Issuu on Google+

DOSSIER

DOSSIER

Les meilleures intentions du monde Roman de Gabriel Malika Un cas à part‌

PDQQHTXLQ FpOqEUH &H VRQW HQ WRXW plusieurs parcours très diffÊrents qui nous sont donnÊs à lire et qui, tous, RQWSRXUSRLQWGHFRQYHUJHQFH'XEDw

Un concours et une croisière sur le dÊtroit d’Ormuz ,O IDOODLW QpDQPRLQV XQ ÀO GLUHFWHXU &HOXLFL HVW HQ GpÀQLWLYH DVVH] WpQX puisque si les protagonistes ont tous HQFRPPXQG¡KDELWHUODPrPHYLOOHHW G¡DYRLU JDJQp XQH FURLVLqUH DX ODUJH GH 'XEDw LOV QH VH WURXYHQW UpXQLV TX¡DXGHUQLHUFKDSLWUHVDQVTX¡DXFXQ lien ne se crÊe vÊritablement entre eux, aucune interfÊrence qui provoTXHUDLWO¡DGPLUDWLRQGXOHFWHXUGHYDQW OD VDYDQWH RUFKHVWUDWLRQ G¡XQH FRQ VWUXFWLRQ URPDQHVTXH /H GUDPH DQ noncÊ presque au dÊbut du livre et GRQW O¡RULJLQH Q¡HVW SUpFLVpH TX¡DX[ WURLVTXDUWVGHO¡¹XYUHVHPEOHQ¡rWUH TX¡XQSUpWH[WHjSURYRTXHUODFRQIHV sion ou la dÊposition des participants GHODFURLVLqUH&¡HVWWRXWHWFHODSHXW

SDUDvWUH IUXVWUDQW &HWWH FRQVWUXFWLRQ dÊcevra les amateurs de roman polLFLHU RX GH URPDQ G¡HVSLRQQDJH ELHQ ÀFHOpVG¡DXWDQWSOXVTXHOHVXVSHQVH Q¡HVW SDV WUqV SUpVHQW G¡XQH SDJH j O¡DXWUHXQHIRLVTXHO¡RQDFRPSULVOH SULQFLSH G¡pFULWXUH RQ DWWHQG TXH OD YLHGHVSDUWLFLSDQWVVRLWUDFRQWpH

Hommages aux pères, mages de la prospÊritÊ 3RXUDXWDQWIDXWLOGpSUpFLHUO¡¹XYUH" &HUWHV QRQ 2XWUH OD SHLQWXUH YUDL ment juste de la population actuelle GH 'XEDw TXL UDYLUD OHV H[SDWULpV OH URPDQSHUPHWG¡HQWUHUGDQVODJpQp alogie des familles, de comprendre les UpXVVLWHV SURIHVVLRQQHOOHV GHV DwHX[ TXL RQW pWp UpDOLVpHV JUkFH DX SRWHQ tiel extraordinaire de la ville-eldorado FHUWHVPDLVDXVVLJUkFHjFHX[TXLRQW commencÊ à spÊculer sur sa future rÊSXWDWLRQSXLVjSDUWLFLSHUjVRQHVVRU (QFHVHQVOHURPDQUHQGKRPPDJH non seulement à la ville-phare mais

encore aux pères, quelle que soit leur RULJLQH

Dans le cœur des femmes orientales 2QSRXUUDVRXOLJQHUDXVVLFRPPHXQH rÊussite le vÊritable travail de docuPHQWDWLRQHIIHFWXpSDUO¡DXWHXU(WVH demander comment il a fait pour se procurer cette information si dense qui concerne les diffÊrentes populations HWIDLWGXOLYUHXQYUDLURPDQUpDOLVWH Non moins impressionnante est la SHUFpHWUqVVXEWLOHHWWUqVÀQHGDQVOHV SHQVpHV GHV SHUVRQQDJHV IpPLQLQV ,OHVWIDFLOHGHGpFULUHOHVP¹XUVHX ropÊennes mais plus compliquÊ de WUDFHUOHSDUFRXUVG¡XQH3DNLVWDQDLVH RX FHOXL G¡XQH 6DRXGLHQQH MXVTX¡j V¡LQWURGXLUH GDQV OHV REVHVVLRQV HW les raisonnements, les espoirs et les UrYHVIpPLQLQV2UOHOLYUHHVWFRPSOHW comme un vrai catalogue de cette population fÊminine qui compose le 0R\HQ2ULHQWHWVHWURXYHŠIRVVLOLVpHª j'XEDL

3 questions Ă  Gabriel Malika

Peut-être est-il utile de s’interroger sur ce titre‌ De qui veut-on nous exposer les intentions ? Et l’expression, qui sous-entend que les faits peuvent avoir dÊpassÊ les pensÊes, n’est-elle pas pÊjorative ? Autant de questionnements qui donnent dÊjà envie de lire ce roman, lequel commence sacrÊment à faire parler de lui‌ A Paris, les lecteurs ont dÊcouvert cet automne que Dubai n’Êtait pas seulement une ville  bling bling . Au Moyen-Orient, le lecteur expatriÊ retrouve des ambiances, des mondes, des drames qu’il a tous pressentis. Au travers des pages, le cosmopolitisme de la ville se dÊvoile, de sorte que ce livre pourrait bien être LE roman de Dubai‌ PAR CLOTHILDE MONAT

