompagnement (structures spécifiques, tutorat…) garantisse la qualité des projets, suivi et évaluation compris. Une attention devra être portée plus particulièrement vers les structures en contact avec les jeunes avec moins d’opportunités ; - encourager la mobilité et la formation des prescripteurs (travailleurs sociaux-éducatifs, formateurs). La valorisation de leur rôle en feront une des clés du développement de la mobilité ; - replacer les périodes de mobilité mêmes courtes (souvent «tremplin» vers d’autres expériences) dans le parcours global des jeunes notamment ceux les plus en difficulté ; - favoriser la reconnaissance de la mobilité comme une expérience qualifiante par les universités et les entreprises et favoriser la validation des acquis de la mobilité internationale, notamment celle effectuée dans un cadre d’éducation non formel. L’Afpeja souhaite par ailleurs la reconnaissance des droits des volontaires en SVE au même titre que ceux des autres types de volontariat (ex : prise en compte de la durée du SVE pour la retraite…) et pour un système d’acquisition et de transfert des crédits pouvant être valorisés lors d’une reprise d’étude sur le modèle de la Validation de l’Expérience.

Télécharger l’intégralité de la contribution de l’Afpeja sur www.jeunesseenaction.fr Europe Express n° 28 - PAGE 3


Le programme européen jeunesse en action en Europe et dans le Monde

Focus sur la stratégie d’inclusion Favoriser la participation des jeunes “avec moins d’opportunités” aux activités du Programme Européen Jeunesse en Action : une des priorités permanentes du programme. Cette priorité ne signifie cependant pas qu’il s’agit de fixer un “quota” de jeunes présentant des difficultés particulières pour participer à ces activités. Il s’agit plutôt de bien connaître et analyser les différents obstacles que peuvent rencontrer certains jeunes pour accéder à la mobilité éducative européenne, et ensuite de mobiliser et faire travailler en réseau aux niveaux régional, national et européen, tous les partenaires susceptibles de conseiller, accompagner ces jeunes et leur proposer des activités de mobilité européenne, principalement des échanges de jeunes et le SVE, sans exclure les autres actions du programme.

Une stratégie européenne adoptée en 2007 La Commission européenne a adopté en 2007 une “stratégie d’inclusion des jeunes avec moins d’opportunités” que l’on peut résumer en trois points essentiels. Tout d’abord, il s’agit de l’analyse de tous les types d’obstacles et de discrimination (sociaux, économiques, culturels, d’isolement ou d’éloignement géographique,de genre, d’orientation sexuelle, de santé, de handicap physique ou mental) que peuvent rencontrer les jeunes européens. La Commission a ensuite déterminé qu’il existe deux types de projets “inclusifs” : d’une part, ceux qui consistent à “inclure” ces jeunes avec moins d’opportunités dans les activités du programme, si possible en mixité avec d’autres jeunes ne rencontrant pas de difficulté particulière, afin de ne pas créer de “projets ghettos”. D’autre part, seront considérés comme inclusifs les projets, principalement de service volontaire européen et les actions de formation et de mise en réseau des travailleurs de jeunesse, destinés à créer de nouvelles opportunités pour ces jeunes, améliorer la qualité des projets, du suivi et de l’accompagnement de ces jeunes, ou encore valoriser leur expérience de mobilité dans leur parcours d’insertion. Enfin, la Commission européenne a concentré les efforts des acteurs du programme sur la qualité des activités proposées aux jeunes avec moins d’opportunités, afin que leur expérience de mobilité européenne, quelle que soit sa durée et sa nature, soit un élément décisif pour leur développement personnel, leur éducation, leur formation, leur insertion sociale et professionnelle.

Une adaptation française L’agence française a repris à son compte cette stratégie d’inclusion adoptée au niveau européen, en y ajoutant quelques spécificités nationales, selon trois axes d’intervention : - Quelques “groupes cibles” prioritaires ont été déterminés, au niveau national : en premier lieu, les jeunes des quartiers urbains sensibles, et de certaines zones rurales, où se concentrent la plupart des obstacles identifiés dans la stratégie européenne ; la seconde catégorie pour laquelle l’agence souhaite faire des efforts particuliers est celle des jeunes handicapés, physiques ou mentaux. - La démarche retenue est de faire travailler en réseau au niveau local, régional et national les différents acteurs de terrain susceptibles d’accompagner ces jeunes et de monter des projets, avec des partenaires européens, et aussi de suivre ces jeunes de la manière la plus individualisée possible, afin que leur expérience de mobilité soit une étape décisive de leur parcours. Ce travail de proximité implique qu’au niveau local ou régional, d’autres catégories de jeunes que les groupes cibles identifiés au niveau national puissent être touchées, après analyse, par le réseau de partenaires animé par le correspondant régional de l’agence. - Enfin la participation des jeunes avec moins d’opportunités aux activités de mobilité éducative en Europe doit être réellement une étape importante de leur parcours d’insertion. C’est la raison pour laquelle l’agence considère comme stratégique la formation et la mise en réseau des acteurs du programme susceptibles d’intervenir auprès des jeunes avec moins d’opportunités, afin que les méthodes d’éducation non formelle utilisées dans nos activités contribuent réellement à procurer à ces jeunes des savoir, savoir faire et savoir être pouvant être reconnus et valorisés dans la suite de leur parcours. Ainsi en mai 2009, le dernier séminaire européen que l’Agence a organisé à l’INJEP de Marly-le-Roi (en partenariat avec les agences estonienne et irlandaise et les deux centres de ressource SALTO Inclusion et Formation/coopération) était consacré à la reconnaissance de l’éducation non formelle pour l’inclusion des jeunes avec moins d’opportunités, en particulier par l’utilisation de la démarche Youthpass. (Cf n°50 de la revue de recherche de l’Injep - Agora Débats Jeunesse - Juillet 2009) Contact : Afpeja - Gilles Baccala - Coordinateur Inclusion baccala@injep.fr Europe Express n° 28 - PAG E 4


Service Volontaire Européen (action 2) Charline - Languedoc-Roussillon

Un projet sur le “savoir-vivre ensemble”

Rencontre avec Charline, de retour de son projet SVE “Wahou, beaucoup trop d’honneur pour moi d’être dans Europe Express !” Mon aventure a donc débuté le 15 février 2009 et s’est terminée six mois après. Peniche est exactement la ville écrite sur le projet de la base de données. Mon organisation de départ en France est l’“I-PEICC” à Montpellier et mon organisation d’accueil au Portugal est “l’Associacão Juvenil de Peniche”. Le Portugal est une destination de rêve, où la population vous accueille les bras ouverts. Je ne me suis jamais retrouvée en difficulté, et j’ai été intégrée dès la première semaine… Mon projet, tout au long de ces mois, s’est divisé en deux missions. Pendant la période scolaire, j’intervenais dans les écoles de la ville de Peniche avec mes collègues de l’association. Nous mettions en place des activités de socialisation, de communication, d’intégration, de "savoir vivre ensemble", car, au Portugal, le service social est en partenariat avec les écoles… Les jours "libres" comme les mercredis après midi, les samedis et toutes les vacances scolaires, ma mission était de créer des projets d’activités divers pour les jeunes du quartier où réside l’association. Sur un mois, on mélangeait le sport à la santé (prévention sur la sexualité, la drogue…), ou encore à la culture (visites de sites, théâtre, montage de film) ou l’environnement (nettoyage de plages). Lors des vacances scolaires, c’était le même principe, mais au rythme d’une activité différente chaque jour ! Si j’ai eu quelques soucis de réadaptation à mon retour - je suppose que c’est dû à l’intensité de mon expérience au Portugal - on se rend compte de la chance que nous avons pu avoir durant six mois, et surtout que le volontariat et la qualité de la prise en charge "SVE" n’est pas la vraie vie… Du coup, le retour peut être violent pour certains, comme moi… On rêverait de pouvoir tout recommencer, car au fond de nous, l’aventure n’est pas terminée… (Oh oui, s’il vous plait, je veux y retourner !!! ). Je viens de trouver un emploi de travailleur social ici, dans ma ville à Montpellier, mais rien n’est comparable à ces six derniers mois et… si c’était à refaire, je n’hésiterais pas à partir une année les yeux fermés ! Charline a également témoigné dans le prochain “European Diary” à paraître en 2010.

