Page 1

Le magazine de l’Alliance Française de Bombay

No. 124/125 March/Sep 13


2 Impressions March-SEP 2013


march-SEP 2013 Impressions

3


Editorial

Le magazine de l’Alliance Française de Bombay

This issue of Impressions 124-125 is a special one. First of all, it is a double issue, which means it covers the months of March till September 2013, starting with the Francophonie Day till the Heritage Weeks, major events organized by the Alliance Française de Bombay and which sees, every year, a greater participation by its students, teachers, regular members and residents of Mumbai. This issue is also special because it comes at the peak of the Bonjour India festival. The second edition of the Festival of France in India has been a great success, with, in Mumbai, a massive turn out for the Ballet Preljocaj, the Ananta Opus 195 and a good number of visitors and curious Mumbaikars for the French film festival and the play Gates to India Song. As an editor, to me this issue is also unique, as it is my last one, as my association with Alliance Française de Bombay will end in April. When I joined in 2007, my objective was to make Impressions entertaining, informative and accessible to all, French students, francophones and France lovers. So the magazine has gone through several changes, in the sections, the texts (both in English and French but with almost no translations) and the coverage of the Alliance Française events. I wish Impressions to expand and become a reference in the Mumbai Indo-French cultural scene and an even better communication tool. The team behind it; director Anne Dubourg; director of studies, David Cordina, the cultural and communication department, has been over the years extremely supportive. This also includes the teachers and the many students who have been writing and participating in many ways to the magazine, adding ideas and concepts, proposing articles and photographies, and helping with the magazine production as “stagiaires” or external collaborators. I would also like to thank Neaha Nagpal from Spenta multimedia, our design and printing partner, who has been doing a great job of dealing with French and English all these years. The magazine has also had good links with all our partners such as the media, artists and cultural organizations both from France and India, which have been supportive all the way and contributed a lot to make the content of Impressions richer and more diverse. The future of Impressions might lie with the creation and launch of the AF MAG (afmagazine.in), a collaborative online magazine proposed by David Cordina and myself, with the support of the Fondation Alliance Française and, of course, Anne Dubourg, Director, Alliance Française de Bombay. As an editor and as a journalist, I would like to see many more articles; in French, in English, relating the adventures of the Alliance Française de Bombay and the team’s life. Meanwhile enjoy this issue, keep on participating in our events and to write, Facebook, Tweet and chat about it, online, in your class, at work, with your friends or families.

No. 124/125 March/Sep 13

Lost Highway, a photo project. Chantal Stoman Chantal Stoman (c) Bombay 2012

www.chantalstoman.com

IMPRESSIONS SPECIAL ISSUE 124-125 MARCH-SEPTEMBER 2013 Tirage 3000 ex. Directrice de la publication Anne DUBOURG Rédactrice en chef Clea CHAKRAVERTY Maquette Neaha NAGPAL, Spenta Multimedia Impression Spenta Multimedia Traductions et corrections Sheryn MULLA, Sanyogita ZADKAR, David CORDINA, Soumaya JRONDI Illustration et photographie Rafique BAGHDADI, David CORDINA, Alisa FROSSARD-RAZAFY, Soumaya JRONDI, Jessica MERCER, Atout France, Consulat général de France Mumbai, MAEE, Fondation Alliance Française, Unifrance, service communication de l’Elysée Ont collaboré à ce numéro Vidya ARVIND, Iqbal BOOTWALLAH, David CORDINA, Kavita DADIA, Amruta DATAR, Alisa FROSSARD-RAZAFY, Anjala V. GANGOLLI, Vijaya MASURKAR, Supriya NAREN, Prutha NARKE, Prachee PALSULE, Supriya SADHALE, Viral THAKKER, Sanyogita ZADKAR, Dhirubhai Ambani School, SM Shetty International School, Ramnarain Ruia College, IIT Bombay-Advanced Class, Consulat général de France à Mumbai, Fondation Alliance Française Remerciements Rafique BAGHDADI, Déborah BENATTAR, Nadir GODREJ, Catherine ODEN-Atout France Mumbai, Judith ORIOL-Bureau du livre, Institut Français en Inde, Jérémy RICHET, Chantal STOMAN, Editions Héloise d’Ormesson, Institut Français en Inde, Campus France, Consul Général de France à Mumbai

Alliance Française de Bombay will always have much to offer. Clea Chakraverty

ALLIANCE FRANCAISE DE BOMBAY http://bombay.afindia.org contact: mag.mumbai@afindia.org Theosophy Hall 40, New Marine Lines, Mumbai 400020 Tel: (91-22) 22 03 59 93 / (91-22) 22 03 61 87 Fax: (91-22) 22 06 61 57

4 Impressions March-SEP 2013


Sommaire/Contents 14

8

8

RETOUR SUR…

RENCONTRE AVEC….

14

23

Have a glance at the last months of frenzy French program Slow down for Imany

35 36

BOOKS

16 18 20 22 23 24 26 27

Cross-readings A festival of books Nouveautés à la médiathèque A la mémoire de Tagore Hommage to Aimé Césaire Notes de lecture Et en classe Alliance Française de Bombay recommends

THEATRE

28 30 31 32

38 39

16

40

« Le cinéma indien connait une nouvelle vague » Centenaire du cinéma indien en France Et en classe Alliance Française de Bombay recommends

WATCH (OUT)

Isaac Delusion in India

28

« Duras m’a donné ma voix théâtrale » Le théâtre hors théâtre Et en classe Alliance Française de Bombay recommends

CINEMA

33 34

A history of French cinema in Mumbai French Films Festival

With Best Compliments from

FRANCO- I N D I A N PHARMACEUTICALS PVT. LT D

20, Dr. E. Moses Road, MUMBAI-400011 Tel. 2493 4026 Fax 2495 0557 E.mail: francoip@bom7.vsnl.net.in

march-SEP 2013 Impressions

5


Sommaire/Contents MADE IN INDIA

42 44 45

Mumbai Mode Et en classe Alliance Française de Bombay recommends

GASTRONOMY

46 47 48 50 51 52 53

54 58 62 63 64 66

The Floating Buffet by La Cellule French Love Sur les traces du cheval noir Dégustations urbaines Suzette Story Et en classe Alliance Française de Bombay recommends

69 71

72 74 79

82

84

Marseille, crossings of cultures Et en classe

STUDENTS EXCHANGES

Perspectives Asiennes celebrated 40 years Study in France: what do you need to know? Et en classe

FRANÇAIS EN MARCHE Paroles de francophones Célébrez la Francophonie

72 82

THE CITY

Voix urbaines Le patrimoine dans tous ses états Focus on the city A heritage city, Morlaix, celebrates India in full swing Et en classe Alliance Française de Bombay recommends

51

DISCOVERY

68

Rally Cannes…in a vintage car rally

48

86

FRANCE PRATIQUE

FONDATION AF

MEMBERS PAGE

86 88 89

89 40

6 Impressions March-SEP 2013

54

Visite présidentielle

L’Alliance Française fête ses 130 ans Nadir Godrej, « L’Alliance Française de Bombay représente la France à Mumbai »


march-SEP 2013 Impressions

7


Retour Sur..

Alliance Française de Bombay is as frantic as ever As the Bonjour India event has been ongoing since January 2013, have a look at our last events. Alliance Française de Bombay has been pretty busy since last winter and things got pretty hectic during the festival! The team has been working days and nights (yes yes, even with a couple of drinks !) to promote France and many gastronomy, heritage, music and art events round the year. Next to come in line: more of the already busy Bonjour India festival and the Francophonie day ! NEW FACES AT THEOSOPHY Some fresh faces at Alliance Française de Bombay have been given the core team a lot of help, energy and dynamism! We thank them for their enthusiasm and their good mood, no matter what! Alisa FROSSARD-RAZAFY, 23 ans En 2013, en pleine saison de Bonjour India, l’AFB accueille une FrancoMalgache originaire de Toulouse en tant qu’assistante coordinatrice de la culture et de la communication. C’est Alisa! Elle a obtenu une licence de médiation culturelle à la Sorbonne nouvelle spécialisée en patrimoine et musées. Elle complète son master par un stage et elle a choisi l’Inde pour le faire. Elle aime voyager et elle a déjà visité plus de dix pays différents. Elle s’intéresse à voir comment diffuser la culture française en Inde où la culture française n’est pas très connue. En Inde, elle aime les couleurs vives, les marchés et surtout la cuisine indienne! Elle a vraiment des étoiles dans les yeux en mangeant les repas indiens! Bonne Chance Alisa pour ton Master et bienvenue en Inde! Sanyogita ZADKAR, 20 ans Etudiante en droit passionnée de culture, Sanyogita vient de rejoindre l’équipe de l’Alliance Française pour un stage de six

8 Impressions March-SEP 2013

mois au sein du service de la culture et de la communication. Cent pour cent Mumbaikar, elle parle cinq langues et apprécie beaucoup le français quelle a découvert à l’école, notamment pour sa courtoisie et ses nuances. Si les cours de droit sont parfaitement adaptés

à son esprit logique, elle peut à travers ce stage partager son amour de la lecture et de l’écriture. Egalement amatrice de danse, elle maîtrise aussi bien les pas de salsa que l’art subtil du Bharatanatyam. Son pêché mignon ? Le fromage, en vrai gourmet !


Retour Sur..

Various events From the Happy Owner show by artist Soazic Guezennec at Studio X to the Galette des Rois celebrated in Theosophy Hall with the French teachers; Alliance Française de Bombay had a very packed winter. Magic Moulla, a magician from France had entertained the public during the Tech Fest festival in Powai, the students of Dadar catering College had a wonderful time with Kainaz Messman from Theobroma and the Cagliostro cine-concert seemed ethereal in the Liberty’s cinema. Keep tuned for more updates!

march-SEP 2013 Impressions

9


BONJOUR INDIA

Ananta, Opus 195, by sarod maestro Amjad Ali Khan with the Avignon Provence Symphonic Orchestra

Ahmedabad

Bangalore

France Heritage, A photographic voyage of French heritage in India

Urban Ballet, by Compagnie Rêvolution

Chennai

Vendeurs D’enclûmes

The 3rd congress of the French teachers

New Delhi

Hyderabad

Luminocity, with Hemant from Duo Hemant-Lecoanet

Puce Muse-Hyderabad 360°

10 Impressions March-SEP 2013


BONJOUR INDIA Mumbai

Kénize Mourad, Ramnarain Ruia College

H.E Mr.François Richier, Ambassador of France in India, conferred the Knight of the Order of Arts and Letters to Subodh Gupta

Eric Vigner in an encounter with the students of AFB

Mrs. Zhun Peytregnet, Mr. Amir Khan, H.E Mr. François Richier Ambassador of France in India, Mrs. Kiran Rao Khan, Mr. JeanRaphaël Peytregnet, Consul General of France in Mumbai

French Film Festival Liberty cinema

Kolkata

And then, one thousand years of peace, by Ballet Preljocaj

Scratch Bandits Crew

Pondicherry

Boogers

Gates to India Song

Gates to India Song, Tagore's house

Pune

Puce Muse-Pune 360°

march-SEP 2013 Impressions 11


books

12 Impressions March-SEP 2013


books

march-SEP 2013 Impressions 13


rencontre AVEC

Slow Down for Imany She has a velvet vibrant dusky voice. Whether she sings in French or in English, no one can resist the magnetic charm of Imany, the new musical sensation on the French scene. Meet her on her Indian tour, starting on the 14th of March in Mumbai. Imany, you have had a career as an international model before becoming a singer. What made you change your profession? As you may know, the span of a model career is very short. By the age of 28 I was already “old” in the industry. The decision came after 9/11. I was in New-York.

There was a real crisis like situation for many professions. I had to start juggling many odd jobs to make the ends meet. I always loved singing so I thought: “if you have to struggle, you might as well do it in a field that you love”. So I just decided to do it. Since I signed with my production house I did not even look back.

You mentioned in many interviews that your voice was a problem for you as a teenager. Have you accepted your voice today? Actually I accept it much better today but it is still a bit of a complex. When I was in France people used to say: “Oh! You have such a rough voice!” I was very ashamed. But when I moved to New-York at the age of 20, men used to tell me how they founded it sexy… I started thinking my voice is actually just atypical. Today I live with it, it is part of me, I am accepting it. And singing has also changed me. There is almost a mystical feeling when I sing, I don’t sing to listen to my own voice which I still hate sometimes when I listen to some records.

copyright Barron Claiborne

You write and sing in English and French. How do you decide which songs or texts to adapt to any of these languages? I actually don’t work like that. I start writing from a melody, a tune on my guitar or a word, be it in French or in English. I work around it; usually I retain only the first word or idea, because that one never comes by chance. And languages just come naturally; there is no reflection behind it. Sometimes I start writing about a love story and then I realize the song is taking a total different direction.

14 Impressions March-SEP 2013

You also sing in Comorian on your album… I understand Comorian as my parents are from the Comoros. I understand the language but can’t speak it too well, so my parents actually helped me with a couple of songs. I have been to the Comoros for holidays but I grew up in France. I was raised with values from both Comorian and French culture, and I lived for many


rencontre AVEC

years in the USA. I think I draw my strength from my multiple identities… Is this your first trip to India? Do you know a little bit about the Indian culture? Actually this is a dream coming true. I have always been a big fan of Indian Bollywood movies, the old school ones, because in the Comoros, there is a tradition to watch Indian movies, probably it has been in the local culture forever, long time before the rest of the world heard about Bollywood. I am really looking forward to visiting the country, even if the tour is going to be quite hectic.

copyright Barron Claiborne

What are your future projects after this tour? I did not expect such a success with the first album so now I have to work even harder to make an even better second album, because this is what people are going to expect. I also have some projects with other musicians from my label and propositions also coming from the music film industry in France. Imany, blueFrog, 14th of March, in Partnership with IF, Embassy od France in India, Alliance Française de Bombay, ICCR, Novotel Mumbai Juhu Beach

Imany, la révélation à la voix de velours La chanteuse d'origine comorienne embrase la scène française. Voici trois ans une jeune inconnue débarque à Paris. Dans ses bagages : quelques vêtements, un book photos et une maquette auto produite sur laquelle figure une demi douzaine de chansons originales. Elle vient de passer sept ans à New York à bosser comme mannequin. Fatiguée de « faire le cintre », elle est décidée à tenter sa chance dans la musique. Avec l’aide de sa sœur Fatou, elle parvient à convaincre les programmateurs de plusieurs lieux parisiens. Au fil des mois, du Beau Lounge au Réservoir, de la Bellevilloise au China Club, elle « grandit en public » comme on dit, prend confiance en elle, installe un

buzz qui, via internet, se répand dans la capitale, puis au delà. Et surtout, affirme un style personnel. Sa voix un peu rauque promenant une mélancolie mise à nu sur un folk chaloupé rappelle la Tracy Chapman des débuts. Quant à sa silhouette élancée et à son port de tête princier, ils ravivent la chromo d’une Billie Holiday sur la scène du Café Society, une orchidée dans les cheveux. En somme, Imany conjugue à ravir sobriété et glamour. Réalisé par As’ (Grace, Wasis Diop) pour le label Thinkzik, l’album Shape of a Broken Heart propose 12 chansons

en anglais révélant une interprète à part entière, au timbre vocal original, d’une texture sensuelle où semblent se mélanger le corsé du gingembre et la douceur du miel. S’y dessine le portrait intime d’une femme libre, d’une affranchie, qui fait de chaque émotion une offrande et gage d’une intransigeante sincérité. Dans cette collection d’instants captivants, elle trouve le ton et les mots pour dévoiler une vérité profonde, dire la détresse, la colère, le désir, remonter à la source, aux espoirs comme aux blessures. Source : Spoka Net march-SEP 2013 Impressions 15


books

Cross-readings

Many French authors have been fascinated with the Subcontinent and continue to write extensively about it. In India, France is mainly known through classical authors. But times are changing.

G

one are the days when Indians would only know about Tintin, Camus or Proust. India is changing rapidly, and so are the tastes of readers, more exposed to contemporary publishing. Yet the demand has to grow. According to AnneSolange Noble, international sales in charge of India in Gallimard, France and India have particularly warmed up their recent publishing exchanges. In 2009, only five sales of French publications took place against 17 in 2012. Although they are mostly classical French authors, today more contemporary authors also find a voice in India. Naveen Kishore, co-founder and publisher at Seagull Books, based in Kolkata is determined to ensure his publishing house is not seen as ‘just an Indian publishing house”. He is one of the masterminds behind the rise of contemporary foreign literature in India. For example, Seagull Books is the publisher of Nobel Prize of literature 2012 Mo Yan (Pow!) but also explores unusual authors such as Antonin Artaud, Paul Virilio or Yves Bonnefoy. The reader can find French, German and Swiss titles in the catalogue. “I grew up reading all kinds of books, so it was not really something new to me” he explains. “In 2005, I went to Paris and met the people

16 Impressions March-SEP 2013

from Gallimard. I explained to them the project of Seagull Books, I bought rights of books I loved, went to the best translators and produced quality books. We convinced them and since then we have extended our network and our credibility through the world”. The production is beautiful and the house offers a real diversity of subjects. One can browse through the “conversation series” or the “censorship series” addressing contemporary debates with intellectuals from all over the world. “The irony is that although the response is great abroad, where publishers and readers really respect us, within India it is very difficult to reach the audience. Bookshops are disappearing; the readers need to be accessed directly” the publisher points out. Apart from Seagull, strangely, it seems that regional languages publishing houses are the more interested in French authors. « Journal d’un corps » by famous author Daniel Pennac will be released at the end of 2013 with Sampark Publishing in Bengali and the best seller « L’élégance du hérisson » by Muriel Barbery has come out in 2012 with Full Circle/Hind Pocket (The Elegance of the Hedgehog)

and in Hindi (Shaan Sahi Ki), and soon, in Malayalam in 2013 with D.C. Books. The publisher Le Seuil had a similar experience as in 2010 the book by Tahar Ben Jelloun, Le racisme expliqué à ma fille, was published by Bengali publishing house Bingsha Shatabdi, and more recently the rights of the book Le fusil de mon père by Kurdish filmmaker The Residencies The Maison de la BD d’Angoulême offers a residency program for international graphic novelists. One of the most recent Indian authors who participated was Amruta Patil (see Impressions N123). The Moulin d’Andé, close to the bank of the Seine river, in HauteNormandie, is another location meant to facilitate artists and writers work, especially those working in connection to the cinema. The International center of the Récollets is one of the best cultural residency programs in the capital. Artists and writers can stay up to 3 months to explore their field of work. In 2012 Mumbai based artist Baptist Coelho was invited as part of the program. The Maison des écrivains étrangers et des traducteurs in the Pays de la Loire welcomes various writers and translators throughout the year in this beautiful region and even help them publish their work in a bilingual edition. The Centre Intermondes in La Rochelle has a diversified program where artists and writers from all over the world stay and work in the heart of this beautiful old city by the Atlantic sea. Mumbai — based cartoonist Hemant Morparia was invited on the initiative of Alliance Française de Bombay-Centre Intermondes.


books - a powerful woman in India's struggle for Independence. Until this book, there has been nothing written about the Begum. She was completely forgotten and now thanks to Kenizé Mourad we have access to the Begum's remarkable life. Her book was on the bestseller lists during the month of its release. Who are the other French writers you are currently working with? At present we are working on Dominique Lapierre's latest book India Mon Amour.

French author Kenizé Mourad at Kitab Khana with Priyanka Malhotra, Full Circle and Mangala Shirsdeshpande, former head of the French department, Mumbai University

and writer Hiner Saleem were sold in Tamil to Kalachuvadu. Anne-Solange Noble also observes that publications written by women find a very good response in India. Le cahier d’Aziz by Iranian author Chowra Makaremi will be released with Yoda Press this year as well as a biography-testimony, Moi, Rigoberta Menchu, by Elisabeth Burgos, in Malayalam (publisher Samatha). In France, Gallimard, who has been the historical publisher of Rabindranath Tagore, is also focusing on contemporary Indian writers including best sellers like Rana Das Gupta or Anita Desai but also writers of Indian origins such as Shilpi Somaya Gowda « La fille secrète » (who was brought up in Toronto), or Hema Macherla, UK based writer (La brise qui monte du fleuve). C.C

Three questions to Priyanka Malhotra, CEO, Full Circle Why choose the novel by Kenizé Mourad, a French novelist not known in India? Kenizé Mourad's story is fascinating and explores the life of Begum Hazrat Mahal

Are there any specific programs, residencies or cultural exchanges, that the Indian publishing world would be interested to look at ? I think one needs to focus on programs and cultural exchanges between both countries so that there is wider awareness and so that one can also explore more than just the mainstream threads and delve deeper. Bonjour India is a great step towards this and also the efforts of the French Book Office under the guidance of Judith Oriol have been particularly helpful.

Did you know? - Paperbacks made their appearance in France sixty years ago. Today, they represent a substantial part of sales: 24% of all books sold in France in 2011 were in paperback format. In recent years, this type of book has taken an ever-increasing part of the total number of books sold, a sign of a change in book buyers’ relation with the book. - French publishing industry is also concerned by international matter. Each year, 10 000 French titles are translated in various countries. French is thus the second language translated abroad after English. Each year too, 10 000 titles are translated from many languages in French, so, nearly 20% of the French book production, in terms of new titles, comes from all the world. This means that for the publishing industry, exchanges, cultural diversity are very important points for the activity, the development of the book chain and the partnership with foreign colleagues. (source: World Book fair French focus booklet published by the Embassy of France in India)

To come soon: JMG Le Clézio (Nobel prize literature 2008) in Tamil in 2013 (« Le procès-verbal », Kalachuvadu), « Désert », in Marathi (Continental) and in Bengali (Bingsha Shatabdi). Watch out for Seagull Publishing (based in Kolkata): this house publishes social sciences books, essays and poetry from Gallimard such as: La planète malade, Guy Debord Philosophie du vivre, François Jullien 50 dessins pour assassiner la magie by Antonin Artaud L’Arrière-Pays, Yves Bonnefoy Subversion et subvention, by Rainer Rochlitz Les célibataires de l’Art, Jean-Marie Schaeffer

The Tagore program The Tagore Publication Assistance Programme has been initiated by the French Embassy in India, the Book Office and Institut Français. Started in 1990, the Publication Assistance Programme has enabled over 12 000 titles by French language writers to be translated and published in 75 countries. These programmes have been a major tool of development of influence of French literature around the globe. The provisions of this programme have benefited foreign publishers willing to add French language writers to their catalogue via translation (or in certain cases local editions in French) Publication Assistance Programme in India, called Tagore, is a support programme for Indian publishers who wish to publish a French book translated into English or into any Indian language. e-mail : judith.oriol@diplomatie.gouv.fr

march-SEP 2013 Impressions 17


books

A festival of books In 2013, France and India will exchange on books and literature.

T

h i s Janu ar y, as the B o nj o u r India Festival kicked off with author Kenizé Mourad’s tour all over India – to launch the English translation of her book, A city of gold and silver (Full Circle)French publishers and writers were invited to the Jaipur book festival, the Apeejay Kolkata book festival and the Hyderabad Literary festival. As the Guest of Honor at the 21st New Delhi World Poster from the festival of Etonnants-Voyageurs 2012, a major events for foreign and French writers to meet Book Fair, France had a unique occasion to present and International de l’Edition Française kicked off on the 31st of January with showcase its literature, books, writers (B.I.E.F.), an office for the International highlights on a retrospective dedicated and culture in general. The French Promotion of French Books based in to Uderzo, a conference on Hugo Book Office in India and the Bureau Paris wanted to take this opportunity Pratt by Dominique Petitfaux (read to bring together French and Indian N123), a debate on Spiderman and professionals with the help of the an encounter with Leiji Matsumoto, a National Book Trust in India. Training legendary comic books author of the and education has also been part 80’s in Japan, father of Capitain Albator of the fair. Two leading training and Galaxy Express 999. In March Institutions presented the Publishing the Paris book fair would as usual Industry in France and India. For host various publishing houses and is France, ASFORED and ESCP Europe’s worth checking for a great diversity Specialized Master in Management for of French authors and independent the Publishing Industry were presented publishers. In the west of France, by students of the current batch. For Saint-Malo in Brittany will host the India, Naveen Kishore, Director of the festival of Etonnants-Voyageurs in Seagull Publishing School presented May. It will be dedicated this year to the proposed training in Editing and African authors. Indian historian and Book Design. author Subrahmanyan Sanjay, who lives and works in Los Angeles, will But if you were in France this winter, participate in the 2013 edition, with you would have not missed the 40th his essay on Vasco de Gama. edition of the Angouleme festival. The comic books and graphic novels festival Clea Chakraverty

18 Impressions March-SEP 2013


books Salon l’Inde des livres Les 16 et 17 novembre 2013 se tiendra le salon « l’Inde des livres » pour la troisième année consécutive. Cet événement, organisé par l’association « Comptoirs des Indes » en partenariat avec la Mairie du XXème arrondissement de Paris ainsi que de nombreux autres participants (maisons d’édition, associations culturelles etc) a connu un vif succès les années précédentes. Il est parrainé par l’écrivain Kenizé Mourad, qui était en tournée en Inde

lors du festival Bonjour India. « Nous espérons avoir en 2013 la participation de Radhika Jha, francophone, et de développer les rencontres et débats autour de la diaspora indienne, l’un des thèmes choisis » souligne Douglas Gressieux, président du Salon. En 2013, c’est la communauté sikh en France qui sera au cœur des discussions animées par la journaliste Vaiju Naravane, correspondante pour le quotidien indien national le Hindu et chargée

de la littérature indienne chez Albin Michel, mais aussi par des sociologues, journalistes, historiens et économistes spécialistes de l’Inde. Des hommages seront particulièrement rendus à Ravi Shankar, décédé en décembre 2012 et à Rabinandrath Tagore, dont 2013 marque le centenaire de l’attribution du prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre. C.C

Voyageur de papier Jean-Claude Perrier, grand voyageur, amoureux de l’Inde et des livres a commis son dernier ouvrage Le Voyageur de Papier aux éditions Héloïse d’Ormesson. Rencontre avec un épris des mots. Quelle a été votre expérience littéraire de l’Inde ? Jean-Claude Perrier : Mon premier voyage en Inde remonte à 30 ans. J’avais alors lu l’Inde grâce aux classiques, Michaud, Daniélou, Malraux, Tagore traduit par Gide et Kipling. Depuis je suis souvent revenu, notamment à Pondichéry. J’ai aussi effectué des missions et des conférences, notamment avec le concours des Alliance Françaises. A Mumbai, je suis intervenu au Cercle Littéraire en 2004, avec l’Alliance Française de Bombay.

