Page 1

A . D. A . P. E . I d e s A l p e s d e H a u t e P r ove n c e

Numéro 21 D é c e m b re 2 0 0 5

M A GMAGAZINE AZINE E D I TO R I A L : DANS CE NUMÉRO :

Un Pictogramme pour les personnes handicapées mentales

1

2 Votre Calendrier Conseil de la Vie Sociale

La Maison Départementale des Personnes Handicapées

3

La Protection Juridique des Majeurs

4 5

6 Tous parents et ensemble Championnat de Natation 7 Une nouvelle cuisine au CAT Un nouvel Atelier 8 La ronde des Fêtes de Noël Les établissements ADAPEI

Notre Dossier : La Protection Juridique Des Majeurs

L’année qui se termine aura, pour les personnes handicapées, une résonance bien particulière car elle concrétise la persévérance, la volonté des ADAPEI, et bien sûr de l’UNAPEI qui les accompagne tous les jours, d’avoir enfin abouti au vote par le parlement de la république de la Loi sur « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », communément dite « Loi du 11 février 2005 ». Au-delà de cette loi dont les premiers décrets commencent à être publiés, nous avons l’intention d’organiser au cours du premier semestre, une journée d’aide à leur compréhension, ouverte à vous tous, mais également élargie à toutes les associations concernées de notre département.

A C T UA L I T E : Pour tous ceux qui ont des difficultés pour se repérer, s’orienter et communiquer un nouveau pictogramme est né. Le pictogramme « S3A » Accueil, Accompagnement, Accessibilité Ce pictogramme créé à l’initiative de l’UNAPEI et normalisé AFNOR est destiné à être apposé dans tous les guichets et lieux de vie sociale des personnes handicapées mentales qui feront un effort particulier d’Accueil, d’Accompagnement et d’Accessibilité afin de faciliter leur participation à la citoyenneté.

A.D.A.P.E.I L’un d’entre eux mérite, de par sa portée toute notre attention: c’est celui concernant la mise en place au 1er janvier 2006 de : La Maison Départementale des Personnes Handicapées. Sachez, d’ores et déjà, que nous siègerons en tant que titulaire dans la commission exécutive (son CA) et dans la Commission des Droits et de l’Autonomie (cette commission remplace le CDES et la COTOREP). Je voudrais attirer votre attention sur le fait que c’est grâce aux compétences de nos professionnels, mais aussi et surtout à la présence parentale forte par ses adhérents et au soutien de ses amis que l’ADAPEI des Alpes de Haute Provence peut peser comme incontournable vis-à-vis de nos autres partenaires que sont l’État et le Conseil Général. La pérennité de notre association perdurera pour autant que les parents de jeunes enfants, souffrant d’un handicap mental, viendront se joindre à nous pour continuer l’action que nous poursuivons et, donc, les principes les plus forts que

UN NOUVEAU PICTOGRAMME L’ADAPEI entreprend une action de sensibilisation, de diffusion départementale de ce concept, du pictogramme S3A et de formation auprès des lieux de vie sociale : mairies, administrations, services sociaux, transports, santé, tourisme, commerces... Pour tous renseignements : Cyrielle LELOUEY 04 92 64 96 00

Personnes déficientes intellectuelles : Lorsque vous voyez ce dessin, vous savez qu’à l’intérieur de l’établissement, du magasin…, un accueil et une aide spécialisés seront mis à votre disposition.


LA VIE ASSOCIATIVE

Page 2 L’ACTUALITE EN IMAGES

N umé r o 2 1

VOTRE CALENDRIER DIMANCHE 5 FEVRIER 2006 L’ALCAZAR à Sisteron

REPAS DANSANT

Exposition à l’IME Variations autour de grands peintres pour nos grands artistes

- Un Orchestre exceptionnel 4 musiciens, 2 chanteurs, 3 danseuses - Notre traiteur : L’Oulivié de Pierrevert Remise des médailles du travail à 17 travailleurs du CAT Hommage aux retraités de l’ADAPEI

On fête la fin d’année à l’ADAPEI Reportage en page 8

Retenez cette date Votre bulletin d’inscription en Janvier 2006 Une journée de convivialité pour commencer l’année

CONSEIL DE LA VIE SOCIALE Du Nouveau, enfin...