Contact : Charline Gazzone - ninne_@msn.com

Séminaire de jeunes (action 5.1)

Scénario 2050

Centre Georges Pompidou - Ile-de-France

Quand 70 jeunes européens imaginent leur “Maison” en 2050. Un projet créatif et innovant. Dans le cadre du projet “Ma maison en 2050”, le Centre Pompidou a proposé, du 28 au 30 novembre 2008, à 70 jeunes de 15 à 30 ans venus de France, Suisse, Roumanie, Finlande, Grande-Bretagne et Turquie, de participer à un grand rendez-vous européen autour d’un atelier de design prospectif orchestré par la designer Matali Crasset. Cette expérience faite d’un mélange de travail, de jeu, de vie collective et de découverte commune, de création prospective et de constat sur le présent a fait émerger deux axes forts issus des créations des jeunes participants. D’un côté, on a vu apparaître ce qui concernait le vivre-ensemble, et de l’autre la manière de se prémunir des menaces de ce monde globalisé (catastrophes, insécurité, agressions à grande échelle). Chaque participant a travaillé à partir de modules simples découpés sur de grandes planches imprimées, conçues par Matali Crasset. Les projets réalisés durant ce “workshop” ont tous interrogé la question de la vie sociale en 2050 (habitat collectif, tension vie intime/vie publique,…). Mais ce sont les thématiques de la surveillance, des menaces écologiques, des manières de produire de l’énergie nouvelle, de se prémunir des réseaux sans fil, de conserver son intimité dans un monde de communication généralisée, qui sont apparues récurrentes pour tous. Tous les scenarii ont démontré une sorte d’hyperconscience de la nocivité de l’activité humaine sur l’environnement et sur l’humanité elle-même. “On ne conçoit peut-être pas le futur de la même manière selon le pays d’origine, son histoire, sa place dans le monde, sa culture. Mais à observer ces jeunes en train d’imaginer ensemble, de concevoir des modules qui formeront ensuite des mondes, des villes, des scénarii de vie à venir, on est tenté de dire que le futur, c’est ce que ces jeunes ont en commun” (extrait de l’analyse/synthèse du workshop “Scénario 2050” faite par Emmanuelle Lallement, ethnologue présente lors des ateliers). Le 11 février 2010, une table ronde “Inventer le futur” viendra clôre une année d’évènements dédiée au futur dans lequel s’inscrivait le projet PEJA “Scénario 2050”. Contact : Centre Geroges Pompidou - Corinne Rozental corinne.rozental@centrepompidou.fr - www.mamisonen2050.centrepompidou.fr

Europe Express n° 28 - PAGE 5


Formation avec les pays“Programme” (action 4.3) MPT Léo Lagrange - Basse-Normandie

La participation en questions

Retour sur un séminaire européen sur la participation des jeunes Ce séminaire a réuni du 5 au 11 octobre 2009 des structures travaillant en direction et avec des jeunes, soit 14 organisations gouvernementales et ONG de 9 pays "Programme" (Norvège, Royaume-Uni, Allemagne, Autriche, Bulgarie, Roumanie, Turquie, Italie, Espagne) et 11 organisations publiques et associatives de Basse-Normandie. Les objectifs étaient multiples : faire un état des lieux des pratiques réelles autour de la participation des jeunes, analyser et mutualiser ces pratiques, et créer des partenariats. Ainsi, le participant anglais a expliqué qu'en Angleterre il n’y avait pas de ministère spécifique jeunesse et comment les jeunes étaient consultés de manière transversale par les associations ou les institutions. Autre exemple, les participants turcs et roumains étaient surpris qu’il existe en France des lieux d’accueil en dehors de l’éducation formelle. A Cherbourg-Octeville, les participants ont rencontré des jeunes participatifs et engagés “utilisant” différents dispositifs (CMJ, Junior Association, PEJA…). Toutes ces réalités ont été mises en perspective avec des données plus théo”riques telle que l’Echelle de Hart” ou encore le Livre blanc sur la participation. Tout le travail et les réflexions ont été facilités par l’utilisation de méthodes actives et interactives que chacun utilise déjà dans son quotidien avec les jeunes. Bien sûr des partenariats sont nés. Une vingtaine de projets ont été envisagés durant la semaine (rencontres, SVE, formations, job shadowing...). Le Forum public organisé le 9 octobre à l’IUT de Cherbourg-Octeville a permis à près d'une centaine de jeunes et acteurs de jeunesse, de s’informer sur le PEJA et sur les “résultats” du séminaire relayé dans les médias locaux. L’implication et le dynamisme des 25 européens du séminaire a réellement donné envie aux visiteurs de s’immerger dans le programme. Plusieurs structures ont déjà contacté les relais locaux bas-normands. Enfin, pour évaluer cette semaine une formation sur la reconnaissance de l’éducation non formelle a clos cette semaine avec la délivrance de Youth Pass. Pendant cette semaine européenne en Basse-Normandie, le Programme Jeunesse en Action a eu un réel impact. Contact : Maison Pour Tous Léo Lagrange Cherbourg-Octeville - Arno Servant - arnojea@gmail.com

Diffusion/exploitation des résultats

BerliNiort

Projet personnel SVE- Poitou-Charentes

Quand un projet personnel SVE réécrit l’histoire de la Chute du Mur. “Pourquoi ce projet ? Un volontariat d’une année est toujours quelque chose de très personnel : les jeunes que j’ai rencontrés ici sont devenus des amis. BerliNiort était une chance unique de pouvoir découvrir l'histoire de l'Europe avec eux et partager l'histoire de ma famille et de mon pays en même temps.Avec BerliNiort, les jeunes niortais vivent en direct l’Histoire de l’Europe. La chute du mur donne à notre génération la possibilité de découvrir la diversité de l’Europe, une chance que nos parents n’ont pas eue”, nous explique Robert, 23 ans, jeune SVE allemand d’origine de l’ex-RDA accueilli au FJT l’Escale à Niort. BerliNiort, c’est 120 m2 de mur (20 mètres de haut) érigés devant l’habitat Jeunes appelé “l'Atlantique de Niort”, décorés avec des tags et fresques réalisés par des jeunes collégiens, lycéens, résidents du FJT avec Ossada, un artiste allemand. BerliNiort, c’est un projet impliquant activement les jeunes et associations sur le local à toutes les étapes (organisation, dessin, écriture, témoignages, construction et... destruction !) et des partenaires locaux : association Allemagniort, Institut Goethe de Bordeaux, le Consulat général d’Allemagne, la CAF des Deux-Sèvres, la Ville de Niort, et la Communauté d’Agglomération de Niort. BerliNiort, c’est une exposition complétée avec des photos de l'Institut Goethe, des panneaux sur l'histoire de l'association Allemagniort et des oeuvres de l’artiste Ossada. BerliNiort, c’est la parole donnée, lors de tables rondes, à des témoins qui ont raconté avec émotion la chute 20 ans avant BerliNiort, ce sont plus de 500 visiteurs et plus de deux douzaines d’articles de presse dans des médias de cinq pays (France, Etats-Unis, Suisse, Belgique, Allemagne). BerliNiort, c’est un groupe de 40 jeunes qui a fait tomber ce Mur avec un feu d’artifice pour clôturer cet événement historique. BerliNiort, c’était du 6 au 18 novembre 2009 à Niort et prochainement en Allemagne. BerliNiort a été présenté au sommet de la jeunesse à Genève et à des groupes de volontaires SVE à Strasbourg. “Le mur va rester dans nos têtes comme "notre" mur. Un mur qu’on a fabriqué, décoré et qu’on a dû détruire à la fin.” Contact : Robert Schmidt - robert@berliniort.fr - www.berliniort.fr

Europe Express n° 28 - PAG E 6


Le coin coin Le des productions productions des Echanges/Jeunesse pour la démocratie/ SVE (actions 1.1, 1.3 et 2) Ville de Frontignan - Languedoc-Roussillon

