Page 1

Séniors à l’affiche

2018/2019

#restezconnecté

DE

GRENOBLE

ET

DU

DAUPHINÉ


4G

Séniors à l’affiche

100%

23:11

Sommaire 4

Dossier

Portraits

# RESTEZCONNECTÉ Grâce aux nouvelles technologies, les applications sont infinies dans notre quotidien. Quelques exemples en Isère qui prouvent que les séniors sont bien des geeks !

28

Randonnée Vers les lacs du Doménon, dans Belledonne

25 Anne-Marie Gomez

Cette balade, réalisable en raquettes à neige, offre aux marcheurs un bel environnement digne de la haute montagne.

31

Santé Prendre soin de soi et des autres Donnez votre sang jusqu’à 70 ans. Quel miel pour quel bienfait ?

36

Randonnée

35 Alain Bortolin

La scialet de Malaterre, dans le Vercors Dans les forêts de Corrençon, prenez un bol d’air frais en découvrant de magnifiques points de vue.

38

Culture Votre sélection de sorties Théâtre, humour, chanson, art lyrique, conférence, danse, retrouvez nos propositions culturelles pour animer vos soirées.

43

Retraite pratique

41 Christian Chédru

Comment préparer sa retraite et bien la vivre ? Conseils pour vos démarches que vous soyez salariés, cadres, fonctionnaires, industriels, commerçants, artisans indépendants ou professions libérales.

50

Bulletin d’abonnement

Supplément au n° 4 916 du 23 novembre 2018 de Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné, 6, avenue de l’Europe CS 10006 - 38029 Grenoble cedex 02 - www.affiches.fr • Directeur de la publication : Dominique Verdiel • Responsable éditoriale : Caroline Fouché • Direction de la publicité : Sébastien Mittelberger • Rédaction : Jean Daumas, Caroline Falque-Vert, Caroline Fouché, Pierre Guerry, Victor Guilbert et Prune Vellot • Coordination de la publicité : Anick Tournon • Publicité : Émilie Barboux, Marie-France Chaix, Damien Lafon, Manon Padey, Estelle Pavis et Sébastien Ramacciotti • Mise en page : Nathalie Dessignolles, Ophélie Guedon, Allison Lecomte et Carlos Magusteiro • Impression : Rotimpress, 1781 Aiguaviva (Girona) • Photos : couverture © Fotolia.

3


4G

Séniors à l’affiche

#RESTEZCONNECTÉ

4


90%

23:11

© Pikselstock

Tablette, ordinateur, smartphone, jeux vidéo : les nouvelles technologies ont très largement investi notre société. Les applications sont nombreuses pour conserver un lien familial ou social, se maintenir en forme ou tout simplement utiliser les outils numériques dans ses démarches quotidiennes.

5


4G

Séniors à l’affiche

90%

23:11

Famileo connecte les générations Une gazette papier, alimentée par des messages envoyés par mobile ou par ordinateur : c’est le principe de Famileo, qui permet d’entretenir les liens entre tous les membres de la famille. Deux formules existent, pour les personnes à domicile ou en maison de retraite.

L

© Nino Mahaut

e succès de Famileo, c’est d’avoir réussi à s’adapter aux modes de communication favoris de chaque génération. D’un côté, les enfants et petits-enfants envoient des messages et des photos via l’application mobile ou le site Internet dédiés. De l’autre côté, leur proche (grand-parent, arrière-grand-parent…), qu’il soit à domicile ou en maison de retraite, reçoit une gazette papier compilant tous les contenus transmis par sa famille. Depuis deux ans, l’Ehpad René Marion, à Roybon, propose Famileo dans son établissement et le directeur, Philippe Poussier, en est enchanté. « Famileo facilite le lien social et apporte un plus énorme. Nos résidents sont heureux d’avoir très régulièrement des nouvelles de leur famille, qui est souvent éloignée. Leur sourire est précieux pour nous. Plus les familles sont impliquées, plus les résidents sont sereins. Et quand ils ont le moral, les soins se passent bien aussi ».

Une proximité renforcée L’Ehpad René Marion a toujours eu l’habitude d’associer les familles à la vie de l’établissement, en leur envoyant très souvent des nouvelles de leurs proches et des activités de l’Ehpad. Famileo a permis de renforcer encore cette proximité. « À l’admission de leur proche, nous présentons Famileo aux familles et nous leur expliquons son fonctionnement. C’est gratuit pour elles, puisque nous prenons en charge l’abonnement, explique Philippe Poussier. Tous les lundis matin, les animatrices impriment les gazettes Famileo, en papier A3 couleur. Elles sont individualisées au nom de chaque résident et elles reprennent tous les messages et les photos qu’a reçus le résident durant la semaine. Nous avons créé ce que nous appelons les “instants privilégiés” : les animatrices passent du temps avec chaque résident quand elles leur apportent leur gazette. Elle sert de support de discussion et permet également de faire travailler leur mémoire, d’autant plus qu’en page d’accueil, on retrouve les prochaines dates d’anniversaires et de fêtes des membres de la famille ».

Aujourd’hui, 25 000 familles en France adressent des gazettes à leurs proches, qu’elles soient imprimées en maisons de retraite ou envoyées à domicile.

postales, sauf que c’est en grand format, donc beaucoup plus adapté ». Philippe Poussier envisage même d’aller encore plus loin, alors que la première pierre du nouvel Ehpad vient d’être posée. « En 2020, l’établissement sera complètement connecté et nous travaillons avec Famileo pour faire en sorte que les gazettes arrivent directement sur les postes de télévision des résidents. L’objectif est de créer une chaîne interne réservée aux familles, grâce à laquelle elles pourront dialoguer avec leur proche, via des messages, des photos et des vidéos ».

Un réseau social privé Pour les personnes à domicile, le fonctionnement est le même, sauf que c’est Famileo qui s’occupe d’imprimer les gazettes et de les envoyer par la poste. Trois formules de périodicité sont proposées : hebdomadaire (17,90 euros/mois), bihebdomadaire (9,90 euros/mois) ou mensuelle (5,90 euros/mois). Chaque numéro peut contenir jusqu’à trente messages. Famileo fonctionne comme un réseau social, mais entièrement privé. Seuls les membres de la famille ayant le code d’accès peuvent consulter les messages et les photos publiés, au fur et à mesure de leur envoi. En plus des gazettes, vous pouvez ainsi avoir plus régulièrement des nouvelles des cousins que vous ne voyez qu’une fois par an… # Caroline Falque-Vert

Bientôt des vidéos Une cinquantaine de familles (soit 40 %) utilisent aujourd’hui Famileo dans l’établissement, dont une quinzaine toutes les semaines. « Pour les autres, les messages envoyés sont souvent liés à des événements familiaux : anniversaires, naissances, mariages, Noël, fête des mères, etc., qui sont des moments où les membres de la famille se retrouvent, ou à l’occasion des vacances, parce que cela leur permet de donner des nouvelles pendant qu’ils sont partis. Famileo remplace les cartes

7


a

!

p ssezà

l cte

Protégez votre couple ! Bientôt grands-parents Donnez un coup de pouce à vos proches !

BESOIN DE CONSEILS POUR TRANSMETTRE VOTRE PATRIMOINE

WWW.PASSEZALACTE.COM LE SITE QUI VOUS DONNE ENVIE D’ALLER PLUS LOIN

a

!

p ssezà

l cte

Pour tous les actes importants de votre vie, passez par un notaire ! www.passezalacte.com - Informez-vous et abonnez-vous gratuitement


90%

23:11

Partager ses connaissances informatiques en colocation Quand les plus jeunes générations expliquent à leurs aînés comment utiliser ordinateurs, tablettes, smartphones et tous les autres outils d’aujourd’hui, cela participe à favoriser l’inclusion numérique pour tous.

«S

aeed sait presque tout sur les ordinateurs ! ». Charles, 84 ans, ne tarit pas d’éloges sur son colocataire d’origine iranienne, à qui il loue une chambre depuis août dernier, par l’intermédiaire de Digi, une association spécialisée dans le logement intergénérationnel en Isère. En accueillant depuis 2010 des étudiants d’origine étrangère qui viennent suivre leur cursus universitaire dans la capitale des Alpes, Charles a en effet beaucoup voyagé : « J’ai déjà hébergé un Malgache, un Iranien, un Ouzbek, un Vénézuélien et à plusieurs reprises un Ivoirien… Mais aussi une jeune Normande, qui faisait ses études de médecine à Grenoble, sourit le retraité. J’ai commencé à louer l’une des chambres de mon appartement après le décès de mon épouse et j’ai tout de suite apprécié cette formule qui m’apporte de la compagnie au quotidien ». En échange d’un loyer modique (50 euros par mois), le jeune locataire dispose de sa chambre et a accès à la salle de bains, à la cuisine. « C’est aussi une aide appréciable par exemple pour faire les courses, faire du bricolage ou encore quand je suis en panne devant mon PC », détaille Charles.

ger en Iran. J’avais appris le français dans mon pays, puis j’ai travaillé dans le domaine du tourisme en Iran pour accompagner des groupes francophones. Mais j’avais envie de connaître l’ambiance de la vie quotidienne en France, la culture des Français aujourd’hui. La colocation me permet aussi d’améliorer mon français et d’apprendre plein de choses… Comme quand Charles me raconte un petit bout d’Histoire de France ou que nous parlons histoire de l’art. Et pour le budget, le loyer est très intéressant ». Côté informatique, Saeed a tout appris par lui-même « en installant et désinstallant des logiciels, pour bien comprendre le fonctionnement » Et maintenant, il aime partager son savoir et avec les autres : « C’est vraiment dans la culture iranienne d’aider dès qu’on voit une personne en difficulté. Si les enfants d’aujourd’hui sont nés avec les nouvelles technologies, les anciennes générations ne sont pas habituées ». Bénévole au Secours catholique de Grenoble ou pour d’autres associations, il aide les gens à écrire ou à modifier leur CV, à faire des recherches sur Internet, à scanner des documents ou des photos, à envoyer des mails. « J’aide aussi certaines personnes sur leurs téléphones portables, pour stocker leurs photos sur Google Drive afin de les récupérer facilement, sans saturer la mémoire du téléphone. »

Autodidacte en informatique Âgé de 38 ans, Saeed suit des cours en licence d’histoire de l’art à Grenoble : « J’ai repris mes études car mon projet est de devenir guide pour les Iraniens qui viennent en France et pour les Français qui veulent voya-

Démarches en ligne et dépannage

© Dovemed

!

4G

Séniors à l’affiche

Saeed arrive toujours à dépanner Charles quand il rencontre un problème sur son ordinateur !

Ancien ingénieur sécurité au CEA à Grenoble où il a effectué toute sa carrière, Charles avait un peu touché aux ordinateurs pour des raisons professionnelles. « Aujourd’hui, je m’en sers pour écrire des mails à mes enfants ou à mes amis, taper des comptes rendus de réunions pour une association, faire ma déclaration d’impôt en ligne ou suivre l’évolution de mon compte en banque, détaille-t-il. De temps en temps, je consulte Google pour faire des recherches sur des sujets qui m’intéressent ». Saeed l’accompagne quand il est nécessaire de télécharger un logiciel pour ouvrir un fichier ou quand il y a un problème de connexion. « J’ai aussi dépanné un vieux monsieur italien, se souvient Saeed. J’avais prévu une heure, je suis resté une demi-journée pour lui expliquer beaucoup de choses. Comme pouvoir être en liaison vidéo avec son fils qui vivait en Italie grâce à un logiciel gratuit. Il était vraiment très content de le voir, tout en lui parlant. C’était encore mieux que le téléphone ! ». De son côté, les échanges par vidéo ne tentent pas Charles, car il a la chance d’avoir la visite régulière de ses enfants. « J’ai réussi à apprendre quelque chose à Saeed, annonce fièrement le retraité. il n’avait jamais utilisé Doodle ». # Caroline Fouché

9


4G

Séniors à l’affiche

90%

23:11

Thierry Gamot, un élu connecté sur les réseaux sociaux Le maire délégué d’Autrans est un utilisateur régulier des réseaux sociaux. Ces outils numériques lui permettent de rester en lien avec des contacts éloignés, de se tenir informé au quotidien et d’exprimer son avis sur les sujets qui le mobilisent.