RETENEZ CETTE DATE

10 juin 2006 à Manosque Assemblée Générale de l’ADAPEI L’ACTUALITE EN IMAGE

Un décret en date du 5 novembre 2005, vient rectifier les dysfonctionnements du précédent texte, que nous avions dénoncé avec force. On note en particulier pour ce qui concerne l’ADAPEI :

Collèges Usagers

La réintroduction d’un collège mixte : Famille/Représentants légaux

La Présidence dévolue aux usagers ou en cas d’impossibilité aux familles ou repré- Familles sentants légaux.

Une lingerie toute neuve pour les Foyers de Forcalquier

CVS du CAT de SAINT AUBAN

Des mandats renouvelables

Titulaires Mme Isnard Christine Mlle Gomez Joséphine M. Alphonse Maurice M. Chabert Jean Claude Mme Carle Mireille

Lors du renouvellement de votre CVS et des pro- Personnels 2 salariés tournants chaines élections nous commenterons préciséGestionnai- M De Saint Michel ment les modifications apportées. re

Marcel

Suppléants Mlle Rui Nathalie M. Jaume Christian


MAGAZINE

L’ACTUALITE DEPARTEMENTALE

Page 3

LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES : C’EST A DIGNE ! Une des principales dispositions de la Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées est la création de la Maison Départementale des Personnes Handicapées.

Frédéric POULANGE : Nouveau Directeur de la MDPH

Séance de travail avec le Conseil Général Représenté par Catherine GUILLAUME, directrice de la Solidarité Départementale et l’État représenté par Henri CARBUCCIA, inspecteur à la DDASS.

Un guichet unique pour les personnes handicapées et leur famille.

MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES Place des récollets 04 000 DIGNE LES BAINS

Notre précédent Magazine ADAPEI décrivait les objectifs de ce nouveau dispositif. Mais comment va t’il se concrétiser dans les Alpes de Haute Provence ? A partir du 1er Janvier 2006, votre nouvelle et unique référence sera La Maison Départementale des Personnes Handicapées. Elle sera située, du moins dans un premier temps, dans les locaux de la Solidarité Départementale à Digne. Son Directeur est Frédéric POULANGE. Un projet de construction pour l’abriter prochainement dans des locaux spécifiques est prévu. Cette Maison Départementale est constituée sur la base d’un Groupement d’Intérêt Public au sein duquel l’UDAF représentera les Associations de personnes handicapées. Rappelons que l’ADAPEI adhère et est une composante forte de l’UDAF. Elle sera présidée par le Conseil Général et dirigée par une commission exécutive où l’ADAPEI sera présente. La MDPH, sera notre, votre guichet unique pour tout ce qui concerne le handicap. Finie la CDES, finie la COTOREP, elles sont remplacées par la Commission des Droits et de l’Autonomie. l’Autonomie Cette commission délibérera sur les droits (Carte d’invalidité, macaron, travailleur handicapé, transport…), allocations (AES, AAH, Garantie de