A Frontignan La Peyrade, l’autonomie n’a pas de frontières Du côté des collectivités territoriales Convaincue que les voyages forment la jeunesse et qu’ils sont un efficace outil d'insertion sociale et professionnelle, la Ville de Frontignan la Peyrade développe des actions de mobilité et multiplie les échanges internationaux, depuis 2006. Ils sont portés par le service jeunesse, en lien étroit avec la mission locale d’insertion et en partenariat avec le Conseil général de l’Hérault, la structure coordinatrice I.PEICC, et bien sûr les associations locales. De nombreux échanges ont déjà eu lieu notamment avec des jeunes d’Espagne, d’Italie, du Portugal, de Belgique, de République tchèque, et plus de 40 jeunes frontignanais ont participé à ces échanges collectifs... En mai dernier, ils accueillaient à domicile de jeunes italiens pour une semaine de rencontres, ateliers et débats sur la citoyenneté, dans le cadre du projet Jeunesse pour la Démocratie “Raise your hand” (Action 1.3). Quelques jours plus tard, de jeunes italiens, portugais et turcs venaient partager une semaine d’atelier de danse hip hop, pour se produire ensuite sur la scène du festival solidaire et de cultures urbaines Festipop, sur la commune. Dans le cadre du SVE, la Ville a accueilli un jeune italien et un jeune portugais, sur des séjours courts. Ils ont apporté un autre regard et se sont investis dans les rendez-vous d’été de la commune, notamment le Festival international du roman noir (FIRN) et le Festival du muscat. Quelques mois auparavant, un jeune de Frontignan vivait l’expérience en République tchèque pendant un an : “J’ai beaucoup appris... à me débrouiller surtout, car c’est la première fois que je quitte le cocon familial”. Pour mettre en place ces échanges et les accueillir au mieux, la Ville a fait le choix de confier le montage des dossiers et le suivi logistique de chaque projet à un animateur à plein temps. Cinq animateurs du service jeunesse interviennent également pour accompagner les jeunes durant leur séjour. En 2009, ce sont 1250 heures qui ont été consacrées à la réalisation de ces projets. Ils sont soutenus dans ce travail par l’association I.PEICC sur les aspects administratifs, l’organisation, la formation et l'accompagnement des animateurs qui participent aux séminaires de formations européens (pool d'animateurs Jeunes Avec Moins d’Opportunités Arc latin). Elle assure également la coordination pour l'envoi des SVE. Après plusieurs voyages au Maroc dans un cadre humanitaire, un échange multilatéral avec deux pays du Maghreb et deux pays européens devrait voir le jour en 2011. Pour le préparer au mieux, le service jeunesse travaillera en 2010 à la formation d'animateurs et rencontrera les futurs partenaires. Pour poursuivre la démarche engagée, le service jeunesse souhaite également développer les échanges avec les villes jumelées avec Frontignan : Gaëta (Italie),Vizela (Portugal) et prochainement Pineda del Mar (Espagne). Il s’agit de faire lien avec d’autres actions de la Ville et penser le jumelage autrement pour préparer ceux de demain.

Paroles de Euro jeunes Citoyens ?

Lorraine, 2009 Séminaires de jeunes Pays de Loire, 2006 (action 5.1de dujeunes PEJA) nationale Initiative

Ce projet porté par le paneuropéen Livre – Dvd réalisé parréseau une quinzaine de Together réuni en dernier (49) 80 jeunes jeunes dea 17-18 ansoctobre de Chemillois européens pour débattre des valeurs de la à partir d’un travail de recherche documencitoyenneté européenne et de taire et d’interviews autour delalaparticipation citoyenneté des jeunes à la(construction, vie politique, sociale, européenne identité,éconoopportumique, du Objectif niveau local européenne. nités…). de laà l'échelle démarche : pouvoir Consultez les nombre vidéos, les des sensibiliserenunligne grand derésultats jeunes via enquêtes et les contributions des jeunes. leur établissement scolaire ou leurs associations locales. www.youthvoice.network-together.eu Contact : MRJC Anjou d_co_nec_t@msn.com

Soi et des Hommes Les ombres Ile-de-France, 2009

qui medetraversent Initiative jeunes (action 1.2 du PEJA) Ile de France, 2006 Initiative defrancilienne jeunes L'association transnationales Aujourd'hui réalise un projet innovant autour du Développement MeilleureUne Première Oeuvre de Fiction Durable. exposition photo/vidéo et au une ème Festival International du Court-Métrage 30 plate forme avec des interviews de jeunes de Clermont-Ferrand 2008. européens évoquent l'engagement des jeunes La fiction a été tournée autour fêted'acdu (avec un focus sur la Bulgarie) surde celasujet 15 août en Roumanie et a été écrite et jouée tualité. par des jeunes français et roumains à Voinesti, petit village roumain. www.aujourdhui-asso.fr Contact : Association La Cabane à Images Emilie Carpentier emicarpentier@hotmail.com Web : www.lacabaneaimages.com

Contact : Ville de Frontignan - PIJ de Frontignan la Peyrade cyberpij-frontignan3@orange.fr Europe Express Express n° n° 25 28 -- PAG PAGE Europe E 77


En avant l’Europe...

Agence française du Programme européen Jeunesse en Action Institut National de la Jeunesse et de l'Education Populaire Etablissement public du ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports 11 rue Paul Leplat – 78160 Marly-le-Roi – France Tél. : + 33 (0)1 39 17 27 70 – Fax : + 33 (0)1 39 17 27 57

Le 27 novembre dernier, les ministres en charge de la jeunesse de l’Union européenne, réunis à Bruxelles, ont adopté un nouveau cadre de coopération européenne dans le domaine de la jeunesse pour la période 2010-2018. Ce nouveau cadre fixe des objectifs, des priorités, des méthodes de travail et des systèmes de suivi. La coopération aura pour objectifs généraux de créer davantage de possibilités et d’instaurer l’égalité des chances pour tous les jeunes dans l’enseignement et sur le marché www.jeunesseenaction.fr du travail, ainsi que de favoriser la citoyenneté active, l’inclusion sociale et la solidarité de tous les jeunes. Cette décision est l’aboutissement d’une vaste consultation des jeunes et des organisations qui les représentent. La poursuite d’un dialogue structuré avec la jeunesse est aussi une caractéristique clé de la coopération future. Le nouveau cadre se base sur la stratégie proposée en avril dernier par la Commission européenne intitulée “Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser”. Cette stratégie constatait alors d’une part que les jeunes sont un des groupes sociaux les plus vulnérables, particulièrement en cette période de crise économique et financière, et d’autre part que les jeunes sont une ressource précieuse dans notre société vieillissante. Le nouveau cadre définit, pour la décennie à venir, les grandes orientations de la coopération politique dans les domaines qui concernent le plus les jeunes : l’éducation, l’emploi, la créativité et l’entrepreneuriat, l’inclusion sociale, la santé et le sport, la participation à la société civile et le bénévolat. Cette résolution, ainsi que l'initiative “La jeunesse en mouvement” proposée par le Président Barroso dans les orientations de la nouvelle Commission européenne (proposition d'inclure, dans la stratégie de l'UE 2020, la possibilité donnée aux jeunes d'effectuer une période de mobilité dans leur parcours de formation) démontrent la prise en considération importante des questions de jeunesse dans l’Agenda européen.

2010-2018 : un nouveau cadre pour la coopération européenne dans le domaine de la jeunesse Un programme pour tous les 13- 30 ans

...DERNIÈRE MINUTE... 2011 sera l’année européenne du volontariat... Le Conseil a décidé, fin novembre, que 2011 sera l’Année européenne du volontariat. L’organisation de l’année avait été proposée par la Commission européenne et a reçu un avis positif du Parlement européen. La Commission européenne encourage depuis longtemps le volontariat, notamment à travers la mise en place du service volontaire européen. 2011, l’Année européenne des activités de volontariat pour la promotion de la citoyenneté active marquera la prochaine étape des efforts déployés par la Commission pour favoriser le volontariat en Europe et aider la société civile, les collectivités locales et régionales et les États membres à réaliser les objectifs suivants : travailler à l’instauration de conditions propices au volontariat dans l’Union européenne, donner aux organisations liées au volontariat les moyens d’agir et d’améliorer la qualité de ce dernier, récompenser et reconnaître les acquis issus d’activités de volontariat, sensibiliser l’opinion publique à la valeur et à l’utilité du volontariat. L’Afpeja a d’ores et déjà inscrit dans son plan de travail plusieurs actions favorisant promotion et valorisation du Service Volontaire Européen qu’elle gère sur tout le territoire dans le cadre du Programme Européen Jeunesse en Action et programmé une sensibilisation sur l’année du volontariat de 2011 avec l’organisation d’une manifestation de lancement fin 2010. A suivre...

Europe Express Agence française du Programme Européen Jeunesse en Action (Afpeja) Institut National de la Jeunesse et de l'Education Populaire Etablissement public du haut commissaire à la Jeunesse

11 rue Paul Leplat 78160 Marly-le-Roi - France Tél. : + 33 (0)1 39 17 27 70 Fax : + 33 (0)1 39 17 27 57 Web : www.jeunesseenaction.fr Directeur de publication Jean Chiris Rédactrice en chef Emmanuelle Perpignaà Comité de rédaction Membres de l’Afpeja Édité à 6 000 evemplaires Imprimerie : KORUS Editions - Eysines No ISSN 1639 - 4976 “Cette publication est publiée avec le soutien de la Commission européenne. Elle n'engage que son auteur et la Commission n'est pas responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.”