Vous êtes aussi éditeur et avez dirigé une collection « domaine indien » au Cherche-Midi, pouvez-vous en dire plus? J-C. P : Dans la collection dont je m’occupais je favorisais les auteurs de premiers romans et notamment ceux qui vivaient en Inde, plutôt que ceux issus de la diaspora dont la voix est différente. Je suis intéressé par ceux qui portent un regard indien sur l’Inde comme Kalapana Swaminathan, Indrajit Hazra ou Colin Fernandès. Quel regard porte-t-on en France sur la littérature indienne ? J-C. P : L’Inde fut à l’honneur lors de nombreux événements et est en vogue. Mais malgré une grosse production de fiction en Inde, cette littérature demeure méconnue, il y a peu de nouveaux auteurs publiés en France et on parle plus de l’Inde en termes géopolitiques ou économiques qu’en termes littéraires. Il n’y a pas de culture indienne dans les maisons d’édition en France, je parlerais plutôt d’une sympathie. Quelles sont les difficultés que rencontre cette littérature en France ? J-C. P : Il existe peu d’efforts de la

Pour aller plus loin Un très bon site pour découvrir la littérature indienne : Inde en livres (www.indeenlivres.com). Parmi les maisons d’éditions françaises s’intéressant à l’Inde : Actes Sud, Albin Michel et Buchet Chastel ont de très belles collections. part de la communauté indienne en France et encore trop peu d’échanges bilatéraux. C’est aussi difficile d’avoir des informations sur les éditeurs indiens. Quels sont vos projets ? J-C. P : Je travaille à un essai autour de Michaud et l’Asie et recherche également des possibilités de co-édition avec l’Inde. J’aimerais également relancer la collection « domaine indien » et bien sur revenir en Inde dès que possible. Jean-Claude Perrier a aussi écrit Dans les comptoirs de l’Inde aux éditions le Cherche-Midi [le livre est réédité en mars 2013, ndlr]. Le Voyageur de papier est disponible à la médiathèque de l'Alliance Française de Bombay.

march-sep 2013 Impressions 19


books

Nouveautés à la médiathèque En 2013, la médiathèque de l’Alliance Française fait peau neuve. Dernières sorties littéraires, films classiques ou contemporains, jolis ouvrages à destination des enfants, bandes dessinées poétiques et sensibles : le fond de la bibliothèque s’enrichit. acclamé à Cannes, ou Un balcon sur la mer, mélancolique et envoûtant, où l’on découvre une nouvelle facette du jeu de l’acteur oscarisé Jean Dujardin. La bibliothèque de l’AF Bombay est ouverte à tous et tous les documents sont consultables sur place. Les emprunts sont accessibles aux membres de l’Alliance Française, sous dépôt d’une caution de 500 roupies. 2 Livres – Trois semaines 2 CD – Trois semaines 2 Bandes dessinées – Trois semaines 2 Magazines – Trois semaines 2 DVD – Une semaine Alisa Frossard-Razafy

P

armi les nouveautés, les romans de la rentrée plébiscités par la critique, comme Aurélien Bellanger et sa Théorie de l’information ultra contemporaine sur l’avènement d’Internet, le délicat L’Amour sans le faire de Serge Joncour ou Les Lisières, d'Olivier Adam, chronique douce-amère sur les divisions de la France d’aujourd’hui sur fond de campagne présidentielle. La bibliothèque offre également une très belle sélection d’ouvrages sur le thème de l’Inde, dans un rayon spécialement dédié. Cette sélection non exhaustive et éclectique, qui va des écrivains contemporains incontournables comme Salman Rushdie, Vikram Seth ou Anita Desai, aux grands maîtres classiques comme Rabîndranâth Tagore, est également l’occasion de découvrir ou redécouvrir le pays à travers les photographies d’Henri Cartier-Bresson, des récits de voyage, relire le méconnu Songe d’un habitant mogol et autres fables de La Fontaine, 20 Impressions March-SEP 2013

illustré par les superbes miniatures d’Imam Bakhsh Lahori, ou encore divers écrits sur l’histoire de l’Inde, sa culture et ses religions. Le fond de la bibliothèque comprend bien sûr toutes les œuvres majeures de la littérature francophone, du théâtre, de la poésie, de la philosophie, des essais, ainsi que des guides de voyage sur l’Inde et la France. Aussi, pour se tenir au courant de l’actualité, de nombreux périodiques français sont consultables tel Courrier International, le Canard Enchaîné, le Nouvel Observateur, Marie-Claire, Les Inrockuptibles ou encore les Cahiers du Cinéma, également disponibles en prêt. Dans la médiathèque, Jacques Brel et Léo Ferré côtoient Emilie Simon, Laurent de Wilde, ou IAM et les rayons DVD abritent aussi bien les classiques de la nouvelle vague que des films très récents comme My little princesse d’Eva Ionesco,


books

© Atenuant | Dreamstime.com

Plaisir de lire Littérature française ECRIVAIN LIVRE EDITION Jean-Paul Sartre Les mains sales Gallimard Jean-Paul Sartre Le diable et le bon dieu Gallimard Jean-Paul Sartre Les séquestrés d’altona Gallimard Albert Camus L’étranger Gallimard Albert camus La peste Gallimard Albert camus La chute Gallimard Antoine de Saint-Exupéry Le petit Prince Gallimard Pierre Corneille Le Cid Gallimard Jean-Jacques Sempé Les vacances du petit Nicolas Gallimard Jeune Jean-Jacques Sempé le petit Nicolas et les copains Gallimard Jeune Jean-Jacques Sempé le petit Nicolas Gallimard Jean-Jacques Sempé les récrés du petit Nicolas Gallimard Jeune Ananda Devi Pagli Gallimard Ananda Devi Les hommes qui me parlent Gallimard Hervé Perdriolle Art contemporain indien Cinq continents Jean Claude Lamy Éloge du non D U Rocher Dominique Lapierre La cité de la joie Robert Laffont Bruckner Pascal Parias Points Marguerite Duras Hiroshima mon amour Gallimard Jean Giono Le chant du monde Gallimard Antoine Choplin La nuit tombée Fosse aux ours Masui Kazuko French cheese DK Stéphane Hessel Indignez-vous ! Indigene Amélie Nothomb Stupeurs et tremblements Hachette Amélie Nothomb Le fait du prince Albin Michel Françoise Sagan Bonjour Tristesse Julliard Emmanuel Schmitt Ulysse from Bagdad Albin Michel Eugène Ionesco Rhinocéros Gallimard Phillipe Claudel L’enquête Stock Guy de Maupassant La Parure et autres scenes de la vie parisienne Flammarion André Crump Chocolate french TCB Cafe Pub

EDITION Gallimard Actes sud Flammarion Verdier Gallimard Flammarion Seuil

Littérature internationale ECRIVAIN LIVRE Pier Paolo Pasolini L’odeur de l’inde Judith White Bon appétit: French- English menu dictionary Atish Taseer Etranger à mon histoire

ECRIVAIN LIVRE EDITION Stendhal La Charteuse de Parme CLE Stendhal Le rouge et le noir Gallimard Alexandre dumas La reine Margot CLE Alexandre dumas le comte de Monte Cristo CLE Victor Hugo Les Misérables CLE Gustave Flaubert Madame Bovary CLE Georges Simenon Un Noel de Maigret CLE Hector Malot En famille CLE Honoré de Balzac Eugénie Grandet CLE International Jules Verne Le tour du monde en 80 jours LGF Jules Verne Cinq semaine en ballon Gallimard Jeune Edmond Rostand Cyrano de Bergerac CLE

Bandes dessinées ECRIVAIN LIVRE Bruno Atar Gull Emmanuel Larcenet T1 Le combat ordinaire Emmanuel Larcenet T2 Les quantités négligeables Emmanuel Larcenet T3 Ce qui est précieux Emmanuel Larcenet Pan en finir avec le cinéma David Prud’homme La traversée du Louvre Audrey Spiry En silence

EDITION Dargaud Dargaud Dargaud Dargaud Dargaud Gallisol Casterman

Littérature indienne

Rentrée Littéraire ECRIVAIN LIVRE Aurélien Bellanger Théorie de l’information Jéromé Ferrari Le sermon sur la chute de rome Olivier Adam Les lisières Anne Serre Petite Table, sois mise Philippe Djian Oh Serge Joncour L'amour sans le faire Patrick Deville Peste et choléra

Français facile

EDITION Gallimard Robert Buchet-Chastel

ECRIVAIN LIVRE Arvind Adiga Le tigre blanc Bulbul Sharma Mangue amère Bulbul Sharma Maintenant que j'ai 50 ans Anuradha Roy Un atlas de l'impossible Shashi Tharoor L'Inde: d'un millénaire à l'autre 1947-2007 Anita Jain Anita cherche mari Esther David Shalom India: Housing Society Mimlu Sen Les vagabonds enchantés Sarnath Banerjee Calcutta Amit Chaudhari Freedom Song Urvashi Butalia Les voix de la partition Inde-Pakistan Ruchir Joshi Le dernier rire du moteur d'avion Satyajit Ray La nuit de l'indigo Tarun Tejpal La vallée des masques Salman Rushdie Joseph Anton

EDITION Buchet Chastel Picquier Picquier Actes sud seuil Actes sud H d’Ormesson Hoebeke Denoel Picquier Actes sud Fayard Belles Lettres Albin Michel Plon

march-SEP 2013 Impressions 21


books

A la mémoire de Tagore 2013 célèbre le centenaire de la remise du prix Nobel à cet auteur indien incontournable.

Né en 1861 dans une famille aristocrate brahmane de Calcutta, Tagore, destiné à une vie d’avocat cossue, comme l’aurait voulu son père, préfère composer des poèmes ou écrire des nouvelles. Non-conformiste, remettant en cause la colonisation britannique, il est aussi influencé par diverses tragédies qui touchent sa famille où les décès s’accumulent. Le poète s’avère exceller dans de nombreux domaines : compositeur, écrivain, dramaturge, peintre et philosophe, il s’intéresse aussi à la vie du Bengale rural, à l’économie et aux problèmes de société. En 1901 il abandonne sa résidence familiale pour un nouveau lieu, Shantiniketan, à deux heures de train de Calcutta. Il fonde une université ouverte à tous, où il espère former des étudiants de toutes origines de façon originale : il lance l’idée d’enseigner sous les arbres, en dehors des salles de classes et du conformisme ambiant. Pendant des années, Shantiniketan est synonyme d’une renaissance intellectuelle bengalie. Tagore, qui écrit tous les jours, a eu une profonde influence sur la littérature et la musique de son pays. Gitanjali (L'offrande lyrique), Gora (Visagepâle), et Ghare-Baire (La maison et le monde) sont parmi ses œuvres les plus connues. Ses vers, nouvelles et romans dans lesquels il a fréquemment recours au lyrisme rythmique, au langage familier, au naturalisme méditatif et à la contemplation philosophique - ont reçu un accueil 22 Impressions March-SEP 2013

enthousiaste dans le monde entier. Nombre de ses romans et nouvelles ont été adaptés au cinéma, notamment par le cinéaste Satyajit Ray. Deux chants de son canon rabindrasangeet sont devenus les hymnes nationaux respectifs du Bangladesh et de l'Inde : Amar Shonar Bangla et Jana Gana Mana. En 2012, le musée du Petit Palais à Paris célébra Tagore à travers une rétrospective mettant en valeur 85 de ses peintures sur papier. Dans ce cadre, Samuel Berthet, directeur de l’Alliance Française de Chittagong (Bangladesh) et historien, organisa une exposition de photo autour du poète en Inde et au Bangladesh. Aujourd’hui, les admirateurs de Tagore peuvent se rendre au musée Albert-Kahn, à Boulogne-Bil-

lancourt. La maison du banquier-mécène était toujours ouverte au poète bengali qui aimait se promener dans les luxuriants jardins. En 2013, la pièce Gates to India Song s'est déroulée dans la demeure familiale de Tagore à Calcutta, Jorasanko, lieu propice à la création et à l’ouverture sur le monde. C.C.

copyright Musée Albert-Kahn

R

abindranath Thakur dit Tagore est bien trop souvent un oublié de l’histoire littéraire, dont le nom semble familier mais dont l’œuvre est cependant peu lue des francophones. Pourtant cette dernière, récompensée en 1913 par le prix Nobel de littérature – pour la première fois un non-Européen recevait cette distinction – demeure toujours d’actualité, de par sa qualité artistique et ses répercussions contemporaines.

Au Musée Albert-Kahn


books

Hommage to Aimé Césaire Aimé Césaire, "one of the founders of the negritude movement in Francophone literature" passed away in 2008. He was born on 26th June 1913 in Basse Pointe, Martinique.

C

ésaire traveled to Paris to attend the Lycée Louis-leGrand on an educational scholarship. In Paris, Césaire, who in 1935 passed an entrance exam for the École normale supérieure, created, with Léopold Sédar Senghor and Léon Damas, the literary review L'Étudiant Noir (The Black Student). In 1936, Césaire began work on his long poem Cahier d'un retour au pays natal, a vivid and powerful depiction of the ambiguities of Caribbean life and culture in the New World and this upon returning home to Martinique. Like many left intellectuals in France, Césaire looked in the 1930s and 1940s toward the Soviet Union as a source of human progress, virtue, and human rights, but Césaire later grew disillusioned with Communism. In 1956, after the Soviet Union's suppression of the Hungarian revolution, Aimé Césaire announced his resignation from the PCF in a text entitled Lettre à Maurice Thorez. In 1958 he founded the Parti Progressiste Martiniquais. The years of World War II were ones of

great intellectual activity. In 1941, Aimé Césaire and his wife Suzanne Roussi founded the literary review Tropiques, with the help of other Martinican intellectuals such as René Ménil and Aristide Maugée, in order to challenge the cultural status quo and alienation that then characterized Martinican identity. Many run-ins with censorship did not deter Césaire from being an outspoken defendant of Martinican identity. He also became close to French surrealist poet André Breton, who spent time in Martinique during the war. The two had met in 1940, and Breton would champion Cesaire's work. In 1947 he was finally able to publish his book-length poem Cahier d'un retour au pays natal (Notebook of a Return to the Native Land), which had first been published in the Parisian periodical Volontés in 1939. The book mixes poetry and prose to express his thoughts on the cultural identity of black Africans in a colonial setting. Breton contributed a laudatory introduction to this 1947 edition, saying that the "poem is nothing less than the greatest lyrical monument of our

times.” His writings during this period reflect his passion for civic and social engagement. He wrote Discours sur le colonialisme (Discourse on Colonialism) (1950; English translation 1953), a denunciation of European colonial racism, decadence, and hypocrisy that was republished in the French review Présence Africaine in 1955. In 1960, he published Toussaint Louverture, based on the life of the Haitian revolutionary. In 1968, he published the first version of Une Tempête, a radical adaptation of Shakespeare's play The Tempest for a black audience. A political figure, he served as President of the Regional Council of Martinique from 1983 to 1988. He retired from politics in 2001. Till his death in 2008, he has been a staunch supporter of anti-colonialism and equality. A national commemoration ceremony was held on April 6, 2011, as a plaque in Aimé Césaire's name was inaugurated in the Panthéon in Paris. In March 2013, the Salon du Livre of Paris will pay homage to Aimé Césaire and many other literary events will take place in honor of his memory. The Parisian metro, the RATP has already announced it will open a new station in 2017 bearing his name. (Source: Wikipedia, Actualitté) S.Z. march-SEP 2013 Impressions 23


books Niveau de lecture: facile moyen

Notes de lecture Parmi les dernières acquisitions (p21) voici une courte sélection d’ouvrages à ne pas manquer. library.mumbai@afindia.org Le Petit Nicolas et les copains de René Goscinny et Jean-Jacques Sempé, Gallimard Jeune Le Petit Nicolas et les copains fait partie de la très célèbre série littéraire jeunesse Le Petit Nicolas écrit à partir de 1959 par René Goscinny et illustrée par Jean-Jacques Sempé. Vous connaissez sans doute René Goscinny car il est le scénariste de toutes les aventures d’Astérix et Obélix. Ici pas de héros gaulois mais des petits écoliers français des années 60. Ce roman nous emmène sur les bancs de l’école, celle du petit Nicolas, écolier narrateur de ses histoires. Ce roman comique se lit facilement grâce à un vocabulaire aisé et au sens de l’humour de l’auteur. Le roman nous fait redécouvrir la jeunesse et les incidents ordinaires de l’école. A travers l’histoire de ces écoliers, Goscinny traite des thèmes différents comme ceux de l’enfance ou celui de l’amitié entre les élèves ou encore des relations avec la maîtresse d’école. Le rapport aux filles est central également comme avec la voisine de Nicolas ou avec Marie-Edwige dont il est amoureux. Les illustrations de Sempé contribuent fortement au charme de l’univers enfantin de la narration. Grâce à ce roman , on revit de nouveau son enfance en découvrant les aventures de ses camarades : Alceste qui mange tout le temps, Eudes le plus costaud, Agnan, le chouchou de la maîtresse, Clotaire, le cancre, Rufus, le fils du policier... Enfin, ce roman, comme le dit sans cesse le petit Nicolas, « c’est très chouette sans blague! » Sanyogita Zadkar

Mangue amère, de Bulbul Sharma, Editions Philippe Picquier Six femmes se retrouvent afin de préparer le repas de cérémonie d’anniversaire des funérailles de Bhanuri Jog. Toutes parentes, plus ou moins proches du défunt, veuve, épouse, servante, fille de, venant de milieux sociaux différents, ces trois générations de femmes racontent tour à tour une histoire durant cette longue journée de cuisine et nous font découvrir la vie, la personnalité et les relations entre les personnages ainsi qu’un certain aspect de l’Inde. C’est donc au milieu des arômes des épices et dans le respect de la hiérarchie du découpage de légume que s’inscrivent ces récits. Dès les premières pages de ce livre, on mesure l’importance de la cuisine et du repas dans les interactions sociales et la vie quotidienne, qui sert de fil conducteur aux différentes histoires. De Maya, la jeune épouse un peu trop fière, à l’infidèle Soni ou à Jamini, la mère qui tente de regagner l’affection de son fils, en passant par Gita, la veuve esseulée, toutes sont acculées aux

24 Impressions March-SEP 2013

difficile


books

tâches culinaires, qui deviennent déclaration d’amour sous les mains des unes, facteur d’intégration sociale pour les autres ou même arme meurtrière pour certaines. Les hommes ont très peu de place dans ce roman, car, s’ils jouent des rôles importants, ce sont les femmes qui ont la parole. Elles racontent leur solitude, les jalousies, la difficulté d’être une bonne épouse, le devoir d’enfant ou la soumission qui est attendue d'elles. L’auteur nous offre une jolie fresque de portraits de femmes, écrite avec humour et sensualité, quelquefois une pointe de cruauté, qui se lit avec plaisir, malgré certains personnages assez clichés (la méchante belle-mère, la jeune fille effrontée, la grand-tante bienveillante…). La structure du livre, avec ces destins croisés dévoilés petit à petit à travers les tranches de vie contés par les femmes, rend la lecture d’autant plus agréable. Alisa Frossard-Razafy

Le combat ordinaire, de Manu Larcenet, Dargaud Cette série BD (quatre tomes) est un pur bonheur : des planches agréables à lire où le trait de l’auteur se transforme parfois, à l’occasion de parenthèses, en réelle poésie, notamment dans ses portraits. Manu Larcenet nous glisse dans la peau de Marco, un jeune photographe brillant mais paumé en proie à de multiples angoisses et qui se retire dans la campagne française pour faire le point après de longues années en reportage à l’étranger. On vit ses illusions, ses désillusions, sa quête de soi et sa découverte de la vie au même moment, case après case. Les personnages récurrents –le frère, sa compagne, les parents, le chat – sont attachants, familiers, rassurants. On rit un peu, on pleure parfois. Et surtout, on a envie de rencontrer Marco dès la dernière page tournée. Clea Chakraverty

En Silence, d’Audrey Spiry,éditions Kster Poétique et sensible, le premier roman graphique d’Audrey Spiry intitulé en Silence révèle un dessin et une écriture toutes particulières de la part de cette jeune auteure. L’histoire se résume à un après-midi de canyoning d’un groupe de vacanciers. Ce n’est pas dans le récit (et encore, relire deux fois le roman révèle des profondeurs insoupçonnées à l’intrigue) que l’intérêt de cette œuvre apparaît : c’est par le dessin parfois abstrait et la palette incroyable des couleurs. Plongeant dans les eaux du torrent, le personnage féminin en proie à des questionnements sur sa vie et son couple, sera révélée par l’eau. Audrey Spiry a réussi par le jeu des couleurs à rendre sensible et immanent cette initiation aquatique. David Cordina

march-SEP 2013 Impressions 25


Shutterstock/IndiaPicture

ET EN classe

Lé bon, Li ppon, voici un conte, on t’écoute ! Pantagruel et Gargantua, Candide et Zadig, Contes du Lundi, Contes de la Bécasse : à part Perrault, autant d’exemples remarquables de contes par les grands chefs des lettres françaises comme Rabelais, Voltaire, Daudet et Maupassant. Certes, le conte n’est pas un genre mineur en France, mais il est ancré dans l’écrit. En revanche, le fonds folklorique africain nous livre de courts récits oraux. Tout conte recouvre le merveilleux, la féerie, le fantastique et le mystère. Il est fait pour être raconté. Conte, conte je veux Le site Internet www.conte-moi.net est un projet de collecte et de valorisation du patrimoine oral francophone. C’est une mine de contes venant des pays africains. Enseignants, servez-vous des ressources proposées et des fiches pédagogiques ; étudiants ou simples amateurs du français, faites-vous plaisir en lisant ou mieux encore en écoutant un conte africain au hasard.

Par Prachee Palsule

26 Impressions March-SEP 2013

Prachee Palsule est enseignante à l'Alliance Française de Bombay et formatrice de formateurs. Elle donne des cours de tous niveaux et est spécialisée dans l'usage des technologies éducatives (TICE). Vous pouvez la retrouver sur son blog Dans ma classe (http://pracheemumbai.blogspot.in) et sur son compte Twitter @pracheepalsule


addresses

Alliance Française de Bombay recommends Alliance Française de Bombay médiathèque © Aleksander Bedrin | Dreamstime.com

Theosophy Hall, ground floor, 40, New Marine Lines, Mumbai. Contact no.: +91 22 22036187/21 Librarian: Vijaya Masurkar To know more about French books and French literature, Alliance française de Bombay of course recommends to pay a visit to its mediathèque, situated in the office. This is the best bet as one can borrow 2 books, 2 magazines, 2 Dvds and or Cds… for three weeks.

French Bibliothèque B-24 /1-6, Adarsh Society, Sector 8, Sanpada, Navi Mumbai. Contact no.: +91 9867369397 Email: bibliofr.navimumbai@gmail.com Prashant Jadhav, a student with Alliance Française de Bombay has developed a passion for French books and runs today a small library in Navi Mumbai. From Astérix and Obélix to Alexandre Dumas classic The Three Musqueters, there is something to read for everyone.

Le Cercle Littéraire 60, 2nd Floor, Jatia Chambers, Mahatma Gandhi Road, Fort, Mumbai. Contact number: +91 22 22625919 A very old institution, the memberships costs only 300 rupees a year. One can find in the entry register signatures of very famous french writers such as Jean-Claude Carrière, Daniel Pennac, Paule Constant and even Pierre Loti in 1903.

march-SEP 2013 Impressions 27


theatre

« Duras m’a donné ma voix théâtrale »

Jutta Johanna Weiss Eric Vigner

Eric Vigner a consacré sa vie et son travail depuis dix ans à l’œuvre de Marguerite Duras. En Inde durant le festival Bonjour India, il met en scène « Gates to India Song », pièce de théâtre fondée sur les textes Le Vice-Consul et India Song de Marguerite Duras.

Eric Vigner, vous évoquez parfois l’orientalité de Marguerite Duras dans son œuvre mais aussi dans sa vie. Peut-on, selon vous, aussi parler d’orientalisme? Eric Vigner : Non je ne crois pas. Marguerite Duras est quelqu’un qui est emprunt d’une double culture, asiatique et européenne. Elle est née en Indochine, a évolué naturellement dans ce monde et a été confrontée à une certaine culture orientale. Marguerite Duras n’a jamais été en Inde : quelle est cette Inde qui la préoccupe et qu’elle décrit sans l’avoir jamais vu ? E.V : Je pense que Marguerite Duras était justement une visionnaire au sens propre du terme. Elle a visionné l’Inde, et décrit cette vision. Elle rêve sur des sons, des noms, associe ces noms et des éléments. Elle évoque Lahore, la dépression, le noir de la nuit…en contraste avec le potentiel 28 Impressions March-SEP 2013

de renaissance par l’amour que son personnage va découvrir à Calcutta. Le passage de Lahore à Calcutta existe dans son livre alors qu’il n’est pas réel, il n’a aucune consistance géographique mais il existe pour elle. On prend des mots, on les remplit, on crée une histoire. C’est son travail littéraire qui est inspirant. Quelle a été votre première rencontre avec l’œuvre de Marguerite Duras ? Vos premières lectures ? E.V : C’est assez tardivement en fait que j’ai connu son travail. En 1993 je travaillais avec des jeunes de l’atelier du conservatoire d’arts dramatiques de Paris et je cherchais un texte. J’avais 33 ans, j’étais comme tout le monde et n’avais pas vraiment lu Duras, j’avais tous les a priori que l’on peut avoir sur elle. Ma sœur elle, avait une passion pour Marguerite Duras et m’a proposé de regarder dans sa bibliothèque. J’ai choisi Pluie d’été qu’elle

Find out more about Marguerite Duras most famous works in the médiathèque of Alliance Française de Bombay (complete list with the librarian): Novels Hiroshma mon amour, 1960 Les Impudents, 1943 La pluie d’été, 1990 L’amant de la Chine du nord, 1991 Les yeux verts, 1987 Les yeux bleus cheveux noirs, 1986 Le vice-consul, 1965 Plays Savannah bay, 1982 Les eaux et forêts, 1965 DVD India Song, 1975


theatre

Quelle est la suite que vous aimeriez donner à Gates to India Song ? E.V : Je souhaiterais faire venir la pièce et l’équipe en France, dans mon théâtre à Lorient bien sûr mais aussi dans des festivals.

Did you know ?

Jérémie Cuvellier

ÉRIC VIGNER After studying fine arts, Eric Vigner studied drama at the Ecole de la Rue Blanche, and then at the National Conservatory of Dramatic Art in Paris. In 1990, he founded the company Suzanne M. and made his directorial debut in 1991 with La Maison d’os which was widely acknowledged in Paris. He met Marguerite Duras in 1993 who applauded his work as he was staging her novel Summer Rain. Later in 1996, he was appointed to head the CDDB - Théâtre de Lorient, Centre Dramatique National. avait écrit en 1990. Le livre est traversé par différentes écritures, c’est un conte philosophique incroyable. Elle l’avait travaillé pour les enfants, pour la BD, puis le cinéma. Je me suis ainsi inscrit en prolongement de son travail en le mettant en scène. Comment a–t-elle bouleversé votre travail ? E.V : Ce fut un choc fondamental dans mon travail. Elle a défini les bases de mon travail et éclairé la grammaire de mon approche théâtrale, définissant mon écriture, ma voix théâtrale. Après Pluie d’été qu’elle avait particulièrement apprécié, elle m’a donné l’autorisation d’explorer Hiroshima mon amour. J’en ai fait Pluie d’été à Hiroshima. Je ne peux plus m’arrêter, son travail m’exalte, Marguerite Duras c’est un peu ma drogue. Avec Gates to India song je vais à la rencontre d’une réalité et du processus d’écriture des sons de Marguerite Duras. Quel a été votre premier contact avec l’Inde ? E.V : Ce fut à l’occasion d’un festival de théâtre à New Delhi où j’étais invité il y

a deux ans. Avant je n’étais jamais allé en Inde, cela me faisait peur ! A New Delhi j’ai rencontré Aruna Adiceam qui m’a parlé de Bonjour India et alors que j’attendais mon avion chez elle, où elle m’avait gentiment accueilli, nous avons discuté de la possibilité d’adapter India Song. Vous avez effectué plusieurs voyages, à travers la lecture de Duras et réels aussi lors de vos repérages, comment percevez-vous l’Inde aujourd’hui à travers ces différentes réalités ? E.V : C’est en fait une vision de l’Inde qui devient réelle. A Calcutta par exemple, nous jouons dans la maison de Tagore, un lieu magnifique. La fiction prend vie dans un lieu existant et c’est ce que je trouve magique car tout ce que Duras a inventé va se réaliser. Je travaille de préférence dans des lieux réels plutôt que des théâtres. Et puis il y a cette vraie rencontre franco-indienne, entres les acteurs mais aussi le public qui va vivre un Calcutta imaginaire mais pourtant bien tangible à travers l’œuvre de Marguerite Duras.