P

our éviter que son téléphone ne vibre durant toute l’interview, Thierry Gamot bascule en «  mode avion », sitôt qu’il rentre dans la pièce, avec la dextérité d’un adolescent hyperconnecté, malgré sa barbe blanche de vieux sage. Il avoue que son portable est devenu son principal outil de travail au quotidien et le support d’utilisation de ses réseaux sociaux favoris. Sur son écran, de nombreuses applications cohabitent. Facebook, Twitter et WhatsApp sont ses préférés.

Distinguer réseaux et messageries

© Dovemed

Mais en matière d’applications, Thierry Gamot tient à faire des distinctions. « C’est important de garder en tête que certains réseaux sont publics et d’autres privés, et particulièrement bien sécurisés. Si j’écris ouvertement à mes contacts sur WhatsApp, je fais plus attention, en revanche, à ce que j’écris sur Facebook, qui est par nature un réseau ouvert à tous et susceptible de fuiter ». Même distinction entre « ce qui relève de l’élu ou du bonhomme ». Même s’il publie régulièrement sur les réseaux sociaux, le maire délégué d’Autrans ne concentre pas toute son activité digitale aux actions municipales de sa commune. « Je ne veux pas faire double emploi avec les outils de communication de la Ville, son site Internet et son journal municipal, où la vie communale est bien plus détaillée et expliquée ».

Facebook : coups de gueule et information

Thierry Gamot utilise son téléphone et les réseaux sociaux pour rester connecté avec des connaissances éloignées, pour s’informer et pour faire passer des messages engagés.

Il y a peu de semaines durant lesquelles Thierry Gamot ne poste pas de contenus sur Facebook. Souvent des photos de voyage, de montagne ou de son très cher Vercors, parfois des coups de gueule plus engagés sur les conséquences du réchauffement climatique et sur les réalisations de sa vie d’élu local, ou encore des posts de félicitations aux athlètes français, dont il suit les performances avec attention, sous son autre casquette de président de Nordic France, l’association nationale de promotion et de coordination des activités et espaces nordiques. « Mais sur Facebook, il y a ce que l’on poste et ce que l’on consulte », indique Thierry Gamot, accroc à l’info. Depuis son compte, il consulte les publications de nombreux médias, locaux et nationaux. « Cela a profondément bouleversé ma consommation de l’information. Auparavant, j’achetais le journal ou je regardais les informations à heures fixes pour m’informer. Désormais, c’est l’information qui vient directement à nous, dans le même fil d’information que les publications de mes contacts », explique-t-il. Et son compte Facebook, il le met également à profit de son activité d’élu. « Même si je n’ai jamais posté des messages de propagande du type “votez pour moi”,

je suis en revanche inscrit à des groupes dans lesquels des élus locaux échangent leurs constats et leurs solutions ». Sur le groupe SOS Maires, par exemple, le maire délégué d’Autrans est attentif aux « expériences et aux mesures concrètes présentées par des collègues » pour accélérer la transition énergétique, jusque dans les territoires les plus reculés.

Vigilance et dérives S’il est un sénior très connecté, Thierry Gamot se garde bien des dérives de la suractivité numérique. « Je ne suis pas sur certains réseaux sociaux comme LinkedIn ou Instagram, car sinon, on en finit plus. Il faut savoir se modérer », explique-t-il. Une vigilance que l’élu exerce également dans les données qu’il confie aux réseaux sociaux. À en croire les renseignements fournis sur son compte Facebook, Thierry Gamot serait né en 1914. Un vieux sage, on vous dit ! # Victor Guilbert

11


4G

Séniors à l’affiche

90%

23:11

L’association L’Âge d’or vous aide à dompter l’informatique Partant du constat qu’une partie de la population, et notamment les personnes âgées, peut être isolée face aux nouvelles technologies, l’association grenobloise L’Âge d’Or dispense des cours collectifs permettant aux participants de se servir de ces outils.

A

© Dovemed

llumer l’ordinateur, lancer un programme, retrouver ses documents grâce à l’explorateur de fichiers, naviguer sur Internet, envoyer des e-mails ou faire des mises en page de courriers… Ce sont quelques-uns des apprentissages que l’association L’Âge d’Or, créée à Grenoble en 2004, propose à ses 300 adhérents, âgés de 50 à 95 ans. C’est en voyant sa propre mère un peu perdue face aux nouvelles technologies que Nordinne Boukhalfa, aujourd’hui directeur de la structure, a eu l’idée de créer cette offre de services. Moyennant une cotisation annuelle de 15 euros, les adhérents peuvent s’inscrire aux cours d’informatique et bénéficient d’une tarification solidaire afin que tout le monde puisse y avoir accès. Si les bénévoles de L’Âge d’Or assurent un accompagnement individuel des adhérents dans des demandes particulières, ce sont les cinq médiateurs numériques qui animent les cours collectifs dans des maisons des habitants ou d’autres lieux partenaires, tous équipés d’ordinateurs à disposition des participants. Chaque groupe de huit personnes maximum suit une session de trente heures, à raison d’une séance de deux heures par semaine. « Il y a des cours pour les débutants et d’autres de perfectionnement, indique Océane Caffoz, médiatrice numérique depuis trois ans. Ils se considèrent souvent tous comme débutants. Pour nous, un vrai débutant est une personne qui n’a jamais ouvert le carton de l’ordinateur qu’on lui a offert ou qui l’utilise trop peu pour être sûre d’elle ». Le

Le cours collectif d’informatique « perfectionnement » est très interactif entre la médiatrice numérique et les participants.

niveau perfectionnement permet d’approfondir la maîtrise de l’ordinateur, la navigation sur Internet et la messagerie. « Et nous leur enseignons aussi le vocabulaire qui va permettre de demander de l’aide de façon précise. “J’ai tout perdu” ou “Mon écran est tout noir” peuvent en effet vouloir dire beaucoup de choses. »

Échanges interactifs en petit groupe Et ce jeudi matin, à la maison des habitants Chorier-Berriat, à Grenoble, six personnes suivent avec attention et bonne humeur cette sixième séance de perfectionnement. Quasiment tous équipés de leur propre ordinateur portable, mais aussi de leur livret pédagogique qui sert de support écrit aux cours, Louise, Annie, Maïté, Françoise, Jean-Paul et François prennent place dans la salle, face au tableau blanc qui permettra à Océane de faire des schémas d’explication. Le thème du jour : Internet. Les échanges sont très interactifs, l’animatrice s’adaptant aux connaissances déjà acquises afin de bien faire comprendre le fonctionnement du réseau, la différence entre Wifi, ADSL…, avant de passer à la pratique : se connecter sur Internet et s’exercer à la navigation sur les sites et aux recherches.

Éveiller à la culture numérique « On se rend compte que l’âge n’est pas un frein, remarque Océane Caffoz. C’est vraiment la mentalité et la curiosité qui font tout. L’entourage peut aussi être un vecteur de motivation : les petites-filles d’une adhérente étaient parties en Australie et elle avait envie d’apprendre à utiliser son ordinateur pour voir les photos qu’elles lui envoyaient ». Certains s’inscrivent en couple ; des personnes isolées viennent aussi pour le contact humain. « Parfois, nous aidons des personnes perdues au décès de leur conjoint, car c’était lui qui gérait la partie informatique. Tous cherchent en tout cas à être plus à l’aise. Et en amenant du ludique et du concret, ils continuent d’apprendre le numérique autrement ». Atelier de création numérique, sensibilisation aux logiciels libres, à la sécurité et à la protection de la vie privée, conférences de culture numérique sont quelques-unes des autres activités développées par L’Âge d’Or. « Nous organisons aussi des sessions concernant des démarches administratives en ligne, sur le site de la Carsat, sur celui des impôts, sur FranceConnect ou sur service-public.fr. Cette année, avec la Carsat et le Département de l’Isère, nous exportons nos cours dans dix autres communes comme Vizille, Herbeys, Coublevie, grâce à des partenariats avec des associations locales. » # Caroline Fouché

13


EN VRAI, QUAND ON EST BIEN ASSURÉ, NOS PROCHES DEVRAIENT AUSSI EN PROFITER. NOUVEAU ASSURANCE SANTÉ : PARTAGEZ VOS GARANTIES D’ASSISTANCE AVEC VOTRE FAMILLE*

groupama.fr

Venez découvrir notre offre spéciale senior et les avantages que nous vous réservons.**

GRENOBLE RÉPUBLIQUE 15 rue de la République - Tél. 09 74 50 30 76 GRENOBLE JOFFRE 18 boulevard Maréchal Joffre BP 215 - Tél. 09 74 50 30 77 (1)

(1) Prix d’un appel local à partir d’un fixe

* Dans les conditions et limites prévues aux contrats Groupama Santé Active et Groupama Santé Active Senior. Groupama Rhône‑Alpes Auvergne ‑ Caisse régionale d’Assurances Mutuelles Agricoles de Rhône‑Alpes Auvergne ‑ 50 rue de Saint‑Cyr 69251 Lyon Cedex 09 ‑ 779 838 366 RCS Lyon ‑ Entreprise régie par le Code des Assurances et soumise à l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution ‑ 4 place de Budapest CS 92459 75436 Paris Cedex 09. Document et visuel non contractuels ‑ Réf. Com HP AB/2018 ‑ Crédit photo : Aurélien Chauvaud ‑ Création : Agence Marcel. Juillet 2018. ** Voir conditions en agence.

(1)


4G

Séniors à l’affiche

90%

23:11

Le jeu vidéo, une expérience intergénérationnelle Voilà belle lurette que les jeux vidéo ne sont plus réservés qu’aux enfants. Depuis quelques années, les séniors s’y intéressent aussi et profitent des étonnants bienfaits que leur procurent les activités vidéoludiques.

D

Des jeunes enfants aux séniors Si le public des jeux vidéo est devenu plus adulte et s’est élargi au fil des années, il est pourtant une partie de la population qui peine à être reconnue comme adepte de la manette. Les séniors sont longtemps restés en marge, les éditeurs ne semblant pas s’intéresser à eux. Mais là aussi, la situation a évolué. Curieusement, le changement est arrivé par l’éditeur qui produisait sans doute les jeux les plus « enfantins » du marché, à savoir Nintendo. En 2006, le géant japonais réussi un coup de génie en sortant la Wii, une console qui possède la particularité de disposer de contrôleurs à détection de mouvement. De quoi s’amuser avec une flopée de jeux qui exploitent cette capacité. Vous voulez faire un coup droit dans un jeu de tennis ? Il suffit de mimer un coup droit devant votre écran. Rien de plus simple. Le concept va séduire un public très familial, féminisé et… plus âgé.