Agence française du Programme europée Institut National de la Jeunesse et de l'Educa Etablissement public du ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports 11 rue Paul Leplat – 78160 Marly-le-Roi – Fra Tél. : + 33 (0)1 39 17 27 70 – Fax : + 33 (0)1 39

Europe Express n° 28 - PAG E 8

Un programme


Un programme pour tous les 13- 30 ans

Europe Expn°28 ress Priorités thématiques 2010 du PEJA

Dossier spécial

Janvier 2010

LES PRIORITÉS THÉMATIQUES en 2010 Chaque année, en sus des priorités permanentes (cf encadré) du Programme Européen Jeunesse en Action (PEJA), la Commission européenne fixe des priorités annuelles. www.jeunesseenaction.fr Elles garantissent la cohérence du programme avec les thèmes à l’ordre du jour au niveau européen. Les priorités 2010 sont les suivantes : ●

2010, Année européenne de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

Dans le contexte de l’année européenne, seront soutenus les projets destinés à faire prendre conscience aux jeunes que chacun à un rôle à jouer dans la lutte contre la pauvreté et la marginalisation, ainsi qu’à favoriser l’intégration des groupes moins favorisés. La priorité sera plus particulièrement donnée : - aux projets qui visent à stimuler la réflexion des jeunes sur la prévention de la pauvreté, ainsi que sur les conséquences de ce fléau et sur les solutions possibles pour le combattre ; - aux projets qui abordent le problème de la marginalisation et les différentes formes de discrimination, telles que celles basées sur le genre, le handicap, ou les raisons ethniques, religieuses, linguistiques ou de migration. Il s’agira également de soutenir les projets qui abordent la question du

chômage des jeunes et qui visent à stimuler la participation active des jeunes chômeurs dans la société. ●

La sensibilisation des jeunes aux défis mondiaux

Dans la continuité de l’action de l’année passée, la sensibilisation des jeunes aux enjeux mondiaux (développement durable, changement climatique, migrations, objectifs du Millénaire pour le développement...), ainsi que leur mobilisation autour de ces sujets restent une priorité.

Photo Crédit CE

L’Afpeja a inscrit dans son plan de travail annuel, en cours de validation par la Commission Européenne, plusieurs actions visant à faire émerger, soutenir, accompagner et valoriser des projets sur ces thématiques phares 2010.

4 priorités permanentes : Le PEJA cible quatre priorités permanentes qui servent à garantir une mise en œuvre à long terme, structurée et cohérente du programme.

Citoyenneté européenne

Diversité culturelle

L'un des objectifs clés du programme est de sensibiliser les jeunes au fait qu'ils sont des citoyens de l'Europe ainsi que de leur propre pays. Il s’agit là de les impliquer activement dans l'élaboration de l'avenir de l'Union européenne.

Le respect des origines culturelles Dans ce des individus se trouve au cœur du la rédactio dossier spécial, n de “Euro PEJA tout comme la volonté de lut- réalise p u n fo cus sur des e Express” ter contre le racisme et la xénopho- illus pro trant ces p bie, qui mettent “en péril” les riorités thé jets PEJA matiques : valeurs européennes et la solidarité ● 2010, An n é e e u r o p des citoyens. éenne de c o n t re

Participation des jeunes

Inclusion

Le PEJA favorise et encourage la participation des jeunes à la vie démocratique, les incitant à devenir des citoyens actifs impliqués dans leur communauté et partageant les valeurs de la démocratie représentative.

L'objectif est de garantir l'accès du PEJA aux jeunes ayant moins d'opportunités (Jamo) mais aussi d'encourager des projets présentant une orientation thématique basée sur l'inclusion.

la la p a u v re t é e t l’ e x lutte sociale c lu s io n ● La sensibil is a tion des je défis mond unes aux iaux Ils sont sus ceptible pour vos a s de vous inspirer ctions futu res.

IIII


Lutte contre la pauvreté et l’exclusion

Zoom sur des projets favorisant la mobilité ou la participation des plus fragilisés ou permettant la réflexion et les échanges de pratiques sur les thématiques fortes 2010 (exclusion économique ou sociale, minorités, handicap...). Des initiatives soutenues par le PEJA qui convergent avec la stratégie d’inclusion de la Commission européenne visant à favoriser l’accès de tous au programme.

Echanges de jeunes

ADSEA 77 - Ile-de-France

Action 1.1 du PEJA

“European Civic, c’est Prison Breack, mais en mieux”

1.1

Henrique, 16 ans, jeune participant espagnol Alors que les questions sur la justice des mineurs font l’objet de débats dans la société civile, le secteur éducatif de réparation pénale du Service d’Action Educative, structure associative socio- judiciaire habilitée, de l’Association Départementale pour la Sauvegarde de l’Enfance, de l’adolescence et des adultes (ADSEA77) a fait le pari de réunir, avec l’appui du PEJA, une quarantaine de jeunes européens en conflit avec la Loi (sous main de justice, en version française !) Venus de Wallonie, d’Estonie, de Catalogne, d’Andalousie, du Piémont et de Seine et Marne, ces jeunes, qui ont connu la transgression, voire l’incarcération, se sont retrouvés en juillet 2009 à Savigny le Temple dans un village de tentes, à gérer au quotidien pour découvrir et vivre ensemble, "une commune en commun" à dimension européenne à inventer. Douze jours durant, cet “European Civic meeting” a contribué à réapprendre, à ces jeunes “offenders” les fondements du "Vivre ensemble", et découvrir les valeurs de l’interculturalité européenne, à partir des principes du Droit. Cette rencontre s’est articulée autour de l’exigence faite, de doter chacun d’un socle commun de références autour de la Loi, des idéaux démocratique et européen. Cette aventure particulière et motivante pour ces jeunes a aussi été l’ébauche d’échanges de bonnes pratiques avec les collègues étrangers. Des ponts avec des acteurs de terrain voisins ont pu être établis et ont permis des collaborations futures. Un tel rendez-vous a su, également, être efficace en étant en phase avec le public concerné. En faisant le choix de travailler autour de l’unicité et de la diversité, pour accrocher la nécessité du contrat commun, de la règle, de la Loi et du Droit, pour poser les fondements du Vivre Ensemble, l’Eu Civic meeting a su être un réel pivot pour bâtir un processus de restauration personnelle auprès de chaque jeune. Plusieurs activités, construites sur une pédagogie non formelle sont venues soutenir la démarche : ateliers sur la réinsertion avec des intervenants socio judiciaires, formation aux premiers

secours, débat sur l’incarcération et les centres fermés à la Ferme de Champagne, regards croisés sur les Droits dans chaque pays, avec l’animation multilingue de l’expo PJJ “Moi, jeune citoyen”, débats et échanges à l’Assemblée Nationale avec un député pour aborder la question de l’élaboration de la loi, tournoi de foot en salle avec des équipes interquartiers de la cité d’accueil, réalisation d’une fresque murale en hommage à un jeune victime de violence. Sans oublier, un fonctionnement quotidien régi sur le modèle démocratique, avec temps de “causette” quotidien de régulation dans chaque délégation, mise en place du “grand conseil”, réunissant un adulte et un jeune par délégation pour gérer la vie commune… Un pari audacieux et une programmation ambitieuse pour que chacun se réconcilie avec la société, en se confrontant à l’altérité. Quatre mois après, le bilan s’avère plus que positif. Ainsi l’engagement actif des jeunes espagnols a autorisé leur élargissement du centre fermé où ils résidaient. Quant aux jeunes français, leur procédure se verra classée sans suite… Les jeunes participants continuent de communiquer au travers d’un Facebook dédié. Et puis, il y a l’initiative de Jérémy et de Cihan, deux des “héros de l’aventure” qui échafaudent la création d’une association transnationale de “jeunes repentis” pour diffuser “la bonne parole” de la réconciliation citoyenne auprès des “petits frères”. Contact : ADSEA77 - Thierry Fresnay saesud.serp@adsea77.asso.fr www.eucivic.eu

