Page 1

ventilation hygrorĂŠglable naturelle assistĂŠe


L’ humidité : un facteur déterminant

Qu’elle soit émise par le métabolisme, par l’activité de l’homme ou par les matériaux constitutifs du logement, la pollution se rencontre sous des formes diverses et variées.

L’ h u m i d i t é : u n f a c t e u r

déterminant pour la santé du bâti et des occupants

Sous forme liquide ou vapeur, l’eau figure au premier rang des causes de sinistres dans le bâtiment. De faibles quantités de vapeur suffisent à provoquer des effets directs et indirects sur la santé des individus et sur le bâti. Si une humidité relative comprise entre 40 et 60 % est indispensable au bon fonctionnement du système respiratoire, une humidité trop importante se révèle néfaste à la fois au bâti et à ses occupants. Dans les bâtiments nouveaux ou thermiquement rénovés, le manque de ventilation associé à une isolation et à une étanchéité renforcées peuvent provoquer des dégâts importants causés par l’humidité : condensation sur les ponts thermiques, sur les vitrages, sur le pare-vapeur de l’isolant, dégradation de l’isolant dans les cloisons, …etc. L’excès d’humidité provient principalement de l’activité humaine : La vapeur d’eau produite par la respiration et l’évaporation cutanée ou issue des activités domestiques (toilette, cuisson, vaisselle, lessive, séchage du linge, …), ainsi qu’un volume trop important de plantes vertes contribuent à élever le taux d’humidité intérieure.

Sources d’émission de vapeur d’eau Douche chaude Marmite à ébullition découverte Cuisinière à gaz à grand feu

g/h 2000 900 400

Transpiration d’une personne en activité intense Marmite à ébullition couverte Bain chaud

400

5 Kg de linge à sécher Cuisinière à gaz à petit feu Transpiration d’une personne en activité légère

200

Plat chaud sur une table Respiration d’une personne au repos

350 300 100 100 60 50


Ventiler pour s’adapter aux nouvelles performances thermiques des bâtiments

1

Pour répondre aux nouvelles exigences thermiques et acoustiques des bâtiments d’habitation, les nouvelles constructions et les rénovations sont caractérisées par une enveloppe à l’isolation et à l’étanchéité renforcées (2), alors que les constructions anciennes sont généralement «sur-ventilées» (1) du fait de la présence de fenêtres et de murs extérieurs fuyants et mal isolés.

Plus étanches, les nouvelles constructions et rénovations ne permettent plus à l’air neuf d’entrer naturellement Si les problèmes thermiques ont été résolus par rapport à la situation des constructions anciennes (1), de nouveaux problèmes sont apparus. Dans les nouvelles constructions et rénovations, lorsque la ventilation est absente ou insuffisante, l’air neuf ne peut plus entrer, ce qui engendre des problèmes directement visibles

2

dans le logement. La qualité de l’air se dégrade (2) et l’excédent d’eau contenue dans l’air saturé condense sur les parties les plus froides du logement. Pour faire face à ce nouvel état, il est nécessaire de recréer un circuit de ventilation maîtrisé. Il s’agit de faire entrer l’air neuf par les pièces les moins polluées, et d’extraire l’air vicié par les pièces techniques : - Placer des entrées d’air dans les pièces principales pour faire entrer l’air dans le logement, - Assurer le passage de l’air à l’intérieur du logement en opérant des «détalonnages» (passage sous la porte) sur les portes intérieures, - Placer des grilles ou des bouches d’extraction raccordées à un conduit vertical ou a un ventilateur dans les pièces techniques (cuisine, salle de bain et toilettes). Celles-ci assureront l’extraction de l’air. (L’air ne peut entrer par les pièces principales que parce qu’on en extrait depuis les pièces techniques).


Ventilation naturelle hygroréglable...

1

2

3

1. entrées d’air 2. grilles d’extraction 3. conduit de ventilation

S i m p l i c i t é, s o b r i é t é e t e f f i c a c i t é . . . Ventilation naturelle - traitement collectif de l’habitat collectif Dans l’habitat individuel comme dans l’habitat collectif, la ventilation naturelle exploite les moteurs naturels (le vent et le tirage thermique) pour renouveler l’air au sein du logement. Ces «moteurs» créent une dépression dans le conduit de ventilation (3), ce qui entraîne une circulation de l’air de l’intérieur du logement vers l’extérieur par le conduit de ventilation. L’air intérieur vicié, pour être évacué, nécessite son remplacement par de l’air neuf : celui-ci est admis par les entrées d’air (1) situées au-dessus des fenêtres, dans les pièces principales (chambres et séjour). L’air est ensuite évacué par les pièces techniques (toilettes, salle de bain, cuisine) par des grilles d’extraction (2) : c’est le principe du balayage. Tributaire des moteurs naturels que sont le vent et le tirage thermique, la ventilation naturelle peut être aléatoire : il est nécessaire de la domestiquer. Le procédé hygroréglable, en mesurant le taux d’humidité pour déterminer le débit d’air à offrir, apporte une réponse adaptée à la variabilité des moteurs naturels. Outre sa sobriété énergétique (pas de ventilateur à alimenter), les qualités premières de cette technique de ventilation sont l’acoustique (faibles vitesses d’air) et son entretien réduit.

la ventilation hygroréglable : Une répartition intelligente des débits d’air Dans le logement le jour, les entrées d’air hygroréglables sont plus ouvertes dans le séjour occupé que dans les chambres vides ; la nuit c’est l’inverse qui se produit. De réelles économies sont ainsi obtenues sur les déperditions thermiques, et la qualité d’air est optimale là où elle est attendue par l’occupant, de manière totalement automatique.