Comme une immense arche de NoÊ‌ 1HQRXV\WURPSRQVSDVODYUDLHKp URwQH F¡HVW OD YLOOH FRVPRSROLWH HW VHV KDELWDQWV ELJDUUpV (W FH Q¡HVW SDV OH moindre intÊrêt de ce livre que de permettre de rentrer ainsi dans la vie des gens si diffÊrents qui composent la SRSXODWLRQ /H WLWUH VXJJqUH G¡DLOOHXUV FHWWHLGpHQ¡HVWFHSDVOHPRQGHOXL même qui se reconstitue dans la ville www.lemagdugolfe.com

Êmirienne qui apparaÎt comme une imPHQVH $UFKH GH 1Rp " $ WUDYHUV XQH galerie de portraits savamment constituÊe, le roman explore les intentions qui sont celles des hÊros des diffÊrents chapitres qui, nombreux, traversent le livre pour rendre compte de leur expÊULHQFH 'XEDL F¡HVW ELHQ OD YLOOH YHUV laquelle convergent tous les dÊsirs et WRXVOHVUrYHV(WOjHQFRUHOHVLQWHQ

32

tions se font multiples : de celles de O¡HPSOR\pH GH PDLVRQ PDOD\VLHQQH TXLDODLVVpDXSD\VVDIDPLOOHSHQGDQW GHVDQQpHVDÀQTXHVHVÀOVSXLVVHQW IDLUH GHV pWXGHV  GH FHOOHV GH FHWWH IHPPH SDNLVWDQDLVH TXL VRXKDLWH DU demment le mariage pour être libÊrÊe GHODWXWHOOHG¡XQSqUHYLROHQWGHFHOOH GHODMHXQH,UDQLHQQHTXLDGpFRXYHUW O¡XQLYHUVGHODPRGHMXVTX¡jGHYHQLUXQ

LMG : Gabriel, comment avez-vous fait pour être ainsi si proche des prÊoccupations des femmes ? Quel est votre secret ? G Malika : De part mon premier mÊtier (celui que M¡H[HUFHj'XEDw MHVXLVDPHQpjEHDXFRXSpFRXWHU Les informations me sont donc venues naturellement, VLMHSXLVGLUH0DLVDXVVLM¡DLSXFRQVWDWHUEHDXFRXS GH IDLWV GH PRLPrPH 0HV YRLVLQV SURFKHV SHQGDQW quatre ans ont ÊtÊ un (PLULHQHWXQH$QJODLVH Nous avons ÊtÊ tÊmoins des tensions qui exLVWDLHQWGDQVOHFRXSOH (Q KDELWDQW j -XPHL rah, je croise aussi assez souvent les Š -XPHLUDK -DQH ª dont je parle dans le URPDQ LMG : N’avez-vous pas eu tendance, par moment, à exagÊrer? Par exemple, la con-

version de l’AmĂŠricaine Ă  l’islam semble se faire bien rapidement‌ Quant aux femmes saoudiennes en chasse sur la corniche, est-ce vraiment ainsi que cela se passe ? G Malika : 2XLDEVROXPHQW'pWURPSH]YRXV/HVFRQ YHUVLRQV VRQW DXVVL UDSLGHV (W SXLV M¡DL VpMRXUQp HQ $UDELH6DRXGLWHHWOHVDOOHUVHWYHQXHVJDODQWHVVXUOD FRUQLFKH QH VRQW SDV GHV IDEOHV  2Q P¡D HQYR\p OHV 606 M¡DL FURLVp OH UHJDUG GHV IHPPHV M¡DL GHYLQp OH UHVWH'HPrPHO¡HQWUHSULVHGHODMHXQH6DRXGLHQQH TXLYHXWOXWWHUFRQWUHOHVWDERXVHVWXQIDLWUpHO LMG : Vous ĂŞtes-vous documentĂŠ autrement ? G Malika : 2XL MH PH VXLV OLYUp j XQ YUDL WUDYDLO G¡LQYHVWLJDWLRQ MRXUQDOLVWLTXH 3RXU pFULUH OH FKDSLWUH VXUO¡,UDQLHQQHM¡DLOXODUHYXHGHVIHPPHVG¡,UDQ-¡DL SULVDXVVLHQFRPSWHOH&RUDQDĂ€QG¡rWUHOHSOXVIDF tuel possible et je me suis procurĂŠ divers livres sur la TXHVWLRQGHVIHPPHV-HPHVXLVLQVSLUpGHODOHFWXUH UpJXOLqUH GX MRXUQDO   'D\V TXL V¡HVW DYpUp rWUH XQH PLQH GH UHQVHLJQHPHQWV  /H YLRO GH O¡HPSOR\pH GH PDLVRQHVWPDOKHXUHXVHPHQWXQIDLWGLYHUVUpHOÂŤ (QVDYRLUSOXVZZZHGLWLRQVLQWHUYDOOHVFRP

33

LMG NumĂŠro 18 - Janvier 2012


LMG18_JANVIER 2012 Gabriel Malika ITV