Les vertus du jeu vidéo La Wii éveille en effet l’intérêt des séniors. À tel point qu’elle a été utilisée dans certains établissements pour personnes âgées dépendantes, non seulement parce qu’elle reste avant tout un amusant loisir qui permet aux pensionnaires de passer un bon moment, mais aussi

© Fotomia - alfa27

epuis leur apparition dans les années 1970, les jeux vidéo ont généralement été considérés comme un loisir pour les enfants et les adolescents. Le regard sur ce loisir a changé ces dernières années. Les jeunes joueurs des années 1980 sont en effet devenus des trentenaires ou des quadras qui n’ont pas perdu le goût de jouer devant leur ordinateur ou leur console. Et l’industrie vidéoludique a accompagné l’évolution de son public en développant des jeux clairement destinés à des joueurs adultes, que ce soit à travers les thèmes abordés, la complexité des scénarios ou la finesse des mécaniques de jeu. Un coup d’œil sur les grands succès de ces dernières années permet de s’en rendre rapidement compte. Les œuvres du Japonais Hideo Kojima (Metal Gear Solid) s’interrogent sur le rapport que le personnage entretient avec le joueur. Les Californiens de Naughty Dog, dans The Last of Us, empruntent au romancier Cormac McCarthy et abordent le thème de la filiation. Et les Britanniques de Rockstar (GTA) livrent régulièrement des jeux qui sont autant de violentes satires des travers de la société actuelle. Difficile, donc de considérer ces jeux comme réservés aux gamins… parce que les jeux vidéo développent chez l’utilisateur la concentration ou la coordination. Des expériences ont ainsi été menées dans plusieurs Ehpad isérois, notamment à Virieu, à L’Isle-d’Abeau ou plus récemment à Vinay, où le personnel utilise toujours la Wii (même si la console n’est plus sur le marché aujourd’hui) pour stimuler les neurones des pensionnaires et les aider à améliorer leurs réflexes.

D’une génération à l’autre Le jeu est par ailleurs devenu un facteur de rapprochement entre les générations. Les grands-parents ne rechignent pas à s’asseoir devant la console avec leurs petits-enfants. Des animations sont d’ailleurs parfois organisées pour encourager ce rapprochement. À Voreppe, en juin dernier, le conseil municipal des enfants a ainsi proposé aux aînés de la commune de venir passer une après-midi devant des jeux, dont des jeux vidéo. Et signe que les séniors sont désormais des joueurs comme les autres, ils ont leurs propres compétitions d’e-sport : au printemps dernier, le Trophée sénior de la Gamers Assembly a rassemblé à Poitiers des compétiteurs dont la moyenne d’âge dépassait les 70 ans… #

15

Pierre Guerry


AU CRÉDIT MUTUEL, MON ÉPARGNE PEUT AUSSI AIDER LES AUTRES. Épargner pour soi tout en étant soucieux de l’avenir des autres, c’est cela l’épargne solidaire. Le Livret d’Épargne pour les Autres créé par le Crédit Mutuel vous permet de constituer une épargne et de reverser tout ou partie des intérêts à une ou à plusieurs associations humanitaires proposées. En optant pour cette formule d’épargne, vous agissez en faveur de ceux que vous souhaitez aider et vous bénéficiez en plus d’importants avantages fiscaux(*). UNE BANQUE QUI VOUS PROPOSE D’AGIR POUR LES AUTRES ÇA CHANGE TOUT.

Tél. : 04 75 72 81 90

Le Crédit Mutuel, banque coopérative appartient à ses 7,8 millions de clients-sociétaires. (*) Réduction d’impôts égale à 66% ou 75% des dons effectués selon la nature des associations bénéficiaires. Caisse Fédérale de Crédit Mutuel et Caisses affiliées, société coopérative à forme de société anonyme au capital de 5 458 531 008 euros, 4 rue Frédéric-Guillaume Raiffeisen, 67913 Strasbourg Cedex 9, RCS Strasbourg B 588 505 354 - N° ORIAS : 07 003 758. Banques régies par les articles L.511-1 et suivants du code monétaire et financier.


4G

Séniors à l’affiche

90%

23:11

Un cybercentre pour tous à Pont-en-Royans L’accompagnement pour lutter contre la fracture numérique et l’insertion par le numérique : telles sont les deux missions de l’EPN du Royans, qui met en œuvre de nombreuses actions en direction de tous les publics, et particulièrement des séniors.

T

out a commencé en 2003, lorsqu’a été créé un cybercentre à Pont-en-Royans, à l’initiative des élus de la communauté de communes de la Bourne à l’Isère et du parc naturel régional du Vercors. « C’était à l’origine un lieu d’accès à Internet pour la population des villages aux alentours. Ce sont surtout les jeunes qui venaient, ils n’avaient pas Internet à la maison, c’était tout nouveau. Puis, la structure a été labellisée Espace public numérique (EPN) en 2010, explique Line-Rose Amozigh, présidente de l’EPN du Royans. Cela n’a rien changé au niveau du fonctionnement et des activités proposées, mais cela permet aux collectivités de prendre la mesure du numérique et de travailler avec d’autres EPN sur des sujets complémentaires et transversaux ».

Des usages et des usagers variés L’EPN du Royans est aujourd’hui financé par la commune de Pont-en-Royans, sur laquelle les locaux sont situés, et par la communauté de communes Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté (issue de la fusion des communautés de communes de la Bourne à l’Isère, du pays de Saint-Marcellin et Chambaran Vinay Vercors). Il compte plus d’une centaine d’adhérents particuliers, sans compter les communes, les associations et les entreprises. « Les quatre salariés et les dix bénévoles travaillent beaucoup sur les usages : avec les entreprises et les communes pour les aider à créer leur site web ou à améliorer leur visibilité sur le Net ; avec les écoles, dans le cadre des temps d’activités périscolaires ; avec les collèges, sur la sécurité des réseaux ; avec les CCAS, pour accompagner les séniors… », détaille Line-Rose Amozigh. L’EPN du Royans est aussi un organisme de formation, qui propose des formations de développeur ou d’intégrateur web, en direction des demandeurs d’emploi.

hension, une vraie crainte, affirme Line-Rose Amozigh. Nous leur faisons faire un test, pour vérifier leur capacité à naviguer sur Internet ou à remplir un document. S’ils le désirent, nous proposons un accompagnement individuel à ceux qui n’y arrivent pas. Et quand ils sont un peu plus en confiance, nous les incitons à participer à des ateliers de groupe pour maîtriser l’outil : par exemple, apprendre à utiliser sa messagerie, à classer ses photos, à faire ses achats en ligne, à consulter sa banque… »

Des projets intergénérationnels Mais pour l’EPN du Royans, le numérique doit être un outil au service de vrais projets, permettant de faire ensemble, d’échanger et de partager. Il met ainsi régulièrement en place des projets intergénérationnels : ateliers Skype entre la maison de retraite et les élèves de primaire et du collège, création d’un livre numérique par des binômes sénior/jeune autour du thème « Comment communique-t-on d’hier à aujourd’hui ? », ateliers pixel art, toujours en binômes sénior/jeune… Un autre projet à destination des séniors vient de démarrer à Saint-Marcellin, afin de créer un livre numérique de recettes. Quinze séances sont prévues pendant un trimestre. Cet atelier sera ensuite décliné à Pont-en-Royans (à partir de janvier prochain), puis à Vinay (à partir d’avril prochain). # Caroline Falque-Vert

Si tous les jours ou presque, deux « geeks » de 80 ans fréquentent l’EPN du Royans et apportent leurs connaissances informatiques à ceux qui en ont besoin, tous les séniors ne sont pas autant à l’aise dans l’utilisation des outils numériques. De en plus de démarches administratives se faisant désormais en ligne, ils sont nombreux à pousser la porte de l’EPN du Royans. « Monter son dossier de retraite, mettre à jour sa déclaration de retraite, déclarer ses impôts, s’inscrire en maison de retraite… Cette révolution numérique qui leur paraissait lointaine est là au quotidien. Nous sentons qu’il y a une appré-

DR

Aide dans les démarches administratives

L’Espace public numérique du Royans favorise les projets intergénérationnels.

17


Quand chaque geste contribue au bien-être collectif, on pense à protéger les siens Tel: 04 76 63 35 10 • Fax: 04 76 63 35 15 contact@fraternelle.fr • www.fraternelledesterritoriaux.fr 9 rue du Général Ferrié – BP 42542 – 38035 Grenoble Cedex 2


4G

Séniors à l’affiche

90%

23:11

Ordimemo, une tablette numérique dédiée aux séniors Cette entreprise de Saint-Marcellin développe et commercialise depuis trois ans des logiciels et des tablettes numériques intuitives, intergénérationnelles et simples d’utilisation.

S

ur la forme, elle a tout d’une tablette numérique classique, mais sur le fond, la tablette Ordimemo est spécialement conçue pour l’usage des séniors. L’écran est épuré, l’ergonomie est intuitive, les applications simplifiées et les outils de communication sécurisés. La tablette peut également être paramétrée à distance par des proches ou le service client. Une fois l’outil déballé et connecté au réseau, tout est pensé pour que la navigation reste une partie de plaisir, sans complication qui viendrait rebuter l’utilisation.

Deux utilisateurs centenaires ! Il ne faut pas se leurrer, ce sont surtout des enfants ou des proches de séniors qui font la démarche d’acheter des outils numériques et digitaux à leurs aïeux. « Mais contrairement à des gadgets trop compliqués qui restent dans un tiroir pour l’éternité, notre meilleur argument commercial, ce sont nos retours clients », se réjouit François Pernice, fondateur et dirigeant d’Ordimemo. 2 000 licences vendues, plus d’un million et demi d’heures d’utilisation, 400 000 messages échangés et deux centenaires parmi les utilisateurs réguliers ! Cet outil développé par une entreprise de Saint-Marcellin séduit par sa simplicité d’utilisation, ses services complémentaires et son haut niveau de sécurité.

verrouillée et l’utilisateur n’y a pas accès. Les mises à jour sont également effectuées automatiquement, au redémarrage de la tablette. En revanche, un proche référencé parmi les personnes-ressources pourra procéder à distance à certaines modifications. « Il peut par exemple installer des applications, ajouter des événements ou des rappels dans l’agenda, mais il n’a pas accès aux messages ni aux photos qui relèvent de la vie privée des utilisateurs de tablettes », détaille François Pernice. La tablette permet par ailleurs de surfer sur Internet comme n’importe quel navigateur et d’utiliser des applications référencées sur le catalogue Google Play. Enfin, l’agenda peut être paramétré de manière à envoyer systématiquement un rappel des événements, sur la tablette, si elle est allumée, par SMS ou par téléphone, via un serveur vocal.

Projection sur le téléviseur Ordimemo propose également une clé HDMI en accessoire de sa tablette pour pouvoir projeter son contenu sur le téléviseur. « La tablette devient ainsi une télécommande géante pour projeter ses photos, lire le journal, regarder une vidéo sur un écran encore plus grand », conclut François Pernice. # Victor Guilbert

Une messagerie de haute sécurité

© Ord imem

o

À une époque où le courrier arrive désormais plus régulièrement dans votre boîte de réception que dans votre boîte aux lettres, la tablette devient un support privilégié pour consulter sa messagerie. Sur l’outil développé par Ordimemo, le compte est automatiquement paramétré pour trier les messages entrants. Ainsi, seuls les contacts référencés dans le répertoire peuvent envoyer des courriels à l’utilisateur de la tablette. Finis le spam, le phishing et les risques de piratage de données. Dans la même logique de simplification, les photos envoyées en pièces jointes sont automatiquement converties en album qui défilera en diaporama sur la page d’accueil de la tablette. Ainsi, la famille ou les amis sont certains que les clichés envoyés seront admirés !

Un paramétrage simplifié

La tablette développée par Ordimemo présente un graphisme simplifié pour que son utilisation reste une partie de plaisir !

Pour éviter de modifier accidentellement les paramètres complexes de la tablette, l’administration système est

19


4G

Séniors à l’affiche

Formalités en ligne : éviter la fracture entre les générations Alors que certaines formalités sont désormais exclusivement effectuées en ligne, certains craignent un accroissement de la fracture numérique, cette fois entres générations.

L

© Goodluz

e nombre de services disponibles en ligne augmente chaque jour ou presque. Et dans des secteurs qui ne se prêtaient pas forcément à ce type d’usage au départ. Lors de l’apparition de l’Internet grand public, dans les années 1990, qui aurait prédit qu’un jour on pourrait commander son repas au restaurant du coin de la rue depuis son téléphone ? Face aux transformations des comportements que la révolution numérique entraîne, les pouvoirs publics ont engagé il y a maintenant quelques années d’importants efforts pour mettre Internet à contribution afin de faciliter les démarches des usagers. Cela s’est traduit par une véritable simplification pour ceux qui devaient refaire leur certificat d’immatriculation, demander certains formulaires ou poser une question à tel ou tel service.

