Issuu on Google+

Couples, adoption, PMA, état-civil…

L’Égalité n’attend plus !

Le Front de Gauche appelle à se mobiliser pour l’égalité des droits et mettre fin aux discriminations à l’encontre des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles ou transgenres (LGBT). Un combat pour l’émancipation Le combat pour l’égalité des droits, sans discrimination d’orientation sexuelle ou d’identité de genre, concerne chacune et chacun d’entre nous. Il s’inscrit dans la lignée des combats historiques et des conquêtes d’émancipation sociale, qu’il s’agisse du droit de vote universel pour les femmes, le droit à disposer de son corps et l’IVG, la fin de toute pénalisation de l’homosexualité en 1982 ou l’adoption du PACS en 1999. Il s’inscrit aussi dans les combats actuels dans lequel s’engage le Front de Gauche contre toutes les discriminations : contre le sexisme et pour le droit des femmes, contre le racisme et pour le droit au séjour des sans-papiers et le droit de vote des résidents étrangers. S’émanciper, c’est devenir libre et acquérir les moyens de s’épanouir. La lutte pour les droits des personnes LGBT, avec ses spécificités, fait partie du combat universel pour transformer la société. Dans toutes les luttes, les droits ne nous sont pas donnés : il faut les gagner !

Un combat pour l’égalité Le fait que les droits au mariage, à l’adoption ou à la procréation médicalement assistée (PMA), soient interdits à des couples de personnes de même sexe, part de l’idée que les personnes LGBT ne sont pas des humains comme les autres. L’inégalité devant la loi est une discrimination, une injustice qui légitime tous les discours homophobes. C’est pourquoi le Front de Gauche avec son programme «l’Humain d’abord» exige que soit établi la pleine égalité de droits déjà existants en les ouvrant à des personnes qui

en sont aujourd’hui exclues. Aujourd’hui, 95 % des PACS sont contractés par des hétérosexuels : c’est la preuve qu’il est possible à la fois de faire reculer l’homophobie et de conquérir des droits au bénéfice de tous. Une fois adoptée, la même loi doit s’appliquer dans toutes les mairies : les personnes LGBT sont des êtres humains à égalité de droits. L’homophobie n’est pas une «clause de conscience» pour tel ou tel maire réactionnaire.

Un combat contre l’homophobie et pour la laïcité Le débat ouvert depuis l’automne sur le projet de loi du gouvernement ouvrant le mariage aux couples de même sexe est l’occasion d’une multiplication de propos et de mobilisations publiques homophobes, lesbophobes, biphobes ou transphobes. Elles sont portées par la droite, l’extrême-droite, les milieux religieux les plus réactionnaires et certains psychiatres médiatisés. La plupart des arguments avancés renvoient à une conception archaïque de la famille, une conception patriarcale qui touche encore trop souvent les femmes et les personnes LGBT. Notre combat est également celui de la défense de la laïcité, contre l’invocation de l’ordre moral. Nous demandons aussi le plein engagement du gouvernement contre les LGBT-phobies et les stéréotypes de genre dans tous les secteurs de la société, avec les moyens nécessaires, au contraire des politiques d’austérité qui limitent l’action des associations et des pouvoirs publics dans ce domaine comme dans d’autres, tout en faisant le lit des discours de haine de l’autre.


Couples, adoption, PMA, état-civil…

Pas de loi «a minima» ! Reculant par rapport aux promesses électorales de François Hollande, le Gouvernement présente une loi «a minima», uniquement sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Il refuse une réforme d’ensemble du droit de la famille qui pourrait répondre concrètement à la diversité des familles d’aujourd’hui. Il oublie également la liberté de choix de son genre à l’état-civil pour les personnes transgenres. Au Front de Gauche, nous voulons une vraie loi d’égalité des droits !