ressources, …) et orientations (SESSAD, IME, CAT, Foyers, MAS, FAM…) de toutes les personnes handicapées du département. Elle déterminera, aussi, la nouvelle prestation de compensation. Des équipes pluridisciplinaires, composées de professionnels de santé, de l’éducation, du social… instruiront préalablement le dossier, la situation et le projet de vie de la personne handicapée. Lors de la constitution de ces équipes, nous vous informerons de leurs modalités de fonctionnement. La MDPH accueillera également le Site de la Vie Autonome, qui instruit et finance les demandes d’aménagements et de matériel spécifiques nécessités par le handicap. L’ADAPEI sera présente dans cette très importante commission pour vous représenter en particulier, et représenter les personnes handicapées en général. Il faut savoir que ce nouveau dispositif se met en place à l’initiative du Conseil Général, alors que les décrets d’application ne sont pas encore parus et que les moyens décentralisés sont peu importants. Notons la volonté, dans notre département, aussi bien des politiques, que des administrations que des associations regroupées au sein de leur collectif de se donner les moyens pour réussir cette création. « Donnons nous le temps de mettre en place notre Maison des Personnes Handicapées. Mais nous avons le devoir de réussir ! » Emmanuel CHAROT


LA VIE ASSOCIATIVE

Page 4

N umé r o 2 1

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Samedi 19 Novembre, dans une salle du Cinématographe, 80 personnes : personnes Handicapées, parents, professionnels, Associations amies… ont assisté au Colloque organisé par l’ADAPEI sur le thème : Quelle protection Juridique pour la personne handicapée ? Sébastien BRETON, responsable du Service Protection Juridique était l’invité de l’ADAPEI ainsi que les deux services départementaux de gestion des tutelles.

A 18 ans, la personne handicapée est majeure, donc, juridiquement responsable. Dans le droit français, les enfants, les mineurs,sont « protégés » et placés sous l’autorité de leur parent. A 18 ans, un individu est capable de tous les actes de la vie civile et dispose d’une capacité entière de jouissance et d’exercice de ses droits. Le majeur protégé dispose de tous ces droits, mais ne les exerce pas luilui-même en totalité. Certains majeurs ne peuvent exercer ses droits et doivent être protégés par la loi. Ils sont dans l’impossibilité d’accomplir les actes de la vie civile, d’exercer leurs droits personnels, de gérer leur patrimoine. Trouvant sa cause dans une maladie, un handicap ou un affaiblissement dû à l’âge, le fléchissement des facultés mentales du majeur le place dans l’impossibilité de pourvoir seul à ses intérêts. La Loi de 1968 les protège. La place de la Famille prépondérante Les membres de la famille sont visés en priorité au titre des personnes habilitées à saisir le Juge des tutelles pour l’organisation d’une mesure de protection,

mais également pour se voir confier, par priorité, l’exercice de la mesure. Ce dossier est à déposer au Tribunal d’Instance. Protection des biens et du patrimoine mentionne la Loi Protection de la personne suggère la jurisprudence L’essentiel des dispositions légales traduit le souci de protéger le patrimoine du majeur. Mais la cour de cassation mentionne également la protection de la personne. Pour les personnes handicapées, la nécessité d’être reconnues légalement et médicalement incapable d’exercer ses droits Une mesure de protection n’est organisée au profit des majeurs que lorsqu’une altération des facultés mentales et personnelles les met dans l’impossibilité de pourvoir seuls à leurs intérêts et que cela est médicalement constaté. Le constat de l’altération des facultés mentales Le premier critère décisionnel du Juge est l’état de santé du majeur. Un médecin spécialiste figurant dans une liste établie par le Tribunal donne son avis d’expert sur cette altération. Toute une gradation de mesures. En fonction de la mesure, le majeur pourra effectuer ou sera ai-

dé ou substitué dans les actes de vie courante, les actes de vie quotidienne, les actes d’administration (gestion du patrimoine), les actes de disposition (gestion du capital). De même, le recours contre l’acte effectué sera plus ou moins facile voire de droit en fonction de la mesure. La sauvegarde de justice en cas d’urgence La curatelle pour assister et accompagner le protégé La Tutelle pour représenter la personne handicapée Une mesure de protection doit être nécessaire, subsidiaire et proportionnée. Autrement dit, la mesure doit être adaptée à la situation de la personne. La famille désignée tuteur L’existence ou non d’un entourage familial est un autre critère pris en compte par le Juge. La préférence familiale doit être privilégiée et la mise à l’écart de la famille doit être motivée. Le Juge peut faire du sur mesure en fonction des capacités de la personne à protéger Le parent est le mieux placé pour informer le Juge des potentialités de son enfant et de lui permettre d’adapter au