He created an adaptation of The Bourgeois gentilhomme in Seoul; directed The Barber of Seville in Albanian and in 2008, he directed In The Solitude Of Cotton Fields in English. MARGUERITE DURAS Marguerite Duras was born in 1914 in Indochina and at the age of 18 she arrived in France. She studied law and then turned into a dedicated writer. She pioneered a new form of writing where she combined narrative and the emphasis of spoken word, giving account to a complexity of voices and viewpoints. She turned to screenwriting through cinema in 1959 with Hiroshima mon Amour. She explored her passion for theatre as she produced experimental works and wrote many texts for plays. In 1966, Marguerite Duras initiated her Indian cycle with the novel The Vice-Consul. In 1973, she developed it into a play: India song; later adopted into the film. Marguerite Duras passed away in Paris in March 1996.

march-SEP 2013 Impressions 29


theatre

Le théâtre hors théâtre Une pièce ne se déroule pas toujours sur une scène, dans un théâtre, un auditorium ou encore une salle appropriée. Retour sur une autre façon d’envisager la scène.

A

Calcutta, Gates to India Song se déroule dans un lieu mythique. Jorasanko, au nord de Calcutta, a autrefois été la maison familiale du grand poète, dramaturge et artiste indien Rabindranath Tagore, premier non-européen récipiendaire du prix Nobel, en 1913. Jorasanko c’est une scène née, rêvée. La cour intérieure reflète les couleurs de la ville, verte, ocre, orangée, où les frangipaniers se reposent des bruits incessants de la rue Vivekanda et Central Avenue, grandes artères de Calcutta. Jorasanko c’est aussi une maison de maître de l’Inde coloniale, décrépie et nostalgique, le lieu idéal pour raconter l’histoire d’amour entre les personnages d’Anne-Marie Stretter et du Vice-Consul mis en scène par Eric Vigner, dans une Calcutta des années 30 imaginée par Marguerite Duras. En France, les représentations théâtrales se déroulent bien souvent en dehors des lieux qui leur sont généralement attribués. Lors de festivals comme le festival d’Avignon où le « off » ou « hors les murs » a parfois plus de succès que le « in ». Dans des bars, des jardins ou des zones industrielles… « Je préfère des lieux insolites, inédits, mais qui se prêtent à la pièce par leur atmosphère » souligne ainsi Eric Vigner qui portera son Gates to India Song jusque dans la résidence de l’ambassadeur de France à New-Delhi. Traditionnellement en Europe, le théâtre se fonde sur les principes des théâtres grecs et romains, où l’espace de représentation est clairement délimité par une scène, des gradins et surtout, un amphithéâtre. Le mot « théâtre » vient du grec Theatron de "théaô", "voir", qui désignait les gradins, l'endroit d'où les spectateurs pouvaient voir. Au fil des siècles, le théâtre s’échappe de normes figées. Time Out Paris consacre d’ailleurs un dossier spécial au sujet et recense certains de ces lieux désormais 30 Impressions March-SEP 2013

La maison de Tagore

incontournables. Parmi eux les « Bouffes du Nord », métro La Chapelle à Paris (10e). Peter Brook, qui a mis en scène l’incroyable Mahabharata s’est installé dans ce vieux théâtre abandonné en 1974 avec Micheline Rozan. D’autres comme le Café de la Gare du comédien Coluche (une ancienne fabrique de ventilateurs dans le quartier de la gare Montparnasse qui a ensuite déménagé dans le 4e), La Ménagerie de Verre (une ancienne imprimerie reconvertie, 11e) ou le Couvent des Récollets (10e) sont des adresses bien connues des Parisiens. Certaines compagnies de théâtre utilisent d’ailleurs la délocalisation de la scène dans un espace extraordinaire comme élément de la création artistique elle-même. Ce faisant, les acteurs culturels redonnent vie à des espaces convenus, figés dans une géographie ou une politique urbaine et sociale devenues obsolètes. Le bilan du colloque « Ilots artistiques urbains » organisé par la Faculté d’Anthropologie, de Sociologie et de Sciences politiques de Lyon (université louis Lumière II) affirme ainsi qu’il faut « sortir des lieux institués et programmés de production et de difffusion de l’art, bousculer le temps prescrit de la réception des œuvres, défonctionnaliser l’espace urbain, inventer

de nouveaux usages pour des territoires urbains et des formes architecturales frappés d’obsolescence, dessiner une autre utilisation plus fluide, plus élastique des temps et des lieux, favoriser le recyclage d’usines, de casernes, d’entrepôts, d’églises, bref fabriquer un nouvel espace urbain plus en prise avec les réalités sociales de ce temps ». A travers l’espace qu’elle choisit la forme artistique peut redonner un sens à un patrimoine souvent oublié. Sources : Time Out Paris, Faculté d’Anthropologie, de Sociologie et de Sciences politiques de Lyon, Ilots artistiques urbains décembre 2002 C.C. Le Saviez-vous ? En Inde, cette échappée belle de la culture théâtrale connait ses premiers essais contemporains avec l’espace Khoj à Delhi et à travers des festivals où plusieurs disciplines artistiques se mêlent et envahissent les espaces publics. Le théâtre traditionnel régional cependant se fonde lui sur des espaces essentiellement non conventionnels: dans la rue, dans les usines, sur les places de villages…


Shutterstock/IndiaPicture

et en classE

La boîte magique

Par Prachee Palsule

Un jour, pendant le cours, j’ai reçu une boîte magique. Par curiosité, je l’ai ouverte. A ma grande surprise, j’y ai trouvé un collier en diamant. J’étais bouche bée, mais les étudiants ont tout deviné. Nous avons aussi imaginé ensemble une petite histoire du collier et de sa propriétaire. Les étudiants m’ont convaincue que garder le collier pourrait être de mauvais augure. J’ai remis le collier dans la boîte et je l’ai passée à une étudiante. En l’ouvrant, elle y a trouvé une clé en or. Une autre étudiante a aidé à déchiffrer le code en grec sur la clé. Tout le monde a fait des hypothèses mais comme nous n’avons pas pu trouver le trésor que cette clé pouvait ouvrir, l’étudiante a décidé de remettre la clé dans la boîte magique. Elle a passé la boîte à un camarade de classe. Ainsi chacun a eu l’occasion d’ouvrir la boîte magique. Finalement, ils me l’ont rendue. Hélas ! Dans mes mains, la boîte a commencé à rétrécir et elle a disparu. Un autre jour, dans une autre classe, j’espère retrouver la boîte magique. Le théâtre joue toujours un rôle important dans une classe de langue. A part les jeux de rôles, plusieurs activités ludiques et créatives s’inspirent du théâtre. « La boîte magique » laisse les étudiants improviser et imaginer. L’imagination collective aide aussi à améliorer la cohésion du groupe. Si vous trouvez par hasard, la boîte magique, n’hésitez pas à l’ouvrir et faire passer. Prachee Palsule est enseignante à l'Alliance Française de Bombay et formatrice de formateurs. Elle donne des cours de tous niveaux et est spécialisée dans l'usage des technologies éducatives (TICE). Vous pouvez la retrouver sur son blog Dans ma classe (http://pracheemumbai.blogspot.in) et sur son compte Twitter @pracheepalsule

march-SEP 2013 Impressions 31


addresses

Alliance Française de Bombay recommends

NCPA National Centre of Performing Arts NCPA Marg, Nariman Point, Mumbai – 400 021. Contact no.: +91 22 6622 3737/ 22824567 Website: www.ncpamumbai.com As its name suggests, NCPA is a place for various performing arts. NCPA has many French performing art events like dance, concerts or even plays in various

French associations with partners such as the Institut Français en Inde, the Embassy of France in India or Alliance Française de Bombay. Worth a visit for theatre lovers as it enhances the depiction of French theatre. It has vivid and immense infrastructure with 5 theatres, a photographic gallery, extensive archives, numerous gardens and reception spaces. The biggest theatre is Jamshed Bhabha theatre with 1,100 seating capacity and second is Tata theatre with 1.010 seating capacity.

Prithvi Theatre (Prithvi House) Prithvi Theatre 20 Janki Kutir, Juhu Church Road, Mumbai – 400 049. Contact no.: +91 22 26149546 Website: www.prithvitheatre.org Prithvi Theatre in association with Alliance Française de Bombay hosts various French cultural events periodically. Amongst those, films, contemporary dance and theatre. Prithvi theatre, with its coffee shop is everything under one roof, certainly a delight for everyone.

32 Impressions March-SEP 2013


CINEMA

A history of French cinema in Mumbai Alliance Française de Bombay has had a crucial role on exposing French cinema to Mumbaikars from censorship days to Nouvelle vague era.

Clockwise: Rafique Baghdadi with Michel Ciment from the Positif magazine, with Nathalie Baye at an event, with Anna Karina and Catherine Deneuve in Mumbai

“M

y father used to work as a technician in the Bombay Talkies studio and I ended up watching a lot of movies that way. Later I discovered English and American movies as well that build my film education. Then I joined film societies amongst which were the Alliance Française de Bombay ciné-club. I saw some of the best French movies then, back in the 60s’. These days, things were different, the sole source of entertainment were either cricket or movies” recalls Rafique Baghdadi, amateur historian and journalist. For many years it is believed

Over the years, French directors and actors have been visiting Mumbai during festivals and other events. Amongst them Gérard Depardieu (who changed his nationality recently to avoid taxations in France, creating a scandal), Catherine Deneuve, Isabelle Adjani or Jean-Paul Rouve. Rafique Baghdadi has met many of them and compiled over the years documents and photographs from forgotten days.

that the Alliance Française de Bombay was amongst the few places where one could see foreign movies without many troubles in the city.“ There was a time when censorship was so strong that we would go to cine clubs affiliated to foreign consulates to watch different types of movies”. Alliance Française de Bombay was created in 1938. Almost since its inception films have had a strong presence. Arjun Mehta, a member of Alliance Française de Bombay since the 70’s still remembers the Nouvelle Vague programs. He discovered François Truffaut and JeanLuc Godard at Theosophy Hall at a time when there was no auditorium. “We

used to get individual seats and plank woods, the room was circular and films were shown in 16 mm” he says. Like many other members then, he was part of Mumbai film societies. At the wise age of 76, he still comes to most of the screenings today. “I enjoy it. I also like new movies, like Luc Besson’s films which are more commercial but still different. To me French cinema brings an unusual way of portraying characters, it is more realistic” explains this cine buff. Both M.Mehta and M.Baghdadi are ardent defenders of art and essay movies. And they make it a point to never miss a show at Theosophy Hall. march-SEP 2013 Impressions 33


CINEMA

French Films Festival

The strong relationship between French and Indian cinema has grown over the years. Today the office of French movies in Mumbai, headed by Déborah Benattar, presents a series of contemporary films during Bonjour India.

T

he French Film Festival (FFF), part of Bonjour India 2013, will tour seven cities offering some of the finest contemporary French films. Six very recent French films will be showcased during this festival, ranging from animation to thriller to popular movies such as: “Populaire” by Régis Roinsard, “In the House” by François Ozon, “Zarafa” by Rémi Bezançon and Jean-Christophe Lie, “Hand in Hand” by Valérie Donzelli, “The Dandelions” by Carine Tardieu and “Camille Rewinds” by Noémie Lvovsky.

event happening across India where contemporary short movies will be screened from 5.30 pm. In Mumbai, do not miss it at the Prithvi on the 18th of March. Watch out for "Le cri du homard" the short movie that won the Cesar of Best Short Movies in 2013.

H.E. François Richier, Ambassador of France to India says “The excellent programme of films lined up for the French film festival during Bonjour India is set to mesmerize the Indian audience. Aimed at showcasing the incredible diversity of French cinema, we believe it will provide exciting emotions and develop relationships with our two countries in the field of cinema.” “The night of the shorts” is the other

Participer à une nuit du court-métrage, c’est retrouver un peu l’ambiance d’un festival. L’évènement dure généralement toute la nuit et les spectateurs enchaînent séances après séances, les films après films et sortent pour une pause café. Dans le grand hall de l’Alliance française de Bangalore, dans les escaliers de celle de Madras ou les jardins de l’école du cinéma FTII de Pune ou de l’AF de Pondichéry, ou encore dans les cinémas de la ville,

Nuit du court métrage, mode d’emploi Bonjour India 2013 salue le septième art en sélectionnant 17 courts-métrages qui seront diffusés du 8 février au 23 mars dans de nombreuses villes indiennes avec le soutien d’UniFrance.

des théâtres comme celui de la plage de Juhu à Bombay, vous y rencontrerez vos amis, anciens étudiants qui arrivent peu à peu, reviennent, repartent de la salle et discutent avec vous des films regardés juste avant ensemble. C’est le plaisir d’un cinéma partagé et convivial autour d’évènements rares que le réseau culturel français en Inde (Alliances françaises et Institut français en Inde) cherche constamment à proposer au public indien. Les courts-métrages sont généralement diffusés lors de festivals et touchent un public particulier, mais ils représentent une partie de plus en plus significative du cinéma et obtiennent un grand succès dans le monde entier. Leur force narrative touche un public varié. Le Centre National de la Cinématographie définit ce format comme un film dont le métrage doit faire moins de 1 600 mètres en format 35mm (ou la longueur équivalente dans les autres formats), soit une durée d’environ une heure. Destinée aux cinéphiles autant qu’aux novices, la sélection du festival présente plusieurs personnalités du monde du cinéma français, comme Gérard Depardieu ou Fabrice Luchini entres autres qui apparaissent dans ces courts. Histoires universelles ou courts expérimentaux, formes cinématographiques variées: des films d’animation, des fictions réalistes en passant également par des documentaires…voilà un choix tout aussi varié qu’intéressant. Bonne séance ! Supriya Naren, Alliance Française, Bangalore and David Cordina

34 Impressions March-SEP 2013


CINEMA

"Le cinéma indien connait une nouvelle vague"

Déborah Benattar est Attachée Audiovisuelle auprès de l'Ambassade de France en Inde depuis 3 ans et elle promeut le cinéma français en Inde. Entretien. Few Indian films released in France 2001 – La famille indienne (Kabhi Khushi Kabhi Gham) this Indian film was released in French. 2002 – Lagaan 2002 – Devdas 2009 – The Damned Rain 2010 – Udaan (not distributed but screened in France) 2011 – Delhi Belly 2012 – Gangs of Wasseypur 1 & 2

Le cinéma français est très présent dans les activités culturelles de l’Alliance Française de Bombay. Comment définiriez-vous ce cinéma? Le cinéma contemporain français est riche et varié et c’est pour cette raison que l’Alliance Française de Bombay et nos festivals du film français comptent une programmation éclectique composée de films d’animation, de fictions, de drames, de thrillers, de policiers, de comédies; tous les genres sont présentés. En France, le réalisateur a un rôle très important et beaucoup de réalisateurs étrangers viennent travailler dans l’hexagone. Par

exemple, Roman Polanski, Gaspar Noé, Gela Babluani. Qu’en pensezvous? C’est positif car en France, le cinéma est considéré comme un art et non comme une industrie. Les réalisateurs viennent en France à la fois pour travailler dans un pays de cinéma mais aussi pour échapper, parfois à la censure qui existe dans leur pays. Le gouvernement français soutient le cinéma français. Comment cela influence-t-il la création et le fonctionnement du cinéma? En France, sur chaque billet de cinéma vendu est prélevée une taxe, nommée taxe spéciale additionnelle, qui permet d’abonder les caisses du Centre national de la cinématographie (le CNC). C’est cet argent, ainsi que quelques autres recettes, qui permet

au CNC de soutenir les nouveaux films, les exploitants de salles, dans le cadre d’une politique qui allie les aides automatiques et les aides sélectives, versées en fonction de la qualité des projets. Quels sont les genres cinématographiques préférés des Français? Quels sont les plus populaires? Les Français comme les Indiens apprécient beaucoup les comédies. Les films comme Intouchables, The Artist, Bienvenue chez les Chtis ou encore 8 femmes sont très populaires en France. Existe-t-il des similarités entre les cinémas contemporains français et indiens? Très peu car la culture et l’histoire de cinéma sont très différentes. Quels sont les films contemporains indiens connus en France? Il y a quelques films indiens qui sont distribués commercialement et qui ont eu un grand succès en France. Récemment, il y a eu English Vinglish, Gangs of Wasseypur 1 & 2, ou encore le film marathi Gabricha Paus. Il y a quelques années, Lagaan et Devdas ont largement séduit le public français. Que pensez-vous du cinéma indépendant indien? Selon moi, le cinéma indien contemporain connaît une nouvelle vague de réalisateurs extrêmement talentueux, non seulement dans le cinéma hindi mais aussi dans des cinémas régionaux comme le cinéma bengali, marathi… Ces cinémas méritent d’être distribués et connus du grand public. Sanyogita Zadkar march-SEP 2013 Impressions 35


CINEMA

Centenaire du cinéma indien en France

Ranjeet Dadiya

A l’occasion du centenaire du cinéma indien à travers le monde, la France célèbre l’Inde tout au long de 2013 lors de plusieurs festivals et manifestations culturelles.

Ranjit Dahiya paints in Bandra west the iconic hero. He has been to France to present this form of art mixing Indian cinema.

L

’événement le plus important est bien sûr le Festival de Cannes 2013. C’est en effet le 21 avril 1913 que fut projeté le premier film indien, «Raja Harishchandra» du père fondateur du septième art du pays, Dadasaheb Phalke. Depuis le cinéma occupe une place très importante en Inde, au point que le cinéma indien par son rayonnement culturel, sa popularité notamment au Proche et Moyen Orient, en Afrique et au Royaume Uni et l’ampleur de sa production, est le seul dans le monde qui puisse concurrencer le cinéma américain en terme de nombre d’entrées. Le cinéma indien a un statut unique puisqu’il enregistre 93% des parts de marché sur son territoire. « Les films américains en détiennent quant à eux 6%, ce qui laisse un faible pourcentage pour nos films français qui sont distribués commercialement au nombre de 2 à 3 par an. En revanche, le nombre de coproductions et coopérations entre nos deux pays croÎt depuis la signature du nouvel

36 Impressions March-SEP 2013

accord de coproduction entre l’Inde et la France (accord signé en décembre 2010) » explique Déborah Bénattar, attachée audiovisuelle au Consulat de France à Mumbai. Pressenti à Cannes, le film indien Lunchbox, premier film de Ritesh Batra, illustre parfaitement la coopération de l’Inde et de la France. Ce film, coproduit en Inde par Anurag Kashyap, réalisateur emblématique de la nouvelle vague du cinéma indien et ASAP Films côté français, obtenait l’aide au cinéma du Monde lors de sa première commission en septembre 2012. Quelques semaines plus tard, c’est Arte France Cinéma qui s’associait au projet en devenant coproducteur et diffuseur. L’histoire raconte la rencontre de deux habitants de Mumbai par l’intermédiaire d’un coffret repas livré à la mauvaise adresse… Dans les régions, l’Inde n’est pas non plus en reste. A Toulouse se déroule en avril la première édition de « Saison indienne ». Toulouse, métropole de

l’innovation au cœur d'une des régions les plus dynamiques du pays est aussi la deuxième ville universitaire de France. L’Association Toulouse Inde-MidiPyrénées, associée avec de nombreuses organisations de la région toulousaine a décidé « d'impulser, encourager et entretenir la connaissance mutuelle entre notre région et cet immense pays, notre association propose donc de lancer une Saison Indienne à Toulouse avec l’ambition de l’élargir à terme à l'ensemble de la Région Midi-Pyrénées. Autour d’un festival des cinémas indiens qui constitue l’acmé de la saison, il s’agit de promouvoir rencontres et échanges avec des spectacles vivants, des expositions et des conférences. Cette manifestation a lieu au mois d'avril 2013, la partie cinéma étant concentrée du dimanche 14 avril (jour de l'an traditionnel tamoul), au samedi 20 avril » a communiqué l’association. A Clermont-Ferrand, capitale de l’Auvergne et ancienne ville minière, les cinéphiles ont déjà découvert le cinéma indien actuel à travers une centaine de courts-métrages, films d’animation et documentaires durant la 35ème édition du Festival international du courtmétrage qui a eu lieu en février. Dans une toute petite ville reculée du Jura enfin, appelée Vesoul, se déroule chaque année un grand festival des cinémas d’Asie, éponyme. Institution pour les fanas d’Asie et festival amateur, Vesoul célèbre l’Inde cette année avec une sélection éclectique de films modernes et contemporains. En compétition, une co-production francoindienne, Le Cercle, de Rémi Briand, réalisateur d’un film sur le premier French Touch Festival à l’Alliance Française de Bombay (2008). Le Cercle traite du travail et de la vie d’un vieil homme dévoué à la littérature et à la conservation de manuscrits depuis cinquante ans, dans le village de Gokarna. C.C.


CINEMA Festival du film sud asiatique transgressif

l'idée de réunir une équipe afin de palier à ce manque.

Paris, ville de cinémas, est désormais l’hôte d’un tout nouveau festival, celui du film sud asiatique transgressif. Un concept un peu étrange pour ceux qui ne sont pas familiarisés avec le cinéma asiatique. Le postulat de l’équipe organisatrice est clair : « Trop souvent réduits dans la vision occidentale au kitsch de Bollywood, les cinémas venant de cette partie du globe se révèlent bien plus variés et complexes qu'ils n'y paraissent. C'est l'enjeu et le défi de ce festival : ouvrir une nouvelle fenêtre – un nouvel écran – sur l'Asie ». Les projections, qui ont eu lieu dans les cinémas Gaumont à Paris en janvier, étaient suivies de rencontres avec les réalisateurs et de conférencesdébats à l’Inalco, l’école d’étude des langues orientales. Le festival devrait être reconduit l’an prochain et pourrait être étoffé avec des rétrospectives, des courts métrages et des documentaires. Némésis Srour et Hélène Kessous, organisatrices du festival ont accepté de répondre à quelques questions pour Impressions.

Comment définir la notion de "transgressif " dans les cinémas d'Asie? La notion de "transgressif " se retrouve à plusieurs niveaux : tout d'abord ces films transgressent les codes cinématographiques habituels de la région. Ils se démarquent des esthétiques Bollywood pour les films du nord, mais aussi de Kollywood pour les films du sud. Ensuite nous voulions mettre en avant une scène indépendante d'une nouvelle génération de cinéastes, qui ne fait pas de "films d'auteurs" tel qu'on l'entend généralement. La transgression se retrouve ensuite effectivement dans les thèmes traités, qui abordent des sujets de société, parfois encore profondément tabous, de façon radicale : le film primé par le jury par exemple, Vazhakku Enn 18/9 de Balaji Shaktivel, dénonce la situation des femmes dans la société tamoule contemporaine. Si le terme de transgressif a pu susciter étonnement et méfiance au départ, il semble que les spectateurs n'aient finalement pas été déçus.

Quel fut le point de départ de ce festival? Constatant le peu de place que Paris réservait au cinéma indien, des anciens étudiants de l'INALCO et d'actuels doctorants du CEIAS (Centre d'Etude de l'Inde et de l'Asie du Sud) ont eu

Avez vous rencontré des difficultés pour acheminer les films (ou faire venir leurs auteurs), des réticences de la part des pays concernés? Nous avons rencontré de nombreuses difficultés pour faire venir les réalisateurs et les intervenants. Les

Onir

procédures de visas sont lourdes, longues, et parfois décourageantes. Sans l'aide précieuse de contacts sur place nous n'aurions probablement pas réussi à faire venir autant de réalisateurs. En ce qui concerne l'Inde, comment avez vous effectué votre sélection? Nous souhaitions mettre en avant la diversité et les richesses des cinémas indiens. Pour cela nous avons pris soin de chercher des films dans des langues indiennes différentes. Pour cette édition nous avions donc des films en hindi, pendjabi et tamoul. Nous avions également à cœur de présenter une nouvelle génération de réalisateurs, qui bousculaient les codes et les attentes que pourrait avoir le public français du cinéma indien. C'est pour cette raison que tous les films proposés en compétition, à l'exception d'un seul, sont les premiers long-métrages de fiction de leurs auteurs.

march-SEP 2013 Impressions 37


Shutterstock/IndiaPicture

ET EN Classe

Du titre au film Par Supriya Sadhale Cette activité vise à développer l’expression orale des étudiants en stimulant leur créativité. Elle sert également à les initier au cinéma français en leur faisant connaitre quelques films et réalisateurs français. Ludique, elle crée une ambiance détendue en cours et sensibilise les apprenants à l’importance de la bonne écoute.

« Qui est le personnage principal du film ? », « Où se déroule l’histoire ? », « A quelle époque ? » etc. Cela implique tout le groupe.

Je l’ai faite en différents cours de A2 et en B1 et les étudiants l’ont toujours appréciée. Je démarre en écrivant quelques titres des films français au tableau et je leur demande s’ils les connaissent.

2- Chacun dit deux à trois phrases, pas plus. Cela encourage ceux qui ont un niveau faible et évite la monopolisation de la parole.

Il faut choisir les titres qui présentent un point de départ facile comme La femme infidèle de Claude Chabrol, Le pianiste de Roman Polanski ou Au revoir les enfants de Louis Malle etc. Si quelqu’un connait l’un de ses films, on lui demande de raconter l’histoire en répondant aux questions que les autres lui posent. Par exemple

38 Impressions March-September 2013

Si personne ne connait ces films, on choisit un titre et demande au groupe d’imaginer l’histoire. Un étudiant commence et puis les autres suivent. Le dernier doit la terminer. Le professeur les aide, en fournissant le lexique s’ils sont bloqués. Il faut établir les règles suivantes. 1- Il n’y a pas de temps de préparation. On continue l’histoire en fonction de la phrase précédente. La spontanéité est essentielle.

3- Il ne faut pas, évidemment, attendre « un grand classique » ; pourtant il faut insister sur la cohérence. Apres avoir fait des retours sur l’histoire composée , le professeur peut raconter, brièvement le film pour satisfaire la curiosité des étudiants et pour les motiver à le voir. Cette tâche orale peut éventuellement déboucher sur une production écrite. Les étudiants peuvent écrire l’histoire imaginée ou ils peuvent voir le film et écrire un texte pour présenter leur opinion. Supriya Sadhale est enseignante et formatrice de formateurs à l'Alliance Française de Bombay. Diplômée d'une maîtrise en littérature française, elle a suivi de nombreux stages de pédagogie du FLE en France et en Inde. Elle anime, en plus des cours de tous niveaux, des ateliers de littérature et de cinéma français.


addresses

Alliance Française de Bombay recommends

Alliance Francaise de Bombay (Auditorium) 40, Theosophy Hall, V Thackersey Marg, New Marine Lines, Churchgate, Mumbai – 400020. Contact no.: +91 22 2203 5993 Website: www.bombay.afindia.org AF Bombay screens various French films and documentaries almost every week! Rush and get the programme of AFB to enjoy the French cinema! And yes, Films are subtitled in English.

Liberty Cinema

PVR, Juhu

Vithaldas Thackersey Marg, New Marine Lines, Marine Lines, Mumbai.

Dynamix mall, 5th Floor, Shoppers Stop, Near Chandan Cinema, Parulekar Rd, Juhu, Mumbai – 400049.

Contact no.: +91 222203 1196 This is one of the oldest and most graceful cinemas in Mumbai. In association with Alliance Francaise de Bombay, Liberty Cinema welcomes French cinema on various occasions.

Contact no.: +91 22 2628 0101 Website: www.pvrcinemas.com Evidently a multiplex in Mumbai just like other multiplexes; but the difference lies in its variety of films screened. In addition to films in English and other Indian Languages, it occasionally screens French films with the audiovisual assistance from Institut Français.

Indian Institute of Technology

Prithvi Theatre (Prithvi House)

Sakshi Art Gallery

IIT Bombay, Powai, Mumbai – 400076.