Vers la déclaration en ligne obligatoire Parmi les secteurs qui ont été tout particulièrement transformés par la dématérialisation des démarches, on trouve bien évidemment la fiscalité et plus spécifiquement la déclaration des revenus. Celle-ci a été proposée progressivement aux contribuables. D’abord avec la mise en ligne des formulaires de déclaration, au début des années 2000. Puis, avec le lancement de la première vraie télédéclaration, en 2003. Au cours des cinq dernières années, de nouvelles étapes ont été franchies, avec la dématérialisation des paiements, de l’accès à l’avis d’imposition et de l’ensemble des procédures. L’administration fiscale prépare désormais les foyers fiscaux à l’abandon de la déclaration papier, programmée pour 2019. Tous les contribuables seront ainsi tenus d’effectuer leurs formalités en ligne.

15 % des Français sans Internet Cette évolution semble logique mais pose néanmoins quelques problèmes. Une petite partie des contribuables ne dispose en effet toujours pas d’un accès à Internet, soit par manque de moyens, soit en raison de contraintes techniques, soit par choix. Ils représenteraient 15 % de la population. Et parmi ceux qui n’ont pas d’ordinateur chez eux (ou qui ne savent pas s’en servir), on retrouve une grande majorité de séniors. À

tel point que le sénateur de la Moselle Jean-Louis Masson a proposé l’an dernier un amendement visant à dispenser les personnes nées avant 1950 de la télédéclaration. En réalité, les difficultés d’usage d’Internet pour les démarches en ligne concernent surtout les plus de 75 ans.

Coups de pouce tous azimuts Comment aider les aînés à effectuer leur déclaration depuis un ordinateur ? Des initiatives multiples apportent aujourd’hui un début de solution. La Poste a ainsi mis en place au printemps dernier un service d’aide, disponible dans toute la France. Pour 39 euros, l’usager peut faire appel à un agent qui viendra l’aider à se connecter. 900 postiers ont été formés pour cette mission. Il existe aussi des actions plus locales. Beaucoup de mairies proposent ainsi un coup de main aux séniors qui se sentiraient démunis face à impots.gouv.fr… Le secteur associatif n’est pas en reste. En Isère, dans le village de Faramans, l’association Ateliers créatifs, culturels et informatiques a ainsi accompagné des seniors dans leurs démarches. Il faudra beaucoup d’autres bonnes volontés pour que tout le monde soit prêt en 2019, même si l’administration fiscale a prévu quelques exceptions pour les personnes qui n’ont vraiment pas leur possibilité d’effectuer la déclaration en ligne. #

20

Pierre Guerry


90%

23:11

Des démarches en quelques clics Les services en ligne de la Carsat et l’application Smart’Retraite développée par l’Agirc et l’Arrco peuvent aider les salariés et les retraités dans leurs démarches avant et pendant leur retraite.

P

our préparer, puis bien vivre sa retraite, la Carsat propose des services en ligne personnalisés, gratuits et sécurisés. Ils sont accessibles depuis votre espace personnel que vous pouvez créer sur le site : lassuranceretraite.fr. Dans cet espace personnel, vous pouvez notamment obtenir une estimation du montant de votre future retraite à l’aide d’outils de simulation, consulter votre relevé de carrière pour faire le point sur vos droits acquis à la retraite, mais aussi calculer votre âge de départ à la retraite. Une fois qu’ils ont cessé leur activité, les retraités peuvent bénéficier de nombreux services en ligne pour gérer leur retraite, toujours à partir de leur espace personnel : consulter les derniers paiements, télécharger une attestation de paiement, signaler un changement d’adresse ou de coordonnées bancaires, connaître le montant à déclarer à l’administration fiscale…

Un accompagnement personnalisé Une offre de services en ligne est également accessible sur le sitecarsat-ra.fr, permettant de bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour « bien vieillir ». Parmi ces services, figure notamment la réalisation d’un bilan en prévention personnalisé, après avoir complété un ques-

tionnaire d’auto-évaluation. Un coaching téléphonique en prévention est proposé aux retraités présentant un risque de fragilité. Les retraités peuvent aussi consulter le programme et s’inscrire à des conférences et ateliers thématiques gratuits, organisés sur l’ensemble du territoire régional, afin de bénéficier d’informations et de conseils sur les comportements à adopter pour bien vivre sa retraite, sur des thématiques variées : mémoire, alimentation/nutrition, gestion du stress, sommeil, prévention des chutes, activité physique adaptée… Ils peuvent enfin participer à un atelier mémoire en visioconférence ou encore pré-examiner leur situation pour une aide au maintien à domicile.

Une application claire et ludique Les régimes complémentaires Arrco (salariés) et Agirc (cadres) ont quant à eux créé Smart’Retraite, une application mobile qui vous accompagne depuis votre premier job jusqu’au moment de demander votre retraite, et même après. C’est la seule application qui vous suit durant toute votre carrière et vous propose au fur et à mesure des services adaptés à votre profil : simulateur pour estimer le montant de votre future retraite, panorama de carrière, planning des démarches de 35 ans jusqu’à un an de votre retraite (possibilité de l’ajouter à l’agenda de votre smartphone), localisation d’un centre d’information Agirc-Arrco, accès aux experts retraite pour poser vos questions personnalisées, date de votre prochain versement… Il y a même un quiz pour découvrir des activités adaptées à votre mode de vie.

© Dovemed

Des contenus informatifs

L’application Smart’Retraite est conçue pour accéder simplement à ses données personnelles de manière sécurisée.

Cette application, qui se télécharge gratuitement sur l’App Store et Google Play, va encore plus loin. Elle permet de suivre l’avancement de son dossier de demande de retraite en cours, mais également de télécharger d’éventuelles pièces justificatives manquantes. Les assurés seront prévenus par notifications personnalisées. Smart’Retraite propose également des contenus informatifs ciblés (articles, vidéos, infographies…) et des contenus d’action sociale : visite virtuelle d’un espace emploi ou d’une maison témoin pourvue d’équipements indispensables pour faciliter le quotidien d’une personne en perte d’autonomie, possibilité d’accéder à une aide à domicile momentanée, invitations à bénéficier d’un bilan médico-psycho-social ou à participer à des ateliers (équilibre, nutrition, yoga…) organisés par les centres de prévention, localisation des résidences Agirc-Arrco proches de chez soi… # Caroline Falque-Vert

21


4G

Séniors à l’affiche

80%

23:11

Anne-Marie Gomez Ancienne DRH du groupe Allibert, Anne-Marie Gomez a été présidente du conseil de prud’hommes de Grenoble, entre 2013 et 2014. Une mission de règlement des litiges entre employeurs et salariés qu’elle continue d’exercer aujourd’hui comme conseillère.

C

omme elle aime le répéter à ses étudiants, RH ne signifie pas « ressources humaines », mais « rendre heureux ». Et c’est là toute la philosophie professionnelle qu’Anne-Marie Gomez a déclinée durant sa carrière chez Allibert, au conseil de prud’hommes ou dans les cours qu’elle dispense aujourd’hui.

Mon parcours « Grenobloise d’origine, j’ai suivi des études de comptabilité et j’ai commencé ma carrière au sein du groupe de plasturgie Allibert. Mais très vite, je me suis rendu compte que cela ne me plaisait pas. Comme un poste d’assistante du DRH se libérait, j’ai sauté sur l’occasion. J’aimais le contact, être tournée vers les autres, leur apporter de l’aide quand ils en avaient besoin. Bien sûr, j’ai eu à gérer nombre de plans de restructuration, ce qui n’était pas la partie la plus facile. Ce qui m’a le plus intéressée a été le développement des hommes et la gestion de carrière. C’est-à-dire faire en sorte de les accompagner par le biais de formations ou de coaching vers de la mobilité et de la promotion. J’aimais cibler les compétences, faire ressortir les potentiels et permettre aux salariés de grandir professionnellement. C’était très intéressant, car les activités du groupe partaient de la conception jusqu’à la commercialisation, en passant par la R & D ; la production, le design, la distribution ou la logistique : il y avait donc des métiers très différents. »

Mon départ à la retraite « En 2004, j’ai commencé à réfléchir à ce que j’allais faire durant ma retraite. C’est pourquoi je me suis investie comme conseillère prud’homale, d’abord à Voiron, puis à Grenoble. J’ai été successivement présidente de la section industrie, puis de l’ensemble du conseil et vice-présidente en suivant l’alternance collège des employeurs et collège des salariés. Aujourd’hui, je suis conseillère prud’homale à l’encadrement côté employeurs. Je suis aussi assesseur au tribunal de sécurité sociale depuis 2017. Quand j’ai encore un peu de temps, je voyage et bien sûr je m’occupe de mes petits-enfants pendant les vacances. »

Transmettre aux jeunes

© Dovemed

« Depuis plusieurs années, je dispense des cours sur les ressources humaines et le droit du travail à l’Idrac, à CCI Formation et à GEM. Je donne à ces étudiants, des bases en RH, sur la gestion de carrière, la gestion des conflits, les formations, les institutions représentatives du personnel… Cela leur sera utile dans leur future vie de managers. » # Propos recueillis par Caroline Fouché

CV Express • 1968 : commence comme comptable, dans le groupe Allibert, puis évolue très vite vers un poste au sein du service des ressources humaines. • 1993 : s’occupe de toutes les ressources humaines pour la région Dauphiné du groupe Allibert, soit 1 700 collaborateurs. • 2000-2010 : est directrice des ressources humaines du groupe Allibert, soit 14 000 collaborateurs en France et à l’étranger. • À partir de 2004 : s’investit comme conseillère prud’homale, puis devient présidente/vice-présidente du conseil de prud’hommes de Grenoble.

25


Envisager l’avenir avec sérénité Conscient des nombreux enjeux actuels qui complexifient parfois le quotidien des seniors, Bastille Avocats propose à ses clients de réaliser un bilan juridique pour prendre de la hauteur. Conforté par sa riche et longue expérience, Bastille Avocats a acquis la certitude que l’on pouvait aller encore plus loin dans le conseil global. Présent au côté de ses clients, tant sur un plan professionnel que personnel, le propose un bilan juridique qui permet à ces derniers de bénéficier d’un état des lieux complet

Testament, adoption, régime matrimonial, mandat successoral, que choisir dans mon cas précis ?

Vivre plusieurs mois par an à l’étranger. Quelles conséquences fiscales ?

de leur situation afin d’optimiser leur information et favoriser leurs prises de décisions futures. Bien informés, les seniors actuels n’en sont pas moins curieux de leurs droits et parfois même un brin soucieux des contentieux qui pourraient advenir à leur disparition. Les seniors sont loin


Le cumul emploi – retraite, c’est possible ? d’être tous retraités, certains sont encore actifs et ont en tête la transmission de leur société. Ils peuvent être les maillons essentiels d’une longue chaine familiale qui démarre avec leurs parents et court jusqu’à leurs petits-enfants. Ils veillent sur leurs ascendants et sont de plus en plus nombreux à aider un enfant ou encore financer les études des petits. Les situations familiales peuvent être complexes pour les familles composées d’enfants issus des différentes unions. Et bien sûr, les seniors doivent penser à eux-mêmes…

L’avocat conseil, un tiers de confiance Pour toutes ces situations que la vie comporte, l’avocat conseil est présent pour guider ses clients. Ce tiers de confiance permet aux seniors d’envisager l’avenir avec plus de légèreté et la certitude d’avoir bien muri ses décisions. La gestion de son patrimoine et les évolutions sociales et économiques de sa vie méritent d’être considérées dans leur globalité et discutées avec des spécialistes. « Nous sommes à l’écoute de nos clients.Notre rôle est de leur proposer des solutions ou de les conforter dans les décisions qu’ils ont prises et pour lesquelles ils souhaitent un œil avisé », explique Me Pascale Modelski. « Le bilan juridique nous permet également de faire valoir les opportunités qui s’offrent à eux à l’heure des choix.