Views - Ile-de-France Action 1.1 du PEJA

L’Europe en concert : un concert pour donner à voir et à entendre Du 14 au 26 août 2009, une trentaine de jeunes déficients visuels et voyants partageant la même passion pour la musique, se sont retrouvés à Paris dans le cadre d’un échange organisé par Views France. Originaires de six pays européens (Belgique, Royaume-Uni,Allemagne, Italie, Espagne et France), ces jeunes, qui partagent la même passion pour la musique, avaient pour objectif d’organiser un concert pour donner à voir et à entendre le fruit de leur travail en commun. La diversité fut le maître mot de cet échange, tant en ce qui concerne les musiciens déficients visuels et voyants qu’il réunissait, que par le choix des chansons et la composition des groupes de musiciens. Après d’intenses efforts, ils ont enregistré le CD dans les salles de la Cité des Sciences et ont donné un concert public, le 24 août 2009, à l’Institut National des Jeunes Aveugles : un moment émouvant,

II

superbe et convivial selon Jean Chiris, délégué général de l’Afpeja qui y a assisté. L’échange s’est terminé dans la bonne humeur, les jeunes étaient ravis de leur prestation et pleins d’idées pour organiser à leur tour d’autres échanges… Cet événement a été enrichi de visites culturelles et d’activités de sensibilisation à la citoyenneté européenne. Cette rencontre a été soutenue financièrement par le PEJA et le Label Paris-Europe de la Ville de Paris. Il a disposé de l’appui moral et matériel de la Cité des Sciences, de l’Institut National des Jeunes Aveugles et du Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes. Contact : Views France Alienor Vappereau (ex SVE court terme) views@giaa.org


Ac

“Les yeux pour...” Notre projet s’est déroulé entre Norsborg, dans la banlieue de Stockholm (Suède) et Saint-Denis, dans la banlieue de Paris. Huit jeunes artistes, d’origine française et suédoise, se sont regroupés autour de l’écriture, puis de la création d’un spectacle circassien sur la place de la femme dans le contexte européen. L'objectif de notre Initiative était de faire de l’art et du spetacle vivant un moyen d’échange et de discussion sur la société contemporaine. Ce spectacle intitulé “Les Yeux Pour” (“Ned ogönen” en suédois) a traité d’un sujet engagé. Nos méthodes de travail empiriques et évolutives ont laissé toute leur place à l’échange et à la discussion dans le processus de création. Interviews, débats et rencontres ont été les sources d’inspiration du spectacle.

1.2

Le thème choisi à l’origine dans la préparation du projet (la place de la femme dans le contexte européen) a souvent été élargi au cours des rencontres. Les discussions ont souvent porté sur la notion de différence entre les sexes et les cultures, et, plus largement, sur le racisme (notamment à SaintDenis). Le thème de la place de la femme dans la société pose plus de questions en France qu'en Suède, où les discriminations y sont moins présentes. Les Suédois en parlent davantage comme d'un droit à défendre à travers le monde, tandis que les Français comme d'un problème pesant au jour le jour. La question du droit de la femme s'est élargi aux droits de l'Homme en général, et surtout sur les discriminations raciales et l'immigration. Nous avons été marquées de voir à quel point le petit espace d'expression que nous avons offert a semblé être un soulagement pour beaucoup des élèves à qui nous nous sommes adressés. Idem pour le public du spectacle. Les gens nous ont été très reconnaissants d'aborder de tels sujets. Nous nous sommes déjà produits à Clichy en Seine SaintDenis en novembre dernier. Dans le public : beaucoup de femmes, venant d'associations sur les droits de la femme, de centres sociaux... Mais on souhaite vraiment toucher tous les publics ! Alors on repart sur les routes dès fin janvier 2010. D'ici là, on peut voir des photos sur le site : www.scenesdecirque.org/compagnies/cabas.html

"Les Yeux Pour..." évoque le regard, le point de vue et la multitude des émotions que les yeux laissent transparaître sur un visage. La liberté d'interpréter le monde comme on l'entend, avec le regard qu'on porte, chargé de toute une histoire. Ce titre se laisse interpréter de différentes manières. Parce que la traduction en suédois fait sens également, et aussi dans les autres langues des pays dont nous, les filles du projet, sommes originaires (Japon, Maroc). Et aussi les yeux pour nous évoque quelque chose de féminin. Contact : Cie Cabas Sophia Perez ciecabas@yahoo.fr

Séminaires de jeunes

Initiatives de jeunes

France Ile-deS A B PEJA gnie CA u d 2 . 1 Compa tion

ie rmand o N e s Bas EJA IIDHP 5.1 du P

Action

Yes, they can !*

5.1

L'Institut International des Droits de l'Homme et de la Paix (IIDHP) a organisé à Caen du 22 au 28 août 2009 les premières “Assises des jeunes européens pour les droits de l’homme”. Objectif : produire 10 propositions faites par les jeunes. Minorités, Genre, Droits de l'homme et démocratie furent quelques-uns des thèmes abordés.

Ce séminaire a réuni une cinquantaine de français, italiens, bulgares, roumains, portugais, espagnols, norvégiens et finlandais, tous âgés de 18 à 30 ans. Le thème des Droits de l'homme est une véritable caisse de résonance dans la ville de Caen qui a été ville martyre pendant la 2ème guerre mondiale. Des intervenants apportaient un contenu “théorique” et ensuite les jeunes débattaient, discutaient et faisaient des propositions. Le jeudi 27 août 2009, à l’auditorium du Conseil Régional, les jeunes européens ont remis aux élus locaux 10 propositions pour les Droits de l’Homme avec méthodes proposées à l‘appui 1. Amélioration de l'intégration démocratique des immigrants en Europe (reconnaissance des diplômes, soutien linguistique gratuit, droit de vote…) 2. Moins de corruption dans les administrations publiques 3. Citoyens du monde (pour promouvoir la démocratie et la participation des jeunes au niveau local via par exemple la préparation d’une vidéo faite par les jeunes pour les jeunes partageant leur expérience démocratique) 4. Nouvelles générations, nouvelle éducation (pour créer une Europe multiculturelle où chaque culture est respectée et promouvoir le respect des minorités par le développement d'une offre éducative et la rencontre d'experts) 5. Diversité sexuelle et du genre (pour favoriser la prise de conscience et la connaissance sur la diversité sexuelle et du genre à l’école afin de réduire l’homophobie et l’intolérance via l'éducation des jeunes et adultes à ces thématiques) 6.Accès garantis : un projet pilote pour améliorer les conditions des personnes à mobilité réduite afin de créer un changement dans leur environnement (via une coopération de cinq pays -Bulgarie, Finlande, France, Norvège et Roumanie -du changement de la législation à la construction d’un espace public pour des consultations pratiques) 7. Education à la découverte des autres cultures obligatoire (dès l'école primaire) 8. Faciliter le dialogue pour une meilleure intégration et socialisation des jeunes immigrés de 18 ans dans la société européenne 9. Pratiques interculturelles et interreligieuses (via l'information et formation du jeune public sur des projets d’apprentissage interculturel et de lutte contre les discriminations) 10. Neutralité des pronoms dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. * Oui, ils le peuvent !

www.2idhp.eu

III


Communauté Centre Emmaüs - Alsace

Action 2 du PEJA

“Aider moins heureux que soi”

Service Volontaire Européen

La Communauté Emmaüs Centre Alsace, située à Scherwiller, accueille depuis 1999 des volontaires dans le cadre du Service Volontaire Européen. Compagnons, volontaires et permanents de la Communauté vivent au quotidien l’accueil, le travail et le partage. Une communauté Emmaüs, membre du Mouvement Emmaüs, s’inscrit et essaye de vivre l’intuition géniale de son fondateur, l’Abbé Pierre : agir pour que chaque personne, chaque société, chaque nation puisse vivre, s’affirmer dans l’échange et le partage, ainsi que dans une égale dignité. Une communauté Emmaüs permet à des personnes que la vie économique et sociale a exclu de reprendre en main leurs destinées dans un cadre original de vie ensemble, par le renouement de liens sociaux, par un travail de récupération, par le partage de richesse qui redonne sens à leur vie. Nous pensons que ce concept original de vie s’adresse aussi à des personnes autres que celles ayant vécu l’exclusion. Ainsi, permettre à des jeunes, alors que se forge leur avenir, de vivre un temps de volontariat au sein d’une telle communauté de vie est pour nous une conviction que cette expérience marquera leur vie pour longtemps, avec le souci de l’autre interrogé dans leur quotidien. A Scherwiller, nous accueillons, dans la mesure de nos capacités d’accueil (38 lits), toute personne sans distinction de race ni de religion et qui s’inscrit dans notre vision du monde : aider moins heureux que soi. Pratiquement, nous accueillons des hommes qui n’ont plus de famille, ou en rupture avec elle, qui n’ont plus de travail, qui n’ont plus de repères (repaires) et qui ne peuvent vivre et pour lesquels notre société n’offre pas de place digne, des hommes qui acceptent de vivre ensemble pour un projet commun, sachant que la difficulté essentielle est de pouvoir vivre ensemble. Notre travail est la récupération d’objets usés, leur remise en état et leur revente, qui nous procure les ressources nécessaires pour assurer notre quotidien. Nous aidons les personnes que nous accueillons en leur permettant de retrouver une dignité par leur personnalité qui se (re)construit et par un travail qui aujourd’hui prend toute son importance dans la lutte contre le gaspillage et la réduction des déchets.

