Issuu on Google+

L’OUBLI DES ŒUVRES DE DIEU… …ou lorsque les parents sont négligents… 4e Partie : Bilan et projets Prédication donnée par Roudy Spiess le 4 janvier 2008 La 4e partie de l’étude que nous faisons depuis plusieurs semaines est en relation avec cette fin d’année et ce début de nouvelle année que nous vivons. C’est le moment de dresser des bilans et d’établir des projets. Nous parlerons d’abord des projets et ensuite du bilan. Lisons ensemble Luc 14 : 25-33. Dans ce texte, Jésus après avoir mangé dans la maison d’un pharisien parle de la résurrection des justes. Il explique qu’être juste ce n’est pas inviter seulement ceux qui peuvent rendre l’invitation, mais également les plus pauvres et les moins nantis ainsi nous serons payés en retour à la résurrection des justes. Un pharisien attablé s’écrie alors : INTRODUCTION : « Heureux celui qui prendra son repas dans le royaume de Dieu! » Luc 14:15 C’est vers cette béatitude que nous devons tendre, nous appliquer. Cela doit être notre espérance, le désir immuable de nos cœurs. Mais pour ce faire, il faudra que nous ayons fait la volonté de Dieu et marché dans les pas de Jésus et que n’invoquions pas toutes sortes d’excuses comme l’ont fait les invités de la parabole du grand repas – Luc 14 : 15 – 24. Jésus a fait de nombreux miracles et une grande foule le suivait. Néanmoins, Jésus

précise les conditions pour le suivre : « Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. Et quiconque ne porte pas sa croix et ne me suit pas, ne peut être mon disciple. » Il montre ainsi que la vie du disciple, la vie chrétienne, n’est pas une vie facile, faite uniquement de bénédictions. Pour Le suivre, il nous faut Le prendre pour modèle et porter notre croix (payer le prix de notre salut). Paul nous exhorte dans 1 Corinthiens 11:1 « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi–même de Christ. » et nous encourage dans Galates 6 : 7 « ... Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. » Donc si nous voulons participer au repas de noces dans le

Agenda Janvier Dimanche 18 – vendredi 23 : semaine d’intercession, jeûne le dimanche 18 à 13 h Samedi 31 janvier : 100¨% différent se rend à Saint-Ouen pour une réunion intergroupes de jeunesse. Samedi 31 janvier, 9h : réunion de femmes Février Vendredi 6 - dimanche 8, séminaire avec Bill Thomas Dimanche 15 – vendredi 20 : semaine d’intercession, jeûne le dimanche 15 à 13h Samedi 28 février : 9h réunion de femmes

La Citadelle, Assemblée de Dieu de Cergy-Pontoise www.lacitadelle-net.com Page 1 sur 3


royaume de Dieu, nous devons faire les œuvres que Dieu a préparées d’avance pour nous. Jésus nous a prévenus : « …celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la sauvera. » Luc 9 : 24. Nous devons savoir ce que nous désirons, ainsi nous parviendrons au but.

-

1. LE BUT  Quel est mon objectif ? Suis-je prêt à payer le prix pour être un véritable disciple de Jésus-Christ ?  Quel est mon bilan ? Où en suis-je à ce jour Ne soyons pas des personnes religieuses ou des traditionalistes, mais des enfants de Dieu capables de faire un bilan spirituel, un retour sur nos vies et après analyse, de nous fixer des objectifs. En parlant de la vie chrétienne Jésus parle de : 1.1. Construire une tour qui doit être - une structure fortifiée : capable de résister aux assauts de l’adversaire ; la tour que nous avons à édifier ce n’est certes pas un bâtiment de briques et pierres, mais l’Église de Christ. Un chrétien doit faire partie du Corps de Christ. C’est la raison pour laquelle il est écrit « n’abandonnez pas vos assemblées. » Nous sommes d’autant plus forts lorsque nous sommes ensemble. Du reste, Jésus dit à Pierre dans Matthieu 16 : 18 … « Je bâtirai mon Église, et les portes du séjour des morts ne prévaudront pas contre elle. » L’Église est l’épouse de Christ, préparée par le Père et le Fils pour le Christ. Évitons le nomadisme dominical car nous devons prendre nos places dans cette tour. Dans l’Eglise et avec nos frères et sœurs, nous sommes plus forts. - s’élevant à une certaine hauteur : Nous pensons tout de suite à la tour de Babel – Genèse 11 – faite par des hommes dont l’orgueil voulait s’élever jusqu’au ciel. Contrairement aux hommes du monde qui continuent

-

leurs extravagantes folies, Jésus est le phare de notre vie et nous devons bâtir une tour dont le signe est le ralliement au Seigneur. pour repousser une attaque hostile de l’adversaire : au sein de l’Église, notre véritable union fait notre force et, de là, nous pouvons repousser l’attaque de l’adversaire. Jésus nous conseille « veillez (prenez votre tour de garde) et priez ». Les veilleurs placés sur les hauteurs guettent les attaques de l’ennemi, mais également les événements pressentant son retour, tandis que tous prient. Nous devons tous participer à la construction de cette tour.