Prithvi Theatre, 20 Janki Kutir Juhu Church Road, Mumbai – 400 049.

6/19, 2nd Floor, Grants Building, Arthur Bunder Road, Colaba, Mumbai – 400001.

Contact no.: +91 22 25722545

Contact no.: +91 22 26149546

Contact no.: +91 22 66909191

Website: www.iitb.ac.in

Website: www.prithvitheatre.com

Website: www.sakshigallery.com

IIT Bombay is known not only for its technical superiority but also for its dynamic cultural collaborations. In spite of being one of the topmost engineering institutions, IIT Bombay periodically screens French films and documentaries for its students.

Prithvi theatre in association with Alliance Francaise de Bombay regularly screens French films on various topics. It is a good mode to stay in touch with French world for people staying in suburbs!

This really exotic art gallery is another place to come and enjoy the French films in a perfect ambience! Sakshi art gallery screens vivid animated movies in association with Alliance Francaise de Bombay. Worth an experience!

march-SEP 2013 Impressions 39


watch out

Isaac Delusion in India This Paris-based band is today touring the world with a first electro-pop EP that will keep you awake through the night…and the day.

E

arly Morning. This record is like switching off the alarm clock just to dream another 5 minutes. Either way, only the shadow of an airy sleep can allow someone to intermix pop, electronic, hip hop loops, folk and a funk bass, all that with an unbearable lightness. Isaac Delusion make sleepwalking tunes. Made of dreamy ballads, always these vague landscapes, indefinable vastness and also time that is running through our fingers. It’s a happy marriage of genres, it’s all about something spontaneous. Endless musical horizons, selecting samples and melodies on the sole criterion of emotion, and everything starts from there, then it just makes bubbles. The band is apart, it wanders while maintaining its identity - you can feel the “label with the elephant” philosophy floating around. A year ago, the band barely existed, it’s an ongoing musical evolution, our three mysterious birds are still exploring. Midnight Sun drew its imagination from travels to Iceland and elsewhere, from experiments. All this has been amplifying lately, a few gigs in New York for CMJ Festival, Berlin, Barcelona and Warsaw, the Pitchfork Festival, Radio Nova, vinyl, encounters. Dreams actually stick to their skin. Just like it disappears when trying to catch one of them, their music is elusive. The first release was about sun at midnight, the second is about dawn. They are already working on a full length, because light can’t stop them dreaming awake.

40 Impressions March-SEP 2013

Isaac Delusion will tour India from the the 18th to the 25th April in Mysore, Bangalore, Calcutta, Pondichéry, Delhi and Mumbai (on 25th of April). The first EP is available with Cracki records.

In Mumbai, organized by Alliance Française de Bombay, in partnership with Novotel Mumbai Juhu Beach, Institut Français en Inde, DGAF and blueFrog.


watch out

Isaac Delusion, groupe onirique Le combo parisien est l’une des révélations electro-pop de 2013 et s’embarque pour l’Inde lors sa première tournée internationale.

flous, grandes étendues indéfinissables et aussi le temps qui file entre nos doigts, l’envie de voir ailleurs. C’est un joyeux mariage de genres spontané une infinité d’horizons musicaux, un sample ou une mélodie choisis juste pour l’émotion, et tout part de là, ensuite ça fait des bulles. Le groupe est à part, il erre tout en préservant son identité - l’esprit du label à l’éléphant plane. Il y a un an, le duo existait à peine, c’est un trio aujourd’hui : le nouveau bassiste représente cette évolution musicale permanente, et les trois mystérieux zigs cherchent toujours. Midnight Sun tirait son imaginaire de voyages en Islande et ailleurs, d’expériences. Le tout s’est amplifié, quelques dates à New York pour le CMJ Festival, à Berlin, à Barcelone ou à Varsovie, le Pitchfork Festival, Radio Nova, le vinyl, les rencontres. Le rêve leur colle à la peau, en fait. Tout comme lorsque l’on tente d’en rattraper un, celuici s’envole, leur musique est insaisissable. Le premier disque parlait d’un soleil à minuit, le deuxième, c’est l’aube. Ils préparent déjà un album, car la lumière ne les empêche pas de rêver éveillés.

E

arly Morning. Ce disque, c’est éteindre le réveil pour rêver encore 5 minutes. Il n’y a qu’à l’ombre d’un sommeil fragile que l’on puisse se permettre d’entremêler pop, électronique, boucles hiphop, folk et basses funk, le tout avec une insoutenable légèreté. Isaac Delusion font une musique somnambule. Faite de ballades oniriques, toujours ces paysages

Isaac Delusion sera en tournée en Inde du 18 au 25 avril, à Mysore, Bangalore, Calcutta, Pondichéry, Delhi et Mumbai (le 25). Leur premier EP est disponible chez Cracki records. A Mumbai, organisé par l’Alliance Française de Bombay, en partenariat avec le Novotel Mumbai Juhu Beach, l'Institut Français en Inde, la DGAF et le blueFrog.

DID YOU KNOW ? Isaac Delusion belongs roughly to what is called “electro-pop” in France. Many electro-pop artists were originally from the UK. The movement includes New Wave rock bands such as The Cure, Depeche Mode, Duran Duran and expended towards electronic and trip-hop with bands such as Massive Attack or The Chemical brothers. According to an article from the Guardian (May 2012) France has recently produced amongst the best bands of electro-pop of the decade, recognized worldwide. These includes Justice, M83, Phoenix and of course Daft Punk. “In the mid-90s, downtempo acts such as Air, La Funk Mob and St Germain triggered interest outside of the country. When Music Sounds Better With You collaboration between Daft Punk's Thomas Bangalter and his friends Alain Braxe and Benjamin Diamond – hit the charts in 1998 and sold two million singles, the world finally started to take French pop seriously” writes the Guardian.

(Sources : Isaac Delusion, Cracki records)

march-SEP 2013 Impressions 41


made in india

Mumbai Mode Mode, or fashion in French, is definitely well settled in Mumbai. The city offers a vibrant range of styles and casual concepts, often based on its own urban identity, adding at times a little French je ne sais quoi.

M

umbai. Anywhere.7:00 A.M. First a dudhwala rings the bell, followed by a newspaper wala and a dhobi. After the daily chores, the day moves on to over packed railway stations and later it literally speeds up with local trains, taxi, BEST buses, auto rickshaws, Dabaewalas and what not. The day passes along the traffic signals, bustling roads and Chaiwalas – Bhajiyawalas and ends at local Subziwala or Macchiwali.

Now reread this routine of any Mumbaikar. How would it sound if this all Mumbaiyya stuff turns out to be an amazing inspiration to so called uptight fashion world? Well, though hard to believe, it is true. This never sleeping and ever happening city of dreams has attracted many designers with its charm. It is quite amazing to see how even the simplest and the most common object in the city can turn into some really creative fashion. For example, “Double Decker”. Don’t be surprised, it is not the BEST bus I am talking about, but it is the collection launched by Akshay Tyagi and Josmo Studio in Mumbai to capture the interconnected eccentricities of the city

42 Impressions March-SEP 2013

of functional mess. In addition to some crafted furniture, it is exhibiting a wide range of outfits. Well, outfits inspired from some indispensable constituents of Mumbai like auto rickshaws, BEST buses, Margs (lanes), Chowpatty, electricity wires, poles and yes, the sea link! Like, a wonderful shirt with the design of birds sitting on the electric wires! Or may be a creative printed sari projecting the spirit of BEST bus! This series of creations doesn’t stop here. In its wider effect, which extends to some wonderful coffee mugs, cushion covers, lamps, coasters and a lot more. Krshna Mehta is one of the creative minds behind it. Well, only the things don’t suffice him as he inculcates the personalities of Mumbai into his designs. This Mumbaikar has put the bhajiyawalas on the coffee mugs, Eros theatre on cushion covers and macchiwali on a canvas. He showcases bags with taxis, elephants, and Gateway of India symbolized on it or the CDs used in accessories. What do you think about sporting a watch with an auto rickshaw inside or posing a limbu mirchi on your t-shirt? What if someone gifts you a laptop bag with

colorful elephants and taxis imprinted on it? Sounds quirky! But that is how this Mumbaiyya stuff reflects on the goodies and stationeries too! So far it was all about fashion inspired from these Mumbai maker things. But further, one charming young Mumbaikar named Sneha Raisoni turned these Mumbaiyya stuff itself into fashion. Yes! That is what a store “Tappu ki Dukaan” is all about! Displaying Cutting Chai glasses, Dabbas, goodies, stools, stationery and the list is unending. What a creative concept to create the same typical Mumbaiyya stuff with different and contemporary utility! For example, imagine the good old steel water bucket and think what is has been turned into! A nice little stool by just adding a mattress and a cushion on the top! Next, a wall clock made by spoons and forks or by only books! Or a beer bite bowl made by vertically cutting the bottle into half! This store remains exclusive and original in its collection. Apart from Tappu ki Dukaan, There are other newer designers in the city to exhibit their kitschy artifacts like a mug saying “Subah ho gayi mamu”, a taxi meter converted into a table lamp. This


made in india

Fashion and design have also been fuelled by designers coming from other shores and attracted by the vibrancy of the city. In Bungalow 8, French designer Matthieu Gugummus Leguillon explores the diversity of Indian fabrics and technics to fuel his casual chic collection of jumpsuits, flowing shirts and colorful dresses. In Le Mill, a concept store based on the Parisian store Merci, Cecilia Morelli Parikh, Julie Leymarie, Aurelie de Limelette and Anaita Shroff Adajania, the founders, want to offer the best of design, jewellery and clothes made in India by designers with an European sense of style. Designers such as Thierry Colson, Joli, Savio John, En Inde, Isabel Marrant have hence an unique presence in the city, adding to its global value. To get international, even one of the most classic Fench brands, Hermès is a must to mention. Recently, Hermes launched an exclusive and limited edition collection of Saris in India followed by a successful second edition. This is an important event in itself. This move by Hermès made the magazines like Forbes to take notice. Sari, which is known to be an exclusive and authentic identification of India, was taken on the international platform by the well recognized and much talked about French brand, Hermès. It displays some really beautiful yet antique silk woven saris. First, it underlines the potential market for fashion in India provided it is represented by something really Indian. And secondly, the French couturier’s outstretched offering is sufficient enough to conclude that the economy of fashion is moving east. On March 15th and 16th, the India Design Forum will open at the NCPA.

Among those scheduled to take the podium are design-world biggies like Bond girl-turned-interior decorator Anouska Hempel; footwear king Christian Louboutin; co-founder of Dutch design studio Droog, Renny Ramakers; architect and partner at renowned design consultancy Pentagram, William Russell; industrial designer and creator of the “Go” chair Ross Lovegrove; and architect and author Rahul Mehrotra, among several others. While these passes (at 25,000 rupees each) are only to attend the talks, the Design Week offers a more accessible week long schedule of cutting edge design exhibitions, workshops and events in venues across Mumbai. It promises to be one of its kind, showing that Mumbai has proved to turn up to be one of the fashion and design capitals of the East which brings out many colors, may be of style, may be economy, or may be both. Sanyogita Zadkar & Clea Chakraverty

Bungalow 8

a welcoming change into the perspective and progression of fashion in the city.

march-SEP 2013 Impressions 43


Shutterstock/IndiaPicture

et en classe

Défilé de mode La mode ! Qui n’aime pas ce mot, un mot que les filles adorent. Pour briser la routine, pour faire quelque chose de différent hormis l’apprentissage de la grammaire, il est souvent nécessaire d’introduire de temps en temps des activités ludiques. Pour le faire, j’avais mis en place une activité donnée dans une méthode : faire un défilé de mode comme un exercice de réemploi, pour réutiliser le vocabulaire et les expressions appris sur les vêtements et les accessoires. De plus, on n’a pas besoin de supports, juste un peu de musique.

par Kavita Dadia

Quelques étudiants défilent et les autres sont spectateurs et vont donner leurs appréciations sur les vêtements et aussi sur les mannequins, par exemple : « Wow, elle a l’air d’une star ! » ou « Je trouve cette jupe très originale/ ridicule ! » ou bien « Elle est élégante ». Pour des étudiants de niveau A1 cette expérience permet de libérer la parole. Le thème choisi, et les étudiantes se sont habillées selon les saisons : avec un éventail pour l’été, les parapluies pour la mousson et les vêtements lourds pour l’hiver. C’était génial ! Tout le monde a adoré. Ce jour-là, pendant une demi-heure, les filles ont réalisé leur rêve de devenir mannequin. L’une de mes élèves, Supriya Sekhar a même déclaré: « J’adore tout ce qui est mode et tout ce qui est lié à la mode. C’est pourquoi, j’ai beaucoup apprécié cette suggestion. De plus, on a eu de la chance d’avoir une étudiante qui a très bien chorégraphié le défilé. Comme on n’a jamais fait une chose pareille dans une salle de classe, c’était vraiment formidable et pour moi, inoubliable ! ». Une expérience à réitérer. Kavita Dadia enseignante à l'Alliance Française de Bombay depuis cinq ans, enseigne le français pour les niveaux A1, A2, B1. Passionnée par le patrimoine de la ville, elle est aussi guide interprète à Mumbai depuis 2004.

44 Impressions March-SEP 2013


addresses

Alliance Française de Bombay recommends Artisans

Design Temple

Oak Tree

52-56 Dr. V B Gandhi Marg, Kala Ghoda, Mumbai – 400 001. Contact no.: +91 22 2267 2290/ 22673040 This art gallery represents and contributes to promotion of the traditional and contemporary crafts from across India through various exhibitions. Keep yourself updated for the latest collection.

Anand Villa, House No. 30, 1st floor, Pali Mala Road, Bandra (W) Near Sunrise Hotel Mumbai – 400 050. Contact no.: +91 22 3296 5067 Indian store chain spread internationally with the aim to promote contemporary Indian fashion….from urban Indian to global designs!

Atosa

Good Earth

i) 18, Cusrow Baug, Colaba Causeway, Colaba, Mumbai – 400005. Contact no.: +91 9820541196/ 22819031 ii) Ground Floor, Sai Pooja Building, 16th Road, Bandra(W), Mumbai – 400050 Contact no.: +91 22 2605 1959 This store has a fabulous collection of tunics, bags, western formal wear, Indian wear and accessories.

6B, Aman Villa, Anand Vihar society, 20th road, Khar (West), Mumbai – 400052. Contact no.: +91 22 26052509 Displays the work of vivid Indian designers including rising, young and charming designer Masaba Gupta as well as known and experienced designers like Gaurav Gupta

Bliss Plot no. 180, Aram Nagar I, Fisheries university road, 7 bunglows, Versova, Andheri (West), Mumbai – 400061 Contact no.: +91 22 26332111/ 32095929 Website: www.blissstore.blogspot.in Well future “lifestyle destination” with difference- products assumed to be unique, handpicked and customized according to customers’ requirements.

Bombay Electric 1, Reay House, BEST Marg, Colaba, Mumbai – 400001. Contact no.: +91 22 22876276 Website: www.bombayelectric.in As the name depicts, this multi designer store mirrors the electricity of the city. It also has its own in-house brand: ‘Ghee Butter’. Mainly storing some Indian designers, it prominently gives an outlook on routine Indian life.

Bungalow 8 1st, 2nd & 3rd floor, Grants building, 17, Arthur Bunder road, Colaba, Mumbai – 400005. Contact no.: +91 22 22819880/1/2 Website: www.bungaloweight.com It is Mumbai’s first concept store with French designer Mathieu Gugumus Leguillon as its creative director.

i) 2, Reay House, Colaba, Mumbai – 400001, Maharashtra. Contact no.: +91 22 2202 1030 ii)11/12, Raghuvanshi Mills, Senapati Bapat Marg, Lower Parel, Mumbai – 400013. Contact no.: +91 22 24951954/ 24953840 Website: www.goodearth.in This is one of the very few shops in Mumbai to have a bride registry and wish lists. Displaying variety of stuff with contemporary as well as traditional designs, it is a must visit place for home décor too!

Hermès 15A, Horniman Circle, Near Asiatic Society Library, Fort, Mumbai – 400001. Contact no.: +91 22 22630093 Website: www.hermes.com Hermès is a little France in itself! Full of handmade products finely made up by many French craftsmen.

Le Mill i) 17-25 Nandlal Jani Road, off P.D’mello road, Wadi Bunder (East), Mumbai – 400009. Contact no.: +91 2223742415/23742416 ii) 2, Meherbad, Warden road, Breach Candy, Cumbala Hill, Mumbai Contact no.: +91 22 23684461/62/63 Website: www.lemillindia.com Mumbai’s famous concept store now with the second store! Come and find out some of the great concepts of Julie Leymarie, Cecilia Morelli Parikh, Aurélie de Limelette…

Neemrana 6, Purshottam Building, Opp. Opera House Theatre, Opera House, Mumbai – 400004. Contact no.: +91 22 23614436/ 26469178 Here, you will find some really Indian stuff like silk bandhani dress materials, crushed skirts, beaded belts and printed tunics.

Portfolio by Sabyasachi Mukherjee 52, 56 – Dr. V.B. Gandhi Marg, Kala Ghoda, Mumbai – 400023. Contact no.: +91 22 22623335 Website: www.sabyasachi.com Sabyasachi’s collection is vintage and elegant. His is also loved by Paris fashion world for his amazing designers Saris.

Rajesh Pratap Singh i) 11 The Courtyard, 41/44 Minoo Desai Marg, Colaba, Mumbai – 400 005. Contact no.: +91 22 66385480 ii) Shop 5, D7 Turning Point Building, Khar Dhanda Road, Khar (West) Mumbai – 400 052 Contact no.: +91 22 66791552 Website- www.rajeshpratapsingh.com Constum designer for the French Opera “Padmavati by Albert Roussel”, Rajesh showcases his collection internationally. He has few flagship stores in India, including the two in Mumbai.

Shrujan Saagar Villa, 38, Bhulabahi Desai road, Opp. Navroz Apt, Mumbai – 400026. Contact no.: +91 22 2352 1693 Website: www.shrujan.org This store represents local art of embroidery of Kutch. It offers saris, bags, tunics, cushion covers, belts... The authenticity of the products is marked by the rural touch of craftsmen.

Tappu ki Dukaan 27-A, Kermani Building, Mezzanine floor, Above Saxonia Specs, Sir P. M. Road, Fort, Mumbai – 400001. Contact no.: +91 22 22043716 Website: www.tappukidukaan.com This is something really antique! Filled up with many unnecessary but most wanted stuff! march-SEP 2013 Impressions 45


Gastronomy

The Floating Buffet by La cellule (Becquemin&Sagot)

T

La cellule (Becquemin&Sagot)

he two artists of La cellule (Becquemin&Sagot) use sculptures, installations and performances to question desire and its processes. Their works stage the tension between the two expressions of desire – one aiming at sublimation,

46 Impressions March-SEP 2013

the other one at consumption. They experiment the desire to be found between Eros and Thanatos. They question the fragile moment where everything can fall apart, be consumed and disappear, their works often come from the absurd as a way to « escape » -

in its historical sense of « letting escape a ball properly thrown »: they veer off course. Their apparent lightness unveils a more bitter reality. The Floating Buffet experience, Novotel Mumbai Juhu Beach


Gastronomy

French Love Nourishing an equal love for culture and for food, Novotel Mumbai is at the forefront of French aesthetics in the city.

J

ean-Philippe Lagarde had a choice: Moscow or Mumbai. “Actually I did not choose, my family did!” smiles the feisty newly appointed general manager of Novotel Mumbai, as his predecessor Xavier Cappelut went to Indonesia to carry on with his career within the Accor group, the French leading chain of hotels spread all over the world. “I have been associated with Accor for the last 20 years and this is my fourth hotel as general manager” underlines Jean-Philippe Lagarde. Indeed, the Frenchman has been posted

in the UK for ten years followed by six years in Spain. “The Indian prospects are very good and the market is really attractive. I haven’t had the time to visit the country yet but my first impression of Mumbai will be difficult to forget. There is a real mix of people leaving together, and people are always busy”. Novotel Mumbai is a unique beautifully located property by the Juhu beach, nestled away from the Juhu Tara road traffic. The group has planned to develop more Novotels in the city of Mumbai in the coming years as well as spreading the chain across India with brands such as Formula 1, Ibis or Sofitel, the luxury hotel, which already has a presence in Mumbai, BKC. In Novotel Mumbai however, the plans are for now to

beautify the gardens and make full use of the amazing outdoor space. “We have extended the possibility to have breakfast and lunch at the pool side, not only for Sunday” explains Jean-Philippe Lagarde. The big news though is the launch of the Novotel Mumbai’s own Pâtisserie/ Boulangerie in the coming months. Chef Javed Merchant, who will be in charge, is the Executive Pastry Chef of the hotel and part of the Team India Accor, the crème de la crème team composed by chefs in the Accor India group. The hotel might soon provide regular wine tasting sessions and expand its cultural activities through more partnerships with foreign cultural associations, as it already does it with Alliance Française de Bombay. C.C.

A young chef from Novotel Mumbai wins Paris

Jean Phillipe Lagarde, Imran Khan at an event

Denis Hennequin, CEO, Accor Group, with Biplab Patra the young winner of the Accor challenges

Biplab Patra, the 21 year old Commis, from Novotel Mumbai Juhu Beach was declared winner in the 19 to 22 years category for Kitchen in the Accor Professions Challenge held at Paris on January 17th 2013. “This contest is a bit like the Olympic Games for cooking and hotel management within the Accor group” explains JeanPhilippe Lagarde, General Manager, Novotel Mumbai Juhu Beach. M.Patra was presented the award by Accor chairman and CEO Denis Hennequin in the superb Mercure hotel next to the Eiffel Tower. “For us it was already a great success to have Biplab selected to go to Paris, he never even traveled abroad, underlines the General Manager of Novotel Mumbai, so having him win the contest was a real achievement!” Biplab, an alumnus of Culinary Academy of India at Hyderabad has been with Novotel Mumbai Juhu Beach since January 2011 and has been trained under Ranveer Brar, Executive Chef at Novotel Mumbai Juhu Beach. During the competition, the participant had to prepare and present a main course and a starter to evaluate the technical performance and innovation as well as creativity and speed. For the starter, the contestant had to devise a recipe using the contents of a "surprise" basket. For this 10th Challenge, 73 participants from 25 countries competed in four key hotel professions. "These young professionals are key to our success – they are the ones who give life to our hotels. For 10 years now, the "Accor Professions Challenge" has not only enabled us to showcase and reward their performance but also promote and recognize the know-how of the hotel and catering professions," explained Evelyne Chabrot, Operations Human Resources Director in the press release. The grand finale was held on January 15th at the Lycée des Métiers de l’Hôtellerie Santos Dumont in Saint-Cloud and the Mercure Paris Centre Tour Eiffel.

march-SEP 2013 Impressions 47


Gastronomy

Sur les traces du cheval noir Promenade culinaire et visuelle à Kala Ghoda : la réhabilitation progressive de ce vieux quartier au sud de Mumbai l’a transformé en haut lieu incontournable de la ville qui lui consacre un festival éponyme depuis 1999.

Crâne géant devant Rampart Row, durant le festival.

chaque février, associations, artistes et échoppes gastronomiques se relaient et insufflent un courant dynamique, hors du commun tout le long des grandes artères qui relient MG Road et Rampart Row à Horniman Circle. L’association Kala Ghoda, organisatrice du festival s’est d’ailleurs donnée comme objectif de préserver le patrimoine du quartier et de le valoriser. Les grandes opérations de restructuration du patrimoine ont porté leurs fruits.

Kala Ghoda café a connu un vif succès dès son ouverture

M

umbai a désormais son « quartier Latin ». Niché dans un dédale de ruelles où branlent des câbles électriques et des panneaux à la peinture écaillée, le quartier de Kala Ghoda connait

48 Impressions March-SEP 2013

actuellement une véritable renaissance, culturelle, sociale et…culinaire. Depuis 1999 se tient chaque année le célèbre Kala Ghoda festival, qui a permis aux Mumbaikars de se familiariser avec le quartier. Pendant plusieurs jours,

Le visiteur peut aujourd’hui flâner sur les trottoirs élargis et nettoyés de Rampart Row, admirer la façade restaurée de la bibliothèque David Sassoon et se reposer dans les jardins de Horniman Circle. Certes, la fureur de la ville ne s’est pas évaporée pour autant. Mais il est désormais aisé de se réfugier dans les galeries d’art et les boutiques qui ont fleuri dans cette zone centrale, prolongation de Colaba et jouxtant Fort. On croise des hommes d’affaires pressés


Gastronomy

The Pantry, salon de thé à la française

s’échappant de la Bourse, des avocats en robe s’excitant au téléphone sur le pas de leurs bureaux victoriens un peu décatis, ou des étudiants oisifs. A deux pas, les trois vieilles dames que sont la Jehangir Art Gallery, le Chattrapati Shivaji Museum ou la NGMA Gallery semblent approuver avec bienveillance les changements. Surplombant Kala Ghoda, l’ancien Watson Hotel, aujourd’hui la décrépie Esplanade Mansions (lire N123) domine la scène. Car Kala Ghoda est désormais devenue le nerf central du sud de la ville, siège de nombreux restaurants et boutiques bobo-chics. Si le traditionnel Khyber est toujours présent, son voisin, « Cheval » *, un nouveau venu, propose un bar branché et un restaurant européen. On s’engouffre dans la rue adjacente en direction de la synagogue bleue. Juste en face, la boutique Sabyasachi, invisible du mécréant, est une caverne d’Ali Baba. Le créateur le plus en vogue de l’Inde y laisse libre court à son imagination féconde. Chandeliers de bronze, éclairage tamisé, méridienne et service à thé en argent accueillent le visiteur dans une ambiance rouge sang, feutrée. Broderies chargées, brocarts, dentelles, saris princiers et escarpins en soie constituent la

collection éclectique de Sabyasachi. On peut y croiser l’actrice Kalki Koechlin ou les femmes d’affaires les plus en vue de la ville. Lorsque le créateur se trouve à la boutique, il dine chez Trishna, « son restaurant préféré », une institution culinaire célèbre pour ses fruits de mer, jamais détronée, située sur la ruelle à gauche de la boutique. Les moins voraces se contentent du succulent Kala Ghoda Café, ouvert en 2010 et vite intégré sur les listes des meilleurs cafés de la ville. Houmous, pain bio, salades imaginatives sont au menu. Farhan, le propriétaire, est un francophone accompli qui a compris le potentiel de cet ancien entrepôt. Rénové, relooké, le lieu accueille parfois des expositions photos. Non loin, le magasin Obataimu embelli la rue. Créée par la styliste Noorie, la boutique propose vêtements flottants et colorés et pièces d’antiquités revisitées. Un scooter jaune marque l’entrée. On poursuit l’exploration jusqu’à The Pantry. Né en octobre 2012, lancé par les propriétaires de Woodside Inn (pub à Colaba), ce joli salon de thé sent bon les pâtisseries maisons et le pain frais. Marguerite de Lastours, récemment installée à Mumbai après une école hôtelière à Lausanne, a participé à

la création de la carte et gère aujourd’hui ce restaurant, très prisé pour des rendezvous de travail et par le public féminin, « 70% de notre clientèle » précise la jeune Française. The Pantry, dont l’agencement se veut rassurant et chaleureux, mur carrelé et cuisine ouverte, joue sur la fraicheur et la qualité des produits. « Nous essayons le plus possible de travailler avec des producteurs bio locaux » souligne la chargée de projet et développement qui recommande vivement la Tarte Tatin aux tomates « une recette familiale », le Croque-Monsieur et le gâteau au chocolat. La magie semble opérer : à 13h sonnante, la pauvre place devant The Pantry dégorge de voitures. Les affamés peuvent toujours se rabattre sur les nombreux sandwichwallahs aux abords de MG Road, coincés entre les immuables vendeurs de stylos et de chaussettes. Toujours fidèles à leurs postes. C.C *En hommage à la place Kala Ghoda qui, en hindi et marathi signifie « cheval noir », en référence à la monture du Prince de Galles, Sa Majesté Edouard VII d’Angleterre. Une statue du roi à cheval fut érigée à l’initiative de l’homme d’affaires David Sassoon (dont la bibliothèque adjacente à la place porte le nom). Elle fut déplacée en 1965 et se trouve aujourd’hui à l'entrée du jardin du Dr.Bhau Daji Lad Museum.

march-SEP 2013 Impressions 49


Gastronomy

Dégustations urbaines Un pays se découvre aussi, et surtout, pour les gourmands (et les gourmets), à travers sa cuisine. Nouvellement arrivée à Mumbai, où les stands de nourriture foisonnent à travers la ville, je pars en exploration culinaire aux détours des rues. Petit reportage en images. une trentaine de spécialités de dosa différentes… Face à tant de choix, j’opte pour une simple dosa à l’oignon et au fromage, accompagnée d’un succulent chutney à la noix de coco et de sambar, des morceaux de légumes cuisinés dans une sauce rouge légèrement relevée. Le tout se révèle délicieux, et vraiment différent d’une crêpe, bien moins lourd, bien que très consistant.