Pascale Modelski

Pascal Eydoux

Coup de pouce financier à un enfant, comment rester équitable avec les autres ? Nous sommes persuadés de l’utilité du conseil à titre préventif afin de se prémunir des contentieux immédiats ou qui pourraient advenir autour d’une succession par exemple », développe Me Pascal Eydoux. Bastille Avocats travaille en parfaite collaboration avec notaires, experts-comptables et conseillers financiers afin d’aborder les demandes de leurs clients dans leur entièreté. Transmission d’entreprise, gestion d’actifs, retraite et droits du conjoints, défiscalisation, droit de la consommation, héritage et donation, droit et obligation envers la famille, conflit de voisinage, problème de dépendance, service à la personne, protection des majeurs… sont autant de sujets primordiaux qui nécessitent le conseil sur mesure d’un avocat.

La gestion de patrimoine du conjoint survivant à l’égard des enfants, quels pièges à éviter ?


4G

Séniors à l’affiche

Vers les lacs du Doménon, dans Belledonne

© Jean Daumas

Cette balade à raquettes à neige offre de belles possibilités pour profiter ’un environnement digne de la haute montagne.

D

u parking (Pré Raymond ou Freydière en fonction du déneigement de la route), la première étape de la balade consiste à gagner le lac du Crozet. Dès le départ de Pré Raymond (panneau de randonnée), un large chemin forestier s’élève en pente très raide, imposant un démarrage en douceur ! Il se prolonge, plus haut, par un sentier plus intimiste et plus agréable qui s’accroche à flanc de montagne par une longue série de lacets. Un long replat permet ensuite de récupérer de ses premiers efforts à l’amorce de la combe Mercier. L’itinéraire rejoint une ancienne moraine, du sommet de laquelle on bénéficie d’un panorama qui mérite un petit arrêt. Le regard porte du massif des Bauges à l’ensemble des sommets de Chartreuse.

Le col de la Pra La marche reprend en direction d’une cabane, par une pente soutenue mais sans excès. Au fil de la montée, la forêt s’éclaircit pour de grands espaces tapissés de rho-

dodendrons en été et couverts d’une épaisse couche de neige jusqu’à la fin du mois d’avril. En quelques larges lacets, on rejoint ensuite le lac du Crozet, serti dans une profonde cuvette dominée par les falaises du Grand Colon et de la dent du Loup. On aperçoit la large échancrure du col de la Pra, qu’on atteint en une demi-heure par un sympathique cheminement à travers des douces ondulations, avant de buter sur une dernière pente beaucoup plus raide. En quelques minutes, on rejoint le refuge de la Pra situé en contrebas et qui peut marquer le terme de la balade.

Les lacs du Doménon Pour les personnes désirant poursuivre en direction des lacs du Doménon, la balade se prolonge en prenant à gauche du col, le sentier (marques jaunes) où figure une bonne trace pour la progression à raquettes. On se dirige vers un étroit vallon surplombé par la cime élégante de la Grande Lance de Domène. Après le franchissement d’un premier ressaut, on débouche

28


70%

au bas d’un petit cirque fermé par une puissante barre rocheuse où s’écoule une belle cascade. On aborde alors la partie la plus musclée de la balade. En été, un sentier se faufile entre les blocs et les pentes d’éboulis. Avec la présence de la neige, il faut prendre plus sur sa gauche avant d’amorcer une traversée à flanc de montagne qui peut être délicate si la neige est gelée : les crampons peuvent être utiles. Le vallon qui protège les lacs du Doménon, pris par les glaces jusqu’au mois de juin, a quelque chose de magique pour son caractère sauvage et typiquement alpin. En période estivale, le contraste des couleurs entre le bleu intense de l’eau, la blancheur des névés et les teintes ocre et rouges des éboulis offre des images magnifiques. C’est le terme de la balade.

23:11

Lance de Domène qu’on aperçoit sur la gauche, soit vers la Croix de Belledonne pour réaliser une des plus belles et des plus engagées balades du massif. Dans ce dernier cas, il faut d’abord prolonger la marche vers le fond du vallon et, par la Grande pente, si bien nommée, gagner le col de Belledonne, puis le sommet de la Croix. Le panorama porte jusqu’aux Cévennes et au mont Ventoux. #

Encore plus haut Les bons randonneurs seront bien sûr tentés de poursuivre au-delà des lacs, soit en direction du col de Freydane qui ferme le vallon, soit en direction de la Grande

29

Jean Daumas Difficulté : •••• Temps : 4 heures pour le refuge de la Pra et 6 heures pour les lacs du Doménon. Dénivellation : de 800 m (la Pra) à 1 100 m (Doménon). Carte de référence : carte IGN Chamrousse Belledonne 3335 OT. Départ : en hiver et au début du printemps, des granges de Freydière et, en été, du parking Pré Raymond.


4G

Séniors à l’affiche

60%

23:11

Donnez votre sang jusqu’à 70 ans Donner son sang prend peu de temps, ne fait pas mal et permet de sauver des vies. Et c’est possible jusqu’à 70 ans, sauf contre-indications médicales.

D

© Auremar - stock.adobe.com

ix mille dons par jour sont nécessaires pour subvenir aux besoins de sang en France. L’Établissement français du sang (EFS) réalise près de 3 millions de prélèvements par an, mais certaines périodes comme les vacances scolaires ou les épidémies saisonnières peuvent entraîner des pénuries. On compte 1,6 million de donneurs, dont seulement 10 % ont plus de 50 ans (7 % entre 50-59 ans, 1 % entre 60-65 ans, 2 % entre 66-69 ans). Or, il est désormais possible de donner son sang jusqu’à 70 ans.

Des conditions selon les âges À condition de peser au moins 50 kg, les jeunes séniors peuvent donc participer à cet acte solidaire, anonyme et sécurisé. Avant chaque don, un entretien préalable avec un médecin de l’EFS permet de déterminer s’il existe des contre-indications. Par exemple, la prise d’antibiotiques ou une intervention chirurgicale récente. Si vous avez plus de 60 ans et si vous n’avez jamais donné votre sang, le premier don devra obligatoirement être autorisé par le médecin responsable du prélèvement et un dosage d’hémoglobine sera effectué afin d’identifier tout risque d’anémie. À partir de 65 ans, seul le don total de sang (constitué essentiellement de globules rouges) est autorisé. Ne le sont pas les dons spécifiques de plaquettes ni de plasma. Après 70 ans révolus, seuls les dons à caractère exceptionnel sont admis avec une dérogation pour ceux qui ont un sang rare dont le prélèvement est nécessaire pour répondre à une situation d’urgence thérapeutique.

Gros besoins de sangs O+ et OLes rhésus sanguins O sont les plus recherchés. Groupe le plus commun (36 % de la population), O+ peut être transfusé à tous les O, A, B, AB positifs. Oest en revanche très rare (6 % de la population) mais peut être donné à tout le monde, y compris aux porteurs d’un rhésus négatif. C’est le seul groupe transfusé aux nourrissons de moins d’un mois et dédié aux urgences vitales lorsqu’on ne connaît pas le groupe sanguin de la victime. Les personnes O- ne peuvent en revanche recevoir que du O- ! L’âge moyen des transfusés est de 65 ans. Les femmes peuvent donner leur sang quatre fois par an maximum et les hommes, six fois, avec huit semaines minimum entre deux prélèvements. La prise de sang proprement dite dure environ dix minutes mais il faut compter une heure, accueil, entretien médical et temps de repos compris. La collation est offerte. # APEI-Actualités

31

Bien réveillés, bien informés France Bleu Isère Matin

05H - 09H

Ecoutez, on est bien ensemble

francebleu.fr


CHANGEONS NOS

VIEUX POÊLES ! (et nos vieilles cheminées)

Comment bénéficier de la Prime Air Bois ?

Plus d’info sur :

lametro.fr/primeairbois

Graphisme : Studio Bambam / mise en page : Grenoble-Alpes Métropole

Sous conditions de ressources


4G

Séniors à l’affiche

60%

23:11

Quel miel pour quel bienfait ? Le miel a de nombreuses vertus thérapeutiques, préventives et curatives. Petit guide d’apithérapie pour toute la famille. Pour être en forme

Pour être zen et bien dormir

Voilà le premier intérêt de consommer une cuillère à soupe de miel au quotidien : faire le plein de bons sucres, de minéraux et d’oligo-éléments (calcium, potassium, magnésium, manganèse, fer, cuivre, bore, silicium…). Pour obtenir les meilleurs bienfaits énergétiques, misez sur les miels de forêt (châtaignier, chêne ou sapin) qui sont recommandés en cas de fatigue et d’anémie. Sont également bénéfiques les miels de colza, de romarin, de toutes fleurs des montagnes. Quant au miel d’acacia, un des plus vendus pour son pouvoir sucrant et sa douceur, il est également recommandé pour les enfants en pleine croissance.

Le miel de citronnier est un déstressant naturel. Les miels de fleur d’oranger, de lavande, de tilleul et de romarin sont aussi d’excellents relaxants, agissant contre l’anxiété, l’hypertension et favorisant le sommeil.

Pour bien respirer C’est bien connu, le miel aide à soulager les infections de la sphère ORL, adoucir la gorge, soigner un rhume, une trachéite, une pharyngite et même diminuer l’asthme. Le miel de thym, antiviral et antiseptique, et le miel de sapin sont particulièrement indiqués dans ces cas. Le miel d’acacia est à nouveau un bon choix, tout comme le miel d’eucalyptus et de lavande.

Pour bien bouger En cas d’arthrose et autres rhumatismes, choisissez les miels de châtaigner et de romarin.

Pour les femmes Le miel d’aubépine est efficace contre les bouffées de chaleur, le miel de tilleul pour soulager les règles douloureuses. Enceinte, privilégiez les miels de fleurs de montagne, de lavande, d’oranger et de tilleul. À la ménopause, les miels toutes fleurs ou de lavande. #

Pour bien digérer Le miel est un excellent prébiotique. Sélectionnez les miels d’acacia et de serpolet pour régulariser la digestion, et le miel de thym pour combattre la gastro-entérite.

Pour la peau

© Nitr - stock.adobe.com

En application cutanée cette fois-ci, le miel de thym est très efficace pour aider la peau abîmée à cicatriser en cas de plaies, acné, brûlure, eczéma, érythème, psoriasis… Vous pouvez aussi utiliser les miels de lavande et de châtaignier.

33

Claire Lelong-Lehoang (APEI-Actualités)


4G

Séniors à l’affiche

80%

23:11

Alain Bortolin Figure bien connue dans le monde économique grenoblois, Alain Bortolin a été pour beaucoup le visage de Schneider Electric dans notre région. Passionné par notre territoire, il y est toujours très actif, même depuis son départ à la retraite.

A

rrivé dans la région grenobloise il y a maintenant une vingtaine d’années, Alain Bortolin y a dirigé les sites de Schneider Electric. Il s’est aussi engagé au sein de la chambre de commerce et d’industrie de Grenoble, où il est resté actif après avoir pris sa retraite.