Notre projet d’accueil SVE Notre communauté accueille des volontaires dans le cadre du SVE depuis 1999. Le volontaire accueilli apprend, dans un premier temps, à faire connaissance de ce lieu d’accueil par le partage des activités des compagnons. Parmi ces activités, le volontaire prend part aux activités de collecte, de tri des objets collectés. ll est amené à connaître les sites de vente (vêtements, livres, vaisselle, mobilier, etc). Ces lieux constituent aussi un relais privilégié avec la population locale. Le volontaire apprend, dans un second temps, à faire la connaissance du Mouvement Emmaüs par la visite d’autres communautés proches et par la participation à un accueil de

IV

2

jeunes que nous organisons durant l’été. Les volontaires accueillis peuvent découvrir un lieu de vie alternatif, pratiquant l’économie solidaire, soucieux du bien d’autrui. En participant à nos activités, ils prennent conscience de la nécessaire solidarité pour un monde plus vivable pour tous. Notre demande auprès des volontaires est de présenter et mener à bien un projet social durant son temps de volontariat. Ainsi, Blanca (espagnole) a créé un site web ; Elisabeth (allemande) nous initia à la création artistique à partir de matériaux de récupération ; Franziska (allemande) fit une expo sur les origines de notre communauté ; Magdalena (polonaise) et Elena (espagnole) ont supervisé et animé un accueil de 24 jeunes durant l’été ; Jorge (espagnol) nous a appris sa langue natale pour pouvoir communiquer avec nos amis Emmaüs d’une communauté de Pérou avec laquelle nous sommes jumelés ; Murat (turc) a mis en place un labo photo ; Christoph (allemand) a fait un film vidéo sur nos compagnons retraités... Ainsi, l’impact de la présence des volontaires auprès des compagnons est tangible et les effets en sont directement visibles : un compagnon s’est pris de passion pour la photo, nous ne cessons d’accueillir des jeunes durant l’été... Ce besoin d’accueillir des jeunes se répand auprès des communautés Emmaüs voisines qui se sont mises, elles-aussi, à accueillir des volontaires SVE. Notre communauté, grâce à cette action de presque dix années, s’est rapprochée d’une communauté Emmaüs de Pologne (Lublin), avec laquelle des échanges de personnes et de biens se font. De plus, elle participe pleinement à la construction d’Emmaüs Europe. Contact : Communauté Emmaüs Alsace Paul Hartmann, responsable de la communauté paul@emmaus-alsace.com

Emmaüs rquie) SVE chez Murat (26 ans,Tu auté e dans la Commun

cellente anné de mais aussi le “J'ai passé une ex nisé un défilé de mo ... L'année est ga or a n ns Emmaüs. O no ag avec les Comp ramassage et le tri de choses et j'ai i appris beaucoup J'a e. vit p i rencontré une passée tro J'a . ssi personnes au de up co au be u nn . Si vous voulez co Emmaüs. Une famille vraie solidarité chez ut le monde essaye de vous aider. e, to faire quelque chos mme Emmaüs en e organisation co un er nd fo J’espère Turquie.” nner un coup de nt et continue de do dia étu est t ura M is, unauté Emmaüs Depu mpagnon à la Comm main en tant que Co le). (spécialisation meub


Le territoire de la Saintonge Romane s'engage avec la Mission locale de Saintonge dans le SVE court terme Le territoire de la Saintonge Romane, en Charente-Maritime, se mobilise depuis plusiers années pour accueillir des jeunes volontaires européens avec moins d'opportunités. Avec la coordination de la Mission Locale de la Saintonge, impliquée dans le Programme Jeunesse en Action depuis 10 ans, l'accueil a été pensé collectivement avec la recherche de partenaires locaux (associations, collectivités). Un réseau s'est ainsi constitué avec des structures qui se sont investies pour proposer des activités de volontariat très variées. Le projet a abouti à l'arrivée simultanée, pendant l'été 2009, pour des missions de courte durée (de 3 à 5 semaines) de 5 volontaires : Grzeg et Maciej (Pologne), Jan et Radek (République tchèque) et Lana (Alemagne). Les jeunes volontaires accueillis ont pu découvrir et s'investir dans les différentes structures : création d'une nouvelle signalétique avec les résidents de la Maison d'accueil de la Chapelle de Pot qui accueille des personnes handicapées mentales, accueil et animation de Episol, une épicerie solidaire, ainsi qu'au tennis-club de Saintes, préparation et suivi de deux festivals "Les oreilles en éventail" et un festival de musique baroque"Festival de l'Abbaye aux Dames organisés par le service culturel de la Ville de Saintes, écoute et présence au Centre communal d'action sociale pour personnes âgées. Leur présence et leur intervention sur les structures d'accueil ont marqué les esprits de tous, des équipes de professionnels aux bénévoles en passant par les publics avec lesquels ils ont échangé, vécu.

Action 2 du PEJA

Envoi SVE de long terme

Accueil SVE de court terme

2 du P Action

Org. d’accueil :Tandem (Grèce) / Org. d’envoi : Calliope (Rhône-Alpes)

Projet Tandem Flora témoigne de son SVE au sein d’un orphelinat accueillant des enfants handicapés en Grèce. Je m’appelle Flora, j’ai 21 ans. J’ai décidé de partir en SVE pour faire une coupure dans mes études de psychologie et pour découvrir une autre culture, rencontrer des jeunes d’autres pays et pour me lancer un défi personnel. La Grèce m’a toujours attirée, je ne sais pas vraiment pourquoi. Calliope, mon organisation d'envoi, m'a parlé de ce projet Tandem où d'autres jeunes français avaient été et qu'ils avaient tous adoré ! Me voilà donc partie en septembre dernier pour la Grèce pour sept mois au sein d'un orphelinat qui accueille des enfants handicapés. Tandem est une association qui s’est créée pour venir en aide à KAAPV, l’institution publique où on travaille. Il y’a donc des volontaires SVE mais aussi des volontaires grecs qui en font partie. Je vis dans une grande maison avec une dizaine de volontaires de différents pays d’Europe. Minna et Pauliina sont finlandaises, Colline, Jessica et Yann sont français,Yulia vient d’Ukraine, Andrés de Lettonie, Sofia est Allemande et Nerea vient d’Espagne. Le week-end nous en profitons pour sortir et visiter la Grèce, c’est un pays magnifique! Une journée type ? Le matin, nous aidons les nurses pour les toilettes, puis nous emmenons les enfants à la thérapie et à l’école. Le reste du temps, nous faisons de l’animation. Nous proposons aux enfants accueillis dans l'orphelinat plusieurs activités : musique, massage-relaxation, beauty, basket, danse-aérobic, alternative-school. On fait des jeux avec les enfants qui ne vont pas à l’école ou des bricolages pour le marché de Noël par exemple.

Grzeg

De belles rencontres ont eu lieu, des échanges riches en intensité sur une période particulièrement animée de notre territoire : festivals culturels, rencontre internationale de tennis, etc. Les volontaires “Jamo” (Jeunes Avec Moins d’Opportunités) ont vécu ce séjour à Saintes de manière forte, intense. L'apprentissage de la vie en commun, la prise d'autonomie, l'intégration dans les équipes de professionnels ont été réels. Le commentaire de l'un deux, Maciej, résume bien leur sentiment : “Maintenant, je sais que je suis capable ; je sais que mes rêves, comme celui que j'avais de venir en France, c'est possible, il faut surtout le vouloir et se lancer”. Une réalisation vidéo relate cette expérience et sera prochainement disponible. Contact : Mission locale de Saintonge Zohra Baddad et Anne Perrault mission-locale-saintonge@wanadoo.fr

Ce n’est pas toujours facile pour communiquer mais nous avons des cours de grec. J’aime beaucoup mon projet parce qu’on est libre dans la mise en place du planning, chaque lundi nous avons un meeting pour échanger sur le travail et proposer de nouvelles activités.Au début ce n’était pas évident d’être en contact avec des enfants en grande difficulté, mais avec mes études j’ai déjà fait des stages avec des adultes handicapés donc, je connaissais déjà un peu ce public. Comme les enfants ont tous des handicaps différents et pour certains très lourds, il faut s’adapter à chacun pour les activités, mais je trouve ceci intéressant et très enrichissant. J’espère que cette expérience va me “remotiver” et je suis sure qu'elle va m'apporter un plus puisque j’aurais travaillé avec des enfants handicapés dans un autre pays que la France. Je suis au début de mon SVE mais je peux déjà dire que c’est une expérience très enrichissante personnellement. Contact : Flora Navoret navoretflor@wanadoo.fr

V

Lutte contre la pauvreté et l’exclusion

e Romanentes e g n o t r n a Sai oitou-Ch P EJA


Sensibilisation aux défis mondiaux Echanges de jeunes / SVE VI

Développement durable, réchauffement climatique, préservation de l’environnement, consommation responsable... sont des enjeux et des défis d’aujourd’hui et de demain, qui nous concernent tous. L’Union Européenne a souhaité en faire une des priorités du PEJA pour 2010 et au-delà. Association AVRIL - Basse-Normandie

Actions 3.1 et 2 du PEJA

La gestion de l’eau : quels éléphants sommes-nous ?