MAGAZINE

Page 5

La VIE ASSOCIATIVE

LES COLLOQUES DE l’ADAPEI Un lieu de rencontre, d’échanges, de formations, d’informations... mieux la mesure, y compris dans des dimensions intermédaires : curatelle allégée, curatelle renforcée, tutelle allégée... La Protection Juridique n’exclut pas la responsabilité civile, mais peut pondérer la responsabilité pénale. Quelle que soit la mesure, le dommage causé intentionnellement ou non par le majeur doit être réparé. (Nécessité d’une assurance responsabilité civile). Par contre, le Juge appréciera l’irresponsabilité en cas de délit non conscient, ou la circonstance atténuante en cas d’actes partiellement conscients. Une nouveauté, le majeur sous tutelle peut voter Il s’agit d’un effet de la Loi du 11 février 2005 relative aux droits des personnes handicapées. C’est le Juge qui en décide. Une Loi diffuse, éparpillée dans de nombreux textes. La loi du 2 janvier 2002 sur les institutions médico-sociales, la loi du 4 mars 2004 sur le droit des malades… sont autant de textes qui précisent la représentation des usagers et de leur représentant dans l’exercice de leurs droits Le parent, Représentant légal, a plus de droits que le seul parent. La loi mentionne souvent le représentant légal, c'est-à-dire le tuteur, pour représenter le majeur protégé. La seule qualité de parent ne permet pas de participer légalement à la vie de son enfant. Il en est de même du

seul curateur. Il est alors simplement associé au projet de vie de son enfant. On attend toujours une rénovation de la Loi Notre souci est de faire reconnaître la protection de la personne par la loi au-delà de la seule jurisprudence. Des enjeux financiers auau-delà des personnes handicapées Plus d’un français sur 100 est actuellement placé sous un régime de protection. Les perspectives confirment cette progression avec les personnes âgées, les situations de surendettement… L’impact du coût des mesures sur la collectivité a enterré cette réforme de la protection juridique. Des services de gestion de protection juridique dans le 04 : L’Association Tutélaire L’UDAF L’ADAPEI fut à l’origine de l’association tutélaire, L’ADAPEI est membre de l’UDAF. C’est dire si les liens sont étroits avec ces deux services qui gèrent ces mesures. Vous pouvez prendre contact avec ces deux services, qui, sur décision du Juge, quand la famille ne peut l’assumer, se répartissent la gestion des mesures de protection. En conclusion, plus la personne vit en autonomie, plus il convient de la protéger. Un dossier protection juridique est à votre disposition au siège de l’ADAPEI.

Les experts de la protection juridique

Une assistance attentive


LA VIE DES ETABLISSEMENTS

Page 6

N umé r o 17

T O U S E N FA N T S E T E N S E M B L E L’ÉCOLE

DE

L’INDIFFERENCE

Dans le cadre de la semaine d’actions et de communication entre parents, organisée du 15 au 21 octobre 2005, principalement à Manosque, l’ADAPEI a participé à plusieurs temps forts : Des enfants, tous des enfants

Attentifs au spectacle de marionnettes

La journée Manosque

La conférence-débat sur le thème « La parentalité quand elle est confrontée au handicap d’un enfant » à Sisteron, avec une délégation nombreuse de parents et de professionnels.