Mon parcours

« Je suis ingénieur de formation et j’ai commencé ma carrière dans une entreprise qui s’appelait Télémécanique et qui a été rachetée par Schneider en 1988. Dix ans plus tard, après que Schneider soit devenu majoritaire au capital de Merlin Gerin, j’ai été amené à rejoindre les équipes de cette entreprise dans la région grenobloise. J’y ai occupé plusieurs postes, avant de devenir en 2012 le directeur des sites pour le bassin grenoblois. Entre autres responsabilités, cela m’a amené à piloter un important projet : la réorganisation des implantations immobilières du groupe. Il s’agissait d’optimiser le dispositif mais aussi d’accompagner les transformations qui s’opéraient alors, tout en facilitant le collaboratif, en interne comme en externe. L’idée était de construire de nouveaux bâtiments à partir des métiers exercés par les collaborateurs et de regrouper ceux qui travaillaient sur un même projet. J’ai convaincu la direction générale de réaliser un important investissement à Grenoble. »

Ma retraite

« Comme je travaillais sur un projet passionnant, j’ai pris ma retraite assez tard par rapport à la moyenne du groupe. Ce qui m’a permis de la préparer au mieux. J’ai gardé en mémoire un conseil que m’avait donné l’ancien pdg de Schneider Electric, Henri Lachmann : il faut conserver du sens à sa vie. C’est ce qui m’a amené à m’engager à la chambre de commerce et d’industrie de Grenoble. Je participe aussi aux actions du Groupement des entreprises en faveur de la lutte contre le cancer. Une initiative lancée à l’époque par Paul-Louis Merlin pour soutenir la recherche et les malades. »

Mon action à la CCI

© Dovemed

« Je suis aujourd’hui vice-président de la CCI de Grenoble à l’industrie et aux services associés. J’y ai retrouvé un autre projet immobilier, puisque la chambre doit déménager d’ici 2020. Je travaille aussi sur des thématiques comme la révolution numérique et ses conséquences pour les plus petites structures. C’est un sujet majeur, car les enjeux en termes d’emplois y sont très conséquents. Je m’intéresse aussi au sujet de l’usine 4.0, que nous essayons d’expliquer au mieux aux professionnels de la région. » # Propos recueillis par Pierre Guerry

CV Express • 1978 : débute sa carrière au sein de Télémécanique. • 1988 : Télémécanique est racheté par Schneider. • 1998 : arrive dans la région grenobloise. • 2012 : devient directeur des sites grenoblois de Schneider Electric. • 2016 : élu à la chambre de commerce et d’industrie de Grenoble. • 2017 : départ à la retraite.

35


4G

Séniors à l’affiche

Le scialet de Malaterre, dans le Vercors

© Jean Daumas

Une balade tranquille dans les forêts de Corrençon, agrémentée par la découverte d’un site spéléologique et de magnifiques points de vue.

E

n période estivale, plusieurs routes forestières permettent de s’approcher du scialet en quelques minutes de marche. C’est pourquoi, il est préférable de réaliser cette balade en hiver ou au début du printemps pour profiter d’un tonique et agréable cheminement au cœur de la forêt enneigée à travers un maillage de sentiers permettant de réaliser de nombreuses variantes. Plusieurs parcours longent parfois les pistes de ski de fond du domaine de Corrençon-Bois Barbu. Il est donc essentiel de marcher en bordure des pistes pour favoriser une parfaite cohabitation entre les passionnés de skating et les marcheurs.

Les trois fontaines La première partie de la balade se déroule sur les pentes des Trois Fontaines, qui s’élèvent doucement au-dessus du golf de Corrençon. Le plus logique consiste à prendre la direction de la Glacière et de profiter des larges clairières qui s’ouvrent au départ pour bénéficier de belles échappées sur le massif de la Grande Moucherolle et les crêtes du Gerbier. Un petit crochet permet de se rendre à la Glacière si on

ne connaît pas le site. La marche se prolonge par un parcours intimiste en sous-bois jusqu’au carrefour de la Glacière, à l’intersection de plusieurs sentiers (panneaux).

La cabane de Malaterre La prochaine étape de la balade consiste à rejoindre la cabane de Malaterre. Il est possible d’emprunter l’itinéraire qui part tout droit, mentionné par un panneau, pour un trajet direct et surtout plus discret qui s’enfonce directement dans la forêt. On peut aussi préférer un parcours plus facile en prenant sur sa droite une bonne trace de raquette à neige qui longe une piste de ski de fond. En une petite demi-heure, on atteint la cabane de Malaterre, nichée au creux d’une belle clairière, au croisement de plusieurs itinéraires. On peut profiter d’un arrêt à la cabane pour des repas ou boissons dans un cadre original digne du XVIIIe  siècle !

Autour du scialet Un panneau indique la direction du scialet de Malaterre par un itinéraire qui longe une piste de ski de fond qu’il faut suivre sur près de 600 m, tout en profitant de su-

36


70%

La descente en aval de la cabane peut se dérouler par le parcours emprunté à la montée ou profiter du maillage des sentiers pour s’attarder dans les sous-bois en passant par Sapin Bellier ou Pré Pansu. # Jean Daumas Difficulté : •• Temps : 4 heures. Dénivellation : 450 m. Carte de référence : carte IGN Villard-de-LansMont-Aiguille 3236 OT. Balisage : panneaux de randonnée, marques jaunes, marques jaunes et vertes. Départ : de Corrençon-en-Vercors, à 40 kilomètres de Grenoble, en passant par Sassenage, Engins et Villard-de-Lans. Laisser son véhicule sur le parking du foyer de ski de fond (panneaux).

Mutuelle Entrenous, régie par le Livre II du Code de la Mutualité, enregistrée à l’INSEE sous le n°309 244 648.

perbes points de vue sur les plus hautes cimes du Vercors, notamment la Grande Moucherolle et la Tête des Chaudières. Il ne faut pas rater le sentier plus étroit qui part sur la droite, mentionnant le scialet de Malaterre à 500 m. C’est la plus belle partie de la balade pour son caractère sauvage et pour la beauté des sous-bois qui rassemblent de nombreuses essences (fayards, érables, sapins, épicéas…). Au lendemain d’une chute de neige, la marche offre un régal pour les yeux, dans un environnement feutré et féerique. Le parcours ne pose pas de difficulté particulière et s’élève par quelques petits ressauts avant d’atteindre les grillages qui protègent le scialet, but de la balade. Pour le retour, on peut revenir par le même itinéraire ou prolonger la marche en amont du scialet et rejoindre la route forestière de Malaterre (piste de ski de fond). En prenant sur sa gauche, on revient sur la cabane tout en profitant des nombreux points de vue.

23:11

Toujours plus proche de vous !

Adapter vos garanties à vos besoins Suivre votre dossier de A à Z

Bénéficiez d'un réseau d'agences et de centres de santé de proximité

Se comprendre et vous accompagner ! www.mutuelle-entrenous.fr Des interlocuteurs toujours plus proches

Siège social 27 allée Albert Sylvestre - Oméga - Polygone IV - 73000 CHAMBERY Centre de gestion 34 avenue Marcelin Berthelot - 38029 GRENOBLE Cedex 2

37

Notre réseau d’agences

AIX-LES-BAINS COGNIN CHAMBÉRY CHALLES LES-EAUX VOIRON CROLLES

ALBERTVILLE

MOÛTIERS

SAVOIE SAINT-JEAN DE-MAURIENNE

GRENOBLE

ISÈRE

Près de

50 000 personnes protégées


4G

Séniors à l’affiche

Sélection L’art : entre liberté et censure Thomas Schlesser, le directeur de la fondation Hartung-Bergman, est un conférencier exceptionnel, généreux et spontané. Invité par les Amis du musée de Grenoble, il vous proposera une conférence sur le thème « Art, censure et liberté d’expression : un triangle explosif ». Celle-ci fera sans aucun doute écho à son livre L’art face à la censure et vous emmènera sur les traces des œuvres de Véronèse, du Caravage, de Daumier ou de Godard, dont l’inventivité et le courage ont largement contribué à l’émancipation des peuples. Lundi 14 janvier, à 19 h 30, au musée de Grenoble. 04 76 63 44 29. amismuseegrenoble.org

© Dovemed

Conférence

Fascinante immersion dans l’Égypte antique, au musée de Grenoble Servir les dieux d’Égypte - Divines adoratrices, chanteuses et prêtres d’Amon à Thèbes est une exposition exceptionnelle à plus d’un titre. Comme le souligne le directeur du musée de Grenoble, Guy Tosatto, elle l’est par son thème, l’Égypte étant la face cachée des collections du musée ; par son ampleur, quelque 270 objets et œuvres d’art jalonnant les salles ; par son partenariat avec le musée du Louvre et des prêteurs prestigieux tels que le British Museum ou le musée de Hanovre ; ainsi que par sa saisissante scénographie, imaginée par Cécile Degos pour l’occasion.

Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, 1830, musée du Louvre

Exposition

Ballets jazz de Montréal : virtuosité et modernité Les Ballets jazz de Montréal sont fidèles à La Rampe d’Échirolles. Ils reviennent cette saison avec un programme flamboyant, composé d’O Balcao de Amor d’Itzik Galili, de Kosmos d’Andonis Foniadakis et de Rouge de Rodrigo Pederneiras. Réputés autant pour leur virtuosité que pour leur expressivité, à la croisée du classique et des autres courants de la danse, les danseurs des BJM promettent une fois encore de nous surprendre. Danse

Mardi 12 et mercredi 13 février, à 20 h, à La Rampe, à Échirolles. 04 76 40 05 05.

© Anne Gayan

Jusqu’au dimanche 27 janvier 2019, au musée de Grenoble. 04 76 63 44 44. www.museedegrenoble.fr

Un « Menteur » indémodable et métissé à la MC2 de Grenoble Aussi drôle qu’indémodable, la dernière comédie de Corneille, Le menteur, sera prochainement jouée à la MC2 de Grenoble. Mise en scène de façon très contemporaine par Julia Vidit et portée par une distribution métissée, cette pièce vous embarque, une fois encore, à la suite de Dorante, prêt à tout pour séduire la belle Clarice. Mensonges, imbroglios, fourberies… sont au menu de ce spectacle, brillamment interprété par des comédiens facétieux. Théâtre

Du mardi 15 au samedi 19 janvier, salle Georges Lavaudant, à la MC2, à Grenoble. 04 76 00 79 00.

38


30%

23:11

Les chansons de Dalida, revisitées avec brio par Luz Casal On ne présente plus Luz Casal, dont la voix a depuis longtemps ensorcelé le public. Et on se réjouit qu’elle s’empare aujourd’hui d’un répertoire qui lui va si bien, celui de la grande Dalida. Entre les deux artistes, c’est déjà une longue histoire. Tout a commencé en 1991, lorsque le réalisateur Pedro Almodovar a demandé à Luz Casal d’interpréter Piensa en mi et Un ano de amor pour Talons aiguilles. Aujourd’hui, la chanteuse livre onze titres de Dalida, choisis avec soin, adaptés en espagnol pour certains et surtout interprétés à sa façon. D’où le titre de ce récital : Dalida a mi manera. Un magnifique concert en perspective au Théâtre de Grenoble.

© Outumuro

Chanson

Vendredi 1er février, à 20 h 30, au Théâtre municipal de Grenoble. 04 76 44 03 44.

Voyage poétique au cœur du Japon, au musée de l’Ancien Évêché À l’occasion de l’événement national « Japonismes 2018 : les âmes en résonance », qui marque le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France et le 150e anniversaire de l’ère Meiji, les musées isérois se mettent à l’heure japonaise. Le musée de l’Ancien Évêché, à Grenoble, a ainsi choisi de s’intéresser à la montagne et au paysage dans l’estampe japonaise. Bien lui en a pris ! La période Edo (1600-1868) compte en effet de nombreux trésors, peints par les plus grands maîtres de l’époque, tels que Hiroshige et Hokusai. Ainsi, une centaine d’œuvres, aux compositions remarquables et aux couleurs hypnotiques, vous feront voyager à travers le Japon, à la découverte de ses incroyables paysages. Une exposition pleine d’exotisme et de poésie. Exposition

DR

Du 8 décembre 2018 au 31 mars 2019, au musée de l’Ancien Évêché, à Grenoble. 04 76 03 15 25. ancien-eveche-isere.fr

Les noces de Figaro, version musique de chambre Début 2019, Les Musiciens du Louvre seront en tournée en Isère avec Petites noces de Figaro. Porté par la soprano Judith Fa, le baryton Laurent Deleuil, les violonistes Laurent Lagresle et Geneviève Staley-Bois, l’altiste Nadine Davin et la violoncelliste Aude Vanackère, ce programme de musique de chambre vous permettra de redécouvrir la musique de Mozart et le livret de Lorenzo Da Ponte. Vous serez plongé dans l’Espagne du XVIIIe siècle, à Séville précisément, où la camériste Suzanne et le valet Figaro s’apprêtent à se marier… mais c’est sans compter sur le comte qui ne voit pas leur bonheur d’un si bon œil. Une œuvre formidable entre farce et satire, dont on ne se lasse pas ! © Laurent Barbotin

Art lyrique

Du 18 janvier au 3 février, à Viriville, La Garde, Miribel-les-Échelles, Champagnier, Chirens, Saint-Jean-d’Hérans, Saint-Hilaire-du-Rosier, Le Grand-Lemps, Saint-Étienne- de-Crossey, Venon et Le Pin. 04 76 42 43 09. mdlg.net

39


4G

Séniors à l’affiche

80%

23:11

Christian Chédru Être acteur de projets liés à l’alimentation a toujours passionné Christian Chédru. Après un parcours professionnel dédié à la restauration collective, il s’est investi depuis 2016 au sein de la Banque alimentaire de l’Isère, afin d’apporter son expérience et son énergie.