Le Chaat Puri Plat très populaire, c’est un véritable méli-mélo de saveurs sucrées-salées. Le petit pain de puri rond et creux est rempli de purée de pomme de terre, puis garni de plusieurs sauces, de sev, des petits vermicelles de pois chiche, et recouvert de yaourt, ce qui donne un savoureux festival pour les papilles : c’est croustillant et mou à la fois, sucré et salé, piquant et doux ! J’ai eu l’occasion d’en goûter pour la première fois quand, devant mon air indécis face au stand de puri, une dame me propose de me servir dans son assiette afin d’essayer. Ainsi j’ai découvert que le dahi puri était mon nouveau plat favori et que les indiens étaient toujours prêts à vous faire partager leur nourriture. Le Pav Bhaji Emblématique de la street food Mumbaikar, le pav bhaji est composé d’un morceau de pain généreusement

50 Impressions March-SEP 2013

beurré (le pav) et d’un curry aux légumes parsemé de coriandre (le bhaji) servi avec des oignons émincés et un petit morceau de citron vert. Déguster un pav bhaji dans la rue s’avère une expérience délicate, car il faut tenir le plateau d’une main, en mangeant le bhaji avec l’autre main, tout un art !Très gras, il est à réserver plutôt pour les estomacs affamés, et tient lieu de repas à lui tout seul. En effet, le pav bhaji est originellement le plat des ouvriers des usines de textile du siècle dernier, qui avaient besoin de quoi affronter leurs dures journées de travail. La dosa Sorte de crêpe géante croustillante, la garniture de la dosa peut être, sur le même principe que la crêpe, décliné de mille façons. Je me sens vite perdue devant l’échoppe minuscule dont la carte, à la taille inversement proportionnelle à celle du stand, propose au moins

Les Bhaji Pour une somme très modique, j’ai droit à une farandole de ces petits beignets frits, les bhaji. Excepté le pakoda, mini galette de pomme de terre frite étonnamment légère, je trouve ce snack très lourd, et même pour l’amatrice de mets gras et salés que je suis, c’est rapidement écœurant. Le principal intérêt réside dans le pudina, chutney vert, et le chutney au tamarin, plus doux et sucré, ainsi que les piments verts grillés, servis en accompagnement. Cependant, certains semblent se régaler avec une version sandwich, où les beignets se dégustent dans du pain, le fameux vada pao! Le veg cheese toast sandwich D’un point de vue purement technique, le sandwich indien dans les stands de rue est impressionnant. Pour mon cheese veg sandwich, le préparateur empile avec dextérité betterave, oignons, lamelles de pommes de terre, tranches de concombre et de tomate sur une superficie de la taille d’une tartine de pain de mie standard, sans la croûte. Passé ensuite dans un toaster au gaz, puis agrémenté à nouveau de pomme de terre, d’une généreuse couche de fromage râpé et de sev, le tout ressemble à une délicieuse petite montagne de fromage. Seul point négatif : ce copieux sandwich est assez peu commode à manger dans la rue ! Alisa Frossard-Razafy


Gastronomy

Suzette Story For those who are yet to discover crêpes, it is high time to try it out at this first Mumbai crêperie. Jérémie Sabbagh, from the Suzette trio answers a few crazy questions for Impressions. Why this crazy idea of making crêpes in the Masala Dosa country? The first time I came to India, in 2005, I just could not handle Indian food! I discovered the concept of Masala Dosa and after a while I started missing my own favorite, the Brittany crêpes. A few years later on a happy evening spent with Antonia and Pierre, we discussed seriously the idea of opening a crêperie in India. Pierre has roots in Brittany, Antonia used to go there every year and I have spent most of my childhood holidays there too. A family friend even had a very successful crêperie in PerrosGuirrec, so I used to spend all my time there. There are rumors about you… involving a crash course in crêperie in Brest, tons of flour hidden at one of the partners' house, you slaving during the first weeks of Suzette, customers asking for veg ham, some of you practicing MMA to kick out annoying clients… Which ones are true? (Laughs) Well, I would rather say that our organic buckwheat flour travels first class in the plane, just like a VIP! Yes we also did an intensive crash course in Brest, at an authentic crêperie school. Then we practiced a lot. As for the scrubbing and washing the floors: it is true. When we started, we had no staff, so we did the scrubbing in our business suits and later on to train the staff. No Veg Ham but once we had a customer who wanted sweet vegan crêpes, so we had to prepare it with different flour and not use the Brittany caramel as it contains milk. As per the MMA, no way, we are not bashing crazy customers… yet! (Laughs) Who is the Suzette chick? It is funny you ask because a lot of people here think Suzette is Antonia! Actually Suzette is associated with

Antonia Achache, Pierre Labail and Jérémie Sabbagh

crêpes for the French because of the several stories of Suzette recipes but my favorite is the one saying that the famous chef Henri Charpentier dropped Grand Marnier in his batter by mistake as he was serving the Prince of Wales, Edward the 7th in Monaco. The Prince, who was accompanied by a young lady, questioned the Chef about this new taste. So the Chef said it was called a crêpe Princess but then realized the lady was not royalty but a Parisian girl and she was named Suzanne. So he changed the name to Suzette. Who are your favorite customers? You know I am going to say Alliance Française de Bombay team… But really, jokes apart, the students of Alliance Française de Bombay are great; they come often and practice with us and we are always astonished by their high command over the French language! We also have a lot of interesting characters as regular customers, like a belly dancer teacher, the publishing editor of a big fashion magazine, the vice consul of Brazil and a famous well built Bollywood actor.

What are your recommendations if you eat crêpes for the first time? For vegetarians, I would suggest to go with the crêpe Forêt: emmenthal, spinach, cream and mushrooms. Otherwise the tarragon based crêpes, estragon in French, works well. What are your big time favorites? I personally love the classic Complète and the Latine. In the salads we love the Eté with pomegranate, and the Chèvre. What is your most horrifying story? When the BMC arrived with bulldozers to destroy many of the structures on the lane where we opened the Bandra outlet. There was nothing one could do but we still tried to handle the situation the best way possible.

Did you know?

Sarrasin in French is also commonly called “farine de blé noir” and buckwheat in English which is glutenfree and very high in protein.

march-SEP 2013 Impressions 51


Shutterstock/IndiaPicture

et en classe

Douceurs Françaises les adolescents ainsi que les adultes. Elles pourraient être utilisées pour travailler les compétences d’expression écrite ou orale selon les niveaux. Les objectifs sont multiples : connaitre les expressions imagées et les douceurs françaises et apprendre à employer les noms des fruits et des fleurs. Les français utilisent souvent les expressions imagées. Dans ces expressions sont évoquées les noms des fruits et des légumes. Ces expressions créent des images colorées dans notre esprit.

Par Viral Thakker Le mot « gastronomie française » nous fait penser tout de suite au vin, au pain et aux fromages. Par contre le monde des douceurs françaises et le monde végétal reste peu connu. Lors de mon intervention à FLAME, Pune, dans le cadre du congrès régional qui s’est tenu au mois de septembre 2012, j’ai parlé de la gastronomie française et en particulier des douceurs françaises, des fruits et des légumes. J’en ai retenu quelques exercices faciles à mettre en place dans la classe. Les deux activités suivantes sont exploitables à tous niveaux avec 52 Impressions March-SEP 2013

Essayons de les compléter : On m’a raconté ………………………… Il est rouge comme …………………….. C’est bête comme ……………………. Il n’a rien dans ……………………….. Il me prend pour …………………….. Je ne veux pas faire ça pour ……………………….. Il est tombé dans ……………………………… Ce n’est pas mes …………………………… Réponses: des salades/ une tomate/chou/le citron/une poire/des prunes/les tomates/oignons La France offre une grande variété de douceurs françaises ; des chocolats et des bonbons. Elles sont disponibles chez les chocolatiers- pâtissiers. Le professeur peut trouver plusieurs images de ces spécialités régionales et demander aux étudiants de donner leur nom, voire d’essayer de décrire ce qu’elles sont. Parmi les grands favoris : les dragées, les niniches ou les marrons glacés. Viral Thakker est enseignante et formatrice de formateurs au sein de L'Alliance Française de Bombay depuis 1997. Elle est co-auteur de Let's make it sound French, manuel de correction phonétique et auteur de Plaisir d'écrire, manuel d'entrainement de production écrite.


addresses

Alliance Française de Bombay recommends Britannia

Indigo Delicatessen

Wakefield House, Sprott Road, 16 Ballard Estates, SS Ram Gulam Marg, Fort, Mumbai – 400038. Contact no: +91 22 2261 5264/ 30225264 This place threw its doors open for people in 1923 and is still standing tall with its typical Irani-Parsi specialties. Just like the very old proprietor of this place, it amounts to a heritage factor of the city. The Berry Pulao with Dhansak served in good old fashion will definitely please your taste buds. Make sure you check the restaurant timings before you drop in as it is open for limited time.

i) 4, Mandlik Road, Apollo Bunder, Mumbai – 400001. Contact no: +91 22 6636 8999 ii) Clifton Trishool Housing Society, Oshiwara Village, Link Road, Lokhandwala Andheri (West), Mumbai. Contact no: +91 22 65278989/ 26336262 For all the calorie conscious people there, this a place to go on a date when you are on diet! It offers exclusive menu with amazing variety of food. In addition to its cozy and romantic atmosphere, a well stocked bar adds a star to your pleasure!

Café Moshe 3, Feroz Building, Apollo Bunder, Colaba, Mumbai – 400001. Contact no: +91 22 2202 0934/ 22021205 Website: http://moshes.in/ Restaurant and cafés also present at Cuff Parade, Juhu, Malad, Ghatkopar, Kemps Corner, Bandra, Lower Parel and Goregaon Chef Moshe Shek brings out his best for the gourmets of Mumbai through this food chain. Delicious cheesecakes or pancakes and super yummy fondue are the must taste factors when you sit back and relax in the pleasing ambience.

Café Zoé Mathuradas Mill Compound, Plot No. 126, N.M. Joshi Marg, Lower Parel, Mumbai – 400 013. Contact no: +91 22 24902066/ 24902065 This café is rather known for its attractive, unique and rustic ambience. Good place to drop in for a quick drink after work on Friday evenings to start a perfect weekend. Food is mostly continental with a perfect bar. Quite a place for drink lovers.

Gadda da Vida Hotel Novotel, Balraj Sahani Marg, Juhu Beach, Mumbai – 400049. Contact no.: +91 22 6693 4444 Website: www.novotel-mumbai-juhubeach.com This lounge is to be loved for its magnificent overview of Arabian Sea and its breathtaking ambience.

Kala Ghoda Café 10, Rope Walk Lane, Kala Ghoda, Fort, Mumbai – 400001. Contact no.: +91 22 2265 0195 Website: www.kgcafe.in A Café cum a gallery com a bakery is what this place is. Located in the very heart of the town, it has quite striking and soothing ambience with some classic paintings along the tall white walls. Do visit it for the range of organic coffees and recipes with boldyet-smooth taste.

Le 15 patisserie i) Shop no. 2, Rajgruha Co-op society, B wing, BM Marg, Elphinstone West, Mumbai – 400 013. Contact no: +91 9769286544, 9820487727 ii) Palladium, High Street Phoenix, Lower Parel, Mumbai – 400 013. Website: www.le15.co.in This is a typical French patisserie with some amazing and innovative cakes, cupcakes, éclairs, tarts and truffles. Especially the Red Velvet Cup Cake along with the sea salt macaron is to visit for. It may turn out to be a perfect end to the heavy shopping in Palladium!

Le pain quotidien i) Dhanraj Mahal, Next to Jack & Jones, Gateway of India, Colaba, Mumbai – 400005. Contact no.: +91 22 66395454/ 66150202 ii) G2, 3 North Avenue, Maker Maxity, Bandra Kurla Complex, Bandra (East), Mumbai – 400051. Contact no: +91 22 66431616 Website: www.lepainquotidien.in This is India’s first bakery café. Le pain quotidien carries a Tartine Spirit and offers tremendous variety of French breads. Just to mention, this café originally comes from Belgium!

Olive bar and kitchen i) Amateur Riders Club, Mahalaxmi Race Course, Mahalaxmi, Mumbai – 400034. Contact no: +91 22 4085 9596 ii) Pali Hill Tourist Hotel,14, Union Park, Khar West, Mumbai – 400052. Contact no: +91 222605 8229 Website: www.olivebarandkitchen.com Well…these two restaurants have two different themes. The one in Mahalaxmi depicts the Mediterranean Countryside and is full of Med-inspired wines and recipes. The other in Khar is a place with an outstanding cellar. At you to make a choice!

Theobroma i) Shop 24, Cusrow Baug, Colaba Causeway, Shahid Bhagat Singh Road, Colaba, Mumbai. Contact no: +91 22 22873778/ 22886464/ 22830101 Also present in Bandra, Peddar Road and Lokhandwala complex. Theobroma means food of gods in Greek. And so is true about this café. Some of its most famous recipes are blueberry cheesecake, varieties of brownies and croissants.

The Pantry Ground Floor, Yeshwant Chambers, Military Square Lane, Kala Ghoda, Colaba, Mumbai. Contact no: +91 22 22678901 / 9167005290 Located in the heart of south Bombay, this café looks like a neat, clean and hip deli. It serves some dishes like Financier, Ratatouille Tart, Quiche Loraine for the French food lovers. Do visit this vintage café to experience a simple and homely ambiance!

Suzette i) Atlanta Building Ground Floor, Nariman Point, Mumbai – 400021. Contact no: +91 22 2288 0055 ii) St. John Street, Opp.Gold Gym, Pali Naka, Bandra West, Mumbai– 400050 Contact no: +91 22 2641 1431 Website: www.suzette.in This café is somewhat a trendy and modern French Crêperie. A complete French experience!

march-SEP 2013 Impressions 53


the city

Voix urbaines

Vous avez débuté dans le monde de la mode. Quel est l’élément qui vous a amené à travailler sur le monde urbain, le reportage visuel au-delà de l’expression artistique ou esthétique que pouvait procurer la mode ? J’ai en effet travaillé pendant de nombreuses années dans ce milieu et mon travail était reconnu. Mais j’ai commencé à me lasser de cet univers où l’aspect esthétique de l’image primait sur le contenu. J’ai eu envie d’approfondir le contenu au-delà de l’image, d’aller plus loin dans la réflexion. J’ai eu aussi envie de me consacrer à des projets personnels où je pouvais passer du temps, car dans la mode, on travaille dans l’immédiat. J’estime qu’un projet artistique se conduit dans le temps, il faut pouvoir développer une certaine maturité autour du projet.

54 Impressions March-SEP 2013

C’est lors de mon premier voyage au Japon que j’ai réalisé pouvoir effectuer une transition entre mon travail de l’époque et mon envie d’aller plus loin dans la photo. J’ai réalisé une série intitulée Woman Obsession qui observait la relation de la femme japonaise avec le monde du luxe. Cela a, en quelque sorte, bouclé la boucle de mon histoire avec la mode. Le projet a connu un beau succès, un livre a été publié et les tirages sont à la BNF [bibliothèque nationale de France, ndlr]. Ce fut révélateur et aujourd’hui ma démarche est uniquement artistique. Il semble que ce fut à Tokyo aussi que vous avez développé le projet « Lost highway ». Quelle a été l’origine de cette démarche ? J’avais remarqué à quel point il était

Lefauconnier

© Chantal Stoman

Chantal Stoman présente son travail du 12 au 18 mars dans le cadre du festival Bonjour India, à Studio X. Discussion avec une photographe dont le chemin longe les voies rapides.

difficile de pénétrer l’univers intime des Japonais, de le comprendre. Par hasard, je voyageais sur un fly-over avec un ami en voiture à Tokyo quand j’ai remarqué que l’on discernait très bien la vie à travers les fenêtres des habitations qui longeaient la voie. J’ai pu voir ce qu’on ne voit pas


the city d’habitude en tant que simple visiteur, même si l’on a des connaissances dans le pays. L’idée de ce projet est devenue Lost Highway, ce fut une une évidence…. Puis en 2009, j’ai exposé à la Nuit Blanche à Paris à la station Chatelet où les clichés étaient projetés pendant cinq semaines. Cela m’a persuadé d’aller plus loin et j’ai eu envie d’explorer d’autres grandes villes du monde, sur des continents éloignés, où existent des fly-overs et où les villes présentent des similitudes. C’est l’essence de mon projet : pour moi ces villes offrent un pluriculturalisme fort, composé de mélanges de cultures et d’habitants.

Vous dites dans le petit film « Bombay » en ligne sur votre site, que vous vous sentez parfois « voyeuse ». Quelle est la frontière entre l’œil du voyeur et celui du voyageur ? Je ne me sens pas voyeuse dans le sens où je regarde quelque chose qui ne me serait pas permis. Mais plutôt quelque chose qui ne me serait normalement pas possible en tant qu’étrangère.

© Chantal Stoman

« Il n’y a qu’une nuit, il n’y a qu’une ville, il n’y a qu’une seule route. » Vous mêlez des images de villes parfois irréelles ou futuristes prises de nuit avec peu

une expérience différente ou a évoqué en moi un sentiment différent. Mais Tokyo a peut-être une place particulière car ce fut une révélation personnelle et professionnelle. A Mumbai ce qui a été formidable ce fut l’accessibilité aux personnes, chez elles. Toutes ces fenêtres ouvertes…

d’humain. Qu’évoque la « ville » pour vous ? Au contraire, pour moi chaque carré de lumière est une vie humaine. Dans la ville nous sommes tous une infime partie, où l’individualité de chacun est difficile à percevoir. Mais dans mes clichés il y a toujours une silhouette qui se détache, même floue. Dans la ville, la vie est sousjacente, pas absolue. Le Caire, Sao Paulo, Tokyo, Mumbai, Hong Kong : une ville vous a-t-elle plus marquée ? Pas vraiment car chacune pour moi a été

Quels sont vos prochains projets ? Je serais à Rome au printemps 2013 en résidence à la Villa Médicis où je vais travailler autour de la religion, projet auquel s’associera un dialogue avec le formidable Erri De Luca. Lost Highway, a photo project , Chantal Stoman, du 12 au 18 mars, festival Bonjour India, à Studio X, Kitab Mahal, Fort. Organisé par l’Alliance Française de Bombay et Studio X, en collaboration avec ICCR, l'Ambassade de France en Inde, Institut Français en Inde.

Lost Highway “There is only one night, there is only one city, there is only one road. Along the Highway, the night is passing by. Insomniac and fragile. Made invisible by the metal shell and the speed of my vehicle, I invite myself where I have not been invited. Protected by the discretion of the night, in a flash moment I surprised these people inside their home. I dine at their table, I watch their TV, I sleep in their bed. Suddenly, their intimacy so rare and precious is simply offered to me. As a silent invitation, I am with the Other. I watch my intimate Anonymous. They are much more than the story that contains them. They are these millions of solitudes which forms the heart of the cities. In Tokyo or Cairo, in Sao Paulo or Hong Kong, but more than ever in Bombay and Calcutta, I begin a dialogue, in the heart of the night. As in a ring, I get up on this Highway, to seize these samples of life. These photographs, in black and white, taken on the fly, from the flyover which crosses the city. Against the lazy night, in suspense, a multitude of lighted windows, like so many promises. They reveal micro worlds: simple or overloaded, overflowing or solitary, this “je ne sais quoi” I am looking for along the highways. Lost Highway tells this part common to all great cities, where borders no longer exists. Families are of the same love, loneliness of the same muted violence, wait of the same slowness: all same sighs of a universal language. There is only one night, there is only one city, there is only one road.” Artist Statement Lost Highway, a photo project by Chantal Stoman will be on view from March 12th till 18th, at Studio X, Kitab Mahal, Fort, presented by the Bonjour India festival, organized by Alliance Française de Bombay and Studio X, in association with ICCR, Institut Français en Inde, Embassy of France in India. march-SEP 2013 Impressions 55


the city

Achetez vert

credits: Soazic Guezennec

Soazic Guezennec redĂŠfinit la ville avec Happy Owners, oĂš elle analyse avec humour la tension entre urbanitĂŠ et nature.

Experiment Centre installation, dimensions variable, tin boxes, plants, thermacol.

56 Impressions March-SEP 2013


the city

N

ature et Ville. Deux entités parfois complémentaires, souvent en opposition. Un postulat sur lequel Soazic Guezennec a commencé à travailler lors de ses nombreux voyages, en Amérique du Sud et en Afrique. Arrivée à Mumbai il y a trois ans, installée à la lisière de la forêt du Sanjay Gandhi National Parc,

elle poursuit sa recherche sur ce conflit Nature/Urbanité, en se concentrant exclusivement sur Mumbai. « Cette ville est incroyable. On cherche à vendre à ses habitants la notion de Nature dans l’habitat à travers des projets immobiliers complètement extravagants ». Soazic a commencé par arpenter la ville et à noter les slogans vendeurs des panneaux publicitaires vantant les bienfaits d’une vie « proche de la nature ». « Ces panneaux sont complètement aseptisés visuellement, le vocabulaire est très lyrique, les titres des projets alambiqués et les offres décontextualisées, comme si elles ignoraient tout du public indien. J’ai été profondément marquée par ce décalage avec la réalité qu’offre une ville comme Mumbai ». Et pour cause. Il suffit de s’aventurer en dehors des espaces cossus pour constater avec effroi que des immeubles construits il y a moins de cinq ans sont déjà décrépis, que les « barres » ou immeubles « cage à lapins » de mauvaise facture fleurissent au milieu de vastes étendues mal entretenues ou encore que de nombreux gratte-ciel surplombent des bidonvilles putrides. « Puisqu’on vante tant la Nature dans ces diverses offres immobilières, j’ai décidé de proposer le point de la vue de la Nature en montant une vraie-fausse agence immobilière vendant des projets similaires mais pris au pied de la lettre ». C’est ainsi que Soazic propose des « immeubles cascades » où sur la maquette, l’immeuble est noyé sous les flots. Elle s’est documentée pendant deux ans auprès de nombreuses agences et foires immobilières afin de récupérer des catalogues et créer de toute pièce des projets plausibles, réutilisant des slogans existant. « J’interroge la tension entre Ville et Nature mais aussi comment la Nature résiste à la ville ». C.C.

march-SEP 2013 Impressions 57


the city

Le patrimoine dans tous ses états à Mumbai

C

haque année en France, à l’instar de la Fête de la Musique le 21 juin, celle du Cinéma autour du 24 juin, celle du Livre en mai et de la Journée de la Francophonie le 20 mars, le Patrimoine est mis à l’honneur le troisième weekend de septembre. Lancées en 1984, les premières journées du Patrimoine portaient le nom de « Journées Portes ouvertes des Monuments historiques ». Devant le succès de ces journées, plusieurs pays européens ont décidé d’organiser leurs journées dès 1985. Et en 1991, Les journées européennes du Patrimoine ont été officiellement institutionnalisées par le Conseil de l’Europe. Suivies avec un intérêt croissant par les Français et les Européens, ces journées

58 Impressions March-SEP 2013

Alliance Française de Bombay

Bien établie en Europe, la semaine du patrimoine fait ses premiers pas en Inde. A l’initiative de l’Alliance Française de Bombay, elle a été célébrée pour la troisième fois à Mumbai.

ont connu un succès lié à l’extrême diversité des sites patrimoniaux proposés aux visiteurs par toutes les municipalités : des chefs d’œuvre de l’art laïc ou religieux aux sites industriels ou agricoles, des parcs et jardins aux sites archéologiques, sans oublier le mobilier, le patrimoine littéraire, fluvial et militaire ; c’est le patrimoine dans tous ses états qui est à l’honneur. En 1995, ce sont 34 pays européens qui s’associent à cette manifestation et 13 millions d’Européens qui visitent 26 000 monuments ouverts à cette occasion. Aujourd’hui, 50 états d’Europe sont associés à cette manifestation. Notons que Taïwan et la Turquie bien que n’appartenant pas à l’Union européenne

célèbrent cet évènement. Alors bienvenue à l’Inde et au Maharashtra dans les années à venir! Pour la troisième année, l’Alliance Française de Bombay s'est associée à cette initiative européenne et a proposé un voyage à travers Bombay/Mumbai à la manière de Marcel Proust : « Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. » A cette occasion, et en respect avec le thème européen de l’édition 2012, qui mettait à l’honneur le patrimoine caché, les visites et promenades se sont organisées dans plusieurs quartiers de la ville, quartiers le plus souvent vus par les habitants comme des quartiers sans intérêt pour les groupes touristiques.


the city Ce fut l’occasion de découvrir une autre ville. Chaque quartier choisi a son propre caractère et les guides ont aidé les participants à mieux les comprendre par des anecdotes. A travers l’histoire de Chor Bazaar, Lalbaug Buleshwar ou Matunga, c’est l’histoire de Mumbai qui était palpable et que les jeunes participants indiens ont pu découvrir. Kavita Dadia, une des enseignantes de l’Alliance française, témoigne de l’intérêt de ces visites : “Bien que je vive à Mumbai depuis ma naissance, je n’ai jamais pensé à visiter Chor Bazar (l’ancien marché aux voleurs qui est maintenant le marché aux antiquités) parce qu’il était considéré comme sordide et que nous sommes toujours méfiants à son égard. Mais grâce à cette promenade, ce fut une vraie découverte.” Au programme des visites, des films sur le patrimoine, un concours de photographies et une exposition, pour voir et donner à voir des trésors insoupçonnés, « une face cachée de cette ville toute en contrastes, une part de son identité culturelle passée, présente et à venir, précise Anne Dubourg, directrice de l’Alliance française de Bombay. L’objectif central de cette édition est de porter un regard neuf sur la ville et son héritage urbain et de découvrir le patrimoine réel de la cité » A ces visites, se sont ajoutés plusieurs projets appelant la contribution des participants et se développant sur différents supports réels et numériques.