Forum

à

Mais, c’est la sensibilisation aux enfants handicapés dans le milieu scolaire qui nous aura particulièrement marquée. Dans un premier temps Catherine REYBARD est intervenue à l’école primaire de Montfort auprès des enfants pour parler du handicap avec notre institutrice Valérie DE

A LA DIFFERENCE

Des acteurs petits MARZY. mais remarquables Puis, le mardi 18 octobre, à l’initiative du collectif pour la petite enfance : ALPE, un spectacle de marionnettes intitulé « Sans couleur » sur le thème de la différence, présenté par la Compagnie les Galopins fut donné à l’IME. Mais, ce jour là, l’IME invitait les enfants du Centre Tony Lainé et des Parole écoles de Montfort et Jeanne d’Arc de s d’en fants de l’é Forcalquier. cole d e « Monf On sa Près de 150 enfants s’entassèrent or après it pas trop t : dans le gymnase de l’IME. : bon q uoi le jour ! ur dir » En fait, le spectacle n’était pas sur « C’est c e o n t a « g ieux ? scène, malgré la qualité des acteurs Au dé but, o » qui passionnèrent avec les peur ! n ava » it un peu marionnettes, les enfants et les adultes, mais bien dans la salle. En effet, plus aucune différence, plus de polyhandicapés, plus de d é f i c i e n t s i n te l l e c t u e ls , m a i s simplement des enfants heureux de vivre. « Des enfants pas seulement comme les autres, mais comme les autres des enfants » Les propos précurseurs de Mme POINCO CHAPUIS, ministre, se trouvaient vérifiés. Des agapes printanières

GRAINES DE CHAMPION à l’IME Championnat de France de natation Sport Adapté à EPINAL L’Association Jarlandine de Sport Adapté des Oliviers était représentée, pour la première fois de son histoire dans un championnat national, par une équipe de quatre nageurs : Estelle DAVID, Thibault BRUN, Léo CHARLOT et Thomas CHAROT, tous engagés en « division III, 50 mètres, ventral, nage libre ». Accompagnés par leur entraîneur Valérie ROUSSEAU (présidente de l’AJSAO et professeur de sport aux Oliviers) ainsi que de Marc ROUSSELET ( secrétaire de l’AJSAO et éducateur technique spécialisé), le voyage était aussi l’occasion pour tous de découvrir les Vosges et sa belle ville d’EPINAL. Hébergés dans un hôtel en plein centre ville au bord de la Moselle, nos quatre jeunes ont eu le loisir de traverser les ponts et de sillonner les quais et les belles rues de la cité historique. Bien que moderne, la superbe piscine olympique avait bien du mal à contenir près de 500 nageurs venus de toute la France avec leurs accompagnateurs. Les choses sérieuses débutaient le vendredi 11 par les séries qualificatives. Seuls les 8 meilleurs temps de chaque catégorie disputaient la finale et le titre de champion de France. Estelle, remportait « haut la main » sa série, trop facilement même, car il lui manquait quelques dixièmes de seconde pour participer à la finale… Léo et Thomas finissaient respectivement 1er et 2éme Nos Champions

de leur manche, le premierr améliorant de 5 secondes son meilleur chrono personnel, hélas, en dessous des fatidiques 1’10’ (temps limite pour la DIII). Victime de son excellente performance, il ne disputera pas la finale. Thomas, en 1’18’ a était qualifié. Quant à Thibault, il finissait dans sa manche à une très honorable 6éme place, améliorant lui aussi son temps, cependant pas suffisamment pour être retenu dans l’ultime épreuve. Samedi soir, le comité d’organisation nous réservait la surprise d’un repas de gala avec orchestre et piste de danse. Les quelques 800 personnes présentes ont largement profité de la fête, notamment celles déjà auréolées le jour même d’un titre de champion de France. Enfin, c’est dimanche matin que, entrecoupées de cérémonies de remises de médailles, se disputaient les dernières finales. Thomas terminait la sienne en 4éme position à seulement 2 centièmes de seconde de la médaille de bronze(une longueur de main…) Sans avoir remporté de titre, nos quatre nageurs se sont montrés à la hauteur des meilleurs en faisant preuve d’une grande motivation à repousser leur propre limite. Ils attendent maintenant les prochaines épreuves avec impatience...