R

endre service et faire plaisir grâce à l’alimentation : c’est ce qui a guidé Christian Chédru dans les différents métiers qu’il a exercés en restauration collective. C’est ce qui l’anime encore aujourd’hui comme président de la Banque alimentaire de l’Isère.

Mon parcours

« Toute ma carrière professionnelle a tourné autour de l’alimentaire et de la restauration. Adolescent, j’aidais les vendeurs sur les marchés. C’est ce qui m’a donné le goût des aliments. Après mes études en cuisine, je me suis dirigé vers la restauration collective pour préserver ma vie de famille. Entre 1979 et 2004, j’ai travaillé dans un groupe privé de restauration collective, où j’ai occupé différentes fonctions : chef de cuisine, gestionnaire de cuisine centrale, formateur… Si j’ai effectué une grande partie de ma carrière en région parisienne, je suis venu m’installer à Grenoble en 1995, car j’y avais des attaches familiales. En 2004, je suis devenu chef du service Restauration à la Ville de Grenoble, ce qui représentait deux cuisines et 10 000 repas préparés chaque jour. Je me suis occupé de la gestion des équipes, du budget et des bâtiments, jusqu’à ma retraite en 2016. »

Mon engagement associatif

« En 2013, j’ai été sollicité pour travailler sur la concrétisation du projet de la cuisine Trois étoiles solidaires, qui permet de cuisiner des produits frais (viandes, poissons et légumes). Les barquettes sont ensuite données aux associations partenaires de la Banque alimentaire de l’Isère, qui les redistribuent à leurs bénéficiaires. Cela n’a pas pu se faire sur Grenoble intra-muros, mais au collège Marc Sangnier, à Seyssins, avec le Département. Le local a été aménagé, mais il manquait le chef d’orchestre pour organiser la cuisine. J’ai proposé de remplir cette mission pendant six mois, au démarrage. En avril 2016, l’ancien président Bernard Perry, qui souhaitait passer le relais, m’a proposé de lui succéder. J’ai été élu et c’est très intéressant de travailler en équipe, avec les bénévoles. J’ai pris ces responsabilités en pensant aux 5 800 bénéficiaires qui sont démunis. Même si on ne meurt pas de faim en France, on peut mourir de mal manger. »

Mes projets avec la Banque alimentaire de l’Isère

© Dovemed

« Avec le conseil d’administration, nous nous sommes fixé plusieurs objectifs, car nous devons être acteurs face à un environnement qui bouge : la continuité dans l’accompagnement des associations partenaires ; le bien-être de nos bénévoles ; un accent renforcé sur la santé publique et l’équilibre nutritionnel à travers des actions en direction des bénéficiaires, des écoliers, des étudiants… La force de la Banque alimentaire de l’Isère est sa très grande réactivité. » # Propos recueillis par Caroline Fouché

CV Express • 1979 : commence à travailler au sein d’un groupe privé spécialisé en restauration collective, d’abord en région parisienne, puis à Grenoble. • 2004 : est nommé chef du service Restauration à la Ville de Grenoble. • Octobre 2015 - avril 2016 : devient le chef de cuisine pour la cuisine Trois étoiles solidaires, portée par la Banque alimentaire de l’Isère. • Avril  2016 : est élu président de la Banque alimentaire de l’Isère. Il est aussi président régional de la Banque alimentaire Auvergne-Rhône-Alpes.

41


GE S TION LOCATI V E

Quel lien entretenez-vous Mettre votre bien immobilier en visibilité, rechercher pour vous un locataire solvable, vous décharger du juridique, du fiscal, des travaux… Nous en avons les compétences et l’expérience. Notre différence, c’est que nos mandats de gestion sont sans engagement. Nous construisons ainsi avec nos propriétaires bailleurs une relation saine, qui repose avant tout sur la confiance et la satisfaction. Si c’est bien cela que vous attendez de votre agent immobilier, contactez-nous !

22 bis av. Maréchal-Randon • 38000 Grenoble Tél. 04 76 51 50 50 grenoble@ileverte.fr • www.ileverte.fr RCS GRENOBLE B 316 643 394 - Adhérent FNAIM n° 19755X Vanessa BORGHI titulaire de la carte n° 1666 délivrée par la CCI de Grenoble

- 9306 - 02-2017 - Photo : Shutterstock, île verte immobilier.

avec votre agent immobilier ?


4G

Séniors à l’affiche

20%

23:11

Comment préparer sa retraite et bien la vivre ? La retraite est un moment important, qu’on ne vit qu’une seule fois ! Dans le cas de carrières complexes notamment, l’assuré peut avoir besoin d’être informé et rassuré à l’approche de son départ à la retraite, par exemple pour comprendre l’impact de son choix sur le montant de ses futurs droits. Avant le passage à la retraite L’accompagnement commence bien avant le passage à la retraite. Dans le cadre du droit à l’information, l’assuré est informé tout au long de sa vie professionnelle. Trois types de courriers lui sont adressés : - au début de sa carrière, un document d’information générale sur la retraite. - à partir de 35 ans, et tous les cinq ans, un relevé de situation individuelle, courrier commun aux organismes de retraite obligatoire, récapitulant l’ensemble de ses droits acquis, tous régimes confondus. - à partir de 55 ans, ce courrier inclut une estimation indicative globale du montant de la future retraite, selon l’âge de départ envisagé.

sation) ou qui se trouvent en situation particulière en fin de carrière (chômage, maladie, invalidité, bénéficiaire RSA…) : un rendez-vous peut-être proposé dans l’une des agences de la Carsat. C’est un moment d’échange privilégié avec le technicien conseil retraite pour vérifier que la Carsat dispose de toutes les informations nécessaires au calcul du droit, réaliser une estimation du montant de la future retraite, fixer la date de départ, donner des explications sur la législation ou des conseils pour les démarches. - Pour les assurés en situation de fragilité (invalidité, handicap, bénéficiaires des minima sociaux, veuvage…), un accompagnement spécifique peut être mis en place, en fonction de leur situation, afin de faciliter leurs démarches et d’assurer la continuité des droits.

Au moment du passage à la retraite La Carsat Rhône-Alpes accompagne les assurés, en fonction de leur situation et de leurs besoins. - Si le parcours professionnel ne présente pas de difficulté particulière (carrières linéaires et/ou complètes), la majorité des démarches peut se réaliser très simplement, à distance. Pour bien préparer sa retraite, l’assuré a accès à de nombreux services en ligne, sécurisés et gratuits : après création de son espace personnel, il peut notamment télécharger son relevé de carrière (et éventuellement, demander une régularisation deux ans avant son départ), déclarer des trimestres pour enfants, évaluer le montant de sa future retraite en fonction de différentes hypothèses de départ. Il dispose ainsi de tous les éléments nécessaires pour choisir sa date de départ et effectuer sa demande de retraite. Au moment de sa demande de retraite personnelle (ou dans le cadre d’une demande anticipée pour carrière longue), l’assuré peut déposer son dossier en ligne, depuis son domicile. Le service est simple, rapide et sécurisé : en six étapes, il valide sa demande et joint les pièces justificatives, sans contrainte de déplacements et de délais postaux. Durant toute la phase de traitement de son dossier, il peut également transmettre les éventuelles pièces manquantes et suivre l’avancement de son dossier en se connectant à son espace personnel (même s’il n’a pas effectué sa demande en ligne). - Pour les assurés dont le parcours professionnel est plus complexe (employeurs multiples, différents régimes de retraite, carrière en dents de scie, périodes sans coti-

43

•••


4G

Séniors à l’affiche

•••

20%

Les pièges à éviter

23:11

Les fonctionnaires

Deux ans avant le départ à la retraite, les assurés peuvent vérifier que leur relevé de carrière est bien à jour. Si ce n’est pas le cas, cela permettra de le régulariser en amont et de faciliter les démarches au moment de la demande de retraite. La retraite n’est pas versée automatiquement. Il est essentiel d’anticiper vos démarches entre quatre et six mois avant la date de départ souhaitée : c’est l’assurance d’un passage à la retraite sans rupture de ressources. Pour tout dossier de demande de retraite complet et déposé dans les délais impartis, la Carsat s’engage ainsi à assurer un premier versement à l’assuré au début du mois qui suit sa date de départ, pour éviter toute interruption de ressources.

Gérer sa retraite Après création de leur espace personnel sur le site www.lassuranceretraite.fr, les retraités ont accès à des nombreux services personnalisés, gratuits et sécurisés, pour gérer leur retraite : consulter les derniers paiements, télécharger une attestation de paiement, signaler un changement d’adresse ou de coordonnées bancaires, connaître le montant à déclarer à l’administration fiscale…

Tout fonctionnaire peut bénéficier d’une retraite à taux plein, c’est-à-dire sans décote, à partir de l’âge minimum autorisé de départ en retraite, s’il justifie d’un nombre de trimestres d’assurance. Ce nombre varie en fonction de sa date de naissance. La durée de service pour obtenir une retraite de la fonction publique à taux plein est de 165 trimestres pour les assurés nés en 1953 et 1954. Cette durée passe à 166 trimestres pour les assurés nés en 1955, 1956 et 1957 ; à 167 trimestres pour ceux nés en 1958, 1959 et 1960 ; à 168 trimestres pour ceux nés en 1961, 1962 et 1963, etc. Les fonctionnaires titulaires dépendent de régimes spéciaux, alors que les fonctionnaires non-titulaires cotisent au régime général et à l’Ircantec. Les personnes qui ont fait des études supérieures peuvent procéder au rachat de trois années moyennant une somme forfaitaire pour que ces années soient prises en compte dans la durée de service et le calcul de la pension. #

Bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour bien vieillir Depuis 2014, la Carsat Rhône-Alpes propose une offre de services en ligne accessibles sur www.carsat-ra.fr. Les « services + » permettent de bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour « bien vieillir ». Après avoir créé leur compte personnel, les retraités ont la possibilité de : - réaliser un bilan en prévention personnalisé, en complétant un questionnaire d’auto-évaluation. Un coaching téléphonique en prévention est proposé aux retraités présentant un risque de fragilité. - consulter le programme et s’inscrire à des conférences et ateliers thématiques gratuits, organisés sur l’ensemble du territoire régional, afin de bénéficier d’informations et de conseils sur les comportements à adopter pour bien vivre sa retraite, sur des thématiques variées  : mémoire, alimentation/nutrition, gestion du stress, sommeil, prévention des chutes, activité physique adaptée… - participer à un atelier mémoire en visioconférence. - pré-examiner leur situation pour une aide au maintien à domicile. #

Pratique • 39 60 : numéro unique de l’assurance-retraite. Du lundi au vendredi, de 8 h à 17 h (0,06€/mn + prix d’appel). • 09 71 10 39 60 pour appeler de l’étranger, d’une box ou d’un mobile. • www.lassuranceretraite.fr

45

Pratique

• www.service-public.fr


UN ACTEUR À L’ÉCOUTE DE VOS PRÉOCCUPATIONS

TRAVAUX EN COURS

SEYSSINS Le Clos des Trémières - www.fx-comunik.fr - Septembre 2018 - Persp. LD3D - Document non contractuel

LIVRAISON 2018

GRENOBLE Les Iris LIVRAISON 2019

LANCEMENTS

MEYLAN Pierre de Ronsard*

GIÈRES L’Ambiance & l’Essentiel*

VARCES L’Athéna

* Co-réalisations Edifim-Coppa

I 04 76 17 13 55

DOMÈNE L’Archange*


4G

Séniors à l’affiche

20%

23:11

L’Agirc et l’Arrco, les régimes complémentaires des cadres et des salariés L’Agirc et l’Arrco L’Agirc (Association générale des institutions de retraite complémentaire des cadres) gère le régime de retraite complémentaire des cadres du secteur privé de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture. L’Arrco (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) gère le régime de retraite complémentaire de l’ensemble des salariés du secteur privé de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture, cadres compris. Au 1er janvier 2019, l’Agirc et l’Arrco fusionneront et deviendront le régime Agirc-Arrco. La nouvelle valeur du point Agirc-Arrco sera la valeur du point Arrco. Les points Agirc seront convertis en point Agirc-Arrco et tous les retraités qui prennent leur retraite à compter du 1er janvier 2019 n’auront plus qu’une seule retraite complémentaire des salariés.