Article paru dans Le Français dans le Monde, écrit par Cléa Chakraverty et David Cordina, afmagazine.in, le magazine culturel des Alliances françaises en Inde. Et en 2013... Annoncée les 14 et 15 septembre 2013, la trentième édition des Journées européennes du patrimoine aura pour thème « 1913-2013, cent ans de protection. » Ne manquez pas le programme spécial de l’Alliance Française de Bombay qui mettra en avant les Métiers du Monde suite au concours photographique organisé par la Fondation Alliance Française où deux photographes indiens ont été mis à l’honneur. L’exposition internationale de tous les clichés gagnants sera présentée à cette occasion. Les jeux transmédias En suivant le modèle de Mumbai, plusieurs Alliances Françaises en Inde ont lancé des concours photographiques transmédias centrés sur la ville : Mumbai, Bangalore, Chennai (Madras) ou encore Jaipur dans le Rajasthan. A Bangalore, le concours visait une représentation affective de la ville #Bellebangalore de même qu’à Chennai. A Mumbai, ce concours s’est construit autour de la balise #hiddenmumbai – Mumbai caché. Avec les balises ou mots-clés avec la balise # (dièse, hashtag en anglais), ces concours ont été menés sur les réseaux sociaux que ces Alliances françaises utilisent avec leurs communautés d’étudiants : #BelleBangalore sur le réseau social Français Mathadona ou Madras on the move pour l’Alliance Française à Chennai. Déclinés sous différents formats numériques, Twitter, Tumblr, Instagram (le réseau social de partage d’image), ces concours ont sollicité la participation des étudiants invités à poster leurs photographies et à décrire, en langue française, leurs images ou leur compréhension du thème…

#hiddenmumbai Avec plus de 500 photos tagguées par les utilisateurs du réseau, le concours à Mumbai a permis de populariser la balise #hiddenmumbai. L’Alliance Française de Bombay a pu ainsi sensibiliser à ce thème de nouvelles personnes qui sont venues s’inscrire au concours photo. Un jury a ensuite sélectionné les meilleurs clichés et l’Alliance Française de Bombay, en partenariat avec une salle d’exposition de la ville, a organisé une exposition des meilleurs clichés. Visites de la ville, langue française, écriture photographique, pratique des réseaux sociaux, exposition, voilà un bel exemple d’un jeu transmédia. L’exploration du patrimoine se décline sous toutes ses formes. Kesako ? Les techniques transmédias (de l'anglais transmedia storytelling) sont des méthodes de développement d'œuvres de fiction, de documentaire et de produits de divertissement qui se caractérisent par l'utilisation combinée de plusieurs médias pour développer des univers narratifs, chaque support employé développant un contenu différent et apportant sa spécificité. En mai 2013, le transmedia sera à l’honneur pour Marseille-Provence 2013 avec plusieurs événements à ne pas manquer. Tout d’abord, le Barcamp Transmedia le 7 et 8 mai puis la Transmedia International Masterclass Marseille qui se déroulera du 10 au 13 mai au Palais du Pharo. Marseille-Provence 2013 lance surtout pour le grand public le projet TransHumance du 18 mai au 9 juin. Ce projet transmédia et participatif propose une expérience inédite en invitant hommes et animaux à marcher ensemble et former, dans ce mouvement collectif à la dimension du territoire de la capitale, un geste artistique et poétique à résonances multiples. www.mp2013.fr/ transhumance/ Photographies : Huda Tayob, premier prix du concours de photographie HiddenMumbai.

march-SEP 2013 Impressions 59


the city

France Heritage As part of the Bonjour India festival, France Heritage is a photographic voyage in India with Anay Mann, Gigi Scaria, Rishi Singhal, Serena Chopra, Isabel Saij along with Jean-Pierre Dubois.

«G

limpses of France are still visible in the form of buildings along the Strand, city gates with inscriptions of ‘Liberté, Egalité, Fraternité’ as well as the rich merchant houses of the Bengali zamindars»

Their work, under the curatorship of photographer Anay Mann, has taken shape of an exhibition around this incredible slice of Indo-French history. The idea is not only to showcase France’s connections with India and the legacy left behind but also to throw up questions related to conservation and artistic and social and other aspects. Be these the French and Islamic architectural styles of the Chowmahalla Palace in Hyderabad, or the association between Le Corbusier and Shodhan House in Ahmedabad, or the rapidly changing built heritage landscape in Chandernagor, or again the Moorish Mosque in Kapurthala built by French architect M. Manteaux and the Jagatjit Singh Palace (now the Sainik School) with its architecture based on the Palace of Versailles and Fontainbleau, or down south from the forts of Gingee and Cuddalore in Tamil Nadu to Tipu’s Summer Palace in Bangalore, the challenges were many, but the 60 Impressions March-SEP 2013

Serena Chopra, Chandernagore

France Heritage is a photography project built around the labour of love of young Indian conservation architect, Ms. Aishwarya Tipnis, who has made a first attempt to map French inspiration in Indian architecture. Drawing from this research, photographers Anay Mann, Gigi Scaria, Serena Chopra, Rishi Singhal, Isabel Saij along with JeanPierre Dubois revisited French built and intangible heritage in India in 2012 and brought to life France in India in an exciting journey bringing back with them their own stories.

photographers returned with their own understanding of this rather quaint and lesser known heritage of India. The French East India Company (La Compagnie Française des Indes Orientales) maintained independent trading posts from the 17th to the 20th century in Pondicherry, Chandernagore, Mahe, Yanam and Karaikal. The French brought to India a new way of life, trade, governance, military warfare techniques, creating a cultural diversity which we now define as shared cultural heritage. The tangible built heritage varies from forts and military installations, public buildings, residential buildings, public squares, urban artifacts and even urban city planning. Intangible influences

on culture include education systems, trade, art, design, interiors and culinary traditions. French heritage in India is multifaceted and presents opportunities for both development of tourism and conservation and restoration. Isabel Saij and Jean-Pierre Dubois dedicate the project in the memory of Ambassador André Lewin,who was keenly interested in the France Heritage project, but he passed away in October 2012. André Lewin has been Ambassador to India from 1987 to 1991 and he remained an ardent EU-Indiadiplomat besides a brilliant humanist and a seasoned diplomat with a genuine commitment for globalpeace and cooperation.


the city

Le patrimoine: un enjeu pour les générations futures

En décembre 2012, la ville de Pune a accueilli une conférence autour des économies du patrimoine. La prise de conscience d’un patrimoine riche dans chaque ville indienne devrait accélérer la préservation de cet héritage collectif.

«L

La richesse du patrimoine indien, s’étalant sur plus de 5000 ans, assurément partie intégrante des identités locales et nationale n’est pourtant pas à démontrer. Et les Indiens ne se lassent d’ailleurs pas de répéter aux visiteurs étrangers : “Regardez notre histoire, regardez notre peuple, l’Inde est le pays le plus varié au monde!”. Pourtant les coûts qu’engendrent la restauration et la conservation du patrimoine conduisent bien souvent à considérer ce patrimoine comme un fardeau. Le séminaire, organisé par la Pune Municipal Corporation, en collaboration avec Indian Heritage Cities Network, l’Unesco et l’Ambassade de France, est une des premières conférences à se pencher sur la question, rassemblant des experts d’horizons variés : économistes, architectes, archéologues, anthropologues et responsables exécutifs, venus d’Europe et d’Asie. Qu’entend-on tout d’abord lorsque l’on parle de patrimoine, et comment en concilier les différents aspects ? Ce qui vient immédiatement à l’esprit sont les

Serena Chopra, Chandernagore

es centres commerciaux sont les seules choses que nous créons aujourd’hui et ils manquent de chaleur » glisse un membre de l’ONG INTACH, the Indian National Trust for Art and Culture Heritage, au cours de sa présentation sur la ville de Pune, dans le cadre du séminaire Economics of Heritage qui eut lieu début décembre 2012. Triste constat, légèrement provocateur, certainement afin de déranger un peu l’inertie qui caractérise actuellement les politiques urbaines en matière d’héritage.

monuments historiques et les paysages naturels, qui constituent le patrimoine tangible. Le projet qu’Indian Heritage City network a développé à Ahmadabad, présenté par un des responsables de l’organisation City Heritage Centre, Rajiv Patel, semble être un exemple réussi de politique de mise en valeur du patrimoine car elle réunit divers acteurs et concilie les intérêts de chacun. Ainsi dans la vieille ville, la municipalité a mis en place des chambres chez l’habitant en collaboration avec les riverains et l’expertise des sociétés hôtelières. A

Pune, la municipalité a signé cette année son adhésion au Indian Heritage Cities Network, un réseau crée par l’Unesco il y a six ans : cette plateforme d’échange doit permettre d’améliorer la gestion de l’héritage historique en milieu urbain, et d’en faire un moteur de développement socio-économique pour la ville et son environnement. 22 villes indiennes en sont déjà membres, ainsi que plusieurs ONG et villes ou régions partenaires en France. Extrait d’un article paru sur afmagazine.in, par Prutha Narke, Alliance Française de Pune

march-SEP 2013 Impressions 61


the city

Focus on the city Mumbai’s first photography festival is a great example of multi cultural collaborations in the city when it comes to the arts.

F

OCUS is Mumbai’s first, free photography festival, which will be held in the last two weeks of March 2013. A celebration of the art of photography, FOCUS will promote the work of young and established photographers alike, from both India and abroad. The first edition of FOCUS revolves around the theme “The City”. Accordingly, the festival will exhibit photographic works across a wide range of venues in Mumbai, including art galleries, cultural centres as well as boutiques, restaurants, cafés, cinemas, outdoor areas and other public spaces. Exploring and discovering the world of photography against the backdrop of Mumbai’s ever-changing cityscape will be an integral part of the festival experience. Through its eclectic network of venues and events, FOCUS will establish a visual dialogue between different communities in the city using a synergetic platform to promote lens-based work. FOCUS seeks to reach and engage a diverse audience of all ages, from photography enthusiasts and art-lovers to school children, students and beyond. In addition to the leading art institutions, the festival will also inhabit unconventional exhibition spaces including design shops, cafés and lifestyle spaces. Visitors will be able to interact with FOCUS as part of their daily routine at Bombay Electric, Bungalow 8, Design Temple, Filter, Good Earth, Hermès, Kala Ghoda Café and many more. The Focus festival is co-founded and organised by: Nicola Antaki, Elise Foster Vander Elst and Matthieu Foss. Meet FOCUS representatives, participate in workshops and other activities at Cheval, Kala Ghoda's latest addition to South Mumbai culinary scene and FOCUS hub.

62 Impressions March-SEP 2013

Anusha Yadav, Sanjana from the series 'In Tune for Fame', 2011. © Anusha Yadav A Photograph is Not An Opinion - Contemporary Photography by Women At the Terrace Gallery, Curated by Sunil Gupta Jehangir Art Gallery, 161 Kala Ghoda, Mumbai

Raymonde April, Stade, Chantier Olympique (Stadium, Olympic Construction Site) Beijing, 2008, © Raymonde April Equivalences At Horniman Circle Outdoor exhibition, Horniman Circle, Fort, Mumbai

Nandini Muthiah, Mr and Mrs. Ct. Muthiah, 2005. © Nandini Muthiah A Photograph is Not An Opinion - Contemporary Photography by Women At the Terrace Gallery, Curated by Sunil Gupta Jehangir Art Gallery, 161 Kala Ghoda, Mumbai


the city

A heritage city, Morlaix, celebrates India in full swing The small west coast town of Brittany, Morlaix, once a buzzing business hub, rediscovers its Indian connections through a celebration of art and heritage.

© J-C. Breton

Indian students in front of the Manufacture des Tabacs

U

nderstanding better the past through the beautification of buildings and streets, adding a pinch of nostalgia and a vision for the future, has been the concern of many municipalities in France who wish to attract new public, tourists and investors. Festivals in France are a great way to focus on heritage and cross cultural interactions to promote small towns. Such has been the role of the Armor India festival in the western tiny city of 20 000 inhabitants of Morlaix, dedicated to promote Indian culture and the heritage of Morlaix for the last seven years. What is the connection with India? Jean-Claude Breton, the founder of the association AADI (Alliance Armor Dupleix Inde) in charge of the festival explains the not so obvious links. “Morlaix has been a very prosperous city during the XVIIIth century. One of the reasons was the thriving business of the Manufacture des Tabacs. This company was based at the heart of Morlaix, and through its sale of tobacco, it provided funds for the Compagnie des Indes orientales (created by Colbert in 1664)

a competitor of the British East India Company. For the last seven years Jean-Claude Breton and his team have put up an incredible festival of India in the heart of Morlaix. Traditional Indian culture, such as classical dance and performances are organized as well as cultural exchanges with schools. In 2012, the Fergusson College in Pune had sent a group of young students to visit Morlaix. In 2013, the festival will focus on modern India and the Morlaisiens will discover various creations by western and Indian performers as well as a contemporary art show in the premises of the Manufacture des Tabacs.

Did you know ? The Dupleix family In 1700, François Dupleix arrives in Morlaix with his family. He is supervisor of all tobacco farms in Brittany. The family resides in the Manoir of Pen An Ru, also the site of the first manufacture. Colbert, finance minister of Louis the XIVth decides that a part of the tobacco revenues will fund the French East India Company. This is the beginning of the association between the Dupleix family and India. The East Indian Company provides financial help to build a new tobacco factory: in 1736 the Manufacture Royale des Tabacs is built. The young son of François Dupleix, Joseph-François, grew up in Morlaix but due to issues with his father, he is sent to Pondichery. He soon becomes a famous and noted entrepreneur and governor. Under his supervision the East Indian Company thrives and makes huge profits. However, some of his political positions displease the King. He falls in disgrace and is abandoned by the court. He dies poor and forgotten by the French while his vision and efforts were lauded by both the British and the Indians.

The Manufacture des Tabacs Over the last 250 years the Manufacture des Tabacs has been the economic power of the city of Morlaix. The production site, abandoned in the early 2000 by the former owner Altadis, was acquired by the chamber of commerce of Morlaix in 2001 with the goal of restoring it and giving it back to the city and its residents through social housing and cultural projects. Today, the city of Morlaix hopes to bring it back to its former glory, attracting tourists and new publics for 2015-2020. The space will be dedicated to sciences and techniques, heritage and history through art galleries, museums and archives. On the third floor, a project of hosting a “world cultures” association is currently discussed. Jean-Claude Breton is also pushing the idea of creating a Franco-Indian institute on the premises.

march-SEP 2013 Impressions 63


et en classe

Arts et Musique Dans une salle de classe, mélanger apprenants, enseignante et ambiance sympathique. Ajoutez une chanson, des images et une bonne pincée de créativité. Recette simple mais toujours efficace ! Dans mon cours « French for Kids », j’ai animé une séance autour de la chanson (+ clip) « Papa voudrait… » de Bruno Coupé. Certains enfants du groupe n’avaient fait que 20 heures de français. J’étais bien consciente des difficultés (débit rapide du chanteur, vocabulaire et structures difficiles), mais aussi des richesses du clip (rythme accrochant, mélodie agréable, images, instruments de musique, musique corporelle).

Par Anjali V. Gangolli

En début de séance, après un remue-méninge (instruments de musique) et un jeu de mime, les apprenants ont écouté, les yeux fermés, des morceaux de musique pour identifier l’instrument. Puis, en réponse à ma question « Peut-on faire de la musique sans instrument de musique ? », ils ont proposé des techniques (taper sur la table, claquer des doigts). Ensuite, nous avons regardé le clip. Les enfants l’ont beaucoup apprécié (certains se sont mis à chalouper !). En fin de séance, nous avons réalisé un petit orchestre de « musique corporelle ». Bilan du cours : très positif, comme en témoignent les retours des apprenants… « What I liked the most was when we did the music orchestra. » (Utsav, 8 ans) « Very nice. Enjoyed learning the instruments. » (Anav, 10 ans) « Everything was fun! » (Frida, 9 ans) Bref, la musique, « langue universelle », enrichit l’apprentissage, quel que soit le niveau des apprenants. Anjaliw V.Gangolli est enseignante de FLE et formatrice de formateurs. Elle s'intéresse en particulier à l'enseignement du français aux enfants. Aussi passionée par le français que par la musique, elle joue du sitar.

64 Impressions March-SEP 2013


Shutterstock/IndiaPicture

et en classe

A la découverte d’une ville mille-feuilles Ce qui les rend perplexes, c’est le dodelinement de tête pour dire « Oui », qu’ils comprennent souvent comme « Non » et ce qui les fait pleurer, c’est la cuisine épicée indienne. Mumbai, une ville de rêve , une ville qui ne dort jamais, une ville trépidante, une ville où on peut faire fortune ou tout perdre, une ville animée « Tut, Tut », une ville aux endroits calmes comme Walkeshwar ou bruyants comme Crawford market, une ville des villas et des bidonvilles, une ville de contrastes mais une ville magnifique ! La ville de ma naissance, de mon existence. Une ville qui fascine ou dégoûte. Il y a ceux qui ne l’aiment pas trop ou pas du tout. Une ville où diverses cultures se mêlent pour créer son identité unique.

Par Kavita Dadia « Pourquoi les hommes se tiennent la main ? » ; « Combien de gens habitent à Mumbai ? » ; « Pourquoi personne ne nage dans la mer ? » ; « Est-ce que le permis de conduire existe ici ? » ; « Pourquoi Krishna a la peau bleue ? »…tant de questions par rapport à ce choc culturel qui frappe les touristes visitant l’Inde pour la première fois. Ils sont éblouis par les couleurs, envahis par les odeurs, fascinés par les femmes en sari et assaillis par le bruit des klaxons incessants. Etonnés par les trains bondés, ils se demandent « Pourquoi les portes des trains ne se ferment pas ? »

Mumbai – sept petites îles devenues une mégapole de l’Inde. Mumbai – une ville que j’adore et dont je suis très fière. C’est pourquoi j’aime la découvrir et la faire découvrir aux autres selon leurs envies et leurs souhaits. Quelques touristes préfèrent faire un tour à leur rythme tandis que d’autres veulent plonger dans la découverte de tout : les lieux comme la culture. Et puis, il y en a certains qui veulent explorer les bidonvilles de Dharavi. Je me demande ce qu’il y a à voir dans ces endroits qui sont pour moi sales et laids : « Que trouvent-ils de beau dans cette laideur ? » Les touristes sont ravis de cette découverte d’un pays très riche en culture, de l’hospitalité et de l’accueil des indiens. J’adore ma ville et c’est un véritable plaisir que de la faire découvrir aux autres. Kavita Dadia, enseignante à l'Alliance Française de Bombay depuis cinq ans, enseigne le français pour les niveaux A1, A2, B1. Passionnée par le patrimoine de la ville, elle est aussi guide interprète à Mumbai depuis 2004. march-SEP 2013 Impressions 65


addresses

D.R.

Alliance Française de Bombay recommends

All Saints’ Church

Banganga Tank

Bombay High Court

Little Gibbs Road, Malabar Hill, Mumbai – 400006

Walkeshwar Temple, Malabar Hill, Mumbai.

Fort, Mumbai – 400032

In 1882, this church was built in Neo gothic Style with its significant redManglore-tiled sloping roof. Originally a chapel built for British officers, it remains a striking place in city’s heritage.

During the dynasty of Silharas in Mumbai during 9th to 13th century, this tank was built in 1127 A.D. One of the prominent tourists’ attractions in Mumbai, it remains a sacred place of Hindus with the Walkeshwar temple adjoining it.

Asiatic Library Town Hall, S B S Road, Mumbai GPO (Fort), Mumbai – 400001 Contact no.: +91 22 2266 0956 This is Mumbai’s precious heritage preserving a vast collection of ancient manuscripts, coins and maps. Apart from the books, it shines with the magnificent white structure and its famous staircase.

Bandra Worli Sea Link (New Heritage) Officially known as ‘Rajiv Gandhi Sea Link’, this bridge is a new heritage of the city joining Bandra in the western suburbs and Worli in South Mumbai. It is quite striking in the architecture of the city being a cable stayed bridge with prestressed concrete-steel viaducts on both the sides. 66 Impressions March-SEP 2013

Blue Frog Mathuradas Mills Compound, Senapati Bapat Marg, Lower Parel, Mumbai – 400013

On the occasion of completing 150 glorious years, this amazing and unexplored building is now open for heritage walks. It is one of the most important aspects of Fort heritage area.

Chhatrapati Shivaji Terminus Formerly known as Victoria Terminus Station, this place is a unique example of Victorian Gothic Revival architecture blended with Indian traditional features. It is also a part of UNESCO World Heritage Sites.

Contact no.: +91 22 61586158/ 65251716/ 65251718

Cowasji Jehangir convocation hall

Website: www.bluefrog.co.in

University of Mumbai, Fort, Mumbai – 400032

This is a club situated in the heart of Mumbai and definitely a modern heritage! Blue Frog, in association with Alliance Francaise de Bombay, conducts French concerts occasionally. Definitely worth a visit…first for the venue and secondly for the quality of music!

Attributed by an Award of Distinction for the restoration by The UNESCO’s AsiaPacific Heritage unit, it is standing tall with its famed rose window and classic gothic lines. Convocation hall of the university, this old heritage has been witnessing the convocations of new generations.


addresses

Elephanta Caves Located on the island hills called ‘Gharapuri’ near Mumbai, this place consists of seven caves. In 1987, it was included in UNESCO World Heritage Sites and today, its one of the most popular heritage sites of the city.

Khotachi Wadi Girgaon, Mumbai – 400004 This is another very famous heritage site located in the heart of Mumbai. Known for its cultural heritage, it marks its architectural uniqueness through the long verandas and building influenced by Portuguese styles. It also represents the Mumbai of 19th century.

Mumbai Dabbawalas

D.R.

www.dabbawala.in

Crawford Market

Horniman Circle

This building carries an influence of Norman and Flemish architectural styles with some Indian features. Built in 1869, it was named after Arthur Crawford, the first Municipal Commissioner of Mumbai and now it is known as ‘Mahatma Jyotiba Phule Mandai.’

Fort, Mumbai – 400001

David Sasson Library Mahatma Gandhi Rd, Kala Ghoda, Fort, Mumbai Contact no.: +91 2222843703 Website: www.davidsassoonlibrary. com With the Venetian Gothic styled structure completed in 1870, this library stays celebratory even today storing some rare books published way back in the year 1798.It also provides green lung to the area with its pretty garden at the backyard.

Dr. Bhau Daji Lad Museum Website: www.bdlmuseum.org Formerly known as Victoria & Albert Museum, this is the oldest museum in Mumbai and the third oldest in the country, currently celebrating 150 years. It showcases Decorative Arts of India and depicts the life of 19th century Mumbai. It was honored with ‘Award of Excellence’ by UNESCO in 2005.

This is one of the largest gardens in south Mumbai covering an area of 10,101 square meters. It is surrounded by wonderful buildings with historical architecture housing various offices of banks and the leading fashion house Hermès.

Freshly made food is picked up from one’s home to deliver in his office at lunch time and again the empty boxes are delivered back. To witness this amazing example of group management by Dabbawalas, drop down at any suburban railway station, especially Churchgate or CST between 11:30 am to 12:30 pm.

Sir Jamsetjee Jeejebhoy School of Art Dhobi Talao, Mumbai

Kala Ghoda District This is Mumbai’s premier art district; or rather a premier heritage district too, as it is full of many heritage places of the city. It is also known to the world through its festival i.e. ‘Kalaghoda Festival.’

K.E. Synagogue 55, Dr. V.B. Gandhi Marg, Fort, Mumbai – 400 023 This beautiful blue three storey structure was elevated by Jacob Sassoon in 1884. It is situated near David Sassoon Library. In addition to being a community center to the Jewish community in the vicinity, it also adds to the heritage of the city.

This is the oldest art institution in Mumbai with neo gothic structure designed by architect George Twigge Molecey. The campus consists of another heritage i.e. Kipling House, where the famous writer Rudyard Kipling was born.

Studio X Kitab Mahal, 192, 4th Floor, Dadabhai Naoroji Road, Fort, Mumbai Contact no.: +91 22 66992222, 9820401836 Website - www.arch.columbia.edu Opened in Mumbai in February 2011 with the assistance of New York’s Columbia University, Studio X is certainly a modern heritage of the city. Being called a center of change, this gallery aims at understanding Mumbai better through various activities. march-SEP 2013 Impressions 67


DISCOVERY

Rally Cannes…in a vintage car rally

In May, the Cannes festival will attract the crowd from all over the world. Avoid the frenzy and start early. Here is a nice way to spend a fantastic holiday in South of France! explore half of the country, from North to South through a “treasure hunt”. The race will take you to the very old village of Baux de Provence, one of the most exquisite French Provencal villages.

© All photos ATOUT FRANCE

Baux-de-Provence

Located on a rocky plateau in the heart of the Alpilles, the town of Les Bauxde-Provence provides a breathtaking panoramic view down over Arles and the Camargue. It has been patiently restored and now boasts a historical and architectural heritage consisting of 22 listed buildings.

S

pend a few days in one of the most beautiful villages of Provence and take a detour via Marseille, a city developing in 2013 to become the new cultural hub of Europe. Indeed, the Paris-Cannes car rally takes you to Cannes via old and charming roads of France. From Paris, hop in the quaint “2 CV” or a Citroën 2 CV (deux chevaux, literally two taxes horsepower) also called in France a “deudeuche” produced by Citroën between the 7 October 1948 and the 27 July 1990. This economical car was created to appeal to the lower middle Village market, Gordes

68 Impressions March-SEP 2013

class and the peasantry, who were mainly using horses and carts in the late 40’s. The quaint look, the simplicity of the car and its price made it extremely popular amongst not only the students and artists, but also the world travelers and stars. The popularity was such that the car was exported and used all over Europe and in the United States of America or even in Argentina. Citroën explored the possibility of car raids or rallies very often. In 2013, the Paris-Cannes Rally follows with the tradition. In this rally you will

The Castle, is a unique reminder of mediaeval history, the Romanesque and Renaissance Saint Vincent's Church, has beautiful stained-glass windows by Max Ingrand, the Renaissance Window Post Tenebras Luxis a reminder of the Huguenot influence in the 16th century. The private mansions built in the 16th and 17th centuries are now art galleries and museums, among them the Musée Yves Brayer and Musée de Santons. The Louis Jou Foundation contains yet more treasures and, finally, there is the Town Hall housed in the former private residence known as the Hôtel de Manville.


DISCOVERY been a city of trade and exchanges since immemorial times. Multicultural and multilingual, this is a place where spices, ideas, ethnicities and accents have mixed and flourished.

Lavender fields in Provence, a common but breathtaking site

In the heart of Alpilles, the monumental “Carrières de Lumières” in the Bauxde-Provence village offers extraordinary multimedia shows which are unique in the world. On the way, you should also make a stopover in another village, Gordes. This village can boast about being amongst one of the most beautiful villages in France. It has narrow cobbled streets which thread their way through tall houses; built against the rock, clinging onto its flanks and whispering the tales of a thousand legends. Gordes is also proud of its castle firmly planted in its very core and which reminds the passer-by of a past, rich with conquests and the sufferings of its inhabitants. Today, the castle acts as both a Town Hall and a Museum sheltering the works of art of the painter Pol Mara. Gordes also extends its territory to include the Bories village, those curious igloo-shaped structures made of stones no mortar; the Sénanque Abbey set in its green valley, the Bouillons oil press and the cellars of St Firmin's Palace.

Marseille, crossings of cultures

The most cosmopolitan city of southern France is going through a cultural and physical make over, after being labeled European Capital of Culture in 2013.