LA VIE DES ETABLISSEMENTS

MAGAZINE

Page 7

UNE NOUVELLE CUISINE UN NOUVEL ATELIER AU CAT

Les plans de la nouvelle cuisine

Après quatre mois de travaux, la transformation et l’agrandissement de la cuisine sont terminés… Le nouvel atelier cuisine est opérationnel depuis le 22 septembre. Six travailleurs du CAT : Z. YEDDOU, L. LOMBARD, B. TROUCHET, C. MOUNET, P. DEBACKER et C. CHAUVIER ont intégré cet atelier, encadrés par Serge BERTOLDO et Christophe DURAND, deux cuisiniers, moniteurs d’atelier. L’équipe définitive et complète sera de 8 à 10 travailleurs, d’ici quelques mois. En janvier 2006, le CAT de Manosque pourra bénéficier du service de la cuisine centrale de Saint Auban, comme le SAJ depuis 4 ans. 170 repas/jour environ seront servis au départ de Saint Auban Dans la continuité d’un service de qualité : bonne chance à cette nouvelle équipe. Patricia MILLOT Éducatrice Soutien et l’équipe de l’atelier restauration

André HUILLIER l’avait pensé, Marie Hélène SALOMON l’a conçu, Jean Jacques HILS le met en œuvre, voilà la démonstration de la continuité d’un projet : celui de la restauration au CAT « Les Ateliers du Fournas ». La réflexion initiale vint de la non satisfaction des travailleurs et du personnel du CAT de Manosque des repas servis. Jusqu’alors une entreprise nous livrait ces repas en liaison froide; C'est-à-dire que nous devions réchauffer les repas avant leur service. Le constat unanime de la qualité des repas préparés par notre cuisinier Serge BERTOLDO au CAT de Saint Auban à la satisfaction de tous, déboucha sur l’idée, toute naturelle, de servir les repas du site de Manosque à partir du site de Saint Auban. Cette idée prit une autre dimension en évoquant la participation de travailleurs à la fabrication des repas afin d’aider notre cuisinier. En effet, nous trouvions, ainsi, la possibilité de proposer aux travailleurs du CAT, un nouveau métier dans le cadre de leur choix d’activités professionnelles, il faut le reconnaître restreint, et ce en complément des activités existantes : Menuiserie, laverie, espaces verts, jus de fruits…. Il fallait, donc, transformer le service cuisine du CAT, en un atelier de restauration. Cette réalisation fut possible par l’extension de la capacité d’accueil du CAT, extension nécessaire pour répondre à la demande de nombreux jeunes adultes orientés en CAT. Elle fut portée de 123 à 130 places, à la suite de l’accord et du financement obtenus par la DDASS sur les années 2004 et 2005.

plans et l’organisation. En collaboration avec les services vétérinaires du Conseil Général, les locaux de la cuisine furent profondément remaniés pour respecter toutes les obligations de la législations : marche en avant, isolation des circuits, température d’ambiance pour les préparations et de stockage pour les conservations, procédures HACCP… Il restait, aussi et surtout, à constituer l’équipe de travailleurs, qui, sous la direction de notre désormais moniteur, Serge BERTOLDO, et d’un ouvrier de production récemment recruté Christophe DURAND, travailleraient à la préparation des repas. Après de nombreux essais, l’équipe fut choisie.

L’équipe de l’Atelier Restauration

La salle de préparation chaude

La salle de préparation froide

Les travaux, d’un coût de plus de 250 000 € furent réalisés durant l’été, pendant ce temps la restauration fut assurée au self d’ATOFINA et en septembre, la fabrication des repas par l’atelier cuisine commença. En janvier, le site de Manosque sera servi par l’atelier de Saint Auban. Notre dispositif sera, alors, effectif et nous aurons répondu à notre préoccupation première. Les travailleurs du site de Manosque seront-ils satisfaits de cette nouvelle prestation, conçue en liaison chaude, c'està-dire en service direct ? A terme, l’atelier restauration du CAT pourrait également proposer ses services au Foyer Occupationnel de Manosque « Le Séquoia ».