Quelles démarches entreprendre ? Quatre à six mois environ avant la date de départ en retraite souhaitée, il faut demander votre retraite complémentaire en prenant contact avec le Centre d’information, de conseil et d’accueil des salariés (Cicas). Il vous enverra alors des documents (à compléter, à signer et à retourner à l’adresse indiquée), avec la liste des pièces justificatives à fournir. Vous pouvez aussi faire votre demande de retraite en ligne sur le site Internet : www.agirc-arrco.fr.

À quelles conditions ? Avant 67 ans, vous pouvez profiter d’une retraite complémentaire à taux plein, si bénéficiez d’une retraite à taux plein du régime de base. Cependant, les personnes nées à partir du 1er janvier 1957 et qui prendront leur retraite à partir du 1er janvier 2019, se verront appliquer des coefficients de solidarité : • Minoration temporaire de 10% du montant de la retraite complémentaire pendant trois ans (la minoration cesse à 67 ans) s’ils partent en retraite dès l’obtention du taux plein au régime de base • Retraite à 100% si départ un an après avoir rempli les conditions du taux plein au régime de base • Majoration temporaire de 10% du montant de la retraite complémentaire pendant un an si départ décalé de deux ans • Majoration temporaire de 20% du montant de la retraite complémentaire pendant un an si départ décalé de trois ans

• Majoration temporaire de 30% du montant de la retraite complémentaire pendant un an si départ décalé de quatre ans Les personnes qui ne sont pas soumises à la CSG, qui partent à la retraite au titre du dispositif amiante, de l’inaptitude, de l’éducation d’un enfant handicapé, d’aidant familial ou de salarié handicapé, de retraite progressive ou qui remplissaient les conditions avant le 1er janvier 2019 et qui ont différé leur départ ne sont pas soumises à cette minoration temporaire. Vous pouvez également bénéficier d’une retraite complémentaire à taux plein, sans condition de durée d’activité, si vous avez atteint un âge minimum compris entre 65 et 67 ans, en fonction de votre date de naissance. De plus, vous pouvez obtenir votre retraite complémentaire sans avoir rempli les conditions du taux plein auprès du régime de base. Il faut avoir au minimum 57 ans et ne plus acquérir de droit en retraite complémentaire. Le montant de votre retraite complémentaire sera diminué par l’application d’une minoration définitive. D’autre part, le montant de votre retraite complémentaire Arrco et Agirc peut être augmenté, sous certaines conditions, lorsque vous avez des enfants. C’est ce que l’on appelle les majorations pour enfants.

Pension de réversion Lorsqu’un salarié ou retraité décède, une fraction de sa retraite complémentaire est susceptible d’être versée à un ou plusieurs bénéficiaires, appelés ayants droit. Les ayants droit sont : les conjoints non remariés (la veuve ou le veuf, et le cas échéant, l’ex-conjointe ou les exconjointes, l’ex-conjoint ou les ex-conjoints), les orphelins des deux parents. La pension de réversion de la retraite complémentaire est attribuée sans condition de ressources. Pour en bénéficier, il faut avoir 55 ans au moins pour la réversion Agirc-Arrco. #

47

Pratique • En Isère, le Cicas est basé à Grenoble (30, rue AiméPupin). Il reçoit uniquement sur rendez-vous du lundi au jeudi de 9 h à 11 h 30 et de 13 h 30 à 16 h et le vendredi de 9 h à 11 h 30. Les rendez-vous sont pris par téléphone. • Des permanences sont également mises en place à Bourgoin-Jallieu, Crolles, La Côte-Saint-André, La Tour-du-Pin, Rives, Roussillon, Saint-Marcellin, Vienne, Villefontaine, Vizille et Voiron. • 0 820 200 189 ; www.agirc-arrco.fr


4G

Séniors à l’affiche

Les industriels, les commerçants et les artisans indépendants Conditions Depuis janvier 2018, la protection sociale des travailleurs indépendants, auparavant gérée par le RSI, est confiée au régime général de la Sécurité sociale. Durant une période transitoire de deux ans, les indépendants restent en contact avec leur agence de Sécurité sociale pour les indépendants (ancienne caisse régionale RSI). Le travailleur indépendant a la possibilité (et non l’obligation) de prendre sa retraite : à partir de 56 ans, dans le cadre d’un départ anticipé, si les conditions sont réunies ; entre l’âge légal de départ à la retraite et l’âge du taux plein ; à l’âge de la retraite au taux plein automatique et au-delà, la retraite est accordée quelle que soit la durée d’assurance. Depuis le 1er juillet 2011, l’âge légal de départ en retraite est progressivement relevé en fonction de l’année de naissance : de 60 ans (assuré né avant le 1er juillet 1951) à 62 ans (assurés nés à partir du 1er janvier 1955). La durée minimale de cotisation est de 160 à 172 trimestres, selon l’année de naissance des assurés. L’âge de la retraite à taux plein automatique est reporté progressivement : de 65 ans pour

les assurés nés avant juillet 1951 à 67 ans pour les assurés nés en 1955 et après.

Pension de réversion La pension de réversion du régime complémentaire correspond à 60 % des droits du conjoint décédé. La condition d’âge pour l’obtenir est identique à celle de la réversion de la retraite de base : au moins 55 ans si le décès du conjoint est intervenu depuis le 1er janvier 2009. La pension de réversion du régime de base est soumise aux mêmes règles que pour les salariés.

Calcul de la retraite complémentaire Depuis le 1er janvier 2013, le régime de retraite complémentaire est identique pour les artisans et les commerçants. Il se calcule en points, en fonction des cotisations versées. Lors de la demande de retraite, le nombre de points obtenu est multiplié par la valeur du point, différente selon les années d’acquisition du point. Ces valeurs sont fixées par le conseil d’administration

48


20%

de la Caisse nationale déléguée pour la Sécurité sociale des travailleurs indépendants (CNDSSTI). Depuis 2013, la valeur du point est identique pour l’ensemble des indépendants. #

23:11

À noter

L’évolution de la Sécurité sociale pour les indépendants n’aura aucune incidence sur le paiement de la retraite. Les assurés continueront bien à la recevoir tous les mois pour le même montant.

Les professions libérales L’âge légal de départ à la retraite est fixé à 62 ans pour les assurés nés à compter du 1er janvier 1955. Pour les assurés nés entre le 1er juillet et le 31 décembre 1951, il est fixé à 60 ans et quatre mois. Puis, pour les assurés nés entre le 1er janvier 1952 et le 31 décembre 1954, de manière croissante, à raison de cinq mois par génération. Ce recul de l’âge légal de départ à la retraite est applicable aux pensions prenant effet à compter du 1er juillet 2011. L’âge de la retraite requis pour bénéficier d’une pension pleine est fixé à 67 ans pour les assurés nés à compter du 1er janvier 1955. Pour les assurés nés à compter du 1er juillet 1951, il est fixé à 65 ans et quatre mois, puis de manière croissante à raison de cinq mois par génération et dans la limite de 67 ans. Les professionnels libéraux, qui ont commencé à travail-

ler très jeunes et font état d’un nombre de trimestres d’assurance identique à celui exigé par les règles du régime général, peuvent demander leur retraite avant l’âge légal, sous certaines conditions. Les avocats et conseils juridiques (à l’exception des anciens conseils juridiques salariés, devenus avocats salariés et n’ayant pas changé de statut depuis) qui dépendent du régime général des salariés, ne dépendent pas de la CNAVPL, mais de la Caisse nationale des Barreaux français (CNBF). #

Pratique • Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales : www.cnavpl.fr • Caisse nationale des Barreaux français : www.cnbf.fr

Le trait d’union entre vous et le bonheur Cabinet non franchisé Valérie Périnel Plus sérieux qu’un site de rencontres Plus actuel qu’une agence matrimoniale Confiez votre bonheur à une professionnelle : Prix d’excellence 2018 de l’Ordre National des Conseillers en Relations Humaines : Accueil bienveillant, écoute attentive, discrétion et respect de vos souhaits. Profils sérieux et sélectionnés.

6 agences : Grenoble - Voiron - Chambéry - Annecy - Valence - Lyon 1er Rdv confidentiel et offert 06 50 52 99 51 - www.agence-perinel.fr

49


L’HEBDOMADAIRE DE RÉFÉRENCE EN ISÈRE Votre dispositif d’informations locales : • L’actu de vos territoires • L’agenda culturel complet : expos, sorties, balades • Les présentations des spectacles et interviews d’artistes • Toutes les annonces légales et les marchés publics en Isère • Les suppléments thématiques inclus

+

Choisissez la formule de votre choix

+

BULLETIN D’ABONNEMENT

AGDSEN18

Séniors à l’affiche est un hors-série rédactionnel de l’hebdomadaire Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné À retourner à « Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné », Service Abonnements - Immeuble Les Affiches, 6, avenue de l’Europe 38029 Grenoble cedex 2. Par mail : abonnements@affiches.fr

OUI, je m’abonne à « Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné » pour recevoir 52 n° de l’hebdomadaire + les 3 suppléments & 3 hors-séries : 89 € pour 1 an au lieu de 119 € (52 n° + 3 suppléments & 3 hors-séries) au format papier + la version digitale de tous les numéros offerte.

+

+

Mlle

Mme

M.

Société : ..................................................................................................................................................................................................................................................................... Nom* : ............................................................................................................................ Prénom* : ...................................................................................................................... Adresse : .................................................................................................................................................................................................................................................................... Code postal* : ........................................Ville* : ................................................................................................................................................................................................... Téléphone* : ........................................................Email* : .......................................................................................@........................................................................................ * (Obligatoire pour le suivi de votre dossier)

Je choisis mon mode de règlement :

Date et Signature :

Par chèque bancaire (joint) à l’ordre de « Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné » Par prélèvement automatique (joindre un RIB et le bulletin SEPA complété, disponible sur www.affiches.fr/SEPA_AGD.fr)**

**L’intégralité des CGV est disponible sur demande abonnements@affiches.fr au 04 76 84 32 03 ou bien sur www.affiches.fr/CGV_AGD.pdf

J ’ai pris connaissance des conditions générales de vente et d’abonnements spécifiées (CGV)**

Offre valable jusqu’au 31/01/2019

Mes coordonnées :


Profile for Les Affiches

SENIORS 2018/2019 AGD  

SENIORS 2018/2019 AGD

SENIORS 2018/2019 AGD  

SENIORS 2018/2019 AGD

Profile for affiches
Advertisement