1.2. faire la guerre à un autre roi : Jésus ne parle pas de livrer une bataille, mais il parle de guerre. Une guerre suppose de nombreuses batailles. L’autre roi dont il est question est l’ennemi de nos âmes qui est décrit comme puissant puisqu’il dispose de nombreuses …principautés, pouvoirs, puissances spirituelles mauvaises… – Éphésiens 6 :12. C’est pourquoi nous devons trouver notre force et construire notre tour en Christ. 1.3. avec quels moyens ? Il faut : a) des matériaux : «… pierres vivantes… » 1 Pierre 2 : 5. Avec les pierres vivantes que nous sommes si Christ vit en nous et si l’Esprit du Dieu Vivant règne en nous. «… les sentiments qui étaient en Christ… » Philippiens 2 : 5. Nous devons cultiver dans nos cœurs les mêmes sentiments qui étaient en Christ – renoncement à la gloire, humilité au point de servir ses frères, obéissance au Père, acceptation de la souffrance pour les autres - et qui l’ont conduit à la croix. Apprenons à renoncer à nous-mêmes et acceptons de servir le Seigneur et son Église. Avec ces deux matériaux, nous sommes certains de construire la tour qui plaît à notre Père. b) de la force : Non pas la nôtre, mais celle que nous pouvons puiser dans le Seigneur. Éphésiens 6 : 10 – 11. Paul précise dans Éphésiens 6, les armes dont nous devons nous re-

La Citadelle, Assemblée de Dieu de Cergy-Pontoise www.lacitadelle-net.com Page 2 sur 3


vêtir. Ne comptons pas sur nous, mais saisissons la puissance qui est en Jésus-Christ et nous vivrons des miracles et des victoires formidables au sein de l’Église. Pour reconduire ses projets ou les rectifier, tout enfant de Dieu doit être capable de faire son bilan.

Jésus l’a aimé, comme il a aimé chacun d’entre nous. Lorsque nous entendons Jésus nous inviter à la suivre, à vivre comme Lui, en faisant ce qu’Il nous demande de faire, obéissons lui, car ainsi nous aurons la joie, la paix et le salut. Travaillons pour notre véritable vie, notre salut et pour cela nous devons être capables de payer le prix.

2. LE BILAN Un bilan ne sert à rien s’il ne fait que constater des choses. Il doit permettre de réaliser sa position et de prendre des décisions pour l’avenir. Pour cela, sur le conseil de Jésus, il faut : 2.1 : s’asseoir : juste le temps de la réflexion et non du sommeil spirituel et du manque d’engagement dans l’Église de Christ. S’asseoir pour demander au Seigneur sa volonté dans nos vies et repartir dans l’action et se mettre à l’œuvre. 2.2 calculer : Calculer suppose évaluer un coût – savoir ce que nous sommes prêts à investir pour arriver au but ! Paul nous exhorte dans Philippiens 2 : 12 « … travaillez à votre propre salut… » Nous avons besoin d’être à l’écoute du Saint-Esprit, de rechercher en permanence la sanctification, de persévérer dans la foi, de surmonter les tribulations. Fortifions-nous en relisant Actes 14 : 22. 2.3 s’examiner : Il ne s’agit ni de nombrilisme ni d’analyse, mais de rechercher dans la Parole si nous sommes sur le bon chemin, selon la volonté du Père, et ce, par rapport au modèle suprême Jésus : 2 Corinthiens 13 : 5. Apprenons à faire notre critique pour savoir si nous sommes en position d’échec ou non et nous remettre en question. Qu’avons-nous fait de la conscience purifiée et bien disposée que nous avions le jour de notre baptême ? 3. CONCLUSION : Souvenons-nous de la tristesse du jeune homme à qui Jésus dit un jour «… viens et suis-moi… » Matthieu 19 : 22. Il était plus attaché à ses biens qu’à Jésus. La Parole dit que La Citadelle, Assemblée de Dieu de Cergy-Pontoise www.lacitadelle-net.com Page 3 sur 3


Plume de vie 0901