2

Zoom sur un échange de jeunes EuroMed (Action 3.1 du PEJA) autour de la protection d’un des éléments fondamentaux de la vie : l’eau.

Des jeunes SVE au sein de l’Association AVRIL

Avril (Association pour la Valorisation des Rivières et les Initiatives Locales) est une association d’éducation à l’environnement. Un des nos objectifs est de sensibiliser le plus grand nombre aux problèmes environnementaux et principalement à la préservation de la qualité de l’eau. Pour répondre à cet objectif, nous organisons des échanges de jeunes internationaux et accueillons également des jeunes volontaires européens pour nous accompagner dans nos missions car pour sauver la planète, il faut “penser global et agir local”. Sur des échanges de jeunes, nous appliquons cette devise en espérant que le séjour sera un levier et aura un rôle multiplicateur dans les autres pays. Cette année, l’échange “La gestion de l’eau : Quels éléphants sommes nous ?” a réuni des jeunes jordaniens, tunisiens et français. Ils ont travaillé sur ce thème par différentes portes d’entrée en : ● vivant un séjour éco-citoyen en utilisant pour la première fois un bloc sanitaire muni de toilettes sèches, de douches solaires et en cuisinant des produits provenant de l’agriculture biologique. ● ayant des activités respectueuses de l’environnement (canoë, randonnées…) ● visitant des sites aquatiques naturels (Baie du Mont Saint Michel, Les marais du Cotentin...) ● échangeant sur notre propre utilisation de l’eau par un atelier de bande dessinée ● ayant une activité pédagogique de mise en valeur d’une zone humide. En effet, les participants ont œuvré dans la valorisation de cette zone en installant un sentier pédagogique. Toutes ces activités ont fait prendre conscience aux participants de la nécessité de préserver la qualité de l’eau et de montrer que des petites actions individuelles pouvaient changer l’avenir, c’est ce que l’on appelle la part du colibri.

L’accueil de nos SVE se situe à l’Aquascole à St Pierre de Coutances. Les locaux d’Avril qui accueillent les jeunes SVE sont significatifs car ils ne sont autre qu’une ancienne station de pompage réaménagée par la communauté de commune de Coutances.

3.1

Contact : Association Avril Anne Lapouge www.association-avril.org

Ainsi, il y a un an nous avons accueilli Rem, une jeune jordanienne qui a eu la possibilité de participer, dans le cadre de son SVE, aux actions de l’association autour de la thématique de l’éducation à l’environnement et au développement durable. Melih un autre jeune volontaire est arrivé de Turquie il y a tout juste trois semaines dans notre structure. Ce projet SVE donne la possibilité aux volontaires de travailler en binôme avec les membres de l’association : soutien à l’organisation et à l’animation de différents projets européens, actions de formation d’animateurs de jeunesse européens, réalisation d’outils pédagogiques, participation à différentes animations nature auprès des jeunes, participation à la gestion de la bibliothèque technique, animation du réseau de partenaires européens de l’association, promotion du SVE et de leur pays d’origine ! Rem témoign e "Une de mes activités a co Pierrick (per manent de l’a nsisté à travailler avec quette d’inform ssociation) sur une plaation sur le th pour répond re aux questi ème de l’eau ons des élèves Comment peut : -on des plantes moi économiser l’eau ? Cultiver ns gourmande s en eau : c’es possible ? Peut-o t n en faire de l’eau utiliser de l’eau de mer pour potable ? L’eau en quelques chiffres ? Eau du ro bine sir ? Pourquoi éc t, eau en bouteille : que choionomiser l’eau alo n’en manquon s pas ? Récupé rs que nous rer l’eau de la pluie…Pourqu oi ? Comment d’eau sont ? Nos réserves Chaque lund -elles inépuisables ? i, on faisait de ronnement da s animations su ns enfants de 4 et une classe de maternelle r l’envi, avec des 5 ans - ce fut une expérimen voir si c’était efficace de co mmencer à se ation pour l’environnem nsibiliser sur en tions adaptées t à cet âge et de trouver de . Pour moi, ce ressant et en travail a été le s animaplus j’ai géré plus intéseule un atel ier”.


Act

Les Eco-reporters, où comment faire connaître les modes de vie alternatifs en France en 2009 Nous avons décidé, avec le soutien du PEJA, de monter un Tour de France des modes de vie alternatifs et de réaliser des reportages vidéos, photos et écrits sur ces visites. Nous sommes tous passionnés de nature. Pour ma part, j'ai même suivi un cursus en écologie et environnement. J'ai donc appris comment les écosystèmes fonctionnaient et aussi comment l'homme les perturbait. J'ai donc eu envie de voir si des gens, aujourd'hui, réussissaient à vivre en respectant mieux la nature et surtout si ils pouvaient nous inspirer, nous donner des bonnes idées pour changer un peu notre vision d'une écologie contraignante.

1.2 1.2

“S’engager parce que c’est (éco) logique”

Notre idée était de passer quelques jours sur chaque écolieu, de travailler avec nos hôtes dans un premier temps, puis de les filmer dans un second temps. Nous avons donc visité 7 éco-lieux dans tout le pays au cours de l'été et de l'automne 2009.

En juillet nous avons visité Ecolonie, un éco-village unique en France situé dans les Vosges, puis Les Gilats, un domaine entièrement éco-rénové comprenant un château dans l'Yonne. En août nous avons rencontré les acteurs d'un écoréseau (“woofing” et ferme pédagogique en projet) en train de se monter en Corse à Fondale près d'Aléria, puis Le Camp du Geai (Lot et Garrone), cet éco-lieu nous a fait connaître les principes de l'instruction à la maison, Puis nous avons rejoint Cravirola, une ferme autogérée par 10 personnes de 22 à 56 ans dans l'arrière pays de Carcassonne. Nous sommes allés à la rencontre de la Maison Autonome, qui, comme son nom l'indique, est totalement autonome en terme d'energie grâce à une éolienne et de panneaux solaires. Enfin, nous avons terminé par Habitat Différent, un quartier communautaire regroupant 17 familles à Angers, où l'on vit ensemble mais chacun chez soi. Nous sommes actuellement en train de travailler sur notre site internet qui a pour but d'informer et de sensibiliser les gens sur ces thématiques et qui sera prêt courant janvier. Nous nous attachons également au montage de nos images en vue de réaliser des premiers reportages courts par écolieux avant de monter un documentaire plus long sur l'ensemble des visites. À notre époque où le développement durable et l'écologie deviennent des nécessités, il est important de voir que l'on peut s'engager par des gestes et des démarches simples et mieux préserver l'environnement. Et pas seulement parce que c'est marketing et consensuel mais simplement parce que c'est (éco)logique pour assurer le meilleur avenir pour l'ensemble de la planète et donc pour nous-mêmes.