M

arseille, the port city opening on the Mediterranean sea, known as Massilia from the days of the Roman empire, has

Marseille has a large number of theatres, including la Criée, le Gymnase and the Théâtre Toursky. There is also an extensive arts centre in La Friche, a former match factory behind the StCharles station. The city has been the birthplace and home of many French writers and poets, such as Victor Gélu, Edmond Rostand and André Roussin. The small port of l'Estaque on the far end of the Bay of Marseille became a favourite haunt for artists, including Auguste Renoir, Paul Cézanne (who frequently visited from his home in Aix), Georges Braque and Raoul Dufy. This year, the old city undergoes a metamorphosis. To enhance the cultural capacity of the capital of South of France, nearly 60 different spaces dedicated to culture will either be created or renovated. These will bring together museums, concert spaces, exhibitions, and artists’ workshops. The Mucem, the Museum of European and Mediterranean Civilizations, opened in January this year will showcase projects that bring together European and Mediterranean civilizations and cultures. Strategically located between the historic Vieux Port and the new Joliette urban district, it has been designed by Rudy Ricciotti, who The Mucem project

As for the soul, Gordes has sheltered many famous artists such as André Lhote, Marc Chagall, Jean Deyrolle, Victor Vasarely and Pol Mara, who amongst others have found here some inspiration. Such a cultural tradition is kept alive till today.

march-SEP 2013 Impressions 69


DISCOVERY

Indian tourism in France According to Atout France, the agency promoting France abroad, and according to the World tourism organization, India represents the 24th market in terms of travels abroad with an expense of 19,6 billions of dollars in 2011. The same year over 12 million Indians traveled abroad. The market should grow by 10% in the next five years. Atout France office in India estimates that around 330 000 Indian tourists traveled to France in 2012, which represents an increase of 10% as compared to 2011. The competition from other European countries is also quite strong with a real enthusiasm for Spain after the box-office success Zindagi Na Mila Dobara (2011) or for the UK, an easy family destination due to a large numbers of NRI families. Indian tourists in France are generally well-off families and young professionals, couples and a large number of retired people. In Côte d’Azur, there is an increasing number of Indian tourists visiting on multiple stays and flying directly from India to Nice (9 000 flights so far in 2011). Monaco, Nice, Cannes and Monte-Carlo are amongst the most visited localities. However the enthusiasm for the region is fairly new and generally concerns the young professionals, explains a 2012 report of the Côte d’Azur region tourism office. A view from Gare St Charles

ambitious projects, the residents can also enjoy their city better. The promenade on the port itself has been conceived by urban architects Norman Foster and Michel Desvignes. It now offers a carfree area to relax and so old habits can sustain: Marseillais and Marseillaises will continue to enjoy their pastis al fresco watching the sea. (sources: Atout France, Marseille city tourist office )

Accommodations: our pick

Splurge : La Bastide de Gordes In the village, 26 rooms and 15 suites Institute Spa Sisley, hammam, sauna. Ph : (33) 4 90 72 12 12 http:/www.bastide-de-gordes.com Special offers : 3 nights for 700 euros Mid-Range: Bel-Air—Mas de la Beaume M. et Mme Willems 5 rooms—salt pool—jacuzzi—lovely garden—beautiful view Ph : (33) 4 90 72 02 96 http://www.labeaume.com From 110 to 180 euros per room, depending on bookings and seasons

recently worked on the new Cocteau Museum in Menton. The Silo d’Arenc, which was built in 1926 as a place to store and process wheat and became the symbol of Marseille’s industrial past will be transformed into a new space where concerts will be held, and office space made available for technology and cultural organizations. The Villa Mediterranee designed by Stefano Boeri, is another of these new

70 Impressions March-SEP 2013

spaces, located on the J4 jetty, on the Old Port. It is a perfect example of modern architecture well integrated on a traditional structure. The idea is to blend the sea and the land, as the front of the building, at a height of 40 meters, comes towards the sea, overlooking a manmade water body. Some of the spaces are under water and the total surface of the building is 10,000 square meters. This cultural center will focus on cultures and population from the Mediterranean zone and will open in May. Thanks to these

La Borie Christine Le Marinel Route de Murs 84220 Gordes Ph : 33 (0) 4 90 72 13 14 http://www.borie-provence.com From 105 euros per room to 265 for a full apartment in this very quaint traditional Mas Budget : Maryse Ticchi, homestay Ph: (33) 4 90 76 90 85 From 45 euros a night, possibility to rent the whole house for a week Marielle Peyron, homestay in a old charming farm in Gordes Ph. (33) 6 08 82 64 19 From 45 euros a night, run by a professional local jam maker


Shutterstock/IndiaPicture

et en classe

Du patois de la Creuse à l’argot ardéchois, comment s’en sortir en toutes situations 10. Dans le Centre de la France, que fait-on quand on « prend un bain de lézard » ? 11. Dans le Pas-de-Calais, que signifie “Faire des cacoulles” ? 12. A l’ouest de la France, que veut dire “t’es bouqué”? 13. En Provence, que fait-on si on tue un âne à coups de figues? 14. On dit souvent à Marseille, ‘bon bout d’an’. Que signifie cette expression? 15. Au sud de la France, être calu veut dire quoi? A noter: Les expressions ci-dessus appartiennent au registre familier et sont utilisées uniquement dans une conversation informelle.

Par Vidya Arvind 1. En Haute-Normandie, que signifie ‘rien’ dans ces expressions; C’est rien bien ou t’es rien sympa? 2. Que veut dire “As tu pensé à crouiller la porte?” au département de Mayenne dans Le Pays de la Loire? 3. Qui est un “faiseaux de grimaces” dans le Pas-de-Calais? 4. En Provence, que veut dire “une bazarette”? 5. Que veut dire “avoir le démon” dans le Rhône-Alpes? 6. Que demande-t-on à l’ouest de la France ; Voulez-vous un pochon pour votre chocolatine? 7. Pourquoi dit-on “Fouilla!” à St. Étienne en Rhône-Alpes? 8. Qu’exprime le verbe frouiller en Rhône-Alpes ? 9. Que signifie “J’ai été enfondu par un agadiau” dans le Centre?

Les réponses….. 1. C’est très bien. Tu es très sympathique. 2. Fermer la porte à clé. Le verbe crouiller trouve ses racines dans le mot crouillectz, qui était un terme pour désigner un verrou au Moyen Âge pour barrer une fenêtre ou un volet. 3. Un hypocrite 4. Une personne très bavarde 5. Cette expression trouve ses origines dans la région de Rhône-alpes. Cela signifie, “avoir la rage”, “être déçu”. 6. Utilisé dans les regions de Limousin et de la Charente, cette expression veut dire “voulez-vous un sac plastique pour mettre votre pain au chocolat?” Chocolatine signifie “pain au chocolat” alors que le terme pochon veut dire “un sac plastique”. 7. Cette expression stéphanoise (de la ville de St. Étienne, près de Lyon) est une interjection pour exprimer la surprise. 8. Ce verbe est le synonyme familier pour “tricher”. Ex: Je ne veux pas jouer avec lui. Il frouille toujours. (il triche toujours) 9. ‘Un agadiau’ dans le patois du Centre est une forte pluie et ‘être enfondu’ signifie être mouillé jusqu’aux os. 10. Prendre un bain de soleil. 11. Dire des bêtises. 12. Tu es vexé? 13. On prend trop de temps pour accomplir une action ou on s’attaque à quelque chose d’impossible. 14. Bonne fin d’année 15. Etre Fou. (Sources: Wiki, L’Internaute, TV5) Vidya Arvind a découvert et développé son intérêt pour le français à l'Alliance Française de Madras. Toujours passionnée de la langue française, elle enseigne à l'Alliance Française de Bombay depuis 2007. march-SEP 2013 Impressions 71


STUDENTS EXCHANGES

Perspectives Asiennes celebrated 40 years An old friendship celebrates almost half a century of exchanges.

P

erspectives Asiennes is a French trust founded in 1972 from older associations of IndoFrench exchanges called “Le Mouvement des amis de Pune” and in India “association of Friends of France”, both created in the 60’s. Since 1972, Perspectives Asiennes has been working closely with Friends of France and many other local associations –such as EastWest association in Mumbai, headed by Babu Karani, a distinguished member of Alliance Française de Bombay. Every year a group of French visits India while staying with Indian families. The same is reciprocated in France. In 2012 the association celebrated its 40 years old existence.

Babu Karani, a fierce supporter of Indo-French relationships

Exchange programmes Travel to France during your studies. The Rotary Youth Exchange The Rotary Youth Exchange programme is one of the projects which promotes students exchanges every year throughout the world. It offers 3 programmes.

72 Impressions March-SEP 2013

1. Short term exchange (15-19 years) for 4-6 weeks 2. Long term exchange (15-19 years) for 1 year 3. New generation exchange (19-25 years) for 4-6 weeks

In France, the exchange students stay with various French host families and their security and comfort is completely taken care of by local Rotarians. The complete stay is all full of activities, tourism and lot of cultural exchange


STUDENTS EXCHANGES with fellow students from all over the world and yes, attending school for long term students! Before leaving India, the candidates have to pay for the round trip air tickets as well as health and accident insurance; rest is assured by Rotarians! To apply for this programme, you can simply visit the website or contact the nearest Rotary Club. Rtn.Chetan Desai- District Chair-Emailchetsdesai@yahoo.com www.rye3140. org

Paul Roubiol, Thane Paul is a Rotary long term exchange student who comes from Cruet, a village in Rhône Alpes of France. The idea of exploring a civilization all together different than that of Europe brought him in India. He is staying in Thane and studying arts in Kelkar College, Mulund. Ask him something he doesn’t like here, he intelligently speaks his mind out saying, “I observe social and financial inequality in Indian society, hence I intend to know more about rural India as I find them deprived of even basic amenities.” Rest, he completely loves being here! Well, he mentions to have learnt lot of things in Indian families. For example; eating with hands, traditions of various religions and yes, better English! His love for Indian cuisines makes him say, “I can forget French food for Indian food, especially Pav-Bhaji!” Paul keeps coming to Alliance Française de Bombay to keep in touch with French. He is on all India tours with his exchange group and finds the diversity in India

completely amazing. In Mumbai, just like a hardcore tourist, he likes to discover the hidden places to taste the street food and to travel in local trains all alone to know the people. But for him, Mumbai is immensely big, very crowded and really full of life! Priyanka Kulkarni, Lille Priyanka Kulkarni visited France through the 2009 Rotary Youth Exchange (RYE) programme. Having completed her A1 from Alliance Française de Bombay, she

was a part of a year exchange programme and choose to stay in Lille for a year with three French host families. In Lille, she stayed in the town of Wattignies and attended Lycée de Montebello. Ask her about her trips, she fondly narrates, “I loved visiting Paris, Spain, Belgium, Italy, London, Switzerland during our weekends and vacations. I also went on a Europe tour by bus.” Few of her best memories during the stay are those of Christmas with hot wines, crepes on the roads and all the glittery Christmas markets. She laughs out saying, “My family had rigid meal timings. So I could hardly snack during the day. That made me eat on time!” She makes it a point to state why she preferred staying in Lille rather than Paris. She says, “Paris gives me cold vibes with little unfriendly and uptight people, but the rest of France is full of very warm and welcoming families.” About her exchange group, she expresses her thoughts saying, “It is wonderful to bond with students

from all over the world in a country foreign to all of us! And even today, I am in touch with my host family and we keep visiting each other.” Once back, she joined again Alliance Française de Bombay and directly enrolled for her B2! Allons en France Are you learning French? Do you want to visit France? Here comes the 10 days free stay in France offered by French Ministry of Foreign Affairs. To qualify, you have to write an essay in French on the theme assigned every year. If you are selected, you win the trip! Conditions to apply: - Age between 18 to 25 years with Indian nationality. - Permanent domicile of India holding valid Indian passport - Level B1 acquired The theme for essay varies every year and the selected candidates visit France for 10 days in July. This sojourn is full of site-seeing and fun with your peers. For more details, visit the following website: www.india.salledesprofs.org or www.institutfrancais.in Lions Club exchange programme The Centres Internationaux des Lions Clubs de France offer a free sojourn in France for young francophones. This stay is full of cultural programmes following various themes. In France, the candidate is totally taken in charge by the local coordinators and the family in which he/she will be staying. He will participate in cultural activities and follow a programme chosen according to the theme and regions he/she would have selected before departure. Conditions to apply: - Age between 18 to 25 years - Level B1 acquired - Submit a strong motivation letter - Get the reference of a tutor (Alliance Francaise teacher, director of studies…) For more details, visit the website: www.amicif.fr Sanyogita Zadkar march-SEP 2013 Impressions 73


STUDENTS EXCHANGES

Study in France: what do you need to know? Amruta Datar, Campus France counselor in Mumbai, everyday receives many students who want to pursue their studies in France. Here are her advices.

Indian students. This year it was held in 4 cities in India, Mumbai, Bangalore, Kolkata and New Delhi. In Mumbai it was held on Saturday, 2nd Feburary 2013 at Hotel Marine Plaza. 24 schools were present. Students could directly interact with the school representatives and discuss how to complete a BA or Master degree in France. For the schools, it was also a great opportunity to pres-select candidates.

The team of Campus Paris and India at the Admission Tour Mumbai

How many students do you see every day on an average visits? How many per month? I meet 2 to 3 students on an average everyday. In a month it will be an approximate of 50. Can you share with us the percentage of students who fail to get a visa? Why? There are around 2 to 5% of students who might not get a visa due to various reasons. The reasons for a visa refusal are confidential, so we are never sure of the exact reason but one of the reasons could be due to not having provided the required documents during the visa application. What are the fields of study where France accepts many Indian students? Majority of students go to France to pursue their MBA or Masters programs. A few are also interested in Luxury Brand Management, Perfumery, FLE (Français Langue Etrangère) or Culinary courses.

74 Impressions March-SEP 2013

Is knowledge of French compulsory? Knowing French is not mandatory as most of the Masters Programs are taught in English. I live very far in Mumbai, do I have to go through Campus France? Why not applying directly to French schools? Students need not necessarily go through Campus France for applying to French Schools, but they will have to go through Campus France for their visa application. How many students from Mumbai study in France every year? How many go for post-graduation studies? In September 2012 more then 200 students went from Mumbai to pursue their higher education in France. The Admission Tour Every year Campus France organizes an “Admission Tour” in the months of February and October where representatives of French Schools come to meet prospective

The schools present were: Ecoles de Management: Association Passerelle Pass-world Audencia Nantes EDHEC Business School ESC Rennes School of Business ESCP Europe ESSCA ESSEC - Business School EUROMED Marseille France Business School Groupe Ecole Supérieure de Commerce de Troyes Groupe ESC Dijon-Bourgogne Burgundy School of Business Groupe ESC Toulouse IESEG INSEEC Institut de Préparation à l'Administration et à la Gestion Rouen Business School SKEMA Business School (CERAM/ESC Lille) Ecoles d’ingénieur: Ecole Centrale de Nantes ESIGELEC École Supérieure d’Ingénieurs de Rouen EURECOM Campus SophiaTech GEM - Groupe Ecole des Mines Grenoble INP (Institut polytechnique de Grenoble) Institut National Polytechnique de Toulouse Institut Supérieur d’Agriculture - Groupe ISA Lille


Shutterstock/IndiaPicture

et en classe

Les mystères des échanges culturels

Par Iqbal Bootwallah Que pourrait-on proposer à des expatrié(e)s fraîchement débarqué(e)s à Mumbai pour réussir sur les marchés indiens ? Un cours d’hindi, bien évidemment, et des discussions autour des incongruités de la vie à Mumbai pour des Français. Une de mes apprenantes d’hindi a eu pour première mission d’aller faire des commissions aux marchés de fruits et légumes. Elle s’est donc dirigée tout droit au marchand de pommes en lui disant : « Ek kilo seb dijiyega, bhai saheb » (donnez-moi un kilo de pommes, s’il vous plaît, monsieur). Le pauvre homme a subi un tel choc en entendant ces quelques paroles dans sa langue maternelle qu’il lui a offert deux pommes en plus, chose pratiquement inimaginable pour les Mumbaikars lambda. D’autres expatriés m’ont raconté des

expériences pour le moins étonnantes lors de leur arrivée à Mumbai. « Avec les mille et un squares près de notre immeuble, on nous avait bien averti que ce serait un peu bruyant, mais nous avions l’idée française de ce qui s’appelle bruyant dans nos têtes, et nous avons aimé l’emplacement central de notre appartement, m'a raconté une famille française installée au cœur même d’un quartier résidentiel chic. « Mais ce que nous avons subi depuis notre arrivée, ce sont des nuits entières de festivités sans relâche. On croirait qu’un appartement au 16e étage serait épargné par ces problèmes, mais il n’ en est rien. Le bruit réverbère d’autant plus fort qu’il y a des gratte-ciel partout, qui font résonner le bruit d’en bas. Le comble, c’est que lorsqu’il y a des feux d’artifices, les « rockets » explosent tout juste devant nos fenêtres, après avoir atteint leur altitude maximale. Et nous avons beau eu prier nos amis musulmans d’abaisser un peu le volume de leurs haut-parleurs annonçant la prière du matin, pour pouvoir fermer un peu les yeux au lever du soleil, nous en fûmes pour nos frais. Ils nous ont tout simplement dit que le motif des haut-parleurs, c’était justement de réveiller les croyants pour venir se soumettre pieusement à leur Seigneur. » La pauvre famille s’est alors résignée à son sort, et s’est dit : « Nous dormirons quand nous serons rentrés en France ! » Par ailleurs, tous les professeurs de langue vous diront qu’il faut toujours se méfier de prendre et d’utiliser des mots d’un dictionnaire directement, sans trop en connaître la signification exacte. Je suis bien d’accord. Voilà ce qui s’est passé lors d’un de mes cours d’anglais : j’avais demandé à mes étudiantes de décrire un événement plaisant, survenu en Inde. L'une de mes étudiantes a parlé de sa fête d’anniversaire, où elle avait invité chez elle beaucoup de collègues de son mari. Elle a fait référence à un cadeau offert par son mari de la manière suivante : « My man gave me a new traditional Indian dress for my birthday, and I wore it for my birthday party. I was very aroused that everybody licked me in my beautiful birthday suit ! » Je l’ai regardé pour m’assurer qu’elle ne plaisantait pas, et je l’ai ensuite corrigée: « My husband gifted me a beautiful traditional Indian dress for my birthday, which I wore for my birthday party. I was very happy that everyone liked my beautiful birthday dress. » Je me suis excusé ensuite pour aller aux toilettes, et j’y ai eu un éclat de fou rire. La classe peut être un beau territoire de contresens et de découvertes culturelles surprenantes. Iqbal Bootwalla est professeur de français à l’Alliance Française de Bombay depuis 2008 après plusieurs séjours en pays francophones. Il est chargé des niveaux A1 et intervient auprès de nombreuses entreprises en tant qu'enseignant de hindi, d'anglais et en qualité d'interprête. march-SEP 2013 Impressions 75


FRANÇAIS EN MARCHE

Vitalité pédagogique

La qualité professionnelle des enseignants a construit la réputation de l’Alliance Française de Bombay qui rayonne dans le paysage éducatif du français en Inde. Retour sur trois années de formation, d’enseignement et d’apprentissage de la langue française à Mumbai et dans le réseau indien des Alliances françaises. Synthèse écrite par le directeur des cours, David Cordina.

N

ombreux sont les enseignants de Mumbai qui ont reçu de la part d’institutions indiennes et françaises des positions, des titres et des récompenses : professeurs d’université, maitres de conférences, docteurs, doctorants, diplômés de masters d’universités indiennes et françaises, formateurs de formateurs

(CIEP, IATF, FIPF), participants à des colloques (FIPF, Expolangues, Forum Francophonie Québec…), des congrès ou d’autres formations internationales et nationales (BELC, CLA, CIEF)… En effet l’équipe de l’Alliance Française de Bombay est composée d’une quarantaine d’enseignants très bien formés depuis des générations de

coopération entre les enseignants indiens et les services éducatifs de l’Ambassade, de l’Institut Français, et des directeurs des Alliances françaises recrutés par le Ministère des Affaires étrangères français. Le niveau pédagogique est élevé et il est important d’offrir à cette équipe performante et exigeante de nombreuses formations de qualité pour en faire profiter le paysage éducatif indien environnant. Former les nouvelles générations Plusieurs enseignants mumbaikars ont participé aux stages nationaux organisés durant les trois dernières années (à Chennai, Pune, Trivandrum, Panjim, ou encore Bangalore) avec le soutien de l’Ambassade de France, de l’Institut Français en Inde, de la Fondation Alliance Française ou encore avec le soutien de l’IATF (Indian Association of Teachers of French). Ces formations visent à professionnaliser de nouvelles générations d’enseignants recrutés par les Alliances françaises : approche communicative à visée actionnelle, stage d’accréditation aux DELF/DALF, techniques de classe, pratiques innovantes d’ateliers de grammaire ou de vocabulaire… Le numérique en priorité Les formations numériques ont été un axe fort des trois dernières années : formations à l’usage des tableaux blancs interactifs (TBI), de l’animation du réseau social La Salle des Profs, et bien sûr les éditions répétées de la formation intitulée #msFLE (Médias sociaux pour le FLE) proposées par l’Alliance Française de Bombay. Ces formations ont été fructuantes du fait du terreau fertile des grandes métropoles indiennes

76 Impressions March-SEP 2013


FRANÇAIS EN MARCHE

(public jeune, connecté, goutant à l’innovation) qui a permis à ce jour de créer dix réseaux sociaux apprenants dans les Alliances françaises. L’Inde et le public apprenant des alliances sont toujours prêts à découvrir de nouvelles approches et à expérimenter les pratiques numériques. La communication et les pratiques collaboratives Deux formations en journalisme et numérique ont formé des collaborateurs indiens au sein des AF pour la création d’une équipe de rédacteurs nationaux qui assure la rédaction du contenu textuel de l’Afmagazine et de la Salle des Profs. L’Afmagazine (http://afmagazine.in), magazine en ligne de l’actualité culturelle

franco-indienne multiplie à échelle nationale le magazine de l’Alliance Française de Bombay, Impressions, reconnu par le réseau français en Inde pour sa qualité journalistique et l’apport des enseignants à son fonctionnement. La Salle des Profs est un réseau enseignant qui partage des ressources pédagogiques pour l’ensemble des enseignants de français en Inde. Il est soutenu par l’Institut Français en Inde De multiples rendez-vous variés D’autres événements de formation ont régulièrement lieu pour développer le capital professionnel de l’équipe de Mumbai : ateliers d’écriture, tablesrondes informelles, formations à l’usage des manuels CLE ou Hachette.

De plus, suite au congrès de Chennai du mois de février 2013, l’association de traducteurs et d’interprètes FTAAB, partenaire de l’Alliance française de Bombay a accueilli, en février dernierles formatrices Isabelle Taudière et AnneMarie Rousseau, au cercle littéraire de Mumbai pour trois jours de formation autour de la traduction vers la langue française. De formés à formateurs… D’apprenants à enseignants « Plus l’Alliance française enseigne, mieux elle apprend. Plus elle apprend, mieux elle enseigne. » Riche de ce précepte, l’Alliance Française de Bombay est devenue à son tour un centre de formation pédagogique à l’enseignement du Français langue étrangère. : design de curriculum pour les départements de français des écoles internationales, mise en place de dispositif de FLE précoce dans une école plurilingue française, développement de l’offre de cours pour FLE précoce dans les Alliances françaises, pédagogie numérique des réseaux en classe, usages du TBI en classe de FLE… De plus l’Alliance Française a organisé une formation initiale en 2011 pour former de nouvelles recrues qui ont commencé à travailler une fois leur formation théorique et stage pratique terminés. Ces semaines intensives permettrent à la fois de sollliciter l’expertise des formateurs de formateurs et de former au métier d’enseignant de très bons étudiants attachés à l’Alliance Française. D.C

Ce schéma réalisé avec l’outil Pearltrees représente tous les différents sites de l’Alliance Française de Bombay : sites grand public (le site, la page Facebook, les comptes Twitter), l’environnement d’apprentissage principal destinés aux étudiants (réseau social Mumbaikar in French, portail de ressources) et également tous les sites compagnons de nos jeux et activités transmédias (Concours photos, Planètes Femmes, Métiers du Monde, 10mots, Mumbai je t’aime…). Explorez-le en tapant dans votre moteur de recherche: pearltrees.com et Alliance Française de Bombay

march-SEP 2013 Impressions 77


FRANÇAIS EN MARCHE

Paroles de francophones

La langue française ne s’apprend pas seulement à l’Alliance Française de Bombay, première institution de promotion de cette langue dans la mégalopole. Preuve de la diffusion de cette langue à travers Mumbai, quelques francophones issus d’établissements prestigieux prennent la parole et expliquent leur engouement pour cette langue.

A

pprendre une deuxième langue n’est pas toujours facile. Pourtant, on a toujours trouvé la langue française très mélodieuse et agréable à entendre. Notre expérience nous a révélé que l’apprentissage d’une langue étrangère exige beaucoup d’humilité, une certaine largeur d’esprit, la volonté d’apprendre et surtout la patience, ainsi qu’un énorme effort personnel. En parlant le français, on a l’impression de connaître un autre peuple et une culture riche et intéressante.

Dhirubhai Ambani School

A Dhirubhai Ambani International School, nous avons beaucoup de possibilités d’approfondir nos connaissances de la langue et de la culture francophone. Chaque année notre lycée organise un échange avec un groupe de lycéens de l’Ermitage, une école internationale qui se trouve à Paris. Tout d’abord, les étudiants français viennent passer une semaine chez nous, et ensuite, c’est notre tour d’être accueillis dans leurs familles à Paris. Nous apprécions beaucoup ces rencontres animées par un esprit de respect mutuel et de collaboration. En effet, cette expérience de cohabitation s’est montrée extrêmement riche et utile car cela a permis à tout le monde de mieux comprendre et maîtriser une langue jusque là purement théorique. A l’école, nos professeurs nous montrent des films français et cela nous aide à réfléchir à des aspects de la vie dans les pays francophones. Une autre activité très populaire est les ateliers au cours desquels nous avons appris à préparer des plats français et à participer au karaoké de chansons françaises. Quant à nous, une chose que nous

78 Impressions March-SEP 2013

avons apprise est que le français est une langue internationale et qui nous permet de communiquer avec des personnes vivant dans beaucoup de pays différents. De plus, cela a même approfondi notre compréhension de l’anglais car beaucoup de mots ont des racines communes, ce qui est très utile pour réussir à des examens tels que le SAT qui met beaucoup d’accent sur la langue. Khyati Kanjani, Mitali Banerji, Tanvi Potdar, Purav Mehta, Dhirubai Ambani School

Les langues étrangères

Aujourd'hui, dans le monde entier, il ne suffit pas de connaître exactement sa langue nationale, ni régionale ou langue maternelle. Pour survivre dans le monde d'aujourd'hui, il faut quelque chose de plus : une langue étrangère. Aujourd'hui, les écoles à travers le

monde offrent un choix de plusieurs langues étrangères comme le français, l’espagnol, l’allemand – ne serait-ce que pour nommer les langues les plus populaires. J'ai commencé mon voyage à travers les langues quand j'avais seulement 11 ans. Depuis le début de mon voyage, je dirais que c'est tout simplement incroyable. Chaque jour, un nouveau mystère de la langue s’est révélé. Apprendre une langue n'est pas seulement apprendre des mots et des structures grammaticales, c’est aussi l'apprentissage d'un nouveau mode de vie - la culture et les traditions, les fêtes et festivals, la nourriture, c’est tout simplement génial! J'ai étudié le français pendant six ans. J'avais le choix de continuer à étudier le français ou choisir une autre langue. Un choix extrêmement difficile. J'ai suivi les conseils de notre professeur de français, Mme Mane. Elle


FRANÇAIS EN MARCHE appris la langue depuis huit ans je suis contente et je ne regrette pas ma décision. Quelqu’un m’a parlé de l’Alliance Française quand j’étudiais à l’université et lorsque je l’ai dit à ma professeure, elle m’a encouragé à continuer avec cette langue. J’ai achevé mon B2 à l’Alliance Française et en ce moment je fais ma licence en langue française. A l’université, on fête non seulement des fêtes indiennes mais aussi des fêtes françaises comme le 14 juillet, La Caravane des Dix Mots ou d’autres qui nous aident à mieux comprendre la culture française.