...ou ventilation hybride hygroréglable ?

1

2

3

4

1. entrées d’air 2. grilles d’extraction 3. conduit de ventilation 4. ventilateur d’assistance

L’ a s s i s t a n c e m é c a n i q u e p o u r g a r a n t i r l e s d é b i t s d ’a i r t o u t e l ’a n n é e. Ventilation hybride - traitement collectif de l’habitat collectif Au carrefour de la ventilation naturelle et de la ventilation mécanique, la ventilation hybride est un concept nouveau qui consiste à utiliser des composants et le dimensionnement des conduits de la ventilation naturelle couplés à une assistance mécanique non permanente à basse pression. L’assistance mécanique n’est utilisée que pour assister les forces des moteurs naturels lorsque c’est nécessaire. Sa mise en route est automatique ; elle peut être actionnée par une sonde de température ou un pressostat. jour

L’air neuf est admis par les entrées d’air hygroréglables (1) situées au-dessus des fenêtres dans les pièces principales (chambres et séjour). L’air vicié est ensuite évacué dans les pièces techniques plus polluées (toilettes, salle de bain, cuisine) par des grilles d’extraction hygroréglables (2) raccordées au conduit connecté au ventilateur. Ces composants permettent de réguler les débits d’air en fonction des besoins de chaque pièce. La ventilation hybride vise à rassembler les avantages de simplicité d’entretien, de sobriété énergétique, d’acous-

nuit

tique et de fiabilité de la ventilation naturelle avec les performances aérauliques de la ventilation mécanique.


Un fonctionnement en ventilation naturelle possible sans perte de charge

Opti

La conception unique du VBP lui permet de ne pas créer de perte de charge supplémentaire lorsqu’il est à l’arrêt : ses pales centrales sont parallèles au flux d’air, et la pression en fonctionnement est générée par des aubes statiques situées à l’extérieur du flux d’air vertical. Il permet ainsi le fonctionnement normal de la ventilation naturelle lorsqu’il est à l’arrêt.

1

2


Un système complet et performant pour la ventilation hybride

imiser

Optimiser les performances de la ventilation naturelle Facilement installé en débouché des conduits de ventilation naturelle grâce à un astucieux système de fixation, le ventilateur très basse pression VBP (1) permet de maintenir toute l’année des débits d’air satisfaisants sur une installation fonctionnant de base en tirage naturel. Il évite les refoulements notamment en mi- saison et en été, là où les risques sont plus importants, alliant efficacité et sobriété énergétique. Ses performances aérauliques permettent une installation sur des bâtiments d’habitation collectives jusqu’à 7 niveaux., dans le neuf comme en rénovation. Son niveau de pression permet de conserver les conduits existants, sans modifier leur étanchéité.

De conception simple et robuste, les entrées d’air hygroréglables Aereco adaptent automatiquement le débit d’air en fonction du taux d’humidité des pièces principales. Discrètement intégrées à la menuiserie, elles assurent l’amenée de l’air neuf de manière totalement automatique. Des accessoires acoustiques permettent d’atténuer considérablement les bruits extérieurs, jusqu’à 42 dB (Dn,e,w).

Un système efficace de l’entrée d’air à la grille d’extraction La grille d’extraction hygroréglable GHN (2) permet quant à elle de ventiler efficacement les pièces humides en adaptant son débit d’air aux besoins révélés par le taux d’humidité relative. Ses dimensions compatibles avec les orifices des conduits de ventilation naturelle et son design discret permettent une parfaite intégration dans la salle de bain, les toilettes et la cuisine.

1


Parce que la qualité de l’air est reconnue par tous comme élément déterminant du bien-être dans les logements et les bureaux, parce que la maîtrise de l’énergie s’impose aujourd’hui comme préoccupation majeure dans la construction, Aereco conçoit et fabrique depuis près de 25 ans des composants de ventilation innovants à débits modulés dont plus de 1,5 million de logements sont aujourd’hui équippés.

Aereco S.A. 9 allée du Clos des Charmes - Collégien F - 77615 Marne la Vallée Cdx 3 - FRANCE tel: +33 1 60 06 26 63 - fax: +33 1 60 06 22 11 www.aereco.com

FLY252FR

Implantée en France à Marne la Vallée, Aereco possède plusieurs filiales et bureaux de représentation à travers le monde.

FLY252FR-md  

ventilation hygroréglable naturelle assistée g/h Sources d’émission de vapeur d’eau Bain chaud Marmite à ébullition couverte Transpiration d...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you