Contact : Les Eco-reporters Raphaëlle Hennebelle raphaelle.hennebelle@hotmail.fr

e eunessce J s é t i r n -Solida Ile-de-Fra Vir’Volt EJA

Formations à l’initiative des organisations

Initiatives de jeunes

Alpes Rhônes r e t PEJA -repor u d 2 . 1 Les Eco ion

4.3 du P n o i t c A

4.3

Being a green volunteer* Zoom sur un séminaire soutenu dans le cadre des actions de formations à l’initiative des organisations. Echanges de bonnes pratiques “vertes” européennes pour concevoir une mallette pédagogique réutilisable. Solidarités Jeunesses a déjà fait des choix forts pour réduire son impact écologique : toilette sèche, détergents naturels, potagers, four solaire... Les chantiers de jeunes à travers le nombre de jeunes qu'ils impliquent, leurs partenariats et leur implantation dans les communes est un vecteur de valeurs et de pratiques fabuleux. C'est pourquoi nous voulons que les rencontres soient à la pointe pour la pratique de développement durable. Vir'Volt, délégation Île-de-France de Solidarités Jeunesses, a proposé à ses partenaires européens de participer à un séminaire de construction d'outils pédagogiques destinés aux animateurs et aux groupes accueillis sur nos projets. Ce séminaire, organisé du 21 au 28 septembre 2009, à la Ferté sous Jouarre en Seine et Marne, a réuni une vingtaine de membres associatifs venus de Roumanie, Italie, Espagne, Hongrie, Grèce, Lettonie et de France. Après avoir échangé autour de notions telles que la définition du développement durable, les politiques environnementales gouvernementales, les projets mis en place par les associations présentes, les participants se sont attelés à la création d'un livret pédagogique. Ils ont défini 4 thématiques (déchets, nourriture, eau, énergie) et se sont inscrits dans les groupes en fonction de leurs propres intérêts. Collectivement, ils ont créé les fiches techniques de “Being a green volunteer” à disposition de tout animateur ou participant. Les thèmes abordés sont : les légumes de saisons, comment construire des toilettes sèches, une douche solaire, fabriquer ses propres détergents avec des produits naturels... Et aussi des affiches à épingler près des robinets d'eau, des interrupteurs, rappelant d'une manière informative et humoristique que l'on peut économiser à tout moment de la journée ! En 2010, ce livret sera disponible sur tous les rassemblements de jeunes 2010 organisés par Solidarités Jeunesses et les associations participantes. À travers ces nouvelles pratiques, nous espérons bien modifier les comportements de plusieurs milliers de jeunes et défendre aussi ces valeurs auprès des partenaires locaux impliqués.

Contact :Vir'Volt Solidarités Jeunesses Île de France Maud Sublon idf-vpt@solidaritesjeunesses.org * Devenir un volontaire vert

VII


Europe Expn°28 ress

Priorités thématiques 2010 du PEJA

Dossier spécial

Janvier 2010

YNG

A aires - PAC Pistes Solid u PEJA

3.2 d Actions 1 et

à Otesha reloaded De Avec le PEJA, Pistes Solidaires et d’autres s’engagent... Youth in action for Next Generation* (Action 3.2 du PEJA-projet déposé à Bruxelles) Techniquement,YNG pour les intimes, c’est un projet 3.2,

un projet PEJA de coopération avec les autres pays dans le reste du monde. Pédagogiquement,YNG c’est un projet d’éducation en vue d’un développement durable (EDD). Un projet où les jeunes recensent des bonnes pratiques développées par d’autres jeunes, les partagent avec les partenaires et s’en inspirent pour mettre en place de nouvelles actions. 4 temps donc : comprendre, rechercher-analyser, partager-diffuser et agir. Pratiquement,YNG c’est 3 continents, 8 pays, 365 jours, 50 mobilités internationales, 90 projets analysés par plus de 100 jeunes et un impact direct, réel et mesuré, sur plus de 10894 personnes ! Visiblement,YNG c’est un aussi un site web qui recense ces pratiques : www.yia-nextgenerations.org. Quels résultats ? Pour Pistes – Solidaires, l’éducation au développement durable n’est pas qu’une question d’environnement. C’est aussi la diversité culturelle, la paix et la sécurité humaine, la santé, l’égalité des genres, la consommation responsable ou encore l’urbanisation durable… Cette approche, soutenue par l’Unesco dans la cadre de la décennie en vue d’un développement durable, est pleinement partagée par les partenaires du projet. Voici 2 exemples de pratiques valorisées grâce à YNG et en cours d’adaptation chez d’autres partenaires. En Thailande. Le village de Ban Tale Nok a été dévasté par le Tsunami de 2004. Le village reconstruit à bonne distance de la mer doit trouver d’autres modes de vie que ceux tournés vers la pêche. La mer c’est un traumatisme. Le village s’oriente vers l’accueil de voyageurs au sein des familles. Une activité à peine complémentaire dans une région non touristique, mais néanmoins vitale pour le

village. Identifiés par les jeunes Thai du groupe YNG, on découvre que des jeunes de Ban Tale Nok se sont lancés dans la transformation d’emballages rejetés par la mer ou trouvés en bord de route en petits sacs ou porte monnaie, articles qu’ils revendent ensuite aux touristes de passage. Des abords plus propres, un moyen de financer leurs activités …un projet qui suscite bien de l’intérêt pour notre partenaire du Sénégal ! En France : Ici développement durable rime souvent avec environnement. Mais c’est vers la consommation responsable, nos modes de vie, que les jeunes se tournent en promouvant des initiatives comme “Roule ma frite”. Roule ma frite c’est la collecte des huiles de fritures - soumises à une obligation de recyclage très peu pratiquée car couteuse - pour en faire un bio-carburant revendu à ses adhérents. Résultats : des restaurateurs heureux de se libérer de leur huiles usagées, des emplois créés, un carburant non émetteurs de souffre ou dioxyde de carbone supplémentaire (simplement celui absorbé par la plante dans sa croissance). Une bonne pratique gagnant-gagnant qui sera sans doute bientôt dupliquée en Inde : là-bas aussi on mange des frites !

3.2

* la Jeunesse en action pour la Génération Prochaine

D’autres d’infos, plus d’idées ? Cliquez sur yia-nextgenerations.org

Otesha reloaded (Projet Multi-Mesures - Action 1 du PEJA) “Otesha reloaded” est un projet d’éducation au développement durable, un programme global de promotion de la consommation responsable, à travers une approche concrète, pratique et accessible de 4 thèmes majeurs de notre quotidien : la mode - les habits, les transports, l’alimentation, les vacances - les loisirs. Directement issu du travail du groupe de jeunes dans le projet Youth In action for Next Generation développé par Pistes-Solidaires (Provence Alpes Côte d’Azur), ce projet multi mesures du PEJA se développe en 4 actions depuis Mai 2009 : Otesha ride 30 jeunes de 6 pays européens sont partis en vélo à l’assaut des routes du Var pour créer l’événement dans des établissements scolaires à travers des pièces de théâtre qui mettent en scène notre consommation au quotidien et suscitent le débat, les questionnements et participent ainsi à une évolution des prises de conscience et pratiques de notre quotidien. Plus de 250 personnes ont vécu cet événement dans le Var au mois de Juin dernier. To be reloaded in France cet été !!!

VIII

Otesha taste 800 m d'altitude dans les Alpes du Sud, 7 jours, 25 jeunes, 5 pays, 12 kg de confiture fabriqués par 50 mains, 63 chèvres beuglant de bonheur, 1 roue crevée, 2 rock'n roll, 3 soirées à la belle étoile, 8 allers-retours chez les paysans, 15 tentes, 1 fourchette oubliée, 3 douches solaires, 250 fous rires .... des milliers de souvenirs et un livret de 20 recettes de saison qui font la part belle aux produits locaux et circuits courts. Manger bon, manger bien et sans se ruiner ! Otesha Initiative réunit des jeunes français et portugais autour de la création d’un guide de la consommation responsable. C’est quoi ? Pourquoi ? Et surtout où et comment ! Si les deux premiers chapitres sont travaillés de manière européenne, les suivants sont issus d’un travail local de recensement de lieux qui s’impliquent dans une démarche responsable : cafés, restaurants, transports, loisirs… dans un guide gratuit avec toutes les bonnes adresses sur l’aire Aix-Marseille. Sortie prévue le 1er septembre 2010 en plusieurs milliers d’exemplaires et distribution dans les rues d’Aix et Marseille. Otesha Influence est le projet “Jeunesse pour la Démocratie” de Otesha Reloaded. 9 pays, 18 associations, 180 jeunes se lancent dans une analyse du “Comment vivre de manière plus responsable ici”, chez eux. Issu de ce travail, des recommandations sont réunies à l’occasion des Assises organisées du 23 au 28 septembre en PACA. Et des propositions réalistes, concrètes et issues de nos modes de vie sont transmises à tous les eurodéputés !

1

Contact : Pistes Solidaires - Mathieu Decq Rendez-vous sur notre blog : http://pistes-solidaires.over-blog.com

EUROPE EXPRESS, le mag de l'Afpeja  

le magazine de l'Agence française du Programme Européen Jeunesse en Action (Afpeja)

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you