Nous voulons la reconnaissance de toutes les familles Les familles sont diverses et les familles homoparentales sont un élément parmi d’autres de cette diversité. 63 % des enfants de moins de 18 ans vivent avec un couple parental marié, 18 % avec un couple en union libre et 16 % en famille monoparentale. Ils sont 1,2 million à vivre au sein d’une famille recomposée. Toutes ces familles ont le droit de faire partie de la République. L’intérêt de l’enfant est d’être aimé, accompagné, éduqué pour construire son autonomie. Tous les parents adoptifs savent que la parentalité est dans l’amour porté à l’enfant et non dans le lien de sang. La loi doit reconnaître toutes les familles homoparentales, dans l’intérêt des enfants, actuellement privés d’un cadre protecteur et épanouissant. Elle doit faire reposer la filiation légale sur l’engagement parental. Tous les enfants doivent voir leur lien de filiation avec tous leurs coparents reconnu et la loi doit permettre la création d’un statut de beaux-parents pour celles et ceux qui assument ce rôle familial.

➜ l’adoption conjointe hors mariage, notamment dans le cadre du PACS ➜ la signature en mairie de tous les contrats de couples (le PACS comme le mariage) ➜ les mêmes droits pour tous les enfants à la filiation avec l’ensemble de leurs «parents sociaux» ➜ la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes ayant un projet parental ➜ le changement d’état civil libre et gratuit pour les personnes transgenres

ce n a r F n e t u o t r a p Mobilisons-nous assemblements sur tous les r ité des droits ! al g é ’ l e d r u e v a f en

Pellicam • RCS B 622 053 189 • Ne pas jeter sur la voie publique • Papier recyclé

Le Front de Gauche demande d’inclure dans la future loi :


Couples, adoption, PMA, état-civil…

Pas de loi «a minima» ! Reculant par rapport aux promesses électorales de François Hollande, le Gouvernement présente une loi «a minima», uniquement sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Il refuse une réforme d’ensemble du droit de la famille qui pourrait répondre concrètement à la diversité des familles d’aujourd’hui. Il oublie également la liberté de choix de son genre à l’état-civil pour les personnes transgenres. Au Front de Gauche, nous voulons une vraie loi d’égalité des droits !

Nous voulons la reconnaissance de toutes les familles Les familles sont diverses et les familles homoparentales sont un élément parmi d’autres de cette diversité. 63 % des enfants de moins de 18 ans vivent avec un couple parental marié, 18 % avec un couple en union libre et 16 % en famille monoparentale. Ils sont 1,2 million à vivre au sein d’une famille recomposée. Toutes ces familles ont le droit de faire partie de la République. L’intérêt de l’enfant est d’être aimé, accompagné, éduqué pour construire son autonomie. Tous les parents adoptifs savent que la parentalité est dans l’amour porté à l’enfant et non dans le lien de sang. La loi doit reconnaître toutes les familles homoparentales, dans l’intérêt des enfants, actuellement privés d’un cadre protecteur et épanouissant. Elle doit faire reposer la filiation légale sur l’engagement parental. Tous les enfants doivent voir leur lien de filiation avec tous leurs coparents reconnu et la loi doit permettre la création d’un statut de beaux-parents pour celles et ceux qui assument ce rôle familial.

Le Front de Gauche demande d’inclure dans la future loi :

ce n a r F n e t u o t r a p Mobilisons-nous tation pour l’Égalité, s e f i n h a 4 1 M , e l a l l i t e s d a s B t lor r a dép s i r a P à e r b m e dimanche 16 déc

Pellicam • RCS B 622 053 189 • Ne pas jeter sur la voie publique • Papier recyclé

➜ l’adoption conjointe hors mariage, notamment dans le cadre du PACS ➜ la signature en mairie de tous les contrats de couples (le PACS comme le mariage) ➜ les mêmes droits pour tous les enfants à la filiation avec l’ensemble de leurs «parents sociaux» ➜ la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes ayant un projet parental ➜ le changement d’état civil libre et gratuit pour les personnes transgenres


tract "Egalité des droits"