Une réalisation qui traduit le choix du Conseil d’Administration de l’ADAPEI de poursuivre la restauration traditionnelle au Il restait alors à concevoir les sein de ses établissements.

Les chambres froides

Le coup de feu !


MAGAZINE

Page 8

LA VIE DES ETABLISSEMENTS

A.D.A.P.E.I des Alpes de Haute Provence

LA RONDE DES FETES de NOEL A COMMENCE

Route de Saint Jean B.P 38

Une petite pause dans le travail pour un grand événement : La Fête de Noël du CAT. La vedette fut incontestablement notre nouvel atelier restauration qui prépara un inoubliable repas avant de s’éclater en dansant. Les fêtes de fin d’année ont bien débuté.

04160 CHATEAU-ARNOUX Téléphone : 04 92 64 96 00 Télécopie : 04 92 64 96 09 Messagerie : adapei.04@wanadoo.fr Site internet : adapei-04.com

Venez nous rejoindre à l’ADAPEI, Plus nombreux, nous serons plus forts !

Les résidents des Foyers La Simonette et Borisol ont fêté Noêl avec leurs familles et leurs invités. L’apéritif de l’atelier cuisine du Foyer Occupationnel, le délicieux repas de Nicole et ses collègues et l’animation musicale ont participé à la magnifique réussite de cette soirée très conviviale.

Le Bureau de l’ADAPEI : Président : Emmanuel CHAROT Président Adjoint : Jean Claude CHABERT Secrétaire :

Maryvonne LEFEVRE dut mettre un terme à la Fête. Il était 2h du matin. Un grand merci au Foyer Occupationnel pour l’apéritif, à Julie, et à tout le personnel pour cette inoubliable fête qui permit aux résidents et à leur famille de passer une très agréable soirée et de se régaler… et de danser ...

Louisette CHABERT

LES ETABLISSEMENTS DE l’ADAPEI ETABLISSE-

Trésorier : Pierre AUZET Secrétaire Adjoint :

CAT « Les Ateliers du Fournas »

SESSAD

André LAFFITTE Trésorier Adjoint : Marcel DE SAINT MICHEL

IME « Les Oliviers »

Saint Auban Manosque

Saint Auban Manosque

Saint Auban

Siège Social :

Yves HERY 04 92 64 44 08

Directeur d’Association : Gérard CAILLOL Chef de Service

Catherine REYBARD 04 92 64 06 67

Françoise ALBERT

Jean Jacques HILS

Assistantes Sociales Christine RAYNAUD

Service de Soutien et d’Accompagnement

Emmanuelle DUFAURET

Foyer « La Simonette » Foyer Occupationnel « Le Borisol »

MAGAZINE ADAPEI Rédacteur en chef : Emmanuel CHAROT

Forcalquier

François PAUL Jean François MARCHAL 04 92 87 56 85

Atelier Protégé « Bléone Durance » Saint Auban Manosque Jean Jacques HILS Robert MILLOT 04 92 64 15 44

Foyer « Les Tourelles » Foyer Occupationnel « Le Séquoia » Manosque

Service d’Accueil de Jour

Rédacteurs : Louisette CHABERT Gérard CAILLOL Imprimé par nos soins Magazine gratuit

François PAUL Jean François MARCHAL 04 92 75 04 03

François PAUL Jean François MARCHAL 04 92 64 30 00

François PAUL Maryvonne LEFEVRE 04 92 72 19 73

Magazine N°21  

Numéro 21 Tous parents et ensemble Championnat de Natation La Protection Juridique des Majeurs La ronde des Fêtes de Noël Les établissements...