Dhirubhai Ambani School

L’apprentissage de différentes langues est maintenant devenu ma passion. J’ai fait un niveau de langue chinoise et je commencerai l’espagnol bientôt. Grâce à l’AFB je rencontre des gens différents de domaines variés et cela m’encourage à m’améliorer. Aujourd’hui, j’aime bien lire des magazines, des romans, des pièces, des poèmes en français. Plusieurs personnes me demandent ce que cette langue m’a apportée et je leur dis que je peux partir à la découverte d’un nouveau pays facilement parce que je peux parler leur langue. De plus, je peux explorer plusieurs domaines avec cette seule qualité, on peut être non seulement prof de français mais aussi guide touristique, traductrice ou travailler dans une entreprise.

a suggéré d’entreprendre une nouvelle aventure et de pratiquer le français par moi-même. J’ai donc commencé l’espagnol mais j'ai également l'intention d'apprendre l'allemand, le russe et l'italien. Et comment pourrais-je oublier le japonais! Soham Sinha, IGCSE (2010-2012), SM Shetty International School

Mon Trajet avec la langue française

L’apprentissage de cette langue a commencé quand j’étais à l’école. Je me souviens très bien du premier jour du cours de français ! J’étais assez excitée à apprendre une nouvelle langue à cet âge. Voilà mon trajet a commencé… Après c’était au collège et puis à l’université. Maintenant, après avoir

Par ailleurs, je rêve d’aller en France et devenir enseignante de hindi ou marathi là-bas parce que je pense que si on peut apprendre leur langue pourquoi ne pourrait-on pas leur enseigner la nôtre? Quelqu’un m’a dit avec justesse qu’un professeur de langue peut montrer tout son pays à ses étudiants à travers son enseignement. Et je veux être l’enseignante qui peut montrer l’Inde à mes étudiants français. Voilà mes projets avec la langue française et j’espère que cela se concrétisera à l’avenir. Anjor Deshpande, club Franco Fun, Ruia college

march-SEP 2013 Impressions 79


FRANÇAIS EN MARCHE

Regards croisés

Ils sont nombreux à avoir choisi Mumbai et l’IIT Bombay au cours de leurs études. Témoignages et rencontres avec six jeunes francophones immergés dans Maximum city. Thomas, 21 ans, étudiant à l'Ecole Centrale Paris, France.

Le train de banlieue à Bombay n’a pas de porte mais plutôt des "ouvertures". Ici monter et descendre du train est tout un art, surtout aux heures de pointe ! La descente se prépare à l'avance. À la sortie aussi, le physique est primordial. On attend juste que le train s'arrête et tel un rugbyman, vous poussez devant de manière à vous frayer un chemin. Et pas de BIP annonçant le départ du train!

Bombay les découvertes sont encore nombreuses. C'est une expérience très formatrice, autant en termes d'autonomie et d'apprentissage, que de patience et de tolérance. L'Inde recèle des endroits magnifiques, et y voyager consiste toujours en une bonne dose de rencontres inopinées et d'imprévus, qui font tout le sel du pays et de ses gens. Albin Popot, 21 ans, étudiant à l’Ecole des Mines de Nantes, France. Je suis parti vivre un semestre universitaire en Inde. J'y ai découvert Mumbai : Mumbai est une ville bruyante, une ville sale, mais Mumbai est vivante! Cette ville est une leçon d'humanité pour nous tous, elle nous rappelle notre devoir. fait apprécier chaque minute que je passe dans ce pays.

Théophile Schouller, 21 ans, étudiant à l’ INSA Lyon, France. Étudiant depuis six mois à l'IIT Aurélie Cornu, 23 ans, Ecole des Mines d'Alès, France. Sometimes journey is the destination! Cette phrase que j’ai vue sur un panneau publicitaire m’a laissée songeuse lorsque j’étais dans un autoricksaw en route vers Hampi. C’est l’idée que je me fais de l’Inde : il y a toujours de nouveaux paysages à découvrir, de nouvelles personnes à rencontrer. Peu importe le temps passé dans les transports, je m’émerveille à chaque fois de découvrir des visages curieux et accueillants qui sont prêts à nous aider. C’est en partie pour ça que j’aime l’Inde. Ce peuple chaleureux me

80 Impressions March-SEP 2013

Hélène Babelon, 21 ans, Ecole des Mines de Nantes, France. Le meilleur moyen de découvrir un pays ce n’est pas de le visiter mais surtout d’y vivre. Après quelques semaines passées à Bombay, je suis frappée par l’envie qu’on les Indiens de venir en aide aux étrangers. Les Indiens sont curieux et veulent en savoir plus sur ce qui nous motive à venir chez eux. Ils ne sont pas indifférents à notre égard et j’apprends à me laisser guider pour découvrir les plus beaux endroits que ce pays possède. Jean-Michel Lord, 23 ans, École de Technologie Supérieure, Québec, Canada Ce qui me plaît le plus en Inde, c’est l’accueil royal que nous donnent les Indiens. Dans certaines régions, on y trouve encore les valeurs ancestrales d’hospitalité : « Atithi Devo Bhava », l’invité est Dieu. Et avec l’accueil vient la nourriture… si bonne! Propos recueillis par Jessica Mercer, IIT Bombay


FRANÇAIS EN MARCHE

Combattons les clichés franco-indiens ! Cliché : Les Français sont impolis

Les stéréotypes, par définition, sont exagérés. Ils nous amusent mais ils donnent une fausse perception de la réalité sociale. Dans les guides et sur les sites Internet, par exemple on dit souvent que les Français, et surtout les Parisiens, sont impolis, voire arrogants. C'est un stéréotype populaire, particulièrement répandu parmi les Américains et les Anglais. Mon expérience à Paris l'été dernier suggère le contraire. Je pense que les Français sont amicaux, serviables, et gentils. Parfois vous voyez ce que vous voulez voir. Ashish Sharma

© Dmitry Bairachnyi | Dreamstime.com

Jessica Mercer enseignante de français à l'IIT Bombay travaille avec sa classe Advanced sur les clichés entre les deux pays.

Cliché : En France, les gens n’aiment pas parler une langue étrangère

Ce n’est pas totalement vrai parce qu’il y a beaucoup d’étudiants français qui suivent un programme d’échange dans un autre pays. Pour ces étudiants, ce n’est pas si difficile de communiquer et comprendre les cours. En France, il y a 39% des gens qui parlent anglais et 12% des étudiants sont étrangers. Vivek Kumar Pandey

On dit que les Français ne parlent pas anglais même quand ils savent le parler. C'est ne pas vrai. D’après mon expérience, je vous donne un conseil : ils parlent anglais si vous parlez d'abord en français. Par exemple, vous pouvez dire : « Excusez moi, Bonjour » et après parler en anglais. De même, dire « Merci Beaucoup » et « Au Revoir » à la fin de la conversation est bien venu. Ankit Khandelwal

Cliché : Les Français portent toujours un béret

Si les bérets étaient populaires en France dès la fin du 19ème siècle, ils sont démodés depuis la Seconde guerre mondiale. Dans le sud ouest de la France seulement, le béret est porté régulièrement. Aujourd’hui le béret ne fait plus partie de la tenue des Français, la plupart des usines de fabrication de bérets en France ont d’ailleurs fermé. Ankit Kothari

Cliché : En Inde, la nourriture est toujours très épicée

Ce ne pas tout à fait vrai. En Inde du Nord et du Nord-est on peut trouver beaucoup de plats moins épicés. Il y a aussi des desserts dans chaque cuisines régionales : « Kheer », « Rosgolla », « Modak », »Shrikhand », beaucoup de plats à base de riz et les « koftas » aussi sont quelques exemples courants des desserts et plats que l’on peut savourer sans trop d'épices. Il faut savoir qu’il est bon de consommer quelques épices dans la nourriture quand on vit dans des conditions climatiques comme celles de l'Inde : cela favorise la transpiration, qui est une des meilleures défenses contre la chaleur. Kirtesh Meena march-SEP 2013 Impressions 81


FRANÇAIS EN MARCHE

Parole de prof

Qui suis-je ? Je m’appelle Jessica Mercer, j’ai 28 ans et je suis tutrice de français à l’IITB depuis Août 2012.

Mon travail à l’IIT Bombay : Grand et moderne, le campus de l’IIT est un havre de paix dans Mumbai. L’apprentissage des langues à l’IIT rencontre un franc succès et le français en particulier. Mes élèves sont pour la plupart motivés, intelligents et très sympathiques. Le doyen des relations internationales valorise notre présence au sein de l’institution en tant que représentants de notre pays et de notre culture. Il nous donne les moyens de monter des projets culturels et pédagogiques. L’Institut Français en Inde (IFI) encadre bien sûr mon travail ici et je travaille beaucoup avec l’Alliance Française de Bombay qui organise non seulement des évènements culturels très intéressants mais dispose aussi d’un réseau social dédié à l’apprentissage du français très utile pour les enseignants et les apprenants. La plateforme Mumbaikar in french est une mine de ressources pour

82 Impressions March-SEP 2013

les professeurs désireux de donner une vie au français en Inde hors de la classe. Pourquoi l’Inde ? Lorsque j’ai décidé de devenir professeure de Français Langue Étrangère il y a quelques années je me suis promis d’aller un jour enseigner en Inde. Depuis toute petite ce pays me fascine et c’est sans doute un peu grâce à ma mère. Elle était partie avec une amie il y a plus de 30 ans pour un voyage d’un mois au Rajasthan qui l’avait ravie. Telle mère telle fille ? Une chose est sûre, je ne suis pas déçue du voyage ! Pourtant lorsque l’on m’a annoncé que je serais en poste à Mumbai, ma première réaction fut une immense vague de stress proportionnelle aux 22 millions d’habitants de la ville et son agglomération ! Mumbai m’a tout d’abord effrayée, avant de m’enchanter…

Mumbai je t’aime : Cette ville, j’ai rapidement appris à l’aimer, un peu, beaucoup, à la folie… J’aime l’énergie qui se dégage de la ville qui ne dort jamais, j’aime sa scène artistique à la fois contemporaine et traditionnelle, dynamique et engagée. J’aime ses bâtiments victoriens et les petits vendeurs de rues, j’aime flâner dans Colaba et Kala Goda, aller voir des spectacles à la NCPA et des Bollywood au cinéma. J’ai découvert récemment Banganga Tank dans Malabar Hill, un petit village dans une mégalopole où il semblerait que le temps se soit arrêté. C’est pour toutes ces raisons que je veux rendre hommage à la ville pendant la semaine de la Francophonie grâce au concours de courts-métrages de l’AF en partenariat avec l’IFI et l’IIT : Mumbai je t’aime.


march-SEP 2013 Impressions 83


FRANÇAIS EN MARCHE

Célébrez la Francophonie La semaine de la Langue Française et la journée de la Francophonie se célèbrent toujours la troisième semaine du mois de mars : au programme des concours, des ateliers d’écriture, des évènements dans toutes les villes… Présentation du programme de l’Alliance Française de Bombay

Le film gagnant, "The Truck Atelier"

U

n concours d’écriture argumentative est organisé dans toutes les Alliances françaises en Inde le mercredi 20 mars entre 11h et 13h : le concours est ouvert à tous selon certaines conditions. Ce concours permet de sélectionner les trois gagnants indiens qui auront la chance de partir à Paris pour suivre le programme Labcitoyen. Le programme a été ouvert à des jeunes du monde entier âgés de 18 à 25 ans qui ont appris le français (niveau B1 acquis), ont un engagement public et qui sont disposés, du fait de leurs études à s’intéresser aux droits de l’Homme. Dans chaque Alliance française, s’est déroulé un concours d’écriture sur ces thèmes. Chaque Alliance a envoyé à New Delhi la copie du gagnant de la ville. Un second tour national de sélection aura lieu pour choisir les trois gagnants indiens. A Mumbai, l’Alliance Française de Bombay avec l’IIT Bombay – département

84 Impressions March-SEP 2013

de français et le club cinéma Silverscreen – en collaboration avec l’Institut Français en Inde, le Consulat Général du Canada et le bureau du Québec ont organisé un concours vidéo intitulé Mumbai je t’aime. Il s’agissait de réaliser un courtmétrage de 2 à 7 minutes à la gloire de la ville ou de ses habitants – sous le modèle du film collectif Paris je t’aime – mais en utilisant dans le titre et dans le film un des 10 mots 2013. Les films proposés pouvaient être muets, tournés en français, en anglais ou dans une autre langue mais un des 10 mots devait être impérativement présent dans le film. Plus de 10 films ont été sélectionnés et le jury, impressionné par la variété des genres proposés par les étudiants, a finalement récompensé le film The Truck Atelier, un très beau documentaire esthétique sur les peintres indiens des fameux camions colorés circulant sur les routes du pays. Le 16 mars, tous les films ont été diffusés dans l’auditorium à Theosophy et le film gagnant a été

révélé. Les réalisateurs Utkarsh, Hussein et Mayur sont étudiants à l'IIT Bombay. Retour sur le concours et tous les films sur ce site: http://mumbaijetaime.tumblr. com. La journée du 21 mars à l’Alliance française de Bombay est banalisée avec des ateliers d’écriture menés par les enseignants dans l’auditorium et sur Twitter avec la balise #10mots Twittérature, jeux d’écriture, jeux littéraires avec les mots de notre langue… voilà le programme à Bombay qui s’est fut complété par le Buffet Flottant de Bonjour India qui a donné une touche gastronomique originale à la semaine ! La page Facebook http://www.facebook. com/India2013Les10Mots regroupe toutes les initiatives indiennes pour célébrer la semaine de la Langue Française et la journée de la Francophonie. Rejoignez-la !


COVER STORY

Ritika Ramasuri march-SEP 2013 Impressions 85


France Pratique

Visite présidentielle

© All photos Elysée, Communication Department

Le Président de la République française était en visite officielle en Inde les 14 et 15 février. Il s’est exprimé à New Delhi puis à Mumbai. Impressions reproduit le discours du Président de la République, M. François Hollande, tenu devant les journalistes à New Delhi.

«J

e suis au terme de la première journée de ma visite d’Etat en Inde. Je voulais remercier les autorités indiennes – le président de la République, le Premier ministre – et toutes les personnalités que j’ai rencontrées pour leur accueil. C’est vrai que je tenais à faire cette première visite d’Etat en Asie, comme président de la République, en Inde pour plusieurs raisons. La première, elle tient à l’Histoire. Entre la France et l’Inde, il y a une relation qui puise au plus loin de nos cultures respectives. Ces dernières années ou ces dernières décennies, chaque fois que l’Inde a eu besoin de la France, la France a été là. Je n’oublie pas non plus que dans les conflits, hélas, qui nous ont opposés au cours du XXème 86 Impressions March-SEP 2013

siècle à une autre partie du monde, l’Inde était également à nos côtés. L’Histoire, c’est aussi d’avoir affirmé les mêmes principes, pendant ces dernières années, et au-delà des alternances en Inde comme en France. Ces principes, c’est l’indépendance. C’est également la démocratie. Ai-je besoin de rappeler que l’Inde est la plus grande démocratie du monde ? Non pas seulement par sa démographie, mais par sa diversité, par sa qualité du débat, par la liberté de la presse. L’Inde fait valoir les principes de démocratie. Je voulais venir en Inde, comme président de la République, pour cette visite d’Etat, parce que je voulais aussi m’inscrire dans le partenariat stratégique qui a été défini en 1998. C’est là qu’a été posé l’acte fondamental

qui nous lie encore aujourd’hui. A travers ce partenariat, c’est le pilier de la Défense qui a été posé ; c’est aussi le nucléaire civil, même si depuis déjà plusieurs années, la France avait tout fait pour que l’Inde puisse accéder à cette technologie ; c’est également la volonté commune de lutter contre les menaces et notamment le terrorisme qui peuvent frapper le monde ; et puis, il y a également le partenariat autour du spatial qui fait que les satellites indiens sont lancés par la France. Je voulais venir en Inde, aussi, parce qu’il y a à élargir ce partenariat, à faire en sorte que nous puissions construire une relation qui soit la plus complète possible et notamment sur le plan économique. J’ai considéré que même si nous étions un investisseur important en Inde, nous


France Pratique

n’étions que le neuvième ; même si nous avons des échanges commerciaux tout à fait significatifs, ils étaient loin des objectifs qui avaient été un moment avancés de 12 milliards d’euros, nous n’en sommes qu’à à peine huit. J’ai voulu aussi que tous les domaines puissent être abordés : pas simplement la Défense, même si nous avons un certain nombre de perspectives notamment à travers l’avion Rafale ; mais également le nucléaire civil car nous voulons prendre part au défi indien pour maîtriser jusqu’au bout cette technologie. Mais également des domaines comme le transport, comme l’environnement, comme les services publics… Bref, nous voulons prendre toute notre place dans l’économie indienne et je veux aussi lancer un appel aux entreprises indiennes pour qu’elles viennent investir en France. Je voulais aussi que nous puissions aborder des sujets qui ne l’avaient pas été suffisamment jusqu’à présent, comme l’enseignement supérieur, l’éducation, la coopération scientifique… Plusieurs accords seront signés ou sont

sur le point de l’être entre universités françaises et universités indiennes, entre laboratoires scientifiques.

terrorisme et combien nous devrions être encore davantage solidaires par rapport à ces menaces.

Sur le plan culturel, il y aura un évènement très important au prochain festival de Cannes puisqu’il sera célébré le centenaire du cinéma indien. Nous nous retrouverons d’ailleurs sur une même conception de la culture, c’est-àdire fondée sur la diversité, l’exception culturelle, la protection des œuvres de l’esprit, des auteurs. C’est parce que nous avons justement ces principes communs, ces valeurs communes que nous sommes dans un partenariat exceptionnel.

Pour en terminer, je veux aussi souligner le fait que l’Inde et la France, dans les grandes instances internationales, défendent les mêmes positions. C’est la raison pour laquelle j’ai rappelé que la France soutenait la candidature de l’Inde comme membre permanent du Conseil de sécurité.

Pour terminer, je veux remercier l’Inde pour le soutien qu’elle nous a apporté sur l’intervention au Mali. Il ne s’agissait pas d’une action isolée de la France, il s’agissait d’une opération, décidée dans le cadre des Nations Unies, pour lutter contre le terrorisme à la demande d’un pays ami, le Mali. L’Inde l’a parfaitement compris et l’Inde nous a encore rappelé combien nous devons lutter contre le

De la même manière, je souhaite que l’Inde et l’Europe puissent coopérer davantage. C’est pourquoi la France soutient la négociation commerciale qui va s’ouvrir entre l’Inde et l’Europe. Voilà, Mesdames et Messieurs, quel est le sens de ma visite : l’Histoire, la complémentarité, les valeurs communes mais également une volonté d’inscrire la relation entre la France et l’Inde dans l’avenir et à prendre dans tous les domaines qu’il soit possible de nouvelles initiatives pour marquer cette relation exceptionnelle. » (source : Embassy of France in India)

march-SEP 2013 Impressions 87


Fondation AF

L’Alliance Française fête ses 130 ans En juillet 2013, la Fondation Alliance Française fêtera les 130 ans d’existence du mouvement Alliance Française, une occasion de revenir sur les prémices de cette institution.

L

’Alliance française célèbre cette année 130 ans d’existence. Elle regroupe 860 Alliances réparties sur tous les continents, lesquelles sont toutes gérées de façon indépendante par des ressortissants bénévoles du pays d’accueil. La Fondation, qui a pour mission de coordonner et soutenir ce premier réseau culturel au monde, organise chaque année un colloque international accueillant environ 500 présidents et directeurs d’Alliances venant de plus de 80 pays. Elle les recevra donc avec un éclat particulier à Paris les 16 et 17 juillet 2013 autour du thème : « La culture est une fête ». Seront invitées diverses personnalités des arts et des sciences, françaises et étrangères, à raconter leurs « bonheurs de culture », dire ce qui a ébloui, nourri ou hanté leur vie dans ce domaine. L’Alliance française fut créée en 1883 à Paris sous l’égide de Paul Cambon et Pierre Foncin autour de personnalités telles que Jules Verne, Louis Pasteur, Ferdinand de Lesseps, Armand Colin ou encore Ernest Renan. Elle représente aujourd’hui le premier réseau culturel mondial, avec 1040 implantations dans 136 pays sur cinq continents. La Fondation Alliance française, créée en 2007, soutient le travail des Alliances Françaises. Elle a pour mission de développer dans le monde l’enseignement et l’usage de la langue française ; de contribuer à accroître l’influence intellectuelle et morale de la France et l’intérêt de toutes les cultures francophones ; de favoriser les échanges entre cultures et de contribuer en général à l’épanouissement de la diversité culturelle. Chaque Alliance est gérée localement en tant qu’organisation indépendante à but non-lucratif, dans un environnement étranger à toute préoccupation politique ou religieuse. Elle a vocation à rassembler les amis de la France et à organiser dans le

88 Impressions March-SEP 2013

monde et en France des cours de langue générale et de spécialités ainsi que des activités culturelles et de coopération. Elle veille à la cohérence et à l’unité d’idéal et d’objectifs du mouvement, dans le respect des spécificités locales. Jusqu’en 2007, année de création de la Fondation Alliance française, l’Alliance française Paris Ile-de-France se nommait « l’Alliance française de Paris ». Celle-ci était trois divisée en trois directions : la Direction des Relations Internationales (DRI), l’Ecole de Paris et la Direction des Ressources Humaines et Financières (DRHF). En 2007, la DRI est devenue la Fondation Alliance française tandis que l’Ecole de Paris et la DRHF sont devenues l’Alliance française Paris Ile-deFrance. Avec plus de 11 000 étudiants de 160 nationalités différentes accueillis chaque année, l'Alliance française Paris Ile-de-France est le plus important centre de ce type en France, mais aussi l’un des plus anciens, puisque l’Alliance française offre des cours à Paris depuis 1894. (source : Fondation Alliance Française, Alliance Française de Paris)

Chronologie

Depuis plus d’un siècle, un nombre sans cesse croissant d’étudiants de toutes origines fréquentent les Alliances françaises. Cette longévité et cette vitalité tiennent aux liens tissés avec les citoyens et les mécènes des pays d’accueil. 1883

« L’association nationale pour la propagation de la langue française dans les colonies et à l’étranger » naît sous l’égide de Paul Cambon et de Pierre Foncin.

1884

Ferdinand de Lesseps, Louis Pasteur, Ernest Renan, Jules Verne, Armand Colin… comptent parmi les membres du conseil d’administration de l’Alliance française de Paris. La première Alliance française d’Europe ouvre à Barcelone, puis il en naît au Sénégal, à l’Ile Maurice et à Mexico.

1886

L’Alliance française de Paris est reconnue d’utilité publique.

1889

Première Alliance en Inde puis en Australie, à Melbourne.

1902

Première Alliance à Montréal et création d’une Fédération des Alliances françaises aux EtatsUnis.

1904

L’Alliance française compte 150 comités en France et 450 à l’étranger.

1917

Première Alliance aux Antilles et en République Dominicaine.

1919

Ouverture de l’Ecole pratique de langue française au 101 bd Raspail à Paris.

1940

Les archives de l’Alliance française sont emportées à Berlin par les nazis.

1943

Le général de Gaulle prononce un discours à Alger où il réaffirme la vocation de l’Alliance.

1944

Réouverture de l’Alliance française de Paris après la guerre.

1979

Année record avec 32 000 étudiants à l’école de Paris.

2002

La modernisation des Alliances s’accélère partout dans le monde.

2007

La Fondation Alliance française est créée.


members page

« L’Alliance Française de Bombay représente la France à Mumbai »

Nadir Godrej revient sur ses liens avec la France, remontant à presque un siècle de passion française. Rencontre à Mumbai avec ce passionné des mots et des langues.

E

Manchershah Godrej présent à Diwali en 1927, Nadir Godrej lors d'un voyage dans les années 80 et en famille en 2012, dans un appartement parisien

n 1927, un jeune joaillier célèbre Diwali à Paris. Il est entouré de dignitaires indiens et français, rassemblés dans une très belle salle pour un diner convivial. Manchershah Godrej avait décidé de vivre en France après une première expérience dans le commerce de perles et un emploi avec les Tatas à Kobe au Japon. Lorsque la Seconde guerre mondiale éclate, il rentre à Mumbai, dans la demeure familiale « The Trees » à Malabar Hill. Plus de trente ans plus tard naissait son petit-neveu, Nadir Godrej, qui a hérité de sa passion pour la France. « Je n’ai pas connu mon grand-oncle longtemps, il est mort en 1960 quand j'avais 9 ans, mais il semble avoir transmis son amour pour la France à d’autres membres de la famille. Ainsi mon oncle Sohrab, était un grand voyageur et un francophile ». C’est cependant le père de Nadir Godrej qui lui enseigne le premier la complexité de la langue française. Peu à peu, Nadir Godrej se passionne pour l’étymologie grâce à ce père linguiste. A l’âge de 12 ans, il visite son oncle en Italie. L’Europe lui plait, en 1968, il doit se rendre à Paris avec sa cousine. « Mon oncle a pris peur à l’orée des événements en France. Il m‘a envoyé à Prague et ma cousine à Rome. C'était le Printemps de Prague !» En 1971, Nadir

Godrej découvre Saint-Tropez. « J’avais 19 ans, j’étudiais à MIT et St-Tropez était le rendez-vous de la jeunesse ! Je me souviens de bains de minuit dans un hôtel, le Byblos [l’une des adresses les plus prestigieuses de la station balnéaire, inauguré par Brigitte Bardot et où se tourna Le gendarme à St-Tropez, ndlr] où nous étions rentrés sans maillots de bain… J’ai gardé un contact épistolaire avec mes amis français depuis les EtatsUnis, cela m’a permis d’entretenir mon français ». De retour en Inde en 1976, son oncle Sohrab lui suggère de prendre des cours de français à l’Alliance Française de Bombay, dont il était alors président du comité. « Je suis devenu membre à vie. A l’époque, l’Alliance Française était un centre névralgique pour les « europhiles », un échappatoire aussi je pense ». Depuis son inscription à l’institution, Nadir Godrej n’a pas laissé passer une seule occasion de resserrer ses nombreux liens avec la France. Président très actif à l’Alliance Française de Bombay, il gratifie les journées de la Francophonie - et lors de nombreuses autres occasions - de discours pimentés de calembours et de poésies dans un français impeccable et drôle. En 2013, son fils aîné, Burjis, a effectué le même voyage que le grand-oncle Manchershah et vit aujourd’hui à Paris

en cité universitaire où il perfectionne son apprentissage de la langue durant un échange scolaire entre Stanford et l’ISEP. « C’est une belle expérience pour lui et cela nous donne une bonne excuse pour revenir souvent en France » souligne Rati Godrej. Francophone de cœur, l’épouse de Nadir Godrej est un docteur engagée dans de nombreuses causes sociales et éducatives à Mumbai. «Nos fils Burjis et Sohrab ont aussi pris des cours avec un professeur de l’Alliance Française de Bombay. Hormazd, qui a seize ans, s’intéresse plutôt à l’italien ! Pour ma part, je suis aussi très contente d’avoir maintenant un magasin Hermès à proximité » rougit cette élégante que l’on ne croise jamais sans un fameux carré. Pour Nadir Godrej, « l’Alliance Française tient efficacement son rôle. Peut-être qu’à l’avenir nous devrions développer plus de relations avec les autres centres culturels étrangers, européens notamment, ainsi qu’avec les autres pays francophones, et ce, tout au long de l’année. Mais je suis fier d’affirmer qu’avec le Consulat général de France, aujourd’hui l’Alliance Française de Bombay représente pour moi la France à Mumbai». C.C march-SEP 2013 Impressions 89


90 Impressions March-SEP 2013


march-SEP 2013 Impressions 91


92 Impressions March-SEP 2013

Special Issue Impressions  

Impressions double issue 124-125

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you